Tuesday, July 3, 2018
Public Access


Category:
Category: All

03
July 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

  Semaine de la Mode Haute Couture automne-hiver 18 / 19
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fashion Week
automne-hiver 18 / 19

du 01 juillet au 06 juillet

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Du 13 décembre 2017 au 20 mai 2018, prolongation jusqu'au 12 août 2018
Du mercredi au vendredi : 11h - 17h / Samedi et dimanche : 14h - 18h
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche - Fermé le lundi et les jours fériés

Entrée libre le premier dimanche de chaque mois
Plein tarif : 4.70 € / 3.60 € pour les Isséens et GPSO
Tarif réduit : 3.60 € / 2.60 € pour les Isséens et GPSO
Gratuit pour les moins de 26 ans
Audio guide français / anglais : gratuit

Labellisée « Centenaire Auguste Rodin », cette exposition au Musée Français de la Carte à Jouer sera la dernière manifestation de cette année consacrée à l'une des figures les plus indépendantes du monde de l'art. Mêlant sculptures et photographies, elle s'accompagnera d'une riche programmation avec des conférences mensuelles et des projections.

En 1908, Auguste Rodin, qui habite la Villa des Brillants à Meudon depuis une douzaine d'années, fait installer dans les communs du château des Conti à Issy-les-Moulineaux l'atelier d'un de ses derniers mouleurs et proches collaborateurs : Paul Cruet.

Employé par le Maître, puis par le Musée Rodin de novembre 1905 à février 1940 en qualité de chef-mouleur, celui-ci devient un collaborateur précieux et estimé dont l'expertise a régulièrement été sollicitée dans différents domaines. C'est en particulier à lui qu'est confiée la tâche d'achever la mythique Porte de l'Enfer en 1917.

Jusqu'à sa fermeture en 1937, son atelier isséen compte parmi l'un des principaux lieux d'activité du Musée Rodin.

A la fin de sa vie, il possédait une collection dont donation a été faite à la Ville en 1966 et 1974. Conservé au Musée Français de la Carte à Jouer, ce fonds comprend en particulier des photographies anciennes, une aquarelle et sept sculptures en plâtre (dont un buste de Camille Claudel et une tête d'un des Bourgeois de Calais, Pierre de Wissant).

L'ensemble sera présenté au côté d'une sélection d'œuvres à la réalisation desquelles Paul Cruet a travaillé. L'exposition a en effet bénéficié de l'aide et du soutien du Musée Rodin qui a bien voulu ouvrir largement l'accès à ses archives et à ses réserves.

Elle permettra aussi sur le plan esthétique de s'arrêter sur les processus créatifs en sculpture et plus particulièrement le procédé du moulage. Le mouleur joue en effet un rôle important non seulement sur le plan technique (du fait du nombre et de la complexité des étapes mises en œuvre) mais surtout sur le plan esthétique.

#CentenaireRodin
#Rodin100
http://rodin100.org/fr/actualit%C3%A9s/auguste-rodin-et-son-mouleur-paul-cruet

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Paul Cruet procédant au moulage d'Ugolin, tirage photographique 22.4 x 17.3 cm, coll. M F C J - Issy-les-Moulineaux © F. Doury

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Vernissage de l'exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), L'Âge d'airain (Grand modèle), 1877, plâtre patiné au vernis gomme laque, 180 x 68.5 x 54.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Saint Jean-Baptiste (Grand modèle), 1880, plâtre patiné au vernis gomme laque, 203 x 71.7 x 119.5 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Exposition "Auguste Rodin et son mouleur Paul Cruet"
Auguste RODIN (1840-1917), Buste de Dalou, 1883, plâtre stéariné, 52 x 43 x 24 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard

Fête nationale de Biélorussie
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
date de la libération de Minsk par l'armée soviétique en 1944

Exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Location:
Pavillon Carré de Baudouin
121, rue de Ménilmontant
75020 Paris
M° Gambetta, Ménilmontant, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 58 53 55 40
Internet Site : www.carredebaudouin.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"

du 27 avril au 29 septembre 2018, prolongée jusqu'au 2 janvier 2019
du mardi au samedi de 11h à 18h

Personnage clé de l'histoire de la photographie française, Willy Ronis (1910-2009) est l'une des plus grandes figures de cette photographie dite « humaniste », attachée à capter fraternellement l'essentiel de la vie quotidienne des gens. À partir de 1985, Willy Ronis se plonge dans son fonds photographique pour sélectionner ce qu'il considère comme l'essentiel de son travail. Il réalise une série de six albums, constituant ainsi son « testament photographique ». Ces albums inédits sont la matrice de cette exposition.

À l'invitation de Frédérique Calandra, Maire du 20e arrondissement, Willy Ronis par Willy Ronis est à voir et à écouter du 27 avril au 29 septembre 2018, au Pavillon Carré de Baudouin, qui fête ses dix ans cette année, au cœur de ce quartier de Paris qu'il aimait tant.

Devenu reporter photographe en 1936, Willy Ronis mène de front commandes et recherches personnelles. Observant le monde, ses photos dressent une sorte de portrait à la fois intimiste et profond de la société et de l'époque. Elles constituent un immense travelling qui donne à voir, à comprendre et à aimer les gens dans l'ordinaire de leur vie. En plaçant l'homme au centre de son œuvre, en posant sur lui un regard optimiste et bienveillant, Willy Ronis n'en néglige pas pour autant de rendre compte de la dureté de l'époque, d'où ces nombreuses images sur le monde du travail et les luttes ouvrières, marquant son empathie et un engagement social qui perdure tout au long de son œuvre.

Outre les photographies exposées, près de deux cents, réalisées entre 1926 et 2001, le public pourra également feuilleter les albums à partir de bornes composées de tablettes interactives. Par ailleurs, une série de films et de vidéos réalisés sur Willy Ronis sera projetée dans l'auditorium selon une programmation particulière. Une occasion unique d'entrer de plain-pied dans l'univers personnel de l'artiste.

Neuf ans après le décès de Willy Ronis, cette exposition célèbre la clôture de la succession et l'entrée de l'œuvre dans les collections de la MAP, l'établissement du ministère de la Culture qui gère, entre autres, les grandes donations photographiques faites à l'État. Le commissariat de cette exposition est assuré par Gérard Uféras, photographe, l'un des plus proches amis de Willy Ronis, et par Jean-Claude Gautrand, photographe, journaliste et historien de la photographie française. Toutes les photographies exposées font l'objet d'un travail exceptionnel au sein du laboratoire de l'Agence photographique de la Réunion des musées nationaux - Grand Palais, qui les diffuse en exclusivité.

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Pendant le défilé de la victoire du Front populaire, rue Saint-Antoine, Paris, 14 juillet 1936
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Les Amoureux de la Bastille, Paris, 1957
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Le Café de France, L'isle-sur-la-Sorgue, 1979
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Exposition "Picasso et la danse"
Location:
Opéra national de Paris
Palais Garnier / Opéra Garnier
place de l'Opéra
8, rue Scribe
75009 Paris
M° Opéra, RER A Auber
France
Internet Site : www.operadeparis.fr
Description:
Bibliothèque-musée de l'Opéra
Entrée à l'angle des rues Scribe et Auber
Courriel : bibliotheque-musee-opera@bnf.fr

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"

Du 19 juin au 16 septembre 2018
Tous les jours 10h > 17h

Tarifs de visite
Plein tarif : 12 € - Tarif réduit : 8 €
Entrée gratuite pour les moins de 12 ans, personnes en situation de handicap et leur accompagnateur, demandeurs d'emploi.

Commissariat
Bérenger Hainaut, conservateur au département de la Musique, BnF
Inès Piovesan, chef du Service des éditions, Opéra national de Paris

Catalogue
Picasso et la danse
Sous la direction de Bérenger Hainaut et Inès Piovesan BnF Éditions
22 x 27 cm, 192 pages, 100 illustrations environ, 39 €

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
David Douglas Duncan
Pablo Picasso et Jacqueline Rogue dansant devant Les Baigneurs à la Garoupe
Juillet 1957
Photographie (reproduction)
Musée national Picasso-Paris DunDav120
© RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) © Succession Picasso 2018

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
David Douglas Duncan
Pablo Picasso dansant devant Les Baigneurs à la Garoupe
Juillet 1957
Photographie (reproduction)
Musée national Picasso-Paris DunDav120
© RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) © Succession Picasso 2018

Pablo Picasso (1881-1973) est certainement l'un des artistes les plus complets du xxe siècle : à la fois peintre, dessinateur, sculpteur, graveur, il n'a cessé d'approfondir toutes les techniques, explorant les champs et les modes d'expression les plus divers. À partir des années 1910, il découvre le monde du spectacle et travaille à la création de décors et costumes qui marqueront l'histoire du ballet. Parade (1917), Le Tricorne (1919), Pulcinella (1920), Mercure (1924) constituent autant de repères majeurs pour cet art. L'héritage de Picasso reste d'ailleurs vivace au sein du répertoire du Ballet de l'Opéra de Paris, témoignant de l'importance de la place qu'il occupe dans le paysage chorégraphique.
Mais il faut dépasser le cadre du ballet pour découvrir que l'intérêt de Picasso pour la danse s'est en réalité exprimé dès ses plus jeunes années. Des danseuses de cirque des années 1900 aux danses érotiques du dernier Picasso, en passant par les scènes de bacchanales des années 1940 à 1960, tout a semblé prétexte à représenter des corps en mouvement. La dynamique du mouvement dansé a ainsi traversé toute l'œuvre du maître, allant parfois jusqu'à alimenter son geste artistique.
L'exposition organisée par la Bibliothèque nationale de France et l'Opéra national de Paris explore les différentes facettes du rapport de Picasso à la danse, entre vie de troupe et recherches créatrices, entre beaux-arts et spectacle vivant.


I. La troupe des Ballets russes

En mars 1915, Jean Cocteau cherche à rencontrer Picasso. Le jeune écrivain, qui côtoie les Ballets russes depuis 1909, souhaite marquer les esprits et s'imposer en tant que créateur auprès de Serge Diaghilev, le directeur de la compagnie. Il imagine donc de rallier le chef de file du mouvement cubiste et de le convaincre de participer à un de ses projets scéniques : Parade. Au début de l'été, le compositeur Edgar Varèse accepte de présenter Cocteau à Picasso : cette première rencontre signe le début de la collaboration de l'artiste avec les Ballets russes.
De 1917 à 1925, Picasso partage régulièrement la vie de la troupe, à l'occasion de résidences de travail ou de tournées, en France et à l'étranger. Il incarne une forme de renouveau au sein des Ballets russes, aux côtés de Cocteau mais aussi de Léonide Massine, alors principal chorégraphe. Au fil de ces années de collaboration, Picasso noue de nombreuses amitiés, dont témoignent portraits et caricatures, ainsi qu'une abondante correspondance. Sa forte implication dans l'univers mondain du ballet s'explique aussi par sa rencontre avec Olga Khokhlova : danseuse pour Diaghilev depuis 1911, elle entame une liaison avec Picasso en 1917, avant de l'épouser le 12 juillet 1918. Jusqu'en 1924, elle sera omniprésente dans ses œuvres.
Dans ce contexte, le ballet devient une thématique à part entière : Picasso réalise de nombreuses études de mouvements dansés et multiplie les dessins de danseurs, de ballerines et de pas de deux.

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso, Danseuse ayant servi de frontispice pour le livre de Boris Kochno, Le Ballet, mars 1954 lithographie en couleur BnF, Estampes et photographie

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso (d'après), Deux danseurs (1925) reproduction issue de l'ouvrage Pablo Picasso, Grâce et mouvement Zürich, Louis Grosclaude, 1943 BnF, Réserve des livres rares © Succession Picasso 2018

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso, Trois danseuses, [1919-1920] Crayon graphite sur trois feuilles de papier raboutées Musée national Picasso-Paris Dation Pablo Picasso, 1979
© Sylvie Chan-Liat / RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) © Succession Picasso 2018


II. Travailler pour le ballet

Picasso a contribué à dix productions de ballets, dont six pour les Ballets russes. Son implication se limite parfois à un simple rideau de scène, ou à des indications pour le faire réaliser : c'est le cas par exemple pour Le Train bleu (1924) ou Le Rendez-vous (1945). Entre 1917 et 1924, il s'investit toutefois très activement dans quatre productions majeures : Parade (1917), Le Tricorne (1919), Pulcinella (1920) et Mercure (1924), ballets pour lesquels il conçoit décors, costumes et rideaux de scène.
Ces réalisations coïncident avec une prise de distance vis-à-vis de la technique cubiste. Après une dizaine d'années de recherches systématiques, qui l'ont mené du proto-cubisme des Demoiselles d'Avignon (1907) au cubisme synthétique, il commence à explorer de nouvelles directions. Des dessins naturalistes font leur réapparition dès 1915. Dans Parade cohabitent éléments néo-classiques et éléments cubistes, que Picasso n'abandonne pas pour autant : il les distille au fil des productions, par petites touches, avant de leur substituer une première forme de surréalisme dans Mercure. Le ballet accompagne ainsi les mutations successives de l'artiste.
À partir des années 1970, certains de ces ballets ont été reconstitués par l'Opéra de Paris. Après Parade, recréé en 1979 à l'occasion d'un hommage à Erik Satie, ce sont Le Tricorne, Le Train bleu et Le Rendez-vous qui intègrent simultanément le répertoire de l'Opéra en 1992. En comptant aussi Icare, dans une nouvelle production créée au Palais Garnier en 1962, cinq des ballets de Picasso sont actuellement au répertoire de l'institution.

Parade, 1917

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso, Projet pour le rideau de scène du ballet Parade, [1916-1917] Crayon graphite et aquarelle sur papier Musée national Picasso-Paris Dation Pablo Picasso, 1979 © Succession Picasso 2018

Imaginé par Cocteau, l'argument de Parade est très simple : devant un chapiteau, les artistes tentent de convaincre le public d'entrer pour assister à leur spectacle en donnant un aperçu de leurs numéros (la « parade »). Cocteau veut puiser la « force de vie » présente dans le cirque pour « féconder » un art théâtral jugé moribond. Ce projet ne pouvait mieux convenir à Picasso : particulièrement sensible à l'univers des saltimbanques, il s'identifie à Arlequin, « double mélancolique » très présent dans son œuvre. Sollicité par Cocteau, il accepte de participer, aux côtés de Massine et du compositeur Erik Satie. Il réalise un décor cubiste, qui contraste avec le néo-classicisme de son rideau de scène. Par ailleurs, Picasso modifie le ballet de façon notable. Il introduit les personnages des managers, dont les costumes sont pensés comme des sculptures cubistes, ainsi qu'un numéro de « cheval-jupon », sur le modèle de celui qu'il a observé au cirque Medrano. Ses costumes contribuent largement au scandale de la création de Parade, qui finit néanmoins par s'imposer.

Le Tricorne, 1919

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso (d'après), Le Tricorne : maquette du décor définitif (1919) planche issue du portf. : Trente-deux reproductions de maquettes en couleurs d'après les originaux des costumes et décors par Picasso pour le ballet Le Tricorne Paris, P. Rosenberg © Succession Picasso 2018

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso (d'après), Projet de costume pour le ballet Le Tricorne : un voisin (1919) planche issue du portf. : Trente-deux reproductions de maquettes en couleurs d'après les originaux des costumes et décors par Picasso pour le ballet Le Tricorne Paris, P. Rosenberg © Succession Picasso 2018

Après la réussite de Parade, Diaghilev invite Picasso à participer à un second ballet, entièrement espagnol : El Sombrero de tres picos (Le Tricorne), adapté du roman picaresque de Pedro de Alarcón. Manuel de Falla compose la musique et Massine est de nouveau chargé de la chorégraphie, conseillé par Félix Fernandez, un danseur de flamenco. L'intrigue du ballet s'articule autour des personnages du meunier et de sa femme, convoitée par le gouverneur de la province. À la suite de nombreuses péripéties, le gouverneur est rossé, avant que la foule ne se lance dans une jota finale, danse traditionnelle espagnole. Picasso réalise des décors aux teintes douces, à la fois naturalistes et subtilement cubistes, sur lesquels ses costumes très colorés, d'inspiration populaire, se détachent vivement. Le Tricorne, qui lui rappelle ses racines andalouses, lui permet d'exprimer sa passion pour la corrida, qu'il fait infuser dans le ballet : il fait danser matador et picador au milieu des villageois, et représente sur le rideau de scène une arène, un jour de corrida.

Pulcinella, 1920

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso (d'après), Étude de décor pour le ballet Pulcinella [ca. 1920] Procédé Jacomet (gouache appliquée au pochoir sur impression phototypique) BnF, Bibliothèque-musée de l'Opéra © Succession Picasso 2018

En avril 1917, les Ballets russes sont en tournée en Italie : la troupe se produit à Rome, avant de gagner Naples. Alors que Picasso travaille sur Parade, Diaghilev et Massine rassemblent des matériaux pour un nouveau ballet, inspiré de la commedia dell'arte. Adaptant une pièce du théâtre napolitain du xviiie siècle, Massine écrit l'argument de Pulcinella quelques mois plus tard. Diaghilev, de son côté, après avoir collecté des manuscrits attribués à Jean-Baptiste Pergolèse (1710-1736), propose à Igor Stravinsky de s'en servir pour composer une nouvelle musique de ballet. Picasso rejoint le projet en décembre 1919 et réalise une première série d'esquisses évoquant l'esthétique du Second Empire. Après plusieurs refus de Diaghilev, il opte pour une scène de rue nocturne : Naples est représentée selon les principes cubistes, avec vue sur le Vésuve. Les costumes qu'il conçoit empruntent à la fois aux costumes du XVIIIe siècle et aux traditions populaires napolitaines, qu'il a découvertes en 1917. Pulcinella est créé par les Ballets russes à l'Opéra de Paris le 15 mai 1920.

Mercure, 1924

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Scène de la confrontation entre Mercure (Léonide Massine)et Apollon (Boris Lissanevitch), Mercure [1927][Photographe non identifié], © BnF, Bibliothèque-musée de l'Opéra © Succession Picasso 2018

En 1924, Diaghilev et Cocteau montent Le Train bleu. Sollicité, Picasso accepte qu'un de ses tableaux soit reproduit pour servir de rideau de scène. Au même moment, le comte Étienne de Beaumont lance un projet concurrent. Pour ses « Soirées de Paris », il réunit une équipe composée de Satie, Massine et Picasso, auxquels il commande un ballet autour du dieu Mercure.
Picasso a carte blanche. S'éloignant du cubisme, il conçoit des « poses plastiques » d'allure surréaliste : les Trois Grâces apparaissent travesties ; certains personnages sont incarnés par des sculptures mobiles. L'artiste approfondit aussi une nouvelle technique, à base de lignes continues : ce style, dit « calligraphique » ou
« curvilinéaire », irriguera sa production dans les années suivantes.
Lors de la première de Mercure, le 15 juin 1924, un groupe de dadaïstes menés par André Breton et Louis Aragon déclenche une cabale visant Satie et Beaumont. Quelques jours plus tard, ils dressent toutefois dans la presse un portrait élogieux de Picasso : son dernier ballet majeur signe ainsi son entrée dans le surréalisme.

Icare, 1962

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Attilio Labis dans le rôle-titre d'Icare Palais Garnier, Paris, 1962 BnF, Bibliothèque-musée de l'Opéra © Roger Pic/ BnF © Succession Picasso 2018

En 1962, Serge Lifar est invité par l'Opéra de Paris à remonter son ballet Icare. L'argument qu'il a conçu s'inspire de la mythologie grecque : grâce aux ailes fabriquées par son père Dédale, Icare s'élance dans les airs ; mais grisé par le vol, il s'approche trop près du soleil, la cire de ses ailes fond et il tombe dans la mer. Créé en 1935, le ballet est un manifeste où la danse s'écrit indépendamment de la musique : outre la chorégraphie, Lifar est responsable des « rythmes » qui l'accompagnent, orchestrés par Arthur Honegger.
Pour cette reprise, l'ancien danseur conçoit lui-même de nouveaux costumes et propose à son ami Picasso, rencontré grâce aux Ballets russes dans les années 1920, de réaliser décor et rideau de scène. Depuis 1924, Picasso n'a plus travaillé pour le ballet, à l'exception d'un rideau pour Le Rendez-vous (1945) de Roland Petit, qui reprend une toile existante. L'artiste accepte pourtant d'imaginer ce nouveau décor : il fournit à Lifar une esquisse rappelant une autre « chute d'Icare », celle de la fresque qu'il a peinte en 1958 pour le siège de l'Unesco.


III. Représenter la danse

Au-delà de l'univers du ballet, Picasso a représenté un grand nombre de scènes de danses. Dès la fin des années 1890, des danseuses de cabaret apparaissent dans ses œuvres. L'artiste fréquente alors beaucoup music-halls et cafés-concerts : les danseuses de french cancan mais aussi les bals populaires qu'il dépeint, sont autant de témoins de sa vie de bohème, en prise avec le monde de la nuit et de la fête. Ces premières thématiques laissent ensuite la place à d'autres sujets, prétextes à l'introduction de nouvelles danses : danses orientales, danses mythologiques, danses traditionnelles espagnoles comme le flamenco, la jota ou encore la sardane, liée à la
« ronde de la paix »...
Réalisé entre 1904 et 1972, l'œuvre gravé de Picasso accompagne l'évolution de son rapport au mouvement dansé et permet de proposer un aperçu de la présence continue de la danse dans sa production, à travers quatre thématiques majeures.

Au cirque - Forains et saltimbanques

Picasso a toujours été fasciné par le monde circassien. À Paris, dès 1904, il est un habitué du cirque Medrano. Cette fréquentation assidue se ressent dans sa création : en 1905, les saltimbanques deviennent omniprésents dans ses œuvres. Suivant les traces de Toulouse-Lautrec, Picasso dessine ses premières « danseuses à cheval » ou « écuyères à panneau », du nom de la selle plate sur laquelle ces baladines se produisent. Au fil des années, il convoquera souvent cette figure, que l'on retrouve notamment sur le rideau de Parade.

Les danses mythologiques

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso, Faunes et chèvres, 1959 linogravure en couleurs BnF, Estampes et photographie © Succession Picasso 2018

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso, Grand nu dansant, 1962 linogravure en couleurs, BnF, Estampes et photographie © Succession Picasso 2018

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso, Centaure dansant, fond noir, octobre 1948 lithographie BnF, Estampes et photographie © Succession Picasso 2018

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso Bacchanale avec une femme assise tenant un bébé, 1959 linogravure en couleurs BnF, Estampes et photographie © Succession Picasso 2018

La mythologie gréco-latine a profondément nourri l'œuvre de Picasso. Si le minotaure, alter ego de l'artiste, domine les années 1930, ce sont les bacchantes et l'ensemble du cortège dionysiaque qui s'imposent à partir des années 1940. Les bacchantes sont ces femmes enivrées qui pratiquent une danse rituelle en l'honneur de Dionysos-Bacchus, dieu du vin et du théâtre. Picasso s'inspire des bacchanales du classicisme français pour représenter ce nouveau type féminin. En août 1944, dans l'euphorie de la Libération de Paris, il reproduit Le Triomphe de Pan de Nicolas Poussin (1594-1665), qu'il réinterprète d'une manière cubiste : célébrant la joie de vivre retrouvée, cette peinture initie un nouveau départ dans son œuvre. À la faveur du retour à la paix et de séjours réguliers à Antibes, satyres, centaures, faunes et bacchantes s'affirment alors dans des compositions mêlant musique, danse et fête, dans lesquelles on voit parfois poindre l'influence du néo-classicisme de Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867).

Danser la corrida

Dans la culture populaire espagnole, les affinités entre danse et tauromachie sont nombreuses : les paroles et les figures du flamenco font souvent référence à la corrida ; le paso doble évoque le tercio de muleta, combat final du matador contre le taureau. Réciproquement, un certain nombre de musiques de danse sont jouées tout au long de la corrida. Lorsque le matador choisit de poser lui-même les banderilles, il le fait au son d'une valse ou d'une jota issue du folklore espagnol, dansant et virevoltant devant le taureau pour provoquer sa charge. Puis, alors que l'orchestre interprète un paso doble, le matador exécute, avec une cape rouge, une série de passes parfois comparées à des mouvements de flamenco, avant l'estocade finale. Picasso a pleinement intégré le potentiel dansant de la corrida. Si les danseurs des Ballets russes incarnaient matador et picador dans Le Tricorne, ce sont ici les toréros qui se font danseurs. Les banderilleros sont suspendus dans des postures qui semblent chorégraphiées, tandis que chevaux et taureaux se figent au milieu de pas de deux brutaux.

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Pablo Picasso
Tauromaquia : suerte de muleta
1957
Aquatine au sucre
BNF, Estampes et photographie

Le pouvoir érotique de la danse

Au cours des années 1960, la présence de l'érotisme dans les œuvres de Picasso s'intensifie considérablement. L'artiste revisite les sujets qui lui sont chers pour en proposer une nouvelle interprétation, fortement sexualisée. En particulier, il explicite beaucoup plus que par le passé le caractère sensuel voire luxurieux de la danse : bacchantes, circassiennes et danseuses orientales apparaissent nues, leurs attributs sexuels exacerbés. Plus encore, ses représentations mettent en scène avec insistance le pouvoir érotique de la danse. Les danseuses adoptent des poses lascives, attirant de façon magnétique le regard de spectateurs concupiscents, auxquels Picasso paraît une nouvelle fois s'identifier. Ces jeux de séduction fascinent diverses figures incarnant l'autorité ou le pouvoir, captives de ces visions érotiques, tel Hérode face à Salomé. Le public lui-même est renvoyé à sa posture de voyeur, à l'image de ce cavalier, échappé de l'univers de Rembrandt (1606-1669), qui surprend une bacchanale nocturne dans une composition de 1971.


IV. De la danse au geste dansé

Vernissage de l'exposition "Picasso et la danse"
Picasso Pablo (dit), Ruiz Picasso Pablo (1881-1973). Paris, musée national Picasso - Paris. MP819. © René Gabriel Ojéda / RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) © Succession Picasso 2018

Amateur de bals populaires et de fêtes mondaines, Picasso a dansé toute sa vie. Sur certains clichés, on le voit, amusé, tenter un levé de jambe maladroit en pleine rue, ou ébaucher un pas de danse en compagnie de Jacqueline Roque, sa dernière égérie. Pour autant, cette affinité avec le mouvement dansé peut-elle avoir influencé sa pratique artistique ?
La série de photographies réalisée par Gjon Mili pour le magazine Life en août 1949 apporte quelques éléments de réponse. À l'aide d'un crayon lumineux, Mili invite Picasso à exécuter des dessins immatériels. Constitué d'une ligne ininterrompue de lumière, chaque motif est fixé sur la pellicule grâce à une durée d'exposition très longue. Parfois, une succession de flashs permet de capturer différents états de la gestuelle de l'artiste : son corps apparaît tourné dans plusieurs directions à la fois, à la façon d'un tableau cubiste.
Cette technique du trait continu, Picasso l'a expérimentée dès la fin des années 1900 : la pointe du crayon se pose sur le papier et ne le quitte qu'une fois le dessin achevé. Entre 1917 et 1924, l'artiste s'en sert de nouveau, aboutissant au « style curvilinéaire » de Mercure. Mais la proposition de Mili implique une nouveauté de taille : cette fois, le tracé s'épanouit dans un espace à trois dimensions. Mouvements amples des bras, extension maximale, le corps de Picasso semble se projeter dans une sphère pour déployer une imagerie en volume. Son geste devient, en quelque sorte et pour un bref instant, un geste de danseur, immortalisé par l'œuvre photographique, comme une esquisse de notation chorégraphique.

https://www.operadeparis.fr/visites/expositions/picasso-et-la-danse

08:00  
09:00  
10:00 [10:00-11:00] Défilé Chanel
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
Promenade en bord de Seine

avec Cara Taylor, Nina Marker, Vittoria Ceretti

en présence de Han Hyo-joo (한효주), Lee Jong-suk (이종석), Vanessa Paradis, Lily-Rose Depp, Pharrell Williams, Penélope Cruz, Karl Lagerfeld

Défilé Chanel
Vanessa Paradis, Lily-Rose Depp, Penélope Cruz

Défilé Chanel

Défilé Chanel

Défilé Chanel

[10:30-18:00] Présentation presse Boucheron "Nature Triomphante"
Location:
7 place Vendôme
Pavillon Vendôme (place Vendôme)
7, place Vendôme
75001 Paris
M° Tuileries, Madeleine, Opéra, Pyramides
France
Description:
Présentation presse Boucheron "Nature Triomphante"


[11:00-12:00] Défilé Patrick Pham "4 saisons"
Location:
La Maison - Champs-Elysées
La Maison Champs-Elysées
8, rue Jean Goujon
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau, Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 40 74 64 65
Fax : +33 (0)1 70 36 54 63
Mail : resa@lamaisonc.com
Internet Site : www.lamaisonchampselysees.com
Description:
Défilé Patrick Pham



[12:00-13:00] Défilé Chanel
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
Promenade en bord de Seine

avec Cara Taylor, Nina Marker, Vittoria Ceretti

Défilé Chanel

Défilé Chanel

Défilé Chanel




[13:00-15:00] Rêves d'Avant l'Aube - Festival du nouveau théâtre européen
Location:
Théâtre de Ménilmontant
15, rue du Retrait
75020 Paris
M° Gambetta, Ménilmontant
France
Phone : +33 (0)1 46 36 98 60
Internet Site : www.menilmontant.info
Description:
L'équipe de Rêves d'Avant l'Aube - Festival du nouveau théâtre européen - serait heureuse de vous inviter pour son inauguration le mardi 3 juillet à 13 h00*.

La 4e édition proposera plus de 75 évènements - spectacles - rencontres et ateliers, présentés par des compagnies, artistes solos et laboratoires de théâtres de 17 Nationalités différentes.

Les partenariats créés avec le CRR de Paris (Conservatoire à Rayonnement Régional), le Rose Bruford College de Londres et Plymouth University, nous ont permis de réserver cette année, une place spécifique aux jeunes créateurs, juste sortis des écoles.

[13:30-14:30] Défilé Alexis Mabille
Location:
Salle Pleyel
252, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Ternes, Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 42 56 13 13
Mail : rp@sallepleyel.fr
Internet Site : www.sallepleyel.fr
Description:
Défilé Alexis Mabille





[14:30-15:30] Défilé Stéphane Rolland
Location:
Maison de Radio France
Maison de la Radio
116, avenue du Président Kennedy
75220 Paris Cedex 16
M° RER C Avenue du Président Kennedy, Passy
France
Phone : +33 (0)1 56 40 22 22
Internet Site : www.radiofrance.fr
Description:
avec Nieves Alvarez, Iris Mittenaere, Gaelle Groff, Nya Gatbel






[15:00-16:00] Défilé Célia Kritharioti
Location:
American Center For Art and Culture
Mona Bismarck American Center for art & culture
34, avenue de New-York
75116 Paris
M° Alma - Marceau, Iéna, Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 47 23 81 73
Fax : +33 (0)1 40 70 02 99
Mail : info@monabismarck.org
Internet Site : www.monabismarck.org
Description:
Défilé Célia Kritharioti

[15:00-16:00] Défilé Maria Aristidou
Location:
Maison des Centraliens
8, rue Jean Goujon
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 56 43 68 00
Internet Site : www.lamaisondescentraliens.com
Description:
Défilé Maria Aristidou

[15:00-16:00] Défilé Yanina Couture
Location:
The Westin Paris - Vendôme
Hôtel Westin
3, rue de Castiglione
75001 Paris
M° Tuileries, Concorde, Madeleine, Pyramides
France
Phone : +33 (0)1 44 77 11 11
Fax : +33 (0)1 44 77 14 60
Mail : reservation.01729@westin.com
Internet Site : www.westin.com/Paris
Description:
Défilé Yanina Couture

[15:30-16:30] Défilé Julien Fournié
Location:
Oratoire du Louvre
Eglise Réformée de l'Oratoire du Louvre
145, rue Saint-Honoré
75001 Paris
M° Palais Royal
France
Phone : +33 (0)1 42 60 21 64
Mail : accueil@oratoiredulouvre.fr
Internet Site : www.oratoiredulouvre.fr
Description:
Défilé Julien Fournié







[16:00-17:00] Défilé Georges Chakra
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
Défilé Georges Chakra

[16:00-17:00] Défilé Liu Chao
Location:
The American Cathedral in Paris
Cathédrale Américaine de Paris
23, avenue George V
75008 Paris
M° George V, Alma Marceau
France
Phone : +33 (0)1 53 23 84 00
Mail : cathedral.office@americancathedral.org
Internet Site : amcathparis.com
Description:
Défilé Liu Chao

[16:00-19:30] Vernissage de l'exposition "Mirages"
Location:
Orangerie du Sénat
Orangerie du Jardin du Luxembourg
19 bis, rue de Vaugirard
Jardin du Luxembourg
Accès porte Férou
75006 Paris
M° RER B Luxembourg, Saint-Sulpice, Rennes, Mabillon, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 42 64 33 99
Internet Site : www.senat.fr
Description:
Associations « Le Cercle du Mont Cenis » & « Les Murs de la Tuilière »

Du vendredi 29 juin au mardi 10 juillet 2018
tous les jours de 11 h 00 à 20h
Vernissage : mardi 3 juillet 2018 de 16h à 19h30

LE CERCLE DU MONT CENIS
Cette association a été créée, il y a 5 ans, pour établir un dialogue. Car l'Art est une ouverture, quelle que soit sa forme d'expression : figurative, abstraite, conceptuelle, etc. et quels que soient les outils utilisés : peintures, sculptures,
photos, vidéos, installations...
L'artiste, de même que l'amateur d'Art, recherche le dialogue pour répondre aux questions fondamentales et intemporelles que font naître en lui le doute, la fragilité et la force qui l'habitent. Il peut s'agir d'un dialogue avec l'histoire de l'Art ou d'un dialogue avec le monde qui nous entoure, ou encore d'un dialogue avec soi-même, car l'Art s'apparente à une exploration qui établit un lien avec ce qu'il y a de plus mystérieux dans le sentiment d'existence, avec un apprentissage toujours renouvelé.
C'est pourquoi LE CERCLE DU MONT CENIS se manifeste par l'organisation de rencontres et d'évènements tels qu'aujourd'hui à l'Orangerie du Sénat mais aussi, par des débats, des expositions associées ou non à d'autres expressions artistiques comme la musique, la danse, la poésie.
Contact : lecercledumontcenis@gmail.com

LES MURS DE LA TUILIÈRE
Cette association a été créée pour favoriser les échanges, provoquer les rencontres qui conduisent au partage. Une exposition d'œuvres d'artistes contemporains a été choisie comme support de ce message fort. Une fois par an, les œuvres sont installées, en Provence, en pleine nature dans un cirque de terrasses.
Les fondateurs ont voulu faire partager leurs coups de cœur et faire découvrir des hommes et des femmes artistes de profession mais surtout artistes dans leur être et dans leur passion. Ils ont été choisis pour leurs expressions émanant de leurs émotions, de leurs sensations, de leurs perceptions, avec un souci d'esthétique. À travers leur langage, ils parlent de l'univers, de la lumière, des rêves, de la vie, de la nature, des hommes, de ce qui les interroge, de leur monde intérieur.
Contact : www.lesmursdelatuiliere.com

[16:30-17:30] Défilé Ulyana Sergeenko
Location:
Ambassade de la Fédération de Russie
Ambassade de Russie à Paris
40-50, boulevard Lannes
75116 Paris
M° RER C Avenue Henri Martin, RER C Avenue Foch, Porte Dauphine
France
Phone : +33 (0)1 45 04 05 50
Fax : +33 (0)1 45 04 17 65
Mail : ambrusfrance@mid.ru
Internet Site : www.ambassade-de-russie.fr
Description:
Défilé Ulyana Sergeenko








[17:00-18:00] Défilé Djaba Diassamidze
Description:
5 rue Rouget de Lisle
75001 Paris

by invitation only / Georgian designer from Mercedes Benz Fashion Week Tbilisi

[17:00-21:00] Vernissage de Tetsuya Chiba
Location:
Galeries Satellite
7, rue François de Neufchâteau
75011 Paris
M° Charonne, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 43 79 80 20
Mail : mm@galeriesatellite.com
Internet Site : galeriesatellite.jimdo.com
Description:
Vernissage mardi 3 juillet à partir de 17h
Exposition jusqu'au 10 juillet 2018

Vernissage de Tetsuya Chiba

[17:30-18:30] Défilé Giorgio Armani Privé
Location:
Ambassade d'Italie
Hôtel de Boisgelin
47-51, rue de Varenne
75343 Paris Cedex 07
M° Rue du Bac, Sèvres - Babylone, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 49 54 03 00
Fax : +33 (0)1 49 54 04 10
Mail : ambasciata.parigi@esteri.it
Internet Site : www.ambparigi.esteri.it/Ambasciata_Parigi
Description:
avec Merel Zoet

[17:30-20:00] Vernissage de l'exposition "Marché de potiers"
Location:
Association culturelle franco-japonaise de Tenri
Espace culturel Bertin Poirée
8, rue Bertin Poirée
75001 Paris
M° Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 76 06 06
Fax : +33 (0)1 44 76 06 13
Mail : ecbp@tenri-paris.com
Internet Site : www.tenri-paris.com
Description:
Les candidats souhaitant participer à ce projet peuvent s'inscrire jusqu'à la fin du mois de février 2018.
Pour tout renseignement, veuillez vous adresser directement auprès de l'Association Culturelle Franco-Japonaise de Tenri.

Tel : 0144760606 ou e-mail : kuki@tenri-paris.com

Du mardi 3 au vendredi 13 juillet
Vernissage : mardi 3 juillet, 17h30-20h









[18:00-22:00] Inauguration de l'Escapade Poétique
Location:
La Défense
Defacto
La Défense
92095 Paris La Défense Cedex
M° RER A La Défense
France
Phone : +33 (0)1 46 93 19 00
Fax : +33 (0)1 46 93 06 79
Internet Site : www.ladefense.fr
Description:
Inauguration de l'Escapade Poétique

[18:00-21:00] Vernissage de Cho Sung Je "Symétrie"
Location:
La Ville a des Arts
15, rue Hégésippe Moreau
75018 Paris
M° La Fourche
France
Mail : la.ville.a.des.arts@gmail.com
Internet Site : www.lavilladesarts.org
Description:
Du 3 au 15 Juillet
tous les jours de 15h à 19 heures (sauf le dimanche)
Vernissage mardi 3 juillet, 18h

Vernissage de Cho Sung Je "Symétrie"

[18:00-21:00] Vernissage de Diane Stolojan et Céline Senlis
Location:
Mairie du 8ème arrondissement
Hôtel Cail
3, rue de Lisbonne
75008 Paris
M° Saint-Augustin, Europe
France
Phone : +33 (0)1 44 90 75 08
Internet Site : www.mairie08.paris.fr
Description:
du 3 au 12 Juillet 2018

Céline Senlis sculpteur
Diane Stolojan artiste peintre

Diane Stolojan est artiste peintre et comédienne, née à Paris, d'origine roumaine et yougoslave. Elle se passionne pour toutes formes d'art. Elle aime mélanger les expressions artistiques comme les matières et les couleurs sur ses toiles. Impressions fluides et profondes inspirées par son appétit de voyages et la découverte de différentes cultures. De la curiosité naît l'inspiration, c'est sa respiration, sa lumière de vie. Elle ouvre une porte sur un monde à la fois imaginaire et bien réel. Une palette riche, subtile, un mélange de douceur et de violence, une interrogation sur la place et le rôle de l'homme dans la nature. Après avoir exposé dans différentes galeries en Allemagne, aux Etats-Unis et en France, elle nous invite à découvrir ses aquarelles, ses gouaches, ses techniques mixtes et ses huiles.

Vernissage de Diane Stolojan et Céline Senlis

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "When continents meet n°2"
Location:
La Capitale Galerie
18, rue du Roule
75001 Paris
M° Châtelet, Pont Neuf, Louvre - Rivoli, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 21 19 31
Fax : +33 (0)1 42 21 19 32
Mail : info@lacapitalegalerie.com
Internet Site : www.lacapitalegalerie.com
Description:
When continents meet n°2
"collages, gravures"

Du 3 au 30 juillet 2018
Ouverture : du mardi au samedi de 13h à 20h
Vernissage le mardi 3 juillet à partir de 18h

« C'était il y a 2 à 3 ans, suite à une discussion avec un amateur d'art indien a New York...

Ce titre a été donne pour le premier groupe qui a eu lieu dans sa galerie, l'Ashok Jain Gallery. Maintenant, nous en sommes au deuxième groupe et l'exposition est située à Paris à la Galerie la Capitale. Il y aura surement une troisième expo qui aura lieu sur un continent...encore à choisir. Et alors, il suffira de suivre le vent...

De quoi s'agit-il ?

Nous, les artistes, nous faisons une chaine avec nos espoirs et nos doutes...avec pour unique but : la création comme prolongation de la vie et des désirs... quel qu'en soient les formes et le lieu.

Il y a longtemps, nous avons découvert le feu...et nous avons portes nos yeux sur l' horizon tojours plus loin...

Maintenant, il nous reste l'espace à connaitre...

Alors, nous sommes déjà prêts pour le voyage...et nous irons tous ensemble...

C'est pourquoi une mappemonde à l'ancienne a été choisie pour l'invitation en souvenir des premières caravelles partant au bout du monde ...Le temps a passe et le désir est toujours vivant et c' est le ciel qui nous offre maintenant des espaces infinis.

Je souhaite "bon vent" aux artistes... L'espace, c'est comme la Mer sous le vent... On vogue à l'aventure...tout droit, sans regarder en arrière » Nicol Rodriguez / 2018

Vernissage de l'exposition "When continents meet n°2"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition hors les murs du Prix IWPA 2018
Location:
Mairie du 1er arrondissement
4, place du Louvre
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli
France
Phone : +33 (0)1 44 50 75 01
Internet Site : mairie1.paris.fr
Description:
Jean-François Legaret
Maire du 1er arrondissement
Conseiller régional d'Île-de-France
et les élus du 1er arrondissement

Carla Arigoni
Présidente du comité d'animation culturelle

Séverine Blanchet
Présidente de l'Association Internationale des Femmes Photographes (IWPA)

ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l'exposition hors les murs du Prix IWPA 2018,
le 3 juillet 2018, à 18h00, à la Mairie du 1er arrondissement, 4 place du Louvre, Paris.

RSVP avant le 20 juin : contact@iwpa.fr

Exposition : du 3 juillet au 30 août 2018

L'exposition International Women Photographers Association a le plaisir de présenter une sélection de photographies de la lauréate et des dix finalistes du prix IWPA 2018 . Les lauréates ont été choisies par un Jury d'experts international du monde de la photographie. La qualité exceptionnelle du travail et la diversité des images illustrent la richesse du talent et de la créativité des photographes sélectionnées.

Lauréate: Constanza Portnoy (Argentine) vit à Vincente Lopez, Argentine.
Serie « Force of life » 2017.

Finalistes: Manyatsa Monyamane, Loulou D'aki, Annalisa Natali Murri, Estelle Lagarde, Laetitia Vancon, Tahmineh Monzavi, Elahe Abdolahaba, Alice Mann, Shu-Chen Chen, Marylise Vigneau

>> invitation

Contacts: Relations internationales :
Laure Parise laure@antidotedxb.com + 33 6 28 65 37 60

[18:00-21:00] Vernissage de la NdF Gallery
Location:
Arles
Arles
13104 Arles
M° Gare SNCF d'Arles
France
Internet Site : www.ville-arles.fr
Description:
du 2 au 12 Juillet

Vernissage de la NdF Gallery

[18:30-19:30] Défilé Giorgio Armani Privé
Location:
Ambassade d'Italie
Hôtel de Boisgelin
47-51, rue de Varenne
75343 Paris Cedex 07
M° Rue du Bac, Sèvres - Babylone, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 49 54 03 00
Fax : +33 (0)1 49 54 04 10
Mail : ambasciata.parigi@esteri.it
Internet Site : www.ambparigi.esteri.it/Ambasciata_Parigi
Description:
avec Merel Zoet

[18:30-20:30] Présentation ABE by Ariane Chaumeil
Location:
Maison des Centraliens
8, rue Jean Goujon
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 56 43 68 00
Internet Site : www.lamaisondescentraliens.com
Description:
Présentation ABE by Ariane Chaumeil

[18:30-20:30] Présentation Armine Ohanyan
Location:
La Maison - Champs-Elysées
La Maison Champs-Elysées
8, rue Jean Goujon
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau, Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 40 74 64 65
Fax : +33 (0)1 70 36 54 63
Mail : resa@lamaisonc.com
Internet Site : www.lamaisonchampselysees.com
Description:
Présentation Armine Ohanyan

[18:30-20:30] Présentation BaroQco
Location:
La Maison - Champs-Elysées
La Maison Champs-Elysées
8, rue Jean Goujon
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau, Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 40 74 64 65
Fax : +33 (0)1 70 36 54 63
Mail : resa@lamaisonc.com
Internet Site : www.lamaisonchampselysees.com
Description:
Présentation BaroQco

[18:30-21:00] Vernissage de MAK Boissy "Signes en mouvement"
Location:
Mairie du 2ème arrondissement
8, rue de la Banque
75002 Paris
M° Bourse
France
Phone : +33 (0)1 53 29 75 02
Fax : +33 (0)1 53 29 75 01
Mail : maire02@paris.fr
Internet Site : www.mairie02.paris.fr
Description:
MAK Boissy vous invite à redécouvrir les langages ancestraux des sociétés dites primitives à travers ses toiles, du 2 juillet au 31 août en mairie du 2e. Vernissage mardi 3 juillet à 18h30 en mairie du 2e.

Diplômé de l'École nationale des beaux-arts de Dakar, ce peintre franco-sénégalais nourrit ses créations de cultures diverses et de souvenirs lointains qui expriment le monde à l'état originel. L'univers onirique de ses toiles entraîne les spectatrices et spectateurs dans un monde aérien, coloré et joyeux. Ses formes abstraites révèlent un monde animé, quasi-animalier, où l'humain a toute sa place.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places diponibles.

Du 2 juillet au 31 août
Vernissage mardi 3 juillet à 18h30

Vernissage de MAK Boissy "Signes en mouvement"
Vernissage de MAK Boissy "Signes en mouvement"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Non Sans Raison"
Location:
Galerie Joyce
168-173, galerie de Valois
Jardins du Palais Royal
75001 Paris
M° Palais Royal
France
Phone : +33 (0)1 40 15 03 72
Mail : ParisGallery@joyce.com
Internet Site : www.joyce.com/art/
Description:
Vernissage à l'occasion du 10e anniversaire des créations de la maison d'édition de porcelaine de Limoges, Non Sans raison

Rétrospective et pop-up store des ses collections emblématiques et nouveautés

Vernissage de l'exposition "Non Sans Raison"
Vernissage de l'exposition "Non Sans Raison"










[19:00-22:00] De Grisogono High Jewellery Private Dinner Party
Location:
Hôtel Ritz
15, place Vendôme
75001 Paris
M° Tuileries, Madeleine, Opéra, Pyramides
France
Phone : +33 (0)1 43 16 30 30
Fax : +33 (0)1 43 16 31 78
Mail : resa@ritzparis.com
Internet Site : www.ritzparis.com
Description:
De Grisogono High Jewellery Private Dinner Party

[19:00-21:00] Finissage d'Alain Longeaud "D'un Monde À L'autre"
Location:
Poïèsis des Arts
12, rue de Jouy
75004 Paris
M° Saint-Paul, Pont Marie
France
Phone : +33 (0)1 71 75 61 03
Mobile : +33 (0)6 83 95 54 04
Mail : poiesisdesarts@gmail.com
Internet Site : www.poiesisdesarts.com
Description:
Exposition du 31 mai au 30 juin 2018

Vernissage d'Alain Longeaud "D'un Monde À L'autre"

[19:00-21:00] Lectures par Madeleine Aktypi, Rachel Levitsky, Pascal Poyet
Location:
Atelier Michael Woolworth
2, rue de la Roquette
Cour de Février
75011 Paris
M° Bastille
France
Phone : +33 (0)1 40 21 03 41
Mobile : +33 (0)6 12 39 92 64
Mail : michael@michaelwoolworth.com
Internet Site : www.michaelwoolworth.com
Description:
Atelier Michael Woolworth and Association Double Change have the pleasure of inviting you
from 7 pm - 9 pm to the reading by :
Madeleine Aktypi
Rachel Levitsky
Pascal Poyet

Madeleine Aktypi : Poète, praticienne et théoricienne des médias, Madeleine Aktypi travaille et publie dans le même mouvement ses poèmes en ligne, sur papier ou dans l'espace, par terre et sur le ciment, par la voix, ou encore à la craie. Du livre ou du site à la « lecture assistée » performant en public les états successifs d'un texte, chaque ensemble de poèmes est un processus ouvert, une question à reposer autrement à notre comportement devant les mots et les signes, au milieu des médias. Elle a publié Tables en 2014, Poor data en 2015, fodd, fodder en 2017 (éditions indépendantes) et Anableps chez contrat maint en 2015.

Rachel Levitsky is the author Under the Sun (Futurepoem, 2003), NEIGHBOR (UDP, 2009) and the poetic novella, The Story of My Accident is Ours (Futurepoem, 2013) as well as numerous chapbooks, most recently, Hopefully, The Island, part of an ongoing collaboration with the artist Susan Bee. Levitsky builds and participates in a variety of publishing, collaboration and pedagogical/performative activities, such "Geometries of Recognition" a movement poetry workshop turned super8 film by Stephanie Gray. In 1999 she founded Belladonna* which is now Belladonna* Collaborative. She teaches writing Pratt Institute, Naropa Summer Writing Program and lay institutions in NYC.

Pascal Poyet réalise des lectures publiques et/ou prises de parole qu'il considère comme un moment de l'écriture de textes mêlant critique et expérimentation, réflexion sur le langage et traduction. Il est notamment l'auteur de Draguer l'évidence (Eric Pesty, 2011), Un sens facétieux (cipM, 2012) et de Regardez, je peux faire aller Wittgenstein exactement où je veux, qui vient de paraître aux éditions Théâtre Typographique (coll. TH.TY. / M.W.)
Il a traduit les textes de nombreux poètes et artistes contemporains de langue anglaise, comme David Antin, Lisa Robertson et Juliana Spahr, dont vient de paraître Va te faire foutre - Aloha - Je t'aime, aux éditions de l'Attente.
Il a créé en 1998 les éditions contrat maint qui réunissent des textes d'artistes et de poètes contemporains, des traductions et des «textes de traducteurs».

Lectures par Madeleine Aktypi, Rachel Levitsky, Pascal Poyet

[19:00-21:00] Table ronde "Jean Perdrizet : science, merveilleux & confiture"
Location:
Galerie Christian Berst
3-5, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 33 01 70
Fax : +33 (0)1 53 33 01 70
Mail : contact@christianberst.com
Internet Site : www.christianberst.com
Description:
A mi-parcours de l'exposition "jean perdrizet : deux ex machina #2" nous vous invitons à une table ronde autour du travail de l'artiste à travers le prisme de la science, de l'occulte et de la "folie littéraire".

Avec :
Jean-Gaël Barbara : historien des sciences (Université Paris Diderot) et neurobiologiste (Université Pierre et Marie Curie), auteur d'un livre à paraître sur Jean Perdrizet;
Philippe Baudouin : auteur de Les forces de l'ordre invisible, spécialiste des sciences occultes et chargé de réalisation à France Culture;
Éric Dussert: critique littéraire et éditeur, spécialiste des oeuvres littéraires oubliées;
Christian Berst : galeriste.


Dans le cadre de l'exposition "Jean Perdrizet : deus ex machina #2"

L'histoire de la science du XXe siècle n'a pas retenu le nom de Jean Perdrizet. Cet adjoint des ponts-et-chaussées, né en 1907, que les troubles mentaux ont trop vite écarté de toute vie professionnelle, a pourtant fasciné tous les scientifiques rêveurs qui ont croisé sa route. Se disant « inventeur », Perdrizet, sans relâche, a tenté d'éveiller les consciences en outrepassant, comme le font les grands chercheurs, les limites que leurs disciplines leur ont assigné.

Ainsi qu'il le confiait au chercheur du CNRS José Argémi, avec lequel il a entretenu une correspondance nourrie : « Le goût du merveilleux agite les mêmes neurones de notre cerveau que ce soient science ou religions, mais ce merveilleux c'est de la confiture, pas forcément de l'exactitude, mais l'encouragement de la recherche vers cette exactitude. »

Opérant par subtils déplacements de la réalité, transgressant toutes fonctions utilitaires primaires, il vivait dans un univers occupé par sa mère aveugle et les machines célibataires qu'il chargeait d'enchanter notre univers.

Perdrizet est cousin, par bien des aspects, de Camille Flammarion - pour le dépassement du monde terrestre -, de Raymond Roussel - pour la poétique machinique - et de Marcel Duchamp - pour l'esthétique du mouvement. Les plans de ses inventions, qu'il adressait aux plus hautes instances scientifiques comme la NASA, le CNRS ou le comité Nobel, sont autant d'invitations à reconsidérer les limites de la physique, en nous donnant les codes d'un ailleurs. Des "robots adam sélénites" comme ambassadeurs cosmiques de l'humanité, des "machines pour communiquer avec les fantômes", "l'esperanto sidéral" pour faciliter nos échanges avec les extraterrestres, tout ce merveilleux par lequel Perdrizet proclamait l'abolition de la mort, avant de disparaître, trois jours après sa mère, en 1975.

Nous lui avions déjà consacré la première et seule exposition en galerie en 2012, mais la découverte de cet ensemble exceptionnel de plus de 40 travaux est un véritable événement, tant en raison de l'extrême rareté de ceux-ci que parce qu'ils éclairent un peu mieux notre compréhension de cet inventeur génial opérant aux confins de la science, de l'occulte et de la linguistique.

Un catalogue (fr/en) de 320 p. avec les textes de Manuel Anceau, José Argémi, Jean-Gaël Barbara et Marc Décimo est publié.

Vernissage de l'exposition "Jean Perdrizet : deus ex machina #2"

[19:00-21:00] Une heure avec Ramuntcho Matta
Location:
Galerie Anne Barrault
51, rue des Archives
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)9 51 70 02 43
Mobile : +33 (0)6 62 28 51 68
Mail : info@galerieannebarrault.com
Internet Site : www.galerieannebarrault.com
Description:
Ramuntcho Matta, fils de Roberto Matta, présentera et signera son nouveau livre "Les champs du chant" le mardi 3 juillet 2018 à 19h.

Une heure avec Ramuntcho Matta

[19:00-21:00] Vernissage de Wei Qian "Promenade en chantant"
Location:
Espace des Femmes
Antoinette Fouque
35, rue Jacob
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 42 22 60 74
Mail : contact@desfemmes.fr, espace@desfemmes.fr
Internet Site : www.desfemmes.fr
Description:
L'Espace des femmes - Antoinette Fouque
et
He Yuhong
Présidente de l'Union des Artistes d'Asie en France

vous invitent
mardi 3 juillet à partir de 19 heures
au vernissage de l'exposition de

Wei Qian
Promenade en chantant

Du 4 au 21 juillet 2018,
du mardi au samedi de 14h à 19h

Vernissage de Wei Qian "Promenade en chantant"

[19:30-20:30] Défilé Alexandre Vauthier
Location:
Mad Paris
Musée des Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Tuileries
France
Phone : +33 (0)1 44 55 57 50
Mail : webmaster@madparis.fr
Internet Site : www.madparis.fr
Description:
avec Blanca Padilla, Loane Normand











[20:00-22:30] After du défilé Giorgio Armani Privé
Location:
Ambassade d'Italie
Hôtel de Boisgelin
47-51, rue de Varenne
75343 Paris Cedex 07
M° Rue du Bac, Sèvres - Babylone, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 49 54 03 00
Fax : +33 (0)1 49 54 04 10
Mail : ambasciata.parigi@esteri.it
Internet Site : www.ambparigi.esteri.it/Ambasciata_Parigi
Description:
After du défilé Giorgio Armani Privé

[20:00-23:00] After du défilé Yanina Couture
Location:
The Westin Paris - Vendôme
Hôtel Westin
3, rue de Castiglione
75001 Paris
M° Tuileries, Concorde, Madeleine, Pyramides
France
Phone : +33 (0)1 44 77 11 11
Fax : +33 (0)1 44 77 14 60
Mail : reservation.01729@westin.com
Internet Site : www.westin.com/Paris
Description:
Dîner

[20:00-23:55] Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Location:
Musée Galliera
musée de la mode de la ville de Paris
10, avenue Pierre 1er de Serbie
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau, Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 56 52 86 00
Fax : +33 (0)1 47 23 38 37
Internet Site : www.palaisgalliera.paris.fr
Description:
Mardi 3 juillet 2018, la cinquième édition de la Vogue Paris Foundation réunissait un parterre de personnalités de l'univers de la mode et de la création au Palais Galliera. Une soirée donnée en faveur des collections contemporaines du Palais et organisée avec le soutien des plus grandes maisons. Kaia Gerber, Naomi Campbell, Lily-Rose Depp, Virgil Abloh, Emily Ratajkowski...

en présence de Kaia Gerber, Naomi Campbell, Lily-Rose Depp, Virgil Abloh, Emily Ratajkowski, Emmanuelle Alt, rédatrice en chef de Vogue Paris et Nile Rodgers, Kaia Gerber, Luka Sabbat, Adwoa Aboah et Virgil Abloh, Alexina Graham, Luna Bijl et Grace Elizabeth, Karim Sadli et Lily-Rose Depp, Simon Porte Jacquemus, Edward Enninful, rédacteur en chef de Vogue UK et Naomi Campbell, Jeanne Damas, Clare Waight Keller et Liv Tyler, Vittoria Ceretti et Kaia Gerber, les stars du Manko et Violet Chachki, Emmanuel Dorazio et Marc Zaffuto du Manko, Caroline de Maigret et Lily-Rose Depp, Olivier Rousteing, Amber Valletta et Aleksandra Woroniecka, rédactrice en chef mode Vogue Paris, Lou Doillon et Etienne Daho, Marc Zaffuto, Yves Bougon, Président Directeur Général de Condé Nast France, Delphine Royant, Editeur de Vogue Paris, Miren Arzalluz et Alexandre Samson, Emily Ratajkowski, Julien Dufour et Jennifer Neyt, rédactrice en chef Vogue.fr et Fashion & Market Editor Vogue Paris, Adriana Lima, Pedro Winter, Pharrell Williams et Nile Rodgers, Béatrice Dalle et Anthony Vaccarello, Natasha Poly, Oliver Rousteing et Vanessa Moody, Rianne van Rompaey, Natacha Ramsay-Levi et Chiara Mastroianni, Evangelo Bousis, Alessandra Ambrosio et Peter Dundas, Natalia Vodianova, Gaspard Ulliel, Alexina Graham et Valery Kaufman, Folami Thompson, Nile Rodgers et Kimberly Davis, Karlie Kloss, Olivier Saillard, Chiara Mastroianni, Nina Marker et Birgit Kos, Jamie Bochert, Eugénie Trochu, rédactrice mode Vogue.fr et Jade Simon, rédactrice lifestyle Vogue.fr, Olivia Palermo, Kaia Gerber, Frédérique Verley, rédactrice en chef beauté, joaillerie et horlogerie Vogue Paris, Sophie Seibel et Fiona Rushton, Aleali May et Luka Sabbat, Arnaud Valois, Jamie Bochert et David Alexander Flinn, Vanessa Moody, Liv Tyler, Derek Blasberg et Natasha Poly, Virginie Ledoyen et Lou Doillon, Ashley Graham et Adwoa Aboah, Clara 3000 et Pierre-Ange Carlotti, Tracee Ellis Ross, Natacha Ramsay-Levi, Antoine Arnault, Pierre Hardy, Violet Chachki et Casey Spooner, Bianca Brandolini d'Adda, Stephen Galloway, Camelia Jordana, Vito Basso, Giacomo Cavalli et Ton Heukels, Etienne Daho, Farida Khelfa, Elisa Sednaoui et Ana Girardot, John Steiner, Amélie Sammut, Georgia Bedel et Jade Günthardt du Vogue Paris, Sigrid Bouaziz et Camille Bidault-Waddington, Luka Sabbat, Lauren Santo Domingo et Mathilde Favier, Louise Bourgoin, Elie Top et Amira Casar, G-Eazy, Ian Bohen, Tina Kunakey, Christelle Kocher, Paul Hameline, Gala Gonzalez, Clara Luciani, Anaïs Demoustier, Mandy Moore, Casey Cadwallader, Denize Gamze Ergüven, Jean-Philippe Braud et Erika van Roode, Mackenzie Foye, Alizée Guinochet et Gilles Lellouche, Caleb Landry Jones, Inna Modja

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Alexina Graham, Luna Bijl et Grace Elizabeth

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Clare Waight Keller et Liv Tyler

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Vittoria Ceretti et Kaia Gerber

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Adriana Lima

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Natasha Poly, Oliver Rousteing et Vanessa Moody

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Rianne van Rompaey, Natacha Ramsay-Levi et Chiara Mastroianni

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Alexina Graham et Valery Kaufman

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Nina Marker et Birgit Kos

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Lily-Rose Depp

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Vanessa Moody, Liv Tyler, Derek Blasberg et Natasha Poly

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Emily Ratajkowski et Ashley Graham

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Bianca Brandolini d'Adda

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Sigrid Bouaziz et Camille Bidault-Waddington

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Vittoria Ceretti

Gala de la Vogue Paris Foundation 2018
Mackenzie Foye

[20:30-21:30] Défilé Xuan
Location:
TO BE DETERMINED
TO BE DETERMINED
TO BE DETERMINED
TO BE DETERMINED

France
Description:
Défilé Xuan












[21:00-23:00] Entrée du mannequin Angela Lindvall
Location:
Musée Grévin
10, boulevard Montmartre
75009 Paris
M° Grands Boulevards
France
Phone : +33 (0)1 47 70 85 05
Mail : contact@grevin.com
Internet Site : www.grevin.com
Description:
À l'occasion de la Fashion Week de juin, le Musée Grévin est heureux d'annoncer l'entrée du mannequin Angela Lindvall le 3 juillet à 21h.
La sculpture est signée Stéphane Barret.

Grévin propose à cette occasion un show-case de Krysle Lip (auteur, compositeur, interprète et designer) et l'inauguration de son célèbre Palais de Mirages tout juste entièrement rénové.
Angela Lindvall sera présente.

Entrée du mannequin Angela Lindvall

Entrée du mannequin Angela Lindvall

11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés