Thursday, November 9, 2017
Public Access


Category:
Category: All

09
November 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

  Salon de la Photo 2017
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.viparis.com/viparisFront/do/centre/paris-expo-porte-de-versailles/Accueil
Description:
Pavillons 5.1 et 5.2

Du jeudi 9 au lundi 13 novembre 2017
De 10h à 19h (lundi jusqu'à 18h)

Le rendez-vous de toute la chaîne de l'image

Cinq journées pendant lesquelles professionnels de l'image, amateurs éclairés et grand public se sont rencontrés, ont échangé et ont partagé leur passion pour la photographie.
Cinq journées faites : de grandes rencontres avec des photographes professionnels et de renommée internationale, d'animations et d'ateliers pratiques, de conférences sur les aspects multiples des métiers de la photographie, une librairie, un village de vente...

Le Salon de la Photo s'installe comme le rendez-vous annuel incontournable de tout ce qui fait la photographie, de la prise de vue à l'impression, pour tous ceux qui en font.⠀

>> invitation (code : FHEYE17 ou LNC17 ou CPCE17)

#SalonPhotoParis

Salon de la Photo 2017

Exposition de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
14 octobre - 23 décembre 2017

Être un naufragé, c'est être un point au milieu d'un cercle, perpétuellement. [...] Quand vous élevez le regard, vous vous demandez parfois [...] s'il n'y aurait pas quelqu'un d'exactement comme vous qui élève lui aussi le regard, lui aussi coincé dans cette géométrie, lui aussi en train de lutter contre la peur, la rage, la folie, la désespérance et l'apathie.
L'histoire de Pi, Yann Martel

La Galerie Karsten Greve a le plaisir de présenter Perpetually at the Centre, nouvelle exposition de Claire Morgan. Plasticienne d'origine irlandaise, elle est parmi les plus recherchés et talentueux artistes de la scène internationale. Cette exposition dévoile au public les œuvres récentes de l'artiste, spécialement réalisées pour cet espace. Nourrie de préoccupations écologiques et étiques, l'exposition est constituée de quatre nouvelles installations monumentales, où domine la dynamique des corps d'animaux taxidermisés qui semblent être contenus dans des environnements étrangers, mais aussi par de récentes sculptures sous-verre où l'écriture s'ajoute au dramatisme des compositions. Un corpus de délicats dessins permet de découvrir le minutieux travail de conception de l'artiste, en contraste avec le geste ardent et instinctif de la surprenante série de toiles grand format.

Le travail de Claire Morgan explore l'ambivalence de l'être humain dans son rapport avec la nature qui l'entoure. La réflexion autour de la présence de l'homme dans le monde, qui a comme conséquence la progressive destruction de l'environnement naturel, est objectivée par l'artiste dans ses installations, où les animaux taxidermisés semblent s'adapter à un monde de gaspillage consumériste qui tente de les engloutir. Dans la suspension temporelle qui caractérise ces sculptures aériennes, où les corps sont figés dans un mouvement perpétuel, le conflit se joue entre la vie et la mort, entre l'organique et l'artificiel.

Le projet de cette exposition est né de la contemplation du pouvoir de la nature, ainsi que de l'exploration du soi, de l'égo et de la condition mortelle de l'être humain. L'immensité de la mer, des forêts et de la nuit qui se manifestent comme un abîme, ont été l'objet d'une méditation profonde jusqu'à en devenir métaphore de l'existence entière, révélant à l'homme sa vulnérabilité. Cette réflexion n'est pas sans considérer la crise humanitaire en cours en Méditerranée, où la mer peut basculer d'espoir de vie à tombeau pour des milliers de migrants, ou la récente tragédie de la Grenfell Tower où les habitants ont vu leurs appartements se transformer en vision cauchemardesque. Les extrêmes changements climatiques, signaux d'alarme de futures crises humanitaires, font aussi partie des préoccupations qui inspirent l'artiste.

Les animaux naturalisés sont aussi symbole des batailles intimes de l'artiste, ils sont témoins de la prise de conscience de ses propres passions. Le besoin de chacun d'exister est pour Claire Morgan fortement lié à la passion et à la violence, à travers lesquelles s'expriment les nécessités humaines. La lutte fait partie du paysage intérieur de l'homme : qu'elle soit physique ou psychologique, elle engendre des cas de conscience. Ces questionnements guident aussi l'organisation de l'exposition, qui se déroule en suivant des couples d'idées spécifiques: le soi et la violence, le passage du temps et la transcendance, la peur du noir et de se noyer, le feu et la mort.

Le principe même de la taxidermie, que Claire Morgan exécute de sa propre main, repose sur une contradiction, ayant pour objectif de donner une apparence vivante à ce qui est mort. Cette ambivalence est propre à toute son œuvre : dans les dessins comme dans les peintures, des résidus du processus de taxidermie sont utilisés comme matériaux graphiques. Des éléments comme les os ou le sang, ainsi que des corps entiers d'animaux, sont intégrés dans les œuvres et leur donnent alors un caractère symbolique et rituel.

Dans le travail de l'artiste la nature est stupéfiante, parfaite dans son immobilité. L'ambiguë présence vitale de ces animaux taxidermisés contraste avec les fragiles formes géométriques créées par cette « vertueuse assemblagiste » à l'aide de fils de nylon auxquels sont suspendus graines de pissenlit ou fragments de plastique. Le monde de Claire Morgan est un univers où la nature, menacée par la présence envahissante et cynique de l'être humain, résiste dans toute sa beauté. Elle s'incarne dans la perfection d'un scénario géométrique et minimaliste, mais aussi dans la fragilité de structures si légères qu'elles pourraient disparaître par le simple souffle du vent.


Claire Morgan est née en 1980 à Belfast (Irlande) et habite et travaille à Gateshead, Newcastle upon Tyne (Angleterre). Très vite, ses œuvres sont exposées à travers toute l'Europe et son travail a fait l'objet de nombreuses commissions publiques et privées. En 2010, après avoir exposé au Palais de Tokyo, Claire Morgan a inauguré sa première exposition personnelle française à la Galerie Karsten Greve. À cette occasion elle a présenté pour la première fois ses « dessins au sang », œuvres sur papier témoignant du processus de taxidermie. Depuis, son travail a été présenté aussi bien en Europe qu'aux Etats Unis, où elle a participé à des nombreuses expositions collectives. Les installations et les dessins de l'artiste ont intégré des prestigieuses collections internationales publiques et privées, parmi lesquelles figurent le Museum of Old and New Art (MONA) en Australie, la Fondation ALTANA en Allemagne et la Collection Guerlain en France. En 2017 le FRIST Center for Visual Arts à Nashville a organisé sa première exposition personnelle aux États-Unis. La fondation Francès à Senlis, en collaboration avec la Galerie Karsten Greve, dédie à Claire Morgan une exposition personnelle visible jusqu'au 23 décembre 2017.

Vernissage de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"
Claire Morgan, Tine To Die, 2017, waxwing (taxidermy), dandelion seeds, nylon, in vitrine, 88 x 51,6 x 51,6 cm

Vernissage de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"
To an End, 2017, Pencil and watercolour on paper, 41 x 31 cm

Vernissage de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"
Lo (detail), 2017, Tawny owl (taxidermy), polythène, nylon, in vitrine, 98,5 x 71,6 x 71,5 cm

Vernissage de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"
Pedestal
2011
Aigrettes de pissenlit, aigrette (taxidermie), nylon, plomb, acrylique
270 x 60 x 60 cm
CM/S 11

Vernissage de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Location:
Maison Chloé
28, rue de la Baume
5, avenue Percier
75008 Paris
M° Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 44 94 33 33
Internet Site : www.chloe.com/fr/labaume/index
Description:
du 4 juillet au 6 septembre 2017, puis du 18 octobre au 18 novembre
Horaires : 11h30 - 18h30
Visite gratuite sur réservation préalable sur www.chloe.com/bourdin

Chloé dévoile un nouvel espace culturel : la Maison Chloé. Situé à quelques pas de son siège parisien, cet immeuble haussmannien accueillera tout au long de l'année les expressions de différentes féminités, avec un programme d'expositions et d'événements mettant à l'honneur 65 ans de créations et d'histoires, de la fondatrice de la maison, Gaby Aghion, aux filles Chloé d'aujourd'hui. Ces expressions artistiques donneront vie à cette féminité unique célébrée par Chloé et refléteront la mission qui a toujours été celle de la maison : donner aux femmes la liberté d'oser être elles-mêmes.

« Chloé a toujours cru en une féminité naturelle. A la fois chic et désinvolte, une attitude qui place Chloé à l'intersection du savoir-faire de la couture parisienne et du savoir-être de la jeunesse - qui fait de Chloé une marque unique », précise Geoffroy de la Bourdonnaye, Président de Chloé.

A l'occasion de l'inauguration de la Maison Chloé, le 2 juillet 2017, Judith Clark, commissaire d'exposition et scénographe de renom, a créé un parcours singulier. Grâce à une circulation originale conduisant de l'entrée rue de La Baume aux showrooms, ou des salons VIP au patrimoine situé au cinquième étage ; mais aussi au gré d'une sélection riche d'objets, vêtements et photographies retraçant sept décennies de mode, les visiteurs pourront s'immerger dans l'univers de la fille Chloé.

Pour sa première exposition temporaire, la Maison Chloé met à l'honneur Guy Bourdin. Un lien particulier les unit. Le photographe français a en effet créé le plus grand nombre d'éditoriaux de mode mettant en lumière les créations Chloé. Par un jeu de mise en scène habile, Judith Clark oppose deux types de féminité, soulignant le contraste entre les images explosives et controversées de l'un des principaux photographes de mode et les vêtements au chic bohème représentés dans ces mêmes images. Avec ces photographies et ces pièces d'archives inédites, l'exposition offrira un nouveau regard sur l'œuvre de Guy Bourdin.

« J'adore l'idée que dans une salle les gens découvrent des pièces extraites des archives », dit Judith Clark, « puis que ces objets 'débordent' dans la salle à côté et conduisent le visiteur vers une galerie emplie de magnifiques tirages. La robe Chloé se faufile dans l'histoire mais aussi à travers le bâtiment, qui lui-même donne l'impression d'être habité par le regard unique de Guy Bourdin. »

L'exposition trouve son point de départ dans une salle baptisée « Chloé Girls - The Anthology A-Z », une installation permanente conçue à partir des créations iconiques de la maison. L'histoire commence en 1952, lorsque Gaby Aghion fonde une maison dédiée au prêt-à-porter de luxe et invente une attitude qui allie joie de vivre, audace, liberté et élégance.
Cette installation interactive pensée par Judith Clark, associe de manière ludique des objets de la fondatrice aux créations des directeurs artistiques qui ont œuvré chez Chloé : une photo de Gaby sautant au milieu des dunes du désert égyptien est placée non loin du fameux « maillot de bain ananas » signé Stella McCartney. Ailleurs, un motif peint sur les murs de la cuisine de Gaby vient trouver sa place près d'un croquis noir et blanc de Karl Lagerfeld.

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
01. Guy Bourdin, Paris Vogue 1975, Chloé Autumn-Winter 1975 collection

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
02. Guy Bourdin, Paris Vogue 1973, Chloé Spring-Summer 1973 collection

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1979 - Chloé collection printemps-été 1979 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1971, Chloé collection automne-hiver 1971 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1970, Chloé collection printemps-été 1970 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"

Exposition "Femininities - Guy Bourdin"
Guy Bourdin, Vogue Paris 1956, Chloé collection printemps-été 1956 ©The Guy Bourdin Estate, 2017 / Courtesy A + C

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00 [14:00-21:00] Vernissage de Fahamu Pecou "BLACK MAGIC"
Location:
Backslash Gallery
29, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, République
France
Phone : +33 (0)9 81 39 60 01
Mobile : +33 (0)6 63 60 14 48
Mail : info@backslashgallery.com
Internet Site : www.backslashgallery.com
Description:
du 9 novembre au 22 décembre 2017
vernissage le jeudi 9 novembre de 14h à 21h et signature de la monographie Visible Man
Ouverture exceptionnelle le samedi 11 novembre

En parallèle à « Miroirs de l'homme », la rétrospective de son œuvre organisée par la Collection Société Générale et Backslash, ainsi que la publication de la monographie « Visible Man », l'artiste américain Fahamu Pecou présente BLACK MAGIC, sa quatrième exposition personnelle à la galerie.

Le nouvel ensemble d'œuvres exposées propose une perception plus juste et objective de l'homme noir en opposition à l'imagerie faussée héritée de l'ère coloniale qui, malgré sa puissance destructrice, n'a pas réussi à totalement effacer l'héritage de la culture et de la beauté noires.

A travers un corpus d'œuvres de formats et médiums différents, Fahamu Pecou tend à montrer l'importance et la beauté de l'héritage ancestral africain et de l'homme noir. Pendant des siècles, la culture et la spiritualité africaines ont été perçues et traitées comme démoniaques, effrayantes, comiques ou encore ignorantes. Les effets dévastateurs de la colonisation ont construit une image injuste et révoltante des africains et de la culture noire, notamment par l'imagerie publicitaire. Cette injustice a également débordé sur les mentalités africaines elles-mêmes, si bien qu'au sein de la société noire, de nombreuses personnes de descendance africaine (sur le continent mais aussi à travers la diaspora) se sont vues ou se voient encore aujourd'hui par le biais de ces images néfastes et pernicieuses.

Fahamu Pecou tente de proposer une vision authentique et honnête de l'homme noir. Dans ses dessins et ses peintures, il dévoile une iconographie liée à l'héritage africain, notamment par le biais de la liturgie Yoruba, religion ancestrale de l'Afrique de l'Ouest. Un système de codes et d'icônes laisse apparaître la beauté, la puissance et l'autonomie indéniable du continent liminaire africain. Fidèle à ses autres séries de toiles, il peint des autoportraits poignants où son corps se pare de costumes, objets et masques de l'Afrique de l'Ouest. L'artiste transcende ici toute la beauté de l'âme noire et rappelle que BLACK IS BEAUTIFUL.

L'artiste explique : « Malgré des efforts importants pour diminuer et dévaluer les contributions de l'Afrique au monde en général, une grande partie de son iconographie, de ses pratiques spirituelles et de ses idées, persiste telle une mémoire culturelle dans le monde entier. Dans toute la diaspora africaine, de nombreux aspects des cultures africaines autochtones subsistent dans la pratique quotidienne. Des croyances religieuses à diverses formes d'art, du langage corporel à d'autres formes de communication non verbales, ces «africanismes» font largement partie de notre vie quotidienne. »

Le travail de Fahamu Pecou a été exposé dans le monde entier, notamment au Museum Of Contemporary Art et au High Museum d'Atlanta ou encore au Halsey Institute of Contemporary Art de Charleston. Son travail est présent dans de nombreuses collections publiques telles que le Seattle Art Museum, le Smithsonian National Museum of African American History and Culture de Washington, The West Collection de Philadelphie ou encore la Collection Société Générale. Fahamu Pecou est Docteur diplômé de l'Institute of Liberal Arts, Emory University d'Atlanta.

Une signature de la monographie sera organisée pendant le vernissage, le jeudi 9 novembre, à Backslash.

La rétrospective à la Collection Société Générale est visible jusqu'au 25 novembre sur réservation sur le site : http://collectionsocietegenerale.com/fr/visiter_la_collection/fahamu_pecou/

Vernissage de Fahamu Pecou "BLACK MAGIC"
Line of Sight, 2017. Acrylique sur toile / Acrylic on canvas. 152 x 122 cm / 60 x 48 in.


[15:00] Preview VIP fotofever paris 2017
Location:
Carrousel du Louvre
99, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Mail : communication@parisexpo.fr
Internet Site : www.carrouseldulouvre.fr
Description:
du 10 au 12 novembre

Jeudi 9 novembre 2017
Preview presse / VIP à partir de 15h

Vendredi 10 et samedi 11 novembre 2017
ouverture de 11h à 20h

Dimanche 12 novembre 2017
ouverture de 11h à 18h

tarifs
Billet seul : 15€
Billet + catalogue : 30€
Billet famille : 40€

La 6e édition de fotofever paris aura lieu du 10 au 12 novembre 2017 au Carrousel du Louvre et qui réunira 80 galeries françaises et internationales et 150 artistes émergents.

L'édition 2016 a confirmé la place de fotofever en tant que première foire d'art dédiée aux jeunes collectionneurs.

fotofever poursuit en 2017 sa vocation pédagogique en facilitant l'accès à la diversité de la photographie contemporaine, tournée vers les collectionneurs, qu'ils débutent ou qu'ils soient confirmés.

L'appartement du collectionneur s'agrandit cette année sur 200 mètres carrés et sera scénographié par Elizabeth Leriche, en partenariat avec ROCHE BOBOIS.

Preview VIP fotofever paris 2017



[16:00-21:00] Vernissage de John Batho "COULEUR BITUME"
Location:
Galerie Nicolas Silin
13, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 77 76 14
Mobile : +33 (0)6 74 41 14 34
Mail : ns@galeriesilin.com
Internet Site : www.galeriesilin.com
Description:
09.11.2017 - 23.12.2017
Vernissage : 09.11.2017 16h - 21h

« Anonymes, les peintres ont appliqué sur le sol goudronné
des peintures opaques, blanches, jaunes, bleues parfois.
Codé pour les usages et utilités, ce marquage environnant,
répandu sur les routes, le long des rues, sur les places,
j'ai choisi d'en ignorer les injonctions, de le considérer
autrement. En le détachant de ses fonctions, je lui accorde
une autre attention, celle de le voir pour ce qu'il est : de la
peinture sur bitume. Il me plaît d'en retenir la présence,
d'en articuler les effets. »
John Batho

Vernissage de John Batho "COULEUR BITUME"




[17:00-21:00] Vernissage de Nicolas Boulard "The Quiet Man"
Location:
Galerie Eva Meyer
11, rue Michel Le Comte
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 46 33 04 38
Mail : contact@galerieevameyer.com
Internet Site : www.galerieevameyer.com
Description:
09.11.2017 - 06.01.2018

À première vue, les œuvres de Nicolas Boulard s'inscrivent dans un héritage spécifique, celui de l'art minimal et de l'art conceptuel. Les formes sont géométriques, des cercles, des sphères, des polyèdres. L'artiste accorde une importance au vide, à l'espace, au temps et à la géométrie. Pourtant, en s'approchant de plus près, le regardeur perçoit d'autres informations, qui elles, sont issues du Vivant, du monde sensible. De la terre, du fromage, de l'eau, du vin sont combinés aux formes strictement géométriques. Nicolas Boulard procède à des prélèvements dans différents paysages pour opérer à des rencontres improbables. L'ensemble de sa démarche fonctionne ainsi, par la rencontre, l'assemblage des antipodes. Les œuvres traduisent alors une synthèse, une collision entre l'art minimal, l'art conceptuel, l'appropriationnisme, le land art, Dada, Fluxus et le surréalisme. De Donald Judd à Hamish Fulton, en passant par Jean Arp, Richard Long, Dan Flavin, Constantin Brancusi ou encore Joseph Kosuth, il s'empare des formes et des protocoles pour leur donner de nouvelles traductions.
[...]
Julien Crenn, 2017

Vernissage de Nicolas Boulard "The Quiet Man"
Nicolas Boulard, Antipodes, 2016





[18:00-22:00] Inauguration des Puces du Design
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.viparis.com/viparisFront/do/centre/paris-expo-porte-de-versailles/Accueil
Description:
Inauguration des Puces du Design

[18:00-21:00] Shopping Night Levi's® x GQ
Location:
Avenue des Champs-Elysées
Avenue des Champs-Elysées
75008 Paris
M° Charles de Gaulle - Etoile, George V, Franklin D. Roosevelt, Champs-Elysées
France
Description:
Levi's® Store des Champs-Elysées
76 Avenue des Champs-Élysées
75008 Paris

Messieurs, vous avez du mal à trouver la bonne coupe de jeans ?
Rendez-vous le 9 novembre de 18h à 21h dans notre Levi's® Store des Champs-Elysées, nos équipes et la rédaction de GQ s'associent pour vous conseiller sur votre "fit" idéal.

Au programme de la soirée : - 30% sur l'ensemble de la boutique, cocktail et DJ.

Inscriptions par ici :
>> RSVP

#LiveInLevis

[18:00-21:00] Vernissage d'Etnik "the Beauty of Brutalism"
Location:
GCA Gallery
2, place Farhat Hached
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Mobile : +33 (0)6 09 07 75 99
Mail : info@gcagallery.fr
Internet Site : www.gcagallery.fr
Description:
Du 9 novembre au 9 décembre
Du mardi au samedi de 11h30 à 18h30

La GCA Gallery vous invite au vernissage de l'exposition personnelle d'Etnik, "the BEAUTY of BRUTALISM".

BRUTALISME
Le terme "BRUTALISME" est né en 1954 au Royaume-Uni (Brutalism) et est inspiré du béton brut de Le Corbusier, qui caractérise l'Unité d'Habitation de Marseille (1950), et notamment par une citation de 1923: « L'architecture, c'est, avec des matières brutes, établir des rapports émouvants ».
Ce style architectural, avec sa répétition d'éléments utilitaires sans décors, devient un symbole qui présent dans tous les paysages métropolitains agressifs et qui représente toutes les villes dans notre imaginaire urbain occidental.
Ainsi, le concept de l'exposition «La beauté du brutalisme» est de peindre une série de 10 œuvres abstraites traitant du dualisme entre les masses de ciment et une explosion de la NATURE, capable de recouvrer son territoire.
Nous voyons dans cette exposition toute la maîtrise d'Etnik combinant des formes géométriques avec des éléments naturels entrelacés et travaillant sur des supports industriels comme le métal et le bois.
Les villes abstraites et les éléments naturels immatériels semblent flotter dans leur propre univers clos ; en ajoutant à cette exposition l'inclusion de mots dans le cadre de la composition. Comme d'habitude, Etnik nous fait voyager dans un monde qui lui est propre, un monde où la nature surmonte les villes, un monde décoratif où tout est encore possible, où la nature reprendra le dessus sur la ville.

A PROPOS D'ETNIK
Etnik vit et travaille à Turin (Italie). Actif depuis le début des années 90 sur la scène de l'écriture, Etnik a cherché de nouvelles façons de pousser les limites du graffiti classique à un niveau supérieur de peinture; Il a peint des fresques monumentales dans le monde entier et organise des événements pour relier les meilleurs artistes européens.
À partir de 2001, sa façon de peindre évolue vers des formes géométriques et architecturales, travaillant encore sur le lettrage en y intégrant des paysages urbains.
Cette façon de représenter et critiquer la ville, de peindre les volumes urbains en tant que compositions abstraites, synthétise la manière dont Etnik travaille sur différents médias, aussi bien en atelier, que sur façade, ou dans ses sculptures et installations.
Etnik est représenté par plusieurs galeries internationales et son travail a été à de nombreuses reprises publié dans des livres et magazines.

Vernissage d'ETNIK "the Beauty of Brutalism"

[18:00-21:30] Vernissage de Case Maclaim "Everyday Robot"
Location:
Galerie Mathgoth
34, rue Hélène Brion
75013 Paris
M° Bibliothèque François Mitterrand
France
Mobile : +33 (0)6 63 01 41 50
Mail : galerie@mathgoth.com
Internet Site : www.mathgoth.com
Description:
Du 9 novembre au 2 décembre 2017
Du mercredi au samedi de 14 à 19 heures
Vernissage en présence de l'artiste le jeudi 9 novembre à partir de 18h

Case, de son vrai nom Andres Von Chrzanowski, est né en Allemagne en 1979 et débute sa carrière de graffeur en 1995. Dès 1999, il fonde un crew avec Akut (du tandem HERAKUT) et Rusk, qui deviendra MACLAIM avec l'adjonction du peintre urbain Tasso. Les MACLAIM sont réputés depuis plus de vingt ans pour être les pionniers du style photo-réaliste appliqué à la rue, avec des créations visuelles parfois teintées de surréalisme. Après avoir été début septembre l'invité du mur d'Oberkampf à Paris, Case expose du 9 novembre au 2 décembre pour la première fois en France à la Galerie Mathgoth avec « Everyday Robot ».
Titulaire d'un diplôme de restaurateur et conservateur d'art, la particularité de Case réside dans ses compositions très techniques superposant des mains humaines, qu'il réalise depuis quelques années en grand format à la bombe aérosol sur les murs du monde entier. Les mains constituent l'un des sujets les plus anciens en matière de peinture si l'on considère notamment les pochoirs rupestres du Paléolithique retrouvés dans des grottes. Organes de la préhension, elles disposent d'une vaste palette de fonctions chez l'homme. En art, elles sont souvent le vecteur d'échanges non verbaux qui font partie intégrante du langage. Reprenant cet élément assez récurrent dans les affiches de propagande politique, Case se le réapproprie dans la sphère du street art en tant que symbole de pouvoir et d'unité. La position des doigts et la gestuelle relaient toute l'expressivité de la peinture pour faire passer un message, une émotion ou une idée. En V, en poing, en forme de lettre, chez Case le code pictural passe par un alphabet graphique qui se substitue presque au lettrage traditionnel du graffiti et à la propagation du blaze comme signature. Ce sont donc les mains qui signent, au propre comme au figuré. Dans un monde ultra digitalisé, il y a évidemment du sens à dessiner des doigts sur les pignons des façades en vis à vis des écrans tactiles.
Dans cette exposition de toiles les mains, si elles ne sont pas l'unique objet des portraits, constituent là encore un point de focus, au détriment des visages esquissés en retrait, sombres ou floutés.
Qu'elles se trouvent au premier plan ou occupent une partie conséquente de la toile, Case projette sur elles la lumière un peu à la façon du Caravage. Elles semblent ici faire office de rempart, de protection face au monde extérieur. Le titre Everyday Robot suggère l'aliénation de l'homme à une routine qui le déshumanise. Les toiles de l'artiste s'emploient à traduire cette « mécanique monotone », selon ses propres termes, mettant en exergue les mutations humaines, présentes comme futures. Ainsi la main, possible extension de la pensée via l'écriture ou la création, se trouve elle-même prolongée par des outils technologiques de plus en plus aliénants et addictifs : smartphones, tablettes et autres objets connectés sont autant d'exemples d'instruments de communication devenus aussi indispensables aux sociétés modernes et robotisées que la bombe et le pinceau pour Case. Si ce dernier avoue éprouver de l'admiration pour son épouse, qu'il nomme sa « muse », il s'inspire directement de sa propre vie, de ses expériences, des rencontres et des conversations qu'il a au cours de ses voyages. Il n'y a donc rien de virtuel ni de passéiste dans son approche, et en cela l'artiste reste fidèle à sa technique : n'est-ce- pas en s'inspirant directement du monde tangible environnant que l'on peut atteindre un tel niveau de réalisme et d'authenticité ?

Vernissage de Case Maclaim "Everyday Robot"

[18:00-22:00] Vernissage de Dast "Attente"
Location:
Espace Linda Farrell
31, rue de Longchamp
75116 Paris
M° Iéna, Boissière, Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 43 06 10 12
Mobile : +33 (0)6 72 66 38 45
Mail : mask22@bbox.fr
Description:
DU 7 novembre au 3 décembre

Vernissage de Dast "Attente"

[18:00-21:00] Vernissage de Guillaume Défins
Location:
Galerie Beauté Du Matin Calme
54, avenue de la Motte-Picquet
Village Suisse
Place de Lugano
75015 Paris
M° La Motte-Picquet - Grenelle
France
Phone : +33 (0)9 80 78 99 16
Mobile : +33 (0)6 77 81 27 11
Mail : contact@bdmc.fr
Internet Site : www.bdmc.fr
Description:
"Ma peinture est comme une histoire, elle évolue. Je ne conçois pas de m'arrêter à un style que je pourrais exploiter. Chaque nouveau tableau est différent des précédents."

La galerie Beauté du Matin calme a le plaisir de vous convier au vernissage de l'exposition solo de Guillaume DÉFINS qui aura lieu le 9 novembre, à partir de 18h, en présence de l'artiste. L'événement se tiendra au lieu d'exposition habituel, 9 Rue Alasseur, Place de Lugano.

Guillaume Défins esquisse un univers à cheval entre le figuratif et l'abstrait, en expérimentant différentes techniques et combinant divers matériaux tels que; le papier, le carton, ou encore l'aluminium.Une peinture de la matière et du geste, qui nous transporte dans un univers intimiste et évolutif.

Vernissage de Guillaume Défins

[18:00-21:30] Vernissage de Julien Calot "On the road" et Caroline Veith "Incognito"
Location:
Galerie Claire Corcia
323, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Réaumur - Sebastopol, Strasbourg - Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)9 52 06 65 88
Mobile : +33 (0)6 62 84 03 74
Mail : contact@galeriecorcia.com
Internet Site : www.galeriecorcia.com
Description:
Vernissage de Julien Calot "On the road" et Caroline Veith "Incognito"

[18:00-22:00] Vernissage de Marcel Hartmann "Sessions BB"
Location:
Galerie Cinema - Anne-Dominique Toussaint
26, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 40 27 09 22
Mail : contact@galeriecinema.com
Internet Site : www.galerie-cinema.com
Description:
en présence de Benjamin Biolay, Léa Seydoux, Chiara Mastroianni

Vernissage de Marcel Hartmann "Sessions BB - Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann"
Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann

Du 10 novembre 2017 au 13 janvier 2018

Sessions BB
Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann

Le photographe Marcel Hartmann a suivi le chanteur crooner Benjamin Biolay lors de ses deux dernières aventures musicales, Palermo Hollywood et Volver, et nous en livre un condensé photographique dans une expo événement à découvrir à partir du 10 novembre 2017 jusqu'au 13 janvier 2018 à la galerie Cinéma à Paris.

Après les dessins érotico-esthétiques de Romain Duris, la galerie Cinéma à Paris accueille un artiste d'un tout autre registre en la personne de Marcel Hartmann. Ce nom ne vous dit peut-être rien mais il est l'un des photographes les courus du cinéma français et international. Lui qui a immortalisé les plus grandes stars du 7ème Art, de Steven Spielberg à Jean Dujardin en passant par Monica Bellucci, Ryan Gosling ou Charlize Theron (la liste est longue), a choisi de braquer son objectif sur l'auteur-compositeur et interprète Benjamin Biolay dans le cadre de la sortie de ses albums Palermo Hollywood et Volver.

Vernissage de Marcel Hartmann "Sessions BB - Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann"
Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann

Le chanteur dandy français s'est ainsi laissé capter par Marcel Hartmann au cours de ces deux aventures musicales, qui entrent en résonance entre elles et nous transportent de Buenos Aires à Rome. Il en ressort un road trip photographique qui porte un autre regard sur celui qui a remporté sa quatrième Victoire de la Musique en février dernier pour son album à l'essence argentine, Palermo Hollyhood.

Vernissage de Marcel Hartmann "Sessions BB - Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann"
Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann

L'ancien assistant de Richard Avedon, Irving Penn ou Peter Lindbergh nous offre ainsi une plongée dans l'univers de Benjamin Biolay, du studio à la scène en passant par les backstages, à travers une série de clichés et de vidéos inédites réunis au sein de cette expo sobrement baptisée Sessions BB.

Vernissage de Marcel Hartmann "Sessions BB - Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann"
Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann

Connaissez-vous le point commun entre le brillant auteur-compositeur-interprète Benjamin Biolay et le talentueux photographe Marcel Hartmann ? Une très longue amitié de deux ans cumulés dont un livre magnifique est né. En 2016, Benjamin Biolay sortait Palermo Hollywood et en 2017 il nous offrait Volver. Une année les sépare et voilà qu'ils sont réunis puisque le photographe et ami a suivi ce génie pour nous livrer son processus créatif. Le résultat est une première fois pour les deux compères. Un premier livre qu'ils co-signent aux éditions Antoine de Beaupré. Comme Palermo Hollywood et Volver sont deux albums complémentaires racontant une rencontre avec l'Argentine, ce livre et le fruit d'une complicité à l'épreuve des tournées et autres soirées éprouvées dans l'univers de Benjamin Biolay. La parution de ce très beau livre sera suivie d'une exposition photos organisée à la Galerie Cinéma à partir du 10 novembre 2017. L'événement, baptisé Sessions BB, courra jusqu'au 13 janvier. Bref, une oeuvre incontournable.

Benjamin Biolay Par Marcel Hartmann - Palermo Hollywood Volver, aux éditions Antoine de Beaupré, parution le 16 novembre 2017, 39,90 €. Édition limitée comprenant 3 titres exclusifs de Benjamin Biolay et un tirage signé de Marcel Hartmann, à paraître le 1er décembre 2017, 240 €.

Vernissage de Marcel Hartmann "Sessions BB - Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann"
Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann

Vernissage de Marcel Hartmann "Sessions BB - Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann"
Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann

Vernissage de Marcel Hartmann "Sessions BB"
Benjamin Biolay vu par Marcel Hartmann

[18:00-21:00] Vernissage de Pascal Vicollet "Récidives"
Location:
Galerie Joseph Turenne
113&116, rue de Turenne
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 71 20 22
Fax : +33 (0)1 42 71 00 11
Mail : contact@galeriejoseph.com
Internet Site : www.galeriejoseph.com
Description:
Du 10 au 15 novembre

Présentées par Guido Romero Pierini à l'occasion d'une exposition intitulée Récidives à la Galerie Joseph Turenne, les peintures de Pascal Vilcollet ne manquent pas d'étonner par le travail de figuration comme par l'utilisation de références majeures de l'histoire de l'art. Les enjeux et les implications qu'elles soulèvent les inscrivent pourtant dans une logique éminemment contemporaine. En proposant un parcours chronologique restituant quatre années de labeur, il s'agit de mettre en avant une œuvre qui se nourrit des maîtres du passé pour mieux s'en détacher, partant du principe qu'il n'est d'acte de création ex nihilo, c'est-à-dire qu'il n'est d'art qui ne soit une récidive.

Vernissage de Pascal Vicollet "Récidives"

[18:00-21:00] Vernissage de Philippe Hérard
Location:
Joël Knafo Art Gallery
21&24, rue Véron
75018 Paris
M° Abbesses, Pigalle
France
Mobile : +33 (0)7 81 61 21 57
Mail : galerie@joelknafo-art.com
Internet Site : www.joelknafo-art.com
Description:
Du 9 novembre au 2 décembre 2017
Vernissage jeudi 9 novembre à partir de 18h00 en présence de l'artiste

Après une première exposition personnelle en 2015, les galeries Joël Knafo Art accueillent le peintre Philippe Hérard du 9 novembre au 2 décembre 2017.
Pour cet événement, l'artiste met en scène une proposition dans laquelle sa peinture, empreinte de poésie, tutoie celle de grands maîtres.

Sans renoncer à son univers intime, paradoxal et parfois absurde, le poète des rues développe des saynètes sublimées par la force des détails et une exceptionnelle exécution.

Libéré de ses célèbres «hommes bouées», parfois encore convoqués en clin d'œil, Philippe Hérard présente de multiples supports, tôles, bois, cartons, toiles, qui à l'instar de son travail de rue cherchent à révéler l'histoire inscrite dans la matière.

Ses œuvres, dont le trait commun serait aussi l'économie de peinture, témoignent de la volonté de l'artiste de faire corps avec le support pour dévoiler son potentiel esthétique et narratif.

La rue Véron retrouve Philippe Hérard !

Pour accompagner son exposition personnelle, Philippe Hérard peindra un mur à l'angle de la rue Lepic et de la rue Véron. Celui-ci sera complété par des collages réalisés dans Montmartre à la discrétion de l'artiste.

Le film de l'installation faite par Philippe Hérard à la Réserve de Malakoff, réalisé par Girvinie Charmesseau (Virginie Marchesseau), sera diffusé dans un espace spécialement aménagé dans la galerie du 21 rue Véron.

Vernissage de Philippe Hérard

[18:00-21:00] Vernissage de RETRO "Ortopark / Retropolis"
Location:
Le cabinet d'amateur
12, rue de la Forge Royale
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Faidherbe - Chaligny, Charonne
France
Phone : +33 (0)1 43 48 14 06
Mail : contact@lecabinetdamateur.com
Internet Site : www.lecabinetdamateur.com
Description:
Vernissage le jeudi 9 novembre 2017 à partir de 18 heures
Exposition du jeudi 9 au dimanche 19 novembre 2017

Writer parisien de 1991 à 1996, TOONS délaisse progressivement la rue pour l'atelier avant de revenir en 2012 sous le nom de RETRO GRAFFITISM. Nouveau nom, nouveau millénaire, nouvelle approche : il imagine alors, dans un univers rétro-futuriste proche du Steampunk, un graffiti transposé à différentes époques. Du Japon féodal à l'Egypte antique en passant par la Russie des années 20, RETRO joue avec les codes, les styles et les traditions. Il invente ainsi Retropolis, une ville imaginaire au carrefour de grands courants graphiques, dans laquelle il décline précisément différents quartiers. L'un d'eux, Ortopark, raconte la vie d'une famille de forains Russes installés en bord de mer, où l'imagination de l'artiste autorise les expérimentations graphiques les plus folles. Autodidacte et touche-à- tout, Retro illustre son univers par la peinture comme par le dessin, la sculpture ou l'installation, avec une prédilection particulière pour le travail du bois. Exposé chez Agnès b. en 2014, Retro poursuit conjointement un travail d'atelier qu'il présente dans différentes galeries tout en gardant un pied dans la rue, indispensable territoire d'échange et de liberté.

Nicolas Gzeley

Vernissage de RETRO "Ortopark / Retropolis"

[18:00-21:00] Vernissage de Ruta Jusionyte
Location:
Galerie Claudine Legrand
49, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Odéon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 43 25 96 60
Fax : +33 (0)1 43 25 96 60
Mail : gal.clegrand@wanadoo.fr
Internet Site : www.galerielegrand.com
Description:
du 7 au 30 novembre

Vernissage de Ruta Jusionyte
La septième vie de la femme - 175 x 145 cm

[18:00-20:30] Vernissage de Seb Janiak "Kingdom"
Location:
Galerie Pièce Unique
4, rue Jacques Callot
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 54 58
Fax : +33 (0)1 46 34 03 98
Mail : info@galeriepieceunique.com
Internet Site : www.galeriepieceunique.com
Description:
Vernissage de Seb Janiak "Kingdom"

[18:00-22:00] Vernissage de Seth "Between Walls"
Location:
Galerie Itinerrance
24 bis, boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 53 79 16 62
Mail : contact@itinerrance.fr
Internet Site : www.itinerrance.fr
Description:
Du 9 novembre au 9 décembre 2017
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 19h

Vernissage jeudi 9 novembre de 18h à 22h, en partenariat avec Lillet

Pour sa deuxième exposition personnelle à la Galerie Itinerrance, Seth a décidé d'investir tout l'espace d'exposition avec près d'une trentaine de nouvelles oeuvres : installation, peintures et sculptures !

Le vernissage de l'exposition aura lieu le 9 novembre 2017, en présence de l'artiste, à partir de 18h à la Galerie Itinerrance.

« Between Walls », entre les murs en français, questionne le rapport que l'artiste globe-trotter entretient avec l'espace qui l'entoure. Fort de ses nombreux voyages à travers le monde, il est toujours très attentif à l'environnement dans lequel il se trouve. Les fresques de Seth s'insèrent avec finesse dans leur contexte, tantôt en y reproduisant la population locale, tantôt en jouant sur les éléments architecturaux qui s'offrent à lui.

D'un mur à l'autre, de pays en pays, l'oeuvre de Seth s'enrichit progressivement. Les murs de la galerie représentent donc pour lui un nouveau terrain de jeu sur lequel il peut mettre à profit les expérimentations qu'il a pu faire dans les rues du monde entier. Cette fois-ci en intérieur, ces murs lui permettent d'explorer des sujets plus universels.

Sans tomber dans la nostalgie, Seth poursuit sa réflexion sur le thème de l'enfance. Ses personnages s'échappent du réel et s'engouffrent dans un monde intérieur, souvent symbolisé par un vortex arc-en-ciel. En ravivant chez l'adulte son regard d'enfant, l'artiste lui permet de s'évader et de retrouver l'imaginaire qu'il a pu connaître dans sa jeunesse.

En plus des 25 toiles préparées exclusivement pour cet évènement, Seth présentera pour la première fois une série de sculptures ! Ces sculptures sont l'aboutissement d'un an de travail pour l'artiste. Elles lui permettent de retranscrire en volume l'univers qu'il déploie depuis quelques années sur mur et sur toile. Ce nouveau médium est aussi une manière supplémentaire pour Seth d'inviter ses spectateurs à pénétrer dans son univers et à se plonger dans un imaginaire poétique.

Vernissage de Seth "Between Walls"

[18:00-22:00] Vernissage de Yang Seung Woo "Shinjuku Lost Child"
Location:
in )( between gallery
39, rue Chapon
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers, Réaumur - Sébastopol, Etienne Marcel
France
Phone : +33 (0)9 67 45 58 38
Mobile : +33 (0)6 86 42 88 81
Mail : info@inbetweengallery.com
Internet Site : www.inbetweengallery.com
Description:
in)(between record vol 32
Yang SEUNG-WOO - 梁丞佑
Shinjuku Lost Child - 新宿迷子

Exposition du 9 novembre au 22 décembre 2017
Vernissage le jeudi 9 novembre de 18h00 à 22h00 en présence de l'artiste

Vainqueur 2017 du prix Ken Domon, l'une des récompenses les plus prestigieuses en matière de photographie au Japon, Yang Seung Woo s'impose aujourd'hui comme une figure incontournable de la scène photographique japonaise.

in)(between gallery montre pour la première fois la série "Shinjuku Lost Child" de Yang Seung Woo, lauréate du prix 2017 Ken Domon.

Les night shots (tirages nocturnes) Yang Seung Woo réalisés à Shinjuku, pris au gré de ses pérégrinations, saisissent la violence et les déviances d'une société tokyoïte noctambule. Trafiquants de drogues, prostituées, travestis, enfants des rues, vagabonds ou sans-abris défilent sous son objectif. Yang Seung Woo enregistre de façon abrupte et furtive la vie de ces personnalités hors normes. Le photographe capture ses images en immersion totale. Il vit pendant deux mois avec des travestis qu'il accompagne aux bains ou dans les rues. Son écriture documentaire fait montre d'un souci esthétique et humaniste. La galerie in)(between est fière de montrer pour la première fois en Europe cette série qui a été exposée dans le cadre du prix Ken Domon au salon Nikon à Tokyo et Osaka avant d'entrer dans les collections permanentes du Ken Domon Museum of Photography à Yamagata.

Vernissage de Yang Seung Woo "Shinjuku Lost Child"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Jeune"
Location:
La Galerie du C.R.O.U.S. de Paris
11, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 10 99
Fax : +33 (0)1 43 54 10 99
Mail : galerie@crous-paris.fr
Internet Site : www.crous-paris.fr/article.asp?idcat=AABD
Description:
JEUNE
un projet d'exposition proposé par Pauline Hisbacq & Rebekka Deubner dans le cadre de Photo Saint-Germain.

EXPOSITION // du 7 au 18 novembre 2017
VERNISSAGE // jeudi 9 novembre de 18h à 21h

L'exposition Jeune présente huit photographes qui posent chacun un regard singulier sur la jeunesse, en interrogent les contours, les images, la nature.

Nicolas Cabos suit les évolutions d'un jeune athlète, Sony, déjà champion de France à la sortie de l'enfance. Joseph Charroy photographie une fête foraine qui s'installe tous les ans à la fin de l'été à huy, petite commune belge. Martine Dawson évite de rattacher la jeunesse à une période particulière de la vie et s'intéresse plutôt à une intensité des émotions. On y explore le rapport au temps par le filtre du corps, un temps non linéaire. Rebekka Deubner livre une collection d'images issue d'une pratique au quotidien, focalisée sur le jeune corps comme signe inconscient du désir. Bérangère Fromont transcrit en images les tribulations nocturnes d'un groupe d'adolescents, entre fantômes et terrains de jeux, dans un village letton durant l'été 2015. Pauline Hisbacq évoque le chagrin d'amour et les désirs renaissants. Melchior Tersen photographie sa chambre et les fétiches accumulés depuis son enfance. Camille Vivier dévoile côte à côte ses nus, incarnations de la jeunesse idéale, interrogeant par le biais de la représentation des modèles nos canons de beauté.

La jeunesse y est tour à tour fragile, explosive, futile, incarnée ou symbolique, toujours expressive. Les images présentées parlent aux sens, aux souvenirs, éveillant des émotions, faisant naitre des interrogations qui restent en suspens.
L'exposition remet en perspective la nature même de l'enjeu documentaire, dans une multitude de relations au réel, en revendiquant des approches sensibles, critiques et originales, tout en flirtant avec l'imaginaire ou le symbolique.

Vernissage de l'exposition "Jeune"

[18:00-21:30] Vernissage de l'exposition/vente "André Juillard, Après la pluie"
Location:
Galerie 9e ART
4, rue Crétet
75009 Paris
M° Anvers, Pigalle
France
Phone : +33 (0)1 42 80 50 67
Fax : +33 (0)1 42 80 50 67
Mail : contact@galerie9art.com
Internet Site : www.galerie9art.com
Description:
"Après la pluie" est un polar où nous suivons Abel sur les trace de son meilleur ami d'enfance qu'il pense en danger. Nous retrouvons dans cette histoire toute l'intelligence d'André Juillard et son dessin fin en couleur directe. Les originaux de ce volume publié en 1998 seront exposés à la galerie du 10 au 25 novembre 2017. Des crayonnées accompagnerons l'exposition.

Le vernissage se déroulera le jeudi 9 novembre 2017 à partir de 18h et en présence de l'auteur.

Vernissage de l'exposition/vente "André Juillard, Après la pluie"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Sunday Scaries"
Location:
22,48 m²
30, rue des Envierges
75020 Paris
M° Jourdain, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)9 81 72 26 37
Mail : contact@2248m2.org
Internet Site : www.2248m2.org
Description:
Nils Alix-Tabeling, Alain Garcia Vergara,
Juliette Goiffon & Charles Beauté,
Rachel Maclean, Nicolas Momein,
Raphaël Moreira Gonçalves,
Jennifer May Reiland, Pierre-Guilhem

09/11/2017 - 22/12/2017
Vernissage jeudi 09/11/2017, 18h

une proposition du Syndicat Magnifique

Après une longue semaine de travail suivie d'un samedi soir-exutoire, le dimanche devient le temps ritualisé d'une molle remise en question existentielle. Traîner toute la journée au lit, regretter ses décisions passées, penser avec frayeur à un avenir peu sûr depuis un présent précaire. Les Sunday scaries désignent, dans le registre familier, cet état émotionnel passager et troublant lié à un éloignement momentané - mental et/ou physique - de la routine quotidienne pendant le week-end. L'anxiété et l'appréhension causées par la réintroduction au monde et à ses exigences - productivité, responsabilité politique, sociale et affective - traversent les oeuvres réunies dans l'exposition.
Rester enfermé.e chez soi, se dédier dans la torpeur à des activités solitaires amène un singulier contentement de l'ordre de l'apitoiement nombriliste. Cette douceur paradoxale est néanmoins compromise, tant par la conscience de la fin imminente de cet exil volontaire que par le sentiment de culpabilité de déroger à l'injonction de bien-être et d'accomplissement de soi qui se faufilent dans le cocon domestique. Dans une société qui encense l'agir et la sociabilité, le repli passif sur soi oscille entre malaise et jouissance.
L'envie de rester à distance du monde encore quelques heures est minée par la tentation habitudinaire de se jeter sur son téléphone ou son ordinateur, interfaces par lesquelles les réalités extérieures assiègent l'espace privé. Devant de récents développements politiques, liés à l'ascension déjà ancienne de mouvements conservateurs et isolationnistes, le risque (la tentation ?) de rester hébété.es est grand.
C'est ce sentiment paralysant d'incertitude, d'illégitimité, cette effrayante mélancolie que Sunday Scaries souhaite évoquer.

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "le paradoxe du cartel"
Location:
Galerie Valérie Delaunay
22, rue du Cloître Saint-Merri
75004 Paris
M° Châtelet, Hôtel de Ville
France
Mobile : +33 (0)6 63 79 93 34
Mail : contact@valeriedelaunay.com
Internet Site : www.valeriedelaunay.com
Description:
Valérie Delaunay a invité la commissaire Isabelle de Maison Rouge
à imaginer la dernière exposition de l'année 2017.

Elles sont heureuses de vous convier au vernissage de l'exposition

le paradoxe du cartel
commissariat Isabelle de Maison Rouge

le jeudi 9 novembre de 18h à 21h

avec
ACTIONS ANONYMES S.A. - Julien BENEYTON - Corine BORGNET - Katia BOURDAREL - Jérôme CAVALIERE - Philippe CAZAL - Sylvain CIAVALDINI - Arnaud COHEN - Jean DAVIOT - Damien DION - Yann DUMOGET - ERNEST T - Thierry FOURNIER - Bérengère HENIN - Daphné LALONDE - Luc LAPRAYE - Eric LETOURNEAU - Isabelle LEVENEZ - Popy-Loly de MONTEYSSON - Simon NICAISE - Anthony peskine - Pierre PETIT - Hubert RENARD - Pascaline REY - Stéphanie ROLLIN & David BROGNON - Benjamin SABATIER - Jeanne SUSPLUGAS - Agnès THURNAUER - Tatiana WOLSKA - Dana WYSE

Toute œuvre exposée dans une institution est identifiée par ce que les musées d'art nomment communément un « cartel » affiché auprès de l'œuvre.

Dans le domaine des Beaux Arts, l'histoire du cartel s'inscrit dans l'histoire de la muséographie. La plaquette sur l'encadrement de l'œuvre d'art donnant des informations sur cette œuvre se résume alors à la plus petite unité non interprétative. Au XIXe siècle, moment de l'initiative de l'étiquetage des œuvres, les informations du cartel étaient intégrées au cadre du tableau (cartel indique aussi un encadrement).

Depuis, le cartel prend la forme d'une plaque ou d'une étiquette, fixée à proximité immédiate ou directement sur le cadre d'un tableau, sur le socle d'une statue ou sur un monument. La plupart du temps les informations qui s'y trouvent sont toujours concises et composent une fiche d'identité de l'œuvre en mentionnant : son auteur ou son groupe culturel d'appartenance, son intitulé ou titre, le lieu et la date de production, les matériaux et techniques de fabrication, lorsqu'il s'agit d'une œuvre présentée dans une institution muséale est indiqué également son mode d'acquisition (achat, donation, dation, fouilles archéologiques, etc.), sa date d'entrée au musée et son numéro d'inventaire. Son texte se doit d'être le plus scientifique possible.

Le cartel fait donc partie du dispositif d'accompagnement de l'exposition, il est le premier support sur lequel le visiteur à la recherche d'une information sur une œuvre peut s'appuyer. La petite taille de l'étiquette s'explique avant tout par le souhait de ne pas nuire à l'œuvre et ne pas encombrer le champ visuel du spectateur. Néanmoins, la tendance est aujourd'hui d'en agrandir le format et les caractères afin de donner davantage de place à la pédagogie qui entoure l'œuvre.

Vecteur de sens, chargé de rendre intelligibles et cohérents le parcours et le regard posés sur l'objet exposé, le cartel peut aussi endosser une fonction symbolique, proférant un discours latent qui se situe au-delà de sa simple mission d'étiquetage, de signalisation et d'explication. Il peut prendre une part active à l'édification des musées, ou des lieux d'expositions qui l'utilisent. Que les cartels offrent une apparence de neutralité ou qu'ils revendiquent au contraire tacitement leur statut «militant», ils sont pensés comme l'un des éléments clés de la médiation. Leur présence (ou absence) n'en souligne-t-elle pas la dichotomie présente : la connotation et la dénotation, le signifiant et le signifié, le contenant et son contenu, l'implicite et l'explicite du discours? En effet, ces étiquettes sont en règle générale «normalisées» quant à la forme, au format, à la matière dont elles sont composées (support en métal ou en plastique...), à la typographie qu'elles adoptent, à la position qui leur est donnée, par rapport à l'objet et vis-à-vis du regard du visiteur. Et ce caractère homogène autant que détaché concerne aussi le style de rédaction qui doit respecter le principe de scription (celui qui écrit est contraint de se plier aux normes d'écriture imposées et fixées par un contexte historique, scientifique ou politique). Pour divulguer son savoir via le texte de l'étiquette, le scripteur doit résumer (la connaissance) et traduire (le jargon de spécialité) en fonction des contraintes imposées par la situation de communication spécifique à l'écrit dans l'exposition (prendre peu de place, être très parlant, ne pas gêner l'esthétique d'une scénographie...). Les cartels peuvent alors devenir étonnamment bavards. Et pourtant, entourer l'œuvre d'une batterie de commentaires, c'est prendre le risque de la masquer et de voir l'œuvre s'effacer au profit de l'artiste et de tous les discours périphériques, ceux-ci - à leur tour - parlant plus fort que l'artiste et que l'œuvre.

Si selon différentes études réalisées par des musées un visiteur stationne en moyenne entre 13 et 30 secondes devant une œuvre d'art dont pas moins de 11 secondes devant son cartel... l'exposition « le paradoxe du cartel » permet alors de soulever l'ambigüité portée sur la définition du cartel ainsi que certaines problématiques entourant la médiation de l'art contemporain. Les contours de l'art deviennent parfois plus intéressants que l'art même. Ainsi le cartel ici fait œuvre... Toutefois si le cartel devient œuvre, que devient l'œuvre ?

Isabelle de Maison Rouge
Commissaire d'exposition indépendante

Exposition du 9 novembre au 23 décembre 2017
Vernissage le jeudi 9 novembre de 18h à 21h

Vernissage de l'exposition collective "le paradoxe du cartel"
Luc Lapraye, Cartel & Cartel, 2017, impression numérique sur Plexiglas, 21 x 60 cm

[18:00-22:00] Vernissage de la 2ème édition de la foire AKAA
Location:
Carreau du Temple
3, rue Dupetit-Thouars
4, rue Eugène Spuller
75003 Paris
M° Temple, Filles du Calvaire, République
France
Mail : info@lecarreaudutemple.eu
Internet Site : www.carreaudutemple.eu
Description:
AKAA
ALSO KNOWN AS AFRICA
Foire internationale d'Art contemporain et de Design centrée sur l'Afrique

10-12 novembre 2017

Jeudi 9 novembre :
14h accueil presse
15h après-midi professionnelle
18h - 22h - vernissage sur invitation
Vendredi 10 novembre : 11h - 20h
Samedi 11 novembre : 11h - 20h
Dimanche 12 novembre : 11h - 18h

Tarifs
Plein tarif : 16€
Demi tarif : 8€
Gratuit : - de 12 ans

Dépasser les ordres sociaux, vivre au-delà des frontières, sortir du familier... Préférer des chemins horizontaux plutôt que verticaux, ceux qui réservent des surprises, des découvertes, des rencontres improbables...

Il existe un monde en migration et en constante mutation. Ce monde à partager c'est celui qui nous porte vers l'aventure, le projet inéluctable qu'est AKAA.

AKAA est à l'image d'une Afrique aux multiples facettes, qui transcende les frontières historiques et dont les voix résonnent aux quatre coins du monde, portées par la vision de chaque artiste.

Notre Afrique est faite de cette fluidité, complexité et perméabilité. Elle inspire et influence par sa capacité d'innovation et de création.

Dans un lieu emblématique de l'architecture parisienne, nous avons pensé et conçu un évènement où se croisent les regards de l'Afrique et du monde, pour dessiner ensemble une nouvelle carte de la scène artistique contemporaine.

AKAA est un projet collaboratif porté par des hommes et des femmes animés d'une même passion : transmettre, dialoguer et partager.

L'année dernière se sont dégagées une alchimie, une effervescence, une énergie positive propices au marché. Artistes, galeries et amoureux de l'art ont été accueillis dans une ambiance conviviale, ouverte et professionnelle.

AKAA a prouvé qu'en unissant nos forces, en rassemblant en un espace commun d'échanges les acteurs majeurs de la scène émergente de l'art contemporain d'Afrique nous pouvions faire la différence.

Nous vous donnons rendez-vous du 10 au 12 novembre 2017 dans le merveilleux écrin du Carreau du Temple pour découvrir 38 galeries et 150 artistes venus de 28 pays.

Quatre jours pour partager l'énergie de l'Afrique, prêter l'oreille à sa rumeur et découvrir sa vibration.

>> invitation pour deux personnes à imprimer

Vernissage de la 2ème édition de la foire AKAA

[18:00-21:00] Vernissage du salon A PPR OC HE 2017
Location:
Le Molière
40, rue de Richelieu
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Pyramides
France
Phone : +33 (0)1 42 61 99 40
Mobile : +33 (0)6 81 80 99 05
Mail : mathilde@lemoliere.net
Internet Site : www.lemoliere.net
Description:
14 approches contemporaines du médium photographique seront présentées pendant les 4 jours du grand rendez-vous de la Photographie à Paris. Amateurs et collectionneurs y sont invités exclusivement sur réservation, dans l'intimité d'un hôtel particulier au 40 rue de Richelieu 75001 Paris.

Du 9 au 12 Novembre 2017
Jeudi 9 novembre :
14-18h Preview Presse
18-21h Vernissage
Vendredi 10 et samedi 11 novembre :
11-14h / 19-20h
Dimanche 12 novembre : 11-15h
Entrée libre sur réservation : rsvp@approche.paris

[18:30-20:30] Vernissage de Chloe Sells "The Form that Strength has Left"
Location:
NextLevel Galerie
8, rue Charlot
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers, Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 54 90 88
Mobile : +33 (0)6 08 16 73 69
Mail : contact@nextlevelgalerie.com
Internet Site : www.nextlevelgalerie.com
Description:
9 novembre - 23 décembre 2017
Vernissage et signature le jeudi 9 novembre de 18h30 à 20h30

NextLevel est heureuse de présenter la première exposition à Paris de l'artiste américaine Chloe Sells : The Form that Strength has Left. L'exposition réunit un ensemble inédit de ses nouvelles œuvres photographiques et coïncide avec la publication de FLAMINGO sa seconde monographie dédiée à son travail.

Vernissage de Chloe Sells "The Form that Strength has Left"

Vernissage de Chloe Sells "The Form that Strength has Left"

PUBLICATION

Chloe Sells
FLAMINGO
GOST Books
English
72 pages, Full colour
Hardback, silk screen cove, Foiled title page a die cut through the whole book
6 different coloured covers
33 x 21,5 cm portrait
€45

Séances de signatures / Book signings:
*
Jeudi 9 novembre / Thursday Nov. 9,
6:30 - 8:30pm at NextLevel Galerie, Marais, Paris
*
Samedi 11 novembre / Saturday Nov. 11, 3:30pm at PARIS PHOTO, NextLevel Galerie booth C41

Vernissage de Chloe Sells "The Form that Strength has Left"

[18:30-21:00] Vernissage de Jean-Benoit Lallemant "Phophets' Time"
Location:
Galerie Municipale Julio Gonzalez
21, avenue Paul Doumer
94110 Arcueil
M° RER B Laplace
France
Phone : +33 (0)1 46 15 09 75
Fax : +33 (0)1 46 15 09 72
Mail : galerie-gonzalez@mairie-arcueil.fr
Internet Site : www.arcueil.fr/category/culture-loisirs/galerie-julio-gonzalez/
Description:
Exposition du jeudi 9 novembre au samedi 23 décembre 2017

En coproduction avec Arcadi Île-de-France, dans le cadre de Némo - Biennale internationale des arts numériques - Paris / Île-de-France.

Vernissage jeudi 9 novembre à 18h30

Parution du catalogue et rencontre et dialogue avec l'artiste et Dominique Moulon, commissaire de l'exposition, samedi 25 novembre à 14h.

Concert/Live de PLUG avec Nicolas Crosse, contrebassiste ; Eric-Maria Couturier, violoncelliste ; Victor Hanna, percussionniste, samedi 2 décembre à 18h.

Entrée libre

Jean-Benoit Lallemant est né à Melun en 1981. Il a passé son enfance au Brésil. Il vit et travaille à Paris.

Avec un ensemble d'œuvres aux formes et techniques d'une relative diversité, la pratique de Jean-Benoit Lallemant se renouvelle autour de directions bien distinctes. Son travail traite de l'influence des nouvelles technologies de la communication tout en éprouvant notre rapport physique à l'information comme à l'écran. Cette exposition monographique présente des œuvres qui problématisent ces deux thématiques tout en portant une attention accrue à ce qui marque, dans notre temps, un retour au prophétique.


Introduction de Dominique Moulon- Commissaire de l'exposition - octobre 2017

Les nouveaux prophètes, aujourd'hui, ne sont que les interprètes de paroles computationnelles. Aussi, c'est avec la précision des machines qu'ils nous annoncent des mondes meilleurs depuis la Silicon Valley. Alors que Jean-Benoit Lallemant se contente de nous donner des lectures, relativement factuelles, du monde en ce début de XXIe siècle qu'André Malraux déjà envisageait mystique. Usant inévitablement des technologies de son temps, il les additionne aux matériaux traditionnels de l'histoire d'un art intégrant les découvertes comme les innovations pour en faire parfois la critique. Au point culminant d'un affrontement entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, il en évoque les dirigeants tout en initiant de possibles réflexions que les spectatrices et spectateurs de son exposition s'approprieront. Le territoire est une des problématiques centrales de son œuvre qui se déroule au gré des évolutions sociétales dont les médias en réseau font écho. Mais il nous apparaît à la connaissance en profondeur des pièces qui jalonnent le travail de Jean-Benoit Lallemant, qu'il est aussi question de la relation du visible à l'invisible. Quand le contrôle doit faire face à la fuite et quand les initiatives se retournent d'elles-mêmes contre celles ou ceux qui les ont mises en place. Son travail plastique aux composants qui s'entremêlent inextricablement nous révèle la complexité du monde. Les données qu'il extrait de serveurs, en se les appropriant, nous permettent de le visualiser autrement et selon des points de vue résolument contemporains.

Vernissage de Jean-Benoit Lallemant "Phophets' Time"
Kim Jong Il, Reformcrime, 강성대국 Modeling, laser sintering of powder, aerographer, laminate high pressure, varnish, 150 x 150 x 170 cm. Modeling, Éric Bardi. Aerographer, Éric Chicherie-Aerowave. Veneer, Prototype Concept. Thanks, Aude Chabrol, Esprit Finition. 2015

Vernissage de Jean-Benoit Lallemant "Phophets' Time"
Fundamentalism, Roughness 2 Flax straw, 20 x 20 x 3 cm, 1272 g. Compression 180 ton (Hydraulic press). Flax straw : Jacques Galon, farmer, Val d'Izé, France. Press : Chaplain, Rennes, France. Mold : MX Mailleux Acigné, France, thanks Loïc Mailleux 2016

Vernissage de Jean-Benoit Lallemant "Phophets' Time"

[18:30-22:00] Vernissage de Rada Tzankova "Sri Rada ou le pays de"
Location:
Green Flowers Art Gallery
61, rue du Château
92100 Boulogne-Billancourt
M° Boulogne - Jean Jaurès
France
Phone : +33 (0)6 85 82 94 01
Mail : galerie@greenflowersart.fr
Internet Site : www.greenflowersart.fr
Description:
Vernissage jeudi 9 novembre de 18h30 à 22h en présence de l'artiste
Exposition jusqu'au samedi 2 décembre 2017

Cette exposition est une invitation à partager le voyage en images de Rada Tzankova au Sri Lanka.

Texte de Rada Tzankova :
Sri Rada ou le pays de

Dans la langue cingalaise Sri veut dire le pays de. Je me suis laissée emporter dans ce voyage par l'intensité de la nature, envahissante, par de nouveaux rapports de couleurs, par la présence et l'esprit des gens, par les Stupas* et les représentations de Buddha.
Ici le réel et le spirituel cohabitent d'une façon fluide.
J'ai essayé de transcrire tout cela en images, en invitant le spectateur à trouver les relations invisibles entre les personnages et la nature. Dans The end of the world, les couleurs, les lignes, les sujets et le vide, deviennent « Un », la vie et la mort, la terre, l'eau et le ciel. Le rocher qui porte ce nom au Sri Lanka était plongé dans un banc de brouillard. On aurait dit comme la fin du monde. Avec rien après.
Dans mon dessin c'est l'inverse. Cette fin est le début de la vraie vie. Comme dans La vague verte, Sigiriya, Le rocher du lion, Le bain des éléphants, Les ancêtres ...
* structure architecturale bouddhiste

A l'occasion du vernissage, l'artiste dédicacera son nouveau livre d'auteur, "Ciao Ciao Mickey Mouse" aux éditions Chatoyantes.

Vernissage de Rada Tzankova "Sri Rada ou le pays de"
Lanka Land, (détail), 60x40 cm, technique mixte sur papier, 2016

[18:30-22:00] Vernissage de Vicenta Valenciano "aucun amour perdu I liquid painting"
Location:
Galerie Exit Art Contemporain
2, place Denfert-Rochereau
92100 Boulogne-Billancourt
M° Boulogne - Jean Jaurès
France
Mobile : +33 (0)6 80 45 23 01
Mail : contact@exit-art.fr
Internet Site : www.exit-art.fr
Description:
VERNISSAGE JEUDI 9 NOVEMBRE DE 18H30 À 22H00 en présence de l'artiste
ET JUSQU'AU SAMEDI 2 DECEMBRE

La Galerie Exit art contemporain est heureuse de présenter "aucun amour perdu I liquid painting" de Vicenta Valenciano.

L'artiste espagnole lie sa recherche conceptuelle à sa recherche formelle et matérialise la peinture liquide.
Les liquid painting de Vicenta Valenciano s'affranchissent de tout support au bénéfice de la couleur, de la composition, du flux et de la ligne.

Il n'y a donc plus de toile, bois, papier ou autre pour garder la peinture en forme ...
Dans le figuratif ou l'abstrait, elle devient sujet et matière.
Vicenta Valenciano

Passionnée d'art et de mathématiques, après une formation d'ingénieur, Vicenta Valenciano a suivi ses études de Beaux Art à la Central Saint Martins de Londres d'où elle est sortie diplômée en 2005. Elle vit et travaille à Paris.

Vernissage de Vicenta Valenciano "aucun amour perdu I liquid painting"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Materio Talk"
Location:
Les Ateliers de Paris
Création - Innovation
30, rue du Faubourg Saint-Antoine
75012 Paris
M° Bastille, Ledru-Rollin
France
Phone : +33 (0)1 44 73 83 50
Fax : +33 (0)1 44 73 83 56
Mail : ateliersdeparisddee@paris.fr
Internet Site : www.ateliersdeparis.com
Description:
Exposition présentée du 9 novembre au 9 décembre 2017
Mercredi au vendredi : 10h-13h - 14h-19h
Samedi : 13h-19h

Les Ateliers de Paris vous invitent le jeudi 9 Novembre à partir de 18h30 à découvrir l'exposition Materio-Talk, présentée dans le cadre du Parcours Bijoux 2017. Autour de diverses thématiques, quatre équipes ont été constituées pour créer des passerelles entre les pratiques de jeunes artistes français et de grands noms internationaux du bijou d'art contemporain afin de mettre en valeur le caractère universel du bijou comme objet d'expression pour l'artiste et de communication pour son porteur.

Avec : Akis Goumas (Gr) / Marion Fillancq, Märta Mattsson (Su) / Marie Masson, Peter Hoogeboom (Nl) / Yiumsiri Vantanapindu, Tanel Veenre (Ee) / Sébastien Carré

Commissaire d'exposition : Sébastien Carré.

Scénographie : Studio Monsieur

Avec l'aimable participation de Nichka Marobin et le soutien de l'Institut Suédois de Paris.

Vernissage de l'exposition "Materio Talk"






[19:00-21:00] Conversation with Kacper Kowalski
Location:
Galerie Photo12
14, rue des Jardins Saint-Paul
15, rue Saint-Paul
Village Saint-Paul
75004 Paris
M° Sully - Morland, Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 78 24 21
Mail : aline@photo12.com
Internet Site : www.photo12.com
Description:
As part of OVER, his first solo exhibition in France, Kacper Kowalski Photography is coming to Paris for a special meeting at the gallery on THURSDAY, NOVEMBER 9th, 2017 at 7:00 pm.

Come and talk with him about aerial photography and the abstract beauty of snowy landscapes!


dans le cadre de l'exposition de Kacper Kowalski "OVER"

25 octobre 2017 - 20 janvier 2018
VERNISSAGE LE MERCREDI 25 OCTOBRE À PARTIR DE 18H

« Voici ma mission : rapporter un portrait de la civilisation, d'un monde inconnu que les gens ne pouvaient pas voir par eux-mêmes. »
Kacper Kowalski

Vernissage de Kacper Kowalski "OVER"
Seasons. Autumn #11

Après une exposition à New York en décembre 2016, une participation à la Biennale Internationale de Photographie au National Museum of Photography de Bogota en mai 2017 et un solo show au Landskrona Festival (Suède) le mois dernier, nous avons le plaisir d'organiser sa première exposition à Paris.

Over est un projet photographique réalisé pendant l'hiver 2015-2016 dans le nord de la Pologne. Kowalski est un passionné d'aviation, plus particulièrement de parapente et autogire. Dans un monde où les drones sont en train de prendre le pouvoir, Kowalski incarne la différence entre l'homme et la machine, entre des process automatisés gérés par l'électronique et la sensibilité d'une paire d'yeux regardant la terre. Kowalski vient d'une lignée d'architectes installés dans la région de Gdansk. Lui-même fait des études d'architecture. Mais sa passion pour les airs l'a emporté et il a quitté son cabinet d'architecte pour se consacrer à la photographie aérienne.
Sa formation impacte son œuvre : il a développé une acuité visuelle qui lui permet de détecter des structures dans la nature et d'en déduire des images parfaitement composées. Avec une grande maîtrise technique alliée à un regard d'artiste, Kowalski transcende le genre de la photographie aérienne.

Vernissage de Kacper Kowalski "OVER"
Kacper Kowalski. Over #13, 2016

Ses photographies s'inscrivent dans la lignée de Edward Burtyinsky, George Gerster, George Steinmetz et Yann Arthus-Bertrand mais - bien que son travail s'apparente au leur pour la méthodologie, la composition, les sujets, une exploration de la nature modifiée par la présence humaine et une dévotion à l'écologie - Kowalski a rapidement développé son propre langage visuel. Il shoote à la verticale absolue, à une hauteur de 150m, aplatissant la perspective et créant des images évoquant des tableaux contemporains. Les lignes démarquant les différents éléments du paysage, précises et irrégulières, nous font penser aux mots de Gaudi : « Il n'y a pas de ligne droite ou d'angles aigus dans la nature ». Comme les coups de pinceau de Soulages, les compositions hivernales de Kowalski, pratiquement monochromatiques, révèlent la beauté géométrique abstraite d'une structure figée lors du mouvement.

"Dans le brouillard, sans horizon, il n'y avait que l'ici et là. Je rentrais dans une forme de transe. Je pousuivais une ombre puis une autre. Les formes et les structures me guidaient.
Je me sentais en paix."
Kacper Kowalski

Vernissage de Kacper Kowalski "OVER"
Kacper Kowalski, Over #51, 2016

[19:00-22:00] Soirée de lancement de la chaîne Warner TV
Location:
Le Dernier Etage
9, rue Forest
75018 Paris
M° Place de Clichy
France
Internet Site : ledernieretage.paris
Description:
Jeudi 9 novembre 2017, la nouvelle chaîne Warner TV a été lancée en France dans les Offres Canal. À cette occasion, une soirée a été organisée à Paris. Plusieurs célébrités s'y sont rendues.

Piscine à balles, punching ball... Warner a proposé à ses invités de s'amuser comme de grands enfants. Une ambiance sympathique qui a notamment attiré Fauve Hautot, jurée de Danse avec les stars, et Katrina Patchett, danseuse dans le programme. Elles ont pu croiser Laurie Cholewa, qui a pris la pose dans son bain de balles, la belle actrice et humoriste Ornella Fleury, la chanteuse Anaïs Delva, l'actrice de la série Nina Alix Bénézech (qui sera d'ailleurs à l'affiche de The 15:17 to Paris, film de Clint Eastwood produit par Warner) ou encore Claudia Tagbo.

Du côté des hommes, le rappeur Veysel Gelin, l'acteur Thierry Godard, les journalistes Maxime Guény (TPMP) et Hugo Clément (Quotidien) ont fait le déplacement. Mais la vraie star de la soirée était Eric Dane. Le docteur Mark Sloan de la série télévisée médicale Grey's Anatomy (2006-2012) y a fêté en grande pompe ses 45 ans. Un gâteau servi visiblement par une femme déguisée en Catwoman avait été préparé pour l'occasion.

en présence de Katrina Patchett, Fauve Hautot, Laurie Cholewa, Eric Dane, Hugo Clément, Claudia Tagbo, Anaïs Delva, Veysel Gelin, Jaime Ondarza (Direction Générale de Turner Broadcasting System France), Kida Khodr Ramadan, Giorgio Stock (président de Turner Broadcasting), Thierry Godard, Ornella Fleury, Maxime Guény, Jaime Ondarza (Direction Générale de Turner Broadcasting System France), Alix Bénézech

[19:00-21:00] Vernissage d'András Bánkuti "Valeurs marginales"
Location:
Institut Hongrois de Paris
92, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Rennes, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 06 44
Fax : +33 (0)1 43 26 89 92
Mail : info@instituthongrois.fr
Internet Site : www.instituthongrois.fr
Description:
10 novembre - 16 décembre 2017
Vernissage : 9 novembre 2017 à 19h

Photographe, András Bánkuti commence sa carrière à la fin des années 1970. Il travaille ensuite pour les plus grands noms de la presse hongroise dont Magyar Hírlap et HVG. Depuis les années 1990, il enseigne également la photographie à l'Université de Kaposvár.

La série intitulée « Valeurs marginales », réalisée entre 1980 et 1994 cherche à donner à voir la réalité centre-européenne de cette période du socialisme que l'on disait « adouci » et des bouleversements qui ont suivi le changement de système politique. Les photos prises à Budapest et en province dressent un panorama des événements de cette période singulière à l'Europe-Centrale : mutations politiques et sociétales, pauvreté, mouvements underground.

L'œil de Bánkuti capte avec sensibilité et la curiosité du photojournaliste ces images devenues pour certaines iconiques de cette époque de l'Histoire.

Vernissage d'András Bánkuti "Valeurs marginales"
András Bánkuti : Punks 10, 1981-1983

[19:00] Vernissage de Martin Schoeller "Faces"
Location:
A. galerie
4, rue Léonce Reynaud
75116 Paris
M° Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 20 79 88
Mobile : +33 (0)6 20 85 85 85
Mail : arnaud.adida@orange.fr
Internet Site : www.a-galerie.fr
Description:
Exposition du 9 novembre 2017 au 13 janvier 2018

Vernissage de Martin Schoeller "Faces"

Vernissage de Martin Schoeller "Faces"

Vernissage de Martin Schoeller "Faces"

Vernissage de Martin Schoeller "Faces"

[19:00-21:00] Vernissage de Peter Winfield "Un Anglais à Paris"
Location:
Quartier de la Goutte-d'Or
Boulevard de la Chapelle
Rue des Poissonniers, Boulevard Barbès
Rue de la Chapelle et Rue Marx-Dormoy
75018
M° Château Rouge, Barbès - Rochechouart, La Chapelle, Marx Dormoy
France
Description:
La Môme
16, rue Stephenson
75018 Paris

Prenez un Anglais. Un bel Anglais. L'œil doit être rieur, l'accent improbable, et la bouche doit arborer cette moue subtile qui laisse entendre qu'il y a toujours un rayon d'humour derrière la grisaille du quotidien.

Prenez cet Anglais et mettez-le à Paris. Qu'observe-t-on ? Rien. La ville nous semble égale à elle-même, monotone, bruyante, agitée, bégayant sans fin sa litanie « métro-boulot-dodo »
Qu'observe-t-il ? Tout. L'enfant qui dort dans l'œil d'une vieille dame. Le sourire du policier. L'élégance du balayeur. La façade oubliée qu'on ne regardait plus. L'amour au creux des rides. La joie naïve qui sommeille dans les froncements de sourcils du costard-cravate.

Alors, l'Anglais fait cette chose étrange et mystérieuse : il parle. Mieux encore, il fait parler. Et, finalement, il nous donne à voir. Il sort la réalité d'elle-même pour en goûter avec nous les meilleurs morceaux. Il décale. Il éclaire sous un autre angle pour partager avec nous son coup d'œil. Il nous invite à faire un tour derrière les apparences, dans cet espace étrange où l'agitation, un instant, s'arrête, pour laisser place à la vie.

Prenez un homme qui ne se contente pas de voir les gens mais prend le temps de les regarder, et donnez-lui un appareil photo. Il agrandira votre monde. Vous n'y croyez pas ? Venez voir les photos de Peter Winfield écarter les murs de « La Môme ». Venez prendre un bain de lumière au cœur de Paris. Venez pour le plaisir, simplement.

Vous voulez, vous aussi, être un Anglais à Paris ? Rendez-vous à « La Môme », le jeudi 9 novembre à partir de 19H. Commandez un thé bien chaud (une bière peut aussi faire l'affaire). Installez-vous face à une des photos de Peter Winfield et sirotez votre thé en gardant un visage totalement impassible. Après de longues minutes, laissez l'éclat caustique d'un amusement bon enfant s'allumer dans votre œil, et murmurez simplement : « Oh my. » Voilà. Vous y êtes.

© Texte de Bonnaffé Léon

http://www.peterwinfield.fr

Vernissage de Peter Winfield "Un Anglais à Paris"
Jeannot et tata rue Véron

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Cinq siècles de la réforme protestante hongroise"
Location:
Institut Hongrois de Paris
92, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Rennes, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 06 44
Fax : +33 (0)1 43 26 89 92
Mail : info@instituthongrois.fr
Internet Site : www.instituthongrois.fr
Description:
10 novembre - 16 décembre 2017
Vernissage : 9 novembre 2017 à 19h

La réforme protestante a eu des répercussions considérables sur l'histoire de la Hongrie aussi. Les thèses luthériennes et calvinistes se propagent vite sur le territoire de l'état médiéval, à l'époque répartie en trois zones, suite à la conquête turque.
Au point qu'au milieu du 17ème siècle, les communautés protestantes gagnent du terrain partout dans le bassin des Carpates. La réforme a eu un impact important sur tous les domaines de la vie culturelle et spirituelle.

A l'occasion du 500ème anniversaire de la réforme protestante, l'Institut hongrois de Paris présente une exposition riche conçue par le Ministère des Affaires Etrangères et du Commerce Extérieur de Hongrie avec la coopération du Musée National Hongrois.

Vernissage de l'exposition "Cinq siècles de la réforme protestante hongroise"
Réformateurs. De gauche à droite : Johannes Forster, Georg Spalatin, Martin Luther, Johannes Bugenhagen, Erasme de Rotterdam, Justus Jonas, Caspar Cruciger, Philippe M.lanchthon (d'après Cranach le Jeune, 1550)

[19:00-21:30] Vernissage de l'exposition "Globes. Architecture & sciences explorent le monde"
Location:
Cité de l'architecture et du patrimoine
Palais de Chaillot
1, place du Trocadéro et du 11 Novembre
7-11, avenue Albert de Mun
45, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 58 51 52 00
Fax : +33 (0)1 58 51 59 39
Mail : com@citechaillot.fr
Internet Site : www.citechaillot.fr
Description:
Galerie haute des expositions temporaires

Du 10 novembre 2017 au 26 mars 2018
Ouvert tous les jours sauf le mardi
de 11h à 19h
Nocturne le jeudi jusqu'à 21h

Plein tarif : 9€
Tarif réduit : 6€

Comment les architectes ont participé, aux côtés des géographes, astronomes, mathématiciens, artistes... à la découverte du Globe terrestre et du cosmos, ainsi qu'à leur représentation. Et comment, en retour, cette découverte majeure a hanté et hante toujours l'architecture, d'Adam Olearius (xvııe) à Rem Koolhaas en passant par Buckminster Fuller.
Voilà l'architecture présentée dans une très belle posture : un savoir et un métier à la croisée des arts et des sciences. « Globes. Architecture et sciences explorent le monde » montre comment les architectes furent acteurs de la découverte du monde, porteurs d'aspirations universelles, concepteurs de monuments du savoir. Comment ils inventèrent les premiers observatoires ou planétariums, ajustant leurs connaissances à celles des scientifiques pour relever un défi constructif : édifier de grands volumes sphériques. En 90 pièces majeures, l'exposition raconte l'épopée de bâtiments spectaculaires, porteurs d'un projet humaniste de conquête et de transmission du Savoir, et les aventures d'architectes au destin exceptionnel, tour à tour compagnons des scientifiques, utopistes à leur compte, comme C. N. Ledoux, metteurs en scène du Pouvoir comme aussi parfois inventeurs-bateleurs des Expositions universelles.

La collection des projets offre aussi une histoire transversale : des nations et de leur rivalité (le Globe symbole de la puissance), des idées (les figures de la Terre dans la pensée politique), du progrès scientifique (la conquête de l'espace et ses symboles)...



Vernissage de l'exposition "Globes. Architecture & sciences explorent le monde"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "L'iconographe"
Location:
Librairie Le Divan
203, rue de la Convention
75015 Paris
M° Convention
France
Phone : +33 (0)1 53 68 90 68
Fax : +33 (0)1 42 50 84 68
Mail : ledivan@ledivan.com
Internet Site : www.librairie-ledivan.com
Description:
autour de l'ouvrage éponyme édité par Éditions La Table Ronde

En présence de l'éditrice Alice Déon et de quelques artistes

Vernissage de l'exposition "L'iconographe"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition de Blutch "La Tradition"
Location:
Galerie Barbier & Mathon
10, rue Choron
75009 Paris
M° Notre-Dame-de-Lorette, Saint-Georges, Cadet
France
Mobile : +33 (0)6 80 06 29 95
Mail : info@barbiermathon.com
Internet Site : www.barbiermathon.com
Description:
Le vernissage de l'exposition "La tradition" a lieu ce jeudi 9 décembre, de 19h à 21h en présence de l'artiste.

Elle présente des planches et dessins extraits de son livre "Variations" paru chez Dargaud.

Exposition du 10 novembre au 9 décembre 2017

Vernissage de l'exposition de BLUTCH "La Tradition"

[19:00] Vernissage des Ateliers d'Artistes Icade
Location:
Aubervilliers
Aubervilliers
93300 Aubervilliers
M° RER B La Courneuve - Aubervilliers, Aubervilliers - Pantin - Quatre Chemins
France
Internet Site : www.aubervilliers.fr
Description:
Ateliers d'Artistes Icade
10, rue Waldeck Rochet
Bât 521

COMMISSAIRE D'EXPOSITION
Anissa Touati

ARTISTES
http://www.icade-art.com/promotion-2017/
Jessica Boubetra
Pier Stockholm
Marie Ouazzani et Nicolas Carrier
Joël Degbo

Icade, un des acteurs majeurs sur le marché de la promotion immobilière, a lancé depuis avril 2017 sa première résidence d'artistes éphémère à Paris-Aubervilliers.

Après 7 mois de création aux services de l'urbanisme, l'éco-responsabilité et l'innovation, venez découvrir en exclusivité les travaux achevés des 5 artistes talentueux sélectionnés pour cette première édition !
Architecture, photo, vidéo...sont autant de disciplines qui sont représentées par les artistes de la résidence d'Icade.

Icade vous ouvre exceptionnellement ses portes à l'occasion de la soirée de clôture.
Puis, accueillera le grand public lors d'un weekend de clôture les 10 et 11 novembre 2017.

Marjorie Rigouste
01 44 37 22 47 / 06 70 98 11 06
marjorie.rigouste@we-agency.fr

[19:00] Vernissage fotofever paris 2017
Location:
Carrousel du Louvre
99, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Mail : communication@parisexpo.fr
Internet Site : www.carrouseldulouvre.fr
Description:
du 10 au 12 novembre

Jeudi 9 novembre 2017
Preview presse / VIP à partir de 15h

Vendredi 10 et samedi 11 novembre 2017
ouverture de 11h à 20h

Dimanche 12 novembre 2017
ouverture de 11h à 18h

tarifs
Billet seul : 15€
Billet + catalogue : 30€
Billet famille : 40€

La 6e édition de fotofever paris aura lieu du 10 au 12 novembre 2017 au Carrousel du Louvre et qui réunira 80 galeries françaises et internationales et 150 artistes émergents.

L'édition 2016 a confirmé la place de fotofever en tant que première foire d'art dédiée aux jeunes collectionneurs.

fotofever poursuit en 2017 sa vocation pédagogique en facilitant l'accès à la diversité de la photographie contemporaine, tournée vers les collectionneurs, qu'ils débutent ou qu'ils soient confirmés.

L'appartement du collectionneur s'agrandit cette année sur 200 mètres carrés et sera scénographié par Elizabeth Leriche, en partenariat avec ROCHE BOBOIS.

Vernissage fotofever paris 2017

[19:30] Lecture & discussion entre Sally Bonn et Marco Godinho
Location:
Progress Gallery
4 bis, passage de la Fonderie
accès au niveau du 72, rue Jean-Pierre Timbaud
code : porte ou B288
75011 Paris
M° Parmentier, Goncourt, Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 70 23 30 20
Mobile : +33 (0)6 98 02 72 80
Internet Site : www.progressgallery.com
Description:
Lecture & discussion entre Sally Bonn et Marco Godinho
autour des "lettre-océan" et
de l'exposition "A permanent Wind Inside Us" de Marco Godinho

Présentation de l'édition commune réalisée spécialement qui regroupe une série de « lettre-océan » envoyées par Sally Bonn à Marco Godinho à la galerie et une collection d'objets trouvés par l'artiste dans ses déambulations parisiennes le temps de l'exposition.




dans le cadre de l'exposition de Marco Godinho "A Permanent Wind Inside Us"

13 octobre - 10 novembre 2017

A Permanent Wind Inside Us / Un vent permanent à l'intérieur de nous

La lune s'exile, l'univers est en nous
Laisser l'extérieur entrer dans l'intime
À présent c'est la mer qui écrit nos poèmes
Répétition de la nuit et du jour comme paysage mental

Possibilité d'un autre langage dessiné par le vent
Un souffle se fond dans l'inconnu
Une flamme effleure un sol enneigé
Fuite de toute chose certaine, les animaux nous écoutent
Sentiment de liquidité, mouvement dirigé par la gravité
Feu omniprésent qui agite la terre sans jamais s'éteindre
Disposition des expériences en forme de poésie

Actions permanentes qui déclenchent l'ouverture
Les jours s'effondrent dans les ondes sauvages
Perte de la distance, tout est désormais si proche
Nécessité de sortir de cette indifférence partagée
Situations de conflit, toutes les cultures se croisent
Voix amplifiées par le son de la révolte
Les marges du monde pointent leur présence

Le désir de garder le doute à jamais éveillé
Se souvenir de ce qui manque profondément
Prolongement de la mémoire qui se déplace ailleurs
Le quotidien à lui seul partage toute l'énergie essentielle
Le soleil se révèle être l'oeil qui nous observe
Répétition des gestes, des choses élémentaires
Dématérialisation des contraintes géographiques

Les attitudes ont changé, élévation de l'impossible
Collectionner les ralentis et toute sorte d'abandons
Les alliés dérivent sur la même côte
Le brouillard se dissipe sans laisser aucune odeur
Expériences de seuil, le temps est notre seul complice

Marco Godinho


Durant l'exposition à progress gallery, Marco Godinho développera avec Sally Bonn, docteur en esthétique, un ensemble d'échanges littéraires au sujet de son travail.


Marco Godinho déploie depuis plus de 10 ans un univers singulier, oscillant entre une réflexion sur notre expérience subjective du temps et de l'espace et des œuvres traversées par la littérature et la poésie.
Né en 1978 à Salvaterra de Magos au Portugal, Marco Godinho est arrivé à l'âge de 9 ans au Luxembourg qui est désormais, avec Paris, son point d'attache. Son expérience de vie nomade, prise entre plusieurs langues et cultures, a donné lieu à une exploration sensible des questions d'exil, de mémoire et de géographie mais aussi des conventions géographiques qu'il investit par sa subjectivité. Installations, vidéos, dessins, projets participatifs dessinent la carte d'un monde où les trajectoires reflètent les itinéraires personnels et posent la question du multiculturalisme.

Vernissage de Marco Godinho "A Permanent Wind Inside Us"

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés