Thursday, September 14, 2017
Public Access


Category:
Category: All

14
September 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

  Exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Location:
Château de Versailles
Place d'Armes
78000 Versailles
M° Gares SNCF de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 30 83 78 00
Mail : direction.public@chateauversailles.fr
Internet Site : www.chateauversailles.fr
Description:
du 30 mai au 24 septembre 2017

L'exposition se tiendra du 30 mai au 24 septembre 2017 au Grand Trianon, ouvert de 12h à 18h30.
Dernière admission : 18h
Fermeture des caisses : 17h50

Consacrée au séjour de Pierre le Grand à Paris et en particulier au château de Versailles, en mai et juin 1717, cette exposition commémorera du 30 mai au 24 septembre 2017 le tricentenaire de la visite du tsar en France.

Fruit d'un partenariat privilégié entre le musée national des châteaux de Versailles et de Trianon et le musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg, l'exposition présentera, à travers plus de cent-trente œuvres, ce qui fut, sous la Régence, deux ans seulement après la mort de Louis XIV, l'un des événements diplomatiques et culturels les plus marquants du début du règne de Louis XV.

Le parcours

Le parcours permettra de suivre pas à pas cette visite qui, pour être officielle, n'en fut pas moins libre. Héritier de la dynastie des Romanov et premier empereur de toutes les Russies, Pierre Ier cherchait l'inspiration dans les modèles français. Cet esprit curieux, passionné d'art, de sciences et de techniques, visita les résidences royales, les manufactures et les académies parisiennes, rencontra les plus éminents savants et artistes de son temps pour en attirer certains à la cour de Saint-Pétersbourg. Peintures, sculptures, pièces de mobilier et d'arts décoratifs, gravures et dessins, livres provenant de la bibliothèque du tsar ainsi qu'objets de son cabinet de curiosités dessineront le portrait de ce grand réformateur de la Russie, tourné vers l'Occident et en particulier vers une France héritière du Grand Siècle.

Commissariat

- Gwenola Firmin Conservateur en charge des peintures du XVIIIe siècle au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
- Thierry Sarmant Conservateur en chef, chef du Centre historique des archives, Service historique de la Défense
- George Vilinbakhov Vice-directeur du musée d'État de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg

Le voyage sur twitter

Découvrez sur le compte Twitter @CVersailles toutes les étapes du séjour de Pierre Ier dans le Paris du jeune Louis XV de mai à juin 1717. 300 ans presque jour pour jour après cette visite diplomatique mémorable, le hashtag #PierreLeGrandVoyage permet, au fil des jours, de revivre le voyage d'un tsar puissant et réformateur en quête d'inspiration autant politique et économique qu'artistique ou scientifique.

Fêtes galantes

Dans votre costume identique à ceux des plus belles époques de Versailles, vous êtes invités à retrouver l'ambiance raffinée et artistique des soirées d'appartement, un moment hors du temps, inoubliable. Cette année, le thème de ces fêtes sera bien sûr la venue de Pierre le Grand au château de Versailles pour qui fut organisé l'une des plus fastueuses réceptions officielles lors de son séjour.
Soirée costumée : 29 mai 2017 - 19h30
>> RSVP

L'exposition

Consacrée au séjour du tsar Pierre le Grand en France, à Paris et dans ses environs, en mai et juin 1717, l'exposition Pierre le Grand, un tsar en France. 1717, qui se tiendra au Grand Trianon du 30 mai au 24 septembre 2017, commémorera le tricentenaire de cette visite diplomatique. Fruit d'une collaboration exceptionnelle entre le château de Versailles et le musée d'État de l'Ermitage, elle présentera plus de 150 œuvres - peintures, sculptures, arts décoratifs, tapisseries, mais aussi plans, médailles, instruments scientifiques, livres et manuscrits - dont les deux tiers appartiennent aux collections du prestigieux musée de Saint-Pétersbourg.

Issu de la dynastie des Romanov, fils du tsar Alexis Mikhaïlovitch (1645-1676) et de Nathalie Narychkine (1651-1694), Pierre Ier (1672-1725), vingt ans après la « Grande Ambassade » qui l'a mené une première fois en Europe en 1697-1698, entreprend un nouveau voyage en Occident. Il atteint la France le 21 avril 1717 et y demeure jusqu'au 21 juin suivant. À Versailles où il fait étape deux fois, il est logé au Grand Trianon, du 24 au 26 mai puis du 3 au 11 juin 1717.

Le parcours de l'exposition suit pas à pas ce séjour qui, pour être officiel, n'en est pas moins libre car, force de la nature, imprévisible et peu façonné à l'Étiquette, Pierre Ier bouscule le protocole à maintes reprises. Sa rencontre avec Louis XV marque notamment les esprits : faisant fi du cérémonial de cour, il prend dans ses bras, en un geste spontané, l'enfant roi, tout juste âgé de sept ans. De nombreux mémorialistes, parmi lesquels Saint-Simon, le marquis de Dangeau ou Jean Buvat nous ont laissé de précieux témoignages permettant de retracer ce voyage.

Si ce séjour a des visées politiques et économiques - un projet d'alliance avec la France contre la Suède d'une part, la signature d'un traité de commerce de l'autre -, le tsar réformateur, fondateur de la Russie moderne, veut par-dessus tout voir ce que la France possède de plus remarquable afin d'en adapter certains modèles à son empire. Durant les deux mois qu'il passe dans le Paris de la Régence, visites et discussions avec les Français nourrissent sa réflexion et infléchissent les travaux qu'il a entrepris depuis 1703 à Saint-Pétersbourg et dans ses environs.

À Paris, Pierre se rend à l'Académie des Sciences, dont il devient membre honoraire, à l'Observatoire, à l'Hôtel royal des Invalides et à l'Hôtel de la Monnaie où l'on frappe une médaille en son honneur. Le tsar visite également la manufacture des Gobelins qui lui inspire la création d'une fabrique de tapisseries dans sa nouvelle capitale. Découvrant les marchands parisiens tel un simple particulier, il fait provision de livres, d'instruments scientifiques et techniques. Enfin, comme il est d'usage, ce voyage suscite l'échange de prestigieux cadeaux diplomatiques ; à l'image de la tenture du Nouveau Testament offerte à Pierre le Grand, composée de quatre tapisseries d'après Jouvenet et conservée aujourd'hui au musée d'État de l'Ermitage.

L'exposition met aussi en lumière les rapports du tsar avec les artistes français. En effet, dès 1716, il attire à la cour de Saint-Pétersbourg plusieurs maîtres, parmi lesquels Louis Caravaque (1684-1754), l'architecte Jean-Baptiste Le Blond (1679-1719) et le sculpteur ornemaniste Nicolas Pineau. Lors de son séjour en France en 1717, il est portraituré par deux peintres de renom, Jean-Marc Nattier (1685-1766) et Jean-Baptiste Oudry (1686-1755).

Souverain guerrier et voyageur, Pierre le Grand parcourt le monde pendant près de quatre décennies, de la mer Blanche à la mer Caspienne, de la Hollande à la Moldavie et de l'Angleterre à la Perse. Cette personnalité hors du commun a su s'imposer, au regard de la postérité, comme l'un des monarques les plus marquants de son pays, initiateur d'une nouvelle Russie.

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Cassette de Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Cadran Solaire
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Veste de costume d'été de Pierre Ier
Musée de l'Ermitage

Vernissage de l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France. 1717"
Louis XV visite Pierre le Grand à l'hôtel de Lesdiguières
Château de Versailles

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00 [14:00-16:00] Vernissage de l'exposition "Nouveau Japonisme Paris"
Location:
Galerie Mona Lisa
32, rue de Varenne
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 45 48 17 25
Mail : galerie-monalisa@wanadoo.fr
Internet Site : www.galerie-monalisa.net
Description:
exposition collective d'artistes japonais

Vernissage jeudi 14 septembre 2017 de 14h à 16h
Exposition du mercredi 13 au vendredi 15 septembre 2017 de 11h à 18h30

Vernissage de l'exposition "Nouveau Japonisme Paris"

15:00
16:00 [16:00-21:00] Défilé de mode de Xu Ming
Location:
Espace Christiane Peugeot
Centre Culturel Christiane Peugeot - Atelier Z
62, avenue de la Grande Armée
75017 Paris
M° Porte Maillot, Argentine
France
Phone : +33 (0)1 45 74 32 53
Fax : +33 (0)1 45 72 67 56
Mail : contact@espacechristianepeugeot.org
Internet Site : www.atelier-z.org
Description:
dans le cadrede l'exposition "l'expo qui décolle"

5 au 18 septembre 2017
tous les jours de 12h à 19h30

Jeudi 7 septembre, vernissage soirée de 18h30 à 21h

Jeudi 14 septembre,
Défilé de mode de Xu Ming
après-midi de 16h à 21h

Cinq artistes exposent leur travail de collagiste
André-Didier Dana
Laetitia de Gaulle
Micheline Lada
Christiane Peugeot
Thierry Prouvost
ainsi que Xu Ming, styliste qui présente ses sculptures mobiles

Vernissage de l'exposition "l'expo qui décolle"


[17:00-21:00] Vernissage de Jean-Marie Perdrix "Mauvaise graine"
Location:
Galerie Samy Abraham
43, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 43 58 04 16
Mail : gallery@samyabraham.com
Internet Site : www.samyabraham.com
Description:
14.09 - 04.11.2017
vernissage le jeudi 14 septembre de 17h à 21h

BELLEVILLE NIGHT
Les galeries 22,48 m², Galerie Intervalle, Samy Abraham, Marcelle Alix et Emmanuel Hervé vernissent le jeudi 14 septembre,
et toutes les galeries et lieux du Grand Belleville seront ouverts ce soir-là jusqu'à 21h.

Vernissage de Jean-Marie Perdrix "Mauvaise graine"

[17:30-20:30] Grande soirée shopping ELLE Décoration x Printemps
Location:
Grands Magasins Printemps Haussmann
56-64, boulevard Haussmann
75009 Paris
M° Chaussée d’Antin - La Fayette, Havre - Caumartin, RER A Auber
France
Phone : +33 (0)1 42 82 50 00
Description:
Le 14 septembre, à l'occasion de l'ouverture du nouveau Printemps Beauté - Maison - Enfant, ELLE Décoration vous invite à découvrir les tendances de la rentrée.

Le 14 septembre de 17h30 à 20h30, à l'occasion de l'ouverture du nouveau Printemps Beauté - Maison - Enfant, ELLE Décoration vous invite à découvrir toutes les tendances de la rentrée.

Venez profiter d'une remise exceptionnelle de -20% dans tout le magasin* et de nombreuses animations et cadeaux (bar à coiffure, flash make up, café detox, dégustations, DJ, photocall...)

>> RSVP

>> invitation à télécharger

Grande soirée shopping ELLE Décoration x Printemps

[17:30-20:30] Inauguration du nouveau stand Urban Decay
Location:
Grands Magasins Printemps Haussmann
56-64, boulevard Haussmann
75009 Paris
M° Chaussée d’Antin - La Fayette, Havre - Caumartin, RER A Auber
France
Phone : +33 (0)1 42 82 50 00
Description:
Au programme, des animations exceptionnelles :
- Venez découvrir nos nouveautés produits et vous faire maquiller par nos make-up artists
- Venez vous faire tatouer par le nouveau salon de tatoo Désolée Papa (Premier arrivé, premier servi !)

Rendez-vous à partir de 17h30 au Printemps de la Beauté, 61 rue Caumartin. Le corner Urban Decay se situe au RDC (entrée : face au Citadium)



[18:00-21:00] Inauguration du 9ème Salon Paris se Livre 2017
Location:
La Tour Montparnasse
33, avenue du Maine
75755 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)1 45 38 52 56
Description:
au 56ème étage de la Tour Montparnasse

14, 15 et 16 septembre 2017
jeudi 14 septembre de 18H à 21H
vendredi 15 septembre de 11H à 21H
samedi 16 septembre de 11H à 19H

Le salon Paris se Livre se tient, pour sa 9ème édition, les 14, 15 & 16 septembre, en lien avec la rentrée littéraire et les Journées du Patrimoine. Il mettra à l'honneur, comme chaque année, les ouvrages qui rendent hommage à Paris, à travers les arts, la littérature, l'histoire, les livres jeunesse... dans la plus haute librairie de la capitale.

Plusieurs tables rondes et dédicaces seront animées par Mohammed Aïssaoui, journaliste au Figaro Littéraire, autour de thèmes variés : Paris engagée, La peinture religieuse, Paris côté jardin, les fantômes de Paris, les Bouffes parisiennes ou encore le Paris de demain...

Un parrainage symbolique
Cette 9ème édition sera parrainée par Catherine Meurisse, journaliste rescapée de la tuerie de Charlie Hebdo, auteur de La Légèreté, publié chez Dargaud. « Parler de Paris, c'est aussi parler des événements sinistres qui l'ont frappée. Le choix de Catherine Meurisse comme marraine du salon a une symbolique très forte : elle incarne la liberté d'esprit et la résilience d'une capitale qui veut continuer à vivre libre, même si elle l'a payé cher », souligne Mijo Thomas, présidente des jurys et commissaire du salon.

Cette année, les romans ou essais sélectionnés sont :
- "Le Grand Paris" d'Aurélien Bellanger chez Gallimard
- "Revoir Paris" de Claude Eveno chez Christian Bourgois
- "Les Parapluies d'Érik Satie" de Stéphanie Kalfon chez Joëlle Losfeld
- "La Nuit pour adresse" de Maud Simonnot chez Gallimard
- "Colette et les siennes" de Dominique Bona chez Grasset
- "Rue Monsieur-le-Prince" de Didier Castino chez Liana Levi

Dans la catégorie beaux livres, sont retenus :
- "21 rue de La Boétie" d'après le livre d'Anne Sinclair, collectif, catalogue d'exposition publié par Hazan
- "Paris métro photo" préface d'Anne Marie Garat, texte et sélection de photos par Julien Faure - Conorton publié par Actes sud
- "Derain, Balthus, Giacometti : une amitié artistique" collectif, publié par Paris Musées
- "Atlas historique des rues de Paris" de Pierre Pinon publié par Parigramme
- "Dans les coulisses de la Comédie Française" reportage de Laetitia Cénac dessiné par Damien Roudeau publié par La Martinière
- "Paris Art déco" d'Emmanuel Bréon, Hubert Cavaniol, photos de Laurent Thion publié par Somogy

Le prix Jeunesse-Mairie du XVème récompensera un ouvrage parmi les suivants :
- "Paris, un livre-jeu" de Jeanne Boyer et Martin Desbat publié par Le Père Castor
- "Destination Paris" de Claude Combet et Thierry Lefèvre, illustré par Magali Le Huche, publié chez Actes Sud
- "Découvrir Paris est un jeu d'enfant" d'Isabelle Calabre publié par Parigramme
- "Kiki la fourmi" d'Eva Offredo publié par La Joie de lire
- "Caporal à Paris" de Maud Michel et Claire Bédué publié par Cépages
- "Paris raconté aux enfants" d'Elisabeth Dumont-Lecornec publié par La Martinière jeunesse
- "La Commune" d'Yvan Pommaux et Christophe Ylla- Somers publié par L'École des loisirs

Plus d'infos :
http://www.parisselivre.com

PARIS SE LIVRE est un événement organisé à l'initiative de la Mairie du XVeme arrondissement et de l'Ensemble Immobilier Tour Maine-Montparnasse, en partenariat l'association 7B15, la librairie Le Divan, Babelio et la revue Soixante-quinze.

>> invitation

[18:00-20:00] Vernissage de Chantal Akerman "Now"
Location:
Galerie Marian Goodman
66&79, rue du Temple
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 04 70 52
Fax : +33 (0)1 40 27 81 37
Mail : parisgallery@mariangoodman.com
Internet Site : www.mariangoodman.com
Description:
14 SEPTEMBRE - 21 OCTOBRE 2017
VERNISSAGE: JEUDI 14 SEPTEMBRE 2017, 18-20H

Marian Goodman est heureuse de présenter à Paris une exposition de deux installations vidéo de Chantal Akerman : In the Mirror et NOW.

In the Mirror (1971-2007) a été créée à partir d'une scène de L'Enfant aimé ou je joue à être une femme mariée, le deuxième court-métrage de Chantal Akerman réalisé en 1971. Plusieurs décennies plus tard, Akerman décide de transformer son extrait favori du film en une projection dans l'espace.

NOW (2015) sera montrée pour la première fois en France. Cette oeuvre immersive conçue pour la Biennale de Venise en 2015 constitue l'ultime installation vidéo de Chantal Akerman. Elle restitue avec force une certaine vision du temps présent : un monde où tout n'est que mouvement perpétuel, circulation de populations mais aussi conflit.

Le film et les installations de Chantal Akerman (1950-2015) ont été montrés dans les plus grands musées tels que Le Centre Pompidou à Paris ou The Walker Art Center à Minneapolis.

Vernissage de Chantal Akerman "Now"

[18:00-21:00] Vernissage de Gaëtan Gautelier "Gaystoria"
Location:
Shakirail
Collectif Curry Vavart
72, rue Riquet
75018 Paris
M° Marx Dormoy
France
Mail : contact@curry-vavart.com
Internet Site : shakirail.blogspot.fr
Description:
Exposition du 14 au 24 septembre
Ouvert lors des évènements du Shakirail et sur rdv
06 73 05 88 48 ou par mail : gauthera@hotmail.fr

« J'aime la dispute, la conversation entre moi et l'oeuvre que je suis en train de créer. [...] Chaque fois pour moi c'est une nouvelle rencontre. Je rencontre quelqu'un d'autre avec chaque oeuvre et je n'aime pas trop perdre cette idée de surprise avec la rencontre d'une personne qu'on rencontre pour la première fois »
Raushenberg

Ma main, le crayon au bout de mes doigts, prêt à faire trace sur le papier, se trouve dans ce court laps de temps, entre la décision du geste et le premier impact. C'est là où l'hésitation se présente, la main vibre, exprimant l'angoisse, sachant qu'il n'y a pas de recul possible. Vient le moment fatidique, l'érotisme et la sensualité sont mes alliés dans cette expérience, J'exerce sur le dessin une sorte de mutilation douce et délicate. Le papier blanc semble recevoir les principales sensations. Mais une tension, tel un fil électrique invisible, se déplace dans un aller-retour constant de ma main, au crayon, jusqu'au support. J'entre comme dans une sphère qui me sépare du temps présent et où rien autour ne perturbe ma concentration et ne brise le lien étroit que j'entretiens avec mon papier.
Tout s'enchaîne, je répète à l'infini mon geste. C'est une machine qui au premier regard semble tout contrôler. J'ai moi même cette impression, qui mènera à une harmonie parfaite créée par un ensemble de motifs entièrement identique. Je suis totalement isolé, le regard perdu dans l'espace blanc du papier qui va bientôt disparaître. Je me plonge dans un monde où la conscience ne semble plus jouer le moindre rôle. Mais malgré tout, mon rapport à la machine n'est pas absolu, et l'échec est toujours possible.

« La répétition n'est pas reproduction du même, mais puissance de la différence »
Gilles Deleuze

C'est par un excercice intense d'observation que se joue la tentative de reproduction de l'image choisie. En effet, je fais le choix de ne pas user de traits préparatoires pour mettre en place la composition de l'image. Je retranscris directement ce que j'observe. Cela a pour enjeu d'instaurer une part de hasard, plus précisement, une part d'accident qui fait que la reproduction n'est jamais authentique, mais différente.
Dans ma pratique du dessin se joue également la relation au temps. C'est un temps long. Il est pour moi une volonté de faire acte de résistance. Une lutte face à un temps qui aujourd'hui dans notre société contemporaine ne cesse de s'accélérer. Je fais donc le choix ne pas me soumettre à ce diktat, et d'étirer au maximum le temps, celui de la création.
Partant d'images d'archives sur des faits divers et historiques traitant le sujet de l'homosexualité masculine, des extraits d'oeuvres de l'histoire de l'art et des images tirés de mon imagination, j'ai pour projet de créer une mythologie personnelle de l'homosexualité masculine. Sans trop m'écarter des faits préexistants, je prends une certaine liberté dans l'interprétation que je souhaite donner à ma vision de l'homosexualité masculine.

Vernissage de Gaëtan Gautelier "Gaystoria"

[18:00-21:00] Vernissage de Isaac Lythgoe "Janus"
Location:
EXO EXO
10 ter, rue Bisson
75020 Paris
M° Couronnes, Belleville
France
Mail : info@exoexo.xyz
Internet Site : www.exoexo.xyz
Description:
September 14 - October 22, 2017
opening September 14, 6-9pm

[18:00-21:00] Vernissage de KAMLAURENE "L'ÉTAT PUR"
Location:
Le cabinet d'amateur
12, rue de la Forge Royale
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Faidherbe - Chaligny, Charonne
France
Phone : +33 (0)1 43 48 14 06
Mail : contact@lecabinetdamateur.com
Internet Site : www.lecabinetdamateur.com
Description:
Vernissage le jeudi 14 septembre 2017 à partir de 18 heures
Exposition du jeudi 14 au dimanche 24 septembre 2017

Le cabinet d'amateur vous invite à la première exposition personnelle de KAMLAURENE.

KAMLAURENE est la fusion de deux êtres amoureux, à Paris. La peinture, l'architecture, le vêtement, les avancées technologiques et les prouesses scientifiques façonnent leur monde et nourrissent leur imaginaire. L'humain évolue naturellement dans un environnement qui se transforme. Il s'adapte rapidement aux nouveaux usages, crée de nouveaux langages et se projette pour anticiper l'avenir.

KAMLAURENE cherchent à représenter leur perception de l'homme évolué dans son environnement par un travail pictural et une recherche permanente sur la couleur et la forme. Les mélanges de peintures acryliques sont des étapes décisives dans leur processus de création qu'ils définissent comme naïf et brut.

Le couple a d'abord peint sur toiles des scènes de vie amenant l'observateur à partager l'intimité de leurs êtres dorés, toujours représentés de face, attendant la rencontre transgénérationnelle. Depuis 2014, KAMLAURENE les invitent à observer notre temps à leur tour.

De la toile au papier kraft, le duo met toujours un point d'honneur à ne produire que des pièces uniques, réalisées à la main et au pinceau. Les formats des collages varient et les couleurs se multiplient pour favoriser des rencontres intergénérationnelles chaleureuses. Par cette démarche, les artistes cherchent à susciter un questionnement sur notre devenir, nos métamorphoses et quant aux conséquences de nos « progrès ».

Vernissage de KAMLAURENE "L'ÉTAT PUR"

[18:00-20:30] Vernissage de Langdon Clay "Cars"
Location:
Polka Galerie
12, rue Saint-Gilles
Cour de Venise
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 76 21 41 30
Fax : +33 (0)1 76 50 21 83
Mail : contact@polkagalerie.com
Internet Site : www.polkagalerie.com
Description:
Séance de signature à 19h

En marge de l'exposition collective Autophoto, organisée par la fondation Cartier à Paris, la galerie Polka est heureuse de présenter, pour la première fois en France, la série "Cars" de Langdon Clay. Armé de son trépied et de son Leica, le photographe américain a saisi entre 1974 et 1976, les voitures des rues de New York et des alentours d'Hoboken, dans le New Jersey. "C'était il y a longtemps... La vie ne coûtait rien. On pouvait avoir un petit appart à Manhattan pour 400 dollars ! Et les caisses américaines n'étaient alors comparables à aucune autre. Elles étaient fascinantes, on aurait dit d'énormes bateaux."

Vernissage de Langdon Clay "Cars"

Vernissage de Langdon Clay "Cars"

Vernissage de Langdon Clay "Cars"

[18:00-21:00] Vernissage de Lou Benesch "Bestiaire"
Location:
Librairie 0fr
20, rue Dupetit-Thouars
75003 Paris
M° Temple
France
Phone : +33 (0)1 42 45 72 88
Mail : info@ofrsystem.com
Internet Site : www.ofrsystem.com
Description:
Lou Benesch expose ses créatures du 15 au 24 Septembre 2017 chez 0fr.
Vernissage le Jeudi 14 septembre de 18h a 21h

Vernissage de Lou Benesch "Bestiaire"

[18:00-21:00] Vernissage de Marie Cool Fabio Balducci "Spaggiamento"
Location:
Galerie Marcelle Alix
4, rue Jouye-Rouve
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)9 50 04 16 80
Mail : demain@marcellealix.com
Internet Site : www.marcellealix.com
Description:
BELLEVILLE NIGHT
Les galeries 22,48 m², Galerie Intervalle, Samy Abraham, Marcelle Alix et Emmanuel Hervé vernissent le jeudi 14 septembre,
et toutes les galeries et lieux du Grand Belleville seront ouverts ce soir-là jusqu'à 21h.

"Long ago we learned to keep our mouths shut.
Where silence is good health, speech can be fatal."
-Chorus, Agamemnon, Aeschylus's The Oresteia

L'oeuvre de Marie Cool Fabio Balducci est superbement aphone. Qui peut savoir comment fonctionnent deux personnes occupées en permanence à partager leur intensité extrême à travers l'acte de créer ? De cette intensité naît une étrange chaîne de visions qui oscillent entre le secret et une éventuelle révélation. Leur désir, toujours intact, de faire des formes qui ont une réalité physique ne va pas sans une obscurité - une humeur souvent corrompue - avec laquelle ils sont accordés depuis toujours. Tous deux sont d'eau et de pierre, impraticables parfois, vivant une vie de producteurs de formes qui ne sont pas toutes prêtes à exister à travers l'exposition. Ils nous renvoient à une pensée de l'oeuvre conçue comme un organisme énigmatique accroché à la vie même, sans quoi, elle ne serait qu'une simple distraction. Pensons à l'oeuvre d'art comme à ces grandes étendues d'eau, parfois calmes, parfois déchaînées, dans lesquelles le ciel se reflète. Si nous ne savons pas ce qu'est la vie, pourquoi une oeuvre d'art devrait-elle être à nos yeux plus limpide ? Marie Cool Fabio Balducci détiennent ensemble cette force enviable : ils donneront toujours plus d'importance au naufrage lui-même plutôt qu'à sa transcription. Ils préfèreront toujours l'action à l'intrigue, une conscience concentrée sur le présent plutôt que l'idée d'une vocation héroïque. Avec eux, « cela se passe » par les gestes et les images et cela n'en demeure pas moins le droit récit de nos vies sur terre, dans ce monde faux, cruel et beau.

Depuis de nombreuses années, le corps de Marie Cool s'est imposé, figure de peinture « pâle et tenace comme un fossile »*. On aura longuement navigué entre la Vénus, la Diane et les demi-déesses nous livrant peut-être de nouvelles histoires, avant de comprendre que ce travail n'est pas dans un rapport académique aux oeuvres d'art. On l'a même précisément transformée dans nos esprits en Ninfa ou en Gradiva, faisant de Marie Cool l'image dont on tombe amoureux. Il est facile de se laisser déborder par son imagination en observant ce corps léger côtoyer les objets comme si, sans distinction aucune, leurs vies et leurs destinées étaient celles des plus beaux tableaux, lorsque entre tous les éléments de la composition, comprenant les êtres et les objets, s'aménage une idiorythmie, nourrie par des principes de continuité et de réciprocité. Pourtant, lorsque Marie Cool agit devant nous dans les espaces d'exposition, elle dévoile sans prudence ses énergies vitales, dans une pure activité supposée sans fin.

La peinture n'est pas le centre de ce désordre peu commun. C'est le monde d'avant l'oeuvre dont il est question, celui qui met l'artiste au travail, établissant un lien indéfectible avec « la personne d'en face » (commissaire, galeriste, collectionneur, regardeur) qui attend que l'artiste ne se préoccupe de rien d'autre que de son travail. Ce qui s'esquisse méticuleusement dans les actions et leurs multiples variations, c'est le temps du travail, ces journées que l'on donne à la société, ce visage impassible qui instruit cette activité économique, avec ses mains, ce corps tout entier qui ne dit rien du poids de l'exercice mais affiche un esprit suffisamment libre et désencombré pour troubler celui ou celle qui n'y voit aucune rentabilité. Des séquences récentes montrent le corps de Fabio Balducci exécutant un geste énigmatique devant une fenêtre, sorte de plongeon à la beauté stylisée. Marie Cool dans une autre séquence répond au même désir de fermer ses bras autour de sa tête devant la vitre d'une fenêtre ruisselante d'eau de pluie. Un corps qui s'apprête à passer un seuil donne toujours le sentiment d'une transformation ou d'une métamorphose. Ils semblent prêts à changer de peau, dans l'antre d'un intérieur glacé comme des bureaux fermés pour la nuit. Les dernières actions nous placent devant des éclipses répétitives et significatives d'une faillite, « Lo Spiaggiamento » du système néo-libéral qui gouverne les êtres humains, la faillite d'une activité et ce qu'elle engendre : disparition des corps, dispersion des objets ou échouage de ces derniers.

La table, le crayon, le papier, la ficelle, le miroir, la lumière ont toujours été les matériaux et outils d'un éclatement par lequel chacun de ces éléments prend son autonomie, où les êtres humains comme les objets affichent une course dans le temps qui ne craint ni la lumière ni l'ombre, pas plus que le mouvement ou l'interruption brutale. On passe de la beauté tranquille du tableau classique à la vie de bureau, elle aussi puissamment organisée. La lumière est l'élément central de cette oeuvre qui donne l'impression de changer avec lenteur, alors qu'elle ne cesse de réagir à son environnement immédiat. La lumière, toujours mentionnée sur la fiche technique des oeuvres, ne saurait être écartée, tant elle fabrique avec douceur et violence le trait d'union entre l'espace d'exposition et l'histoire d'une ville. À la Documenta, du côté d'Athènes, Marie Cool Fabio Balducci ont confié à la lumière le soin de transformer l'espace et tout ce qui s'y trouvait. De larges bureaux massifs installés verticalement, suivaient la course du soleil grâce au soutien de Marie Cool, les faisant pivoter sur eux-mêmes minute après minute. L'action était programmée pour disparaître au fil des mois sous l'influence de la lumière naturelle, plus généreuse dans cette partie du musée. C'est une belle espérance d'attendre que le musée et les oeuvres qui s'y trouvent nous invitent à reconsidérer ce qui est au dehors avec une plus grande conscience, mais l'espoir selon le duo (qui reprend volontiers les mots du réalisateur Mario Monicelli) est « un piège », « une chose infâme inventée par qui commande ». L'espoir s'est bel et bien enfui à Cassel, où Marie Cool a promené sa main sur la surface collante d'un scotch tendu suffisamment haut dans l'espace et quasi-invisible. Seul le bruit de ses doigts qui résistent à une adhésion trop forte pour avancer permettait de comprendre l'extrême tension de la proposition, tel le bruit discret et terrible de l'insecte venant frapper la vitre avec obstination.

L'exposition à la galerie sera d'une immobilité vraie. Peut-être que le mot exposition n'a pas sa place puisqu'il s'agit d'y constater un phénomène ou des présences qui ne s'inscrivent pas dans un récit particulier. Tout ce qui se trouve dans nos espaces sera figé, engravé profondément. C'est plutôt l'exposition d'un fait d'actualité qui dit: ça existe, mais on ne sait pas vraiment pourquoi. Disons qu'aucune hypothèse ne prévaut et qu'il vaut mieux faire simple et s'en tenir à des pensées courtes. Les objets savent se mettre sur le flanc quand il ne leur sert plus à rien d'offrir leur grande surface plate et lisse aux usagers. Les écrans peuvent eux aussi refuser jusqu'à cette neige grésillante qui saurait passer pour bavarde et réconfortante. Quand tout s'éteint où conduit la nuit?
CB

*Georges Didi-Huberman, Ninfa moderna : Essai sur le drapé tombé, Gallimard, Paris, 2002, p.11

Le travail de Marie Cool Fabio Balducci a été montré à la Documenta 14 à Athènes. Leur proposition est visible à Cassel (Documenta Halle) jusqu'au 17 septembre. Ils participeront en octobre à une exposition de groupe au Marta Herford Museum en Allemagne et bénéficieront d'une exposition personnelle en avril 2018 à la Verrière à Bruxelles (cur. Guillaume Désanges). On a pu voir leur travail dans des expositions personnelles à Site Gallery, Sheffield, à La Maison Rouge, Paris et à Attitudes, Genève en 2008, à la South London Gallery en 2009, au CAC Brétigny en 2010, à la Villa Medicis, Rome en 2011, à La Synagogue de Delme, au FRAC Lorraine, Metz et au Consortium, Dijon en 2012-2013. Ils ont également participé aux expositions collectives On Line : Drawing through the Twentieth Century (cur. Connie Butler et Catherine de Zegher) au MoMA, New York (2010), La Monnaie Vivante (cur. Pierre Bal-Blanc, 2010) et La cavalerie au CAN, Neuchâtel (2013).

Vernissage de Marie Cool Fabio Balducci "Spaggiamento"

[18:00-21:00] Vernissage de Marielle Chabal "All I want is Al Qamar"
Location:
Glassbox
4, rue Moret
75011 Paris
M° Ménilmontant,Parmentier, Rue Saint-Maur
France
Mobile : +33 (0)6 77 80 77 57
Mail : glassbox.smart@gmail.com
Internet Site : www.glassbox.fr
Description:
________ L'ESTIVE | Peel-off - Restitution de la résidence de Marielle Chabal.

| All I want is Al Qamar |

Un palmier en plastique,

Dans les entrelacs d'un ratage et du contre-coup d'une tentative avortée, il a été posé là, négligemment dans ce diorama-aléatoire. Il s'agit d'un faux, sans doute de la même manière que l'on fabriquait de fausses Nike chinoises, même si les vraies l'étaient aussi, enfin, les pieds droits uniquement. Les gauches se fabriquaient en Corée. Il s'agit d'un faux, comme il existait de faux Picasso, des ersatz plus certainement. Pas exactement, il s'agit d'un faux, pas d'une contrefaçon. Pascal Obispo est un possible anagramme de Pablo Picasso et en Roumanie, un Alain Delon, désigne un trois-quarts en daim avec une doublure en fausse fourrure. Il ne s'agit pas de ce genre de déplacement linguistique quant à une déambulation épisodique et cela n'a rien à voir avec une envolée oulippo-obispienne. La banane émet une radioactivité naturelle liée au potassium quarante qu'elle contient et à l'origine, le TNT n'était pas utilisé comme explosif, mais comme colorant jaune. Il s'agit d'un faux, plus certainement comme il existait de fausses blondes comme Kurt Cobain, dont le premier groupe de rock était Fecal Matter. Par ailleurs, le premier papier toilette, garanti sans écharde, date de mille neuf cents trente-cinq et chaque jour vingt-sept mille arbres sont métamorphosés en papier hygiénique. Quelquefois, on rencontre aussi de vraies blondes, de temps à autre en maillot de bain et de vrais blonds, qui peuvent fumer, pour quelques-unes de ces envolées oulippo-obispienne : Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume ; est un pangramme, c'est-à-dire une phrase utilisant toutes les lettres de l'alphabet. Autrefois, le Z était la sixième lettre de l'alphabet grec. Les romains l'ont d'abord trouvée inutile et l'on défalquée, radicalement, puis ils se ravisèrent au premier siècle avant notre ère et la replacèrent à la dernière place. Par chance, les claviers lui ont donné la seconde place de l'Azerty. Il était un petit Navire est une comptine bien connue des enfants et de leurs parents. Pourtant, sous ses faux airs joyeux, la chanson raconte une histoire sordide : à la suite d'une pénurie de vivres, les membres d'un navire tirent à la courte paille pour désigner qui parmi eux sera dévoré par les autres... Le sort désigne le plus jeune de la bande, qui se met à prier la Vierge Marie pendant que ses compagnons débattent sur la meilleure façon de le déguster. Les prières du jeune matelot sont finalement entendues : des milliers de poissons sautent d'eux-mêmes sur le navire, sauvant le jeune mousse et tout l'équipage. La ville de Rome importe ses pavés du Vietnam - là où sont fabriqués les pieds gauches des vraies baskets Nike - et ; Sous les pavés la plage reste un symbole du désir de liberté qui secoua la France au printemps mille-neuf cent soixante-huit. Lorsque les premières barricades furent élevées, les étudiants constatèrent que les pavés des barricades étaient posés sur un lit de sable. Il est made in China - comme les vrais pieds droits et les fausses paires de Nike - et fut importé en France dans les années deux mille, vendu par l'intermédiaire de Ebay et d'une traduction googlienne :
"Réglez la scène avec ce palmier Woodland Scenics pour une chance de plonger parmi vos décors ! Laissez l'imagination régir le design extérieur que vous construisez des événements, avec un petit coup de pouce créatif. Associé à des autres articles exotiques lumineux que vous trouverez dans notre rubrique "Exotique et lumière à thème", avec celui, vous jouerez brillante l'atmosphère tropicale".
Puis il demeura dans une maquette des années avant de tomber sur le sol de la rue de Paris à Nice, lors d'un déménagement de bureau d'architecte. La végétation de la Côte d'Azur était caractérisée par l'introduction de plantes exotiques destinées à créer un effet ravageur et ornemental, offrant l'illusion d'un paysage tropical. Les palmiers de la côte, étaient comme les quelques centaines de palmiers-néons, vaguement ridicules, qui avaient illuminé le Caire à partir de deux mille trois. Posés là, comme les émissaires d'une civilisation florale avancée et adoratrice du néon, des sortes de plantes post-internet, en plastique et aux spores toxiques, en forme de vestiges kitsch du Luxor, avaient fait leur apparition autour des principales places de Gizeh. Leurs feuilles vertes et oranges, clignotantes et présomptueuses, avaient d'abord surgi devant le zoo et autour du square Galaa, défiant le vent et le bon goût, parmi de vrais palmiers, pas même décoratifs. Puis ils avaient été congédiés et massés en sous-sol de Mohandiseen pendant que les autres, immigrés sur la Côte d'Azur, se laissaient mourir. Dennis Wilson, le seul membre des Beach Boys à savoir surfer est mort noyé et Bryan Wilson, son frère et le leader du groupe, à écrit California Girl pendant son premier trip sous acides. Dans Bianca, Moretti marche seul sur la plage et s'allonge sur le dos de la fille ; on nomme ligne de désir, un raccourci tracé par des piétons en coupant à travers une pelouse ou un terre-plein et pour composer l'intro de Destinée, Guy Marchand a inversé les notes de l'été indien de Joe Dassin. Il s'agit d'un morceau de plastique, une oeuvre d'art, en somme, qui a été posé là. La scopophobie est la crainte du regard des autres et la lettre à Elise de Beethoven a en fait été composée pour une Thérèse. Charlotte, Amandine et Manon sont des variétés de pomme de terre et les cendres de Frédéric Baur, l'inventeur de l'emballage des Pringles, ont été mises dans l'une de ses boîtes. En anglais, quand on est très content, on se dit heureux comme une palourde à marée haute - pour sa réélection en deux mille deux, Saddam Hussein avait pour hymne de campagne une reprise en arabe de I Will Always Love You, de Whitney Houston - les grecs utilisaient les coquilles d'huître comme bulletin de vote et Fukushima veut dire «île du bonheur».

Marielle Chabal - Reset, 2017.

Vernissage de Marielle Chabal
All I want is Al Qamar
© Patrice Blouin pour Reset - Revue d'anticipation de Marielle Chabal

[18:00-21:00] Vernissage de Marta Zgierska "Post"
Location:
Galerie Intervalle
12, rue Jouye-Rouve
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)1 43 15 94 58
Mail : contact@galerie-intervalle.com
Internet Site : www.galerie-intervalle.com
Description:
Marta Zgierska, prix HSBC pour la Photographie 2016

15/09/17 - 4/11/17
vernissage le jeudi 14 septembre de 18h à 21h

BELLEVILLE NIGHT
Les galeries 22,48 m², Galerie Intervalle, Samy Abraham, Marcelle Alix et Emmanuel Hervé vernissent le jeudi 14 septembre,
et toutes les galeries et lieux du Grand Belleville seront ouverts ce soir-là jusqu'à 21h.

Marta Zgierska est une artiste visuelle qui vit et travaille à Varsovie (Pologne). Elle est née en 1987 à Lublin (Pologne). Son travail se situe à l'intersection de l'art et de la science. Elle s'intéresse à l'étude du trauma, aux expériences qui frisent les limites de la conscience et au processus de disparition. Elle se pose souvent comme sujet, explorant les frontières intimes de la photographie.
Marta Zgierska a remporté le prix HSBC pour la Photographie en 2016, le Daylight Photo Awards (US), le Prix Reminders Photography Stronghold, le prix FotoLeggendo Giovanni Tabo (Italie) et le Prix Kolga (Géorgie). Ses œuvres ont été exposées à la Maison de la Photographie de Lille, au Musée de la Photographie André Villers de Mougins (France) et au Festival Circulation(s) (France).
Marta Zgierska est diplômée en photographie de l'Ecole Leon Schiller (film national, télévision, théâtre) de Lodsz (Pologne) et possède un Master en théatrologie et en journalisme de l'Université Marie Curie-Sklodowska de Lublin (Pologne).

Vernissage de Marta Zgierska "Post"
Untitled, 2016, from the series Post, Marta Zgierska

[18:00-21:00] Vernissage de Peter Robinson "Pronto Proto"
Location:
Galerie Emmanuel Hervé
6, rue Jouye-Rouve
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)9 51 10 96 58
Mail : bonjour@emmanuelherve.com
Internet Site : www.emmanuelherve.com
Description:
14.09.2017 - 28.10.2017
Opening 14.09.2017

BELLEVILLE NIGHT
Les galeries 22,48 m², Galerie Intervalle, Samy Abraham, Marcelle Alix et Emmanuel Hervé vernissent le jeudi 14 septembre,
et toutes les galeries et lieux du Grand Belleville seront ouverts ce soir-là jusqu'à 21h.

Peter Robinson's new work is perhaps best described through negative definitions. It is anti-monumental, does not subscribe to high production values or heroic gestures and resists being easily interpreted. Subtlety, modesty and lightness of touch and are qualities that are put forward instead. A kind of proto-language is suggested one in which the both the letterforms and syntax still seem to be within the process of formation. The installation feels rigorous and intentional but in the same breath highly subjective placing it in a strange space between reason and intuition. Although adhering to gallery conditions the work is casually presented indexing Robinson's method of making his work in situ. This has the effect of blurring the boundaries between production and presentation, the studio and gallery essentially softening the authority of the white cube.

Vernissage de Peter Robinson "Pronto Proto"

[18:00-20:30] Vernissage de Richard Dumas "Amateur"
Location:
Polka Galerie
12, rue Saint-Gilles
Cour de Venise
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 76 21 41 30
Fax : +33 (0)1 76 50 21 83
Mail : contact@polkagalerie.com
Internet Site : www.polkagalerie.com
Description:
Séance de signature à 19h

La galerie Polka est heureuse de présenter l'exposition "Amateur" du photographe Richard Dumas. Né en 1961 à Paris, il collabore depuis 1990 avec les quotidiens Liberation et Le Monde, signant les visages en noir et blanc de personnalités du monde du spectacle et de la musique et du cinéma.
Mais avant d'être portraitiste, Dumas est photographe. Sa profession ? Amateur, au sens de celui qui aime. Qui éclaire et qui dévoile.

Vernissage de Richard Dumas "Amateur"
Miles, 1989
© Richard Dumas, Courtesy Polka Galerie

Vernissage de Richard Dumas "Amateur"
Kate Moss, 1999
© Richard Dumas, Courtesy Polka Galerie

[18:00-21:00] Vernissage de Romain Duris "Dessins"
Location:
Galerie Cinema - Anne-Dominique Toussaint
26, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 40 27 09 22
Mail : contact@galeriecinema.com
Internet Site : www.galerie-cinema.com
Description:
du 15 septembre au 4 novembre

Rendez-vous samedi 16 septembre de 16h à 18h pour une rencontre avec l'artiste qui signera son livre "Pulp" paru aux Éditions Textuel.

Vernissage de Romain Duris "Dessins"

Vernissage de Romain Duris "Dessins"

Vernissage de Romain Duris "Dessins"

[18:00-21:00] Vernissage de Stohead "Recomposition"
Location:
Galerie Le Feuvre
164, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Saint-Philippe-du-Roule, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 40 07 11 11
Mail : info@galerielefeuvre.com
Internet Site : www.galerielefeuvre.com
Description:
Après "We Love Stohead" (2012), et "NOW" (2014), la Galerie Le Feuvre est heureuse de présenter "Recomposition", la troisième exposition personnelle consacrée à l'artiste allemand Stohead.

Vernissage le jeudi 14 septembre à partir de 18h, en présence de l'artiste
Du 14 septembre au 14 octobre

Un catalogue est édité.

Vernissage de Stohead "Recomposition"
Stohead, My Ego Is Bigger Than Yours
162 x 162 cm, acrylique sur toile, 2017

[18:00-21:00] Vernissage de Thomas Tronel-Gauthier "THE WORLD IS AN ISLAND"
Location:
22,48 m²
30, rue des Envierges
75020 Paris
M° Jourdain, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)9 81 72 26 37
Mail : contact@2248m2.org
Internet Site : www.2248m2.org
Description:
14/09/2017 - 28/10/2017
Vernissage jeudi 14/09/2017 à partir de 18h

BELLEVILLE NIGHT
Les galeries 22,48 m², Galerie Intervalle, Samy Abraham, Marcelle Alix et Emmanuel Hervé vernissent le jeudi 14 septembre,
et toutes les galeries et lieux du Grand Belleville seront ouverts ce soir-là jusqu'à 21h.

Texte de Ann Hindry

Depuis son retour d'une résidence de six mois à New York, Thomas Tronel-Gauthier continue d'interroger le monde et la place qui nous y est donnée. Il en capte les multiples incidences physiques pour ensuite les extrapoler patiemment jusque dans le langage artistique qu'il privilégie pour nous les donner à voir et penser.
Thomas Tronel-Gauthier choisit de convoquer le monde et le rapport que nous entretenons avec lui en traitant l'infime de manière à nous renvoyer à la conscience, et/ou à la sensation, de l'infiniment grand. Ses dispositifs, complexes dans leur mise en œuvre et subtilement évocateurs dans leur état final, sont autant de rappels du lien que nous conservons avec l'habitat qui nous a faits. Comme ses illustres prédécesseurs du Land Art ou de l'Arte Povera, il intègre dans sa réflexion le fait que tout élément de la nature en mouvement - objet, forme, trace - est le produit hasardeux d'une conjonction de forces régies par l'ordre immuable de l'univers physique. Il partage aussi cette attention à l'impermanence qui pousse à la capter, la rationaliser par un langage organisé, celui des formes ou des mots.
Thomas Tronel-Gauthier n'intervient pas sur le cours des choses. Il en « extrait » un épisode dont il va reconstituer en atelier la dynamique, afin d'arriver à une métamorphose d'ordre plastique à l'échelle de sa pensée. De son patient et minutieux processus de création, il ne maîtrise la labilité que jusqu'à un certain point, celui où nature et culture se rejoignent. Il en préserve par là même le principe d'indétermination en même temps que la charge signifiante qu'il veut lui conférer. Il explore le « sens que peut apporter la matière à la forme » en utilisant l'un des procédés les plus immémoriaux qu'a utilisé l'homme pour marquer son habitat ou en extraire des excipients à l'identique : l'empreinte, le moulage. Le premier dialogue inscrit avec la réalité du monde. Il donne ainsi à voir autrement une instance familière, revisite l'interaction des deux éléments qui régissent la planète : la terre et la mer, le solide et le liquide.
Penser le monde, c'est aussi le parler, utiliser les mots, dans les titres et les annonces d'intention et, surtout, les mots dans l'œuvre, les mots comme partie intégrante de la démarche.

Vernissage de Thomas Tronel-Gauthier "THE WORLD IS AN ISLAND"
Thomas Tronel-Gauthier, Water & Words [The World is an Island #1], 2016 (détail)
Encre de Chine sur papier aquarelle, 63 x 81,5 cm, Courtesy 22,48 m², © ADAGP, Paris 2017

[18:00-22:00] Vernissage de l'exposition "la pensée du tremblement"
Location:
Galerie Jeune Création
74, avenue Denfert-Rochereau
75014 Paris
M° RER B Port-Royal, Denfert-Rochereau
France
Phone : +33 (0)7 68 29 29 34
Mail : jeunecreation@gmail.com
Internet Site : www.jeunecreation.org
Description:
Un partenariat entre les Galeries Jeune Création et YGREC pour inviter le collectif Diamètre à faire l'expérience du site des Grands Voisins et de ses résidents. Une dizaine d'artistes émergents proposent ateliers collaboratifs, performances, dessins, sculptures, installations, vidéos, micro-éditions.

Du 15 septembre au 5 octobre 2017
du mercredi au dimanche, 13h - 19h
Vernissage le 14 septembre à partir de 18h

La pensée du tremblement surgit de partout [...] Elle nous préserve des pensées de système et des systèmes de pensée. Elle ne suppose pas la peur ou l'irrésolu, elle s'étend infiniment comme un oiseau innumérable, les ailes semées du sel noir de la terre. Elle nous réassemble dans l'absolue diversité, en un tourbillon de rencontres. Utopie qui jamais ne se fixe et qui ouvre demain, comme un soleil et un fruit partagés.
Édouard Glissant, La Cohée du Lamentin. Poétique V, Gallimard, 2005.

En prenant pour point de départ la pensée d'Édouard Glissant, Diamètre a voulu réfléchir à un demain possible. Aux idéologies et aux systèmes, le philosophe et poète oppose une pensée archipélique, fondée sur la découverte, l'interférence et un désordre créateur. Contre toute forme d'uniformisation ou d'assimilation, le modèle de relation glissantien est producteur de situations instables, inquiétantes car hybrides, mais profondément fertiles.

C'est dans ce chaos du « Tout-Monde » que le projet s'inscrit; un monde qui ne serait plus régi par de grands mouvements hégémoniques mais par des secousses successives à l'échelle d'un territoire, la fin des utopies globalisantes au profit d'utopies ouvertes et changeantes. « Agis dans ton lieu, pense avec le monde », comme le dit la maxime du penseur créole.

Conçue pour les Grands Voisins entre deux îles - les galeries Jeune Création et ENSAPC YGREC - l'exposition se veut le reflet d'une génération d'artistes pour qui l'identité est nécessairement transitoire et les corps diasporiques. Aussi fluide que l'eau qui nous compose, « la pensée du tremblement » est une exposition où les cimaises bougent et ondulent, où les œuvres se jouent d'équilibres précaires, parfois suspendues dans les airs telles des specific objects affectés.

Détournant les tropes tropicaux ou réinventant un langage collectif, c'est un univers polyphonique qui est offert, accompagné d'un espace de lecture où les mots viennent se mêler à la chair.

avec
Minia Biabiany
Gaëlle Choisne
Élise Courcol-Rozès
Julien Creuzet
Alice Didier Champagne
Kenny Dunkan
Rémi Duprat
Marco Godoy
Tarek Lakhrissi / Aurèle Nourisson
Hugo Livet
Violaine Lochu
Julie Luzoir
Paul Maheke
Basir Mahmood
Marie-Claire Manlanbien
Nefeli Papadimouli
Sandrine & David
Giuditta Vendrame
Yao Qingmei

L'exposition bénéficie du soutien de l'ADAGP et de la copie privée, du Fonds de dotation Thibault Poutrel, du Fonds de dotation Buchet-Ponsoye, du Crous Paris, de l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, de l'École du Louvre et de l'Institut du Tout-Monde.

Mercredi 20 septembre
atelier de Violaine Lochu avec les résidents du Tremplin

Vendredi 29 septembre
soirée poétique en partenariat avec l'Institut du Tout-Monde à l'amphithéâtre des Grands Voisins

Diamètre est une association loi 1901 fondée en 2014 par des étudiants de l'École du Louvre afin de favoriser les projets entre jeunes historiens de l'art et artistes. Plateforme de réflexion autant que de production, Diamètre conçoit des expositions, événements et projets éditoriaux dans un esprit de partage et de dialogue entre les disciplines.

Vernissage de l'exposition "la pensée du tremblement"
© guibert+cazin

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective"CECI N'EST PAS UN FAIT DIVERS"
Location:
Mairie d'Arcueil
10, avenue Paul Doumer
94114 Arcueil
M° RER B Laplace
France
Phone : +33 (0)1 46 15 08 80
Fax : +33 (0)1 46 15 08 90
Internet Site : www.arcueil.fr
Description:
Vernissage de l'exposition collective"CECI N'EST PAS UN FAIT DIVERS"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Souvenir de plage"
Location:
Galerie 42b
1, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République
France
Mobile : +33 (0)6 81 01 17 81
Mail : catherine@42b-creation.com
Internet Site : www.galerie-42b.com
Description:
L'été n'est pas tout à fait terminé à la galerie 42b !
Ne rangez surtout pas .. crème solaire, short, paréo, tongs et lunettes de soleil !

Nous vous invitons à prolonger les vacances sous les spots de la galerie avec notre exposition collective "Souvenir de plage"

Nous vous présenterons les derniéres oeuvres estivales de nos artistes ADOR, KAN, LEK, RATUR, SCKARO et ZESER

Vernissage le jeudi 14 septembre de 18h à 21h
Exposition du 15 septembre au 3 octobre 2017

Vernissage de l'exposition collective "Souvenir de plage"

[18:30-21:30] Cocktail MeilleursAgents.com
Description:
Maison Mozart
8 Rue du Sentier
75002 Paris

A l'occasion d'un cocktail, MeilleursAgents.com vous dévoilera les résultats du 1er Baromètre des agents immobiliers :
MeilleursAgents donne la parole aux agents immobiliers de France sur le marché et l'évolution de leur métier. Nous présenterons les résultats de cette première édition à laquelle près de 1 500 personnes ont répondu.

Au programme :
18h30/19h : accueil des invités
19h/19h45 : présentation et échanges
Nouveau Baromètre des Agents immobiliers
L'actualité de MeilleursAgents
19h45 : cocktail

>> RSVP

[18:30-21:00] Vernissage d'Olivier Hersart
Location:
Ground Control
81, rue du Charolais
75012 Paris
M° Reuilly - Diderot, Gare de Lyon
France
Internet Site : www.groundcontrolparis.com
Description:
DANS LE CADRE DU SALON WHAT'S UP PHOTO DOC,
LA GALERIE NICOLAS LEVY / LE JOKER EST HEUREUSE DE VOUS CONVIER
AU VERNISSAGE DE PHOTOTHERAPY D'OLIVIER HERSART.

FERMETURE LE 11 OCTOBRE 2017

[18:30-21:00] Vernissage de Nicola Bonessa
Location:
Espace Icare
31, boulevard Gambetta
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Corentin Celton
France
Phone : +33 (0)1 40 93 44 50
Fax : +33 (0)1 40 93 46 07
Mail : infos@espace-icare.com
Internet Site : www.espace-icare.com
Description:
Du 5 au 27 septembre 2017
Vernissage le jeudi 14 septembre à partir de 18h30

Exposition réalisée dans le cadre du collectif Ik-Art de l'Espace Icare

C'est un perpétuel aller-retour entre forme et dissolution de cette forme. Nicola Bonessa cherche un équilibre fragile, une vision inédite. La figure ne l'a jamais intéressé en tant que telle, trop figée à son goût, synonyme d'enfermement. Geste, rythme, circulation, fluidité, rupture, couleur, écriture, sont les mots qui lui parlent.
Ses influences picturales sont multiples, des mouvements tels que l'expressionnisme abstrait américain, ou Cobra en Europe, en sont de bons exemples.

Vernissage de Nicola Bonessa

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Le doc en regard"
Location:
Ground Control
81, rue du Charolais
75012 Paris
M° Reuilly - Diderot, Gare de Lyon
France
Internet Site : www.groundcontrolparis.com
Description:
What's Up Photo Doc
VOUS CONVIE
le jeudi 14 septembre de 18h30 à 21h00,
au cocktail de lancement de l'exposition Le doc en regard,
dans le nouvel espace de Ground Control

Le monde se transforme et la photographie
documentaire en dessine la nouvelle trace.
Tunisie-Algérie, Bolivie, France, Japon, ou, frontières, combat de femmes, sport, migrants, communauté, parcours intime, forêts primaires, autant de territoires explorés, d'émotions vécues, de rencontres fondamentales que nous partageons
en grands formats jusqu'au 11 octobre 2017.

Moment conférence à 19h30 en présence des auteurs et galeristes.




[19:00] Première de la pièce "Faisons un rêve" de Sacha Guitry
Location:
Théâtre de la Madeleine
19, rue de Surène
75008 Paris
M° Madeleine, Saint-Augustin
France
Phone : +33 (0)1 42 65 07 09
Internet Site : www.theatre-madeleine.com
Description:
Première de la pièce "Faisons un rêve" de Sacha Guitry

[19:00-21:30] Vernissage d'Agathe et Lorraine Sorlet "Sisters"
Location:
SERGEANT PAPER ARTSTORE
38, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 71 32 81 89
Mail : contact@sergeantpaper.com
Internet Site : www.sergeantpaper.com
Description:
Sisters, c'est l'histoire des sœurs jumelles, Agathe et Lorraine Sorlet, toutes les deux illustratrices et animatrices, toutes les deux diplômées des Gobelins. Pour cette rentrée, elles ont choisi de s'associer pour travailler chacune à leur façon, sur le thème de la femme.

Passionnées par le dessin depuis leur enfance, les sœurs Sorlet croquent la gente féminine dans leur quotidien avec humour.
Agathe Sorlet s'inspire des femmes qui l'entourent, croisées dans le métro, en terrasse ou lors d'une balade parisienne.
Lorraine Sorlet dessine des jeunes femmes à travers des scènes qui nous rappellent nos exaltations de jeunesse.

Pour « Sisters », Agathe et Lorraine Sorlet nous livrent, chacune quinze oeuvres éditées sur papier d'art, en série limitée et signées.
Rendez-vous le jeudi 14 septembre chez Sergeant Paper à partir de 19h pour découvrir le travail des Sisters.

EXPOSITION DU 14 SEPTEMBRE AU 07 OCTOBRE
VERNISSAGE LE 14 SEPTEMBRE DE 19H A 21H30 EN PRESENCE DES ARTISTES

Vernissage d'Agathe et Lorraine Sorlet "Sisters"

[19:00] Vernissage de Catherine Marquette
Location:
Les Grands Voisins
Ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul
82, avenue Denfert-Rochereau
75014 Paris
M° Denfert-Rochereau
France
Mail : bonjour@lesgrandsvoisins.org
Internet Site : www.lesgrandsvoisins.org
Description:
Showroom de la Boutique

Du 13 au 17 septembre
Vernissage jeudi 14 septembre

[19:00] Vernissage de l'exposition "Anders Zorn, Le maître de la peinture suédoise"
Location:
Petit Palais
Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
avenue Winston Churchill
5, avenue Dutuit
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 53 43 40 00
Internet Site : www.petitpalais.paris.fr
Description:
Anders Zorn
Le maître de la peinture suédoise

#AndersZorn

Du 15 septembre 2017 au 17 décembre 2017
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Le vendredi jusqu'à 21h

Après l'exposition Carl Larsson en 2014, le Petit Palais consacre une grande rétrospective à Anders Zorn (1860-1920), l'autre figure centrale de la peinture suédoise.
Pourtant reconnu et admiré à Paris au tournant des XIXe et XXe siècles, Zorn n'a pas été célébré dans la capitale depuis 1906 ! Près de 150 œuvres permettront de retracer le parcours de ce grand artiste, ami et rival de Sargent, Sorolla, Boldini et Besnard, à la fois aquarelliste virtuose, peintre talentueux et graveur de génie.

Cette première rétrospective parisienne devrait marquer le retour en grâce d'un maître resté très populaire en Scandinavie et célébré avec succès à San Francisco et New York en 2013 et 2014.

Outre le portraitiste mondain et le chantre du folklore et de la nature suédoise, l'exposition mettra en valeur son talent magistral d'aquarelliste, de graveur et celui, inédit, de photographe. Cette présentation bénéficiera des plus belles pièces du musée Zorn à Mora et d'un ensemble exceptionnel d'œuvres du Nationalmuseum de Stockholm, partenaire du projet, complété par d'importants prêts d'autres institutions scandinaves et françaises.

COMMISSARIAT :
Johan Cederlund, directeur du Zornmuseet, Mora
Christophe Leribault, directeur du Petit Palais
Carl-Johan Olsson, conservateur des peintures du XIXe siècle au Nationalmuseum de Stockholm

Vernissage de l'exposition "Anders Zorn, Le maître de la peinture suédoise"
Anders Zorn, Vacances d'été, aquarelle, 1886 © Collection particulière / photo Hans Thorwid

Vernissage de l'exposition "Anders Zorn, Le maître de la peinture suédoise"
Anders Zorn, Minuit, huile sur toile, 1891. Musée Zorn, Mora, Suéde. © Photo Lars Berglund

Vernissage de l'exposition "Anders Zorn, Le maître de la peinture suédoise"
Anders Zorn, Le Buisson, aquarelle, 1886. Musée Zorn, Mora, Suède. © Photo Lars Berglund

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Décomposition d'une maison"
Location:
Le 116
116, rue de Paris
93100 Montreuil
M° Robespierre
France
Phone : +33 (0)1 71 89 28 00
Mail : contact116@montreuil.fr
Internet Site : www.montreuil.fr/culture/arts-visuels/le116
Description:
du 15 septembre au 16 décembre

Le 116 démarre sa saison 2017-2018 avec l'exposition "Décomposition d'une maison", du 15 septembre au 16 décembre 2017.

Proposée par Céline Poulin, commissaire de l'exposition et Alexis Guillier, artiste associé, assistés d'Ana Bordenave

Avec : Tiphaine Calmettes, Guillaume Constantin, Jean-Alain Corre, Alice Laguarda, Nathalie Leleu, Ricky Hollywood, Arthur Tiar, Anne Touquet, Pauline Toyer, Syndicat, Marion Verboom

Le propos :
La maison du 116 rue de Paris fût bâtie pour Auguste Morel, industriel exploitant les carrières de gypse des Guilands, décor des « Incendiaires » de Georges Méliès, rare excursion du cinéaste hors de ses studios. Dès 1896, Méliès a en effet transformé la propriété familiale montreuilloise en y ajoutant un studio de tournage vitré dont la forme et les dimensions étaient celles du Théâtre Robert-Houdin. Suivant un destin comparable, la maison de maître des Morel sera réhabilitée, étendue, et aménagée pour devenir un centre d'art. Ainsi, pour accueillir tournages, expositions ou œuvres, la maison augmente les installations techniques qui alimentent nos domiciles (prises et aérations, éclairages et sécurités...). Ces architectures se situent à mi-chemin entre maison et lieu de travail, une porosité de l'intime et du professionnel qui chez Méliès allait jusqu'au choix des acteurs. Aux côtés de vedettes de l'époque, des voisin.e.s et proches apparaissaient régulièrement dans ses films. Mais la maison est elle-même un espace de fiction, un lieu producteur d'imaginaire, accueillant des histoires en cours de réalisation ou des récits déployés par les artistes et les œuvres présentées.
L'exposition « Décomposition d'une maison » est habitée par son entourage, composé d'artistes vivant et/ou travaillant à Montreuil. Leurs œuvres évoluent dans la maison pour révéler cette hybridation du lieu. Elles oscillent entre le premier rôle et l'accessoire abandonné, hésitent entre l'effet spécial ou la transformation organique de la maison. Elles sont les éléments d'un plateau de tournage devenu décor, expressions d'un lieu aux activités non-identifiées, d'une domesticité décalée.
La programmation autour de l'exposition "Décomposition d'une maison" :
> SAMEDI 16 SEPT. / 16 h : « Du Bout-de-la-Ville au Montreuil-Palace ». Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, rendez-vous au 116 pour une promenade commentée par Philippe Hivert autour des débuts du cinéma à Montreuil. Le parcours sera suivi d'une table ronde et de projections au cinéma Le Méliès à partir de 18 h avec la participation de Gabriel Gonnet, réalisateur du film « Le cinéma des pêches » (1989), Jacques Malthête et Jean-Jacques Meusy, historiens du cinéma, et Jeanne Pommeau, restauratrice à la NFA à Prague .
> SAMEDI 7 OCT. / 18h à 23 h : visite de l'exposition par Céline Poulin et Alexis Guillier suivie d'une performance culinaire réalisée par Tiphaine Calmettes pour la Nuit Blanche 2017.
> DIMANCHE 15 et LUNDI 16 OCT. / 14 h à 20 h : ouverture exceptionnelle du 116 pour les 19es Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes de Montreuil.
> Du 28 OCT. au 4 NOV. : « inc-incidit », exposition-restitution du projet Arthécimus imaginé par Anne Touquet autour de l'estampe avec les enfants des accueils de loisirs. Salle du Laboratoire.
> Du 15 au 25 NOV. : « Détours et décors » : dans le cadre du mois de l'art à Montreuil pour l'enfance, dispositif entre installation artistique et décors de théâtre imaginé par l'artiste Anne Touquet pour les 4-12 ans. Salle de résidence.
> En NOVEMBRE : rencontre et projection au cinéma Le Méliès, 12 place Jean Jaurès 93100 Montreuil. Alice Laguarda, auteure de l'ouvrage" Des films et des maisons" présentera un film de son choix.
> SAMEDI 2 DEC. / 15 h : cisite descriptive et tactile dans le noir, ouverte à tou-te- s, adaptée au public déficient visuel. Sur réservation.
> MARDI 12 DEC. / 19 h : "Candyman", récit par Alexis Guillier, dans le cadre de la Semaine du Bizarre du Théâtre Berthelot (6 rue Marcelin Berthelot).
> VENDREDI 15 DEC. / 18 h : finissage en présence de Céline Poulin, Alexis Guillier et des artistes, accompagné d'un concert de Ricky Hollywood.

Vernissage de l'exposition "Décomposition d'une maison"

[19:00] Vernissage de l'exposition "L'art du pastel de Degas à Redon"
Location:
Petit Palais
Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
avenue Winston Churchill
5, avenue Dutuit
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 53 43 40 00
Internet Site : www.petitpalais.paris.fr
Description:
L'art du pastel de Degas à Redon
La collection du Petit Palais

#expoPastels

Du 15 septembre 2017 au 08 avril 2018
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Le vendredi jusqu'à 21h

Parmi une collection riche de plus de 200 pastels, le Petit Palais présente pour la première fois une sélection de près de 150 d'entre eux offrant un panorama exhaustif des principaux courants artistiques de la seconde moitié du XIXe siècle, de l'Impressionnisme au Symbolisme.
L'exposition permet de découvrir les fleurons de la collection avec des œuvres de Berthe Morisot, Auguste Renoir, Paul Gauguin, Mary Cassatt et Edgar Degas, des artistes symbolistes comme Lucien Lévy-Dhurmer, Charles Léandre, Alphonse Osbert, Émile-René Ménard et un ensemble particulièrement remarquable d'œuvres d'Odilon Redon, mais aussi l'art plus mondain d'un James Tissot, de Jacques-Émile Blanche, de Victor Prouvé ou Pierre Carrier-Belleuse.

La technique du pastel infiniment séduisante par sa matière et ses couleurs, permet une grande rapidité d'exécution et traduit une grande variété stylistique. De la simple esquisse colorée aux grandes œuvres très achevées, le pastel est à la croisée du dessin et de la peinture. La grande majorité des pièces exposées datées entre 1850 et 1914 illustrent le renouveau du pastel durant la seconde moitié XIXe siècle.

L'exposition sera également l'occasion d'initier les visiteurs à la technique du pastel et à la question de la conservation des œuvres sur papier, particulièrement sensibles aux effets de la lumière et qui ne peuvent donc être exposées de façon permanente.

COMMISSARIAT :
Gaëlle Rio, conservatrice au Petit Palais, chargée des collections d'arts graphiques des XVIIIe-XXe siècles

Vernissage de l'exposition "L'art du pastel de Degas à Redon"
Charles-Lucien Léandre, Sur champ d'or, 1897. Pastel. © Petit Palais / Roger-Viollet

Vernissage de l'exposition "L'art du pastel de Degas à Redon"
Victor Prouvé, Femme étendue sur un divan, 1899. Pastel. © Petit Palais / Roger-Viollet

Vernissage de l'exposition "L'art du pastel de Degas à Redon"
Pierre Carrier-Belleuse, Sur le sable de la dune. Pastel, 1896. © Petit Palais / Roger-Viollet

[19:00] Vernissage de l'exposition "Le jardin secret des Hansen"
Location:
Musée Jacquemart-André
158, boulevard Haussmann
75008 Paris
M° Miromesnil, Saint-Philippe-du-Roule
France
Phone : +33 (0)1 45 62 11 59
Fax : +33 (0)1 45 62 16 36
Mail : message@musee-jacquemart-andre.com
Internet Site : www.musee-jacquemart-andre.com
Description:
Le jardin secret des Hansen
La collection Ordrupgaard

Du 15 septembre au 22 janvier 2018

Commissariat
Anne-Birgitte Fonsmark, directrice du Musée Ordrupgaard à Copenhague
Pierre Curie, Conservateur du Musée Jacquemart-André

Production
Agnès Wolff, responsable de la production culturelle
Eléonore Lacaille, responsable des expositions
Amélie Carrière, régisseur des expositions

Scénographie
Hubert Le Gall, designer français, scénographe, créateur et sculpteur d'art contemporain

Comme au Musée Jacquemart-André, la collection d'Ordrupgaard est constituée par un couple féru d'art, les danois Wilhelm (1868 - 1936) et Henny (1870 - 1951) Hansen. Homme d'affaires passionné d'art, esprit indépendant et visionnaire, Wilhelm Hansen assemble en seulement deux ans entre 1916 et 1918 une collection unique en Europe d'œuvres représentatives de l'impressionnisme et du post-impressionnisme de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle. Une sélection de plus de 40 tableaux est présentée pour la première fois à Paris, au Musée Jacquemart-André.

De Corot à Cézanne et Matisse, en passant par les paysages changeants de Monet, Pissarro, Sisley et les doux portraits de Renoir, Morisot ou Gonzalès, l'exposition permettra de découvrir des trésors peu connus en France. Seront également mis à l'honneur des artistes aussi emblématiques que Degas, Manet ou Courbet, avant un final consacré à l'art vibrant et sensuel de Gauguin.

Après le Musée Jacquemart-André, l'exposition sera présentée dans d'autres musées d'envergure en Europe et dans le monde, comme le Musée des Beaux-Arts du Canada à Ottawa.

WILHELM ET HENNY HANSEN, LES FONDATEURS

Né à Copenhague le 27 novembre 1868, Wilhelm Hansen s'est bâti une remarquable carrière dans l'assurance en fondant la compagnie danoise Dansk Folkeforsikringsanstalt et en dirigeant Hafnia, une autre compagnie d'assurance danoise. D'esprit indépendant et visionnaire, Wilhelm Hansen s'est passionné pour l'art, et plus particulièrement pour l'art français, qu'il a collectionné pour son plaisir, mais aussi pour lui donner une large audience au Danemark. Il a d'ailleurs organisé à Copenhague des expositions d'envergure présentant des prêts d'importants musées français.

Il fait la rencontre de sa femme Henny en 1887, lors d'une représentation au Théâtre Royal. Ils se marient le 30 octobre 1891 et adoptent leur fils, Knud Wilhelm, en 1908.

L'intérêt de Wilhelm Hansen pour l'art remonte à ses années d'études : son ami Peter Hansen, qui deviendra l'un des membres du collectif de peintres danois Fynboerne, l'introduit dans le milieu artistique. Certains de ces artistes deviendront des intimes de Wilhelm et Henny qui, tout au long de leur vie, vont étoffer leur collection en y intégrant des peintures d'artistes danois, puis des œuvres majeures des impressionnistes français.

ORDRUPGAARD, LE LIEU

En 1916, Wilhelm et Henny Hansen achètent un terrain près d'Ordrup Krat, au nord de Copenhague, et font appel à l'architecte Gotfred Tvede pour y construire une résidence d'été. Leur engouement pour ce lieu les décide finalement à en faire leur résidence principale et à y inclure une galerie d'art pour abriter leur collection de peintures françaises.
Imposant manoir, Ordrupgaard a été conçu comme une demeure lumineuse, dont les nombreuses fenêtres, le jardin d'hiver et la serre permettent un dialogue inspirant avec le parc environnant. Le manoir et la collection sont inaugurés le 14 septembre 1918. Dès cette date, les Hansen prévoient une ouverture hebdomadaire au public de leur collection, fidèles à leur volonté d'offrir à l'art français une large audience au Danemark.

Vernissage de l'exposition "Le jardin secret des Hansen"
Paul Cézanne (1839-1906), Baigneuses, vers 1895 Huile sur toile, 47 x 77 cm © Ordrupgaard, Copenhague / Photo Anders Une Berg

Vernissage de l'exposition "Le jardin secret des Hansen"
Gustave Courbet (1819-1877), "Le Change, épisode de chasse au chevreuil, (Franche-Comté, 1866)", 1866 Huile sur toile, 97 x 130 cm Ordrupgaard, Copenhague © Ordrupgaard, Copenhague / Photo : Anders Sune Berg

Vernissage de l'exposition "Le jardin secret des Hansen"
Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), Portrait d'une Roumaine (Madame Iscovesco), 1877 Huile sur toile, 41 x 33 cm, Ordrupgaard, Copenhague © Ordrupgaard, Copenhague / Photo : Anders Sune Berg

Vernissage de l'exposition "Le jardin secret des Hansen"
Claude Monet (1840-1926), Falaise de Sainte-Adresse, temps gris, vers 1881 Huile sur toile, 60 x 73 cm, Ordrupgaard, Copenhague © Ordrupgaard, Copenhague / Photo : Anders Sune Berg

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Sławik et Antall"
Location:
Institut Hongrois de Paris
92, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Rennes, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 06 44
Fax : +33 (0)1 43 26 89 92
Mail : info@instituthongrois.fr
Internet Site : www.instituthongrois.fr
Description:
Sławik et Antall. Deux héros dans le cœur de trois peuples : polonais, hongrois et juif

15 septembre - 28 octobre 2017
Vernissage : 14 septembre 2017 à 19h

Une exposition consacrée à deux Justes parmi les Nations, un Polonais et un Hongrois. Grâce à leur amitié, ils ont pu sauver des milliers de Juifs. József Antall et Henryk Sławik ont pris la décision d'aider ceux qui étaient condamnés à mort par les nazis. L'Institut hongrois et l'Institut polonais s'unissent pour rappeler aux Français cette histoire d'amour et de sacrifice. Pour que leur acte ne tombe pas dans l'oubli, pour que la mort de Sławik serve aujourd'hui à transmettre ce message qui nous rappelle que tout faire pour sauver la vie de son prochain relève d'un devoir sacré.

Vernissage de l'exposition "Sławik et Antall"





[20:00-23:55] Vendanges Montaigne 2017
Location:
Avenue Montaigne
Avenue Montaigne
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, Alma - Marceau
France
Description:
Vendanges Montaigne 2017

17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés