Saturday, December 9, 2017
Public Access


Category:
Category: All

09
December 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

  Exposition de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
14 octobre - 23 décembre 2017

Être un naufragé, c'est être un point au milieu d'un cercle, perpétuellement. [...] Quand vous élevez le regard, vous vous demandez parfois [...] s'il n'y aurait pas quelqu'un d'exactement comme vous qui élève lui aussi le regard, lui aussi coincé dans cette géométrie, lui aussi en train de lutter contre la peur, la rage, la folie, la désespérance et l'apathie.
L'histoire de Pi, Yann Martel

La Galerie Karsten Greve a le plaisir de présenter Perpetually at the Centre, nouvelle exposition de Claire Morgan. Plasticienne d'origine irlandaise, elle est parmi les plus recherchés et talentueux artistes de la scène internationale. Cette exposition dévoile au public les œuvres récentes de l'artiste, spécialement réalisées pour cet espace. Nourrie de préoccupations écologiques et étiques, l'exposition est constituée de quatre nouvelles installations monumentales, où domine la dynamique des corps d'animaux taxidermisés qui semblent être contenus dans des environnements étrangers, mais aussi par de récentes sculptures sous-verre où l'écriture s'ajoute au dramatisme des compositions. Un corpus de délicats dessins permet de découvrir le minutieux travail de conception de l'artiste, en contraste avec le geste ardent et instinctif de la surprenante série de toiles grand format.

Le travail de Claire Morgan explore l'ambivalence de l'être humain dans son rapport avec la nature qui l'entoure. La réflexion autour de la présence de l'homme dans le monde, qui a comme conséquence la progressive destruction de l'environnement naturel, est objectivée par l'artiste dans ses installations, où les animaux taxidermisés semblent s'adapter à un monde de gaspillage consumériste qui tente de les engloutir. Dans la suspension temporelle qui caractérise ces sculptures aériennes, où les corps sont figés dans un mouvement perpétuel, le conflit se joue entre la vie et la mort, entre l'organique et l'artificiel.

Le projet de cette exposition est né de la contemplation du pouvoir de la nature, ainsi que de l'exploration du soi, de l'égo et de la condition mortelle de l'être humain. L'immensité de la mer, des forêts et de la nuit qui se manifestent comme un abîme, ont été l'objet d'une méditation profonde jusqu'à en devenir métaphore de l'existence entière, révélant à l'homme sa vulnérabilité. Cette réflexion n'est pas sans considérer la crise humanitaire en cours en Méditerranée, où la mer peut basculer d'espoir de vie à tombeau pour des milliers de migrants, ou la récente tragédie de la Grenfell Tower où les habitants ont vu leurs appartements se transformer en vision cauchemardesque. Les extrêmes changements climatiques, signaux d'alarme de futures crises humanitaires, font aussi partie des préoccupations qui inspirent l'artiste.

Les animaux naturalisés sont aussi symbole des batailles intimes de l'artiste, ils sont témoins de la prise de conscience de ses propres passions. Le besoin de chacun d'exister est pour Claire Morgan fortement lié à la passion et à la violence, à travers lesquelles s'expriment les nécessités humaines. La lutte fait partie du paysage intérieur de l'homme : qu'elle soit physique ou psychologique, elle engendre des cas de conscience. Ces questionnements guident aussi l'organisation de l'exposition, qui se déroule en suivant des couples d'idées spécifiques: le soi et la violence, le passage du temps et la transcendance, la peur du noir et de se noyer, le feu et la mort.

Le principe même de la taxidermie, que Claire Morgan exécute de sa propre main, repose sur une contradiction, ayant pour objectif de donner une apparence vivante à ce qui est mort. Cette ambivalence est propre à toute son œuvre : dans les dessins comme dans les peintures, des résidus du processus de taxidermie sont utilisés comme matériaux graphiques. Des éléments comme les os ou le sang, ainsi que des corps entiers d'animaux, sont intégrés dans les œuvres et leur donnent alors un caractère symbolique et rituel.

Dans le travail de l'artiste la nature est stupéfiante, parfaite dans son immobilité. L'ambiguë présence vitale de ces animaux taxidermisés contraste avec les fragiles formes géométriques créées par cette « vertueuse assemblagiste » à l'aide de fils de nylon auxquels sont suspendus graines de pissenlit ou fragments de plastique. Le monde de Claire Morgan est un univers où la nature, menacée par la présence envahissante et cynique de l'être humain, résiste dans toute sa beauté. Elle s'incarne dans la perfection d'un scénario géométrique et minimaliste, mais aussi dans la fragilité de structures si légères qu'elles pourraient disparaître par le simple souffle du vent.


Claire Morgan est née en 1980 à Belfast (Irlande) et habite et travaille à Gateshead, Newcastle upon Tyne (Angleterre). Très vite, ses œuvres sont exposées à travers toute l'Europe et son travail a fait l'objet de nombreuses commissions publiques et privées. En 2010, après avoir exposé au Palais de Tokyo, Claire Morgan a inauguré sa première exposition personnelle française à la Galerie Karsten Greve. À cette occasion elle a présenté pour la première fois ses « dessins au sang », œuvres sur papier témoignant du processus de taxidermie. Depuis, son travail a été présenté aussi bien en Europe qu'aux Etats Unis, où elle a participé à des nombreuses expositions collectives. Les installations et les dessins de l'artiste ont intégré des prestigieuses collections internationales publiques et privées, parmi lesquelles figurent le Museum of Old and New Art (MONA) en Australie, la Fondation ALTANA en Allemagne et la Collection Guerlain en France. En 2017 le FRIST Center for Visual Arts à Nashville a organisé sa première exposition personnelle aux États-Unis. La fondation Francès à Senlis, en collaboration avec la Galerie Karsten Greve, dédie à Claire Morgan une exposition personnelle visible jusqu'au 23 décembre 2017.

Vernissage de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"
Claire Morgan, Tine To Die, 2017, waxwing (taxidermy), dandelion seeds, nylon, in vitrine, 88 x 51,6 x 51,6 cm

Vernissage de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"
To an End, 2017, Pencil and watercolour on paper, 41 x 31 cm

Vernissage de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"
Lo (detail), 2017, Tawny owl (taxidermy), polythène, nylon, in vitrine, 98,5 x 71,6 x 71,5 cm

Vernissage de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"
Pedestal
2011
Aigrettes de pissenlit, aigrette (taxidermie), nylon, plomb, acrylique
270 x 60 x 60 cm
CM/S 11

Vernissage de Claire Morgan "Perpetually at the Centre"

Salon Galeristes 2017
Location:
Carreau du Temple
3, rue Dupetit-Thouars
4, rue Eugène Spuller
75003 Paris
M° Temple, Filles du Calvaire, République
France
Mail : accueil@carreaudutemple.org
Internet Site : www.carreaudutemple.eu
Description:
SALON DU 8 AU 10 DÉCEMBRE 2017

Journée professionnelle (sur invitation uniquement)
Vendredi 8 et Samedi 9 décembre 11h/21h
Dimanche 10 décembre 11h/13h

Ouverture au public
Samedi 9 décembre et dimanche 10 décembre 13h/19h

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00-13:00] Hommage national à Johnny Hallyday
Location:
Eglise de la Madeleine
Place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Internet Site : www.eglise-lamadeleine.com
Description:
NOTE AUX REDACTIONS
Le Président de la République et son épouse, Mme Brigitte Macron, participeront à l'hommage populaire organisé en mémoire de Johnny Hallyday, le samedi 9 décembre 2017.
Il a été convenu entre la famille, les proches de Johnny Hallyday et la Présidence de la République, que dans le cadre de cet hommage populaire, le convoi funéraire partira de l'Arc de Triomphe, puis descendra les Champs Elysées jusqu'à la place de la Concorde avant de se rendre à l'église de la Madeleine pour un office religieux.
Le Président de la République et son épouse participeront à l'office religieux.
Les musiciens de Johnny Hallyday accompagneront musicalement le convoi funéraire pendant la procession.


Déroulé prévisionnel
Vers 10h00
Départ du cortège funéraire du funérarium du Mont-Valérien

Passage du cortège funéraire à Marnes-la-Coquette


Vers 12h00
Arrivée du cortège funéraire sur la place Charles-de
-Gaulle

Arrivée du cortège funéraire à la Concorde


Vers 12h45
Arrivée du cortège funéraire Place de la Madeleine


13h00
Cérémonie funéraire en l'Eglise de la Madeleine en présence de Laeticia Hallyday, David Hallyday, Jean-Louis Aubert, Eddy Mitchell, Pascal Obispo, Michel Drucker, Estelle Lefébure, Thomas Dutronc, Nolwenn Leroy, Nikos Aliagas, Christophe Willem, Sheila, Hugues Auffray, Addamo, Jean Roch, Jean-Pierre Elkabbach, Gad Elmaleh, Line Renaud, Jean Reno, Gérald De Palmas, Patrick Bruel, Marion Cotillard, Didier Barbelivien, Sandrine Kiberlain, Sylvie Vartan, Laurent Voulzy, Alain Souchon, Philippe Labro

et Edouard Philippe, Emmanuel Macron, Brigitte Macron, Nicolas Sarkozy, Carla Bruni, François Hollande, Julie Gayet, Anne Hidalgo, Gérard Larcher


Alors qu'une foule immense se pressait sur le parvis, ce samedi, pour saluer une dernière fois Johnny Hallyday, de très nombreuses personnalités prenaient place dans l'église de la Madeleine. Il y avait, bien sûr, sa famille au grand complet : ses enfants David Hallyday et Laura Smet, leurs mères Sylvie Vartan et Nathalie Baye, ses petites-filles Ilona et Emma, leur mère Estelle Lefébure, son petit-fils Cameron avec sa mère Alexandra Pastor. Laeticia Hallyday et ses filles, Jade et Joy, sont arrivées en voiture avec le cortège.

Le cortège comptait, aux côtés de la dépouille de Johnny, les plus proches : Line Renaud, Jean Reno, Jean Dujardin, Marc Lavoine, Sarah Lavoine et Marie Poniatowski, Patrick Bruel, Maxim Nucci (Yodelice), Muriel Robin, Guillaume Canet, Marion Cotillard, Claude Lelouch, Pierre Billon, Jean Imbert, Antoine Duléry...

Dans l'église, on apercevait notamment Nikos Aliagas, Dick Rivers, Jean-Marie Périer, Jean-Jacques Debout, Jean-Louis Aubert, Nolwenn Leroy, Gilles Lellouche, Gad Elmaleh, Daniela Lumbroso, Michaël Youn, Nagui, Salvatore Alamo, Calogero, Christophe Maé, Philippe Lavil, Thomas Dutronc, Laurence Ferrari, Patrice Leconte, Gérard Louvin, Gérald de Palmas, Jean-Roch, Bernard Montiel, Alexandra Golovanov, Anouk Aimée, Gérard Lenorman, Enrico Macias, Xavier Niel et sa femme Delphine Arnault, Clotilde Couraud, Alain Souchon, Laurent Voulzy, Dany Boon, Vincent Lindon, Gérard Louvin, tandis que, derrière l'autel, d'autres se préparaient à prendre la parole durant la cérémonie: Sandrine Kiberlain, Carole Bouquet, Patrick Bruel ou Philippe Labro.

Outre Emmanuel Macron, des politiques étaient présents en nombre, parmi lesquels Jack Lang, Gérard Larcher, le Premier ministre Édouard Philippe, Anne Hidalgo, Isabelle et Patrick Balkany, Nicolas Sarkozy avec Carla Bruni, François Hollande avec Julie Gayet.


[12:00] Rencontre avec Jean-Pierre Jeunet
Location:
Halle Saint-Pierre
2, rue Ronsard
75018 Paris
M° Anvers, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 58 72 89
Fax : +33 (0)1 42 64 39 78
Mail : info@hallesaintpierre.org
Internet Site : www.hallesaintpierre.org
Description:
dans le cadre de l'exposition "Caro/Jeunet"

Vernissage de l'exposition "Caro/Jeunet"

Rez-de-chaussée de la Halle Saint-Pierre

Du 7 septembre 2017 au 31 juillet 2018
Ouvert tous les jours
Semaine de 11h à 18h
Samedi de 11h à 19h
Dimanche de 12h à 18h

L'exposition CARO/JEUNET est une invitation dans le monde singulier des réalisateurs Jean-Pierre JEUNET et Marc CARO.
Le cinéma, à travers extraits de films, objets, costumes et autres documents viendra dialoguer avec les dessins et peintures de Marc Caro et des œuvres d'art singulier réalisées ou collectionnées par Jean-Pierre Jeunet.




MARC CARO

« Si singulier il y a, il me semble que l'association bicéphale que nous avons constituée avec Jean-Pierre Jeunet fut l'une des choses les plus singulières du paysage cinématographique français. Deux cinéastes visuels qui renouent avec les origines du cinématographe... Pour ma part, notre filiation revendiquée avec Meliès et l'art forain, trouve naturellement sa place à la Halle Saint Pierre qui a toujours su accueillir ceux qui marchent en dehors des clous... »


Marc CARO

Né en 1956 à Nantes, MARC CARO est un auteur de bandes dessinées qui a débuté dans la revue Metal Hurlant à la fin des années 70. Il publie également ses planches dans les magazines Fluide Glacial, Charlie Mensuel et L'Echo des Savanes). C'est aussi un musicien électronique (le groupe Parazite) et un cinéaste issu du cinéma d'animation et de la vidéo expérimentale. Il est connu pour avoir co-réalisé avec Jean-Pierre Jeunet (qu'il rencontre au Festival du Film d'animation d'Annecy en 1974) plusieurs courts-métrages, et les longs-métrages Delicatessen (1991, qui a obtenu de nombreux césars) et La Cité des enfants perdus (1995, présenté en ouverture du festival de Cannes).

Il a réalisé plusieurs courts métrages en solo (Rude Raid, 1985, La Concierge est dans l'escalier (1987)...), le long métrage Dante 01 (2008) ainsi qu'un documentaire sur les robots au Japon (Astroboy à Roboland, 2008).

On lui doit aussi affiches, musiques et décors pour les chorégraphes Régine Chopinot et Philippe Decouflé, ainsi que la direction artistique de nombreux films, parmi lesquels Alien Resurection (1997) de Jean-Pierre Jeunet, Blueberry (2004) de Jan Kounen, et Enter the Void (2009) de Gaspar Noé.

Vernissage de l'exposition "Caro/Jeunet"
Marc Caro


JEAN-PIERRE JEUNET

« Dans tous les films que nous avons faits ensemble ou séparément, Marc Caro et moi-même, les objets ont toujours eu une place prépondérante. Marionnettes articulées pour les films d'animation, Machines Steampunk, costumes baroques, Aliens géants, objets emblématiques comme le cahier de photomaton d'Amélie, sans compter les storyboards, dessins de décors, BD et illustrations de Marc Caro... Tant d'objets qui traînaient dans mon bureau que je décidai de les partager. Le choix de la Halle Saint Pierre a été comme une évidence. Musée d'un art populaire non prétentieux... Situé à quelques mètres de là où Nino Quincampoix pourchassait Amélie dans les jardins du Sacré Cœur... C'est à la Halle Saint Pierre que j'ai découvert Jephan de Villiers, Ronan-Jim Sévellec, Charles Matton, Gilbert Peyre, que j'ai admiré les œuvres de Giger, guide spirituel de mon « Alien »... artistes que je collectionne, et qui font le pont entre l'art « singulier » et nos films, qui ne sont pas moins, du moins je l'espère... singuliers. »


Jean-Pierre JEUNET

Jean-Pierre est né le 3 septembre 1953, à Roanne. Longtemps enfant unique, il développe très vite son propre univers et c'est la caméra Super 8 apportée un jour par un ami de ses parents qui lui montre une voie qui pourrait être la sienne. Véritable autodidacte, il commence par réaliser des films d'animation L'Evasion, Le Manège, avec des personnages sculptés par Marc Caro, puis Pas de Repos pour Billy Brakko d'après une BD du même Caro. Ces films de court métrage commencent à faire parler de lui et à glaner de multiples récompenses en France et à l'étranger. Ensemble, toujours, ils réalisent Le Bunker de La Dernière Rafale, court métrage culte de science-fiction, qui passera en première partie d'Eraserhead de David Lynch dans une salle parisienne durant six années. En 1989, il réalise seul Foutaises avec, déjà, son acteur fétiche Dominique Pinon, et gagnera une cinquantaine de prix dont le César du meilleur court métrage.

Le succès commercial et les nombreux prix de Délicatessen (1991) permettent à Jeunet & Caro de mettre en chantier un projet ambitieux : La Cité des Enfants perdus, une fable sombre, tellement innovante sur le plan technique qu'elle nécessite la création de nouveaux logiciels et une très longue préparation. Le film est superbe, infiniment poétique. Il est présenté en Ouverture du Festival de Cannes 1995. C'est ce film qui attire l'attention de la Fox qui décide de confier à Jean-Pierre Jeunet la réalisation du 4ème opus de la franchise « Alien Résurrection ».

A l'issue de son séjour hollywoodien, Jean-Pierre Jeunet a la nostalgie des pavés de Montmartre et surtout, après la « grosse machine » d'Alien, il a envie de réaliser un « petit film personnel avec des copains ». Depuis des années, il collectionne des bouts d'idées étonnantes et des fragments d'histoires qui le touchent. Tout prend forme lorsqu'il invente le dénominateur commun à ces histoires : une jeune femme timide mais imaginative et déterminée à enjoliver la vie des autres. Ainsi est née Amélie Poulain, héroïne d'un film qui rend heureux et donne envie d'aimer, car Jean-Pierre Jeunet réussit avec ce film ce qui est considéré comme l'exercice le plus périlleux du cinéma : filmer le bonheur. Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain est le plus grand succès en langue française dans le monde.

Le triomphe du film et l'osmose avec Audrey Tautou lui permet d'envisager un projet qui lui tient à cœur depuis 10 ans : Un Long Dimanche de Fiançailles, l'adaptation du roman de Sebastien Japrisot. Avec Audrey Tautou, Jean-Pierre Jeunet sait qu'il tient sa « Mathilde », jeune femme obstinée à la recherche de son fiancé dans les méandres de la Grande Guerre. Le succès est au rendez-vous, tant sur un plan critique que sur un plan commercial.

Le 28 octobre 2009, sortie du film Micmacs à Tire-Larigot, une fable humaniste où Dany Boon interprète un David luttant contre Goliath, en l'occurrence deux marchands d'armes.

En 2013, L'extravagant voyage du jeune et prodigieux TS Spivet avec Kyle Catlett et Héléna Bonham Carter est une adaptation du livre-objet de Reif Larsen. Cette adaptation a été écrite en collaboration avec Guillaume Laurant. Le film a été tourné en anglais au Canada, en 3D. La sortie en France le 16 octobre 2014 sera suivie par une sortie Européenne, puis américaine. Thomas Hardmeier a été récompensé du César de la photographie en 2015. Et le film remporte tous les prestigieux 3D society Awards.

En 2015 Jean-Pierre réalise un pilote de série intitulée Casanova avec Diego Luna, Bojana Novakovic, Miranda Richardson et Ben Daniels pour Amazon. Le film sera diffusé sur leur site à l'été 2015, et son chef opérateur Pierre Gill récompensé du prix américain ASC attribué à la photographie.

Jean-Pierre vient de réaliser avec Romain Segaud un court métrage d'animation, mettant en scène ses bestioles, bricolées avec des débris trouvés dans la nature, sur un texte de Jacques Prévert et intitulé Deux escargots s'en vont.

Jean-Pierre Jeunet est le cinéaste français le plus récompensé. Son tour de force est de parvenir à être considéré comme un véritable auteur tout en parvenant à toucher un public large.

Vernissage de l'exposition "Caro/Jeunet"
Jean-Pierre Jeunet

12:00
13:00  
14:00 [14:00-20:00] Opération Golden Blocks avec Ladji Doucouré
Location:
Gymnase Japy
2, rue Japy
75011 Paris
M° Charonne, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 43 79 04 12
Description:
Opération Golden Blocks avec Ladji Doucouré

[14:00-20:00] Vernissage de Fred Le Chevalier "Dedans-dehors"
Location:
Galerie Eko Sato
57, rue des Cascades
75020 Paris
M° Pyrénées, Jourdain, Couronnes
France
Mobile : +33 (0)6 24 92 13 23
Mail : contact@ekosato.com
Internet Site : www.ekosato.com
Description:
Avec l'exposition "Dedans-dehors" Fred Le Chevalier présente des dessins axés sur
des personnages en quête d'intériorité, de bulles dans le monde.
Par la forme comme dans le fond: dedans - dehors. Des personnages qui creusent,
se creusent pour s'ouvrir des refuges. Des dessins qui, pour la plupart,
se nourrissent de fonds, de traits multipliés, de formes graphiques
donnant vie à des forêts, à des pérégrinations dans la nuit.
Le rêve pour approcher de plus près la notion d'histoire, de récits.

Exposition du 9 décembre 2017 au 27 janvier 2018.
(La galerie sera fermée du 31 décembre 2017 au 16 janvier 2018)

Vernissage samedi 9 décembre de 14H00 à 20H00.

Depuis près de dix ans, Fred le Chevalier peuple les murs de Paris et d'ailleurs de ses étranges personnages, d'amoureux masqués et d'animaux fantastiques.
Ses dessins-collages connaissent une notoriété aussi bien auprès des promeneurs que de la communauté de l'art urbain. Fred Le Chevalier colporte au gré des balades ces personnages qui peuplent son intime intérieur, ses rêves, ses désires et ses maux.
Le pouvoir du trouble rend ces œuvres captivantes. Notre regard est interrogé.
Certains s'y attachent. D'autres se reconnaissent.
« Je pense qu'on retrouve dans mes dessins un aspect qui me tient vraiment à cœur,
les gens peuvent se projeter dans mes histoires et y greffer les leurs. »
Fred Le Chevalier laisse son bestiaire glisser de sa sacoche
à Berlin, Bruxelles, Athènes, Bari, Londres...
En 2016, une grande exposition lui était consacrée au Bon Marché Rive Gauche.
En décembre 2017, il revient avec une exposition-surprise.
Dedans-dehors, une nouvelle page à découvrir à partir du 9 décembre 2017 à
la Galerie Eko Sato qui présentera les nouveaux dessins originaux de l'artiste.

Vernissage de Fred Le Chevalier "Dedans-dehors"
Dedans dehors - encre sur papier - 2017

Vernissage de Fred Le Chevalier "Dedans-dehors"
Aujourd'hui encore plus qu'hier nous irons planter des arbres, encre sur papier, 2015, 60x80cm

[14:00-20:00] Vernissage de Sidival Fila
Location:
Galerie Poggi
2, rue Beaubourg
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)9 84 38 87 74
Mail : office@galeriepoggi.com
Internet Site : www.galeriepoggi.com
Description:
From December 9th, 2017 to January 13th, 2018
Opening on Saturday December 9th from 2-8 pm

La Galerie Jérôme Poggi est heureuse de présenter en France la première exposition personnelle de l'artiste et moine Sidival Fila, qui vit et travaille à Rome.

L'exposition, organisée avec la complicité du critique d'art et commissaire d'exposition Dominique Païni, réunit un ensemble d'une dizaine de tableaux monochromes, plissés et cousus.

Parallèlement, l'Eglise Saint Eustache accueille, au coeur de la nef principale, une oeuvre de Sidival Fila qui sera exposée jusqu'à la fin du mois de janvier 2018.

Né en 1962, dans l'Etat de Parana au Brésil, Sidival Fila a étudié l'art à Sao Paulo avant de s'installer en Europe en 1985. C'est lors d'un voyage d'étude en Italie qu'il choisit d'abord de se consacrer à la religion, mettant entre parenthèse son travail d'artiste quelques années pour devenir prêtre. Tout en dirigeant aujourd'hui le monastère franciscain San Bonaventura sur le Mont Palatin à Rome, Sidival Fila a repris une activité artistique il y a une dizaine d'années au sein même de son monastère, dans un vaste atelier surplombant le Forum Romain. C'est en 2006 qu'il recommence une production artistique à partir de matériaux pauvres ou obsolètes. En 2015, l'exposition que lui consacre le Museo Bilotti dans l'Orangerie de la Villa Borghese marque sa réapparition notable sur la scène de l'art institutionnelle. L'année suivant, le critique d'art Dominique Païni l'invite à exposer au Fresnoy aux côtés de Sol Lewitt, Dan Flavin, François Morellet ou encore Sheila Hicks.

Vernissage de Sidival Fila

Vernissage de Sidival Fila

[14:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Les Faits du hasard"
Location:
Le Centquatre-Paris
104, rue d'Aubervilliers
5, rue Curial
75019 Paris
M° Stalingrad, Crimée, Riquet
France
Phone : +33 (0)1 40 05 51 71
Fax : +33 (0)1 40 05 54 45
Mail : contact@104.fr
Internet Site : www.104.fr
Description:
EXPOSITION D'ART CONTEMPORAIN NUMÉRIQUE
3 MOIS D'EXPOSITION ; 30 INSTALLATIONS DE GRANDE ENVERGURE

09.12.2017 > 04.03.2018
vernissage public samedi 9 décembre à partir de 14h


** 09.12 : LES PERFORMANCES DU VERNISSAGE **

** Pixel lent, Elizabeth Saint-Jalmes et Cyril Leclerc;
** (F)RAVI/Agence de rencontres sans risque, GK Collective; ** performances musicales de PLUG;
** Aérobic philosophique, Pascal Lièvre;
** πTon, André et Michel Decosterd (Codact).

En parallèle au vernissage des Faits du hasard, venez expérimenter les étonnants dispositifs des start-up de 104factory à l'Open Factory #3.

** A PROPOS DE L'EXPOSITION **

Accidents artistiques intentionnels et relecture poétique d'une société technologique perçue à l'heure du numérique sont au cœur de la prochaine exposition centrale de la Biennale internationale des arts numériques au CENTQUATRE-PARIS, Les Faits du hasard. Une façon pour l'homme de reprendre la main sur la machine ?

codirection artistique : Gilles Alvarez et José-Manuel Gonçalvès

+ D'INFOS :
http://www.104.fr/fiche-evenement/les-faits-du-hasard-exposition.html


Les artistes :
Nelo Akamatsu | BeAnotherLab | David Bowen | Juan et Santiago Cortés | disnovation.org | Jérôme Cavalière | Quentin Euverte et Florimond Dupont | Romain Gandolphe | Jingfang Hao et Lingjie Wang | Pascal Haudressy | Kathy Hinde | Mathias Isouard | Alice Jarry et Vincent Evrard | Jackson | So Kanno et yang02 | Fabien Léaustic | Lawrence Malstaf | Guillaume Marmin | Martin Messier | Navid Navab et Michael Montanaro | Vivien Roubaud | Linda Sanchez | Alba Triana | Fabien Zocco


Avec Arcadi, dans le cadre de Némo, Biennale internationale des arts numériques - Paris / Île-de-France

dans le cadre de l'Année France-Colombie 2017, avec le soutien de l'Institut Français, et dans le cadre du Tandem Paris-Tokyo


Visuel : Pixel lent, Cyril Leclerc et Elizabeth Saint-Jalmes


[15:00-18:00] Après-midi dédicace avec RedApe
Location:
Galerie Sakura Marais
21, rue du Bourg Tibourg
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 73 77 45 69
Mail : contact@galerie-sakura.com
Internet Site : www.galerie-sakura.com
Description:
RedApe dédicacera ses oeuvres (plus de 300 tirages disponibles à la galerie, dès 55€). A tous ceux qui ont déjà acheté un tirage de RedApe dans notre galerie, n'hésitez pas à passer le faire signer.


dans le cadre de l'exposition "L'art dans la peau"

du 8 novembre 2017 au 14 janvier 2018

Tout comme l'art, le tatouage a maintenant ses propres courants, ses propres styles, de l'abstrait au portrait, du figuratif à l'hyperréalisme, en passant par le primitif et le moderne. Alors si vous rêvez d'un nouveau tatouage, venez trouver l'inspiration à la galerie Sakura !

Vernissage (sur invitation nominative) le jeudi 9 novembre en présence d'artistes. Photocall, cocktail, tatouage live et body painting seront au rendez-vous.

Tout comme l'art, le tatouage a maintenant ses propres courants, ses propres styles, de l'abstrait au portrait, du guratif à l'hyperréalisme, en passant par le primitif et le moderne. Alors si vous revez d'un nouveau tatouage, venez trouver l'inspiration à la galerie Sakura !

Honneur aux tatoués
Après le succès de ses précédentes expositions «Pool Party», «L'expo contre-attaque», «Des chauve-souris et des hommes», «Décalage Immédiat»..., cette fois ce sont les tatouages que la Galerie Sakura a choisi de mettre en lumière, toujours sur le ton de la pop culture, de l'humour et de la réflexion.

Hier méprisé et destiné aux marginaux, le tatouage est maintenant phénomène de société. L'art du tatouage fait sa réapparition en 1770, lors des explorations dans le Pacique Sud avec le capitaine James Cook. Dans les années 1970, puis plus particulièrement dans les années 1990, un véritable engouement pour le tatouage est né. Le tatouage n'est plus alors une manière d'afficher son appartenance à un groupe, à une tribu ou à un quartier, c'est un moyen de revendiquer son originalité, de séduire, de s'embellir, de provoquer, de compenser. Un tatouage correspond souvent à un moment important de la vie, agréable ou douloureux : naissance, décès, réussite personnelle ou professionnelle sont des exemples récurrents de raisons qui amènent à se faire tatouer. De ce fait, le motif mais aussi le lieu de l'inscription (dos, torse, bras, jambes, etc.) a également une importante signication. Bien qu'il jouisse encore d'une image négative, tout le monde peut malgré tout être aujourd'hui tatoué : de l'anonyme à la tête couronnée.

Liste des artistes exposés :
Phil Barclay | Billy Butcher | Mason Denaro | Toby Dixon | Victo de Mello | Travis Durden | Andreou Errikos | Nicolas Guichard | Greg «Leon» Guillemin | Michael Hall | Alex Konahin | Kimbei Kusakabe | Julia Kuzmenko | Wayne Maguire | Ramon Maiden | Phillip Marsden | Jonathan May | Marc Ninghetto | Joana Pereira | David Prior | Raul Raichtaler | Nina Red | RedApe | Ng Rhonson | Jack Romo | Christian Saint | Amit Shimoni | Juliette Teal | Austin Tott | David Van Der Veen | Eduardo Vieira | Dito Von Tease

https://www.galerie-sakura.com/expo/l-art-dans-la-peau

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Nicolas Guichard : Duragon Yakuza

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Jonathan May : Untitled 2

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
David Van Der Veen : Tattooed heart

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Jonathan May : Untitled 3

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Michael Hall : Untitled 2

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Greg Guillemin : Daddy Forever

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Greg Guillemin : Black Rabbit

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Wayne Maguire : Heisenberg

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Wayne Maguire : Mother of Dragons

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Wayne Maguire : Winter is coming

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Amit Shimoni : Einstein

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Amit Shimoni : Obama

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Amit Shimoni : Trump

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Mikael De Poissy : Mister Shitto

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Christian Saint : Flora

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Christian Saint : Batgirl 1

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Kusakabe Kimbei : Untitled

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Phillip Marsden : Mom

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Victor De Mello : Tattoo 1

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Ramon Maiden : Dragon Muse

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
RedApe : Mickey Blue

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Juliette Teal : Jess The Old School

Vernissage de l'exposition "L'art dans la peau"
Juliette Teal : Lulu The Hell's Angel

[15:00-20:00] Dédicace de Philippe Hérard
Location:
Joël Knafo Art Gallery
21&24, rue Véron
75018 Paris
M° Abbesses, Pigalle
France
Mobile : +33 (0)7 81 61 21 57
Mail : galerie@joelknafo-art.com
Internet Site : www.joelknafo-art.com
Description:
dans le cadre de l'exposition de Philippe Hérard

Du 9 novembre au 2 décembre, prolongée au 9 décembre
Vernissage jeudi 9 novembre à partir de 18h00 en présence de l'artiste

Après une première exposition personnelle en 2015, les galeries Joël Knafo Art accueillent le peintre Philippe Hérard du 9 novembre au 2 décembre 2017.
Pour cet événement, l'artiste met en scène une proposition dans laquelle sa peinture, empreinte de poésie, tutoie celle de grands maîtres.

Sans renoncer à son univers intime, paradoxal et parfois absurde, le poète des rues développe des saynètes sublimées par la force des détails et une exceptionnelle exécution.

Libéré de ses célèbres «hommes bouées», parfois encore convoqués en clin d'œil, Philippe Hérard présente de multiples supports, tôles, bois, cartons, toiles, qui à l'instar de son travail de rue cherchent à révéler l'histoire inscrite dans la matière.

Ses œuvres, dont le trait commun serait aussi l'économie de peinture, témoignent de la volonté de l'artiste de faire corps avec le support pour dévoiler son potentiel esthétique et narratif.

La rue Véron retrouve Philippe Hérard !

Pour accompagner son exposition personnelle, Philippe Hérard peindra un mur à l'angle de la rue Lepic et de la rue Véron. Celui-ci sera complété par des collages réalisés dans Montmartre à la discrétion de l'artiste.

Le film de l'installation faite par Philippe Hérard à la Réserve de Malakoff, réalisé par Girvinie Charmesseau (Virginie Marchesseau), sera diffusé dans un espace spécialement aménagé dans la galerie du 21 rue Véron.

Vernissage de Philippe Hérard

[15:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Murs Ouverts #23"
Location:
Le Lavo//matik
arts urbains
20, boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 83 69 92
Mail : benoit.maitre@wanadoo.fr
Description:
La 23ème édition des Murs Ouverts commencera samedi 09 Décembre et se poursuivra jusqu'à la fin de l'année !



[16:00-19:00] Finissage de Caroline Corbasson "Sidereal"
Location:
M O N T E V E R I T A
MONTEVERITA
127, rue de Turenne
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, République
France
Phone : +33 (0)1 73 74 75 45
Mail : info@monteverita.com
Description:
Signature du catalogue et dernier jour de SIDEREAL - Caroline Corbasson
Samedi 9 décembre, de 16 à 19h

12.10 - 09.12.2017
VERNISSAGE JEUDI 12 OCTOBRE DE 19H À 22H

Un premier ouvrage monographique consacré au travail de Caroline Corbasson sera également édité à cette occasion par MONTEVERITA Publishing.

M O N T E V E R I T A présente SIDEREAL, première collaboration avec l'artiste française Caroline Corbasson. Un ensemble de sculptures, œuvres photographiques et installations vidéo, réalisé à l'Observatoire astronomique de Paranal (ESO) au Chili, sera présenté à cette occasion.

Le film qu'elle y a tourné, marqué par le contraste entre l'ultra-sophistication des outils de l'activité humaine et l'immuabilité du théâtre dans lequel ils ont été déployés, est le point de départ, tant substantiel que conceptuel de l'exposition.

Explorant un champ de pratiques extrêmement variées, le travail de Caroline Corbasson ne cesse de creuser deux infinis : celui du cosmos et celui des profondeurs de la matière.

De retour de ce lieu si hostile qu'il évoque presque une autre planète, Caroline Corbasson a confronté la matière prélevée dans le désert à divers protocoles expérimentaux. Ses photographies de poussières vues au microscope puis transférées sur l'émulsion argentique poursuivent le mouvement qui poussait précédemment l'artiste à dessiner au charbon des sujets tirés de l'imagerie stellaire.

SIDEREAL renvoie autant à l'horizon sidéral qu'à l'évocation de possibles réalités parallèles.

Le court-métrage ATACAMA, réalisé avec le soutien de la Bourse Henry, du CNRS ainsi que du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (LAM) sera présenté en marge de l'exposition.

Un premier ouvrage monographique consacré au travail de Caroline Corbasson sera également édité à cette occasion par M O N T E V E R I T A Publishing.

Vernissage de Caroline Corbasson "Sidereal"

Vernissage de Caroline Corbasson "Sidereal"
Caroline Corbasson, Ce serait le hasard, 2017, Impressions jet d'encre, formats variables

[16:30-20:30] Hélène Tran dédicace "Vive la Reine !"
Location:
Galerie Pierre-Alain Challier
Pacea
8, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 49 96 63 00
Mail : galerie@pacea.fr
Internet Site : www.pacea.fr
Description:
Hélène Tran
VIVE LA REINE !

Préface
Adélaïde de Clermont-Tonnerre

Textes
Nathalie Lourau

Les éditions du Chêne publient le premier ouvrage de la célèbre dessinatrice de Point de Vue, qui croque chaque semaine avec humour et esprit les instants officiels ou secrets de la vie de la Reine Elisabeth II, souveraine fascinante... représentée par les plus grands artistes de son temps !

Dédicace
avec le concours de la
Librairie Galignani

samedi 9 décembre de 16h30 à 20h30

Afternoon Tea & Dubonnet
en l'honneur de Sa Majesté

Exposition des dessins originaux du livre
jusqu'au samedi 23 décembre
du mardi au samedi de 11h à 19h

Hélène Tran dédicace "Vive la Reine !"





[18:00-22:00] Remise des prix du Salon des Beaux Arts 2017
Location:
Carrousel du Louvre
99, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Mail : communication@parisexpo.fr
Internet Site : www.carrouseldulouvre.fr
Description:
par la Société Nationale des Beaux Arts

Du jeudi 7 au dimanche 10 décembre
Jeudi 7 décembre de 10h à 22h
Vendredi 8 décembre de 12h à 17h
Samedi 9 décembre de 10h à 22h
Dimanche 10 décembre de 10h à 18h

Vernissage jeudi 7 décembre à 18h
Remise des prix samedi 9 décembre à 18h
Concert samedi 9 décembre à 20h

Remise des prix du Salon des Beaux Arts 2017

[18:00-21:00] Vernissage : Salon d'Hiver de l'Académie Européenne des Arts - France
Location:
Galerie Thuillier
13, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 77 33 24
Mobile : +33 (0)6 12 80 88 36
Fax : +33 (0)1 42 77 33 24
Mail : galeriethuillier@wanadoo.fr
Internet Site : galeriethuillier.free.fr
Description:
du 08 au 14 décembre

Vernissage : Salon d'Hiver de l'Académie Européenne des Arts - France

[18:00-21:00] Vernissage de Charlotte Seidel "Intérieurs"
Location:
Galerie Dohyang Lee
73/75, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Les Halles, Rambuteau, Etienne-Marcel
France
Phone : +33 (0)1 42 77 05 97
Fax : +33 (0)1 42 76 94 47
Mail : info@galeriedohyanglee.com
Internet Site : www.galeriedohyanglee.com
Description:
09.12 - 23.12.2017 & 09.01 - 27.01.2018
Vernissage le 09.12.2017 18h - 21h

Peut-être n'y croirez vous pas. Un petit trèfle a surgi de la tige d'un autre à quatre feuilles déjà lui-même relié à un trèfle à cinq feuilles (366, 2017). Quelle chance inouïe, quelle fortunée coïncidence a permis l'heureuse trouvaille ? Entre deux averses, surpris par un rayon de soleil, l'arc en ciel s'est formé. Le voilà ramené dans la galerie (arc, 2017), tout aussi heureusement que les trèfles, tandis que le soleil retenu sur la pellicule embrasse un arbre, imposant sa présence autoritaire jusqu'effacer en partie le tronc (small kiss, 2017). Là haut, sur le plafond, se devine une phrase énigmatique, d'une simplicité désarmante. Adressée à un spectateur solitaire en élévation, son pouvoir évocateur lui emplit les narines pour le ramener au sol : « pluie d'été sur asphalte » (toi et moi, 2017). L'eau s'est déversée dans deux verres ; l'ourlet du liquide prêt à jaillir se retient en équilibre fragile à la surface du cristal pour se rejoindre en un point de tension fébrile (nothing ever happened, 2014). Phénomène au moins aussi énigmatique, des plantes sont secouée par un fou rire silencieux (folie, 2017). De la jungle taïwanaise aux forêts allemandes, quel étrange balai de gestes, de faits et d'objets absents - à priori - de toute qualité, Charlotte Seidel a-t-elle chorégraphié ?

L'artiste a un peu forcé la chance. Pendant un an, elle s'est attelée à chercher autant de trèfles à quatre feuilles qu'il y a de jours dans l'année. Elle porte son regard - et le nôtre avec - sur « ce qu'il y a de plus difficile à découvrir »1. Elle relève ce qui n'est ni une région, ni une localité, encore moins un spectacle. « Insignifiant », « sans vérité, sans réalité, sans secret »2, sans sujet ni objet, « sans événement »3, l'appréhension du quotidien semble impossible. Au moment où l'homme le vit, il reste toujours « inaperçu »4. Serait-ce une des raisons pour lesquelles Charlotte Seidel s'y attache ? Engoncés dans une quotidienneté que nous ignorons, nous ne donnons sens à l'ordinaire qu'en l'inscrivant dans un ensemble cohérent, à posteriori. Maurice Blanchot reconnaît d'ailleurs que, tout au plus, nous pouvons « revoir le quotidien »5. Impossible de le voir pour la première fois ; lorsqu'il a lieu, il est déjà manqué. Est-ce que les œuvres ici présentées nous permettraient ce revoir ?

Dans le sous-sol de la galerie, les murs respirent, le marais suinte sur les parois de ce qui pourrait s'assimiler à la crypte d'une église paléochrétienne. Charlotte Seidel choisit d'y déposer une cloche vide, qui ne protège plus rien. Le verre est brouillé par des traces de sels minéraux, suggérant une évaporation. Pas n'importe laquelle : celle d'eau de Lourdes. Disparu le miracle. Il ne reste que la marque d'une absence, présentée comme une apparition (sans titre, 2017). N'est-ce pas ce que suppose également ce siège encore chaud d'une présence disparue (Joseph, 2005/2017) ? L'artiste nous demande de la croire, comme nous croyons à ces rituels quotidiens qui règlent nos vies. Des pièces de monnaie ont rouillé sur une feuille à aquarelle. Elles dessinent une composition déficiente, dansent sur une partition dont les notes se gâtent, laissent la marque de leur passage comme au fond d'une fontaine (Il arrive qu'on aperçoive les étoiles, 2017). Les cercles formés par l'oxydation font échos aux tâches ocres de vielles photographies, jaunies par le temps - ce temps qui s'attelle à les faire disparaître et nous amène à penser ce qui a été (Yesterday, 2013). Au même moment, travelling(2013) nous promène au plus près d'une image floue dont la très lente apparition la fait quasiment s'éteindre. Les œuvres de Charlotte Seidel honoreraient elles autre chose qu'elles-mêmes ? Leur manifestation servent-elles une finalité extérieure ? Ses œuvres portent en elles quelque chose de l'apparition du religieux et font appel à notre crédulité. Sises dans notre quotidienneté, tirées de l'ordinaire le plus indiscernable, elles nous donnent à revoir la vacuité de nos croyances, de nos gestes superstitieux ou formes de bigoteries. Véritables memento mori placées dans un espace auquel est conféré quelque chose de la sacralité de l'église, ces œuvres dévoilent la beauté surannée de l'ordinaire, l'incapacité à réchapper à l'emprise du temps comme la vanité d'y avoir jamais cru.

Sophie Lapalu

1 Maurice Blanchort, La Parole quotidienne (1962), dans L'Entretien infini, Gallimard, Paris, 1969, p. 355.
2 Ibid., p. 357.
3 Ibid., p. 363.
4 Ibid.
5 Ibid., p. 358.

Vernissage de Charlotte Seidel "Intérieurs"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Le romantisme c'est un truc de bonhomme"
Location:
Montmartre
Montmartre
75018 Paris
M° Abbesses, Lamarck - Caulaincourt, Pigalle, Anvers, Château Rouge
France
Description:
galerie Young Artists Montmartre
7 rue du Mont-Cenis
75018 Paris
métro Lamarck Caulaincourt, Abbesses ou Pigalle

Vernissage le samedi 9 décembre de 18h à 21h
Exposition jusqu'au 23 décembre

la YAM galerie expose les peintures sur bois du street artiste Jaëraymie qui reprennent ses collages de rue de la série des romantiques. Féru de cinéma, il a détourné des images de films cultes qui ont marqué son enfance (Robocop, Le cercle rouge, Dirty Harry, Buffet froid, Fantomas...) pour substituer des bouquets de roses aux armes de poing des héros.

Dans l'exposition vous allez retrouver Clint Eastwood, Bourvil, Bertrand Blier, Jean Rochefort, Louis de Funès ... en autant d'ambassadeurs de l'amour. Le message est passé : pour être viril, il faut être romantique!

Vernissage de l'exposition "Le romantisme c'est un truc de bonhomme"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "hétérotopies : architectures habitées"
Location:
Galerie Christian Berst
3-5, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 33 01 70
Fax : +33 (0)1 53 33 01 70
Mail : contact@christianberst.com
Internet Site : www.christianberst.com
Description:
La galerie christian berst art brut a le plaisir de vous convier au vernissage de l'exposition hétérotopies | architectures habitées.

commissaire invitée : Matali Crasset

Artistes présentés :
didier amblard, giovanni bosco, kostia botkine, bruno buissonnet, john devlin, sebastian ferreira, johann fischer, Pepe Gaitán, alexandro garcia, hasan, anton hirschfeld, josef hofer, jacqueline b, raphaël leonardini, oscar morales, albert moser, roberto o'farril multan, heinrich reisenbauer, prophet royal robertson, Enzo schott, j. j. seinen, patrick siegl, carlo stella, leopold strobl, yuri titov, oswald tschirtner, pépé vignes, august walla.

Un catalogue bilingue (FR/EN) est publié à l'occasion de l'exposition, avec des textes de Christian Berst et Matali Crasset.

En 1967, Michel Foucault forge l'idée d'« espaces absolument autres » qu'il nomme hétérotopies, parmi lesquels ceux que l'enfant met en oeuvre pour régner sur un monde parallèle à celui dominé par les adultes. Car, à l'inverse de l'utopie, l'hétérotopie existe bel et bien comme un contre-espace, un lieu d'accueil pour ce que Harald Szeemann qualifiait de «mythologie individuelle».

De même, un tel lieu n'est pas sans évoquer les lignes d'erre de Fernand Deligny, le locus solus de Raymond Roussel ou le mont analogue de René Daumal. Les premières tentant de fixer la poétique des déambulations dans un territoire défini, le deuxième décrivant les énigmes pouvant peupler pareil endroit et le dernier offrant un paysage mental symbolique dont le gravissement s'apparente à un rite initiatique.

Dans le champ de l'art brut, ces mondes « habitables » - et le plus souvent « habités » -, sont, paradoxalement, le fait de ceux que l'on croit absents au monde. Qu'ils les inventent ou qu'ils les investissent, ces projections non seulement les reterritorialisent, les abritent, mais offrent dans le même temps à leurs auteurs de fonder une nouvelle échelle des valeurs ; un ensemble de règles localisées et s'avérant plus praticables pour qui cherche à se délester du poids de la norme aliénante.

Ces villes labyrinthiques, ces Xanadu, ces fiefs, ces cartographies se transforment en demeures - au sens d'Etienne Martin - capables, même, de se muer en paradis ou propices à devenir le siège de cosmogonies personnelles. Elles sont pleinement fondatrices et l'on comprend donc pourquoi les artistes bruts s'emploient, comme Rimbaud, « à trouver le lieu et la formule » à travers elles. Il est à noter, d'ailleurs, que la familiarité que l'ont peut ressentir à la contemplation de certaines - après tout, la science fiction et l'art moderne ont élargi notre catalogue de formes - n'est bien souvent qu'un heureux leurre qui masque le profond hiatus qui nous tient à distance.

Cependant, chacune des oeuvres de cette trentaine d'artistes réveille en nous l'âme de l'enfant bâtisseur, émerveillé de ses propres trouvailles, abolissant et le temps et l'espace, jouant à se réaliser dans cet outremonde que lui révèle son imagination.

Vernissage de l'exposition "hétérotopies : architectures habitées"
Bruno Buissonnet, sans titre (l'énergie du château), 2008, stylo à bille sur papier, 179 x 82 cm

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Ronde de Nuit"
Location:
ADDA & TAXIE gallery
35, avenue Matignon
75008 Paris
M° Miromesnil, Saint-Philippe-du-Roule, Franklin D. Roosevelt
France
Mail : adda@addagallery.com
Internet Site : www.addataxie.com
Description:
ADDA&TAXIE est ravie de présenter sa nouvelle exposition "Ronde de Nuit", à laquelle participent quatre artistes de renom international, Sebas Velasco (Espagne), Francisco Bosoletti (Argentine), Spok (Espagne) et Luis Gómez (Venezuela).

Cette exposition collective reprend le titre d'une des plus célèbres œuvres du Maître flamand Rembrandt peinte en 1642 « Ronde de nuit » aussi devenue référence de la technique du chiaroscuro dont les quatre artistes invités ont fait signature.

Fortement imprégnés par l'art urbain, ils utilisent le clair-obscur comme symbolique de la nuit, contexte vital et primordial à toute création sauvage d'un artiste de graffiti ou de street art : recherche ou surveillance, action, obscurité. Art subversif dans la pénombre, l'intimité du geste, l'anonymat de son auteur. Cadeau dévoilé au regard du passant au petit matin. L'obscurité nous dévoile tout ce qui se trame entre les lignes et le conscient. Développe l'ambigüité tout autant que la délicatesse. Défini les choses secrètes, révèle la peur, l'adrénaline et la passion. Toutes ces choses sont dépeintes par ces quatre artistes aussi productifs et inventifs sur mur qu'en atelier. Qu'ils usent de la bombe aérosol ou de la peinture à l'huile.

Le chiaroscuro et sa sensibilité, avec sa théâtralité et son fort potentiel expressif, représente une façon unique de se connecter avec le public. Il parvient à l'immerger dans autre dimension faite de nuances, d'intimité et de sens.

« Ronde de nuit » propose un parallèle entre la peinture classique et le monde du graffiti. L'art et ses grands maîtres, qui malgré les caprices des différents mouvements d'art dans l'histoire, laissent leurs empreintes et influencent tôt ou tard les générations futures.

Vernissage de l'exposition collective "Ronde de Nuit"
Francisco Bosoletti

Vernissage de l'exposition collective "Ronde de Nuit"
Sebas Velasco

[18:30-22:30] Finissage de Thierry Chavenon "No Man's Land"
Location:
Galerie JPHT
Jean-Philippe Thérond
4, rue de Saintonge
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Mobile : +33 (0)6 08 25 45 97
Mail : contact@galeriejpht.com
Internet Site : www.galeriejpht.com
Description:
du Mardi 14 Novembre au Samedi 9 Décembre 2017

VERNISSAGE le Mardi 14 Novembre 2017 de 18h30 à 22h30
en présence de l'artiste.

CLÔTURE le Samedi 9 Décembre 2017 de 18h30 à 22h30
en présence de l'artiste.

Étendue incertaine, terrain vague, zone des truands entre deux faubourgs, champ calme avant l'assaut, friche, moment où la brume dispute le crépuscule à la nuit, Thierry Chavenon construit son No Man's Land entre abstrait et figuratif. Un espace vaste et intime où deux faces d'un même monde se répondent, parfois s'opposent, mais toujours se complètent sans jamais se confondre.
Si le figuratif et l'abstrait fraternisent à travers cet espace c'est que le figuratif parle ici de la vision d'une réalité. Il est projection d'un film noir, objet photographique émanant de couches argentiques, détail d'un tout déjà transposé que l'on devine mais qui reste tapi dans sa matière. Ce figuratif échappé de la réalité, s'étire dans son matériau d'origine pour devenir concret, revendique son existence par sa tension dramatique. Il n'y a pas de drame, mais peut-être un crime ou un assassin qui appartient à la nuit, au brouillard, à la mer.

Mais est-ce vraiment la nuit, le brouillard ou la mer ?
Déjà le figuratif retourne à la peinture qui l'a fait naître pour se dissoudre un peu plus loin. Dans l'abstraction d'un autre tableau. Dans la peinture de Thierry Chavenon, l'abstraction est la chair du figuratif. Entre figuratif et abstrait Thierry Chavenon recrée la tension propre du No Man's Land, une source d'espoirs et de craintes qui provient d'un lieu calme à la sérénité trompeuse.

Philippe Rouquier - écrivain réalisateur

Vernissage de Thierry Chavenon "No Man's Land"

[18:30-21:30] Finissage de l'exposition "Prêt à porter - Collection du CNEAI"
Location:
Pantin
Pantin
93500 Pantin
M° Hoche, Eglise de Pantin, RER E Pantin
France
Internet Site : www.ville-pantin.fr
Description:
Le Pavillon
18, rue du Congo

Les Samedis du Pavillon - Prêt à porter - Collection du CNEAI

Exposition du 30 septembre au 9 décembre 2017
(fermeture du 22 octobre au 5 novembre)
Ouvert Lundi-mardi 17h-20h / Mercredi 14h-20h / Jeudi au samedi 10h-17h

Vernissage samedi 30 septembre à 18h30
Finissage le samedi 9 décembre à 18h30
Performances de Didier Clain / The Tatoo Studio lors du vernissage et du finissage

Le CNEAI (Centre national édition art image) situé aux Magasins Généraux et le Pavillon partagent la vocation de placer la création au plus près du public. Ils ont imaginé Le Collectionneur, une exposition conçue à partir des oeuvres du fond du CNEAI et implantée au Pavillon. Le visiteur peut découvrir ce véritable cabinet de curiosités composé d'oeuvres de Yona Friedman, Karl Holmqvist, Glen Baxter... Quant aux élèves du Pavillon, libres à eux d'emprunter une oeuvre et de créer leur propre exposition chez eux, pour la partager avec familles et voisins.

Vernissage de l'exposition "Prêt à porter - Collection du CNEAI"






[19:30-22:00] Vernissage de l'exposition "Corps d'eau"
Location:
Le Yono
Bar Cocktails Tapas
37, rue Vieille du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 74 31 65
Mail : contact@leyono.fr
Internet Site : www.leyono.fr
Description:
Alors voilà, on y arrive !
Après "D'Eux" en 2016, Les Ygreks sont fier de vous présenter "Corps d'eau"
28 photographes, gagnant leur vie de leur art ou pas, mais pour tous passionné par l'objectif.
28 artistes et autant de modèles qui ont été invités à s'exprimer autour d'un thème imposé : Corps, cordes et eau sur une même œuvre.
Exercice de style, délires créatifs, plaisirs hédoniques, couleur, noir et blanc, collodion...
Comme vous avez été nombreux à participer au vernissage de "Corps d'eau", nous nous sommes dit qu'en before un samedi entre 19h30 et 2 heures vous viendriez bien (re) goûter au mojito fraise pour admirer cette nouvelle série
Vous pourrez aussi profiter (et découvrir peut être) Dakat Purr en mode blues rocailleux, Stephane Arnoux Secours en mode rock avec violon pour les mini concerts et continuer avec THE Elvira de Bord, dj délirante et amie de longue date

Toutes les œuvres sont à vendre, pour certaines le prix sera affiché, pour d'autres il faudra voir avec l'artiste
Un catalogue de l'exposition sera visible en pré vente en version PDF et nous tirerons quelques exemplaires pour le dévernissage le 6 janvier

Vous pourrez admirer les œuvres de :
- Amaury Grisel
- Ariel Arias
- Benoit Chapon
- Calimity Steph
- Clea Fauve
- Collectif l'Outil
- Numa
- Criss Toof
- Dirty von P
- Elei Nade
- GKO Pictures
- José Vital
- Laetitia da Beca
- Master of rings
- Matt Foxx
- Morgana Fata
- Nathalie Mondot
- Nawashiva
- Florence Rivières
- Olivier Parent
- Ombilik Niko
- OxyBath
- Paul Bear
- Paradoxal Studio
- Sandrine Sauveur
- Vanda Spengler
- Yann Lestrelin
- Ygreks

Le vernissage commence à 19h30 le samedi 9 décembre et l'expo restera en place jusqu'au 6 Janvier 2018, date du dévernissage.

Vernissage de l'exposition "Corps d'eau"

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés