Thursday, August 24, 2017
Public Access


Category:
Category: All

24
August 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

  Fête nationale d'Ukraine
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale d'Ukraine

Exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Location:
Château de Versailles
Place d'Armes
78000 Versailles
M° Gares SNCF de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 30 83 78 00
Mail : direction.public@chateauversailles.fr
Internet Site : www.chateauversailles.fr
Description:
du 30 mai au 24 septembre 2017

L'exposition se tiendra du 30 mai au 24 septembre 2017 au Grand Trianon, ouvert de 12h à 18h30.
Dernière admission : 18h
Fermeture des caisses : 17h50

Consacrée au séjour de Pierre le Grand à Paris et en particulier au château de Versailles, en mai et juin 1717, cette exposition commémorera du 30 mai au 24 septembre 2017 le tricentenaire de la visite du tsar en France.

Fruit d'un partenariat privilégié entre le musée national des châteaux de Versailles et de Trianon et le musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg, l'exposition présentera, à travers plus de cent-trente œuvres, ce qui fut, sous la Régence, deux ans seulement après la mort de Louis XIV, l'un des événements diplomatiques et culturels les plus marquants du début du règne de Louis XV.

Le parcours

Le parcours permettra de suivre pas à pas cette visite qui, pour être officielle, n'en fut pas moins libre. Héritier de la dynastie des Romanov et premier empereur de toutes les Russies, Pierre Ier cherchait l'inspiration dans les modèles français. Cet esprit curieux, passionné d'art, de sciences et de techniques, visita les résidences royales, les manufactures et les académies parisiennes, rencontra les plus éminents savants et artistes de son temps pour en attirer certains à la cour de Saint-Pétersbourg. Peintures, sculptures, pièces de mobilier et d'arts décoratifs, gravures et dessins, livres provenant de la bibliothèque du tsar ainsi qu'objets de son cabinet de curiosités dessineront le portrait de ce grand réformateur de la Russie, tourné vers l'Occident et en particulier vers une France héritière du Grand Siècle.

Commissariat

- Gwenola Firmin Conservateur en charge des peintures du XVIIIe siècle au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
- Thierry Sarmant Conservateur en chef, chef du Centre historique des archives, Service historique de la Défense
- George Vilinbakhov Vice-directeur du musée d'État de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg

Le voyage sur twitter

Découvrez sur le compte Twitter @CVersailles toutes les étapes du séjour de Pierre Ier dans le Paris du jeune Louis XV de mai à juin 1717. 300 ans presque jour pour jour après cette visite diplomatique mémorable, le hashtag #PierreLeGrandVoyage permet, au fil des jours, de revivre le voyage d'un tsar puissant et réformateur en quête d'inspiration autant politique et économique qu'artistique ou scientifique.

Fêtes galantes

Dans votre costume identique à ceux des plus belles époques de Versailles, vous êtes invités à retrouver l'ambiance raffinée et artistique des soirées d'appartement, un moment hors du temps, inoubliable. Cette année, le thème de ces fêtes sera bien sûr la venue de Pierre le Grand au château de Versailles pour qui fut organisé l'une des plus fastueuses réceptions officielles lors de son séjour.
Soirée costumée : 29 mai 2017 - 19h30
>> RSVP

L'exposition

Consacrée au séjour du tsar Pierre le Grand en France, à Paris et dans ses environs, en mai et juin 1717, l'exposition Pierre le Grand, un tsar en France. 1717, qui se tiendra au Grand Trianon du 30 mai au 24 septembre 2017, commémorera le tricentenaire de cette visite diplomatique. Fruit d'une collaboration exceptionnelle entre le château de Versailles et le musée d'État de l'Ermitage, elle présentera plus de 150 œuvres - peintures, sculptures, arts décoratifs, tapisseries, mais aussi plans, médailles, instruments scientifiques, livres et manuscrits - dont les deux tiers appartiennent aux collections du prestigieux musée de Saint-Pétersbourg.

Issu de la dynastie des Romanov, fils du tsar Alexis Mikhaïlovitch (1645-1676) et de Nathalie Narychkine (1651-1694), Pierre Ier (1672-1725), vingt ans après la « Grande Ambassade » qui l'a mené une première fois en Europe en 1697-1698, entreprend un nouveau voyage en Occident. Il atteint la France le 21 avril 1717 et y demeure jusqu'au 21 juin suivant. À Versailles où il fait étape deux fois, il est logé au Grand Trianon, du 24 au 26 mai puis du 3 au 11 juin 1717.

Le parcours de l'exposition suit pas à pas ce séjour qui, pour être officiel, n'en est pas moins libre car, force de la nature, imprévisible et peu façonné à l'Étiquette, Pierre Ier bouscule le protocole à maintes reprises. Sa rencontre avec Louis XV marque notamment les esprits : faisant fi du cérémonial de cour, il prend dans ses bras, en un geste spontané, l'enfant roi, tout juste âgé de sept ans. De nombreux mémorialistes, parmi lesquels Saint-Simon, le marquis de Dangeau ou Jean Buvat nous ont laissé de précieux témoignages permettant de retracer ce voyage.

Si ce séjour a des visées politiques et économiques - un projet d'alliance avec la France contre la Suède d'une part, la signature d'un traité de commerce de l'autre -, le tsar réformateur, fondateur de la Russie moderne, veut par-dessus tout voir ce que la France possède de plus remarquable afin d'en adapter certains modèles à son empire. Durant les deux mois qu'il passe dans le Paris de la Régence, visites et discussions avec les Français nourrissent sa réflexion et infléchissent les travaux qu'il a entrepris depuis 1703 à Saint-Pétersbourg et dans ses environs.

À Paris, Pierre se rend à l'Académie des Sciences, dont il devient membre honoraire, à l'Observatoire, à l'Hôtel royal des Invalides et à l'Hôtel de la Monnaie où l'on frappe une médaille en son honneur. Le tsar visite également la manufacture des Gobelins qui lui inspire la création d'une fabrique de tapisseries dans sa nouvelle capitale. Découvrant les marchands parisiens tel un simple particulier, il fait provision de livres, d'instruments scientifiques et techniques. Enfin, comme il est d'usage, ce voyage suscite l'échange de prestigieux cadeaux diplomatiques ; à l'image de la tenture du Nouveau Testament offerte à Pierre le Grand, composée de quatre tapisseries d'après Jouvenet et conservée aujourd'hui au musée d'État de l'Ermitage.

L'exposition met aussi en lumière les rapports du tsar avec les artistes français. En effet, dès 1716, il attire à la cour de Saint-Pétersbourg plusieurs maîtres, parmi lesquels Louis Caravaque (1684-1754), l'architecte Jean-Baptiste Le Blond (1679-1719) et le sculpteur ornemaniste Nicolas Pineau. Lors de son séjour en France en 1717, il est portraituré par deux peintres de renom, Jean-Marc Nattier (1685-1766) et Jean-Baptiste Oudry (1686-1755).

Souverain guerrier et voyageur, Pierre le Grand parcourt le monde pendant près de quatre décennies, de la mer Blanche à la mer Caspienne, de la Hollande à la Moldavie et de l'Angleterre à la Perse. Cette personnalité hors du commun a su s'imposer, au regard de la postérité, comme l'un des monarques les plus marquants de son pays, initiateur d'une nouvelle Russie.

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Cassette de Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Cadran Solaire
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Veste de costume d'été de Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Louis XV visite Pierre le Grand à l'hôtel de Lesdiguières
Château de Versailles

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Location:
Maison Chloé
28, rue de la Baume
5, avenue Percier
75008 Paris
M° Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 44 94 33 33
Internet Site : www.chloe.com/fr/labaume/index
Description:
du 4 juillet au 6 septembre 2017, puis du 18 octobre au 18 novembre
Horaires : 11h30 - 18h30
Visite gratuite sur réservation préalable sur www.chloe.com/bourdin

Chloé dévoile un nouvel espace culturel : la Maison Chloé. Situé à quelques pas de son siège parisien, cet immeuble haussmannien accueillera tout au long de l'année les expressions de différentes féminités, avec un programme d'expositions et d'événements mettant à l'honneur 65 ans de créations et d'histoires, de la fondatrice de la maison, Gaby Aghion, aux filles Chloé d'aujourd'hui. Ces expressions artistiques donneront vie à cette féminité unique célébrée par Chloé et refléteront la mission qui a toujours été celle de la maison : donner aux femmes la liberté d'oser être elles-mêmes.

« Chloé a toujours cru en une féminité naturelle. A la fois chic et désinvolte, une attitude qui place Chloé à l'intersection du savoir-faire de la couture parisienne et du savoir-être de la jeunesse - qui fait de Chloé une marque unique », précise Geoffroy de la Bourdonnaye, Président de Chloé.

A l'occasion de l'inauguration de la Maison Chloé, le 2 juillet 2017, Judith Clark, commissaire d'exposition et scénographe de renom, a créé un parcours singulier. Grâce à une circulation originale conduisant de l'entrée rue de La Baume aux showrooms, ou des salons VIP au patrimoine situé au cinquième étage ; mais aussi au gré d'une sélection riche d'objets, vêtements et photographies retraçant sept décennies de mode, les visiteurs pourront s'immerger dans l'univers de la fille Chloé.

Pour sa première exposition temporaire, la Maison Chloé met à l'honneur Guy Bourdin. Un lien particulier les unit. Le photographe français a en effet créé le plus grand nombre d'éditoriaux de mode mettant en lumière les créations Chloé. Par un jeu de mise en scène habile, Judith Clark oppose deux types de féminité, soulignant le contraste entre les images explosives et controversées de l'un des principaux photographes de mode et les vêtements au chic bohème représentés dans ces mêmes images. Avec ces photographies et ces pièces d'archives inédites, l'exposition offrira un nouveau regard sur l'œuvre de Guy Bourdin.

« J'adore l'idée que dans une salle les gens découvrent des pièces extraites des archives », dit Judith Clark, « puis que ces objets 'débordent' dans la salle à côté et conduisent le visiteur vers une galerie emplie de magnifiques tirages. La robe Chloé se faufile dans l'histoire mais aussi à travers le bâtiment, qui lui-même donne l'impression d'être habité par le regard unique de Guy Bourdin. »

L'exposition trouve son point de départ dans une salle baptisée « Chloé Girls - The Anthology A-Z », une installation permanente conçue à partir des créations iconiques de la maison. L'histoire commence en 1952, lorsque Gaby Aghion fonde une maison dédiée au prêt-à-porter de luxe et invente une attitude qui allie joie de vivre, audace, liberté et élégance.
Cette installation interactive pensée par Judith Clark, associe de manière ludique des objets de la fondatrice aux créations des directeurs artistiques qui ont œuvré chez Chloé : une photo de Gaby sautant au milieu des dunes du désert égyptien est placée non loin du fameux « maillot de bain ananas » signé Stella McCartney. Ailleurs, un motif peint sur les murs de la cuisine de Gaby vient trouver sa place près d'un croquis noir et blanc de Karl Lagerfeld.

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
01. Guy Bourdin, Paris Vogue 1975, Chloé Autumn-Winter 1975 collection

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
02. Guy Bourdin, Paris Vogue 1973, Chloé Spring-Summer 1973 collection

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1979 - Chloé collection printemps-été 1979 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1971, Chloé collection automne-hiver 1971 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1970, Chloé collection printemps-été 1970 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1956, Chloé collection printemps-été 1956 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00 [12:30] Jour de l'Indépendance d'Ukraine
Location:
Carré Rive Gauche
Quai Voltaire, rue des Saints-Pères, rue de l'Université, rue du Bac, rue de Lille
rue de Beaune, rue de Verneuil, rue Allent
75007 Paris
M° Rue du Bac, Saint-Germain-des-Prés, RER C Musée d'Orsay
France
Phone : +33 (0)1 42 60 70 10
Mail : info@carrerivegauche.com
Internet Site : www.carrerivegauche.com
Description:
Sous le patronage de l'Assemblée Générale Extraordinaire et Plénipotentiaire
Ambassadeur d'Ukraine en France Oleg Shamshur,

Le Comité représentatif de la Communauté ukrainienne en France

A l'honneur de vous inviter à

Jour de l'Indépendance d'Ukraine le jeudi 24 août 2017

Qui se passera :
Place de Taras Shevchenko
À l'adresse
186 boulevard Saint-Germain
75006 Paris

À 12h30

Dans le programme:
Pose des fleurs au fond du buste au poète Taras Shevchenko
Et performance de l'hymne national d'Ukraine

La cérémonie se terminera par un buffet de fête.

13:00  
14:00  
15:00 [15:00-17:00] Vernissage de Vava Dudu "Vertige Profonde"
Location:
Marseille
Marseille
13000 Marseille
M° Gare SNCF Marseille Saint-Charles
France
Internet Site : www.marseille.fr
Description:
SALON DU SALON
21 avenue du Prado
Marseille 6e
Accès : Métro lignes 1 et 2, tramway ligne 3 : station Castellane

edition@salondusalon.com
www.salondusalon.com

Preview : 24.08.2017 - 15/17h
Visits : 25.08/30.09 [fri-sun - 12/17h + appt]
Opening : sunday 27.08 - 12/17h

L'édition #13 de SALON DU SALON titrée Vertige Profonde, Vava Dudu - entièrement consacrée au travail plastique (dessins, grands formats, installation) de Vava Dudu - prend sa source dans le travail effectué par l'artiste durant sa résidence à SALON DU SALON (été 2017) soit un an après la participation de Vava Dudu à l'exposition collective SALON DU SALON #10 (été 2016) incluant l'édition d'une affiche impression risographe en série limitée numérotée et signée par l'artiste.


[16:00-21:00] Vernissage de Céline Vaché-Olivieri "I DON'T KNOW WHAT TOMORROW WILL BRING"
Location:
Marseille
Marseille
13000 Marseille
M° Gare SNCF Marseille Saint-Charles
France
Internet Site : www.marseille.fr
Description:
OÙ Galerie Longchamp
58 rue Jean de Bernardy
13001 Marseille
Ouvert du jeudi au samedi de 16h à 19h
ounousecrire@club-internet.fr
Tél. 06 98 89 03 26

À l'occasion d'Art-O-Rama & Paréidolie

Après avoir été présentée au Centre d'art contemporain les Capucins et à la Galerie Allen, l'artiste française Céline Vaché-Olivieri présente sa première exposition personnelle à Marseille.

Sur une proposition de Solenn Morel

Vernissage Jeudi 24 août à partir de 16h, en présence de l'artiste

Soirée JOÙissens à l'occasion du vernissage
Jazz Brésilien avec Caroline TOLLA et Rodrigo SAMICO
Zia Concetta pour la restauration

Vernissage de Céline Vaché-Olivieri "I DON'T KNOW WHAT TOMORROW WILL BRING"




[18:00-21:00] Finissage de l'exposition "L'Appel de la Forêt"
Location:
Les Grands Voisins
Ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul
82, avenue Denfert-Rochereau
75014 Paris
M° Denfert-Rochereau
France
Mail : bonjour@lesgrandsvoisins.org
Internet Site : www.lesgrandsvoisins.org
Description:
Galerie Les Arts Voisins, Bâtiment Lelong

L'APPEL DE LA FORÊT, c'est la mise en mouvement d'une biodiversité artistique. C'est le foisonnement de l'art dans toutes ses espèces, le ruissellement de créations qui se nourrissent les unes les autres, qui se parlent et se répondent, qui bruissent tel un cri tantôt bucolique, tantôt déchirant. Ce sont des animaux mécaniques, des arbres sonores, des fleurs lumineuses.

L'APPEL DE LA FORÊT, c'est le cri d'alerte d'une planète en feu.
C'est le cri d'un monde agité de discours aliénants et à la merci de marchandages égocentriques, le cri d'une Terre subissant inondations de pollution et de déchets, séismes économiques, éruptions politiques, incendies sociaux...

L'APPEL DE LA FORÊT, c'est le dialogue vivant entre l'art et le monde. C'est le dialogue entre les œuvres, entre le promeneur et l'artiste, entre l'acte et l'idée, entre la volonté de faire et l'envie de défaire.

Exposition mouvante, L'APPEL DE LA FORÊT sera une mutation permanente, une exposition en perpétuelle réinvention et construction d'elle-même, une interrogation sur le statut d'artiste et d'œuvre.

Exposition du jeudi 10/08 au dimanche 27/08
Mercredi au dimanche, 14h-19h
Nocturne le jeudi jusqu'à 21h

(Prévernissage le jeudi 10 août, 18h)
VERNISSAGE LE JEUDI 17 AOÛT, 18h (avec performance)
FINISSAGE LE JEUDI 24 AOÛT, 18h (avec performance)

Artistes exposant :
BartekB (installations, photo et video), Salima Tenfiche (installations et vidéo), Delphine Delmas (installations et mobiles), Julie Djikey (photos), Justyna Erguy (peintures), Jean-B Dusséaux (sculptures et video), Hsinli Wang (installations et video), Mael Aînine Nema Cherif (peintures), Myriem Tenfiche (peinture).

Finissage de l'exposition "L'Appel de la Forêt"

[18:00-21:00] Inauguration du Mellow Yellow Montpellier
Location:
Montpellier
Montpellier
34000 Montpellier
M° Gare SNCF de Montpellier
France
Internet Site : www.montpellier.fr
Description:
54 Grand Rue Jean Moulin
34000 Montpellier

[18:00-21:00] Prix Pascale Gérin 2017
Location:
Saint-Ouen
Saint-Ouen
93400 Saint-Ouen
M° RER C Saint-Ouen, Garibaldi, Mairie de Saint-Ouen
France
Internet Site : www.saint-ouen.fr
Description:
Le Parisien
25 avenue Michelet

Nicolas Berrod, lauréat du prix Pascale-Gerin

NICOLAS BERROD, 25 ans, étudiant au Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris, a remporté hier le prix Pascale-Gerin qui récompense chaque année un stagiaire d'été de notre journal. Le prix lui a été remis par le président du jury, Thomas Sotto, présentateur et corédacteur en chef de « Complément d'enquête », sur France 2, en présence de Stéphane Albouy, directeur des rédactions du « Parisien »« Aujourd'hui en France ». Stagiaire au service économie du journal, Nicolas gagne un CDD de trois mois au sein de notre rédaction.

[18:00-21:00] Vernissage d'Andrée Bélanger "Exuvie"
Location:
Galerie Beauté Du Matin Calme
54, avenue de la Motte-Picquet
Village Suisse
Place de Lugano
75015 Paris
M° La Motte-Picquet - Grenelle
France
Phone : +33 (0)9 80 78 99 16
Mobile : +33 (0)6 77 81 27 11
Mail : contact@bdmc.fr
Internet Site : www.bdmc.fr
Description:
Vernissage d'Andrée Bélanger "Exuvie"

[18:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Abstract Feelings"
Location:
Berlin
Berlin
10871 Berlin
M° U-Bahn Berlin
Allemagne
Internet Site : www.berlin.de
Description:
Anaid Art Gallery
Joachimstraße 7
10119 Berlin

24.08.-02.09.2017

Anaid Art Gallery präsentiert ab dem 24. August 2017 die Ausstellung "ABSTRACT FEELINGS" der Künstler Masch, Zsolt Berszán und Pal B. Stock.

Die Ausstellung "Abstract Feelings" präsentiert drei künstlerische Ansätze, die die mentale Identität durch abstrakte Kunst konstruieren und dekonstruieren. Masch (Manfred Schulzke, DE), Zsolt Berszán (RO) und Pal B. Stock (HU/DE) untersuchen die verborgensten Phantasien, Ruinen oder Pulsationen.

Roland Barthes schreib in den siebziger Jahren über Julia Kristeva, dass sie durch ihre Forschung, in der sie die Tradition mit neuen Theorien und Ansätzen verbindet, "die Ordnung der Dinge geändert hat". Kristeva lotet in ihrer Forschung durch interdisziplinäre Denkweise das menschliche Denken extensiv aus. In ihrer Danksagung anlässlich der Holberg-Preisverleihung (Norwegen) im Jahre 2004 erklärte Julia Kristeva: "(...) der Schlüssel zu meinem Nomadismus und zu meiner Hinterfragung der etabilirten Wissensformen ist kein anderer als die Psychoanalyse selbst, verstanden als Reise, in der die psychische Identität selbst rekostruiert wird."[1]

MASCHs Kunstwerk beschreibt eine diskursive Rebellion der ununterbrochenen Zivilisation in einem Zustand des Verfalls. Seine Gemälde entstehen aus der Überlappung von Leinwänden, die zu wahren Membranen werden, die von Zeit und Geschichte umsäumt werden. Diese überlagerten Membranen sprechen von einer Zeit der Zerstörung und des Zerfalls, einer zerfallenen, verlorenen Welt. Schneiden, geklebt, abgeschnitten, bilden diese Leinwände ausgedehnte Schichten von Pastell oder gewalttätigen Farben. Es ist die Darstellung der kleinsten Einzelheiten, die kaum erwähnte Elemente hervorheben, die außerhalb der symbolischen Sequenz der Zivilisation liegen und die soziale Regeln stören und versuchen, einem traumatischen Erlebnis zu trotzen.

Berszáns Formen aus schwarzem Silikon entstehen in Folge eines Auswaschung- und Spaltungsprozesses des Materials. Dabei erscheinen auf der Oberfläche der Metallplatte anthropomorphe Formen, die nicht-objektuale Zustände und nicht wahrnehmbare Bewegungen suggerieren. Der Vorgang der Trennung und das transitorische Objekt zeichnen sich in der Form erstarrter Körperteile und verwesender Gestalten ab, die weder Subjekt noch Objekt sind. Berszáns Schaffen befindet sich an der schmalen Grenze zwischen der Gestaltung der Identität und deren Auflösung. Es ist der Versuch, das Nicht-Symbolisierbare darzustellen.

Für Pal B. Stock die Idee eines Gefühls stellt die Trennung vom Objekt dar, einem zerstörten Objekt, das für die Entwicklung des Subjekts als Vorbedingung vorgeschlagen worden ist. Seine Werke drücken die Freude am Leben, das unendliche Leben Pulsationen, Zerbrechlichkeit aus. Lebendige Farben, die von Lichtern und Schatten belebt werden, verändern kontinuierlich die visuelle Wahrnehmung der Zuschauer. Die Bienenwachs-Harz-Oberfläche, die in seinen Werken verwendet wird, kann als menschliches Gewebe gefüllt mit bestimmten Gefühlen angesehen werden, die durch unendliche Farben ausgedrückt werden. Das Glas Werke sprechen über die Zerbrechlichkeit und die Fließfähigkeit des Lebens.

"Abstract Feelings" ist eine Gruppenaustellungen, dass über die Unvollkommenheit unseres Lebens und zugleich über die Versöhnung mit unseren inneren verborgensten Gedanken spricht.

Vernissage: Donnerstag, 24. August 2017, 18:00 bis 20:00 Uhr
Ausstellungsdaten: Donnerstag, 24. August bis Samstag, 02. September 2017

[18:30-22:30] Finissage de Roman Koenig "Life and Relief"
Location:
Galerie JPHT
Jean-Philippe Thérond
4, rue de Saintonge
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Mobile : +33 (0)6 08 25 45 97
Mail : contact@galeriejpht.com
Internet Site : www.galeriejpht.com
Description:
Exposition de Photographie

jusqu'au mardi 29 Août

Finissage de Roman Koenig "Life and Relief"

[18:30-21:00] Inauguration parisienne de "Eye on #TIFF"
Description:
uniFrance
13, rue Henner
Paris 9e

Toronto International Film Festival
programmation Magali Simard

en présence d'Isabelle Giordano

39 films (28 longs et 11 courts) de production française ou majoritaire française seront présentés au Festival de Toronto, le plus grand festival de cinéma du continent américain, dont la nouvelle édition se tiendra du 7 au 17 septembre. Une nouvelle preuve de la formidable et unique présence du cinéma tricolore sur la scène internationale.
Une cinquantaine d'artistes français seront présents à cette nouvelle édition du Festival International du Film de Toronto, parmi lesquels Nathalie Baye, Xavier Beauvois, Robert Guédiguian, Louis Garrel, Sandrine Bonnaire, Ariane Ascaride, Michel Hazanavicius et Robin Campillo... : diversité et dynamisme du cinéma français, qu'il soit jeune ou établi.

Talents en émergence
Cette année, Toronto donne particulièrement leur chance aux talents émergents du cinéma français, tout en restant fidèle à ses valeurs d'ouverture à la diversité : de Deniz Gamze Ergüven, dont le deuxième film, Kings, est présenté en section Gala, à Teddy Lussi-Modeste, Xavier Legrand, Mélanie Laurent, Joan Chemla (dont le premier long Si tu voyais son cœur est présenté en compétition) ou encore Coralie Fargeat qui fait ses premiers pas dans le long métrage avec un film d'horreur (Revenge).
À l'heure où le festival lance sa campagne de fundraising en faveur des femmes réalisatrices (Share her Journey), la présence d'un grand nombre de cinéastes françaises en sélection rappelle la spécificité de notre industrie pionnière dans un univers international encore essentiellement masculin.

Les femmes au centre du jeu
La lutte des femmes pour conquérir leur liberté se dessine précisément comme une ligne d'horizon de la sélection française cette année, que les films dont elles sont les héroïnes se déroulent en France, à Tanger ou à Casablanca (Jusqu'à la garde de Xavier Legrand, Razzia de Nabil Ayouch et Prendre le large de Gaël Morel), à la campagne pendant la guerre de 14-18 (Les Gardiennes de Xavier Beauvois), dans le quartier de South Central à LA en 1992 (Kings de Deniz Gamze Ergüven), ou encore sous l'œil avisé et explicitement féministe de Tonie Marshall et Agnès Varda. UniFrance se réjouit particulièrement de la présence à Toronto cette année de grandes actrices du cinéma français (Nathalie Baye, Sandrine Bonnaire, Léa Drucker, Emmanuelle Devos...) ainsi que de jeunes premières comme Iris Bry pour porter haut et fort les couleurs de cette programmation engagée.

Activisme à la française
Après le foudroyant succès international du documentaire de Raoul Peck I Am Not Your Negro, présenté au TIFF l'année dernière, le cinéma français continue de lever l'étendard de l'engagement politique et social, notamment via l'une des premières fictions sur l'ère Act Up (120 battements par minute de Robin Campillo), le dernier film de Mahamat-Saleh Haroun (Une saison en France) sur les conséquences de la guerre en Centrafrique, et le nouveau film de l'un de nos plus grands cinéastes militants, Robert Guédiguian qui se confronte cette fois au deuil de la lutte ouvrière et aux nouveaux enjeux des migrations.

Saluons enfin la reconnaissance par le festival de deux spécificités du cinéma français : la comédie (avec la sélection pour la clôture du Sens de la fête du duo Nakache/Toledano) et la coproduction internationale, avec une sélection de grande qualité.

Carte blanche à Robert Guédiguian
À l'occasion de la présentation de La Villa dans la sélection Masters, l'Alliance Française honorera le réalisateur marseillais avec une rétrospective de trois films : Le Voyage en Arménie, Les Neiges du Kilimandjaro, et My Sweet Pepper Land, de Hiner Saleem, qu'il a produit. Robert Guédiguian tiendra également une masterclass à l'occasion de cet hommage.

Côté marché
Comme chaque année, UniFrance met à la disposition de ses adhérents un espace dédié au sein du Marché du Film de l'Hôtel Hyatt. Dix-neuf exportateurs français seront cette année présents sur le stand UniFrance. Enfin, l'association organisera le samedi 9 septembre sa traditionnelle French Night, soirée rassemblant les équipes de films français en sélection, producteurs, exportateurs, journalistes, distributeurs et professionnels internationaux.

Le cinéma français au TIFF 2017 en quelques chiffres
50 artistes invités (court et long métrage)
28 longs métrages majoritaires
27 longs métrages de coproduction minoritaire
11 courts métrages
8 longs métrages réalisés par des femmes
Le cinéma français au TIFF 2017, sélection par sélection

Gala :
Kings de Deniz Gamze Ergüven
Le Sens de la fête de Éric Toledano, Olivier Nakache

Contemporary World Cinema :
L'Insulte de Ziad Doueiri
Félicité de Alain Gomis
Le Grand Méchant Renard et autres contes de Benjamin Renner, Patrick Imbert
A Ciambra de Jonas Carpignano (minoritaire)
Ana mon amour de Calin Peter Netzer (minoritaire)
El Presidente de Santiago Mitre (minoritaire)
Hannah de Andrea Pallaoro (minoritaire)
Jian nian hua (Angels Wear White) de Vivian Qu (minoritaire)
Marlina, la tueuse en 4 actes de Surya Mouly (minoritaire)
The Journey de Mohamed Jabarah Al Daradji (minoritaire)
Una especie de familia de Diego Lerman (minoritaire)
Une famille Syrienne de Philippe Van Leeuw (minoritaire)
Wajib de Annemarie Jacir (minoritaire)

Discovery :
Les Versets de l'oubli de Alireza Khatami
I Am not a Witch de Rungano Nyoni (minoritaire)

Masters :
Happy End de Michael Haneke
La Villa de Robert Guédiguian
Visages, villages de Agnès Varda & JR
Zama de Lucrécia Martel (minoritaire)
Rainbow de Paolo Taviani, Vittorio Taviani (minoritaire)
Faute d'amour de Andreï Zviaguintsev (minoritaire)
Les Filles d'Avril de Michel Franco (minoritaire)

Midnight Madness :
Revenge de Coralie Fargeat
Laissez bronzer les cadavres ! de Hélène Cattet, Bruno Forzani (minoritaire)

Special Presentations :
120 battements par minute de Robin Campillo
Le Prix du succès de Teddy Lussi-Modeste
Le Redoutable de Michel Hazanavicius
Les Gardiennes de Xavier Beauvois
Numéro Une de Tonie Marshall
Plonger de Mélanie Laurent
Prendre le large de Gaël Morel
Une saison en France de Mahamat-Saleh Haroun
Call Me by Your Name de Luca Guadagnino (minoritaire)
Foxtrot de Samuel Maoz (minoritaire)
In the Fade de Fatih Akin (minoritaire)
L'Envers du décor de Mila Turajlic (minoritaire)
Le Fidèle de Michael R. Roskam (minoritaire)
Submergence de Wim Wenders (minoritaire)
The Captain de Robert Schwentke (minoritaire)
The Cured de David Freyne (minoritaire)
Thelma de Joachim Trier (minoritaire)
Vers la lumière de Naomi Kawase (minoritaire)

Wavelengths :
Mrs. Fang de Wang Bing
Caniba de Verena Paravel, Lucien Castaing-Taylor
Good Luck de Ben Russell
Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc de Bruno Dumont
Le Fort des fous de Narimane Mari
Occidental de Neïl Beloufa

Platform :
Razzia de Nabil Ayouch
Jusqu'à la garde de Xavier Legrand
Si tu voyais son cœur de Joan Chemla
The Death of Stalin de Armando Iannucci (minoritaire)

TIFF Docs :
Makala de Emmanuel Gras
Des moutons et des hommes de Karim Sayad (minoritaire)
Cocaine Prison de Violeta Ayala (minoritaire)
L'Envers du décor de Mila Turajlic (minoritaire)

Court métrage - Sélection officielle :
Charles de Dominic-Étienne Simard
Je n'ai pas tué Jesse James de Sophie Beaulieu
Kötü Kız (Vilaine Fille) de Ayce Kartal
La Maison dans les Arbres de Juan Sebastián Quebrada
La Mort, Père & Fils de Winshluss, Denis Walgenwitz
Lower Heaven de Emad Aleebrahim Dehkordi
Marlon de Jessica Palud
Mon amour mon ami de Adriano Valerio
Une douce nuit de Qiu Yang (minoritaire)

Court métrage - Wavelengths :
Au-delà de l'un de Anna Marziano
Division Movement to Vungtau de Benjamin Crotty, Bertrand Dezoteux
La Libertad de Laura Huertas Millán

Délégation artistique :
Sandrine Bonnaire et Mahamat-Saleh Haroun pour Une saison en France
Xavier Beauvois, Nathalie Baye et Iris Bry pour Les Gardiennes
Neïl Beloufa pour Occidental
Nabil Ayouch et Maryam Touzani pour Razzia
Michael Haneke pour Happy End
Joan Chemla, Gael García Bernal et Nahuel Pérez Biscayart pour Si tu voyais son cœur
Emmanuel Gras pour Makala
Verena Paravel et Lucien Castaing-Taylor pour Caniba
Gaël Morel et Sandrine Bonnaire pour Prendre le large
Nahuel Pérez Biscayart et Robin Campillo pour 120 battements par minute
Denis Ménochet, Xavier Legrand et Léa Drucker pour Jusqu'à la garde
Gilles Lellouche, Franck Nakache, Éric Toledano et Suzanne Clément pour Le Sens de la fête
Gilles Lellouche, Maria Valverde et Mélanie Laurent pour Plonger
Tonie Marshall pour Numéro Une
Michel Hazanavicius et Louis Garrel pour Le Redoutable
Benjamin Renner et Patrick Imbert pour Le Grand Méchant Renard et autres contes
Narimane Mari pour Le Fort des fous
Deniz Gamze Ergüven, Daniel Craig et Halle Berry pour Kings
Robert Guédiguian et Ariane Ascaride pour La Villa
Lise Leplat Prudhomme pour Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc
Teddy Lussi-Modeste, Roschdy Zem et Maïwenn pour Le Prix du succès
Alireza Khatami pour Les Versets de l'oubli
Ben Russell pour Good Luck
Alain Gomis pour Félicité
Coralie Fargeat et Matilda Lutz pour Revenge

[18:30-21:00] Vernissage de Mounir Fatmi "L'Exil renversé"
Location:
Marseille
Marseille
13000 Marseille
M° Gare SNCF Marseille Saint-Charles
France
Internet Site : www.marseille.fr
Description:
19 rue de la République

Le Festival a-part invite le Pavillon de l'Exil de Mounir Fatmi.

Qui sont les autres ? C'est la question que pose mounir fatmi aux passants dans sa vidéo "Le dernier arrivé est étranger". Comme en écho de cette même interpellation de l'écrivain Mohammed Dib à quelques philosophes français, dont Jacques Derrida, en une époque où il n'existait pas encore de « jungle » à Calais. On ne remarque pas l'absence d'un inconnu écrit Philippe Cazal. Il n'y a pas d'autres. Car nous sommes tous les autres des uns et des autres. C'est ce que ne comprendront jamais ces Nations dont Jean-Baptiste Audat met en scène le sommeil repu. Les seuls drapeaux supportables ? Ceux, mutants, sur lesquels se tiennent les personnages mis en scène par ORLAN dans ASILE-EXIL. Ou pourquoi pas l'étendard de la Refugee Nation, version contemporaine du drapeau pirate, pour que nos exils d'aliénés deviennent des voyages explosant nos frontières mentales et physiques, de l'intérieur et de l'extérieur. Rions, avec le groupe UNTEL, des touristes, en chemise, qui se croient partout chez eux alors que leurs yeux ne perçoivent que le vernis du monde. Guy Limone, créant sur son l une brochette colorée de petits soldats migrants, ou Pierre Desfons, transformant un tapis de souris d'ordinateur en tapis de prière face au soleil noir du désastre extrême de Daech, renversent eux aussi la notion d'exil.

Chacun selon les ombres et lumières de leur histoire, donc de leurs oeuvres, à l'instar les artistes du Pavillon de l'Exil réinventent leur propre exil, critique, décalé ou jubilatoire, contre cet exil que cherchent à nous imposer ces pouvoirs qui torturent, expatrient, assoiffent, exploitent ou décervellent.





[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "GFMF Salon N°9 | Ludwig Schirmer"
Location:
Berlin
Berlin
10871 Berlin
M° U-Bahn Berlin
Allemagne
Internet Site : www.berlin.de
Description:
Galerie für moderne Fotografie c/o Central Berlin
Venue: CENTRAL BERLIN, Straußberger Platz 16, 10243 Berlin

Ludwig Schirmer "Das Baukastensystem"

Aug 25 - Dec 20, 2017
Opening Reception: Thursday, August 24, 2017, 7 pm

Space-saving furniture displays and color-coordinated furnishings arranged inside a Leipzig trade fair hall in the late 1960s provide an impression of the yearning in the GDR for progressive and efficient living spaces. Combinations of cabinets and shelves covering living room walls allow for ample storage in as little space as possible. The furniture modules depicted also function as modular system components, which are combinable in individual and pragmatic ways. Produced by furniture manufacturer Kehr, they form part of the Das Baukasten-Programm [modular program] series. One of the manufacturer's brochures promotes these versatile living room components in an optimistic and future-oriented fashion: "With the modular program, implementing state-of-the-art production technology from cutting to length to finished product is now possible." A commitment to progress was also highly valued in GDR home décor.
Commercial photographer Ludwig Schirmer captured these furnishings at the Leipzig Furniture Fair with a large-format camera, preserving in the process their austere, linear, and frequently symmetrical arrangements. The ordered compositions of living spaces were livened up with the addition of cheerful, floral, and at times almost psychedelic patterns of living room textiles and wallpapers. In order to convey in the images what living with these arrangements is like, Ludwig Schirmer also brought personal items with him, posing these on tables and sideboards in his views of the furnishings. Thus, in addition to the off-the-shelf products, playful, at times folkloristic items such as a matryoshka doll can be seen, as well as photography books, which Ludwig Schirmer acquired via his close contacts at the Leipzig bookstore Internationales Buch.

Ludwig Schirmer's photographs of the Leipzig Furniture Fair were originally conceived as advertising photographs-for catalogs or brochures. However, the images have since shed their advertising character. From today's point of view, the documentary value of the images comes to the fore, allowing them to read as a chronological record of a not-so-distant era and its aesthetics. This is what makes Central Berlin on Strausberger Platz such a fitting venue for the Galerie für Moderne Fotografie's Salon No. 9, which is dedicated to GDR home décor culture and design. Inside Gallery Central on Karl-Marx-Allee, East Berlin's former grand boulevard, furnishings and perhaps even design classics of the East are on display alongside Ludwig Schirmer's authentic images.

Ludwig Schirmer was born in 1919 in Wenigenehrich near Sondershausen (Thuringia). Following an agricultural and milling apprenticeship, he worked for several years as a miller. In 1949, he bought a Primaflex camera and several years later he appeared in a group portrait of the German Cultural Association in Sondershausen as an amateur photographer. Starting in 1955, Ludwig Schirmer's photographs were published in magazines and daily newspapers, and, in 1959, he was admitted to the German Federation of Journalists (DJV). In 1961, Schirmer stopping working as a miller and moved with his family to Berlin, where he continued to work successfully as an advertising, portrait, and landscape photographer.
Following his death in 2001, Ludwig Schirmer's daughter Ute Mahler discovered her father's extensive collection of photographic and documentary works. Together with her husband Werner Mahler, who is also a photographer, Ute Mahler manages her father's estate.
Text: Constanze Hager


The Galerie für Moderne Fotografie was founded in 2008 by Kirsten Landwehr and is located on Schröderstraße in Berlin's Mitte district.
The gallery program focuses specifically on the medium of photography and concentrates on presenting internationally established artists as well as discovering young photographic talents.
Featuring exhibitions such as the GDR fashion photography of photographer Roger Melis from the 1960s and 70s, the program encompasses not only fashion photography from the past forty years and rare vintage photos, but also presents current works by established contemporary artists such as Camille Vivier, Ingar Krauss, or Albrecht Fuchs. The gallery is also always on the look out for exciting new positions and shows newcomers such as Karoline Klüppel, a former student of Bernard Prinz, and other singular artist personalities working in portraiture and landscape photography.
In focusing on fashion photography as well as conceptual positions in current (staged) photography, the gallery and its program seek to convey the diversity of approaches in contemporary photography today.
The shows at the gallery's exhibitions spaces are augmented by regularly programmed presentations of work at the GFMF Salon in various locations around Berlin and abroad.


Central Berlin gallery showcases design classics from the former GDR, augmented with mid-twentieth century furniture from former Czechoslovakia, Poland, Germany, France, Italy, England, the USSR, and the US. The gallery's location suits the program: Strausberger Platz on Karl-Marx-Allee heading toward Alexanderplatz is a convergence of architectural influences from Soviet "gingerbread style" to the Bauhaus and Schinkel schools. Central Berlin is run by Stephan Schilgen (Interior Berlin), who draws the ever-changing design concepts from KStar Fundus Berlin, his enormous furniture and props warehouse. Central Berlin gallery's hosting of the GFMF Salon No 9 marks the second partnering with Skjerven Group, which not only recognizes the historical and architectural significance of Strausberger Platz but generously supports the field of photography through its active engagement.

Vernissage de l'exposition "GFMF Salon N°9 | Ludwig Schirmer"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Les Boutures des Grands Voisins"
Location:
Les Grands Voisins
Ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul
82, avenue Denfert-Rochereau
75014 Paris
M° Denfert-Rochereau
France
Mail : bonjour@lesgrandsvoisins.org
Internet Site : www.lesgrandsvoisins.org
Description:
Showroom de la Boutique

Du 23 au 27 Août
Vernissage le jeudi 24 Août

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Rencontres 02 - art et design"
Location:
Bordeaux
Bordeaux
33000 Bordeaux
M° Gare SNCF Bordeaux Saint-Jean
France
Internet Site : www.bordeaux.fr
Description:
Les Vivres de l'Art
4 Rue Achard
33300 Bordeaux

organisée par Curieux Cocktail

du 24 août au 3 septembre 2017

Vernissage à partir de 19h !
DJ SET : Calvin Dionnet
BAR

C'est avec enthousiasme que nous vous présentons notre nouvelle exposition collective, aux Vivres de l'Art : RENCONTRES 02

Venez découvrir les travaux hétéroclites et surprenants de jeunes artistes et designers du jeudi 24 août au dimanche 3 septembre !

On y retrouvera les travaux de Claire Barrera, Mélanie Beaune, Adrien Défago, Morgane Guiomar, Justine Mallo, Jeanne Piau, Johanna Rott, le duo Segondurante, Émilie Thieuleux, Lise Bardou et, en guise de « guest star », le prometteur artiste suisse Martin Jakob.

Le tout sera ponctué par d'excellentes performances de Gilles Sage le 29 août et de Kévin Huber le 3 septembre. Mais aussi par une après-midi de broderie et d'échanges avec Justine Mallo le 30 août.

Que vous veniez durant le vernissage qui aura lieu le 24 août à partir de 19h, pour déguster des tartines et boire un verre, ou durant toute la durée de l'exposition, nous serons là pour vous rencontrer, expliquer nos travaux et échanger avec vous.

DJ SET : Calvin Dionnet

24 août - 19h : Vernissage
29 août - 20h : Performance de Gilles Sage
30 août - 14h : Broderie et échange autour de la série Buffy contre les vampires
3 septembre - 20h : Performance de Kévin Huber et dévernissage

Vernissage de l'exposition "Rencontres 02 - art et design"









[23:00] Inauguration de l'étoile de Charles Aznavour sur le Walk of Fame
Location:
Los Angeles
Los Angeles
90755 Los Angeles
Etats-Unis
Internet Site : www.lacity.org
Description:
Son nom brille déjà sur le Walk of Fame, la célèbre avenue des célébrités à Los Angeles. Jeudi, Hollywood rendra officiellement hommage au célèbre chanteur français, aujourd'hui âgé de 93 ans.

Devant le Pantages, l'un des théâtres historiques dédiés aux comédies musicales à Los Angeles, l'étoile de Charles Aznavour étincelle de mille feux. Les ouvriers l'ont installé ce mardi sur le sol goudronné. Jeudi, en présence de nombreuses personnalités, Hollywood rendra officiellement hommage à l'artiste français aujourd'hui âgé de 93 ans. Le Walk of Fame, la promenade de la célébrité, comptera dorénavant 2618 étoiles.

«Charles Aznavour est un artiste populaire connu à travers le monde et aimé de millions de fans de toutes générations», a déclaré Ana Martinez, productrice de ces cérémonies sur le Walk of Fame. En 1998, un sondage de CNN et de Time le présentait comme le «chanteur de variété le plus important du XXe siècle» devant des icônes comme Elvis Presley, Bob Dylan et Franck Sinatra. En octobre 2016, la communauté arménienne, dont il est l'un des plus ardents porte-drapeaux, lui avait remis une étoile d'honneur, à l'image de celle qui sera cimentée la semaine prochaine. à l'époque, il s'était dit «honoré et très ému de recevoir cette étoile».

Si' l'on regarde son agenda, il est clair qu'Aznavour n'a pas l'intention d'arrêter. Le 15 juillet dernier, il se produisait au Festival de Faqra, au Liban. Huit jours plus tard, il électrisait l'Auditorium de la musique à Rome et ce dimanche 13 août, il est attendu au Forte Arena dans le sud de la Sardaigne. Il s'envolera ensuite pour l'Australie, et plus particulièrement Sydney, où il donnera un concert le 4 octobre. Retour en Italie en novembre, où cette fois les Milanais auront l'honneur de sa présence, le 13 novembre, avant un passage par Vienne le 9 décembre. Et enfin, le 13 décembre, ce véritable globe-trotter revient en France, à l'AccorHotels Arena, à Paris, pour un concert unique et une première dans cette salle qui peut accueillir 20.000 personnes. Si la billetterie est ouverte depuis le 28 juin, il reste des places.

«Si j'arrête, je meurs», confia-t-il un jour à sa femme qui voulait qu'il se ménage. Et ne lui parlez pas d'une dernière tournée. «Je n'ai jamais, jamais prononcé le mot adieu!», déclarait-il à L'Express en 2011. Il avait alors 87 ans.

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés