Friday, February 9, 2018
Public Access


Category:
Category: All

09
February 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 1 2 3 4

  Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Du 13 décembre 2017 au 20 mai 2018
Du mercredi au vendredi : 11h - 17h / Samedi et dimanche : 14h - 18h
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche - Fermé le lundi et les jours fériés

Entrée libre le premier dimanche de chaque mois
Plein tarif : 4,70 € / 3,60 € pour les Isséens et GPSO
Tarif réduit : 3,60 € / 2,60 € pour les Isséens et GPSO
Gratuit pour les moins de 26 ans
Audio guide français / anglais : gratuit

Labellisée « Centenaire Auguste Rodin », cette exposition au Musée Français de la Carte à Jouer sera la dernière manifestation de cette année consacrée à l'une des figures les plus indépendantes du monde de l'art. Mêlant sculptures et photographies, elle s'accompagnera d'une riche programmation avec des conférences mensuelles et des projections.

En 1908, Auguste Rodin, qui habite la Villa des Brillants à Meudon depuis une douzaine d'années, fait installer dans les communs du château des Conti à Issy-les-Moulineaux l'atelier d'un de ses derniers mouleurs et proches collaborateurs : Paul Cruet.

Employé par le Maître, puis par le Musée Rodin de novembre 1905 à février 1940 en qualité de chef-mouleur, celui-ci devient un collaborateur précieux et estimé dont l'expertise a régulièrement été sollicitée dans différents domaines. C'est en particulier à lui qu'est confiée la tâche d'achever la mythique Porte de l'Enfer en 1917.

Jusqu'à sa fermeture en 1937, son atelier isséen compte parmi l'un des principaux lieux d'activité du Musée Rodin.

A la fin de sa vie, il possédait une collection dont donation a été faite à la Ville en 1966 et 1974. Conservé au Musée Français de la Carte à Jouer, ce fonds comprend en particulier des photographies anciennes, une aquarelle et sept sculptures en plâtre (dont un buste de Camille Claudel et une tête d'un des Bourgeois de Calais, Pierre de Wissant).

L'ensemble sera présenté au côté d'une sélection d'œuvres à la réalisation desquelles Paul Cruet a travaillé. L'exposition a en effet bénéficié de l'aide et du soutien du Musée Rodin qui a bien voulu ouvrir largement l'accès à ses archives et à ses réserves.

Elle permettra aussi sur le plan esthétique de s'arrêter sur les processus créatifs en sculpture et plus particulièrement le procédé du moulage. Le mouleur joue en effet un rôle important non seulement sur le plan technique (du fait du nombre et de la complexité des étapes mises en œuvre) mais surtout sur le plan esthétique.

#CentenaireRodin
#Rodin100
http://rodin100.org/fr/actualit%C3%A9s/auguste-rodin-et-son-mouleur-paul-cruet

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Paul Cruet procédant au moulage d'Ugolin, tirage photographique 22,4 x 17,3 cm, coll. M F C J - Issy-les-Moulineaux © F. Doury

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), L'Âge d'airain (Grand modèle), 1877, plâtre patiné au vernis gomme laque, 180 x 68,5 x 54,5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Saint Jean-Baptiste (Grand modèle), 1880, plâtre patiné au vernis gomme laque, 203 x 71,7 x 119,5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Buste de Dalou, 1883, plâtre stéariné, 52 x 43 x 24 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"
Location:
Galerie Azzedine Alaïa
18, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 72 19 19
Mail : galerie@alaia.fr
Internet Site : www.alaia.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Du 22 janvier au 10 juin
Tous les jours de 11h à 19h

Vernissage le dimanche 21 janvier en présence d'Olivier Saillard, Christoph bon Weyhe, Jean-Baptiste Mondino, Naomi Campbell, Didier Krzentowski, Jack Lang, Cindy Crawford Kaia Gerber, Farida Khelfa, Carla Sozzani, Paolo Roversi

Disparu le 18 novembre 2017, le génie d'Azzedine Alaïa s'expose au sein de son atelier et de sa galerie d'art dans le 4ème arrondissement de Paris dès aujourd'hui. Orchestrée par Olivier Saillard, cette exposition met en lumière les pièces les plus emblématiques du créateur, qui sera également à l'honneur du Design Museum de Londres qui, dès le mois de mai 2018, accueillera l'exposition "Azzedine Alaïa, The Couturier". Le plus ? C'est le créateur lui-même qui a choisi les 60 pièces couture exposées.

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Décédé le 18 novembre 2017, Azzedine Alaïa a laissé une mode meurtrie de son départ mais enrichie par ses créations. Avec son élégance et ses coupes précises sublimant les courbes comme marques de fabrique, le couturier se voit déjà célébré par une exposition parisienne. Direction l'atelier et la galerie d'art du créateur, situés au 18 rue de la Verrerie dans le quatrième arrondissement où les créations les plus emblématiques d'Azzedine Alaïa se donnent à voir, scénographiées par Olivier Saillard, ancien directeur du Palais Galliera. A voir jusqu'au 10 juin 2018. Et cette année sera assurément l'année Alaïa puisqu'Outre-Manche, le créateur sera également à l'honneur d'une exposition au Design Museum.

Du 10 mai au 7 octobre 2018, "Azzedine Alaïa : The Couturier" dévoilera une soixantaine de silhouettes choisies avec soin par le maître avant son décès. Curatée en partie par le créateur lui-même, cette exposition promet de mettre en scène des pièces plus qu'intimes et chargées d'histoire. C'est à même la peau de ses mannequins qu'il sculptait ses robes aujourd'hui pièces de collection. Travaillant les tissus les plus luxueux, Azzedine Alaïa mêlait aussi son savoir-faire précieux aux matières innovantes et aux techniques modernes.

Pour faire écho à plus de 35 ans de couture, des pièces architecturales seront commandées pour l'occasion. Artistes et designers rendront ainsi hommage au couturier à la passion brûlante de la mode.

Azzedine Alaïa : Je suis Couturier - jusqu'au 10 juin 2018 18 rue de la Verrerie 75004 Paris

Azzedine Alaïa : The Couturier - du 10 mai au 7 octobre 2018 Design Museum - 224-238 Kensington High St, Kensington, Londres

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00  
18:00 [18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Gestalt" by Gueule de Bois
Location:
Galerie Houg
22, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Mobile : +33 (0)6 61 38 11 89
Mail : romain@galeriehoug.com
Internet Site : www.galeriehoug.com
Description:
Exposition du 09 Fev. au 09 Mars 2018
Vernissage le Vendredi 09 Fév. 2018, 18h00

Galerie Houg vous convie au vernissage de la nouvelle collection de mobilier «Gestalt» par Gueule de Bois qui aura lieu le vendredi soir 9 février à la galerie

Pour la première fois dans la galerie parisienne Houg, Ludovic Austry et Emmanuel Berson présenteront les dernières créations de mobilier contemporain.

Dans l'optique de continuer leur recherche d'un minimalisme du geste, Gueule de Bois s'inspire, pour sa nouvelle collection, des mouvements structuralistes du XXème siècle. Le chêne, l'acier et le contreplaqué de bouleau sont ici mis à l'honneur par leurs qualités techniques et esthétiques. Avec cette collection, les deux designers proposent des meubles allant du meuble vinyles au porte manteau en proposant un traitement simple des matériaux, brut ou brulé, qui s'oppose aux structures strictes.

La galerie Houg et Gueule de Bois design seront heureux de vous présenter ces derniers modèles dans un espace au cœur du Marais parisien.

Vernissage de l'exposition "Gestalt" by Gueule de Bois

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "La prison, oublions-la"
Location:
Mairie du 2ème arrondissement
8, rue de la Banque
75002 Paris
M° Bourse
France
Phone : +33 (0)1 53 29 75 02
Fax : +33 (0)1 53 29 75 01
Mail : maire02@paris.fr
Internet Site : mairie2.paris.fr
Description:
La mairie du 2e accueille une exposition favorable à une politique véritablement alternative à l'emprisonnement en février 2018.

Une documentariste et une photographe ayant pu se rendre à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis présentent, avec l'aide de deux designers, une exposition d'écrits de prisonniers et de portraits, ainsi que le travail d'accueil et d'accompagnement des détenus et sortants de prison mené par les équipes de salarié·e·s et de bénévoles du pôle Arapej (Réflexion et Action sur la Prison et la Justice) du CASP (Centre d'Action Social Protestant).

Le vernissage, en présence de Nicolas HEITZ, conseiller de la garde des sceaux chargé de la coordination des politiques de la justice, sera suivi des interventions de François SUREAU, avocat aux Conseils et écrivain, Bruno COTTE, ancien président de chambre à la cour de cassation et à la cour pénale internationale, Samra LAMBERT, juge de l'application des peines et Nathalie VALLET, éducatrice spécialisée à l'ARAPEJ 93.

Du 5 février au 2 mars 2018
Conférences et vernissage vendredi 9 février à 18h

[18:00-22:00] Vernissage de l'exposition de Treize Bis "Elégie au gris de payne"
Location:
Obrose
11, rue Saint-Bernard
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny
France
Mobile : +33 (0)6 31 13 66 64
Mail : beautifullobrose@gmail.com
Internet Site : www.obrose.fr
Description:
Vernissage Vendredi 9 Février 2018 de 18h a 22h
Exposition du 10 Février au 16 Février 2018
14h - 19h et sur RDV au 06 31 13 66 64

Treize Bis nous enchante par ses collages poétiques et oniriques composés à partir d'images puisées dans notre mémoire commune pour en restituer la matière brute, la forme dépouillée, élémentaire, inscrite si l'en est, dans notre inconscient collectif. L'artiste s'inspire de notre patrimoine pictural pour en restituer non pas les œuvres, mais la trace, le vestige, imprimés sur les murs délaissés de nos rues. Treize bis recompose, décontextualise, transforme les éléments picturaux anciens pour les livrer, telle une réminiscence surréaliste (rappelant le travail de Max Ernst),
à travers une composition fragmentaire et hétéroclite, non dénuée parfois d'humour, et dont le fondu tient essentiellement à la blancheur douce et translucide qui la recouvre, comme pour mieux en découvrir la nudité virginale et la fragilité du grain, de la peau, et du papier. Par ses collages, Treize Bis effleure l'intemporel là ou émerge le transitoire, l'effacement, la trace, l'absence.

Vernissage de l'exposition de Treize Bis "Elégie au gris de payne"



[20:00-23:00] 33ème cérémonie des Victoires de la Musique 2018
Location:
La Seine Musicale
1, Cours de l'Île Seguin
92100 Boulogne-Billancourt
M° Pont de Sèvres, T2 Brimborion
France
Phone : +33 (0)1 74 34 53 54
Mail : contact@laseinemusicale.com
Internet Site : www.laseinemusicale.com
Description:
La 33e cérémonie des Victoires de la musique aura lieu le 9 février 2018 à la Seine musicale de Boulogne-Billancourt. La cérémonie sera retransmise à la télévision sur France 2 et à la radio sur France Inter.

Palmarès
Les gagnants sont indiqués ci-dessous en tête de chaque catégorie et en caractères gras, et les nommés au-dessous1.

Artiste masculin de l'année
Bernard Lavilliers
Orelsan
Soprano

Artiste féminine de l'année
Charlotte Gainsbourg
Louane
Catherine Ringer

Album révélation de l'année
Aliose - Comme on respire
Juliette Armanet - Petite Amie
Petit Biscuit - Presence

Révélation scène de l'année
Eddy de Pretto
Gaël Faye
Fishbach

Album de chansons de l'année
Brigitte - Nues
Albin de la Simone - L'un de nous
MC Solaar - Géopoétique

Album rock de l'année
BB Brunes - Puzzle
Lady Sir - Accidentally Yours
Shaka Ponk - The Evol'

Album de musiques urbaines de l'année
Bigflo et Oli - La Vraie Vie
Lomepal - Flip
Orelsan - La Fête est finie

Album de musiques du monde de l'année
Amadou et Mariam - La Confusion
-M-, Toumani Diabaté, Sidiki Diabaté, Fatoumata Diawara (Lamomali)- Lamomali
Oumou Sangaré - Mogoya

Album de musiques électroniques ou dance de l'année
ALB - Deux
Dominique Dalcan - Temperance
Fakear - Karmaprena

Chanson originale de l'année
Bigflo et Oli - Dommage Auteurs : Florian Ordonez - Olivio Ordonez / compositeurs : Florian Ordonez - Olivio Ordonez - Stromae / arrangeur : Stromae
Kyo - Ton mec Auteur : Benoît Poher / compositeurs : Benoît Poher - Nicolas Chassagne - Fabien Dubos - Florian Dubos
Louane - Si t'étais là Auteur : Marie Bastide / compositeur : Gioacchino Maurici / arrangeur : Dany Synthé
Soprano - Roule Auteur : Soprano / compositeur : Djaresma

Spectacle musical, tournée ou concert de l'année
Camille - Tournée
Gérard Depardieu - Depardieu chante Barbara
Julien Doré - & Tour

Création audiovisuelle
Orelsan - Basique Réalisateurs : Greg & Lio
Gauvain Sers - Pourvu Réalisateur : Jean-Pierre Jeunet
The Blaze - Territory Réalisateurs : Jonathan et Guillaume Alric




La cérémonie ne pouvait débuter autrement. D'abord l'émotion, les triomphes suivront : c'est par un hommage rendu à Johnny Hallyday, mort le 6 décembre des suites d'un cancer, que se sont ouvertes les 33es Victoires de la musique vendredi à la Seine musicale à Boulogne-Billancourt, près de Paris. Peu après 21 heures, les premières notes de « Toute la musique que j'aime » ont résonné, jaillissant des instruments des musiciens de « l'idole des jeunes », dont son guitariste Yarol Poupaud. Puis Slimane et Florent Pagny, qui ont chacun participé à l'album hommage On a tous quelque chose de Johnny récemment paru, les ont rejoints sur scène pour reprendre « Requiem pour un fou », un des plus grands tubes du « taulier », datant de 1976.

Une performance vocale couplée forcément moins impressionnante que celle dont était capable à lui seul le chanteur, comme en ont témoigné les images d'archives diffusées juste après. La dernière fois qu'on avait vu ensemble ses musiciens, c'était lors des funérailles de la star, le 9 décembre. Ils avaient joué devant la foule amassée à l'extérieur de l'église de la Madeleine à Paris, sans chanteur, le micro orphelin de Johnny trônant à leurs côtés. Sous les yeux de la ministre de la Culture Françoise Nyssen, d'autres hommages se sont aussi succédé. À France Gall, avec sobriété et justesse par Louane, à Étienne Daho, avec plus de conviction par Eddy de Pretto, les BB Brunes et Juliette Armanet.

Le sacre d'Orelsan
Ces 33es Victoires de la musique ont en tout cas sacré le rap français et son nouveau chef de file, Orelsan, auteur d'un triplé et désigné artiste masculin de l'année en fin de soirée. « Je voudrais remercier le public, sans qui je serais juste un type qui fait de la musique dans sa chambre », a sobrement commenté le rappeur de 35 ans, arrivé en fin de soirée à la Seine musicale à Boulogne-Billancourt en provenance de Genève, où il se produisait en concert.

Avec son album La fête est finie, il a supplanté le vétéran Bernard Lavilliers et le rappeur-chanteur Soprano. Également récompensé pour le clip de « Basique » et dans la catégorie album des musiques urbaines, Orelsan, dont le début de carrière a été perturbé par des accusations de misogynie, fait aussi bien que Stromae en 2014. Il contribue largement à la mainmise du hip-hop sur ces Victoires avec six trophées gagnés sur les douze en jeu. Une première pour une seule édition.

Charlotte Gainsbourg est, pour la première fois, l'artiste féminine de l'année
La vague rap ferait presque de l'ombre à l'autre triomphe de la soirée, celui de Charlotte Gainsbourg, sacrée pour la première fois dans la catégorie reine d'artiste féminine. L'actrice-chanteuse, apparue avec une chemise en jean comme les affectionnait son père, connaît la consécration musicale à 46 ans. Dans son dernier album électro-mélancolique, elle évoque pour la première fois avec des textes français la mémoire de son père disparu en 1991 et de sa demi-soeur Kate Barry, morte en 2013.

« Cet album, j'ai eu ma soeur en tête (Kate Barry), je pense à elle ce soir. J'ai mon père en tête, bien sûr. Mais aujourd'hui il porte ma vie aussi. Moi, je suis vivante et je veux célébrer les gens autour de moi, ma mère (Jane Birkin), ma soeur (Lou Doillon), mon frère (Lulu) », a-t-elle déclaré. Avant cela, -M- et ses amis maliens Toumani & Sidiki Diabate et Fatoumata Diawara avaient remporté la catégorie album de musiques du monde.

-M- remporte la catégorie musiques du monde avec Lamomali
Miss Monde, Iris Mittenaere, a été désignée pour remettre le prix de l'album musique du monde. Sont nommés Amadou et Mariam pour La Confusion, -M- pour Lamomali et Oumou Sangare pour l'opus Mogoya. Matthieu Chedid remporte le trophée, accompagné de Toumani Diabate, Sidiki Diabate et Fatoumata Diawara, avec qui il a composé l'album. L'artiste décroche sa 10e Victoire de la musique, avec son projet afro-pop Lamomali coréalisé avec les musiciens Toumani et Sidiki Diabaté. Avec cet album coloré dans lequel il déclare sa flamme au Mali, le fils de Louis Chedid a été paradoxalement préféré dans cette catégorie à des artistes maliens : Amadou et Mariam (La Confusion) et Oumou Sangaré (Mogoya).

« Je voudrais saluer la curiosité du public et tous les musiciens maliens qui ont participé à cette aventure », a déclaré -M-, mentionnant notamment Toumani Diabaté, « maître de la kora » (instrument à cordes malien), son fils Sidiki et la chanteuse Fatoumata Diawara. « Merci d'avoir voté pour nous. Nous sommes trois griots, vous venez d'honorer de sept siècles d'histoire. Nous sommes les détenteurs de cette histoire », a réagi, ému, Toumani Diabaté. Matthieu Chedid décroche ainsi sa dixième Victoire personnelle, rejoignant au palmarès des Victoires Johnny Hallyday et Alain Souchon et se rapprochant un peu plus du recordman de trophées, Alain Bashung (12). -M- a réussi la prouesse d'amasser tous ses trophées dans six catégories différentes : artiste masculin (2), concerts et tournées (4), album de chansons (1), DVD musical (1), musique de film (1) et désormais donc musiques du monde (1).

Temperance de Dominique Dalcan, album musiques électroniques
Deuxième remise de prix de la soirée : celle du meilleur album électro ou dance. Et c'est l'opus Temperance qui permet à Dominique Dalcan de décrocher cette Victoire de la musique. Il devance ainsi les autres nommés de la catégorie : Deux d'Alb et Karmaprena de Fakear. « C'est une belle aventure couronnée ce soir par un partage. Une Victoire, c'est un partage. C'est la musique électronique au sens large qui est récompensée, comme un manifeste. Il n'y a pas que les musiques électroniques de danse, mais aussi le sensible et l'émotion. Il y en a pour tous les goûts. Cette cérémonie est symbolique en ce sens », a déclaré l'artiste.

Le trophée de la meilleure chanson originale revient à Bigflo & Oli
« Dommage » du duo toulousain décroche le titre de meilleure chanson originale 2018. Il s'opposait dans cette catégorie à Kyo pour « Ton mec », Soprano avec « Roule » et Louane nommée grâce au morceau « Si t'étais là ». Les deux compères ont décidé de dédier leur Victoire à leurs fans, à qui ils avaient préparé un discours de remerciement... sur leur téléphone portable.

La jeune chanteuse Louane, nommée dans deux catégories, rend hommage à France Gall, décédée le 7 janvier dernier. Elle interprète le tube « Évidemment », accompagnée au piano, et devant une image géante de la chanteuse disparue projetée en fond de scène.

Le meilleur spectacle de l'année est celui de Camille
La chanteuse, qui a sorti son cinquième album OUÏ en juin dernier, remporte La Victoire de la musique du meilleur spectacle de l'année. Dans cette catégorie, deux adversaires redoutables : Gérard Depardieu et Julien Doré. Un joli lot de consolation pour la chanteuse de 39 ans, qui n'avait pas été retenue pour concourir dans les catégories artistes féminines ou album de chansons en dépit de l'excellent accueil critique de OUÏ. « Je dédie cette Victoire à toutes les femmes qui courent avec les loups et au public, sans qui on ne serait rien », a-t-elle dit à la Seine musicale, à Boulogne-Billancourt. Femmes qui courent avec les loups est un livre de la conteuse américaine Clarissa Pinkola Estés.
La Victoire de l'album revient à Mc Solaar pour Géopolitique
Mc Solaar, qui fait son grand retour dix ans après la sortie de son dernier album, remporte la Victoire du meilleur album de chansons pour Géopolitique, sorti en novembre dernier. « À vous qui m'avez réservé un si bel accueil, merci », a-t-il déclaré sur la scène en venant chercher son prix, ému. C'est la cinquième Victoire du palmarès du rappeur, qui a devancé le duo féminin Brigitte (Nues) et Albin de la Simone (L'Un de nous). La reconnaissance du travail de MC Solaar illustre toute la diversité du rap français. Il a remporté ses cinq Victoires dans cinq catégories différentes : album chanson de l'année, donc, album de musiques urbaines en 2008, meilleur clip vidéo en 1995, artiste masculin en 1995 et meilleur groupe en 1992, alors qu'il rappait bien seul !

Juliette Armanet, album révélation de l'année
C'est très émue que la jeune artiste est venue récupérer son prix. Grâce à son album Petite Amie, dans les bacs depuis avril 2017, l'ancienne journaliste remporte la Victoire de l'album révélation de l'année. Elle affrontait dans cette catégorie la nouvelle génération de la musique française : Aliose avec l'album Comme on respire et Petit Biscuit, jeune DJ qui défendait son opus Présence.

Gaël Faye, révélation scène de l'année
Gaël Faye, revenu à la musique après son succès littéraire Petit Pays, s'est imposé dans la catégorie révélation scène. Il a d'ailleurs justifié son prix pendant la soirée avec une superbe version de « Paris Métèque ».

Shaka Ponk et Dominique Dalcan dominent rock et musiques électroniques
Avec The Evol, les joyeux déjantés de Shaka Ponk ont remporté la Victoire de l'album rock de l'année, tandis que Dominique Dalcan s'est distingué dans la catégorie album de musiques électroniques avec son dernier opus, Temperance.

[20:30-22:00] Soirée lectures-performances "Continuité-dispersion"
Location:
La Traverse
Centre d'art contemporain d'Alfortville
9, rue Traversière
94140 Alfortville
M° Ecole Vétérinaire, RER D Maisons-Alfort - Alfortville
France
Phone : +33 (0)1 56 29 37 21
Mail : contact@cac-latraverse.com
Internet Site : www.cac-latraverse.com
Description:
Artistes : Carla Adra & Aziyadé Baudouin-Talec, Jonathan Foussadier & Caroline Lion, Cécile Bickler & Marie-Bénédicte Cazeneuve accompagné d'Adrien Lamm, Bastien Mignot & Arno Calléja, Après la guerre (Stanislav Dorochenkov, Arthur Moulton) & Dimitri Petrov
Direction artistique : Aziyadé Baudouin-Talec et les Écritures bougées - Centre de Littérature Contemporaine

Continuité-dispersion est un cycle de trois événements construits autour de la collaboration entre artistes, duo, trio d'artistes, collectif d'artistes, chorégraphes, danseurs, performeurs, écrivains. L'écriture ou la réalisation d'un projet ou la mise en œuvre d'une pensée se développe en collaboration entre continuité et tremblements, c'est-à-dire par tentatives, essais, doutes et questionnements. Comment créer ensemble ?


dans le cadre de l'exposition collective "White blood, blue night"

DU 18 JANVIER AU 3 MARS
du mercredi au samedi de 11h à 19h
VERNISSAGE JEUDI 18 JANVIER DE 18H À 22H

Artistes : Martine Aballéa, Giulia Andreani, Raymonde Arcier, Béatrice Cussol, Camille Ducellier, Vidya Gastaldon, Mélanie Lecointe, Pascal Lièvre, Lydie Jean-Dit-Pannel, Myriam Mechita, Myriam Mihindou, Elena Moaty, Agathe Pitié, Stefan Rinck, Buhlebezwe Siwani, Skall, Sarah Trouche, Floryan Varennes, Adrien Vermont, Jean-Luc Verna

Commissaire de l'exposition : Julie Crenn

L'exposition White blood, blue night est envisagée comme un cercle magique à l'intérieur duquel sont présentées les œuvres d'artistes qui participent chacun à leur manière d'une résistance liée au soin, à la spiritualité, aux corps, à l'écologie, au politique, au féminisme...

ÉVÉNEMENTS AUTOUR DE L'EXPOSITION
Tous les événements sont gratuits.
reservations@cac-latraverse.com

Tous les samedis de l'exposition à 15h30, VISITE COMMENTÉE
durée approx. 35 à 40 minutes

Samedi 3 février à 15h30, VISITE BLOUP'BLOP
visite commentée et amusante pour les + ou - 7 à 11 ans
durée approx. 35 à 40 minutes

Vendredi 9 février de 20h30 à 22h, SOIRÉE LECTURES-PERFORMANCES_ Continuité et tremblements (dispersion) 1
Direction artistique : Aziyadé Baudouin-Talec et les Ecritures bougées - Centre de Littérature Contemporaine
(plus de détails sur notre site)

Samedi 10 février de 15h30 à 16h30, L'ART À PORTÉE DE MAINS
visite commentée bilingue LSF (langue des signes française) / français pour sourds et malentendants
réservation également possible par sms au 06 82 33 66 68
Les enfants sont les bienvenus à partir de 7 ans.

Mardi 13 février de 19h à 21h, ATELIER D'ECRITURE_adultes
animé par Marc Verhaverbeke, des Amis de la Librairie L'Établi

Samedi 17 février de 15h30 à 16h30, LA TRAVERSE EN TRIBU
visite inter-générationnelle ludique pour toutes les tribus de 7 à 77 ans et +

Mercredi 21 février de 17h30 à 19h, ATELIER D'ÉCRITURE _ Jeunes
pour les 12 à 16 ans, animé par Marc Verhaverbeke, des Amis de la Librairie L'Établi.


Depuis l'Antiquité, les sorcières sont littéralement les « diseuses de sorts ». Leur existence et leur représentation cristallisent une peur collective intrinsèquement liée à celle d'une perte de pouvoir, à la possibilité d'une déstabilisation du groupe dominant. Une menace et une peur qui traversent une histoire frappée de violentes persécutions et tortures.

L'imaginaire collectif associe les chasses aux sorcières au Moyen-âge en Europe, pourtant, c'est au XVIème siècle qu'elles connaissent leur apogée. Les sorcières représentaient et représentent encore aujourd'hui une menace du fait de leurs savoirs. À l'écoute de la Nature, elles se transmettent entre elles, leurs connaissances des plantes, du ciel, de la terre, du Vivant.

Le savoir, qui traverse le temps et la géographie, engendre alors des pouvoirs comme celui de guérir, celui de deviner, celui d'être indépendant des figures dominantes détenant les territoires dogmatiques comme la morale, le pouvoir politique, la religion, l'argent et la médecine. La reconquête de ces territoires participe à la construction d'un imaginaire protéique défiant toute forme de domination et de violence. Un imaginaire sans limite, sans norme, sans interdit. Les sorcières sont des figures résistantes, solidaires, militantes, insolentes, agissantes.

L'exposition "White blood, blue night" est envisagée comme un cercle magique, un cercle mental à l'intérieur duquel sont présentées les œuvres d'artistes dont les histoires et les luttes propagent une multiplicité d'énergies. Elles participent chacune à leur manière d'une résistance liée au soin, à la spiritualité, aux corps, à l'écologie, au politique, à l'Histoire, à l'économie, au féminisme, aux sexualités, aux genres.
Le cercle est un moyen de résistance à la fois personnel et collectif. Il autorise la transformation de soi et du monde par le corps, l'image et le langage. Les artistes s'inscrivent dans un mouvement de refus des dogmes, des normes oppressives, des censures, de la standardisation des discours et des formes.

Julie Crenn

Vernissage de l'exposition collective "White blood, blue night"

19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés