Saturday, April 14, 2018
Public Access


Category:
Category: All

14
April 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

  Exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"
Location:
Galerie Azzedine Alaïa
18, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 72 19 19
Mail : galerie@alaia.fr
Internet Site : www.alaia.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Du 22 janvier au 10 juin
Tous les jours de 11h à 19h

Vernissage le dimanche 21 janvier en présence d'Olivier Saillard, Christoph bon Weyhe, Jean-Baptiste Mondino, Naomi Campbell, Didier Krzentowski, Jack Lang, Cindy Crawford Kaia Gerber, Farida Khelfa, Carla Sozzani, Paolo Roversi

Disparu le 18 novembre 2017, le génie d'Azzedine Alaïa s'expose au sein de son atelier et de sa galerie d'art dans le 4ème arrondissement de Paris dès aujourd'hui. Orchestrée par Olivier Saillard, cette exposition met en lumière les pièces les plus emblématiques du créateur, qui sera également à l'honneur du Design Museum de Londres qui, dès le mois de mai 2018, accueillera l'exposition "Azzedine Alaïa, The Couturier". Le plus ? C'est le créateur lui-même qui a choisi les 60 pièces couture exposées.

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Décédé le 18 novembre 2017, Azzedine Alaïa a laissé une mode meurtrie de son départ mais enrichie par ses créations. Avec son élégance et ses coupes précises sublimant les courbes comme marques de fabrique, le couturier se voit déjà célébré par une exposition parisienne. Direction l'atelier et la galerie d'art du créateur, situés au 18 rue de la Verrerie dans le quatrième arrondissement où les créations les plus emblématiques d'Azzedine Alaïa se donnent à voir, scénographiées par Olivier Saillard, ancien directeur du Palais Galliera. A voir jusqu'au 10 juin 2018. Et cette année sera assurément l'année Alaïa puisqu'Outre-Manche, le créateur sera également à l'honneur d'une exposition au Design Museum.

Du 10 mai au 7 octobre 2018, "Azzedine Alaïa : The Couturier" dévoilera une soixantaine de silhouettes choisies avec soin par le maître avant son décès. Curatée en partie par le créateur lui-même, cette exposition promet de mettre en scène des pièces plus qu'intimes et chargées d'histoire. C'est à même la peau de ses mannequins qu'il sculptait ses robes aujourd'hui pièces de collection. Travaillant les tissus les plus luxueux, Azzedine Alaïa mêlait aussi son savoir-faire précieux aux matières innovantes et aux techniques modernes.

Pour faire écho à plus de 35 ans de couture, des pièces architecturales seront commandées pour l'occasion. Artistes et designers rendront ainsi hommage au couturier à la passion brûlante de la mode.

Azzedine Alaïa : Je suis Couturier - jusqu'au 10 juin 2018 18 rue de la Verrerie 75004 Paris

Azzedine Alaïa : The Couturier - du 10 mai au 7 octobre 2018 Design Museum - 224-238 Kensington High St, Kensington, Londres

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Du 13 décembre 2017 au 20 mai 2018, prolongation jusqu'au 12 août 2018
Du mercredi au vendredi : 11h - 17h / Samedi et dimanche : 14h - 18h
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche - Fermé le lundi et les jours fériés

Entrée libre le premier dimanche de chaque mois
Plein tarif : 4.70 € / 3.60 € pour les Isséens et GPSO
Tarif réduit : 3.60 € / 2.60 € pour les Isséens et GPSO
Gratuit pour les moins de 26 ans
Audio guide français / anglais : gratuit

Labellisée « Centenaire Auguste Rodin », cette exposition au Musée Français de la Carte à Jouer sera la dernière manifestation de cette année consacrée à l'une des figures les plus indépendantes du monde de l'art. Mêlant sculptures et photographies, elle s'accompagnera d'une riche programmation avec des conférences mensuelles et des projections.

En 1908, Auguste Rodin, qui habite la Villa des Brillants à Meudon depuis une douzaine d'années, fait installer dans les communs du château des Conti à Issy-les-Moulineaux l'atelier d'un de ses derniers mouleurs et proches collaborateurs : Paul Cruet.

Employé par le Maître, puis par le Musée Rodin de novembre 1905 à février 1940 en qualité de chef-mouleur, celui-ci devient un collaborateur précieux et estimé dont l'expertise a régulièrement été sollicitée dans différents domaines. C'est en particulier à lui qu'est confiée la tâche d'achever la mythique Porte de l'Enfer en 1917.

Jusqu'à sa fermeture en 1937, son atelier isséen compte parmi l'un des principaux lieux d'activité du Musée Rodin.

A la fin de sa vie, il possédait une collection dont donation a été faite à la Ville en 1966 et 1974. Conservé au Musée Français de la Carte à Jouer, ce fonds comprend en particulier des photographies anciennes, une aquarelle et sept sculptures en plâtre (dont un buste de Camille Claudel et une tête d'un des Bourgeois de Calais, Pierre de Wissant).

L'ensemble sera présenté au côté d'une sélection d'œuvres à la réalisation desquelles Paul Cruet a travaillé. L'exposition a en effet bénéficié de l'aide et du soutien du Musée Rodin qui a bien voulu ouvrir largement l'accès à ses archives et à ses réserves.

Elle permettra aussi sur le plan esthétique de s'arrêter sur les processus créatifs en sculpture et plus particulièrement le procédé du moulage. Le mouleur joue en effet un rôle important non seulement sur le plan technique (du fait du nombre et de la complexité des étapes mises en œuvre) mais surtout sur le plan esthétique.

#CentenaireRodin
#Rodin100
http://rodin100.org/fr/actualit%C3%A9s/auguste-rodin-et-son-mouleur-paul-cruet

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Paul Cruet procédant au moulage d'Ugolin, tirage photographique 22.4 x 17.3 cm, coll. M F C J - Issy-les-Moulineaux © F. Doury

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), L'Âge d'airain (Grand modèle), 1877, plâtre patiné au vernis gomme laque, 180 x 68.5 x 54.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Saint Jean-Baptiste (Grand modèle), 1880, plâtre patiné au vernis gomme laque, 203 x 71.7 x 119.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Buste de Dalou, 1883, plâtre stéariné, 52 x 43 x 24 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

08:00  
09:00  
10:00 [10:00-21:00] Vernissage de JonOne "In the box"
Location:
Galerie Rabouan-Moussion
11, rue Pastourelle
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 87 75 91
Mobile : +33 (0)6 10 82 39 77
Fax : +33 (0)1 42 71 42 81
Mail : rabouanmoussion@noos.fr
Internet Site : www.rabouan-moussion.com
Description:
Du 14 avril au 27 mai 2018
Vernissage en présence de l'artiste samedi 14 avril de 10h à 21h
Ouverture de la galerie dimanche 15 avril de 12h à 18h

Après avoir organisé en 2017 pour la Fondation Clément en Martinique une exposition rétrospective, L'Empire des signatures, la Galerie Rabouan Moussion est heureuse d'annoncer la prochaine exposition personnelle de JonOne, In the box, du 14 avril au 27 mai 2018 dans son espace au 11 rue Pastourelle, Paris 3e.

IN THE BOX : DE L'INTIMITÉ DE L'ATELIER À LA GALERIE

Le catalogue, édité pour l'occasion, regroupera autour de JonOne les musiciens, philosophes, écrivains et artistes qui ont marqué son parcours. In the box sera l'occasion d'entrer dans l'intimité de l'artiste et de rendre compte de l'évolution tant plastique que personnelle de l'artiste. Ses oeuvres emblématiques côtoieront ainsi ses nouvelles pièces, créées spécialement pour l'exposition.

Depuis les années 1980, l'artiste s'est émancipé des canons classiques du graffiti pour se tourner vers l'abstraction. Même lorsqu'il sature ses tableaux de tags peints désormais à l'huile - jouant ainsi avec les notions de haut et de bas - JonOne convoque l'énergie hardcore qui lui vient du vandalisme. Il affirme : « Ce n'est pas ce qui est écrit qui est important dans mon travail : l'écriture, les lettres, c'est un prétexte pour pouvoir passer à une autre étape, la lumière, la couleur, l'énergie, le mouvement du corps. Derrière mon nom on retrouve mon passé, mon présent et mon futur. » Hugo Vitrani

Vernissage de JonOne "In the box"
JonOne, Huile sur toile, 200 x 140 cm, 2018

Vernissage de JonOne "In the box"
JonOne, Huile sur toile, 200 x 140 cm, 2018

Vernissage de JonOne "In the box"
JonOne, Huile sur toile, 180 x 180 cm, 2018



[12:00-14:00] Vernissage privé de l'exposition "La Collection BIC"
Location:
Le Centquatre-Paris
104, rue d'Aubervilliers
5, rue Curial
75019 Paris
M° Stalingrad, Crimée, Riquet
France
Phone : +33 (0)1 40 05 51 71
Fax : +33 (0)1 40 05 54 45
Mail : contact@104.fr
Internet Site : www.104.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"

14.04 > 27.05.2018
Vernissage public samedi 14 avril à partir de 14h

Commissariat : Hervé Mikaeloff et Ingrid Pux

Dans les années qui ont suivi son lancement en 1950, le stylo BIC® Cristal® a été très rapidement choisi et utilisé par des artistes établis et exigeants. Ils en appréciaient la qualité, la précision, la facilité avec laquelle ils pouvaient se le procurer et aussi sa capacité à exécuter rapidement des esquisses griffonnées ou des œuvres majeures. En 1998, une exposition est organisée au Val d'Aoste en hommage au baron Bich, natif de cette région, et à cette occasion des artistes créent des œuvres inédites liées aux produits de la marque. C'est le premier pas qui insuffle le désir d'une collection à la société BIC sur l'initiative de Bruno Bich. Nous sommes heureux aujourd'hui de la partager avec vous au CENTQUATRE-PARIS. À travers plus de 80 artistes internationaux et de 150 œuvres, le simple objet usuel (stylo, rasoir, briquet) devient medium de création. Les artistes transforment, transposent, transfigurent. L'exposition se veut leur laboratoire. À travers une déambulation dans des univers pluriels et insoupçonnés, cette collection se révèle éclectique et foisonnante. L'artiste détourne l'objet de sa fonction première, le réinvente et nous incite à décloisonner les frontières du dessin et de la peinture, de l'écriture et de l'image, du design et de l'art.

Pour Bruno Bich, Président-Directeur Général du Groupe BIC : « Cette collection permet de mesurer à quel point les produits BIC® peuvent séduire des artistes du monde entier, tant comme outil de création que comme source d'inspiration. Nous nous réjouissons de pouvoir partager ces œuvres pour la première fois avec le public. »


Introduction autour des histoires de BIC
Felix Aublet | Philippe Favier | Lucile Lesueur | Mad Meg | Pixal Parasit | Raymond Savignac

Les artistes historiques de l'exposition
Alighiero Boetti | César | Giorgio Colombo | Lucio Fontana | Alberto Giacometti | Fernand Léger | René Magritte

La galerie des portraits
Enam Bosokah | Carine Brancowitz | Juan Francisco Casas | Calixte Dakpogan | Fumatto | Lei Lei | Aurore Marette | Martin Parr | Frédéric Poincelet | THE KID | Giuseppe Stampone | Raymond Tsham

Le design, de l'objet à la mode
Oscar Carvallo | Eddie Clemens | Juliette Clovis | Gigi Conti | enPieza ! | Riccardo Gusmaroli | Sophie Hardeman | Kate Lennard | Proêmes de Paris | Tsé & Tsé | Paolo Ulian

Les architectures imaginaires :
Sara Abdu | Lena Andonova | Noviadi Angkasapura | Carlo Benvenuto | Hicham Berrada | Irma Blank | Jonathan Bréchignac | Anne-Flore Cabanis | Rebecca Chamberlain | Petros Chrisostomou | Mamadou Cissé | Claude Closky | Geoffroy Crespel | Amie Dicke | Jean Dupuy | Jan Fabre | Michel François | Angiola Gatti | Ghazel | Dalila Gonçalvès | Herbert Hinteregger | Thomas Hirschhorn | Liu Kai | Kai & Sunny | Frédéric Khodja | Charles Laib Bitton | Eric Lambé | Janaina Mello Landini | Il Lee | Kevin Lucbert | Olivier Michel | Andreï Molodkin | Teresa Poester | Haleh Redjaian | Laurent Reypens | Stephen Schultz | Vincent Servoz | Ingénieur Vancy | Dominique Vangilbergen | Shony Wijaya | Tatiana Wolska

Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"
THE KID, Timmy, 2014 - 70 x 49 ;
stylo BIC ® noir sur papier. © Charly Gosp. Courtesy : l'artiste et Collection BIC

Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"
LAIB BITTON Charles, Malcomportement dans la Prairie, 2012 - 152 x 55,5 cm ;
stylo bille sur papier. © Charly Gosp. Courtesy : l'artiste et Collection BIC

Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"
BERRADA Hicham, Chromatographie #3, 2017 - 90x200 cm ;
tirage sur papier coton. © Hicham Berrada. Courtesy : l'artiste et Collection BIC

Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"
CLOSKY Claude, Avant/Après (4 couleurs), 2004 - 29,5 x 39,5 cm ;
stylo à bille BIC ® sur papier. © Charly Gosp. Courtesy : l'artiste et Collection BIC

Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"
IL LEE, MBL 1302, 2013 - 84,5 x 63,5 cm ;
stylo bille sur papier. © Charly Gosp. Courtesy of artist and Art Projects International New York et Collection BIC





[14:00-17:00] Rencontre dédicace avec Joanna Concejo
Location:
38, rue de Malte
38, rue de Malte
Code : 37481
75011 Paris
M° Oberkampf, République
France
Description:
dans le cadre de l'exposition de Joanna Concejo "Histoires fragiles"

Exposition du jeudi 12 au mercredi 18 avril
tous les jours y compris dimanche de 11h à 19h

Vernissage le mercredi 11 avril à 18h
Rencontre dédicace avec l'artiste le samedi 14 avril de 14h à 17h

Sur des couvertures de cahiers anciens, papiers peints et autres supports qu'elle chine dans les brocantes, Joanna Concejo tisse un univers délicat, parsemé de fleurs sauvages et de trésors d'enfance. Les figures lointaines qui l'habitent, réelles ou fantastiques, partagent avec nous leurs fragiles histoires. Sans artifices, ses illustrations au crayon ont le charme d'une pâtisserie d'antan, que l'on savoure avec gourmandise.

Découvrez dans cette rétrospective près de 60 dessins originaux de l'illustratrice, accompagnés de ses nombreux livres et des céramiques et textiles qu'elle a réalisés pour le Petit Atelier de Paris.

https://www.galerierobillard.com/fr/exhibitions/insitu/81/histoires-fragiles-joanna-concejo
https://www.galerierobillard.com/fr/oeuvres/exhibition/81/histoires-fragiles

Vernissage de Joanna Concejo "Histoires fragiles"

[14:00-19:00] Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"
Location:
Le Centquatre-Paris
104, rue d'Aubervilliers
5, rue Curial
75019 Paris
M° Stalingrad, Crimée, Riquet
France
Phone : +33 (0)1 40 05 51 71
Fax : +33 (0)1 40 05 54 45
Mail : contact@104.fr
Internet Site : www.104.fr
Description:
14.04 > 27.05.2018
Vernissage public samedi 14 avril à partir de 14h

Commissariat : Hervé Mikaeloff et Ingrid Pux

Dans les années qui ont suivi son lancement en 1950, le stylo BIC® Cristal® a été très rapidement choisi et utilisé par des artistes établis et exigeants. Ils en appréciaient la qualité, la précision, la facilité avec laquelle ils pouvaient se le procurer et aussi sa capacité à exécuter rapidement des esquisses griffonnées ou des œuvres majeures. En 1998, une exposition est organisée au Val d'Aoste en hommage au baron Bich, natif de cette région, et à cette occasion des artistes créent des œuvres inédites liées aux produits de la marque. C'est le premier pas qui insuffle le désir d'une collection à la société BIC sur l'initiative de Bruno Bich. Nous sommes heureux aujourd'hui de la partager avec vous au CENTQUATRE-PARIS. À travers plus de 80 artistes internationaux et de 150 œuvres, le simple objet usuel (stylo, rasoir, briquet) devient medium de création. Les artistes transforment, transposent, transfigurent. L'exposition se veut leur laboratoire. À travers une déambulation dans des univers pluriels et insoupçonnés, cette collection se révèle éclectique et foisonnante. L'artiste détourne l'objet de sa fonction première, le réinvente et nous incite à décloisonner les frontières du dessin et de la peinture, de l'écriture et de l'image, du design et de l'art.

Pour Bruno Bich, Président-Directeur Général du Groupe BIC : « Cette collection permet de mesurer à quel point les produits BIC® peuvent séduire des artistes du monde entier, tant comme outil de création que comme source d'inspiration. Nous nous réjouissons de pouvoir partager ces œuvres pour la première fois avec le public. »


Introduction autour des histoires de BIC
Felix Aublet | Philippe Favier | Lucile Lesueur | Mad Meg | Pixal Parasit | Raymond Savignac

Les artistes historiques de l'exposition
Alighiero Boetti | César | Giorgio Colombo | Lucio Fontana | Alberto Giacometti | Fernand Léger | René Magritte

La galerie des portraits
Enam Bosokah | Carine Brancowitz | Juan Francisco Casas | Calixte Dakpogan | Fumatto | Lei Lei | Aurore Marette | Martin Parr | Frédéric Poincelet | THE KID | Giuseppe Stampone | Raymond Tsham

Le design, de l'objet à la mode
Oscar Carvallo | Eddie Clemens | Juliette Clovis | Gigi Conti | enPieza ! | Riccardo Gusmaroli | Sophie Hardeman | Kate Lennard | Proêmes de Paris | Tsé & Tsé | Paolo Ulian

Les architectures imaginaires :
Sara Abdu | Lena Andonova | Noviadi Angkasapura | Carlo Benvenuto | Hicham Berrada | Irma Blank | Jonathan Bréchignac | Anne-Flore Cabanis | Rebecca Chamberlain | Petros Chrisostomou | Mamadou Cissé | Claude Closky | Geoffroy Crespel | Amie Dicke | Jean Dupuy | Jan Fabre | Michel François | Angiola Gatti | Ghazel | Dalila Gonçalvès | Herbert Hinteregger | Thomas Hirschhorn | Liu Kai | Kai & Sunny | Frédéric Khodja | Charles Laib Bitton | Eric Lambé | Janaina Mello Landini | Il Lee | Kevin Lucbert | Olivier Michel | Andreï Molodkin | Teresa Poester | Haleh Redjaian | Laurent Reypens | Stephen Schultz | Vincent Servoz | Ingénieur Vancy | Dominique Vangilbergen | Shony Wijaya | Tatiana Wolska

Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"
THE KID, Timmy, 2014 - 70 x 49 ;
stylo BIC ® noir sur papier. © Charly Gosp. Courtesy : l'artiste et Collection BIC

Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"
LAIB BITTON Charles, Malcomportement dans la Prairie, 2012 - 152 x 55,5 cm ;
stylo bille sur papier. © Charly Gosp. Courtesy : l'artiste et Collection BIC

Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"
BERRADA Hicham, Chromatographie #3, 2017 - 90x200 cm ;
tirage sur papier coton. © Hicham Berrada. Courtesy : l'artiste et Collection BIC

Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"
CLOSKY Claude, Avant/Après (4 couleurs), 2004 - 29,5 x 39,5 cm ;
stylo à bille BIC ® sur papier. © Charly Gosp. Courtesy : l'artiste et Collection BIC

Vernissage de l'exposition "La Collection BIC"
IL LEE, MBL 1302, 2013 - 84,5 x 63,5 cm ;
stylo bille sur papier. © Charly Gosp. Courtesy of artist and Art Projects International New York et Collection BIC






[15:00-18:00] Finissage d'Hervé Bourdin "Fond de cale"
Location:
Orangerie de Cachan
Service des Affaires Culturelles
15, rue Gallieni
94230 Cachan
M° RER B Bagneux
France
Phone : +33 (0)1 49 69 17 90
Mail : jeanjacques.jaffredo@ville-cachan.fr
Internet Site : www.ville-cachan.fr/vos-loisirs/vie-culturelle/lorangerie/
Description:
Fond de cale / peintures / installations

Du 5 mars au 12 avril 2018
Vernissage le 12 mars à 19h

L'Orangerie de Cachan accueille sous sa verrière une série de grandes toiles, des sculptures et deux installations récentes du plasticien Hervé Bourdin.
Profondément tournée vers l'humain, cette exposition invite le spectateur à réfléchir sur sa destiné, au temps qui passe immuablement et à la fragilité de l'existence.

Vernissage d'Hervé Bourdin "Fond de cale"
Vernissage d'Hervé Bourdin "Fond de cale"

[15:00-19:00] Finissage de Maxime Préaud "Le petit peuple de l'atelier"
Location:
Galerie l'Echiquier
16, rue de l'Echiquier
75010 Paris
M° Bonne Nouvelle, Château d'Eau
France
Mail : galerie.echiquier@gmail.com
Internet Site : www.galerie-echiquier.com
Description:
Peintures et gravures

Exposition du 23 mars au 25 avril 2018

Le « Petit peuple de l'atelier », objets aimés, inspirants, chroniqués par Maxime Préaud, garde aux vanités qu'affectionne le peintre une mitoyenneté avec la vie, car il sait l'art de la mémoire lavée de toute mélancolie... gravures et acryliques aux palettes vives et fraîches, linogravures et eaux-fortes, exactes et grisées, entre chien et loup, campent un peuple gaillard, pareil à celui de notre Commedia mentale et quotidienne : les grenades couvant leurs graines près de statuettes africaines aux mamelles pyramidales surplombent, maternités triomphantes, des crânes où s'adosse, couleur langue de chat et œil de poupée, la gomme de l'artiste, arme d'un écolier qui ne croirait pas à une mort raillée par une brigade de cafetières colorées, ces atrabilaires aux humeurs d'arabica : Grande Cafetière de la Porte de Vanves, en armure, Cafetière d'Istanbul, Carmen au turban jaune, cambrée, couleur muleta, Cafetière de Montignac, profil de Cyrano sur un fond cyanure et flammé, combien de visiteurs, pensifs, poseront leurs yeux sur vous, devinant l'arôme d'un breuvage partagé autrefois, chacun appliquant, comme un « passage » sur vos reliefs, son propre regard, ainsi l'encre sur la gravure ? Où situer d'ailleurs la gravure véritable ? Ici, suspendue au mur, ou là, ciselure dans un méandre de la conscience, réminiscence oscillante, lointaine, intime ? Maxime Préaud nous prend par la main sans répondre pour nous... laissons-le imaginer notre passé en surimpression sur le sien, écoutons-nous rajeunir et rallier de concert la candeur des jours qui ne sont pas encore advenus.

Murielle Antonello - Terzago
Février 2018

Vernissage de Maxime Préaud "Le petit peuple de l'atelier"
La cafetière d'Istanbul
Linogravure en couleurs à planche perdue
227 x 191. 2016
Insérée dans un Passe-partout aux objets de l'atelier
Linogravure en couleurs à planche perdue
368 x 300. 2017

Vernissage de Maxime Préaud "Le petit peuple de l'atelier"
Un flacon de genièvre en grès au milieu d'une table
Acrylique sur bristol. 56 x 42 cm. 2017

[15:00-19:00] Signature par JonOne du livre "Birth of the Wind"
Location:
Galerie Brugier-Rigail
Art Partner Galerie
40, rue Volta
75003 Paris
M° Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 77 09 00
Mobile : +33 (0)6 99 42 10 50
Fax : +33 (0)1 42 77 09 00
Mail : contact@artpartnergalerie.com
Internet Site : www.artpartnergalerie.com
Description:
dans le cadre de l'exposition de JonOne "Birth of the Wind"

du 16 mars au 21 avril

Vernissage de JonOne "Birth of the Wind"

[15:00-20:00] Vernissage d'Agnès Varda "UNE CABANE DE CINÉMA : La serre du Bonheur"
Location:
Galerie Nathalie Obadia (Bourg Tibourg)
18, rue du Bourg Tibourg
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 53 01 99 76
Mail : info@galerie-obadia.com
Internet Site : www.galerie-obadia.com
Description:
UNE CABANE DE CINEMA :
La serre du Bonheur

14 avril - 31 mai 2018
Prolongation de l'exposition jusqu'au samedi 9 juin
Vernissage samedi 14 avril de 15h à 20h

La Galerie Nathalie Obadia est très heureuse de présenter UNE CABANE DE CINEMA : La serre du Bonheur, la troisième exposition personnelle d'Agnès Varda à la galerie. L'artiste a construit une serre dont les parois et les verrières sont faites des (vraies) pellicules 35 mm d'une copie de son film Le Bonheur (réalisé en 1964). A l'intérieur, poussent de (faux) tournesols. La serre du Bonheur est sa cabane la plus récente après celles présentées à la Fondation Cartier pour l'Art Contemporain (Paris, 2006) puis à la Biennale de Lyon (2009) et au LACMA (Los Angeles, 2013), toutes réalisées à partir de pellicules de films différents.

Pour moi la nostalgie du cinéma en 35mm s'est transformée en désir de recyclage...
Je bâtis des cabanes avec les copies abandonnées de mes films. Abandonnées parce qu'inutilisables en projection.
Devenues des cabanes, maisons favorites du monde imaginaire.

A l'époque, les copies de films arrivaient dans les cabines de projection sous forme de 5 à 8 boîtes de métal, rondes comme des galettes de 4 centimètres d'épaisseur. Dans chaque boîte, une bobine en métal sur laquelle était enroulé un grand ruban de 5 à 600 mètres de pellicule : c'était le film en images avec sur le côté le dessin optique du son. Le projecteur de la cabine avait deux lampes, l'une transmettait l'image, l'autre le son.
De nos jours, le support de chaque film est un fichier numérique, image et son, qui pèse en moyenne 200 grammes quand il n'est pas dématérialisé. On a jeté un peu partout des quantités de bobines et de pellicules...

Pour mes films et ceux de Jacques Demy on s'est retrouvés avec des copies et des copies, dont les salles de cinéma ne veulent plus.
On sait que je m'intéresse au glanage et au recyclage.
C'est la troisième cabane que je construis.
Pour chacun de mes films j'imagine une forme particulière.
Le film Le Bonheur contait l'histoire d'un couple heureux, incarné par Jean-Claude Drouot, sa femme et ses enfants.
Ils aimaient les pique-niques. J'avais tourné en Ile-de-France en pensant aux peintres impressionnistes.
On entendait du Mozart.
Le générique était tourné près d'un champ de tournesols, ces fleurs d'été et de bonheur.

Cette serre avec ses doubles fenêtres si particulières est fabriquée avec une copie entière du film, 2159 mètres,
qui permettront de compléter la construction.
Les visiteurs pourront entrer dans la cabane et voir de plus près, les images du film en transparence. 24 images de la douce
Claire Drouot valent une seconde de film. On est entourés par la durée du film et par les images d'un temps passé.

Quant aux boîtes pour transporter les bobines elles sont devenues obsolètes.

J'aime ces boîtes. Je me souviens qu'on en trimballait des masse (une centaine au moins) qui tintaient quand on les jetait dans
les coffres de voiture pour aller mixer les films. Des boites pour l'image, pour les dialogues en direct, pour les musiques,
pour les bruits...
Est-ce encore nostalgie et/ou recyclage ?
Une arche royale nous fait entrer dans la salle. Elle est faite de ces boîtes... vides maintenant.

On entre dans le royaume de la seconde vie des films.

Agnès Varda


Agnès Varda est née en 1928 à Bruxelles (Belgique). Elle vit et travaille à Paris.

Baccalauréat. Cours du soir de photo. Auditeur libre à la Sorbonne et à l'Ecole du Louvre. Photographe au Festival d'Avignon puis au T.N.P. dirigé par Jean Vilar. Écrit, réalise et produit son premier long-métrage en 1954, La Pointe courte. Cléo de 5 à 7 (1961) est unanimement salué. Ensuite alterneront courts et longs métrages, documentaires et fictions, parmi lesquels Le bonheur (1964, Ours d'Argent à Berlin), Sans toit ni loi (1985, Lion d'Or à Venise), Les Glaneurs et la Glaneuse (2000), Les Plages d'Agnès (César 2009), Visages Villages co-réalisé avec l'artiste JR (2017, sélectionné aux Oscars 2018).

2003 PATATUTOPIA à la Biennale d'Art de Venise. Expositions personnelles, 2006 L'ILE ET ELLE à la Fondation Cartier pour l'Art Contemporain (Paris, France), 2009 LA MER... ETSETERA au Centre Régional d'Art Contemporain Languedoc-Roussillon (Sète, France), 2012 Y'A PAS QUE LA MER au Musée Paul Valéry (Sète, France), PLAGES ET PAGES CHINOISES au CAFA Museum (Pékin, Chine), 2013 Agnès VARDA IN CALIFORNIALAND au LACMA (Los Angeles, USA), 2015 Agnès VARDA : PHOTOGRAPHS GET MOVING (potatoes and shells, too) au Logan Center (Chicago, USA), 2016 VARDA/CUBA au Centre Pompidou (Paris, France), PATATES & COMPAGNIE au Musée d'Ixelles (Bruxelles, Belgique), 2017 VARDA CUBA au Musée National des Beaux Arts de Cuba (La Havane).

2015, Palme d'Or d'honneur du Festival de Cannes. 2017, Oscar d'honneur, pour l'ensemble de son œuvre.

L'œuvre d'Agnès Varda est présente dans de nombreuses collections internationales : Centre d'Art de Chamarande (France), Fondation Cartier pour l'Art Contemporain (France), FRAC Alsace (France), MoMA (USA), CNAP (France), MAC/VAL (France), Musée Paul Valéry (France), CAFA Art Museum (Chine), Institut Culturel Bernard Magrez (France), LACMA (USA).

Vernissage d'Agnès Varda "UNE CABANE DE CINÉMA : La serre du Bonheur"
Agnès Varda, maquette de UNE CABANE DE CINÉMA : La serre du Bonheur, 2017
Structure en métal avec pellicules Super 8 du film Le Bonheur (1964), et autres matériaux
39.4 cm x 62.2 cm Edition unique, © Agnès Varda et courtesy Galerie Nathalie Obadia; Paris/Bruxelles

[15:00-20:00] Vernissage de Christoph von Weyhe "Fenêtres sur la Mer"
Location:
Galerie Eric Dupont
138, rue du Temple
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 54 04 14
Fax : +33 (0)1 44 54 04 24
Mail : info@eric-dupont.com
Internet Site : www.eric-dupont.com
Description:
Vernissage : Samedi 14 avril 2018 à partir de 15 heures
Exposition : du 14 avril au 12 mai 2018

Vernissage de Christoph von Weyhe "Fenêtres sur la Mer"
Christoph von Weyhe, Fenêtre sur la mer, (détail), 2017-2018, acrylique sur toile, 150 x 100 cm, photo Laurence Godard, Courtesy galerie Eric Dupont, Paris

[15:00-20:00] Vernissage de Keiichirô MURAMATSU & Michel MONTEAUX
Location:
Galerie espace marie-robin
18, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Mobile : +33 (0)6 80 26 74 04
Mail : espace.marie-robin@wanadoo.fr
Description:
Vernissages :
Jeudi 12 avril 15h-21h
Samedi 14 avril 15h-20h

Du 13 avril au 8 mai 2018

[15:00-21:00] Vernissage de Matthew Porter "The links are joined and form a ring"
Location:
Galerie Xippas
108, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 27 05 55
Fax : +33 (0)1 40 27 07 16
Mail : paris@xippas.com
Internet Site : www.xippas.com
Description:
14 avril - 26 mai 2018

Montages, superpositions, expositions multiples - le travail de Matthew Porter s'empare des expérimentations issues des anciennes et nouvelles technologies, pour explorer les possibilités de construction et de manipulation de l'image. Ses photographies se composent de collages aux références historiques et culturelles avec lesquels il fait coexister des éléments disparates. Dans sa première exposition personnelle en France, à la galerie Xippas Paris, l'artiste new-yorkais présente une série inspirée du vocabulaire de l'avant-garde.

Chez Matthew Porter, le film se rapproche d'une toile : la transparence de la pellicule argentique permet d'inscrire sur la surface, couche par couche, des traits de lumière, créant un agglomérat complexe de formes. La photographie ne cherche donc pas à saisir l'instant, mais est l'aboutissement d'un long processus d'élaboration. En résultent des compositions soigneusement construites : après la première prise de vue, suit un dessin préparatoire qui permettra de mettre en place l'agencement des objets et de calculer les temps d'exposition postérieures.

Réalisées dans le studio de son père, sculpteur marqué par les influences modernistes, les photographies de cette série ont pour objet les débris de fabrication de ses œuvres - des pièces de bois et d'acier inutilisées. Ajoutant un grain légèrement nostalgique de cette époque révolue, Porter donne une deuxième vie à ces résidus voués à être jetés. Pièces de métal, découpes de bois, copeaux et outils, sont disposés à même le sol : à ces compositions en noir et blanc où les objets se muent tantôt en maquettes de villes utopiques, tantôt en constructions du Bauhaus, s'ajoutent une roue dentée, une clé à molette ou encore une feuille de métal découpée, flottant au-dessus de l'image grâce à de multiples expositions. Le métal blanchi par la lumière éblouissante du soleil et les ombres portées quasi noires créent des zones de vide absolu, comme si ces formes étaient découpées à même le film photographique, rendant la matière du bois, du béton ou du métal, presque palpable.

Dans l'espace de l'exposition, deux photographies en couleur, empreintes d'une certaine aspiration à un temps passé ou à un lieu lointain et probablement inexistant, viennent encadrer les images en noir et blanc, créant une sorte de parenthèse. Ces photographies de feuillage, réalisées en studio, rappellent la végétation tropicale et évoquent une possibilité d'évasion. Tout comme les artistes des siècles passés qui cherchaient l'inspiration loin de la civilisation occidentale, le spectateur, grâce à ces images, est plongé dans une quête renouvelée de l'incertain, d'un mirage.

Sujets chers à la photographie d'avant-garde : objets ordinaires, outillage, et plus généralement, la poésie du quotidien et du mécanique, se trouvent réinventés dans l'œuvre de Matthew Porter. Selon les propos de Rosalind Krauss pour qui l'originalité (caractéristique principale de l'avant-garde) n'est pas tant l'invention formelle, mais l'expression de la personnalité de l'artiste qui possède un potentiel infini de régénération1, Matthew Porter plonge dans un univers personnel pour créer des images où les plans démultipliés englobent plusieurs réalités et temporalités.

Balançant entre des références à l'histoire de l'art et la tentative de s'en libérer en écrivant la sienne, les images de Matthew Porter jouent de l'écart entre la nostalgie et le présent, le matériel et l'immatériel, le statique et le dynamique.


Matthew Porter (né en 1975 en Pennsylvanie, États-Unis) est diplômé du Bard-ICP en 2006.

Il a participé à de nombreuses expositions institutionnelles et pris part à des expositions collectives. En France, son travail a été montré dans l'exposition "Autophoto" à la Fondation Cartier (2017). Sa première monographie "Archipelago" a été publiée par Mack Books en 2015. Son travail fait partie de la collection permanente du Metropolitan Museum of Modern Art, New York. En 2016, Matthew Porter a été invité par la maison Christian Dior à concevoir le design pour une ligne de sacs et d'accessoires pour le projet Dior Lady Art.

Matthew Porter est représenté par les galeries M+B, Los Angeles et Invisible Exports, New York. Il vit et travaille à Brooklyn, New York.

1 Rosalind Krauss, The Originality of the Avante-Garde and Other Modernist Myths, MIT Press, 1986, p.6.

Vernissage de Matthew Porter "The links are joined and form a ring"
Matthew Porter, Granite, Wood, Marks, 2018
Archival Pigment Print - Image : 87,6 x 70 cm - Edition 4 + 2 EA
Courtesy of the artist and Galerie Xippas, Paris

[15:00-19:00] Vernissage de l'exposition "Petites Histoires de nuits"
Location:
Le Musée de Poche
2, rue Auguste Barbier
75011 Paris
M° Goncourt, Parmentier
France
Phone : +33 (0)1 48 07 25 08
Mail : contact@museedepoche.fr
Internet Site : www.museedepoche.fr
Description:
Petites Histoires de Nuits, l'Exposition
Exposition du 14 avril au 19 mai 2018 avec les illustrations originales de Kitty Crowther extraites de l'album
Petites histoires de nuits édité chez Pastel-École des Loisirs

Le Musée de poche est très honoré d'accueillir sur ses murs le travail de l'artiste de renommée internationale, Kitty Crowther pour son dernier album publié à L'École des loisiris Petites Histoires de nuits dans le cadre du Festival Laterna Magica en partenariat avec le Centre Pompidou et Studio Fotokino. L'auteure-illustratrice nous emmène le temps d'une exposition dans ses contrées de prédilection ; au coeur des forêts de sapins où coule tranquille la rivière entre les lourdes pierres, à la rencontre de drôles de créatures parties à la recherche du sommeil. L'artiste nous dévoile dans une série de dessins réalisés entièrement aux crayons de couleurs un univers poétique et sensible inspiré par ses propres souvenirs d'enfance passés au plus près de la nature.

Kitty Crowther est née en 1970 à Bruxelles d'une mère suédoise et d'un père anglais. La littérature enfantine, principalement anglophone et scandinave, l'a toujours passionnée. Malentendante, elle a toujours été captivée par l'image, les signes et le sens caché des choses. Mère de deux garçons, elle replonge avec délice dans l'imaginaire des tout-petits et depuis 1994, se consacre aux livres pour enfants. Ainsi, ses histoires, empreintes de mystère et peuplées d'êtres étranges, entraînent les lecteurs dans un univers aux échos troublants d'où émergent toujours l'humour et la délicatesse et une tendresse immense.
« Je n'essaie pas de faire des livres plaisants mais des histoires qui m'intéressent profondément. D'ailleurs, je n'ai pas l'impression de décider, ce sont elles qui me choisissent. »
Son travail a été très tôt remarqué par la critique et couronné en Belgique et en France ainsi que dans de nombreux pays : Grand Prix Triennal, Baobab. En 2010, Kitty Crowther reçoit la plus prestigieuse récompense : le prix Astrid Lindgren pour l'ensemble de son œuvre.

Vernissage de l'exposition "Petites Histoires de nuits"







[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"
Location:
Pontoise
Pontoise
95300 Pontoise
M° RER C Pontoise
France
Internet Site : www.ville-pontoise.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"

Musée Pissarro
17, rue du Château
95000 PONTOISE
Tél : 01 30 38 02 40
museetavet@ville-pontoise.fr
http://www.ville-pontoise.fr

Exposition des oeuvres de GUSTAVE LOISEAU : PAYSAGES D'ÎLE-DE-FRANCE ET DE NORMANDIE

du dimanche 15 avril au dimanche 8 juillet

Informations & tarifs Musées de Pontoise :
Visite de l'un des deux musées :
Plein tarif : 5 €
Tarif réduit : 4€
Gratuit: moins de 12 ans
Visite des deux musées le même jour :
Plein tarif : 7€
Tarif réduit : 6€
Groupes scolaires sur rendez-vous : gratuit

Gustave Loiseau, par sa fidélité à la peinture de paysage, à l'attention portée aux changements de lumière, mais surtout à la profondeur de la représentation, prolonge l'impressionnisme au sein de la génération postimpressionniste, celle des artistes nés à la fin des années 1850 et au début des années 1860.

Le Musée Camille Pissarro de Pontoise, ville qu'il affectionnait et où il travailla, lui rend hommage avec cette exposition, la première dédiée à ce postimpressionniste depuis celle que le musée de Pont-Aven consacra à ses paysages de Bretagne en 2001.

Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"
L'Oise charriant des glaçons, Pontoise, 1914

Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"
Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"
Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"
Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"
Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"
Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"
Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"
Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"
Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"
Vernissage de l'exposition "Gustave Loiseau"








[17:00-21:00] Rencontre / dédicace avec Amandine Urruty
Location:
Arts Factory / Bastille
27, rue de Charonne
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille
France
Mobile : +33(0)6 22 85 35 86
Mail : artsfactory@free.fr
Internet Site : www.artsfactory.net
Description:
A l'occasion de son exposition "The Party" actuellement programmée à la galerie, Amandine Urruty dédicacera ses deux derniers livres en compagnie d'Elodie Cabrera, autrice des textes de la monographie "Certains l'aiment Chiot", publiée aux éditions Critères.


dans le cadre de l'exposition d'Amandine Urruty "The Party"

vernissage le mercredi 14 mars de 17h à 21h
exposition du 15 mars au 28 avril 2018

Après "Bedtime Stories", son dernier solo show programmé en 2015 dans le cadre de HEY! Acte III au Musée de la Halle Saint Pierre, Amandine Urruty est enfin de retour sur la scène parisienne avec une ébouriffante collection de dessins, fruit de deux longues années de travail. Fascinante immersion dans un univers baroque et singulier, "The Party" - à l'instar du film éponyme de Blake Edwards - nous entraîne dans une invraisemblable bacchanale, orchestrée par une surdouée du crayon. Véritable alchimiste de l'histoire de l'art et de la culture populaire, Amandine Urruty convoque sur les quatre niveaux de la galerie Arts Factory les grands maîtres de la peinture flamande, pour livrer, entre autres prouesses graphiques, sa propre version des Sept Péchés Capitaux en mode Muppet Show.

Figure centrale de compositions saturées au fusain et à la mine de plomb, une galerie de personnages trop poupins pour être tout à fait honnêtes, veille sur un Neverland résolument borderline. Rejetons illégitimes d'une famille recomposée avec Jérôme Bosch, Lewis Carrol, Stephen King et Jérôme Zonder en ombres tutélaires, ils sont les acteurs d'un petit théâtre masqué, où tout semble sur le point de basculer à grands coups de martinet. Ambitieuse, érudite et foisonnante, cette exposition est aussi l'oeuvre d'une enfant des années 80 qui aurait malicieusement déversé son gargantuesque coffre à jouets, pour organiser la fête d'anniversaire ultime, autant redoutée par les parents qu'une invasion de Gremlins affamés.

Trop de chance vous êtes invités ...
Welcome to The Party !


Amandine Urruty est née en 1982, elle vit et travaille à Paris - sur son lit - une valise débordant de crayons toujours à portée de main.

Après quelques années d'études universitaires et une brève carrière dans la chanson française underground, Amandine pose les bases d'une oeuvre subtilement déviante, alliant costumes grotesques et décorum baroque, réconciliant miraculeusement les amoureux de l'Angleterre Victorienne avec les jeunes filles trop maquillées. Redoutable stakhanoviste de la mine de plomb, Amandine compose ses images comme l'on erre dans les allées d'un vide-grenier dominical, empruntant aux forêts de bibelots - tour à tour féroces ou apaisants, décoratifs ou encombrants - leur ambivalence fondamentale. En résulte la célébration d'un chamanisme de comptoir, où objets et animaux chimériques s'animent au coeur de saynètes puériles et perverses; improbable rencontre entre Jérôme Bosch et les Crados.

"Des étoiles plein les fesses" - son premier solo show à la galerie toulousaine GHP - révèle dès 2008 un univers fort et singulier. En 2009, elle rejoint le crew d'artistes de la galerie Arts Factory, avec qui elle collabore encore aujourd'hui. Entre-temps, Amandine aura illustré de nombreuses pochettes de disques et affiches de concert, puis - toujours guidée par son amour pour la musique populaire - expérimenté l'art du body-painting sur le corps plus ou moins consentant de Philippe Katerine, lors de quelques séances photos et performances d'anthologie.

Les Requins Marteaux publient en 2011 "Robinet d'amour", un pétaradant recueil de dessins aux couleurs fluo qui permet à un large public de se familiariser avec son travail. Suivront des participations ultra-remarquées à l'exposition HEY! Modern Art & Pop Culture de la Halle Saint Pierre, aux différentes éditions du festival Pictoplasma et une résidence au Lieu Unique / scène nationale de Nantes. La sortie du livre "Dommage Fromage" chez United Dead Artists en 2014 est couplée avec une exposition personnelle programmée par la galerie Arts Factory.

L'occasion pour Amandine de présenter une impressionnante nouvelle série de dessins en noir et blanc qui sera notamment repérée par Jonathan Levine; le galeriste new-yorkais l'invitant à participer dans la foulée à plusieurs group shows. Cette première incursion outre-atlantique marque le point de départ d'une reconnaissance internationale, Amandine Urruty ayant depuis enchaîné les expositions aux Etats-Unis et en Europe, au côté des grandes figures du pop-surréalisme et de la scène low-brow.

En 2018, deux ouvrages publiés aux éditions Critères et United Dead Artists accompagnent l'exposition The Party, à nouveau produite par la Galerie Arts Factory.

Vernissage d'Amandine Urruty "The Party"
amandine urruty - "la gourmandise", 2017/2018 graphite et fusain sur papier - 61 x 91 cm

Vernissage d'Amandine Urruty "The Party"
amandine urruty - "here we are now", 2017/2018, graphite et fusain sur papier - 120 x 80 cm

Vernissage d'Amandine Urruty "The Party"
portrait © tomtom photography









[18:00-21:00] Vernissage de Hom Nguyen "Voyage"
Location:
Station
Smart Urban Space
13-15, rue du Pont-aux-Choux
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)9 52 06 79 01
Internet Site : www.station.paris
Description:
en présence de Philippe Manœuvre

jusqu'au dimanche 22 avril 2018

Invité d'honneur Joey Starr

Exposition ouverte au public le samedi 14 avril 2018 à partir de 18H00 dans un lieu exceptionnel sur 500m2 en plein coeur du Marais.

A2Z Art Gallery présente l'exposition de Hom Nguyen intitulée "Voyage". Elle sera l'occasion de partager avec le public l'expérience accumulée lors des derniers périples vécus par l'artiste dans le monde entier.

Vernissage de Hom Nguyen "Voyage"

Vernissage de Hom Nguyen "Voyage"

Vernissage de Hom Nguyen "Voyage"

Vernissage de Hom Nguyen "Voyage"

Vernissage de Hom Nguyen "Voyage"

Vernissage de Hom Nguyen "Voyage"

Vernissage de Hom Nguyen "Voyage"

[18:00-21:00] Vernissage de Lu Linrong "L'oiseau Chimère"
Location:
L'Atelier des Vertus
6, rue des Vertus
75003 Paris
M° Arts et Métiers
France
Mail : katiafel@yahoo.fr
Internet Site : www.facebook.com/latelierdesvertus
Description:
du 14 avril au 12 mai

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Images manquantes"
Location:
Galerie Escougnou-Cetraro
anciennement Galerie See studio
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 52 93
Mail : galerie@escougnou-cetraro.fr
Internet Site : www.escougnou-cetraro.fr
Description:
Léa Bismuth, Pierre Clément, Vincent Gicquel, Laura Gozlan, Charles Mason, Laura Porter, Pia Rondé & Fabien Saleil, Andrés Ramirez, David de Tscharner, Florian Sumi, Diego Wery

Commissariat / Curated by : Valeria Escougnou-Cetraro

Du 14 avril au 12 mai 2018
Vernissage samedi 14 avril 2018 à 18h

« Nous sommes venus d'une scène où nous n'étions pas. L'homme est celui a qui une image manque. Qu'il ferme les yeux et qu'il rêve dans la nuit, qu'il les ouvre et qu'il observe attentivement les choses réelles dans la clarté qu'épanche le soleil, que son regard se déroute et s'égare, qu'il porte les yeux sur le livre qu'il tient entre ses mains, qu'assis dans le noir il épie le déroulement d'un film, qu'il se laisse absorber dans la contemplation d'une peinture, l'homme est un regard désirant qui cherche une autre image derrière tout ce qu'il voit. »
Pascal Quignard ( Le sexe et l'effroi )

J'aurais voulu que les œuvres parlent d'un secret qu'elles ne connaissent pas.
Mais les œuvres sont faites de multiples secrets, ceux des artistes, ceux de la vie qui les animent, dans la sublimation de l'acte artistique. Face à toute création, nous sommes face à l'énigme.
Alors, comment saisir les images manquantes, comment les accueillir et les sentir, absences motrices d'un désir saccadé qui anime une tension ? Parce qu'une tension existe, il y a du vivant derrière les œuvres et derrière une exposition ; il y a parfois même des tentatives d'amour et des possibilités d'amitié. Il y a des images mentales qui occupent l'espace de l'inconscient, des figures qui hantent notre besoin de cristallisation, sans que nous sachions choisir laquelle. Nous sommes toujours interrogatifs, à la recherche d'une ouverture. Et les circonstances fatales de la réanimation sont habitées de réminiscences.

Valeria Escougnou-Cetraro

[18:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Robert Grosvenor / Richard Prince"
Location:
Galerie Max Hetzler
57, rue du Temple
75004 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 57 40 60 80
Mail : info@maxhetzler.com
Internet Site : www.maxhetzler.com
Description:
14 avril - 19 mai 2018
Vernissage samedi 14 avril, 18h - 20h

La Galerie Max Hetzler est heureuse d'annoncer l'exposition Robert Grosvenor | Richard Prince qui présentera une oeuvre de chaque artiste.

L'exposition développe un dialogue entre deux artistes qui se connaissent et se respectent mutuellement.

Robert Grosvenor est connu pour ses sculptures spatiales dont la matérialité spécifique et le langage formel non conventionnel captivent le spectateur. Il considère lui même ses sculptures comme « des idées qui opèrent entre le sol et le plafond », révélant un aspect essentiel de sa pratique : Une étude de la relation entre l'objet et son environnement, ainsi que l'effet induit par cette connexion.

Dans les années 60, son oeuvre se rapproche de l'Art Minimal puis du Land Art. Pourtant, bien que ses oeuvres affichent une esthétique minimaliste, Robert Grosvenor n'a jamais adopté les revendications prônées par cette mouvance. Ses oeuvres sont plutôt caractérisées par une approche ludique des différentes propriétés des matériaux et de la complexité de la disposition, sans jamais s'inscrire dans un style particulier. Ses sculptures semblent souvent défier les lois de la physique, en particulier celle de la gravité. Elles semblent massives et pourtant en lévitation, à la fois statiques et dynamiques. L'oeuvre Untitled, 2015-2017, évoque un bateau, non seulement par sa forme mais aussi par l'utilisation du contreplaqué et de la fibre de verre utilisés dans la construction nautique.

L'oeuvre de Richard Prince, Untitled, 2009/2010, est un exemple monumental de la série des Check Paintings initiée par l'artiste au début des années 2000. Composée de trois panneaux assemblés, Untitled stimule les sens de par son langage visuel éclectique dans lequel des lettres délimitées en noir et des images colorées se heurtent à des coulées de peinture et des traits de pinceau rapides blancs, verts pâle, bleus et ocres. La pièce est réalisée à partir de superpositions de fragments de jokes et de reproductions de couvertures de romans de gare ayant pour héroïnes des nurses (infirmières). Réunissant deux des motifs les plus iconiques de Richard Prince - les nurses et les jokes - Untitled représente à la fois une synthèse de son intérêt pour la question du statut de l'auteur, et un exemple remarquable de ses innovations continuelles dans le domaine de la peinture.

Pionnier du mouvement 'Pictures Generation', Richard Prince questionne et redéfinit les limites du droit d'auteur. Sa pratique se base sur l'appropriation et la décontextualisation, essence même du Pop Art. Pour la série des Check Paintings, l'artiste réhausse ses toiles de peinture et de collages, s'inspirant d'objets anciens de sa collection personnelle comme des livres, des vinyles, des couvertures de magazines ainsi que ses propres chèques. Richard Prince nous démontre magistralement son attrait pour la culture populaire américaine en évoquant diverses préoccupations, des mythologies collectives aux stéréotypes inconscients.


Robert Grosvenor (1937, New York) vit et travaille à East Patchogue. Ses oeuvres ont été exposées dans de prestigieuses institutions comme The Renaissance Society, Chicago (2017); MoMa PS1, New York (2016); Whitney Museum of American Art, New York (2010); Fundação de Serralves, Porto (2005); The Arts Club, Chicago (2003); Carnegie Museum of Art, Pittsburgh (1999); MoMA, New York (1995, 2006); Kunsthalle Bern (1992). Robert Grosvenor a participé aux documentas 6 et 8. Ses oeuvres sont inclues dans des collections prestigieuses telles le Museum of Modern Art (MoMA), New York; Walker Art Center, Minneapolis, Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Washington D.C., Serralves Museum, Porto ou Whitney Museum of American Art, New York.

Richard Prince (1949, Panama Canal Zone) vit et travaille à proximité de New York. Ses oeuvres ont été présentées dans le cadre de nombreuses expositions personnelles dans des institutions internationales comme Kunsthaus Bregenz, Bregenz (2014); Picasso Museum, Malaga (2012); Le Consortium, Dijon (2011); Serpentine Gallery, Londres (2008); Walker Art Center, Minneapolis (2008); Guggenheim Museum, New York (2007); Kunsthalle Zürich, Zurich (2002); Museum für Gegenwartskunst, Bâle (2001) et MAK, Vienne (2000). Il a participé à la Biennale de Venise en 2003 et 2007 ainsi que la Whitney Biennial en 1985, 1987, 1997 et 2004. Son travail fait partie de collections prestigieuses comme celles du Museum of Modern Art, New York; The Art Institute of Chicago, Chicago; Metropolitan Museum of Art, New York; Tate Modern, Londres et Victoria and Albert Museum, Londres.

Vernissage de l'exposition "Robert Grosvenor / Richard Prince"
Robert Grosvenor
Untitled, 2015-2017

Vernissage de l'exposition "Robert Grosvenor / Richard Prince"
Richard Prince
Untitled, 2009/2010

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Espace commun"
Location:
under construction gallery
6, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Mobile : +33 (0)6 37 34 99 78
Mail : underconstructiongallery@gmail.com
Internet Site : www.underconstructiongallery.com
Description:
exposition collective avec :
Cécile Chaput, Mathilde Denize, Claire Nicolet et Jeanne Susplugas

du 14 avril au 12 mai 2018
Vernissage le samedi 14 avril de 18h à 21h

Décidément, le mot espace est bien sibyllin. Le Trésor de la langue française déploie des définitions aussi ambiguës que vaporeuses : c'est aussi bien un milieu idéal indéfini qu'un volume déterminé, une étendue couverte par le toucher et la vue, une distance, un intervalle, une atmosphère, un champ ouvert à l'imagination, une distance entre les sentiments et les personnes. Toutefois, une des définitions, singulièrement plus précise, se voit dédiée aux œuvres : « univers (abstrait) créé, représenté ou utilisé par une œuvre d'art ». Il n'est pas impossible que les quatre artistes de l'exposition, Cécile Chaput, Mathilde Denize, Claire Nicolet et Jeanne Susplugas, aient souhaité à leur manière préciser elles aussi leur définition.

Cécile Chaput ne m'en voudra pas - je l'espère - si j'écris qu'elle n'hésite pas à contaminer les lieux dans lesquels elle dispose ses sculptures, plates ou volumineuses.
Ses agencements colorés, qui naviguent entre le formica aux teintes vives ou pastel et le faux-bois mélaminé, s'étendent sur les sols, les murs mais aussi les rétines. La planéité le dispute au trompe-l'œil et ses enchevêtrements de plans, en dépit de leur dureté apparente et de leurs angles vifs et nettement délimités, font naître un doute sur les espaces qu'ils recouvrent.

Mathilde Denize imagine de petits espaces silencieux, pour lesquels elle agence, sur différents supports, de menus objets, des peintures et des volumes. Rétives à l'idée d'une unicité du discours, ses œuvres refusent un sens univoque qui viendrait figer leurs formes. Leur réunion produit cependant nécessairement une narration intime chez celui ou celle qui les regarde. Au lieu de chercher à les rattacher à une religion précise, il faut plutôt penser ces espaces de recueillement et de réflexion comme proches des autels personnels que nous n'hésitons pas à bâtir pour les personnes que nous chérissons.

Claire Nicolet construit des paysages dans lesquels le corps semble invité à déambuler : escaliers, portes et fenêtres les hantent, mais le regard souvent bute. Il se heurte à des briques, des croisillons, des pans de mur, des hublots ou des ciels trop bleus. Dans ses allers-retours constants entre le dessin et le volume, son travail se meut en deux ou en trois dimensions, s'étend au sol comme sur les murs ou les plafonds. Les aplats colorés et francs rappellent nécessairement les jeux de l'enfance, désormais privés de leur dimension tactile et ajustés dans une mise en scène fragmentaire.

Jeanne Susplugas a peut-être regardé de près les gélules médicamenteuses qui l'intéressent, pour construire son propre principe de travail. L'enrobage gélatineux se confond dans l'estomac avec la substance active, et c'est cette fusion du contenant avec le contenu que l'on retrouve dans ses œuvres. Pour produire un univers d'addiction, la voilà qui conglomère elle aussi des formes anxiogènes : schémas de molécules, boîtes vides, flacons décolorés, lexique de la dépendance, espaces domestiques en lévitation, autant de signes inquiétants d'une accoutumance envahissante.

Camille Paulhan

[18:30-21:00] Vernissage de Dominique Turpain "UN FÉCOND MONDE D'IDÉES"
Location:
La Galerie des Arts Plastiques
28, rue Darcet
75017 Paris
M° Place de Clichy
France
Mobile : +33 (0)7 60 87 86 44
Mail : Contact@La-GALERIE-Des-Arts-Plastiques.org
Internet Site : www.La-GALERIE-Des-Arts-Plastiques.org
Description:
du 12 avril au 3 mai

« chercheur en peinture, ne s'interdit rien et se permet tout »

https://dominiqueturpain.wixsite.com/turpainpeintures

Vernissage de Dominique Turpain "UN FÉCOND MONDE D'IDÉES"










[19:00-21:00] Vernissage de Hiroko Hori "Strates"
Location:
Angle d'art
Hôtel de Ville de Bagnolet
Place Salvador Allende
93170 Bagnolet
M° Gallieni
France
Mail : franny.l@laposte.net
Internet Site : angledartbagnolet.free.fr
Description:
Une saison féminine.

Dans le cadre de sa saison féminine, Angle d'art présente une installation de Hiroko Hori, Strates.

C'est à Paris que cette artiste japonaise a choisi d'installer son atelier. Elle aime le papier, la terre, la matière.

Strates est le reflet de son travail, une peinture mêlant techniques et matières pour obtenir les couleurs les plus subtiles.

Un parcours zen et un regard sensible.

Du 3 au 30 avril
Vernissage, samedi 14 avril à 19h

Vernissage de Hiroko Hori "Strates"

[19:30-21:30] Vernissage presse de l'exposition "Illusions Charnelles partie 2"
Location:
Galerie #22 - Art Gallery Dièse22
Coppélia Pique
22, rue des Vertus
75003 Paris
M° Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 77 16 69 52
Mail : galery22@coppeliapique.com
Internet Site : www.coppeliapique.com
Description:
Vous pourrez y entendre la virtuose Alina Pavalache au piano accompagnée par la chanteuse lyrique Simine David, ainsi que des lectures de poèmes.

Cette osmose musicale et poétique rendra hommage aux œuvres de l'exposition débutant ce jeudi 12 avril 2018 (vernissage public).

Partenaire de cet événement, la Maison Cristal de Sèvres s'associera au cocktail.

Programme du récital:
- Berlioz : "L'Absent",
- Gounod : "L'Absent",
- Enesco : "Estrene à Anne, languir me fais"
- Hahn : "Paysage"
- Duparc : "Phidilé et Invitation au voyage",
- Offenbach : "Lalettre de la Perichole",
- Satie : "Je te veux",
- Poulenc : "Les chemins de l'amour".

Lectures:
- "La Mort des Amants" Baudelaire
- "L'Arbre Caru" Mathilde Nabias
mis en voix par Tassia Martin et Alexandre Bondry.
... et de nombreuses autres surprises créées par les artistes de l'exposition.


Exposition Illusions Charnelles

Du jeudi 12 avril au samedi 12 mai 2018
Vernissage le jeudi 12 avril de 18h30 à 21h30, en présence des artistes.

Avec
Adrien Pezennec, Fur Aphrodite,
Mihai Grecu, Romy Alizée,
Mathilde Nabias,
Anne-Kennory Kim et Axelle Migé

Installations, art vidéo, photographies et lettres.

L'absence et le manque de l'Autre, Être aimé ou simple projection, seront mis en abîme à travers l'interprétation des artistes. Un sujet subtil et personnel qui portera sur trois axes de réflexion : un désir inexprimé, lié à la distance ou à un imaginaire fantasmé, une volonté de possession irascible, ou les réminiscences du passage de l'Autre dans un lieu.

Vernissage de l'exposition "Illusions Charnelles partie 2"

11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés