Friday, July 7, 2017
Public Access


Category:
Category: All

07
July 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

  Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Location:
Maison Chloé
28, rue de la Baume
5, avenue Percier
75008 Paris
M° Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 44 94 33 33
Internet Site : www.chloe.com/fr/labaume/index
Description:
du 4 juillet au 6 septembre 2017, puis du 18 octobre au 18 novembre
Horaires : 11h30 - 18h30
Visite gratuite sur réservation préalable sur www.chloe.com/bourdin

Chloé dévoile un nouvel espace culturel : la Maison Chloé. Situé à quelques pas de son siège parisien, cet immeuble haussmannien accueillera tout au long de l'année les expressions de différentes féminités, avec un programme d'expositions et d'événements mettant à l'honneur 65 ans de créations et d'histoires, de la fondatrice de la maison, Gaby Aghion, aux filles Chloé d'aujourd'hui. Ces expressions artistiques donneront vie à cette féminité unique célébrée par Chloé et refléteront la mission qui a toujours été celle de la maison : donner aux femmes la liberté d'oser être elles-mêmes.

« Chloé a toujours cru en une féminité naturelle. A la fois chic et désinvolte, une attitude qui place Chloé à l'intersection du savoir-faire de la couture parisienne et du savoir-être de la jeunesse - qui fait de Chloé une marque unique », précise Geoffroy de la Bourdonnaye, Président de Chloé.

A l'occasion de l'inauguration de la Maison Chloé, le 2 juillet 2017, Judith Clark, commissaire d'exposition et scénographe de renom, a créé un parcours singulier. Grâce à une circulation originale conduisant de l'entrée rue de La Baume aux showrooms, ou des salons VIP au patrimoine situé au cinquième étage ; mais aussi au gré d'une sélection riche d'objets, vêtements et photographies retraçant sept décennies de mode, les visiteurs pourront s'immerger dans l'univers de la fille Chloé.

Pour sa première exposition temporaire, la Maison Chloé met à l'honneur Guy Bourdin. Un lien particulier les unit. Le photographe français a en effet créé le plus grand nombre d'éditoriaux de mode mettant en lumière les créations Chloé. Par un jeu de mise en scène habile, Judith Clark oppose deux types de féminité, soulignant le contraste entre les images explosives et controversées de l'un des principaux photographes de mode et les vêtements au chic bohème représentés dans ces mêmes images. Avec ces photographies et ces pièces d'archives inédites, l'exposition offrira un nouveau regard sur l'œuvre de Guy Bourdin.

« J'adore l'idée que dans une salle les gens découvrent des pièces extraites des archives », dit Judith Clark, « puis que ces objets 'débordent' dans la salle à côté et conduisent le visiteur vers une galerie emplie de magnifiques tirages. La robe Chloé se faufile dans l'histoire mais aussi à travers le bâtiment, qui lui-même donne l'impression d'être habité par le regard unique de Guy Bourdin. »

L'exposition trouve son point de départ dans une salle baptisée « Chloé Girls - The Anthology A-Z », une installation permanente conçue à partir des créations iconiques de la maison. L'histoire commence en 1952, lorsque Gaby Aghion fonde une maison dédiée au prêt-à-porter de luxe et invente une attitude qui allie joie de vivre, audace, liberté et élégance.
Cette installation interactive pensée par Judith Clark, associe de manière ludique des objets de la fondatrice aux créations des directeurs artistiques qui ont œuvré chez Chloé : une photo de Gaby sautant au milieu des dunes du désert égyptien est placée non loin du fameux « maillot de bain ananas » signé Stella McCartney. Ailleurs, un motif peint sur les murs de la cuisine de Gaby vient trouver sa place près d'un croquis noir et blanc de Karl Lagerfeld.

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
01. Guy Bourdin, Paris Vogue 1975, Chloé Autumn-Winter 1975 collection

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
02. Guy Bourdin, Paris Vogue 1973, Chloé Spring-Summer 1973 collection

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1979 - Chloé collection printemps-été 1979 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1971, Chloé collection automne-hiver 1971 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1970, Chloé collection printemps-été 1970 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1956, Chloé collection printemps-été 1956 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

Exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Location:
Château de Versailles
Place d'Armes
78000 Versailles
M° Gares SNCF de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 30 83 78 00
Mail : direction.public@chateauversailles.fr
Internet Site : www.chateauversailles.fr
Description:
du 30 mai au 24 septembre 2017

L'exposition se tiendra du 30 mai au 24 septembre 2017 au Grand Trianon, ouvert de 12h à 18h30.
Dernière admission : 18h
Fermeture des caisses : 17h50

Consacrée au séjour de Pierre le Grand à Paris et en particulier au château de Versailles, en mai et juin 1717, cette exposition commémorera du 30 mai au 24 septembre 2017 le tricentenaire de la visite du tsar en France.

Fruit d'un partenariat privilégié entre le musée national des châteaux de Versailles et de Trianon et le musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg, l'exposition présentera, à travers plus de cent-trente œuvres, ce qui fut, sous la Régence, deux ans seulement après la mort de Louis XIV, l'un des événements diplomatiques et culturels les plus marquants du début du règne de Louis XV.

Le parcours

Le parcours permettra de suivre pas à pas cette visite qui, pour être officielle, n'en fut pas moins libre. Héritier de la dynastie des Romanov et premier empereur de toutes les Russies, Pierre Ier cherchait l'inspiration dans les modèles français. Cet esprit curieux, passionné d'art, de sciences et de techniques, visita les résidences royales, les manufactures et les académies parisiennes, rencontra les plus éminents savants et artistes de son temps pour en attirer certains à la cour de Saint-Pétersbourg. Peintures, sculptures, pièces de mobilier et d'arts décoratifs, gravures et dessins, livres provenant de la bibliothèque du tsar ainsi qu'objets de son cabinet de curiosités dessineront le portrait de ce grand réformateur de la Russie, tourné vers l'Occident et en particulier vers une France héritière du Grand Siècle.

Commissariat

- Gwenola Firmin Conservateur en charge des peintures du XVIIIe siècle au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
- Thierry Sarmant Conservateur en chef, chef du Centre historique des archives, Service historique de la Défense
- George Vilinbakhov Vice-directeur du musée d'État de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg

Le voyage sur twitter

Découvrez sur le compte Twitter @CVersailles toutes les étapes du séjour de Pierre Ier dans le Paris du jeune Louis XV de mai à juin 1717. 300 ans presque jour pour jour après cette visite diplomatique mémorable, le hashtag #PierreLeGrandVoyage permet, au fil des jours, de revivre le voyage d'un tsar puissant et réformateur en quête d'inspiration autant politique et économique qu'artistique ou scientifique.

Fêtes galantes

Dans votre costume identique à ceux des plus belles époques de Versailles, vous êtes invités à retrouver l'ambiance raffinée et artistique des soirées d'appartement, un moment hors du temps, inoubliable. Cette année, le thème de ces fêtes sera bien sûr la venue de Pierre le Grand au château de Versailles pour qui fut organisé l'une des plus fastueuses réceptions officielles lors de son séjour.
Soirée costumée : 29 mai 2017 - 19h30
>> RSVP

L'exposition

Consacrée au séjour du tsar Pierre le Grand en France, à Paris et dans ses environs, en mai et juin 1717, l'exposition Pierre le Grand, un tsar en France. 1717, qui se tiendra au Grand Trianon du 30 mai au 24 septembre 2017, commémorera le tricentenaire de cette visite diplomatique. Fruit d'une collaboration exceptionnelle entre le château de Versailles et le musée d'État de l'Ermitage, elle présentera plus de 150 œuvres - peintures, sculptures, arts décoratifs, tapisseries, mais aussi plans, médailles, instruments scientifiques, livres et manuscrits - dont les deux tiers appartiennent aux collections du prestigieux musée de Saint-Pétersbourg.

Issu de la dynastie des Romanov, fils du tsar Alexis Mikhaïlovitch (1645-1676) et de Nathalie Narychkine (1651-1694), Pierre Ier (1672-1725), vingt ans après la « Grande Ambassade » qui l'a mené une première fois en Europe en 1697-1698, entreprend un nouveau voyage en Occident. Il atteint la France le 21 avril 1717 et y demeure jusqu'au 21 juin suivant. À Versailles où il fait étape deux fois, il est logé au Grand Trianon, du 24 au 26 mai puis du 3 au 11 juin 1717.

Le parcours de l'exposition suit pas à pas ce séjour qui, pour être officiel, n'en est pas moins libre car, force de la nature, imprévisible et peu façonné à l'Étiquette, Pierre Ier bouscule le protocole à maintes reprises. Sa rencontre avec Louis XV marque notamment les esprits : faisant fi du cérémonial de cour, il prend dans ses bras, en un geste spontané, l'enfant roi, tout juste âgé de sept ans. De nombreux mémorialistes, parmi lesquels Saint-Simon, le marquis de Dangeau ou Jean Buvat nous ont laissé de précieux témoignages permettant de retracer ce voyage.

Si ce séjour a des visées politiques et économiques - un projet d'alliance avec la France contre la Suède d'une part, la signature d'un traité de commerce de l'autre -, le tsar réformateur, fondateur de la Russie moderne, veut par-dessus tout voir ce que la France possède de plus remarquable afin d'en adapter certains modèles à son empire. Durant les deux mois qu'il passe dans le Paris de la Régence, visites et discussions avec les Français nourrissent sa réflexion et infléchissent les travaux qu'il a entrepris depuis 1703 à Saint-Pétersbourg et dans ses environs.

À Paris, Pierre se rend à l'Académie des Sciences, dont il devient membre honoraire, à l'Observatoire, à l'Hôtel royal des Invalides et à l'Hôtel de la Monnaie où l'on frappe une médaille en son honneur. Le tsar visite également la manufacture des Gobelins qui lui inspire la création d'une fabrique de tapisseries dans sa nouvelle capitale. Découvrant les marchands parisiens tel un simple particulier, il fait provision de livres, d'instruments scientifiques et techniques. Enfin, comme il est d'usage, ce voyage suscite l'échange de prestigieux cadeaux diplomatiques ; à l'image de la tenture du Nouveau Testament offerte à Pierre le Grand, composée de quatre tapisseries d'après Jouvenet et conservée aujourd'hui au musée d'État de l'Ermitage.

L'exposition met aussi en lumière les rapports du tsar avec les artistes français. En effet, dès 1716, il attire à la cour de Saint-Pétersbourg plusieurs maîtres, parmi lesquels Louis Caravaque (1684-1754), l'architecte Jean-Baptiste Le Blond (1679-1719) et le sculpteur ornemaniste Nicolas Pineau. Lors de son séjour en France en 1717, il est portraituré par deux peintres de renom, Jean-Marc Nattier (1685-1766) et Jean-Baptiste Oudry (1686-1755).

Souverain guerrier et voyageur, Pierre le Grand parcourt le monde pendant près de quatre décennies, de la mer Blanche à la mer Caspienne, de la Hollande à la Moldavie et de l'Angleterre à la Perse. Cette personnalité hors du commun a su s'imposer, au regard de la postérité, comme l'un des monarques les plus marquants de son pays, initiateur d'une nouvelle Russie.

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Cassette de Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Cadran Solaire
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Veste de costume d'été de Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Louis XV visite Pierre le Grand à l'hôtel de Lesdiguières
Château de Versailles

Fête nationale des îles Salomon
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale des îles Salomon

Exposition "Peindre la banlieue de Corot à Vlaminck"
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Du 17 mai au 13 août 2017
- Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h
- Samedi et dimanche : de 14h à 18h
- Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h
- Fermé les jours fériés et au mois d'août

Plein tarif : 4,70 € / 3,60 € pour les Isséens et GPSO
Tarif réduit : 3,60 € / 2,60 € pour les Isséens et GPSO
Gratuit pour les moins de 26 ans
Audio guide français / anglais : gratuit

Exposition de chefs-d'oeuvre impressionnistes en co-production avec l'Atelier Grognard à Rueil-Malmaison.

Cette exposition présente une sélection d'œuvres rassemblées autour du thème de la banlieue et de son évolution, vues à travers le regard de peintres du milieu du XIXe au milieu du XXe siècle.

Elle a été préparée en liaison avec le Centre d'Arts « L'Atelier Grognard » de Rueil-Malmaison qui l'a présentée du 9 décembre 2016 au 10 avril 2017. Différents prêts obtenus auprès d'institutions françaises (Musée d'Orsay, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, Musée des Beaux-Arts d'Orléans, Musée des Beaux-Arts de Reims entre autres) permettent d'offrir à la curiosité du visiteur des tableaux réalisés par des artistes au renom aussi grand que Camille Corot, Charles Daubigny, Camille Pissarro, Berthe Morisot, Maurice Denis, Maurice Utrillo, Raoul Dufy notamment.

L'exposition explore les sites franciliens qu'ont fréquentés ces artistes à un moment où s'imposent la peinture de plein air et la recherche de nouveaux motifs. D'abord tirés de la nature et de la vie rustique, ceux-ci sont, au fur et à mesure que se développent les moyens de transport et le chemin de fer en particulier, empruntés à deux univers alors en plein essor : l'industrie et les loisirs.

Les mutations sans précédent qui marquent profondément le siècle, donnent à la périphérie de Paris de multiples visages, à l'exemple de la Seine, trait d'union entre tous ces territoires consacrés à la fois aux pratiques ludiques traditionnelles et à un trafic fluvial métamorphosé par les conjonctures économiques successives.

Pendant qu'ils représentent ce passage d'un paysage champêtre à un paysage de plus en plus domestiqué, les peintres de la nature deviennent des peintres de la modernité. Les alentours de la capitale se muent peu à peu en un univers propice aux recherches picturales sur le paysage et constituent pour nombre d'entre eux une étape importante dans leur parcours artistique.

C'est cette diversité thématique et esthétique offerte par la banlieue au cours d'un siècle, de 1850 à 1950, de l'Ecole de Barbizon à l'École de Paris, que l'exposition souhaite restituer, en rappelant non seulement l'industrialisation, mais aussi ses contrepoints : la survivance du monde agricole, l'émergence d'une civilisation des loisirs, l'expansion urbaine à travers la multiplication des zones d'habitat.

Ainsi à travers les pièces sélectionnées et les choix muséographiques, l'exposition montre des œuvres dont les auteurs se sont plu à peindre la banlieue comme un coin de paradis, que ce soit en représentant des paysages arcadiens, ou en évoquant des lieux de détente et de loisirs ouverts aux « pratiques récréatives ». Elle attire aussi l'attention sur le fait que la banlieue a été un acteur économique, où l'industrialisation qui se développe, côtoie longtemps un secteur agricole très vivace. Elle souligne enfin que le développement de la banlieue prend de plus en plus la forme d'une expansion urbaine stricto sensu, au terme de laquelle la banlieue aujourd'hui, est surtout perçue comme de longs rubans urbanisés où alternent grands ensembles d'habitat social et logements pavillonnaires.

La découverte de l'exposition s'accompagnera d'un dispositif de médiation innovant : le LiFi. Grâce à ce support, des informations variées permettent une découverte plus détaillée, via des tablettes connectées, une sélection des œuvres présentées.

Autour de l'opération, une importante programmation sera mise en place, comprenant notamment des conférences, des visites commentées et des ateliers - ludiques pour les enfants et pour tous, autour de la photographie ou de la peinture de paysage.

Vernissage de l'exposition "Peindre la banlieue de Corot à Vlaminck"
Hervier de Romande, « Paul Féval en barque sur la Marne », 1890

Vernissage de l'exposition "Peindre la banlieue de Corot à Vlaminck"
Maximilien Luce, « La Seine à Issy-les-Moulineaux », 1920 © Musée Français de la Carte à Jouer et Galerie d'Histoire de la Ville, Issy-les-Moulineaux

Vernissage de l'exposition "Peindre la banlieue de Corot à Vlaminck"
Louis Toffoli, « Quai à Ivry », 1951 © Musée du Domaine départemental, Sceaux

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00 [17:00-23:55] Festival Fnac Live 2017
Location:
Parvis de l'Hôtel de Ville de Paris
Place de l'Hôtel de Ville
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Description:
06-08 juillet 2017

JEU 6. JUILLET

SCÈNE DU PARVIS
17:00 LABEL MICROQLIMA
18:00 THEPIROUETTES
19:00 FISHBACH
19:45 TÉMÉTAN
20:10 CALYPSO ROSE
21:05 POLO&PAN [DJ]
21:30 BENJAMIN BIOLAY
23:00 MØME

SCÈNE DU SALON
19:40 JULIEN CLERC

VEN 7. JUILLET

SCÈNE DU PARVIS
17:00 LABELVIETNAM
18:00 OTZEKI
19:00 ALLTTA [20SYL& MRJ.MEDEIROS]
19:45 LOYLE CARNER
20:10 PARADIS
21:05 IRÈNE DRÉSEL
21:30 CAMILLE
23:00 CASSIUS

SCÈNE DU SALON
18:00 JULIETTE ARMANET
18:45 ALBIN DE LA SIMONE.
19:45 ROVER

SAM 8. JUILLET
17:00 LABELBEGGARS
18:00 EDDY DEPRETTO
19:00 VALERIEJUNE
19:45 ALIOCHA
20:10 THE HORRORS
21:05 CLARALUCIANI
21:30 Julien Doré
23:00 THE BLAZE

SCÈNE DU SALON
18:00 TIM DUP
18:45 FRÀNÇOIS & THE ATLAS MOUNTAINS
19:45 JAY-JAY JOHANSON

Festival Fnac Live 2017


[18:00] Conférence "Alerte et soin à notre environnement : la place de l'art"
Location:
Espace Topographie de l'art
15, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 40 29 44 28
Fax : +33 (0)1 40 29 44 71
Mail : topographiedelart@orange.fr
Internet Site : www.topographiedelart.com
Description:
dans le cadre de l'exposition "Warning Shot"

Exposition : 5 - 27 juillet 2017
Vernissage et performance de G. M. Masucci : mardi 4 juillet de 18h à 21h

avec Amy Balkin, Ursula Biemann, Janet Biggs, Shaun Gladwell, Janet Laurence, Joanna Malinowska, Gianluigi Maria Masucci

Commissaire : Barbara Polla

Porter attention... Attention au monde. Regarder. Prendre le temps. Please, pay attention, please. WARNING SHOT : une exposition de vidéos, sur le thème de l'écologie. Une écologie des images et du temps. L'art vidéo recycle les images et en crée de nouvelles.

Le titre de l'exposition lui est donné par la vidéo éponyme de Janet Biggs. Dans cette vidéo - la cinquième d'une pentalogie que Biggs consacre au Grand Nord -, l'artiste se tient elle-même devant les montagnes de Svalbard. Elle tire un coup de semonce en direction de la montagne, avec la même application et la même jouissance apparente que le faisait Niki de Saint Phalle, sa sœur en armes, à Montmartre - mais ici au milieu de nulle part. Que nous dit Janet Biggs avec ce geste qui resta alors ignoré de tous, localement et globalement ? Que la vie contemporaine se vit dans l'intimité-extimité de l'espace de l'écran. Et que l'écran vidéo n'est plus une surface que l'on regarde, mais un environnement dans lequel on vit et que l'on occupe. La vidéo WARNING SHOT donne vie à l'intention de Janet Biggs ; sans elle, le coup de semonce serait resté lettre morte dans un Grand Nord à la dérive. La vidéo nous le donne à voir, dans toute son inutilité et sa solitaire splendeur.


Vendredi 7 Juillet à 18h
Accueil dès 17h30, conférence à 18h, apéritif à 19h30
Conférence / Conversation avec Janet Laurence, Nathalie Blanc et Paul Ardenne

Alerte et soin à notre environnement : la place de l'art

Dans le cadre de l'exposition WARNING SHOT, Barbara Polla propose une conférence-conversation-débat avec, autour de l'artiste australienne Janet Laurence et en conversation avec elle, Nathalie Blanc et Paul Ardenne. Nathalie Blanc est chercheur au CNRS et auteure du premier ouvrage de référence sur l'art écologique publié en langue française, Écoplasties (2010, Manuella éditions, en collaboration avec Julie Ramos), dans lequel on trouve déjà un entretien avec Janet Laurence.
Paul Ardenne, historien de l'art et auteur d'Un Art Écologique, création plasticienne et anthropocène (2018, Actes Sud) qui réunit en quelques 400 pages plus de 300 artistes, dont Janet Laurence, et dont l'auteur parlera pour la première fois.
Janet Laurence est depuis longtemps l'une des figures artistiques de proue de l'art de ressuscitation du monde et, en particulier, du monde sous-marin, comme en témoigne l'œuvre Resuscitation of the Reef. Janet Laurence associe science, médecine, architecture, vidéos, vestiges, emprunts aux Musées d'Histoire naturelle du monde et toute une alchimie qui lui est propre pour créer des hôpitaux « nouvelle vague » pour les coraux et d'autres espèces marines en voie de disparition. Son art est sa réponse personnelle à l'angoisse environnementale qui nous étreint tous.

Vernissage de l'exposition "Warning Shot"

[18:00-21:00] Vernissage d'Hugo Pernet, Sylvain Rousseau et des petits chats d'Auber
Location:
Galerie Triple V (Rue du Mail)
5, rue du Mail
75002 Paris
M° Bourse, Sentier
France
Phone : +33 (0)1 45 84 08 36
Mail : info@triple-v.fr
Internet Site : www.triple-v.fr
Description:
Toutes les œuvres exposées sont inédites. Ce sera donc l'occasion de découvrir en premier lieu les nouveaux tableaux de Sylvain Rousseau. La juxtaposition de leurs lignes fait apparaître, en creux, des légers sillons qui radient en motifs en expansion à partir des figures, comme les ondes concentriques à la surface de l'eau, ou une aire de gravier passée au râteau dans un jardin japonais. Si le médium utilisé dans ses tableaux est inhabituel, les thématiques paraissent a priori plus familières, à la fois dans le travail de Sylvain Rousseau, et plus généralement dans l'histoire de la peinture. Perroquets, grenouilles, requins : les figures composent un bestiaire qui peut évoquer les « singeries » de la peinture du XVIIe. Ce sont, en un sens générique, des portraits de l'artiste en voyageur (la grenouille), en ambitieux (les requins tournant alentour), ou en copiste (le perroquet et sa propension à répéter).

Le sujet animalier nous amène au mystère des chats peintres, Les petits chats d'Auber étant le pseudonyme du collectif réunissant Sylvain Rousseau et Yann Rondeau, qui ont utilisé le même médium (silicone) initialement destiné à la finition des constructions pour leurs œuvres les plus récentes (et du béton pour les plus anciennes). Les chats n'ayant pas l'usage de la parole, en tant qu'artistes leur domaine de prédilection est logiquement l'ineffable. Soit ce qui est au-delà des mots (le sublime d'un ciel en plein jour ou d'une nuit étoilée, par exemple), mais aussi aussi le domaine de ce qu'on ne peut pas dire, de ce qui est secret. Comme la vérité sur les chemtrails, notamment, ou la véritable nature des comètes.

Les tableaux de ciels, réalisés sur feuilles de plexiglas transparent, ont d'abord été peints au dos, puis les motifs de nuages et de traces d'avion dans le ciel ont été ajoutés sur la face au silicone blanc et translucide mélangé à des pigments bleus. Ce sont des peintures de ciels contemporains, comme on peut en observer partout, striés par les traces d'air laissées par les turbines des avions long courrier. Ces paysages aériens de facture expressionniste (ou du moins faisant étalage des signes de l'expressionnisme) dépeignent une réalité complotiste, celle des chemtrails, autrement dit la théorie qui veut que les avions de ligne épanderaient des produits toxiques sur les populations survolées. Le complot part du principe que la réalité ne peut pas être aussi limpide qu'elle paraît, et qu'il y a forcément une vérité cachée à découvrir au-delà des apparences. Ce principe, quand on y pense, est comparable à ce qui motive depuis longtemps le discours sur la peinture, où l'on recherche dans une composition figurative la « géométrie secrète » que le peintre y aurait appliqué, ou dans un tableau abstrait une grammaire formelle ésotérique. D'ailleurs l'art d'aujourd'hui est un « complot », si l'on en croit l'essayiste Jean Baudrillard. Appliqués au présent travail, ses commentaires inviteraient à se dire qu'il ne peut s'agir « que » de ça, i.e. de la représentation de quelque chose de banal, sur un support translucide, dans une facture délibérément non soignée. Il faut supputer la présence de quelque chose en dessous (matériellement, ou historiquement) ou au-delà (une clef, un symbole) qui signifie plus que la littéralité de cette chose. La ruse étant bien sûr qu'il est fort possible qu'il n'y ait que ça à voir. On notera également que le silicone, en tant que matériau de construction, est employé au cours des finitions pour rendre « hermétique » une installation au niveau des jointures. C'est déjà louche, mais l'autre mystère ramené à la surface par ces tableaux sur plexiglas est également un impensé des arts dits « plastiques », à savoir que certains de leurs composants les plus répandus sont vraiment à base de plastique, comme la peinture acrylique.

Certaines des nouvelles peintures à l'acrylique d'Hugo Pernet représentent aussi des nuages. Ou plutôt ils en présentent, car ils ne sont pas faits d'après nature. Ce sont des nuages peints de façon stylisée, presque abstraite (quoi de plus abstrait que le motif du nuage, informe, aléatoire, toujours plausible). Rien n'empêche de voir des figures dans ces motifs abstraits, même si dans ce cas c'est le regardeur qui les projette sur la toile, et peut éventuellement se persuader que ces figures sont réellement dépeintes (complot).

Ce qui prime dans cette série comme dans celle des rosiers est à la fois le traitement au pinceau, la couleur, et la construction, avec des méthodes apparentées au minimalisme* : permutation des couleurs, renvoi à un principe mathématique destiné à générer les formes aléatoirement. Pour les peintures de rosiers, les couleurs choisies - magenta, rose, turquoise, auxquelles il faut ajouter le blanc du mur - sont celles des anciens jeux vidéos pour PC sur lesquels il jouait quand il était enfant. Ici la fleur (comme la couleur) n'est pas rose n'est pas rose n'est pas rose, mais aux couleurs de l'écran. Ce qu'on voit est « WYSIWYG », ce qui n'est pas tout-à-fait ce qu'on voit, mais ce qu'on a (au sens où l'on fait avec ce qu'on a). Pas plus que les nuages, les compositions avec des roses ne sont faites d'après nature ; elles le sont en fonction de l'équilibre interne à ces compositions, si bien que la disposition des fleurs et des tiges ne résulte pas d'un effort de vraisemblance. La fleur est un 'pattern' comme dans la tapisserie ou le papier peint. Le rosier est comme une grille qui structure des figures (en l'occurence les fleurs), « ...un peu comme dans Mondrian, il y a une grille et des 'cases' (et aussi trois couleurs), sauf qu'ici les cases passent 'devant' la structure. » (Hugo Pernet) Conçu comme une série, l'ensemble des tableaux accentue l'effet de clignotement binaire de la couleur, à la façon de sirènes deux-tons.

(*) Hugo Pernet : « Je crois que dans ces tableaux je mets l'accent à la fois sur le traitement au pinceau, la couleur, mais aussi la construction des tableaux et de la série avec des méthodes plutôt minimalistes. L'intérêt des roses et des nuages est qu'ils ont une tendance fractale à tourner sur eux-mêmes ou à se former d'eux-mêmes dans l'espace. »

Vernissage d'Hugo Pernet, Sylvain Rousseau et des petits chats d'Auber

[18:00-21:00] Vernissage de Den End "Couleurs malicieuses"
Location:
Studios Paris gallery
Pop Up Street
54, rue des Trois Frères
2-4-6 rue Androuet
75018 Paris
M° Abbesses
France
Phone : +33 (0)9 80 79 88 06
Mobile : +33 (0)6 46 08 50 27
Mail : ceo@studiosparis.com
Internet Site : www.popupstreet.paris
Description:
Exposition street art et live painting en galerie et sur rue jusqu'au 30 août 2017. En collaboration avec l'association Le Carillon

Vernissage vendredi 7 juillet de 18h à 21h

Vernissage de Den End "Couleurs malicieuses"

[18:00-20:00] Vernissage de Jeanne Bordeau "Langage pictural"
Location:
Orangerie du Sénat
Orangerie du Jardin du Luxembourg
19 bis, rue de Vaugirard
Jardin du Luxembourg
Accès porte Férou
75006 Paris
M° RER B Luxembourg, Saint-Sulpice, Rennes, Mabillon, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 42 64 33 99
Internet Site : www.senat.fr
Description:
Du jeudi 29 juin au lundi 10 juillet

[18:00-21:00] Vernissage de Matthieu Ronsse "L'amour dans les cordes..."
Location:
VNH Gallery
108, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 85 09 43 21
Mail : gallery@vnhgallery.com
Internet Site : www.vnhgallery.com
Description:
Matthieu Ronsse "L'amour dans les cordes, dans un cadre plus ou moins érotique"

VNH GALLERY
IS DELIGHTED TO ANNOUNCE THE TWO-CHAPTERED EXHIBITION

MATTHIEU RONSSE

CHAPTER ONE / JULY 7 - 29, 2017
OPENING FROM 6:00 TO 9:00PM
"L'AMOUR DANS LES CORDES, DANS UN CADRE PLUS OU MOINS ÉROTIQUE"

CHAPTER TWO / SEPTEMBER 7 - 23, 2017
"QUAND JE SUIS VENU AU MONDE, J'ÉTAIS TON OEUF"

Vernissage de Matthieu Ronsse "L'amour dans les cordes..."

[18:00-20:00] Vernissage de Ximon Lee et Timothy Schaumburg
Location:
Galerie Joyce
168-173, galerie de Valois
Jardins du Palais Royal
75001 Paris
M° Palais Royal
France
Phone : +33 (0)1 40 15 03 72
Mail : ParisGallery@joyce.com
Internet Site : www.joyce.com/art/
Description:
Vernissage de Ximon Lee et Timothy Schaumburg

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Le Chant des Sirènes"
Location:
Les Tanneries
Centre d’art contemporain Les Tanneries
234, rue des Ponts
45200 Amilly
M° Gare SNCF de Montargis
France
Phone : +33 (0)2 38 85 28 50
Mail : contact-tanneries@amilly45.fr
Internet Site : www.lestanneries.fr
Description:
7 JUILLET - 27 AOÛT 2017
VERNISSAGE VENDREDI 7 JUILLET

UN COMMISSARIAT D'Eric Degoutte

ARTISTES : Jean-François Lacalmontie, Didier Mencoboni

Sensible aux sollicitations d'un public toujours plus curieux et régulier, le centre d'art Les Tanneries accélère le rythme de sa programmation artistique en ouvrant un nouvel espace d'exposition jouxtant la Verrière. Jean-François Lacalmontie (né en 1947) et Didier Mencoboni (1959) sont les deux artistes invités à inaugurer la « Petite galerie ». Leur pratique est marquée par un certain sens du jeu. Elle pense les conditions d'émergence de la forme, elle met en place des protocoles aux logiques parfois proches de celles qui sous-tendent l'improvisation musicale. Comme dans les musiques « libres » (on parle bien de free jazz), les deux artistes s'écartent d'un certain rapport volontariste au « faire » pour tenter des formes plus libres de ce qu'on appelle « œuvre d'art ». Cette distanciation est en partie provoquée par des créations déléguées à des méthodes d'apparitions aléatoires : superpositions, collages à partir de reprises de travaux antérieurs, ou bien utilisation de logiciels informatiques et des combinaisons permises par les algorithmes. Par ces formes de distanciation du geste premier, ces deux artistes portent leur attention à tout ce qui se crée malgré eux, hors de leur vouloir propre. S'en suit une réception accrue à la façon dont les matériaux réagissent entre eux, ou plus globalement à tout ce lot de phénomènes imprévisibles qu'apporte chaque journée, à l'atelier ou ailleurs.

Aux Tanneries, l'œuvre de ces deux artistes s'expose en un face à face qui privilégie le dialogue. Tout au long de l'exposition, en contrepoint d'œuvres réalisées par les artistes, dont certaines pour l'occasion (Jean-François Lacalmontie), des formes s'improvisent quotidiennement par le biais de programmes informatiques qui « travaillent » à produire des images générées aléatoirement. Chez Jean-François Lacalmontie, c'est une machine à dessiner qui prend la forme d'un dispositif sculptural : une valise abritant un écran d'ordinateur, tube cathodique réduit à son plus simple appareil faisant défiler des images composées à partir d'un corpus de dessins réalisés et choisis par l'artiste, le tout piloté par un programme informatique traitant cette base de données. Activée une première fois en 1996, cette œuvre nomade de nouveau rebranchée aux Tanneries défie l'écart entre l'histoire et le vivant. En contenant en puissance des milliards de combinaisons possibles, cette machine fabrique une « fausse éternité ». Elle permet d'imaginer une production d'œuvres posthumes, sur plusieurs siècles.

Du côté de Didier Mencoboni, c'est en ligne que tout se passe, sur http://generationetc.com. Sur un fond d'écran totalement vierge s'affiche le tableau virtuel obtenu par le dernier clic sur l'icône comportant un point d'interrogation. Entre deux apparitions d'images, on lit sur un bandeau : « ce site crée un imaginaire pictural. Ici, une série de plus 2000 tableaux véritables génère un flux perpétuel et infini d'images virtuelles. À chaque instant naissent de nouveaux tableaux virtuels qui ne sont pas sauvegardés. Ainsi est inventée la représentation de l'éphémère absolu : l'image non capturée ne pourra être vue qu'une seule fois, à jamais ».
Pendant trois heures par jour, ces compositions seront imprimées puis rangées en piles sur une table, selon une logique librement déterminée par l'équipe du centre d'art. Par couleur ? Par forme ? L'accompagnement de l'œuvre émergente, formant corpus et somme, nous questionne immédiatement sur le sens d'y trouver un ordre, un classement, un rangement, une forme de mise à disposition pour le regardeur. Cette implication de l'équipe, Didier Mencoboni la provoque par ailleurs dans l'œuvre intitulée Don't Stop, donnant à voir sur une étagère en acier une série de petites peintures grises : chaque jour l'équipe devra légèrement modifier la position d'une de ces toiles, renouvelant l'équilibre de l'ensemble.

Branchée en permanence sur un flux d'images en devenir, traversée d'usages visant à réactiver les dispositifs de présentation, de production, la Petite galerie devient le réceptacle d'une exposition en évolution constante; et qui repose sur une mise en tension entre le très construit et le très éphémère. Nous voici donc invités à prendre part au jeu de la surprise et de l'étonnement, à l'œuvre dans toute entreprise artistique.

Vernissage de l'exposition "Le Chant des Sirènes"

[18:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Rehab 2 - Urban Festival"
Location:
Cité Internationale Universitaire de Paris
1-57, boulevard Jourdan
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Internet Site : www.ciup.fr
Description:
Maison des Arts et Métiers
Cité Internationale Universitaire de Paris
17 boulevard Jourdan
75014 Paris

Venez découvrir l'exposition en avant-première et les artistes qui ont donné vie à ce projet.



Vernissage de l'exposition "Rehab 2 - Urban Festival"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "WEEK SHOW"
Location:
Galerie Isabelle Gounod
13, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 48 04 04 80
Fax : +33 (0)1 48 04 04 80
Mail : info@galerie-gounod.fr
Internet Site : www.galerie-gounod.com
Description:
Jusqu'au 15 juillet 2017
Vernissage le vendredi 7 juillet 2017, de 18h à 21h
La galerie sera ouverte le vendredi 14 juillet 2017

avec Pierre AGHAIKIAN, Martin BRUNEAU, Luke HENG, Jérémy LIRON, Maude MARIS, Audrey MATT-AUBERT, Catherine MELIN, Aurore PALLET et Michaële-Andréa SCHATT

Avec des oeuvres inédites (2007-2017)

[18:30-21:00] Vernissage d'Amandine Guindet "Histoires buissonnières"
Location:
Bayonne
Bayonne
64100 Bayonne
M° Gare SNCF de Bayonne
France
Internet Site : www.bayonne.fr
Description:
Le Microcosme
14, rue du Pilori
64100 Bayonne
Tél : 06 76 61 93 25
Mail : lemicrocosme.bayonne@gmail.com
http://www.lemicrocosme.com
https://www.twitter.com/le_microcosme
https://www.instagram.com/lemicrocosme.bayonne
https://www.facebook.com/lemicrocosme

du 1er au 22 Juillet 2017

Amandine Guindet vit à Bayonne. « Histoires Buissonnières » est sa première exposition solo de dessins.

Par le passé, elle a déjà effectué deux expositions collectives : il y a six ans au Couvent des Méduses (Bayonne), elle y présentait des modelages, et il y a deux mois au Festin Nu (Biarritz), pour un travail à quatre mains avec Viviane Michel.

Son parcours l'a menée à l'école d'art de Bayonne, où elle a travaillé avec Blaise Guirao pendant cinq ans, avant d'apprendre la gravure avec Jana Lottenburger depuis quatre ans. Ces leçons ont révélé son désir de création, lui permettant d'affiner sa technique et de construire de nouvelles histoires.01



Sans formation institutionnelle, Amandine Guindet a toujours dessiné. Lorsqu'elle crée, elle pense à un personnage, se demande constamment quelle est son histoire. La nature est présente, vive, dense...une inspiration venue de son histoire familiale passée dans les forêts et les jardins.

La littérature jeunesse est un élément prépondérant de son travail artistique. Cet univers la passionne, la volonté d'illustrer un ouvrage est grande. Par cette première exposition, elle montre aux yeux de tous ce bouillonnement créatif dont elle parle peu.

Une opportunité de découvrir son jardin secret, en se laissant voyager dans ces « histoires buissonnières ».

Vernissage d'Amandine Guindet "Histoires buissonnières"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Miroslav Tichý - Les Formes du Vrai"
Location:
Marseille
Marseille
13000 Marseille
M° Gare SNCF Marseille Saint-Charles
France
Internet Site : www.marseille.fr
Description:
cipM - centre international de poésie Marseille
Centre de la Vieille Charité
2, rue de la Charité
13236 Marseille cedex 02
Téléphone 04 91 91 26 45 - Télécopie 04 91 90 99 51
mél : cipmarseille.com - site : www.cipmarseille.com - cahiercritiquedepoesie.fr

Exposition du 7 juillet au 16 septembre 2017
Vernissage en présence de Gianfranco Sanguinetti & Marc Lenot le vendredi 7 juillet à partir de 18h30

À cette occasion, le cipM publie un livre de Gianfranco Sanguinetti

Miroslav Tichý
Les Formes du Vrai
Et met en ligne "Le Cahier du Refuge" no 263
avec un texte de Marc Lenot

Vernissage de l'exposition "Miroslav Tichý - Les Formes du Vrai"
(Les photographies présentées dans cette exposition font partie de la collection de Gianfranco Sanguinetti)



[19:00] Conférence de presse Spéos et Paris Match
Location:
Arles
Arles
13104 Arles
M° Gare SNCF d'Arles
France
Internet Site : www.ville-arles.fr
Description:
dans la Cour de l'Archevêché
Palais de l'Archeveché
35 place de la république, 13200 Arles

Dans le cadre des Rencontres d'Arles 2017 et du programme Voies Off, Paris Match et Spéos vous invitent au lancement officiel du programme Photoreportage et presse magazine.

Cette formation inédite se déroulera à Paris sur 2 ans en français, à partir du 18 septembre 2017. Les inscriptions sont ouvertes et les prochains
comités de sélection auront lieu les 8 juillet à Arles et 20 juillet 2017 à Paris.

[19:00-21:00] Marie Lund : SCOUT reading and book launch !
Location:
Section 7 Books
31, passage du Ponceau
Code 7396
75002 Paris
M° Réaumur - Sébastopol, Strasbourg - Saint-Denis
France
Mobile : +33 (0)6 74 23 90 18
Mail : section7books@gmail.com
Internet Site : www.section7books.com
Description:
garment falls to the right wraps back up around to inner leg crotch
volume rests to beneath around where it follows the muscle of the right buttock

come over to see \ hear Marie Lund new book, SCOUT

[19:00] Vernissage/ performance de Beth Weinstein "espace effacé - trace matérielle"
Location:
The Window
Laboratoire d'expérimentations artistiques en milieu urbain
1, rue Gustave Goublier
75010 Paris
M° Château d'Eau, Strasbourg - Saint-Denis, Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)9 71 38 36 19
Mail : info@thewindowparis.fr
Internet Site : www.thewindowparis.fr
Description:
micro-exposition + performance
espace effacé | trace matérielle

VENDREDI 07 JUILLET 2017 À 19H00
VERNISSAGE À 19H00 | PERFORMANCE À 19H30

Comment (l'in)visibilité se croise avec le travail, le texte, l'architecture et la performance ?

Beth Weinstein, en résidence à The Window, questionne l'invisibilité politiquement et spatialement construite, tel un nœud Gordien. Dans son projet en cours, titré «Intern[ed] » (évacués), ses performances d'effacement et de rédaction interrogent les espaces des camps d'internement démolis et le travail fait par les internés, dans le Sud-ouest des EU. Ces travaux incluaient le tissage des mailles de camouflage et la fabrication des maquettes des bateaux pour l'armée américaine. Ils produisaient également des briques d'adobe pour leurs propres bâtiments carcéraux.

Beth présente/performe « Intern[ed] » qui ouvre sa collaboration avec Catherine Baÿ, ARGG et The Window, prévue pour 2018.

Beth est architecte, chercheure, performeure, et professeure associée à l'école d'architecture de l'Université d'Arizona. Son projet doctoral (University of Tasmania) interroge le « chorégraphie spatiale du travaille : «manifester» (rendre visible) le caché dans le faire, de-faire et re-faire architecturale ».

Vernissage/ performance de Beth Weinstein "espace effacé - trace matérielle"

[19:00] Vernissage de l'exposition "Gramin'Art"
Location:
Saint-Tropez
Saint-Tropez
83990 Saint-Tropez
France
Internet Site : www.saint-tropez.fr
Description:
galerie Corinne Kowalski

autour des peintures florales de Corinne Kowalski
et des sculptures végétales d'Anne-K Imbert

Exposition jusqu'au 2 septembre

[19:00] Vernissage de l'exposition "Hors Limites"
Location:
Mémoire de l'Avenir
Espace Interculturel Mémoire de l'Avenir
45/47, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville
France
Phone : +33 (0)9 51 17 18 75
Mail : contact@memoire-a-venir.org
Internet Site : www.memoire-a-venir.org
Description:
Pour sa programmation estivale et suite à un appel à candidature, Mémoire de l'Avenir a sélectionné 8 artistes internationaux pour interroger son thème annuel "Hors Limites". L'exposition aura lieu du 7 juillet au 26 août 2017.

La notion de frontière est ambiguë: elle interdit en même temps qu'elle protège. Elle invite au dépassement, car toujours, elle demande à être traversée, à ouvrir de nouveaux territoires jamais imaginés, intérieurs comme extérieurs.

Le VERNISSAGE se tiendra le 7 juillet 2017 à partir de 19h.


>> ARTISTES <<

Bouka est native de l'oasis EL-GOLEA,située dans le désert Algérien. Habitante de La Courneuve, elle y élève sa voix et ses couleurs pour l'égalité et le vivre ensemble avec des gigantesques fresques, notamment pour rendre hommage aux victimes du terrorisme.
Elle a entre autre, exposé au Palais de TOKYO en mai 2014, réalisé une toile participative au centre Georges POMPIDOU en 2016 (signée par la ministre de la culture Audrey AZOULEY), et réalisé une toile participative au festival FIFOG à Genève en avril 2017.

Peter Brandt est né au Danemark en 1966. Il a étudié à la Royal Danish Academy of Fine Arts ainsi qu'à la Royal University College of Sweden. Il a aussi suivi une formation approfondie dans le ballet classique, le mouvement, l'action et la voix à Londres et à Copenhague.
Son travail a été largement diffusé dans des expositions au Danemark, en Suède, en Norvège, en Finlande, en Estonie, en Islande, en Allemagne, en France, en Autriche, en Pologne, en Turquie, en Italie, en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

Georges Miankiri Gamthety, est un artiste engagé pluridisciplinaire : dessinateur, peintre, sculpteur,décorateur, designer, grapheur, illustrateur, etc. Il a gagné de nombreux concours, créée sa propre marque de vêtements « Bens », et travaillé pour des grands noms de la mode tels que Yves St Laurent et Dior Couture. Il est le co-auteur de "Pourquoi la France brûle", et participe à la réalisation et à la production de courts et longs métrages.

Louise Gros est une jeune artiste française, qui a fait ses études en Arts Visuel en Belgique, à l'ESA Saint-Luc de Liège. Elle a ensuite poursuivi cette formation au cours de promotion sociale de Saint-Luc en Technique d'Impression Artistique. Désireuse de créer dans différents ateliers afin de mieux apprendre, mieux connaître, et empêcher sa création de s'installer dans ses habitudes, elle a fait partie du PCP de Saint-Nazaire, puis de l'Atelier Circulaire de Montréal. Ces voyages de recherche lui ont permis d'exposer au Canada, en Europe et aux États-Unis.

Soeur Marie-Christine de Jong est une artiste autodidacte, qui a commencé à peindre il y a un peu plus de 3 ans. L'aspiration à une certaine élévation l'a orientée naturellement vers l'abstrait et le symbolique. Elle y puise une joie et des sujets de méditation toujours renouvelés.

Estelle Jouili est une enfant précoce et peint depuis l'âge de 4 ans. Ses premières expositions se tiennent d'abord en France et en Allemagne, elle a à peine 15 ans. Depuis 2014, elle expose régulièrement son travail en France, aux Etats-Unis, en Belgique et au Japon avec différentes galeries qui la représentent. Talent émergeant dans l'univers de la peinture, son art est confirmé en poésie avec son entrée dans la prestigieuse collection Poésie chez Flammarion. L'œuvre d'Estelle Jouili se situe dans le courant de l'abstraction lyrique.

Riccarda Montenero a passé son bac à l'Académie des Beaux-Arts de Lecce et a obtenu son diplôme d'Architecture à l'Université de Turin. Les jardins du Palais Royal de cette même ville accueillent deux de ses œuvres de grandes dimensions. En plus d'exposer et de participer à des expositions et à des manifestations culturelles en Italie et à l'étranger, à des festivals de cinéma-vidéo-art, elle collabore avec des artistes et des intellectuels pour des publications éditoriales et des représentations interdisciplinaires.

Larissa Riahi est une artiste photographe née en France en 1980. Elle aime expérimenter avec la photographie, la peinture et le graphisme. Apres des études d'art, elle décide de partir quelques années au Moyen Orient où elle interrogera les notions d'identités et de frontières. Elle y suivra des études de photographie et de graphisme.
Elle rentre en France en 2011 après l'ouverture d'une galerie.

[19:30] Nuit Terrasse Marina Abramović * Actions
Location:
Chacha Club
47, rue Berger
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 40 13 12 12
Mail : chacha@chachaclub.fr
Internet Site : www.chachaclub.fr
Description:
Marina Abramović (Марина Абрамовић), née le 30 novembre 1946 à Belgrade, est une artiste serbe qui étudie et repousse les frontières du potentiel physique et mental à travers ses performances. Faisant partie du courant artistique de l'Art corporel, elle s'est lacérée, flagellée, a congelé son corps sur des blocs de glace, pris des produits psychoactifs et de contrôle qui lui ont causé des pertes de connaissance.

Elle est l'objet du documentaire Marina Abramović: The Artist Is Present de Matthew Akers et Jeff Dupre sorti en 2012.
19h 30 mix Gwenael Billaud
20 h open bulle

Performance de Deed Julius

À partir de 22h30
Diffusion des films de Marina Abramović

Solo Works

Four Performances (1975-76)
Balkan Erotic Epic (2006)
Seven Easy Pieces by Marina Abramović (2007) Directed by Babette Mangolte
Dangerous Games (2008)

Nuit Terrasse Marina Abramović * Actions







[23:30-23:55] After du Festival Fnac Live 2017
Location:
Théâtre du Renard
Restaurant Karaoke Le Renard
12, rue du Renard
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 71 86 27
Mail : contact@renardrenard.com
Internet Site : www.renardrenard.com
Description:
06-08 juillet 2017

JEU 6. JUILLET

SCÈNE DU PARVIS
17:00 LABEL MICROQLIMA
18:00 THEPIROUETTES
19:00 FISHBACH
19:45 TÉMÉTAN
20:10 CALYPSO ROSE
21:05 POLO&PAN [DJ]
21:30 BENJAMIN BIOLAY
23:00 MØME

SCÈNE DU SALON
19:40 JULIEN CLERC

VEN 7. JUILLET

SCÈNE DU PARVIS
17:00 LABELVIETNAM
18:00 OTZEKI
19:00 ALLTTA [20SYL& MRJ.MEDEIROS]
19:45 LOYLE CARNER
20:10 PARADIS
21:05 IRÈNE DRÉSEL
21:30 CAMILLE
23:00 CASSIUS

SCÈNE DU SALON
18:00 JULIETTE ARMANET
18:45 ALBIN DE LA SIMONE.
19:45 ROVER

SAM 8. JUILLET
17:00 LABELBEGGARS
18:00 EDDY DEPRETTO
19:00 VALERIEJUNE
19:45 ALIOCHA
20:10 THE HORRORS
21:05 CLARALUCIANI
21:30 Julien Doré
23:00 THE BLAZE

SCÈNE DU SALON
18:00 TIM DUP
18:45 FRÀNÇOIS & THE ATLAS MOUNTAINS
19:45 JAY-JAY JOHANSON

Festival Fnac Live 2017


18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés