Thursday, March 8, 2018
Public Access


Category:
Category: All

08
March 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

  Journée de la femme
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
http://www.journeedelafemme.com

La journée internationale des femmes est célébrée le 8 mars et trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du XXe siècle en Europe et aux États-Unis, réclamant de meilleures conditions de travail et le droit de vote. Elle a été officialisée par les Nations unies en 1977, invitant chaque pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes.

C'est une journée de manifestations à travers le monde : l'occasion de revendiquer l'égalité, de faire un bilan sur la situation des femmes. Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations partout dans le monde, pour faire aboutir leurs revendications, améliorer la situation des femmes, fêter les victoires et les avancées.

La création d'une « Journée internationale des femmes » a été proposée pour la première fois en 1910, lors de la 2econférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s'inscrivait alors dans une perspective révolutionnaire. Dès 1911, des manifestations sont organisées en Autriche-Hongrie, au Danemark, en Suisse, en Allemagne, puis les années suivantes en France, aux Pays-Bas, en Russie et en Suède.
La date n'est tout d'abord pas fixe, et ce n'est qu'à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint-Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met définitivement en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier.

Une légende veut que l'origine du 8 mars remonte à une manifestation d'ouvrières américaines du textile en 1857, événement qui n'a en réalité jamais eu lieu. Il s'agit surement d'un clin d'œil de féministes américaines qui, dans les années 1950, veulent à la fois intégrer cette journée dans le contexte états-unien et rendre un hommage à Clara Zetkin, 1857 étant sa date de naissance. L'origine de cette journée s'ancre bel et bien dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l'égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l'Europe, au début du XXe siècle.

La Journée internationale des femmes est reconnue officiellement par les Nations unies en 1977, et en France en 1982.

Exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"
Location:
Galerie Azzedine Alaïa
18, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 72 19 19
Mail : galerie@alaia.fr
Internet Site : www.alaia.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Du 22 janvier au 10 juin
Tous les jours de 11h à 19h

Vernissage le dimanche 21 janvier en présence d'Olivier Saillard, Christoph bon Weyhe, Jean-Baptiste Mondino, Naomi Campbell, Didier Krzentowski, Jack Lang, Cindy Crawford Kaia Gerber, Farida Khelfa, Carla Sozzani, Paolo Roversi

Disparu le 18 novembre 2017, le génie d'Azzedine Alaïa s'expose au sein de son atelier et de sa galerie d'art dans le 4ème arrondissement de Paris dès aujourd'hui. Orchestrée par Olivier Saillard, cette exposition met en lumière les pièces les plus emblématiques du créateur, qui sera également à l'honneur du Design Museum de Londres qui, dès le mois de mai 2018, accueillera l'exposition "Azzedine Alaïa, The Couturier". Le plus ? C'est le créateur lui-même qui a choisi les 60 pièces couture exposées.

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Décédé le 18 novembre 2017, Azzedine Alaïa a laissé une mode meurtrie de son départ mais enrichie par ses créations. Avec son élégance et ses coupes précises sublimant les courbes comme marques de fabrique, le couturier se voit déjà célébré par une exposition parisienne. Direction l'atelier et la galerie d'art du créateur, situés au 18 rue de la Verrerie dans le quatrième arrondissement où les créations les plus emblématiques d'Azzedine Alaïa se donnent à voir, scénographiées par Olivier Saillard, ancien directeur du Palais Galliera. A voir jusqu'au 10 juin 2018. Et cette année sera assurément l'année Alaïa puisqu'Outre-Manche, le créateur sera également à l'honneur d'une exposition au Design Museum.

Du 10 mai au 7 octobre 2018, "Azzedine Alaïa : The Couturier" dévoilera une soixantaine de silhouettes choisies avec soin par le maître avant son décès. Curatée en partie par le créateur lui-même, cette exposition promet de mettre en scène des pièces plus qu'intimes et chargées d'histoire. C'est à même la peau de ses mannequins qu'il sculptait ses robes aujourd'hui pièces de collection. Travaillant les tissus les plus luxueux, Azzedine Alaïa mêlait aussi son savoir-faire précieux aux matières innovantes et aux techniques modernes.

Pour faire écho à plus de 35 ans de couture, des pièces architecturales seront commandées pour l'occasion. Artistes et designers rendront ainsi hommage au couturier à la passion brûlante de la mode.

Azzedine Alaïa : Je suis Couturier - jusqu'au 10 juin 2018 18 rue de la Verrerie 75004 Paris

Azzedine Alaïa : The Couturier - du 10 mai au 7 octobre 2018 Design Museum - 224-238 Kensington High St, Kensington, Londres

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Du 13 décembre 2017 au 20 mai 2018, prolongation jusqu'au 12 août 2018
Du mercredi au vendredi : 11h - 17h / Samedi et dimanche : 14h - 18h
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche - Fermé le lundi et les jours fériés

Entrée libre le premier dimanche de chaque mois
Plein tarif : 4.70 € / 3.60 € pour les Isséens et GPSO
Tarif réduit : 3.60 € / 2.60 € pour les Isséens et GPSO
Gratuit pour les moins de 26 ans
Audio guide français / anglais : gratuit

Labellisée « Centenaire Auguste Rodin », cette exposition au Musée Français de la Carte à Jouer sera la dernière manifestation de cette année consacrée à l'une des figures les plus indépendantes du monde de l'art. Mêlant sculptures et photographies, elle s'accompagnera d'une riche programmation avec des conférences mensuelles et des projections.

En 1908, Auguste Rodin, qui habite la Villa des Brillants à Meudon depuis une douzaine d'années, fait installer dans les communs du château des Conti à Issy-les-Moulineaux l'atelier d'un de ses derniers mouleurs et proches collaborateurs : Paul Cruet.

Employé par le Maître, puis par le Musée Rodin de novembre 1905 à février 1940 en qualité de chef-mouleur, celui-ci devient un collaborateur précieux et estimé dont l'expertise a régulièrement été sollicitée dans différents domaines. C'est en particulier à lui qu'est confiée la tâche d'achever la mythique Porte de l'Enfer en 1917.

Jusqu'à sa fermeture en 1937, son atelier isséen compte parmi l'un des principaux lieux d'activité du Musée Rodin.

A la fin de sa vie, il possédait une collection dont donation a été faite à la Ville en 1966 et 1974. Conservé au Musée Français de la Carte à Jouer, ce fonds comprend en particulier des photographies anciennes, une aquarelle et sept sculptures en plâtre (dont un buste de Camille Claudel et une tête d'un des Bourgeois de Calais, Pierre de Wissant).

L'ensemble sera présenté au côté d'une sélection d'œuvres à la réalisation desquelles Paul Cruet a travaillé. L'exposition a en effet bénéficié de l'aide et du soutien du Musée Rodin qui a bien voulu ouvrir largement l'accès à ses archives et à ses réserves.

Elle permettra aussi sur le plan esthétique de s'arrêter sur les processus créatifs en sculpture et plus particulièrement le procédé du moulage. Le mouleur joue en effet un rôle important non seulement sur le plan technique (du fait du nombre et de la complexité des étapes mises en œuvre) mais surtout sur le plan esthétique.

#CentenaireRodin
#Rodin100
http://rodin100.org/fr/actualit%C3%A9s/auguste-rodin-et-son-mouleur-paul-cruet

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Paul Cruet procédant au moulage d'Ugolin, tirage photographique 22.4 x 17.3 cm, coll. M F C J - Issy-les-Moulineaux © F. Doury

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), L'Âge d'airain (Grand modèle), 1877, plâtre patiné au vernis gomme laque, 180 x 68.5 x 54.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Saint Jean-Baptiste (Grand modèle), 1880, plâtre patiné au vernis gomme laque, 203 x 71.7 x 119.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Buste de Dalou, 1883, plâtre stéariné, 52 x 43 x 24 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

08:00  
09:00  
10:00 [10:00-12:00] Vernissage presse de l'exposition collective "//DEVENIR//"
Location:
Collège des Bernardins
20, rue de Poissy
75005 Paris
M° Cardinal Lemoine, Maubert - Mutualité
France
Phone : +33 (0)1 53 10 74 40
Mail : communication@collegedesbernardins.fr
Internet Site : www.collegedesbernardins.fr
Description:
Vernissage le 8 mars de 18h30 à 21h
Exposition du 8 mars au 8 juillet 2018

Exposition avec :
Jean-Michel Alberola / Gabrielle Conilh de Beyssac / Jonas Delhaye / Alban Denuit / Sarah Feuillas / Jules Guissart / Kealan Lambert / Charles Henry de Pimodan / Raphaël Tiberghien / Natalia Villanueva Linares

Commissaire : Sophie Monjaret / Accompagnatrice : Cécile Welker

Le Collège des Bernardins invite dix artistes des Beaux-Arts à partager l'acte de création avec le public lors d'une exposition intitulée //DEVENIR// du 8 mars au 8 juillet 2018.

Pour cette nouvelle exposition, du 9 mars au 8 juillet 2018, seront réunis artistes, professeurs et diplômés de l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts qui ont participé au département de recherche du Collège des Bernardins, la Parole de l'Art.

Dans cette proposition évolutive, les visiteurs expérimenteront l'art en trois temps :

> Le passé, figé, exprimera l'impossibilité de réécrire l'histoire et présentera une exposition collective d'oeuvres déjà réalisées. Les oeuvres exposées dans les premiers jours de l'exposition seront des pièces déjà créées par les artistes et sélectionnées par la commissaire Sophie Monjaret. Figées dans le passé du temps, le repentir est impossible.

> Le présent sera mobile, mouvant et il verra l'espace de l'ancienne sacristie se transformer en atelier pour permettre au public de suivre jour après jour un travail collaboratif entre les artistes. Ce moment de l'exposition appelé le présent se divisera en trois parties, d'un mois chacune, pendant lesquelles les artistes créeront de nouvelles pièces à six mains, car c'est collectivement que nous pouvons essayer de construire un avenir conforme à nos rêves.

> Le futur, enfin, ouvrira sur les possibles, et sera animé par des tables rondes et des rencontres ouvertes à tous (artistes, visiteurs, mais aussi classes et enseignants). Cette exposition réalisée en partenariat avec l'École nationale supérieure des Beaux-Arts se clôturera sur la genèse de nouveaux commencements...
Quatre jours durant, les artistes seront invités à transposer leur espace de travail au sein du Collège des Bernardins. Mettant en scène leurs univers, cette dernière partie fera découvrir au public ce qui nourrit l'inspiration des artistes, leurs environnements, leurs recherches....

Ainsi, rien ne demeure identique et tout doit...
...devenir !

Vernissage de l'exposition collective "//DEVENIR//"
le poids des couleurs, de 0 à 8 grammes (vert de cobalt) © Alban Denuit


[11:00] Inauguration de la place Antoine et Simone Veil
Location:
Puteaux
92800 Puteaux
M° Gare SNCF de Puteaux
France
Description:
Le 8 mars prochain à 11h sera inaugurée la place Antoine et Simone Veil, anciennement place Stalingrad.

Le changement de dénomination de la place Stalingrad en place Antoine et Simone Veil avait été approuvé le 14 décembre dernier par les élus du Conseil municipal.

La Ville rend ainsi hommage à l'inoubliable figure de la défense des droits des femmes, disparue le 30 juin dernier à son domicile parisien à l'âge de 89 ans et à son mari, Antoine, disparu en 2013.

Cette inauguration est l'occasion pour tous les Putéoliens de rendre un dernier hommage à cette femme au destin exceptionnel avant le transfert de sa dépouille au Panthéon, le 1er juillet 2018.

À noter : dans le cadre de cette inauguration, le stationnement et la circulation seront interdits sur la place Stalingrad et sur une partie de la rue Anatole France le mercredi 7 mars de 9h à 13h et le jeudi 8 mars de 9h à 13h. Des déviations seront mises en place.

[11:00-13:00] Vernissage presse de l'exposition "Talismans"
Location:
Fondation Calouste Gulbenkian Paris
Centre Culturel Calouste Gulbenkian
39, boulevard de La Tour-Maubourg
75007 Paris
M° La Tour-Maubourg, Varenne, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 23 93 93
Fax : +33 (0)1 53 23 93 99
Mail : calouste@gulbenkian-paris.org
Internet Site : www.gulbenkian-paris.org
Description:
Talismans
Le désert entre nous n'est que du sable

Du 9 mars au 1er juillet
Exposition ouverte lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 18h
Samedi, dimanche et jours fériés de 11h à 18h
Entrée libre

Vernissage le jeudi 8 mars à 18h30

Les artistes : Adonis, Leonor Antunes, Art Orienté Objet, Kader Attia, Pedro Barateiro, Bady Dalloul, Laddie John Dill, Eléonore False, Isabelle Ferreira, Claire Fontaine, Maria Hassabi, On Kawara, Tarek Lakhrissi, Cildo Meireles, James Nares, Azzedine Salek, Lawrence Weiner

Les conférenciers :
Dingdingdong - Emilie Hermant et Valérie Pihet
Kader Attia

Chorégraphies, films et performances :
Pedro Barateiro, Maria Hassabi, Liz Magic Laser, Pedro Neves Marques, Francisco Tropa, Ana Vaz

Commissaire : Sarina Basta
Assistant curatorial : Pietro Della Giustina

En partenariat avec Le Jeu de Paume et le Festival Move au Centre Pompidou pour la programmation culturelle.


« Il n'y a pas d'espace aussi sombre que celui juste à côté de la lumière», Trinh Minh Ha

\ˈta-ləs-mən-\ talɪzmən. Le désert entre nous n'est que du sable, prend la forme de l'exposition, de conférences, de performances, de projections et d'une publication. Ce projet s'organise autour de trois axes: la dématérialisation des murs, la reconstitution humaine suite à un effondrement et le talisman.

La réparation démarre avec un constat : les réponses se situent dans des témoignages singuliers. C'est souvent à la lumière de ceux qui ont survécu aux chocs de l'adversité que se dresse la forme de nouvelles réalités possibles. Ce projet donne avant tout la voix aux artistes et aux théoriciens, spécialistes de l'existence humaine.

La dématérialisation des murs est à comprendre au sens littéral, comme l'effondrement d'habitations en temps de guerre ou de catastrophe naturelle. Dans le contexte artistique des années 1960 et 1970, avec l'action de commissaires tels que Lucy Lippard, la dématérialisation est devenue un mode opératoire qui dépassait l'exercice formel. La dématérialisation artistique exprimait la célébration des technologies de reproduction, une alternative de circulation de l'art hors de l'institution et du marché et surtout comme une itération critique de l'invisibilité de la guerre du Vietnam dans le quotidien des Américains dans un déni stratégique de sensibilité du public.

Le talisman fonctionne comme un contre-monument, un objet lié à un mode de vie, dont la valeur se définit par son intersection entre une fonction symbolique intime et des croyances collectives. Ce mot dont l'origine, mêlée, est une hybridation entre l'arabe et le grec, incarne aussi des courants d'influences réciproques des civilisations avec une partie de l'Europe dont le Portugal et la France. Son fonctionnement, et son statut fluctuant, contrastent et dialoguent avec celui de l'objet d'art.

Le talisman peut prendre la forme d'un objet, d'un écrit, d'un mécanisme de protection et de circulation. Silencieux, secret ou explicite, il tente de canaliser une force pour en contrer une autre. Quels seraient les enjeux que chaque protagoniste chercherait à repousser ou canaliser ? Le talisman est examiné dans cette perspective, moins pour ses propriétés ésotériques que pour sa nature composite. L'idée est aussi, par la même occasion, de déstabiliser un tant soit peu ce que nous considérons un objet d'art vers son incantation.

Vernissage de l'exposition "Talismans"



[12:00] Prix de La Femme de l'Année
Location:
Pavillon Cambon Capucines - Potel et Chabot
46, rue Cambon
75001 Paris
M° Madeleine, Opéra
France
Phone : +33 (0)1 47 20 04 05
Fax : +33 (0)1 47 20 10 60
Mail : cambon@poteletchabot.fr
Internet Site : www.poteletchabot.com
Description:
L'actrice Isabelle Huppert a reçu le Prix de La Femme de l'Année remis par le PDG de Clarins lors du déjeuner organisé le Chinese Business Club chez Potel&Chabot.

11:00
12:00
13:00  
14:00 [14:00-20:00] Vernissage de Chae Sung-Pil "Terre anonyme"
Location:
Galerie Jean Brolly
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 88 02
Fax : +33 (0)1 42 78 88 03
Mail : galbrolly@wanadoo.fr
Internet Site : www.jeanbrolly.com
Description:
du 8 mars au 21 avril

Les peintures de Chae Sung-Pil nous entraînent vers des régions inexplorées où les terres sont ravinées par l'eau et le vent. Ces images fortes provoquent en nous l'étonnement et l'admiration...

Vernissage de Chae Sung-Pil "Terre anonyme"




[17:00-21:00] Vernissage de Sabine Christmann "Face aux reflets"
Location:
Galerie Charron
43, rue Volta
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, République
France
Phone : +33 (0)9 83 43 12 05
Mail : contact@galeriecharron.com
Internet Site : www.galeriecharron.com
Description:
peintures

du 8 au 31 mars

Une vision de la société de consommation perçue par une peintre allemande hyperréaliste, Sabine Christmann qui dédicacera son livre d'exposition le jeudi 8 mars lors du vernissage.

Venez contempler l'exposition "Face aux reflets" de l'artiste allemande Sabine Christmann du 8 au 31 mars au 43 rue Volta et du 5 au 21 avril au 9 rue Alasseur.

Dans cette nouvelle série, l'artiste nous invite dans un univers hyperréaliste dans lequel elle dispose avec harmonie et ingéniosité des objets de la vie quotidienne tels que des sacs publicitaires, des bouteilles et des produits alimentaires, tout en jouant avec les reflets.

Vernissage de Sabine Christmann "Face aux reflets"

Vernissage de Sabine Christmann "Face aux reflets"

[17:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Bernard Saby"
Location:
Galerie Les Yeux Fertiles
Art du XXème siècle - Surréalisme
27, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 27 91
Fax : +33 (0)1 46 34 19 27
Mail : contact@galerie-lesyeuxfertiles.com
Internet Site : www.galerie-lesyeuxfertiles.com
Description:
du monde des vitesses et des lenteurs aux noeuds de vertige

du 9 mars au 7 avril 2018





[18:00-21:00] Lecture de Sophie de Jouffroy
Location:
Galerie Maître Albert
6, rue Maître-Albert
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 55 42 73 77
Mail : jdm@lmet.fr
Internet Site : www.maitrealbertgallery.com
Description:
La Galerie Maître Albert en présence des artistes, vous attendent ce jeudi 8 mars à partir de 18heures jusqu'à 21heures.

Quelques extraits du bossu de Notre Dame seront lus par Sophie de Jouffroy autour de son travail.


Dans le cadre de l'exposition de Sophie de Jouffroy & Marc Dekeister

Exposition du 26 février au 11 mars 2018

Vernissage de Sophie de Jouffroy & Marc Dekeister

[18:00-21:00] Vernissage d'Izumi Miyazaki "There's no place like home"
Location:
Saint-Germain-des-Prés
Saint-Germain-des-Prés
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés
France
Internet Site : www.saint-germain-des-pres.com
Description:
bergonzofirstfloor
12 rue Guénégaud
75006 Paris
www.bergonzo.paris

9 mars - 30 avril 2018

Bergonzofirstfloor accueille la toute jeune photographe Izumi Miyazaki en résidence jusqu'au 30 avril 2018. À l'origine du projet, un couple passionné d'art, Stéphanie et Renaud Bergonzo. Ils ont décidé d'ouvrir la porte à la création et de rendre accessible l'art par leur démarche ! Ni un musée, ni une galerie d'art, c'est chez eux dans leur appartement parisien niché dans le 6e arrondissement de la capitale dans le très convoité quartier de Saint-Germain-des-Près, qu'ils ont l'envie de faire entrer l'art et d'en faire profiter le public ! Des autoportraits dignes d'un monde extra-ordinaire, il est bien là l'intérêt de cette jeune photographe japonaise. Formée à l'université d'art de Musashino de Tokyo, elle est très fortement influencée par les artistes issus du mouvement surréaliste, comme Magritte par exemple. Il est certain que de tels autoportraits ne peuvent nous laisser indifférents !


Izumi Miyazaki est une jeune photographe japonaise qui envoûte ses fans sur le web par ses autoportraits sortis d'un autre monde. Petite histoire d'un phénomène.

Le Japon n'en finit pas de me surprendre, malgré mes nombreux voyages au pays des paradoxes, je suis encore surpris par ses traditions, sa culture hybride allant du « Kawaï » à la démesure... mais surtout sa capacité à se sortir des épreuves les plus dramatiques, comme deux bombes atomiques, une crise économique et identitaire majeure, des tremblements de terre à répétition et sans parler des Tsunamis avec les dégâts irréversibles que nous connaissons.

Quand on a 20 ans au Japon, on ne ressemble à rien de comparable, mais quand on s'appelle Izumi Miyazaki, même les Tokyoïtes découvrent une sorte d'extraterrestre. Rencontre du troisième type : les cheveux noirs, coupe au carré, un regard sombre, un visage de poupée dont les émotions auraient été effacées, des tenues trop strictes ou trop bariolées, la jeune photographe qui sort de la prestigieuse université d'art de Musashino à l'ouest de Tokyo, n'en a pas fini de nous surprendre.

Baignée des maîtres du surréalisme comme Magritte, elle avoue une passion pour Alfred Hitchcock ou David Lynch. Ses autoportraits pratiquent l'humour à froid, se mettant souvent en scène dans des performances sans queue ni tête. Tête qu'elle n'hésite pas à trancher en l'agrémentant de tomates fraîches ou d'un poisson, dans une interprétation humaine du sushi. Si elle ne sourit jamais sur ses photographies c'est sans doute pour exprimer sa solitude et peut être la difficulté d'une jeunesse connectée, à vivre dans un monde réel. Son travail surprend autant qu'il fascine, se jouant des codes de la vie 2.0 Izumi Miyazaki s'amuse dans une écriture poétique et bouleversante. L'addiction est proche...

Renaud Bergonzo

Renaud Bergonzo est le directeur de la galerie bergonzofirstfloor, à Paris.

Vernissage d'Izumi Miyazaki "There's no place like home"
Broccoli © Izumi Miyazaki

Vernissage d'Izumi Miyazaki "There's no place like home"
Energy © Izumi Miyazaki

Vernissage d'Izumi Miyazaki "There's no place like home"
Friends © Izumi Miyazaki

Vernissage d'Izumi Miyazaki "There's no place like home"
Gravitation © Izumi Miyazaki

Vernissage d'Izumi Miyazaki "There's no place like home"
Izumi Sur Du Riz © Izumi Miyazaki

Vernissage d'Izumi Miyazaki "There's no place like home"
Potato © Izumi Miyazaki

Vernissage d'Izumi Miyazaki "There's no place like home"
Stand in © Izumi Miyazaki

Vernissage d'Izumi Miyazaki "There's no place like home"
Mirror © Izumi Miyazaki

[18:00-21:00] Vernissage d'exposition collective
Location:
Concept Store Gallery Dauphine
18, rue Dauphine
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Mobile : +33 (0)6 80 91 48 09
Internet Site : www.club-ateliers-artistes.com
Description:
Exposition du 8 au 22 mars 2018
Vernissage le 8 mars à partir de 18h

Vernissage d'exposition collective

[18:00-21:00] Vernissage de Danièle Badet
Location:
International Art Gallery
A.P.A.I. Association pour la Promotion des Artistes Indépendants
78, avenue de Suffren
Village Suisse
Cour Anglaise Galerie 19
75015 Paris
M° La Motte-Piquet - Grenelle
France
Phone : +33 (0)1 42 19 96 42
Mobile : +33 (0)6 62 48 50 98
Mail : contact@internationalartgallery.fr
Internet Site : www.businessart.org
Description:
Vernissage de Danièle Badet

[18:00-21:00] Vernissage de Didier Genty "La folle qui rit"
Location:
Loo & Lou Gallery (George V)
45, avenue George V
75008 Paris
M° George V
France
Phone : +33 (0)1 53 75 40 13
Mail : contact@looandlou.com
Internet Site : www.looandlougallery.com
Description:
jusqu'au 14 avril

Vernissage de Didier Genty "La folle qui rit"

[18:00-21:00] Vernissage de Françoise Biesse Debos et Daniel Ibled
Location:
Mu Gallery
Isabelle Feldheim
53, rue Blanche
75009 Paris
M° Blanche, Place de Clichy, Pigalle
France
Mobile : +33 (0)7 82 13 36 50
Mail : mu.gallery.paris@gmail.com
Internet Site : www.mu-gallery-paris.fr
Description:
Du 6 au 31 mars 2018.
Vernissage jeudi 8 mars dès 18h, avec la présence des artistes, Françoise Biesse Debos (peintre) et Daniel Ibled (sculpteur)

Vernissage de Françoise Biesse Debos et Daniel Ibled

[18:00-21:00] Vernissage de Françoise Grange "née fille"
Location:
SoiXante AdaDa
60, rue Gabriel Péri
93200 Saint-Denis
M° Saint-Denis - Porte de Paris, Basilique de Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 77 48 37 98
Mail : adada93@free.fr
Internet Site : 60adada.viabloga.com
Description:
Du 6 au 13 mars

Six mois après le déferlement de témoignages qui ont suivi ce qui s'est appelé « l'affaire Weinstein », la Journée Internationale des Droits des Femmes résonne avec une acuité singulière.

L'Observatoire de la laïcité de Saint Denis renouvelle son partenariat avec le Soixante ADADA et invite du 6 au 13 mars l'artiste plasticienne Françoise Grange, dont le travail réussit à évoquer finement, délicatement, la brutalité la moins représentable.

Les œuvres procèdent par la métonymie, présentant des robes, treize, chacune baptisée d'un nom de femme, et qui sont la transcription plastique d'un récit de vie. La robe, c'est ce vêtement qui porte dans ses plis l'empreinte du corps, comme imprégnée de la vie vécue. Des éléments plastiques s'adjoignent, qui lient les histoires à leur contexte.

« Cette installation, dit-elle, est née d'un souvenir traumatisant de mon adolescence, une agression et un enlèvement par un homme armé et déterminé. J'ai eu la chance inouïe de pouvoir m'enfuir avant qu'il ait eu le temps de passer à l'acte et pendant des années je me suis poséeces deux questions : quel acte ? Et pourquoi moi ? Ensuite, en écoutant les témoignages des femmes qui n'ont pas eu la chance d'échapper à un sort épouvantable, vint la troisième question : pourquoi elles ?»

Françoise Grange a écouté, enquêté, pour mettre à jour les effets de la naturalisation de misogynies tristement transculturelles. « J'ai voulu, explique encore la plasticienne, non seulement témoigner et dénoncer, mais aussi rendre hommage à toutes les femmes violentées dans le monde. Je voudrais qu'elles ne soient plus considérées comme des victimes, mais comme des héroïnes, leur résistance créant leur liberté ».

Un très bel appel à la considération.

Vernissage pour la Journée Internationale des Droits des femmes,
jeudi 8 mars, 18h

A 18h45,
Performance de l'artiste écrivaine Tristan Félix
Femmes/Infemmes (chant, masque, poupée)
découvrant dans ton envol la grande Forêt des Humiliés,
victimes d'amants tortionnaires, de patrons pervers, de médecins diaboliques,
voire d'incrédules soupçonneux, tu fais halte au pied d'un fût calciné par la foudre
et observes avec ravissement la dentelle de lumière
qui sur le dos d'une cétoine dorée
dessine comme le kanji d'un fer à cheval.
Extrait de Fuir, de Tristan Felix

AUTRES ÉVÉNEMENTS
vendredi 9 et dimanche 11 mars, 18h
Lecture des textes de Françoise Grange par Sonia Gomar

samedi 10 mars, 14h30
Maux à mots, lecture performée par Claire Vidoni

Site personnel de Françoise Grange
https://www.francoisegrange.com

Observatoire de la Laïcité de Saint Denis
http://www.observatoire-laicite-saint-denis.org

Site personnel de Tristan Felix
http://www.tristanfelix.fr

Vernissage de Françoise Grange "née fille"

[18:00-21:00] Vernissage de Gabriel Leger "VERTIGO"
Location:
Galerie Sator
8, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 04 84
Internet Site : www.galeriesator.com
Description:
du 9 mars au 28 avril 2018
vernissage samedi 10 mars 15h - 20h

http://gabrielleger.com

On imagine une comète
qui reviendrait après des siècles.
Philippe Jaccottet, "À Henry Purcell", 1981

À ce qui jamais ne décline, qui pourrait se soustraire ?

Comme pour répondre à la question sibylline d'Héraclite, Gabriel Leger déploie des énigmes plus vastes encore. Il fait réfléchir les miroirs. Il creuse l'éternité des visages.
Il fait s'écouler le temps avec des corps célestes. Il s'empare de nébuleuses en ébullition. Il fait tenir le vertige en équilibre. Il pétrifie l'espace. Il fait parler l'insondable. Il dévoile des secrets ancestraux en en créant de nouveaux. Il anime les profondeurs de la matière et de l'être. Mais d'abord, il dérobe au soleil son ardeur...

Oui ! Avec la méticulosité d'un enfant happé par un objet fascinant, l'artiste se penche sur la puissance corrosive de la boule de feu. Quand on est le soleil, brûler, c'est signer. Point. Et de fait, lorsqu'il n'est pas le simple rival de la lune, le soleil est enivrant, obsédant: il a vu naître et périr tant de beautés, exploser tant de vies dans des fracas silencieux...
C'est en qualité de témoin éternel que Gabriel Leger lui demande une petite signature, juste au-dessus des vestiges antiques, comme pour dire: «J'ai vu. Je ne suis pas à ce point aveuglé par ma propre lumière ». Et en enregistrant patiemment sa chaleur, c'est la peau du monde que nous révèle l'artiste.

Mais Gabriel Leger ne dialogue pas qu'avec l'astre du jour, il tisse également des liens avec l'infini, dans ses formes spatiales, temporelles et ontologiques. Que ce soit le cosmos, l'éternité ou l'essence de l'être humain, l'abîme est ouvert. Et c'est le vertige assuré - brut, sans ménagement. Gabriel Leger le cherche, ce vertige, le provoque et, une fois trouvé, ne le lâche plus : il plante son regard affûté dans des espaces sans fin, il joue avec les nerfs de l'impermanence, il s'engouffre dans la crypte du temps.

En mariant les photos de ciel étoilé dans la France de Vichy à des clichés vernaculaires pris au même moment, l'artiste pointe la parenté («Kinship»), pour le moins fabuleuse: nous sommes de la poussière d'étoiles ! Et si davantage que la Terre, notre berceau véritable était la Voie Lactée ? Ainsi, retrouver la danse folle et statique des étoiles permet de s'élever au-dessus des ravages du présent. Ce même présent qui, pris dans le commerce sanglant des hommes, n'a ni l'aura ni l'allure des vestiges et des astres, chers à l'artiste.

C'est sans doute parce qu'il chérit l'insondable que, pour mieux le préserver, Gabriel Leger crée des épiphanies. Dans Les miroirs incessants, deux glaces argentées par l'artiste dans le noir (n'ayant donc jamais reflété personne) et scellées l'une à l'autre, sont condamnées à se faire face pour toujours et se taire à jamais. L'idée est aussi belle que glaçante: si même les miroirs n'échappent pas à leurs propres simulacres, comment le pourrions-nous ? C'est cette même question abyssale qui est soulevée avec l'œuvre The Face I Had. En posant une obsidienne ou une agate à la place de là où se tiendrait un visage de chair, tendu vers l'adversaire, l'artiste crée un anti-masque : il dénue la profondeur de l'être.

L'exposition Vertigo est une quête poétique à travers le for intérieur et l'intimité du monde, une errance entre macro et micro histoire. Avec l'émerveillement d'un enfant et l'habileté d'un sage, l'artiste ouvre des compromis et des passages. A nous de nous y engouffrer, mais il faudra faire preuve d'audace - car le gouffre qu'il nous indique... c'est le nôtre, depuis la nuit des temps. L'œuvre de Gabriel Leger est comme une crypte, un labyrinthe dans lequel, loin de se perdre, il est possible de trouver quelque chose de plus grand et de plus précieux que soi. Le monde, peut-être ? A moins que ce ne soit l'éternité...

Clarisse Gorokhoff

Vernissage de Gabriel Leger "VERTIGO"

[18:00-22:00] Vernissage de Gwendoline Perrigueux "Cream Corn"
Location:
La Charpente
Atelier-Ecole d'Art
1, rue de l'Amiral Courbet
94160 Saint-Mandé
M° Saint-Mandé - Tourelle
France
Phone : +33 (0)1 48 08 46 30
Mail : contact@lacharpente.com
Internet Site : www.lacharpente.com
Description:
Du 8 au 11 mars
Exposition le Vendredi/Samedi/ Dimanche de 14h à 19H
Vernissage le jeudi 8 mars de 18h à 22h

Une invitation de Lucie Tison, commissaire d'exposition.

Des boules, des paillettes, en veux tu en voilà.
J'ai le plaisir de vous inviter à plonger avec moi, tout entier dans Cream Corn. Au programme: vaseline, jello shots, rainbow cake, sourires extensibles et confetti!
Gwendoline Perrigueux pourrait paraître comme la personnification de l'expression La vie est une fête.
Ses sculptures sont réalisées à partir de matériaux pauvres, hauts en couleurs: plumes, pailles, frites de piscine, paillettes, cotillons et confetti, mais aussi gonflables, béton, ciment, polystyrène, bassines, plumeaux, coquilles Saint-Jacques, manche à balai, paillassons, toiles cirées, guirlande lumineuse, pâte à
modeler... Ces objets usuels restent bruts mais leur agencement fait émerger un univers cartoonesque qui tourne en ridicule, et caricature avec malice, cette idée de voir la vie en rose.
Gwendoline met en scène les illusions et mensonges de nos vies contemporaines. Réseaux sociaux et publicités (entre autres) développent une sorte de dictature du bonheur, de la perfection, et de la beauté. La loose étant interdite, nous développons alors une propension à faire croire que nos vies sont formidables. La fête, sujet de prédilection de Gwendoline, est un exemple intemporel de ces illusions frivoles qui nourrissent une image du bonheur, superficielle et vide de sens. C'est ici la faille dans laquelle se faufile Gwendoline: « le pouvoir de la pacotille » !
Dans ses installations, Gwendoline met en place un décor exotique et acidulé composé d'objets du quotidien qu'elle détourne en un joyeux bordel. Le plumeau devient palmier, la frite, une dynamite, le gonflable vert, un cactus, etc. Cette atmosphère réjouissante n'est qu'un leurre qui laissera ensuite place au vide, au manque, tel un clown triste.
L'artiste confronte le réel et l'éphémère, elle provoque et observe les effets du flop: lorsque tout retombe à plat. Méfiez-vous donc des apparences car plus grande sera la montée, plus violente sera la redescente.
Texte d'Aurélie Faure aka Katarina Stella, Commissaire d'exposition indépendante et co-fondatrice des éditions Born And Die. Texte écrit lors de son exposition Irredux, ChezKit.

Vernissage de Gwendoline Perrigueux "Cream Corn"

[18:00-22:00] Vernissage de Jenny Wenhammar "Déesses Femen"
Location:
Espace des Femmes
Antoinette Fouque
35, rue Jacob
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 42 22 60 74
Mail : contact@desfemmes.fr, espace@desfemmes.fr
Internet Site : www.desfemmes.fr
Description:
LANCEMENT DU DICTIONNAIRE UNIVERSEL DES CRÉATRICES EN LIGNE
Publié pour la première fois en novembre 2013 puis proposé en livre numérique depuis novembre 2015, le Dictionnaire universel des créatrices poursuit son incroyable aventure: il sera, à partir du 8 Mars 2018, disponible en ligne sur le site www.dictionnairecreatrices.fr

19h30 - CHANTS DE FEMMES D'ITALIE
La chorale de femmes du centre culturel italien de Paris Sono solo canzonette, créée et dirigée par Paola Niggi, interprétera des chants populaires italiens. Sur réservation.

Vernissage de Jenny Wenhammar

Vernissage de Jenny Wenhammar

21h00 - VERNISSAGE DE L'EXPOSITION DE JENNY WENHAMMAR
À travers 18 tableaux, Jenny Wenhammar, activiste du mouvement FEMEN dont elle a fondé la branche suédoise en 2012, met en lumière et rend hommage à 25 activistes FEMEN. Elle nous raconte ses héroïnes, ses sœurs, qui font de cette Rébellion, une action unique dans l'histoire du féminisme. Exposition du 8 au 31 mars.

Vernissage de Jenny Wenhammar

[18:00-21:00] Vernissage de Johan Decaix "Smoke and mirrors"
Location:
Progress Gallery
4 bis, passage de la Fonderie
accès au niveau du 72, rue Jean-Pierre Timbaud
code : porte ou B288
75011 Paris
M° Parmentier, Goncourt, Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 70 23 30 20
Mobile : +33 (0)6 98 02 72 80
Internet Site : www.progressgallery.com
Description:
8.03 - 31.04.2018
Vernissage le jeudi 8 mars 2018 de 18h à 21h

"Le travail de Johan Decaix se nourrit de ses rêves d'enfants, riches de mythologies, fictions et autres aventures personnelles, qu'il transfère dans la réalité pour jouer avec notre perception et nos croyances d'adultes. Passionné de magie, il rêvait de surprendre et d'émerveiller le public. C'est l'aspect inexplicable de la magie qui lui plait : elle trouble la réalité et désoriente le spectateur. Pourtant, il n'est pas devenu magicien. Lors d'une représentation en public, la sortie inopinée d'un lapin pendant un tour, constitue pour lui un véritable échec qui met immédiatement fin à sa très courte carrière. Cet événement marque le début d'une toute nouvelle relation entre l'artiste en devenir et la magie.

Vingt ans plus tard, Johan Decaix porte sur cet univers un regard plus distant, un brin ironique, bien que toujours très admiratif. Smoke and mirrors évoque son traumatisme de jeunesse en le contournant mais surtout en jouant avec. Ainsi, pour sa première exposition personnelle, l'artiste use de multiples subterfuges pour dresser un portrait du magicien qu'il n'est pas devenu. Il questionne l'essence de la magie et sa résonance dans le monde d'aujourd'hui en provoquant des rencontres avec des magiciens aux pratiques diverses. Une approche documentaire qui lui permet de construire son récit et de s'affirmer en tant qu'artiste. Il nous plonge dans le monde merveilleux de son enfance à travers une mise en scène qui s'articule autour des six catégories d'effets de magie : lévitation, apparition, disparition, transformation, invulnérabilité, mentalisme ; nous proposant sa propre réinterprétation de cette discipline. Sur la dizaine de pièces présentées, chacune évoque une pratique de magie - fakirisme, ventriloquie, hypnose ou encore grande illusion, et intègre des fragments de vie ou de choses réelles, l'ensemble créant alors un véritable scénario, une auto-fiction.
Johan Decaix s'empare du langage magique, questionne la place du merveilleux dans nos sociétés contemporaines, et, tel un enfant, compose son propre langage."
Alice Santiago

Vernissage de Johan Decaix "Smoke and mirrors"

[18:00-21:00] Vernissage de Julie Polidoro "Je suis un arbre"
Location:
Galerie Valérie Delaunay
22, rue du Cloître Saint-Merri
75004 Paris
M° Châtelet, Hôtel de Ville
France
Mobile : +33 (0)6 63 79 93 34
Mail : contact@valeriedelaunay.com
Internet Site : www.valeriedelaunay.com
Description:
Vernissage le jeudi 8 mars de 18h à 21h
Exposition du 8 mars au 26 avril 2018

Un homme se tient attablé, immobile, devant son diner, les mains sagement posées de part et d'autre de son assiette. Du col de sa chemise émerge une plante exotique aux larges feuilles bleues, rouges et or. Le temps paraît suspendu, et l'on ne sait si la transformation s'est opérée il y a quelques secondes, ou bien il y a plusieurs décennies.

Les derniers tableaux de Julie Polidoro dépeignent, dans des coloris crépusculaires, un monde inquiétant où la nature a repris ses droits. La sève innerve à présent le corps des hommes et des femmes qui le peuplent. Seules les bêtes sauvages - guépards, chouettes, serpents, lézards - attirées par le refuge que représentent ces étranges forêts anthropomorphes, animent un tant soit peu ces intérieurs désertés.

Un corps, toutefois, semble avoir résisté plus que les autres. Un grand nu féminin nous tourne le dos, présentant un postérieur fleuri de bleu et de jaune. Cette belle plante - c'est ainsi qu'on qualifiait autrefois une beauté dite « plantureuse » - est coiffée d'une sorte d'acanthe couronnée de fleurs et d'oiseaux multicolores. Ses membres, en revanche, se prolongent en racines vivaces qui évoquent la chevelure de la Gorgone. À ses pieds rampe le venimeux serpent corail. Cette femme est tout à la fois la Vénus et la Flore botticelliennes, la Daphné figée en laurier, l'Eurydice mordue à la cheville. Mais aussi l'Ève du paradis perdu.

S'ils fleurissent dans la fantasmagorie, les mythes n'en exhalent pas moins toujours, on le sait, un parfum de vérité. Le paradis, nous avons bien fini par le souiller car, en nous comportant en monarques omnipotents, nous estimons en avoir de plein droit l'entière jouissance. Nous épuisons peu à peu les autres règnes, à commencer par le végétal.

Pourtant, nous dit l'artiste, il n'y a pas grande différence entre un arbre et moi. Nous nous tenons debout pareillement, respirons le même air, sommes également vivants.

Alors, en raison de cet effet miroir, la métamorphose peut advenir. Le temps s'étire, et l'on peut désormais croître doucement à l'ombre des siècles, et jamais la beauté ne fane ni ne flétrit.

Ce monde peint par Julie Polidoro ne nous apparaît dès lors plus si inquiétant, il en émane même l'harmonie d'un gigantesque organisme qui s'autorégule, et ce fut là le postulat de James Lovelock dans son Hypothèse Gaïa, à savoir qu'un écosystème comme la planète Terre parvenait à surmonter de lui-même les difficultés.

Nous autres humains appartenons pleinement à cet écosystème.

Devenir un arbre, c'est la métaphore d'une prise de conscience, d'une évolution spirituelle, personnelle, naturelle vers quelque chose de meilleur. Hêtre, ou ne pas être, pour retrouver, en quelque sorte, une manière d'éden intérieur.

Richard Leydier, critique d'art

Vernissage de Julie Polidoro "Je suis un arbre"
Postérieur fleuri, 2017, technique mixte sur toile de lin suspendue, 250 x 74.5 cm
Photo G.Benni

[18:00-21:30] Vernissage de Julien Calot "L'île"
Location:
Galerie Claire Corcia
323, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Réaumur - Sebastopol, Strasbourg - Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)9 52 06 65 88
Mobile : +33 (0)6 62 84 03 74
Mail : contact@galeriecorcia.com
Internet Site : www.galeriecorcia.com
Description:
Exposition du 8 mars au 14 avril 2018
Lundi-vendredi 11h30-19h/ Samedi 14h-19h

Vernissage jeudi 8 mars de 18h à 21h30

L'Ile présente les tableaux inédits de l'artiste Julien Calot.
Ces œuvres nouvelles irradient d'une énergie colorée ardente.
Les sourires, la force de vie et le pouvoir apaisant de la nature s'y côtoient car Julien Calot aime voyager et partir à la rencontre d'autres cultures.
Il s'en réapproprie les codes et nous fait découvrir ces différences dont il communique la richesse et l'énergie revigorantes.

Vernissage de Julien Calot "L'île"
Julien Calot
"La question du choix"
2017
162 x 130 cm
Acrylique sur toile

[18:00-21:00] Vernissage de KASPER
Location:
Galerie Feuillantine
17, rue des Feuillantines
75005 Paris
M° RER B Port-Royal, Censier - Daubenton
France
Mobile : +33 (0)6 37 23 84 88
Internet Site : www.galerie-feuillantine.com
Description:
sculptures

du 8 au 24 mars 2018
du jeudi au samedi de 15h à 19h30
vernissage le jeudi 8 mars 2018 de 18h à 21h

Vernissage de KASPER

[18:00-21:00] Vernissage de Mariano Angelotti
Location:
Galerie Marie-Claude Duchosal
1, rue Ferdinand Duval
75004 Paris
M° Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 57 40 60 20
Mobile : +33 (0)6 12 78 64 57
Mail : galerie.duchosal@orange.fr
Description:
Vernissage de Mariano Angelotti

[18:00-21:00] Vernissage de Martine Aballéa "Le musée des amours"
Location:
Editions Dilecta
49, rue Notre Dame de Nazareth
54, rue du Vertbois
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, République, Strasbourg - Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 43 40 28 10
Fax : +33 (0)1 43 40 28 62
Mail : info@editions-dilecta.com
Internet Site : www.editions-dilecta.com
Description:
Vernissage le jeudi 8 mars de 18h à 21h
Exposition du 9 au 31 mars, prolongation jusqu'au jeudi 5 avril

« Odile et Lucien ont rendez-vous à un festival littéraire dans un musée. Odile ne voit pas Lucien, mais aperçoit Marcel, et ressent un coup de foudre particulièrement intense. Marcel ressent la même chose, et ils s'enfuient ensemble sans chercher à comprendre». (extrait de l'épisode 1)

La série «Le musée des amours» est née à l'occasion du festival EXTRA ! sous l'égide de Jean-Max Colard au Centre Pompidou (6 au 16 septembre 2017), dont Martine Aballéa a réalisé la scénographie.
Récit de ction composé comme un feuilleton qui raconte l'histoire d'Odile et Marcel à travers les dédales d'un salon littéraire dans un musée, «Le musée des amours» se décline en 6 épisodes dont un épilogue.
L'idée de l'artiste était de dévoiler un épisode chaque jour en plaçant l'intrigue dans l'espace-temps du visiteur pour maintenir le suspense et le mystère.

« Je voulais faire une histoire en même temps que le festival, qui se déroule pendant le festival pour impliquer les visiteurs dans l'histoire. Pour qu'Odile et Marcel deviennent leurs voisins».

Aujourd'hui, nous vous proposons de découvrir ou de re-découvrir «Le musée des amours» mais, comme une réalité augmentée, l'artiste y a intégré de nouvelles images, des espaces-temps en parallèle de l'histoire, avant, pendant ou après chaque épisode. Elle o re ainsi au visiteur un nouvel aspect de l'intrigue tout en épaississant le mystère.

L'exposition se compose de 15 photographies tirées à l'encre ultrachrome sur papier ne art bright white 310g. Chacune est une édition limitée à 5 exemplaires + 1 EA + 1 HC.
À cet ensemble s'ajoutent un caisson lumineux «Le musée des amours» (3 exemplaires), ainsi qu'un livre d'artiste reprenant l'histoire du «musée des amours» (impression Riso, 50 exemplaires numérotés et signés par l'artiste et 3 exemplaires accompagnés d'un pastel original de l'artiste de format 17 x 12,5 cm).

Nous tenons particulièrement à remercier Olivier Antoine (Art : Concept) et Jean-Max Colard (Centre Georges Pompidou).

Vernissage de Martine Aballéa "Le musée des amours"

Vernissage de Martine Aballéa "Le musée des amours"
Crédits Photos © Martine Aballéa, courtesy galerie Art : Concept et Dilecta 2018

[18:00-21:00] Vernissage de Marvin E. Newman "Le goût de la modernité"
Location:
Les Douches La Galerie
5, rue Legouvé
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)1 46 07 10 84
Fax : +33 (0)1 42 38 93 01
Mail : contact@lesdoucheslagalerie.com
Internet Site : www.lesdoucheslagalerie.com
Description:
Exposition du 9 mars au 2 juin 2018
Du mercredi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous
Vernissage le jeudi 8 mars de 18h à 21h

A 90 ans, l'œil plein de malice, Marvin E. Newman nous raconte, l'air de rien, à travers mille anecdotes, l'histoire de la photographie américaine de l'après-guerre à nos jours. Homme curieux, ouvert sur le monde, ne se prenant jamais au sérieux, il a tout photographié avec un grand bonheur : du reportage de rue à la commande publicitaire ou sportive, en passant par la vie nocturne ou la photographie de mode. Comme beaucoup de photographes de sa génération, il n'a reculé devant aucune commande. Mais il l'a fait en suivant de manière très fidèle l'enseignement en 1949 de ses maîtres de l'Institute of Design de Chicago (ex New Bauhaus). Comme il le dit lui-même « Quel que soit mon sujet, c'est toujours pour moi que je fais une photo. ». Marvin E. Newman a fait sien l'un des points forts du projet pédagogique de Lázló Mohóly Nágy, le fondateur de cette école mythique : expérimenter toujours et encore. Sortir des chemins balisés, prendre à bras le corps les nouvelles technologies. Imposer sa vision.

Aujourd'hui, Marvin E. Newman se consacre à ses archives avec une nouvelle passion et revisite son travail par le biais des impressions numériques.

C'est avec un grand plaisir que nous organisons à la galerie, la première exposition personnelle en France de Marvin E. Newman, avec une sélection de son travail allant de ses premières photographies faites durant son cursus universitaire à Chicago en 1950 à ses travaux datant des années 2000. De plus, nous projetons The Church on Maxwell Street, le film réalisé en 1951 avec son célèbre compère photographique Yasuhiro Ishimoto sur la rue qui a vu naître le blues de Chicago, un petit bijou cinématographique de sept minutes.

Françoise Morin

Vernissage de Marvin E. Newman "Le goût de la modernité"
© Marvin E. Newman / Courtesy Les Douches la Galerie, Paris & Howard Greenberg Gallery, New York
Marvin E. Newman, le conteur, Marvin E. Newman l'inventeur. Marvin E. Newman, le séducteur

[18:00-21:00] Vernissage de Mondé & Réso "Dualité II"
Location:
Loft du 34
34, rue du Dragon
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Sèvres - Babylone
France
Mail : loftdu34@gmail.com
Description:
Dualité II, Duo show des artistes Mondé & Réso

9 mars 2018 au 25 mars 2018
Ouvert tous les jours de 14h à 19h / Fermé le mardi et le mercredi

Vernissage public // Jeudi 8 mars 2018 de 18h à 21h

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la Dualité n'est pas synonyme de rivalité.
Au contraire, elle est la communion de deux éléments de nature différente.
Parfaite image donc de l'amitié qui unit Mondé et Reso, les deux artistes toulousains qui s'exposent actuellement sur les murs de la galerie Loft du 34.

Mondé, c'est la force tranquille, à mi-chemin entre la calligraphie sensuelle de Hassan Massoudy et les drippings de Jackson Pollock. Sans cadre et sans contours prédéfinis, il laisse ses écritures à la fois courbes et anguleuses prendre possession de la toile en totale liberté.

Reso, lui, c'est l'hyperactif, le graffeur sous toutes ses formes. Il affectionne aussi bien les lettrages incisifs que les flops revisités et déstructurés.
Dans les rues de sa cité natale comme du monde entier, on repère immédiatement ses œuvres graphiques et circulaires, à la mise en couleurs travaillée.

Vernissage de Mondé & Réso "Dualité II"

[18:00-21:00] Vernissage de Nathalie Bourdreux "A corps ouvert"
Location:
Galerie Marie Vitoux
Galerie Vitoux
3, rue d'Ormesson
Place Sainte-Catherine
75004 Paris
M° Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 48 04 81 00
Fax : +33 (0)1 48 04 56 99
Mail : contact@galeriemarievitoux.com
Internet Site : www.galeriemarievitoux.com
Description:
peintures, dessins, gravures

Du 8 mars au 14 avril 2018
Vernissage le jeudi 8 mars 2018 à partir de 18 heures

Nathalie Bourdreux, jeune artiste française de talent, revient à la galerie Marie Vitoux pour son exposition « A corps ouvert » qui présentera des peintures, mais aussi, et pour la première fois, des dessins et des gravures.

« Elle s'aventure aux ailleurs de la nuit, et dessine du dedans les abîmes de la chair. Son art est un cérémonial scabreux, intense et glacé. Distancé et tendu. Insondable et bouleversant. Elle crée de prodigieuses constellations, et des talismans d'organes. La voie lactée s'est transformée en éblouissantes entités, secrètes projections d'intimité qui pourraient aveugler tous les miroirs du monde ».
Christian Noorbergen, Préface, Nathalie Bourdreux, Artistes de la Casa Velasquez. Académie de France à Madrid, Espagne, 2017

« Des traces d'êtres étreignent des fantômes, et l'amour fait tant l'amour à la mort que naissent ces œuvres uniques, implacables et fragiles ».
Christian Noorbergen, Talismans de chair et de nuit, Artension, n°146, Nov-Dec, 2017

Vernissage de Nathalie Bourdreux "A corps ouvert"

[18:00-21:00] Vernissage de Nathalie Tacheau "Dessins de Mémoire - Un Désir sous l'Image"
Location:
Galerie de La Voûte
42, rue de la Voûte
75012 Paris
M° Porte de Vincennes, Picpus
France
Mobile : +33 (0)6 09 94 49 60
Mail : galeriedelavoute@gmail.com
Internet Site : www.galeriedelavoute.com
Description:
L'artiste Nathalie Tacheau ainsi que la critique d'Art et commissaire d'exposition Marie Cantos, ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l'exposition personnelle "Dessins de Mémoire - Un Désir sous l'Image" à la Galerie de la Voûte.

Vernissage le jeudi 8 mars 2018 à partir de 18:30
Exposition personnelle du 9 mars au 7 Avril 2018

Commissaire d'Exposition Marie Cantos
http://c-e-a.asso.fr/cantos-marie/


Dessins de Mémoire - Un Désir sous l'Image

« On a trop souvent l'habitude de ramener par un jeu de pensée, de l'étrange au familier.
Moi je m'efforce de restituer le familier à l'étrange. »
René Magritte, interview avec Lucienne Plisnier, Bruxelles, le 14 janvier 1960


Qu'est-ce que je ne vois pas qu'est ce qui reste en dessous qui frappe sans cesse par le détour en l'autre ?

Autres portraits autres corps autres paysages gravures anciennes prises au dépourvue de leurs histoires que je m'approprie l'air de rien -- pour ne pas dire la mienne.
Comment évitez que l'émotion ne fasse « monter l'eau à la vue » ?

Le mot fait corps avec la ligne. J'aurais voulu écrire. Ne pas montrer - Ne pas voir.
Peut-on éviter le pire ? Circulez Y'a rien à voir. Faire semblant d'y croire s'abandonner au présent.
Je m'arrange avec un réel qui ne m'appartient pas «Tout ce passe alors entre l'œil et la main ».
Rapprochements superpositions accumulations.
Ne pas penser -- Dessiner - dans une intuition.
Associations d'idées -- Je cherche le mot juste.
Mécanique de l'instant.

Souvent saisie par le vide, je m'entoure d'images pour combler l'espace.
Des heures et des nuits sans que rien ne se passe.

Je me demande d'où viennent mes dessins et constate avec terreur que je n'y ai plus accès.
Plus d'accès au lieu à l'espace. Au départ.

J'ai des images.
Certaines m'observent -- D'autres m'obsèdent.
Les images me servent de point d'ancrage.

Mes dessins sont autant d'empreintes mentales de territoires inconnus, parcourus, oubliés.
Souvenir écran. Refoulé au loin du présent.

L'intérieur d'un reflet.
Une profondeur traversée en transparence.

Le pire est déjà passé.

Nathalie Tacheau 2018

Le titre de l'exposition fait référence au court essai A dessein, le dessin de Jacques Derrida

« Le dessinateur dessine toujours la mémoire, ou dessine toujours de mémoire dans l'opposition entre perception actuelle, présente et mémoire. »
Les citations entre guillemets sont toutes tirées de ce même texte


« Bien sûr, la douce cruauté de cet univers singulier fait resurgir du tréfonds de notre inconscient des images traumatiques, fantasmatiques ou cauchemardesques. Bien sûr.
Mais ce n'est pas uniquement là que réside la force du travail de Nathalie Tacheau.
Ce qui frappe, c'est peut-être davantage la manière dont les œuvres sont élaborées, puis accrochées. Le collage, la répétition et la combinatoire se rejouent ainsi souvent dans de véritables installations. Or, ces dessins et ces installations mettent en jeu plastiquement des processus que l'on peut relier au travail psychanalytique : il y est question d'images récurrentes (la répétition du motif), voire d'obsessions personnelles (la réitération dans différents contexte de ces mêmes motifs), il y est question de strates, d'éléments à demi-cachés, à demi-dévoilés, de souvenirs écrans (la dialectique du « dessus / dessous » évoquée par Bernard Point), parfois d'oubli, de déni ou d'occultation volontaire (le recouvrement), etc. Et puis, il y est surtout question d'association libre tant dans l'assemblage des différents éléments) que dans le mode d'accrochage (...) où, le visiteur ayant tout loisir de choisir son propre cheminement visuel, d'opérer des rapprochements, de ré-agencer mentalement les œuvres.
Cf. à ce sujet les textes de Bernard Point « Dessus-dessous » et « Devant-derrière », novembre 2009.

Extrait du texte -Plutôt la barbarie que l'ennui- de Marie Cantos - 2014

Marie Cantos Critique d'art, commissaire d'expositions mais pas que !

Vernissage de Nathalie Tacheau "Dessins de Mémoire - Un Désir sous l'Image"
Se re-paysager encre sur papier 50x65cm 2015

[18:00-20:30] Vernissage de Nicolas Nicolini "Réveillez-moi si je suis debout"
Location:
Galerie Tokonoma
47, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau, Etienne Marcel
France
Phone : +33 (0)9 82 57 72 25
Mobile : +33 (0)6 28 05 26 85
Mail : tokonoma.galerie@gmail.com
Internet Site : www.galerie-tokonoma.com
Description:
« Réveillez-moi si je suis debout »

« C'est quand l'artiste est debout en équilibre sur ses deux jambes, ou confortablement assis sur sa chaise qu'il aurait des raisons d'être inquiet - inquiet précisément d'être tranquille. »
Yves Michaud, préface aux écrits et propos de De Kooning

Nicolas Nicolini, après un séjour à New York et six années passées entre Berlin et Bruxelles, est aujourd'hui revenu vivre et travailler à Marseille, ville où il est né et où il a fait ses études (il est diplômé de l'École supérieure d'art et de design de Marseille-Méditerranée).

C'est ce retour qu'il fête dans la première série de tableaux présentée aujourd'hui, mais ce n'est ni un retour en arrière dans sa pratique artistique, ni l'installation dans le confort d'un univers familier retrouvé où il s'endormirait... Et si dans cette première série de productions récentes il peint des calanques emblématiques (En-Vau, Port-Miou, Niolon), c'est sans céder à la tentation de faire couleur locale, sans couleur même, puisque foin de bleu, d'or et de lumière, c'est dans un camaïeu de gris qu'il les représente. De même, si le cadrage pourrait être celui d'une carte postale, c'est bien de peinture qu'il s'agit comme le rappellent, si besoin en était, les applications de bandes de papier qui reprennent la forme du châssis sous-jacent et évoquent ainsi une fenêtre et sa croisée au-delà de laquelle apparaît le paysage. Mais c'est un paysage brouillé qu'un grillage dessiné au fusain rend inaccessible au spectateur, comme une nature dégradée dont l'approche même lui serait obstinément refusée.

La deuxième série est le prolongement de la série « Hors-piste » précédemment entamée. Dans un vocabulaire formel très scénique, elle illustre avec humour l'activité de l'artiste au travail, quelques moments vécus de son activité créatrice. Ainsi « Ma cour de récréation » parle de l'espace qu'il conquiert pour en faire son terrain de jeu à l'abri de toutes les sollicitations du quotidien ; « Sans titre » évoque l'excitation -non exempte d'inquiétude- lorsque émerge la forme de la surface de la toile ; « Tout a droit à une seconde chance dans l'atelier » témoigne à la fois de la précarité des objets mais aussi de leur force et de leur capacité à s'imposer à nous et à retrouver une nouvelle vie, un second souffle dans le mystère de l'atelier ; « Refaire le monde » est une représentation du souvenir laissé par ces soirées interminables passées dans l'atelier à refaire le monde lorsque l'artiste, un moment, imagine avoir ce pouvoir et cette mission....

Dans la troisième série (« Tentatives de tracer droit 1, 2, 3 et 4 »), Nicolas Nicolini, par des dessins au fusain, s'essaye à trouver « la voie droite » qui, parfois, symbolise la réussite même s'il sait, comme le dit De Kooning, que « la géométrie (est) contraire à l'art, il n'y a pas de ligne droite en peinture ». Comme un échec programmé.

Vernissage de Nicolas Nicolini "Réveillez-moi si je suis debout"
"Ma cour de récréation (remède à la déconcentration)",
2017, acrylique et fusain sur toile, 150x110cm

Vernissage de Nicolas Nicolini "Réveillez-moi si je suis debout"
"En-vau s'en va", 2018,
technique mixte sur toile, 150x110cm

Vernissage de Nicolas Nicolini "Réveillez-moi si je suis debout"
"Tentative 4 de tracer droit", 2018,
fusain sur papier, 60x40cm

Vernissage de Nicolas Nicolini "Réveillez-moi si je suis debout"
"Tentative 3 de tracer droit", 2018,
fusain sur papier, 60x40cm

[18:00-21:00] Vernissage de Philippe Charlot "Interior's Memories"
Location:
Galerie Deux6
66, avenue de la Bourdonnais
75007 Paris
M° Ecole Militaire
France
Phone : +33 (0)1 83 89 21 39
Mail : contact@deux6.com
Internet Site : www.deux6.com
Description:
Exposition du 8 mars au 4 avril 2018

Venez célébrer autour d'un verre de vin la nouvelle exposition présentée à la Galerie Deux6 : Interior's Memories, par le photographe Philippe Charlot.
C'est 25 œuvres inédites que nous accrocherons au travers d'une installation imaginée par l'artiste. En franchissant la porte de la galerie, les visiteurs seront plongés dans une atmosphère habitée : une invitation à un voyage intérieur entre fantasmes et souvenirs. Entre la mémoire involontaire proustienne et les nouvelles d'Edgar Poe.

Philippe Charlot est photographe d'architecture. Il se sert de décors bien réels, principalement des hôtels, et intègre ensuite des personnages photographiés dans son studio dont la présence n'est alors plus que spectrale.

Vernissage de Philippe Charlot "Interior's Memories"

Vernissage de Philippe Charlot "Interior's Memories"

[18:00-21:00] Vernissage de Philippe Jozelon "Hantises"
Location:
Atelier Manjari & Partners
9, Cité de l'Ameublement
angle 31, rue de Montreuil
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny
France
Mail : manjari.partners@orange.fr
Internet Site : www.manjari-partners.com
Description:
L'Atelier Manjari & Partners est heureux de vous convier au vernissage de sa nouvelle exposition dédiée au travail photo et peintures de Philippe Jozelon
"Hantises"
le 8 mars à 18h

Exposition jusqu'au samedi 25 mars 2018

Un retour vers l'enfance
En vieillissant, nous avons toutes et tous la tentation de retrouver l'enchantement de notre enfance,
qu'elle ait été difficile ou tragique, limpide ou merveilleuse.
La mienne a été tout à la fois.
Les maisons abandonnées, les lits glacés et poussiéreux, les charpentes usées,
les papiers peints désuets me faisaient signe, et sens.
Ici et là un gorille inattendu, une femme dénudée, des racines en apesanteur, un cocon végétal frémissant...
Aujourd'hui, maintenant, j'ai retrouvé mon chemin de rôdeur, et vous pouvez me suivre.

Philippe Jozelon

https://jozelonartfantastique.tumblr.com

Vernissage de Philippe Jozelon "Hantises"

[18:00-21:00] Vernissage de Sabrina Gruss & Hélène Lagnieu "Coquecigrues"
Location:
Galerie Béatrice Soulié
21, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 54 57 01
Mobile : +33 (0)6 63 64 22 81
Mail : contact@galeriebeatricesoulie.com
Internet Site : www.galeriebeatricesoulie.com
Description:
Du jeudi 8 mars au samedi 7 avril 2018

Sabrina Gruss, assemblages
Hélène Lagnieu, encres

Vernissage de Sabrina Gruss & Hélène Lagnieu "Coquecigrues"

[18:00-21:00] Vernissage de Stephan Gladieu "Héréros - Real Portraitik #1"
Location:
School Gallery
322, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Strasbourg - Saint-Denis, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 71 78 20
Mobile : +33 (0)6 13 50 78 87
Mail : olivier.schoolgallery@gmail.com
Internet Site : www.schoolgallery.fr
Description:
VERNISSAGE Jeudi 8 Mars
18h > 21h30
en présence du photographe

Exposition 7 mars > 28 avril 2018
Mardi - Samedi 14h - 19h et sur RDV

Stephan Gladieu, photographe français, rejoint la Team School Gallery à l'occasion de cette première exposition personnelle, en cette année 2018, qui marque le 10ème anniversaire de la galerie.

Stéphan Gladieu a écumé le globe pour aller à la rencontre d'histoires singulières et nous rapporter des témoignages exceptionnels, des damnés du sel aux veuves de la Cité de Krishna, des Amérindiens aux tribus Maï Maï... Son humanité et son œil exceptionnels, nourris par sa trajectoire de grand reporter, lui permettent de saisir, comme personne, l'étrangeté de la fête annuelle commémorative du peuple Herero.

Vernissage de Stephan Gladieu "Héréros - Real Portraitik #1"
Untitled #38 série Hereros, Real Portraitik #1, Namibie, 2017
Photographie ©Stephan GLADIEU courtesy School Gallery / Olivier Castaing

Portraitiste hors norme, il livre cette série consacrée aux descendants des Hereros, ethnie Namibienne au destin aussi tragique que méconnu, et nous invite à découvrir un rassemblement haut en couleurs, aux confins de la peinture de genre et du surréalisme. Chaque portrait est une ode à la couleur, chaque visage un hymne à la vie, chaque décor une féérie naturaliste.

Ses photographies composent une galerie de portraits, en pied ou photos de groupe, tous vêtus pour la parade. Les hommes portent habits militaires et décorations, enjolivés de grigris, de peaux de bêtes et d'attributs de chasseurs éméites, les femmes arborent des robes arlequins, rouge ou bleu flamboyants ou aux couleurs de l'arc-en-ciel, rehaussées de coiffes de style victorien...L'ensemble compose une féérie multicolore, où le kitch le dispute à l'excentrique, à la manière des sapeurs africains adeptes du «no limit», quand l'habit devient un art.

Vernissage de Stephan Gladieu "Héréros - Real Portraitik #1"
Untitled #49 série Hereros, Real Portraitik #1, Namibie, 2017
Photographie ©Stephan GLADIEU courtesy School Gallery / Olivier Castaing

Dans ces portraits de Stéphan Gladieu en Namibie, l'enchantement et la fantaisie absolue bruissent de l'énergie communicative et vibrante de l'Afrique, où tragédie et comédie, apparence et vérité, sujet et décor, coexistent dans chaque image, comme dans des tableaux.

Il y a du Douanier Rousseau mâtiné de Martin Parr dans les dernières photographies de Gladieu.

Vernissage de Stephan Gladieu "Héréros - Real Portraitik #1"
Untitled #44 série Hereros, Real Portraitik #1, Namibie, 2017
Photographie ©Stephan GLADIEU courtesy School Gallery / Olivier Castaing

A propos du photographe...

Stéphan Gladieu repousse les limites de la photo documentaire et de reportage pour la faire entrer dans le champ de la fiction et lui conférer une dimension plasticienne quasi picturale.

Son sens inouï de la dramaturgie de l'image et de la mise en scène lui permet de se réapproprier des décors naturels pour en faire autant de lieux de narration. Ses clichés sur-vitaminés, qui font l'ADN de l'ensemble de ses dernières séries, contrastent avec le côté sombre et inquiétant de certaines de ses productions noir et blanc, réalisées du temps de ses reportages comme photographe de guerre et d'actualité.

Au-delà des images, il y a du sens, du respect et une extrême humanité devant ces drames qui se rejouent et se commémorent ... travail de mémoire, travail de témoignage. Gladieu détricote l'histoire pour rendre compte de tragédies humaines plus fortes que la raison, plus romanesques que la fiction, plus puissantes que la réalité.

Dans ces images, qui semblent tout droit extraites d'une fable, point de décorum ni de décor superflu. Tout simplement, la vie telle qu'elle se déroule au bout du monde, et se donne à voir à celui qui sait regarder... Un grand divertissement en plein air, des images très séduisantes, qui conservent, chacune, une capacité d'évocation hors norme...

En effet, au-delà des images, ce sont des histoires vraies, avec la volonté de briser la loi du silence... Cette ambition, qui fait l'étoffe des grands photographes qui construisent leur style sans avoir besoin de le cultiver... Une vraie signature.

Vernissage de Stephan Gladieu "Héréros - Real Portraitik #1"

Ça n'est jamais documentaire au risque de l'ennui, c'est juste une étude sociologique sur un peuple marqué par une tragédie originelle... L'Histoire avec un grand H qui nous ferait croire à une mise en scène quand il s'agit de rendre compte de la vérité.

En amont, le travail de documentation et de recherche est considérable et sans concession. Mais le point vue du photographe, et l'angle avec lequel Gladieu aborde son travail, ancrent ses photos dans le champ artistique. Il y a la façon dont cette histoire est racontée, le choix des protagonistes, l'empathie du photographe et sa profonde humanité, qui donnent confiance aux sujets photographiés ; il y a, enfin, la dimension esthétique absolue de son image, ou comment conjuguer force et vulnérabilité, omni présence dans le cadre et cette nostalgie si distinctive liée à l'absence.

Les portraits de ces êtres de chair traduisent un point de vue objectif et tout en nuance, comme ce que requièrent toujours les sujets graves et douloureux, une distanciation pudique pour respecter l'histoire, leurs histoires.

Il faut toute son expérience de terrain comme grand reporter, ce background si particulier qui lui sert de trame pour signer une nouvelle série... Condition indispensable pour rester dans le vrai. Ses photographies sont d'un réalisme absolu, Stephan Gladieu sait capter une atmosphère mentale et le rendu est si présent, que le regardeur entre de plein fouet dans le cadre de ces histoires singulières

Ses portraits ont la puissance du jamais vu et la force de rendre compte avec une infinie justesse, de ces destins oubliés ou méconnus.

[18:00-21:00] Vernissage de Séverine Plat-Monin
Location:
Galerie 26
26, place des Vosges
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 40 27 00 90
Fax : +33 (0)1 40 27 90 56
Mail : info@galerie26.com
Internet Site : www.galerie26.com
Description:
Fidèle à sa passion pour les oiseaux, de ses mains sont nées de nouvelles créations que Séverine Plat-Monin décrit par ces mots :
« Car nos émotions ne s'éveillent pas seulement sur le dos puissant du pélican, le bec imposant du toucan, la grâce fragile du flamant ;
elles s'émerveillent d'instants intimes, de traces infimes, de subtils équilibres ».

Ces bronzes requièrent une technique de fonte spécifique qu'est la cire perdue, mais toutes ses sculptures naissent de ses dessins préparatoires (aquarelles, encres, broux de noix) qui orneront les murs de la galerie :
« En quelques traits denses ou infimes, tracer des lignes de force, une courbe vitale, sentir l'âme de la sculpture future comme une juste épure ».

L'exposition des sculptures de Séverine PLAT-MONIN aura lieu du
8 mars au 8 avril 2018

Inauguration le jeudi 8 mars en présence de l'artiste dès 18h

[18:00-21:00] Vernissage de Tangent Lin
Location:
Galerie L.J.
Lemarié-Jeudy
12, rue Commines
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 78 38 44 47
Mail : info@galerielj.com
Internet Site : www.galerielj.com
Description:
Le mois de mars à Paris est traditionnellement consacré au dessin : à cette occasion la galerie présente une exposition personnelle de Tangent Lin, jeune artiste originaire de Taiwan née en 1982, dont nous avons régulièrement montré les dessins dans des expositions de groupe ou en foire au cours des années précédentes.
Après le grand succès que ses dessins ont rencontré aux différentes éditions du salon Drawing Now auxquelles nous avons participé, il s'agira de la 1ère exposition personnelle à la galerie de l'artiste, et de sa toute 1ère exposition personnelle en Europe.

Régulièrement comparée à un "Jérôme Bosch asiatique", Tangent Lin dessine au gré de son inspiration de curieuses petites créatures mi oiseaux mi monstres dans une mise en scène narrative évoquant la vie quotidienne à Taiwan et plus généralement en Asie - la vie de bureau, la circulation et la démographie chaotique, la street food, la nouvelle année lunaire - ou traduisant de façon plus personnelle les introspections de l'artiste quant à sa vocation et ses aspirations dans la société taiwanaise.
A la manière d' "Où est Charlie", on peut s'amuser à chercher l'artiste parmi ses créatures, seule figure humaine dans tout ce chaos, reconnaissable à sa coupe de cheveux emblématique. Il faut prendre son temps pour se perdre dans les détails des dessins de Tangent Lin, dans les scènes loufoques, pour deviner, trouver, repérer, apprécier son humour et son incroyable créativité, quitte à revenir plusieurs fois.

Vernissage de Tangent Lin

Vernissage de Tangent Lin

Vernissage de Tangent Lin

Vernissage de Tangent Lin

Vernissage de Tangent Lin

[18:00-21:00] Vernissage de Tania & Lazlo "Le temps d'un silence"
Location:
Ségolène Brossette Galerie
54, rue des Trois Frères
75018 Paris
M° Abbesses
France
Mobile : +33 (0)6 19 80 71 74
Mail : contact@segolenebrossette.com
Internet Site : www.segolenebrossette.com
Description:
Le temps d'un silence
avec le duo d'artistes : Tania Brassesco et Lazlo Passi Norberto

du 9 mars au 12 mai
du jeudi au samedi de 14h30 à 19h30

Vernissage le jeudi 8 mars de 18h à 21h

Le temps d'un silence c'est cette parenthèse, cet instant que les artistes, Tania Brassesco et Lazlo Passi Norberto, figent dans le temps à travers leurs séries Behind the Visible et The Essence of Decadence. Ce sont des scènes de vie, à des époques différentes, qui retranscrivent un état d'âme plus ou moins conscient d'une génération entière. Tania et Lazlo nous racontent une histoire à plusieurs niveaux de lecture.

C'est ici l'histoire d'une femme en quête d'inspiration qui se sent cloisonnée dans un mode de vie qui ne lui appartient pas forcément. Elle cherche à se libérer à travers les arts et la nature : la musique ou la littérature. A la recherche de son inconscient, elle se confronte à ses démons, à son passé, mais toujours avec le regard tourné vers l'avenir. Ce passé est tel un murmure qui se transmet de mère en fille, un murmure presqu'inaudible, proche du silence.

C'est aussi l'histoire de l'art qui se répète. De nouveaux moyens, de nouveaux axes de réflexion se mettent en place indéfiniment et l'artiste se retrouve confronté à lui-même, à devoir dépasser, transcender, devancer le monde qui l'entoure. Tania et Lazlo font le parallèle entre la révolution industrielle et numérique que nous traversons et expriment à travers des références artistiques d'il y'a plus d'un siècle un sentiment commun de spleen.

Via une photographie mise en scène, tels des réalisateurs de cinéma, Tania et Lazlo retranscrivent en une seule et unique image tout ce temps écoulé et présagé à travers le silence évoqué l'espace d'un instant.

Vernissage de Tania & Lazlo "Le temps d'un silence"

Vernissage de Tania & Lazlo "Le temps d'un silence"

Vernissage de Tania & Lazlo "Le temps d'un silence"

Vernissage de Tania & Lazlo "Le temps d'un silence"

[18:00-22:00] Vernissage de Thibault Lévêque "Swim at Your Own Risk"
Location:
Fisheye Gallery
2, rue de l'Hôpital Saint-Louis
75010 Paris
M° Colonel Fabien, Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)1 40 37 24 19
Mail : jessica@becontents.com
Internet Site : www.fisheyegallery.fr
Description:
Exposition du 9 mars au 21 avril 2018

Entre le noir et blanc et la couleur, l'intime et la banalité, Thibault Lévêque explore. Né au Havre en 1989, il commence la photographie argentique en 2012 sans passer par la case « école de photo ou d'art ».

Il a d'abord publié des images sur Facebook et Tumblr sans projet particulier. En 2014, il participe à sa première exposition, 1998, avec Théo Gosselin et Cédric Jereb, à la galerie Nivet-Carzon. Deux ans plus tard, Thibault lance son compte Instagram. Depuis, le jeune artiste s'est rendu plusieurs fois aux États-Unis, en Angleterre, en Belgique et en Asie. Il voyage avec des amis, en moto ou en voiture, et roule sans destination précise. Il cherche à tout photographier : la liberté, la jeunesse, la route, la campagne, la solitude et les copains. Il y a des images floues, décadrées ou surexposées. Peu importe la forme, du moment qu'il y a la passion. À travers ses images et ses textes, Thibault Lévêque nous montre une vision sans jugement de ce qui l'entoure.

À l'occasion de son exposition "Swim at Your Own Risk", Thibault Lévêque sort son deuxième livre, Passion, sur son dernier voyage aux États-Unis, à découvrir à la Fisheye Gallery et à réserver ici :
http://passion.thibaultleveque.com/produit/passion/

Vernissage de Thibault Lévêque "Swim at Your Own Risk"

[18:00-21:00] Vernissage de Thierry Van Quickenborne
Location:
Versailles
Versailles
78000 Versailles
M° Gares SNCF Versailles - Chantiers, Versailles - Rive Droite, Versailles - Château, Montreuil, Porchefontaine
France
Internet Site : www.versailles.fr
Description:
Galerie Vanaura
Carrés Saint-Louis - 24, rue Royale - 78000 Versailles
Tél. : 01 39 24 03 44 - www.galerie-vanaura.com

Karin Papaz
présente

Thierry Van Quickenborne
peintures

EXPOSITION
du 6 au 31 mars 2018

VERNISSAGE
Jeudi 8 mars 2018 à 18h

[18:00-21:00] Vernissage de Vincent Bioulès "Au dedans et au dehors"
Location:
Galerie Marie-Hélène de La Forest Divonne
12, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 40 29 97 52
Mobile : +33 (0)6 84 33 98 88
Fax : +33 (0)1 42 71 39 75
Mail : contact@galeriemhlfd.com
Internet Site : www.galeriemhlfd.com
Description:
8 mars - 12 mai 2018

Cette exposition personnelle de Vincent Bioulès à la Galerie La Forest Divonne présentera les dernières peintures de l'artiste.

Vernissage de Vincent Bioulès "Au dedans et au dehors"
Vincent Bioulès, Le matin calme
Huile sur toile - 97 x 130 cm
Courtesy of the artist & Galerie la Forest Divonne, Paris

Vernissage de Vincent Bioulès "Au dedans et au dehors"
Vincent Bioulès, Dans un jardin, 2017
Huile sur toile, 162 x 130 cm
Courtesy of the artist & Galerie la Forest Divonne, Paris

Vernissage de Vincent Bioulès "Au dedans et au dehors"
Vincent Bioulès, Après l'orage, 2017
Huile sur toile - 130 x 162 cm
Courtesy of the artist & Galerie la Forest Divonne, Paris

Vernissage de Vincent Bioulès "Au dedans et au dehors"
Vincent Bioulès, Le temps s'est arrêté, 2017
Huile sur toile - 130 x 162 cm
Courtesy of the artist & Galerie la Forest Divonne, Paris

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "8 mars, 8 femmes"
Location:
Ambassade de la République Argentine
Galerie Argentine
6, rue Cimarosa
75116 Paris
M° Boissière
France
Phone : +33 (0)1 47 27 15 11
Fax : +33 (0)1 47 04 61 51
Mail : ambassadeargentine@noos.fr
Internet Site : www.efran.mrecic.gob.ar
Description:
À l'occasion de la journée internationale de la femme, l'Ambassade de la République Argentine en France vous prie de bien vouloir assister au vernissage de l'exposition "8 MARS, 8 FEMMES" avec la participation de : MARÍA AMARAL, MARCELA GÓMEZ, BRENDA HOFFMAN, GABRIELA LÓPEZ DÍAZ, CRISTINA MATÍNEZ, MARIE ORENSANZ, MERCEDES ROBIROSA, CRISTINA RUÍZ GUIÑAZÚ

le jeudi 8 mars 2018 de 18h à 21h.

L'Exposition se tiendra jusqu'au 28 mars 2018
Horaires d'ouverture de lundi au vendredi de 10h à 16h - sauf jours fériés.

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Alaca Bulaca - Conversations en couleurs"
Location:
Mairie du 10ème arrondissement
72, rue du Faubourg Saint-Martin
75475 Paris Cedex 10
M° Château d'Eau, Jacques Bonsergent, Gare de l'Est
France
Phone : +33 (0)1 53 72 10 10
Fax : +33 (0)1 53 72 11 01
Mail : webmairie10@paris.fr
Internet Site : mairie10.paris.fr
Description:
Dans le cadre du 8 mars,
Journée Internationale des Droits des Femmes

Alexandra Cordebard, Maire du 10ème arrondissement,
Dominique Tourte, Adjointe en charge de l'égalité femme-homme

et L'Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (L'ACORT)

ont le plaisir de vous inviter à l'inauguration de l'exposition* :

ALACA BULACA - Conversations en couleurs
Une exposition de dessins, broderies, gravures, peintures et sérigraphies de Arzu Aysu, Ayda-Su Nuroglu et Maïda Chavak

Le Jeudi 8 mars 2018 à 18H

* Exposition du 7 au 22 mars 2018 dans le Hall de la Mairie du 10e
Horaires d'ouverture : lundi, mardi, mercredi et vendredi : 8h30-17h / Jeudi 8h30-19h30

Vernissage de l'exposition "Alaca Bulaca - Conversations en couleurs"
Vernissage de l'exposition "Alaca Bulaca - Conversations en couleurs"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Astronomie"
Location:
Galerie David Guiraud
5, rue du Perche
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Rambuteau, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 71 78 62
Mail : info@galerie-david-guiraud.com
Internet Site : www.galerie-david-guiraud.com
Description:
Astronomie
Espace profond et objets célestes

Exposition du 9 mars au 27 avril
Vernissage le jeudi 8 mars 2018

L'exposition proposée par la galerie David Guiraud est une petite histoire de l'astrophotographie.

Couvrant la période 1870 - 1960, elle illustre, avec près de 40 tirages argentiques d'époque, les différentes catégories de la discipline et le lien entre la science, la technologie et la photographie.

L'astrophotographie

Au cours du 19eme siècle, les photographies d'objets célestes sont obtenues par des
scientifiques tels que John Draper, Jules Janssen ou les frères Henry alors que durant
le 20eme siècle, ce sont les observatoires et de leurs gigantesques télescopes qui
produisent les images, de plus en plus précises, de l'espace profond. Le télescope
amplifie la lumière émise par les galaxies et les nébuleuses lointaines et la gélatine
d'argent permet de la capturer.
On peut distinguer plusieurs catégories dans l'astrophotographie : Lunaire, Solaire
(qui étudie en particulier l'évolution des taches solaires), Planétaire (qui concerne les
7 autres planètes du système solaire), l'astrophotographie de ciel profond (qui
s'intéresse aux objets célestes de faible magnitude, comme les galaxies et les
nébuleuses) et l'astrophotographie à grand champ (qui recherche les astres errants
tels que les comètes ou les astéroïdes ou qui vise la photographie de constellations
en entier).

L'astronomie

Au début du 20eme siècle, les astronomes ne savent pas si les objets célestes qu'ils
observent font partie de notre galaxie, la Voie Lactée, ou s'ils se trouvent bien au-
delà. C'est grâce aux télescopes du Mont Wilson, que Edwin Hubble a mis fin en 1924
au grand débat scientifique de l'époque, en prouvant que les nébuleuses spirales,
comme on les appelait alors, étaient en fait d'autres galaxies et qu'elles
n'appartenaient pas à notre Voie Lactée.
Hubble a découvert sur des clichés pris par les télescopes du Mont Wilson, des étoiles
dans les nébuleuses M31 (Galaxie d'Andromède), M33 (Galaxie du Triangle) et
NGC6822 (Galaxie de Barnard). La certitude de l'existence d'un univers composé de
galaxies est l'une des plus belles conquêtes de l'astronomie.
Une nébuleuse un objet céleste composé de gaz raréfié, ionisé ou de poussières
interstellaires. Les nébuleuses jouent un rôle clé dans la formation des étoiles. Alors
qu'une galaxie est un assemblage d'étoiles, de gaz, de poussières et peut-être
essentiellement de matière noire, contenant parfois un trou noir super massif en son
centre.

Les télescopes et les observatoires

Un télescope permet d'augmenter la taille et surtout la luminosité de l'objet céleste
observé, difficilement perceptible ou invisible à l'œil nu.
A la fin du 19e, l'observatoire américain de Lick utilise un télescope de 91 cm de
diamètre, qui permet d'obtenir des images remarquables du ciel profond. Un pas de
plus est franchi en 1909 avec un puissant télescope de 1,52 mètres installé à 1700
mètres sur le Mont Wilson en Californie. En 1918, un second télescope de 2,54 mètres
est installé sur le Mont Wilson.
En 1949, sur le Mont Palomar, est installé le télescope géant de Hale, de 5 mètre de
diamètre, utilisé par E. Hubble jusqu'à sa mort en 1953 et qui offre des clichés d'une si
grande précision qu'ils sont encore utilisés de nos jours. Un second télescope de 1,22
mètres sur le Mont Palomar est célèbre pour avoir réalisé le "Sky Atlas" de 1950 à
1958, qui est de loin la plus grande contribution de la photographie à l'astronomie du
20e siècle.

Des œuvres rares

L'exposition propose des tirages originaux d'époque représentant des gros plans de
la Lune et de ses cratères par les Frères Henry (c.1890) ; les premières photographies
du Soleil en 1870 par Rutherfurd et en 1878 par Janssen ; une images de la couronne
solaire lors d'une éclipse totale prouvant la courbure de la lumière ; des captures de
comètes et d'étoiles filantes et bien entendu, les images des nébuleuses et des
galaxies prises entre 1910 et 1960 par les observatoires de Lick, du Mont Wilson et du
Mont Palomar.

A venir ...

En 2019, la Galerie David Guiraud prévoit une importante exposition sur les missions
Lunar Orbiter, Gemini et Apollo de la Nasa, qui ont permis à l'homme de poser le
pied sur la Lune. L'exposition coïncidera avec le cinquantième anniversaire de cet
évènement qui a marqué l'humanité entière.

Vernissage de l'exposition "Astronomie"
Mont Palomar, Galaxie du Tourbillon (M 51, Whirlpool) dans la constellation des Chiens de chasse, c.1950, 21x25cm

Vernissage de l'exposition "Astronomie"
Mont Palomar, Nébuleuse à tête de cheval (Barnard 33) dans la nébuleuse d'Orion, c.1950, 21x25,5cm

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Femmes en scène"
Location:
Maison des Métallos
établissement culturel de la Ville de Paris
94, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
M° Couronnes, Parmentier
France
Phone : +33 (0)1 48 05 88 27
Fax : +33 (0)1 48 05 88 21
Mail : info@maisondesmetallos.org
Internet Site : www.maisondesmetallos.paris
Description:
par l'association "Les femmes derrière le rideau"

du 8 au 11 mars
jeudi : 18h - 22h
vendredi : 14h - 20h
samedi et dimanche : 14h - 19h

"Étudiantes en Médiation Culturelle, nous sommes conscientes que les études dans le domaine du théâtre, et plus largement, dans le domaine de la culture, sont majoritairement féminines. Cependant, lorsque nous abordons le domaine professionnel, les hommes occupent la majorité des postes clés en matière de création ou de gestion d'établissements culturels et les femmes se retrouvent ainsi reléguées au second plan, dans des fonctions plus opérationnelles que créatives.

Parce que l'inégalité homme/femme touche aussi le monde du théâtre, cette exposition est née du désir de mettre en valeur divers parcours de femmes qui contribuent à créer le théâtre d'aujourd'hui.

Nous sommes allées à la rencontre de quinze femmes, de parcours et de professions différents, mais qui partagent l'amour du théâtre. A travers quinze portraits et interviews, l'exposition Femmes en scène vous propose de découvrir ces rencontres mettant en lumière leur regard sur leur métier et le théâtre.

Par leurs témoignages, nous souhaitons leur donner de la visibilité, pour interroger la place des femmes dans le monde du théâtre et par extension, la place des femmes dans notre société. Il s'agit aussi de mettre en avant la diversité des métiers qui contribuent à la création théâtrale, ainsi que de donner à voir la diversité des chemins qui mènent au théâtre."

Vernissage de l'exposition "Femmes en scène"
© Gwendoline Jésus

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Giovanni Bosco - dottore di tutto 2"
Location:
Galerie Christian Berst
3-5, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 33 01 70
Fax : +33 (0)1 53 33 01 70
Mail : contact@christianberst.com
Internet Site : www.christianberst.com
Description:
8 mars > 14 avril 2018

Né en 1948, le sicilien Giovanni Bosco - d'abord berger puis ouvrier dans une carrière de marbre - sombra dans la psychose à la suite de l'assassinat de deux de ses frères par la mafia. L'institution psychiatrique et la prison à laquelle il fut condamné un an à la suite, semble-t-il, d'un vol de bétail, ne lui ôtèrent ni son sourire désarmant, ni sa propension à transformer son existence démunie en un acte de poésie pure. À Castellamare del Golfo, à l'ouest de Palerme, ses journées furent alors rythmées par les chansons populaires napolitaines et les peintures d'une inventivité rare qu'il exécutait sur les murs de sa ville ou sur des matériaux de fortune. Au moment où son génie est enfin reconnu - grâce aux efforts du photographe Boris Piot -, il est emporté par un cancer en 2009.

Sa première exposition monographique lui fut consacrée par notre galerie dès 2011, accompagnée d'un catalogue avec des textes de l'historienne de l'art contemporain Eva Di Stefano et du critique Jean-Louis Lanoux. Depuis lors, son oeuvre a fait l'objet de nombreuses tentatives de décryptage et un film retraçant les derniers mois de sa vie a été produit par des étudiants qui furent parmi ses derniers amis, tandis qu'un projet de restauration et de conservation de ses fresques est envisagé. À son tour, la Collection de l'art brut, à Lausanne, organisait une rétrospective en 2013 en même temps que paraissait une étude sur son oeuvre dans le Fascicule de l'Art Brut # 24.

Ce qui frappe de prime abord, dans cet oeuvre, c'est qu'il ne semble débiteur d'aucune influence, échappant, de fait, à tout rapprochement hasardeux.

« Bosco était traversé par la pensée visuelle » écrit Di Stefano, une façon de souligner que la complexité et l'originalité de ses réalisations trouveraient leur seule source dans les arcanes inextricables de sa psyché. Ses compositions irriguées de rouge et savamment agencées, ses coq-à-l'âne formels, ses homoncules hybrides, ses avatars musculeux, ses membres votifs, ses glissements du glyphe à l'organique, et réciproquement, finissent par y égrener l'alphabet d'une langue secrète, intime. Un peu comme si l'on assistait à un soliloque graphique de la plus haute intensité. Giovanni Bosco, en mélancolique dottore di tutto, accablé de tous les malheurs, avait trouvé dans l'art un remède absolu.

Vernissage de l'exposition "Giovanni Bosco - dottore di tutto 2"

Vernissage de l'exposition "Giovanni Bosco - dottore di tutto 2"

Vernissage de l'exposition "Giovanni Bosco - dottore di tutto 2"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Les maîtres de la sculpture figurative 1938-1968"
Location:
Fondation Taylor
1, rue La Bruyère
75009 Paris
M° Saint-Georges
France
Phone : +33 (0)1 48 74 85 24
Fax : +33 (0)1 48 78 13 54
Mail : contact@fondationtaylor.com
Internet Site : www.fondationtaylor.com
Description:
En partenariat avec le Musée Despiau-Wlérick de Mont-de-Marsan

Avec la participation de la Fondation Coubertin

Du 8 mars au 12 mai 2018
Vernissage le jeudi 8 mars 2018 de 18h à 21h

La Fondation Taylor présente du 8 mars au 12 mai 2018 une exposition rendant hommage aux artistes majeurs de la sculpture figurative moderne.

Réunissant une centaine d'œuvres, l'exposition Les Maîtres de la sculpture figurative, dédiée à la sculpture moderne du 20ème siècle, est un immanquable de ce début de printemps 2018. Dirigée par une volonté de remémoration, la Fondation Taylor s'associe au musée Despiau-Wlérick pour réunir une collection retraçant la période 1938-1968, de l'âge d'or de la sculpture figurative à son éclipsement.

La Seconde Guerre mondiale et les mouvements sociaux de mai 68 ont participé au manque de reconnaissance que connaît la sculpture figurative, la rejetant violemment, la qualifiant de « dépassée », la plongeant dans l'obscurité. Si cette esthétique connaît une fragile reconnaissance lors de la première moitié du 20ème siècle, elle est vite délaissée avec la révolution du vocabulaire artistique participant à la déconstruction de la figure. Pour autant, nombreux sont ces artistes résistant aux tendances, désireux de perpétuer la lignée de la grande sculpture française et son style classique, où finesse du ciselé et moelleux du modelé sont sans cesse magnifiés. Parmi les noms oubliés du grand public, Robert Wlérick, Léopold Kretz ou encore Raymond Martin, sont quelques maîtres remarquables, dont certains ont appartenu au réputé « Groupe des Neuf » impulsé en 1963 par Jean Osout (1898-1996).

En remettant à l'honneur une génération de sculpteurs délaissée, la Fondation Taylor offre l'occasion de saisir la beauté d'un art délicat et raffiné où la matière vibre sous la main de Charles Despiau, élève de Rodin, où le relief « écrasé » d'Alfred Janniot chamboule la profondeur, où les portraits de Jean Carton invitent au silence et à la contemplation.

Art empreint d'un savoir-faire exceptionnel, la sculpture figurative présentée dans le cadre de cette exposition est une ode à l'intelligence de la main.

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Voyage au centre de la Terre"
Location:
13ème arrondissement de Paris
13ème arrondissement de Paris
75013 Paris
France
Internet Site : www.mairie13.paris.fr
Description:
espaces éphémères d'Emerige
7 rue Tolbiac

9-15 mars 2018, prolongée jusqu'au 25 mars
en accès libre de 12h à 19h

Commissariat : Jérôme Sans

Emerige et le Fonds de dotation Emerige présentent du 9 au 15 mars l'exposition « Voyage au centre de la Terre » : une expédition à travers l'univers de 8 artistes - Romain Bernini, Jennyfer Grassi, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige, Eva Jospin, Bruno Perramant, Lucie Picandet et Pierre Seinturier - qui ont pris possession d'une série d'anciens entrepôts dissimulés derrière le portail du 7 rue de Tolbiac. Ces espaces d'expérimentation abritent depuis plus d'un an une activité artistique plurielle, mise en lumière in situ grâce à l'exposition qui se veut un voyage esthétique et poétique, non linéaire, au cœur de la création en train de se faire.

Mécène engagé aux côtés de la scène artistique française depuis de nombreuses années, conscient du manque d'ateliers pour les artistes vivant à Paris, Emerige a choisi de mettre à disposition ses espaces du quartier Bibliothèque François Mitterrand à ces 8 artistes représentatifs du dynamisme de la scène émergente française. À travers cet accompagnement matériel, le Groupe leur offre un soutien fondamental sur le long terme.

Voué dans quelques semaines à la démolition, ce théâtre éphémère de la création artistique deviendra à l'horizon 2021 une immeuble de logements réalisé par Emerige.

Une déambulation « au delà du miroir »

Vernissage de l'exposition "Voyage au centre de la Terre"
© Florian Kleinefenn

Renouant, d'une certaine manière, avec l'histoire passée des ateliers collectifs, où les cultures se répondent et s'entrecroisent, les artistes se sont emparés des lieux. Tous ont en commun une recherche qui tend vers la notion de profondeur saisissable au fil des espaces : au rdc des paysages de forêts tels de gigantesques bas-reliefs qui seraient issus de contes fantastiques chez Eva Jospin ; des fleurs photoluminescentes plongées dans l'obscurité par Jennyfer Grassi comme des chimères, jusqu'aux peintures de jungles imaginaires et autres mythologies contemporaines de Romain Bernini.

À l'étage, dans les combles, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige présentent autant de vestiges des transformations invisibles des mondes souterrains. Dans la pièce voisine, les aquarelles de Lucie Picandet prennent forme tel un voyage introspectif à l'intérieur de son organisme, et, lové au fond du couloir, Pierre Seinturier dévoile un univers graphique et pictural qui campe comme une intrigue, un suspens issus de films policiers américains ou de série B.

Enfin, le sous-sol devient un vaste jardin onirique pictural, bordé d'allées, habité aussi d'êtres étranges évoluant dans des fonds marins indéterminés, créés par Bruno Perramant. Utopies, rituels, expériences rythment ces diverses propositions dans un autre espace-temps, celui du processus de création.

Réunis comme une île à la périphérie du paysage du centre parisien, les espaces du 7 rue Tolbiac ont constitué pour ces artistes un nouveau centre original du monde. Aujourd'hui, c'est aussi un écho à la fois proche et lointain du futur pôle artistique et culturel porté par Emerige qui naîtra sur l'Île Seguin d'ici 2021 : l'amorce d'un programme ambitieux, inattendu, hors des sentiers battus de l'art contemporain, dans lequel Emerige se porte comme un nouvel acteur du rayonnement de la création contemporaine française à l'échelle internationale. L'histoire ne fait que commencer...

Vernissage de l'exposition "Voyage au centre de la Terre"

[18:30-21:00] Vernissage "Papier fait son cinéma" - 3ème édition
Location:
Espace Christiane Peugeot
Centre Culturel Christiane Peugeot - Atelier Z
62, avenue de la Grande Armée
75017 Paris
M° Porte Maillot, Argentine
France
Phone : +33 (0)1 45 74 32 53
Fax : +33 (0)1 45 72 67 56
Mail : contact@espacechristianepeugeot.org
Internet Site : www.atelier-z.org
Description:
Le papier est la partie intime de l'œuvre, quelle que soit la technique employée, que l'on soit peintre, dessinateur, collagiste ou sculpteur. Il peut être support ou matière première, texture ou médium.

Depuis Gutenberg, le papier a rempli nos bibliothèques, s'est accroché à nos murs, et a donné au plus grand nombre une liberté d'expression plastique spontanée, presque instantanée.

Il se démocratise, il met le 3ème art à la portée de tous, et c'est sa nature même qui en a fait un support de prédilection pour ces 8 artistes, aux sensibilités allant du figuratif au surréalisme, du romantique au minimalisme, de l'expressionnisme au ludique, de la poésie au pop art.

Alors entrez et venez voir le Papier « faire son cinéma » !

Patrick Bretagne
Dessin

Gysin Broukwen
Collages

Minh Châu
Sculptures

Laetitia de Gaulle
Marouflage

Rémy Gastambide - Ngyuen
Encre

Corine Peyron
Feutre

Frédéric Saint-Aubin
Styliste papier

Shrem
Peintures carton 3D

VERNISSAGE
Le jeudi 8 mars de 18h30 à 21h00

EXPOSITION
Du mercredi 7 au lundi 19 mars inclus.
Tous les jours de 14h00 à 19h00
(sauf le dimanche ou sur R.D.V.)

SIGNATURE
Rémy Gastambide - Ngyuen
Samedi 10 mars de 15h00 à 21h00

Vernissage "Papier fait son cinéma" - 3ème édition

[18:30-21:00] Vernissage Mathilde Le Cabellec & Sarah Navasse "La Multiplicité des Possibles"
Location:
Galerie Insula
24, rue des Grands Augustins
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Michel, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 71 97 69 57
Mobile : +33 (0)6 07 74 96 57
Mail : contact@galerie-insula.com
Internet Site : www.galerie-insula.com
Description:
Mathilde Le Cabellec / Sarah Navasse
La Multiplicité des Possibles

Exposition du 8 au 31 mars 2018

Alors que la figure humaine et le langage corporel sont au cœur de la pratique de Sarah NAVASSE (1985), les dessins de Mathilde LE CABELLEC (1986) sont inspirés exclusivement d'éléments de paysages.

C'est ailleurs et à un autre niveau de perception que la mise en regard de leurs univers respectifs fait sens. La mémoire des images, oscillant sans cesse entre apparition et disparition, est le flux qui irrigue la recherche de chacune des artistes. Loin d'affirmer une vérité, de prétendre englober un espace, leurs dessins tentent de les redéfinir en offrant une multiplicité de possibles.

La rencontre artistique entre ces deux dessinatrices juste trentenaires s'est imposée comme une évidence depuis la mise en regard de leurs travaux lors d'une exposition collective à la galerie INSULA début 2017. Elle se poursuit en 2018 par la présentation de cette vaste exposition duo.

https://www.sarahnavasse.com
http://mathildelecabellec.com

Vernissage de Mathilde Le Cabellec & Sarah Navasse "La Multiplicité des Possibles"

[18:30-21:30] Vernissage d'Anna-Maria-Tsakali "Le Chant de Flore"
Location:
Galerie Minsky
37, rue Vaneau
75007 Paris
M° Saint-François-Xavier, Vaneau
France
Phone : +33 (0)1 55 35 09 00
Mail : contact@galerieminsky.com
Internet Site : www.galerieminsky.com
Description:
Exposition jusqu'au 28 avril 2018

Est née au Pirée le 24 août 1959. Elle a étudié la peinture à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris de 1983 à 1987 avec Leonardo Cremonini.

L'artiste nous transporte dans l'imaginaire d'un monde floral mouvant pris dans ses pinceaux et libre de s'échapper de l'œuvre pour venir s'enrouler avec curiosité autour de nous, spectateurs. Alors on se laissera pénétrer par la sensation d'être soi-même végétal, comme ce corps nu endormi dans un lit d'algues sur une plage...
« Je commence par le hasard... » dit-elle. Par ces heureux hasards et dans l'écriture sensible de ses compositions de grand format, Anna Maria nous parle de sa quête de beauté.

Vernissage d'Anna-Maria-Tsakali
Anna Maria Tsakali - Aube II - 2016/2017 - Huile sur toile et tempera - 200 x 160 cm

"Je peins dans le labyrinthe.
Je peins mon aventure et mes choix.

Mes tableaux naissent du chaos de la peinture
où une image apparaît peu à peu.

Une coesxistance de vibrations
où la plus petite touche hasardeuse prend sens"

Anna Maria Tsakali

[18:30-22:00] Vernissage d'Anne Kuhn et Alice Grenier-Nebout "Made for Love"
Location:
Galerie Exit Art Contemporain
2, place Denfert-Rochereau
92100 Boulogne-Billancourt
M° Boulogne - Jean Jaurès
France
Mobile : +33 (0)6 80 45 23 01
Mail : contact@exit-art.fr
Internet Site : www.exit-art.fr
Description:
Made for Love
Héroïnes, Guerrières, Putes ou Reines

jusqu'au Samedi 21 Avril 2018

La galerie Exit art contemporain est heureuse de présenter "Made for Love I Héroïnes, Guerrières, Putes ou Reines" avec la photographie inébriante d'Anne Kuhn et la peinture sensuelle d'Alice Grenier- Nebout.

Scruter les sentiments de la femme et de l'homme avec le désir de construire une culture de liberté et d'égalité. S'approprier des existences de reines, de courtisanes, d'anonymes de tous les temps ou de femmes brisées par la vie, et les aimer ...

Tout simplement pour leurs qualités de femmes, qui espèrent ou qui provoquent, qui s'engagent, qui dérangent et qui s'obstinent à la recherche de leur but. C'est la leçon que la galerie Exit art contemporain veut tirer de l'œuvre de ces deux artistes.

Vernissage d'Anne Kuhn et Alice Grenier-Nebout "Made for Love"

[18:30-21:30] Vernissage d'Elise Muchir et Franklin Desclouds "PING PONG PROCESS"
Location:
Artazart Design Bookstore
83, quai de Valmy
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent, République
France
Phone : +33 (0)1 40 40 24 00
Mail : info@artazart.com
Internet Site : www.artazart.com
Description:
Vernissage d'Elise Muchir et Franklin Desclouds "des signes - PING PONG PROCESS"

Exposition jusqu'au 8 avril

Chers amis,
Dans quelques jours, nous investirons Artazart, la librairie de référence dédiée à l'image et au design.
Nos projets de commande et créations libres se cotoieront et inviterons le visiteur à la découverte de notre partition graphique dans un lieu atypique.
Nous espérons vivement vous compter parmi nous !

Élise Muchir et Franklin Desclouds

RSVP
souhaitée avant le 6 mars 2018
studio@des-signes.fr

Vernissage d'Elise Muchir et Franklin Desclouds "des signes - PING PONG PROCESS"

[18:30-21:00] Vernissage de Berta Sesé "Chimies de l'éther"
Location:
Centre d'Etudes Catalanes
Université Paris-Sorbonne (Paris IV)
9, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie
39, rue du Bourg-Tibourg
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 65 69
Fax : +33 (0)1 42 74 12 70
Mail : secretariat.centre.etudes-catalanes@paris-sorbonne
Internet Site : www.paris-sorbonne.fr/centre-d-etudes-catalanes-3064
Description:
Exposition du 8 mars au 13 avril 2018

Commissaire : Eliseu Trenc

La peinture de Berta Sesé nous invite à la contemplation et à la méditation de par ses couleurs intenses et libres, son concept de fond et sa recherche d'un état d'équilibre contemplatif. L'harmonie visuelle propose chez celui qui l'observe un espace de calme et de paix, telle une force d'attraction du cœur de la toile vers notre psyché intérieure.

La série « Chimies de l'éther » est une interprétation plastique de la danse vibratoire des éléments chimiques en harmonie avec les forces cosmiques à la limite de notre perception, tel un jeu de lumières et couleurs éthérées.

Vernissage
Jeudi 8 mars à 18h30
Entrée sur invitation - Cocktail
Réservation obligatoire : secretariat.etudes-catalanes@listes.paris-sorbonne.fr

Vernissage de Berta Sesé "Chimies de l'éther"

Vernissage de Berta Sesé "Chimies de l'éther"

[18:30-21:30] Vernissage de Camille Louzon "Sous l'océan"
Location:
Le Musée de Poche
2, rue Auguste Barbier
75011 Paris
M° Goncourt, Parmentier
France
Phone : +33 (0)1 48 07 25 08
Mail : contact@museedepoche.fr
Internet Site : www.museedepoche.fr
Description:
Exposition du 7 mars au 11 avril 2018

Avec les illustrations de Camille Louzon extraites de l'album "Iris des abysses" édité chez Magnani

Les petits poissons tropicaux dans l'eau, nagent, nagent, nagent jusqu'au jour où ils perdirent, tous, sans exception, leurs belles écailles colorées. Seul remède pour les retrouver : un voyage périlleux au coeur des abysses avec Iris ! Mais à quoi peuvent bien ressembler les eaux les plus profondes du globe ? C'est la question que s'est posée l'illustratrice Camille Louzon, également auteure du magnifique livre Iris des Abysses. À travers ses gouaches originales, l'artiste prend le contre-pied de l'idée que nous inspire généralement cet univers obscur et méconnu, pour nous livrer une vision complètement atypique des profondeurs animées de créatures loufoques évoluant dans un décor en technicolor ! Jonglant entre grands aplats colorés, et détails minutieux, Camille Louzon nous démontre sa grande maîtrise du pinceau. Bien que toutes uniques, un subtil jeu de dégradés colorés relie les 27 planches pour former un ensemble remarquablement cohérent. Prenez une grande inspiration et plongez dans un océan foisonnant de mille et une couleurs.

Vernissage de Camille Louzon "Sous l'océan"

[18:30-21:00] Vernissage de Dae Han "Femmes, Corps, Mouvement"
Location:
Hôtel de Ville de Guyancourt
14, rue Ambroise Croizat
78280 Guyancourt
M° Gare de Saint-Quentin-en-Yvelines - Montigny-le-Bretonneux
France
Internet Site : www.ville-guyancourt.fr
Description:
Mezzanine de l'Hôtel de Ville

Du 15 février au 24 mars 2018

L'égalité entre les femmes et les hommes est un enjeu essentiel de société.
À Guyancourt, tout au long de l'année, la lutte contre les stéréotypes et de la défense des droits des femmes est un axe majeur des actions entreprises par la Ville. Durant le mois de mars 2018, la programmation du Temps des Femmes s'intéressera particulièrement au corps et au mouvement. Inscrit autour de la Journée Internationale des Droits des Femmes qui a lieu chaque année le 8 mars, cet événement vous propose de participer à de vrais moments d'échanges et de réflexion autour d'expositions, spectacles ou conférences aux horizons divers.

À partir du 15 février 2018, vous découvrirez les œuvres issues de la résidence photographique de l'artiste guyancourtois Dae Han. Ancien athlète de haut niveau, Dae Han vous emporte dans son univers photographique qui entremêle cinéma et mode, avec une touche de culture japonaise. Il n'aime pas s'enfermer dans un style particulier, il laisse son inspiration le guider.

En résidence de création à Guyancourt d'octobre 2017 à janvier 2018, l'artiste Dae Han vous présente le résultat de ses recherches artistiques et de ses rencontres avec les athlètes membres des associations sportives de la Ville et de l'École municipale de Danse. Autour de la thématique « Femmes, Corps, Mouvement », vous pourrez découvrir 26 sportives, captées dans leur beauté sportive, représentant la diversité des profils, physiologies et disciplines à Guyancourt.

Visite guidée de l'exposition en compagnie de l'artiste avant le vernissage le jeudi 8 mars 2018 à 18h

Vernissage de Dae Han "Femmes, Corps, Mouvement"Vernissage de Dae Han "Femmes, Corps, Mouvement"

[18:30-21:00] Vernissage de Jean-Paul Marcheschi "Le fond de l'univers"
Location:
Espace UNIVER
Galerie Univer / Colette Colla
6, Cité de l'Ameublement
angle 31, rue de Montreuil
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny
France
Phone : +33 (0)1 43 67 00 67
Mail : uni-ver@orange.fr
Internet Site : www.uni-ver.com
Description:
Du 28 février au 28 avril la Galerie Univer / Colette Colla présente la nouvelle exposition de Jean-Paul Marcheschi "Le fond de l'univers".
Vernissage le jeudi 8 mars 2018 à partir de 18h30 en présence de l'artiste.

Dans son deuxième exposition personnelle, Jean-Paul Marcheschi présente un ensemble de trente-sept oeuvres réalisées entre 2015 et 2018, dont la plupart n'ont jamais été montrées.

Vernissage de Jean-Paul Marcheschi "Le fond de l'univers"
La terre (II), cire, suie, encre et pierre noire sur papier, 2018

[18:30-21:00] Vernissage de Lamiel "Le temps suspendu"
Location:
Le Pavé d'Orsay
48, rue de Lille
75007 Paris
M° RER C Musée d’Orsay, Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 61 13 24
Mail : lepavedorsay@gmail.com
Internet Site : www.lepavedorsay.org
Description:
Du vendredi 9 au mardi 20 mars 2018
Tous les jours de 13h à 18h et de 13h à 18 le samedi.
Fermé le mercredi et le dimanche

https://www.lamiel-art.fr

Vernissage de Lamiel

[18:30-21:00] Vernissage de Liliane Pénin "Couleurs Océaniennes"
Location:
Galerie New Image
31 ter, rue des Tournelles
75003 Paris
M° Chemin Vert, Bréguet - Sabin, Bastille
France
Mobile : +33 (0)6 22 84 79 39
Mail : yuzhiyixiang@hotmail.com
Internet Site : www.galerie-newimage.fr
Description:
Du 1er Mars au 31 mars

Liliane Pénin, née en 1949 à Rennes (France) est une artiste peintre confirmée du mouvement classé « Nouvel Expressionnisme ».

Elle se consacre totalement à son art depuis plus de 40 ans.

Ses huiles fortes et très colorées sont exécutées au couteau dans une technique dite : « à la prima ».

Son œuvre, identifiable, très personnelle se distingue par un style caractéristique où la vigueur de la touche, l'épaisseur de la matière, l'emploi de couleurs vives souvent primaires procurent l'intensité émotionnelle.

Elle interprète le motif (paysages, portraits, compositions où natures mortes) à sa propre manière dans les formes comme dans les couleurs.

Son art est manifestement empreint de la lumière des Iles des Caraïbes, de l'Océan Indien et du Pacifique où elle a vécu de nombreuses années.

Actuellement elle se partage entre la Normandie (France) et Nouméa en Nouvelle-Calédonie où elle expose.

https://expo.artactif.com/penin

Vernissage de Liliane Pénin "Couleurs Océaniennes"

[18:30-21:00] Vernissage de Michèle Iznardo
Location:
Espace Icare
31, boulevard Gambetta
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Corentin Celton
France
Phone : +33 (0)1 40 93 44 50
Fax : +33 (0)1 40 93 46 07
Mail : infos@espace-icare.com
Internet Site : www.espace-icare.com
Description:
07 mars > 31 mars 2018
Vernissage le jeudi 08/03 à 18h30

Exposition réalisée dans le cadre du collectif Ik-Art de l'espace Icare

Michèle Iznardo demande tout au noir. Tout se passe comme si les divers gris et le blanc avec lesquels il cohabite émanaient de lui, s'extrayaient de lui. Comme si le noir était la matrice dont tout ce que nous voyons dans le paysage qui se propose, était issue.

Sobriété et inventivité caractérisent cette artiste : l'extrême économie chromatique se conjugue avec une grande richesse technique. Sur le papier, Michèle Iznardo utilise tour à tour la pierre noire, le crayon, l'huile, le fusain, l'encre de Chine. Souvent le blanc est celui du papier aux places où il est demeuré vierge - réserves qui appartiennent parfois aux fragments rapportés. Ainsi naît le paysage. Vaste et succinct...

...Qu'est donc ce noir dont tout provient ? Il est là pour la matière universelle, la matière cosmique, l'opacité illimitée. Michèle Iznardo se donne pour tâche de faire venir au jour les possibles. C'est ainsi que, la première, elle assiste à l'émergence des paysages qui se trouvaient contenus en puissance dans l'opaque et qui entreprennent de se dessiner. Le noir : gisement de paysages.

Henri Raynal

Vernissage de Michèle Iznardo

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "CHAPEAU ! Photographies de Claude Azoulay"
Location:
Galerie Anne & Just Jaeckin
19, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 26 73 65
Mobile : +33 (0)6 11 18 64 24
Mail : just.jaeckin@club-internet.fr
Internet Site : www.jaeckin.fr
Description:
En présence de Jean-Paul Belmondo

Exposition du 9 mars au 28 avril 2018
Vernissage le jeudi 8 mars à 18h30

2ArtAngels, en collaboration avec la Galerie Anne & Just Jaeckin est heureux de vous convier au vernissage de l'exposition :
CHAPEAU ! Photographies de Claude Azoulay
qui se tiendra le jeudi 8 mars à partir de 18h30 à la Galerie Anne & Just Jaeckin à Saint-Germain-Des-Près.

La carrière et la vie de Claude Azoulay ne peuvent se résumer en quelques lignes tant elles sont riches et multiples. Mais le dénominateur commun à tout son travail demeure l'homme : « Bonheurs, amours, joies, fêtes, guerres, catastrophes naturelles, rien de ce qui concerne l'homme ne m'est étranger », déclare-t-il.

Photographe de stars, grand reporter pour Paris Match pendant plus de quarante ans, ce polyglotte sillonne la planète du nord au sud et d'est en ouest : célébrités, hommes politiques et chefs d'Etat, papes, stars, artistes, réfugiés, révoltés et anonymes, il les photographie tous. Présent là où l'actualité l'appelle, il couvre aussi bien les guerres que les catastrophes naturelles, les faits divers ou encore les événements culturels, sportifs et politiques.

Ses clichés se retrouvent dans des publications internationales telles que Life, Look, Stern, Epoca.

Passionné et curieux de la nature humaine, c'est en photographe tout à la fois intimiste et baroudeur qu'il mène sa vie à 100 à l'heure, au point souvent de ne pouvoir défaire sa valise. Il prendra au passage quelques uppercuts, et sa vie n'a certes pas été un long fleuve tranquille, mais il affirme aujourd'hui ne rien regretter, si ce n'est, tout de même, de n'avoir pas vu grandir ses enfants.

Cette exposition est un coup de chapeau que Claude Azoulay adresse à quelques-uns des hommes et des femmes, célèbres ou anonymes, qui ont croisé sa route entre les années 1950 et 1990. Une grande partie des quelque trente photographies exposées n'ont jamais été montrées à ce jour.

Quelques-unes des nombreuses célébrités photographiées par Claude Azoulay : Isabelle Adjani, Ursula Andress, Francis Bacon, Brigitte Bardot, Jean-Paul Belmondo, David Bowie, Jacques Chirac, Winston Churchill, Catherine Deneuve, Kirk Douglas, Bob Dylan, Jane Fonda, Charles de Gaulle, Audrey Hepburn, François Mitterrand, Jeanne Moreau, Marilyn Monroe, Peter O'Toole, Man Ray, Jean Seberg, Barbra Streisand, Elizabeth Taylor, Andy Warhol, John Wayne.

Vernissage de l'exposition "CHAPEAU ! Photographies de Claude Azoulay"

[18:30-23:55] Vernissage de l'exposition "JEU DE DAMES"
Location:
Espace Aliés Guinard
Atelier Luz Alies-Guinard
22, boulevard de Vanves
92320 Châtillon
M° Châtillon - Montrouge, Tram T6 Centre de Châtillon
France
Phone : +33 (0)1 46 12 99 69
Mobile : +33 (0)6 63 81 50 34
Mail : contact@espace-aliesguinard.com
Internet Site : www.espace-aliesguinard.com
Description:
10 artistes toutes aussi talentueuses que différentes !

Vous serez émerveillés par ces œuvres de techniques, inspirations et formats riches et variées !

VERNISSAGE : jeudi 8 mars 2018 de 18h à minuit

EXPOSITION : du vendredi 9 au dimanche 18 mars 2018 de 14h à 19h30 ou sur RdV au 06 63 81 50 34

Vernissage de l'exposition "JEU DE DAMES"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Talismans"
Location:
Fondation Calouste Gulbenkian Paris
Centre Culturel Calouste Gulbenkian
39, boulevard de La Tour-Maubourg
75007 Paris
M° La Tour-Maubourg, Varenne, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 23 93 93
Fax : +33 (0)1 53 23 93 99
Mail : calouste@gulbenkian-paris.org
Internet Site : www.gulbenkian-paris.org
Description:
Talismans
Le désert entre nous n'est que du sable

Du 9 mars au 1er juillet
Exposition ouverte lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 18h
Samedi, dimanche et jours fériés de 11h à 18h
Entrée libre

Vernissage le jeudi 8 mars à 18h30

Les artistes : Adonis, Leonor Antunes, Art Orienté Objet, Kader Attia, Pedro Barateiro, Bady Dalloul, Laddie John Dill, Eléonore False, Isabelle Ferreira, Claire Fontaine, Maria Hassabi, On Kawara, Tarek Lakhrissi, Cildo Meireles, James Nares, Azzedine Salek, Lawrence Weiner

Les conférenciers :
Dingdingdong - Emilie Hermant et Valérie Pihet
Kader Attia

Chorégraphies, films et performances :
Pedro Barateiro, Maria Hassabi, Liz Magic Laser, Pedro Neves Marques, Francisco Tropa, Ana Vaz

Commissaire : Sarina Basta
Assistant curatorial : Pietro Della Giustina

En partenariat avec Le Jeu de Paume et le Festival Move au Centre Pompidou pour la programmation culturelle.


« Il n'y a pas d'espace aussi sombre que celui juste à côté de la lumière», Trinh Minh Ha

\ˈta-ləs-mən-\ talɪzmən. Le désert entre nous n'est que du sable, prend la forme de l'exposition, de conférences, de performances, de projections et d'une publication. Ce projet s'organise autour de trois axes: la dématérialisation des murs, la reconstitution humaine suite à un effondrement et le talisman.

La réparation démarre avec un constat : les réponses se situent dans des témoignages singuliers. C'est souvent à la lumière de ceux qui ont survécu aux chocs de l'adversité que se dresse la forme de nouvelles réalités possibles. Ce projet donne avant tout la voix aux artistes et aux théoriciens, spécialistes de l'existence humaine.

La dématérialisation des murs est à comprendre au sens littéral, comme l'effondrement d'habitations en temps de guerre ou de catastrophe naturelle. Dans le contexte artistique des années 1960 et 1970, avec l'action de commissaires tels que Lucy Lippard, la dématérialisation est devenue un mode opératoire qui dépassait l'exercice formel. La dématérialisation artistique exprimait la célébration des technologies de reproduction, une alternative de circulation de l'art hors de l'institution et du marché et surtout comme une itération critique de l'invisibilité de la guerre du Vietnam dans le quotidien des Américains dans un déni stratégique de sensibilité du public.

Le talisman fonctionne comme un contre-monument, un objet lié à un mode de vie, dont la valeur se définit par son intersection entre une fonction symbolique intime et des croyances collectives. Ce mot dont l'origine, mêlée, est une hybridation entre l'arabe et le grec, incarne aussi des courants d'influences réciproques des civilisations avec une partie de l'Europe dont le Portugal et la France. Son fonctionnement, et son statut fluctuant, contrastent et dialoguent avec celui de l'objet d'art.

Le talisman peut prendre la forme d'un objet, d'un écrit, d'un mécanisme de protection et de circulation. Silencieux, secret ou explicite, il tente de canaliser une force pour en contrer une autre. Quels seraient les enjeux que chaque protagoniste chercherait à repousser ou canaliser ? Le talisman est examiné dans cette perspective, moins pour ses propriétés ésotériques que pour sa nature composite. L'idée est aussi, par la même occasion, de déstabiliser un tant soit peu ce que nous considérons un objet d'art vers son incantation.

Vernissage de l'exposition "Talismans"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition collective "//DEVENIR//"
Location:
Collège des Bernardins
20, rue de Poissy
75005 Paris
M° Cardinal Lemoine, Maubert - Mutualité
France
Phone : +33 (0)1 53 10 74 40
Mail : communication@collegedesbernardins.fr
Internet Site : www.collegedesbernardins.fr
Description:
Vernissage le 8 mars de 18h30 à 21h
Exposition du 8 mars au 8 juillet 2018

Exposition avec :
Jean-Michel Alberola / Gabrielle Conilh de Beyssac / Jonas Delhaye / Alban Denuit / Sarah Feuillas / Jules Guissart / Kealan Lambert / Charles Henry de Pimodan / Raphaël Tiberghien / Natalia Villanueva Linares

Commissaire : Sophie Monjaret / Accompagnatrice : Cécile Welker

Le Collège des Bernardins invite dix artistes des Beaux-Arts à partager l'acte de création avec le public lors d'une exposition intitulée //DEVENIR// du 8 mars au 8 juillet 2018.

Pour cette nouvelle exposition, du 9 mars au 8 juillet 2018, seront réunis artistes, professeurs et diplômés de l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts qui ont participé au département de recherche du Collège des Bernardins, la Parole de l'Art.

Dans cette proposition évolutive, les visiteurs expérimenteront l'art en trois temps :

> Le passé, figé, exprimera l'impossibilité de réécrire l'histoire et présentera une exposition collective d'oeuvres déjà réalisées. Les oeuvres exposées dans les premiers jours de l'exposition seront des pièces déjà créées par les artistes et sélectionnées par la commissaire Sophie Monjaret. Figées dans le passé du temps, le repentir est impossible.

> Le présent sera mobile, mouvant et il verra l'espace de l'ancienne sacristie se transformer en atelier pour permettre au public de suivre jour après jour un travail collaboratif entre les artistes. Ce moment de l'exposition appelé le présent se divisera en trois parties, d'un mois chacune, pendant lesquelles les artistes créeront de nouvelles pièces à six mains, car c'est collectivement que nous pouvons essayer de construire un avenir conforme à nos rêves.

> Le futur, enfin, ouvrira sur les possibles, et sera animé par des tables rondes et des rencontres ouvertes à tous (artistes, visiteurs, mais aussi classes et enseignants). Cette exposition réalisée en partenariat avec l'École nationale supérieure des Beaux-Arts se clôturera sur la genèse de nouveaux commencements...
Quatre jours durant, les artistes seront invités à transposer leur espace de travail au sein du Collège des Bernardins. Mettant en scène leurs univers, cette dernière partie fera découvrir au public ce qui nourrit l'inspiration des artistes, leurs environnements, leurs recherches....

Ainsi, rien ne demeure identique et tout doit...
...devenir !

Vernissage de l'exposition collective "//DEVENIR//"
le poids des couleurs, de 0 à 8 grammes (vert de cobalt) © Alban Denuit






[19:00-22:00] 33ème Dîner du Conseil représentatif des Institutions juives de France (CRIF)
Location:
Carrousel du Louvre
99, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Mail : communication@parisexpo.fr
Internet Site : www.carrouseldulouvre.fr
Description:
Le 33ème dîner du Conseil représentatif des Institutions juives de France (Crif) aura lieu le mercredi 7 mars 2018 au Carrousel du Louvre, sous la pyramide.

[19:00-21:00] Cocktail de présentation de la monographie "TANK"
Location:
ArchiLib Paris
49, boulevard de la Villette
75010 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 41 03
Mail : contact@archilibrairies.com
Internet Site : www.archilibrairies.com
Description:
Roberta Faria directrice archiLIB vous invite Jeudi 8 mars 2018 à partir de 19h
au cocktail de présentation de la monographie
TANK éditions archibooks, 2018
en présence des fondateurs de TANK Lydéric Veauvy et Olivier Camus

Cocktail de présentation de la monographie "TANK"

[19:00-22:00] Finissage de Yann Paolozzi "NO CALIFORNIA"
Location:
Galerie Marguerite Milin
GMM
46, rue du Château d'Eau
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent, Château d'Eau
France
Mobile : +33 (0)6 61 77 14 76
Mail : galeriemargueritemilin@gmail.com
Internet Site : www.galeriemargueritemilin.com
Description:
Ce qui frappe d'abord dans le travail de Yann Paolozzi, c'est sa justesse. Ça peut paraitre bizarre de parler de justesse lorsque il s'agit d'art, et pourtant c'est le mot juste. Polaroïds, dessins, vidéos, tout ce que j'ai vu de Yann.P sonne juste. tout va à l'essentiel.

Pas de discours, jamais d'anecdote. Cet object-là, ici, et maintenant. Ça s'impose.

J'ai sous mes yeux un polaroïd agrandi sur un papier irrégulièrement quadrillé, et « encadré « dans une pochette de plastique « Raja ». Ce polaroïd représente une paire de tennis aux lacets défaits. Il y à la entre le quadrillage un peu raide du papier, et la fatigue des chaussures, et la protection souple du plastique, un équilibre et une justesse assez mystérieux.

C'est rare.

Emmanuèle Bernheim

Vernissage de Yann Paolozzi

[19:00-22:00] Hotel&Lodge Awards 2018
Location:
Hôtel Le Meurice
228, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Tuileries, Concorde
France
Phone : +33 (0)1 44 58 10 55
Fax : +33 (0)1 44 58 10 76
Internet Site : www.lemeurice.com
Description:
Hotel&Lodge Awards 2018

[19:00-21:00] Inauguration du Pop-Up Store Doran Sou
Location:
Le Marais
Marais
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville, Rambuteau, Arts et Métiers
France
Description:
Le spécialiste de la parure de lit, Doran Sou se présente comme un concept unique de la « mode de lit ». Créées par deux spécialistes de la fashionsphère et expertes depuis 20 ans dans le textile, les pièces ont un objectif très différenciant.

Le linge de lit comme un élément de décoration
Sonia Babecoff, après avoir dirigé plusieurs pôles d'une société de textile, se spécialise dans le linge de lit qu'elle affectionne. Elle a eu envie de faire de ce textile, une deuxième peau pourtant l'identité de chacun : « Il m'habille, je me sens belle, je me sens moi, il fait partie intégrante de ma garde-robe... ». Sonia a ainsi décidé de créer Doran Sou, la marque avec qui elle peut exprimer sa créativité, sa vision qu'elle souhaite différente, surprenante et originale. Pour cela, elle s'entoure de la styliste Stéphanie Badina, amoureuse de l'art, du design et de la mode. Elle possède un don particulier pour le choix, l'association des formes et des couleurs.

Un linge de lit qui suit les tendances données par les maisons de couture
La marque a eu l'idée de créer un grand choix de linge de lit tendance en s'inspirant des derniers défilés des plus grandes maisons de couture. Elle propose des confections très variées avec des volants en popeline, des plissés ou des cols lavallière. La collection « identité » comprend 11 modèles aux couleurs unies et aux motifs en vogue. On trouve des imprimé wax, ou graphique.

Les produits présentés sont en coton peigné. Les prix des parures sont entre 80 et 140 euros.

Inauguration du Pop-Up Store Doran Sou

Inauguration du Pop-Up Store Doran Sou

Inauguration du Pop-Up Store Doran Sou

[19:00-22:00] Lancement de la nouvelle cologne asbolue "Iris Rebelle" d'Atelier Cologne
Location:
Palais Garnier
Opéra national de Paris / Opéra Garnier
place de l'Opéra
8, rue Scribe
75009 Paris
M° Opéra, RER A Auber
France
Internet Site : www.operadeparis.fr
Description:
La prestigieuse Maison de Parfum Atelier Cologne a mis les petits plats dans les grands lors de leur soirée du 8 mars pour le lancement de leur nouvelle cologne asbolue, au sein du sublime Palais Garnier.
Au programme de la soirée, une visite privée dudit Palais ainsi qu'un cocktail où nous a été présentée Iris Rebelle, dernière cologne de la collection Chic absolu.

[19:00-21:00] Ouverture de l'appartement éphémère Vertbois x The Socialite Family
Location:
Le Marais
Marais
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville, Rambuteau, Arts et Métiers
France
Description:
30, rue du Vertbois

7-31 mars 2018
du mercredi au samedi

L'ouverture d'un mois de festivités orchestrée autour de l'appartement éphémère Vertbois x The Socialite Family : #ThePlacetoGetInspired

[19:00-21:00] Rencontre avec Marianne Vic
Location:
Artcurial
Hôtel Marcel Dassault
7, Rond-Point des Champs Elysées-Marcel Dassault
61, avenue Montaigne
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 42 99 20 20
Mail : contact@artcurial.com
Internet Site : www.artcurial.com
Description:
à l'occasion du lancement de son roman

Rien de ce qui est humain n'est honteux
Saint-Laurent une histoire de famille

Jeudi 8 mars 2018
de 19h à 21h

20h
Entretien avec son éditrice Sophie de Closets.

Rencontre avec Marianne Vic

[19:00-22:00] Soirée Le Manège de Chaillot
Location:
Théâtre National de Chaillot
Palais de Chaillot
1, place du Trocadéro et du 11 Novembre
75116 Paris
M° Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 53 65 30 00
Internet Site : www.theatre-chaillot.fr
Description:
Le fonds de dotation Le Manège de Chaillot a pour vocation d'accompagner les missions de création et de production de Chaillot - Théâtre national de la Danse, notamment dans le champ chorégraphique. Mis en place début avril 2013, est le premier fonds de dotation créé en faveur d'un théâtre national. Il a vu le jour grâce à l'engagement de ces entreprises, membres fondateurs :
Alvarez & Marsal
Amundi
Ayming
Dentsu Aegis Network
Groupama
Orange
SNCF RESEAU
TILDER

Cet engagement, sur une première durée de trois ans, renforce ainsi les capacités du théâtre dans son ambition de soutenir les artistes de renommée internationale mais aussi les démarches émergentes et innovantes, afin de les présenter aux publics les plus larges et les plus diversifiés possible..

Le Manège est également remarquable dans la possibilité qu'il offre de développer des actions visant à rapprocher le milieu culturel et celui des entreprises. Nous avons mutuellement beaucoup à apprendre et à partager en termes de savoir-faire et de compréhension de nos démarches respectives ; mais c'est surtout par le partage des rêves et de l'expérience du sensible que le Manège de Chaillot ouvre de nouvelles et originales voies de rencontres.

Les membres du Manège deviennent eux-mêmes les artistes de Chaillot le temps d'une descente d'escalier chorégraphiée par les grands noms de la danse contemporaine.

Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, a remis jeudi 18 février 2016 la distinction de Grand Mécène de la Culture au Fonds de dotation Le Manège de Chaillot pour sa contribution éminente au développement culturel de la France.

Conseil d'administration du Manège de Chaillot
Président
M. Patrick Jeantet, Président Directeur Général de SNCF RESEAU
M. Hervé Amar, Président d'Ayming
Mme Marcia Barcellos, chorégraphe
M. Alain Berry, Directeur de la communication d'Amundi
Mme Joëlle Bouvier, chorégraphe
M. Didier Deschamps, Directeur de Chaillot-Théâtre national de la Danse
M.Tarek S. Hosni, Managing Directors d'Alvarez & Marsal France
M. Thierry Jadot, Président de Dentsu Aegis Network
M. Patrick Jeantet, Président Directeur Général de SNCF RESEAU
M. Matthias Leridon, Président de TILDER
M. Thierry Martel, Directeur Général de Groupama
M. Stéphane Richard, Président Directeur Général d'Orange

Délégué général
M. Réda Soufi, Administrateur Général de Chaillot-Théâtre national de la Danse

[19:00-22:00] Soirée de lancement de la nouvelle BMW X2
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.viparis.com/viparisFront/do/centre/paris-expo-porte-de-versailles/Accueil
Description:
Electric Bridge

L'événement a été suivi par la photographe brésilienne Raquel Aviani qui va inaugurer sa nouvelle exposition à Montpellier le 29 Mars prochain.

Avec son regard à la fois intimiste et architectural, cette native de la mythique ville de Brasilia est la troisième photographe qui collabore avec Electric.

Soirée de lancement de la nouvelle BMW X2

[19:00-21:00] Vernissage "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Location:
Docks en Seine
Cité de la Mode et du Design
34, quai d'Austerlitz
75013 Paris
M° Gare d'Austerlitz
France
Internet Site : www.citemodedesign.paris
Description:
Du vendredi 9 mars au dimanche 10 juin 2018, de 12h à 18h
Ouvert tous les jours, sauf les mardis

Tarifs
Plein tarif : 5 €
Tarif réduit : 4 €, demandeurs d'emploi, 12 à 18 ans, étudiants, seniors, groupes de plus de 10 personnes
Gratuit pour les moins de 12 ans

Commissariat : François Cheval et Audrey Hoareau (The Red Eye)
Scénographie : Vasken Yéghiayan

Livre Dancing in the Street, Peter Knapp et la mode, Peter Knapp et François Cheval, Editions du Chêne, en vente à l'accueil de l'exposition, en librairies et sur les sites qui proposent l'achat d'ouvrages en ligne

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Pat Cleveland et Donna Jordan, 1972 © Peter Knapp

À travers plus de 100 clichés, pour la plupart inédits, l'univers graphique et expérimental de cet artiste faiseur d'images raconte l'affranchissement des femmes pendant deux décennies de mode placées sous les signes de l'audace et de l'émancipation.


Dancing In the Street, la mode en mouvement

Il résonne comme une petite gifle, un claquement de doigts, Knapp ! Selon les générations, il évoque Dim Dam Dom, l'émission culte des années 1960 ou le magazine Elle, pour d'autres, il est une référence en graphisme ou un proche des Nouveaux Réalistes. Avant toutes choses, ce sont ses photographies qui ont fait l'homme.

Avec Peter Knapp, les filles s'envolent, des silhouettes aux allures futuristes nous toisent et des paires de bottes griffées trottinent dans les rues de Paris. La période est propice. Les décennies 1960 et 1970 sont pour la mode et plus largement pour les esprits, synonymes de liberté, de créativité. Le photographe n'est pas simplement le témoin de cet incroyable moment, il va contribuer à mettre en images ce nouveau monde.

Que ce soit pour les maisons de couture (André Courrèges, Emanuel Ungaro, Yves Saint Laurent, Pierre Cardin, entre autres) ou pour les magazines (Elle, Stern, Vogue...), Peter Knapp saura maîtriser les figures imposées. Les contraintes, il les accepte et accompagne tout ce que Paris propose d'innovant, parfois même d'irrespectueux.

L'exposition "Dancing in the Street - Peter Knapp et la Mode, 1960-1970" offre l'occasion de découvrir à travers une centaine d'images, pour la plupart inédites, l'un des ensembles les plus imaginatifs que la photographie de mode ait produit durant cette période.

www.peterknapp.ch

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Pour Cardin Paris 1970 © Peter Knapp

Une visite augmentée avec l'application de l'exposition

Imaginée par le studio Fixioneers en collaboration avec Peter Knapp et François Cheval, l'application de l'exposition vous accompagne tout au long de votre visite. Parcours audio, fragments vidéo et images dépassant le corpus de l'exposition vous immerge dans l'univers de Peter Knapp.
Disponible gratuitement sur l'App store et Google Play dès le 8 mars 2018


Hors les murs sur le parvis de la Gare de Lyon

Les photographies de Peter Knapp traversent la Seine et s'installent sur le parvis de la Gare de Lyon. Plage des Saintes Maries de la Mer, Paris la nuit, deux séries noir et blanc du début des années 1960 présentent une mode toute en ligne, graphique et rafraîchissante.
Du 8 mars au 28 avril 2018, parvis de la Gare de Lyon, Place Louis Armand, accès libre


Peter Knapp, la mode et au-delà : deux conférence à l'IFM

Peter Knapp, une œuvre protéiforme, le 14 mars
Si Peter Knapp a obtenu une reconnaissance légitime grâce à la photographie de mode, il n'en reste pas moins que son œuvre a pris des formes diverses. L'homme a été et reste, peintre, dessinateur, graphiste, metteur en page, directeur artistique, cinéaste. Dans tous ces domaines, Peter Knapp a développé une approche privilégiant la ligne et une sensualité du matériau.
Mercredi 14 mars 2018 de 18h45 à 20h15, dans l'auditorium de l'IFM (36 quai d'Austerlitz), 5€ de frais de participation

Peter Knapp, 1960 - 1970, deux décennies de mode, le 23 mai
Peter Knapp occupe dès 1960 le poste de directeur artistique du magazine Elle. Responsable de l'orientation graphique, il le modernise, inspiré par Alexey Brodovitch et Henry Wolf.Pour quelles raisons l'édition et la presse ont-elles eu le besoin de faire appel à cette écriture particulière ? Quels en sont les fondamentaux ? Ont-ils évolué dans le temps et ont-ils encore des conséquences dans les publications actuelles.
Mercredi 23 mai 2018 de 18h45 à 20h15, dans l'auditorium de l'IFM (36 quai d'Austerlitz), 5€ de frais de participation

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Pour Marie-Claire N°234, février 1972 © Peter Knapp

Du 9 mars au 10 juin 2018, la Cité de la Mode et du Design, à Paris, met à l'honneur la photographie de mode à travers l'œuvre iconique du photographe suisse Peter Knapp. Avec plus de 100 photographies pour la plupart inédites, l'univers graphique et expérimental de cet artiste - faiseur d'images - raconte l'affranchissement des femmes pendant deux décennies de mode placées sous les signes de l'audace et de l'émancipation. L'Œil de la Photographie lui consacre une édition spéciale aujourd'hui.

Il résonne comme une petite giffle, un claquement de doigts, Knapp! Selon les générations, il évoque Dim Dam Dom, l'émission culte des années 1960 ou le magazine Elle, pour d'autres, il est une référence en graphisme ou un proche des Nouveaux Réalistes. Avant toutes choses, ce sont ses photographies qui ont fait l'homme.

Avec Peter Knapp, les filles s'envolent, des silhouettes aux allures futuristes nous toisent et des paires de bottes griffées trottinent dans les rues de Paris. La période est propice. Les décennies 1960 et 1970 sont pour la mode et plus largement pour les esprits, synonymes de liberté, de créativité. Le photographe n'est pas simplement le témoin de cet incroyable moment, il va contribuer à mettre en images ce nouveau monde.

Peter Knapp, c'est aussi l'ivresse de la liberté. Il aime et maîtrise les contradictions dictées par la photographie. Les exigences qu'impose l'image fixe se doivent d'être détournées. Il met les modèles en marche. Saut, danse, rire : la femme moderne est indépendante et cette liberté se traduit dans les mouvements de son corps. L'expression spontanée des sentiments féminins appelle une rupture des conventions et une libération de tous les carcans. En dehors du studio, le modèle, cheveux au vent, flotte dans un espace, enfin accepté tel qu'il veut être et vu, moderne et autonome. Le photographe s'affirme dans l'absolue nécessité de se frayer un chemin au milieu des paradoxes : liberté dans la contrainte et éclat dans la mesure.

Que ce soit pour les maisons de couture André Courrèges, Emanuel Ungaro, Yves Saint Laurent, Pierre Cardin, (entre autres) ou pour les magazines (Elle, Stern, Vogue...), Peter Knapp saura maîtriser les figures imposées. Les contraintes, il les accepte et accompagne tout ce que Paris propose d'innovant, parfois même d'irrespectueux.

L'exposition Dancing in the Street, Peter Knapp et la Mode 1960-1970 offre l'occasion de découvrir à travers une centaine d'images, pour la plupart inédites, l'un des ensembles les plus imaginatifs que la photographie de mode ait produit durant cette période.

Audrey Hoareau

Audrey Hoareau est une commissaire d'exposition et auteure spécialisée en photographie, basée à Châlon-sur-Saône.

www.the-red-eye.fr

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Pour Vogue Grande-Bretagne, Grace Coddington en Electric Fittings, Londres, juin 1971 © Peter Knapp

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Pour Elle, Rita Scherrer, Paris, 1969 © Peter Knapp

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Bonjour Courrèges, Marcie Hunt, Deauville, 1981 © Peter Knapp

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Magazine © Peter Knapp

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Magazine © Peter Knapp

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Pour Jean-Marc Maniatis, Jean Shrimpton, 1963

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Pour Sunday Times, Nicole De Lamargé en Cardin, 1966

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Pour Courrèges, Susan Schönborn, Paris, 1969

Vernissage de l'exposition "Dancing in the Street : Peter Knapp et la mode 1960-1970"
Pour Vogue, Rita Scherrer, Paris, 1967

[19:00-22:00] Vernissage de Dalila C. "faites le vide, faites le plein"
Location:
Bar 4 éléments
149, rue Amelot
75011 Paris
M° Filles du Calvaire, Oberkampf, République
France
Phone : +33 (0)1 47 00 34 11
Mail : contact@bar4elements.com
Internet Site : www.bar4elements.com
Description:
Du 8 mars au 8 avril le 4 éléments vous invite à une exposition gratuite créée par Dalila C, artiste contemporaine parisienne et IBOGA association culturel et artistique.

L'exposition "faites le vide, faites le plein" présente les œuvres de Dalila C., dans un esprit torturé original.

Vernissage Jeudi 8 mars par les DJs d'IBOGA

Dalila C. :
- https://www.facebook.com/dc.observe/
- http://dc-observe.fr/

Iboga : https://www.facebook.com/iboga2A/
TheLab : https://www.facebook.com/thelabparis/
Nowmad : http://nowmad.co/

Vernissage de Dalila C. "faites le vide, faites le plein"

[19:00-22:00] Vernissage de Daniel Karila-Cohen et Danielle Lescot "Retrouver le Nord"
Location:
Galerie Rastoll
16, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)9 83 23 28 01
Mail : contact@galerierastoll.com
Internet Site : www.galerierastoll.com
Description:
du 8 au 31 mars

Retrouvez le photographe Daniel Karila-Cohen et la céramiste Danielle Lescot dans le cadre de l'exposition : "Retrouver le Nord" du 8 au 31 mars 2018.
Vernissage en présence des artistes le jeudi 8 mars 2018 de 19h à 22h.

Les mots du Galeriste
La passion est une des nombreuses choses qui définissent le mieux le photographe Daniel Karila-Cohen. tout comme Daniel Lescot pour la céramique.
Une nouvelle fois le photographe utilise son téléphone portable pour réaliser une grande partie de ses photos alors que le reste est fait à l'argentique.
Il est ici très intéressant de découvrir son univers car au delà de la technique choisie, l'objectif est toujours le même. Nous faire voir différemment.
L'artiste vous invite dans une balade urbaine aux couleurs saturées et au noir et blanc contrastés. Longez avec lui ces bords de canal qui nous mènent jusqu'aux quartiers nord de Paris et sa banlieue. Nous retrouvons dans cette nouvelle exposition solo la palette de couleurs si spécifique à l'artiste et qui nous avait tant séduits lors de sa première exposition en 2017. Rares sont les artistes avec une vision aussi juste et dont l'évolution dans la prise de vue évolue tranquillement avec le temps. Une capacité qui donne à voir différemment ce monde urbain et cet urbanisme que nous jugeons parfois envahissant et pourtant si rassurant notamment quand la nuit tombe et que les lueurs des réverbères révèlent des couleurs et des reflets éblouissants.
Il est donc vivement recommandé de plonger dans cette exposition, car si vous avez perdu le nord Daniel Karila-Cohen vous le fera vite retrouver.
Danielle Lescot présentera pour la première fois des céramiques murales géométriques et très colorées.

François Rastoll

Vernissage de Daniel Karila-Cohen et Danielle Lescot "Retrouver le Nord"

Vernissage de Daniel Karila-Cohen et Danielle Lescot "Retrouver le Nord"

[19:00-22:00] Vernissage de Didier Desplats "Titans"
Location:
Les Mots à la Bouche
Librairie gaie et lesbienne
6, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 78 88 30
Fax : +33 (0)1 42 78 36 41
Mail : librairie@motsbouche.com
Internet Site : www.motsbouche.com
Description:
Didier Desplats présente son exposition "Titans" du 8 au 27 mars au sous-sol des Mots à la bouche.
Le vernissage a lieu jeudi 8 mars à partir de 19h.

Le livre Titans publié aux éditions de l'oeil est disponible à la librairie et sur notre site ici :
http://motsbouche.com/beaux-livres/24649-titans-9782351371671.html

A propos de l'exposition :
Les hommes enceintes, alliance de mots en soi impossible,
qui transgresse et transcende masculin et féminin.
En lien avec ma série précédente, les femmes enceintes,
par la grossesse, la dimension, la grosseur.
C'est un travail sur le désir. Le désir de s'exposer
et d'exposer mon désir. Désir du corps, incontournable.
Pour moi une rencontre avec d'autres hommes, grands, corpulents.
Je les vois montagnes, puissants et infranchissables.
Dignes, ce sont des vainqueurs parce qu'abandonnés.
En un sens, ils se donnent à voir. Ils se sont mis à nu
et nous révèlent une beauté hors normes.
Apparitions archaïques, projections vacillantes du monde intérieur,
floues, bougées comme d'anciennes photographies.
Sculptures improbables, Les Titans questionnent les modèles
grecs classiques, ainsi que la norme de la taille mannequin,
comme étalon de la beauté contemporaine.
Le corps dans sa plénitude devient le lieu
de la réconciliation de l'ombre et de la lumière.

Vernissage de Didier Desplats "Titans"

[19:00-21:00] Vernissage de Julie C. Fortier "Les Intouchables"
Location:
Orsay
Orsay
91400 Orsay
M° RER B Le Guichet, RER B Orsay - Ville
France
Internet Site : www.mairie-orsay.fr
Description:
La Crypte
2 Avenue Saint-Laurent
91400 Orsay
https://www.facebook.com/LaCrypteOrsay
https://www.mairie-orsay.fr/les-expositions-de-la-crypte.html

Vernissage de Julie C. Fortier "Les Intouchables"

Soubassement de la chapelle sépulcrale de l'église Saint-Martin - Saint-Laurent, la Crypte d'Orsay est un espace d'exposition résolument tourné vers la création contemporaine.

La Ville d'Orsay y développe une programmation qui privilégie les expositions monographiques et favorise ainsi la création de projets spécifiques. Parfois réalisées à l'issue d'une résidence, ces expositions sont l'occasion d'un important travail de production d'œuvres nouvelles qui permet aux artistes d'inscrire leurs recherches dans une expérience du lieu ou encore du territoire.

Au rythme de quatre expositions annuelles, associées à des cycles de projections et des rendez-vous autour des projets, la Crypte d'Orsay entend faciliter la découverte et l'accès aux pratiques artistiques contemporaines. À cet effet, différentes actions de sensibilisation et d'accompagnement des publics et scolaires sont proposées par le service culturel.

[19:00-21:00] Vernissage de Luis da Cruz "émotions 180°"
Location:
Bastille Design Center
74, boulevard Richard Lenoir
75011 Paris
M° Richard Lenoir, Saint-Ambroise
France
Phone : +33 (0)1 48 06 67 99
Mobile : +33 (0)6 09 66 33 87
Fax : +33 (0)1 48 06 58 16
Mail : info@bastille-design-center.com
Internet Site : www.bastille-design-center.com
Description:
Du jeudi 08 mars 2018 au dimanche 18 mars 2018
Tous les jours de 14h à 20h

Pour immortaliser sa quête de la rencontre avec une femme envoûtante et mystérieuse entraperçue dans ses rêves, Luis da Cruz s'est lancé dans une série d'œuvres (acryliques grand format) sur le thème de l'éternel féminin matérialisé par l'eau, matrice de la vie.

Vernissage de Luis da Cruz "émotions 180°"

[19:00-22:00] Vernissage de Ma Desheng "La vie est nue"
Location:
Galerie Wallworks
4, rue Martel
75010 Paris
M° Château d'Eau
France
Phone : +33 (0)9 54 30 29 51
Mail : contact@galerie-wallworks.com
Internet Site : www.galerie-wallworks.com
Description:
du 9 février au 31 mars, prolongation jusqu'au 28 avril
vernissage jeudi 8 février (19h-22h)

Peintre, graveur, calligraphe, performer, poète... Ma Desheng (马德升) est avant tout un homme libre et un artiste dont l'œuvre reflète une furieuse volonté de vivre. Né à Pékin en 1952, il est l'un des membres fondateurs du groupe Xingxing ("Les Etoiles"), premier mouvement artistique dissident post-maoïste en Chine, qu'il quitte définitivement en 1985 avant de s'installer un an plus tard à Paris. En 1992, un grave accident de voiture l'immobilise deux ans sur un lit d'hôpital, entraînant l'annulation d'une exposition au musée Guggenheim de New York. Avec détermination, il renoue avec l'art, se consacrant d'abord au dessin [quelque 4000 dessins verront le jour entre 1994 et 2002] avant de recouvrer les forces nécessaires à la pratique de l'acrylique.
Le corps féminin a toujours été un thème récurrent dans l'œuvre de Ma Desheng, de ses débuts au travers de techniques traditionnelles comme la calligraphie, puis au feutre sur papier lors de sa convalescence, jusqu'aux grands formats à l'acrylique. Symboles de paix et de beauté pour Ma Desheng, ses silhouettes féminines illustrent un besoin charnel de représenter la vie que l'artiste fait danser sur la toile en totale liberté.

Vernissage de Ma Desheng "La vie est nue"
Ma Desheng, Sans titre, 2017, acrylique sur toile, 162 x 130 cm © Nicolas Pfeiffer

[19:00-21:00] Vernissage de MarOne "Xero"
Location:
Boutique Galerie
Habillement Créatif & Sobre
8, rue Lallier
75009 Paris
M° Pigalle, Anvers
France
Mobile : +33 (0)6 10 20 55 22
Mail : contact@hcsparis.com
Internet Site : www.hcsparis.com
Description:
Vernissage jeudi 8 Mars 18h-21h en présence de l'artiste

exposition visible jusque fin Mars

Xero est une recherche quasi plastique, d'imperfections mécaniques, l'exposition est un matériau. elle exprime la volonté de retrouver une singularité, de recréer une intrigue, une humanité. Une source permettant de se créer une histoire surprenante, qui se renouvelle sans cesse. D'une photographie à l'autre, ou sur le même cliché, le regard est désarçonné entre l'attendu et la suggestion ; le corps, l'humain, l'être n'est plus une évidence ni un acquis mais une interrogation.

Un livre éponyme, mais sans mots, de 44 pages tiré à 20 exemplaires numérotés et signés sera en vente le soir du vernissage.

Biographie de l'artiste:
Enfant de l'est parisien Marwan Belaïd aka MarOne est un jeune artiste marqué par les muralistes, le graffiti, et les autres arts graphiques populaires. Passionné de musique, il s'initie très tôt à aux cultures urbaines, il s'oriente naturellement vers des études portant sur les techniques dites traditionnelles du métier de graphiste et de photographe. En parallèle Marwan fait la rencontre de plusieurs graffeurs et commence à photographier leurs pièces. C'est ainsi qu'il se fait repérer et fait ses preuves dans la vie nocturne parisienne.

En 2009 il devient photographe officiel du festival Paris Hip Hop ce qui le mène à diverses collaborations dans l'univers de la musique. Il participe à de nombreux live report, couvre des festivals tels que le Festival Nordik Impact ou Les Vieilles Charrues, des concerts en prison ou au Zénith... Mais réalise également des portraits ou encore des couvertures de disques.

De ses projets plus personnels on retiendra son exploration de lieux urbains, souvent insolites, abandonnés ou en voie de destruction... Et plus particulièrement son reportage sur la révolution tunisienne, exposée sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris.

Depuis ses premiers pas dans les studios de Générations 88.2, MarOne vit sa passion de mélomane et de touche à tout de l'image ; continue à rechercher, se diversifier, partager.

Publications :
Phosphore / Le Parisien / The Economist / Métro (une) / Journal du Dimanche / Libération / Manière de Voir (Le Monde Diplomatique - couverture/interieur) / Alternatives économiques (couverture)...

Expositions :
Exposition Whisky et Bonnes Manières,
Galerie Still Muzik (Paris 5e), Décembre 2009
Exposition Paris Hip Hop,
Maison des Métallos (Paris 11e), Juillet 2010
Exposition collective Enfin Libres,
parvis de l'Hôtel de Ville de Paris, Mai 2011
Exposition collective Burning Girls,
concept store Auguste (Paris 11e), Février 2011
Exposition collective 22 artistes,
Galerie Caplain-Matignon (Paris 8e), Décembre 2012
Exposition rétrospective Paris Hip Hop Face au Mur
(Paris 12e) juin - septembre 2015

Vernissage de MarOne "Xero"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Alvar Aalto. Architecte et designer"
Location:
Cité de l'architecture et du patrimoine
Palais de Chaillot
1, place du Trocadéro et du 11 Novembre
7-11, avenue Albert de Mun
45, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 58 51 52 00
Fax : +33 (0)1 58 51 59 39
Mail : com@citechaillot.fr
Internet Site : www.citechaillot.fr
Description:
Galerie basse des expositions temporaires

du 9 mars au 1er juillet 2018

Surnommé le « Mage du Nord » par le critique d'architecture Sigfried Giedion, Alvar Aalto est l'architecte finlandais le plus connu de sa génération et l'un des représentants majeurs d'un modernisme à visage humain.
La Cité présente une large rétrospective du Vitra Design Museum et du Musée Alvar Aalto, Finlande. Elle rassemble une sélection exceptionnelle de ses principales réalisations architecturales et de ses pièces de design devenues iconiques.

Trente ans après la dernière grande rétrospective française, cette exposition réalisée en partenariat avec la Fondation Alvar Aalto retrace, à travers près de 150 œuvres (maquettes, dessins, photographies historiques et contemporaines) en grande partie présentées pour la première fois en France, les jalons des cinquante années d'activité de l'architecte depuis les premiers projets finlandais des années 1920 jusqu'au développement international de l'agence. Tandis que le sanatorium de Paimio (1929- 1933), la villa Mairea (1938-1939) et le pavillon finlandais de l'Exposition universelle de New York (1939) le placent au premier plan de la scène architecturale moderne, Alvar Aalto poursuit une voie profondément originale conciliant principes fonctionnalistes et aspirations humanistes. À travers des exemples de mobilier, de luminaires et de verrerie historique ses recherches restituent une pensée et une oeuvre qui placent l'homme et ses perceptions au coeur du processus de création.

[19:00-22:00] Vernissage de l'exposition "L'art au féminin"
Location:
Le 100 E.C.S.
Etablissement Culturel Solidaire
100, rue de Charenton
75012 Paris
M° Gare de Lyon, Ledru-Rollin
France
Phone : +33 (0)1 55 78 05 55
Fax : +33 (0)1 58 51 23 29
Mail : accueil@100ecs.fr
Internet Site : 100ecs.paris
Description:
DU 7 AU 19 MARS

Le 100ecs rend hommage aux créatrices contemporaines au travers d'expositions, de spectacles, de projections, de débats... Déifiée, représentée en héroïne durant la Préhistoire et l'Antiquité, c'est assez tardivement que « la femme » s'est hissée au rang d'artiste à part entière et créatrice à l'égal de l'homme.

Sur une proposition de Claire JAMES DUPAIN et Hamilton BECERRA.

Vernissage de l'exposition "L'art au féminin"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Mary Cassatt : une Américaine à Paris"
Location:
Musée Jacquemart-André
158, boulevard Haussmann
75008 Paris
M° Miromesnil, Saint-Philippe-du-Roule
France
Phone : +33 (0)1 45 62 11 59
Fax : +33 (0)1 45 62 16 36
Mail : message@musee-jacquemart-andre.com
Internet Site : www.musee-jacquemart-andre.com
Description:
du 9 mars au 23 juillet 2018

Le Musée Jacquemart-André présente, du 9 mars au 23 juillet 2018, Une impressionniste américaine à Paris, une grande rétrospective sur Mary Cassatt, peintre américaine ayant vécu en France une partie importante de sa vie.

La douceur de la féminité se mélange avec la technique de l'impressionnisme pour dévoiler une union pleine de grâce. Des scènes familiales se déroulent sous nos yeux et nous entrons dans l'intimité d'une autre époque. Une époque que nous appréhendons souvent par le travail des grands peintres français, tels que Camille Pissarro, Claude Monet et Edgar Degas. Ce dernier, après avoir remarqué son travail, invite Mary Cassatt à se joindre au groupe impressionniste vers 1877, apportant, par la même occasion, une vision nouvelle à un mouvement artistique majoritairement masculin.

La figure féminine règne sur les toiles de Mary Cassatt, abordant fréquemment le sujet de la maternité et de l'enfance. Des femmes au cœur de l'univers de l'artiste, contrastant avec une époque où les hommes sont souvent placés au premier plan. Dépassant parfois le mètre, ces œuvres d'une grande envergure nous présentent des scènes de genre, mettant en lumière la vie quotidienne de jeunes femmes, d'épouses, de mères, de femmes mondaines. Non-idéalisées, elles y sont représentées à leur juste valeur. Comme pour nous dévoiler leur vie privée, Mary Cassatt organise sa toile en plaçant celles-ci, souvent accompagnées de leur enfant, au centre de la composition, occupant pratiquement toute la surface. Les positions des deux visages qui s'assemblent et se complètent, nous rappellent la proximité des corps dans les représentations de la Vierge et de l'Enfant pendant la Renaissance. Une profonde confiance qui se retrouve aussi dans les nuances. Mary Cassatt joue sur l'intimité des deux personnages en piochant, dans sa palette, des couleurs complémentaires. La teinte des joues rosées du nouveau-né fait écho à la robe fleurie de la jeune mère, l'enfant las et fatigué voit son corps, légèrement bleui, se mélanger à l'habit de la femme par des contours fondus, suggérés par la couleur.

Cette touche enlevée, représentative du courant impressionniste, contraste avec les expérimentations qu'opère l'artiste à partir de 1890. En s'essayant à la gravure, Mary Cassatt trouve un nouvel univers à mi-chemin entre estampes japonaises et techniques occidentales. À la manière de Kitagawa Utamaro, Mary Cassatt place encore une fois la femme au centre de la création artistique, ajoutant à cela le rôle du miroir dans ses œuvres. La femme, objet passif de la contemplation masculine, s'affranchit de son rôle pour devenir un être indépendant observant sa propre réflexion.

Les œuvres de Mary Cassatt sont les prémices d'une émancipation dans la représentation de la femme. Une artiste qui a su affirmer sa vision, valorisant des scènes de genre caractérisées par l'intimité entre les personnages.

Vernissage de l'exposition "Mary Cassatt : une Américaine à Paris"
Femme et enfant devant une tablette où sont posés un broc et une cuvette, vers 1889 © RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewan Femme et enfant devant une tablette où sont posés un broc et une cuvette, vers 1889

Vernissage de l'exposition "Mary Cassatt : une Américaine à Paris"
Mary Cassatt, Mère à l'enfant (Le miroir ovale), 1899, Huile sur toile, 81,6 cm x 65,7 cm

[19:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Métropolis"
Location:
Le Marais
Marais
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville, Rambuteau, Arts et Métiers
France
Description:
Galerie l'Entrée des Artistes
25 rue des Tournelles
75004 Paris
galerie.lentreedesartistes@gmail.com
https://www.galerie-lentreedesartistes.com
https://www.facebook.com/LentreeDesArtistesGalerie

photographies de Françoise Chadelas, Daniel George et Pascal Sonnet

jusqu'au 31 mars

l'Homme au cœur des villes-mondes.
Les métropoles tendent à s'imposer comme le lieu de vie principal de nos sociétés, et c'est donc naturellement qu'elles se sont érigées comme l'objet de toutes les attentions, de toutes les interrogations, véhiculant tout un imaginaire. Comment bat le cœur de ces métropoles s'interroge l'écrivain, le poète, le peintre ou le photographe ? Fritz Lang expliquait par exemple que Métropolis était né de sa rencontre avec les gratte-ciels New-Yorkais : « Les immeubles semblaient être comme un voile vertical, scintillant et très léger, comme un décor luxueux, suspendu dans un ciel sombre pour éblouir, distraire et hypnotiser ». L'exposition explore ce nouvel imaginaire urbain et fascinant. On ne peut détourner les yeux devant les œuvres aux sensibilités différentes de Françoise Chadelas, Daniel George et Pascal Sonnet qui nous placent face à la ville, sa singularité, sa beauté et nous hypnotisent.

Vernissage de l'exposition "Métropolis"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Tiré par les cheveux"
Location:
Galerie A l'Ecu de France
76, avenue du Général Leclerc
1, rue Robert Cahen
BP 16
78221 Viroflay
M° RER C Viroflay Rive Gauche, Gare SNCF Viroflay Rive Droite
France
Phone : +33 (0)1 39 07 11 80
Fax : +33 (0)1 39 07 11 81
Mail : dac@ville-viroflay.fr
Internet Site : www.ville-viroflay.fr
Description:
Du 3 mars au 1er avril
Ouvert tous les jours de 14h à 19h
Vernissage jeudi 8 mars à 19h

Découvrez les œuvres de
Charlie LE MINDU - Antonin MONGIN - Micki CHOMICKI -
Josiane GUITARD-LEROUX - Valérie DOUTRE
Nina CHILDRESS en partenariat avec le FRAC Ile de France

en partenariat avec Feber Art Fever ! Alice CALM - Muriel MALCHUS - Laura SANCHEZ FILOMENO - Florence GUILLEMOT - Lorna BORNAND

Pour vous accompagner, le concert décoiffant du bassiste Pascal MULOT
Considéré comme l'un des meilleurs bassistes de l'hexagone, Pascal Mulot a déjà sorti quatre albums solo. Il a joué avec des artistes tels qui Simmon Phillips, Steve Lukather, Steve Vai, Blues Saraceno... et vous promet une performance décoiffante.

Le cheveu revêt une importance particulière dans la plupart des cultures : il symbolise force et pouvoir, devient tantôt élément de séduction et de féminité tantôt signe de renoncement à la vie matérielle. Marqué par notre ADN, le cheveu apparaît également comme vecteur du souvenir et de la mémoire, évoquant la relique ou au contraire le déchet indélicat. Tirée par les cheveux, cette exposition le sera certainement en présentant cette mystérieuse fibre capillaire à travers les œuvres d'une dizaine d'artistes contemporains, dont une sélection de photographies des créations « haute coiffure » de Charlie Le Mindu. Le cheveu réinterprété en tant que fil ou en tant qu'objet donnera naissance aux inspirations les plus folles.

Vernissage de l'exposition "Tiré par les cheveux"

[19:00-21:00] Visite privée de l'exposition de Jean-Charles de Castelbajac "I WANT"
Location:
Galerie Magda Danysz
78, rue Amelot
75011 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 45 83 38 51
Fax : +33 (0)1 45 83 38 51
Mail : magda@magda-gallery.com
Internet Site : www.magda-gallery.com
Description:
Vernissage de Jean-Charles de Castelbajac "I WANT - The Empire of Collaboration"
en présence de Vianney, Laurent Voulzy, ORLAN, Pascal Morand, Diane Pernet

du 3 février au 17 mars 2018
Vernissage : samedi 3 février de 18:00 à 21:00

Depuis le début de sa carrière, Jean-Charles de Castelbajac a mis en exergue le manifeste de la collaboration au travers de multiples partenariats avec des marques. Il a aimé investir les territoires de la tradition incarnés par des Maisons emblématiques telles que Weston ou Hermès afin d'électrifier l'histoire et donner des reflets de modernité. Il appelait cette démarche l'archéologie contemporaine, allant même aux sources des produits les plus populaires et traditionnels tels que le Cachou Lajaunie.
Dans sa démarche de collaboration avec des marques emblématiques, il y avait déjà dans les années soixante, l'idée de construire une nouvelle esthétique inspirée de l'authenticité. Il aimait l'idée de deux noms ensemble car leur coexistence provoquait l'imagination collective et racontait le début d'une nouvelle histoire. Sur les traces de Paul Poiret et Duffy, de Schiaparelli et Dali, il a initié des collaborations protéiformes comme des actes manifestes teintés de situationnisme.
Sa carrière dans la mode a été ainsi égrenée de coups de foudre artistiques avec cet éternel désir de transcendance en créant une œuvre à deux avec l'excitation du danger de se confronter à d'autres talents. Ainsi sont nées ses robes-tableaux avec Hervé Di Rosa, Ben, Barcelo, Jean-Charles Blais, Gérard Garouste, Robert Malaval, Annette Messager et tant d'autres, des invitations de défilés avec Keith Haring, Robert Mapplethorpe, Cindy Sherman, des décors de défilés avec Xavier Veilhan, les Poirier, Pierre Bismuth... Il crée, dès les années soixante-dix et quatre-vingt, de nombreux vêtements intégrant les personnages de cartoon de Walt Disney et l'iconique Snoopy.

À partir de son exposition, « The Triumph of the Signs » en 2009 à Paradise Row à Londres, dans un geste visionnaire, il a associé des logos à des toiles emblématiques de l'histoire de l'art tels que le déjeuner sur l'herbe de Manet et Louis Vuitton, l'Odalisque de Ingres et Gucci, la liberté guidant le peuple de Delacroix et Nike. Il a poursuivi cette incursion avec l'exposition « The tyranny of beauty » en 2010 à la B.A.N.K. à Paris, en mettant en abîme des artistes tels que Botticelli et Walt Disney, créant ainsi une nouvelle esthétique hybride, chaotique et iconoclaste, annonçant les prémices d'une confusion culturelle désormais pierre angulaire de notre société inondée de collaborations parfois dénuées de sens. Jean-Charles de Castelbajac est lui-même acteur majeur de ce système tentaculaire des collaborations, après en avoir été l'un des initiateurs en lançant des ponts entre l'art et la mode.
Ainsi, il vit et a vécu de l'intérieur les travers de cet univers en tant que créateur de mode et artiste. Pour sa prochaine exposition à la galerie Danysz intitulée I WANT, dernier chapitre du triptyque artistique initié en 2009, Jean- Charles de Castelbajac clôt la saga en explorant d'une part l'hégémonie de ce nouvel empire collaboratif, ses contradictions, ses mirages, ses vides et sa splendeur fugace, et d'autre part, se pose en curateur de collaborations désynchronisées provoquées par la rencontre d'artistes, d'époques et de styles différents, au travers de ses toiles. Il dépeint avec ironie, au travers de peintures, dessins et mobiles, le risque d'une perte d'identité pour l'artiste et la marque et l'amnésie totale des codes et de l'ADN de chacun des duellistes qui habitent certaines collaborations. Il s'interroge sur ces objets, fruits de collaborations en édition limitée, à la fois très plébiscités mais qui rappellent aussi monstrueusement la naissance de Frankenstein dans le roman de Mary Shelley.
Selon Jean-Charles de Castelbajac, l'incessant cycle des collaborations contemporaines que propose notre société du spectacle place le défi du travail à deux, non pas dans la transcendance nécessaire à tout artiste mais dans l'association de mondes aux valeurs opposées qui deviennent complémentaires par l'adaptation à l'esprit de notre temps.

Vernissage de Jean-Charles de Castelbajac "I WANT - The Empire of Collaboration"
«Time capsule 1» de Jean-Charles de Castelbajac
Acrylique sur toile - 2018, dimension : 220x220 cm, oeuvre unique
Photo © Diane Arques

Vernissage de Jean-Charles de Castelbajac "I WANT - The Empire of Collaboration"
«I WANT» de Jean-Charles de Castelbajac
Acrylique sur toile - 2018, dimension : 220x220 cm, oeuvre unique
Photo © Diane Arques

Vernissage de Jean-Charles de Castelbajac "I WANT - The Empire of Collaboration"
« The Empire of Collaboration » de Jean-Charles de Castelbajac
Acrylique sur toile - 2018, dimension : 220x220 cm, oeuvre unique
Photo © Diane Arques

Vernissage de Jean-Charles de Castelbajac "I WANT"
Jean-Charles de Castelbajac
Palace Palasse, 2018
acrylique sur toile

Vernissage de Jean-Charles de Castelbajac "I WANT"
Jean-Charles de Castelbajac
Sonia x Sonia, 2018
Acrylique sur toile

Vernissage de Jean-Charles de Castelbajac "I WANT"
Jean-Charles de Castelbajac
Epic / D'or (Bowie), 2018
Acrylique et blanc d'espagne sur toile

Vernissage de Jean-Charles de Castelbajac "I WANT"
Jean-Charles de Castelbajac
Goya, 2018
dessin sur sac

Vernissage de Jean-Charles de Castelbajac "I WANT"
Jean-Charles de Castelbajac
Alone, 2018
dessin sur papier

[19:30-22:00] Dégustation gratuite de rhums cubains
Description:
La Maison Du Rhum Paris
3 BIS Rue Carpeaux
75018 Paris
01 42 47 85 56
maison.rhum@gmail.com

Degustation Gratuite De Rhums Cubains sur inscription à maison.rhum@gmail.com
PACTO NAVIO, HAVANA CLUB 7 ANS, HAVANA SELECTION DES MAESTROS, HAVANA ESPECIAL

Dégustation gratuite de rhums cubains

[19:30-22:00] Soirée Ruinart x Liu Bolin
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
Liu Bolin
L'artiste de l'année de la Maison Ruinart

Cette année la Maison Ruinart a laissé carte blanche à l'artiste chinois Liu Bolin (劉勃麟) qui pratique l'art du camouflage. En faisant disparaître l'humain, il a su révélé les gestes et le savoir-faire à l'œuvre dans le process de création du champagne. Par son invisibilité, il amplifie l'expertise des femmes et des hommes qui travaillent dans l'ombre. Il a réussi à mettre en lumière l'harmonie de Ruinart avec la nature, l'extraordinaire savoir-faire et l'implication des collaborateurs de la doyenne des Maisons de Champagne.

Liu Bolin a passé plus de dix jours en résidence au sein de la Maison Ruinart, à Reims, révélant à travers trois images la trace du travail de l'homme. « J'ai été marqué par l'expertise déployée et l'utilisation des ressources naturelles à disposition dans la fabrication du champagne. Des vignes aux crayères, les collaborateurs de Ruinart tirent parti de la nature sans la dévoyer. C'est leur travail que j'ai voulu mettre en avant dans cette série. »

rsvp@ruinart.com

#Ruinart #Artist #Champagne #revealtheinvisible #artistoftheyear #liubolin #ruinartxliubolin

Soirée Ruinart x Liu Bolin

Soirée Ruinart x Liu Bolin

Soirée Ruinart x Liu Bolin

Soirée Ruinart x Liu Bolin

[19:30-22:00] Vernissage de Céline Tuloup & Elisa Ghertman "La délicatesse de l'accidentel"
Location:
Espace Culturel André Malraux
ECAM
2, place Victor Hugo
94270 Le Kremlin-Bicêtre
M° Le Kremlin-Bicêtre
France
Phone : +33 (0)1 49 60 62 16
Fax : +33 (0)1 49 60 76 16
Mail : agecam@orange.fr
Internet Site : www.ecam-lekremlinbicetre.com
Description:
Peinture, collages, installations

Du 8 mars au 30 mai
Vernissage le jeudi 8 mars à 19h30

Deux artistes plasticiennes présentent un dialogue entre leurs oeuvres. Elles jouent d'associations, rapprochent leurs taches et leurs traces.

L'univers artistique de Céline Tuloup puise dans la psychanalyse. Elle présente des oeuvres brodées réalisées à partir des planches du célèbre test de Rorschach, et notamment une installation intitulée « Le dîner en famille ».

Elisa Ghertman montre ses peintures où elle joue avec les couleurs, le hasard et la fluidité ; où des formes évoquant l'organique, le végétal, et le cosmique peuvent apparaître.

De mars à mai, Elisa Ghertman réalisera dans différents espaces du théâtre, une oeuvre dont vous pourrez découvrir la progression les soirs de spectacles à partir du vendredi 9 mars.

Vernissage de Céline Tuloup & Elisa Ghertman "La délicatesse de l'accidentel"

[19:30-21:00] Vernissage de Wuze "B.boy, spray and art"
Location:
Galerie Nextstreet
23, rue des Tournelles
75004 Paris
M° Chemin Vert, Bastille, Bréguet - Sabin
France
Phone : +33 (0)1 42 78 69 63
Mobile : +33 (0)6 42 21 00 15
Mail : contact@nextstreetgallery.com
Internet Site : www.nextstreetgallery.com
Description:
Vernissage de Wuze "B.boy, spray and art"







[20:00-23:00] Arrivée de la comédienne Alexandra Lamy au musée Grévin
Location:
Musée Grévin
10, boulevard Montmartre
75009 Paris
M° Grands Boulevards
France
Phone : +33 (0)1 47 70 85 05
Mail : contact@grevin.com
Internet Site : www.grevin.com
Description:
Arrivée de la comédienne Alexandra Lamy au musée Grévin

[20:30] Vernissage de Stéphane Bisseul
Location:
Alcazar
62, rue Mazarine
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 53 10 19 99
Fax : +33 (0)1 53 10 23 23
Mail : contact@alcazar.fr
Internet Site : www.alcazar.fr
Description:
par Society Room

On Thursday, Society Room will host an exhibition by the photographer Stéphane Bisseuil at the restaurant Alcazar on the Left Bank. And a fabric discovery/wine tasting event is planned for April at the headquarters of the Chateau de Ladoucette wine group, in the 16th Arrondissement.










[23:00] Vernissage de l'exposition "Cy Twombly - In Beauty it is finished Drawings
Location:
New York
New York
10007 New York
Etats-Unis
Internet Site : www.nyc.gov
Description:
Gagosian New York
522 West 21st Street
New York, NY 10011
T. 212.741.1717
F. 212.741.0006
newyork@gagosian.com

Cy Twombly
In Beauty it is finished Drawings 1951-2008

Opening reception: Thursday, March 8, 6-8pm
March 8-April 25, 2018

The image cannot be dispossessed of a primordial freshness which ideas can never claim.
-John Crowe Ransom, "The World's Body" (1938)

Gagosian is pleased to present the first career-spanning exhibition of drawings and works on paper by Cy Twombly, organized in association with the Cy Twombly Foundation.

The exhibition marks the completion of the Cy Twombly: Catalogue Raisonné of Drawings, with the eighth and final volume. Edited by Nicola Del Roscio, president of the Cy Twombly Foundation, the catalogue raisonné is published by Schirmer/Mosel with the support of the Cy Twombly Foundation. The catalogue's first volume was published in 2011.

Throughout his career, Twombly sustained an active engagement with drawing, gesture, and making marks on paper. His urgent, meandering lines embody the intimate energies that carry over into his paintings, sculptures, and photography. Despite their enigmatic qualities, Twombly's drawings are strikingly articulate in their rhythm, line, and allusions. At once economical and deeply sensual, they contain a timeless language, mediating between ancient and modern culture.

In the 1950s, when Twombly was a young artist, Abstract Expressionism radically disrupted the conventions of easel painting. Although he was a contemporary of Robert Rauschenberg and Jasper Johns, his work eventually departed from the aims of American postwar abstraction. While prevailing movements of the period, such as Minimalism and Pop art, sought to abandon historical narratives altogether, Twombly, who began to spend time in Europe during this period, directed his focus to classical, modern and ancient poetic traditions.

One of the earliest works included in the exhibition is from a 1951 sketchbook. Several drawings feature cascades of pencil markings, subtle gradations, erasures, and other evidence of Twombly's intense contact with the paper. In the late 1950s Twombly moved to Italy, and works from volume 2, which documents this period, include colorful, diagrammatic works such as Ode to Psyche (1960), featuring erotic allusions and jokes while maintaining an abstract charge. Through the 1960s, sensuousness and color pervade the drawings, eventually evolving into more austere gray and blue "blackboard" works.

Works from later volumes present changing preoccupations in Twombly's work and thinking, as he plunged further into poetic and mythic sources. While continuing to work in various locations-including his hometown of Lexington, Virginia, and his final residence in Gaeta, Italy-places, landscapes, and natural forms came to figure prominently in drawings, collages, and watercolor series.

Volume 8 presents the final, valedictory phase of Twombly's works on paper. Many of these, which remained in his studio after his death, will be shown for the first time. With sebaceous materials such as oil stick and wax crayon, the late works reveal, in their lyricism and sensuousness, what Twombly described as his "irresponsibility to gravity." The work that lends its title to the show is a book, constructed by the artist with handmade paper, comprising thirty-four pages of markings, begun in December 1983 and finished in 2002, with unruly smears of red, orange, and blue flowerlike forms, a text from a Navajo night chant, and a haiku by Tan Taigi (1709-1771).

Marking what would have been Twombly's ninetieth birthday, this exhibition will coincide with the presentation of his epic ten-part painting Coronation of Sesostris (2000) and related works at Gagosian 980 Madison Avenue.

A fully illustrated catalogue will accompany the exhibition. The catalogue raisonné of drawings will be available for sale at Gagosian Shop and through Gagosian.

Cy Twombly was born in 1928 in Lexington, Virginia, and died in 2011 in Rome, Italy. Collections include the Museum of Modern Art, New York; Tate, London; Menil Collection, Houston; Museum Brandhorst, Munich; Louvre Abu Dhabi; and Centre Georges Pompidou, Paris. Recent exhibitions include Tate Modern, London (2008); "Cy Twombly: The Natural World, Selected Works 2000-2007," Art Institute of Chicago (2009); "Cy Twombly: Sensations of the Moment," Museum Moderner Kunst, Vienna (2009); "Cy Twombly: Sculptures," Philadelphia Museum of Art (2013); "Cy Twombly: Paradise," Museo Jumex, Mexico City (2014, traveled to Ca' Pesaro, Venice in 2015-16); "Cy Twombly: Treatise on the Veil," Morgan Library & Museum, New York (2014); and the major retrospective "Cy Twombly," at Centre Georges Pompidou, Paris (2016). In 2010, Twombly's permanent site-specific painting Ceiling was unveiled in the Salle des Bronzes at the Musée du Louvre; at the same time he was made a Chevalier of the Légion d'honneur by the French government.

Vernissage de l'exposition "Cy Twombly - In Beauty it is finished Drawings
Cy Twombly, Untitled, 2001, acrylic, wax crayon, and cut-and-pasted paper on paper, 48 7/8 x 39 inches (124 x 99 cm) © Cy Twombly Foundation. Photo by Rob McKeever

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés