Tuesday, May 23, 2017
Public Access


Category:
Category: All

23
May 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

  Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Affiche de l'exposition

Du 21 février au 7 juin 2017
Lundi au vendredi 11h à 18h30
Samedi et dimanche 13h à 18h
Fermé les jours fériés

Entrée libre

Le Musée de La Poste propose l'exposition Rancillac Rétrospective du 21 février au 7 juin 2017 à l'espace Niemeyer.

Commissaire de l'exposition : Josette Rasle
Scénographe : Jean-Claude Salliou

Bernard Rancillac est l'un des grands noms de la peinture contemporaine. Il est l'inventeur d'une « nouvelle figuration » attentive aux réalités de la vie quotidienne et aux images dont les médias sont friands pour les faire accepter.

Peintre rebelle, il est aussi celui qui a décidé de rendre compte à sa manière de l'actualité de notre monde, histoire de déranger notre confort tiédasse et la bienséance du petit monde feutré de l'art.

La rétrospective de Bernard Rancillac proposée à l'Espace Niemeyer par le Musée de La Poste, actuellement fermé pour rénovation, réunit sur plus de 1300 m2 une centaine de pièces : peintures, objets, affiches, installations, collages... s'étalant de 1961 à 2015. Elle permet une approche complète et représentative du parcours de l'artiste né en 1931 et grande figure de la Figuration Narrative.

Dans le climat politique international des années 60, extrêmement tendu, il entame une réflexion sans concession sur la société de consommation, la culture populaire et l'actualité la plus brûlante.

Il partage alors sa vision de l'art et du monde avec un groupe de jeunes peintres en rupture avec l'abstraction, de nationalités diverses, aux aspirations pas toujours communes mais aux inspirations similaires. En 1964, avec le peintre haïtien Hervé Télémaque et le soutien du critique d'art Gérald Gassiot-Talabot, il organise au Musée d'art moderne de la ville de Paris, l'exposition Mythologies quotidiennes. Réunissant trente-quatre artistes, elle marque les esprits par l'utilisation qu'ils font de l'image à la fois banale et toute puissante. La Figuration narrative est née.

Profondément concerné par son époque, Bernard Rancillac puise dans un répertoire d'images très variées (cinéma, photographie, publicité, bande dessinée, roman-photo...) pour aborder les sujets qui lui tiennent le plus à cœur. Il les traduit par de grands aplats acryliques vivement colorés et d'inventions formelles d'une grande force plastique.

Exigeante, cohérente et subversive, son œuvre accessible au plus grand nombre, composée de séries sur lesquelles il a opéré et opère parfois encore de nombreuses variations (Mickey, musiciens de jazz, stars de cinéma...), témoigne selon Bernard Ceysson « de la volonté délibérée du peintre de miner la réalité, après avoir miné l'histoire de l'art ». Bien que l'effet plastique prévale sur toute autre préoccupation et que son combat premier soit avant tout la peinture, Bernard Rancillac utilise son pinceau comme un coup de poing non pour défendre une quelconque idéologie mais pour forcer le regard de celui qui ne veut pas voir.

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Jeune égorgée, 1998
Acrylique sur toile, 165 x 250 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Notre Sainte Mère La Vache n°2, 1972
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 116 x 89 cm, Musée des beaux-arts, Dole

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Section rythmique de Miles Davis, 1974
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 162 x 162 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Belfast, 1977
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 146 x 114 cm, coll. Martine et Michel Brossard, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Le Muezin, 2013,
Acrylique sur toile, 130 cm x 197 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Les Afghanes, 2004, Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017
Acrylique sur toile, 130 cm x 195 cm, coll. de l'artiste, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Où es-tu, que fais-tu ?, 1965
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Huile sur toile, 178 x 195 cm, Centre Pompidou, MNAM-CCI

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Enfer-Paradis, 2007,
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 230 x 500 cm

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Gilda (Cinémonde n°56), 1989
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 195 x 130 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Sakeo, (camp de réfugiés Khmers), 1996
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile,200x200 cm, coll. La Croix-Rouge monégasque - Don de l'artiste

[Cannes] Festival de Cannes 2017
Location:
Palais des Festivals et des Congrès de Cannes
1, Avenue Laugier
06403 Cannes Cedex
M° Gare SNCF Cannes
France
Phone : +33 4 93 39 01 01
Fax : +33 4 93 99 37 34
Internet Site : www.palaisdesfestivals.com
Description:
du 17 au 28 mai 2017

[Cannes] Festival de Cannes 2017

[Cannes] Festival de Cannes 2017

08:00  
09:00 [09:30] Lancement de Réinventer Paris II "Dessous de Paris"
Location:
Pavillon de l'Arsenal
21, boulevard Morland
75004 Paris
M° Sully - Morland, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 42 76 33 97
Fax : +33 (0)1 42 76 26 32
Mail : infopa@pavillon-arsenal.com
Internet Site : www.pavillon-arsenal.com
Description:
Fin 2014, Anne Hidalgo lançait « Réinventer Paris », un appel à projets urbains innovants, une initiative inédite et au retentissement international. Mardi, la Maire de Paris lancera la 2e édition, qui explorera notamment le potentiel des sous-sols parisiens.

Lancé en novembre 2014, l'appel à projets urbains innovants « Réinventer Paris » a donné l'opportunité aux talents du monde entier de bâtir le Paris de demain. 372 projets ont été soumis à la Ville de Paris, portant sur 23 sites. Ils étaient le fruit d'équipes pluralistes, venues du monde entier, mêlant architectes, urbanistes, promoteurs, artistes, startups, designers, paysagistes ou encore collectifs de citoyens.

Cet appel à projets a modifié en profondeur les manières de faire l'urbanisme. La mise en œuvre des projets lauréats démontre aujourd'hui toute son efficacité. Forts de ce succès, Anne Hidalgo et son adjoint Jean-Louis Missika, ont décidé de renouveler ce formidable concours en 2017.

Cette deuxième édition prend une nouvelle dimension, en se fondant sur les sous-sols parisiens. C'est la promesse de sites à la fois remarquables et méconnus, sources de défis et au potentiel exceptionnel. Elle réunira, aux côtés de la Ville de Paris, plusieurs partenaires - dont EFIDIS, Paris Habitat, RATP, Renault, la RIVP et SNCF - qui ont accepté de s'ouvrir à cette méthode originale d'aménagement.

Mardi, Anne Hidalgo et Jean-Louis Missika vous dévoileront la quarantaine de sites retenus.

Personnalités présentes :
- Anne Hidalgo, Maire de Paris
- Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris, en charge de l'urbanisme, de l'architecture, du développement économique, de l'attractivité et des projets du grand Paris

10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00 [14:30] Paris Drone Festival : Présentation de la deuxième édition
Location:
Hôtel de Lauzun
17, quai d'Anjou
75004 Paris
M° Pont Marie, Sully - Morland
France
Description:
Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire en charge de l'urbanisme, de l'architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l'attractivité présentera la deuxième édition du Paris Drone Festival qui se tiendra le 4 juin prochain sur l'avenue des Champs-Élysées. Le Paris Drone Festival inaugurera le Paris Tech festival, qui fédère l'ensemble des événements parisiens consacrés à l'innovation entre le 4 juin et le 7 juillet.

15:00  
16:00  
17:00 [17:00-19:30] Dédicace de Rammstein
Location:
Gibert Joseph
26-34, boulevard Saint-Michel
75006 Paris
M° Cluny - La Sorbonne, Odéon, RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 44 41 88 88
Fax : +33 (0)1 44 41 88 50
Internet Site : www.gibertjoseph.com/magasins/paris-vi.html
Description:
Dédicace de Rammstein

[17:00-20:00] Vernissage "100 ans de Coupe de France, 100 ans de Petits Poucets PMU"
Location:
Paris Rendez-Vous
29, rue de Rivoli
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 76 43 43
Internet Site : boutique.paris.fr
Description:
En présence de Benoit Cornu, Directeur de la communication du PMU, de Noël le Graët, Président de la Fédération Française de Football et d'Édouard Elias, photo-reporter pour Polka Magazine.

Du 22 mai au 15 juin

Pour célébrer le centenaire de la Coupe de France de football, Polka Magazine et le PMU organisent une exposition photo sur les grilles de l'Hôtel de Ville de Paris du 22 mai au 15 juin.

Des clichés exclusifs de la compétition seront exposés. Ils raconteront, avec un autre regard, l'histoire de la Coupe de France et particulièrement celles des Petits Poucets PMU, ces petits clubs amateurs qui, pour un soir ou pour la gloire, ont écrit l'histoire et la légende de la Coupe de France.

Vernissage "100 ans de Coupe de France, 100 ans de Petits Poucets PMU"

Le PMU célèbre les 100 ans de la Coupe de France avec les Petits Poucets

A l'occasion des 100 ans de la Coupe de France, le PMU, Partenaire Majeur de la Fédération Française de Football et du football amateur depuis 2010, voit les choses en grand !

Cette année plus que jamais, le PMU encouragera les clubs amateurs engagés dans la compétition à «créer l'exploit». Un soutien qui se matérialise par une série d'animations en point de vente et au stade qui mettront à l'honneur le plus petit club de chaque tour, à partir des 32èmes de finale.

Nouveauté cette année pour les 100 ans de la Coupe de France : un projet photo inédit en collaboration avec le magazine Polka, qui racontera l'histoire de ces clubs et retracera leurs exploits en Coupe de France. Ce fil rouge mènera les Petits Poucets PMU jusqu'à la finale au Stade de France, où le PMU prévoit un dispositif inédit pour célébrer le centenaire de la compétition.

Encourager l'exploit et révéler les émotions de la Coupe de France

Pour le PMU, ce centenaire se célèbrera pour et avec ceux qui font la richesse et l'émotion de la compétition : les Petits Poucets et leurs supporters.
Pour encourager les amateurs à dompter les cadors et écrire leur propre histoire, le PMU leur réservera une préparation à l'image des grands: cérémonie de remises de maillots de match, présentation du Trophée de la Coupe de France, rencontre joueurs / supporters, exposition photo à leur honneur... A chaque tour, un point de vente PMU de la ville du Petit Poucet se transformera en un véritable lieu de rassemblement et de célébration pour le club et ses supporters.

Au stade, les festivités se déplaceront sur le terrain, puisqu'une bâche géante à l'effigie des Petits Poucets PMU sera tendue sur le rond central, de l'échauffement des joueurs jusqu'au coup d'envoi : un dispositif digne des plus grandes compétitions européenne. A la mi-temps de chaque match du Petit Poucet PMU, un challenge inédit permettra à 3 participants (sélectionnés via les réseaux sociaux et en point de vente) de gagner deux places pour la finale de Coupe de France. Leur mission : approcher le ballon le plus près possible du but en tirant depuis une ligne située à 100 mètres du but !

Côté paris sportifs, puisque l'imprévisible fait partie intégrante de la compétition, une offre «Seconde Chance» sera mise en place sur le match du Petit Poucet: si le Petit Poucet mène à n'importe quel moment du match mais ne gagne pas, le PMU rembourse jusqu'à 100€ sur les paris perdants ! 69% des clients PMU portent d'ailleurs un intérêt à la Coupe de France (vs. 38% des Français selon une étude baromètre Impact du Sponsoring réalisée en novembre 2016 par Nielsen Sport pour le PMU).

La magie de la Coupe de France célébrée en images

Avec le soutien de la FFF, le PMU s'associe à Polka, référence photographique incontournable et au photographe Edouard Elias pour un projet photo qui célèbre la Coupe de France et les Petits Poucets.

L'idée : raconter l'histoire de la compétition et particulièrement des Petits Poucets et retracer leurs exploits en Coupe de France à travers les plus belles photos prises depuis les origines de la Coupe de France, du premier amateur à atteindre la finale, à la saison 2016-2017, en passant par les exploits de Quevilly finaliste en 2012... Un travail de rétrospective pour revenir sur la compétition, ses duels, ses surprises, ses émotions et porter un regard neuf sur le football d'aujourd'hui.

Les joueurs évidemment, mais aussi tous ceux qui font la magie de la Coupe de France seront mis à l'honneur : le staff, les personnalités du club et de la ville, les supporters... Les clichés, historiques ou captés cette saison, seront affichés lors d'une exposition itinérante à chaque tour, dans un point de vente PMU de la ville du Petit Poucet et mis en avant sur les réseaux sociaux.

Ce projet photo sera poussé jusqu'à la finale, avec une grande exposition à Paris et des évènements en point de vente, partout en France.

« Nous sommes très fiers de soutenir, cette année plus que jamais, nos Petits Poucets PMU. Encourager le football amateur, et plus largement, encourager les rêves, a toujours été notre fer de lance. Pour les 100 ans de la Coupe de France, nous avons réfléchi avec la Fédération Française de Football à un dispositif inédit, à la hauteur des émotions que procurent le football et cette compétition. Le projet photo, qui sera notre fil rouge pendant cette saison, nous permettra de rassembler nos clients, les supporters et tous les fans de football au sein de nos points de vente, véritable réseau social en vrai, et d'apporter un coup de projecteur à la compétition. Notre souhait le plus cher ? Un Petit Poucet PMU en finale de la Coupe de France ! », Jennifer Madiot, Responsable Promotion et Sponsoring du PMU.

[17:00-21:00] Vernissage de Mike Diana & Stu Mead "America's Most Wanted"
Location:
Arts Factory / Bastille
27, rue de Charonne
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille
France
Mobile : +33(0)6 22 85 35 86
Mail : artsfactory@free.fr
Internet Site : www.artsfactory.net
Description:
Mike Diana & Stu Mead : America's Most Wanted
vernissage le mardi 23 mai 2017 de 17h à 21h
en présence de mike & stu !
exposition du 24 mai au 17 juin 2017

Programmée du 24 mai au 17 juin 2017 par la galerie Arts Factory et les éditions DIVUS, l'exposition "America's Most Wanted" met à l'honneur Mike Diana et Stu Mead, deux artistes parmi les plus subversifs issus de l'underground américain des années 90.

[ certaines oeuvres présentées sont susceptibles
de heurter un public non averti ]


Né en 1969 à New York, Mike Diana déménage à l'âge de 10 ans à Largo, en Floride. Il y reçoit une solide éducation catholique mais, dégoûté par les sermons sur la peur de finir en enfer, il arrête d'aller à l'église vers l'âge de 16 ans. Dès 1987, il publie à l'école de courts récits distribués sous le manteau, dans lesquels il met en scène le massacre sanguinaire des professeurs de son collège. Il lance l'année suivante ses fanzines "HVUYIM", puis "Angel Fuck", avec un ami originaire de New York, vouant lui aussi une sainte haine à la Floride conservatrice. Les publications se font connaître via les réseaux alternatifs et se vendent surtout par voie postale en dehors de l'État. En 1988 il travaille comme concierge dans une école primaire et profite de la photocopieuse pour imprimer ses histoires évoquant pêle-mêle viols d'enfants, mutilations et drogue. Des originaux oubliés seront retrouvés sur place et il sera sans surprise renvoyé.

En 1991, Mike Diana est soupçonné dans l'affaire Gainsville, qui concernait le meurtre parfois accompagné de viol de cinq étudiants. Des scènes de violence dessinées par Diana sont considérées comme proches des circonstances des crimes non-élucidés. Lorsqu'une analyse ADN réalisée par le FBI l'innocente complètement, tout son dossier est transféré à Largo. Michael Flores, policier local, découvre alors horrifié quelques "Boiled Angel" comics. Se faisant passer pour un dessinateur de zines fraîchement débarqué dans le coin, il commande le reste de la production de l'auteur. Mike Diana se retrouve en 1992 convoqué au tribunal pour publication, distribution et publicité de matériel obscène. Il sera le premier artiste de l'histoire à être condamné pour obscénité aux Etats-Unis. Les démêlés judiciaires de Mike Diana ont inspiré à David Johnston une pièce de théâtre intitulée "Busted Jesus Comix". "The Trial of Mike Diana" un film réalisé par Frank Henenlotter est actuellement en cours de production.

Publiée en France dès 1995 par Stéphane Blanquet dans son fanzine "La Monstrueuse" et les éditions le Dernier Cri, l'œuvre pléthorique de Mike Diana a fait l'objet en 2014 d'une imposante monographie intitulée "America Live & Die". Compilé par la maison d'édition anglo-tchèque DIVUS, ce remarquable travail éditorial remet en perspective plus de 25 ans de production graphique en deux volumes. Soit 528 pages de peintures aussi naïves qu'explosives, d'inénarrables comics aux récits amoraux, truffés de personnages répondant à la moindre de leurs impulsions, où la prise de stupéfiants, les propositions sexuelles les plus incongrues, les rencontres les plus étranges sont accueillies avec l'ingénuité de l'enfance et des organes sexuels d'adultes.

Influence majeure pour des artistes comme Johnny Ryan ou Benjamin Marra, le travail de Mike Diana, loin d'être le sujet d'un délire intimiste pervers, doit se lire comme le portrait grimaçant d'une certaine Amérique, celle des petites villes conservatrices où l'on s'ennuie, tiraillées entre individualisme, pression religieuse et étiquette sociale.

source :
l'excellent dossier "vie et mort selon mike diana" de stéphane noël
sur = > www.du9.org/dossier/vie-et-mort-selon-mike-diana/


Stu Mead est né à Waterloo en 1955 dans l'Iowa, il vit et travaille à Berlin depuis 2000. Très tôt influencé par la peinture classique européenne et l'underground américain de Robert Crumb, il suit un cursus d'études artistiques entre les Etats-Unis et l'Angleterre, où il déménage avec ses parents en 1975. De retour à Minneapolis, il est diplômé en 1987 du Collège d'Art et de Design de cette ville, où il va rencontrer Frank Gaard. Figure culte de la scène locale - il a notamment créée le graphzine "Art Police" (1974-1994) - Frank Gaard va encourager Stu Mead à donner libre cours à sa créativité. Ensemble ils vont lancer dès 1991 le sulfureux zine "Man Bag" où sont abordés sans tabou, mais avec un humour souvent débridé, des sujets contre-versés comme la sexualité adolescente, la pédophilie ou une certaine forme de zoophilie domestique.

Souffrant depuis sa naissance de troubles neuro-moteurs, Stu Mead se met régulièrement en scène dans ses tableaux sous les traits d'un voyeur pervers. Sur ses genoux, des jeunes filles écartent les cuisses en souriant d'un air rusé ou ravi, se livrent à leurs animaux de compagnie ou à des peluches lubriques, lèchent sournoisement des glaces arôme fraise. Ce sont des filles mineures, mais fatales. Elles ont le sexe lisse, mais le cerveau de séductrices. Charmeuses, dévergondées, provocatrices, les fausses ingénues de Stu Mead s'inscrivent en droite ligne du mythe de la Lolita ; enfant mi-bénie / mi-maudite de l'"American way of life" des 50's, expression ambivalente d'une culture schizophrène protégeant et sur-exploitant à la fois sa jeunesse.

Entre Balthus et une relecture freudienne des Frères Grimm, la peinture de Stu Mead est exposée - non sans remous - dans le monde entier. De nombreux recueils de ses travaux ont été publiés aux éditions Le Dernier Cri, Timeless, Re :Surgo et DIVUS.


A l'occasion de cette exposition les éditions DIVUS publient :
"man bag" de stu mead et frank gaard - 160 pages format 21 x 15 cm
"r.i.p. " de mike diana - 128 pages format 24 x 16 cm
également disponibles chez le même éditeur :
"america live & die" de mike diana - 528 pages format 28 x 18 cm
"stu mead" - monographie 176 pages format 32 x 24 cm

Vernissage de Mike Diana & Stu Mead "America's Most Wanted"

Un dimanche d'août 1990, la police est appelée sur une scène de crime dans un campus de l'Université de Gainesville (Floride). Deux étudiantes -Christina Powell, 17 ans, et Sonja Larson, 18 ans- ont été tuées au couteau de chasse puis mutilées. Une des victimes a été violée, son cadavre disposé de façon obscène. Durant les 72 heures qui suivent, les cadavres de trois autres étudiants (deux filles et un garçon) sont découverts : tous ont été surpris dans leur sommeil. Leur chambre transformée en décor de grand guignol. Un journaliste raconte : «J'ai fait partie de ceux qui ont été autorisés à voir les photos des scènes de crime. Il m'est devenu impossible de me les ôter dans ma tête. La pire : la photo d'un corps sur le lit et sa tête coupée, les yeux grands ouverts, sur une étagère. C'était cauchemardesque. Les mises en scène étaient clairement pornographiques, les corps placés dans des positions explicites.» La chasse à l'homme commence.

La police est sur les nerfs. L'enquête patine (1). C'est dans le cadre de cette affaire qu'un policier s'intéresse à un fanzine photocopié : Boiled Angel. L'auteur du fanzine s'appelle Mike Diana. Il a 19 ans et s'ennuie. Il déteste l'ambiance puritaine des petites villes américaines, l'hypocrisie, la violence sous-jacente de cette culture traversée par la figure hyper-médiatique des tueurs... Ses dessins ne mettent en scène que faits divers, viols, incestes, éventrements, tortures. Le suspect idéal ? Heureusement pour Mike Diana, le tueur en série a laissé des échantillons d'ADN sur les scènes de crime. Et, de toute évidence, cet ADN n'a rien à voir avec celui du dessinateur de comics. Innocenté, mais pas disculpé pour autant Mike Diana doit subir un procès, car -à défaut de trouver le tueur- la police fait la chasse aux sorcières. Le voilà accusé d'obscénité. Pour ne pas dire de pacte avec le diable.

Mike Diana perd son travail comme agent d'entretien dans une école primaire. Il est condamné à «trois ans de prison avec sursis, 3000 dollars d'amende, 1248 heures de travaux d'intérêt général, l'interdiction d'entrer en contact avec des mineurs de moins de 18 ans, une évaluation psychiatrique (que Mike Diana n'a pu payer, car le médecin a facturé douze heures de travail : deux heures de discussion et dix heures à lire les bandes dessinées de l'auteur, soit au total 1200 dollars) et l'interdiction de posséder ou de produire du "matériel obscène"» (Wikipedia)... Ce qui ne l'empêche pas de continuer, et tant mieux. Puisqu'il est maintenant possible de voir ses œuvres honnies, à la galerie Arts factory (Paris), aux côtés de celles non-moins honnies de Stu Mead. Pour information : la dernière exposition de Stu Mead à la Friche de la Belle-de-Mai, à Marseille, organisée par Pakito Bolino (2) a dû être interrompue et fermée suite aux pressions de la fachosphère : menaces de mort, lobbying sur les réseaux sociaux, pétition, désinformation. C'était en septembre 2015.

Il est heureux que des galeries d'art résiste aux menaces et continuent d'exposer des images, qui sont toujours moins violentes que celles que les défenseurs de l'ordre font peser sur nous. Une image jamais ne tuera. C'est en tout cas ainsi que Mike Diana l'exprime lui-même, lorsque je l'interroge en 1996, deux ans après sa condamnation :

- Dans ton magazine Boiled Angel, il y a des scènes de meurtre, de viol et de cannibalisme. Tu es le premier auteur US de BD condamné pour obscénité. Coupable ou non-coupable ?

- Non-coupable. Je ne parle que de faits divers vus à la télé, comme l'histoire de ce type à New York qui a tué l'enfant de sa copine et a coupé le corps en morceaux pour le donner à manger aux chiens. La seule manière de me débarrasser de ces images atroces, c'est de les dessiner. Je veux choquer les gens pour qu'ils ouvrent les yeux sur la réalité du monde.

- Tu es devenu célèbre grâce à ce procès ?

- Très célèbre, d'une manière inattendue : on m'a pris pour un serial killer. Moi je faisais seulement des dessins dans mon coin depuis 1989, je les photocopiais, je les agrafais et j'envoyais la revue à 300 personnes contre deux dollars pour couvrir les frais d'expédition. Un jour, quelqu'un est tombé sur la couverture de Boiled Angel N°6 : j'avais dessiné un type en pleine érection qui éventre une femme et brandit le foetus en disant «J'adore m'investir dans des comportements anti-sociaux». Il l'a envoyé à la police d'Etat de Floride qui a fait le lien avec de mystérieux meurtres d'étudiants à Gainesville.

- Que fait-on à un garçon de 19 ans suspecté d'être un psychopathe ?

- Une prise de sang ! Tout a commencé en 1990, à Noël : je revenais des courses avec ma mère. Devant la maison, il y avait deux agents qui m'attendaient. Ils m'ont demandé de me soumettre à un test sanguin et ma mère est devenu complètement hystérique. Moi-même, d'être assimilé à un tueur, ça m'a fait cauchemarder pendant des semaines. Le test sanguin m'a innocenté et le meurtrier, Danny Rollings a été arrêté plusieurs mois après. J'ai ensuite lu dans les journaux que 10 000 personnes avaient été suspectées.

- Pourquoi est-ce que la police a continué à te surveiller ?

- Parce que j'ai publié d'autres Boiled Angel. Dans le N°7, j'ai dessiné un prêtre pédophile (c'était alors d'actualité) qui brandit une coupe de «sang du Christ infectée par le sida». J'ai aussi publié une nouvelle de Gérald Schaefer, condamné à perpétuité et soupçonné de deux douzaine de meurtres de femmes. La nouvelle s'intitulait «En attendant l'heure du repas».

- Pourtant, ton procès n'a eu lieu que trois ans après cette publication ?

- C'est que personne ne voulait se ridiculiser ! Un policier de Largo avait commandé sous un faux nom les Boiled Angel N° 7 et 8, mais aucun juge ne voulait lancer de controverse sur la censure. Aux Etats Unis, le premier amendement pose le droit inaliénable à la liberté d'expression. Je suis donc resté tranquille jusqu'à ce qu'un type appelé Stuart Baggish tombe sur mon dossier et lance sa guerre sainte.

- De quoi t'a-t'il accusé ?

- D'être un meurtrier en puissance. Il n'a pas arrêté pendant le procès de me comparer à Danny Rollings et à d'autres serial killers pour effrayer le jury. D'ailleurs, j'étais perdu d'avance : ce jury était composé de trois hommes et trois femmes, moyenne d'âge 40 ans, bons citoyens, bons parents et bons chrétiens. Quand mon avocat leur a demandé s'ils avaient déjà vu du matériel pornographique, un seul s'est levé pour répondre qu'il était tombé une fois sur un exemplaire de Playboy. A Largo, Dans la ville où je vis, une photo de nu c'est le diable ; alors un prêtre qui sodomise un enfant ! D'ailleurs, sur le panneau de bienvenue c'est écrit «Ville de Largo. Tolérance : zéro».

- Le premier amendement ne pose qu'une seule limite à la liberté d'expression : l'obscénité. En d'autres termes, on peut être aussi violent qu'on veut du moment que ça n'excite personne. Tes dessins sont excitants ?

- Non, plutôt horrifiques. Je ne vois personne se branler sur mes images de seins coupés, d'inceste ou de crucifix enfoncé dans le rectum. Pourtant, le jury m'a déclaré coupable de faire de la pornographie. Selon la Cour Suprême, il faut remplir trois conditions pour être condamné : les dessins doivent provoquer de l'émoi sexuel sur un public normal. Je ne pense pas que ce soit le cas. Deuxième critère : les dessins doivent montrer la sexualité de manière franche et ouverte... Bon. Troisièmement, ils ne doivent avoir aucune valeur artistique. Difficile d'orienter un jury sur un débat artistique quand il a sous les yeux des images hyper-violentes.

PS : Les démêlés judiciaires de Mike Diana ont inspiré à David Johnston une pièce de théâtre intitulée «Busted Jesus Comix». «The Trial of Mike Diana» un film réalisé par Frank Henenlotter est actuellement en cours de production.

(1) Le tueur en série ne sera identifié qu'en 1994, puis exécuté en 2006.

(2) Unique en son genre, la maison d'édition Le Dernier Cri (créée par Pakito Bolino) évolue aux antipodes de la narration et de l'illustration conventionnelle, en explorant sans ménagement le champ de l'image sauvage ; un univers souvent déstabilisant, cru, obsessionnel et instinctif. Chaque livre est fait à la main (tirage en sérigraphie). Le Dernier Cri publie Mike Diana dès 1995, avec la volonté constante de donner la parole à tous, en particulier aux parias de la bien-pensance, qu'elle soit de droite ou de gauche.


[18:00-20:00] Finissage de Masumi Sensui "Wonna"
Location:
Galerie Hors-Champs
13, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)9 53 48 14 04
Mail : contact@galerie-hors-champs.com
Internet Site : www.galerie-hors-ch​amps.com
Description:
par Japan Moment

Masumi SENSUI peint des corps de femmes au travers de couleurs sobres comme le marron, le beige ou l'orange pâle. Cette matière de surface façonnée fait appel à l'imagination du spectateur. L'artiste n'utilise que la technique ancienne de peinture à l'huile sur toile. Il étale la peinture au couteau et au pinceau, en plusieurs couches qu'il gratte et repeint à nouveau afin de faire apparaître les femmes « wonna ».

Solitude, vie et mort, amour et haine, tristesse ... tous ces concepts internes à l'espace corporel prennent ici toute leur dimension dans cette série de 28 oeuvres de lyrisme. Venez découvrir dans la galerie, ces oeuvres qui expriment en choeur le lyrisme féminin.

Vernissage de Masumi Sensui "Wonna"

[18:00] Rencontres des Gobelins
Location:
Galerie des Gobelins - Mobilier National
Manufactures des Gobelins, de Beauvais et de la Savonnerie
42, avenue des Gobelins
75013 Paris
M° Les Gobelins, Place d'Italie
France
Phone : +33 (0)1 44 08 53 49
Fax : +33 (0)1 40 13 46 74
Internet Site : www.mobiliernational.culture.gouv.fr
Description:
Conférences au Mobilier national avec Yo Kaminagai, Marc Aurel & Milène Guermont sur « Savoir-faire et création : matières connectées et design urbain ».
Yo Kaminagai (Directeur du deisgn de la RATP) : Transports publics et design urbain. Marc Aurel (Designer) : Céramique, la mémoire du geste au service de la modernité et Milène Guermont (Artiste Ingénieure) : Le Béton Polysensoriel : toucher, écouter et transmettre.

[18:00-21:00] Vernissage d'Isabelle Melchior
Location:
La Capitale Galerie
18, rue du Roule
75001 Paris
M° Châtelet, Pont Neuf, Louvre - Rivoli, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 21 19 31
Fax : +33 (0)1 42 21 19 32
Mail : info@lacapitalegalerie.com
Internet Site : www.lacapitalegalerie.com
Description:
"peintures, sculptures, dessins"

du 23 mai au 10 juin 2017
Vernissage le mardi 23 mai à partir de 18h

"Ainsi peu à peu, avec modestie mais aussi avec une véritable ténacité, quelques peintres dont Isabelle Melchior ont osé briser un tabou, oublieux dans un premier temps, de leur identité propre, ils ont affronté le redoutable héritage qui va - approximativement - du quattrocento au baroque. C'est alors qu'est revenue dans une évidence primordiale, la force du « sujet..."

Vernissage d'Isabelle Melchior

[18:00-21:00] Vernissage de Christine Robion "Makronissos"
Location:
Galerie de l'Angle
45, rue des Tournelles
75003 Paris
M° Chemin Vert, Bréguet - Sabin, Bastille
France
Phone : +33 (0)9 52 39 90 20
Mail : galeriedelangle@free.fr
Internet Site : www.galeriedelangle.fr
Description:
20 au 30 mai 2017
Tous les jours de 11h-19h
Ouverture exceptionnelle samedi 27 et dimanche 28 mai de 15 - 20 heures

Vernissage mardi 23 mai 2017 à partir de 18 heures

[18:00-21:00] Vernissage de Grégory Pol "Saint-Pierre et Miquelon : Terre de passions"
Location:
Ecole Militaire
21, place Joffre
75007 Paris
M° École Militaire
France
Description:
Mme Karine Claireaux et le CEDEM présentent Grégory POL et Saint-Pierre et Miquelon à l'École Militaire de Paris.

Saint-Pierre et Miquelon, "Terre de Passions" c'est le titre de l'exposition photographique de Grégory POL accrochée au Centre de Documentation de l'École Militaire (CEDEM) à Paris.
Créée en collaboration avec Mme Karine Claireaux (Sénateur-Maire de Saint-Pierre et Miquelon), cette exposition en "subligraphie" a déjà bien voyagé.
Mme Karine Claireaux et Grégory POL avaient la volonté de "montrer" aux métropolitains ces instantanés de l'archipel. Le pari est plutôt bien tenu car en moins d'un an, c'est déjà 10 lieux qui auront accueilli ces photographies permettant ainsi aux non-initiés de découvrir ce merveilleux archipel.
Et ce n'est pas fini puisque l'exposition continue d'être plébiscitée. Saint-Pierre et Miquelon "Terre de Passions" sera également bientôt présentée à l'étranger. En espérant que l'engouement restera le même et que d'autres visiteurs viendront s'ajouter aux 17 000 qui sont déjà venus la voir !

L'exposition parisienne est visible et en accès libre jusqu'au 30 juin 2017 sur présentation d'une pièce d'identité.

https://www.gregory-pol-photographie.com

Vernissage de Grégory Pol "Saint-Pierre et Miquelon : Terre de passions"

[18:00-20:30] Vernissage de Marie Belgacem et Anne-Douce Marlat
Location:
Espace Scipion
Accueil de l'APHP
13, rue Scipion
75005 Paris
M° Les Gobelins
France
Phone : +33 (0)1 40 27 44 51
Description:
L'Espace Scipion revêt, pour sa prochaine exposition, des habits de dentelle.
Dentelles d'argile ou de peinture, en hommage à toutes ces petites travailleuses, jeunes filles pauvres ou paysannes réfugiées dans l'hiver des ouvroirs.
Petites fées aux doigts agiles...

Savez-vous d'ailleurs que bon nombre de pupilles de l'Assistance Publique travaillait à ces dentelles qui ornaient dans toute leur magie les belles toilettes des « dames » ?

Pour entendre des petites histoires, pour découvrir comment Marie BELGACEM et Anne-Douce MARLAT ont fait de ces travaux d'aiguilles soit un sujet de réflexion, soit un objet de décor, un temps d'exposition leur est proposé du 23 mai au 1er juin 2017

Vernissage, mardi 23 mai 2017 de 18h à 20h30

[18:00-21:00] Vernissage de Sabine Coudert
Location:
Hôtel de Ville de Saint-Mandé
10, place Charles Digeon
94165 Saint-Mandé Cedex
M° Saint-Mandé - Tourelle
France
Phone : +33 (0)1 49 57 78 00
Fax : +33 (0)1 49 57 78 92
Internet Site : www.mairie-saint-mande.fr
Description:
au Patio

du 23 mai au 7 juin 2017

[18:00-20:30] Vernissage de l'exposition "Hommage à Denise Renard"
Location:
Galerie Olivier Nouvellet
19, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Odéon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 43 29 43 15
Mail : contact@cercleoliviernouvellet.com
Internet Site : www.cercleoliviernouvellet.com
Description:
Avec la complicité de Gaëlle Mauduit

Vernissage de l'exposition "Hommage à Denise Renard"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Jacques-Henri Lartigue - en vol"
Location:
Le Voleur d'Images
9, rue de Saint-Simon
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 45 51 07 77
Mail : contact@le-voleur-dimages.fr
Internet Site : www.le-voleur-dimages.fr
Description:
24 MAI - 15 SEPTEMBRE 2017

Vernissage de l'exposition "Jacques-Henri Lartigue - en vol"
Vernissage de l'exposition "Jacques-Henri Lartigue - en vol"
* Suzanne Lenglen, Entraînement, Nice, novembre 1915

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective"petites et grandes abstractions"
Location:
Galerie Béatrice Bellat
103, rue Lamarck
75018 Paris
M° Lamarck - Caulaincourt, Guy Môquet
France
Phone : +33 (0)1 42 58 37 34
Mail : contact@galeriegbb.com
Internet Site : www.galeriegbb.com
Description:
Venez partager les abstractions ensoleillées de GYLA, les astucieuses de Lydia SAMMARTIN, les tourbillons de Myriam WITHERS ou Marc JANSON, les rafraîchissantes de BABSCHI, les contrastées de Martine COQUART-MICHAUD ou Marceline ROBERT, les encrées de Donna FLANDRIN ou Georges HUGNET, les tachistes de Brigitte DUMERAC ou Vera DI BIANCA.

Vernissage de l'exposition collective"petites et grandes abstractions"
Vernissage de l'exposition collective"petites et grandes abstractions"

[18:30-21:00] Vernissage de Florent Quint "IN(DI)VISIBLES"
Location:
Mairie du 9ème arrondissement
6, rue Drouot
75009 Paris
M° Richelieu - Drouot
France
Phone : +33 (0)1 71 37 75 09
Internet Site : mairie9.paris.fr
Description:
Venez découvrir l'exposition IN(DI)VISIBLES dans les salons Aguado de la Mairie du 9e du 23 mai au 17 juin. Cette exposition de photographies met en lumière le rôle essentiel que jouent les agents de propreté, ainsi que la rigueur attachée à leur profession.

À travers plusieurs dizaines de clichés, vous aurez la possibilité de vous plonger dans le quotidien si particulier de ces hommes de l'ombre, dévoués au service du plus grand nombre.

Vernissage de Florent Quint "IN(DI)VISIBLES"

[18:30-21:00] Vernissage de Nicolas Fenouillat "Iron Man / l'Homme Orchestre"
Location:
Galerie Metropolis
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 74 64 17
Mail : contact@galeriemetropolis.com
Internet Site : www.galeriemetropolis.com
Description:
Formé au Conservatoire (CNSMD) et à l'école du Magasin de Grenoble, Nicolas Fenouillat mixe, en véritable homme orchestre, la matérialité des arts visuels avec l'impalpable fugacité de la musique.

Encore en retard... Le temps est la seule dimension de sens invariable : passé vers futur
Réflexions barrées sur les paradoxes du temps

Pour les musiciens comme Nicolas Fenouillat, le tempo c'est la durée d'un son et la répétition régulière d'une suite de notes en motifs rythmiques
... Implacable torture du métronome qui dicte la régularité temporelle absolue et précise la vitesse d'exécution ...
... Etat de grâce totale quand la texture rythmique produit la dynamique parfaite ...

Pour tous ceux qui écoutent, le temps de la musique est subjectif, extensible et répétitif à l'envie ... passer en boucle la bande son d'un amour perdu dans le concert archi-mythique où on n'était pas ...

En théorie ... le temps musical est l'extension d'un phénomène acoustique évolutif, fugace & immatériel (la hauteur et la durée d'un bruit produit par un instrument), dans la fixité d'un espace physique au temps enregistré (la mise en scène du son, la transcription, les partitions, les supports d'écoute différés...).

Proposition subséquente de Nicolas Fenouillat : Créer un paradoxe temporel en changeant la configuration des espaces temps pour l'exécution de partitions musicales


Description du protocole « Iron Man / l'Homme Orchestre »

Invariant : le solo de batterie heavy metal « Iron Man » de Black Sabbath performé par Nicolas Fenouillat

Invariant + transformation n°1 :
Changement de gravité = combat contre l'instrument
Scénario : s'enfermer dans la pesante armure de Lancelot du Lac pour taper le solo « Iron Man »

Invariant + transformation n°2 :
Changement de temporalité
- Vers le passé = perception différée d'un événement qui a eu lieu
Scénario : enregistrer la performance « Iron Man » pour la donner à voir au présent
- Vers le futur = donner à percevoir un événement qui n'a pas encore eu lieu
Scénario : des instruments de musique (un jeu de baguettes, un set d'homme orchestre), évoquent la présence sonore d'un morceau qui n'a pas encore été joué

Résultat : expérimenter en live les variations multiples de la perception du temps/durée de la matière son.

Nicolas Fenouillat est aussi :
Musée Picasso - « Subterfuge » samedi 20 mai 2017
Le Garage - « Culbuteurs » 18-19-20-21 mai 2017

Vernissage de Nicolas Fenouillat "Iron Man / l'Homme Orchestre"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "TER"
Location:
Bruxelles
Bruxelles
21000 Bruxelles
M° Gare de Bruxelles
Belgique
Internet Site : www.bruxelles.be
Description:
Musée de la Bande Dessinée de Bruxelles

EXPOSITION TER
CHRISTOPHE DUBOIS & RODOLPHE

Du 23 mai au 08 octobre 2017

Vernissage de l'exposition "TER"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "VIB ARCHITECTURE"
Location:
La Galerie d'Architecture
11, rue des Blancs-Manteaux
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 49 96 64 00
Fax : +33 (0)1 49 96 64 01
Mail : mail@galerie-architecture.fr
Internet Site : www.galerie-architecture.fr
Description:
vernissage le mardi 23 mai 2017 de 18h30 à 21h
exposition du 23 mai au 17 juin 2017
du mardi au samedi 11h-19h

L'agence fondée par Bettina Ballus et Franck Vialet pose un regard kaléidoscopique sur ses projets d'équipements conçus dans toute la France entre 2009 à 2017. Pour une fois ces bâtiments d'intérêt public seront ouverts au public à travers une mise en scène, qui présente en parallèle les étapes de conception et de réalisation. VIB architecture ouvre son agence et fait tomber les clôtures de chantier pour laisser entrevoir le résultat d'années de recherche sur ce que seront les laboratoires de demain.
Par leur fonctionnement, qui nécessite une réorganisation perpétuelle des surfaces, selon des programmes scientifiques protéiformes, ces bâtiments appellent à une architecture évolutive tridimensionnelle. Doté d'une haute technicité, l'environnement des chercheurs ne doit pas ressembler à une machine anonyme, mais véhiculer une identité forte à rayonnement international, qui met le bien-être du chercheur au premier plan. Ainsi les facteurs temps et humain insufflent vie et raison aux ouvrages dessinés par l'agence.
VIB architecture a été remarquée en 2005, en obtenant le Prix de la Première OEuvre du Moniteur pour le Centre de Neuroimagerie construit à Caen. Elle a su depuis lors développer sa notoriété grâce à plusieurs projets emblématiques. En 2014, elle signe l'une de ses réalisations les plus singulières, les Silos 13 à Paris, puis livre en 2016 le Neurocampus à Bordeaux.

Projets présentés :
Neurocampus - Bordeaux - 2016 Silos 13 - Paris - 2014
MTC - Rouen - 2016
Ensicaen - Caen - 2016
Inserm - Toulouse - 2014
EASE - Strasbourg - 2017
Institut de Audition - Paris - 2018

www.vibarchitecture.com

Vernissage de l'exposition "VIB ARCHITECTURE"
© Cyrille Lallement 2016 - Neurocampus Bordeaux



[19:00] Ouverture de la galerie Didier Claes
Location:
Bruxelles
Bruxelles
21000 Bruxelles
M° Gare de Bruxelles
Belgique
Internet Site : www.bruxelles.be
Description:
Une petite révolution pour le marché de l'art africain à Bruxelles : l'incontournable Didier Claes quitte le quartier du Sablon, où il avait ouvert sa première galerie en 2002, pour inaugurer un nouvel espace dans le haut de la ville, dans ce quartier de l'avenue Louise où les meilleures galeries d'art moderne et contemporain ont élu domicile ces dernières années.

[19:00] Prix du Génie de l'Estampe
Location:
Galerie du Génie de la Bastille
126, rue de Charonne
75011 Paris
M° Charonne, Alexandre Dumas
France
Mobile : +33 (0)6 26 57 28 36
Mail : contact@legeniedelabastille.com
Internet Site : www.legeniedelabastille.com
Description:
dans le cadre de l'exposition "Le Génie de l'Estampe 2017"

Du 17 au 28 mai 2017, Le Génie de l'Estampe présentera des oeuvres réalisées à partir de collographies, eaux fortes, gravures sur bois et sur lino, gyotaku, héliogravures, lithographies et impressions monotype.

L'exposition aura lieu dans le cadre de la cinquième Fête nationale de l'estampe avec MANIFESTAMPE.

- Tous les jours du 17 au 28 mai, de 14h à 20h : Démonstration quotidiennes des techniques de tirage, en direction du public et des artistes.

- Le jeudi 18 mai : Vernissage à partir de 18h.

- Le mardi 23 mai :
* Concours du Prix du Génie de l'Estampe (délibération du Jury entre 17h et 19h à la Galerie du Génie, qui sera fermée au public pour l'occasion).
* Cocktail avec annonce du Prix de 19h-19h30.
* Table ronde sur les pratiques, l'évolution et l'avenir de l'Estampe à partir de 19h30.

Vernissage de l'exposition "Le Génie de l'Estampe 2017"

[19:00] Présentation officielle de la saison 17/18 de La Villette
Location:
Grande Halle de la Villette
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Phone : +33 (0)1 40 03 75 75
Internet Site : www.villette.com
Description:
Présentation officielle de la saison 17/18 de La Villette

[19:00] Rencontre avec Bernard Rancillac
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
dans le cadre de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"

Avec Bernard VASSEUR, directeur de la Maison Triolet - Aragon, auteur d'une monographie de Rancillac et d'une présentation de son journal (1956-1969) Rancillac - Devenir peintre (Ed. Hermann-2016)
Renaud FAROUX, historien d'art
et Josette RASLE, commissaire de l'exposition Rancillac - Rétrospective

La rencontre sera suivie d'une séance de dédicace par l'artiste.

Rencontre avec Bernard Rancillac

Vernissage de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"
Affiche de l'exposition

Du 21 février au 7 juin 2017
Lundi au vendredi 11h à 18h30
Samedi et dimanche 13h à 18h
Fermé les jours fériés

Entrée libre

Le Musée de La Poste propose l'exposition Rancillac Rétrospective du 21 février au 7 juin 2017 à l'espace Niemeyer.

Commissaire de l'exposition : Josette Rasle
Scénographe : Jean-Claude Salliou

Bernard Rancillac est l'un des grands noms de la peinture contemporaine. Il est l'inventeur d'une « nouvelle figuration » attentive aux réalités de la vie quotidienne et aux images dont les médias sont friands pour les faire accepter.

Peintre rebelle, il est aussi celui qui a décidé de rendre compte à sa manière de l'actualité de notre monde, histoire de déranger notre confort tiédasse et la bienséance du petit monde feutré de l'art.

La rétrospective de Bernard Rancillac proposée à l'Espace Niemeyer par le Musée de La Poste, actuellement fermé pour rénovation, réunit sur plus de 1300 m2 une centaine de pièces : peintures, objets, affiches, installations, collages... s'étalant de 1961 à 2015. Elle permet une approche complète et représentative du parcours de l'artiste né en 1931 et grande figure de la Figuration Narrative.

Dans le climat politique international des années 60, extrêmement tendu, il entame une réflexion sans concession sur la société de consommation, la culture populaire et l'actualité la plus brûlante.

Il partage alors sa vision de l'art et du monde avec un groupe de jeunes peintres en rupture avec l'abstraction, de nationalités diverses, aux aspirations pas toujours communes mais aux inspirations similaires. En 1964, avec le peintre haïtien Hervé Télémaque et le soutien du critique d'art Gérald Gassiot-Talabot, il organise au Musée d'art moderne de la ville de Paris, l'exposition Mythologies quotidiennes. Réunissant trente-quatre artistes, elle marque les esprits par l'utilisation qu'ils font de l'image à la fois banale et toute puissante. La Figuration narrative est née.

Profondément concerné par son époque, Bernard Rancillac puise dans un répertoire d'images très variées (cinéma, photographie, publicité, bande dessinée, roman-photo...) pour aborder les sujets qui lui tiennent le plus à cœur. Il les traduit par de grands aplats acryliques vivement colorés et d'inventions formelles d'une grande force plastique.

Exigeante, cohérente et subversive, son œuvre accessible au plus grand nombre, composée de séries sur lesquelles il a opéré et opère parfois encore de nombreuses variations (Mickey, musiciens de jazz, stars de cinéma...), témoigne selon Bernard Ceysson « de la volonté délibérée du peintre de miner la réalité, après avoir miné l'histoire de l'art ». Bien que l'effet plastique prévale sur toute autre préoccupation et que son combat premier soit avant tout la peinture, Bernard Rancillac utilise son pinceau comme un coup de poing non pour défendre une quelconque idéologie mais pour forcer le regard de celui qui ne veut pas voir.

Vernissage de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"
Jeune égorgée, 1998
Acrylique sur toile, 165 x 250 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Vernissage de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"
Notre Sainte Mère La Vache n°2, 1972
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 116 x 89 cm, Musée des beaux-arts, Dole

Vernissage de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"
Section rythmique de Miles Davis, 1974
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 162 x 162 cm, coll. privée

Vernissage de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"
Belfast, 1977
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 146 x 114 cm, coll. Martine et Michel Brossard, Paris

Vernissage de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"
Le Muezin, 2013,
Acrylique sur toile, 130 cm x 197 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Vernissage de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"
Les Afghanes, 2004, Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017
Acrylique sur toile, 130 cm x 195 cm, coll. de l'artiste, Paris

Vernissage de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"
Où es-tu, que fais-tu ?, 1965
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Huile sur toile, 178 x 195 cm, Centre Pompidou, MNAM-CCI

Vernissage de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"
Enfer-Paradis, 2007,
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 230 x 500 cm

Vernissage de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"
Gilda (Cinémonde n°56), 1989
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 195 x 130 cm, coll. privée

Vernissage de l'exposition "Rancillac, Rétrospective"
Sakeo, (camp de réfugiés Khmers), 1996
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile,200x200 cm, coll. La Croix-Rouge monégasque - Don de l'artiste

[19:00-21:00] Vernissage François Avril, Dominique Corbasson, Emmanuel Pierre "Á six mains"
Location:
Galerie Barbier & Mathon
10, rue Choron
75009 Paris
M° Notre-Dame-de-Lorette, Saint-Georges, Cadet
France
Mobile : +33 (0)6 80 06 29 95
Mail : info@barbiermathon.com
Internet Site : www.barbiermathon.com
Description:
Á six mains

du 24 mai au 17 juin 2017
vernissage le mardi 23 mai 2017 à partir de 19h

Vernissage : François Avril, Dominique Corbasson et Emmanuel Pierre "Á six mains"

[19:00] Vernissage de LU Linrong et Yvan Le Bozec
Location:
Orangerie de Cachan
Service des Affaires Culturelles
15, rue Gallieni
94230 Cachan
M° RER B Bagneux
France
Phone : +33 (0)1 49 69 17 90
Mail : jeanjacques.jaffredo@ville-cachan.fr
Internet Site : www.ville-cachan.fr/vos-loisirs/vie-culturelle/lorangerie/
Description:
Du 22 mai au 1er juillet
Vernissage le mardi 23 mai à 19h

Des jambes, des seins, des courbes sensuelles, des longs cous, de petites têtes rondes d'animaux, des créatures hybrides... L'art de Lu Linrong appelle à de douces caresses et à une violence aussi... tel un regard ouvert sur l'ambivalence des sentiments.

Yvan Le Bozec, né au Mans, ville d'Art et d'Histoire à l'ombre de la cathédrale Saint-Julien, nourri aux rillettes et bercé par la ronde des 24 heures automobile :
« La lettre a été, à l'origine de ma pratique, le véhicule privilégié du dessin. Écrire et dessiner sont intrinsèquement liés. Tout cela tourne en rond, sans pour autant faire du surplace, plutôt une manière de creuser le sujet. »

Il y aura aussi, à la tombée de la nuit : une projection lumineuse La Galaxie Youkali, boule à facettes scintillement d'étoiles ; la chanson Youkali, ritournelle envoûtante, tango habanera, musique de Kurt Weill, récit d'une île enchanteresse mais qui n'existe pas. Et enfin l'invitation à entrer dans la danse en esquissant quelques pas de tango... Un partage festif.

Vernissage de LU Linrong et Yvan Le Bozec

[19:00] Vernissage de Mikaël Kerboas "l'inquiétante étrangère"
Location:
Galerie Nikki Diana Marquardt
9, place des Vosges
10, rue de Turenne
75004 Paris
M° Saint-Paul, Chemin Vert, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 42 78 21 00
Fax : +33 (0)1 42 78 86 73
Mail : galerie@galeriemarquardt.com
Internet Site : www.galerienikkidianamarquardt.com
Description:
15 years of Mikaël Kerboas

Ellia Art Gallery a le plaisir de vous inviter au vernissage de sa nouvelle exposition "15 years of Mikäel Kerboas" le 23 mai 2017 à la galerie Nikki Diana Marquardt.
Cette rétrospective est consacrée aux 15 ans de travail de l'artiste autodidacte Mikael Kerboas.

Né en 1961, à Troyes, Mikaël habite en Provence où il a installé son atelier. Enfant au parcours scolaire tortueux, il grandit loin de chez lui en pensionnat.
A la fin de sa scolarité, il apprend la coiffure sur les conseils de ses parents, qui ne voient pas d'un très bon oeil le métier d'artiste peintre auquel il aspire déjà... Comme l'acteur Fabrice Lucchini, il va connaître les affres du salon de coiffure pour dames! Il crée alors ses propres salons, mais reste habité par sa passion. Il y travaille à ses heures perdues jusqu'au jour où il décide de se consacrer entièrement à son art, qu'il vous présente aujourd'hui avec cette exposition.
Cette sélection présente trois thèmes récurrents dans le travail de cet artiste : Le Louvre, L'inquiétante étrangère et Peinture de la Peinture.
Le Louvre est l'une des études les plus anciennes de l'artiste. La technique utilisée est celle d'un appareil photo digital captant le mouvement des personnes à l'intérieur du Louvre. Avec ces croquis digitaux, il recompose des peintures dans son atelier.
L'inquiétante étrangère est une série inspirée par le thème psychanalytique de Freud et la sensation éminente que quelque chose se cache derrière les apparences.
La Peinture de la Peinture est une confrontation avec les grands artistes classiques, une tentative de réinterprétation.
Et c'est avec cette exposition que nous célébrons le partenariat entre la galerie Nikki Diana Marquardt et Ellia Art Gallery.

Vernissage de Mikaël Kerboas "l'inquiétante étrangère"

[19:00] Vernissage de l'exposition "Le Chant du Marais"
Location:
Les éditeurs associés
11, rue de Médicis
75006 Paris
M° RER B Luxembourg, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 43 36 81 19
Mail : edassocies@gmail.com
Internet Site : www.lesediteursassocies.com
Description:
Librairie des Éditeurs associés
11 rue de Médicis
75006 Paris

A l'occasion de l'exposition-vente de ses dessins originaux pour le livre Le Chant du Marais de Pascal Quignard, l'artiste Gabriel Schemoul viendra nous présenter son travail. Isabelle Louviot, exploratrice littéraire, mènera la discussion et nous entraînera dans l'univers du peintre.

Exposition des originaux et de tirages du 10 au 27 mai 2017

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition documentaire "C'est quoi ta France ?"
Location:
Le 100 E.C.S.
Etablissement Culturel Solidaire
100, rue de Charenton
75012 Paris
M° Gare de Lyon, Ledru-Rollin
France
Phone : +33 (0)1 55 78 05 55
Fax : +33 (0)1 58 51 23 29
Mail : accueil@100ecs.fr
Internet Site : 100ecs.paris
Description:
L'exposition "C'est quoi ta France ?" est l'occasion de mettre en perspective, à travers l'expression artistique, notre politique d'accueil et d'intégration des migrants et notre modèle social. Pour ce projet, nous avons réuni des artistes visuels et plastiques aux univers singuliers, mais dont l'histoire personnelle et le travail ont ce point en commun qu'ils interrogent les formes et le sens de notre diversité sociale et culturelle.
Cette exposition témoigne de la diversité culturelle de la France, et doit convaincre de la force que nous devons y puiser pour résoudre les grands défis de société à venir.

L'objectif est de vous offrir un voyage à travers les époques qui représente la diversité culturelle, historique et ethnique de la France. La mise en espace collective des œuvres est basée sur une dynamique curative pour favoriser la mise en perspective du sujet général de l'exposition "des points de vues sur une identité commune". Lors du parcours de l'exposition, vous voyagerez à travers les époques et les concepts.

Exposition avec : Marc Bellini, Natalia Ivanova, Shuck One, Alexis Peskine, Benedicte Van der Maar, Jules Viera.

Vernissage de l'exposition documentaire "C'est quoi ta France ?"

18:00
19:00
20:00
21:00  
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés