Monday, November 27, 2017
Public Access


Category:
Category: All

27
November 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00  
18:00 [18:00-21:00] Cocktail des ventes Arts Décoratifs Modernes et Contemporains
Location:
Piasa Rive Droite
118, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Miromesnil, Saint-Philippe-du-Roule, Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 53 34 10 10
Fax : +33 (0)1 53 34 10 11
Mail : contact@piasa.fr
Internet Site : www.piasa.fr
Description:
Installation monumentale d'Edwige Aplogan
avec la participation de la Galerie Vallois

Vente aux enchères mercredi 29 novembre à 17h et 19h
Exposition publique samedi 25 novembre puis du lundi 27 au mercredi 29 novembre 2017

>> RSVP

Cocktail des ventes Arts Décoratifs Modernes et Contemporains

[18:00-21:00] Vernissage de Jennifer Douzenel "La pluie tombe sous la pluie"
Location:
Base Tara
11, boulevard Bourdon
75004 Paris
M° Bastille, Quai de la Rapée
France
Description:
Exposition du 28 novembre au 22 décembre 2017

Commissariat : Anaël Pigeat

Vernissage de Jennifer Douzenel "La pluie tombe sous la pluie"

[18:30-21:30] Performance : Le livre le plus froid du monde !
Location:
Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles
ESPCI
10, rue Vauquelin
75231 Paris Cedex 05
M° Censier - Daubenton, RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 40 79 44 00
Mail : contact@espci.fr
Internet Site : www.espci.fr
Description:
Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes
ESPCI Paris 10, rue Vauquelin, 75005 Paris

Un record du monde ? Un évènement unique ? Une représentation à ne pas manquer ? C'est tout ça à la fois, ou presque !

Découvrir les secrets d'un livre dans une atmosphère glaciale mais néanmoins chaleureuse, c'est ce que nous vous promettons ! Il faudra de l'audace, du courage et un brin de fantaisie à Julien Bobroff pour nous présenter, à -196°C (!) le livre le plus froid du monde réalisé par Marjorie Garry. Enfilez vos moufles et préparez-vous à un univers mêlant l'art et la science en toute subtilité.

Le spectacle sera suivi d'un cocktail thématique !

Gratuit.
Dans la limite des places disponibles.

Avec le soutien de :
Université Paris-Sud, CNRS, École Estienne et Air Liquide

Performance : Le livre le plus froid du monde !

[18:30-21:00] Vernissage de Maurice Blaussyld & Samuel Richardot "Duographie"
Location:
Fondation d'entreprise Ricard
12, rue Boissy d'Anglas
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 53 30 88 00
Fax : +33 (0)1 40 06 90 78
Internet Site : www.fondation-entreprise-ricard.com
Description:
Duographie
Maurice Blaussyld / Samuel Richardot
Commissariat : Anne Bonnin

Du mardi 28 novembre 2017 au samedi 13 janvier 2018
Vernissage lundi 27 novembre 2017 de 18h30 à 21h

Maurice Blaussyld et Samuel Richardot sont deux artistes a priori si différents qu'on ne saisit pas ce qui les réunit. Disons-le d'emblée, tous deux ont un rapport au silence. Celui du premier est hiératique, celui du second est coloré. Lorsque la Fondation d'entreprise Ricard m'a proposé de les réunir dans une exposition, j'ai imaginé cette Duographie comme la rencontre contrastée de deux silences dont la cohabitation semble inattendue. Si celle-ci n'est évidemment pas le fait du hasard, elle tient aussi à ces sortes de coïncidences qui sont révélatrices : comme je passais du temps avec chacun d'eux de façon concomitante, des connexions se sont faites, dessinant la possibilité d'une duographie.

« Le silence

n'existe pas. Il se passe toujours quelque

chose qui produit un son.

Nul ne peut avoir d'idée

une fois qu'il se met à écouter véritablement.

C'est très simple mais extra-urgent ».*

Le silence est toujours silence de quelque chose, et renvoie donc à une expérience toujours unique.

Formes épurées, tonalités neutres de gris, noir et blanc : les œuvres de Blaussyld (installations, sculptures, dessins) dénotent une économique esthétique maigre et itérative, l'artiste travaillant en outre un corpus restreint d'œuvres, depuis 30 ans. Elles s'imposent par leur mutisme. La « Peinture Noire », originellement inspirée d'une enceinte acoustique désossée, est en réalité un volume dont le dos est ouvert. Avec ses deux trous, elle s'offre comme une béance : sa forme en A n'étant pas étrangère au langage. Elle compose aussi une face grotesque, qui évoque un totem, un masque, ou encore un cri muet, comme celui de Munch. Or, « Peinture Noire » n'est pas son titre, mais un nom, c'est ainsi que l'artiste l'appelle couramment. Cette désignation, qui crée un flottement, participe de l'œuvre et de son fonctionnement paradoxal : sculpture et peinture à la fois, ou plutôt ni l'une ni l'autre. Ce nom l'affilie à la peinture suprématiste de Kazimir Malevitch, en quête d'une réalité pure et d'un monde sans objet. « Peinture Noire » est ainsi apparition et éclipse d'un objet.

L'artiste conçoit ses œuvres comme des apparitions reproduites lors de chaque exposition. Chaque apparition est donc unique, l'idée coïncidant avec sa réalisation : cette pratique semble pour le moins platonicienne. Blaussyld définit son art comme une ontologie tandis que son vocabulaire est celui d'une mystique, néanmoins sans dieu : « vision », « apparition », « être », « un ».

On comprend progressivement que ces mots qui énoncent une visée - la vision - sont en même temps les instruments avec lesquels l'artiste façonne ses œuvres. La parole fait ainsi partie de l'œuvre qui en est l'émanation. Cette extrême cohérence peut fasciner ou laisser indifférent - c'est tout un avec cet art hiératique - elle autonomise une œuvre qui révèle sa complexité si on l'approche car elle ne se donne pas au premier regard.

L'art de Blaussyld est clairement énigmatique. Il est en effet travaillé par une contradiction irrésolue, laissée en suspens : une dialectique impossible selon laquelle « le positif s'obtient toujours par la présence du négatif, mais qui nie cela même qui s'affirme » (Emmanuel Levinas). Il y a du Blanchot chez Blaussyld qui partage avec l'écrivain non seulement des initiales et un prénom, mais une obsession pour le silence et la mort. L'artiste expliquait à Bernard Lamarche-Vadel que son « art a une relation à la mort ». Une violence sourde se dégage de cet art tendu vers un point d'intensité contradictoire dans lequel on reconnaît aussi la violence du neutre barthésien.

L'installation « 1' sentiment de la distance » est un dispositif de vision : véritable autopsie de l'acte de voir. Une boîte blanche, de 24 m2, disproportionnée dans les espaces de la Fondation, impose sa présence massive. Une paroi de verre couverte d'un large papier millimétré laissant deux bandes de jour latérales permet de voir l'intérieur. Au sol, à gauche, un gros magnétophone et, face à la paroi, l'image, petite, en noir et blanc d'une autopsie. Cet agencement pour le moins glaçant évoque un dispositif de torture kafkaïen. Or, il produit de façon inattendue une impression tactile : on voit, on sent une absence envahir ces 24 m2, le silence se faire chair, telle une épiphanie négative.

L'art de Richardot nous emmène vers un tout autre horizon de silence auquel les grands fonds blancs de ses peintures renvoient. Celles-ci se caractérisent par une composition éclatée : le silence est parsemé d'apparitions fragmentaires, palpitantes. Des figures flottent et se détachent dans un espace indéfini, sans profondeur, neutre ; leur répartition éparse semble aléatoire. Ainsi, dans « Palladium », se côtoient un grand zigzag bleu-rouge-noir-jaune, deux petits nuages blanchâtres, des traits réguliers polychromes et un bandeau de rayures : toutes ces figures révèlent des arrière-pays de couleurs, sous l'écran blanc... Les fonds ne sont seulement pas des fonds, ils participent d'une économie picturale mouvante et métamorphique. Récurrents d'un tableau à l'autre, les motifs colorés et graphiques composent un vocabulaire, comme une grande famille d'individus tous différents - rayures, zébrures, losanges arlequinés, marbrures, ronds, lignes droites, bouclées ou erratiques. Maigre et sans matière, la peinture de Richardot, qui affirme sa condition de surface, est plate comme une image, jouant aussi des effets illusionnistes. Parcellaires, les motifs esquissent et esquivent des ressemblances : ils sont ainsi singulièrement familiers, suggérant la fulgurance du souvenir, une mémoire de l'oubli ou l'abandon à ce qui vient.

L'art chromatique et graphique de Richardot est éclatant et gai... dynamique... bondissant, il touche une mémoire sensible, réveille des souvenirs de peinture, de textures ou de moments joyeux. Il vient chercher le regard ; car ses figures, quoiqu'indéfinies, sont précises avec leurs contours nets, leurs coloris francs et leurs détails qui trompent parfois l'œil.

Les coloris s'affrontent, parfois brutalement, se superposent ou fusionnent. La géométrie est contrariée, fracturée et hybride, emportée par une liberté du trait. La peinture de Richardot, avec ses aplats colorés, évoque bien sûr Matisse et les cartoons, mais on y rencontre aussi des morceaux d'Odilon Redon, de Morris Louis, dans certaines toiles imprégnées d'écoulements polychromes all-over. On reconnaît aussi un peu de Seurat dans les lumières et les éclats d'ambiances de cirque, de jeu, de loisirs balnéaires, ou de Picabia dans l'esquisse d'un ballon, mais aussi du Gerhard Richter... Or, ces réminiscences, trop elliptiques pour être des citations, sont surtout le fait d'un regard mis en action par une peinture qui joue avec elle-même, c'est-à-dire avec l'illusion, l'artifice, la représentation, et donc avec ses regardeuses et regardeurs.

La peinture de Richardot est le théâtre d'un jeu d'improvisation qui nous ramène aussi au présent. Les tableaux sont en effet bousculés par leurs titres qui renvoient à des situations concrètes et hétérotopiques d'autocréation collective : Football, Barbecue, Palladium, Bidonville.

La rencontre des deux artistes est pour le moins stimulante, deux silences communiquent : l'un, métaphysique, opère à distance et lentement ; l'autre, plus spontané, associe l'instant présent et une mémoire esthétique. Quoique très différents, ils se retrouvent néanmoins dans un art non représentatif, suggestif bien qu'incisif, un art du seuil qui fait place au silence, à une diversité de silences... Car, faire silence est « extra-urgent ».


* John Cage, Silence : Discours et Écrits, 2004, pag. 147, édition Denoël (première parution en 1970).

Vernissage de Maurice Blaussyld & Samuel Richardot "Duographie"
Samuel Richardot, "Sans titre", 2017. Courtesy de l'artiste

Vernissage de Maurice Blaussyld & Samuel Richardot "Duographie"
Maurice Blaussyld, Sans Titre, 2008/2009/2010. Crédit : Francis Dubuisson


[19:00-22:00] Inauguration du Chalet les neiges 1850
Location:
Hôtel Barrière Le Fouquet's Paris
Hôtel Fouquet's Barrière
46, avenue George V
75008 Paris
M° George V
France
Phone : +33 (0)1 40 69 60 00
Fax : +33 (0)1 40 69 60 05
Mail : hotelfouquets@lucienbarriere.com
Internet Site : www.hotelsbarriere.com/fr/paris/le-fouquets.html
Description:
inauguration du Chalet les neiges 1850 sur la terrasse l'Hôtel Barrière Le Fouquet's

à l'invitation de Dominique Desseigne, président-directeur général du groupe Lucien Barrière, et Alexandre Desseigne

en présence de Cristina Cordula, Frédéric Cassin, Marilou Berry, Le Diamantaire, Estelle Lefebure, Alessandra Sublet, Mathilde Seigner, Mélanie Bernier, Lilou Fogli, Alice Dufour, Emmanuelle Galabru, Karidja Touré, Marianne James, Yves Rénier, Karine Rénier, Gilbert Coullier, Nicole Coullier, Zinedine Soualem, Caroline Faindt, Laurent Weil, François Vincentelli, Alice Dufour, Ahmed Dramé, Eva Dollin, Lionel Abelanski, Nathalie Levy-Lang, Arnaud Ducret, Jean-Marc Généreux, Patrick Chesnais, Victor Chesnais, Marc Guérin, Marie Ménager-Guérin, Sophie Boulet, Samuel Torres, Rosy Girimonte, Édouard Rigaud, Caterina Murino, Nathalie Garçon, Jean-Marie Duprez, Christophe Barratier, Benjamin Patou, Albane Cléret, Ariane Massenet, Catherine Jacob

Inauguration du Chalet les neiges 1850

[19:00-22:00] Nuit du Bien Commun
Location:
Théâtre Mogador
25, rue de Mogador
83, rue Saint-Lazare
75009 Paris
M° Trinité - d'Estienne d'Orves, Chaussée d'Antin - La Fayette, Havre - Caumartin
France
Phone : +33 (0)1 53 32 32 32
Fax : +33 (0)1 48 78 90 99
Mail : contact@mogador.net
Internet Site : www.mogador.net
Description:
Interview. La première « Nuit du Bien Commun » investira le théâtre Mogador, à Paris, dans moins de cinquante jours. Thibault Farrenq et Stanislas Billot de Lochner, ses co-fondateurs, nous en présentent le fonctionnement et soulignent l'importance d'œuvrer aujourd'hui pour ce qui nous rassemble au service des plus faibles.

Pouvez-vous nous expliquer le principe de cette Nuit du Bien Commun ?
Thibault Farrenq : La Nuit du Bien Commun lance sa 1ere édition le lundi 27 novembre 2017 au Théâtre Mogador, à partir de 19h. Le concept est simple : il s'agit de donner l'opportunité à 15 belles associations jeunes, innovantes et qui défendent des causes autour du Bien Commun en France et à l'international de « pitcher », de faire une présentation, et de réaliser une levée de fonds en direct devant 1 000 grands donateurs.

Quels sont les projets déjà sélectionnés ?
Stanislas Billot de Lochner : Nous avons à ce jour 15 projets que vous pouvez consulter sur notre site Internet. Ces projets ont été retenus après un Grand Oral qui a eu lieu courant juin à Paris. Plus de 50 associations ont envoyé un dossier et 25 ont été présélectionnées pour présenter à l'oral leur travail face à un jury exigeant. Celui-ci est composé d'une quinzaine d'entrepreneurs et de chefs d'entreprise réunis tant par leur réussite que par leur volonté d'œuvrer ensemble pour le bien commun. Ils ont d'ailleurs intégralement financé la soirée. Les associations retenues sont diverses, qu'elles soient déjà bien installées dans le paysage caritatif français comme Enfants du Mékong, la Fondation Espérance Banlieues, Pour un Sourire d'Enfant ou tout juste créées comme Visitatio, Joker... Toutes sont des associations caritatives au service des plus faibles : SDF, personnes en fin de vie, enfants handicapés, orphelins... et toutes répondent à notre exigence de pérennité, de fiabilité et de sérieux.

A cinquante jours de l'événement, êtes-vous confiant quant au succès de l'entreprise ?
TF : Nous travaillons sur ce projet depuis maintenant près d'un an. Nous sommes trois co-fondateurs à l'origine du projet avec des profils très complémentaires. Stanislas Billot de Lochner est entrepreneur dans le monde des ONG en particulier dans le domaine du fundraising, Pierre-Edouard Stérin est président fondateur de Smartbox et souhaite œuvrer au bien commun en mobilisant son réseau et ses compétences et je suis moi-même créateur professionnel d'évènements BtoB à Paris. Nous nous sommes retrouvés sur ce projet à titre bénévole en parallèle de nos activités respectives. Nous avons su pendant toute l'année 2017 mobiliser, chacun avec notre expertise, entreprises, réseaux et nouer des contacts forts avec des top décideurs pour assurer le succès de cette soirée. Plusieurs actions de communication / marketing sont également en cours. Nous sommes persuadés de répondre à un double besoin : celui des donateurs qui souhaitent connaitre les œuvres qu'ils financent et suivre leur évolution ; celui des associations qui ont besoin de fédérer des donateurs autour de leur cause. Quoi de mieux qu'une grande soirée du Bien Commun pour répondre à ces deux demandes ?

Ne craignez-vous pas que certains projets raflent toute la mise, non parce qu'ils seraient forcément très bons, mais parce que la présentation qui en sera faite sera particulièrement soignée ? Que la forme l'emporte sur le fond, en quelque sorte.
SBdL : Ce point est important car le 27 novembre prochain, chaque association aura seulement 4 minutes pour convaincre les donateurs. Le porteur de projet sera alors seul sur scène face à 1 000 personnes, il va falloir être synthétique, convaincant et dynamique. Pour emporter le pari, nous avons eu le souci de former chacun des « pitcheurs ». Ainsi une formation à la prise de parole en public personnalisée est en train d'être dispensée de façon individuelle et une répétition en amont du jour J est prévue. Cette soirée doit être un succès pour installer l'événement dans la durée, cette première édition doit fédérer, captiver et mettre en lumière les plus belles initiatives !

Comment vous est venue cette idée d'une soirée de ce type ?
TF : Nous avons souhaité avant tout re créer du lien entre donateurs et porteurs de projets associatifs. Nous sommes tous très, voire trop, souvent sollicités par mail et par courrier postal pour donner à telle ou telle causes, sans savoir laquelle choisir. Avec La Nuit du Bien Commun nous voulons remettre l'humain au cœur de ces échanges. Se rencontrer, discuter et écouter ceux qui œuvrent au quotidien au bien commun. Quoi de mieux pour choisir ? Il est toujours plus convaincant et enrichissant d'écouter le président fondateur que de lire un mail de sa part !

Quelle définition donneriez-vous du Bien Commun ?
SBdL : Le Bien Commun est l'élément clé permettant à l'individu, et donc à la société, de s'épanouir pleinement. Il est constitutif de ce qui fonde la communauté sociale. Aussi appelé « bien de nous tous », il est universel et touche à de nombreux domaines : l'alimentation, le logement, le travail, l'éducation, l'environnement, les transports, les soins, la culture, la religion... Notre devoir est de permettre au Bien Commun d'être respecté et, plus loin, de s'étendre à tous. C'est pourquoi, nous souhaitons, à notre modeste niveau, soutenir celles et ceux qui œuvrent au Bien Commun. La Nuit du Bien Commun s'attache à en faire la promotion en soutenant 15 projets innovants.

Vous évoquiez la présence d'un orateur censé aider à la mise en valeur de la soirée - où en est-on ?
TF : L'enjeu est à la fois sur l'animation rythmée et mais aussi dans le succès de la levée de fonds ! Nous avons donc opté pour une co-animation. Nous serons accompagnés de Marc Dumas, animateur professionnel qui organise déjà plusieurs grandes soirées de remise de prix dans des théâtres parisiens ainsi que de Maître Olivier Doutrebente, commissaire-priseur à Drouot qui prendra le relai pour animer les levées de fonds. Le principe est d'offrir à chacun des donateurs des moments d'exception avec chacune des associations. Un moment d'exception est un lot qui pourra être obtenu par plusieurs donateurs en même temps. La soirée s'annonce riche en surprise et en émotion !

Propos recueillis par Mickaël Fonton

Inscriptions et informations sur : www.lanuitdubiencommun.com

1000 personnes se réuniront le 27 novembre prochain au théâtre Mogador pour soutenir 15 associations au service du Bien Commun, joignez-vous à cet événement hors-norme !
Marc Dumas a tenu à accompagner la 1ère édition de la Nuit du Bien Commun et à amener son expertise journalistique et d'animation au profit de cet évènement philanthropique.

PROGRAMME DE LA SOIREE
19h00 : ouverture des portes du théâtre, accueil des invités
19h30 : présentation de 15 associations caritatives et levée de dons
21h30 : rencontre avec les fondateurs des associations

>> RSVP

[19:00-22:00] Oscar de l'emballage 2017
Location:
Elysées Biarritz
22-24, rue Quentin Bauchart
75008 Paris
M° George V
France
Phone : +33 (0)1 53 57 40 82
Fax : +33 (0)1 53 57 40 81
Mail : contact@elyseesbiarritz.com
Internet Site : www.elyseesbiarritz.com
Description:
Les vingt lauréats de l'édition 2017 ont été dévoilés le 27 novembre.

Fin du suspens ! Les vingt lauréats du palmarès 2017 de l'Oscar de l'emballage sont désormais connus. Soutenue par Citeo, le Groupement des équipementiers français du process et du packaging des industries agroalimentaires et non alimentaires (Geppia), Gutenberg Networks et Raja, la cérémonie a réuni quelque 250 professionnels de l'emballage et du conditionnement le 27 novembre à l'Élysées Biarritz à Paris. Organisé par Infopro Digital, l'éditeur d'Emballages Magazine notamment, le concours poursuit son évolution centrée sur les fonctionnalités des emballages, les savoir-faire techniques et la maîtrise des matériaux. Cinq sections sont ouvertes : consommation, transformation, production, environnement et débuts prometteurs. Le compte-rendu complet de la soirée est publié dans le numéro de décembre. Et comme chaque année, tous les dossiers des candidats sont présentés dans l'Annuel d'Emballages Magazine.


Consommation

Dans la catégorie « consommation », ont obtenu ex aequo un Oscar de l'emballage, en design et identité graphique, Smurfit Kappa Distribution pour le pack de bières BAM et Verallia pour la bouteille de rosé Gem de Maison du Sud - Jeanjean. En fonctionnalité d'usage, c'est Altho/Bret's pour le paquet de chips Party Pack qui a remporté les suffrages. Un coup de cœur est revenu à Plateforme 38 pour Safe'Cap. Dans cette catégorie ouverte en priorité aux marques, le jury analyse la valeur d'usage de l'emballage perçue par le consommateur en termes de design, de fonctionnalités ou encore de conservation.


Transformation

Dans la catégorie « transformation », ont obtenu un Oscar de l'emballage, pour le verre, Verallia pour la bouteille de rosé Gem, DS Smith Packaging pour G'Vine Grape Dots en section carton, Emin Leydier pour le plateau Stabil+ en section carton ondulé, Flexico pour Safegrip en section plastique, Sealed Air pour Darfresh TP200T en emballage souple, Virojanglor pour le coffret Champagne Bollinger en action métal et Martin Emballages pour Tonely en section bois. Dans cette catégorie ouverte en priorité aux fournisseurs, le jury prime la maîtrise technique du matériau.


Production

Dans la catégorie « production », ont obtenu un Oscar de l'emballage Sleever Machines et Tecma Aries pour Dreamoncup en conditionnement primaire, Pitney Bowes pour Slimbox en fin de ligne, 5 Sept Direct pour 5septdirect.com pour une solution « web to print » pour étiquettes adhésives en bobines en équipement périphérique et DS Smith Packaging France pour Combi 150R en lancement prometteur. Dans cette catégorie ouverte aux fabricants de machines et d'équipements, mais aussi aux emballages industriels et commerciaux, le jury révèle les innovations en mécanisation, équipements, emballages industriels et commerciaux et logistique.


Environnement & RSE

Dans la catégorie « environnement & RSE », ont reçu un Oscar de l'emballage Crown Food Europe pour Peelfit et Procter et Gamble pour la Beach Bottle du shampoing Head & Shoulders. Dans cette catégorie ouverte à toutes les entreprises, le jury met en avant les solutions qui s'inscrivent dans une démarche de responsabilité sociétale (RSE) et d'économie circulaire.


Débuts prometteurs

Dans la catégorie « débuts prometteurs », ont obtenu un Oscar de l'emballage MMP Premium pour Diamond Laser et Alpes Packaging pour Lignum. En partenariat avec l'Institut national du design packaging (INDP), Faustine Flamand, Lise Dillies et Amélie Stoffel de l'IUT de Reims-Châlons-Charlevile ont rassemblé les suffrages pour Wave Pack. Dans cette catégorie ouverte aux start-up, aux innovations en voie de commercialisation, aux très petites entreprises (TPE) et aux étudiants, le jury détecte le futur de l'emballage.

[19:00-22:00] Ouverture du Festival Nanterre sur scène
Location:
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Espace Reverdy
200, avenue de la République
8, rue Anatole France
Université Paris X, bâtiment L, rez-de-chaussée
92001 Nanterre
M° RER A Nanterre - Université
France
Phone : +33 (0)1 40 97 56 56
Fax : +33 (0)1 40 97 47 20
Mail : affaires.culturelles@u-paris10.fr
Internet Site : www.u-paris10.fr
Description:
Du 27 novembre au 1er décembre 2017,
le Festival Étudiant des Arts de la Scène
tiendra sa 8e édition à l'Université Paris Nanterre !

- Le festival rassemble 8 troupes étudiantes venues de toute la France, pour 5 jours de spectacles et d'animations sur le campus de l'Université Paris Nanterre.
- Un jury professionnel désignera le lauréat du festival, qui bénéficiera d'une aide à la diffusion et d'une dotation de 2 500 €.
- Année après année, Nanterre sur Scène confirme son statut de tremplin pour les jeunes artistes, contribuant à la découverte des futurs talents et favorisant leur rencontre avec le grand public Nanterre sur Seine accueille toutes les disciplines des arts de la scène et met en compétition des troupes dont la/le metteuse/metteur en scène et, au minimum, la moitié des participants sont étudiants.

Cette année les compagnies sont issues d'écoles et universités franciliennes, caennaises et cannoises. À l'issue de la compétition, un jury composé de professionnels du domaine des arts de la scène remettra le Grand Prix Nanterre sur Scène 2017 : une aide à la diffusion et une dotation de 2 500€. Deux autres prix seront aussi décernés, l'un par un jury d'élèves du lycée Joliot-Curie de Nanterre - dotation de 700€ - l'autre par le public du festival.

5 jours de spectacles et d'animations

Le spectacle MARTYR, de Marius Von Mayenburg, mis en scène par Antoine Laudet/L'ensemble 23, lauréat de l'édition 2016, ouvrira le Festival le lundi 27 novembre. 7 nouveaux spectacles seront ensuite présentés du 28 novembre au 1er décembre sur les scènes du Théâtre Koltès et de l'Espace Reverdy (campus de l'Université, bâtiment L). Nanterre sur Scène, c'est aussi des happenings organisés sur tout le campus par les compagnies sélectionnées, ainsi que des rencontres : une rencontre professionnelle en partenariat avec Nanterre-Amandiers, et des rencontres publiques avec les metteurs/metteuses en scène des deux spectacles joués dans la soirée, chaque soir à l'issue du 2e spectacle.

Nanterre sur Scène, au coeur du territoire

Lancé en 2010, le festival participe à la dynamique culturelle de l'Université Paris Nanterre et de l'ensemble de son territoire. Chaque année, l'Université réaffirme ainsi sa volonté de promouvoir la création artistique et d'être un lieu de diffusion culturelle en partenariat avec le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine (92), la Mairie de Nanterre, le Théâtre Nanterre-Amandiers et le CROUS de l'Académie de Versailles.

Le programme du Festival Nanterre sur Scène

Spectacle d'ouverture hors compétition
Lundi 27 novembre 2017
- 19h au Théâtre Bernard-Marie Koltès : MARTYR, de Marius Von Mayenburg - L'ensemble 23
- 20h30 dans le hall du bâtiment L : cocktail d'ouverture

La sélection officielle 2017

Mardi 28 novembre 2017
- 18h30 à l'Espace Reverdy : LA PLUIE D'ÉTÉ d'après Marguerite Duras - Le Pavillon 33
- 20h30 au Théâtre Koltès : MISTERIOSO 119 de Koffi Kwahulé - Okto

Mercredi 29 novembre 2017
- 18h30 à l'Espace Reverdy : G.G.K. d'après Frédéric Sonntag - G.G.K
- 20h30 au Théâtre Koltès : JE NE SUIS PAS DE CELLES QUI MEURENT DE CHAGRIN OU « MÉDÉE ! JE VAIS L'ÊTRE ! »
d'après les texte d'Euripide, J. de la Péruse, H. Müller, J-R. Lemoine et R. Barthes - Compagnie Crier Gare

Jeudi 30 novembre 2017
- 18h30 à l'Espace Reverdy : BOLIDES, écriture collective - Collectif Bolides
- 20h30 au Théâtre Koltès : VORACES, écriture collective - Compagnie L'orage

Vendredi 1er décembre 2017
- 19h au Théâtre Koltès : PASSAGE DE LA COMÈTE, de Vincent Farasse - Les Lendemains d'hier
- À partir de 21h30 à l'Espace Reverdy : cocktail de clôture, cérémonie de remise des prix et concert
Informations et réservations sur : www.nanterresurscene.com

Cette année le jury professionnel du Festival est composé de :
- Olivier Augrond, acteur, auteur, metteur en scène / Collectif Les Apaches
- Anne Barbot, actrice et metteure en scène / Compagnie Nar6 et Collectif In Vitro
- Noémie Fargier, auteure-metteure en scène en résidence à Mains d'Oeuvres
- Christian Lalos, directeur / Théâtre de Châtillon
- Hervé Pons, dramaturge, réalisateur et critique de théâtre pour Les Inrocks, conseiller à la dramaturgie à Nanterre

[19:00-21:00] Ouverture du Projet multimédia du Festival "Sous le ciel de Paris"
Location:
Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris
Cathédrale de la Sainte-Trinité de Paris
1-5, quai Branly
2, avenue Rapp
75015 Paris
M° RER C Pont de l’Alma, Alma - Marceau
France
Internet Site : www.cathedrale-sainte-trinite.fr
Description:
Projet multimédia du Festival "Sous le ciel de Paris"

27 novembre 2017, 19h.00 - Grande ouverture

Au programme:

- Exposition de photos et projet multimédia: "La Sibérie inconnue"; "Saint-Pétersbourg - capitale culturelle: prix du voyage mondial"; "Ballet russe: 200e anniversaire de l'histoire du ballet russe".

- Rencontre créative sous forme de dialogue entre les participants au projet et les personnalités culturelles et artistiques, les représentants des organisations gouvernementales françaises, le public français, dédiée à la coopération bilatérale dans l'organisation de projets dans le domaine de l'art et de la création artistique.

Entrée libre!

30 novembre 2017, 19h.00 - Clôture du Festival

Entrée sur invitation uniquement

Projet multimédia du Festival "Sous le ciel de Paris"

[19:00-21:00] Prix Nouvel Auteur 2017 de la Fondation JM Bajen
Location:
SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
maison des auteurs
7-9, rue Ballu
75009 Paris
M° Place de Clichy
France
Phone : +33 (01) 40 23 44 55
Mail : webmaster@sacd.fr
Internet Site : www.sacd.fr
Description:
Chaque année depuis 2011, un prix « Nouvel Auteur » est décerné à un jeune auteur par un comité de lecteurs parmi quelques personnalités du monde du spectacle.

2 prix ex aequo « Nouvel Auteur » 2017 de la Fondation JM Bajen ont été attribués :
« SCÈGNE » de Christophe de CHOISY
« UN P'TIT COIN DE CANAPÉ » écrite en duo
par Cerise GUY et Thierry TAIEB

Les textes « Zone Libre ! » d'ALFRED et « Ère BNB ou la pièce à Louer » de Pascal PROVOST ont gagné le coup de cœur et les félicitations du jury !

La remise des prix aura lieu le lundi, 27 Novembre 2017 à 19h dans les salons de la SACD.

[19:00-21:00] Vernissage de Meg Ozono "Au-delà de la lumière"
Location:
Galerie Grand E'terna
3, rue de Miromesnil
75008 Paris
M° Miromesnil, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 42 65 14 46
Fax : +33 (0)1 42 65 20 50
Mail : k-nishikawa@jsb-g.co.jp
Internet Site : www.gallery-grand-eterna.com
Description:
Artiste : Meg Ozono
"Au-delà de la lumière"
- derrière les paupières closes -

Art de la photo jewelry sans précédent
harmonie entre la photographie et la pierre

Vivre la vie
Je ressens de l'énergie infinie
J' exprime la lumière scintillante par les pierres précieuses
La vague lumineuse persiste
Derrière les paupières une fois closes

EXPOSITION
du 28 novembre au 2 décembre 2017

www.photojewelry-art.com

Vernissage de Meg Ozono "Jewelry Au-delà de la lumière"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Connectivités"
Location:
MuCEM
Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée
7, promenade Robert Laffont
1, esplanade du J4
13002 Marseille
M° Joliette
France
Phone : +33 (0)4 84 35 13 13
Internet Site : www.mucem.org
Description:
Galerie de la Méditerranée 2

« Connectivités » raconte une histoire des grandes cités portuaires de la Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles : Istanbul, Alger, Venise, Gênes, ...

Du mercredi 29 novembre 2017 au samedi 30 novembre 2019

La Galerie de la Méditerranée fait peau neuve, sa deuxième section accueille une nouvelle exposition semi-permanente. « Connectivités » raconte une histoire des grandes cités portuaires de la Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles : Istanbul, Alger, Venise, Gênes, Séville et Lisbonne sont alors les points stratégiques de pouvoir et d'échanges dans une Méditerranée qui voit naître la modernité entre grands empires et globalisation.

Prenant pour socle de réflexion La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, l'exposition propose de suivre les pas de l'historien Fernand Braudel et d'aborder cette Méditerranée des XVIe et XVIIe siècles non pas comme un objet d'étude aux bornes chronologiques strictes, mais comme un personnage dont il s'agirait de raconter l'histoire en l'inscrivant dans la longue durée, allant jusqu'à l'interroger dans la période contemporaine.

Invitant les visiteurs à un saut dans le temps, cette histoire urbaine est également abordée aujourd'hui, à travers l'évolution de territoires portuaires contemporains : les mégapoles d'Istanbul et du Caire et les métropoles de Marseille et de Casablanca. Il s'agit en effet d'aborder la ville en développement comme le lieu vers lequel convergent et s'intensifient les flux, les connections, les échanges, et donc, le pouvoir.

Commissariat d'exposition : Myriame Morel-Deledalle

Avec le soutien d'Interxion, de NGE et du Club de l'Immobilier.

>> informations

Vernissage de l'exposition "Connectivités"

Vernissage de l'exposition "Connectivités"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Degas Danse Dessin"
Location:
Musée d'Orsay
62, rue de Lille
1, rue de la Légion d'Honneur
75343 Paris Cedex 07
M° Musée d'Orsay, Solférino
France
Phone : +33 (0)1 40 49 48 14
Internet Site : www.musee-orsay.fr
Description:
28 novembre 2017 - 25 février 2018

A l'occasion du centenaire de sa mort, le musée d'Orsay rend hommage à Edgar Degas (1834-1917) avec une exposition dont le fil conducteur est l'ouvrage méconnu de l'écrivain, poète et penseur Paul Valéry (1871-1945).

L'amitié de plus de vingt ans de Degas et de Valéry a, en effet, donné lieu à un texte publié aux éditions Vollard en 1937, Degas Danse Dessin. Tout à la fois intime et universel, il offre une évocation poétique et fragmentaire de la personnalité du peintre et de son art, et comme une méditation sur la création.

Dans l'exposition, documents figurés et documents d'archive donnent à voir ces hommes et leurs sociabilités. Les nombreux dessins du premier et les fameux carnets du second montrent l'importance de ces productions qui ont été, pour l'un et l'autre, le creuset de leur art.

Les thèmes majeurs explorés dans Degas Danse Dessin sont évoqués en associant des extraits du texte de Valéry à des oeuvres graphiques, des peintures et des sculptures de Degas.

Cet écho entre texte et images invite à appréhender tour à tour la pratique de dessinateur de l'artiste, puis son attachement aux univers de la danse et de l'équitation, que Valéry lie à une même recherche du trait et du mouvement.

Commissaires
Leïla Jarbouai et Marine Kisiel, conservatrices au musée d'Orsay

Vernissage de l'exposition "Degas Danse Dessin"
Edgar Degas
Danseuse assise
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Georges Marchais"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Georges Marchais"
#MarchaisLexpo

[19:00-22:00] Vernissage de l'exposition collective "Clôture Temporaire"
Location:
Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts
ENSBA
14, rue Bonaparte
13, quai Malaquais
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 47 03 50 00
Fax : +33 (0)1 47 03 50 80
Mail : info@ensba.fr
Internet Site : www.ensba.fr
Description:
Exposition des étudiants de l'atelier Rochette

Galeries gauche et droite



[20:00-23:00] Cérémonie de remise des Grands Prix Sacem 2017
Location:
Salle Pleyel
252, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Ternes, Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 42 56 13 13
Mail : rp@sallepleyel.fr
Internet Site : www.sallepleyel.fr
Description:
Chaque année, la Sacem honore le travail d'écriture, de composition et d'édition de ses membres lors de la cérémonie des Grands Prix Sacem. De la création d'une œuvre à sa diffusion, la Sacem accompagne celles et ceux qui participent à la vie artistique, à sa vitalité et sa diversité, partout en France et dans le monde.
Décernés chaque année, à l'issue d'un vote du conseil d'administration, les Grands Prix Sacem distinguent un parcours prometteur, la carrière de celles et ceux dont les mots, les notes, les œuvres ont marqué la création dans tous les répertoires représentés par la Sacem.

La cérémonie des Grands Prix 2017, présentée par Isabelle Carré, se déroulera le lundi 27 novembre à la salle Pleyel et sera retransmise en direct sur sacem.fr.
18 récompenses seront décernées dont 1 nouvelle cette année : le Grand Prix du répertoire jeune public.

PALMARÈS 2017

Prix Spécial de la Sacem - Salvatore ADAMO

Grand Prix du répertoire jeune public - ALDEBERT

Grand Prix de la musique symphonique (carrière) - Karol BEFFA

Grand Prix de la musique pour l'image - Jean-Michel BERNARD

Prix Rolf Marbot de la chanson de l'année - « JE SUIS », Bigflo & Oli
Auteurs : Florian et Olivio Ordonez
Compositeurs : Florian et Olivio Ordonez, Augustin Charnet, Clément Libes
Éditeurs : BMG Rights Management France, Warner Chappell Music France, La Main Invisible Publishing

Grand Prix de la chanson française (créateur-interprète) - CALOGERO

Grand Prix de l'auteur-réalisateur de l'audiovisuel - Tristan CARNÉ

Grand Prix de l'édition musicale - CRISTAL PUBLISHING, Eric Debègue

Prix Francis Lemarque de la révélation - Gaël FAYE

Grand Prix de la chanson française (auteur-compositeur) - Pierre GRILLET

Grand Prix de l'humour - Nora HAMZAWI

Grand Prix du répertoire Sacem à l'export - JAIN

Grand Prix des musiques du monde - Mory KANTE

Grand Prix de la musique symphonique (jeune compositeur) - François MEIMOUN

Grand Prix des musiques électroniques - PETIT BISCUIT

Grand Prix des musiques urbaines - SOPRANO

Prix de l'œuvre internationale de l'année « CAN'T STOP THE FEELING » - Justin Timberlake
Auteurs-Compositeurs : Justin Timberlake, Max Martin, Shellback
Editeurs : Tennman Tunes, Universal Music Z Tunes LLC, DWA Songs, MXM Music AB.
Sous-éditeurs pour la France : Universal Music Publishing, Kobalt Music Publishing Limited.

Grand Prix du jazz - BOJAN Z

« La musique est une incroyable invention humaine. Pour qu'elle existe et nous parvienne, il faut un compositeur, pour une chanson un auteur et souvent un éditeur pour promouvoir l'œuvre. Les Grands Prix Sacem sont destinés à rendre hommage aux auteurs, auteurs-réalisateurs, compositeurs et éditeurs qui dans tous les genres et tous les styles font honneur à la musique. »
Jean-Claude Petit - Compositeur, Président du Conseil d'administration

En direct sur sacem.fr
#PrixSacem

Cérémonie de remise des Grands Prix Sacem 2017

19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés