Tuesday, February 5, 2019
Public Access


Category:
Category: All

05
February 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 1 2 3

  Exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"
Location:
Institut des lettres et manuscrits
Hôtel de la Salle
2, rue Gaston-Gallimard
21, rue de l’Université
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Description:
Art Ludique Hors les Murs
2a rue Montalembert
Paris 75007

Vernissage de l'exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"

Exposition du 31 Janvier au 24 février 2019
Samedi / Dimanche / Mercredi : 11h - 19h
Lundi / Mardi / Jeudi / Vendredi : 14h - 19h

Entrée libre

Dessins originaux et peintures numériques de production des films

Exposition « hors les murs » de Art Ludique-Le Musée consacrée à L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons qui se tiendra en avant-première mondiale à Paris du 31 janvier au 24 février 2019. L'exposition sera accessible au public en entrée libre.

#expodragons

Vernissage de l'exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"

La trilogie des films Dragons du studio Dreamworks Animation compose une œuvre unique dans l'histoire de l'animation.

Les héros y grandissent et vieillissent à travers un périple initiatique qui leur fait découvrir l'amitié, l'aventure, le bonheur et l'amour mais aussi les difficiles épreuves du cycle de la vie. C'est une merveilleuse saga en trois actes qui s'achève dans le final inoubliable du dernier opus Dragons 3 : Le Monde Caché qui sortira au cinéma le 6 février 2019.

Vernissage de l'exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"

C'est également un hymne à la nature et à l'harmonisation entre les humains et les animaux sauvages, incarnés par les dragons.
« D'une certaine manière, je pense que nous avons redéfini l'idée des dragons. Les enfants qui grandissent aujourd'hui penseront différemment aux dragons. » (Simon Otto / Directeur de l'animation)

La trilogie Dragons constitue également une production hors norme qui a nécessité plus de 12 ans de travail aux équipes artistiques des films, à partir des premiers crayonnés de recherches de créatures, de personnages et de décors, jusqu'aux peintures numériques finalisées. Certains outils technologiques ont même été inventés spécifiquement pour ces films, afin de repousser les limites de l'animation, notamment pour conférer au vol des dragons des trajectoires vertigineuses.
L'équipe du musée Art Ludique, en collaboration avec le studio Dreamworks Animation et Universal Pictures International France, est heureuse de présenter l'exposition « L'Epopée artistique de la Trilogie Dragons » en avant-première mondiale à Paris du 31 janvier au 24 février 2019.

Vernissage de l'exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"

Le prestigieux studio Dreamworks Animation, fondé par Steven Spielberg, Jeffrey Katzenberg et David Geffen, a ouvert ses portes à l'équipe d'Art Ludique, afin de sélectionner, en collaboration avec le réalisateur Dean DeBlois et les artistes de la trilogie, les œuvres les plus impressionnantes et représentatives de leur dynamique créative.

Près de 200 œuvres traditionnelles ou numériques seront présentées, commentées sur des écrans par l'ensemble de l'équipe artistique et de production des films, à travers des interviews inédites réalisées spécialement pour l'exposition.
Le réalisateur Dean DeBlois, l'auteur des livres Cressida Cowell, les producteurs Brad Lewis, et Bonnie Arnold, Liz Camp ou encore Chris DeFaria, président de Dreamworks Animation, partagent leur vision de l'Art de l'animation et nous racontent la spécificité du studio Dreamworks Animation, qui réunit des artistes venus du monde entier.

Les artistes français jouent un rôle essentiel dans cette impressionnante production et nombre de leurs œuvres sont exposées :
Pierre-Olivier Vincent, directeur artistique des trois films, parle des influences culturelles et des voyages de repérages qui l'ont inspiré pour les décors, les ambiances et la lumière.
Nicolas Marlet, créateur principal des dragons et des personnages est filmé pour l'exposition en train de dessiner l'un des dragons cultes de la saga.
Le superviseur d'animation Kristof Serrand explique les différents métiers de ces industries créatives et le mode de collaboration entre tous les artistes.


Art Ludique « Hors les murs »
En attendant de se réinstaller dans un nouvel espace parisien, l'équipe du musée Art Ludique a choisi un lieu historique d'exception, situé au cœur de Saint-Germain-des-Prés, pour y présenter « Hors les murs » l'exposition qui sera accessible au public en entrée libre.

Vernissage de l'exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"

Vernissage de l'exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"

Vernissage de l'exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"

Vernissage de l'exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"

Vernissage de l'exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"

Vernissage de l'exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"

Vernissage de l'exposition "L'Epopée Artistique de la Trilogie Dragons"

Exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Location:
Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts
ENSBA
14, rue Bonaparte
13, quai Malaquais
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 47 03 50 00
Fax : +33 (0)1 47 03 50 80
Mail : info@ensba.fr
Internet Site : www.ensba.fr
Description:
au Cabinet des dessins Jean Bonna

Léonard de Vinci et la Renaissance italienne
Dessins de la collection des Beaux-Arts de Paris

Du 25 janvier au 19 avril 2019
tous les jours sauf le lundi de 13h à 18h
Vernissage le jeudi 24 janvier à 18h

entrée libre

Commissariat : Emmanuelle Brugerolles

Les Beaux-Arts de Paris rendent hommage à Léonard de Vinci et ses contemporains, en exposant trente dessins de maîtres de la Renaissance italienne, témoignant des pratiques d'atelier de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle.

À cette occasion, les Beaux-Arts de Paris présentent pour la première fois un ensemble de chefs-d'oeuvre in situ, dont quatre dessins de Léonard de Vinci reçus en don en 1883 et 1908, ainsi que des dessins de peintres prestigieux, contemporains du maître : Raphaël avec trois dessins exécutés avant son départ pour Rome, en particulier une étude pour une Madone à l'Enfant et des études de draperie et de profil d'homme, mais aussi Benozzo Gozzoli et Filippino Lippi dont les feuilles séduisent par leur technique à la pointe de métal sur papier coloré, très prisée à Florence à cette époque.

Commissariat : Emmanuelle Brugerolles

La mort de Léonard de Vinci va être commémorée en 2019 par de nombreuses expositions et manifestations en France et à l'étranger. L'École des Beaux-Arts qui accueillit La Joconde en janvier 1914 après son vol au musée du Louvre, l'exposa pendant deux jours dans le vestibule du Palais du quai Malaquais. Un siècle après cet épisode mémorable, Léonard de Vinci est de retour sur les cimaises du Cabinet Jean Bonna.
Traitant de sujets variés, ses œuvres donnent un aperçu précieux du talent graphique de l'artiste et des nombreux domaines qu'il explora durant une carrière qui le mena de Florence à Milan, puis à Venise, avant de s'achever en France auprès de François Ier.

Cette exposition est l'occasion de dévoiler des trésors italiens jamais exposés qui ont fait l'objet de recherches récentes faisant le point sur leur attribution. Les trente dessins exposés offrent ainsi au visiteur un parcours passionnant sur la pratique du dessin d'atelier à la Renaissance : copies d'après les maîtres, exercices d'après le modèle vivant, répertoires de modèles dessinés, études préparatoires pour des compositions peintes ou sculptées.

Riche de plus de 60 000 dessins, la collection des Beaux-Arts compte 25 000 dessins de maîtres et constitue le deuxième fonds le plus important en France après le musée du Louvre. Il couvre une période large allant de la Renaissance à nos jours et est doté de feuilles exceptionnelles où se côtoient Léonard de Vinci, Raphaël, Rubens, Poussin ou Boucher.

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Léonard de Vinci
(Vinci, 1452 - Amboise, 1519)
Études de balistique
Plume et encre brune.
H. 0.200 ; L. 0.280 m
Inv. n° EBA 423

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Raffaello Sanzio ou Raphaël
(Urbino, 1483 -Rome, 1520)
"Etude pour une draperie et tête d'homme"

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Filippino Lippi
(Prato, 1457 - Florence, 1504)
"Deux figures drapées"

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Léonard de Vinci
(Vinci, 1452 - Amboise, 1519)
"Tête de vieillard en trois quarts"

08:00  
09:00 [09:30-11:00] Vernissage de Michel Allain
Location:
Les Ulis
Les Ulis
91940 Les Ulis
France
Internet Site : www.lesulis.fr
Description:
MPT de Courdimanche

Vernissage de Michel Allain

10:00
11:00 [11:00-14:00] Vernissage presse de l'exposition "Ex-East"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Ex-East"

Ex-East, histoires passées et récentes des avant-gardes roumaines

Du 5 février au 16 mars 2019
vernissage public mardi 5 février - 18h

Curateur Ami Barak

Sous l'égide de la Fondation Art Encounters TimiŞoara

Avec le soutien de la LC Foundation Bucarest, ELBA S.A. et Saint-Gobain Roumanie

La Fondation Art Encounters Timişoara présente « Ex-East », une exposition d'art moderne et contemporain, dans le cadre de la Saison Culturelle France-Roumanie, sous le commissariat d'Ami Barak.

Du 5 février au 16 mars 2019, elle investira le hall d'entrée du siège du Parti Communiste Français, bâtiment d'exception conçu par le célèbre architecte moderne brésilien, Oscar Niemeyer.

Les principaux protagonistes de l'art moderne côtoieront les acteurs de la scène contemporaine afin de mettre en avant l'apport essentiel fourni par les artistes roumains au 20è siècle et la contribution indéniable des nouvelles générations et leur adéquation au temps présent.

De Constantin Brâncuşi à Geta Brătescu, de Tristan Tzara à Adrian Ghenie et de Victor Brauner àAna Lupaş, une série d'œuvres emblématiques seront mises en scène dans ce cadre hautement symbolique.

L'exposition Ex-East se veut une succincte histoire transversale de l'inscription des artistes roumains et/ou originaires de la Roumanie dans l'histoire de l'art du 20ème et 21ème siècles et tente de fournir un aperçu des histoires parallèles de la modernité et des avant-gardes issues du pays des Carpates.

La modernité et particulièrement les avant-gardes induisaient une volonté d'annihilation des frontières et des références nationales. L'historiographie de la modernité a prouvé qu'il y avait un terreau propice en Roumanie pour le développement des formes d'art qui ont bousculé les canons artistiques au début du 20ème siècle.

De Constantin Brâncuși à Ana Lupaș, de Tristan Tzara à Adrian Ghenie et de Victor Brauner et Geta Brătescu, une série d'œuvres emblématiques sont ainsi mises en scène dans cet écrin, parangon de l'architecture moderne, conçu par l'architecte Oscar Niemeyer.

Après la chute du mur, les questionnements contemporains ont repris de plus belle. La scène contemporaine roumaine se renouvelle continuellement et a pris une place certaine et affirmée sur la scène internationale.

Les artistes :
Arthur Segal
Constantin Brâncuşi
Marcel Iancu
Tristan Tzara
Benjamin Fondane
Victor Brauner
Jacques Hérold
Horia Damian
Isidore Isou
Geta Brătescu
Pavel Ilie
Ştefan Bertalan
Andrei Cădere
Roman Cotoșman
Constantin Flondor
Cornel Brudaşcu
Horia Bernea
Florin Mitroi
Paul Neagu
Ana Lupaș
Mihai Olos
Doru Tulcan
Decebal Scriba
Ion Grigorescu
Rudolf Bone
Miklós Onucsan
Teodor Graur
Iosif Király
SubREAL
Dan Perjovschi
Daniel Knorr
Kinema Ikon
Aurora Király
Victor Man
Anca Munteanu Rîmnic
Simon Cantemir Hauși
Anca Benera & Arnold Estefan
Mircea Cantor
Adrian Ghenie
Ciprian Mureşan
Gabriela Vanga
Şerban Savu
Mircea Suciu
Liliana Basarab
Marius Bercea
Vlad Nancă
Ioana Nemeş
Andra Ursuța
Olivia Mihălțianu
Alex Mirutziu
Pusha Petrov
Mi Kafchin
Lea Rasovszky

Vernissage de l'exposition "Ex-East"
Ciprian Mureşan
The End of the Five-Year Plan, 2004
Courtesy of the artist and Plan B, Berlin & Cluj

Vernissage de l'exposition "Ex-East"
Ion Grigorescu
Birth of Romanian language, 1974
Courtesy Pomeranz Collection

[11:00-13:00] Vernissage presse de l'exposition "Vasarely - Le partage des formes"
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
Galerie 2 - Centre Pompidou, Paris

6 février 2019 - 6 mai 2019
de 11h à 21h

Découvrez la première grande rétrospective française consacrée à Victor Vasarely, le père de l'art optique.

Un parcours à la fois chronologique et thématique vous emmène parmi toutes les facettes de son œuvre foisonnant, depuis sa formation dans les traces du Bauhaus jusqu'aux dernières innovations formelles : peintures, sculptures, multiples, intégrations architecturales, publicités, études...

Au travers de trois cents œuvres, objets et documents, explorez le « continent Vasarely » et la manière dont il a marqué la culture populaire de l'époque, s'inscrivant pleinement dans le contexte scientifique, économique et social des années 1960-1970, et soulignant la place cardinale de l'artiste dans l'imaginaire des Trente Glorieuses.

Commissaire : Mnam/Cci, M. Gauthier, A. Pierre

Présentation par les commissaires de l'exposition

Si le nom de Vasarely évoque des images colorées jouant de l'illusion optique, toute l'envergure et la logique de son œuvre restent mal connues plus de vingt ans après sa disparition. La dernière grande exposition parisienne consacrée à l'artiste remonte à 1963, au Musée des arts décoratifs. La rétrospective que vous invite à découvrir aujourd'hui le Centre Pompidou aborde l'œuvre sous l'ensemble de ses facettes, plutôt que de ne privilégier que les aspects qui seraient conformes à l'idée communément reçue du Grand Art. Au travers d'un ensemble exceptionnel de près de quatre-vingts peintures, d'une intégration architecturale et d'une sélection très large de multiples, découvrez au fil de cette rétrospective une œuvre qui s'est hissée, avec la DS ou les fauteuils de Pierre Paulin, au niveau des grandes mythologies techniques et culturelles de son temps.

Avec cette exposition, il s'agit de révéler le « logiciel » de Vasarely. Celui-ci possède une double dimension. En héritier des avant-gardes historiques de la première moitié du 20e siècle et tout particulièrement du Bauhaus, Victor Vasarely s'est lancé dans une entreprise radicale de sécularisation de l'art. En d'autres termes, il s'est attaché à définir des modes de conception et de production permettant une large diffusion sociale de l'art. Parallèlement, et c'est l'autre grande dimension de son œuvre, Vasarely a mis au point des formes qui sollicitent l'œil bien plus que ne le fait généralement la peinture abstraite : c'est à ce titre qu'il reste dans l'histoire comme l'inventeur de l'art optico-cinétique. L'exposition vous invite à découvrir chacune de ces deux dimensions et la manière dont elles s'articulent l'une à l'autre.

Vasarely se forme à Budapest au contact des avant-gardes historiques. Son maître, Sandor Bortnyik, est l'une des figures majeures du modernisme hongrois. La première section de l'exposition révèle un Vasarely adaptant le langage du modernisme à la communication commerciale et mettant en place, dès les années 1930, dans ses travaux publicitaires et dans différentes études, les fondements de l'œuvre à venir. La série des Zèbres annonce ainsi de façon frappante les formes optico-cinétiques qui naîtront deux décennies plus tard.

Une vingtaine de peintures, dont certaines appartenant à des collections privées n'ont jamais été exposées depuis plus d'un demi-siècle, viennent ensuite témoigner de la singularité de l'abstraction qu'invente Vasarely à la fin des années 1940. C'est une abstraction qui procède de l'observation du réel, de la nature et de l'architecture. L'accent est tout particulièrement mis, avec une dizaine de peintures, sur la série Gordes-Cristal. En 1948, l'artiste se rend pour la première fois à Gordes et, sous le soleil de la Provence, il fait une découverte capitale dans le développement de son œuvre : la géométrie angulaire du site et les puissants contrastes d'ombre et de lumière qui engendrent des jeux optiques et déstabilisent la vision. Le cristal, avec ses effets complexes de reflet, de transparence et de confusion des plans, devient un modèle pour son abstraction. L'instabilité de ces formes cristallines, les premières réflexions sur un vocabulaire plastique élémentaire et le désir de mettre en mouvement les formes inertes de l'abstraction se combinent pour préparer la formidable révolution esthétique que sera la naissance de l'art optico-cinétique au milieu des années 1950 - ce qu'on appellera dans la décennie suivante l'op art. Réduisant son langage au noir et blanc, Vasarely définit alors un vocabulaire qui emporte le regard dans le monde énergétique des ondes et des particules. L'exposition réunit ici quelques tableaux de premier plan qui vibrent ou clignotent. Avec eux, une forme sitôt saisie par le regard se transforme en une autre sans jamais se stabiliser.

À l'orée des années 1960, Vasarely ouvre le chantier de ce qu'il appelle l'« alphabet plastique », constitué d'un lexique de six formes géométriques simples incrustées dans des carrés de couleur pure, les « unités plastiques ». Retrouvant l'un des rêves fondateurs de l'abstraction, il ambitionne de créer un langage visuel à portée universelle et offre ainsi à la société mondialisée les moyens d'engendrer un nouveau « folklore planétaire ». C'est un nombre presque infini de combinaisons que le jeu des formes et des couleurs autorise, susceptibles de multiples applications. Vasarely s'en assure la maîtrise par des méthodes de permutation et de programmation qui reflètent son intérêt pour la cybernétique et donnent à ses tableaux un aspect digitalisé avant l'heure. Dans la seconde moitié des années 1960, les teintes pures de l'« alphabet plastique » s'enrichissent de valeurs intermédiaires qui introduisent dans la mosaïque des tableaux des dégradés et des clairs-obscurs dont dépendent certaines des œuvres iconiques de l'artiste.

Poursuivant l'idéal d'une socialisation de l'art qui fut celui des avant-gardes dont il est l'héritier et témoignant d'une intelligence proprement warholienne des médias, Vasarely s'engage à la fin des années 1960 dans la diffusion à grande échelle de ses formes et rencontre, le fait n'est pas si fréquent, l'adhésion de la culture populaire. La sécularisation de l'œuvre d'art emprunte différentes voies. Tout d'abord celle du multiple (et notamment du poster à grand tirage), et aussi celle des arts appliqués. De cette façon, l'artiste trouve le moyen d'assurer l'existence de son œuvre au-delà du cadre institutionnel de l'art. L'exposition, c'est l'une de ses caractéristiques, souligne l'étonnante fortune que connaît l'œuvre dans la société des Trente Glorieuses à partir des années 1965 et pendant la décennie suivante : on trouve du Vasarely dans les journaux de mode, sur les couvertures de livres et de magazines, les pochettes de disques (comme Space Oddity de David Bowie), sur les plateaux de télévision ou encore dans les films (d'Erotissimo à Peur sur la ville). La culture populaire visuelle de l'époque s'est véritablement approprié la forme vasarélienne.

L'ambition d'un art social, séculier, qui accompagne le développement de l'« unité plastique » trouve son débouché logique dans la réalisation d'intégrations architecturales. Dès 1954, le chantier de la Cité universitaire de Caracas offre à Vasarely sa première occasion de concrétiser ses idées sur l'intégration de l'art à l'architecture, aux côtés de Jean Arp, Alexander Calder ou Fernand Léger. Le début des années 1970 va voir l'artiste réaliser certaines de ses plus fameuses intégrations : dans le nouveau bâtiment de la gare Montparnasse ou sur la façade de l'immeuble de la station de radio RTL, à Paris ; ou encore dans la salle à manger d'honneur de la Deutsche Bundesbank à Francfort, remontée dans l'exposition du Centre Pompidou. Des diaporamas, dont l'un consacré à l'étonnant Centre architectonique d'Aix-en-Provence, inauguré en 1976, présentent ces intégrations. Vasarely en était venu à penser que l'architecture était le niveau où ses formes pouvaient se partager avec le plus d'efficacité.

Des rêveries cosmiques, entre science et fiction, sont l'objet des effervescences formelles du dernier Vasarely. C'est un cosmos irradiant, multidimensionnel et respirant qui inspire les grandes séries qui voient le jour dans les années 1960 et 1970. Leurs titres en témoignent, qui font référence aux « signaux des mondes », aux « métagalaxies », au « bruit des quasars » et au « battement des pulsars ». En 1982, un ensemble de cinq sérigraphies de l'artiste est même emporté par le spationaute français Jean-Loup Chrétien à bord de la station spatiale orbitale soviétique Saliout 7, donnant à l'œuvre vasarélienne le cadre intersidéral dont elle rêvait. Une ultime façon de relier les deux grands axes de son œuvre : la positivité de la science dont la conquête spatiale est l'une des expressions les plus exemplaires ; le goût pour les distorsions, les excentricités géométriques et optiques, abondantes dans l'univers de la science-fiction.

In Code couleur n°33, janvier-avril 2019, p. 10-15

Vernissage de l'exposition "Vasarely - Le partage des formes"
Victor Vasarely, « Arny (Ombre) » (détail), 1967-1968

12:00
13:00
14:00  
15:00  
16:00  
17:00 [17:30-20:00] Vernissage de Hiromi Soeda et Philippe Haniez "Empreintes"
Location:
Association culturelle franco-japonaise de Tenri
Espace culturel Bertin Poirée
8, rue Bertin Poirée
75001 Paris
M° Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 76 06 06
Fax : +33 (0)1 44 76 06 13
Mail : ecbp@tenri-paris.com
Internet Site : www.tenri-paris.com
Description:
Hiromi SOEDA et Philippe HANIEZ / Tissu modelé
« EMPREINTES »

Les images sont déjà là. Mais où ? En manipulant les fibres, je suis dans l'espoir qu'elles surgissent. Quelle torture, quelle attente, et quelle joie après avoir enfin retrouvé ce que j'ai en moi. Et quelle tristesse, quand je m'aperçois que ces images sont incertaines et éphémères
hiromi soeda

Du tissu, quelques fois du papier, des agrafes, du fil, une aiguille; il n'en faut pas plus pour faire parler la matière. La mise en tension du tissu engendre des formes d'où émerge une nouvelle écriture, celle la même qui offrira au visiteur sa propre clé de lecture pour chacune des pièces exposées. L'œuvre finale naît de cette calligraphie organique, que la lumière rend encore plus mystérieuse.
Philippe Haniez

Exposition : du mardi 5 au samedi 16 février
Vernissage : mardi 5 février, 17h30-20h


[18:00-20:00] Evidences by Suffo Moncloa / Book Presentation
Location:
Librairie 0fr
20, rue Dupetit-Thouars
75003 Paris
M° Temple
France
Phone : +33 (0)1 42 45 72 88
Mail : info@ofrsystem.com
Internet Site : www.ofrsystem.com
Description:
Book signing and presentation of a special edition
(100 copies with slipcase, accompanied with an original print),
and a poster collection (5 images, 25 copies each).

5th February (Tuesday), 6-8PM

Evidences by Suffo Moncloa / Book Presentation

[18:00-21:00] Vernissage de SAN, Corinne Hivert et Iacopo Maria Fiorani
Location:
Galerie Sonia Monti
6, avenue Delcassé
75008 Paris
M° Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 45 61 45 56
Mobile : +33 (0)6 87 47 85 37
Mail : soniamonti.galerie@gmail.com
Internet Site : sonia-monti.com
Description:
Vernissage de SAN, Corinne Hivert et Iacopo Maria Fiorani

[18:00-21:00] Vernissage de Thomas Auriol "La caution d'une cousine plus âgée"
Location:
Galerie du Haut-Pavé
3, quai de Montebello
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 54 58 79
Mail : contact@haut-pave.org
Internet Site : www.haut-pave.org
Description:
Thomas Auriol
Lauréat du prix de la galerie du Haut-Pavé pour Jeune Création 2018

Exposition du 5 au 23 février 2019
VERNISSAGE MARDI 05 FÉVRIER 18H/21H

Thomas Auriol découpe et traite l'image en surface pour produire une peinture étourdie. Les compositions concentrent en un même espace filtres, matières et phénomènes. A la manière d'un monteur vidéo, il attache une attention particulière à l'enchaînement de ces éléments hétéroclites.


Né en 1987, Thomas Auriol a d'abord été cameraman pour les championnats du monde de kitesurf qui lui ont fait découvrir plusieurs continents. De retour en France en 2009, il commence à étudier aux Beaux-Arts et obtient le DNSEP à l'ESAM Caen-Cherbourg en 2014. Son travail a été présenté lors d'expositions personnelles à El Puerto de Santa Maria (Espagne), et Béton Caverne, Rennes. Thomas a aussi participé à diverses expositions collectives, notamment la Biennale de Mulhouse, Novembre à Vitry, Jeune Création. En 2017, il a bénéficié de l'aide individuelle à la création de la DRAC Bretagne et a été en résidence au domaine de Kerguéhennec fin 2018.

Vernissage de Thomas Auriol "La caution d'une cousine plus âgée"
Cartouche, 2018
acrylique sur toile, 130x160 cm

Vernissage de Thomas Auriol "La caution d'une cousine plus âgée"
Cyprine, 2018
acrylique sur toile, 130x160cm

Vernissage de Thomas Auriol "La caution d'une cousine plus âgée"
Sans titre, 2018
acrylique sur toile 40x50cm

Vernissage de Thomas Auriol "La caution d'une cousine plus âgée"
Une caisse pleine d'eau, 2018
acrylique sur toile, 130x195cm

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Ex-East"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Ex-East"

Ex-East, histoires passées et récentes des avant-gardes roumaines

Du 5 février au 16 mars 2019
vernissage public mardi 5 février - 18h

Curateur Ami Barak

Sous l'égide de la Fondation Art Encounters TimiŞoara

Avec le soutien de la LC Foundation Bucarest, ELBA S.A. et Saint-Gobain Roumanie

La Fondation Art Encounters Timişoara présente « Ex-East », une exposition d'art moderne et contemporain, dans le cadre de la Saison Culturelle France-Roumanie, sous le commissariat d'Ami Barak.

Du 5 février au 16 mars 2019, elle investira le hall d'entrée du siège du Parti Communiste Français, bâtiment d'exception conçu par le célèbre architecte moderne brésilien, Oscar Niemeyer.

Les principaux protagonistes de l'art moderne côtoieront les acteurs de la scène contemporaine afin de mettre en avant l'apport essentiel fourni par les artistes roumains au 20è siècle et la contribution indéniable des nouvelles générations et leur adéquation au temps présent.

De Constantin Brâncuşi à Geta Brătescu, de Tristan Tzara à Adrian Ghenie et de Victor Brauner àAna Lupaş, une série d'œuvres emblématiques seront mises en scène dans ce cadre hautement symbolique.

L'exposition Ex-East se veut une succincte histoire transversale de l'inscription des artistes roumains et/ou originaires de la Roumanie dans l'histoire de l'art du 20ème et 21ème siècles et tente de fournir un aperçu des histoires parallèles de la modernité et des avant-gardes issues du pays des Carpates.

La modernité et particulièrement les avant-gardes induisaient une volonté d'annihilation des frontières et des références nationales. L'historiographie de la modernité a prouvé qu'il y avait un terreau propice en Roumanie pour le développement des formes d'art qui ont bousculé les canons artistiques au début du 20ème siècle.

De Constantin Brâncuși à Ana Lupaș, de Tristan Tzara à Adrian Ghenie et de Victor Brauner et Geta Brătescu, une série d'œuvres emblématiques sont ainsi mises en scène dans cet écrin, parangon de l'architecture moderne, conçu par l'architecte Oscar Niemeyer.

Après la chute du mur, les questionnements contemporains ont repris de plus belle. La scène contemporaine roumaine se renouvelle continuellement et a pris une place certaine et affirmée sur la scène internationale.

Les artistes :
Arthur Segal
Constantin Brâncuşi
Marcel Iancu
Tristan Tzara
Benjamin Fondane
Victor Brauner
Jacques Hérold
Horia Damian
Isidore Isou
Geta Brătescu
Pavel Ilie
Ştefan Bertalan
Andrei Cădere
Roman Cotoșman
Constantin Flondor
Cornel Brudaşcu
Horia Bernea
Florin Mitroi
Paul Neagu
Ana Lupaș
Mihai Olos
Doru Tulcan
Decebal Scriba
Ion Grigorescu
Rudolf Bone
Miklós Onucsan
Teodor Graur
Iosif Király
SubREAL
Dan Perjovschi
Daniel Knorr
Kinema Ikon
Aurora Király
Victor Man
Anca Munteanu Rîmnic
Simon Cantemir Hauși
Anca Benera & Arnold Estefan
Mircea Cantor
Adrian Ghenie
Ciprian Mureşan
Gabriela Vanga
Şerban Savu
Mircea Suciu
Liliana Basarab
Marius Bercea
Vlad Nancă
Ioana Nemeş
Andra Ursuța
Olivia Mihălțianu
Alex Mirutziu
Pusha Petrov
Mi Kafchin
Lea Rasovszky

Vernissage de l'exposition "Ex-East"
Ciprian Mureşan
The End of the Five-Year Plan, 2004
Courtesy of the artist and Plan B, Berlin & Cluj

Vernissage de l'exposition "Ex-East"
Ion Grigorescu
Birth of Romanian language, 1974
Courtesy Pomeranz Collection

[18:00-20:30] Vernissage de l'exposition "Talents à suivre"
Location:
Galerie Joyce
168-173, galerie de Valois
Jardins du Palais Royal
75001 Paris
M° Palais Royal
France
Phone : +33 (0)1 40 15 03 72
Mail : ParisGallery@joyce.com
Internet Site : www.joyce.com/art/
Description:
La Joyce Gallery et Les Ateliers de Paris ont le plaisir de vous inviter le mardi 5 février de 18h à 20h30, au vernissage de l'exposition des lauréats des Grands Prix de la Création de la Ville de Paris.

Vernissage en présence de Frédéric Hocquard, adjoint à la Maire de Paris, chargé de la vie nocturne et de la diversité de l'économie culturelle.

Les Grands Prix de la Création de la Ville de Paris 2018 ont été attribués avec le soutien de la Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin et du groupe Galeries Lafayette.

Les lauréats seront dévoilés le jeudi 31 janvier à l'Hôtel de Ville.

Vernissage de l'exposition "Talents à suivre"

[18:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Âmalgame"
Location:
La Ville a des Arts
15, rue Hégésippe Moreau
75018 Paris
M° La Fourche
France
Mail : la.ville.a.des.arts@gmail.com
Internet Site : www.lavilladesarts.org
Description:
de l'association EMPREINTES & ARTS,

du mardi 5 au dimanche 10 février
Vernissage le mardi 5, 18h-22h

Vernissage de l'exposition "Âmalgame"

[18:30-21:00] Cérémonie d'accueil des nouveaux résidents de la Maison des Journalistes
Location:
Hôtel de Ville de Paris
5, rue Lobau
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 76 40 40
Internet Site : www.paris.fr
Description:
Cérémonie d'accueil des nouveaux résidents de la Maison des Journalistes

[18:30-21:00] Exposition "Égypte à travers les caricatures 1970-2010"
Location:
Centre Culturel Egyptien
Centre Culturel d'Egypte à Paris
111, boulevard Saint-Michel
75005 Paris
M° RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 46 33 75 67
Fax : +33 (0)1 43 26 18 83
Mail : centre@culture-egypte.com
Internet Site : www.culture-egypte.com
Description:
Dans le cadre de l'Année France -Egypte 2019,

Le Bureau Culturel Égyptien à Paris BCEP
Le Centre d'Études et de Documentation Économiques, Juridiques et Sociales CEDEJ

Ont le plaisir de vous convier à

L'exposition l'Égypte à travers les caricatures 1970-2010
Le lancement du site WEB des ressources du BCEP et du CCEP
La conférence de Dr. Hesham Azmi
"Egypt's Cultural Memory: Challenges of the Digital Age"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Paule Deville - Des couleurs et des mots"
Location:
Espace Giner
110, avenue Victor Hugo
92170 Vanves
M° Malakoff - Plateau de Vanves
France
Phone : +33 (0)1 45 29 97 50
Mail : lephare@ville-vanves.fr
Description:
Dans le cadre de l'événement "le Phare expose les artistes Vanvéens", les oeuvres de Paule Deville seront affichées du 5 février au 8 mars 2019 à l'espace Giner sur le thème "Des couleurs et des mots".

VERNISSAGE MARDI 5 FÉVRIER | 18H30

Paule Deville naît en 1945 à Metz, quatrième d'une fratrie de huit enfants. Elle fait des études d'histoire et de littérature française. Après l'allemand et le russe étudiés pendant ses études secondaires, elle débute la pratique du mandarin lors d'un long séjour en Chine, langue qu'elle approfondit encore à son retour en France. Grande voyageuse, elle séjourne sur le continent africain (Congo), en République Populaire de Chine, en URSS, en Hongrie. A son retour, elle s'installe à Vanves et y demeure définitivement.

En 2001, elle ouvre une nouvelle page de sa vie en se consacrant à la création artistique, avec des oeuvres en volume, territoires miniatures faits d'éléments naturels peuplés d'étranges chimères mi animales, mi humaines. Elle mène aussi un gigantesque travail de découpe extraordinairement minutieux, de lamelles provenant d'emballages de paquets de cigarettes, mais aussi de manuels scientifiques, dont elle compose des collages.

Plusieurs expositions ont permis de voir son travail, à Paris (EHESS, lieu culturel « Les 26 chaises », Congrès de Tabacologie, etc...) Il est d'une force qui nous saisit et d'une beauté qui nous émerveille. Les collages, les volumes qu'elle nomme ses « Lopins de Mer », ainsi que les « Cohortes » (installations) et des textes indépendants des collages, constituent le corpus de cette oeuvre, réalisée entre 2001 et 2017, un an avant sa mort. Un choix de ces collages, pleins d'énergie de par la vivacité des couleurs et la variété des formes, ainsi qu'une projection des photographies de quelques volumes sont donnés à voir pour la première fois au public vanvéen.

Contact : ch.deville@orange.fr ou 06 87 38 60 22

Vernissage de l'exposition "Paule Deville - Des couleurs et des mots"

[18:30-22:00] Vernissage de la 15ème édition de Miniartextil 2019 "Humans"
Location:
Le Beffroi
Le Beffroi Montrouge
2, place Emile Cresp
92120 Montrouge
M° Porte d'Orléans
France
Phone : +33 (0)1 40 92 62 30
Internet Site : www.ville-montrouge.fr/414-le-beffroi.htm
Description:
Vernissage de la 15ème édition de Miniartextil 2019 "Humans"

Salle Nicole Ginoux

Du 6 février 2019 au 24 février 2019

Le Beffroi de Montrouge accueille la 15ème édition de Miniartextil du 6 au 24 février 2019 : des oeuvres d'art textile y sont présentées, de tout type et venues du monde entier, autour du thème "Humans".

Du tricot à la dentelle en passant par la couture, les pratiques textiles sont larges de possibilités, régulièrement exploitées par les artistes contemporains. Remis en valeur dans les années 70 par les artistes femmes comme matériau de l'émancipation, l'art textile est aujourd'hui particulièrement fascinant. Évidemment, il est très politique, puisqu'il se travaille en lien étroit avec le corps, avec l'âme, avec le patrimoine, et peut-être, surtout, avec le matrimoine.

Chaque année, le rendez-vous artistique Miniartextil au Beffroi de Montrouge donne l'occasion aux Franciliens de découvrir une sélection d'artistes, tous fort différents mais réunis dans leur intérêt pour le textile. Pour cette édition 2019, une soixantaine d'objets sont présentés, certains petits (mesurant 20x20x20 cm minimum), d'autres gigantesques.

Le thème adopté est "Humans", merveilleuse proposition qui explore les possibilités et les limites de l'art textile, et, surtout, qui met en valeur l'engagement des artistes dans une pratique singulière.

On retrouvera, entre autres, les artistes Chiaki Dosho, Céu Escudeiro, Minnamarina Tammi, Alberto Borellini, Lucia Grazia Coviello, Gerda Ritzmann et Patricia Ramsay. Tous portent un discours fort, qui montre à qui l'ignorerait que l'art textile, car il naît de savoir artisanaux ancestraux et se voit constamment renouvelé, n'a jamais été plus intéressant.

On y court !

Vernissage de la 15ème édition de Miniartextil 2019 "Humans"

[18:30-22:00] Webikeo Awards 2019
Location:
Shangri-La Hotel
10, avenue d'Iéna
75116 Paris
M° Iéna
France
Phone : +33 (0)1 53 67 19 98
Fax : +33 (0)1 53 67 19 19
Mail : slpr@shangri-la.com
Internet Site : www.shangri-la.com/fr/property/paris/shangrila
Description:
L'ÉVÉNEMENT QUI RÉCOMPENSE LES MEILLEURES STRATÉGIES DE WEBINAR MARKETING.

Les « Awards » distinguent les clients Webikeo ayant démontré par leur réussite, des performances exceptionnelles. Cet événement est l'occasion de découvrir les meilleures pratiques du webinar lors d'une grande soirée privée.

Afin d'honorer cette 3ème édition nous vous donnons rendez-vous le mardi 5 février en plein coeur de Paris à l'hôtel Shangri-La pour une soirée d'exception.

Nos clients seront mis à l'honneur et nous profiterons de ce moment pour récompenser les meilleures stratégie de Webinar Marketing !

Les nominés sont évalués sur une variété de critères, cette année tous les votes sont effectués en amont par nos membres et nos experts Webikeo.

Ce rendez-vous est l'occasion de créer de nouveaux partenariats, de nouveaux élans et de nouvelles rencontres !

>> RSVP

27 NOMINÉS & 6 CATÉGORIES

De 18h30 à 20h00

EN PREMIÈRE PARTIE DE SOIRÉE
C'est au Salon Roland Bonaparte, dans l'un des plus prestigieux hôtel parisien que l'équipe Webikeo vous accueillera dès 18h30 avec son cocktail de bienvenue. Pour introduire cet événement, Pierre-Henri TATARANNO prendra la parole et vous dévoilera les nouveaux horizons Webikeo pour 2019.

Dès 19h15, vous assisterez à notre célèbre « Remise des Awards », l'occasion de récompenser nos clients et de revenir sur les meilleures pratiques du webinar.

De 20h00 à 22h00

EN DEUXIÈME PARTIE DE SOIRÉE
Le temps d'une soirée exceptionnelle, revivez les fastes des réceptions organisées par le Prince Roland Bonaparte. Nous vous invitons à poursuivre la soirée, autour du cocktail dînatoire qui vous sera proposé par le Chef Christophe Moret. Un moment privilégié dans un lieu élégant, où nous pourrons échanger ensemble autour d'une coupe de champagne.



[19:00-22:00] 26ème édition des Trophées du Film Français
Location:
Palais Brongniart
Palais de la Bourse des Valeurs de Paris
28, Place de la Bourse
75002 Paris
M° Bourse
France
Phone : +33 (0)1 83 92 30 20
Fax : +33 (0)1 49 27 55 20
Mail : palais.brongniart@gl-events.com
Internet Site : www.palaisbrongniart.com
Description:
Après Diane Kruger l'an passé, Le film français décernera un Trophée d'honneur à Alain Chabat, Dominique Farrugia et Chantal Lauby lors de la 26e édition des Trophées du Film français, qui se déroulera le 5 février au Palais Brongniart.

[19:00-21:00] Conférence "Henri IV, roi de coeur"
Location:
Mairie du 1er arrondissement
4, place du Louvre
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli
France
Phone : +33 (0)1 44 50 75 01
Internet Site : mairie1.paris.fr
Description:
Conférence "Henri IV, roi de coeur"

[19:00-22:00] Cérémonie de remise des Talents du Luxe et de la Création 2019
Location:
InterContinental Le Grand Hôtel de Paris
2, rue Scribe
3, rue Auber
75009 Paris
M° Opéra, RER A Auber
France
Phone : +33 (0)1 40 07 32 32
Description:
Cérémonie de remise des Talents du Luxe et de la Création 2019

[19:00-22:00] Inauguration du 44ème Salon Rétromobile 2019
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.viparis.com/viparisFront/do/centre/paris-expo-porte-de-versailles/Accueil
Description:
Du mercredi 6 au dimanche 10 février 2019

Horaires :
mercredi et vendredi de 10h à 22h
jeudi, samedi et dimanche de 10h à 19h

Tarifs :
Pré-vente : 19€
Sur place : 22€
Gratuit pour les moins de 12 ans

Avant-première presse le mardi 5 février de 19h à 22h

Vous pouvez dès à présent demander votre accréditation via le lien suivant :
https://badge.retromobile.fr/accueil.htm

Avant-première presse du salon Rétromobile

[19:00-21:00] Soirée Alexandra David-Neel, une cantatrice exploratrice
Location:
Reid Hall
Columbia University's Campus in Paris
4, rue de Chevreuse
75006 Paris
M° Vavin, RER B Port-Royal
France
Phone : +33 (0)1 43 20 33 07
Fax : +33 (0)1 43 20 52 96
Mail : paris.cgc@columbia.edu
Internet Site : www.reidhall.com
Description:
Soirée Alexandra David-Neel, une cantatrice exploratrice

Avec Jeanne Mascolo de Filippis et Samuel Thévoz animée par Marie Magdeleine Lessana

Alexandra David-Neel fut une femme exceptionnelle à plus d'un titre. On la connait comme une aventurière pionnière, orientaliste et exploratrice certainement la plus importante du xxe siècle, mais on sait moins qu'elle fut également cantatrice, journaliste, féministe engagée, et bouddhiste.

Deux ouvrages viennent de paraître qui mettent en lumière la jeunesse ainsi que des traits moins connus de la personnalité de celle que l'on surnomma « la femme aux semelles de vent ».

Le premier est la dernière biographie de l'exploratrice renfermant des textes et des images inédites, et le second un manuscrit d'un roman jusqu'à aujourd'hui inédit, publié sous la direction du chercheur Samuel Thévoz.


Programme :

19H Projection du film « Alexandra David-Neel, du Sikkim au Tibet Interdit », de Jeanne Mascolo de Filippis et Antoine de Maximy, primé dans de nombreux festivals internationaux.

20h Rencontre avec Jeanne Mascolo et Samuel Thévoz autour de la parution de leur deux ouvrages.

21h dédicace

Soirée Alexandra David-Neel, une cantatrice exploratrice

[19:00-20:00] Soirée Trump / Bérengère Viennot et Thomas Snégaroff
Location:
RueVisconti
Maison d'Edition et de Production d'Art
17-19, rue Visconti
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 56 81 13 45
Mail : contact@ruevisconti-editions.com
Internet Site : www.ruevisconti-editions.com
Description:
exceptionnellement rue Visconti

Soirée Trump / Bérengère Viennot et Thomas Snégaroff

[19:00-21:00] Vernissage d'Alice Derieux "Lewis et Vincent"
Location:
Forum des Halles
Centre commercial Forum des Halles
101, Porte Berger
1-7, rue Pierre Lescot
CIDEX 274
75045 Paris Cedex 01
M° Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 76 96 56
Fax : +33 (0)1 44 76 96 50
Mail : ForumdesHalles.Webmaster@unibail.fr
Internet Site : www.forum-des-halles.com
Description:
centre Paris Anim' Les Halles le marais

Lewis (Carroll) et Vincent (van Gogh) : Les influences dans la création.

jusqu'au 23 Février

Vernissage d'Alice Derieux "Lewis et Vincent"

[19:00-21:00] Vernissage de Bruce Weber "Nice girls don't stay for breakfast"
Location:
Boutiques Agnès B. Homme & Femme
3 & 6, rue du Jour
75001 Paris
M° Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 45 08 56 56
Fax : +33 (0)1 40 39 03 87
Internet Site : europe.agnesb.com/fr/boutiques/boutique/34
Description:
'Nice girls don't stay for breakfast' : exposition de photographies de Robert Mitchum par Bruce Weber

05.02 > 02.03.2019

Vernissage et signature par Bruce Weber le mardi 5 février, à partir de 19h

Vernissage de Bruce Weber "Nice girls don't stay for breakfast"

[19:00-21:00] Vernissage de Guillaume Amat, lauréat du prix "Un Photographe Pour Eurazeo"
Location:
Hôtel de l'Industrie
Société d'Encouragement pour l'Industrie Nationale
4, place Saint-Germain-des-Prés
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 44 39 20 50
Mail : hoteldelindustrie@industrienationale.fr
Internet Site : www.industrienationale.fr
Description:
Guillaume Amat, lauréat de la 9ème édition du concours « Un Photographe pour Eurazeo »

Du 6 au 15 février de 13h à 19h

[19:00-20:30] Vernissage de l'exposition "La Photo en Partage"
Location:
Maison des Associations du 10ème arrondissement
Maison de la Vie Associative et Citoyenne du 10ème
206, quai de Valmy
75010 Paris
France
Phone : +33 (0)1 40 38 80 70
Mail : maison.asso.10@paris.fr
Description:
Ambra Tonini, jeune photographe italienne, a monté un atelier photo pédagogique avec les personnes en situation de précarité ou handicapées suivies et accompagnées par quatre associations ou structures sociales du collectif Quartier Partagé (Français Langue d'Accueil, la Maison Camara, « Aux Captifs, la Libération », la MAS des deux marronniers).
Ils ont ensuite parcouru ensemble le 10ème arrondissement. Conseillés par Ambra, ils ont choisi eux-mêmes leurs thèmes et réalisés leurs photos.
Les photos seront exposées jusqu'au 22 février aux heures d'ouverture de la MVAC (fermée le lundi et le dimanche, le jeudi matin et le samedi après-midi)
Entrée libre et gratuite

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Vasarely - Le partage des formes"
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
Galerie 2 - Centre Pompidou, Paris

6 février 2019 - 6 mai 2019
de 11h à 21h

Découvrez la première grande rétrospective française consacrée à Victor Vasarely, le père de l'art optique.

Un parcours à la fois chronologique et thématique vous emmène parmi toutes les facettes de son œuvre foisonnant, depuis sa formation dans les traces du Bauhaus jusqu'aux dernières innovations formelles : peintures, sculptures, multiples, intégrations architecturales, publicités, études...

Au travers de trois cents œuvres, objets et documents, explorez le « continent Vasarely » et la manière dont il a marqué la culture populaire de l'époque, s'inscrivant pleinement dans le contexte scientifique, économique et social des années 1960-1970, et soulignant la place cardinale de l'artiste dans l'imaginaire des Trente Glorieuses.

Commissaire : Mnam/Cci, M. Gauthier, A. Pierre

Présentation par les commissaires de l'exposition

Si le nom de Vasarely évoque des images colorées jouant de l'illusion optique, toute l'envergure et la logique de son œuvre restent mal connues plus de vingt ans après sa disparition. La dernière grande exposition parisienne consacrée à l'artiste remonte à 1963, au Musée des arts décoratifs. La rétrospective que vous invite à découvrir aujourd'hui le Centre Pompidou aborde l'œuvre sous l'ensemble de ses facettes, plutôt que de ne privilégier que les aspects qui seraient conformes à l'idée communément reçue du Grand Art. Au travers d'un ensemble exceptionnel de près de quatre-vingts peintures, d'une intégration architecturale et d'une sélection très large de multiples, découvrez au fil de cette rétrospective une œuvre qui s'est hissée, avec la DS ou les fauteuils de Pierre Paulin, au niveau des grandes mythologies techniques et culturelles de son temps.

Avec cette exposition, il s'agit de révéler le « logiciel » de Vasarely. Celui-ci possède une double dimension. En héritier des avant-gardes historiques de la première moitié du 20e siècle et tout particulièrement du Bauhaus, Victor Vasarely s'est lancé dans une entreprise radicale de sécularisation de l'art. En d'autres termes, il s'est attaché à définir des modes de conception et de production permettant une large diffusion sociale de l'art. Parallèlement, et c'est l'autre grande dimension de son œuvre, Vasarely a mis au point des formes qui sollicitent l'œil bien plus que ne le fait généralement la peinture abstraite : c'est à ce titre qu'il reste dans l'histoire comme l'inventeur de l'art optico-cinétique. L'exposition vous invite à découvrir chacune de ces deux dimensions et la manière dont elles s'articulent l'une à l'autre.

Vasarely se forme à Budapest au contact des avant-gardes historiques. Son maître, Sandor Bortnyik, est l'une des figures majeures du modernisme hongrois. La première section de l'exposition révèle un Vasarely adaptant le langage du modernisme à la communication commerciale et mettant en place, dès les années 1930, dans ses travaux publicitaires et dans différentes études, les fondements de l'œuvre à venir. La série des Zèbres annonce ainsi de façon frappante les formes optico-cinétiques qui naîtront deux décennies plus tard.

Une vingtaine de peintures, dont certaines appartenant à des collections privées n'ont jamais été exposées depuis plus d'un demi-siècle, viennent ensuite témoigner de la singularité de l'abstraction qu'invente Vasarely à la fin des années 1940. C'est une abstraction qui procède de l'observation du réel, de la nature et de l'architecture. L'accent est tout particulièrement mis, avec une dizaine de peintures, sur la série Gordes-Cristal. En 1948, l'artiste se rend pour la première fois à Gordes et, sous le soleil de la Provence, il fait une découverte capitale dans le développement de son œuvre : la géométrie angulaire du site et les puissants contrastes d'ombre et de lumière qui engendrent des jeux optiques et déstabilisent la vision. Le cristal, avec ses effets complexes de reflet, de transparence et de confusion des plans, devient un modèle pour son abstraction. L'instabilité de ces formes cristallines, les premières réflexions sur un vocabulaire plastique élémentaire et le désir de mettre en mouvement les formes inertes de l'abstraction se combinent pour préparer la formidable révolution esthétique que sera la naissance de l'art optico-cinétique au milieu des années 1950 - ce qu'on appellera dans la décennie suivante l'op art. Réduisant son langage au noir et blanc, Vasarely définit alors un vocabulaire qui emporte le regard dans le monde énergétique des ondes et des particules. L'exposition réunit ici quelques tableaux de premier plan qui vibrent ou clignotent. Avec eux, une forme sitôt saisie par le regard se transforme en une autre sans jamais se stabiliser.

À l'orée des années 1960, Vasarely ouvre le chantier de ce qu'il appelle l'« alphabet plastique », constitué d'un lexique de six formes géométriques simples incrustées dans des carrés de couleur pure, les « unités plastiques ». Retrouvant l'un des rêves fondateurs de l'abstraction, il ambitionne de créer un langage visuel à portée universelle et offre ainsi à la société mondialisée les moyens d'engendrer un nouveau « folklore planétaire ». C'est un nombre presque infini de combinaisons que le jeu des formes et des couleurs autorise, susceptibles de multiples applications. Vasarely s'en assure la maîtrise par des méthodes de permutation et de programmation qui reflètent son intérêt pour la cybernétique et donnent à ses tableaux un aspect digitalisé avant l'heure. Dans la seconde moitié des années 1960, les teintes pures de l'« alphabet plastique » s'enrichissent de valeurs intermédiaires qui introduisent dans la mosaïque des tableaux des dégradés et des clairs-obscurs dont dépendent certaines des œuvres iconiques de l'artiste.

Poursuivant l'idéal d'une socialisation de l'art qui fut celui des avant-gardes dont il est l'héritier et témoignant d'une intelligence proprement warholienne des médias, Vasarely s'engage à la fin des années 1960 dans la diffusion à grande échelle de ses formes et rencontre, le fait n'est pas si fréquent, l'adhésion de la culture populaire. La sécularisation de l'œuvre d'art emprunte différentes voies. Tout d'abord celle du multiple (et notamment du poster à grand tirage), et aussi celle des arts appliqués. De cette façon, l'artiste trouve le moyen d'assurer l'existence de son œuvre au-delà du cadre institutionnel de l'art. L'exposition, c'est l'une de ses caractéristiques, souligne l'étonnante fortune que connaît l'œuvre dans la société des Trente Glorieuses à partir des années 1965 et pendant la décennie suivante : on trouve du Vasarely dans les journaux de mode, sur les couvertures de livres et de magazines, les pochettes de disques (comme Space Oddity de David Bowie), sur les plateaux de télévision ou encore dans les films (d'Erotissimo à Peur sur la ville). La culture populaire visuelle de l'époque s'est véritablement approprié la forme vasarélienne.

L'ambition d'un art social, séculier, qui accompagne le développement de l'« unité plastique » trouve son débouché logique dans la réalisation d'intégrations architecturales. Dès 1954, le chantier de la Cité universitaire de Caracas offre à Vasarely sa première occasion de concrétiser ses idées sur l'intégration de l'art à l'architecture, aux côtés de Jean Arp, Alexander Calder ou Fernand Léger. Le début des années 1970 va voir l'artiste réaliser certaines de ses plus fameuses intégrations : dans le nouveau bâtiment de la gare Montparnasse ou sur la façade de l'immeuble de la station de radio RTL, à Paris ; ou encore dans la salle à manger d'honneur de la Deutsche Bundesbank à Francfort, remontée dans l'exposition du Centre Pompidou. Des diaporamas, dont l'un consacré à l'étonnant Centre architectonique d'Aix-en-Provence, inauguré en 1976, présentent ces intégrations. Vasarely en était venu à penser que l'architecture était le niveau où ses formes pouvaient se partager avec le plus d'efficacité.

Des rêveries cosmiques, entre science et fiction, sont l'objet des effervescences formelles du dernier Vasarely. C'est un cosmos irradiant, multidimensionnel et respirant qui inspire les grandes séries qui voient le jour dans les années 1960 et 1970. Leurs titres en témoignent, qui font référence aux « signaux des mondes », aux « métagalaxies », au « bruit des quasars » et au « battement des pulsars ». En 1982, un ensemble de cinq sérigraphies de l'artiste est même emporté par le spationaute français Jean-Loup Chrétien à bord de la station spatiale orbitale soviétique Saliout 7, donnant à l'œuvre vasarélienne le cadre intersidéral dont elle rêvait. Une ultime façon de relier les deux grands axes de son œuvre : la positivité de la science dont la conquête spatiale est l'une des expressions les plus exemplaires ; le goût pour les distorsions, les excentricités géométriques et optiques, abondantes dans l'univers de la science-fiction.

In Code couleur n°33, janvier-avril 2019, p. 10-15

Vernissage de l'exposition "Vasarely - Le partage des formes"
Victor Vasarely, « Arny (Ombre) » (détail), 1967-1968

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "SPHERES"
Location:
Galerie Cinema - Anne-Dominique Toussaint
26, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 40 27 09 22
Mail : contact@galeriecinema.com
Internet Site : www.galerie-cinema.com
Description:
du 6 février au 30 mars
Prolongation jusqu'au 6 avril

avec Caroline Corbasson, Mounir Ayache, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige, Jean-Pierre Haigneré, Charlotte Le Bon, Patrick Tosani

La Galerie Cinema inaugure son nouvel espace dédié à la réalité virtuelle avec « SPHERES », Grand Prix de la meilleure œuvre en Réalité Virtuelle lors de l'édition 2018 du Venice VR Festival, section de la 75e Mostra de Venise.

Cette expérience immersive dans le cosmos sera présentée pour la première fois en France à la Galerie Cinema. À cette occasion Anne-Dominique Toussaint présente une exposition collective consacrée à l'exploration spatiale à partir du 6 février 2019.

En collaboration avec Diversion Cinema
En partenariat avec Orange

Des artistes issus de toutes disciplines questionnent tour à tour les limites de notre monde et appréhendent l'espace comme source de création artistique.

Au fil de l'exposition se découvrent l'astronaute Jean-Pierre Haigneré et ses photographies réalisées depuis le hublot de la station MIR en 1999, l'artiste Caroline Corbasson « passionnée de particules nes »*, Charlotte Le Bon et son imaginaire cosmique, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, cinéastes et artistes lauréats du Prix Marcel Duchamp 2017, racontent le rêve de conquête spatiale qui a animé le Liban au début des années 1960, Patrick Tosani photographe-plasticien de l'espace ou encore Mounir Ayache et son étonnante installation entre simulateur de vol et objet de science- fiction.

SPHERES, une expérience immersive et un group show à la Galerie Cinema Anne-Dominique Toussaint à partir du 6 février 2019.

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition photo "PARIS QUI BOUGE"
Location:
Maison des Associations du 11ème arrondissement
8, rue du Général Renault
75011 Paris
M° Saint-Ambroise, Rue Saint-Maur, Père Lachaise
France
Phone : +33 (0)1 55 28 35 90
Fax : +33 (0)1 53 27 13 70
Mail : maison.asso.11@paris.fr
Internet Site : www.mairie11.paris.fr
Description:
par le Club IMAGE PHOTO, PARIS 11ème

DU 5 FEVRIER AU 30 MARS 2019
VERNISSAGE le 5 FÉVRIER 19H

Photos prises lors de sorties à Montmartre à l'occasion de la Fête des Vendanges et au CENTQUATRE, centre culturel rue Curial Paris 19ème, dont nous remercions les responsables pour l'accueil qui nous a été réservé.

Après le vernissage, il sera préférable de téléphoner avant de venir, car les photos sont installées dans des salles qui sont susceptibles d'être occupées par des réunions. Maison des Associations de Paris 11ème : 0155283590
Le club a également travaillé sur le thème "TROIS", l'exposition visible en sous-sol.

L'activité du club s'organise autour de sorties photographiques dans Paris (et parfois en province, sur la journée) sur des thématiques proposées par ses membres. Une soirée mensuelle est consacrée à l'analyse des images dans les locaux de la Maison des Associations de Paris 11ème.

Vernissage de l'exposition photo "PARIS QUI BOUGE"

[19:00-23:00] YSL Beauty Club
Location:
La Villa
37, avenue de Friedland
75008 Paris
M° Charles de Gaulle - Etoile, George V
France
Phone : +33 (0)1 82 28 75 08
Mail : restaurantlavilla@gmail.com
Internet Site : www.lavillaparis.com
Description:
au Boum Boum

Direction le 8ème arrondissement, où Yves Saint Laurent Beauté a installé son Beauty Club, à quelques pavés de l'Arc de Triomphe au sein du club parisien le Boum Boum. Le temps d'une soirée, le club se métamorphose en temple de la beauté, faisant hommage aux effluves magnétiques du nouveau parfum Black Opium Intense et au cœur inattendu du rouge à lèvres Volupté Plump-in-Colour.

Poussez les portes du Boum Boum Club, entrez dans la nuit et laissez-vous porter par un halo bleu enveloppant, un parfum aux effluves enivrantes d'absinthe, et dansez le temps d'une soirée survoltée... C'est la promesse du Beauty Club, qui prend ses quartiers dans le 8ème arrondissement, afin de célébrer les nouveautés de la maison française comme le nouveau parfum Black Opium Intense et son essence revisitée à coups de notes d'absolu de fleur d'oranger et de réglisse, ou encore le nouveau rouge à lèvres Volupté Plump-in-Colour au cœur noir enrichi en huile de menthe pour une sensation lèvres repulpées. Pour faire pulser cette soirée inédite qui fait la part belle aux indispensables revisités de Yves Saint Laurent Beauté, Kristina Bazan donnera un concert privé et enflammera la scène du Beauty Club. L'occasion unique de se plonger dans l'univers de la maison française, le tout de manière ultra-privilégiée.

YSL Beauty Club

[19:30-22:30] Art et Intelligence Artificielle
Location:
Schoolab
21, rue de Cléry
75002 Paris
M° Sentier
France
Mail : info@theschoolab.com
Internet Site : www.theschoolab.com
Description:
Art et Intelligence Artificielle / Table Ronde avec Robbie Barrat, Ronan Barrot, Céline Degoulet, Albertine Meunier et Etienne Gatti

L'intelligence artificielle fascine par les possibilités qu'elle offre tout en inquiétant par le modèle de société que ses développements dessinent : celui d'un asservissement au monde économique. Alors succomber à l'injonction technique et lui livrer l'Art bastion de liberté ?!

Et si par une intention toute différente, l'intelligence artificielle en art n'offrait pas plutôt une alternative tant à ce modèle qu'au rôle de ces machines dans la construction de l'humanité ?

En préambule de l'exposition Infinite Skulls à l'Avant Galerie produit du dialogue entre deux artistes l'un peintre - Ronan Barrot - l'autre chercheur en intelligence artificielle - Robbie Barrat - se tiendra une table ronde le 5 février à 19h30 à Schoolab en compagnie des artistes, d'Albertine Meunier et d'Etienne Gatti critique d'art et collectionneur.

Après une présentation du fonctionnement des réseaux adverses génératifs (en anglais generative adversarial networks ou GANs) et l'explicitation de comment l'intelligence artificielle peut être créative, les participants de la table ronde discuteront avec le public de comment ces réseaux perturbent et enrichissent notre définition de l'art en abordant les questions très contemporaines de rapport à l'image, d'authenticité et d'intentionnalité.


en présence de :

Robbie BARRAT est un artiste chercheur en intelligence artificielle.
Concepteur de GANs (generative adversarial networks) qu'il met au service de sa démarche artistique. Robbie articule son travail autour de la manipulation de réseaux de neurones afin d' interpréter les données et de générer des images surprenantes.

Ronan BARROT est un peintre français.
Ronan Barrot a étudié à l'École nationale des beaux-arts de Paris et a régulièrement exposé en France et à l'étranger dans des galeries et des musées. Il est représenté à Paris par la galerie Claude Bernard. Le travail de Barrot se nourrit de la peinture de Gustave Courbet, Paul Cézanne, Georg Baselitz et bien d'autres.

Céline DEGOULET est avocate au barreau de Paris depuis 1998. Elle est spécialisée dans la protection et la défense des droits de propriété intellectuelle. Ses clients, artistes, créateurs de mode, poètes, parfumeurs, designers font également appel à elle pour la négociation de leurs contrats et l'accompagnement de leurs projets.

Albertine MEUNIER est une artiste numérique.
Elle pratique l'art dit numérique depuis 1998 et utilise Internet comme matériau de création. Elle explore l'essence d'une poésie, d'une esthétique du numérique et des réseaux. Ces travaux questionnent, autant de manière critique que ludique, les grands acteurs de l'internet tel que Google, Twitter ou Facebook. Elle est DataDada et cela se voit!

Etienne GATTI est un critique d'art et collectionneur.
Membre du collège critique du Salon de Montrouge de 2009 à 2013, il a collaboré à plusieurs reprises aux revues Particules, Mouvement et The Art Newspaper International Edition. En parallèle de ses activités dans le domaine de l'art, Etienne travaille dans le secteur de l'innovation et des startups.

[19:30-21:00] Vernissage de Nadeshda Kreya "Verwirbelungen / Tourbillons"
Location:
Maison Heinrich Heine
Fondation pour l'Allemagne
27 C, boulevard Jourdan
Cité Internationale Universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 44 16 13 00
Fax : +33 (0)1 44 16 13 01
Mail : info@maison-heinrich-heine.org
Internet Site : www.maison-heinrich-heine.org
Description:
Pour sa deuxième exposition à la Maison Heinrich Heine, Nadeshda Kreya montre des travaux des séries Arbres et Eau. À la fois spectaculaires et mystiques, les paysages et éléments naturels qui ont inspiré ces œuvres proviennent des souvenirs et des rêves de l'artiste. Inspirée du Parc du Tiergarten à Berlin, la série Arbres s'intéresse aux formes et aux ramifications des arbres pris individuellement mais aussi en groupe ; la série Eau déploie une variété de motifs : mer déchaînée, naufrages, paysages rhénans, sirènes se fondant dans le paysage.

exposition du 6 février 2018 au 17 mars 2019, 10h - 20h, Salle Alfred Grosser

Vernissage de Nadeshda Kreya "Verwirbelungen / Tourbillons"




[20:00-23:00] Dîner annuel du Conseil de Coordination des organisations Arméniennes
Location:
Hôtel du Collectionneur
51-57, rue de Courcelles
75008 Paris
M° Courcelles, George V, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 58 36 67 00
Fax : +33 (0)1 58 36 67 77
Mail : contact@thegatecollection.com
Internet Site : www.hotelducollectionneur.com
Description:
Dîner annuel du Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France (CCAF)

en présence d'Emmanuel Macron

[20:00-23:55] Vernissage de Samy The Kay
Location:
La Mécanique Ondulatoire
8, passage Thiéré
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 43 55 16 74
Mail : lamecanique@gmail.com
Internet Site : www.mecanique-ondulatoire.com
Description:
- Vernissage Exposition
- DJ Set Action Alien

http://samythekay.tumblr.com

Vernissage de Samy The Kay







[23:00-23:55] Linder Menswear Presentation
Location:
New York
New York
10007 New York
Etats-Unis
Internet Site : www.nyc.gov
Description:
Salmagundi Club
47 5th Ave, New York, NY 10003

Linder Menswear Presentation

[23:00-23:55] Vernissage de l'exposition "What Wind"
Location:
New York
New York
10007 New York
Etats-Unis
Internet Site : www.nyc.gov
Description:
Ceysson & Bénétière
956 Madison Avenue 10021 New York

vernissage le 5 février 2019, à partir de 18h
jusqu'au 3 mars 2019

Artistes de l'exposition :
Josh Brand
Freddie Brice
Lander Burton
Denis Castellas
Jamie Chan
Farnoosh Fathi
Dana Frankfort
Jaya Howey
Alex Kwartler
Zachary Leener
Quintessa Matranga
Eric Palgon
Amelia Saddington
Patricia Treib

commissaire d'exposition : Eric Palgon

Ceysson & Bénétière est heureuse de présenter What Wind, une exhibition organisée par Eric Palgon, avec des œuvres de Josh Brand, Freddie Brice, Lander Burton, Denis Castellas, Jamie Chan, Farnoosh Fathi, Dana Frankfort, Jaya Howey, Alex Kwartler, Zachary Leener, Quintessa Matranga, Eric Palgon, Amelia Saddington, et Patricia Treib.

Q: Qu'elle est la thème de cette exposition ?
A: Ce n'est pas votre affaire.
Q: Haut les cœurs!
A: ... Ok: Il s'agit d'un groupe d'artistes peintres avec une technique et une langue unique dont les images, les couleurs et les gestes sont expressives et personnelles.
Q: Couldn't we argue that drier, less hand-in-the-dirt work is also personal and expressive ?
A: Oui.
Q: Qu'est ce que tu aime de ce groupe d'artistes ?
A: Ils méritent qu'on parle d'eux, parce qu'ils font bien les choses. Ils ont un amour que je peut comprendre. Ils sont inventifs et créatifs. J'aime voir leur souffle. Il y a du beauté et de la mystère.
Q: Direz-vous que les œuvres sont intérieures ?
A: Je dirais qu'il y a un type de centralisation existentielle.
Q: Quel type de vend ?
A: Le vend et spécial. Ça bouge votre corps.

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés