Wednesday, June 7, 2017
Public Access


Category:
Category: All

07
June 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

  Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Affiche de l'exposition

Du 21 février au 7 juin 2017
Lundi au vendredi 11h à 18h30
Samedi et dimanche 13h à 18h
Fermé les jours fériés

Entrée libre

Le Musée de La Poste propose l'exposition Rancillac Rétrospective du 21 février au 7 juin 2017 à l'espace Niemeyer.

Commissaire de l'exposition : Josette Rasle
Scénographe : Jean-Claude Salliou

Bernard Rancillac est l'un des grands noms de la peinture contemporaine. Il est l'inventeur d'une « nouvelle figuration » attentive aux réalités de la vie quotidienne et aux images dont les médias sont friands pour les faire accepter.

Peintre rebelle, il est aussi celui qui a décidé de rendre compte à sa manière de l'actualité de notre monde, histoire de déranger notre confort tiédasse et la bienséance du petit monde feutré de l'art.

La rétrospective de Bernard Rancillac proposée à l'Espace Niemeyer par le Musée de La Poste, actuellement fermé pour rénovation, réunit sur plus de 1300 m2 une centaine de pièces : peintures, objets, affiches, installations, collages... s'étalant de 1961 à 2015. Elle permet une approche complète et représentative du parcours de l'artiste né en 1931 et grande figure de la Figuration Narrative.

Dans le climat politique international des années 60, extrêmement tendu, il entame une réflexion sans concession sur la société de consommation, la culture populaire et l'actualité la plus brûlante.

Il partage alors sa vision de l'art et du monde avec un groupe de jeunes peintres en rupture avec l'abstraction, de nationalités diverses, aux aspirations pas toujours communes mais aux inspirations similaires. En 1964, avec le peintre haïtien Hervé Télémaque et le soutien du critique d'art Gérald Gassiot-Talabot, il organise au Musée d'art moderne de la ville de Paris, l'exposition Mythologies quotidiennes. Réunissant trente-quatre artistes, elle marque les esprits par l'utilisation qu'ils font de l'image à la fois banale et toute puissante. La Figuration narrative est née.

Profondément concerné par son époque, Bernard Rancillac puise dans un répertoire d'images très variées (cinéma, photographie, publicité, bande dessinée, roman-photo...) pour aborder les sujets qui lui tiennent le plus à cœur. Il les traduit par de grands aplats acryliques vivement colorés et d'inventions formelles d'une grande force plastique.

Exigeante, cohérente et subversive, son œuvre accessible au plus grand nombre, composée de séries sur lesquelles il a opéré et opère parfois encore de nombreuses variations (Mickey, musiciens de jazz, stars de cinéma...), témoigne selon Bernard Ceysson « de la volonté délibérée du peintre de miner la réalité, après avoir miné l'histoire de l'art ». Bien que l'effet plastique prévale sur toute autre préoccupation et que son combat premier soit avant tout la peinture, Bernard Rancillac utilise son pinceau comme un coup de poing non pour défendre une quelconque idéologie mais pour forcer le regard de celui qui ne veut pas voir.

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Jeune égorgée, 1998
Acrylique sur toile, 165 x 250 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Notre Sainte Mère La Vache n°2, 1972
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 116 x 89 cm, Musée des beaux-arts, Dole

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Section rythmique de Miles Davis, 1974
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 162 x 162 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Belfast, 1977
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 146 x 114 cm, coll. Martine et Michel Brossard, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Le Muezin, 2013
Acrylique sur toile, 130 cm x 197 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Les Afghanes, 2004, Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017
Acrylique sur toile, 130 cm x 195 cm, coll. de l'artiste, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Où es-tu, que fais-tu ?, 1965
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Huile sur toile, 178 x 195 cm, Centre Pompidou, MNAM-CCI

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Enfer-Paradis, 2007
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 230 x 500 cm

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Gilda (Cinémonde n°56), 1989
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 195 x 130 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Sakeo, (camp de réfugiés Khmers), 1996
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 200x200 cm, coll. La Croix-Rouge monégasque - Don de l'artiste

Exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Location:
Château de Versailles
Place d'Armes
78000 Versailles
M° Gares SNCF de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 30 83 78 00
Mail : direction.public@chateauversailles.fr
Internet Site : www.chateauversailles.fr
Description:
du 30 mai au 24 septembre 2017

L'exposition se tiendra du 30 mai au 24 septembre 2017 au Grand Trianon, ouvert de 12h à 18h30.
Dernière admission : 18h
Fermeture des caisses : 17h50

Consacrée au séjour de Pierre le Grand à Paris et en particulier au château de Versailles, en mai et juin 1717, cette exposition commémorera du 30 mai au 24 septembre 2017 le tricentenaire de la visite du tsar en France.

Fruit d'un partenariat privilégié entre le musée national des châteaux de Versailles et de Trianon et le musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg, l'exposition présentera, à travers plus de cent-trente œuvres, ce qui fut, sous la Régence, deux ans seulement après la mort de Louis XIV, l'un des événements diplomatiques et culturels les plus marquants du début du règne de Louis XV.

Le parcours

Le parcours permettra de suivre pas à pas cette visite qui, pour être officielle, n'en fut pas moins libre. Héritier de la dynastie des Romanov et premier empereur de toutes les Russies, Pierre Ier cherchait l'inspiration dans les modèles français. Cet esprit curieux, passionné d'art, de sciences et de techniques, visita les résidences royales, les manufactures et les académies parisiennes, rencontra les plus éminents savants et artistes de son temps pour en attirer certains à la cour de Saint-Pétersbourg. Peintures, sculptures, pièces de mobilier et d'arts décoratifs, gravures et dessins, livres provenant de la bibliothèque du tsar ainsi qu'objets de son cabinet de curiosités dessineront le portrait de ce grand réformateur de la Russie, tourné vers l'Occident et en particulier vers une France héritière du Grand Siècle.

Commissariat

- Gwenola Firmin Conservateur en charge des peintures du XVIIIe siècle au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
- Thierry Sarmant Conservateur en chef, chef du Centre historique des archives, Service historique de la Défense
- George Vilinbakhov Vice-directeur du musée d'État de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg

Le voyage sur twitter

Découvrez sur le compte Twitter @CVersailles toutes les étapes du séjour de Pierre Ier dans le Paris du jeune Louis XV de mai à juin 1717. 300 ans presque jour pour jour après cette visite diplomatique mémorable, le hashtag #PierreLeGrandVoyage permet, au fil des jours, de revivre le voyage d'un tsar puissant et réformateur en quête d'inspiration autant politique et économique qu'artistique ou scientifique.

Fêtes galantes

Dans votre costume identique à ceux des plus belles époques de Versailles, vous êtes invités à retrouver l'ambiance raffinée et artistique des soirées d'appartement, un moment hors du temps, inoubliable. Cette année, le thème de ces fêtes sera bien sûr la venue de Pierre le Grand au château de Versailles pour qui fut organisé l'une des plus fastueuses réceptions officielles lors de son séjour.
Soirée costumée : 29 mai 2017 - 19h30
>> RSVP

L'exposition

Consacrée au séjour du tsar Pierre le Grand en France, à Paris et dans ses environs, en mai et juin 1717, l'exposition Pierre le Grand, un tsar en France. 1717, qui se tiendra au Grand Trianon du 30 mai au 24 septembre 2017, commémorera le tricentenaire de cette visite diplomatique. Fruit d'une collaboration exceptionnelle entre le château de Versailles et le musée d'État de l'Ermitage, elle présentera plus de 150 œuvres - peintures, sculptures, arts décoratifs, tapisseries, mais aussi plans, médailles, instruments scientifiques, livres et manuscrits - dont les deux tiers appartiennent aux collections du prestigieux musée de Saint-Pétersbourg.

Issu de la dynastie des Romanov, fils du tsar Alexis Mikhaïlovitch (1645-1676) et de Nathalie Narychkine (1651-1694), Pierre Ier (1672-1725), vingt ans après la « Grande Ambassade » qui l'a mené une première fois en Europe en 1697-1698, entreprend un nouveau voyage en Occident. Il atteint la France le 21 avril 1717 et y demeure jusqu'au 21 juin suivant. À Versailles où il fait étape deux fois, il est logé au Grand Trianon, du 24 au 26 mai puis du 3 au 11 juin 1717.

Le parcours de l'exposition suit pas à pas ce séjour qui, pour être officiel, n'en est pas moins libre car, force de la nature, imprévisible et peu façonné à l'Étiquette, Pierre Ier bouscule le protocole à maintes reprises. Sa rencontre avec Louis XV marque notamment les esprits : faisant fi du cérémonial de cour, il prend dans ses bras, en un geste spontané, l'enfant roi, tout juste âgé de sept ans. De nombreux mémorialistes, parmi lesquels Saint-Simon, le marquis de Dangeau ou Jean Buvat nous ont laissé de précieux témoignages permettant de retracer ce voyage.

Si ce séjour a des visées politiques et économiques - un projet d'alliance avec la France contre la Suède d'une part, la signature d'un traité de commerce de l'autre -, le tsar réformateur, fondateur de la Russie moderne, veut par-dessus tout voir ce que la France possède de plus remarquable afin d'en adapter certains modèles à son empire. Durant les deux mois qu'il passe dans le Paris de la Régence, visites et discussions avec les Français nourrissent sa réflexion et infléchissent les travaux qu'il a entrepris depuis 1703 à Saint-Pétersbourg et dans ses environs.

À Paris, Pierre se rend à l'Académie des Sciences, dont il devient membre honoraire, à l'Observatoire, à l'Hôtel royal des Invalides et à l'Hôtel de la Monnaie où l'on frappe une médaille en son honneur. Le tsar visite également la manufacture des Gobelins qui lui inspire la création d'une fabrique de tapisseries dans sa nouvelle capitale. Découvrant les marchands parisiens tel un simple particulier, il fait provision de livres, d'instruments scientifiques et techniques. Enfin, comme il est d'usage, ce voyage suscite l'échange de prestigieux cadeaux diplomatiques ; à l'image de la tenture du Nouveau Testament offerte à Pierre le Grand, composée de quatre tapisseries d'après Jouvenet et conservée aujourd'hui au musée d'État de l'Ermitage.

L'exposition met aussi en lumière les rapports du tsar avec les artistes français. En effet, dès 1716, il attire à la cour de Saint-Pétersbourg plusieurs maîtres, parmi lesquels Louis Caravaque (1684-1754), l'architecte Jean-Baptiste Le Blond (1679-1719) et le sculpteur ornemaniste Nicolas Pineau. Lors de son séjour en France en 1717, il est portraituré par deux peintres de renom, Jean-Marc Nattier (1685-1766) et Jean-Baptiste Oudry (1686-1755).

Souverain guerrier et voyageur, Pierre le Grand parcourt le monde pendant près de quatre décennies, de la mer Blanche à la mer Caspienne, de la Hollande à la Moldavie et de l'Angleterre à la Perse. Cette personnalité hors du commun a su s'imposer, au regard de la postérité, comme l'un des monarques les plus marquants de son pays, initiateur d'une nouvelle Russie.

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Cassette de Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Cadran Solaire
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Veste de costume d'été de Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Louis XV visite Pierre le Grand à l'hôtel de Lesdiguières
Château de Versailles

Exposition "Peindre la banlieue de Corot à Vlaminck"
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Du 17 mai au 13 août 2017
- Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h
- Samedi et dimanche : de 14h à 18h
- Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h
- Fermé les jours fériés et au mois d'août

Plein tarif : 4.70 € / 3.60 € pour les Isséens et GPSO
Tarif réduit : 3.60 € / 2.60 € pour les Isséens et GPSO
Gratuit pour les moins de 26 ans
Audio guide français / anglais : gratuit

Exposition de chefs-d'oeuvre impressionnistes en co-production avec l'Atelier Grognard à Rueil-Malmaison.

Cette exposition présente une sélection d'œuvres rassemblées autour du thème de la banlieue et de son évolution, vues à travers le regard de peintres du milieu du XIXe au milieu du XXe siècle.

Elle a été préparée en liaison avec le Centre d'Arts « L'Atelier Grognard » de Rueil-Malmaison qui l'a présentée du 9 décembre 2016 au 10 avril 2017. Différents prêts obtenus auprès d'institutions françaises (Musée d'Orsay, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, Musée des Beaux-Arts d'Orléans, Musée des Beaux-Arts de Reims entre autres) permettent d'offrir à la curiosité du visiteur des tableaux réalisés par des artistes au renom aussi grand que Camille Corot, Charles Daubigny, Camille Pissarro, Berthe Morisot, Maurice Denis, Maurice Utrillo, Raoul Dufy notamment.

L'exposition explore les sites franciliens qu'ont fréquentés ces artistes à un moment où s'imposent la peinture de plein air et la recherche de nouveaux motifs. D'abord tirés de la nature et de la vie rustique, ceux-ci sont, au fur et à mesure que se développent les moyens de transport et le chemin de fer en particulier, empruntés à deux univers alors en plein essor : l'industrie et les loisirs.

Les mutations sans précédent qui marquent profondément le siècle, donnent à la périphérie de Paris de multiples visages, à l'exemple de la Seine, trait d'union entre tous ces territoires consacrés à la fois aux pratiques ludiques traditionnelles et à un trafic fluvial métamorphosé par les conjonctures économiques successives.

Pendant qu'ils représentent ce passage d'un paysage champêtre à un paysage de plus en plus domestiqué, les peintres de la nature deviennent des peintres de la modernité. Les alentours de la capitale se muent peu à peu en un univers propice aux recherches picturales sur le paysage et constituent pour nombre d'entre eux une étape importante dans leur parcours artistique.

C'est cette diversité thématique et esthétique offerte par la banlieue au cours d'un siècle, de 1850 à 1950, de l'Ecole de Barbizon à l'École de Paris, que l'exposition souhaite restituer, en rappelant non seulement l'industrialisation, mais aussi ses contrepoints : la survivance du monde agricole, l'émergence d'une civilisation des loisirs, l'expansion urbaine à travers la multiplication des zones d'habitat.

Ainsi à travers les pièces sélectionnées et les choix muséographiques, l'exposition montre des œuvres dont les auteurs se sont plu à peindre la banlieue comme un coin de paradis, que ce soit en représentant des paysages arcadiens, ou en évoquant des lieux de détente et de loisirs ouverts aux « pratiques récréatives ». Elle attire aussi l'attention sur le fait que la banlieue a été un acteur économique, où l'industrialisation qui se développe, côtoie longtemps un secteur agricole très vivace. Elle souligne enfin que le développement de la banlieue prend de plus en plus la forme d'une expansion urbaine stricto sensu, au terme de laquelle la banlieue aujourd'hui, est surtout perçue comme de longs rubans urbanisés où alternent grands ensembles d'habitat social et logements pavillonnaires.

La découverte de l'exposition s'accompagnera d'un dispositif de médiation innovant : le LiFi. Grâce à ce support, des informations variées permettent une découverte plus détaillée, via des tablettes connectées, une sélection des œuvres présentées.

Autour de l'opération, une importante programmation sera mise en place, comprenant notamment des conférences, des visites commentées et des ateliers - ludiques pour les enfants et pour tous, autour de la photographie ou de la peinture de paysage.

Vernissage de l'exposition "Peindre la banlieue de Corot à Vlaminck"
Hervier de Romande, « Paul Féval en barque sur la Marne », 1890

Vernissage de l'exposition "Peindre la banlieue de Corot à Vlaminck"
Maximilien Luce, « La Seine à Issy-les-Moulineaux », 1920 © Musée Français de la Carte à Jouer et Galerie d'Histoire de la Ville, Issy-les-Moulineaux

Vernissage de l'exposition "Peindre la banlieue de Corot à Vlaminck"
Louis Toffoli, « Quai à Ivry », 1951 © Musée du Domaine départemental, Sceaux

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00 [17:30] Vernissage de l'exposition des Ateliers de la Maison des Arts
Location:
Maison des Arts de Bagneux
15, avenue Albert Petit
92220 Bagneux
M° RER B Bagneux
France
Phone : +33 (0)1 46 56 64 36
Fax : +33 (0)1 46 56 20 93
Mail : maison-arts@mairie-bagneux.fr
Internet Site : www.bagneux92.fr
Description:
Exposition du 30 mai au 17 juin 2017
Entrée libre et gratuite du mardi au vendredi de 14h à 17h
Nocturne le mardi jusqu'à 20h00
Inauguration le mercredi 7 juin à 17h30

18:00 [18:00-22:00] Vernissage de Cécile Hug "Blason du Corps"
Location:
Galerie de La Voûte
42, rue de la Voûte
75012 Paris
M° Porte de Vincennes, Picpus
France
Mobile : +33 (0)6 09 94 49 60
Mail : galeriedelavoute@gmail.com
Internet Site : www.galeriedelavoute.com
Description:
Blason du corps

Le monde de Cécile Hug s'apparente à une carte de Tendre qu'elle dessine au fil de ses œuvres. Là où les amants du XVIIe siècle arpentaient les chemins de l'amour à travers une topographie allégorique, l'artiste, elle, dresse sa cartographie amoureuse à partir de différentes parties du corps qu'elle choisit de visiter. De petits territoires de sensualité que Cécile Hug observe, investit et qui donnent lieu à des séries de dessins, de sculptures, de moulages ou à des photographies. Le pubis, qu'elle raconte à travers ses entre jambes, le sein accrocheur qui hypnotise le regard... mais il y a aussi l'oreille, le nombril, le pénis, l'œil, l'aisselle, la bouche... Autant d'objets de désir et de plaisir que l'on retrouve déclinés à l'envi, jeu de répétitions et variations.

Dans cette géographie sensuelle composée par l'artiste, on remarquera le téton, comme elle aime le nommer. « Cette nouvelle focalisation sur cette partie du corps est née d'une distraction. Alors que je travaillais sur le parterre d'oreilles, installation sonore et visuelle où je devais mouler des centaines de fois mon oreille gauche, j'ai soudain eu envie de mouler mon téton - comme une récréation. Mon corps et ses sensations sont à l'origine de chacune de mes créations. L'idée de rendez-vous tétons m'est vite apparue : tétons d'hommes, tétons de femmes, empreintes récoltées au cours de mes rencontres. Il s'agit de donner à voir une partie du corps rarement dévoilée, volontairement délimitée afin qu'elle prenne une forme pure et minimale. Endroit du corps à savourer, bonbon peint en rose, le téton a la couleur de sa sensation plutôt que de son apparence. C'est aussi un clin d'œil fait à l'artiste Paul-Armand Gette, mon âme-sœur, que j'associe toujours à la couleur rose. »

Blason du corps, titre de l'exposition de Cécile Hug, devient ainsi une héraldique buissonnière formant un paysage sensuel et intime, où tour à tour, chaque partie du corps est sublimée. On y entendra aussi un lointain écho aux blasons de la Renaissance, ces courts poèmes célébrant un détail anatomique féminin, dont Clément Marot a été l'initiateur avec son Blason du beau tétin en 1535. Entrent ainsi en résonance avec les séries l'entre jambe et les rendez-vous tétons, des dessins au trait délicat comme l'œil de fougère, Godeleine au sein rose, de lèvres par trois, la sève, qui, comme souvent chez l'artiste, sont constitués d'éléments végétaux et animaux, glanés lors de ses cueillettes champêtres. Ici une branche de mimosa rehausse la courbe d'un œil ; là, quelques graines de clématites se transforment en spermatozoïdes frémissants ; là-bas une sauterelle et une libellule rendent visite à des entre jambes. Le travail de Cécile Hug naît aussi de ce geste simple et essentiel, cueillir, au gré de ses promenades dans la nature ou sur le corps des autres. Toujours porté par un état d'émerveillement, que ce soit pour le corps humain, la botanique ou le règne animal. Un regard délicieux et ravi qu'elle sait offrir en partage.

Céline du Chéné
Mauvais genres, France Culture

=> Vernissage le 7 juin à partir de 18:00
- Dialogue avec Paul-Armand Gette, lecture à deux voix du "Blason du beau tétin" de Clément Marot

=> Exposition du 8 au 29 juin

Vernissage de Cécile Hug "Blason du Corps"

[18:00-21:00] Vernissage de Daphné Rocou "Paradisi retrouvé"
Location:
Little Big Galerie
45, rue Lepic
75018 Paris
M° Blanche, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 52 81 25
Mail : littlebiggalerie@beall.fr
Internet Site : www.littlebiggalerie.com
Description:
du 1er au 28 juin 2017

Vernissage de Daphné Rocou "Paradisi retrouvé"

[18:00-21:00] Vernissage de Jean-Christophe Béchet "European Vintage"
Location:
Les Douches La Galerie
5, rue Legouvé
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)1 46 07 10 84
Fax : +33 (0)1 42 38 93 01
Mail : contact@lesdoucheslagalerie.com
Internet Site : www.lesdoucheslagalerie.com
Description:
Vernissage le 7 juin de 18h à 21h en présence de l'artiste
Exposition du 8 juin au 29 juillet 2017

Vernissage de Jean-Christophe Béchet "European Vintage"

Les Douches La Galerie a le plaisir de montrer le travail de Jean-Christophe Béchet issu de sa série European Puzzle à travers un grand nombre d'images inédites : des vintages ou tirages d'époque, en couleur avec de superbes Cibachrome ou en noir et blanc, réalisés dans leur grande majorité par le photographe. Autant de variations qui reflètent l'évolution de son regard au cours des trente dernières années, qu'il a passées à parcourir l'Europe.

Vernissage de Jean-Christophe Béchet "European Vintage"
© Jean-Christophe Béchet / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

[18:00-22:00] Vernissage de Josquin Pouillon
Location:
ChateauForm'City
Les Jardins de Saint-Dominique
49/51, rue Saint-Dominique
75007 Paris
M° Invalides, Varenne, Assemblée Nationale, Solférino
France
Phone : +33 (0)1 84 02 05 66
Mail : city@chateauform.com
Internet Site : www.chateauform.com/fr/maison/les-jardins-de-saint-dominique
Description:
http://www.lesrendezvousdelart.com
lesrendezvousdelart@gmail.com
Tel. 06 20 55 21 45

Vernissage de Josquin Pouillon

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Monique Frydman - In the golden light"
Location:
Londres
London
London
London
M° www.tfl.gov.uk/tube
United Kingdom
Internet Site : www.cityoflondon.gov.uk
Description:
Parasol Unit Foundation

Du 8 juin au 12 août 2017
Tous les jours de 10h à 19h
Vernissage 7 juin 2017

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Bouleversants"
Location:
Espace des Arts Sans Frontières
44, rue Bouret
Code : 13A62
75019 Paris
M° Jaurès, Bolivar
France
Phone : +33 (0)1 42 01 27 74
Mail : espacedesartssf@gmail.com
Internet Site : espacedesartssf.blogspot.com
Description:
Du 7 au 20 juin 2017 :
Exposition Peinture/Performance
"Bouleversants"
Yukinko AKIRA & Yoann Paounoff

Vernissage le mardi 7 juin à partir de 18h ; Performance de Yukinko Akira à 19h30.

Entrée libre.
Ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h.
Finissage le 20 juin, Projection vidéo (plus de détails très prochainement).

Le jeune et célèbre performeur japonnais Yukinko AKIRA, peintre et danseur bouillant d'énergie et Yoann Paounoff, le célèbre plasticien de Paris, tout aussi bon danseur et connu pour sa vitalité débordante, présentent l'exposition "Bouleversants".
L'un l'autre ayant finalement fait craquer le cadre de leurs toiles pour en libérer leurs occupants, ils sont là pour la toute première fois réunis !

évènement Fb
http://www.yoannpaounoff.com/blog/

" Il y a quelque chose de violent, de tribal et de tellurique dans le travail de Yoann Paounoff, qu'expliquent peut-être en partie ses origines slaves (roumaines et bulgares). C'est une peinture rugueuse, pas consensuelle, qui ne cherche nullement à passer inaperçue. D'ailleurs, lors de son diplôme, Marc Desgrandchamps, qui était président du jury, l'a qualifiée « d'univers assez bousculé, singulier » et il est vrai qu'il y a presque une forme de brutalité dans ses toiles comme peintes au corps à corps. Lui-même avoue avancer à la vitalité, comme un magma qui se constitue sous ses doigts jusqu'à donner des formes. N'y a-t-il pas un risque alors d'être parfois à la limite de la croûte ? « Si, dit-il, et j'ai conscience parfois de l'approcher. D'autant que je suis rarement content de mes tableaux et que je les reprends très souvent. Mais j'essaie de faire en sorte que la ligne chante et comme je travaille sans me soucier des questions de bon ou de mauvais goût, je peux avancer dans ces expériences limites ". Extrait d'un article de Patrick Scemama in http://larepubliquedelart.com

"Hailing from Tokyo, Yukinko Akira is both an artist and a showman, who creates dystopic works of art as part of his unusual show which is part dance performance, part DJ set, and part hypnotic painting spectacular. With his paint-splattered CD player slung across his back, playing beats he mixes in his own studio, Akira begins his act by bowing to the crowd and getting into the rhythm of the music, before putting brush to canvas.
Yukinko Akira has travelled all over the world with his performance, but his usual stomping ground is Tokyo's Yoyogi Park, where he performs regularly at the fountains. His unique skills have earned him the approval of Tokyo's governing body, granting him the status of 'Heaven Artist' - a title given only to artists who have been deemed to contribute real cultural value to Tokyo's public spaces." Extrait de http://cityspectacular.com/

Vernissage de l'exposition collective "Bouleversants"

[18:30-20:00] Signature d'Oda Jaune
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
A l'occasion de la parution du livre White Sculptures, la Librairie Flammarion du Centre Pompidou a le plaisir de vous convier à une séance de dédicaces avec l'artiste Oda Jaune.
Publié par Hatje Cantz, l'ouvrage (bilingue français/anglais) est consacré au tout nouveau corpus de sculptures de l'artiste, avec un texte de Olivier Kaeppelin, directeur de la Fondation Maeght.

Signature d'Oda Jaune

[18:30-21:00] Vernissage de Frédéric Galliano "Concrescences"
Location:
Vitrine - 65
65, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Strasbourg - Saint-Denis, Réaumur - Sébastopol, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)7 83 20 26 20
Mobile : +33 (0)6 72 70 13 34
Mail : contact@vitrine-65.gallery
Internet Site : www.vitrine-65.gallery
Description:
Du mercredi 7 au samedi 17 juin 2017
Vernissage le mercredi 7 juin 2017 à partir de 18h30 en présence de Frédéric Galliano

En juin, Frédéric Galliano sera l'invité des éditions Multiples Un à la galerie VITRINE-65. Il présentera ses derniers travaux à propos de la monade N°170.101.

Avec l'aspect de concrescences, surgissant sous forme de "gouttes d'expériences", de pulsations de "l'exister" et "d'événements" fulgurants, ces nouvelles recherches font apparaître divers moments de cette monade.

Utilisant des superpositions de collages, de gravures laser, de brûlures de poudre de pastel sur des fonds unis, ces nouveaux travaux font aussi appel à la poétique de l'ombre ainsi qu'à l'univers du processus et proposent une recherche toujours aussi singulière et originale.

Vernissage de Frédéric Galliano "Concrescences"
Frédéric Galliano "Concrescence, monade 170.101" (Gravure laser, pastel, fusain et vernis sur papier, 56x38cm, avril 2017)

Vernissage de Frédéric Galliano "Concrescences"
Frédéric Galliano "Concrescence, monade 170.101" (Gravure laser, pastel et pigment sur papier, 56x38cm, avril 2017)

[18:30] Vernissage de Nathalie Grall "Rives et Dérives"
Location:
Galerie Anaphora
13, rue Maître-Albert
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Mobile : +33 (0)6 03 21 31 35
Mail : galerie.anaphora@gmail.com
Description:
du 8 juin au 12 juillet 2017
du mardi au samedi de 14h30 à 19h30
vernissage le 7 juin à partir de 18h30

A cette occasion sera édité un catalogue des reproductions des œuvres exposées accompagnées de quelques textes de Nathalie Grall.

[18:30-21:30] Vernissage de Palefroi "Je prends tes yeux pour voir et on n'y comprend rien"
Location:
Slow Galerie
5, rue Jean-Pierre Timbaud
141, rue Amelot
75011 Paris
M° Filles du Calvaire, Oberkampf, République
France
Phone : +33 (0)1 43 55 44 68
Mail : contact@slowgalerie.com
Internet Site : www.slowgalerie.com
Description:
"Je prends tes yeux pour voir et on n'y comprend rien"
Sérigraphies et éditions

Marion Jdanoff et Damien Tran vivent à Berlin où ils fondent Palefroi en 2012.

Leur travail en tant que duo est une négociation de leurs pratiques individuelles.

Marion s'intéresse à la représentation d'histoires, à des formes décousues de narration. Elle dessine des personnages, des animaux, des êtres, des choses matérielles.
Damien a une approche abstraite du dessin. Il gribouille, fait du dessin automatique, utilise des lignes et des motifs bizarres, proche du raté.

Palefroi est un terrain de jeux qui peut se transformer en champ de bataille à tout moment, où la figuration et l'abstraction sont en interaction constante.

Travailler ensemble pousse Tran et Jdanoff hors de leurs zones de confort, leur imposant de se faire confiance, de négocier et s'adapter pour créer quelque chose avec lequel ils sont tous deux d'accord. Ils n'essayent pas d'élaborer un langage visuel commun que chacun pourrait utiliser indifféremment. Au lieu de cela, ils se concentrent sur leurs singularités, les mettent sur la table pour voir comment elles peuvent interagir. Cet espace d'échange et de confrontation leur permet également de réfléchir sur leur propre travail individuel.

Palefroi est un exercice diplomatique: chercher à s'entendre, cohabiter sans s'uniformiser.
De manière concrète, Tran et Jdanoff fabriquent des livres d'artistes et des affiches en sérigraphie.


« Je prends tes yeux pour voir et on n'y comprend rien »
est la première exposition de Palefroi à Paris.

Palefroi exposera des images de visions : orthopties (voir droit), corrections de la vue et bonnes manières de voir. Une série de dessins empathiques . Sous forme d'affiches et de fanzines.

Y seront abordés :
Inversement des pôles. Figuration abstraite et abstraction figurative.
Marion dessine comme Damien qui dessinerait comme Marion.
Apparitions, mythes, exercices ludiques, transcendance, ouverture de l'ADN et concepts idiots.

MÉDIUMS BIENVENUS

« Pour reformuler et caser Derrida:

Nous sommes partis du dessin, la vision, l'oeil, voir, beau dessin, pas beaux dessins. A cause d'une conférence de Derrida, « A dessein, le dessin ».
Nous y avons accolé des visions, le spectacle des apparitions et tout un pan ésotérique qui nous a été soufflé par un ami versé dans l'occulte et les énergies.

En nous appuyant sur ce mot, au pluriel, de Visions, nous avons multiplié les exercices pour dessiner à deux, ensemble, contre, dessus, à coté, avec.
Pour se rapprocher du dessin de l'autre, nous avons dessiné dans le noir, en marchant, à la place de l'autre.

Par glissement, le dessin est devenu médiateur de notre relation de travail, une thérapie de couple. »

Vernissage du duo Palefroi "Je prends tes yeux pour voir et on n'y comprend rien"

[18:30-21:00] Vernissage de Sabine Marcelis "Radiant"
Location:
Gallery Serge Bensimon
111, rue de Turenne
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 74 50 77
Internet Site : www.gallerybensimon.com
Description:
La Gallery S.Bensimon est heureuse de présenter l'exposition "RADIANT" autour du travail de Sabine Marcelis.

Lancement en exclusivité de la collection FUSE, dernière collection de suspensions en verre soufflé en édition pour la Gallery et co-produite avec les talentueux artisans verriers du CIAV Meisenthal.

Retrouvez également des pièces de Sabine Marcelis avec l'aimable participation de la galerie VICTOR HUNT de Bruxelles et la collaboration de BLOC STUDIO.

Vernissage de Sabine Marcelis "Radiant"
Vernissage de Sabine Marcelis "Radiant"


[19:00-22:00] Fête du Canard enchaîné 2017
Location:
Maison de l'Amérique Latine
217, boulevard Saint-Germain
75007 Paris
M° Rue du Bac, Solférino
France
Phone : +33 (0)1 49 54 75 00
Fax : +33 (0)1 45 49 06 33
Mail : culturel@mal217.org
Internet Site : www.mal217.org
Description:
Fête du Canard enchaîné 2017

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Le Baiser" par Nous Deux
Location:
Le Cœur
83, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)9 83 57 25 23
Mail : charlotte@lecoeur-paris.com
Internet Site : www.lecoeur-paris.com
Description:
Nous Deux célèbre ses 70 ans au Cœur et propose l'exposition « Le Baiser » (08/17-06).
Baisers d'amour, baisers de paix, baisers politiques... La mise en scène inédite autour de 15 photographies emblématiques permet une déambulation ludique, originale et contemporaine dans la galerie. Le roman-photo, indissociable de Nous Deux et du baiser, est également mis à l'honneur avec, entre autres, l'installation d'un mini corner café pour écrire son propre scénario.

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Variations lyriques"
Location:
Galerie Art Aujourd'hui
8, rue Alfred Stevens
75009 Paris
M° Pigalle
France
Phone : +33 (0)1 71 37 93 51
Mail : contact@galerie-art-aujourdhui.com
Internet Site : www.galerie-art-aujourdhui.com
Description:
Vernissage de l'exposition "Variations lyriques"

[19:00] Visite privée de l'exposition "21 rue de la Boétie"
Location:
Musée Maillol
Fondation Dina Vierny
61, rue de Grenelle
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 22 59 58
Fax : +33 (0)1 42 84 14 44
Mail : contact@museemaillol.com
Internet Site : www.museemaillol.com
Description:
"21 rue La Boétie"

Du 02 mars au 23 juillet

L'exposition 21 rue La Boétie retrace le parcours singulier de Paul Rosenberg (1881-1959), qui fut l'un des plus grands marchands d'art de la première moitié du XXe siècle. Elle rassemble une soixantaine de chefs d'oeuvre de l'art moderne (Pablo Picasso, Fernand Léger, Georges Braque, Henri Matisse, Marie Laurencin...), pour certains inédits en France et provenant de collections publiques. De nombreuses oeuvres sont directement liées au marchand, pour avoir transité par ses galeries, à Paris ou à New York, alors que d'autres renvoient au contexte historique et artistique de l'époque.

Conçue par Tempora et réalisée par Culturespaces, cette exposition bénéficie du soutien actif de la petitefille de Paul Rosenberg, Anne Sinclair, auteur du livre éponyme 21 rue La Boétie (paru aux Editions Grasset & Fasquelle, 2012).

Commissaire d'exposition : Elie Barnavi, ex-ambassadeur d'Israël en France, historien et écrivain, Isabelle Benoît, Vincent Delvaux, François Henrard et Benoît Remiche.

Vernissage de l'exposition "21 rue de la Boétie"
Marie Laurencin(1883-1956), Anne Sinclair à l'âge de quatre ans, 1952. Collection particulière. © Fondation Foujita / ADAGP, Paris, 2016

[19:30] Incubateur VIA Design 2017 / 1ère édition
Location:
Galerie VIA
Galerie le French Design by VIA
120, avenue Ledru-Rollin
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 44 68 18 00
Mail : via@mobilier.com
Internet Site : www.via.fr
Description:
DU 7 juin au 25 août 2017

Le VIA présente en exclusivité le fruit de la première année d'incubation : des projets de mobilier et accessoires.

Incubateur VIA Design 2017 / 1ère édition

19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés