Thursday, June 14, 2018
Public Access


Category:
Category: All

14
June 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

  Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Du 13 décembre 2017 au 20 mai 2018, prolongation jusqu'au 12 août 2018
Du mercredi au vendredi : 11h - 17h / Samedi et dimanche : 14h - 18h
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche - Fermé le lundi et les jours fériés

Entrée libre le premier dimanche de chaque mois
Plein tarif : 4.70 € / 3.60 € pour les Isséens et GPSO
Tarif réduit : 3.60 € / 2.60 € pour les Isséens et GPSO
Gratuit pour les moins de 26 ans
Audio guide français / anglais : gratuit

Labellisée « Centenaire Auguste Rodin », cette exposition au Musée Français de la Carte à Jouer sera la dernière manifestation de cette année consacrée à l'une des figures les plus indépendantes du monde de l'art. Mêlant sculptures et photographies, elle s'accompagnera d'une riche programmation avec des conférences mensuelles et des projections.

En 1908, Auguste Rodin, qui habite la Villa des Brillants à Meudon depuis une douzaine d'années, fait installer dans les communs du château des Conti à Issy-les-Moulineaux l'atelier d'un de ses derniers mouleurs et proches collaborateurs : Paul Cruet.

Employé par le Maître, puis par le Musée Rodin de novembre 1905 à février 1940 en qualité de chef-mouleur, celui-ci devient un collaborateur précieux et estimé dont l'expertise a régulièrement été sollicitée dans différents domaines. C'est en particulier à lui qu'est confiée la tâche d'achever la mythique Porte de l'Enfer en 1917.

Jusqu'à sa fermeture en 1937, son atelier isséen compte parmi l'un des principaux lieux d'activité du Musée Rodin.

A la fin de sa vie, il possédait une collection dont donation a été faite à la Ville en 1966 et 1974. Conservé au Musée Français de la Carte à Jouer, ce fonds comprend en particulier des photographies anciennes, une aquarelle et sept sculptures en plâtre (dont un buste de Camille Claudel et une tête d'un des Bourgeois de Calais, Pierre de Wissant).

L'ensemble sera présenté au côté d'une sélection d'œuvres à la réalisation desquelles Paul Cruet a travaillé. L'exposition a en effet bénéficié de l'aide et du soutien du Musée Rodin qui a bien voulu ouvrir largement l'accès à ses archives et à ses réserves.

Elle permettra aussi sur le plan esthétique de s'arrêter sur les processus créatifs en sculpture et plus particulièrement le procédé du moulage. Le mouleur joue en effet un rôle important non seulement sur le plan technique (du fait du nombre et de la complexité des étapes mises en œuvre) mais surtout sur le plan esthétique.

#CentenaireRodin
#Rodin100
http://rodin100.org/fr/actualit%C3%A9s/auguste-rodin-et-son-mouleur-paul-cruet

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Paul Cruet procédant au moulage d'Ugolin, tirage photographique 22.4 x 17.3 cm, coll. M F C J - Issy-les-Moulineaux © F. Doury

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), L'Âge d'airain (Grand modèle), 1877, plâtre patiné au vernis gomme laque, 180 x 68.5 x 54.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Saint Jean-Baptiste (Grand modèle), 1880, plâtre patiné au vernis gomme laque, 203 x 71.7 x 119.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Buste de Dalou, 1883, plâtre stéariné, 52 x 43 x 24 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00 [17:00-21:00] Vernissage de Jacques Flèchemuller "Tutti frutti"
Location:
Galerie Corinne Bonnet
63, rue Daguerre
Cité artisanale
75014 Paris
M° Denfert-Rochereau, Gaîté
France
Phone : +33 (0)1 43 20 56 06
Mobile : +33 (0)6 82 66 08 89
Fax : +33 (0)1 43 20 56 67
Mail : galeriecorinnebonnet@gmail.com
Internet Site : www.galeriecorinnebonnet.com
Description:
Jusqu'au 14 juillet 2018
Du mardi au vendredi de 14h à 19h
Samedi de 15h à 19h, sur rdv le reste du temps

"Tutti frutti" est la seconde exposition de Jacques Flèchemuller à la galerie Corinne Bonnet. Il présentera ses dernières peintures, ses dessins, ses collages et sculptures. Vernissage jeudi 14 juin 2018 de 17h à 21h, puis jusqu'au 14 juillet 2018. Entrée libre !

Texte de Jean Mouchard pour l'exposition (Juin 2018) :

"Wesch Fleche,

non mais franchement, dans quelle infernale galère m'as-tu donc embarqué, tu n'en as même pas idée, même si de l'épaisse, rance et visqueuse matière galérique je me revendique depuis toujours spécialiste et praticien chevronné.

Car la peinture, le dessin, la sculpture, toutes ces formes bizarroïdes qui tout à coup se dressent et apparaissent, je n'y entrave rien, walou, que'tchi, niente, crois-moi; et encore moins à leurs dessous, si j'ose dire - tous ces gros mots tels qu'"espace", "sens", "corps", "matière" et tutti quanti.

Look, Fleche, regarde, ça apparemment tu sais faire: non seulement je ne vois ni ne scrute rien, taupe errante du Réel, mais je ne distingue ni gauche ni droite, ni haut ni bas, ni Ponant ni Levant; l'espace m'est d'emblée férocement hostile. Même assis je ne tiens pas debout, je ne cesse de me cogner à toutes choses, solitudes, récifs, étoiles de sel, wesch, et de me vautrer dans les escaliers, parfois même dans les douves de châteaux pourtant enchantés. Je te raconterai.

"La vérité", wallah, Fleche, j'ai par exemple les plus grandes peines du monde à m'habiller le matin. Pourquoi donc, par quel décret tyrannique ou apéritif catégorique du Réel serais-je donc tenu d'enfiler slip-kangourou en bas et t-shirt-serpillère en bas? Pourquoi mon cul serait-il sis en-deçà de ma tête et mes pieds en dessous de la susdite? Pourquoi les ballerines, becs de gaz et autres poireaux se dresseraient-ils de bas en haut, et non l'inverse? Par quels impénétrables conduits l'eau, certes accessoire, me parvient-elle jusqu'à mon nid de coucou du sixième étage en dépit de mes hectolitres de rage destopique, pourquoi nous serait-il donc interdit de gober tout crus les ponts et de nous envoyer des cubis entiers de Spritz par Chronopost? Hein? Pourquoi donc?

Va alors me causer de peinture, de dessin et de sculpture, Fleche, va alors me montrer ton incessant flux de Formes transbahutantes entre Brooklyn et l'Ardèche; tu la vois à présent, la mère de toutes les galères? Walou, que'tchi, niente à dire - ô dèche, ô panne archi-sèche.

"Bah alors, t'as qu'à juste raconter ta rencontre avec ce drôle de mec, là, Flechemuller", m'a-t-on alors timidement sussuré, car la fureur me guidait telle Médée. Quoi? Comment? Tu peux répéter? Rencontre avec toi, Fleche, comment ça rencontre? Imposture! Je m'insurge! Billevesées, colifichets et fanfreluches! Autant parler d'une rencontre archi-fortuite, comme dirait l'autre, Lautréamont sur une table de dissection je veux dire, entre une machine à coudre et un parapluie; entre une carpe et un lapin, comme on a coutume de dire. Ou encore, histoire de grapiller ne fût-ce qu'un chouïa des tutti frutti du tout du Toutim: entre un de Gaulle subitement embastillé au Congo libre et un gratte-dos rouillé; entre un majestueux marteau érectile que tu t'obstines à baptiser canard et un hareng (saurs, forcément, les harengs, Flech); entre une ballerine aussi courbée cul par-dessus tête que Gustave et un chou-fleur assaisonné à la merdre.

Car, "en vérité", comme on dit dans les livres à gros saints qui ne se lisent que d'une main, on ne s'est jamais rencontré, toi et moi. On ne se connaît ni d'Eve ni d'Adam, ni du Levant ni du Ponant, ni d'os ni de chair. Tiens, justement: "Fleche", quel étrange nom que le tien, quand même, nul n'en aurait même idée, ô éthérée fiancée de l'arc; mais esquivons, si tu y consens, l'épineux sujet des noms dits "propres", et passons illico, comme dans un rêve, au paragraphe suivant. Je t'expliquerai.

O dèche, ô art archi-sec, mais attends un instant, Fleche, car un souvenir me tord tout à coup destopiquement les tripes, douce étant la couleur du souvenir, n'est-ce pas. Sur les présentes bribes de papiers griffonnées à l'arrache, comme d'hab, au milieu de mon souverain souk du sixième étage où les harengs fleurissent toutes arêtes dressées dans le sel répandu sur le tapis et où les cendriers regorgent de mégots sauvagement mordus jusqu'à la tresse, jusqu'au substantifique suc du cancer, je me souviens, ici, maintenant, que j'ai commencé à regarder ton incessant flux de Formes, transbahutées entre Brooklyn et l'Ardèche, sur un site. Non, justement, pas de "rencontres", inch'Allwesch, mais nommé Facebook, où tout un chacun a le loisir d'exhiber ses Formes ou ses fesses, ses angoisses gastriques ou ses flux de mots, ô liberté, liberté chérie, Fleche, d'un sang impur abreuvons nos mictions.

Rencontre entre toi et moi purement imaginaire, virtuelle, qui m'arrangeait bien, Fleche, car loisir m'était donné de scruter tes Formes, taupe erratique du Réel, sans être tenu de me tenir présent cul par-dessous tête dans l'hostile espace et de me heurter sans cesse aux êtres dits humains, harengs ou embruns, par exemple lors d'un vernissage "Tutti Frutti" dans la galerie de la charmantissime Corinne Bonnet sise rue Daguerre à Paname; tu prends quelque part à gauche puis à droite puis au fond, vers le Levant, le Ponant ou bien réciproquement.

Sur le fond de l'universelle toile facebookienne du Réel ou du Virtuel, mais c'est pareil anywesch, ce furent les Russes qui m'initièrent à ton incessant flux de Formes transbahutantes entre Brooklyn et l'Ardèche. Pas étonnant, car tu n'en as même pas idée, à quel point tu l'es, russe, de tes os jusqu'à tes chairs, Fleche; non moins, d'ailleurs, que Bertyl et Marianna, ces deux merveilleux hurluberlus à l'hospitalité nomadique en lesquels je me reconnus immédiatement et qui réalisèrent un magnifique catalogue ping-ponguique de tes oeuvres. Russes, eux aussi, oui, car dans leur souverain souk bien plus civilisé que le mien, dans leur merveilleux appartement-musée regorgeant des plus insoupçonnables tutti frutti du Réel, j'aperçus tout à coup, à ma grande stupeur, un tableau représentant Orzhonikidzé, du genre de Gaulle soviétique et de l'espèce artillerie lourde/Katioucha.

Perché dans mon nid de coucou, enfin plongé dans le sel, le silence et l'absence, m'apparut peu à peu, au fil des nuits, tout le Chaos qui te tient lieu de Cosmos, Fleche, tout ton incessant triturage, tripatouillage et tohu-bohu de Formes transbahutantes, certes impossibles à énumérer, car tu ne peux t'empêcher de t'emparer du moindre bric ou broc, de la moindre bricole et de les tournebouler compulsivement, ô érectile Minotaure, ô inépuisable moissoneuse-batteuse du Réel. M'apparurent hallucinatoirement, la nuit se tissant, des meutes entières de chiens erratiques sous toutes les latitudes, de sauvages lancers de flèches sur un Saint Sébastien à la taille de guêpe, des hordes de pingouins et de perroquets bipolaires s'interrogeant sur le sens de l'existence, un de Gaulle arbitrairement embastillé au libre Congo, de rosâtres pourceaux se glissant furtivement entre deux tchadors, des cohortes de poulpes, de pieuvres, et autres poireaux à l'érotisme taurin s'enchevêtrant. Flots ininterrompus de Formes retournées et sans cesse arrachées à leur lieu ou contexte coutumier, notamment dans tes collages réalisés sur de vieux calendriers thoreziens pisseux des années cinquante; de sorte qu'en le caricaturant et en le renversant compulsivement cul par-dessus tête, le Chaos-Cosmos, Fleche, tu me le remettais enfin sur les pieds.

Puis eut lieu notre virtuelle rencontre, mais réel et virtuel c'est pareil anywesch, en une morne et blafarde après-midi de janvier où le Tout du Toutim avait revêtu ses grisâtres atours sibériens et où la calotte du ciel, tu sais, là quelque part tout en haut, semblait plombée pour l'éternité d'une méphitique buée de chou-fleur. Revenant de mon pain quotidien fait de philosophie à coups de marteau, tiens le revoilà celui-là, ton maudit canard, j'éprouvai soudain l'irrésistible envie de me décrasser des hideux remugles du Réel sublunaire en réalisant un fantasme depuis si longtemps ourdi en mes multiples fors intérieurs: prendre une douche en solde gare d'Austerlitz, et pourquoi pas après tout, hein, ô liberté, liberté chérie, Flech.

Après m'être vautré dans les escaliers et heurté à moult murs, tchadors et autres êtres dits humains sous les néons pisseux, j'accédai à l'"espace bien-être", chiottes et douches comprises à tous les étages. M'apparut alors, derrière son comptoir Ikea préfabriqué à l'arrache quelque part dans l'empire du Milieu, une post-moderne Lady-Pipi munie de son sourire de goyage, ou de courge, recourbé jusqu'aux oneilles, de sa blouse bio-recyclable et de sa tablette Hello Kitty rose-flashy jusqu'au vomissement. Mais malheur, ô malheur, ô Fleche, à l'exact instant où j'étais enfin passé premier de cordée dans la queue et allai lui demander s'il ne lui restait pas, ne fût-ce qu'une seule douche en solde, je reçus un message virtuel de toi, mais réel ou virtuel c'est pareil, me demandant si je ne voulais pas griffonner une bafouille sur tes incessants flux de Formes. Interloqué, ébahi, estomaqué, -que dis-je, hurlubelu -, je ne pus m'empêcher de balbutier sur mon clavier quelque chose comme "bingo-banco", instant fatal mère de toutes les galères ainsi que des présents lambeaux, bribes ou brocs. Indignée par ma coupable procrastination, la virtuelle Lady-Pipi me reprocha vertement mon manque de respect, du haut de son comptoir de courge, et me congédia aussi sec; aussi m'en retournai-je, ni douché ni à refaire, queue entre les jambes, vers mon sixième étage destopique, où m'attendaient le silence, le tissage des nuits et ton incessant flux de Formes.

Mais bref, Fleche: il faut savoir terminer un rêve, comme diraient les hordes et cohortes d'Equarrisseurs du Réel. En une orageuse après-midi d'avril, nous nous parlâmes brièvement au téléphone, toi qui ne t'en laisses pourtant jamais sonner. Tu me dis alors être aux prises avec l'onirique matière, et plus précisément avec "un drôle de marteau", celui même que tu t'obstines à qualifier de canard et dont je te cause depuis tout à l'heure, tu m'écoutes ou quoi? Look, Fleche, regarde, ça apparemment tu sais faire: le voici enfin, ton marteau, après toutes les présentes bribes griffonnées à l'arrache, ici, maintenant, dans la galerie de la charmantissisime Corinne Bonnet sise rue Daguerre, surgissant au milieu de tous tes innombrables Frutti Frutti, quelque part devant ou au fond, c'est pareil; perché vers le Ponant, le Levant ou bien réciproquement."

Jean Mouchard - Philosophe

Vernissage de Jacques Flèchemuller "Tutti frutti"

[17:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Animacies"
Location:
Bétonsalon
Centre d'art et de recherche
47, quai Panhard et Levassor
Esplanade des Grands Moulins - Rez-de-chaussée de la Halle aux Farines
9, esplanade Pierre Vidal-Naquet - BP 90415
75626 Paris Cedex 13
M° Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 84 17 56
Fax : +33 (0)1 45 84 17 56
Mail : info@betonsalon.net
Internet Site : www.betonsalon.net
Description:
Vernissage de l'exposition "Animacies"

Du 15 au 19 juin 2018
Vernissage le jeudi 14 juin 2018 de 17h à 20h

Sous la direction de Julie Ramage

De septembre 2017 à avril 2018, le workshop Animacies a permis la mise en contact de deux groupes de travail, respectivement implantés à la maison centrale de Poissy et à l'université Paris Diderot - Paris 7. Dans le cadre de l'Académie Vivante, plate-forme de recherche expérimentale implantée dans Bétonsalon - Centre d'art et de recherche, les participants ont collaboré à distance pour élaborer une archéologie du quotidien. L'exposition présente les travaux réalisés à cette occasion, dans le cadre des Journées nationales de l'Archéologie et de l'exposition-spectacle anniversaire 15 ans ! Ça commence, la lumière change, une belle musique arrive, du 2 mai au 7 juillet 2018.

Que peut nous apprendre l'archéologie des conditions de détention ? Comment cette science de la trace, du vestige, de l'archive peut-elle en pénétrant l'univers judiciaire entrer en collusion avec les notions de preuve, d'identité, de témoignage ? La proposition initiale, portant sur le rapport au corps, au temps, au vieillissement, est rapidement détournée par le groupe de travail constitué au sein de la maison centrale de Poissy, qui propose l'étude des stratégies de « survie » au quotidien. Au fil des discussions et des expérimentations, l'analyse scientifique des techniques et des artefacts, l'exploration des procédures de conservation et de restauration propres à l'archéologie, ouvrent sur des questionnements plus larges touchant à la blessure, à la réparation, au soin, à l'intégrité du corps en détention, mais aussi à des gestes quotidiens de micro-résistance, à des enjeux de pouvoir et de communication.

Un groupe de travail constitué au sein de l'université Paris Diderot répond à ces propositions, en interrogeant son propre quotidien. Différences d'âge, expériences de vie personnelles caractérisent cette double confrontation au corps, à l'enfermement, à l'identité, à l'histoire individuelle et collective.


Ce workshop a été organisé dans le cadre des Ateliers Lettres pour l'oral et l'écrit (ALOÉ) de l'UFR Lettres, Arts, Cinéma et de la Section des Étudiants Empêchés de l'université Paris Diderot-Paris 7. Il a été produit grâce au soutien du Centre d'Études et de Recherches Interdisciplinaires en Lettres Arts Cinéma (CERILAC) de l'université Paris Diderot-Paris 7, du Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation des Yvelines, de la maison centrale de Poissy, de Bétonsalon - Centre d'art et de recherche, de la Fondation Daniel et Nina Carasso et de la Région Ile-de-France, dans le cadre du dispositif FoRTE. A cette occasion, un programme d'interventions et de recherche a été développé à la maison centrale de Poissy et à l'université Paris Diderot-Paris 7, en partenariat avec l'Inrap - Centre Ile-de-France. Olivier Royer-Perez, archéologue, a encadré les séances de travail entre septembre 2017 et avril 2018.

Les participants du workshop :
La Section des Étudiants Empêchés de la maison centrale de Poissy a travaillé avec les élèves de la Licence de Lettres de l'université Paris Diderot-Paris 7 : Laurent Rey, Manon Halablian, Raphaël Blanco, Adèle Rosenstiehl, Paul Lanotte, Aurélie Veleat, Cléophas Braun, Fanta Ngo Biyong, Lili Ferrando Y Puig, Julie Malfait, Sarah Mesri, Liris Sayo, Caroline Naraghi.
À la demande de l'administration pénitentiaire, la participation des personnes détenues au workshop reste anonyme.

À propos de Julie Ramage

Julie Ramage (1987, France) travaille majoritairement sur les lieux « hétérotopiques » que sont les maisons de repos, les cliniques psychiatriques et les prisons, « lieux hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables » (Michel Foucault). Le travail de Julie Ramage explore les relations complexes se tissant entre l'homme et le lieu qu'il occupe en proposant des formats alternatifs au reportage : micro-éditions, installations sonores ou vidéo. Les pièces créées font appel à l'histoire sociale et technique de la photographie et des médias, mais aussi aux sciences humaines et à l'écriture.

Initialement formée en littérature et arts à l'université Paris 7, elle apprend la photographie au Smith College de Northampton (USA) et se spécialise dans les techniques du XIXe siècle (daguerréotype, collodion humide) au Center for Alternative Photography de New York. Elle commence à collaborer avec Bétonsalon-centre d'art et de recherche en 2013. En 2014, elle est sélectionnée pour le programme Nearch-Art et archéologie et accueillie en résidence pendant un an et demi au CENTQUATRE à Paris, en binôme avec l'archéologue Olivier Royer-Pérez. Son travail a été présenté en France (CENTQUATRE, Le Cube, Maison Européenne de la photographie...), aux États-Unis, en Argentine et en Espagne. Elle est soutenue par la Région Ile-de-France, à travers le dispositif FORTE.

En parallèle de ses projets artistiques, elle poursuit une thèse de doctorat sur les liens existant entre les dessins réalisés par Antonin Artaud pendant son internement au cours de la Seconde Guerre Mondiale, l'iconographie du conflit, et la militarisation de la psychiatrie entre 1918 et 1945.

Vernissage de l'exposition "Animacies"


[18:00-22:00] Finissage Bae Bien-U, Elger Esser, Lee Bae, Hermann Nitsch "Œuvres choisies"
Location:
Galerie RX
Rodrigue & Dereumaux
16, rue des Quatre-Fils
75003 Paris
M° Rambuteau, Saint-Paul, Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 71 19 47 58
Mobile : +33 (0)6 37 88 04 98
Mail : info@galerierx.com
Internet Site : www.galerierx.com
Description:
VERNISSAGE
Jeudi 3 mai de 18h à 21h
- en présence d'Elger ESSER -

EXPOSITION
4 mai - 14 juin 2018

A l'occasion de l'exposition Œuvres choisies, la galerie RX présentera le travail de 4 artistes : Bae Bien-U, Elger Esser, Lee Bae et Hermann Nitsch, dont ce sera la première exposition à la galerie. Chacun des artistes se positionne comme fondateur ou héritier de courants artistiques majeurs ; Qu'il s'agisse d'une approche photographique ou d'un traitement de la matière, les artistes puisent leur inspiration dans la recherche d'une authenticité. Les œuvres s'entrecroisent et parfois s'entrechoquent entre action et méditation, mémoire et chimère. Malgré des influences et des parcours différents, cette radicalité commune et singulière à la fois, témoigne d'une identité culturelle marquée.

Vernissage de Bae Bien-U, Elger Esser, Lee Bae, Hermann Nitsch

[18:00-21:00] Inauguration du salon de beauté Shay Beauty
Location:
Les Lilas
Les Lilas
93260 Les Lilas
M° Mairie des Lilas, Porte des Lilas
France
Internet Site : www.ville-leslilas.fr
Description:
90, avenue Pasteur

en présence de Afida Turner

Inauguration du salon de beauté Shay Beauty

[18:00-22:00] Les Jeudis Arty
Location:
Le Marais
Marais
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville, Rambuteau, Arts et Métiers
France
Description:
Nocturne dans les galeries d'art du Marais

>> programme

Les Jeudis Arty

[18:00-21:00] Vernissage d'Astrid de La Forest
Location:
Galerie Documents 15
15, rue de l'Echaudé
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 46 34 38 61
Mail : info@galeriedocuments15.com
Internet Site : www.galeriedocuments15.com
Description:
Gravures, lithographies & monotypes

Exposition du 15 juin au 28 juillet 2018

À l'occasion de son installation à l'Académie des Beaux-arts, la galerie Documents 15 est heureuse d'exposer le travail d'Astrid de La Forest.

L'œuvre d'Astrid de La Forest (née en France en 1962) a déjà été montrée à deux reprises à la galerie Documents 15. Pour l'ouverture de la galerie, en juin 2012, vous découvriez sa série d'œuvres gravées au carborundum, technique permettant des noirs profonds. Avec sa gestuelle très libre, Astrid abordait alors différents sujets animaliers - singes, chèvres, oiseaux ou loups - mais également végétaux - montagnes, champs, sarments de vignes.
En 2016, Astrid livrait le travail réalisé lors de sa résidence dans le Donegal, au nord de la République d'Irlande, où elle avait séjourné au printemps 2015 ; l'occasion de découvrir de grands monotypes colorés, réalisés d'après des aquarelles peintes sur le motif, soulignant le dessin de ces paysages mystérieux composés d'îles et de rochers.

Artiste de talent, enseignante à l'ENSA Paris Belleville, Astrid de La Forest a été élue à l'Académie des Beaux-arts en juin 2016. Elle y occupe désormais le fauteuil n°III de la section Gravure, à la suite de Louis-René Berge.
À l'occasion de sa cérémonie d'installation, qui aura lieu fin juin à l'Institut de France (Paris), les Éditions des Cendres et la galerie Documents 15 publient le premier volume du catalogue raisonné de l'œuvre imprimé de l'artiste. Aux côtés de cet ouvrage, l'exposition présente une sélection rétrospective de ses œuvres. Celle-ci comprend notamment ses emblématiques triptyques grand format, des monotypes colorés, des gravures au carborundum aux noirs denses, ainsi que des œuvres réalisées spécifiquement pour l'édition du catalogue.

Présentation du catalogue raisonné et exposition d'un choix d'œuvres

Vernissage d'Astrid de La Forest

Vernissage d'Astrid de La Forest
Astrid de LA FOREST - Triptyque Le Grand Pin, 2016 - Gravure au carborundum sur impression de couleur - 126 x 166 cm

[18:00-21:00] Vernissage d'Emeric Chantier "Définition(s) : ..."
Location:
A2Z Art Gallery
24, rue de l'Echaudé
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 56 24 88 88
Mobile : +33 (0)6 74 76 85 29
Internet Site : www.a2z-art.com
Description:
14 juin - 14 juillet 2018

Le corpus de sculptures créé par Emeric Chantier, né en 1986 à Montreuil, met en avant le sentiment introspectif perçu par l'Homme face aux origines et l'avenir de la Nature. Il bénéficie actuellement d'une grande exposition au Musée de l'Homme, plus particulièrement au Balcon des Sciences, jusqu'au 15 novembre 2018.

Dans cette série « Définition(s) », Emeric Chantier nous emmène à la découverte de sculptures d'animaux, de visages et de corps humains de tous âges, d'apparence végétale, tous enfermés dans une boite blanche aux dimensions standard du sujet représenté.

Depuis l'Antiquité, l'Homme essaye de définir tout ce qu'il voit, touche, pense, entend, sent et ressent. C'est ainsi que l'Homme, Animal Savant (regroupant les scientifiques, littéraires, sociologues, philosophes etc.), vit, communique et transmet le Savoir en l'enfermant dans des cases, des catégories, des définitions pour que nous puissions tous vivre, comprendre, communiquer et grandir dans un socle / environnement commun.

« Excogitatoris » (« le Penseur » en latin) nous montre un homme sculpté dans la célèbre position du Penseur d'Auguste Rodin. Enfermée dans une boite blanche aux dimensions normalisées d'un homme adulte, cette sculpture monumentale incarne ici le paroxysme de la série « Définition(s) ».

Pour éveiller notre conscience, Emeric Chantier a poussé, de manière symbolique et poétique, la figure du Penseur à réfléchir sur la condition de sa propre définition. L'homme penseur qui, a fortiori, remet en cause ses connaissances, se retrouve pris à son propre jeu. Que doit-on y voir ? L'ironie d'une réflexion humaine universelle conditionnée par notre propre savoir et nos propres besoins ? Une illustration de notre fragilité vis-à-vis de la Nature, notre appartenance / rapport à cette dernière ? Emeric nous questionne en latin...

Vernissage d'Emeric Chantier "Définition(s) : ..."
Emeric Chantier, Excogitatoris, 2018
Technique mixte - 175 x 74 x 90 cm
©A2Z Art Gallery & Emeric Chantier

[18:00-21:00] Vernissage de Sophie Verger et Christophe Ronel
Location:
Galerie Claudine Legrand
49, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Odéon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 43 25 96 60
Fax : +33 (0)1 43 25 96 60
Mail : gal.clegrand@wanadoo.fr
Internet Site : www.galerielegrand.com
Description:
Du 14 juin au 17 juillet 2018
mardi au vendredi, 14h00 à 19h00
samedi 11h00 à 13h00 et 14h00 à 19h00
Vernissage le jeudi 14 juin à partir de 18h

Sophie Verger, sculptures
Christophe Ronel, peintures

Vernissage de Sophie Verger et Christophe Ronel

[18:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Collection galerie"
Location:
Galerie Médiart
L'Art du Vivant
109, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Rambuteau, Etienne Marcel, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 78 44 93
Mobile : +33 (0)6 82 84 65 36
Fax : +33 (0)1 42 78 44 93
Mail : vanbay@free.fr
Internet Site : www.galerie-mediart.com
Description:
FERMETURE de la Galerie MEDIART

Après 28 ans d'activité, la Galerie Médiart ferme définitivement ses portes fin juin.

Pour cette occasion, Odile VAN BAY, "la cheville ouvrière" de cette institution appréciée des amateurs d'art mais surtout de céramique, organise un vernissage le jeudi 14 juin de 18h à 22h.

Les oeuvres des permanents de la Galerie (peintures - oeuvres sur papier - céramiques) représentatives de "la sensibilité MEDIART" seront accessibles à la vente, dans des conditions financières favorables.

La Galerie reste ouverte jusqu'au 24 juin. Ouverture du lundi au samedi de 14h à 20h.

Vernissage de l'exposition "Collection galerie"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "MIXTE(S)"
Location:
Le cabinet d'amateur
12, rue de la Forge Royale
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny, Ledru-Rollin, Charonne
France
Phone : +33 (0)1 43 48 14 06
Mail : contact@lecabinetdamateur.com
Internet Site : www.lecabinetdamateur.com
Description:
Catherine Garrigue, Michèle Mascherpa, PetitePoissone, Marie Rameau

Vernissage le jeudi 14 juin à partir de 18 heures
Exposition du jeudi 14 au dimanche 24 juin 2018

Le cabinet d'amateur a choisi de vous présenter quatre artistes, quatre visions très personnelles entre expression et introspection. Catherine Garrigue, Michèle Mascherpa, PetitePoissone et Marie Rameau, réunies pour une exposition où se côtoient : textes, dessins, gravures et photographies.

Vernissage de l'exposition collective "MIXTE(S)"

Vernissage de l'exposition collective "MIXTE(S)"

Vernissage de l'exposition collective "MIXTE(S)"

Vernissage de l'exposition collective "MIXTE(S)"

Photos : 1 PetitePoissone - 2 Michèle Mascherpa - 3 Catherine Garrigue - 4 Marie Rameau

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "TRIO PARIGOT"
Location:
Galerie Roy Sfeir
6, rue de Seine
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon, Odéon, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 43 26 08 96
Fax : +33 (0)1 43 26 08 96
Internet Site : www.galerieroysfeir.fr
Description:
avec M.Chat, Kay One, Simon Pradinas

Du 14 juin au 7 juillet
Vernissage le jeudi 14 juin 2018

Vernissage de l'exposition collective "TRIO PARIGOT"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Trouer l'Opacité"
Location:
Maison de la Photographie Robert Doisneau
1, rue de la Division du Général Leclerc
94250 Gentilly
M° RER B Gentilly
France
Phone : +33 (0)1 55 01 04 86
Fax : +33 (0)1 47 40 82 06
Mail : maisondelaphotographie@agglo-valdebievre.fr
Internet Site : www.maisondelaphotographie-robertdoisneau.fr
Description:
avec Angéline Leroux, Laure Pubert, Laure Samama

du 15 juin au 30 septembre 2018
Vernissage le jeudi 14 juin à 18h

Bras et mains tendus vers le hasard, nous avançons à tâtons. La photographie, censée enregistrer avec une exactitude irréprochable le monde qui nous entoure n'est, à y regarder de plus près, certainement pas ce miroir entendu de la réalité. Photographier consiste à voir et à regarder mais avant tout à raisonner, éprouver, rêver, etc. Bref, à composer en premier lieu avec toute la mécanique de l'être et ses agitations intérieures pour tenter d'y voir clair et de regarder, peut-être, de manière juste.

Il a souvent été question dans la programmation de la Maison Doisneau de présenter des thématiques, des lieux, des auteurs ou des œuvres choisies. Mais il a été encore peu question d'interroger cet élan qui pousse les photographes à s'engager corps et âmes pour donner formes à leurs envies, à leurs réflexions ou bien encore à leurs incompréhensions.

Trouer l'opacité réunit trois personnalités encore peu connues du public qui prennent des chemins de traverses avec la photographie et l'utilisent même à contre-courant pour saisir l'aspect tangible des choses. Il s'agit-là d'une curieuse et inhabituelle invitation à regarder des images pour remonter le fil jusqu'aux sources premières, plonger dans l'univers de la sourde inspiration et de la vue de l'esprit.

Cette exposition a bénéficié du soutien de l'agence révélateur, Paris

Vernissage de l'exposition collective "Trouer l'Opacité"
Emboîtements
© Angéline Leroux

Vernissage de l'exposition collective "Trouer l'Opacité"
Série Je marcherai sur tes traces
© Laure Pubert / agence révélateur

Vernissage de l'exposition collective "Trouer l'Opacité"
Série Trouer l'Opacité
© Laure Samama

[18:00-22:00] Vernissage du Salo VI, salon du dessin érotique
Description:
Salo VI, 111 bis boulevard de Ménilmontant, 75011 Paris

Salo VI
Isabel Aguera, Frédéric Arditi, Théophile Arcelin, Maria Arendt, Jérôme Avraham Benarroch, Isabelle Audouard, Clément Balcon, Joseph Barbiero, Rim Battal, Tamina Beausoleil, Anya Belyat Giunta, Nicolas Bernière, Ana Bloom, Louise Brodsky, Marie Pierre Brunel, Gokce Celikel, Elsa Cha, Dominique Chazy, Human Chuo, Julien Comte-Gaz, Vincent Corpet, Matthieu Crimersmois, Claudie Dadu, Julie Dalmon, Odonchimeg Davaadorj, Joël David, Marielle Degioanni, Guillaume Dimanche, Aurélie Dubois, Eric Ecrement, Cornelia Eichhorn, Sandrine Elberg, Sylvester Engbrox, Céline Excoffon, Dominique Forest, Frédéric Fontenoy, Carole Forges, Aphrodite Fur, Aurélie Galois, Justine Gasquet, Catherine Geoffray, Fanny Gosse, Nathalie de La Grandville, Guacolda, Cécile Hug, Cécilia Jauniau, Sara Jeanmougin, Pole Ka, Evi Kalessis, Kanaria, Katia Kameneva, Marine Karbowski, Ayako David Kawauchi, Marcus Kreiss, Romain Larbre, Michel Lascault, Raphaëlle Lavaud-Bonnard, Cendres Lavy, Sébastien Layral, Julien Legars, Frédéric Léglise, Rita Renoir, Claire Loupiac & Lou Farges, Frédérique Lucien, Marine Luszpinski, Patricia Maincent, Sandra Martagex, Samuel Martin, Tina Merandon, Marc Molk, Camille Moravia, Emilie Moutsis, Maho Nakamura, Julie Navarro, Maël Nozahic, Jeanne Rimbert, Romuald&PJ, Muriel Patarroni, Anne Paris, Marilena Pelosi, Johanna Perret, Joël Person, Marianne Pradier, Sophia Proença, Jérôme Rappanello, Elizabeth Saint-Jalmes, Nina Scceletton, Cheyenne Schiavone, Lia Schilder, Alice Sfintesco, Chloé Silbano, ShR Labo, Clothilde Sourdeval, Christine Smilovici, Natalie Svit-kona Eïfyran, Nathalie Tacheau, Anne-Claire Thevenot, Albertine Trichon Anne Van Der Linden, Jojo Wang, Lyne Vermes, Anne-Sophie Viallon, Dominique Weill
Commissaire Laurent Quénéhen

Du 15 au 18 Juin 2018
Horaires VSD : 11h - 20h - Lundi: 11h - 18h
Vernissage Jeudi 14 Juin (sur invitation)
Entrée : 3 €
Réservé aux plus de 16 ans
http://www.salo.salaisons.org/
lessalaisons@gmail.com


Rose c'est la vie : parcours érotique dans Paris

Charly, L'artisan Poissonnier, 44, rue Oberkampf, 75011 Paris
Artiste invitée : Julie Dalmon, vernissage le samedi 26 Mai 20h30 - 22h - Jusqu'au 31 Juillet 2018 9h ->13h / 16h30 ->20h

Space In Progress, Julio Artist-run Space 13 rue Juillet, 75020 Paris
Assemblage#12 : artistes invités: Paola Vega, Valentina Dotti, Nicole Lily Rose, vernissage le 2 juin à partir de 17h. Du 14 au 17 Juin, JVS : 15h - 19h - Dimanche : 15h - 18h

Galerie de la Voûte, 42 Rue de la Voûte, 75012 Paris
Artiste invitée : Chloé Julien, jusqu'au 30 Juin, vernissage le 7 Juin

Galerie Thierry Marlat 2, rue de Jarente 75004 Paris, « Ni Dieu ni Maître », Marlagor, Susanne Srassmann et Stéphane Trois Carrés, Franck Hommage, Jay Alansky, Arnaud Cohen, Marcus Kreiss, vernissage le 15 Juin

Galerie Ycone, 9 Rue Notre Dame De Nazareth, 75003
Artistes invités : Joël Hubaut, Fred Forest, Pascal Lièvre, Bruce Labruce, Les Criminels David Blair, John Sanborn et URL Fighters, ShR Labo, Chloé Silbano, vernissage le 15 Juin, commissariat Gwenaël Billaud

Le Shakirail, 72 rue Riquet 75018, Paris "Désirs souples et figures molles. Frontières élastiques et jouissances plastiques. Corps malléable et territoires extensibles." Vernissage le 16 Juin à partir de 16h et ouverture le 17 Juin de 10h à 22h. Commissariat de Lucie Camous

Chez Alberto Sorbelli, 25 rue du Moulin Joly 75011, Paris
Interphone "GIO", Artiste invité : Marcus Kreiss, VSD 14h - 20h, portraits et nus en direct

Progress Gallery, 4 bis Passage de la Fonderie, 75011 Paris : uniquement le 17 juin

Salve Regina restaurant, lectures de l'Art du Maujoin par Françoise Dax-Boyer, 103 rue des Haies, 75020 Paris

Lovelo avec Guillaume Dimanche, visite du parcours érotique en vélo et en maillot (de bain) : 17 juin


Salon du dessin érotique, sixième édition. Tout a débuté il y a six ans dans une légèreté rigolote. Un salon cochon dans une salaison, c'était hors de propos, légèrement désuet. Les années qui suivirent le salon du dessin érotique prit hélas une connotation politique : tout d'abord avec le débat sur le voile et ensuite avec les attentats, dont celui contre les journalistes et les dessinateurs de Charlie Hebdo, Salo fut parfois vécu comme un salon de résistance à la censure.
Cette censure contre les libertés reste à propos car il est chaque année difficile de trouver un espace. L'érotisme est sale pour les congrégations municipales, religieuses ou ultra-capitalistes, un salon d'art se doit d'être clean, cher et élitiste. S'il n'y avait pas ce directeur humaniste d'un espace privé qui nous accueille, Jacques Frézal, Salo n'existerait plus.
Cette année, l'air du temps présent est encore empreint de la guerre des sexes, des « Me Too », des « Balance ton porc ».
Ce salon n'est pas là pour raviver la polémique, d'autant qu'il est organisé par les salaisons. Le cochon, malgré toute cette haine déversée sur lui est une belle bête. C'est l'animal le plus proche de l'être humain par son alimentation, ses organes, mais contrairement à ses lointains cousins masculins, il ne viole personne, il est même victime d'une surproduction inutile et carcérale, bien des porcs bretons et d'ailleurs vivent un enfer quotidien.
Le porc masculin est plus rare, le souci est qu'il sévit beaucoup. Un porc homme va sans cesse agresser, humilier, harceler, c'est dans sa nature primaire, peut-être 30 femmes par mois, 360 par an ou même le double, ce qui donne cette impression de flux continu et retombe sur tous les hommes, dont certains osent pourtant à peine proposer un café à celle dont ils rêvent.
L'esprit est feignant, il a tendance à grouper, assimiler ceci à cela. Un homme porc n'est pas tous les hommes, l'Islam n'est pas l'Islamisme, la femme n'est pas les femmes, ce qui est général est généralement faux.
Dans la vie comme dans l'art, il y a toujours ce travail exigeant qui demande de tout revoir à chaque instant avec un regard neuf sur ce qui est présent hic et nunc et non sur ce qu'on croit reconnaître.
Cette année des espaces parisiens se sont associés à Salo, ce parcours est un lien puissant car ce qui réunit chacun c'est le goût de la découverte, de l'autre, de l'inconnu, du plaisir visuel, gustatif, l'envie d'être apprécié et osons un mot rare et rose : aimé.
C'est dans l'attraction des différences que les êtres humains ont le plus de points communs, c'est ce qu'affirme Salo VI et ce parcours érotique dans Paris.
Laurent Quénéhen, commissaire de Salo

Vernissage du Salo VI, salon du dessin érotique

[18:30-22:30] Vernissage de Brok et Caroline Poulet "PAS SAGE"
Location:
Galerie Mondapart
80, rue du Château
92100 Boulogne-Billancourt
M° Boulogne - Jean Jaurès
France
Phone : +33 (0)9 52 77 76 41
Mail : contact@mondapart.com
Internet Site : www.mondapart.com
Description:
PAS SAGE
Brok / Caroline Poulet
GRAFFITI ET SCULPTURE

Vernissage le jeudi 14 juin 18:30 - 22:30
Exposition du 15 juin au 14 juillet 2018

Lignes courbes et lignes droites se disputeront la couleur pour la dernière exposition de la saison, "PAS SAGE". BROK, graffeur historique de la galerie, présentera ses dernières œuvres mêlant acrylique et bombe sur toile. Au fil du temps l'artiste s'est détaché de la lettre, du tag, pour trouver sa voie dans une forme d'abstraction géométrique. A la recherche d'une écriture nouvelle et d'un équilibre certain, sa peinture devient dense et volontaire, elle nous emmène sur notre propre chemin.

Caroline Poulet propose des sculptures abstraites et colorées. Ses œuvres procurent du plaisir, un questionnement, un tremplin au rêve. Elles savent également figurer des idées concrètes (ADN, serpent, note de musique...) en fonction du regardeur. Caroline Poulet quant à elle nous surprendra avec ses nouvelles couleurs et ses formats monumentaux.

Caroline Poulet est présentée depuis 2010, Brok a été exposé pour la première fois par la galerie Mondapart en juin 2009.

Caroline Poulet est exposée dans le Parc de Saint-Cloud à l'occasion de du Parcours d'art en extérieur organisé par l'association Art Outdoor Experience jusqu'au 15 juillet 2018, "la Vie terrestre".

Vernissage de Brok et Caroline Poulet "PAS SAGE"

[18:30-21:00] Vernissage de Jerk 45 "Migrations divines"
Location:
Galerie Art&Craft
32, boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 58 89 05 56
Mail : galerie.artcraft@gmail.com
Internet Site : www.galerie-artandcraft.com/wp
Description:
Vernissage le jeudi 14 Juin de 18h30 à 22h
Exposition du 14 Juin au 14 Juillet 2018

JERK 45
Sillonnant la rue et les galeries avec son collectif 9eme Concept qu'il a fondé il y a plus de 28 ans avec Stéphane Carricondo et Ned, Jerk 45 n'en a pas moins négligé son coup de pinceau, aiguisant son style retranché derrière ses toiles. À travers un univers fantasmagorique, coloré et foisonnant, Jerk nous conduit dans les tréfonds de son imaginaire, réussissant à y conjuguer tout l'esprit caustique de ses années punk, son enthousiasme ému pour les seventies et les fêlures de l'enfance. Dans cette jungle intérieure, ses chimères - personnages mi-animaux, mi-robots qui arpentend dans chacune de ses œuvres - jouent les courroies de transmission de ses angoisses et obsessions, accentuant ici la haine de l'extrémisme ou la dérision d'une foi aveugle. L'œil rivé vers le passé, il s'emploie à restituer une imagerie rétro, par des collages issus de magazines dont il fait la collection ou encore à l'aide de débris d'affiches récupérées dans le métro parisien ou chinées en brocantes. Un bricolage minutieux sur des compositions existantes, porté par un travail d'archive impressionnant, digne d'un historien. Plus qu'un simple peintre, il façonne avec l'ancien pour mieux évoquer le présent. À s'y pencher de plus près, Jerk n'est pas loin du militant du développement durable, recyclant sur ses toiles ses clichés chinés. Il en ressort un vaste bric-à-brac artistique, une œuvre hybride à la cohérence outrageuse.

TEXTE DE FREDERIC CLAQUIN, extrait de « 9eme Concept, 20 ans de création collective », éditions HERSCHER

Vernissage de Jerk 45 "Migrations divines"



[19:00-21:00] Vernissage de Manu Larcenet "L'adieu au papier"
Location:
Galerie Barbier & Mathon
10, rue Choron
75009 Paris
M° Notre-Dame-de-Lorette, Saint-Georges, Cadet
France
Mobile : +33 (0)6 80 06 29 95
Mail : info@barbiermathon.com
Internet Site : www.barbiermathon.com
Description:
La galerie a le plaisir d'accueillir Manu Larcenet pour une grande exposition de ses œuvres.

Dessinateur et scénariste, Manu Larcenet est un auteur complet. Depuis ses premiers pas dans Fluide Glacial il a mis son trait, si reconnaissable et pourtant en perpétuelle évolution, au service de l'humour, du réalisme, du drame psychologique, de la parodieou encore du récit intimiste, avec brio. Ces œuvres lui ont apporté reconnaissance critique, succès populaire ainsi que de nombreuses récompenses. Aujourd'hui, il franchit un nouveau cap en abandonnant le papier et le crayon pour la tablette graphique. Mais que les fans se rassurent, l'Œuvre continue...

Cette grande exposition présentera plus de 140 planches et dessins originaux issus de séries telles que Bill Baroud, Le Retour à la terre, Le Combat Ordinaire, Robin des bois, Valérian, etc.

Le vernissage est ouvert au public et se tiendra, en présence de l'artiste, le jeudi 14 juin de 19h à 21h.

Exposition : du 15 juin au 15 septembre 2018

Vernissage de Manu Larcenet "L'adieu au papier"

[19:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Eros Femina"
Location:
Association Jour et Nuit Culture
9, place Saint-Michel
75006 Paris
M° Saint-Michel, Odéon
France
Mobile : +33 (0)6 52 62 91 67
Mail : jouretnuit.collectifartistique@gmail.com
Internet Site : jouretnuitcollectifa.wix.com/jouretnuit
Description:
Dans le cadre du festival "Eros Femina"

Exposition collective

Avec Apollonia Saintclair (illustration), Flore Kunst (collage), Romy Alizée (photographie), Cie Drôle de Rêve (création sonore), Thade Vann (Ilustration), Isol Buffy (photographie), Jessica Rispal (photographie), Cassie Raptor (illustration/graphisme), Lauryne Rativeau (graphisme), Charles (illustration/graphisme)

Exposition du jeudi 14 au dimanche 17 juin 2018 - 14h à 20h

Vernissage de l'exposition "Eros Femina"

[19:30-22:00] Vernissage de l'exposition "IN & OUT - 20 Talents de l'Art Urbain"
Location:
Mairie du 17ème arrondissement
16/20, rue des Batignolles
75840 Paris Cedex 17
M° Rome, Place de Clichy
France
Phone : +33 (0)1 44 69 17 17
Internet Site : mairie17.paris.fr
Description:
EXPOSITION DU 15 JUIN AU 20 AOÛT 2018

LES ARTISTES EXPOSÉS
Michaël Beerens
Brusk
Jorge Rodriguez Gerada
Jean Faucheur
Jana & JS
Jaw
JBC
Kouka
Arnaud Liard
Mart Aire
Pastel
Robert Proch
Ratur & Sckaro
SatOne
Seth
Treize Bis
Velvet & Zoer

L'exposition explore la formidable ambivalence des artistes urbains, aussi appelés street artistes, entre leurs travaux en extérieur et en atelier.

Pour chacun des 20 artistes, il s'agit de confronter une oeuvre urbaine photographiée et une oeuvre d'atelier. L'idée est de montrer autant leur maîtrise de l'infiniment petit que du monumental, tout en dévoilant quelques variations techniques entre la toile et l'urbain. Un espace est consacré aux quatre artistes ayant oeuvré à la toute récente mise en peinture des façades du marché des Batignolles.

La sélection puise dans les pièces maîtresses produites par l'association Art en ville, basée dans le 17ème arrondissement, sous la direction artistique d'Olivier Landes.

ÉVÉNEMENTS AUTOUR DE L'EXPOSITION
MARDI 19 JUIN À 19H30
Conférence : Les contextes dans l'art urbain
Par Olivier Landes, commissaire de l'exposition et auteur de Street Art Contexte(s) paru aux Editions Alternatives (2017)
À la mairie du 17e, suivie d'une dédicace du livre

MERCREDI 20 JUIN À 17H
Visite guidée : Les fresques du marché des Batignolles
Par une médiatrice de l'association Art en ville
Rendez-vous au 94 rue Lemercier




[20:15-22:00] Avant-première du film "Une pluie sans fin"
Location:
UGC Ciné Cité Les Halles
7, place de la Rotonde
Nouveau Forum des Halles
Niveau -3
75001 Paris
M° Les Halles
France
Phone : 08 92 70 00 00 #11
Internet Site : www.ugc.fr/cinema.html?id=10
Description:
en présence du réalisateur Dong Yue

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés