Sunday, October 15, 2017
Public Access


Category:
Category: All

15
October 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

  Fête des Vendanges de Montmartre
Location:
Montmartre
Montmartre
75018 Paris
M° Abbesses, Lamarck - Caulaincourt, Pigalle, Anvers, Château Rouge
France
Description:
Fête des Vendanges de Montmartre

Journées Nationales de l'Architecture
Location:
Fondation Le Corbusier
Maisons La Roche et Jeanneret
8-10, square du Docteur Blanche
75016 Paris
M° Jasmin, Michel-Ange - Auteuil
France
Phone : +33 (0)1 42 88 41 53
Fax : +33 (0)1 42 88 33 17
Mail : info@fondationlecorbusier.fr
Internet Site : www.fondationlecorbusier.asso.fr
Description:
Ouverture exceptionnelle de la maison La Roche
les 13, 14, et 15 octobre, visites gratuites.

14 octobre : Ateliers d'écriture "Mise en mots de la maison La Roche" animés par l'écrivaine Véronique Massenot.
Gratuit - enfants de 8 à 12 ans

Lancement du concours d'écriture
(13 octobre au 31 décembre 2017)
Tous les écrivains en herbe sont invités à rédiger un texte dont l'intrigue sera rattachée à l'une des oeuvres de Le Corbusier ou à la figure de l'architecte.
Catégories: - de 12 ans / entre 12 et 18 ans / Adultes

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00-12:00] Conversation autour de l'œuvre de Pascal Kern
Location:
Les Douches La Galerie
5, rue Legouvé
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)1 46 07 10 84
Fax : +33 (0)1 42 38 93 01
Mail : contact@lesdoucheslagalerie.com
Internet Site : www.lesdoucheslagalerie.com
Description:
Conversation autour de l'œuvre de Pascal Kern
avec Régis Durand et Ghislaine Vappereau

Dans le cadre de l'exposition L'éloge du paradoxe, nous avons le plaisir de vous convier à une conversation autour de l'œuvre de Pascal Kern le dimanche 15 octobre de 11h à 12h, en présence de Régis Durand, critique d'art et de Ghislaine Vappereau, sculpteur et compagne de Pascal Kern. Disparu en 2007, il nous semble pertinent de resituer le travail de Pascal Kern dans le paysage photographique d'aujourd'hui.




dans le cadre de l'exposition "Pascal Kern - L'éloge du paradoxe"

Du 13 septembre au 21 octobre 2017
Du mercredi au samedi de 14h à 19h ou sur rendez-vous
Vernissage le 12 septembre de 18h à 21h

Même si les œuvres de Pascal Kern relèvent toujours de la photographie au sens technique du terme, ne nous y trompons pas, il s'agit de bien plus encore.

En observant de près ces grands tirages Cibachrome, aux couleurs très séduisantes, nous sommes en face d'installations sculpturales temporaires, de mises en scène à partir d'éléments naturels (cucurbitacées) ou industriels (objets récupérés) qui bouleversent irrémédiablement nos codes de perception de l'espace. À travers ces trois séries, Fictions colorées, Sculpture, Nature, Pascal Kern brouille toutes les cartes.

Comme le souligne Philippe Piguet, « tout est conjugué sur un mode complémentaire, le plein / le vide, le négatif / le positif, l'endroit / l'envers, la surface / le volume. Il s'agit toujours chez lui de mettre en évidence, la présence d'un espace virtuel, procédant d'une réalité davantage conceptuelle que tangible » 1.

Tout est prétexte en effet à une lecture paradoxale. Si l'on veut bien admettre que le propos de Pascal Kern n'est donc pas de représenter des objets en tant que tels, il faut alors affirmer que son travail nous questionne sur les modes de représentation propres à l'histoire de la peinture et de la sculpture, ce passage de deux à trois dimensions et inversement. Pour Régis Durand, « tout cela conduit le spectateur à des allers et retours entre la fascination de l'image photographique, en son raffinement extrême, et la conscience que sa fonction traditionnelle est déplacée et exige de nous une nouvelle attention. Nous n'avons à faire ni à une célébration, ni à une déploration du monde, comme le sont souvent tant de photographies. Mais plutôt à une très riche méditation sur l'usage des formes, leur destin, leur fragile passage dans le monde » 2.

Depuis sa disparition en 2006, aucune exposition personnelle n'avait été consacrée en France au travail de Pascal Kern. C'est donc une très grande chance pour la galerie de pouvoir proposer une nouvelle lecture de cette œuvre, à de mains égards exceptionnelle.

1 Philippe Piguet, « L'espace entre-deux », in Pascal Kern, Le Parvis, Tarbes et Parvis 3, Pau, 1992
2 Régis Durand, « Pour une poétique des transferts », in Pascal Kern, C.A.P. Royan, 1994

Vernissage de l'exposition "Pascal Kern - L'éloge du paradoxe"
Sculpture, 1988
© Succession Pascal Kern / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris

12:00  
13:00  
14:00 [14:00-18:00] Vernissage de William Forsythe "Choreographic Objects"
Location:
Gagosian Gallery Le Bourget
800, avenue de l'Europe
93350 Le Bourget
M° RER B Le Bourget
France
Phone : +33 (0)1 48 16 16 47
Fax : +33 (0)1 70 24 87 10
Mail : paris@gagosian.com
Internet Site : www.gagosian.com
Description:
Du 15 octobre au 22 décembre 2017

Vernissage:
Dimanche, 15 octobre, 14:00-18:00

Au moment où le monde de l'art embrasse la chorégraphie sous toutes ses formes, Gagosian est heureuse d'annoncer la présentation cet automne de Choreographic Objects, une exposition de William Forsythe. Il s'agit de la première exposition de Forsythe avec la galerie.

William Forsythe est un chorégraphe radical, respecté dans le monde entier, et dont le travail est depuis toujours particulièrement apprécié en France. Pendant plus de quarante ans, il a redéfini la syntaxe et la pratique de la danse contemporaine, et a exercé une influence sans parallèle sur des générations d'artistes. Au cours de sa carrière singulière, il a développé un vaste répertoire de chorégraphies de ballets avant-gardistes et expérimentaux, des œuvres de théâtre et de danse sans proscenium, mais aussi une plateforme digitale en accès libre consacrée à l'analyse de la danse, la notation et l'improvisation.

En parallèle à l'évolution de ses performances chorégraphiques, Forsythe a travaillé pendant plus de vingt années à des installations, des œuvres cinématographiques, et à des sculptures interactives distinctes qu'il nomme « objets chorégraphiques »-en commençant, en 1989, par The Books of Groningen, une œuvre permanente et en plein air qu'il a conçue en collaboration avec l'architecte Daniel Liebeskind. En adéquation avec son objectif conceptuel élargi consistant à faire appel aux compétences chorégraphiques inconscientes du grand public, Choreographic Objectsengendre un engagement intense dans un environnement donné. Des premiers exemples-Instructions, City of Abstracts, et Scattered Crowd-ont été présentés à la Nuit Blanche, à Paris, en 2003.

Située sur le site d'un aéroport actif, où se trouve également le Musée de l'Air et de l'Espace, Gagosian Le Bourget propose un contexte idéal pour les Choreographic Objects de William Forsythe, en particulier pour Black Flags (2015), un duo entre deux robots industriels, d'une durée de 21 minutes, dont la commande initiale avait été faite par les Collections Nationales de Dresde. Tout en brandissant d'immenses bannières en soie qui s'enroulent et se déploient à travers l'air tels des drapeaux héraldiques, les deux robots vrombissent et s'unissent de manière parallèle et synchronisée, puis se séparent et s'éloignent, pour finalement se retrouver à l'unisson, majestueusement et dans un calme absolu en contrepoint. En contraste absolu avec ce spectacle sombre et hypnotique, les spectateurs sont invités à prêter attention à Towards the Diagnostic Gaze, une œuvre à petite échelle. Un plumeau devient le centre de la volonté humaine tandis que les visiteurs sont invités à le saisir et à immobiliser ses énergies nerveuses. Aligninung est la dernière d'une série d'installation vidéos réalisée par Forsythe en collaboration avec certains des danseurs les plus célèbres au monde. Deux danseurs-Rauf « Rubber Legs » Yasit et Riley Watts, un ancien danseur de la Forsythe Company-s'empoignent dans des enchevêtrements complexes, favorisant des casse-têtes optiques dans lesquels il est difficile de déterminer où un corps se termine et l'autre commence.

Aucune de ses œuvres n'avait été exposée à Paris auparavant. En décembre, à l'occasion du Festival d'automne cette année, Forsythe participera également avec Ryoji Ikeda au projet collaboratif « William Forsythe x Ryoki Ikeda » à la Grande Halle de la Villette avec une œuvre de grande envergure Nowhere and Everywhere at the Same Time No.2, dans laquelle les visiteurs sont invités à déambuler dans un vaste champ de pendules suspendues ; créant ainsi une gamme infinie de chorégraphies individuelles.

Vernissage de William Forsythe "Choreographic Objects"
William Forsythe à la galerie Gagosian, au Bourget, le 10 octobre


[15:00-19:00] Vernissage de Krochka
Location:
Galerie Olivier Nouvellet
19, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Odéon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 43 29 43 15
Mail : contact@cercleoliviernouvellet.com
Internet Site : www.cercleoliviernouvellet.com
Description:
Vernissage de Krochka





[18:00-21:00] Vernissage d'Ali Kazma "Souterrain"
Location:
Jeu de Paume - Site Concorde
Musée de la Galerie Nationale du Jeu de Paume
1, Place de la Concorde
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 47 03 12 50
Fax : +33 (0)1 47 03 12 51
Mail : accueil@jeudepaume.org
Internet Site : www.jeudepaume.org
Description:
sur invitation

17 octobre 2017 - 21 janvier 2018

Exposition organisée par le Jeu de Paume, Paris.
Neuflize OBC, mécène historique du Jeu de Paume, a choisi d'apporter son soutien à l'exposition.

Commissaires : Marta Gili et Pia Viewing

Première exposition personnelle d'Ali Kazma en France, « Souterrain » rassemble une vingtaine d'œuvres couvrant une période de plus de dix ans. L'artiste a représenté la Turquie à la Biennale de Venise en 2013 et son travail a été notamment exposé à la Biennale d'Istanbul (2001, 2007, 2011), à l'Istanbul Modern (2004), à la Whitechapel Gallery, Londres (2009), ainsi qu'aux Biennales de Lyon (2007) et de São Paolo
(2012).

« J'ai souvent exploré dans mon travail différentes manières formelles et intellectuelles de développer notre réflexion sur le passage du temps, sur les marques et les traces qu'il laisse dans nos corps, dans notre environnement physique et dans notre psyché. J'ai abordé la taxidermie, la cryogénisation et l'horlogerie. J'ai visité des bases abandonnées de l'OTAN, d'anciennes bibliothèques et des archives d'artistes, en enregistrant les différentes modalités avec lesquelles le temps a traversé ces espaces et ces objets. » (Ali Kazma, extrait de la note d'intention du projet North.)

L'artiste réalise seul ses films et prend lui-même en charge le tournage et le montage. Sa conception singulière du film est liée à cette économie de moyens. Sans rajouter de son supplémentaire ni de musique aux images, son travail se focalise sur la représentation du sujet filmé comme « pur documentaire », entendu comme témoignage d'une situation spécifique. Hormis la présence subtile et discrète de son corps dans les lieux qu'il filme, il n'interagit pas directement avec le sujet : ses films, courts et concis, sont l'aboutissement d'une observation pénétrante mais distanciée.

Dans l'espace d'exposition, ses vidéos sont souvent projetées directement sur les murs.
Certaines peuvent être également diffusées sur des moniteurs individuels ou présentées sous forme d'installation. Œuvres puissantes et directes, leur impact visuel est spectaculaire, tandis que le son ajoute de la profondeur à l'image et capte l'attention du spectateur.
Les films de Kazma expriment tous un point de vue politique et critique fort qui doit être rendu manifeste pour le spectateur : tel est l'un des principaux objectifs de la mise en espace de cette exposition dans les salles du Jeu de Paume.

Réflexion sur la condition humaine, le travail d'Ali Kazma s'attache plus particulièrement au phénomène contemporain de la mondialisation dont il observe les effets au sein de l'histoire des sujets de ses œuvres.

L'exposition « Souterrain » met en lumière l'évolution du travail d'Ali Kazma au cours des dix dernières années, la proximité des œuvres dans les espaces du Jeu de Paume offrant au spectateur la possibilité de percevoir, comparer et interpréter son approche esthétique et conceptuelle.

Dans le contexte d'un monde entièrement interconnecté, où sont produites et diffusées d'innombrables images à l'impact émotionnel direct, Ali Kazma, par le soin qu'il apporte au cadrage et au montage de ses films, évite délibérément la sentimentalité et le pathos, de sorte que le spectateur qui reconnaît l'authenticité des images peut entrer personnellement en relation avec l'œuvre.


Né à Istanbul en 1971, Ali Kazma est diplômé de la New School, New York, en 1998. Il vit et travaille à Istanbul depuis 2000. Ayant recours dans son travail aux médias photographique et filmique, il parcourt la planète à la recherche de situations, de lieux et de bâtiments où entre en jeu l'aptitude de l'homme à transformer le monde.

Approfondissant des questions fondamentales portant sur le sens de l'activité humaine qui se déploie dans les champs économique, industriel, scientifique, médical, social et artistique, chacune de ses vidéos met en exergue un aspect particulier de son étude des changements qui s'opèrent dans notre monde contemporain, constituant ainsi progressivement une vaste archive de la condition humaine. La démarche d'Ali Kazma est sous-tendue par la volonté d'ajouter à la complexité et au mystère du monde, d'ouvrir et de susciter un discours esthétique et éthique à partir de l'interconnexion d'un ensemble de thèmes.

Intitulée « Souterrain », l'exposition personnelle d'Ali Kazma au Jeu de Paume s'attache à montrer l'évolution de son travail au cours des dix dernières années. Elle comprend une vingtaine d'œuvres vidéo, dont deux ont été réalisées à l'occasion de cette exposition, et une publication photographique - un livre d'artiste. Les vidéos sont présentées sous forme de projections murales de grand format. Immergé dans l'espace, le spectateur fait face aux rythmes et aux couleurs de ces projections dont l'impact visuel est étonnamment spectaculaire. Depuis le début de son travail, Ali Kazma a réalisé plus d'une soixantaine de vidéos. Ce corpus se compose de nombreux films indépendants, mais également de deux grandes séries intitulées Obstructions (2005-en cours) et Resistance (2012-en cours).

Vernissage d'Ali Kazma "Souterrain"
Ali Kazma - Série Resistance / Safe, 2015, vidéo, 8 min. Courtesy de l'artiste et de l'Istanbul Foundation for Culture and Arts © Ali Kazma

[18:00-21:00] Vernissage de Kraken
Location:
Le M.U.R.XIII
Port de la Gare
Quai François Mauriac
Sous la Passerelle Simone-de-Beauvoir
75013 Paris
M° Quai de la Gare, Bibliothèque François Mitterrand
France
Internet Site : www.lemur13.com
Description:
L'association Le MUR XIII est heureuse de vous convier à sa soixante deuxième performance réalisée par Kraken le dimanche 15 octobre, il recouvrira l'oeuvre de Luce.

"Tout droit sorti des légendes scandinaves, le Kraken (un monstre marin de très grande taille doté de nombreuses tentacules) débarque à Paris. Au fil de ces derniers mois, la créature fantastique s'est fait une place sur des spots en hauteur, dans les rues de la capitale. L'artiste qui se cache derrière cet avatar n'hésite pas à escalader les façades abruptes pour peindre au pinceau son calamar géant, dont les tentacules s'étendent sur plusieurs mètres"
allcityblog.fr

Rendez-vous devant le panneau du M.U.R.XIII situé Port de la Gare Paris 13ème à partir de 18h.

Tous les "M.U.R.XIII" précédents sont à retrouver sur :
www.lemur13.com

Vernissage de Kraken

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Albert Renger-Patzsch. Les Choses"
Location:
Jeu de Paume - Site Concorde
Musée de la Galerie Nationale du Jeu de Paume
1, Place de la Concorde
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 47 03 12 50
Fax : +33 (0)1 47 03 12 51
Mail : accueil@jeudepaume.org
Internet Site : www.jeudepaume.org
Description:
sur invitation

17 octobre 2017 - 21 janvier 2018

Exposition organisée par la Fundación MAPFRE, en coopération avec le Jeu de Paume, avec la collaboration spéciale et le support scientifique de la Fondation Ann et Jürgen Wilde et de la Pinakothek der Moderne, Munich

Commissaire : Sérgio Mah, professeur à l'Universidade NOVA, Lisbonne

Indépendamment du rôle qu'il joua dans la Nouvelle Objectivité - mouvement artistique apparu en Allemagne au début des années 1920 -, Albert Renger-Patzsch (1897-1966) est aujourd'hui considéré comme l'une des figures les plus importantes et les plus influentes de l'histoire de la photographie du XXe siècle.

L'exposition entend rendre hommage à ce photographe hors norme et permet de redécouvrir la postérité d'une œuvre nous invitant à réfléchir sur la nature de la photographie et sur son potentiel artistique et spéculatif dans le contexte de l'art et de la culture contemporaine.

D'une simplicité et d'une originalité extrêmes, la photographie de Renger-Patzsch a ceci de particulier qu'elle repose sur un style documentaire privilégiant la sobriété et l'immédiateté du réalisme, qui, pour lui, sont des caractéristiques fondamentales de la représentation photographique. Autrement dit, son œuvre témoigne d'une approche technique et formelle, rigoureuse dans laquelle l'appareil photo n'intervient que pour intensifier notre vision et notre conscience de la réalité. Chez Renger-Patzsch, ce principe explique la démarche qu'il adopte mais, surtout, il justifie l'identité esthétique et conceptuelle de sa photographie en lui permettant de se distinguer nettement de l'héritage du pictorialisme et de l'expérimentalisme hybride qui caractérise les avant-gardes du début du XXe siècle.

Dans sa photographie et dans les divers textes où il développe ses idées, Renger-Patzsch montre sa détermination à exploiter les qualités intrinsèques du médium photographique. Il définit son objectif en ces termes : « utiliser des moyens photographiques pour créer une photographie qui existe par sa nature même de photographie ». Ailleurs, il écrit que « les yeux ne sont pas isolés de leur perception du monde.
Au contraire, ils font partie de nos sens et, reliés au cerveau, ils nous permettent de connaître la chaleur, le froid, le vent, le bruit et les odeurs, et de construire rapidement une image remarquablement compactée du monde, dont la plasticité et la densité dépendent aussi de nos états émotionnels. La photographie réduit
le monde en couleur à un rectangle en noir et blanc. Et logiquement, dans la mesure où c'est le moins prétentieux des moyens d'expression artistique, elle exige un goût rigoureux et une aptitude à l'abstraction, à l'imagination et à la concentration ».

Ces propos montrent, au-delà de l'exceptionnelle qualité de son travail et de sa pensée, combien Renger-Patzsch se distingue par sa manière de concevoir la photographie documentaire et d'en étendre l'horizon et la portée. Pour lui, les qualités descriptives et objectives de la photographie se combinent à des capacités esthétiques, poétiques et phénoménologiques qui contribuent à les exprimer.

Cette rétrospective entend dresser un panorama des grands thèmes, moments et genres qui ont marqué la production photographique de Renger-Patzsch ; elle se divise en trois périodes qui ont été fondamentales dans le déroulement de sa carrière : ses débuts, où il photographie des plantes pour les éditeurs Folkwang/Auriga, jusqu'à la profusion thématique et à l'éclectisme qui jouent un rôle décisif dans l'élaboration de son livre "Die Welt ist schön" (Le monde est beau), paru en 1928 ; la période qui suit son installation à Essen, marquée par une intense créativité dans la région de la Ruhr et porte notamment sur des sujets associés à des lieux, des bâtiments et des objets industriels ; enfin, après la Seconde Guerre mondiale, l'intérêt nouveau qu'il se découvre pour la nature et les paysages, et en particulier pour les arbres et les rochers.

Réunissant près de 154 clichés, cette rétrospective est l'une des plus importantes consacrées à Renger-Patzsch à ce jour, et certainement celle qui rassemble le plus d'œuvres provenant de collections institutionnelles ou privées : Stiftung Ann und Jürgen Wilde / Pinakothek der Moderne München (Munich), Folkwang Museum (Essen), Ludwig Museum (Cologne), Galerie Berinson (Berlin) et Centre Pompidou (Paris).

Un catalogue est publié à l'occasion de l'exposition.
Coédition Jeu de Paume, Fundación MAPFRE et Editions Xavier Barral. 320 pages

Vernissage de l'exposition "Albert Renger-Patzsch. Les Choses"
Albert Renger-Patzsch - Stapedia variegata. Asclepiadaceae, 1923. Albert Renger-Patzsch Archiv / Stiftung Ann und Jürgen Wilde, Pinakothek der Moderne, Munich © Albert Renger-Patzsch/Archiv Ann und Jürgen Wilde/ADAGP

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Steffani Jemison. Sensus Plenior"
Location:
Jeu de Paume - Site Concorde
Musée de la Galerie Nationale du Jeu de Paume
1, Place de la Concorde
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 47 03 12 50
Fax : +33 (0)1 47 03 12 51
Mail : accueil@jeudepaume.org
Internet Site : www.jeudepaume.org
Description:
sur invitation

17 octobre 2017 - 21 janvier 2018

Commissaire : Osei Bonsu

Steffani Jemison. Sensus Plenior
Satellite 10 : une proposition de Osei Bonsu

Steffani Jemison utilise des dispositifs photographiques temporels et discursifs pour interroger le concept de « progrès » et ses alternatives. Abordant dans son travail la culture afro-américaine en relation avec le modernisme et la pratique conceptuelle, elle a adopté, pour stratégie d'étude, la lecture collective de la littérature historique noire.
S'appuyant sur une pratique assignant à l'histoire et à la culture afro-américaines une place située au carrefour de l'art conceptuel, Steffani Jemison sonde les stratégies visuelles léguées par le passé et la façon dont elles limitent et élargissent tout à la fois notre accès à l'histoire.

Le travail de Steffani Jemison est exposé aux États-Unis et à l'étranger, notamment par le Brooklyn Museum (New York), le Drawing Center (New York), LAXART (Los Angeles), le New Museum (New York), l'Académie royale danoise des Beaux-arts (Copenhague), le Studio Museum de Harlem (New York), Laurel Gitlen, la Team Gallery, entre autres.

Vernissage de l'exposition "Steffani Jemison. Sensus Plenior"
Personal
2014
Steffani Jemison
Vidéo, couleur, son.
Courtesy de l'artiste

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00  
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés