Sunday, March 18, 2018
Public Access


Category:
Category: All

18
March 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

  38ème édition du Salon du Livre de Paris
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.viparis.com/viparisFront/do/centre/paris-expo-porte-de-versailles/Accueil
Description:
Pavillon 1

du 16 au 19 mars 2018

Vendredi 16 mars de 10h à 20h
Samedi 17 mars de 10h à 20h
Dimanche 18 mars de 10h à 19h
Lundi 19 mars de 9h à 19h
-Accès réservé aux professionnels de 9h à 12h
-ouverture au public à partir de 12h

38ème édition du Salon du Livre de Paris

Exposition "Voyage au centre de la Terre"
Location:
13ème arrondissement de Paris
13ème arrondissement de Paris
75013 Paris
France
Internet Site : www.mairie13.paris.fr
Description:
espaces éphémères d'Emerige
7 rue Tolbiac

9-15 mars 2018, prolongée jusqu'au 25 mars
en accès libre de 12h à 19h

Commissariat : Jérôme Sans

Emerige et le Fonds de dotation Emerige présentent du 9 au 15 mars l'exposition « Voyage au centre de la Terre » : une expédition à travers l'univers de 8 artistes - Romain Bernini, Jennyfer Grassi, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige, Eva Jospin, Bruno Perramant, Lucie Picandet et Pierre Seinturier - qui ont pris possession d'une série d'anciens entrepôts dissimulés derrière le portail du 7 rue de Tolbiac. Ces espaces d'expérimentation abritent depuis plus d'un an une activité artistique plurielle, mise en lumière in situ grâce à l'exposition qui se veut un voyage esthétique et poétique, non linéaire, au cœur de la création en train de se faire.

Mécène engagé aux côtés de la scène artistique française depuis de nombreuses années, conscient du manque d'ateliers pour les artistes vivant à Paris, Emerige a choisi de mettre à disposition ses espaces du quartier Bibliothèque François Mitterrand à ces 8 artistes représentatifs du dynamisme de la scène émergente française. À travers cet accompagnement matériel, le Groupe leur offre un soutien fondamental sur le long terme.

Voué dans quelques semaines à la démolition, ce théâtre éphémère de la création artistique deviendra à l'horizon 2021 une immeuble de logements réalisé par Emerige.

Une déambulation « au delà du miroir »

Vernissage de l'exposition "Voyage au centre de la Terre"
© Florian Kleinefenn

Renouant, d'une certaine manière, avec l'histoire passée des ateliers collectifs, où les cultures se répondent et s'entrecroisent, les artistes se sont emparés des lieux. Tous ont en commun une recherche qui tend vers la notion de profondeur saisissable au fil des espaces : au rdc des paysages de forêts tels de gigantesques bas-reliefs qui seraient issus de contes fantastiques chez Eva Jospin ; des fleurs photoluminescentes plongées dans l'obscurité par Jennyfer Grassi comme des chimères, jusqu'aux peintures de jungles imaginaires et autres mythologies contemporaines de Romain Bernini.

À l'étage, dans les combles, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige présentent autant de vestiges des transformations invisibles des mondes souterrains. Dans la pièce voisine, les aquarelles de Lucie Picandet prennent forme tel un voyage introspectif à l'intérieur de son organisme, et, lové au fond du couloir, Pierre Seinturier dévoile un univers graphique et pictural qui campe comme une intrigue, un suspens issus de films policiers américains ou de série B.

Enfin, le sous-sol devient un vaste jardin onirique pictural, bordé d'allées, habité aussi d'êtres étranges évoluant dans des fonds marins indéterminés, créés par Bruno Perramant. Utopies, rituels, expériences rythment ces diverses propositions dans un autre espace-temps, celui du processus de création.

Réunis comme une île à la périphérie du paysage du centre parisien, les espaces du 7 rue Tolbiac ont constitué pour ces artistes un nouveau centre original du monde. Aujourd'hui, c'est aussi un écho à la fois proche et lointain du futur pôle artistique et culturel porté par Emerige qui naîtra sur l'Île Seguin d'ici 2021 : l'amorce d'un programme ambitieux, inattendu, hors des sentiers battus de l'art contemporain, dans lequel Emerige se porte comme un nouvel acteur du rayonnement de la création contemporaine française à l'échelle internationale. L'histoire ne fait que commencer...

Vernissage de l'exposition "Voyage au centre de la Terre"

Fête nationale d'Aruba
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
« Jour du drapeau » : accord pour l'auto-détermination avec les Pays-Bas en 1948.

Exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"
Location:
Galerie Azzedine Alaïa
18, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 72 19 19
Mail : galerie@alaia.fr
Internet Site : www.alaia.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Du 22 janvier au 10 juin
Tous les jours de 11h à 19h

Vernissage le dimanche 21 janvier en présence d'Olivier Saillard, Christoph bon Weyhe, Jean-Baptiste Mondino, Naomi Campbell, Didier Krzentowski, Jack Lang, Cindy Crawford Kaia Gerber, Farida Khelfa, Carla Sozzani, Paolo Roversi

Disparu le 18 novembre 2017, le génie d'Azzedine Alaïa s'expose au sein de son atelier et de sa galerie d'art dans le 4ème arrondissement de Paris dès aujourd'hui. Orchestrée par Olivier Saillard, cette exposition met en lumière les pièces les plus emblématiques du créateur, qui sera également à l'honneur du Design Museum de Londres qui, dès le mois de mai 2018, accueillera l'exposition "Azzedine Alaïa, The Couturier". Le plus ? C'est le créateur lui-même qui a choisi les 60 pièces couture exposées.

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Décédé le 18 novembre 2017, Azzedine Alaïa a laissé une mode meurtrie de son départ mais enrichie par ses créations. Avec son élégance et ses coupes précises sublimant les courbes comme marques de fabrique, le couturier se voit déjà célébré par une exposition parisienne. Direction l'atelier et la galerie d'art du créateur, situés au 18 rue de la Verrerie dans le quatrième arrondissement où les créations les plus emblématiques d'Azzedine Alaïa se donnent à voir, scénographiées par Olivier Saillard, ancien directeur du Palais Galliera. A voir jusqu'au 10 juin 2018. Et cette année sera assurément l'année Alaïa puisqu'Outre-Manche, le créateur sera également à l'honneur d'une exposition au Design Museum.

Du 10 mai au 7 octobre 2018, "Azzedine Alaïa : The Couturier" dévoilera une soixantaine de silhouettes choisies avec soin par le maître avant son décès. Curatée en partie par le créateur lui-même, cette exposition promet de mettre en scène des pièces plus qu'intimes et chargées d'histoire. C'est à même la peau de ses mannequins qu'il sculptait ses robes aujourd'hui pièces de collection. Travaillant les tissus les plus luxueux, Azzedine Alaïa mêlait aussi son savoir-faire précieux aux matières innovantes et aux techniques modernes.

Pour faire écho à plus de 35 ans de couture, des pièces architecturales seront commandées pour l'occasion. Artistes et designers rendront ainsi hommage au couturier à la passion brûlante de la mode.

Azzedine Alaïa : Je suis Couturier - jusqu'au 10 juin 2018 18 rue de la Verrerie 75004 Paris

Azzedine Alaïa : The Couturier - du 10 mai au 7 octobre 2018 Design Museum - 224-238 Kensington High St, Kensington, Londres

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Du 13 décembre 2017 au 20 mai 2018, prolongation jusqu'au 12 août 2018
Du mercredi au vendredi : 11h - 17h / Samedi et dimanche : 14h - 18h
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche - Fermé le lundi et les jours fériés

Entrée libre le premier dimanche de chaque mois
Plein tarif : 4,70 € / 3,60 € pour les Isséens et GPSO
Tarif réduit : 3,60 € / 2,60 € pour les Isséens et GPSO
Gratuit pour les moins de 26 ans
Audio guide français / anglais : gratuit

Labellisée « Centenaire Auguste Rodin », cette exposition au Musée Français de la Carte à Jouer sera la dernière manifestation de cette année consacrée à l'une des figures les plus indépendantes du monde de l'art. Mêlant sculptures et photographies, elle s'accompagnera d'une riche programmation avec des conférences mensuelles et des projections.

En 1908, Auguste Rodin, qui habite la Villa des Brillants à Meudon depuis une douzaine d'années, fait installer dans les communs du château des Conti à Issy-les-Moulineaux l'atelier d'un de ses derniers mouleurs et proches collaborateurs : Paul Cruet.

Employé par le Maître, puis par le Musée Rodin de novembre 1905 à février 1940 en qualité de chef-mouleur, celui-ci devient un collaborateur précieux et estimé dont l'expertise a régulièrement été sollicitée dans différents domaines. C'est en particulier à lui qu'est confiée la tâche d'achever la mythique Porte de l'Enfer en 1917.

Jusqu'à sa fermeture en 1937, son atelier isséen compte parmi l'un des principaux lieux d'activité du Musée Rodin.

A la fin de sa vie, il possédait une collection dont donation a été faite à la Ville en 1966 et 1974. Conservé au Musée Français de la Carte à Jouer, ce fonds comprend en particulier des photographies anciennes, une aquarelle et sept sculptures en plâtre (dont un buste de Camille Claudel et une tête d'un des Bourgeois de Calais, Pierre de Wissant).

L'ensemble sera présenté au côté d'une sélection d'œuvres à la réalisation desquelles Paul Cruet a travaillé. L'exposition a en effet bénéficié de l'aide et du soutien du Musée Rodin qui a bien voulu ouvrir largement l'accès à ses archives et à ses réserves.

Elle permettra aussi sur le plan esthétique de s'arrêter sur les processus créatifs en sculpture et plus particulièrement le procédé du moulage. Le mouleur joue en effet un rôle important non seulement sur le plan technique (du fait du nombre et de la complexité des étapes mises en œuvre) mais surtout sur le plan esthétique.

#CentenaireRodin
#Rodin100
http://rodin100.org/fr/actualit%C3%A9s/auguste-rodin-et-son-mouleur-paul-cruet

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Paul Cruet procédant au moulage d'Ugolin, tirage photographique 22,4 x 17,3 cm, coll. M F C J - Issy-les-Moulineaux © F. Doury

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), L'Âge d'airain (Grand modèle), 1877, plâtre patiné au vernis gomme laque, 180 x 68,5 x 54,5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Saint Jean-Baptiste (Grand modèle), 1880, plâtre patiné au vernis gomme laque, 203 x 71,7 x 119,5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Buste de Dalou, 1883, plâtre stéariné, 52 x 43 x 24 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00 [12:00] Vernissage du 32ème Salon des antiquaires et artisans d'art
Location:
Etampes
Etampes
91150 Etampes
M° Gare SNCF d'Etampes
France
Internet Site : www.mairie-etampes.fr
Description:
salle des fêtes d'Etampes

organisé par le Lions club d'Etampes

Le salon est ouvert jusqu'à 19h à la salle des fêtes.

[12:00] XYZ Collective
Location:
Tokyo
Tokyo
120 Tokyo
Japan
Internet Site : www.metro.tokyo.jp
Description:
XYZ Collective
2-13-4-B02 Sugamo
Toshima-ku, Tokyo

Opening: Sunday, March 18th, 2-6 pm
March 18 - April 15, 2018

13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00 [17:00] Finissage de Luis da Cruz "émotions 180°"
Location:
Bastille Design Center
74, boulevard Richard Lenoir
75011 Paris
M° Richard Lenoir, Saint-Ambroise
France
Phone : +33 (0)1 48 06 67 99
Mobile : +33 (0)6 09 66 33 87
Fax : +33 (0)1 48 06 58 16
Mail : info@bastille-design-center.com
Internet Site : www.bastille-design-center.com
Description:
Du jeudi 08 mars 2018 au dimanche 18 mars 2018
Tous les jours de 14h à 20h

Pour immortaliser sa quête de la rencontre avec une femme envoûtante et mystérieuse entraperçue dans ses rêves, Luis da Cruz s'est lancé dans une série d'œuvres (acryliques grand format) sur le thème de l'éternel féminin matérialisé par l'eau, matrice de la vie.

Vernissage de Luis da Cruz "émotions 180°"

[17:00-20:00] Vernissage de Romain Mader "From Davos with Love !"
Location:
Galerie Dix9
19, rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 78 91 77
Fax : +33 (0)1 42 78 91 77
Mail : info@galeriedix9.com
Internet Site : www.galeriedix9.com
Description:
DU 17 MARS AU 28 AVRIL
Vernissage le dimanche 18 mars de 17h à 20h

Curator Théo-Mario Coppola

Lauréat du Prix Paul Huf 2017 décerné par le musée FOAM à Amsterdam, Romain Mader questionne la nature de la photographie et sa relation à la réalité. «From Davos with Love» est sa première exposition personnelle en France.

Le titre de cette présentation fait référence à une conversation qui s'est tenue entre Romain Mader et Théo-Mario Coppola au Sanatorium Schatzalp, devenu un hôtel de luxe à Davos en Suisse - haut lieu symbolique où Thomas Mann décrypta les enjeux d'une Europe en mutation à travers une galerie de personnages atypiques, réunis autour du héros de la Montagne Magique. L'entretien accompagne l'exposition comme un prolongement possible des récits de l'artiste. Théo Mario Coppola

Vernissage de Romain Mader "From Davos with Love !"
Romain Mader
Ekaterina video, 2012
série Ekaterina
4K video stereo (slides show)
6' 55
Edition de 5 ex + 2 AP, Non disponible

Conversation entre Théo-Mario Coppola et Romain Mader
Cet entretien a eu lieu au Schatzalp, Davos, Suisse le 12 janvier 2018

Romain Mader : Tu connaissais bien Davos toi avant ce voyage, toi?
Théo-Mario Coppola : Tu sais, quand je suis arrivé à Davos la première fois, j'étais très jeune et je n'avais alors aucune idée que l'histoire de la Suisse avait été aussi fortement présente ici, au sommet de ces montages. A l'époque, les plaines et les étendues blanches n'évoquaient que la simple magie de l'isolement et de la pureté. J'ai ensuite découvert en littérature une réalité plus palpable que celle que je croyais atteindre en dévalant les pistes...comme dans La Montagne Magique de Thomas Mann.
Romain Mader : J'adore ce livre de Mann ! Hans Castorp et ses nouveaux amis, le voyage, l'inatteignable, la neige.
Théo-Mario Coppola : Les aspirations et les angoisses, les doutes et les désirs de son protagoniste Hans Castorp sont très heurtés. Et que dire de cette galerie de personnages truculents ! Chacun tient son rôle et impose sa personnalité avec tout le charisme et la grâce de la belle société de l'époque - tout ça dans les draps blancs de la maladie et les nappes immaculées d'une mondanité de sanatorium.
Romain Mader : Je ne me souviens plus quand était la première fois. Quand je suis venu te chercher tout à l'heure à la gare, j'ai eu l'impression de retrouver un vieux cousin perdu de vue et je me suis rappelé de tous ces petits détails quotidiens qui parlent de la vie à Davos.
Théo-Mario Coppola : Finalement, on ne quitte jamais totalement Davos.
Romain Mader : Je sais, je garde en moi le souvenir d'une impression tellement agréable la première fois, cotonneuse même. Il y avait là ce sentiment de retrait, de soustraction au monde qui donne la noblesse de la mélancolie. J'imagine que c'est aussi ce qu'ont dû ressentir les personnages dont parle Thomas Mann.
Théo-Mario Coppola : La MittelEuropa ?
Romain Mader : Ces sommets-là n'ont plus rien à voir avec la MittelEuropa, ils deviennent des enclaves...à une telle hauteur, en Suisse en plus ! Les quelques âmes qui réussissent à rejoindre ces hauteurs sont ici parce qu'elles sont des prophètes, des poètes, des porte-paroles. Comme des esprits qui veulent dire quelque chose de leur monde pendant que celui-ci s'écrase dans l'indifférence plus bas.
Théo-Mario Coppola : Le plus grave dans cette affaire, c'est l'emprise du Sanatorium. Nous sommes, maintenant dans un hôtel de luxe mais à l'époque, il s'agissait bien d'un sanatorium, un établissement censé soigner les malades de la tuberculose. Et pourtant l'ambiance semble ne pas avoir changé. La grande salle à manger est pleine toutes les trois heures. Les convives semblent toujours aussi angoissés, comme au bord du précipice et personne ne semble croire que la mort ou l'éloignement soient possible. Je crois que nous risquons nous aussi, comme Hans Castorp, de rester bloqués ici.
Romain Mader : Je ne pense pas qu'Hans Castorp ait eu peur. Il était plutôt heureux d'appartenir à cette nouvelle communauté, tu ne penses pas ? Avec la belle Chauchat et le savant Settembrini ! Non, nous n'allons pas rester ici. Nous allons repartir. Et puis, il y a l'exposition à Paris. On ne peut pas s'installer à Davos !
Théo-Mario Coppola : On pourrait peut-être écrire à nos amis à Paris, pour leur dire que l'on ne pourra pas redescendre, qu'on est bloqué, que le Sanatorium est plus fort que nous. Que l'exposition peut s'organiser depuis les montages.
Romain Mader : Que le Sanatorium n'existe plus aussi ! Mais de toute façon, ce qui n'existe plus est toujours plus fort que nous.
Théo-Mario Coppola : Tu veux dire que la mémoire est hantée ? Que nous sommes habités par les absents ?
Romain Mader : Je crois que non. Mais ce qui a disparu mérite d'être recherché, d'être invité parfois.
Théo-Mario Coppola : Quand tu es allé au salon de l'automobile, qu'avais-tu perdu ?
Romain Mader : Je cherchais l'amour, l'amitié peut-être, une femme aussi. Elles étaient belles ces femmes, heureuses d'être là. On se prenait en photo. Elles ont été accueillantes.
Théo-Mario Coppola : Quand tu es parti en Ukraine, qu'avais-tu perdu ?
Romain Mader : Je cherchais l'amour, je voulais rencontrer une femme. La-bas, les femmes étaient belles, blondes, grandes. Et puis, j'ai rencontré les Femen aussi, j'ai appris à aimer autrement.
Théo-Mario Coppola : Quand tu es allé rencontrer ces inconnus à la plage, qu'avais-tu perdu ?
Romain Mader : Je cherchais l'amitié, l'amour peut-être. J'avais de nouveaux amis. Le contact est tout de suite passé. C'était comme à Davos, c'était comme Hans Castorp au sanatorium. Tu t'assieds, tu attends. Quelqu'un veut parler et te parle. Tu commences à répondre. Tu es inquiet. Tu as les mains moites mais c'est agréable. Tu t'approches pour mieux entendre. C'est aussi du body language. Tout ça, c'est ce qui nous relie. Sur la plage, je me sentais en communion, en lien avec une nouvelle communauté.
Théo-Mario Coppola : Est-ce qu'on irait dîner ?
Romain Mader : Oui, regarde qui arrive, c'est Hans !


[18:00-21:00] Contre-événement : Metshka & Pampo
Location:
Moments Artistiques
chez Christian Aubert
41, rue de Turenne
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul, Bastille
France
Mail : moments.art@wanadoo.fr
Internet Site : www.momentsartistiques.com
Description:
dans le cadre de l'exposition de Nina Childress & Guillaume Pinard
Fruits charmants moulés sur une seule tige

16-18 mars 2018
Vendredi - 15h à 21h
Samedi et dimanche - 15h à 19h

Table ouverte vendredi 16 mars à partir de 20h
Contre-événement dimanche à 18h
Metshka & Pampo
Musique non traditionnelle

Vernissage de Nina Childress & Guillaume Pinard
Nina Childress, C.twins (poils), huile et acrylique sur toile, 2018
Guillaume Pinard, Sans titre, acrylique sur toile, 2018

18:00
19:00
20:00
21:00  
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés