Saturday, October 6, 2018
Public Access


Category:
Category: All

06
October 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

  Exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Location:
Pavillon Carré de Baudouin
121, rue de Ménilmontant
75020 Paris
M° Gambetta, Ménilmontant, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 58 53 55 40
Internet Site : www.carredebaudouin.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"

du 27 avril au 29 septembre 2018, prolongée jusqu'au 2 janvier 2019
du mardi au samedi de 11h à 18h

Personnage clé de l'histoire de la photographie française, Willy Ronis (1910-2009) est l'une des plus grandes figures de cette photographie dite « humaniste », attachée à capter fraternellement l'essentiel de la vie quotidienne des gens. À partir de 1985, Willy Ronis se plonge dans son fonds photographique pour sélectionner ce qu'il considère comme l'essentiel de son travail. Il réalise une série de six albums, constituant ainsi son « testament photographique ». Ces albums inédits sont la matrice de cette exposition.

À l'invitation de Frédérique Calandra, Maire du 20e arrondissement, Willy Ronis par Willy Ronis est à voir et à écouter du 27 avril au 29 septembre 2018, au Pavillon Carré de Baudouin, qui fête ses dix ans cette année, au cœur de ce quartier de Paris qu'il aimait tant.

Devenu reporter photographe en 1936, Willy Ronis mène de front commandes et recherches personnelles. Observant le monde, ses photos dressent une sorte de portrait à la fois intimiste et profond de la société et de l'époque. Elles constituent un immense travelling qui donne à voir, à comprendre et à aimer les gens dans l'ordinaire de leur vie. En plaçant l'homme au centre de son œuvre, en posant sur lui un regard optimiste et bienveillant, Willy Ronis n'en néglige pas pour autant de rendre compte de la dureté de l'époque, d'où ces nombreuses images sur le monde du travail et les luttes ouvrières, marquant son empathie et un engagement social qui perdure tout au long de son œuvre.

Outre les photographies exposées, près de deux cents, réalisées entre 1926 et 2001, le public pourra également feuilleter les albums à partir de bornes composées de tablettes interactives. Par ailleurs, une série de films et de vidéos réalisés sur Willy Ronis sera projetée dans l'auditorium selon une programmation particulière. Une occasion unique d'entrer de plain-pied dans l'univers personnel de l'artiste.

Neuf ans après le décès de Willy Ronis, cette exposition célèbre la clôture de la succession et l'entrée de l'œuvre dans les collections de la MAP, l'établissement du ministère de la Culture qui gère, entre autres, les grandes donations photographiques faites à l'État. Le commissariat de cette exposition est assuré par Gérard Uféras, photographe, l'un des plus proches amis de Willy Ronis, et par Jean-Claude Gautrand, photographe, journaliste et historien de la photographie française. Toutes les photographies exposées font l'objet d'un travail exceptionnel au sein du laboratoire de l'Agence photographique de la Réunion des musées nationaux - Grand Palais, qui les diffuse en exclusivité.

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Pendant le défilé de la victoire du Front populaire, rue Saint-Antoine, Paris, 14 juillet 1936
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Les Amoureux de la Bastille, Paris, 1957
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

Vernissage de l'exposition "Willy Ronis par Willy Ronis"
Willy Ronis, Le Café de France, L'isle-sur-la-Sorgue, 1979
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP, donation Willy Ronis

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00 [12:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Metaphoria III"
Location:
Le Centquatre-Paris
104, rue d'Aubervilliers
5, rue Curial
75019 Paris
M° Stalingrad, Crimée, Riquet
France
Phone : +33 (0)1 40 05 51 71
Fax : +33 (0)1 40 05 54 45
Mail : contact@104.fr
Internet Site : www.104.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Metaphoria III"

José-Manuel Gonçalvès, Directeur, et l'équipe du CENTQUATRE-PARIS
ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l'exposition

Metaphoria III

avec les oeuvres des artistes : Nina Beier, Adriano Costa, Rui Costa, Hans-Peter Feldmann, David Horvitz, Kenneth Goldsmith, Ana Jotta, Jeremy Millar, Pepo Salazar, Karin Sander

avec la participation spéciale de Shirt, performance à 14h de Theory de Kenneth Goldsmith

Metaphoria III est le troisième volet d'une série d'expositions itinérantes en Europe qui pense l'art contemporain comme une plateforme de recherche : un dialogue entre les arts visuels et la poésie, utilisant la métaphore comme médium.

Série d'expositions de groupe itinérante en Europe, Metaphoria est conçue comme une plateforme de recherche visant à établir un dialogue entre arts visuels et poésie et développant le thème de la « métaphore », à la fois en tant que médium mais aussi selon le sens littéral du mot entendu par les Grecs d'aujourd'hui : comme un « moyen de transport » entre images et littérature.

Après Guimarães Capitale Européenne de la Culture en 2011 et Athènes lors de la Biennale ReMap4 en 2013, Lab'Bel - Le Laboratoire Artistique du Groupe Bel - présente cet automne au CENTQUATRE-PARIS le 3ème volet de ce dialogue.


Lab'Bel, Le Laboratoire artistique du Groupe Bel

Lab'Bel, Le Laboratoire artistique du Groupe Bel, a été créé au printemps 2010 dans le but de soutenir l'art contemporain en conformité avec les valeurs de partage, d'accessibilité et de plaisir soutenues par le groupe agroalimentaire dont il émane. Conformément à cette philosophie, il constitue depuis sa création une collection d'œuvres créées à partir des années 2000 et met en place chaque année une série d'expositions et d'événements artistiques aussi bien en France qu'à l'étranger. Il est dirigé par Laurent Fiévet et Sivlia Guerra.

Site internet : www.lab-bel.com

Exposition du 06 octobre au 11 novembre

Vernissage de l'exposition "Metaphoria III"

+ Installation de Dimitri de Perrot "TRIFF"

Dans son installation scénique, l'artiste et compositeur Suisse Dimitri de Perrot développe un travail sonore spécifique au site et à son empreinte urbaine. Dans un studio provisoire, les sons, les rythmes du CENTQUATRE-PARIS et de ses environs sont collectés et enregistrés, créant un espace de vie musicalement documenté. De cet endroit, pour cet endroit.

Exposition du 06 octobre au 11 novembre



[14:00-19:00] Présentation de la lithographie SAMO
Location:
Le Viaduc des Arts
Promenade Plantée
avenue Daumesnil
75012 Paris
M° Bastille, gare de Lyon, Montgallet
France
Internet Site : www.leviaducdesarts.com
Description:
Ateliers Stéphane Guilbaud
63 Avenue Daumesnil
ateliers@stephaneguilbaud.com
http://stephaneguilbaud.com

[14:00-19:00] Vernissage de Christine Vidil
Location:
Galerie Noelle Aleyne
18, rue Charlot
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 71 89 49
Fax : +33 (0)1 48 81 72 31
Mail : galerie.noelle.aleyne@gmail.com
Internet Site : www.galerienoellealeyne.com
Description:
Exposition de Peinture - La nouvelle exposition ...d'eau et de lumière de Christine VIDIL révèle une osmose aboutie entre les travaux photographiques et la peinture de l'artiste.
Sans rupture avec ses œuvres précédentes inspirées par le désert, elle nous livre ici un travail abstrait sur l'eau et les reflets. Sa nouvelle série de tableaux résolument apaisante et lumineuse, utilise transparences et contrastes pour révéler des paysages aquatiques sur de grands formats.

Vernissage de Christine Vidil

[14:00-19:00] Vernissage de l'exposition "Escales en vue"
Location:
MAIF Social Club
37, rue de Turenne
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 92 50 90
Mail : maifsocialclub-paris@maif.fr
Internet Site : www.maifsocialclub.fr
Description:
Du 05 octobre au 05 janvier 2019

Cécile Babiole, Dorota Buczkowska, Baptiste César & YoNi DouKHan, Lassine Coulibaly, Charlotte Charbonnel, Antonin Fourneau, Stéphanie Lagarde, Kate McLean, Jean-Christophe Norman, Samuel Rousseau, Matthieu Tercieux, Flavien Théry, Laurent Tixador

AnneSophie Bérard, commissaire de l'exposition.

L'exposition Escales en vue est pensée comme une promenade ouverte, une réflexion poétique sur notre propre mobilité. les douze œuvres exposées nous invitent à considérer chaque déplacement comme un vecteur de sens et de désir. La destination, la cadence, le chemin, le véhicule... ici, tout devient langage. chaque déplacement participe de la construction de nous-mêmes, autant que de notre société. Décider de sa mobilité, c'est décider de sa vie.

Vernissage de l'exposition "Escales en vue"

CIRCULEZ ! Mobilité : mais où va-t-on ? Expo, performances, soirées 3x1, ateliers : le MAIF Social Club vous propose de septembre 2018 à janvier 2019 de réfléchir autour des nouvelles formes de mobilité.

Pour découvrir l'exposition en avant-première, rendez-vous le samedi 6 octobre de 14h à 19h pour le vernissage (en libre accès) !
Au programme : visites guidées de l'exposition, rencontre avec les artistes et sérigraphie.

L'exposition Escales en vue proposée par la commissaire AnneSophie Bérard, est pensée comme une promenade ouverte, une réflexion poétique sur notre propre mobilité.

Commencez la promenade avec la vidéo LoveLand de Stéphanie Lagarde, qui évoque l'idéalisation de la conquête des terres promises. Ralentissez pour contempler les escargots lumineux d'Antonin Fourneau dans son installation Trace de vie*. Vous venez d'entendre un avion ? C'est l'œuvre Trafic aérien de Cécile Babiole, qui rend palpable, en temps réel, la densité de l'activité aérienne au-dessus de nous. Et puisque la mobilité est inhérente à la vie, voyagez dans le temps grâce au Paysage rupestre de Samuel Rousseau qui donne vie et mouvement à des dessins de l'ère paléolithique.

Au centre de la promenade, embarquez sur le Râ d'Ô jewel* de Baptiste César & YoNi DouKHan, entièrement fabriqué à partir d'encombrants récupérés dans les rues de Paris. Appréciez la délicatesse de l'œuvre Ulysses, a long way de Jean-Christophe Norman : l'artiste écrit à la craie blanche, sur le sol des villes, le texte Ulysses de James Joyce sous la forme d'une ligne continue. Découvrez la maison mobile et sans roue, déplacée le long de la Seine par l'artiste Laurent Tixador dans son œuvre Croisière sur berge. Tout près de lui, regardez la Fenêtre* de Matthieu Tercieux, qui est interactive : pour qu'elle s'ouvre, il faudra s'en approcher !

L'imaginaire et le rêve prolongent la promenade. Marchez littéralement sur une autre planète en arpentant Inverted Relief de Flavien Théry, un tapis avec une image satellite anaglyphe du sol de Mars. Vient le temps de pédaler avec Soleil Vert*, Variations de Charlotte Charbonnel : laissez-vous emporter par le paysage lumineux que votre effort produira ! La photographie Swing de Dorota Buczkowska vous attend pour un doux rêve : une balançoire, suspendue à deux ballons d'hélium. Puis, voyez comme on peut voyager à l'intérieur de son propre quartier avec les Smell maps* de Kate McLean : des cartes olfactives qui proposent une nouvelle appréhension du territoire.





[15:00-19:00] Finissage de l'exposition collective "In Your Mind"
Location:
H Gallery
ex. Galerie Sisso
90, rue de la Folie-Méricourt
75011 Paris
M° Oberkampf, Parmentier, République, Goncourt
France
Phone : +33 (0)1 48 06 67 38
Mail : galerie@h-gallery.fr
Internet Site : www.h-gallery.fr
Description:
avec Adel Abidin, Ahaad Alamoudi, Héla Ammar, Ali Cha'aban, Moataz Nasr

Curator : Olfa Feki

Exposition du 5 septembre au 6 octobre 2018

VERNISSAGE le mardi 4 septembre 2018, de 18h à 21h

"UN DIMANCHE A LA GALERIE" le dimanche 23 septembre 2018, de 14h à 18h
Débat-échange avec Olfa Feki et des artistes de l'exposition à partir de 15h autour de pâtisseries orientales

FINISSAGE le samedi 6 octobre 2018, de 15h à 19h, suivi de la performance d'Âme collectif
à l'occasion de la NUIT BLANCHE 2018

sous le commissariat d'exposition d'Olfa Feki, curator de la 2nde Seconde Biennale des Photographes du Monde arabe

A cette occasion, vous pourrez découvrir le travail d'artistes phares rarement présentés en France : Adel Abidin (Irak), Ahaad Alamoudi (Arabie saoudite), Hela Ammar (Tunisie), Ali Cha'aban (Liban) et Moataz Nasr (Egypte).

Vernissage de l'exposition collective "In Your Mind"
Adel Abidin, Symphony, 2012, vidéo, 1'44", Courtesy Lawrie Shabibi, Dubaï

[15:00-19:00] Finissage du duo EvazéSir "Itinéraire d'une révolution ordinaire"
Location:
Joël Knafo Art Gallery
182, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Saint-Philippe du Roule, George V
France
Mobile : +33 (0)7 81 61 21 57
Mail : galerie@joelknafo-art.com
Internet Site : www.joelknafo-art.com
Description:
Exposition du 14 septembre au 6 octobre 2018
Vernissage vendredi 14 septembre à partir de 18h00

Pour leur première exposition personnelle, «itinéraire d'une révolution ordinaire», le duo EvazéSir explore les arcanes du voyage : dans le temps, dans nos souvenirs, dans leur univers et ailleurs encore.
Pour mener à bien ce projet les galeries Joël Knafo Art et Artistik Rezo se sont associées pour développer deux propositions artistiques sous forme d'installation et d'exposition d'œuvres originales.

Depuis leur début, le travail d'EvazéSir se nourrit de matériaux anciens, usagers, délaissés, inutilisables et pourtant vivants. Par la volonté des artistes, ils renaissent, changent, s'assemblent pour laisser place à des œuvres d'art qui témoignent de l'empreinte du temps.

Ce travail surgit d'une forme de chaos dont les artistes s'inspirent pour faire du changement une force, transmettre des souvenirs et écrire une nouvelle histoire.

Les œuvres exposées par les Galeries Joël Knafo Art prendront la forme d'une collection de portraits réalisés sur des assemblages de bois et de structures brutes. Le temps est inscrit dans ces patchworks, chaque objet a sa mémoire, les compositions racontent des bribes de vie. Autant d'instants qui transportent hors du temps et invitent à un voyage intérieur, à la recherche de souvenirs, de sa propre histoire.

Vernissage du duo EvazéSir "Itinéraire d'une révolution ordinaire"

[15:00-18:00] Rencontre dédicace avec Will Barras
Location:
Galerie OpenSpace
116, boulevard Richard Lenoir
75011 Paris
M° Oberkampf, Parmentier
France
Phone : +33 (0)9 80 66 63 94
Mail : contact@openspace-paris.fr
Internet Site : www.openspace-paris.fr
Description:
Rencontre avec Will Barras qui vient de Londres pour une rencontre exceptionnelle avec le public, assortie d'une séance de dédicace.

Artiste anglais issu du graffti, Will Barras est né en 1973. Il a évolué sur la scène de Bristol dès les années 90 puis s'est fait connaître dans les années 2000 avec le Scrawl Collective qu'il formait notamment avec l'artiste Mr Jago. Il se fait ainsi connaître à travers l'Europe, puis en Asie et aux États-Unis. Il exerce son activité d'illustrateur et de graphiste sans jamais mettre de côté son travail pictural sur toile et sur papier (notamment à l'aquarelle), dans des compositions aux lignes fluides réalisées à l'encre de chine, questionnant la place de l'humain dans la ville et dans la société contemporaine.

Rencontre dédicace avec Will Barras

Dans le cadre de l'exposition collective "Altered Reality"

Exposition du 8 septembre au 13 octobre 2018
Vernissage samedi 8 septembre 2018 de 18h à 21h
Rencontre avec un artiste chaque samedi de l'exposition

Lorsqu'Ingres rajoutait quelques vertèbres à ses odalisques, rendant ainsi leur corps plus longiligne, il modifiait la réalité pour la sublimer dans un but esthétique. Les Préraphaélites et les Symbolistes s'inspiraient de la mythologie et de la littérature pour représenter un univers au-delà des frontières de la réalité quand les Surréalistes jouaient quant à eux avec le psychisme (automatisme, rêve, inconscient). Nous nous intéressons avec cette exposition au processus de création en tant que projection d'un inconscient sublimé ou d'une réalité fantasmée, ainsi qu'à des artistes explorant le champ des possibles dans la figuration contemporaine. Maîtres d'une technique exceptionnelle de dessin et de peinture, à tendance surréaliste, leur inspiration prend sa source à la fois dans la peinture classique et l'illustration. Ils dépeignent chacun un monde imaginaire où l'humain occupe une place centrale. Il est question du rapport de l'homme à la nature sous les travers d'une réalité onirique, jouant entre le surréel et le réel. Il est aussi question du rapport de l'homme à la ville ou encore aux technologies de communication et d'information.

L'exposition rassemble des œuvres récentes et inédites de huit artistes : quatre artistes représentés par la galerie, Doze Green, Miss Van, Robert Proch, Eric Lacan, ainsi que l'Américain Andrew Hem, le Polonais Bezt, l'Anglais Will Barras, et l'Espagnol Dulk qui feront leur première apparition en France.

Vernissage de l'exposition collective "Altered Reality"

[15:00-19:00] Vernissage de Thierry Fontaine "Les pluriels singuliers"
Location:
Centre Photographique d'Ile de France
CPIF
107, avenue de la République
77340 Pontault-Combault
M° RER Emerainville Pontault-Combault
France
Phone : +33 (0)1 70 05 49 80
Fax : +33 (0)1 70 05 49 84
Mail : contact@cpif.net
Internet Site : www.cpif.net
Description:
6 octobre - 23 décembre 2018

Commissariat : Dominique Abensour et Nathalie Giraudeau .

Pour cette monographie d'envergure, Thierry Fontaine a rassemblé plus de 30 pièces photographiques - dont un ensemble inédit.

Réalisées entre 1995 et 2018, elles marquent le parcours de l'artiste. L'exposition cherche à rendre sensible la dynamique créatrice d'une œuvre dont la singularité se construit à travers une pluralité de ressources puisées dans des sphères hétérogènes, artistiques, culturelles, politiques et poétiques.

Dès 1996, les œuvres de Thierry Fontaine n'existent que sous la forme de photographies. Insolites et souvent énigmatiques, ses images révèlent de curieuses réalités dont le sens est suspendu. On y voit des corps en action aux prises avec de l'argile, un matériau des plus anciens ; des masques africains aux larmes de cire ; des paysages fragmentés à dimension onirique, des végétaux et des animaux transfigurés ; des phénomènes troublants et d'étranges créations artisanales. En fait, dans chacune de ces photographies, l'artiste « expose » ses propres travaux de sculpteur - du geste à l'action, de l'objet à l'installation. Or ce processus engagé est loin d'épuiser le jeu de l'interprétation des images. En déplaçant ses activités de sculpteur dans l'espace photographique, Thierry Fontaine développe une œuvre hybride et nomade. À travers une gamme extensive de dispositifs, il cherche à transmettre une expérience de la diversité du monde et de l'échange entre des registres éclectiques parfois contradictoires. Ses photographies témoignent d'une pratique polyphonique, active dans le monde où nous vivons, à la fois pluriel et singulier.

D.A.


Thierry Fontaine est né en 1969 à Saint-Pierre (La Réunion). Après des études à l'École Supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg, il fut pensionnaire de la Villa Medicis de Rome entre 1999 et 2000. Aujourd'hui, il vit et travaille à Paris. En 2016 et en 2017, il a exposé en France au FRAC Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, au Centre d'art La Terrasse de Nanterre et au FRAC Réunion. Lauréat de la Carte blanche PMU en 2015, il a présenté cette même année Les Joueurs au Centre Pompidou de Paris. Il est représenté par la galerie Les Filles du Calvaire, Paris.

Critique d'art et commissaire d'exposition, Dominique Abensour enseigne à l'École Européenne Supérieure d'Art de Bretagne. Directrice du Quartier Centre d'art de Quimper de 1995 à 2008, commissaire de la Biennale de Bourges depuis 2010, elle a organisé de multiples expositions. En 2009, un essai sur L'art et son exposition a été publié au MacVal.

Exposition réalisée avec le concours de la galerie Les Filles du Calvaire (Paris), du Musée Français de la Photographie / Conseil Départemental de l'Essonne (Bièvres), du Centre national des arts plastiques / Fonds national d'art contemporain (Paris-La Défense), et avec la participation de l'atelier Cadre en Seine (Aubervilliers).


Vernissage public ce samedi 6 octobre, à 15h
Navette gratuite depuis Paris, sur réservation à contact@cpif.net
Départ à 14h15, place de la Bastille (Opéra)
Retour au départ du CPIF à 17h45

Samedi 13 et dimanche 14 octobre, 10h - 17h - Workshop avec Thierry Fontaine
Information et inscription sur notre page

Samedi 24 novembre, 15h - Rencontre dialoguée
Avec Thierry Fontaine et Gilles Clément, jardinier, paysagiste et écrivain
Navette gratuite depuis Paris, sur réservation à contact@cpif.net

Exposition réalisée avec le concours de la galerie Les Filles du Calvaire (Paris), du Musée Français de la Photographie / Conseil Départemental de l'Essonne (Bièvres), du Centre national des arts plastiques / Fonds national d'art contemporain (Paris-La Défense), et avec la participation de l'atelier Cadre en Seine (Aubervilliers).

Vernissage de Thierry Fontaine "Les pluriels singuliers"
Thierry Fontaine, Créer son île à Londres, 2002, © Adagp, 2018, Paris, courtesy Les filles du calvaire, Paris

Vernissage de Thierry Fontaine "Les pluriels singuliers"
Thierry Fontaine, Chaque homme crée son île, 2005, © Adagp, 2018, Paris, courtesy Les filles du calvaire, Paris

Vernissage de Thierry Fontaine "Les pluriels singuliers"
Thierry Fontaine, Collection - 1, 2017-2018
Thierry Fontaine, © Adagp, Paris, 2018, courtesy galerie Les Filles du Calvaire, Paris

Vernissage de Thierry Fontaine "Les pluriels singuliers"
Thierry Fontaine, Lumières, 2012
Photographie
© Adagp, Paris, 2018, courtesy Les filles du calvaire, Paris

Vernissage de Thierry Fontaine "Les pluriels singuliers"
Thierry Fontaine, La longue traversée, 2005
Photographie
© Adagp, Paris, 2018, courtesy Les filles du calvaire, Paris

[15:00-19:00] Vernissage de l'Offside Gallery
Location:
Lyon
Lyon
69000 Lyon
M° Gares SNCF, aéroport de Lyon-Saint-Exupéry
France
Internet Site : www.lyon.fr
Description:
Groupama Stadium
Chemin du Montout
69150 Décines-Charpieu

Après de nombreux mois de préparation Guillaume et Gautier Mathieu du collectif Lyonnais Birdy Kids et le Groupama Stadium sont fiers de vous convier au vernissage de l'Offside Gallery.

Offside Gallery est une galerie d'art urbain 100% in situ installée au sein du Groupama Stadium, accueillant sur ces murs une sélection d'artistes établis ou émergeant venu du monde entier.

Le projet sert un double-objectifs :
Ouvrir l'art urbain au grand public tout en laissant une marque indélébile pour les générations actuelles et futures.

Le projet colossal en est à ses débuts, couvrant pour l'instant la partie sud-ouest du Groupama Stadium, il s'étendra à terme sur tout le stade.

Le lieu s'est imposé comme une évidence aux yeux des deux précurseurs de Birdy Kids. Si l'immensité de la surface disponible, essentielle à l'ambition du projet, a été un critère décisif dans ce choix, un autre aspect revêt une importance particulière : Lieu emblématique du sport à Lyon et en France, le Groupama Stadium incarne une dimension populaire et universelle. Le projet vise aussi bien les puristes du Street Art que le très grand public.

Accueillant chaque mois de nouveaux artistes, et ce sur plusieurs années, la perpétuelle mutation de la galerie assure au public une expérience sans cesse renouvelée. De très nombreux artistes y défilerons au fil du temps, créant à terme la plus grande galerie permanente d'art urbain au monde.

Point essentiel du projet, les artistes sont totalement libres dans leur création. La direction artistique se fait uniquement par le choix des artistes invités par Guillaume et Gautier Mathieu, les deux co-fondateurs d'Offside Gallery, ce qui assure une vraie liberté dans les créations, fondement essentiel du Street Art.

L'ouverture officielle est fixée au samedi 6 octobre 2018, avec une inauguration publique de 15h à 19h.
Entrée gratuite. Porte F
Accès transport et voiture:
https://www.groupama-stadium.com/accesinfospratiques/

Artistes :

15 artistes ont déjà marqué de leur empreinte L'Offside Gallery à ce jour :

Mioshe - Rennes, France
Shaka - Paris, France
Dan23 - Strasbourg, France
Jef Aérosol - Lille, France
Mantra - Metz, France
Vera - Quito, Équateur
Dourone - Espagne
Zest - Montpellier, France
Maxime Ivanez - Lyon, France
Monsta - Lyon, France
Mlle Terite - Lyon, France
Birdy Kids - Lyon, France
Veks Van Hillik - Toulouse, France
Agrume (noir) - Lyon, France
Graffmatt - Chambéry, France
Grems - Biarritz, France

Video: MARTY %
Prod: Exodus aka 7AC


[15:00-19:00] Vernissage de l'exposition "Jean Pons : un grand créateur des années 50"
Location:
Galerie du Centre
5, rue Pierre au Lard
angle 22, rue du Renard
75004 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 77 37 92
Mail : amat0036@libertysurf.fr
Internet Site : www.galerie-du-centre.net
Description:
6 au 13 octobre 2018

Ouverture samedi 6 octobre de 15h à 19h

Tout le monde le connaît en temps que lithographe de l'abstraction lyrique. Il a travaillé pour les plus grands de son époque.

Parallèlement, il a réalisé une œuvre très créatrice qui se renouvellera quasiment tous les 3-4 ans. Il passe ainsi dès les années 50 de l'ellipse à la cocotte puis de la main aux reflets, des désintégrés à la mitraillomachie et enfin à la sonomachie. Toutes ces étapes sont une réflexion profonde et poétique (il fut le grand ami d'Aymé Césaire) sur la vie dès ses origines et le genre humain.

Il a aussi une œuvre passionnante entre 1940 et 1950, beaucoup d'œuvres sur papier (gouaches - fusains - aquarelles - encres - pastels...).

Même s'il est encore sous influence, car il est encore très jeune, il réalise à cette époque des œuvres cubisantes, surréalisantes et même abstraites ayant un très fort caractère.

Le Musée de l'Hospice Saint Roch à Issoudun a bien compris son importance et lui dédie une rétrospective du 5 octobre au 21 décembre.

Il édite à ce propos un catalogue d'une centaine de pages reflétant son parcours. Sa fille Elisabeth Pons édite elle aussi un ouvrage associant son œuvre peinte à ses textes poétiques car Jean Pons sous le nom de Jean de Houdan était aussi poète. Nous avons souhaité que l'ouverture de l'exposition à la galerie se passe le 6 octobre dès le lendemain du vernissage d'Issoudun afin de vous rapporter les échos du musée et aussi bien sûr l'ouvrage et le catalogue.

Enfin nous avons fait le choix de vous proposer ces œuvres à des prix extrêmement modérés. Vous serez très agréablement surpris en les découvrant.

Exposition "Jean Pons : un grand créateur des années 50"

[15:30-19:30] Fermeture de l'Amiral
Location:
Château de l'Amiral
1, rue de Fontenay
110, rue Houdan
92330 Sceaux
M° RER B Sceaux
France
Internet Site : www.labellefriche.com
Description:
Tous à l'Amiral le 6 octobre de 15h30 à 19h30
Le Jardin des Voisins offre une dégustation de velouté des légumes du jardin. Il fêtera ainsi la fermeture de l'Amiral et sa mise en beauté végétale et éphémère. Des jardiniers seront présents pour partager ce moment de convivialité.

L'Amiral fermera ses portes le 7 octobre.





[16:00-20:00] Inauguration de la boutique Atelier Cologne
Location:
Le Marais
Marais
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville, Rambuteau, Arts et Métiers
France
Description:
17 Rue des Francs-Bourgeois
75004 Paris

La Maison de Parfum Atelier Cologne vous présente son nouvel écrin, au 17 rue des Francs-Bourgeois dans le Marais à Paris.

SOYEZ LES PREMIERS !
Une Cologne Absolue de Voyage 30mL sera offerte aux 30 premiers visiteurs. Début de l'inauguration à 16h00.

Au programme : atelier olfactif, canopée d'agrumes, et cadeau personnalisé*.

#ATELIERCOLOGNE
#JOIEDEVIVRE

A PROPOS D'ATELIER COLOGNE
Atelier Cologne, Maison de Parfum française fondée en 2009, propose plus de 35 Extraits de Parfum inspirés de la légendaire Eau de Cologne, et composés jusqu'à 95% d'ingrédients d'origine naturelle.
Les créateurs, Sylvie Ganter et Christophe Cervasel, ont donné naissance à une nouvelle famille de parfums inédite : la « Cologne Absolue ». Grâce à une très haute concentration en huiles essentielles (15% à 23%), les Colognes Absolues font preuve d'une tenue exceptionnelle. Pour la première fois, les agrumes sont associés aux matières premières naturelles les plus nobles pour donner naissance à des créations à l'équilibre unique.

*Un cadeau par visiteur. Sans obligation d'achat. Dans la limite des 300 unités disponibles.

Inauguration de la boutique Atelier Cologne

[16:00-19:00] Rencontre et dialogue avec Julien des Monstiers
Location:
Galerie Municipale Julio Gonzalez
21, avenue Paul Doumer
94110 Arcueil
M° RER B Laplace
France
Phone : +33 (0)1 46 15 09 75
Fax : +33 (0)1 46 15 09 72
Mail : galerie-gonzalez@mairie-arcueil.fr
Internet Site : www.arcueil.fr/category/culture-loisirs/galerie-julio-gonzalez/
Description:
Dans le cadre de l'exposition de Julien des Monstiers "On y est" Exposition du vendredi 21 septembre au samedi 20 octobre 2018
Vernissage vendredi 21 septembre 18h30
Rencontre et dialogue avec l'artiste samedi 6 octobre de 16h à 19h
Finissage musical samedi 20 octobre à 16h - Trio Jazz - Giacomo Troncon
Entrée libre

Né en 1983 à Limoges, Julien des Monstiers vit et travaille à Paris.

Son art est une véritable recherche de matière picturale. La subjectivité de l'artiste se manifeste aussi bien par le geste, la manière d'habiter la toile que par le sujet choisi. Une technique singulière qui s'apparente au transfert, sorte de décalcomanie où les couches de peintures superposées font apparaître par transparence les différentes textures et strates liées à une succession de gestes. Les griffures sur la toile dévoilent des arrachements, le vide et le plein. Julien des Monstiers revisite des œuvres en s'inspirant de motifs de tapisseries anciennes, de tapis de papiers peints. Ses arbres de vie peuplés d'oiseaux multicolores et de motifs floraux ou végétaux sont un véritable régal pour le regard. Cette exposition dévoilera des toiles aux formats multiples récentes et inédites.

Vernissage de Julien des Monstiers "On y est"
L'arbre à oiseaux I - 240x190 cm- Huile sur toile - courtesy Galerie Christophe Gaillard. 2017

[16:00-23:55] Vernissage d'Ami Imaginaire "FOREVER SUMMER"
Location:
Galerie Lithium
6, rue Saint-Blaise
75020 Paris
M° Porte de Bagnolet, Alexandre Dumas
France
Mobile : +33 (0)6 72 71 88 31
Mail : galerie.lithium@gmail.com
Description:
La Galerie Lithium est heureuse de vous inviter samedi 06 Octobre au vernissage de l'exposition solo d'Ami Imaginaire qui durera jusqu'au 21 Octobre :

« FOREVER SUMMER »

Fraîchement revenue du Rise festival de Croydon en Grande Bretagne, Ami imaginaire, pour sa première exposition solo, nous embarque dans sa joyeuse arche de Noé peuplée d'un inimitable bestiaire poétique et lumineux.

Vernissage d'Ami Imaginaire "FOREVER SUMMER"

[16:00-21:00] Vernissage d'Ella Bergmann-Michel & Robert Michel "Le progrès à bras-le-corps"
Location:
Galerie Eric Mouchet
45, rue Jacob
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon, Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 96 26 11
Mobile : +33 (0)6 22 99 53 89
Mail : info@ericmouchet.com
Internet Site : www.ericmouchet.com
Description:
6 octobre - 10 novembre 2018

Vernissage en présence de Sünke Michel et Philipp Michel, belle-fille et petit-fils des artistes.
Visite en français et allemand à 18 heures, animée par le Dr. Norbert Nobis, conservateur honoraires des collections graphiques du Musée Sprengel de Hanovre.


Le progrès à bras le corps est la première exposition consacrée en France à ces deux artistes allemands, nés respectivement en 1895 et 1897 et mariés à Weimar en 1919.

Jusque-là, seule Ella Bergmann-Michel avait fait l'objet, en France, de deux expositions personnelles (posthumes), à la galerie Zabriskie (Paris) en 1981 et 1984.

Auparavant, les deux artistes avaient prêté chacun deux œuvres pour l'exposition Cinquante ans de « collage » au Musée d'Art et d'Industrie de Saint Etienne en 1964. Le design publicitaire de Robert avait été mentionné dans l'exposition Paris - Berlin au Centre Pompidou en 1978 et quelques photographies et films d'Ella ont été occasionnellement montrés, mais il semblerait qu'aucun dessin de l'un ou l'autre artiste ne figure encore aujourd'hui dans une collection publique française.

La rétrospective de près de 200 œuvres - dont huit prêtées par la galerie - que vient de leur consacrer le Sprengel Museum de Hanovre (du 26 mai au 2 septembre 2018) a cependant montré la place primordiale que les deux artistes ont tenue au cœur de la sphère abstracto-socialo-futuriste allemande dès le début des années 1920. Leur importance résida autant dans la modernité et la précocité de leurs propres créations, que dans le rôle de rassembleurs des avant-gardes européennes - Kurt Schwitters, László Moholy-Nagy, Willi Baumeister, El Lissitzky, Johannes Mohlzahn, Mart Stam et Ilse Bing pour ne citer que leurs amis les plus proches - qu'ils jouèrent dans la région de Francfort, notamment à l'occasion de la création du groupement Das Neue Frankfurt.

Pour cette exposition, le simple choix d'un titre « descriptif » ou simplement accrocheur, évoquant l'engagement des artistes pour la modernité, la diversité des media qu'ils ont employés ou enfin l'environnement culturel dans lequel ils ont évolué, ce choix apparemment simple s'est révélé impossible à faire car toute évocation d'un épisode précis de leur vie si pleine aurait été choisie au détriment de tous les autres. Figurer avec (et avant) Kurt Schwitters parmi les premiers concepteurs de collages abstraits ne doit pas occulter leurs œuvres de dessinateurs. Leur présence au Bauhaus - une carte de visite pourtant universellement reconnue - revêt moins de sens que leur installation délibérée dans un moulin isolé de tout pôle universitaire et le mode autarcique de création qu'ils ont décidé d'y mener. Leur proximité commune avec les langages de Dada, de l'expressionnisme, du futurisme, du constructivisme voire du purisme ne permet pas d'amalgamer leurs deux œuvres, chaque artiste illustrant ses recherches personnelles en mettant en œuvre ses techniques propres. Car si l'on parle bien ici d'un couple d'artistes, et s'ils ont effectivement promu ensemble la modernité et combattu conjointement durant toute leur vie le bon goût bourgeois, leurs œuvres ne sont pas réalisées à quatre mains et il est indispensable de différencier les travaux d'Ella - essentiellement inspirés par les sciences naturelles - de ceux de Robert - très influencés par la mécanique et le dessin technique en général.

Le progrès à bras le corps, c'est donc la formule qui nous semble au mieux évoquer leur essentiel dénominateur commun : l'énergie qu'ils n'ont cessé de déployer ensemble, corps et âme, au service d'une modernité sociale et progressiste. Ce fut le mot d'ordre de toute leur vie.

L'ensemble de 70 œuvres d'Ella Bergmann-Michel et Robert Michel, ainsi que l'abondante documentation présentés ici par la Galerie Eric Mouchet et la Galerie Zlotowski sont le fruit de 10 années de recherche, de rencontres et de découvertes, et couvre une période de travail des artistes s'étendant de 1917 à 1969. Un catalogue est édité à cette occasion.

Eric Mouchet

Vernissage d'Ella Bergmann-Michel & Robert Michel "Le progrès à bras-le-corps"
Robert Michel, dennoch SW, 1959
Techniques mixtes sur carton, 48 x 66 cm, signé
Courtoisie de l'artiste et Galerie Eric Mouchet

[16:00-21:00] Vernissage d'Estefania Peñafiel Loaiza
Location:
Galerie Alain Gutharc
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 47 00 32 10
Fax : +33 (0)1 40 21 72 74
Mail : gutharc@free.fr
Internet Site : www.alaingutharc.com
Description:
de l'incertitude qui vient des rêves

Vernissage le 6 octobre 2018
Exposition du 6 octobre au 17 novembre 2018

Persistance rétinienne

« Les poèmes ont toujours de grandes marges blanches, de grandes marges de silence où la mémoire ardente se consume pour recréer un délire sans passé. »(1))

Les mots d'Eluard décrivent avec une grande justesse les gestes d'effacement, de détournement, de recouvrement, les ombres et les absents, les fantômes d'Estefanía Peñafiel Loaiza. Ils disent ses distorsions du temps, du son et des images. L'artiste efface pour mieux montrer, récite pour mieux dire l'inaudibilité d'un texte inlassablement remanié, avale pour digérer, ressasse pour comprendre et donne à voir au sens où l'entendait le poète : «Voir, c'est comprendre, juger, transformer, imaginer, oublier ou s'oublier, être ou disparaître. »L'exposition de l'incertitude qui vient des rêvesprésente une série d'œuvres dont la plupart ont été réalisées en lors d'une résidence récente de l'artiste au 3bisf, lieu d'arts contemporains installé dans l'un des bâtiments de l'hôpital psychiatrique Montperrin à Aix en Provence. Pendant son séjour Estefanía proposait aux patients de faire un détour, d'emprunter des chemins de traverse pour s'offrir la possibilité, lors de leurs trajets quotidiens et répétitifs, de s'exposer à la sérendipité. Chercher un nouveau point de vue, une autre façon de voir, sortir de sa zone de confort et se confronter à l'inattendu : rien de plus difficile pour les résidents de la « maison des insensés » d'Aix-en-Provence, dont l'existence remonte au XVIIesiècle. L'histoire passée et présente de l'hôpital auront servi de matière première à Estefanía Peñafiel Loaiza, qui abordera la résidence, avec les préoccupations qui, depuis quelques années, jalonnent son travail. Les pièces produites durant ces quelques semaines concourent, comme le dit Marc Lenot dans la monographie portant sur l'artiste fragments liminaires, à un corpus d'une belle cohérence, d'une œuvre qui se construit à chaque rencontre et à chaque expérience induite par les nombreuses expositions de l'artiste.

« On peut aisément voir chacune de ses pièces comme un fragment d'une grande œuvre en train de se faire, qui se complète, et se raffine à chaque fois. » Marc Lenot, 2015(2)

Estefanía Peñafiel Loaiza aura su retranscrire dans ses œuvres l'atmosphère particulière qui se dégage de cette architecture panacoustique dans lequel se trouve aujourd'hui le centre d'arts. L'histoire de cette "renfermerie", comme on la nommait, se raconte dans la série de petits polaroids intitulés détours qui synchrétisent différentes périodes de travaux de l'Hôpital. L'artiste superpose trois époques durant lesquelles l'architecture des bâtiments a été modifiée, en 1950, 1981 et 2017, selon le procédé de la double exposition, comme si le temps passé entre les premières phases de travaux et la phase actuelle était contenu dans le même moment, inscrit dans ces petits clichés instantanés, comme s'il avait filé, et dans lesquels les ouvriers d'aujourd'hui côtoient les ouvriers d'hier.

Le temps s'étire dans ces tirages, et frôle l'incohérence un peu comme dans l'installation la loterie à Babylone, qui se présente en quatre moniteurs et dans laquelle on voit deux scènes de jeux d'échec se répéter : l'échiquier, les pions et les mains des joueurs en noir et blanc, ainsi que le son des déplacements des pièces sur les plateaux qui cadence le pas et rythme à la façon d'un métronome le temps passé par le visiteur dans l'exposition. Le titre de l'installation est emprunté au roman éponyme de Borges, dans lequel il décrit une société où le jeu se confond avec la vie elle-même. Dans les quatre vidéos, Estefanía Peñafiel Loaiza isole quelques secondes de deux films d'archive portant sur l'hôpital, et dans lesquels on voit de façon fugace deux scènes de jeux d'échec entre un patient et son médecin. Jouant du matériau vidéographique, elle utilise le montage pour altérer le mouvement et le temps de la séquence qui répète un moment presque indéfiniment, le montage répété coupe le mouvement dans son élan et traduit une hésitation. L'œil attentif observera que la scène est montrée inversée, comme dans un en miroir. Sur le modèle des films muets, Estefanía Peñafiel Loaiza glisse entre les images des intertitres où l'on peut lire un texte de Guy Debord paru dans son film « In girum imus nocte et consumimur igni », décrivant une société en perdition dans laquelle nous virevoltons jusqu'à notre perte, à l'image des papillons attirés par la lumière évoqués dans le célèbre palindrome latin.

Dédoublement des images et jeux de reflets se jouent également du regardeur, dans l'installation palindromequi oppose deux miroirs. L'artiste reconstitue les pages d'un livre découpé où l'on peut suivre le dialogue qu'elle entretient avec Henri Michaux depuis quelques années déjà. Estefanía Peñafiel Loaiza est née en Équateur, et le livre-poème-journal de bord que Michaux écrit à la fin des années 20 lors de son voyage en Amérique du Sud constitue un ouvrage de référence auquel elle revient régulièrement dans son travail. À l'instar de l'artiste, qui réside en Europe depuis plus de dix ans maintenant, Michaux portera un regard et des mots sur une culture qu'il n'aura de cesse de décrire. Et Estefanía de lui répondre en espagnol, elle-même porteuse aujourd'hui de ces deux cultures...

Les deux vidéos de l'expositionempruntent au cinéma, des références à des scènes d'anthologie portant à l'écran les méandres de l'esprit malade. Estefanía Peñafiel Loaiza utilise les motifs cinématographiques de la folie tels que les labyrinthes, les échiquiers, les miroirs, les reflets, les dédoublements, les superpositions d'images, la vision altérée et les jeux sonores répétitifs, ainsi que ceux du temps distordu. Sans y faire ostensiblement référence, elle évoquera pour certains les univers de David Lynch ou d'Alfred Hitchcock, dans le noir et blanc de La Maison du docteur Edwards, de Pas de Printemps pour Marnie, de Vertigo. Le recours aux images surréalistes utilisées par les réalisateurs, comme celles de Salvador Dalí par Hitchcock, concourent à l'évocation d'une imagerie de la folie entérinée dans l'inconscient collectif par le cinéma. La vidéo de l'Incertitude qui vient des rêves, montre dans le reflet d'une rétine la scène terrifiante du Chien Andaloude Luis Buñuel d'un œil découpé par une lame de rasoir. Quant à je échecs, on connaît la célèbre formule du poète « Je est un autre » qui est ici déclinée dix fois sur des morceaux de papier « régurgités » par l'artiste et qui pourrait aussi bien dans la forme et dans le fond, être associée à l'acte d'un insensé. Les phylactères sortent de la bouche de l'artiste filmée en gros plan.

Estefanía Peñafiel Loaiza guide les pas du visiteur avec les mots de Borges, Michaux, Rimbaud et Caillois dans un labyrinthe imaginé par l'artiste dans lesquels on retrouve ses sujets de prédilection dont ceux de la mémoire, de la petite et de la grande histoire, des déplacements et des détours, des présences cachées et des absences montrées, des jeux du hasard et d'une relation au temps dans sa linéarité ou dans ses boucles infernales... Les œuvres d'Estefanía Peñafiel Loaiza nous emmènent un peu plus loin dans notre considération du monde, loin de nos horizons d'attente. Son travail tout autant poétique que politique et son approche réussissent à « dés-insensibiliser » les spectateurs que nous sommes, repus d'images et d'informations, en donnant à voir par l'effacement, par la disparition et par l'absence. Car l'absence fait émerger le souvenir. Le souvenir, la mémoire, pour permettre l'anamnèse de l'histoire.
Céline Ghisleri
Paul Eluard - Donner à voir (Première parution en 1939, Collection Poésie/Gallimard
Marc Lenot - Article publié dans la monographie fragments liminaires: Estefanía Peñafiel Loaiza (Les Presses du Réel, 2015).

http://fragmentsliminaires.net/category/travaux

Vernissage d'Estefania Peñafiel Loaiza
de l'incertitude qui vient des rêves, 2017, vidéo HD (8min) © Estefania Peñafiel Loaiza

[16:00-23:00] Vernissage de l'exposition "Ce qui reste du passé"
Location:
Galerie Collection Privée
21, rue Le Regrattier
75004 Paris
M° Pont Marie
France
Phone : +33 (0)1 42 39 98 95
Mail : contact@collectionprivee.paris
Internet Site : www.collectionprivee.paris
Description:
avec Rudy Levassor, Jules Bertin, Erwan Robin

Du 6 au 13 octobre 2018

Vernissage lors de la Nuit blanche en présence des artistes
Samedi 6 octobre de 16h à 23h

Les photographies seront présentées en tirages d'Art, signées et numérotées.

Vernissage de l'exposition "Ce qui reste du passé"

[16:30-18:00] Inauguration du gymnase Roger Antoine
Location:
Palaiseau
Palaiseau
91120 Palaiseau
M° RER B et C Massy - Palaiseau, RER B Palaiseau, Palaiseau - Villebon, Lozère
France
Internet Site : www.ville-palaiseau.fr
Description:
Chemin de Vauhallan

Inauguration du gymnase Roger Antoine






[17:00-18:00] Signature de Sarah Moon pour "From one season to another"
Location:
Galerie Camera Obscura
268, boulevard Raspail
75014 Paris
M° Raspail, Denfert-Rochereau
France
Phone : +33 (0)1 45 45 67 08
Mail : cameraobscura@free.fr
Internet Site : www.galeriecameraobscura.fr
Description:
Vous êtes cordialement invité à venir rencontrer Sarah Moon à la galerie samedi 6 octobre pour une signature de son nouveau livre

From one season to another
Photos et textes de Sarah Moon
Design : Sarah Moon et Guillaume Fabiani
Ed. : Take Five / Akio Nagasawa
Mars 2018
(100 pages. 25.3 x 23 cm)
150 €
Edition limitée à 650 exemplaires numérotés

Signature de Sarah Moon pour "From one season to another"
Yohji Yamamoto II

Signature de Sarah Moon pour "From one season to another"
L'orchidée, 2010. Sarah Moon. Tirage charbon couleur.

[17:00-21:00] Vernissage d'Anne-Valérie Gasc "Les Larmes du Prince - Monuments"
Location:
Les Tanneries
Centre d’art contemporain Les Tanneries
234, rue des Ponts
45200 Amilly
M° Gare SNCF de Montargis
France
Phone : +33 (0)2 38 85 28 50
Mail : contact-tanneries@amilly45.fr
Internet Site : www.lestanneries.fr
Description:
6 Octobre - 2 Décembre 2018

commissariat d'exposition : Emmanuelle Chiappone-Piriou

Cette exposition s'inscrit dans le cycle
SCRIPT, SCRAPS AND TRACKS

avec Janos Ber, installation dans la Grande halle, jusqu'au 16 décembre
Diego Movilla, Lieux de passage, jusqu'au 5 janvier 2019
commissariat d'exposition Jérôme Diacre
Groupe Laura / revue LAURA

Vernissage d'Anne-Valérie Gasc "Les Larmes du Prince - Monuments"

[17:00-21:00] Vernissage de Antonio Contador "TCA"
Location:
CAC Brétigny
Centre d'art contemporain de Brétigny
Espace Jules Verne
rue Henri Douard
91220 Brétigny-Sur-Orge
M° RER C Brétigny-Sur-Orge
France
Phone : +33 (0)1 60 85 20 76
Fax : +33 (0)1 60 85 20 90
Mail : info@cacbretigny.com
Internet Site : www.cacbretigny.com
Description:
29.09-21.12
Vernissage et performance samedi 6 octobre à partir de 17h

Depuis le début des années 2010, Antonio Contador déploie une taxinomie de la chose amoureuse (TCA) à partir, entre autres, de lettres d'amour anonymes trouvées dans des brocantes ou transmises par des connaissances. S'il choisit parfois de leur donner corps et voix à travers des performances où se mêlent un corpus de sources empruntées tant à l'iconographie du billet doux, au langage des fleurs qu'à la tragédie antique, Antonio Contador choisit cette fois-ci de restituer au public sa recherche sur la chose amoureuse sous forme de peintures de grand format et de séances de divination amoureuse inspirées tant par les dessins et signes que par les histoires et émotions contenus dans ces correspondances.

Vernissage de Antonio Contador "TCA"
Marque de baiser
Empreinte

[17:00-21:00] Vernissage de Guillaume Durrieu "SPLASH"
Location:
Galerie Rabouan-Moussion
11, rue Pastourelle
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 87 75 91
Mobile : +33 (0)6 10 82 39 77
Fax : +33 (0)1 42 71 42 81
Mail : rabouanmoussion@noos.fr
Internet Site : www.rabouan-moussion.com
Description:
Vernissage 6 Octobre 2018 à partir de 17h
Exposition 6 Octobre - 3 Novembre

Choisir de peindre après le Modernisme nécessite certaines exigences.
Il m'a fallu prendre des décisions franches et radicales.
Les toiles de Guillaume Durrieu sont la matérialisation d'une procédure artistique au long cours, ayant abouti à une abstraction qui tient le geste en retenue, suspendu au fil d'une réflexion pesée. Les considérations convoquées ici questionnent la peinture elle-même, ses contradictions intrinsèques, le choix de ce médium malgré son obsolescence présumée.

S p l a s h, où l'on attend le geste inspiré d'un artiste au génie romantique, jetant ses drippings à bout de bras dans une inlassable démonstration de la souplesse du poignet. Où l'on entend également des tonalités aux consonances pop et les couleurs flashy d'une laque impeccable. Opposition déjà entre deux univers, qu'Adorno aimait à scinder entre le high et le low de la culture, Greenberg entre la planéité du tableau ou l'objectité kitsch de l'artefact. Guillaume Durrieu propose d'expérimenter la peinture dans son acception tant concrète que symbolique - comme surface peinte ou médium équivoque - questionnant la notion d'espace au-delà de sa représentation. Il a pour cela choisi d'instaurer une distance, tant physique que temporelle, avec son propre travail en élaborant un protocole bien précis.

La première étape consiste à tracer des patterns rejouant les formes à géométries variables du Modernisme. Une fois posée cette grille d'agencement initiale, contenue de façon systématique sur le support de 17.5 x 22 cm qui servira de gabarit à l'agrandissement, le geste de l'artiste consiste à en effectuer l'exécution fidèle. L'aspect final de l'œuvre - réalisation dix fois amplifiée de la trame modèle - est prédéterminé, la séquence de travail établie en amont spécifiant la direction de chaque coup de pinceau, clairement délimitée d'un point A vers un point B. Ces grands formats (175 x 220 cm si vos calculs sont bons) peuvent à leur tour être reportés dans des « miniatures » à 1:3, les outils variant au gré des projets - spalter, crayon, feutre, pistolet à peindre... - et de l'échelle choisie.

D'un croquis préparatoire pris comme « image mentale générique », selon les termes de Guillaume Durrieu, le travail de peinture à proprement parler est celui d'une exécution, d'une reproduction, induisant non sans humour le détournement des notions d'original et de copie. Qu'implique donc être peintre aujourd'hui ? Quel est le statut de la peinture depuis le cataclysme des années 60 ? Cosa mentale encore et toujours, plus que jamais même, au sein de laquelle s'opposent de fait, en pleine conscience de son héritage, un purisme formaliste et un populaire figuratif « fait de chromos, de couvertures de magazines, d'illustrations, d'images publicitaires, de littérature à bon marché, de bandes dessinées, de musique de bastringue, de danse à claquettes, de films hollywoodiens ». (1)

Le choix de l'abstraction est ici l'affirmation d'une peinture en tant que telle, comme geste autonome dans toute sa matérialité, sa planéité la plus totale. La maîtrise intellectuelle de la pratique n'en abîme pas moins son efficacité plastique - le coup de pinceau demeure omniprésent. Et pourtant l'espace est là : esquissé par des lignes, par le dessin faussement aléatoire d'un cadre qui souligne le hors-champ de l'exposition plantée au-delà ; par l'empilement de couches successives aux densités différentes qui convertit des formes abstraites en objets discernables ; par une disposition des éléments apte à créer l'illusion d'une profondeur. Paradoxalement, l'utilisation des ressorts propres au médium (formes agissant en repoussoirs optiques, utilisation de la toile en réserve pour générer une impression de volume...) permet à l'artiste de mieux s'en échapper. Il fait sauter cet espace minimaliste high (so high...) par-dessus l'antagonisme qui a scindé le Modernisme, ce piège de la représentation décrié par Greenberg et sa clique comme un « domaine de l'expérience par procuration et des sensations fausses [...], ramassis de tous les faux semblants de la vie de notre temps ». (2)

Alice Cazaux
d'après un entretien avec Guillaume Durrieu

1 Clément Greenberg, « Avant-garde et kitsch » [1939], Art et Culture. Essais critiques, trad. française A. Hindry, Paris, Macula, 1988, p. 12-13.
2 Ibid., p.16-17.

Vernissage de Guillaume Durrieu "SPLASH"
Guillaume Durrieu, Sans titre, 2018, huile sur toile, 185 x 270 cm

Vernissage de Guillaume Durrieu "SPLASH"
Guillaume Durrieu, Sans titre, 2017, 185 x 270 cm


Né à Toulouse en 1980
Vit et travaille à Paris

FORMATION

2006 DNSEP Art avec mention
2001-06 Etudes supérieures à l'Ecole des Beaux-arts de Toulouse
2004-05 Stage Socrates-Erasmus à Rome

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2016 « Grand rouge », Galerie Rabouan Moussion, Paris
2014 «Du gris et de la griserie», chez Jagna Ciuchta et Samir Ramdani, Paris
2012 «Guillaume Durrieu in Ringstube» - Ringstube, Mainz, Allemagne

EXPOSITIONS COLLECTIVES

2017 «Le Banquet » - Centre d'Art le BBB, Toulouse
2015 «Trouble in painting» - Centre d'Art le BBB, Toulouse
2014 «DOUBLE TROUBLE» - Librairie Yvon Lambert, Paris
«Natura Artis Magistra» - Cloître des Billettes, Paris.
Exposition des acquisitions récentes dans la collection du
Musée d'art moderne et contemporain des Abattoirs de Toulouse
2013 «Last dance» - Galerie Gourvennec Ogor, Marseille
«Eat the blue» - Centre d'Art 116, Montreuil, sur l'invitation de
Jagna Ciuchta
Salon Jeune Création - Centquatre, Paris
2012 «Malerei2020Peinture» - Musée Ludwig, Koblenz, Allemagne «Peinture2020Malerei» - L.A.C. de Sigean
«NORTHBYNORTHWEST» - Atelier Am Eck, Düsseldorf, Allemagne
2011 «En haut» - Ecole des Beaux-Arts de Toulouse
«Ins blaue - Un voyage sans destination» - Centre d'Art Contemporain
du Parc Saint léger, Pougues-les-eaux
2010 Salon de peinture Novembre à Vitry
2009 «Au lit avec mon artiste» - Hôtel Le Général - Paris
2008-2010 Projet franco-allemand Peinture2020Malerei
(ESBA Toulouse/Akademie für Bildende Kunst Mainz)
2007 «Ensembles», Cité Internationale des Arts de Paris.
2007 «Permission d'octobre», Ecole des Beaux-Arts de Toulouse
2004 «EN CAPITALES», Musée Goya, Castres

PROJETS AUDIO-VISUELS

2016 Décors pour la comédie musicale PASSION
de Stephen Sondheim, Théâtre du Châtelet, Paris
2014 Directeur de la musique, compositeur et musicien du film
«Black Diamond» - 41', réalisation Samir Ramdani
Compositeur de la musique pour l'installation video « Ultra Violet»
(Eté photographique de Lectoure, Centre d'art et photographique
de Lectoure), réalisation : Samir Ramdani
2006 Réalisation du film « La roue» DV / PAL / 4/3 / 23'32"
2004 Réalisation du film « Il maestro compositore virtuoso»
DV / PAL / 4/3 / 7'00"
2003 Réalisation du film « Le corbeau et le débonnaire»
DV / PAL / 4/3 / 6'40"

RÉSIDENCE / PRIX / ACQUISITIONS

Prix CIC'ART 2013

2014 Résidence d'artiste - Ateliers Hoeherweg, Düsseldorf
2013 Salon Jeune Création 2013, Centquatre, Paris
Prix «Coup de coeur» Yvon Lambert
Acquisition Collection les Abattoirs-Frac Midi-Pyrénées
Acquisition Collection Yvon Lambert
2012 Résidence artistique à L'Ēcole des Beaux-Arts de Toulouse
Résidence artistique Passage - Düsseldorf - Allemagne
2010-11 Résidence artistique à Sainte-Alvère
2007 Résidence artistique à la Cité Internationale des Arts de Paris

EDITIONS

Edition «ROUGE» disque vinyle soutenu par Yvon Lambert et Jeune Création, 2014
BBB, fais-moi de l'art: les éditions - Stratégies des espaces - Toulouse, 2012
Catalogue Peinture2020Malerei - Édition Salon - 2012
Résidence Toulouse-Düsseldorf, Guillaume Durrieu, Ed. ISDAT- département beaux-arts, Toulouse 2012

[17:00-21:00] Vernissage de Núria Güell "Au nom du Père, de la Patrie et du Patriarcat"
Location:
CAC Brétigny
Centre d'art contemporain de Brétigny
Espace Jules Verne
rue Henri Douard
91220 Brétigny-Sur-Orge
M° RER C Brétigny-Sur-Orge
France
Phone : +33 (0)1 60 85 20 76
Fax : +33 (0)1 60 85 20 90
Mail : info@cacbretigny.com
Internet Site : www.cacbretigny.com
Description:
06.10-21.12
Vernissage samedi 6 octobre à partir de 17h

Une femme effectue des démarches administratives, des recherches juridiques pour devenir apatride. Sans succès. Son échec illustre une fixité de notre identité dont l'état est le propriétaire. Quelle est cette relation qui nous lie à la nation? A-t-elle à voir avec l'amour? En déplacement à Cuba, cette femme, l'artiste Núria Güell, va répondre aux incessantes demandes en mariage qu'elle reçoit et qui visent à obtenir des papiers pour l'Espagne. Elle organisera un jury de prostituées pour élire l'heureux gagnant, futur mari et futur Espagnol. Car les prostituées s'y connaissent en homme. C'est à Léon que Núria Güell a interviewé différentes travailleuses du sexe, pour qu'elles lui transmettent leur savoir de ces clients dont elles s'occupent chaque jour, de leur rapport à leur masculinité. Les liens qui unissent les hommes, les femmes et la loi, qu'elle soit divine, séculaire ou populaire, sont ancestraux, comme le montrent les copies de tableaux d'art religieux de l'époque coloniale présentées au centre d'art. De jeunes femmes abusées et d'anciens proxénètes nous en font la lecture. Oui, la loi est centrale. Car quand une femme artiste veut devenir mère en Espagne, l'État ne prévoit rien pour elle. Là encore il faudra chercher et produire une clause administrative adéquate. L'incarnation de la loi se fait par ces hommes et ces femmes qui ont pu être à un moment de leur vie, par choix ou par obligation, le bras armé de l'État. De Cuba à Brétigny, Núria Güell observe certains, discute avec d'autres, pour comprendre leur vision de ce lien, leur conception de ces différentes formes d'affection et de pouvoir que sont la patrie et l'amour. (Céline Poulin)

Cette exposition est rattachée à la programmation officielle de Nuit Blanche 2018. Elle a été réalisée en partenariat avec l'Union Locale des Associations d'Anciens Combattants du Plessis-Pâté et de Brétigny-sur-Orge. L'œuvre Un film de Dieu a été coproduite avec le Museo Amparo (Puebla, Mexique) et le Museo Universitario de Arte Contemporáneo (Mexico City, Mexique).

Vernissage de Núria Güell "Au nom du Père, de la Patrie et du Patriarcat"
Hibiscus
Graffiti

[17:00-23:00] Vernissage de Patrick Neu "Echos"
Location:
Abbaye de Maubuisson
Site d'art contemporain en Val-d'Oise
Rue Richard de Tour
95310 Saint-Ouen-l'Aumône
M° RER Saint-Ouen-l'Aumône
France
Phone : +33 (0)1 34 64 36 10
Fax : +33 (0)1 30 37 16 69
Mail : abbaye.maubuisson@valdoise.fr
Internet Site : www.valdoise.fr/2013-abbaye-de-maubuisson.htm
Description:
7 octobre 2018 - 17 mars 2019

Vernissage Samedi 6 octobre 17:00 - 23:00
Vernissage + danse contemporaine dans la grange avec la pièce chorégraphique « Prétexte » de Béatrice Massin à 20h30 ; 21h15 et 22h


L'abbaye de Maubuisson poursuit son programme d'expositions monographiques en invitant l'artiste Patrick Neu. Patrick Neu (né en 1963) vit et travaille dans le département de la Moselle. Formé à l'École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, il a été pensionnaire de la Villa Médicis à Rome en 1995 et de la Villa Kujoyama à Kyoto en 1999.

Dans sa belle campagne vallonnée des Vosges du Nord, patiemment, longuement, méticuleusement, Patrick Neu pense et conçoit ses œuvres. Patrick Neu est un artiste qui se fait rare, expose peu, se tient loin des circuits et des tendances du marché de l'art.

Ses œuvres font appel à des gestes d'une grande précision : confectionner une tunique à partir de milliers d'ailes d'abeilles ; reproduire une armure de samouraï en cristal ; dessiner à la pointe sur de la suie déposée sur du verre ; tisser un voile en cheveux naturels ; des gestes méticuleux et fastidieux que l'artiste répète et qu'il accomplit souvent seul dans le secret de son atelier. L'extrême concentration et la minutie qu'impliquent ses œuvres, caractérisent l'ensemble du travail de Patrick Neu. Il s'oriente vers une certaine difficulté et choisit des matériaux qui nécessitent maîtrise et dextérité.

Patrick Neu détourne des savoir-faire traditionnels et des matériaux pour un usage insolite. Depuis 1996, il utilise le noir de fumée pour reproduire des œuvres de Jérôme Bosch, d'Holbein ou de Rubens. Il applique la suie à l'aide de bougies à l'intérieur de vitrines ou de verres à pied en cristal et dessine sur sa surface des scènes bibliques ou emblématiques de l'histoire de la peinture. Ces réminiscences délicates de l'histoire de l'art offrent une lecture contemporaine de notre culture artistique classique au gré de matériaux tels que la suie, la cire, le cristal ou encore des ailes d'abeilles décimées pour réaliser une camisole de force. L'artiste oppose la fragilité des matériaux à la force que représentent les objets en transgressant les codes. Il interroge l'impermanence et la fragilité de la vie.

Sa démarche artistique tend vers une forme de lenteur méditative qui lui permet d'inscrire son travail dans le temps et le respect du cycle des saisons. A l'écoute de la nature, son œuvre se construit patiemment dans un temps dissolu. Ses œuvres trouvent un véritable écho dans l'ancienne abbaye cistercienne de Maubuisson. Pour son exposition, l'artiste a pensé, en résonance à ce lieu et à son histoire, de nouvelles pièces (voile de cheveux ; corpus de vitrines couvertes de dessins sur suie autour de la thématique des sept péchés capitaux ; sculpture de la salle du chapitre en cire et miel confectionnée par des abeilles).

Pénétrée de modestie, dénuée de grandiloquence, y privilégiant la simplicité des matériaux, la répétition des gestes et la délicatesse des formes, l'œuvre de Patrick Neu est le prolongement de sa vie.

Vernissage de Patrick Neu "Echos"
Mains en cire
Photo : Catherine Brossais - CDVO







[18:00-23:55] Installation de Déborah Chock "MAIS JE RÊVE !"
Location:
Mairie du 3ème arrondissement
2, rue Eugène Spuller
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Temple
France
Phone : +33 (0)1 53 01 75 03
Internet Site : mairie3.paris.fr
Description:
Les nouvelles toiles de Déborah Chock se transforment sous vos yeux de façon sidérante comme dans nos rêves.

Le dispositif est nocturne et l'ambiance onirique. Le visiteur est plongé dans le rêve à travers des mots projetés, des sons, de la musique... lorsque tout à coup, la toile révèle sa pensée secrète.

6 / 7 octobre

Mairie du 3e arrondissement / www.mairie3.paris.fr
de 18h à 1h

Mairie du 16e arrondissement / www.mairie16.paris.fr
de 19h à minuit

[18:00-23:55] Soirée Maison St-Germain
Location:
Cercle d'Aumale
22, rue d'Aumale
75009 Paris
France
Mail : cercle-daumale@by-kadrance.com
Internet Site : www.by-kadrance.com/lieux/le-cercle-daumale
Description:
Les 5 au 6 octobre, nous avons le plaisir de vous inviter à la Maison St-Germain, pour déguster de délicieux St-Germain Spritz et bien plus si affinités.

[18:00-21:00] Vernissage d'Isabelle Bonté-Hessed2 "Sous les pavés, les fleurs"
Location:
Galerie Hors-Champs
20, rue des Gravilliers
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)9 53 48 14 04
Mail : galerie.hors.champs75@gmail.com
Internet Site : www.galerie-hors-ch​amps.com
Description:
Isabelle Bonté-Hessed2
« Sous les pavés, les fleurs... »

Exposition du 06 octobre au 18 novembre 2018
Vernissage le samedi 06 octobre 2018 de 18 heures à 21 heures

« Les cœurs meurent de faim autant que les corps ; donnez nous du pain, mais donnez nous des roses ! »
James Oppenheim

« Il y a un autre monde, mais il est dans celui-ci »
Ignaz-Vitalis Troxler

Il y a 50 ans, des milliers de pavés s'extrayaient des routes parisiennes par la fiévreuse prédiction du Grand Soir, et se propulsaient à travers son crépuscule imbibé de gaz jusqu'à la vieille cuirasse rouillée de l'Ancien Monde. C'était les révoltes étudiantes et ouvrières de mai 68. Cinquante ans plus tard, donc, arrive le temps des commémorations. Mais les pavés, eux, que sont-ils devenus ? Enlisés dans du béton bitumineux, désamorcés, apprivoisés, nous leur marchons dessus sans entendre leurs récits, leur témoignage -eux qui furent trop bruyants, trop glissants aussi. A la domestication des pavés s'aligne celle de l'Histoire et de ces aspirations. Cependant, malgré le contrôle du bitume, de nombreuses anomalies font irruption entre les interstices du trottoir, sous nos pieds : des fleurs émergent subrepticement, semblables aux lucioles, mais végétales cette fois-ci, chères à Pasolini.

Ces fleurs de ville, Isabelle Bonté-Hessed2 va en cueillir une chaque jour pendant une année entière pour les conserver dans de la paraffine. L'objet de cet inventaire, que l'on pourrait voir comme un cruel déracinement, consiste au contraire à leur apporter une voix, un discours. A travers les textes qui les accompagnent, les fleurs nous parlent de ce qui naît dans les marges, survit malgré tout, tel un « autre monde » oublié. Intitulée « Je décide d'honorer chaque jour par une fleur », la série aurait pu s'appeler « Je décide d'honorer chaque fleur par un jour », par ces jours d'hommages et de résurgences, ces jours qui n'ont de sens que par ce qui, en eux, est résistance à l'aseptisation. Nous comprenons que c'est par le surgissement clandestin de l'insignifiant, de ce qui est effacé, enterré, qu'Isabelle Bonté-Hessed2 aborde l'Histoire. Le rituel de conservation de ces vies est un geste d'observation de ce qui pousse du passé, s'incarnant, malgré leur discrétion, en une foisonnante diversité de formes (et de résistances).

Une fleur poussant sous les pavés est une jolie anecdote ; 365 fleurs, c'est une armée -puisque la mémoire est une guerre.


Ce lien conflictuel de l'effacement et de la préservation est très justement exprimé par le choix de la paraffine, dont la matière conserve autant qu'elle camoufle. Isabelle Bonté-Hessed2 s'est spécialisée, depuis de nombreuses années, dans l'utilisation de ce produit, par le biais de ses installations, sculptures et peintures, ce qui leur confère une texture qu'on ne trouve nulle part ailleurs. Elle peut notamment donner à ses sujets une dimension fantomatique. Ainsi, la série « CRS » représente des policiers chargeant lors de manifestations, dont les silhouettes noires se dessinent en contraste avec les nuages de gaz, comme si elles naissaient d'eux, ombres anonymes et menaçantes du gouvernement qui affrontent les manifestants. Rappelons que l'étymologie de la paraffine signifie « qui a peu d'affinité » (elle n'est pas un liant), c'est-à-dire qu'elle porte en son corps l'idée même d'antagonisme : nul doute alors qu'elle était la plus indiquée pour peindre ces portraits de Karl Marx et d'Emmanuel Macron en un percutant diptyque. Opposés l'un à l'autre, leur visage semble jaillir de cette identique nuée que celle enveloppant les CRS, brouillard qui d'un même coup de pinceau trace des contours et en brouille les détails, tel notre incertitude, nos angoisses face aux actualités -ou tel une présence spectrale, qui « hante l'Europe ».

Une création numérique et une installation accompagnent ces tableaux. La première est tirée d'un projet (de 2012 à 2014) intitulé « Equation différentielle stochastique », dans lequel des enregistrements d'ouvriers licenciés par leur usine (de PSA-Aulnay) sont insérés à l'intérieur de moulages de leurs mains. Pourquoi les mains ? Parce que symboles de leur force de travail, elles sont la mémoire des ouvriers. Il faut les caresser pour entendre leur témoignage. Isabelle Bonté-Hessed2 nous invite à aller vers l'autre, à la rencontre de ceux qui ne sont considérés que comme des chiffres, et à lire dans la ligne de leur main ce qui, peut être, nous renseigne sur le futur... Encore une fois, donner la parole : faire que les fantômes deviennent sujets.

Donner la parole est le premier geste politique, et précisément celui par lequel s'érige un système démocratique. 2018 fête les 50 ans de mai 68, les 200 ans de Karl Marx, mais aussi les 60 ans de la Constitution Française, rédigée le 4 octobre 1958. De quoi donner envie de dresser un état des lieux ? Là n'est pas l'intention de l'artiste, non. Nous dirons plutôt qu'à partir du constat d'un présent politique et économique en crise, Isabelle Bonté-Hessed2 invite à interroger les institutions, et leur lien avec l'individu. Dans son installation « Méditer devant les cendres », elle a ritualisé chaque jour la consumation d'une page de la Constitution après l'avoir lu, puis en glisse la cendre dans de la paraffine maintenue dans un support de verre. Le feu pour elle est créateur : il s'agit là de construire à partir de la destruction, en une démarche d'assimilation, de relire comme pour relier à soi. Ce geste poétique est une injonction à la re-politisation de notre quotidien.

Hannibal Volkoff

Vernissage d'Isabelle Bonté-Hessed2 "Sous les pavés, les fleurs"
Série « CRS » (détail)
Paraffine sur bois, 180 x 180 cm, 2018

Vernissage d'Isabelle Bonté-Hessed2 "Sous les pavés, les fleurs"
« 15 Déc. 2015 - fleurs062 »
fleur dans de la paraffine, 20 x 20 cm, Détail de l'installation « Je décide d'honorer chaque journée par une fleur » 6m40 * 1m80, 2015-2016

Vernissage d'Isabelle Bonté-Hessed2 "Sous les pavés, les fleurs"
« Karl Marx »,
Paraffine sur bois noir, 100 x 80 cm, 2018

Vernissage d'Isabelle Bonté-Hessed2 "Sous les pavés, les fleurs"
Série « CRS »
Paraffine sur bois noir, 83 x 23 cm, 2018

Vernissage d'Isabelle Bonté-Hessed2 "Sous les pavés, les fleurs"
«Méditer devant les cendres » (détail)
Cendre dans de la paraffine, 110 x 110 cm, 2018

[18:00-23:55] Vernissage de DISCO "FABRICS - Patterns and mixed shapes"
Location:
Marché aux Puces de Paris - Saint-Ouen
Puces de Saint-Ouen
Rue des Rosiers
93400 Saint-Ouen
M° Porte de Clignancourt, Garibaldi
France
Phone : +33 (0)1 40 12 32 58
Fax : +33 (0)1 40 12 32 58
Internet Site : www.parispuces.com
Description:
Street Dream Gallery
53 rue Jules Vallès
Marché Malik, Puces de Clignancourt
https://www.instagram.com/streetdreamgallery

L'association Basalt et la Street Dream Gallery vous proposent :
Exposition de l'artiste DISCO du 6 octobre au 6 novembre 2018
L'école des graffs les dimanches à 14h
Graffitiquement votre,
L'équipe de la Street Dream Gallery

http://basaltcrew.com/
http://streetdreamgallery.com

FABRICS - Patterns and mixed shapes
DISCO présentera à la STREET DREAM GALLERY sa nouvelle exposition : «FABRICS - Patterns and mixed shapes» du 6 octobre au 6 novembre 2018.
VERNISSAGE LE SAMEDI 6 octobre 2018
Vernissage de l'exposition à partir de 18h jusque tard en soirée
Performance photo participative avec Diplopy
Dj INOV, Dj Ganja & Jah Wisdom SoundSystem

Exposition du 6 octobre au 6 novembre 2018, ouvert les samedis, dimanches et lundis de 10h30 à 18h et sur rdv.


DISCO, BIOGRAPHIE

Disco, né en 1974 est un Graffiti artist / artiste-peintre autodidacte issu du mouvement Graffiti
Second fils d'une famille Catalane exilée, c'est entre Paris et Barcelone qu'il découvrira aux côtés de son père la peinture et la sérigraphie .
Très jeune il est attiré par le dessin et les peintres en lettres qui font les vitrines du quartier. Au milieu des années 80 il découvre les premier graffitis et le mouvement hip hop.
Dans les années 90 Il construit sa réputation avec ses compères d'un des crew les plus sulfureux de la capitale, les CMP avec qui il ravagera le métro Parisien.
A partir de 2000, Disco oriente son travail sur l'international et entame un parcours Européen dans les capitales voisines, puis vers l'Amérique latine.
Inspiré par de nombreuses cultures locales et le courant expressionniste abstrait, c'est un mélange d'énergie, de fusion et de couleurs que Disco apporte à sa peinture pour retranscrire avec dynamisme ce qui l'entoure.
https://scodystudio.wordpress.com/a-propos/

Vernissage de DISCO "FABRICS - Patterns and mixed shapes"

[18:00-21:00] Vernissage de Fabien Boitard "Pensées Magiques"
Location:
Galerie Derouillon
38, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République, Arts et Métiers, Strasbourg - Saint-Denis
France
Mobile : +33 (0)6 13 67 33 71
Mail : benjamin@galeriederouillon.com
Internet Site : www.galeriederouillon.com
Description:
Vernissage le samedi 6 octobre de 18h à 21h
Exposition du 6 octobre au 10 novembre 2018

Fabien Boitard
Pensées magiques

Réinventer une perspective en peinture, oser un mode de représentation du monde radicalement nouveau, telle est la raison de peindre de Fabien Boitard. Châssis tronqués, lignes de fuite biaisées, il règne une certaine intranquillité dans les scènes faussement bucoliques de ce maître en inversions rythmiques. « Je vise une intention autre, pourquoi pas une perspective affective », confie-t-il. Ses arrière-plans prennent toujours possession du paysage, comme si le regard, empêché de circuler largo, devait se heurter à cet Ailleurs rapproché. L'œil est mis à nu, bouscule le plan, interroge la peinture. Un sentiment trouble émane de ces grandes « vallées » charpentées. On y retrouve toute la magie vibratoire d'un Joachin Sorolla, toute la puissance évocatrice d'un Gerhard Richter. Mais c'est une nature contaminée, un avenir « enfumé » que peint Fabien Boitard, poète du désespoir écologique, expert en accords de tons et pourfendeur des faux-semblants. Composer avec des intentions, affirme Fabien Boitard à propos de ce qu'il nomme les « Pensées magiques », le titre de sa nouvelle exposition à la galerie Derouillon à Paris qui évoque la ferveur comme forme de pensée. Deux ans après « En attendant les choses graves », toujours chez Benjamin Derouillon, la promesse est tenue. C'est dans la gravité et la solennité d'une marche « andante » que l'on arpente ainsi ses « paysages-enveloppes ». Six tableaux-mouvements sortis durant l'été 2018 de son atelier niché à Aniane, au cœur de l'Hérault. Le peintre met ses neiges en sourdine, ses mâts de sourcier en vibration, pour que surgisse l'inattendu. « La surprise fait partie du spectacle », poursuit l'artiste. Car tout est recherche formelle chez ce poseur de lignes, né d'un père dessinateur industriel et d'une mère acquise à l'analyse des rêves. « Le flou est un filtre névrotique comme un autre », explique le brouilleur d'image. Les couleurs sont noyées par un savant sfumato à la térébenthine. Les touches cadencées sont apposées au couteau, elles battent la mesure. Luit la neige. Entre scintillement et éblouissement.
Alexia Guggémos

Vernissage de Fabien Boitard "Pensées Magiques"

[18:00-21:00] Vernissage de Lina Karam - Nuit Blanche
Location:
Galerie Joseph Charlot
66, rue Charlot
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Temple, Oberkampf, République
France
Phone : +33 (0)1 42 71 20 22
Fax : +33 (0)1 42 71 00 11
Mail : contact@galeriejoseph.com
Internet Site : www.galeriejoseph.com/location-galerie-paris-charlot
Description:
6 - 9 octobre 2018
Vernissage : 6 octobre 2018 à 18h

Patchwork Lumière
Installation & exposition

Lina Karam est une artiste et designer, elle a travaillé avec Yves St Laurent et Gucci époque Tom Ford. Elle collabore avec Saatchiart et Saatchi Gallery pour le développement de sa peinture.

« J'habille donc 'la nuit' avec ce Patchwork géant de couleur bleu qui évoque l'eau, l'azur, la mer, l'horizon plein d'enthousiasme et d'espoir »

Elle a créé Patchwork Lumière pour « habiller la nuit » : c'est une installation inspirée de l'art et de la mode, 50 ans de liberté et de création depuis Mai 68. Bleu comme les horizons. Lumière comme Paris.

Vernissage de Lina Karam - Nuit Blanche

[18:00-21:00] Vernissage de Violaine Lochu "Hinterland"
Location:
Galerie Dohyang Lee
73/75, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Les Halles, Rambuteau, Etienne-Marcel
France
Phone : +33 (0)1 42 77 05 97
Fax : +33 (0)1 42 76 94 47
Mail : info@galeriedohyanglee.com
Internet Site : www.galeriedohyanglee.com
Description:
6 octobre - 17 novembre 2018

Le titre de l'exposition, Hinterland, renvoie à l'arrière-pays, un territoire à l'abri des vents et de la mer. Un territoire au sein duquel il est possible de prendre le temps, de se reconstruire. D'un point de vue métaphorique, Hinterland renvoie à ce qui n'est pas immédiatement visible. Il est le paysage arrière, les coulisses, l'intérieur du corps, ses fondations, ses organes et sa mémoire. Car il est ici question du corps. L'artiste en fait un outil, un instrument : le capteur, le récepteur et l'émetteur de langages intuitifs hérités de vies antérieures et/ou de traditions ancestrales. Violaine Lochu est à l'écoute de son corps, de ses expériences, de ses langages et de ses écritures. Les œuvres donnent un accès physique et sensoriel à cette écoute.

Un mouvement s'opère de l'aliénation vers l'autodétermination.

« L'intrus m'expose excessivement. Il m'extrude, il m'exporte, il m'exproprie. »

Nancy, Jean-Luc. L'Intrus. Paris : Galilée, 2010, p.42.

Son corps est à l'épreuve de violences plurielles : la chimie, le corps médical, les attentes et les injonctions d'une société qui ne ménage pas notamment les femmes. Une expérience que Violaine Lochu a souhaité mettre en espace, en sons et en images. Alors, l'espace même de la galerie est envisagé comme un corps sensible. Un corps puissant en phase de reconstruction. Le travail de réappropriation passe par un refus, celui d'être considérée comme une patiente, une entité passive en attente d'informations, de résultats, de précisions. En lutte contre une dépossession et une objectivisation, Violaine Lochu révèle, non sans humour, l'imaginaire subjectif de son corps. Dans cet état de rêve éveillé, elle décide de visualiser l'ensemble de ses organes et de leur attribuer un chant spécifique. Son corps se transforme alors en un orchestre polyphonique nous renvoyant une vie intérieure agissante, une symphonie singulière à travers laquelle le soin et la reconquête sont pensés par le chant.

Parce qu'elle ne se reconnaît pas dans l'imagerie médicale d'un corps objectivé, Violaine Lochu génère une représentation intime et subjective. Petit à petit, elle procède à un apprivoisement de son corps en s'autofilmant à la go-pro. Telle une archéologue scannant une statuette dont on ne sait plus rien, l'artiste travaille à une reconnaissance, une reconstruction, une reprise de soi.

« Pour diffuser les préjugés de soi, les femmes doivent prendre le contrôle, être fières de la sensualité de leurs propres corps et créer ce qu'est la sensualité dans leurs propres termes, sans se référer aux concepts dégénérés par la culture. »

Hannah Wilke: A Retrospective, University of Missouri Press, 1989.

Le triptyque vidéo participe d'une affirmation, celle d'une maîtrise nouvelle de son corps et de l'image de ce dernier. L'autofilmage est inhérent à sa pratique artistique. Depuis qu'elle a 16 ans, Violaine Lochu filme des fragments de son quotidien. 15 secondes, puis 15 secondes, puis 15 secondes... Montées ensemble, les secondes forment un film (Hinterland - 2018), qui réunit douze années de vie, un journal visuel, sensoriel, sonore. Un récit sans chronologie, « des strates de vie » en coexistence les unes avec les autres. La question du temps est centrale dans sa pratique. L'artiste accorde autant d'importance à ce qui est visible à ce qui ne l'est pas. Elle explore ainsi différentes temporalités mêlant le passé, le présent et le futur pour déplacer les représentations passives du corps féminin.

« Je suis préoccupée par la création d'une image formelle qui soit spécifiquement féminine, un nouveau langage qui fusionne l'esprit le corps en des objets érotiques qui à la fois suffisamment abstraits et nommables. Sa teneur a toujours été liée à mon corps et mes sentiments, reflétant le plaisir autant que la douleur, l'ambiguïté et la complexité des émotions. Des gestes humains, des symboles métaphysiques faits d'histoires superposées traduits dans un art proche du rire, faisant l'amour, de mains vibrantes. »

Ibid

Violaine Lochu est attentive aux signes, conscients et inconscients, qui bouleversent une mémoire élargie, composée de plusieurs vies réunies en un seul corps. La mémoire corporelle constitue un arrière-pays impossible à cartographier, dont il faut décrypter soigneusement les empreintes, les sensations, les réminiscences, les indices. Dans une pratique régie par l'intuition et l'analogie, l'artiste propose des gestes, des images, des partitions, des éléments d'écritures et de langages inscrits dans une mémoire étendue. Ce travail d'écoute et d'extraction de la mémoire du corps est devenu un moteur d'empathie, de résistance et d' empowerment vis-à-vis d'un système (patriarcal et médical) autoritaire et violent. Un moteur critique qui engage l'artiste au déplacement, à la désobéissance, au cri et à la résilience.

Julie Crenn à Valognes, le 4 août 2018


Magnetic Song - Performance de Violaine Lochu, Magnetic Song, avec Chloé Breillot
Performance Samedi 6 octobre à 19:00
Performance of Violaine Lochu, Magnetic Song, with Chloé Breillot

Performance Vendredi 9 novembre 19:00 - 19:30
Performance de Violaine Lochu, Fabula, avec Joëlle Lèandre

Vernissage de Violaine Lochu "Hinterland"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Artistes résidents de Polenovo-air-programme"
Location:
Atelier Véron
31, rue Véron
75018 Paris
M° Blanche, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 23 45 44
Mail : atelierveron@gmail.com
Internet Site : www.atelier-veron.com
Description:
EXPOSITION DES ANCIENS RÉSIDENTS DE POLENOVO

Du 06 octobre 2018 à 11h00 au 20 octobre 2018 à 19h00

L'inauguration d'une plaque commémorant les peintres russes Ilia Repine et Vassily Polenov, peintres russes issus du mouvement des Ambulants ayant vécu et travaillé en France il y a un siècle et demi. Les descendants des deux peintres ainsi que des personnalités officielles seront présents à cette cérémonie. Le vernissage de l'exposition « Artistes résidents de POLENOVO-AIR-PROGRAMME » se tiendra également le même jour et à la même adresse dans l'Atelier Véron, le samedi 6 Octobre 2018 à 18h!

Vernissage de l'exposition "Artistes résidents de Polenovo-air-programme"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Office Bacteria"
Location:
Kosa Galerie
17, rue de Picardie
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Temple, République
France
Phone : +33 (0)9 67 80 67 28
Mail : info@kosaparis.com
Internet Site : www.kosaparis.com
Description:
KOSA accueille OFFICE BACTERIA pour une exposition-vente
du 5 au 13 octobre 2018

Vernissage : le samedi 6 octobre pour la Nuit Blanche !

Vernissage de l'exposition "Office Bacteria"

"C'était comme si on avait vu l'univers lointain à travers un grand microscope...

Fascinés par la magie des bactéries, petites cellules capables de se reproduire à l'infinie, de formes et de couleurs extraordinaires, nous en faisons un thème d'inspiration privilégié pour produire une multitude de créations originales. C'est de cet univers d'une abstraction poétique, que nos bijoux ont pris formes.

Nous présentons le petit univers de bactéries que nous avons transformé avec nos couleurs, nos matières et nos émotions.

Nous exprimons nos œuvres petit à petit comme des bactéries qui se multiplient..."

OFFICE BACTERIA
Teppei IKEHILA / Kanaé BRIANDET
Tokyo / Paris

Vernissage de l'exposition "Office Bacteria"
Teppei Ikehila, 2018

Vernissage de l'exposition "Office Bacteria"
Broche, Kanae Briandet, 2018

[18:30-20:30] Vernissage de l'exposition "Paula Rego"
Location:
Galerie Sophie Scheidecker
14 bis, rue des Minimes
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 42 74 26 94
Mail : info@sophiescheidecker.com
Internet Site : www.galerie-sophiescheidecker.com
Description:
Vernissage de l'exposition "Paula Rego"
Vernissage de l'exposition "Paula Rego"








[19:00-23:55] 17ème édition de la Nuit Blanche 2018
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Bruno Julliard, premier adjoint à la Maire de Paris en charge de la culture et Gaël Charbau, directeur artistique de l'édition 2018, ont présenté le matin du 13 mai le visuel de l'évènement, les quatre parcours que le public de la capitale pourra explorer au cœur et aux portes de Paris, ainsi que quelques-uns des nombreux projets qui ponctueront cette nuit du 6 au 7 octobre prochain.

Cette édition se donne pour ambition de faire rayonner les monuments connus ou méconnus de la capitale, dont certains n'ont jamais été investis pendant Nuit Blanche, ainsi que donner une place nouvelle aux talents émergents dans toutes les disciplines artistiques, depuis les arts plastiques jusqu'à la danse, le théâtre ou la musique.

Les parcours, que le directeur artistique a nommé par analogie « constellations » - puisqu'il s'agit de relier des créateurs et des lieux au public le long de lignes imaginaires - seront au nombre de quatre :

I. Constellation des Invalides
II. Constellation de l'île Saint-Louis
III. Constellation de la Villette
IV. Constellation de la Porte dorée

https://www.paris.fr/nuitblanche

Nuit Blanche 2018

[19:00-22:00] Finissage de Claire Barbier "Ceux qui naissent de la Terre"
Location:
Galerie Mercier & Associés
3, rue Dupont de l'Eure
75020 Paris
M° Pelleport, Gambetta
France
Phone : +33 (0)1 43 49 22 91
Mobile : +33 (0)6 75 03 93 69
Mail : mercieretassocies@gmail.com
Internet Site : www.mercieretassocies.com
Description:
du 8 septembre au 6 octobre,
de 14h à 19h du jeudi au samedi et sur rendez-vous

Deux rendez-vous sont à noter :
- le vernissage, le 8 septembre, de 16h à 22h
- soirée de clôture le 6 octobre, avec une lecture du texte "Ceux qui naissent de la Terre", par Marianne Auricoste, mise en musique par Claire Barbier - à 19h30

Vernissage de Claire Barbier "Ceux qui naissent de la Terre"

Vernissage de Claire Barbier "Ceux qui naissent de la Terre"

Vernissage de Claire Barbier "Ceux qui naissent de la Terre"

Vernissage de Claire Barbier "Ceux qui naissent de la Terre"

Vernissage de Claire Barbier "Ceux qui naissent de la Terre"

[19:00-23:55] Inauguration du Art Center Somewhere Only We know
Location:
Mannerheim Gallery
11, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Mobile : +33 (0)6 81 40 44 81
Mail : elise@mannerheimgallery.com
Internet Site : www.mannerheimgallery.com
Description:
// NUIT BLANCHE 2018 //

Projets satellites à la Mannerheim Gallery

ACSOWK sera inauguré lors de la prochaine NUIT BLANCHE parisienne.

Le Art Center Somewhere Only We know y présentera sa première exposition.
Une retro-prospective multimodale du travail de l'artiste François Mangeol (commissariat Émilie Robert) mêlant des installations et performance réelles in situ à une expérience de réalité virtuelle produite et réalisée par l'atelier 4Dcrea.


Entre-là
François Mangeol

Production : 4D CREA
Production executive : Adrien Perrugault
Commissariat : Émilie Robert

Sound Design : Philippe Vagner
Chorégraphie et performance : Julien Meyzindi (20h30 / 22h30 / 00h00)

Partenaires : Mannerheim Gallery / Jenny Mannerheim
StillLife / Serge l'Éstimé
FM Art Consulting

Régie : Elise Vandewalle

[19:00-23:55] Installation "Sun" de Félicie d'Estienne d'Orves - Nuit Blanche
Location:
Esplanade des Invalides
Esplanade des Invalides
75007
M° Invalides, La Tour-Maubourg
France
Description:
Sun (~8 mn) - Série Étalon lumière, 2017
Disque acrylique, système de motorisation, découpe lumière, fumée

Le Soleil, notre étoile, est situé à une distance de 150 millions de kilomètres de la Terre. Il faut 8 minutes à sa lumière pour parvenir à notre rétine.
L'installation Sun (~8 mn) matérialise la distance qui nous sépare de notre astre. Nous voyageons à grande vitesse dans l'espace-temps et notre soleil est un repère.

Le disque de Sun (~8 mn) traverse en suspension un espace de 80 mètres de profondeur en 8 minutes. Le mouvement continu de l'oeuvre permet au public de faire l'expérience de cette distance en marchant. Le va-et-vient de la sculpture est accompagné d'un morceau de Franck Vigroux composé pour l'installation.

Créée en décembre 2017 à l'occasion du festival Day for Night (Houston), l'œuvre sera présentée au public parisien dans un tunnel situé sous l'esplanade des Invalides.

Musique : Franck Vigroux
Direction technique : Thomas Pachoud
Accompagnement : Olivia Sappey / bOssa

Coproduction : Arcadi - Biennale Némo & Nuit Blanche Paris

Installation "Sun" de Félicie d'Estienne d'Orves - Nuit Blanche
© Félicie d'Estienne d'Orves, ADAGP Paris 2018 / Photo © Charles Reagan Hackleman / Roger Ho / FEO

Installation "Sun" de Félicie d'Estienne d'Orves - Nuit Blanche
© Félicie d'Estienne d'Orves, ADAGP Paris 2018 / Photo © Charles Reagan Hackleman / Roger Ho / FEO

Installation "Sun" de Félicie d'Estienne d'Orves - Nuit Blanche
© Félicie d'Estienne d'Orves, ADAGP Paris 2018 / Photo © Charles Reagan Hackleman / Roger Ho / FEO

[19:00-23:55] Installation de Déborah Chock "MAIS JE RÊVE !"
Location:
Mairie du 16ème arrondissement
71, avenue Henri Martin
75775 Paris Cedex 16
M° Rue de la Pompe
France
Phone : +33 (0)1 40 72 16 16
Fax : +33 (0)1 40 72 16 53
Internet Site : www.mairie16.paris.fr
Description:
Les nouvelles toiles de Déborah Chock se transforment sous vos yeux de façon sidérante comme dans nos rêves.

Le dispositif est nocturne et l'ambiance onirique. Le visiteur est plongé dans le rêve à travers des mots projetés, des sons, de la musique... lorsque tout à coup, la toile révèle sa pensée secrète.

6 / 7 octobre

Mairie du 3e arrondissement / www.mairie3.paris.fr
de 18h à 1h

Mairie du 16e arrondissement / www.mairie16.paris.fr
de 19h à minuit

[19:00-23:55] Installation de Le Diamantaire "Des Structures"
Location:
Chapelle expiatoire
29, rue Pasquier
Square Louis-XVI
75008 Paris
M° Saint-Augustin, Madeleine, Saint-Lazare
France
Phone : +33 (0)1 42 65 35 80
Fax : +33 (0)1 58 64 23 95
Mail : chapelle.expiatoire@monuments-nationaux.fr
Internet Site : www.chapelle-expiatoire-paris.fr
Description:
Dans le cadre de la Nuit Blanche, le 6 octobre 2018, le Centre des monuments nationaux présente « Des Structures », installation de l'artiste Le Diamantaire à la Chapelle expiatoire, jusqu'au 8 décembre 2018.

Le Diamantaire, artiste contemporain venu du street art, offre au public un second regard sur le monument à travers de subtils jeux de miroirs, et propose une lecture fragmentée de l'architecture. Huit installations esthétiques et ingénieuses, conçues spécialement pour le monument, mettent à contribution la curiosité du public et son désir d'explorer.

Le visiteur devient acteur des œuvres installées ; il invente, il imagine. Cette exposition, à la fois exigeante et ludique est aussi un hommage artistique au kaléidoscope né, comme la Chapelle expiatoire, en 1816.

Installation de Le Diamantaire "Des Structures"

[19:00-21:00] Nuit Blanche : Anne Hidalgo lance l'édition 2018
Location:
Parvis de l'Hôtel de Ville de Paris
Place de l'Hôtel de Ville
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Description:
Samedi, Anne Hidalgo, Maire de Paris, et Christophe Girard, adjoint à la Maire pour la culture, lanceront officiellement Nuit Blanche 2018, aux côtés de Gaël Charbau, directeur artistique de l'évènement.

Anne Hidalgo, Maire de Paris, lancera samedi soir l'édition 2018 de Nuit Blanche sur le Parvis de l'Hôtel de Ville, devant l'œuvre de Ugo Schiavi.

Cette année, un parcours inédit sera proposé aux visiteurs autour de quatre constellations : la constellation des Invalides, la constellation de l'île Saint-Louis, la constellation de la Villette, et la constellation de la Porte Dorée.

Depuis 2002, la Ville de Paris organise Nuit Blanche chaque premier samedi d'octobre. Ce grand événement culturel, à la fois populaire et festif, est centré sur l'installation d'œuvres d'art dans l'espace public ou dans des bâtiments parisiens emblématiques. Cette manifestation gratuite, réunit chaque année plus de deux millions de personnes. Elle se décline également dans de nombreuses villes de France et du monde.

[19:00-23:55] Nuit Blanche : Tarik Kiswanson & Charlotte Moth
Location:
Petit Palais
Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
avenue Winston Churchill
5, avenue Dutuit
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 53 43 40 00
Internet Site : www.petitpalais.paris.fr
Description:
De 19h à 01h

A l'occasion de la manifestation artistique annuelle Nuit Blanche, le Petit Palais a le plaisir d'accueillir dans ses collections permanentes deux projets menés sous la direction artistique de Gaël Charbau.

Projection
L'artiste Charlotte Moth présente son film La Réserve, tourné en 2017 dans le dépôt des plâtres de la Ville de Paris. Elle crée une déambulation spatiale contemplative autour des sculptures marquées par le temps et la poussière, en regard de la nouvelle galerie des sculptures du Petit Palais.

Sculptures sonores
Tarik Kiswanson investit la galerie sud du Petit Palais, face à la galerie des sculptures du XIXe siècle. Il crée une installation "sonore-sculpturale" composée d'une série de sculptures d'enfants en métal, qui diffusent des poèmes restitués sous la forme d'interviews déconstruites.

[19:00-23:55] Nuit Blanche à la Mairie du 7ème - Guillaume Aubry
Location:
Mairie du 7ème arrondissement
Hôtel de Villars
116, rue de Grenelle
75340 Paris Cedex 07
M° Solférino, Rue du Bac, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 53 58 75 07
Fax : +33 (0)1 45 56 92 37
Internet Site : www.mairie07.paris.fr
Description:
Du samedi 6 octobre à 19h au dimanche 7 octobre à 7h

Venez observer une projection lumineuse réalisée par l'artiste Guillaume Aubry : un motif scintillant et dynamique projeté en grand format sur la façade de la Mairie.

Cour de la Mairie

[19:00-23:55] Projection du film "The Ferryman" de Gilles Delmas
Location:
Galerie Agathe Gaillard
3, rue du Pont Louis-Philippe
75004 Paris
M° Pont Marie, Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 38 24
Mail : contact@galerieagathegaillard.fr
Internet Site : www.galerieagathegaillard.com
Description:
The Ferryman - Le passeur des lieux - Galerie Agathe Gaillard

De 19h à 2h, la Galerie Agathe Gaillard présente The Ferryman, un film du réalisateur Gilles Delmas, en collaboration avec le chorégraphe Damien Jalet, l'artiste Marina Abramović et le compositeur Ryuishi Sakamoto. Au cours d'une traversée onirique, le visiteur pourra s'interroger sur la relation ambivalente de l'homme et de la nature dans le monde contemporain.

Projection du film "The Ferryman" de Gilles Delmas

[19:00-21:00] Showcase X
Location:
Espace Canal Saint-Martin
13, rue Jean Poulmarch
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent, Colonel Fabien, République
France
Phone : +33 (0)1 40 18 50 50
Mobile : +33 (0)6 11 18 56 17
Mail : espacecanalsaintmartin@gmail.com
Internet Site : espacecanalsaintmartin.com
Description:
Showcase X

[19:00-23:00] Vernissage de l'exposition "Artisans de paix"
Location:
Espace Philippe Auguste
87/91, avenue Philippe Auguste
75011 Paris
M° Alexandre Dumas, Philippe Auguste, Charonne
France
Mail : espace.philippeauguste@gmail.com
Internet Site : www.espacephilippeauguste.com
Description:
Une exposition d'art du collectif Sous le Soleil en collaboration avec Agapé Art.

Qu'est-ce que la paix ? La paix n'est-elle que l'absence de guerre ? Que la paix soit avec vous afin que vous soyez ceux qui répandent la paix autour de vous.

vernissage - le samedi 6 octobre, 19h-23h
exposition jusqu'au 7 décembre

Entrée gratuite
mini-concert @ 20h30

Vernissage de l'exposition "Artisans de paix"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Louis-Philippe et Versailles"
Location:
Château de Versailles
Place d'Armes
78000 Versailles
M° Gares SNCF de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 30 83 78 00
Mail : direction.public@chateauversailles.fr
Internet Site : www.chateauversailles.fr
Description:
du 6 octobre 2018 au 3 février 2019

[19:20-23:55] Vernissage de l'exposition "After Sunset"
Location:
Galerie Liusa Wang
15, boulevard Saint-Germain
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Cardinal Lemoine
France
Mobile : +33 (0)6 17 96 07 11
Fax : +33 (0)1 83 56 01 44
Mail : galerieliusawang@gmail.com
Internet Site : www.galerieliusawang.com
Description:
ILLUMINATION DE L'INSTALLATION A 19H19.

Exposition visible seulement de nuit et de l'extérieur de la galerie.
Commissariée par Xn Office.

Vernissage de l'exposition "After Sunset"

Vernissage de l'exposition "After Sunset"

[19:30-23:55] Le collectif Soirées dessinées dans l'exposition "Alphonse Mucha"
Location:
Musée du Luxembourg
19, rue de Vaugirard
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Odéon, Rennes, RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 42 34 25 95
Mail : info@museeduluxembourg.fr
Internet Site : www.museeduluxembourg.fr
Description:
Exposition Alphonse Mucha gratuite de 19h30 à 1h (dernier accès 0h30)

A l'occasion de la Nuit Blanche 2018, les dessinateurs du collectif Soirées dessinées réalisent sous vos yeux de grandes fresques inspirées par les œuvres d'Alphonse Mucha, accompagnés de musique et d'interventions dansées originales composées autour de Mucha.

https://www.lessoireesdessinees.com


Dans le cadre de l'exposition "Alphonse Mucha"

12 septembre 2018 - 27 janvier 2019

Artiste tchèque de renommée internationale, Alphonse Mucha reste indissociable de l'image du Paris 1900. Sa célébrité lui vient surtout de ses élégantes affiches d'un style très affirmé, emblématique de l'Art nouveau. Mais son activité d'affichiste occulte trop souvent les autres aspects de sa production comportant aussi des peintures, des sculptures, des dessins, des décors, des objets d'art... Au travers de toutes ces œuvres, c'est la figure d'un homme qui se dessine, mystique et visionnaire, animé d'une véritable pensée politique, à l'heure du renouveau national tchèque et de l'éclatement de l'Empire austro-hongrois. Tout le travail préparatoire pour L'Épopée slave qui l'occupe entre 1911 et 1928 témoigne de son attachement à son pays natal et de son rêve d'unité entre les peuples slaves. Au-delà du maître de l'Art nouveau, c'est donc l'œuvre foisonnante et la personnalité singulière de cet artiste que l'exposition entend révéler aux visiteurs.

Commissariat : Tomoko Sato, conservateur de la Fondation Mucha, Prague

Exposition organisée par la Rmn-Grand Palais en coproduction avec Arthemisia avec la collaboration de la Fondation Mucha, Prague

Vernissage de l'exposition "Alphonse Mucha"
Les Saisons : l'été, 1896 Lithographie en couleur © Mucha Trust 2018









[20:00-22:00] Illuminez le PYRAMIDION flottant pour Nuit Blanche
Location:
Berges sur Seine
Ports de Solférino, Invalides et Gros Caillou
75007 Paris
M° Invalides, Assemblée Nationale, Alma - Marceau
France
Internet Site : lesberges.paris.fr
Description:
PYRAMIDION
sur le bateau ARTEMIA
rive gauche, Port de Solferino
75007 Paris
Métros : Musée d'Orsay, Assemblée nationale, Concorde

Pour NUIT BLANCHE PARIS, samedi 6 octobre, de 20h à 22h, chacun peut illuminer au rythme de son propre battement de cœur l'oeuvre lumineuse interactive PYRAMIDION flottant sur la Seine.

Illuminez le PYRAMIDION flottant pour Nuit Blanche
PYRAMIDION floating between Musée d'Orsay and the Orangerie
© Matthieu Munoz et Milène Guermont / ADAGP, 2018

[20:00-23:55] Installation de Flo Arnold "Le secret des signes"
Location:
Eglise Saint-Paul Saint-Louis
99, rue Saint-Antoine
7, passage Saint-Paul
75004 Paris
M° Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 72 30 32
Internet Site : www.spsl.fr
Description:
Nuit Blanche 2018

Florence Arnold expose une installation à Saint-Paul-Saint-Louis à l'occasion de la Nuit Blanche.

Samedi 6 octobre 2018
20h00 - 02h00

Installation de Flo Arnold "Le secret des signes"
Flo Arnold, Le Secret des Signes. Détail installation. Work in progress.

[20:00-23:55] Installation de Laurent Le Deunff pour Nuit Blanche
Location:
Parc Zoologique de Paris
Zoo de Vincennes
51, avenue de Saint-Maurice
Bois de Vincennes
75012 Paris
M° Porte Dorée
France
Phone : +33 (0)1 40 79 56 01
Mail : pzp@mnhn.fr
Internet Site : www.parczoologiquedeparis.fr
Description:
"Tête de tigre" et "Marie-Hélène"
de 20h à 4h

Pour la première fois, Nuit Blanche investit le Parc zoologique de Paris et offre au public une expérience unique de déambulation jusqu'aux entrailles de la plus grande sculpture cubiste de la région parisienne, le fameux Grand Rocher en béton armé, construit au début des années 30 par Charles Letrosne.

Devenu les aventuriers d'un parcours nocturne, le public est enfin invité à chercher les oeuvres dissimulées dans le décor de l'artiste Laurent Le Deunff. Ravivant la mémoire des icônes de la télévision, à l'image de la tête de tigre de Félindra dans Fort Boyard ou d'un récif montagneux, Laurent Le Deunff prolonge les frictions entre le réel et l'imaginaire, et fait de nous d'éternels enfants.

Installation de Laurent Le Deunff pour Nuit Blanche

[20:00-21:00] Performance de Shu Okuno "Florilège sur Musubi"
Location:
Galerie Da-End
17, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 29 48 64
Mail : galerie@da-end.com
Internet Site : www.da-end.com
Description:
Dans le cadre de Nuit Blanche 2018, la Galerie Da-End présente
"Florilège sur MUSUBI", une performance de Shu OKUNO

Ouverture des portes à 19h45 - Début de la performance à 20h
Participation libre au chapeau

MUSUBI : Un lien, un noeud, un joint, une attache, une conclusion, un épilogue et la fin.
'MUSUBI' renferme beaucoup de sens.
Nos vies sont connectées par beaucoup de liens quelques fois concrets, quelques fois abstraits.
Et aussi souvent invisibles.

A l'occasion de Nuit Blanche et de Japonismes 2018, le mime et chorégraphe japonais Shu Okuno présente quelques œuvres courtes sur ce sujet à la Galerie Da-End. Okuno maîtrise aussi bien les techniques du mime classique que du mime contemporain, mais ce sont peut être ces mots, tirés d'un article de Novilist à son sujet, qui le décrivent le mieux : un artiste "doux et innovateur".

Performance de Shu Okuno "Florilège sur Musubi"

Dans le cadre de l'exposition collective "Musubi"

Une exposition des œuvres de : Rica Arai, Yoko Fukushima, Yuichi Hirako, Orié Inoué, Nori Kajio & Yûkô Fujima, Shinsuke Kawahara, Saori Miyake, Daidō Moriyama, Pavillon Miwa, Ishii Nobuo, Toshio Saeki, Satoshi Saïkusa, Momoko Seto, Toshio Shibata, Makiko Tanaka, Natsuko Tanihara, Mitsuru Tateishi, Minsa You

Après 'Nipponismes' en 2012, 'Mujô-Kan' en 2013 et 'Ankoku (Matières noires)' en 2014, la Galerie Da-End renoue cet automne avec son cycle d'expositions dédiées à la création contemporaine japonaise avec 'Musubi', une édition venant mettre en lumière cette notion majeure de la pensée Shintoïste.

L'exposition réunit les œuvres d'une dizaine d'artistes japonais aux disciplines variées, avec une attention particulière pour les productions photographiques. Emergents ou établis, basés en France ou en Asie, les artistes exposés développent un langage contemporain singulier tout en partageant un goût pour la perpétuation de savoir-faire artistiques traditionnels.

Organisée dans le cadre de la saison culturelle 'Japonismes 2018' qui vient célébrer le 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France, l'exposition 'Musubi' dévoile à travers des sensibilités variées un pan méconnu de la culture nipponne, un regard autre sur le monde.

Exposition du 15 septembre au 10 novembre 2018

Evénements associés :
Un Dimanche à la galerie - le 23 septembre 12h-18h : 'Warosoku', visite à la bougie
Nuit Blanche 2018 - le 6 octobre : Performance de Shu Okuno (mime)

Vernissage de l'exposition collective "Musubi"
© Yuichi Hirako

Vernissage de l'exposition collective "Musubi"
© Natsuko Tanihara

Vernissage de l'exposition collective "Musubi"
© Daido Moriyama, Sans titre, printed 2011. Gelatin silver print, 20.3 x 25.4 cm

Vernissage de l'exposition collective "Musubi"
© Natsuko Tanihara

Vernissage de l'exposition collective "Musubi"
© Momoko Seto

Vernissage de l'exposition collective "Musubi"
© Yuichi Hirako

Vernissage de l'exposition collective "Musubi"
© Natsuko Tanihara

[20:00-22:00] Remise du Prix Sade 2018
Location:
Galerie Suzanne Tarasiève
7, rue Pastourelle
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 71 76 54
Mobile : +33 (0)6 11 01 16 79
Mail : info@suzanne-tarasieve.com
Internet Site : www.suzanne-tarasieve.com
Description:
Le jury du prix Sade a dévoilé, jeudi 13 septembre, une deuxième sélection composée de dix romans. Le prix sera décerné le 6 octobre.

C'est avec un "plaisir amical et cruel" que le jury du prix Sade 2018 a révélé, jeudi 13 septembre, les dix romans qui composent sa deuxième sélection.

Le jury décernera le prix Sade 2018 le samedi 6 octobre à 20h00, à la galerie Suzanne Tarasieve, sise au 7, rue Pastourelle (Paris, 3e).

Les dix romans de la deuxième sélection :
L'animal de compagnie, Léo Barthe (La Musardine)
Dirty, Mavado Charon (Mania Press)
Lykaia, DOA (Gallimard, à paraître le 4 octobre)
Une vieille histoire, Jonathan Littell (Gallimard)
L'adolescente japonaise, Stéphane du Mesnildot (Le Murmure)
Les saintes de l'abîme, Elizabeth Prouvost (Humus)
La vespasienne, Sébastien Rutés (Albin Michel)
Ink is my blood, Apollonia Saintclair (Encre sympathique)
Une histoire des sexualités, Sylvie Steinberg (Puf)
Camarades de Pékin, Bei Tong (Calmann-Lévy)
Le jury est présidé par Maître Emmanuel Pierrat, collaborateur à Livres Hebdo, et composé de François Angelier, Philippe Brenot, Sarah Chiche, Ocatvie Delvaux, Anne Hautecœur, Jean-Jacques Lebel, Catherine Robbe-Grillet, Jean Streff et Laurence Viallet.

L'année dernière, le prix Sade avait récompensé Gay Talese pour Le motel du voyeur (Sous-sol).

Remise du Prix Sade 2018












[23:45] Installation "Eiffel Phœnix" de ZEVS
Location:
Bassin du Trocadéro
Parvis du Trocadéro
Place de Varsovie
75116 Paris
M° Trocadéro
France
Description:
rendez-vous ce samedi 6 octobre à 23h45 place du Trocadéro

Dans le cadre de la Nuit Blanche 2018 qui se tiendra le 6 octobre prochain, l'artiste ZEVS investit la Tour Eiffel avec une œuvre originale, Eiffel Phœnix, accessible à tous de minuit à 7h.

Dans le prolongement de la Constellation Invalides et du Super Kilomètre mis en place pour la Nuit Blanche, ZEVS s'empare de la Tour Eiffel, symbole de « Paris, ville lumière » pour en faire un propos d'art public et monumental. L'artiste fait du plus célèbre monument au monde son « objet d'art ».

En s'accaparant le chef d'œuvre de Gustave Eiffel ainsi que son système d'éclairage, ZEVS dans son projet Eiffel Phœnix redistribue le temps, la lumière électrique de la Tour Eiffel et détourne, à dessein, la fonction spectaculaire.

Symboliquement, la mise en abyme de la Tour Eiffel est celle de la civilisation, la nôtre. Une civilisation à bout de souffle, étranglée par le productivisme effréné et la catastrophe écologique qui en découle largement.

13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés