Tuesday, February 13, 2018
Public Access


Category:
Category: All

13
February 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 1 2 3 4

  Exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"
Location:
Galerie Azzedine Alaïa
18, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 72 19 19
Mail : galerie@alaia.fr
Internet Site : www.alaia.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Du 22 janvier au 10 juin
Tous les jours de 11h à 19h

Vernissage le dimanche 21 janvier en présence d'Olivier Saillard, Christoph bon Weyhe, Jean-Baptiste Mondino, Naomi Campbell, Didier Krzentowski, Jack Lang, Cindy Crawford Kaia Gerber, Farida Khelfa, Carla Sozzani, Paolo Roversi

Disparu le 18 novembre 2017, le génie d'Azzedine Alaïa s'expose au sein de son atelier et de sa galerie d'art dans le 4ème arrondissement de Paris dès aujourd'hui. Orchestrée par Olivier Saillard, cette exposition met en lumière les pièces les plus emblématiques du créateur, qui sera également à l'honneur du Design Museum de Londres qui, dès le mois de mai 2018, accueillera l'exposition "Azzedine Alaïa, The Couturier". Le plus ? C'est le créateur lui-même qui a choisi les 60 pièces couture exposées.

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Décédé le 18 novembre 2017, Azzedine Alaïa a laissé une mode meurtrie de son départ mais enrichie par ses créations. Avec son élégance et ses coupes précises sublimant les courbes comme marques de fabrique, le couturier se voit déjà célébré par une exposition parisienne. Direction l'atelier et la galerie d'art du créateur, situés au 18 rue de la Verrerie dans le quatrième arrondissement où les créations les plus emblématiques d'Azzedine Alaïa se donnent à voir, scénographiées par Olivier Saillard, ancien directeur du Palais Galliera. A voir jusqu'au 10 juin 2018. Et cette année sera assurément l'année Alaïa puisqu'Outre-Manche, le créateur sera également à l'honneur d'une exposition au Design Museum.

Du 10 mai au 7 octobre 2018, "Azzedine Alaïa : The Couturier" dévoilera une soixantaine de silhouettes choisies avec soin par le maître avant son décès. Curatée en partie par le créateur lui-même, cette exposition promet de mettre en scène des pièces plus qu'intimes et chargées d'histoire. C'est à même la peau de ses mannequins qu'il sculptait ses robes aujourd'hui pièces de collection. Travaillant les tissus les plus luxueux, Azzedine Alaïa mêlait aussi son savoir-faire précieux aux matières innovantes et aux techniques modernes.

Pour faire écho à plus de 35 ans de couture, des pièces architecturales seront commandées pour l'occasion. Artistes et designers rendront ainsi hommage au couturier à la passion brûlante de la mode.

Azzedine Alaïa : Je suis Couturier - jusqu'au 10 juin 2018 18 rue de la Verrerie 75004 Paris

Azzedine Alaïa : The Couturier - du 10 mai au 7 octobre 2018 Design Museum - 224-238 Kensington High St, Kensington, Londres

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Du 13 décembre 2017 au 20 mai 2018
Du mercredi au vendredi : 11h - 17h / Samedi et dimanche : 14h - 18h
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche - Fermé le lundi et les jours fériés

Entrée libre le premier dimanche de chaque mois
Plein tarif : 4,70 € / 3,60 € pour les Isséens et GPSO
Tarif réduit : 3,60 € / 2,60 € pour les Isséens et GPSO
Gratuit pour les moins de 26 ans
Audio guide français / anglais : gratuit

Labellisée « Centenaire Auguste Rodin », cette exposition au Musée Français de la Carte à Jouer sera la dernière manifestation de cette année consacrée à l'une des figures les plus indépendantes du monde de l'art. Mêlant sculptures et photographies, elle s'accompagnera d'une riche programmation avec des conférences mensuelles et des projections.

En 1908, Auguste Rodin, qui habite la Villa des Brillants à Meudon depuis une douzaine d'années, fait installer dans les communs du château des Conti à Issy-les-Moulineaux l'atelier d'un de ses derniers mouleurs et proches collaborateurs : Paul Cruet.

Employé par le Maître, puis par le Musée Rodin de novembre 1905 à février 1940 en qualité de chef-mouleur, celui-ci devient un collaborateur précieux et estimé dont l'expertise a régulièrement été sollicitée dans différents domaines. C'est en particulier à lui qu'est confiée la tâche d'achever la mythique Porte de l'Enfer en 1917.

Jusqu'à sa fermeture en 1937, son atelier isséen compte parmi l'un des principaux lieux d'activité du Musée Rodin.

A la fin de sa vie, il possédait une collection dont donation a été faite à la Ville en 1966 et 1974. Conservé au Musée Français de la Carte à Jouer, ce fonds comprend en particulier des photographies anciennes, une aquarelle et sept sculptures en plâtre (dont un buste de Camille Claudel et une tête d'un des Bourgeois de Calais, Pierre de Wissant).

L'ensemble sera présenté au côté d'une sélection d'œuvres à la réalisation desquelles Paul Cruet a travaillé. L'exposition a en effet bénéficié de l'aide et du soutien du Musée Rodin qui a bien voulu ouvrir largement l'accès à ses archives et à ses réserves.

Elle permettra aussi sur le plan esthétique de s'arrêter sur les processus créatifs en sculpture et plus particulièrement le procédé du moulage. Le mouleur joue en effet un rôle important non seulement sur le plan technique (du fait du nombre et de la complexité des étapes mises en œuvre) mais surtout sur le plan esthétique.

#CentenaireRodin
#Rodin100
http://rodin100.org/fr/actualit%C3%A9s/auguste-rodin-et-son-mouleur-paul-cruet

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Paul Cruet procédant au moulage d'Ugolin, tirage photographique 22,4 x 17,3 cm, coll. M F C J - Issy-les-Moulineaux © F. Doury

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), L'Âge d'airain (Grand modèle), 1877, plâtre patiné au vernis gomme laque, 180 x 68,5 x 54,5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Saint Jean-Baptiste (Grand modèle), 1880, plâtre patiné au vernis gomme laque, 203 x 71,7 x 119,5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Buste de Dalou, 1883, plâtre stéariné, 52 x 43 x 24 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-22:00] Vernissage du Salon Art Capital 2018
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
ART CAPITAL est né en 2006 de la volonté des Salons dits « historiques du Grand Palais » et d'artistes d'horizons divers de jouer de leurs différences, d'unir leurs forces pour créer un événement fédérateur et nouveau dans le cadre de leur retour au Grand Palais.

L'objectif : faire d'Art Capital un rendez-vous indispensable à la promotion de l'Art d'aujourd'hui, une interface entre le créateur, le public et les galeries.

Ainsi, depuis 10 ans, se réunissent sous la verrière du Grand Palais :
Le Salon Comparaisons
La Société des Artistes Français
Le Salon du Dessin et de la peinture à l'eau
La Société des Artistes Indépendants

Du 14 au 18 février 2018, de nombreux artistes vous présentent à nouveau leurs œuvres.

http://www.artcapital.fr

Vernissage du Salon Art Capital 2018

Vernissage du Salon Art Capital 2018

228ème édition du Salon des Artistes Français

PLUS DE 600 ARTISTES REPARTIS EN CINQ SECTIONS
Le Salon des Artistes Français expose chaque année des artistes du monde entier répartis dans les différentes sections : Peinture, Sculpture, Gravure, Architecture et Photographie.
Les artistes du cru 2018 ont été soumis aux regards expérimentés d'un jury composé de personnalités de l'art contemporain, sociétaires de la Société des Artistes Français. Présidés par Alain Bazard pour la peinture, Jean-Pierre Gendis pour la sculpture, Claude Tournon pour la gravure, Sylvain Harivel pour la photographie et Martine Delaleuf pour l'architecture, le Jury remettra, pendant l'exposition, les célèbres Médailles et récompenses du Salon historique.

ZOOM SUR LES MEDAILLES D'HONNEUR 2017
En février 2017, trois artistes ont été récompensés : Nelson Guerra pour la peinture, Guy Braun pour la gravure et Jean-Pierre Gendis pour la sculpture.
Comme le veut la tradition, ils sont invités pendant la prochaine édition du Salon, à présenter plusieurs oeuvres dans une exposition qui leur sera dédiée.

LE STREET ART A L'HONNEUR (STAND H4)
Cette année, le Salon des Artistes Français bouscule les codes et présente une exposition Street-art en collaboration avec SPRAY COLLECTION.

EXPOSITION DES ARTISTES HONGROIS (STAND B7-B8)
C'est dans le cadre d'échanges culturels et artistiques initiés depuis de nombreuses années par le Salon des Artistes Français que des Académies d'Arts, Grandes écoles ou associations d'artistes à travers le monde ont la possibilité d'exposer au Grand Palais pendant le Salon annuel. Cette année, le Salon des Artistes Français accueille des artistes hongrois peintres, sculpteur et photographe, issus de l'Ecole des beaux-arts hongrois.

VISITES GUIDEES
Organisées par Calliopée, L'échappée Culturelle
Tous les jours - Durée: 1h30
Détails et Inscription aux visites guidées : sur www.calliopee.paris

TABLE RONDE (STAND H3)
« Le Salon des Artistes Français, curseur de l'histoire de l'art »
Accès libre dans la limite des places disponibles.
Vendredi 16 février, à 17h00

PERFORMANCE DANSEE (STAND H3)
Marcela Ortiz de Zarate Broughton, sur le thème «Tsunami»
Jeudi 15 & Samedi 17 février, à 19h30

CATALOGUE 18 euros
En vente à l'accueil du Salon des Artistes Français

OUVERTURE AU PUBLIC
Mercredi 14, Vendredi 16 et Dimanche 18 février - de 11h00 à 20h00
Jeudi 15 et Samedi 17 février - de 11h00 à 22h00




[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Le Prix Du Jury 2018"
Location:
Galerie Thuillier
13, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 77 33 24
Mobile : +33 (0)6 12 80 88 36
Fax : +33 (0)1 42 77 33 24
Mail : galeriethuillier@wanadoo.fr
Internet Site : galeriethuillier.free.fr
Description:
du 9 au 22 février
Vernissage : Mardi 13 février 2018 de 18h à 21h
Remise des prix en présence du jury à 19h30 le soir du vernissage

Vernissage de l'exposition "Le Prix Du Jury 2018"

[18:00-20:00] Willem dédicace "Abattoir"
Location:
Arts Factory / Bastille
27, rue de Charonne
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille
France
Mobile : +33(0)6 22 85 35 86
Mail : artsfactory@free.fr
Internet Site : www.artsfactory.net
Description:
Rencontre / Dédicace avec WILLEM
et Jean-Marie Picard [ graveur ]
exposition de dessins & bois gravés originaux
le mardi 13 février 2018 de 18h à 20h

A l'occasion de la sortie du portfolio de gravures ABATTOIR, la galerie Arts Factory est très heureuse d'accueillir l'immense Willem pour une séance de dédicaces exceptionnelle. Au delà de ce superbe travail d'édition, nous exhumerons pour l'occasion de nos réserves quelques raretés piochées dans l'abyssale bibliographie de l'artiste !


ABATTOIR
Ensemble de bois gravés par Jean-Marie Picard
d'après 13 dessins originaux de Willem.
Tirage de 200 exemplaires justifiés et signés par l'artiste.
Format papier 16,5 X 25
180 grammes du moulin Richard de Bas (pur coton, à la main)
Reliure manuelle par l'atelier "Chien de Mer" à Sète.
Impression sur presse typo, à l'Atelier DPJ, à Sète, en décembre 2017.
prix public : 320 euros / plus d'informations :
=> http://webstore.artsfactory.net/fr/gravures/1743-abattoir-portfolio.html


Bernhard Willem Holtrop est né le 2 avril 1941 en Hollande. Très jeune il se passionne pour les images, dévorant notamment Life Magazine dont les photographies de Berlin, Jérusalem, New-York ou Moscou seront pour lui d'une "importance énigmatique". En 1962, de passage à Paris il découvre le journal Siné Massacre et son ton anti ordre établi. C'est également l'année où il entre aux Beaux-Arts, il en sortira en 1967. Autoproclamé dessinateur / journaliste il crée "God, Nederland & Oranje" dont le premier numéro est saisi pour avoir publié un dessin de la reine Juliana en prostituée ...

En 1968 il publie à Amsterdam son premier livre, dépose ses dessins à Hara Kiri mensuel et en août s'installe à Paris. Il intègre le journal l'année suivante au côté de Reiser, Cabu, Wolinski, Cavanna et Gébé. En 1976, Willem devient rédacteur en chef de l'éphémère (5 numéros) mais passionnante revue Surprise qui publiera notamment certains des tous premiers travaux des activistes graphiques de Bazooka Production. En 1986, il entre au journal Libération avec lequel il collabore toujours aujourd'hui. Willem a publié un ensemble de près de 80 ouvrages et son travail, présenté dans de nombreuses expositions collectives, a donné lieu à une quinzaine d'expositions personnelles dont une rétrospective à Beaubourg à l'initiative de la BPI. Willem reçoit en 2013 le Grand Prix du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême pour l'ensemble de sa carrière.


une soirée proposée dans le cadre de l'exposition
INCULTE FUTUR de MOOLINEX
programmée à la galerie jusqu'au 10 mars 2018

Willem dédicace "Abattoir"

[18:30-21:00] Lancement de "Le Grraaou" de Etienne Beck & Jonvon Nias publié au FRMK
Location:
Le Monte-en-l'air
71, rue de Ménilmontant
2, rue de la Mare
75020 Paris
M° Ménilmontant, Gambetta
France
Phone : +33 (0)1 40 33 04 54
Mail : lemontenlair@free.fr
Internet Site : montenlair.wordpress.com
Description:
Oubliez le Woofing, découvrez Le GRRAAOU ! Embarquez avec Gum et Gilles pour un road-movie rural dynamité par les tourbillons de la vie !
Gum et Gilles sont jeunes et vigoureux. Épris d'aventures, de partage et d'écologie, ils s'embarquent sur les petites routes de campagne pour une expérience collective unique : le GRRAAOU ou Grand Réseau Révolutionnaire d'Amateurs Aimables d'Ouvertures Utiles, qui va mener les deux garçons de ferme en ferme, pour un coup de main aux champs et plus si affinités... Se réservant uniquement aux fermiers et fermières, Gum et Gilles voient leur amitié et leurs idéaux bouleversés le jour où Jeanne-Morue, plantureuse jeune femme à la chevelure incendiaire, vient s'immiscer entre eux, faisant resurgir le désir individuel.
Clin d'oeil grivois au Jules et Jim de Truffaut, LE GRRAAOU déborde largement la facétie pornographique et interroge le désir d'alternatives à la société matérialiste et urbaine. Road-movie rural et jouissif, LE GRRAAOU explore des territoires oubliés, enclavés, que tentent de ranimer néo-ruraux de tous bords. Mais la quête vire peu à peu au drame, les deux auteurs étant moins intéressés par les enjeux de la chaire que les transgressions politiques et sociales.
Réalisé entièrement au Bic quatre couleurs, le récit vibre au diapason des personnages, tendus vers leur idéal. Le dessin, précis, détaillé, met en scène une nature débordant de pierres, feuilles, animaux musculeux, striés de nervures suggérant malicieusement à chaque page un sexe turgescent.Influencé par le cubisme, Étienne Beck déconstruit la nature et les corps pour les ramener à de simples formes géométriques, stylisant certains détails, en fouillant d'autres, tout en adoptant des perspectives faussement naïves. Le résultat est tout simplement ahurissant : Étienne Beck aboutit à une stupéfiante intensité expressive. La nature luxuriante fait peu à peu place à des contrées brutes et menaçantes où les utopies et l'humanité ravagée viennent achever leur course.

BIO ÉTIENNE BECK
Né en 1981 à Amiens, Étienne Beck a étudié l'illustration à Saint-Luc. Il vivrait depuis dans une ville belge renommée pour ses abattoirs. Étienne Beck a déjà publié plusieurs ouvrages dont P'tit gars, p'tit doigt et Le kraspek aux très exigeantes éditions Memo, ainsi que Monsieur Pixel, aux éditions L'Employé du moi. Son travail est également publié dans les très contemporaines revues Franky des Requins Marteaux et Frédéric Magazine, soit la fine fleur de la crème graphique. Pour son dernier livre, paru en 2016 aux Éditions Frémok, Niveaux de Gris et Coloforme (deux ouvrages réunis tête-bêche), Étienne Beck avait reçu le soutien du CNL sous la forme d'une bourse à l'écriture ainsi que d'une aide à l'édition. Toujours essentiel, son travail continue à gagner en maturité et singularité.

BIO JONVON NIAS
Né en 1979, Jonvon Nias a étudié l'illustration à l'École Supérieure de Arts Décoratifs de Strasbourg. Il a participé alors à la création de l'Institut Pacôme, structure de micro-édition de BD aux champignons, qui a fédéré une grande partie des mycologues amateurs que la profession a l'honneur de compter. Il y a ensuite publié divers ouvrages, dont le Psychoprophylactique Relatif, son comix d'auteur àpeuprannuel en 4 volumes. Son travail a également été publié dans des revues ou des ouvrages collectifs chez L'Employé du Moi, Ego Comme X, Delcourt, La Boite À Bulles... À Pattes (éd. L'OEuf) est son dernier livre en date.

Lancement de "Le Grraaou" de Etienne Beck & Jonvon Nias publié au FRMK

[18:30-21:00] Remise des prix du concours Digiprize
Location:
Théâtre Adyar
4, square Rapp
75007 Paris
M° RER C Pont de l'Alma, Ecole Militaire
France
Phone : +33 (0)1 45 55 67 63
Fax : +33 (0)1 45 55 67 63
Internet Site : www.theatre-adyar.fr
Description:
Théâtre de la Tour Eiffel
4 Square Rapp
75007 Paris

Organisé par l'ESSCA School of Management, Digiprize, dont digiSchool est partenaire est un concours pour faire connaitre les nouveaux talents du numérique. Les meilleurs projets seront récompensés lors de la grande remise de prix le 13 février 2018 à Paris.

Le concours Digiprize c'est quoi ?
Lancé par l'ESSCA Ecole de Management en 2013, le concours Digiprize récompense les idées et innovations digitales. Ce concours est dédié aux 17-25 ans ayant un projet entrepreneurial digital. Ce challenge se veut être un réel coup de pouce pour l'innovation digitale. Pour cette 5ème édition, Digiprize compte 219 projets présentés par 801 participants répartis en 337 équipes venues de 141 écoles différentes venant de 15 pays ! Seulement 13 de ces projets seront récompensés lors de la grande finale le 13 février 2018.

Digiprize : la grande finale

La remise des prix de ce concours qui a ouvert ses inscriptions le 2 octobre et a enregistré 219 projets, promet d'être grandiose. En effet, Digiprize vous donne rendez-vous le mardi 13 février 2018 à partir de 18h30 au Théâtre de la Tour Eiffel. Ce lieu d'exception accueillera tous les participants souhaitant assister à la remise de prix. L'inscription est obligatoire.

Cet évènement exclusif, qui compte déjà 300 inscrits, a pour but de récompenser les 13 meilleurs projets parmi les 219 proposés. Ce ne sera pas chose facile puisque ces projets sont plus innovants les uns que les autres ! Le jury aura donc la lourde de tâche de départager. Et au sein de ce jury d'exception, la remise des prix comptera une personnalité de renom. Effectivement, Sébastien Chabal sera présent lors de cette grande soirée. Participez à l'histoire de l'entrepreneuriat digital en participant à cette grande finale.

Les meilleurs projets pourront remporter un voyage à San Francisco, un séjour à Shangaï, des dotations allant jusqu'à 10 000 euros ou avoir la possibilité d'intégrer un programme d'accélérateur pour favoriser le lancement du projet primé.

>> RSVP

Remise des prix du concours Digiprize





[19:00-21:30] Nocturne de l'exposition collective "4+4"
Location:
Galerie RX
Rodrigue & Dereumaux
16, rue des Quatre-Fils
75003 Paris
M° Rambuteau, Saint-Paul, Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 71 19 47 58
Mobile : +33 (0)6 37 88 04 98
Mail : info@galerierx.com
Internet Site : www.galerierx.com
Description:
Evénement 4+4

02.02.2018 - 21.02.2018
Vernissage jeudi 1er février, à partir de 18h

4+4 a été conçu comme une invitation à 4 personnalités du monde de l'art pour s'approprier l'une des 4 salles d'exposition de la Galerie RX. Chaque invité organise l'exposition personnelle d'un artiste dans l'espace choisi.
Dans le cadre du second événement 4+4, 4 invitées commissaires proposent 4 expositions personnelles d'artistes.

Alain FLEISCHER
Invité par Françoise Paviot

Julio VILLANI
Invité par Sandra Hegedüs

Baptiste DEBOMBOURG
Invité par Isabelle de Maison Rouge

Lionel Sabatté
Invité par Florence Guionneau-Joie

[19:00-22:00] Vernissage de Ceti
Location:
La Vénus Noire
ancien Caveau de la Bolée
25, rue de l'Hirondelle
75006 Paris
M° Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 26 09 83
Mail : lavenusnoire@yahoo.fr
Internet Site : www.lavenusnoire.com
Description:
du 5 février au 3 mars 2018
vernissage le mardi 13 février 2018 à partir de 19h

Pour sa 4ème édition, la Galerie de Vénus accueille Ceti, qui en plus de la toile, travaille sur un support un peu moins conventionnel : la peau.
Dans un cadre intimiste et chaleureux, elle sera parmi nous pour nous parler de ses toiles, de sa vision de l'érotisme ou tout simplement de son travail en tant que tatoueuse.
Vous y aurez l'occasion d'admirer un superbe connaissance anatomique et une véritable vivacité émotionnelle qui s'écoule à travers chacune de ses peintures.

"Les émotions et les désirs peuvent parfois surgir au travers d'une simple torsion d'un poignet, d'un affaissement d'un buste, d'une position légèrement grotesque. Elles n'ont ni besoin d'être belles, ni besoin d'être achevées, tout comme nos rapports sociaux." - Ceti


Biographie
Après 5 ans de formation dans un BTAA (Brevet de Technicien dessinateur en Arts Appliqués) et un DMA (Diplôme des Métiers d'Art), ce que j'ai le plus retenu est l'efficacité de la peinture et de l'esquisse dans le domaine de la représentation du mouvement et des émotions.

Fascinée par l'anatomie et tout particulièrement le corps humain, j'aime user de ces connaissances pour parler de ma vision de l'érotisme.

Les émotions et les désirs peuvent parfois surgir au travers d'une simple torsion d'un poignet, d'un affaissement d'un buste, d'une position légèrement grotesque. Elles n'ont ni besoin d'être belles, ni besoin d'être achevées, tout comme nos rapports sociaux.

https://www.facebook.com/cetitattoo
https://www.instagram.com/ceti_tattoo
https://www.ceti-tattoo.website

Vernissage de Ceti

Vernissage de Ceti

Vernissage de Ceti

Vernissage de Ceti

Vernissage de Ceti

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Jim Dine - Paris Reconnaissance"
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
Musée - Niveau 4

14 février 2018 - 23 avril 2018
de 11h à 21h

Commissaire : Mnam/Cci, Bernard Blistène, Annalisa Rimmaudo

Artiste et poète américain de renommée mondiale, Jim Dine, né en 1935, rejoint New York en 1958. Il délaisse alors le happening pour la peinture, ses sujets mêlant expressionnisme abstrait et pop, sans se réclamer du mouvement. À l'occasion de l'importante donation faite par l'artiste au Musée national d'art moderne, le Centre Pompidou consacre une exposition inédite à son œuvre.
À travers la peinture et la sculpture sous toutes leurs formes, développant une iconographie puissamment personnelle, l'artiste fait entendre depuis soixante ans sa voix singulière.

Jeudi 15 mars à 19h : House of Words, lecture performance par Jim Dine dans le cadre du cycle In Vivo (Cinéma 2)


Bernard Blistène - Vous offrez à la France quelque vingt-cinq œuvres couvrant votre parcours. Quel est le sens de cette donation exceptionnelle ?
Jim Dine - La France m'a tant apporté que cette donation me paraît naturelle. Elle est un signe de reconnaissance envers la culture française, sa peinture, son histoire, mes liens profonds avec des interlocuteurs depuis tant d'années - je pense ici entre autres, au grand Aldo Crommelynck avec qui j'ai réalisé tant de gravures... J'ai toujours eu ma bicyclette avec moi à Paris, avec l'idée de découvrir quelque chose dans ce pays où je vis et travaille plusieurs mois de l'année ! Je n'ai été nulle part ailleurs avec tant de plaisir.

BB - Si je vous demandais quel est le sens de votre travail, que me répondriez-vous ?
JD - Chaque œuvre a une signification propre. Je travaille tout simplement parce que je ne sais rien faire d'autre ! Je n'ai jamais cessé de faire des choses, depuis l'âge de deux ans ! Je suis sans doute né ainsi !

BB - Au milieu des années 1980, un changement radical s'opère dans votre œuvre. Comment l'expliqueriez-vous ?
JD - Curieusement, aujourd'hui que je suis devenu un vieux bonhomme, j'ai le sentiment qu'il n'y a pas de différence entre ma façon de faire des objets et ma façon actuelle de peindre. Je fais et refais sans cesse. Appelez ça une alchimie ! Il y a toujours eu une dimension physique dans mon travail, qu'il s'agisse en son temps de performances ou de mes travaux actuels, y compris dans mon œuvre poétique.

BB - Pour tout un chacun, vous êtes d'abord l'homme d'une image : celle de ce cœur que vous dessinez et peignez sans cesse, tel un leitmotiv au milieu de mille autres choses qui sont apparues au fil des années. Comment l'expliquer ?
JD - J'ai vieilli, j'ai changé, j'ai évolué comme tout être humain ! Duchamp ne me suffisait pas, l'expressionisme abstrait ne me suffisait pas ! Peindre seulement ne me suffisait pas ! J'ai ajouté des images et puis j'ai eu le sentiment d'avoir trop d'images. Alors, j'en ai enlevé... Tout cela n'est rien d'autre que ce que vous êtes quand vous vous réveillez le matin et que vous rêvez de nouvelles expériences.

BB - Que sont-elles aujourd'hui ?
JD - Je fais de l'art ! J'aime faire des choses plus que jamais ! J'aime rassembler ce que je faisais, il y a soixante ans et ce que je découvre toujours et encore. Lorsque j'étais gamin, je ne voyais pas la différence entre un pinceau et un marteau. J'adorais entremêler des objets et des outils du quotidien. Je vivais cela de façon naturelle. Il n'y a pas de raison pour que j'y renonce aujourd'hui !

in Code Couleur, n°30, janvier-avril 2018, pp. 32-33

Vernissage de l'exposition "Jim Dine - Paris Reconnaissance"
Jim Dine, Nancy and I at Ithaca (Straw Heart), 1966 69/1998
Acier, paille, résine, colle
Collection Centre Pompidou, Musée national d'art moderne photo © Ellen Page Wilson © Adagp, Paris 2017

Jim Dine occupe une place à part dans l'histoire de l'art de plus d'un demi-siècle. Le Centre Pompidou expose l'exceptionnelle donation que Jim Dine a faite récemment au Musée national d'art moderne et qui se compose de 28 œuvres, de peintures et de sculptures, réalisées entre 1961 et 2016. Un don par lequel, Jim Dine, comme il le dit lui-même, voudrait « rembourser la France d'une dette culturelle et personnelle », à savoir les nombreuses années passées à Paris qui lui ont permis d'accéder à « une esthétique » qui a éclairé ses choix. En saluant ce geste, l'exposition retrace de façon saisissante son parcours unique et toujours aussi fécond.

Vernissage de l'exposition "Jim Dine - Paris Reconnaissance"
Jim Dine, A Child in Winter Sings, 2011
Diptyque, acrylique et sable sur bois - 244 × 244 cm
Collection Centre Pompidou, Musée national d'art moderne photo © Kerry Ryan McFate © Adagp, Paris 2017

Né en 1935 à Cincinnati, dans l'Ohio, il s'installe à New York en 1958 où il débute sa pratique artistique et se fait connaître par ses environments et happenings réalisés aux côtés de Claes Oldenburg. Figure centrale d'une pratique qu'on assimile sans doute trop rapidement au pop art, il s'en éloigne, reconnaissant encore aujourd'hui ce qu'il doit à l'œuvre de De Kooning et à l'expressionnisme abstrait. Durant les années 1970, il se tourne vers les pratiques du dessin et de l'estampe et entreprend une remise en question radicale qui l'amènera, dès la fin de ces années, à redecouvrir la figuration.

Vernissage de l'exposition "Jim Dine - Paris Reconnaissance"
Jim Dine, Sawhorse Piece, 1968
Deux toiles peintes, deux tréteaux en bois, bandes de tissus, pot de peinture, seau, pinceau, serre-joint, couteau, carreau de céramique, plâtre, verre, élastique - 107 × 366 × 30,5 cm
Collection Centre Pompidou, Musée national d'art moderne photo © Ellen Page Wilson © Adagp, Paris 2017

Au tournant des années 1980, Dine s'approprie les éléments stylistiques des cultures anciennes, les icônes artistiques et les images vernaculaires, développant une pratique attentive aux formes du passé et somme toute post-moderne, bâtie sur l'amour du travail manuel et imprégnée de symboles personnels.

Vernissage de l'exposition "Jim Dine - Paris Reconnaissance"
Jim Dine, The Garden of Eden, 2003
Cadre en acier avec éléments en bronze peint - 203 × 280 × 61 cm
Collection Centre Pompidou, Musée national d'art moderne photo © Jim Dine Studio © Adagp, Paris 2017

La donation, entièrement exposée, comprend les toutes premières œuvres dans lesquelles s'affirment le vocabulaire plastique et l'originalité des thèmes de l'artiste. L'outil y tient une place déterminante et donne d'emblée à l'œuvre une dimension spécifique, mêlant son histoire personnelle à une recherche identitaire qu'il n'abandonnera jamais. De splendides assemblages mariant les matériaux les plus composites illustrent le foisonnement des recherches de Dine au tournant des années 1970. Les motifs récurrents de son œuvre, cœurs, robes dechambre et autres objets du quotidien de l'artiste figurent aussi au nombre des pièces présentées. Les premières sculptures visitant les icônes de l'art comme la Vénus de Milo ou les masques du Fayoum côtoient les Pinocchio polychromes devenus autant de doubles de l'artiste. L'ensemble se compose également de ces treillis et autres paravents de métal auxquels Dine accroche, comme autant de reliques, ses différents objets et outils fétiches tels ces fragments de corps qui peuplent ses travaux antérieurs.

Vernissage de l'exposition "Jim Dine - Paris Reconnaissance"
Jim Dine, Window with an Axe, 1961
Bois, verre peint et objet - 161 × 81 × 33 cm
Collection Centre Pompidou, Musée national d'art moderne photo © Adam Reich © Adagp, Paris 2017

Enfin, de grandes peintures d'une liberté et d'une richesse de matière aux tonalités à l'opposé des œuvres sévères et quasi monochromes des débuts de l'artiste, mettent en évidence sa liberté d'allure et le désir intarissable de fabriquer des œuvres exemptes de toute contrainte.

Homme passionné et inquiet qui n'a jamais voulu se fixer quelque part, en perpétuel mouvement, il court - encore aujourd'hui - de par le monde, de l'Amérique où il est né et continue de vivre sporadiquement à l'Europe et la France où il ambitionne désormais de passer le plus clair de son temps. Car Jim Dine, on le sait, aime la France.

Commissaire de l'exposition: Bernard Blistène assisté de Annalisa Rimmaudo.

Vernissage de l'exposition "Jim Dine - Paris Reconnaissance"
Jim Dine, The Prince, 2008
Email et peinture sur bois - 184 × 72 × 66 cm
Collection Centre Pompidou, Musée national d'art moderne photo © Amahra Leaman © Adagp, Paris 2017

[19:30-22:00] Projection de "The Ruins of Detroit" d'Yves Marchand & Romain Meffre
Location:
Silencio
144, rue Montmartre
75002 Paris
M° Bourse, Sentier, Grands Boulevards
France
Mail : contact@silencio-club.com
Internet Site : www.silencio-club.com
Description:
Polka et le Silencio ont le plaisir de vous inviter à assister à la rencontre exceptionnelle avec les artistes Yves Marchand et Romain Meffre.

A l'occasion de leur exposition "The Ruins of Detroit" du mardi 30 janvier au samedi 17 mars 2018 au Silencio.

19h30 : Projection "Work in Progress" d'Yves Marchand et Romain Meffre. 2017. 30 minutes.
20h30 : Conversation avec les artistes

RSVP obligatoire à sgaychet@polkagalerie.com

Projection de "The Ruins of Detroit" d'Yves Marchand & Romain Meffre

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés