Thursday, May 10, 2018
Public Access


Category:
Category: All

10
May 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

  Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Du 13 décembre 2017 au 20 mai 2018, prolongation jusqu'au 12 août 2018
Du mercredi au vendredi : 11h - 17h / Samedi et dimanche : 14h - 18h
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche - Fermé le lundi et les jours fériés

Entrée libre le premier dimanche de chaque mois
Plein tarif : 4.70 € / 3.60 € pour les Isséens et GPSO
Tarif réduit : 3.60 € / 2.60 € pour les Isséens et GPSO
Gratuit pour les moins de 26 ans
Audio guide français / anglais : gratuit

Labellisée « Centenaire Auguste Rodin », cette exposition au Musée Français de la Carte à Jouer sera la dernière manifestation de cette année consacrée à l'une des figures les plus indépendantes du monde de l'art. Mêlant sculptures et photographies, elle s'accompagnera d'une riche programmation avec des conférences mensuelles et des projections.

En 1908, Auguste Rodin, qui habite la Villa des Brillants à Meudon depuis une douzaine d'années, fait installer dans les communs du château des Conti à Issy-les-Moulineaux l'atelier d'un de ses derniers mouleurs et proches collaborateurs : Paul Cruet.

Employé par le Maître, puis par le Musée Rodin de novembre 1905 à février 1940 en qualité de chef-mouleur, celui-ci devient un collaborateur précieux et estimé dont l'expertise a régulièrement été sollicitée dans différents domaines. C'est en particulier à lui qu'est confiée la tâche d'achever la mythique Porte de l'Enfer en 1917.

Jusqu'à sa fermeture en 1937, son atelier isséen compte parmi l'un des principaux lieux d'activité du Musée Rodin.

A la fin de sa vie, il possédait une collection dont donation a été faite à la Ville en 1966 et 1974. Conservé au Musée Français de la Carte à Jouer, ce fonds comprend en particulier des photographies anciennes, une aquarelle et sept sculptures en plâtre (dont un buste de Camille Claudel et une tête d'un des Bourgeois de Calais, Pierre de Wissant).

L'ensemble sera présenté au côté d'une sélection d'œuvres à la réalisation desquelles Paul Cruet a travaillé. L'exposition a en effet bénéficié de l'aide et du soutien du Musée Rodin qui a bien voulu ouvrir largement l'accès à ses archives et à ses réserves.

Elle permettra aussi sur le plan esthétique de s'arrêter sur les processus créatifs en sculpture et plus particulièrement le procédé du moulage. Le mouleur joue en effet un rôle important non seulement sur le plan technique (du fait du nombre et de la complexité des étapes mises en œuvre) mais surtout sur le plan esthétique.

#CentenaireRodin
#Rodin100
http://rodin100.org/fr/actualit%C3%A9s/auguste-rodin-et-son-mouleur-paul-cruet

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Paul Cruet procédant au moulage d'Ugolin, tirage photographique 22.4 x 17.3 cm, coll. M F C J - Issy-les-Moulineaux © F. Doury

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), L'Âge d'airain (Grand modèle), 1877, plâtre patiné au vernis gomme laque, 180 x 68.5 x 54.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Saint Jean-Baptiste (Grand modèle), 1880, plâtre patiné au vernis gomme laque, 203 x 71.7 x 119.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Buste de Dalou, 1883, plâtre stéariné, 52 x 43 x 24 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Location:
Pavillon Carré de Baudouin
121, rue de Ménilmontant
75020 Paris
M° Gambetta, Ménilmontant, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 58 53 55 40
Internet Site : www.carredebaudouin.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"

du 27 avril au 29 septembre 2018, prolongée jusqu'au 2 janvier 2019
du mardi au samedi de 11h à 18h

Personnage clé de l'histoire de la photographie française, Willy Ronis (1910-2009) est l'une des plus grandes figures de cette photographie dite « humaniste », attachée à capter fraternellement l'essentiel de la vie quotidienne des gens. À partir de 1985, Willy Ronis se plonge dans son fonds photographique pour sélectionner ce qu'il considère comme l'essentiel de son travail. Il réalise une série de six albums, constituant ainsi son « testament photographique ». Ces albums inédits sont la matrice de cette exposition.

À l'invitation de Frédérique Calandra, Maire du 20e arrondissement, Willy Ronis par Willy Ronis est à voir et à écouter du 27 avril au 29 septembre 2018, au Pavillon Carré de Baudouin, qui fête ses dix ans cette année, au cœur de ce quartier de Paris qu'il aimait tant.

Devenu reporter photographe en 1936, Willy Ronis mène de front commandes et recherches personnelles. Observant le monde, ses photos dressent une sorte de portrait à la fois intimiste et profond de la société et de l'époque. Elles constituent un immense travelling qui donne à voir, à comprendre et à aimer les gens dans l'ordinaire de leur vie. En plaçant l'homme au centre de son œuvre, en posant sur lui un regard optimiste et bienveillant, Willy Ronis n'en néglige pas pour autant de rendre compte de la dureté de l'époque, d'où ces nombreuses images sur le monde du travail et les luttes ouvrières, marquant son empathie et un engagement social qui perdure tout au long de son œuvre.

Outre les photographies exposées, près de deux cents, réalisées entre 1926 et 2001, le public pourra également feuilleter les albums à partir de bornes composées de tablettes interactives. Par ailleurs, une série de films et de vidéos réalisés sur Willy Ronis sera projetée dans l'auditorium selon une programmation particulière. Une occasion unique d'entrer de plain-pied dans l'univers personnel de l'artiste.

Neuf ans après le décès de Willy Ronis, cette exposition célèbre la clôture de la succession et l'entrée de l'œuvre dans les collections de la MAP, l'établissement du ministère de la Culture qui gère, entre autres, les grandes donations photographiques faites à l'État. Le commissariat de cette exposition est assuré par Gérard Uféras, photographe, l'un des plus proches amis de Willy Ronis, et par Jean-Claude Gautrand, photographe, journaliste et historien de la photographie française. Toutes les photographies exposées font l'objet d'un travail exceptionnel au sein du laboratoire de l'Agence photographique de la Réunion des musées nationaux - Grand Palais, qui les diffuse en exclusivité.

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Pendant le défilé de la victoire du Front populaire, rue Saint-Antoine, Paris, 14 juillet 1936
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Les Amoureux de la Bastille, Paris, 1957
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Le Café de France, L'isle-sur-la-Sorgue, 1979
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

[Cannes] 71ème Festival International du Film de Cannes 2018
Location:
Cannes
Cannes
06400 Cannes
M° Gare SNCF de Cannes
France
Internet Site : www.cannes.com
Description:
71ème Festival de Cannes 2018

du 8 au 19 mai 2018

http://www.festival-cannes.fr

#Cannes2018

[Cannes] 71ème Festival de Cannes 2018
L'affiche officielle du Festival de Cannes 2018 montre « Pierrot le fou » de Jean-Luc Godard (1965). Un beau baiser entre Anna Karina et Jean-Paul Belmondo

Exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"
Location:
Galerie Azzedine Alaïa
18, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 72 19 19
Mail : galerie@alaia.fr
Internet Site : www.alaia.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Du 22 janvier au 10 juin
Tous les jours de 11h à 19h

Vernissage le dimanche 21 janvier en présence d'Olivier Saillard, Christoph bon Weyhe, Jean-Baptiste Mondino, Naomi Campbell, Didier Krzentowski, Jack Lang, Cindy Crawford Kaia Gerber, Farida Khelfa, Carla Sozzani, Paolo Roversi

Disparu le 18 novembre 2017, le génie d'Azzedine Alaïa s'expose au sein de son atelier et de sa galerie d'art dans le 4ème arrondissement de Paris dès aujourd'hui. Orchestrée par Olivier Saillard, cette exposition met en lumière les pièces les plus emblématiques du créateur, qui sera également à l'honneur du Design Museum de Londres qui, dès le mois de mai 2018, accueillera l'exposition "Azzedine Alaïa, The Couturier". Le plus ? C'est le créateur lui-même qui a choisi les 60 pièces couture exposées.

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Décédé le 18 novembre 2017, Azzedine Alaïa a laissé une mode meurtrie de son départ mais enrichie par ses créations. Avec son élégance et ses coupes précises sublimant les courbes comme marques de fabrique, le couturier se voit déjà célébré par une exposition parisienne. Direction l'atelier et la galerie d'art du créateur, situés au 18 rue de la Verrerie dans le quatrième arrondissement où les créations les plus emblématiques d'Azzedine Alaïa se donnent à voir, scénographiées par Olivier Saillard, ancien directeur du Palais Galliera. A voir jusqu'au 10 juin 2018. Et cette année sera assurément l'année Alaïa puisqu'Outre-Manche, le créateur sera également à l'honneur d'une exposition au Design Museum.

Du 10 mai au 7 octobre 2018, "Azzedine Alaïa : The Couturier" dévoilera une soixantaine de silhouettes choisies avec soin par le maître avant son décès. Curatée en partie par le créateur lui-même, cette exposition promet de mettre en scène des pièces plus qu'intimes et chargées d'histoire. C'est à même la peau de ses mannequins qu'il sculptait ses robes aujourd'hui pièces de collection. Travaillant les tissus les plus luxueux, Azzedine Alaïa mêlait aussi son savoir-faire précieux aux matières innovantes et aux techniques modernes.

Pour faire écho à plus de 35 ans de couture, des pièces architecturales seront commandées pour l'occasion. Artistes et designers rendront ainsi hommage au couturier à la passion brûlante de la mode.

Azzedine Alaïa : Je suis Couturier - jusqu'au 10 juin 2018 18 rue de la Verrerie 75004 Paris

Azzedine Alaïa : The Couturier - du 10 mai au 7 octobre 2018 Design Museum - 224-238 Kensington High St, Kensington, Londres

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00 [17:00-21:00] Vernissage de Ferdinand Boutard "Catfights"
Location:
Atelier Hauteville
74, rue d'Hauteville
75010 Paris
M° Poissonnière
France
Mobile : +33 (0)6 03 35 09 96
Internet Site : www.atelierhauteville.com
Description:
Ferdinand Boutard expose sa nouvelle série Catfights à l'Atelier Hauteville, le vernissage aura lieu le jeudi 10 mai 2018 à partir de 17h. Il pose ses toiles pour 96 heures d'expo, jusqu'au dimanche 13 mai.

Les femmes s'appellent toujours ma chérie avant de se crêper le chignon.
L'Importance d'être Constant d'Oscar Wilde.

L'univers pictural de Ferdinand Boutard est un grand théâtre où se fixe un enchaînement de fantasmes et d'obsessions toujours teinté d'humour. Sa peinture, technique et maîtrisée, toute en détails, marque aussi par une douce violence.

Dans sa nouvelle série, Catfights, Ferdinand met en scène des femmes. Elles se battent, se mordent et se crêpent le chignon jusqu'à l'épuisement.

Sous un foisonnement de frous-frous et de jupons, il nous montre une part de la féminité inavouable. Celle dans laquelle se cachent la jalousie, la rivalité et la colère. Il révèle ce qui est dissimulé derrière le rideau et met à nu toute l'ironie et le pathétique de la scène.


Conversation avec Ferdinand Boutard

Atelier Hauteville : Quelle histoire racontes-tu au fil de tes différentes séries ? Y-a-t-il un fil conducteur ?

Je ne sais pas si mes séries racontent une même histoire mais il y a bien un fil conducteur. Une façon de parler du laid de la plus belle manière possible. Je veux capter l'attention longtemps avec une petite histoire, l'humour et une facture picturale séduisante. Ensuite, j'aime jouer avec des contraires et des ambiguïtés de lecture. C'est ce fil que j'essaye de garder à l'esprit d'une série à l'autre.

AH : Comment as-tu abordé cette nouvelle série Catfights, juste après The Little Red Riding Hood (Le petit chaperon rouge)?

FB : Un peu de la même manière que j'ai attaqué The Little Red Riding Hood qui avait été inspirée par la série précédente The Way Back. C'est d'être confronté à la série en cours de réalisation qui fait germer des idées pour le projet suivant. A terme, il y a l'envie d'aller plus loin, de raconter des choses laissées de côté et me poser de nouveaux défis techniques.

AH : Est-ce le défi technique qui guide ton parcours de peintre ?

FB : Il fait partie du projet. Pour moi, il n'y a pas d'art sans technique, sans savoir faire. C'est aussi simple que ça.

AH : Ton style est très cinématographique, la photographie joue un rôle important dans ton processus de création ?

FB : Je ne suis pas particulièrement cinéphile mais en revanche, il faudrait avoir vécu sous un caillou pour ne pas avoir été nourri de cinéma et de photo. Ce sont donc nécessairement des influences, oui.

AH : Quelles sont tes influences ?

FB : Elles sont terriblement nombreuses et en les citant, j'en oublierai forcément mais pour parler uniquement de peinture, il y a d'abord Vermeer, Velasquez et Caravaggio, les maîtres classiques de l'ombre et de la lumière. Waterhouse, Alma Tadema et Constant parmi les Préraphaélites et orientalistes. Parmi les contemporains, Hale, Williams et Wood pour leurs graphismes et Rockwell ne serait-ce que pour son humour.

AH : Les femmes sont toujours dans une situation particulière dans ta peinture, que peux-tu nous en dire ?

FB : Principalement, ça me fait rire (moins le Petit chaperon rouge, c'est vrai mais de ce point de vue, il faut probablement prendre cette série comme une parenthèse dans mon travail). Ajouté à cela, le fait que je fais poser des amis et que j'aime bien mettre mes amis dans la m... Sinon, c'était certainement personnel mais The Way Back et Catfights ne me faisaient pas autant marrer avec des hommes.

www.ferdiferdi.com

Vernissage de Ferdinand Boutard "Catfights"


[18:00-21:00] Vernissage de Christian Jodin
Location:
Galerie Beauté Du Matin Calme
54, avenue de la Motte-Picquet
Village Suisse
Place de Lugano
75015 Paris
M° La Motte-Picquet - Grenelle
France
Phone : +33 (0)9 80 78 99 16
Mobile : +33 (0)6 77 81 27 11
Mail : contact@bdmc.fr
Internet Site : www.bdmc.fr
Description:
Place de Lugano

Du 10 au 13 Mai 2018 de 10h30 à 18h30

Par la fragmentation du sujet, les vastes compositions du jeune peintre Christian JODIN réinventent une esthétique de la lumière et de la couleur. L'énergie qui se dégage de ce travail explique le succès rencontré par cet artiste ces dernières années, tant par les multiples expositions internationales que nationales, d'Osaka à Monaco. Son art a aussi séduit notre président de la république Monsieur Macron, qui a acheté une de ses toiles.

Vernissage de Christian Jodin

[18:00-21:00] Vernissage de Julien Fischel, Nicola Bonessa et Géraldine Guilbaud
Location:
Cloître des Billettes
Centre Culturel Luthérien
24, rue des Archives
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 40 72 38 79
Description:
du 9 au 23 mai 2018

Vernissage de Julien Fischel, Nicola Bonessa et Géraldine Guilbaud

[18:00-21:00] Vernissage de Liliane Klapisch "Au jour le jour, 2008-2018"
Location:
Villeneuve-sur-Yonne
Villeneuve-sur-Yonne
89500 Villeneuve-sur-Yonne
M° Gare SNCF de Villeneuve-sur-Yonne
France
Internet Site : www.villeneuve-yonne.fr
Description:
Musée-Galerie Carnot
Porte de Joigny
4 bis, rue Carnot

Vernissage de Liliane Klapisch "Au jour le jour, 2008-2018"
Vernissage de Liliane Klapisch "Au jour le jour, 2008-2018"

[18:00-21:00] Vernissage de Thomas Devaux "Rayons"
Location:
Galerie Bertrand Grimont
42-44, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 71 30 87
Mobile : +33 (0)6 85 45 01 30
Mail : info@bertrandgrimont.com
Internet Site : www.bertrandgrimont.com
Description:
Exposition personnelle du 10 mai au 16 juin 2018
Vernissage le jeudi 10 mai de 18h à 21h

Avec les Rayons, Thomas Devaux complète sa vision critique de l'univers consommatoire en se réappropriant pour la première fois les codes de la peinture abstraite, après avoir longtemps revisité ceux du portrait classique. La série réunit ainsi des photographies d'étals de supermarché, floutées jusqu'à obtenir de larges aplats de couleurs aux contours indécis, articulés entre eux dans un dégradé de lumière. Très proche de certaines formes de l'expressionnisme abstrait, la peinture de Mark Rothko en première ligne, chaque composition se présente comme l'expression d'un résidu optique, agençant les restes d'une vision filtrée réduite à la seule perception des ondes lumineuses. Aussi minimal que le traitement qui est appliqué aux images, son titre renvoie ainsi conjointement à son sujet originel (les rayons de supermarché) comme à l'effet d'optique produit par le processus d'abstractisation (les faisceaux chromatiques). Présentée en regard de la série The Shoppers - des clients de supermarché saisis au moment du passage en caisse - et de l'installation Cet obscur objet du désir - un tapis de caisse minimaliste aux formes incisives et menaçantes - la série adopte les codes couleurs de la grande distribution (bleu, violet, rose, rouge, orange) pour mieux critiquer les stratégies marketing sous-jacentes. Les tensions entre des tonalités vives et des bandes noires accentuent en effet la force de séduction de cette palette standardisée pour mieux inviter à la méfiance, en établissant une distance critique entre les surfaces chromatiques sublimées et la trivialité de leurs modèles.

Contrastant avec les portraits en noir et blanc de The Shoppers, ces compositions non figuratives et colorées sont présentées dans un cadre en aluminium, doré à la feuille d'or. Leur rendu flottant, fugitif, produit un effet contemplatif à double tranchant : il peut ironiquement reproduire les conditions d'un processus hypnotique, similaire aux manipulations de l'attention des clients dans les supermarchés, comme il peut au contraire inviter à une méditation patiente et improductive, offrant la possibilité de s'extraire des temps de la consommation.

Ces lignes d'horizon évanescentes orientent enfin une lecture plus spirituelle de la série, renouant avec les discours des Vassily Kandinsky, Mark Rothko ou Barnett Newman pour qui la peinture abstraite est l'occasion d'un accès métaphysique. Thomas Devaux poursuit ici son travail de déconstruction de l'iconographie religieuse (Pietà, Madone, reliques) entrepris dans ses précédentes séries pour questionner les nouvelles transcendances du monde contemporain. L'industrie est alors pensée comme une puissance extérieure régulatrice, qui organise la consommation de masse à travers tout un ensemble de symboles mercantiles. En empruntant le vocabulaire formel de la représentation du divin pour traiter le mobilier industriel des supermarchés, Thomas Devaux met en exergue la force de subversion de l'industrie qui fétichise les marchandises comme on sacralise des icônes.

Texte de Florian Gaité

Vernissage de Thomas Devaux "Rayons"
Thomas Devaux, "Rayon 22.9 Parties 1, 2, 3, 4", 2017
200 x 200 cm, Impression pigmentaire sur papier Fine Art, cadre doré à la feuille d'or 22 carats.
Photo : Thomas Devaux

[18:00-21:00] Vernissage du 1er salon de l'Art d'abord
Location:
La Galerie Ménil'8
Les Ateliers de Ménilmontant
8, rue Boyer
75020 Paris
M° Gambetta, Ménilmontant
France
Internet Site : ateliersdemenilmontant.org/adm/annexes/expo_menil8/expo_menil8.htm
Description:
du 10 au 13 mai
vendredi 11 mai de 14h à 20h30, samedi 12 et dimanche 13 mai de 11h à 20h30
vernissage jeudi 10 mai à partir de 18h

Annie Albert, Tanya Angelova, Daniel Barache, Bertrand Bellon, Franck Bertran, Michel Cailleteau, Michel Crine, Muriel Dumoulin, José Escriche, Georges Franco, Céline François, Anais Fromentière, Ghislaine Guérin, Pascal Guichard, Annette Jalilova, Emmanuèle Lagrange, Valerio Leoni, Marina Lesur, Dany Masternak, Pasqui R, Passante Pensante, Pascale Perez, Dominique Pilet, Polska, Traute Schmaljohann, Louis Tranchinsu, Mercedes Uribe, Marie-France Vassel, Chantal Viaud, Mireille Weinland, Alycia Yebra

Vernissage du 1er salon de l'Art d'abord

[18:30-21:00] Vernissage de Delphine Monnereau "Tous les cadres sont blanc et noir"
Location:
Galerie Maître Albert
6, rue Maître-Albert
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 55 42 73 77
Mail : jdm@lmet.fr
Internet Site : www.maitrealbertgallery.com
Description:
Delphine Monnereau, la galerie Maître Albert seraient heureux de vous recevoir autour d'un verre pour le vernissage de l'exposition "Tous les cadres sont blanc et noir" le jeudi 10 mai 2018 à partir de 18h30 jusqu'à 21h.
Le samedi 12 mai, un concert de blues aura lieu à partir de 19 heures jusqu'à 21h30 à la galerie en présence de l'artiste

Vernissage de Delphine Monnereau "Tous les cadres sont blanc et noir"



[19:00-22:00] Vernissage de Carlos Garcia Noriega Bueno "Alma Dura"
Location:
Galerie NH
64, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau, Etienne Marcel
France
Mail : contact@galerienh.com
Internet Site : www.galerienh.com
Description:
La série de sculptures monumentales Alma Dura / Ame Dure fait référence à des sujets sociaux, politiques et environnementaux où, les affectés à travers leur lutte et leur résistance s'en sortent devant toutes les adversités rencontrés.

Carlos Garcia Noriega Bueno collabore avec des associations civiles où il cherche à canaliser l'attention sur les problèmes vécus au Mexique. Cette série est une contestation et une critique à niveau mondial, spécifiquement sur le problème des frontières ainsi que du nationalisme qui ne cesse d'augmenter, les abeilles en voie de disparition et les réfugiés.

Avec sa première exposition individuelle en France, il cherche à centrer l'énergie pour ainsi reconnaître l'âme et l'esprit de toutes les personnes qui se trouvent enveloppées dans ces situations quotidiennement.

Les sculptures sont là pour nous transmettre cette incroyable fragilité dans leur structure mais leur résilience dans les matériaux utilisés (aluminium, cuivre et acier). A travers les formes et les angles droits il nous montre la force humaine à surpasser toute adversité. L'utilisation de ses trois métaux nous remet à chacune des causes supportées.

Vernissage de Carlos Garcia Noriega Bueno "Alma Dura"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Lignes de vie"
Location:
Vanities Gallery
16, rue Popincourt
sur cour
Code 4691#
75011 Paris
M° Voltaire
France
Phone : +33 (0)9 87 07 64 08
Mobile : +33 (0)6 75 21 39 11
Mail : vanitiesgallery@gmail.com
Internet Site : www.vanitiesgallery.com
Description:
'LIGNES DE VIE'
Lignes, contre courbes, entrelacs

Yon Costes, Peintre-performer présentera une série de dessins et d'encres. Il transcrit le mouvement à travers la mine de plomb sur papiers de mûrier. Affectionnant le Japon et la danse contemporaine, Yon Costes est un artiste transversal. Pont entre la zen attitude asiatique et le lâché prise européen, il extrait de ces références des œuvres fortes emplies de sérénité. Dans cette exposition, il continue à explorer le travail qu'il a commencé lors de l'exposition 'Frontières Croisées' à Monaco en 2015 usant de la ligne comme d'un vecteur de transmission. La ligne se veut mouvante, éthérée, symbole de mémoire et trace de l'humanité.
Plus d'information sur : https://yon.book.fr

Maxence Doré, Diplôme de l'école d'architecture et du paysage, propose au visiteur de découvrir sa série de peintures où l'entrelac est maître. Mixant le dessin analytique et la pratique du graff, Maxence Doré affirme une esthétique aboutie, fine et colorée. Telle des cartes topographiques, voir géologiques, nous lisons en ces huiles sur bois des réseaux hydrographiques, des cumulonimbus qui s'entremêlent et même des failles qui s'entrechoquent. Véritable travail où la cosmologie est définie par une accumulation de lignes qui évoque le trou noir, l'horizon, l'asymptote de la vie.
Plus d'informations sur : https://www.maxencedore.com/maxencedore

Vernissage de l'exposition "Lignes de vie"




[20:00-23:00] [Cannes] Inauguration de la plage Magnum
Location:
Plage Magnum
Plage Miramar
64, La Croisette
06400 Cannes
M° Gare SNCF de Cannes
France
Internet Site : www.realite-virtuelle.net/gite/miramar_plage_croisette/fr/index.php?site=location
Description:
avec Bella Hadid et The Weeknd

C'est une Bella Hadid superstar qui est arrivée sur la Croisette ce jeudi. Depuis deux ans, la sublime top model est devenue l'atout charme du festival. Il n'a suffit que d'un passage sur le red carpet, qui ne se souvient pas de son défilé en robe de satin rouge, pour rendre chacune de ses apparitions aussi attendues qu'une star de cinéma. Alors jeudi, pour se rendre à l'inauguration de la plage Magnum dont elle est cette année l'égérie, Bella Hadid a tout simplement créé sur la Croisette un mouvement de foule général ! Pour ne pas dire une émeute ! Que ce soit ses fans, les festivaliers, les touristes ou tout simplement les cannois, tout le monde souhaitait au moins croiser du regard le phénomène Hadid avant son passage sur les marches du Palais des festivals.

Pour cette inauguration, la jeune femme de 21 ans avait opté pour une délicieuse robe blanche, rehaussée par des taillons aiguilles. Pour plus de fraîcheur, Bella a choisi un maquillage clair, des bijoux très discrets et une coiffure coiffée décoiffée du plus bel effet. Il est certain qu'elle attend la montée des marches pour sortir le grand jeu.

[Cannes] Inauguration de la plage Magnum

[Cannes] Inauguration de la plage Magnum







[23:00] Lancement de Savage x Fenty
Location:
New York
New York
10007 New York
Etats-Unis
Internet Site : www.nyc.gov
Description:
Après «Fenty Beauty», Rihanna lance Savage x Fenty sa ligne de lingerie dont le lancement avait lieu à New York jeudi 10 mai.

Icône pop et véritable business woman, Rihanna est sur tous les fronts. Après avoir conquis le monde de la musique, pris d'assaut la fashion sphère et envoûté les beauty addicts, la chanteuse se lance un nouveau challenge avec Savage x Fenty, sa marque de lingerie. Et pour le lancement qui avait lieu ce jeudi à New York, Riri avait sorti le grand jeu. En guise de robe, elle avait opté pour une simple nuisette noire très échancrée, associée à une paire d'escarpins. La touche sexy : les porte-jarretelles que la belle avait choisis pour parfaire cette tenue aussi glamour que charnelle. Très fière de son look, la star a rapidement partagé quelques clichés de la soirée sur Instagram. De quoi enflammer la toile et affoler ses fans, qui se sont empressés de liker en masse les publications.

Lancement de Savage x Fenty

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés