Saturday, June 2, 2018
Public Access


Category:
Category: All

02
June 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

  Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Du 13 décembre 2017 au 20 mai 2018, prolongation jusqu'au 12 août 2018
Du mercredi au vendredi : 11h - 17h / Samedi et dimanche : 14h - 18h
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche - Fermé le lundi et les jours fériés

Entrée libre le premier dimanche de chaque mois
Plein tarif : 4.70 € / 3.60 € pour les Isséens et GPSO
Tarif réduit : 3.60 € / 2.60 € pour les Isséens et GPSO
Gratuit pour les moins de 26 ans
Audio guide français / anglais : gratuit

Labellisée « Centenaire Auguste Rodin », cette exposition au Musée Français de la Carte à Jouer sera la dernière manifestation de cette année consacrée à l'une des figures les plus indépendantes du monde de l'art. Mêlant sculptures et photographies, elle s'accompagnera d'une riche programmation avec des conférences mensuelles et des projections.

En 1908, Auguste Rodin, qui habite la Villa des Brillants à Meudon depuis une douzaine d'années, fait installer dans les communs du château des Conti à Issy-les-Moulineaux l'atelier d'un de ses derniers mouleurs et proches collaborateurs : Paul Cruet.

Employé par le Maître, puis par le Musée Rodin de novembre 1905 à février 1940 en qualité de chef-mouleur, celui-ci devient un collaborateur précieux et estimé dont l'expertise a régulièrement été sollicitée dans différents domaines. C'est en particulier à lui qu'est confiée la tâche d'achever la mythique Porte de l'Enfer en 1917.

Jusqu'à sa fermeture en 1937, son atelier isséen compte parmi l'un des principaux lieux d'activité du Musée Rodin.

A la fin de sa vie, il possédait une collection dont donation a été faite à la Ville en 1966 et 1974. Conservé au Musée Français de la Carte à Jouer, ce fonds comprend en particulier des photographies anciennes, une aquarelle et sept sculptures en plâtre (dont un buste de Camille Claudel et une tête d'un des Bourgeois de Calais, Pierre de Wissant).

L'ensemble sera présenté au côté d'une sélection d'œuvres à la réalisation desquelles Paul Cruet a travaillé. L'exposition a en effet bénéficié de l'aide et du soutien du Musée Rodin qui a bien voulu ouvrir largement l'accès à ses archives et à ses réserves.

Elle permettra aussi sur le plan esthétique de s'arrêter sur les processus créatifs en sculpture et plus particulièrement le procédé du moulage. Le mouleur joue en effet un rôle important non seulement sur le plan technique (du fait du nombre et de la complexité des étapes mises en œuvre) mais surtout sur le plan esthétique.

#CentenaireRodin
#Rodin100
http://rodin100.org/fr/actualit%C3%A9s/auguste-rodin-et-son-mouleur-paul-cruet

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Paul Cruet procédant au moulage d'Ugolin, tirage photographique 22.4 x 17.3 cm, coll. M F C J - Issy-les-Moulineaux © F. Doury

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), L'Âge d'airain (Grand modèle), 1877, plâtre patiné au vernis gomme laque, 180 x 68.5 x 54.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Saint Jean-Baptiste (Grand modèle), 1880, plâtre patiné au vernis gomme laque, 203 x 71.7 x 119.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Buste de Dalou, 1883, plâtre stéariné, 52 x 43 x 24 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Location:
Pavillon Carré de Baudouin
121, rue de Ménilmontant
75020 Paris
M° Gambetta, Ménilmontant, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 58 53 55 40
Internet Site : www.carredebaudouin.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"

du 27 avril au 29 septembre 2018, prolongée jusqu'au 2 janvier 2019
du mardi au samedi de 11h à 18h

Personnage clé de l'histoire de la photographie française, Willy Ronis (1910-2009) est l'une des plus grandes figures de cette photographie dite « humaniste », attachée à capter fraternellement l'essentiel de la vie quotidienne des gens. À partir de 1985, Willy Ronis se plonge dans son fonds photographique pour sélectionner ce qu'il considère comme l'essentiel de son travail. Il réalise une série de six albums, constituant ainsi son « testament photographique ». Ces albums inédits sont la matrice de cette exposition.

À l'invitation de Frédérique Calandra, Maire du 20e arrondissement, Willy Ronis par Willy Ronis est à voir et à écouter du 27 avril au 29 septembre 2018, au Pavillon Carré de Baudouin, qui fête ses dix ans cette année, au cœur de ce quartier de Paris qu'il aimait tant.

Devenu reporter photographe en 1936, Willy Ronis mène de front commandes et recherches personnelles. Observant le monde, ses photos dressent une sorte de portrait à la fois intimiste et profond de la société et de l'époque. Elles constituent un immense travelling qui donne à voir, à comprendre et à aimer les gens dans l'ordinaire de leur vie. En plaçant l'homme au centre de son œuvre, en posant sur lui un regard optimiste et bienveillant, Willy Ronis n'en néglige pas pour autant de rendre compte de la dureté de l'époque, d'où ces nombreuses images sur le monde du travail et les luttes ouvrières, marquant son empathie et un engagement social qui perdure tout au long de son œuvre.

Outre les photographies exposées, près de deux cents, réalisées entre 1926 et 2001, le public pourra également feuilleter les albums à partir de bornes composées de tablettes interactives. Par ailleurs, une série de films et de vidéos réalisés sur Willy Ronis sera projetée dans l'auditorium selon une programmation particulière. Une occasion unique d'entrer de plain-pied dans l'univers personnel de l'artiste.

Neuf ans après le décès de Willy Ronis, cette exposition célèbre la clôture de la succession et l'entrée de l'œuvre dans les collections de la MAP, l'établissement du ministère de la Culture qui gère, entre autres, les grandes donations photographiques faites à l'État. Le commissariat de cette exposition est assuré par Gérard Uféras, photographe, l'un des plus proches amis de Willy Ronis, et par Jean-Claude Gautrand, photographe, journaliste et historien de la photographie française. Toutes les photographies exposées font l'objet d'un travail exceptionnel au sein du laboratoire de l'Agence photographique de la Réunion des musées nationaux - Grand Palais, qui les diffuse en exclusivité.

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Pendant le défilé de la victoire du Front populaire, rue Saint-Antoine, Paris, 14 juillet 1936
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Les Amoureux de la Bastille, Paris, 1957
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Le Café de France, L'isle-sur-la-Sorgue, 1979
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Fête nationale italienne
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Abolition de la Monarchie et proclamation de la République en 1946

Exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"
Location:
Galerie Azzedine Alaïa
18, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 72 19 19
Mail : galerie@alaia.fr
Internet Site : www.alaia.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Du 22 janvier au 10 juin
Tous les jours de 11h à 19h

Vernissage le dimanche 21 janvier en présence d'Olivier Saillard, Christoph bon Weyhe, Jean-Baptiste Mondino, Naomi Campbell, Didier Krzentowski, Jack Lang, Cindy Crawford Kaia Gerber, Farida Khelfa, Carla Sozzani, Paolo Roversi

Disparu le 18 novembre 2017, le génie d'Azzedine Alaïa s'expose au sein de son atelier et de sa galerie d'art dans le 4ème arrondissement de Paris dès aujourd'hui. Orchestrée par Olivier Saillard, cette exposition met en lumière les pièces les plus emblématiques du créateur, qui sera également à l'honneur du Design Museum de Londres qui, dès le mois de mai 2018, accueillera l'exposition "Azzedine Alaïa, The Couturier". Le plus ? C'est le créateur lui-même qui a choisi les 60 pièces couture exposées.

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Décédé le 18 novembre 2017, Azzedine Alaïa a laissé une mode meurtrie de son départ mais enrichie par ses créations. Avec son élégance et ses coupes précises sublimant les courbes comme marques de fabrique, le couturier se voit déjà célébré par une exposition parisienne. Direction l'atelier et la galerie d'art du créateur, situés au 18 rue de la Verrerie dans le quatrième arrondissement où les créations les plus emblématiques d'Azzedine Alaïa se donnent à voir, scénographiées par Olivier Saillard, ancien directeur du Palais Galliera. A voir jusqu'au 10 juin 2018. Et cette année sera assurément l'année Alaïa puisqu'Outre-Manche, le créateur sera également à l'honneur d'une exposition au Design Museum.

Du 10 mai au 7 octobre 2018, "Azzedine Alaïa : The Couturier" dévoilera une soixantaine de silhouettes choisies avec soin par le maître avant son décès. Curatée en partie par le créateur lui-même, cette exposition promet de mettre en scène des pièces plus qu'intimes et chargées d'histoire. C'est à même la peau de ses mannequins qu'il sculptait ses robes aujourd'hui pièces de collection. Travaillant les tissus les plus luxueux, Azzedine Alaïa mêlait aussi son savoir-faire précieux aux matières innovantes et aux techniques modernes.

Pour faire écho à plus de 35 ans de couture, des pièces architecturales seront commandées pour l'occasion. Artistes et designers rendront ainsi hommage au couturier à la passion brûlante de la mode.

Azzedine Alaïa : Je suis Couturier - jusqu'au 10 juin 2018 18 rue de la Verrerie 75004 Paris

Azzedine Alaïa : The Couturier - du 10 mai au 7 octobre 2018 Design Museum - 224-238 Kensington High St, Kensington, Londres

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

Vernissage de l'exposition "Azzedine Alaïa : Je suis Couturier"

08:00  
09:00  
10:00 [10:00-13:00] Dédicade de Marie Stoclet Bardon pour Pavlova
Location:
Boulogne-Billancourt
Boulogne-Billancourt
92100 Boulogne-Billancourt
M° Boulogne - Jean Jaurès, Marcel Sembat, Billancourt
France
Internet Site : www.boulognebillancourt.com
Description:
Librairie Périples 2
54 Avenue Jean-Baptiste Clement

Dédicade de Marie Stoclet Bardon pour Pavlova

11:00
12:00
13:00 [13:00-20:00] Vernissage de l'exposition "L'Exode au Clair de Terre"
Location:
Pavillon de la Muette
route forestière des Pavillons
78100 Saint-Germain-en-Laye
M° Gare de Maisons-Laffitte
France
Mobile : +33 (0)6 46 85 22 66
Mail : contact@pavillondelamuette.com
Internet Site : www.pavillondelamuette.com
Description:
Ouvert uniquement les week-ends du mois de juin

Vernissage : 02.06.18 / 13h-20h
Une automobile de 8 places sera disponible du RER Maison-Laffitte au Pavillon de la Muette toutes les 30 minutes durant le vernissage.
Peur ceux qui souhaitent traverser la forêt de Saint-Germain-en-Laye pour accéder au Pavillon, il faut compter 20 minutes de marche.

avec :
Studio Quetzal (Louise Naegelen, Adrien Gadet & Benjamin Lina)
Botanical Agency (Simon de Dreuille & Elena J Seegers)
Hugo Drubay
Hristo Mavrev
Philippe Henry & Wassyl Abdoun-Tamzali
Marion Catusse

En astronomie, le «clair de terre» est la lumière solaire renvoyée par la terre sur un corps céleste. Percevoir la lueur de notre humanité dans son environnement pour découvrir des sensibilités insoupçonnées est le point de départ pour explorer cette exposition.

L'Exode au Clair de Terre est une exposition collective qui présente des productions d'art, de design et d'architecture autour de l'évocation du lieu et de son environnement :
Le Pavillon de la Muette

Vernissage de l'exposition "L'Exode au Clair de Terre"


[14:00-16:00] Dédicace de Brian De Palma pour "Les serpents sont-ils nécessaires ?"
Location:
La Cinémathèque Française
Musée du Cinéma
51, rue de Bercy
75012 Paris
M° Bercy
France
Phone : +33 (0)1 71 19 33 33
Mail : contact@cinematheque.fr
Internet Site : www.cinemathequefrancaise.com
Description:
Première mondiale à la librairie Millepages pour la signature de son premier roman noir.

C'est le grand soir pour les aficionados de Brian De Palma et c'est une première mondiale, à Vincennes ! L'immense cinéaste américain de 77 ans sera en rencontre-dédicace, ce mercredi soir, dès 19 heures, à la librairie Millepages, pour son premier roman noir, titré « Les serpents sont-ils nécessaires ? », coécrit avec Susan Lehman et paru aux éditions Rivages Noir. L'événement est exceptionnel ; De Palma n'assurant que deux autres signatures en France, à Paris, vendredi 1er juin à 18 heures Fnac des Ternes (avenue des Ternes) dans le XVIIe et samedi 2 juin, à 14 heures, à la Cinémathèque française (rue de Bercy) dans le XIIe.

Au sein de la librairie indépendante Millepages, c'est avec une sérénité de pro que l'on attend le maître des célèbres films « Phantom of the Paradise », « les Incorruptibles », « Dahlia Noir », et « Scarface ». Et surtout les visiteurs qui seront vraisemblablement en très grand nombre. « Le protocole est clair, explique Pascal Thuot, directeur de Millepages qui peaufine les derniers aménagements. Nous commencerons avec un entretien de quelques questions sur ce roman, que je mènerai en français aux côtés du traducteur Dominique Chevallier. Puis le public devra se mettre en file d'attente pour les dédicaces. Les selfies sont interdits ! »

En attendant De Palma, le canapé rouge des entretiens de Millepages trône déjà au rez-de-chaussée de la librairie. Pas d'inquiétude s'il y a foule, la rencontre est sonorisée et audible de tous les coins et recoins de la librairie.

Rencontre-dédicace de « Les serpents sont-ils nécessaires ? » (Rivages Noir, 16 €)

Dédicace de Brian De Palma
Brian De Palma sort son premier roman noir en France

[14:00-21:00] Présentation du 19ème Rallye des Princesses 2018
Location:
Place Vendôme
Place Vendôme
75001 Paris
M° Tuileries, Madeleine, Opéra, Pyramides
France
Internet Site : www.comite-vendome.com
Description:
Présentation du Rallye des Princesses 2018

[14:00-21:00] Vernissage de Josepha
Location:
Artclub Gallery
172, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Phone : +33 (0)1 47 03 42 20
Mail : contact@artclub.fr
Internet Site : www.artclub.fr
Description:
du 2 juin au 5 juillet



[15:00-20:00] Vernissage de Monika Michalko "Veylon"
Location:
Galerie Maïa Muller
19, rue Chapon
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)9 83 56 66 60
Mobile : +33 (0)6 68 70 97 19
Mail : contact@galeriemaiamuller.com
Internet Site : www.galeriemaiamuller.com
Description:
02.06.2018 - 21.07.2018

Préface de l'exposition par Jens Asthoff

Born 1982 in Sokolov, Czech Republic. Lives and works in Berlin, Germany.
Monika Michalko studied from 2003 to 2009 in the class of Norbert Schwontkowski at the University of Fine Arts of Hamburg. Her dreamlike landscapes resonate with echoes of classical modernism, from Kasimir Malevitch to Paul Klee, but also references to Joan Miró and brothers Gert and Uwe Tobias. The artist's colourful paintings on wooden panels are furthermore influenced by her travels to Egypt, India and Turkey, particularly with regard to ornamentation and architectural forms. Michalko's work was shown at Kunsthaus Hamburg in 2013, Kunsthaus Jesteburg in 2016 and at Art Cologne in 2016.

Vernissage de Monika Michalko "Veylon"
* Vue de l'exposition Veylon, Galerie Maïa Muller, Paris ©Rebecca Fanuele

Vernissage de Monika Michalko "Veylon"
Monika Michalko - The radiant child - Oil on canvas- 180 x 140 cm- 2017

[15:30] Signature d'ORLAN
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
Rencontre avec l'artiste ORLAN le samedi 02 juin dès 15h30 pour la sortie de son livre "ORLANoïde robot hybride avec intelligence artificielle et collective" paru aux éditions Lienart, et de l'exposition Artistes & Robots à la boutique de l'exposition au Grand Palais.

[15:30-19:00] Vernissage de Richard Orlinski
Location:
Quartier du Faubourg Saint-Honoré
Rue du Faubourg Saint-Honoré
Croisements avec les rues Royale et Boissy d'Anglas
75008 Paris
M° Madeleine, Concorde
France
Description:
Pop Art Concept Store de Richard Orlinski
68 rue du Faubourg Saint-Honoré

Il est l'un des artistes français les plus en vogue du moment. Richard Orlinski, c'est LE sculpteur préféré des stars du monde entier. Et pour les inconditionnels du crocodile en résine rouge, du loup rugissant ou du Kong noir, l'homme de 51 ans ouvre les portes de sa première galerie à Paris. Les personnalités se sont bousculées au Pop'Art Concept Store, dans le VIIIème arrondissement pour assister au vernissage du créateur de bêtes colorées.

Richard Orlinski est aujourd'hui l'artiste français contemporain le plus vendu dans le monde. Si les plus grandes fortunes se déchirent ses célèbres animaux, l'artiste populaire et accessible, n'hésite pas à casser les codes en exposant gratuitement et à ciel ouvert, pour offrir son art au plus grand nombre. Au sommet des pistes de Courchevel, sur la croisette à Cannes ou dans les locaux parisiens du réseau social Twitter, le sculpteur de 51 ans expose son art aux 4 coins du monde. Mais désormais c'est dans la capitale que l'artiste propose un large choix de nouveautés et de classiques qui l'ont fait connaître : "On a essayé de faire un catalogue des oeuvres que j'ai réalisées jusqu'à aujourd'hui. Mais on a beaucoup axé sur la nouveauté, surtout les séries de pièces en inox, en bronze, en aluminium et ce Tyrex qui va beaucoup plaire aux enfants."

"NOUS AVONS AXÉ SUR LA NOUVEAUTÉ, UN PEU COMME LES CHANTEURS QUI MIXENT LEURS ANCIENS TUBES AVEC LEURS NOUVEAU."

À travers ses oeuvres, représentant des objets ou des personnages à forte valeur symbolique, Richard Orlinski s'interroge aussi sur notre histoire et la société d'aujourd'hui. Imprégné de pop culture, il réinterprète aussi les vêtements iconiques de notre époque comme le perfecto, l'escarpin ou le fameux "jean", que l'actrice française Shirley Bousquet apprécie tout particulièrement : "Il fait aussi de sublimes chaussures qui ressemblent un peu à des Christian Louboutin. Et il y a une sculpture que j'adore qui est un blue jean immense avec un travail magnifique."

ALEX GOUDE, SHIRLEY BOUSQUET, LAURENT BAFFIE, FLORA COQUEREL, BERNARD MONTIEL...TOUS ONT RÉPONDU PRÉSENTS.

Parmi un parterre d'invités de marque, se cache aussi une grande fan de l'art Orlinskien. La jolie Miss France 2014, Flora Coquerel était présente à la soirée d'inauguration : "J'adore ! Cela habille une pièce ou un plateau. L'année dernière, je me souviens qu'il y avait deux chevaux sur le plateau de Miss France et j'avais trouvé cela magnifique. Je suis vraiment fan des animaux." L'artiste le plus prisé au monde, qui compte déjà Sharon Stone et Pharrell Williams comme clients, devrait ajouter un nouvel acheteur 5 étoiles dans son réseau, déjà bien fourni. L'humoriste et impertinent Laurent Baffie envisage (presque) de sauter le pas : "J'ai envie de toutes les posséder. J'ai envie d'avoir tout cela chez moi ! Je vais essayer d'en piquer une mais c'est pas gagné... Il y a beaucoup de sécu ce soir."

La galerie de Richard Orlinski est à découvrir au Pop'Art concept store dans le prestigieux VIIIème arrondissement de Paris. Prochainement, une seconde galerie ouvrira ses portes outre-Atlantique, à Miami.

[15:30-18:00] Vernissage de l'exposition "Foujita, l'art d'illustrer"
Location:
Domaine départemental de Chamarande
38, rue du Commandant Arnoux
91730 Chamarande
M° RER C Chamarande
France
Phone : +33 (0)1 60 82 52 01
Fax : +33 (0)1 60 82 57 79
Mail : chamarande@essonne.fr
Internet Site : www.chamarande.essonne.fr
Description:
Archives départementales de l'Essonne
38 rue du Commandant Arnoux
91730 Chamarande
01 69 27 14 14
archi91(at)cd-essonne.fr
archives.essonne.fr

L'exposition « Foujita, l'art d'illustrer » vient d'ouvrir aux archives départementales de Chamarande. Elle lève le voile sur le travail prolifique d'illustrateur que le peintre Léonard Foujita a réalisé tout au long de sa vie. L'occasion de découvrir un aspect méconnu de l'artiste.

Jusqu'au 4 janvier 2019
du lundi au vendredi de 9 heures à 18 heures et le dimanche de 14 heures à 18 heures
Entrée libre

Vernissage de l'exposition "Foujita, l'art d'illustrer"
Vernissage de l'exposition "Foujita, l'art d'illustrer"
Vernissage de l'exposition "Foujita, l'art d'illustrer"
Vernissage de l'exposition "Foujita, l'art d'illustrer"




[16:00-22:00] Finissage de Bockhaus "I'm Afraid Of Americans"
Location:
Ground Effect
160, rue Montmartre
25A17 fond de cour 2A364
75002 Paris
M° Grands Boulevards, Bourse
France
Mobile : +33 (0)6 87 37 68 30
Mail : contact@groundeffect.fr
Internet Site : www.groundeffect.fr
Description:
Vernissage le Jeudi 17 Mai de 18h à 22h.
Jours d'ouverture sur le formulaire d'inscription.
Ouverture sur RDV de 10h à 18h chaque jour.

Inspiré par une chanson de David Bowie, le titre de l'exposition de Ryan Bock (en français : « J'ai peur des américains ») en dit long sur les œuvres récentes qu'il exposera du 17 mai au 2 juin à la galerie Ground Effect.

Selon lui, il y a bien des raisons, en effet, d'être effrayé par les Etats-Unis. « Vivre en Amérique aujourd'hui, c'est comme regarder un film de série B, affirme-t-il. Le scénario et les personnages sont prévisibles mais ils parviennent quand même à nous faire sursauter à l'occasion. Et, de la même façon qu'en regardant un film d'horreur on est le témoin de l'action, tout en nous situant au dehors d'elle, dépourvu de pouvoir et mis dans une position inactive de voyeurisme ; on finit par devenir ce type obèse dans un fauteuil, en train de mâcher du pop-corn et de crier des obscénités à son écran, pendant que les autres spectateurs s'empressent de lui dire 'chuuut' ».

« Cette perspective explique peut-être pourquoi le thème de l'exposition de Bockhaus prend une dimension satirique. ». Cette perspective explique peut-être pourquoi ses peintures prennent une dimension satirique. Du déclin des symboles culturels à la progression du conformisme, en passant par le nationalisme en tous genres et la violence liée au port d'armes, elles évoquent les clichés d'une culture devenue universelle et la réalité alarmante qu'elle peine à dissimuler. Dans une démarche historique qui lui est propre, Bockhaus interroge une situation politique apparemment absurde, mais surtout complexe, rendue particulièrement obscure par l'apparition des fake news.

L'artiste saisit donc l'opportunité de montrer son travail à Paris plutôt qu'aux Etats-Unis, d'où il est originaire, pour s'imaginer un temps que tous ces problèmes ne le regardent pas. Pourtant, la présence de ses œuvres ici produit irréductiblement l'effet inverse sur le spectateur : qu'en est-il de nous ? se demande-t-il, pris dans un élan d'autodérision contagieuse. Comme dans la chanson de David Bowie, l'on ressort de l'exposition de Bockhaus avec un constat nouveau : "I'm afraid of Americans... I'm afraid of the world..."

L.Levent

>> RSVP

Vernissage de Bockhaus "I'm Afraid Of Americans"

[16:00-21:00] Vernissage d'Iván Argote "Deep Affection"
Location:
Galerie Emmanuel Perrotin
76, rue de Turenne
10, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 16 79 79
Fax : +33 (0)1 42 16 79 74
Mail : info-paris@galerieperrotin.com
Internet Site : www.galerieperrotin.com
Description:
2 juin - 28 juillet 2018
Ouverture du mardi au samedi, 11h-19h
Vernissage le samedi 2 juin, 16h - 21h

Cette nouvelle exposition d'Iván Argote à la galerie Perrotin est conçue comme un essai composé de sculptures, textes, photographies, dessins et films au travers desquels l'artiste propose une discussion à la fois poétique, sociologique et politique sur notre rapport à l'histoire et notre rapport à l'autre.

La stratégie d'Argote pour nous amener à cette réflexion est de nous transporter dans deux villes qui se trouvent être à l'exact opposé l'une de l'autre : Neiva en Colombie et Palembang en Indonésie. Les antipodes parfaits constituent une relation géographique rare qui concerne six paires de villes dans le monde. L'artiste en a produit un film (« As far as we could get ») qui tisse des liens entre ces deux lieux et leurs habitants, en faisant émerger une parole qui, à la fois avec douceur et fermeté, émet des critiques envers les récits historiques hégémoniques. Décentraliser la parole et le regard sont les axes autour desquels gravite ce film.

Le film apparaît et disparaît dans l'espace d'exposition au fil des chapitres, jouant avec l'éclairage. Dans la même salle une installation massive recouvre le sol de la galerie (« About a place »). Des dizaines de dalles de béton rose, réalisées une à une à l'atelier de l'artiste, sont gravées avec des textes qui constituent des poèmes et des réflexions. Ces dalles questionnent le statut du lieu où elles se déploient, de façon à la fois intime, éthique et politique. Elles font face à la complexité contradictoire, d'un contexte comme celui d'un espace d'exposition, ou plus généralement d'une position géographique dans le monde. Notre relation au contexte a un sens que nous pouvons modeler, critiquer et débattre.

Argote utilise également l'axe des antipodes pour introduire une réflexion sur le regard que nous portons sur l'autre. Il fouille dans l'Histoire (« Setting up a system ») afin de retrouver l'origine du concept d'antipode : notion scientifique créée par les premiers géographes grecs vers 300 av. J.C. qui signifie étymologiquement "avec les pieds opposés". Cette idée s'est transformée avec les siècles, laissant apparaître différentes notions du concept lui-même. Argote nous dévoile des icônes (« L'idée de l'autre ») provenant de « La Chronique de Nuremberg », importante encyclopédie publiée en 1493, dans laquelle les habitants des antipodes sont représentés avec des déformations, parfois littéralement avec les pieds inversés. Ces icônes sont confrontées à des photographies prises dans les deux villes citées précédemment - sur lesquelles interviennent des dessins et annotations - représentant des objets et situations qui oscillent entre le banal, l'exceptionnel et le bizarre.

Dans « Fièrement différents », Argote met en scène des petits personnages en bronze aux pieds inversés qui nous regardent avec défiance et humour et nous accompagnent tout au long de l'exposition. L'image déformée de l'autre telle qu'elle était projetée au Moyen-Âge bascule ici vers une représentation à la fois plaisante et fière. La question du rapport à l'autre est centrale dans le travail d'Argote, depuis ses premières œuvres où il crée des interventions et interactions avec les passants dans la rue ou les transports en commun, jusque dans des installations publiques récentes comme « The other, me and the others », une balançoire géante qui bascule selon la position et le nombre de visiteurs.

Dans la série « Skin », sur différentes strates de ciment, des slogans, entrecoupés, créent un contact entre notions corporelles et réflexions politiques, presque dans un sens érotique. Argote y évoque la tendresse, le corps et le contact comme outil de réflexion, thématique également explorée dans des installations publiques au Cameroun (« Oui ma vie »), ou dans des campagnes d'affichage sauvage en Colombie, au Brésil et au Mexique (« Somos Tiernos ») et dernièrement à Paris (« Tendresse Radicale »).

Trois petites photographies datées de 1973 (dont la couleur a viré au violet), sorties d'un album de famille personnel sont disséminées dans la galerie. Nous y voyons des enfants qui manifestent, accompagnés du père de l'artiste qui à l'époque, tout en étant professeur d'école primaire, les formait à la révolte. Ces photographies ont inspiré de nombreux ateliers qu'Argote réalise depuis 2011 dans des écoles et institutions d'art, mais sont aussi le point de départ d'une recherche sur l'histoire de la compagnie Kodak.

Cette recherche a donné naissance au film en 16mm « Reddishblue Memories », réalisé en Colombie dans lequel, dans un cadre intimiste, Argote filme ses parents, des militants toujours actifs politiquement. Tel un personnage, une de ces photographies s'exprime à la première personne. Cette photo raconte des histoires sur l'engagement des parents de l'artiste et, en parallèle, sur la charge idéologique qui poussa la compagnie Kodak à modifier le système de développement de ses photographies pendant la guerre froide.

Ce film, produit en partie en Ukraine dans le cadre d'une exposition, entrelace deux voix, l'une en espagnol, l'autre en ukrainien. Ces voix nous parlent de couleurs, d'engagement et de confrontations idéologiques tout en gardant un ton affectueux. Nous allons dans l'intimité de la mémoire familiale et sentimentale, pour repartir sur des questions d'ordre historiques et politiques, avec profondeur et humour parfois. Ce cycle récurent que propose le travail d'Argote nous inclut comme des entités sensibles, affectives et politiques dans des questionnements sur notre rapport à l'autre, au temps et aux lieux.


Né en 1983 à Bogotá, Colombie, Iván Argote vit et travaille à Paris. Son travail a été présenté dans de nombreuses expositions internationales telles que « BienalSur » au Museo de Arte Moderno de Bogotá - MAMBO, Bogota et à l'Hotel de Immigrantes - Museo de la Inmigración, Buenos Aires 2017 ; « Song for my hands », curatée par Marta Mestre, Bienal Internacional de Curitiba, Curitiba, 2017 ; « Somos Tiernos » (solo), Museo Universitario del Chopo, Mexico (2017), « Future Generation Art Prize », Victor Pinchuk Foundation, Kiev, 2017 ; « Ideologue », Utah Museum of Contemporary Art, Salt Lake City, 2016 ; « Intersections », Cisneros Fountanals Foundation, Miami, 2015 ; « Between the Pessimism of the Intellect and the Optimism of the Will », 5ème Thessaloniki Biennale, Thessaloniki, 2015 ; « Buildering : Misbehaving the City », Blaffer Art Museum, Houston and CAC Contemporary Arts Center, Cincinnati en 2014 ; La Estrategia (solo), Palais de Tokyo, Paris, 2013 ; Les 30 ans de la Biennale de Sao Paulo, 2012, entre autres.

Iván Argote a été lauréat du Prix CIFO - Cisneros Fontanals Foundation en 2015, des Audi talents Award en 2013, et du SAM Art Projects Prize en 2011.

Vernissage d'Iván Argote "Deep Affection"

[16:00-19:00] Vernissage de Conrad "Abstractions, 2018"
Location:
Galerie Hebert
18, rue du Pont Louis-Philippe
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 97 66
Mail : info@galeriehebert.com
Internet Site : www.galeriehebert.com
Description:
Vernissage de Conrad "Abstractions, 2018"

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Aloalo - Mahafaly sculptures of the Efiaimbelos"
Location:
Galerie Emmanuel Perrotin
76, rue de Turenne
10, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 16 79 79
Fax : +33 (0)1 42 16 79 74
Mail : info-paris@galerieperrotin.com
Internet Site : www.galerieperrotin.com
Description:
2 juin - 28 juillet 2018
Ouverture du mardi au samedi, 11h-19h
Vernissage le samedi 2 juin, 16h - 21h

En collaboration avec André Magnin, expert en art africain, les galeries Perrotin de Paris et New York ont le plaisir de présenter pour la première fois une exposition dédiée aux aloalo d'Efiaimbelo, décédé en 2006, et de ses disciples.
Efiaimbelo tient ses savoirs et son art de son arrière-grand père Soroboko, qu'il a développé et transmis à son fils Jacques Jean Efiaimbelo ainsi qu'à son petit fils, Jean Colombe Efiaimbelo, devenus à leur tour des « initiés ». Aujourd'hui, cinq membres du clan perpétuent cet art unique au monde, dans le style de leur « prestigieux » inspirateur.

L'aloalo est généralement taillé dans le mendorave, une espèce sacrée de bois rare et très dur, dont la coupe est exclusivement réservée aux sculpteurs. L'aloalo est une sculpture verticale d'environ deux mètres de hauteur composée de deux parties. La base de cette sculpture est un poteau. La moitié supérieure présente une succession de huit (chiffre de la plénitude) motifs étagés et peints de couleurs vives. Les sept premiers sont une succession alternée de deux figures aux airs de losange et de double croissant, représentant respectivement, selon la tradition, un « front » de zébu et un chien assoupi. Le huitième motif est une pleine lune « en soleil » évoquant la lumière, la vie et l'éternité.

Ce poteau est surmonté d'un plateau horizontal, de dimensions variables, représentant une scène figurative, sculptée en rondebosse. La sculpture d'aloalo est pratiquée par les Mahafaly du grand sud de Madagascar depuis le 18ème siècle. Les aloalo sont érigés afin d'honorer un défunt en même temps qu'ils couvrent les vivants de prestige. Eifiambelo fut le premier à moderniser les aloalo en les peignant et en diversifiant les « scènes » combinant savoirs et histoires traditionnelles. Chaque aloalo figure une scène inspirée de la vie quotidienne, d'un conte ou d'une légende, de connaissances ancestrales ou encore d'histoires partagées par le clan Temaromainte et son bienfaiteur Soroboko Avisoa.

Comme l'a écrit l'anthropologue malgache Paul Rabibisoa Rovoay: « L'artiste Mahafale Efiaimbelo a placé l'aloalo au centre de son art. En plus d'avoir enrichi cet art avec l'immensité de sa créativité, il a aussi joué un rôle significatif dans l'introduction de la couleur et dans le renouvellement des thèmes. On trouve des éléments récurrents dans l'aloalo tels le zébu, peint en rouge et blanc ou en noir et blanc, qui représente la passion et le prestige; le guerrier qui représente la souveraineté; une paire d'oiseaux qui exprime l'amour et la loyauté; le policier qui incarne la justice et la force du nouveau régime; ou encore un taxi, une moto et un avion qui symbolisent le voyage, la ville, le progrès et la technologie. »

Les descendants d'Efiaimbelo, membres du clan Temaromainte vivent sur la terre des Ancêtres, parmi les « invisibles », à Androka. Leurs maisons consistent en quelques cases protégées par les épineux et les cactus. Les sculptures d'Efiaimbelo furent exposées pour la première fois en 1989 lors de l'exposition « Les Magiciens de la Terre », à la Grande Halle de la Villette, Paris. Le travail d'André Magnin aux côtés d'Efiaimbelo, des enfants, de sa famille, au sein du clan Temaromainte dont il est devenu membre (Soroboko Avisoa), a permis d'exposer leurs œuvres notamment aux Galeries nationales du Grand Palais, Paris (2011); au musée Guggenheim de Bilbao (2007); au Museum of Fine Art, Houston (2005); au Grimaldi Forum (2005); à la fondation La Caixa, Palma de Majorque; au Palais de la Virreina, Barcelone (1994-1995); au Groningen Museum (1992); au Centro de Arte Contemporáneo, Mexico (1992); à la Saatchi Gallery, London (1992); au Centro Atlántico de Arte Moderno, Las Palmas de Gran Canaria (1991).

10% du produit de chaque œuvre vendue sera reversé à l'association Azé (www.aze-asso.org) qui vient en aide à l'enfance démunie et fragilisée de Tuléar, dans le sud-ouest de Madagascar, à travers le soutien à l'éducation.

Vernissage de l'exposition "Aloalo - Mahafaly sculptures of the Efiaimbelos"
Jean Terry, Soccer Team (Mpanao baolina kitma), 2012. Mendorave wood, paint. 226 x 53 x 28 cm | 89 x 207/8 x111/16 in. Courtesy of the artist & Perrotin

[16:00-19:00] Vernissage de l'exposition "Indentikit Transcript"
Location:
galeriepcp
Peter Cybulski
8, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 04 75 34
Mail : info@galeriepcp.com
Internet Site : www.galeriepcp.com
Description:
Vernissage de l'exposition "Indentikit Transcript"

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Les The Nanas"
Location:
Chez Madeleine
Lieu d'échange, de rencontres et de culture pour tous
25, rue Pasteur
93400 Saint-Ouen
M° Porte de Saint-Ouen, Garibaldi
France
Internet Site : chezmadeleine93400.blogspot.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Les The Nanas"

[16:30-21:00] Inauguration du Jeu de l'oie
Location:
Domaine départemental de Chamarande
38, rue du Commandant Arnoux
91730 Chamarande
M° RER C Chamarande
France
Phone : +33 (0)1 60 82 52 01
Fax : +33 (0)1 60 82 57 79
Mail : chamarande@essonne.fr
Internet Site : www.chamarande.essonne.fr
Description:
L'INAUGURATION de la fabrique de verdure du JEU DE L'OIE
du Domaine départemental de Chamarande
aura lieu SAMEDI 2 JUIN, à 16h30.

Aujourd'hui réhabilité dans son aspect végétal, ce joyau de l'art des jardins offre une nouvelle séquence de découverte du parc, et s'inscrit dans un vaste projet de valorisation du Domaine. Espace paysager à vocation ludique et festive, le Jeu de l'oie est organisé en une spirale composée de 63 cases selon les règles établies depuis l'Antiquité. Patrimoine d'exception, le Jeu de l'oie de Chamarande compte parmi les trois jeux de l'oie monumentaux et grandeur nature créés en France à l'époque de Louis XV, avec ceux de Chantilly (1739 - réhabilité en 2015) et de Choisy-le-Roi (1750 - disparu avec l'urbanisation).

Nous vous invitons à nous retrouver dans cet espace paysager réhabilité, situé juste après l'Orangerie.
Un fléchage sera mis en place pour accompagner votre parcours depuis les entrées du Domaine.

Inauguration du Jeu de l'oie





[17:00-20:00] Rencontre avec Müesli
Location:
Centre d'Art Contemporain Chanot
Centre d'Arts Plastiques Albert Chanot
33, rue Brissard
92140 Clamart
M° Gare SNCF de Clamart
France
Phone : +33 (0)1 47 36 05 89
Fax : +33 (0)1 47 36 05 89
Mail : cacc@clamart.fr
Internet Site : www.cacc.clamart.fr
Description:
Rencontre autour de l'exposition The Social Life of Things en présence de l'atelier Müesli

L'atelier graphique Müesli (Léa Chapon et Mytil Ducomet) s'est vu confier l'identité visuelle du centre d'art en 2016, dans le cadre de l'invitation graphique triennale initiée par le CACC. Pour honorer cette collaboration fructueuse, le duo est invité à déployer ses recherches le temps d'une exposition.

Venez découvrir un travail riche et passionnant lors de cette visite guidée. C'est l'occasion de leur poser toutes vos questions !


Dans le cadre de l'exposition de Müesli "The Social Life of Things"

Vernissage de Müesli "The Social Life of Things"

Du 7 avril au 8 juillet, le duo Müesli expose au Centre d'Art Contemporain Chanot.

Le CACC consacre une importante partie de son programme artistique au design graphique, en confiant régulièrement la réinvention de son identité visuelle à de nouveaux ateliers de graphisme. Pour clôturer la collaboration initiée en 2016, le duo Müesli est invité à déployer sa pensée, son positionnement graphique et ses recherches le temps d'une exposition.

Exposer du graphisme est un exercice audacieux et complexe qui ne va pas de soi : comment le graphiste peut-il devenir l'acteur principal d'une exposition, agir avec la liberté de la dynamique artistique lorsque sa pratique se situe de coutume au service d'un projet ? Et lorsque le jeu et les règles quelque peu académiques de l'exposition sont acceptés, quelle orientation choisir : montrer un travail existant, présenter ses références et influences, ou bien faire état d'une sensibilité et créer un projet inédit ? Le format même de l'exposition invite ainsi à interroger la posture du graphiste.

Privilégiant la dernière option, le duo choisit de partager avec le visiteur le fruit d'une recherche croisant l'anthropologie, le design, l'artisanat et l'art.

À la suite des réflexions menées par l'ethnologue Thierry Bonnot et la philosophe Bernadette Bensaude Vincent, l'exposition The Social Life of Things se propose de faire « la biographie des objets ». D'après le premier, il n'y a pas d'objet strictement « utilitaire » ou qui se réduise à sa valeur commerciale. L'objet s'inscrit dans une trajectoire sociale, il passe de mains en mains. L'épaisseur symbolique des objets, même les plus humbles d'apparence, est une construction sociale.

Comment cerner alors le sens, l'identité ou le rôle des objets ? Peut-on, comme le propose la seconde, examiner l'idée d'une biographie des objets comme outil d'analyse élargie et critique ? À l'heure de la globalisation et des hybridations culturelles, comment retracer ces biographies ? Comment peut-on en faire le récit ? Quels sont les traces, les signes ou les indices qui témoignent de la place des objets, comment sont-ils choisit et par qui ? Comment cette histoire révèle alors notre Histoire ?

À Clamart, Müesli imagine une mise en espace qui fait corps avec le centre d'art. Au cœur de ce display, le duo propose une immersion dans une topographie personnelle, série d'écosystèmes « objectuels » au sein desquels dialoguent, image, signes, caractères typographiques, et objets. À la façon des dispositifs que l'on retrouve dans les « road-side museum » aux USA, créations et marques du réel s'entremêlent ici, leur rapprochement autorisant autant de possibilités d'éclaircissement que de micro-fictions.

À travers le spectre des artefacts et le tissage des références, l'exposition The Social Life of Things interroge et met en regard une série d'objets traditionnels à travers l'analyse de leurs contextes d'émergence et de transformation. Contexte matériel, environnemental, historique, social ou politique, façonnent l'objet à travers sa matérialité et ses usages - objet qui, en retour, façonne et renforce de son empreinte notre appréhension du monde dans un jeu de miroir.

Ainsi, partant d'une réflexion fréquemment associée au champ du design, l'exposition se pose la question de l'élargissement de ce champ et de ses modalités à travers la recherche et l'apport de disciplines aussi diverses que l'ethnologie, l'ethno-mathématique, la littérature ou l'archéologie afin de développer une réflexion sur le design au-delà du champ du design.

Une publication rassemblant les recherches iconographiques et des extraits des recherches scientifiques étudiées par le duo sera éditée à l'occasion de l'exposition.


Les rendez-vous

Vernissage
Samedi 7 avril à partir de 17h

Masterclass
À partir de 16 ans, nombre de places limité (10 maximum)
Plein tarif : 45 euros / Tarif étudiant/réduit : 25 euros
Plus d'informations dans le livret de présentation
Samedi 28 et dimanche 29 avril

Rencontre autour de l'exposition
Samedi 2 juin à 16h30

Samedi Arty
Rencontres, ateliers, lectures, performances et barbecue
Samedi 30 juin de 15h à 21h

Vernissage de Müesli "The Social Life of Things"
Customs of the World, Hutchinson, 1914. « Preparation and final ceremony around the ground painting in connection with the Wollunqua Totem - Warramunga Tribe »

Vernissage de Müesli "The Social Life of Things"
Caroline Furness Jayne, String Figures and How to Make Them, A Study of Cat's Cradle in Many Lands, 1906. «A Ship»

Vernissage de Müesli "The Social Life of Things"
1857, Olive Oatman, Tintype portrait, auteur inconnu (Beinecke Rare Book and Manuscript Library) via Wikimedia Commons

[17:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Assemblage #12 : A même la peau"
Location:
Space in Progress
Julio Artist-run Space
13, rue Juillet
75020 Paris
M° Ménilmontant, Gambetta
France
Mail : bonjour@spaceinprogress.com
Internet Site : www.spaceinprogress.com
Description:
SIP présente

Assemblage #12 À même la peau
avec
Valentina Dotti, Nicole Lily Rose, Paola Vega

Exposition du 2 juin au 23 juin 2018 à Julio
Ouvert les vendredis et samedis de 17 à 19h ou sur RDV
Vernissage samedi 2 juin à partir de 17h

+
SIP participe avec Assemblage #12 du parcours Salo VI
À cette occasion Julio sera ouvert du 14 au 17 Juin de 15h à 19h
Plus d'info: http://www.salaisons.org/salo/

De la même façon que la peau porte les marques de notre histoire, la posture des artistes envers le rendu de la peau, contient l'histoire de l'art. Nous pouvons décortiquer les arguties techniques à partir desquelles la peinture se rêve d'être corps, jouant avec la multiplicité de couches et l'effet de profondeur sous-jacente. A partir du moment où on dépèce les éléments constitutifs de la peinture et où la couche picturale se sépare du support, nous pouvons considérer cette matière même comme une peau.

Valentina Dotti s'intéresse à la surface-texture de la peinture (telle que Daniel Arasse, la nomme dans ses écrits sur Pierre Soulages). Elle traduit en bas-relief les rythmes provoqués par l'accumulation de touches du pinceau. Par des moulages successifs en latex colorés dans la masse, elle reconstruit une surface souple. Chaque couche a une couleur différente. L'ensemble reconstitue la profondeur de l'incarnat. L'objet fait penser à une dépouille animale, aux bords et contours définis par la mise à plat d'un organisme vivant. Parfois des volumes en céramique ponctuent d'une ossature, cette écorce colorée.

La cinéaste franco-australienne Nicole Lily Rose explore l'idée de beauté et du féminin des médias et de la mode. Dans sa vidéo A classical position, elle travaille sur les poses classiques des sculptures anciennes qui reflètent un idéal de beauté. Elle les confronte au corps actuel et à son obsession de la perfection. L'image se promène sur la surface de la pierre en rendant compte des accidents dont nous ne pouvons pas avoir la mémoire. Le rendu de la peau se charge d'informations propres à la matière de la sculpture.

Paola Vega est une peintre consciente de l'histoire de l'art et de la place que les artistes femmes ont été amenées à occuper. Elle utilise l'histoire comme un outil et un support de réflexion sur l'art d'aujourd'hui. Elle constitue des archives d'images et de biographies de femmes artistes. Elle utilise la technique picturale classique des glacis en analogie à la construction d'une peau. Pour cette œuvre, elle a pris comme point de départ deux peintures érotiques de nus féminins. A partir des fragments de ces images, elle fait des citations d'autres images et peint des « remixes ». Le tout compose une archive déployée qui se révèle au montage.

Dans la vidéo de Nicole Lily Rose, la pierre des sculptures et son dialogue avec l'image de la peau humaine donnent le pouvoir aux signes qui apparaissent à la surface. Paola Vega assimile la peau à la couche de peinture en la construisant par superpositions successives. Valentina Dotti détache cette couche de son support et lui donne son indépendance en tant qu'objet. Pour ces trois artistes, la peau est donc perçue non seulement comme une interface entre un dehors et un dedans, mais comme un objet autonome à part entière.

Vernissage de l'exposition "Assemblage #12 : A même la peau"






[18:00-20:00] Vernissage de Makiko Tanaka "Paysages de Portraits"
Location:
Le Marais
Marais
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville, Rambuteau, Arts et Métiers
France
Description:
Marina Amada Art Projects
113 Rue de Turenne, Paris, France 75003
+33-(0)7-82-54-79-31

MARINA AMADA ART PROJECTS is proud to announce its inaugurating project with artist MAKIKO TANAKA in Paris, France.

Paysages de Portraits | Makiko Tanaka

présenté par Marina Amada Art Projects
113 Rue de Turenne, Paris, France 75003

Juin 01 - Juin 12, 2018
Vernissage à Samedi 2 Juin 2018, 18h00-20h00

Horaires: de 14h00 à 20h00
Ouvertures privées: 09h00 - 13h00
Pour réserver une visite privée, écrivez à: info@marinaamada.com / 07-82-54-79-31
----------------------------
Paysages de Portraits | Makiko Tanaka

Presented by Marina Amada Arts Projects
113 Rue de Turenne, Paris, France 75003

June 01 - June 12, 2018
Opening on Saturday, June 2nd, 2018 - from 6 to 8 pm

Hours: 14:00-20:00
Private openings: 09:00 - 13:00
To reserve a private visit, please contact: info@marinaamada.com / 07-82-54-79-31

Makiko Tanaka has a ceaseless intrigue with the human faces.
Face is both a concept and an object that are on the surface of something/someone. In the modern day society, the superficial representation of something or someone is often perceived negatively. Through her new series of works, "Paysages de Portraits" Makiko Tanaka challenges this view. The portraits of the characters in this exhibition represent the collective faces of the persons and the objects she has painted over the years in Japan and France, and reflect the contradictory phenomenon that cannot be described by a single-expression. The faces are the landscape of complex human experience that resonate.

Makiko Tanaka is a Japanese artist born in 1975, arrived in Paris via the Japanese government grant from the Ministry of Cultural Affairs in 2013. Her distinctive surrealistic painting and large scale drawings have received critical acclaims over the years in the contemporary art field. She has recently expanded her creative outlets in the commercial sphere - leading the art direction for the Tokyo flagship store of the french pâtissier Pierre Hermé Paris Japon as well as creating an animated series for Shiseido.
Most recently, she was in a group show at the 20th Domani exhibition at the National Art Center Tokyo in from Jan - March 2018. She has had solo shows in Tokyo with hpgrp Gallery, Shinjuku Takashimaya Art Gallery, Gallery M, Mizuho Oshiro Gallery, Gallery Momo and group shows at the Museum of Taro Okamoto in Japan, Matoom art space in Thailand, Sheraton Hotel in Taipei, Vanguard Gallery in Shanghai, Heyri Art Village in Korea and others. Her artist book "La collection gastronomique" has been distributed by Colette Paris, Monte en l'air, NADiff du Champ Tokyo and others. She has been selected for the 12th Taro Okamoto Award for Contemporary Art.

Vernissage de Makiko Tanaka "Paysages de Portraits"

[18:00-21:00] Vernissage de Marwa Arsanios "Falling is not Collapsing, Falling is Extending"
Location:
galerie mor charpentier
61, rue de Bretagne
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 44 54 01 58
Mail : contact@mor-charpentier.com
Internet Site : www.mor-charpentier.com
Description:
du 2 juin au 28 juillet

In this exhibition Arsanios draws parallels between two distinct narratives in Beirut's recent history, revealing what happened to the different neoliberal projects that architects and urbanists dreamed for Beirut at the beginning of the 1990s, and what was the outcome of this idealistic vision.

Vernissage de Marwa Arsanios "Falling is not Collapsing, Falling is Extending"

[18:00-21:00] Vernissage de Mi-Hyun Kim "NIGHTCALL"
Location:
Galerie Baudoin Lebon
8, rue Charles-François Dupuis
75003 Paris
M° Temple, République, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 72 09 10
Fax : +33 (0)1 42 72 02 20
Mail : info@baudoin-lebon.com
Internet Site : www.baudoin-lebon.com
Description:
02/06/2018 - 01/07/2018

Vernissage de Mi-Hyun Kim "NIGHTCALL"

[18:00-21:00] Vernissage de Pierre Nikolić
Location:
La tête ailleurs
62, boulevard de l'Hôpital
75013 Paris
M° Saint-Marcel
France
Phone : +33 (0)1 71 60 74 62
Internet Site : lateteailleursbar.wixsite.com/lesite
Description:
Predrag Pierre Nikolić
producteur, réalisateur et photographe

Né en ex-Yougoslavie, il s'installe à Paris au milieu des années 80.
Après avoir terminé ses études de cinéma (diplômé de l'ESEC), il commence sa carrière en tant que directeur de production sur l'adaptation cinématographique du Diable en Enfer (Décaméron), oeuvre écrite par Giovanni Boccaccio (A.A.P.A) mais travaille aussi comme photographe (Sony Music), assistant-réalisateur (Eurekom), ainsi que le réalisateur des programmes institutionnels et publicitaires...
Il réalise ses propres films à partir de 1996 et dirige les productions audiovisuelles et éditoriales, NIKOP'S, depuis 2005. La photo d'art fait partie intégrante de ses activités.

Vernissage de Pierre Nikolić

[18:00-21:00] Vernissage de Saburo Inagaki
Location:
Galeries Satellite
7, rue François de Neufchâteau
75011 Paris
M° Charonne, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 43 79 80 20
Mail : mm@galeriesatellite.com
Internet Site : galeriesatellite.jimdo.com
Description:
Sumi-e

Vernissage samedi 2 juin à partir de 18h
Exposition Jusqu'au 15 juin 2018

Vit à Yokohama, Japon.
L'organisateur de l'exposition internationale
Journaliste, Peintre

Saburo Inagaki nous présente un personnage du folklore japonais, populaire dans les mangas, le dessin animé et la littérature ; connu comme un génie ou un diablotin d'eau : le kappa ou kawatarō («garçon de la rivière»).
Le kappa est réputé chercher à attirer les humains ou les animaux dans l'eau. Il est facétieux et s'introduit dans les villages pour voler de la nourriture, lâcher des gaz et regarder sous les kimonos des femmes. Mais le kappa peut aussi être malfaisant : noyer animaux et humains, kidnapper des enfants et violer les femmes.
Saburo Inagaki peint les aventures du Kappa en utilisant la technique ancienne du Sumi-e. Il réalise un lavis à l'encre de Chine en modifiant la dilution de l'encre, la position du pinceau, la force et la vitesse pour jouer sur l'épaisseur et la netteté des lignes ainsi que les niveaux de gris. Outre l'encre de Chine, Saburo Inagaki emploie également du cinabre et de la boue d'or, appliqués sur du papier japonais ce qui permet des effets rappelant le milieu aquatique où vit le kappa. Daniele Sodan Avril 2018

Vernissage de Saburo Inagaki

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Thierry Hulné et ses élèves"
Location:
Etampes
Etampes
91150 Etampes
M° Gare SNCF d'Etampes
France
Internet Site : www.mairie-etampes.fr
Description:
Château de Valnay

Thierry Hulné et ses élèves
L'Atelier Clémentine

2 juin - 3 juin 2018
Vernissage le samedi 2 juin à 18h

Exposition de l'Atelier d'Art Clémentine au Château de Valnay, avec Thierry Hulné et ses élèves
Toutes ces œuvres seront encore visibles le 3 juin de 11h à 17h.

[18:30-21:00] Vernissage de Catherine Pachowski "La vie actuelle des ruines"
Location:
Domaine départemental de Méréville
12, rue Victor Hugo
91660 Méréville
France
Phone : +33 (0)1 60 82 57 74
Mail : mereville@essonne.fr
Internet Site : www.mereville.essonne.fr
Description:
les 2 et 3 juin de 10h à 18h

La vie actuelle des ruines

Cette série de photographies de l'artiste Catherine Pachowski sur les jardins et fabriques d'Hubert Robert, encore visibles de nos jours, a récemment été exposée au château de La Roche-Guyon, à l'occasion de l'exposition « Hubert Robert et la fabrique des jardins ».

L'exposition a lieu dans l'orangerie du parc de Méréville.

Vernissage de Catherine Pachowski "La vie actuelle des ruines"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Dialogues Primaires"
Location:
Galerie Couteron
16, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 25 62 49
Mobile : +33 (0)6 61 86 61 14
Mail : contact@galerie-couteron.com
Internet Site : www.galerie-couteron.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Dialogues Primaires"

[18:30-22:00] Vernissage de l'exposition "In Construction"
Location:
ON-OFF Studio
11, rue Berzélius
75017 Paris
M° Brochant, Porte de Clichy
France
Phone : +33 (0)6 24 84 61 30
Mail : contact@on-off-studio.com
Description:
IN CONSTRUCTION : UN PROJET ARTISTIQUE
SUR LA CO-CRÉATION LOCALE ET INTERNATIONALE
AVEC DES MATÉRIAUX DE RECUPERATION
DANS UN QUARTIER EN TRANSFORMATION
LES EPINETTES - PARIS XVII

Événement organisé par ON-OFF STUDIO & BLANC TITANE
en partenariat avec LA RESSOURCERIE DES BATIGNOLLES
Avec le soutien de la Mairie Paris XVII,
la Maison de la Vie Associative et Citoyenne Paris XVII
Benjamin Mallo, Adjoint au Maire chargé de la Vie associative,
du Développement économique, de la Nouvelle économie et de l'Emploi
Paris XVII, la Cité internationale des Arts, l'Institut Finlandais de Paris,
The Association of Fine Art of Montenegro (AFAM) de Podgorica

IN CONSTRUCTION est un projet qui lie art, économie circulaire, quartier parisien et Europe ; une expérimentation artistique et citoyenne qui aborde la co-création avec des matériaux de récupération engageant des artistes étrangers et des habitants du quartier.

Du 7 mai au 1 juin 2018, cinq artistes européens provenant de Finlande, Belgique et Monténégro, signeront une installation in situ à ON-OFF STUDIO, quartier des Epinettes, Paris XVII. Ils investiront la galerie dans sa totalité en adaptant à l'espace le jeu d'écriture « cadavre exquis ». La matière première de l'oeuvre proviendra, entre autres, des collectes solidaires organisées en partenariat avec La Ressourcerie des Batignolles.
Le passant de la rue Berzélius pourra, en semaine, suivre l'évolution du travail des artistes depuis le rue et, chaque vendredi soir, échanger directement avec eux sur place.
L'installation finie sera exposée tout le mois de juin et visible de l'extérieur la nuit pour le plaisir des noctambules !
Des ateliers de co-création seront organisés.

HÉRITER DE CE QUI EST DÉLAISSÉ POUR EN FAIRE LA MATIÈRE PREMIÈRE DE L'IMAGINATION, POUR REVISITER LA MÉMOIRE, DÉVELOPPER LE RÉCIT... D'AUTRES VALEURS SE CRÉENT AVEC DES NOUVEAUX REGARDS... NOUS SOMMES EN CONSTRUCTION.

7 > 11 MAI Semaine 1 : Anneleen de Causmaecker et Barbara Ardenois DUOBAAN - Belgique
Performance dans les rues du 17ème https://vimeo.com/269373612
https://vimeo.com/270389580
14 > 18 MAI Semaine 2 : Aino Koski - Finlande
https://vimeo.com/271324857
21 > 25 MAI Semaine 3 : Stephan Todorovic - Monténégro
https://vimeo.com/272203449
28 MAI > 1 JUIN Semaine 4 : Mika Haaranen - Finlande


[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Tête à Tête"
Location:
La Galerie Ménil'8
Les Ateliers de Ménilmontant
8, rue Boyer
75020 Paris
M° Gambetta, Ménilmontant
France
Internet Site : ateliersdemenilmontant.org/adm/annexes/expo_menil8/expo_menil8.htm
Description:
Sculptures

Du samedi 2 au samedi 9 juin 2018
TLJ de 11h00 à 19h00 - Ven/Sam de 11h00 à 22h00

Vernissage le samedi 2 juin à 18h30

Vernissage de l'exposition "Tête à Tête"Vernissage de l'exposition "Tête à Tête"







[19:00-21:00] Finissage de Hugo L. Photographer "The Melting Pot"
Location:
The Croq' Gallery
18, rue Maître-Albert
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)9 50 20 33 81
Mail : hello@thecroqgallery.com
Internet Site : www.thecroqgallery.com
Description:
Vernissage de Hugo L. Photographer "The Melting Pot"

Vernissage de Hugo L. Photographer "The Melting Pot"

[19:00-21:00] Rencontre avec Mâkhi Xenakis
Location:
Maison des Arts de Châtillon
11, rue de Bagneux
92320 Châtillon
M° Châtillon - Montrouge
France
Phone : +33 (0)1 40 84 97 11
Mail : maisondesarts@chatillon92.fr
Internet Site : www.maisondesarts-chatillon.fr
Description:
Dans le cadre de l'exposition de Mâkhi Xenakis "Catharsis"

Du 16 mai au 24 juin 2018
A découvrir de 14h à 18h, tous les jours sauf le lundi

Mercredi 16 mai 2018 de 19h à 21h aura lieu le vernissage de l'exposition de Mâkhi Xenakis dessinatrice, graveuse, sculptrice, auteure et décoratrice française à la Maison des Arts.

Catharsis

Réalisées au crayon, au pastel, à l'aquarelle ou à l'encre, les œuvres de Mâkhi Xenakis laissent apparaître les étapes d'une vie faite de doutes et de prises de risque, oscillant entre peurs et apaisements.

Des Petites bonnes femmes de 1987 marquant la renaissance d'une jeune artiste en quête d'elle-même, nous cheminons dans un monde en constante métamorphose. Les arachnées succédant aux gouffres avant de glisser vers un univers marin. Ces passages suivent un mécanisme interne, personnel et, au moment de leur création, inconscient.

L'écrivain Mâkhi Xenakis s'intéresse depuis longtemps au processus créatif. Publiés chez Actes Sud, les livres qu'elle consacre à son père, le compositeur, architecte et mathématicien Iannis Xenakis, ainsi qu'à l'artiste franco-américaine Louise Bourgeois, en traitent des multiples facettes.

A travers les recherches et réflexions menées autour de ces deux figures tutélaires, c'est également son propre parcours d'artiste que révèlent ses écrits et dont témoigne, pour la première fois ici, la réunion d'une trentaine d'œuvres graphiques mais aussi de sculptures.

Avec cette conviction que l'art sauve de la folie, Mâkhi Xenakis nous entraîne dans son histoire, côtoyant sans cesse les grandes figures mythiques qui ont nourri son enfance. Jamais néanmoins ce travail ne l'isole de l'autre, dont elle se fait la voix lorsqu'elle en ressent la nécessité, se faisant alors miroir d'autres histoires.

> Catalogue d'exposition, préface de Marjorie Micucci et entretien avec l'artiste.
Parution du livre de Mâkhi Xenakis « Louise, sauvez-moi ! Conversation avec Louise Bourgeois », le 5 mai.

Le projet « Les rencontres impossibles » a été sélectionné par la commission mécénat de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques qui lui a apporté son soutien.

https://www.maisondesarts-chatillon.fr/makhi-xenakis

Vernissage de Mâkhi Xenakis
Mâkhi Xenakis, Les rencontres impossibles, 2018, ciment teinté, acier, 2m (détail)

14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés