Tuesday, June 27, 2017
Public Access


Category:
Category: All

27
June 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

  Fête nationale de Djibouti
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Anniversaire de l'Indépendance

Exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Location:
Château de Versailles
Place d'Armes
78000 Versailles
M° Gares SNCF de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 30 83 78 00
Mail : direction.public@chateauversailles.fr
Internet Site : www.chateauversailles.fr
Description:
du 30 mai au 24 septembre 2017

L'exposition se tiendra du 30 mai au 24 septembre 2017 au Grand Trianon, ouvert de 12h à 18h30.
Dernière admission : 18h
Fermeture des caisses : 17h50

Consacrée au séjour de Pierre le Grand à Paris et en particulier au château de Versailles, en mai et juin 1717, cette exposition commémorera du 30 mai au 24 septembre 2017 le tricentenaire de la visite du tsar en France.

Fruit d'un partenariat privilégié entre le musée national des châteaux de Versailles et de Trianon et le musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg, l'exposition présentera, à travers plus de cent-trente œuvres, ce qui fut, sous la Régence, deux ans seulement après la mort de Louis XIV, l'un des événements diplomatiques et culturels les plus marquants du début du règne de Louis XV.

Le parcours

Le parcours permettra de suivre pas à pas cette visite qui, pour être officielle, n'en fut pas moins libre. Héritier de la dynastie des Romanov et premier empereur de toutes les Russies, Pierre Ier cherchait l'inspiration dans les modèles français. Cet esprit curieux, passionné d'art, de sciences et de techniques, visita les résidences royales, les manufactures et les académies parisiennes, rencontra les plus éminents savants et artistes de son temps pour en attirer certains à la cour de Saint-Pétersbourg. Peintures, sculptures, pièces de mobilier et d'arts décoratifs, gravures et dessins, livres provenant de la bibliothèque du tsar ainsi qu'objets de son cabinet de curiosités dessineront le portrait de ce grand réformateur de la Russie, tourné vers l'Occident et en particulier vers une France héritière du Grand Siècle.

Commissariat

- Gwenola Firmin Conservateur en charge des peintures du XVIIIe siècle au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
- Thierry Sarmant Conservateur en chef, chef du Centre historique des archives, Service historique de la Défense
- George Vilinbakhov Vice-directeur du musée d'État de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg

Le voyage sur twitter

Découvrez sur le compte Twitter @CVersailles toutes les étapes du séjour de Pierre Ier dans le Paris du jeune Louis XV de mai à juin 1717. 300 ans presque jour pour jour après cette visite diplomatique mémorable, le hashtag #PierreLeGrandVoyage permet, au fil des jours, de revivre le voyage d'un tsar puissant et réformateur en quête d'inspiration autant politique et économique qu'artistique ou scientifique.

Fêtes galantes

Dans votre costume identique à ceux des plus belles époques de Versailles, vous êtes invités à retrouver l'ambiance raffinée et artistique des soirées d'appartement, un moment hors du temps, inoubliable. Cette année, le thème de ces fêtes sera bien sûr la venue de Pierre le Grand au château de Versailles pour qui fut organisé l'une des plus fastueuses réceptions officielles lors de son séjour.
Soirée costumée : 29 mai 2017 - 19h30
>> RSVP

L'exposition

Consacrée au séjour du tsar Pierre le Grand en France, à Paris et dans ses environs, en mai et juin 1717, l'exposition Pierre le Grand, un tsar en France. 1717, qui se tiendra au Grand Trianon du 30 mai au 24 septembre 2017, commémorera le tricentenaire de cette visite diplomatique. Fruit d'une collaboration exceptionnelle entre le château de Versailles et le musée d'État de l'Ermitage, elle présentera plus de 150 œuvres - peintures, sculptures, arts décoratifs, tapisseries, mais aussi plans, médailles, instruments scientifiques, livres et manuscrits - dont les deux tiers appartiennent aux collections du prestigieux musée de Saint-Pétersbourg.

Issu de la dynastie des Romanov, fils du tsar Alexis Mikhaïlovitch (1645-1676) et de Nathalie Narychkine (1651-1694), Pierre Ier (1672-1725), vingt ans après la « Grande Ambassade » qui l'a mené une première fois en Europe en 1697-1698, entreprend un nouveau voyage en Occident. Il atteint la France le 21 avril 1717 et y demeure jusqu'au 21 juin suivant. À Versailles où il fait étape deux fois, il est logé au Grand Trianon, du 24 au 26 mai puis du 3 au 11 juin 1717.

Le parcours de l'exposition suit pas à pas ce séjour qui, pour être officiel, n'en est pas moins libre car, force de la nature, imprévisible et peu façonné à l'Étiquette, Pierre Ier bouscule le protocole à maintes reprises. Sa rencontre avec Louis XV marque notamment les esprits : faisant fi du cérémonial de cour, il prend dans ses bras, en un geste spontané, l'enfant roi, tout juste âgé de sept ans. De nombreux mémorialistes, parmi lesquels Saint-Simon, le marquis de Dangeau ou Jean Buvat nous ont laissé de précieux témoignages permettant de retracer ce voyage.

Si ce séjour a des visées politiques et économiques - un projet d'alliance avec la France contre la Suède d'une part, la signature d'un traité de commerce de l'autre -, le tsar réformateur, fondateur de la Russie moderne, veut par-dessus tout voir ce que la France possède de plus remarquable afin d'en adapter certains modèles à son empire. Durant les deux mois qu'il passe dans le Paris de la Régence, visites et discussions avec les Français nourrissent sa réflexion et infléchissent les travaux qu'il a entrepris depuis 1703 à Saint-Pétersbourg et dans ses environs.

À Paris, Pierre se rend à l'Académie des Sciences, dont il devient membre honoraire, à l'Observatoire, à l'Hôtel royal des Invalides et à l'Hôtel de la Monnaie où l'on frappe une médaille en son honneur. Le tsar visite également la manufacture des Gobelins qui lui inspire la création d'une fabrique de tapisseries dans sa nouvelle capitale. Découvrant les marchands parisiens tel un simple particulier, il fait provision de livres, d'instruments scientifiques et techniques. Enfin, comme il est d'usage, ce voyage suscite l'échange de prestigieux cadeaux diplomatiques ; à l'image de la tenture du Nouveau Testament offerte à Pierre le Grand, composée de quatre tapisseries d'après Jouvenet et conservée aujourd'hui au musée d'État de l'Ermitage.

L'exposition met aussi en lumière les rapports du tsar avec les artistes français. En effet, dès 1716, il attire à la cour de Saint-Pétersbourg plusieurs maîtres, parmi lesquels Louis Caravaque (1684-1754), l'architecte Jean-Baptiste Le Blond (1679-1719) et le sculpteur ornemaniste Nicolas Pineau. Lors de son séjour en France en 1717, il est portraituré par deux peintres de renom, Jean-Marc Nattier (1685-1766) et Jean-Baptiste Oudry (1686-1755).

Souverain guerrier et voyageur, Pierre le Grand parcourt le monde pendant près de quatre décennies, de la mer Blanche à la mer Caspienne, de la Hollande à la Moldavie et de l'Angleterre à la Perse. Cette personnalité hors du commun a su s'imposer, au regard de la postérité, comme l'un des monarques les plus marquants de son pays, initiateur d'une nouvelle Russie.

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Cassette de Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Cadran Solaire
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Veste de costume d'été de Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Louis XV visite Pierre le Grand à l'hôtel de Lesdiguières
Château de Versailles

08:00  
09:00 [09:30] Vernissage presse "Architectures japonaises à Paris, パリの日本建築"
Location:
Pavillon de l'Arsenal
21, boulevard Morland
75004 Paris
M° Sully - Morland, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 42 76 33 97
Fax : +33 (0)1 42 76 26 32
Mail : infopa@pavillon-arsenal.com
Internet Site : www.pavillon-arsenal.com
Description:
Exposition créée par le Pavillon de l'Arsenal, présentée à partir du 28 juin

avec le soutien de la Japan Foundation

Commissaire scientifique invité : Andreas Kofler, architecte urbaniste

Les architectes japonais écrivent avec Paris une histoire singulière et méconnue, riche de multiples rencontres, expositions et installations, projets et réalisations emblématiques. L'exposition et l'ouvrage qui l'accompagne révèlent pour la première fois ce dialogue entre deux cultures entamé dès la fin du XIXe siècle et qui se traduit aujourd'hui par une dizaine de constructions majeures, en cours ou récemment livrées dans la métropole parisienne, dont la Collection Pinault - Paris dans la Bourse de Commerce, le Learning Center à Saclay, le projet Mille arbres ou encore l'immeuble-pont Aurore à Paris Rive Gauche, la Seine musicale à Boulogne-Billancourt et la transformation des grands magasins de la Samaritaine.

Si les échanges culturels entre le Japon et la France existent depuis l'ère Meiji (1868-1912), notamment avec la création de pavillons temporaires pour les différentes expositions internationales, ils s'intensifient à partir de 1928 avec l'arrivée des architectes Kunio Maekawa et Junzo Sakakura venus découvrir la modernité auprès de Le Corbusier. L'attrait se transforme ensuite en curiosité réciproque dont témoigne l'attirance pour la culture nippone des intellectuels français et en particulier Roland Barthes et Michel Foucault. Portées par le très nippophile maire de Paris Jacques Chirac, les figures fondatrices de l'architecture japonaise moderne Kisho Kurosawa, Kenzo Tange ou Tadao Ando mettent en oeuvre leurs premières réalisations parisiennes dans les années 1980-1990 au Grand écran, à La Défense ou à l'Unesco. Ces architectures ouvrent la voie à la génération émergente d'architectes japonais à la fin du XXe siècle dont Toyo Ito, Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, Shigeru Ban ou Kengo Kuma. Leurs pratiques, déjà saluées par les plus importantes reconnaissances internationales de la discipline, ne tardent pas à s'exprimer dans les grands projets métropolitains .

La scénographie réemploie et transforme les précédents aménagements de l'exposition "Paris - Haussmann" pour accueillir sous la lumière naturelle, une cinquantaine de maquettes, les croquis de conception, des documents historiques et des films qui racontent tant l'histoire de l'architecture japonaise à Paris que le développement urbain francilien. L'invention de la modernité, la création de la Défense, la démolition des Halles, la période des grands travaux avec les consultations internationales, les réflexions engagées pour un autre logement collectif, les expérimentations constructives sur le bois ou les matériaux composites et la quête de nouveaux modèles. Relire l'histoire urbaine au travers de l'architecture japonaise à Paris offre ainsi une promenade inédite qui rappelle les grandes périodes de transformations et décline les grands items de la ville de demain - fluidité, transparence, porosité, mixité des fonctions, intégration de la nature. Ainsi, l'exposition traduit l'idée d'un patrimoine commun, construit ou théorique, liant architectes nippons et français comme Junzo Sakakura et Charlotte Perriand hier, et aujourd'hui Sou Fujimoto avec Manal Rachdi ou Laisné-Roussel, Shinichi Kawakatsu et Benjamin Aubry, Atelier Bow-Wow et Brunnquell & André ou l'agence NeM au coté de Tadao Ando.

Au travers de soixante-dix projets emblématiques, la manifestation « Architectures japonaises à Paris, 1867-2017 » explore l'histoire et l'actualité du Grand Paris sous le prisme d'un dialogue entre deux cultures engagé il y a 150 ans.

Vernissage "Architectures japonaises à Paris, パリの日本建築"

10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00 [17:00-21:00] Vernissage "Mémoire et lumière - Photographie japonaise, 1950-2000"
Location:
Maison Européenne de la Photographie
MEP
5-7, rue de Fourcy
82, rue François Miron
75004 Paris
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 75 00
Fax : +33 (0)1 44 78 75 15
Mail : olaurent@mep-fr.org
Internet Site : www.mep-fr.org
Description:
Mémoire et lumière
Photographie japonaise, 1950-2000
La Donation Dai Nippon Printing Co., Ltd.

28.06.2017 - 27.08.2017

Dès le début des années 1990, la société d'impression japonaise Dai Nippon Printing Co., Ltd constitue pour la Maison Européenne de la Photographie une importante collection représentative de la photographie japonaise de la deuxième moitié du XXe siècle. L'exposition investit la quasi-totalité des espaces de la MEP et propose une large sélection de chacun des 21 photographes de la donation, riche aujourd'hui de 540 pièces.

Cette exposition est dédiée à la mémoire de Keiichi Tahara, 1951-2017, et de Hiroshi Yamazaki, 1946-2017.

Avec des œuvres de Nobuyoshi Araki, Masahisa Fukase, Seiichi Furuya, Naoya Hatakeyama, Hiro, Eikoh Hosoe, Yasuhiro Ishimoto, Miyako Ishiuchi, Ihei Kimura, Taiji Matsue, Ryuji Miyamoto, Yasumasa Morimura, Daido Moriyama, Ikko Narahara, Toshio Shibata, Hiroshi Sugimoto, Keiichi Tahara, Hiromi Tsuchida, Shomei Tomatsu, Shoji Ueda, Hiroshi Yamazaki.

En 1992, sous l'impulsion de son président Monsieur Yoshitoshi Kitajima, la grande société japonaise d'impression Dai Nippon Printing Co., Ltd., fondée en 1876, décide de constituer pour la Maison Européenne de la Photographie une importante collection représentative de la photographie japonaise depuis le début des années 1950. À cette époque, les photographes japonais étaient très peu présents dans les collections publiques françaises. Ainsi, chaque année de 1994 à 2006, la collection de la MEP s'est enrichie d'une ou deux séries majeures des maîtres de la photographie japonaise. Les choix, réalisés avec la collaboration essentielle de la galeriste Kazé Kuramochi, se sont avérés pertinents.

Constituées aujourd'hui de 540 œuvres, cette « collection dans la collection » révèle la place essentielle prise par la photographie japonaise dans l'histoire de la photographie mondiale et l'importance d'auteurs devenus pour la plupart des acteurs majeurs de la création contemporaine.

En quelques décennies, dans un après-guerre bouleversé par la double tragédie nucléaire des 6 et 9 août 1945, suivie de l'occupation américaine qui durera jusqu'en 1951, se succèdent des générations de photographes témoins des bouleversements économiques et sociaux d'une société blessée mais en pleine mutation. En 1968, le Japon devient la troisième puissance économique mondiale. Dans le même temps, les mouvements contestataires des années 1960 libèrent toutes les expressions artistiques et particulièrement la photographie, notamment grâce à la revue Provoke publiée entre 1968 et 1969. Apprenant les uns des autres, ces auteurs repoussent toujours plus loin les possibilités et les limites de la photographie. Scrutant les failles et les cicatrices d'un pays meurtri mais en plein renouveau, ils confrontent l'intime à l'histoire collective, et s'impliquent totalement dans l'acte photographique avec une froide sobriété et une violence contenue qui confèrent à leurs travaux une puissance sous-jacente.

Beaucoup de ces photographes documentent le Japon dans un contexte historique qui influence fortement leur style photographique ; et bien que ces auteurs soient largement ouverts sur le monde, leurs travaux, jusqu'aux années 1980, sont peu diffusés à l'étranger. Les artistes nés après-guerre continuent de dépeindre l'identité japonaise, scrutant leur territoire tout en voyageant et en élargissant leurs champs d'investigation. Certains vivent et travaillent hors du Japon, comme Yasuhiro Ishimoto, Hiro, Keiichi Tahara, Seiichi Furuya. Aussi ne peut-on les cantonner à l'étiquette de photographie japonaise, tant leur propos est universel. La plupart ont obtenu une forte notoriété internationale. Ce qui les rassemble, c'est leur engagement dans l'acte photographique.

L'exposition, qui occupe l'ensemble des quatre niveaux de la Maison Européenne de la Photographie, présente une très large sélection de chacun des vingt-et-un photographes de la donation.

Si certains photographes nous donnent à voir les conséquences d'une des plus grandes catastrophes humaines de tous les temps, alors que d'autres évoquent leur propre amour disparu, il se dégage de l'ensemble de ces travaux, toujours réalisés à la bonne distance, une force de la mémoire et une proposition de regarder en nous, avec humilité, notre propre humanité.

COMMISSARIAT D'EXPOSITION
Jean-Luc Monterosso, commissaire général
Pascal Hoël, commissaire
Avec la collaboration de Frédérique Dolivet et Diane Kitzis

Vernissage de l'exposition "Mémoire et lumière - Photographie japonaise, 1950-2000" - Naoya Hatakeyama
Naoya Hatakeyama, Blast #5707, 1998 © Naoya Hatakeyama. Collection MEP, Paris. Don de la société Dai Nippon Printing Co., Ltd.

Vernissage de l'exposition "Mémoire et lumière - Photographie japonaise, 1950-2000" - Eikoh Hosoe
Eikoh Hosoe, Man and woman #20, 1960 © Eikoh Hosoe. Collection MEP, Paris. Don de la société Dai Nippon Printing Co., Ltd.

[17:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Bernard Pierre Wolff - Photographies, 1971-1984"
Location:
Maison Européenne de la Photographie
MEP
5-7, rue de Fourcy
82, rue François Miron
75004 Paris
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 75 00
Fax : +33 (0)1 44 78 75 15
Mail : olaurent@mep-fr.org
Internet Site : www.mep-fr.org
Description:
28.06.2017 - 27.08.2017

Bernard Pierre Wolff possédait l'art singulier d'un photographe qui, sans mise en scène, réussit à mettre en harmonie désir et réalité et à créer dans la syntaxe du photojournalisme classique, un monde à la fois terriblement intime et parfaitement universel. La Maison Européenne de la Photographie lui consacre une exposition qui revient sur plus d'une décennie d'images révélant tant son quotidien new-yorkais que ses voyages en Inde ou au Japon.

Bernard Pierre Wolff est mort le 28 janvier 1985, à l'âge de cinquante-quatre ans. C'est à New York, où il vivait depuis plus de vingt ans, qu'il acquit sa notoriété. En France, deux expositions durant le Mois de la Photo et deux livres, En Inde et New York Macadam, publiés aux éditions du Chêne, suffirent à faire de lui une figure de proue de la jeune création contemporaine. L'ensemble de son œuvre appartient aujourd'hui à la Maison Européenne de la Photographie.

Bernard Pierre Wolff, qu'une mort brutale a mythifié, n'a laissé sur sa vie et son œuvre que peu d'informations et de commentaires. À première vue, son travail s'inscrit dans la tradition du grand photojournalisme d'après-guerre. Comme Henri Cartier-Bresson, Bernard Pierre Wolff a toujours considéré que le talent du photographe consistait, face à l'incohérence du réel, à révéler et à imposer un ordre latent. Comme lui, il a parcouru le monde à la recherche de l'image universelle capable de rendre compte instantanément d'une situation ou d'un événement. On ne doit point s'étonner, dès lors, de trouver dans chacune de ses images (dont aucune n'est recadrée) le souci de la composition et de la perfection formelle. La plupart d'entre elles pourraient illustrer le fameux concept bressonien de l'« instant décisif », où la tête, l'œil et le cœur du photographe sont sur une même ligne de mire. En ce sens, Bernard Pierre Wolff est un classique... mais un classique qui a retenu les leçons d'un Robert Frank et, surtout, d'un Charles Harbutt, pour lesquels «tout désormais peut être photographié» : le laid, le banal, l'insignifiant...

Dans cette perspective, les rues de New York, avec leur cortège de figures inouïes, leur faune incongrue et souvent incroyable, allaient devenir un champ d'observation privilégié. À partir de 1974 et pendant plus de quatre ans, Bernard Pierre Wolff arpenta la ville en tous sens, photographiant tout ce qui pouvait l'être : les dingues, les drogués, les travestis, mais aussi les scènes de vie les plus anodines. Il composait des images quotidiennement, avec ivresse et volupté, transformant peu à peu son art en une pratique hallucinatoire.

Toute son œuvre, que ce soit son magnifique reportage sur l'Inde ou, plus tard, le travail qu'il fit sur le Japon, témoigne de cette subjectivité forcenée qui, chez lui, bouscule tout et menace, à l'intérieur du cadre, jusqu'à l'équilibre trop parfait des formes et des lignes. En effet, le principe constitutif des photographies de Bernard Pierre Wolff s'articule autour des fulgurances du désir. Un désir obsessionnel et à chaque fois décisif, qui déclenche le processus créatif et fait que chaque image porte en elle, comme irradiant, cette empreinte indélébile - sorte de trou noir - par laquelle tout s'ordonne.

Ici, la sensuelle cambrure d'une hanche, là, un sourire complice, plus loin encore, à moitié caché et presque hors du cadre, le torse nu d'un homme au travail... le désir en acte rejoint le réel pour le façonner et lui donner sens.


COMMISSARIAT D'EXPOSITION
Jean-Luc Monterosso, commissaire général

CATALOGUE
Bernard Pierre Wolff (Itinérances 1971-1984)
MEP/ Éditions de A à Z
En 96 pages, plus de 80 photographies n/b, ainsi que des témoignages de personnalités qui l'ont connu.
Prix de vente : 23 € TTC (à confirmer)
À la fois catalogue de l'exposition et ouvrage de collection, ce livre dévoile au fil des pages la vision si particulière de ce photographe rare dont le génie fut de saisir, dans les rues grouillantes de New York, de Jaipur, de Quito ou de Tokyo, la fraction de seconde qui fait d'une scène, d'un regard, d'un geste ou d'une silhouette, un symbole. Un photographe dont le regard tendre sans complaisance, transforme la banalité du quotidien en archétype.

Vernissage de l'exposition "Bernard Pierre Wolff - Photographies, 1971-1984"
Bernard Pierre Wolff, New York, 1974 © Bernard-Pierre Wolff. Collection MEP, Paris. Don de l'auteur.

Vernissage de l'exposition "Bernard Pierre Wolff - Photographies, 1971-1984"
Bernard Pierre Wolff, National Kabuki Theatre, Tokyo, 1981 © Bernard-Pierre Wolff. Collection MEP, Paris. Don de l'auteur.


[18:00-21:00] Vernissage d'Emmanuel Bazin et Nicole Lantier "Démons et Merveilles"
Location:
Galerie du Génie de la Bastille
126, rue de Charonne
75011 Paris
M° Charonne, Alexandre Dumas
France
Mobile : +33 (0)6 26 57 28 36
Mail : contact@legeniedelabastille.com
Internet Site : www.legeniedelabastille.com
Description:
Du 27 juin au 9 juillet 2017

Nicole Lantier et Emmanuel Bazin vous présentent « Démons et Merveilles, Chimères des cartes marines et des ruisseaux », une exposition de dessins et photographies.

« Nous explorons les eaux naturelles. Dans les cartes marines et les ruisseaux nous découvrons des chimères bien vivantes.
Nous les avons dessinées et photographiées avec empathie pour révéler à vos yeux leur univers fabuleux. »

* Vernissage le mardi 27 juin à partir de 18h

* Conférence le jeudi 29 juin à 19h
"Voyage aux sources de l'art"

Vernissage d'Emmanuel Bazin et Nicole Lantier "Démons et Merveilles"

[18:00-21:00] Vernissage de Bernard Bousquet
Location:
Le Générateur
16, rue Charles Frérot
94250 Gentilly
M° Porte d'Italie, RER B Gentilly
France
Mail : contact@legenerateur.com
Internet Site : www.legenerateur.com
Description:
Peinture - Installations - Performances

Du 27 juin au 9 juillet
Du mardi au vendredi de 13h à 18h
Les samedis et dimanches de 15h à 19h

Après une première exposition en 2013, le peintre et co-fondateur du lieu Bernard Bousquet, investit à nouveau les 600m2 du Générateur du 27 juin au 9 juillet. Ses oeuvres aux formats géants vont habiller sol et murs du lieu. Elles seront perturbées par 3 rendez-vous de performances prévus le 27 juin, le 7 et le 9 juillet avec des artistes amis invités par le peintre.

"Bernard Bousquet laisse la peinture se révéler de façon autonome, il ne produit pas d'image mais laisse apparaître un instant de vie sans le représenter. (...) Il peint pour l'acte de peindre. Par l'instauration d'un process strict, il refuse l'inspiration et tente de se libérer des déterminismes psychologiques et culturels ambiants. Il cherche des motifs sans antériorité, sans passé, sans repère, sans orientation. Il assume la possibilité du RIEN et veut être simplement là, au cœur de la peinture, dans l'acte." Julien Combey

Artiste expert dans l'art du brouillage, Bernard Bousquet, en parallèle de la peinture, étudie la médecine et la psychiatrie. Préférant la solitude aux concessions, cherchant toujours à se jouer des codes sociaux autant qu'artistiques, il créé son entreprise pour se libérer des contraintes matérielles.

Parallèlement à ses activités, Bernard Bousquet collabore entre 1987 et 2001 aux créations de la chorégraphe Anne Dreyfus en réalisant ses décors et scénographies. Grandes toiles abstraites sérigraphiées, sculptures parodiant l'art contemporain, mobilier sophistiqué et invraisemblable, décors neo-grunge, agrandissements photographiques démesurés de détails corporels constituent de grands moments de rencontre entre son univers de plasticien, la danse et la musique.

En 2001, Bernard Bousquet et Anne Dreyfus réhabilitent un ancien cinéma à Gentilly et créent un espace à leur image : Le Générateur. Ouvert depuis 2006, cet « artist-run space » est conçu comme un lieu d'incubation (rapide et forte) et de catalyse (neutre et bienveillante) pour la création actuelle. Cette étape architecturale achevée, Bernard Bousquet retrouve la peinture.


Mardi 27 juin 2017 à 18h
VERNISSAGE
Avec à 19h30 la participation de Jean-François Pauvros (musique) & Éléonore Didier (danse)

Vendredi 30 juin 2017 de 18h à 21h
Samedi 1er juillet 2017 de 15h à 20h
Dimanche 2 juillet 2017 de 15h à 20h
Zig Zag - portes ouvertes à Gentilly des ateliers d'artistes

Vendredi 7 juillet 2017
SINGULARITÉ NUE
Soirée immersive sonore
L'Idiot Festival
en partenariat avec le Le 6b, Synesthésie, Beaux-Arts de Paris & christian berst art brut & la station de radio *DUUU

Cet événement ouvre le cycle Music Holes qui entraînera d'autres soirées d'expérimentations sonores.
Avec la participation de Mathieu Saladin
Commissariat d'Eglantine Laval alias Jeanne de l'Arche
Partenaire de l'événement : Synesthésie

Dimanche 9 juillet 2017
FINISSAGE
Avec la participation de
Marie-Gabrielle Duc (texte)
François Durif (performance)
Jakob Gautell (performance)
Laurent Pascal (musique)

Vernissage de Bernard Bousquet

[18:00-21:00] Vernissage de Claire Tabouret "Neptune"
Location:
Le Creux de l’Enfer
Centre d'Art Contemporain
85, avenue Joseph Claussat
Vallée des Usines
63300 Thiers
M° Gare SNCF de Thiers
France
Phone : +33 (0)4 73 80 26 56
Fax : +33 (0)4 73 80 28 08
Mail : info@creuxdelenfer.net
Internet Site : www.creuxdelenfer.net
Description:
du 28 juin au 17 septembre 2017
Vernissage : le 27 juin 2017

Commissaire d'exposition : Frédéric Bouglé

Si les peintures de Claire Tabouret charment d'emblée, composition et traitement ordonnés, l'opaline lumière qui s'en dégage perle davantage mezzo-tinto sur la toile qu'elle ne s'élève soprano sur un ciel céruléen. Et si le propos égratigne volontiers "la rigidité des codes sociaux", c'est peut-être pour mieux se démarquer d'un ton extérieur qui de partout orchestre si bien. L'exposition aborde encore le thème de la déambulation humaine, voyage initiatique mais aussi échec de société. Le premier s'incarne par des femmes mythiques réelles ou supposées : les portraits de la série L'Errante (2013) rendent à la figure d'Isabelle Eberhadt la présence exigeante d'une jeune poète à la nature nomade rebelle, la palette et le geste retournant son individuation à multiples genres et facettes. Avec la série des tableaux La Traversée, Le Passeur, Le Radeau et Le Radeau Blanc, Claire Tabouret relève, dès 2011, les tragédies migratoires dont le cadre géopolitique ramène encore à l'eau et aux océans. Dans ce constat, on assimile autrement la suite mystérieuse (et numérotée) intitulée Maison inondée, toutes peintes la même année, comme un signe d'ancrage. Chacune flotte sur un miroir d'eau instable, dédoublant l'image en Soi ; un monde divisé entre réalité et reflet, entre haut et bas, entre une extériorité éclairée et le vertige de son intériorité.

L'exposition de Claire Tabouret impliquera les deux étages du bâtiment, avec une vingtaine de tableaux issus de collections particulières et de la galerie Bugada & Cargnel. Seront également présentées deux grandes peintures inédites peintes pour cette occasion. Dès le rez-de-chaussée, le ton du thème est donné, avec une installation vidéo datant de 2004 : Un matin à venir se compose d'une cabane en tissus dans laquelle est projeté un film super 8 transféré vidéo.

Claire Tabouret, Un matin à venir / A morning to come, 2004, Film super 8, transfert vidéo, Couleur, son, Durée : 6'03

Vernissage de Claire Tabouret "Neptune"

[18:00-20:30] Vernissage de Laurence-Amélie Schneider et Claire Boris
Location:
OFI Asset Management
22, rue Vernier
75017 Paris
M° Porte de Champerret
France
Phone : +33 (0)1 40 68 17 17
Internet Site : www.ofi-am.fr
Description:
Vernissage de Laurence-Amélie Schneider et Claire Boris

[18:00-21:00] Vernissage de Simon Pradinas "Masterpiece 3"
Location:
Le cabinet d'amateur
12, rue de la Forge Royale
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Faidherbe - Chaligny, Charonne
France
Phone : +33 (0)1 43 48 14 06
Mail : contact@lecabinetdamateur.com
Internet Site : www.lecabinetdamateur.com
Description:
Vernissage le mardi 27 juin 2017 à partir de 18 heures
Exposition du mardi 27 juin au dimanche 2 juillet 2017

Pour son dixième anniversaire le cabinet d'amateur organise une série de dix expositions personnelles d'une semaine d'avril 2017 à mars 2018. Chacun des dix artistes présentera une œuvre grand format et une suite sur le même thème d'une dizaine d'études, esquisses, dessins préparatoires, détails, ayant conduit à la création de la « Masterpiece ».

Simon Pradinas est un artiste qui vit et travaille à Paris. Il expose régulièrement ses peintures dans des galeries parisiennes liées au mouvement Street Art. Il aime voyager aux États-Unis et surtout en Chine. Il écrit pour le théâtre, le cinéma et la télévision.

Artiste plasticien, auteur, scénariste, réalisateur, producteur, scénographe, affichiste.

Vernissage de Simon Pradinas "Masterpiece 3"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Grand Paris / Grand Bogota - Détours - Atajos"
Location:
Clichy-sous-Bois
Clichy-sous-Bois
93390 Clichy-sous-Bois
France
Internet Site : www.clichy-sous-bois.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Grand Paris / Grand Bogota - Détours - Atajos"
Vernissage de l'exposition "Grand Paris / Grand Bogota - Détours - Atajos"

[18:00] Vernissage de l'exposition "Port de la Lune / Unesco : 10 ans, 10 regards"
Location:
Bordeaux
Bordeaux
33000 Bordeaux
M° Gare SNCF Bordeaux Saint-Jean
France
Internet Site : www.bordeaux.fr
Description:
au Bordeaux Patrimoine mondial (CIAP)
4 place de la Bourse
33000 Bordeaux
Tél. : 05 56 48 04 24

Jusqu'au lundi 8 janvier 2018
Tous les jours 24h/24h dans les vitrines

​Pour célébrer les 10 ans de l'inscription de 1810 hectares bordelais par l'Unesco, cette exposition photographique donne la parole à dix invités, personnalités, professionnels, habitants, artistes.
En reconnaissant en 2007 au Port de la Lune une valeur universelle exceptionnelle, l'UNESCO s'est certes fondée sur une unité architecturale remarquable, impulsée au siècle des Lumières. Mais elle a aussi distingué la ville actuelle en tant qu'héritage de 2000 ans d'échanges.

En réponse à la question "qu'est-ce qui représente, pour vous, le Port de la Lune ?", chacun a joué le jeu en livrant son point de vue sur le territoire Unesco. La diversité de leurs regards offre en partage aux visiteurs un portrait croisé, non exhaustif mais original, de ce territoire.

dans le cadre de Paysages Bordeaux 2017
Jusqu'au mercredi 25 octobre 2017
Une saison culturelle d'exception pour fêter l'arrivée du train à grande vitesse à Bordeaux.
http://www.paysagesbordeaux2017.fr

[18:00-22:00] Vernissage de la nouvelle collection joaillerie Atelier Renée "En vadrouille"
Location:
Association Jour et Nuit Culture
9, place Saint-Michel
75006 Paris
M° Saint-Michel, Odéon
France
Mobile : +33 (0)6 52 62 91 67
Mail : jouretnuit.collectifartistique@gmail.com
Internet Site : jouretnuitcollectifa.wix.com/jouretnuit
Description:
"EN VADROUILLE"

Au fil de la vie et de ses rencontres, s'est improvisée une balade.
De Prades-le-Lez à Hanoï, le chemin s'est dessiné souvent au hasard. Les visages, paysages, émotions et questionnements rencontrés au gré de ces vadrouilles prennent forme autour de la nouvelle collection joaillerie Atelier Renée.

Au plaisir de vous y rencontrer,

Manon Abramovicz-Fontbonne

Vernissage de la nouvelle collection joaillerie Atelier Renée "En vadrouille"

Vernissage de la nouvelle collection joaillerie Atelier Renée "En vadrouille"

[18:30-22:30] 18ème cérémonie des Masters Auto Infos
Location:
Salle Wagram
39, avenue de Wagram
5 bis, rue de Montenotte
75017 Paris
M° Ternes, Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 55 37 86 86
Fax : +33 (0)1 43 80 96 95
Mail : contact@sallewagram.com
Internet Site : www.sallewagram.com
Description:
Auto Infos et PWC ont l'honneur de vous convier à la 18ème cérémonie des Masters Auto Infos le 27 juin 2017 à la Salle Wagram, Paris.

Les meilleurs patrons de groupe seront récompensés pour leurs performances exceptionnelles relevées par l'étude financière réalisée par PWC.

Confirmez votre participation avant le 19 mai en mentionnant votre code invitation : MASVIP17
>> RSVP

Déroulé de l'événement
- 18h30 : Accueil des invités
- 19h : Allocution d'ouverture - Talk Show animé par Christophe Carignano, Directeur des rédactions du pôle automobile INFOPRO DIGITAL
- 19h30 : Remise de prix animée par Alice THUOT et Christophe CARIGNANO sous la présidence d'Éric WEPIERRE, Président de GENERAL MOTORS FRANCE
- 20h30 - 22h30 : Cocktail - Networking

[18:30-21:00] Signature d'Adrien Goetz "UN JOUR AVEC CLAUDE MONET À GIVERNY"
Location:
Jardins en Art
19, rue Racine
75006 Paris
M° Odéon, RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 56 81 01 23
Mail : contact@jardinsenart.fr
Internet Site : www.jardinsenart.fr
Description:
"UN JOUR AVEC CLAUDE MONET À GIVERNY"
Textes d'Adrien Goetz
Photographies de Francis Hammond
Préface d'Hugues Gall

Signature d'Adrien Goetz "UN JOUR AVEC CLAUDE MONET À GIVERNY"

[18:30-21:00] Soirée des Promus 2017 du Paris durable
Location:
Maison des Métallos
établissement culturel de la Ville de Paris
94, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
M° Couronnes, Parmentier
France
Phone : +33 (0)1 48 05 88 27
Fax : +33 (0)1 48 05 88 21
Mail : info@maisondesmetallos.org
Internet Site : www.maisondesmetallos.paris
Description:
Venez rencontrer les lauréats de la Promotion 2017 des Acteurs du Paris durable

Célia Blauel, Adjointe à la Maire de Paris,
chargée de l'environnement, du développement durable,
de l'eau, de la politique des canaux et du plan climat énergie territorial,

et

Christophe Najdovski, Adjoint à la Maire de Paris,
chargé des transports, de la voirie, des déplacements et de l'espace public

vous invitent à rencontrer les 10 lauréats de la Promotion 2017
des Acteurs du Paris durable

le mardi 27 juin à 18h30 à la Maison des Métallos

Venez découvrir ces Promus qui contribuent au Paris de l'avenir

[18:30] Vernissage "Architectures japonaises à Paris, パリの日本建築"
Location:
Pavillon de l'Arsenal
21, boulevard Morland
75004 Paris
M° Sully - Morland, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 42 76 33 97
Fax : +33 (0)1 42 76 26 32
Mail : infopa@pavillon-arsenal.com
Internet Site : www.pavillon-arsenal.com
Description:
Exposition créée par le Pavillon de l'Arsenal, présentée à partir du 28 juin

avec le soutien de la Japan Foundation

Commissaire scientifique invité : Andreas Kofler, architecte urbaniste

Les architectes japonais écrivent avec Paris une histoire singulière et méconnue, riche de multiples rencontres, expositions et installations, projets et réalisations emblématiques. L'exposition et l'ouvrage qui l'accompagne révèlent pour la première fois ce dialogue entre deux cultures entamé dès la fin du XIXe siècle et qui se traduit aujourd'hui par une dizaine de constructions majeures, en cours ou récemment livrées dans la métropole parisienne, dont la Collection Pinault - Paris dans la Bourse de Commerce, le Learning Center à Saclay, le projet Mille arbres ou encore l'immeuble-pont Aurore à Paris Rive Gauche, la Seine musicale à Boulogne-Billancourt et la transformation des grands magasins de la Samaritaine.

Si les échanges culturels entre le Japon et la France existent depuis l'ère Meiji (1868-1912), notamment avec la création de pavillons temporaires pour les différentes expositions internationales, ils s'intensifient à partir de 1928 avec l'arrivée des architectes Kunio Maekawa et Junzo Sakakura venus découvrir la modernité auprès de Le Corbusier. L'attrait se transforme ensuite en curiosité réciproque dont témoigne l'attirance pour la culture nippone des intellectuels français et en particulier Roland Barthes et Michel Foucault. Portées par le très nippophile maire de Paris Jacques Chirac, les figures fondatrices de l'architecture japonaise moderne Kisho Kurosawa, Kenzo Tange ou Tadao Ando mettent en oeuvre leurs premières réalisations parisiennes dans les années 1980-1990 au Grand écran, à La Défense ou à l'Unesco. Ces architectures ouvrent la voie à la génération émergente d'architectes japonais à la fin du XXe siècle dont Toyo Ito, Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, Shigeru Ban ou Kengo Kuma. Leurs pratiques, déjà saluées par les plus importantes reconnaissances internationales de la discipline, ne tardent pas à s'exprimer dans les grands projets métropolitains .

La scénographie réemploie et transforme les précédents aménagements de l'exposition "Paris - Haussmann" pour accueillir sous la lumière naturelle, une cinquantaine de maquettes, les croquis de conception, des documents historiques et des films qui racontent tant l'histoire de l'architecture japonaise à Paris que le développement urbain francilien. L'invention de la modernité, la création de la Défense, la démolition des Halles, la période des grands travaux avec les consultations internationales, les réflexions engagées pour un autre logement collectif, les expérimentations constructives sur le bois ou les matériaux composites et la quête de nouveaux modèles. Relire l'histoire urbaine au travers de l'architecture japonaise à Paris offre ainsi une promenade inédite qui rappelle les grandes périodes de transformations et décline les grands items de la ville de demain - fluidité, transparence, porosité, mixité des fonctions, intégration de la nature. Ainsi, l'exposition traduit l'idée d'un patrimoine commun, construit ou théorique, liant architectes nippons et français comme Junzo Sakakura et Charlotte Perriand hier, et aujourd'hui Sou Fujimoto avec Manal Rachdi ou Laisné-Roussel, Shinichi Kawakatsu et Benjamin Aubry, Atelier Bow-Wow et Brunnquell & André ou l'agence NeM au coté de Tadao Ando.

Au travers de soixante-dix projets emblématiques, la manifestation « Architectures japonaises à Paris, 1867-2017 » explore l'histoire et l'actualité du Grand Paris sous le prisme d'un dialogue entre deux cultures engagé il y a 150 ans.

Vernissage "Architectures japonaises à Paris, パリの日本建築"

[18:30-20:30] Vernissage "William Gedney. Only the Lonely 1955-1984"
Location:
Le Pavillon Populaire
Esplanade Charles de Gaulle
34000 Montpellier
M° Tramway Comédie
France
Phone : +33 (0)4 67 66 13 46
Internet Site : www.montpellier.fr/506-les-expos-du-pavillon-populaire.htm
Description:
William GEDNEY, Only the Lonely, 1955 - 1984

Peut-on encore proposer à un large public la fraîcheur et la surprise d'une découverte inattendue, celle d'une œuvre photographique importante, jusqu'ici méconnue ? Avec William Gedney (1932-1989) s'offre de toute évidence une réponse affirmative.
Grand oublié de la photographie américaine des années 1960 à 1990 - moment clé de l'éclosion artistique sans précédent de ceux que j'ai surnommé « les derniers héros de la photographie » -, Gedney n'a jamais eu la reconnaissance qui lui est due. Quelques très rares expositions de son vivant, et de maigres publications, attestent partiellement de son activité créative pourtant bouillonnante et prolixe.

Maître incontesté de la photographie de rue, des corps et des visages, ami de Diane Arbus et de Lee Friedlander, volontiers introverti, William Gedney s'est volontairement enfermé dans une solitude existentielle et professionnelle qu'il a largement assumée, consacrant toute son énergie aux hautes et seules exigences de sa conception souvent lyrique de la prise de vue, qu'il voulait à l'égal de la littérature. Il a négligé toute approche commerciale ou promotionnelle de son œuvre, jugée incompatible avec les idéaux de celle-ci. Une pareille modestie, une telle discrétion, une semblable lucidité font, de nos jours, rêver... À travers une œuvre multiforme et considérable, William Gedney laisse pourtant filtrer un secret, celui d'une homosexualité soigneusement cachée, qu'il vivra sur le mode de l'intimité la plus absolue. Il sera l'une des premières victimes du sida.

Cette exposition, la seule à ce jour présentée en Europe, et sans doute la plus complète, s'appuie sur les archives Gedney déposées à la Duke University à Durham (Caroline du Nord). Elle souligne la sensualité, l'élégance formelle, l'empathie pour les marginaux émanant d'une œuvre unique, dont, avec le temps, s'affirme de plus en plus l'influence souterraine.

Gilles Mora
Commissaire de l'exposition, directeur artistique du Pavillon Populaire

Vernissage "William Gedney. Only the Lonely 1955-1984"

[18:30-21:00] Vernissage d'Alain Rothstein "Multivers"
Location:
Prince & Princess Art Gallery
96, rue de Grenelle
75007 Paris
M° Rue du Bac, Solférino
France
Mobile : +33 (0)6 45 29 24 93
Mail : contact@prince-and-princess-art-gallery.com
Internet Site : www.prince-and-princess-art-gallery.com
Description:
Vernissage d'Alain Rothstein "Multivers"

Vernissage d'Alain Rothstein "Multivers"

[18:30-21:00] Vernissage de Tim Franco "Metamorpolis"
Location:
Maison de la Chine
76, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint - Sulpice, Mabillon, Sévres - Babylone
France
Phone : +33 (0)1 40 51 95 00
Internet Site : www.maisondelachine.fr
Description:
METAMORPOLIS, est la nouvelle exposition que propose La Maison de la Chine du 26 juin au 1er octobre 2017 autour des photographies couleurs de Tim Franco.
Cette exposition réunit une série de photographies montrant la métamorphose récente de Chongqing, en Chine, entité urbaine aujourd'hui 8 fois plus grande que Pékin.
Le vernissage a lieu le mardi 27 juin à partir de 18h30 en présence de l'artiste.

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "L'ECHO DES MURMURES /2"
Location:
Galerie Valérie Delaunay
22, rue du Cloître Saint-Merri
75004 Paris
M° Châtelet, Hôtel de Ville
France
Mobile : +33 (0)6 63 79 93 34
Mail : contact@valeriedelaunay.com
Internet Site : www.valeriedelaunay.com
Description:
Après le premier volet de L'ECHO DES MURMURES, Regards sur la scène contemporaine roumaine, la galerie Valérie Delaunay est heureuse de vous inviter au vernissage du second chapitre de cette exposition

le mardi 27 juin 2017 de 18h à 21h

avec Teodora Axente et Bogdan Vladuta

L'ECHO DES MURMURES
Regards sur la scène contemporaine roumaine
Chapitre II

Exposition du 27 juin au 29 juillet 2017

La galerie Valérie Delaunay présente le second chapitre de l'exposition consacrée à la scène artistique roumaine, L'ECHO DES MURMURES, offrant ainsi, au travers de ces trois mois d'exposition, un regard appuyé sur celle-ci.

Valérie Delaunay est sensible à la peinture qu'elle défend à travers la ligne de sa galerie, offrant une place toute particulière à la peinture dite figurative. Cette exposition témoigne de cet engagement.

En Transylvanie, un foyer artistique très actif a vu le jour au milieu des années 2000. Près de la ville de Cluj, dans une ancienne usine de pinceaux la FABRICA DE PENSULE, plusieurs artistes ainsi que des personnalités du domaine de la culture, décident de s'installer, de se fédérer pour travailler et pour réaliser des projets ensemble. Cette jeune communauté artistique compte aujourd'hui de grands peintres qui ont largement contribué au regain d'intérêt pour la peinture, également malmenée dans les années 1990 en Roumanie. Certains de ces artistes comme Adrian Ghenie, Victor Man, Serban Sabu ou encore pour le dessin, Ciprian Muresan qui s'est vu, il y a quelques semaines, attribuer le 10e Prix de dessin contemporain de la Fondation Daniel et Florence Guerlain, jouissent d'une reconnaissance sur la scène internationale. En même temps que cette première génération de la Fabrica a permis de redécouvrir des artistes de l'ancienne génération comme Geta Bratescu (qui représente la Roumanie à la Biennale de Venise) ou Ion Grigorescu, elle a également mis la lumière sur une toute jeune génération dont fait partie Teodora Axente, la plus flamande des peintres roumaines, présente dans ce dernier chapitre.

Cette présence au plan international des artistes roumains dits de l' « Ecole de Cluj » a également dynamisé la scène artistique de Bucarest où vit et travaille Bogdan Vladuta (présent dans ce second chapitre) mais aussi toute la scène artistique roumaine aussi vaste que diversifiée que l'on a découvert avec le couple que forment Flavia Pitis et Radu Belcin qui vivent dans le centre de la Roumanie à Brasov ou encore Andrei Berindan qui vit à Baia Mare (premier volet de l'exposition).

Le point commun de tous ces artistes est d'avoir su transformer leur apprentissage de la peinture académique à la lumière d'un héritage culturel et artistique fort, entrant tout particulièrement en résonance avec l'histoire de leur pays.

En effet, après la seconde guerre mondiale, les ombres de l'histoire recouvrent la Roumanie, l'art doit répondre aux exigences politiques d'une esthétique cadrée. L'onirisme que l'on retrouve encore aujourd'hui notamment dans le travail de Radu Belcin, naît et apparaît en peinture et en littérature comme la précieuse échappatoire au dictat politique du réalisme social, tristement dépossédé de ses premières ambitions et devenu le système de l'oppression du social comme de l'expression artistique.

Aujourd'hui, tout le langage métaphorique de cette communauté d'artistes qui vivait au temps où l'art s'opposait aux affronts faits à la liberté, les promesses des lendemains mais aussi les racines de l'histoire de l'art roumain font encore écho dans le travail de ces jeunes artistes roumains qui, sans la même urgence, continuent de poser des questions dans une œuvre résolument contemporaine.

La galerie Valérie Delaunay est très heureuse de réunir pour cette exposition une trentaine d'œuvres d'artistes appartenant à la scène contemporaine roumaine. Le titre de celle-ci L'ECHO DES MURMURES rappelle que dans la pénombre de l'histoire, dans le silence des ateliers, des murmures se sont fait sentir, appelant à l'affirmation de soi et de ses idées contre les chimères du monde extérieur.

On entend encore cela dans la peinture roumaine contemporaine.

Théo-Mario Coppola
Curateur

[18:30-22:00] Vernissage de l'exposition "landskatinganywhere"
Location:
Bordeaux
Bordeaux
33000 Bordeaux
M° Gare SNCF Bordeaux Saint-Jean
France
Internet Site : www.bordeaux.fr
Description:
Arc en Rêve - Centre d'Architecture
7, rue Ferrere
33 000 Bordeaux
www.arcenreve.com
https://twitter.com/arcenreve

du 27 juin au 15 octobre
Ouvert tous les jours sauf le lundi de 11h à 18h / Ouvert jusqu'à 20h le mercredi

mardi 27 juin
18:30 rencontre
Ocean Howell ancien skateur professionnel, professeur d'histoire de l'architecture, Oregon, USA
Claude Queyrel historien de la culture skate, artiste plasticien, Marseille
Janne Saario ancien skateur professionnel, paysagiste, Helsinki
Léo Valls skateur professionnel, médiateur pour le skate, Bordeaux
Raphaël Zarka artiste, skateur, Paris

20:30 ouverture de l'exposition

21:00 soirée festive
en compagnie de
Don Gardener DJ set
accompagnée de
bières, softs et hot dogs
participation aux frais 5€

exposition du mardi 27 juin au dimanche 15 octobre 2017
grande galerie, ouverture sauf le lundi de 11:00 à 18:00
nocturne le mercredi jusqu'à 20:00

L'exposition landskatinganywhere réalisée par arc en rêve centre d'architecture pour la saison culturelle Paysages célèbre la pratique du skateboard et ses relations avec l'architecture et la ville.

Le skate est né dans l'univers urbain. Les espaces de la ville, ses plis, ses vides, ses bords, et ses périphéries sont le terrain de jeu des skateurs.
On observe un double phénomène : les formes modernes de l'urbain ont produit le skate, et la pratique du skate participe de la fabrication de la ville. Une multitude d'espaces sont construits et pensés pour - ou contre - le skate ou détournés à l'usage des skateurs.

L'ambition de landskatinganywhere est de faire connaître et reconnaître le skate dans sa dimension culturelle et artistique. Le skateur fait corps avec son objet, le skateboard. Il se perfectionne sans cesse et explore de nouveaux lieux. Les conflits d'usages sont réels. Souvent perçu comme un trublion autorisé à jouer dans les skateparks, là où il a « droit de cité », le skateur investit, éprouve, négocie l'espace public.
Il s'agit d'apprécier la place du skateur qui déplace l'urbain, en révélant des espaces en creux, avec des pleins et des déliés. Il offre un regard renouvelé sur les paysages urbains. Plus qu'un sport, c'est un art du mouvement du corps et une passion urbaine. Il y a aussi de nombreux exemples où le skateur défie des situations extrêmes, dans des environnements inouïs. Ces moments sont filmés, photographiés, c'est le paysage qui est à l'honneur.

L'exposition est introduite par le film de Raphaël Zarka, artiste et skateur, qui immerge le visiteur dans l'univers du skate. Elle revient sur l'histoire de la pratique du skateboard, via des archives dont des documents inédits prêtés par des skateurs. Elle présente une série de projets récents de skateparks en France, au Japon, en Espagne, en Belgique ou encore en Finlande, et explore une trentaine de skateparks en France via des maquettes, des dessins, et au travers du regard des photographes Olivier Amsellem, Maxime Delvaux, Stéphane Ruchaud, et Cyrille Weiner. À cela s'ajoutent deux productions spéciales pour landskatinganywhere : une œuvre créée par Raphaël Zarka sous la forme d'un poster, et d'un Fanzine réalisé par Grégoire Grange, graphiste et photographe à Bordeaux. Une attention particulière est portée au street et à la scène bordelaise, singulièrement riche, dans la multiplicité des pratiques et des rapports à l'urbain. Léo Valls, Tony Marquais, Yoan Taillandier ont créé des modules qui ont été skatés in situ à Bordeaux, et installés dans l'exposition. Des photographies de David Manaud et Fred Ferand, également skateurs à Bordeaux, complètent le dispositif.

En s'associant à des acteurs de la scène bordelaise singulièrement riche, arc en rêve veut faire vivre le projet « hors les murs ». Des rencontres auront lieu pour échanger sur les pratiques contemporaines de la ville en liberté - entre consensus et dissensus -.


L'exposition landskatinganywhere a été réalisée d'après l'exposition Landskating produite et présentée par la villa Noailles à Hyères en février 2016, avec le concours des commissaires Audrey Teichmann, Benjamin Lafore, Sébastien Martinez-Barat et Damien Roger.

dans le cadre de Paysages Bordeaux 2017
Jusqu'au mercredi 25 octobre 2017
Une saison culturelle d'exception pour fêter l'arrivée du train à grande vitesse à Bordeaux.
http://www.paysagesbordeaux2017.fr

Vernissage de l'exposition "landskatinganywhere"
Sylvain Tognelli 2013 Crédit : Joel Tettamanti et Bertrand Trichet

[18:30-21:00] Vernissage de la revue "L'Almanach Soldes #5"
Location:
Point Ephémère
centre de dynamiques artistiques
200, quai de Valmy
75010 Paris
M° Jaurès, Louis Blanc
France
Phone : +33 (0)1 40 34 02 48
Fax : +33 (0)1 40 34 02 58
Mail : info@pointephemere.org
Internet Site : www.pointephemere.org
Description:
L'exposition se fera autour du dernier numéro de la revue "Soldes Almanach"

Les artistes présents dans ce cinquième numéro de la revue SOLDES sont invités à investir l'espace de Point Ephémère dans une exposition qui trouvera une forme nouvelle après le 14 juillet. Dans cette exposition en deux temps, c'est à travers différents supports que vous découvrirez "L'homme de terre" : impressions grands formats, fresques, mais également des œuvres en volume créées in situ, à Point Ephémère.

Réactivation d'une revue d'art et d'essai culte des années 1980 sous la forme d'un almanach underground de dessin, d'images et de texte, Soldes, la « revue des ouvriers philosophes et des intellectuels bricoleurs », donne la parole aux sages et aux fous avec un numéro dédié à l'anthropocène et aux relations de l'homme avec la terre (reportages, entretien avec Bruno Latour, conversation entre Bernard Stiegler et Peter Sloterdijk, contributions de Charles Pennequin, Claude Lévêque, Mounir Fatmi, Aleksandra Waliszewska...).

Au début des années 1980, un trimestriel belge, Soldes Fins de Séries, avait retenu toute l'attention d'Andy Warhol : « C'est incroyable, c'est le meilleur magazine au monde, je suis jaloux, c'est ce que nous voulions faire avec Interview ». Il faut dire que Soldes Fins de Séries avait fait honneur au grand maître en l'interviewant dès le n° 4 sous le pseudo de « Jean Dupont, vivant à New-York ». Soldes a émergé dans le ressac du punk, sur la crête de la new wave, bien avant que l'art ne soit contemporain, juste avant la vague disco (l'art était actuel et non-plus moderne). En quelques mois Soldes est devenu international, c'était avant la révolution du net, diffusé dans neuf pays, entièrement manuel et intuitif, il est devenu culte en marge de l'industrie des médias.

LE VERNISSAGE
MARDI 27.06 à 18H30 | ENTRÉE LIBRE

Concerts acoustiques de Chasing Bone & Dr33 & lecture de Antoine Boute.

Chasing Bone : Un son de guitare et des textures post no-wave, des mélodies tendues en équilibre instable sur trois notes, un groove ample et véloce, entre punk jazz et avant-rock, improvisation free-noise et ambient ténébreuse, énergie rythmique et audace harmonique... La musique de CHASING BONE est à la fois savamment structurée et furieusement déjantée...

Dr33, accordéon (Clément Robin)- batterie (Patrick Le Nocher) : Pulsion tribale et accordéon funky, Dr33 inventent des sons aventureux, sauvages comme le rock, amers comme l'exil, entre goove psyché et échos de cathédrale engloutie...

WEEK END REMIX !

SAMEDI 16.09 & DIMANCHE 17.09 | ENTRÉE LIBRE

w/ conférence, musique, performances, ...
work in progress

vernissage le mardi 27.06 à 18h30
Exposition visible tous les jours - de 14h à 19h

Vernissage de la revue "L'Almanach Soldes #5"



[19:00] Inauguration du Chœur des Moines
Location:
Eglise Saint-Germain-des-Prés
1, place Saint-Germain-des-Prés
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 55 42 81 10
Fax : +33 (0)1 46 33 15 05
Mail : secretariat@eglise-sgp.org
Internet Site : www.eglise-sgp.org
Description:
Bruno Julliard, Premier adjoint à la Maire de Paris, assistera le 27 juin à l'inauguration de la rénovation du Chœur des Moines à Saint-Germain-Des-Prés. Cette opération entre dans le cadre du Plan pour le patrimoine cultuel mis en place par la Ville de Paris pour préserver les édifices cultuels de la capitale.

Bruno Julliard, Premier adjoint à la Maire de Paris en charge de la culture, va clôturer l'inauguration du Chœur des Moines à l'église Saint-Germain-des-Prés le mardi 27 juin, dans le cadre du Plan pour le patrimoine cultuel de la Ville de Paris, lancé en avril 2015, pour un montant total de 110 millions d'euros dont 80 millions apportées par la Ville de Paris, 11 millions par l'Etat et 19 millions par des mécénats et financements privés.

Saint-Germain-des-Prés est l'un des édifices cultuels les plus anciens de Paris, exceptionnel du point de vue de son histoire, de son architecture et de la richesse des œuvres qu'elle abrite.

L'inauguration du Chœur des Moines marque la première étape d'une opération de grande ampleur menée conjointement par la Ville de Paris et le fonds de dotation pour le rayonnement de l'Eglise Saint Germain des Près, pour la restauration de l'ensemble des décors intérieurs de l'édifice.

Personnalités présentes :
- Bruno Julliard, Premier adjoint à la Maire en charge de la culture et du patrimoine
- Jean-Pierre Lecoq, Maire du 6ème arrondissement
- Mgr Jérôme Beau, Diocèse de Paris
- Thierry Biberson, Fonds de dotation pour le rayonnement de l'Eglise Saint Germain des Près
- Pierre-Antoine Gatier, architecte en chef des monuments historiques

[19:00] Invitations à l'Imaginaire - Edgar Morin & Patrick Tacussel
Location:
Fondation d'entreprise Ricard
12, rue Boissy d'Anglas
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 53 30 88 00
Fax : +33 (0)1 40 06 90 78
Internet Site : www.fondation-entreprise-ricard.com
Description:
Nouveau rendez-vous des Invitations à l'Imaginaire, présenté par Michel Maffesoli.

Michel Maffesoli reçoit Edgar Morin, sociologue et philosophie, et Patrick Tacussel, professeur de sociologie à l'université de Montpellier pour la dernière rencontre des Invitations à l'Imaginaire de la saison 2016/2017.

De « La connaissance ordinaire » (M. Maffesoli, 1985) à « Connaissance, ignorance, mystère » (E. Morin, 2017), il s'agit d'accepter qu'à l'encontre de l'arrogance et la suffisance de tous les positivismes, il existe un rapport fécond entre l'invisible et le visible.

La vérité n'étant que le dévoilement, provisoire et toujours incomplet, du caché. Le mystère, ne l'oublions pas, est, aussi, un des fondements de tout être-ensemble !

Ainsi que le rappelle René Char : « Le temps est venu où ce qui sut nous rester incompréhensible pourra seul nous requérir » !

[19:00-23:55] Le 153 fête ses 2 ans sous le soleil
Location:
Le 153
Cocktails bar & autres curiosités
153, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Rambuteau, Etienne Marcel, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 44 78 94 88
Mobile : +33 (0)6 83 54 19 92
Mail : contact@le153.com
Internet Site : www.le153.com
Description:
LE 153 FÊTE SES 2 ANS ET VOUS INVITE AU SOLEIL !

Déjà deux ans que le 153 a ouvert ses portes dans le quartier de Beaubourg ! Pour célébrer cet événement, nous vous invitons à venir faire la fête avec nous le mardi 27 juin, dès 19h !

Sortez les lunettes de soleil et la crème solaire, toute l'équipe du 153 vous embarque direction l'été, le soleil et les plages de sable fin ! Cocktails offerts, goodies, performances, piscine à boules, maggie, photographe, DJ, bodypainting... Tout est prévu pour rendre cette soirée inoubliable !

Le 153 fête ses 2 ans sous le soleil

[19:00-22:00] Summer Art 42
Location:
Le 42
96, boulevard Bessières
75017 Paris
M° Porte de Clichy
France
Internet Site : www.42.fr
Description:
au Art 42

Soirée Summer Art 42 d'Artistik Rezo

Venez fêter la clôture estivale d'ART42 et les 10 ans du Club Artistik Rezo. Une dernière soirée au musée avant la réouverture d'octobre ! L'occasion de découvrir autrement la collection dans le cadre d'une soirée d'été. Au programme musique, danse, cocktail, flamants roses, et barbes à papa.

Sur invitation

[19:00-21:00] Vernissage de Santiago Guillermo "El poder de la boca"
Location:
Ambassade de l'Equateur
34, avenue de Messine
75008 Paris
M° Monceau, Villiers, Courcelles, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 45 61 10 21
Mail : equateur.culture@gmail.com
Internet Site : equateurculture.wixsite.com/ecuadorenfrancia
Description:
Dans la cadre du programme culturel "Evidencias, l'Ambassade de l'Equateur a le plaisir de vous inviter à l'ouverture de l'exposition "El poder de la boca" du peintre équatorien hyperréaliste Santiago Guillermo.

Artiste originaire de Cuenca, âgé d'une trentaine d'années est née avec une maladie qui l'empêche d'utiliser ses mains. Cependant sa passion pour l'art est telle qu'il s'est découvert le talent de peindre avec la bouche.

Dans sa quête pour le progrès, il a également participé aux jeux olympiques pour les paraplégiques, ce qui lui a valu une quatrième position à Seoul en Corée du Sud en 2011.

Evénement suivi d'un vin d'honneur en présence de l'artiste

Vernissage de Santiago Guillermo "El poder de la boca"

[19:30-21:30] Rencontre avec Europan
Location:
Librairie Volume
47, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, Strasbourg - Saint-Denis, République
France
Phone : +33 (0)1 85 08 02 86
Mail : contact@librairievolume.fr
Internet Site : www.librairievolume.fr
Description:
Rencontre avec l'équipe d'EUROPAN à l'occasion de la parution du numéro hors-série de la revue URBANISME.

Europan est un concours d'idées d'architecture et d'urbanisme s'adressant à des équipes de jeunes concepteurs européens (de moins de 40 ans). Il a été lancé avec le soutien de la Communauté européenne en 1988. Tous les deux ans, une nouvelle session est organisée sur un thème déterminé. Concours européen (13 pays pour Europan 14), Europan s'appuie sur les propositions de sites faites par les villes, où s'exercera la capacité imaginative et inventive des jeunes concepteurs. Depuis la première session (1989-1990), le bilan est impressionnant : 23 388 équipes d'architectes européens ont participé au concours avec plus de 784 sites dans 558 villes impliquées dans 30 pays. Pour s'en tenir à la France, ce sont 85 sites dans 67 villes, 4 172 projets rendus, 170 projets sélectionnés... Ce numéro hors-série de la revue Urbanisme réalisé avec Europan France présente la démarche, en s'appuyant en particulier sur la prochaine session Europan 14 organisée sur le thème « Villes productives ». Ainsi Alain Maugard, président d'Europan France, et Pierre Veltz, Grand Prix de l'urbanisme 2017, président du jury d'Europan 14, dialoguent autour des nouvelles articulations du territoire et de la production. Brigitte Fouré, maire d'Amiens, et Dominique Schauss, vice-président du Grand Besançon - qui proposent des sites pour Europan 14 - exposent leurs attentes à l'égard des équipes. Deux enquêtes permettent aux équipes et aux villes de s'expliquer sur les suites données au concours, le travail des équipes après leur sélection. Sous forme de fiches, huit exemples en France et en Europe donnent une vision des suites, qu'il s'agisse de projets en cours ou de réalisations. Au fil du numéro, des experts, professionnels et chercheurs, donnent des clés pour comprendre à la fois les évolutions du concours Europan et les mutations de la fabrique de la ville.




[20:00] Avant-première du film "Le Lauréat" en version restaurée 4K
Location:
Club de l'Etoile
14, rue Troyon
75017 Paris
M° Charles de Gaulle - Etoile, Ternes
France
Phone : +33 (0)1 43 80 40 27
Fax : +33 (0)1 44 09 02 35
Mail : contact@clubdeletoile.fr
Internet Site : www.clubdeletoile.fr
Description:
Avec CineFac
Au cinéma le 12 juillet

Avant-première du film "Le Lauréat" en version restaurée 4K

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés