Tuesday, March 5, 2019
Public Access


Category:
Category: All

05
March 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
25 26 27 28 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

  Exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Location:
Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts
ENSBA
14, rue Bonaparte
13, quai Malaquais
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 47 03 50 00
Fax : +33 (0)1 47 03 50 80
Mail : info@ensba.fr
Internet Site : www.ensba.fr
Description:
au Cabinet des dessins Jean Bonna

Léonard de Vinci et la Renaissance italienne
Dessins de la collection des Beaux-Arts de Paris

Du 25 janvier au 19 avril 2019
tous les jours sauf le lundi de 13h à 18h
Vernissage le jeudi 24 janvier à 18h

entrée libre

Commissariat : Emmanuelle Brugerolles

Les Beaux-Arts de Paris rendent hommage à Léonard de Vinci et ses contemporains, en exposant trente dessins de maîtres de la Renaissance italienne, témoignant des pratiques d'atelier de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle.

À cette occasion, les Beaux-Arts de Paris présentent pour la première fois un ensemble de chefs-d'oeuvre in situ, dont quatre dessins de Léonard de Vinci reçus en don en 1883 et 1908, ainsi que des dessins de peintres prestigieux, contemporains du maître : Raphaël avec trois dessins exécutés avant son départ pour Rome, en particulier une étude pour une Madone à l'Enfant et des études de draperie et de profil d'homme, mais aussi Benozzo Gozzoli et Filippino Lippi dont les feuilles séduisent par leur technique à la pointe de métal sur papier coloré, très prisée à Florence à cette époque.

Commissariat : Emmanuelle Brugerolles

La mort de Léonard de Vinci va être commémorée en 2019 par de nombreuses expositions et manifestations en France et à l'étranger. L'École des Beaux-Arts qui accueillit La Joconde en janvier 1914 après son vol au musée du Louvre, l'exposa pendant deux jours dans le vestibule du Palais du quai Malaquais. Un siècle après cet épisode mémorable, Léonard de Vinci est de retour sur les cimaises du Cabinet Jean Bonna.
Traitant de sujets variés, ses œuvres donnent un aperçu précieux du talent graphique de l'artiste et des nombreux domaines qu'il explora durant une carrière qui le mena de Florence à Milan, puis à Venise, avant de s'achever en France auprès de François Ier.

Cette exposition est l'occasion de dévoiler des trésors italiens jamais exposés qui ont fait l'objet de recherches récentes faisant le point sur leur attribution. Les trente dessins exposés offrent ainsi au visiteur un parcours passionnant sur la pratique du dessin d'atelier à la Renaissance : copies d'après les maîtres, exercices d'après le modèle vivant, répertoires de modèles dessinés, études préparatoires pour des compositions peintes ou sculptées.

Riche de plus de 60 000 dessins, la collection des Beaux-Arts compte 25 000 dessins de maîtres et constitue le deuxième fonds le plus important en France après le musée du Louvre. Il couvre une période large allant de la Renaissance à nos jours et est doté de feuilles exceptionnelles où se côtoient Léonard de Vinci, Raphaël, Rubens, Poussin ou Boucher.

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Léonard de Vinci
(Vinci, 1452 - Amboise, 1519)
Études de balistique
Plume et encre brune.
H. 0.200 ; L. 0.280 m
Inv. n° EBA 423

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Raffaello Sanzio ou Raphaël
(Urbino, 1483 -Rome, 1520)
"Etude pour une draperie et tête d'homme"

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Filippino Lippi
(Prato, 1457 - Florence, 1504)
"Deux figures drapées"

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Léonard de Vinci
(Vinci, 1452 - Amboise, 1519)
"Tête de vieillard en trois quarts"

Paris Fashion Week - Ready To Wear Fall/Winter 2019 collections
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Paris Fashion Week - collections Prêt-à-Porter Automne/Hiver 2019

du 25 février au 05 mars

08:00  
09:00 [09:00-18:00] Présentation Valentina Nessi
Location:
Hôtel Lancaster Paris Champs-Elysées
7, rue de Berri
75008 Paris
France
Phone : +33 (0)1 40 76 40 76
Fax : +33 (0)1 40 76 40 00
Mail : concierge@hotel-lancaster.fr
Internet Site : www.hotel-lancaster.com
Description:
du 1er au 5 mars de 9h à 18h

Présentation Valentina Nessi


[10:30-11:30] Défilé Chanel
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
Après New York, Londres et Milan, Paris prend à partir de lundi le relais des Fashion weeks avec en point d'orgue le premier défilé Chanel sans Karl Lagerfeld, dont il a été pendant 36 ans le directeur artistique. Les défilés Chanel, réputés pour des mises en scène grandioses, sont toujours très courus. Celui prévu le 5 mars, au dernier jour de la semaine du prêt-à-porter Automne-hiver 2019-2020, sera l'occasion de rendre hommage au dernier des géants de la haute couture.

Conformément aux souhaits du créateur star, trois jours après son décès à l'âge de 85 ans, une cérémonie d'incinération dans la plus stricte intimité a eu lieu vendredi au crématorium du Mont Valérien, en présence de la famille Wertheimer, de Bruno Pavlovsky, président de Chanel, de ses amis et collaborateurs.

En hommage à son génie, quatre de ses créations griffées Chloé ou Chanel qui évoquent notamment son goût pour le XVIIIe siècle, l'Art déco et Memphis dont il fut un fervent collectionneur, sont temporairement présentées dans les collections permanentes du Musée des Arts Décoratifs.

Le défilé du 5 mars marquera aussi l'arrivée en pleine lumière de Virginie Viard, bras droit de Karl Lagerfeld qui lui succède et dont elle a sublimé les idées pendant plus de 30 ans.

Karl Lagerfeld présentait Virginie Viard comme ses « bras droit et bras gauche à la fois ». Elle avait expliqué à l'AFP en 2015 être « complémentaire » avec le styliste : « Je le comprends bien, j'arrive à sublimer ce qu'il a envie de faire, j'ai compris où il voulait emmener Chanel ».

Le 22 janvier 2019, à l'issue du défilé haute couture auquel Karl Lagerfeld, « fatigué », n'avait pu se présenter, une première depuis ses débuts chez Chanel en 1983, c'était déjà elle qui était venue saluer le public.

Présentation visible sur :
https://www.chanel.com/fr_FR/mode/collection/automne-hiver-2019-20.html

en présence de Marion Cotillard, Claudia Schiffer, Monica Bellucci, Kristen Stewart, Naomi Campbell, Anna Mouglalis, Lara Stone, Cara Delevingne, Penélope Cruz, Clémence Poésy, Elisa Sednaoui, Ellie Bamber, Marine Vacth, Janelle Monáe

avec Kaia Gerber

Défilé Chanel

Défilé Chanel
Cara Delevingne

Défilé Chanel
Kaia Gerber

Défilé Chanel
Penélope Cruz

Défilé Chanel
Marion Cotillard

Défilé Chanel
Claudia Schiffer

Défilé Chanel
Monica Bellucci

Défilé Chanel
Kristen Stewart

Défilé Chanel
Clémence Poésy

Défilé Chanel
Ellie Bamber, Elisa Sednaoui et Marine Vacth



[11:00-17:00] Présentation presse : la mode rieuse de Mousqueton se dévoile
Location:
Maison de la Bretagne
8, rue de l'Arrivée
75015 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)1 53 63 11 50
Mail : maisondelabretagne@region-bretagne.fr
Internet Site : www.maisondelabretagne.fr
Description:
Mousqueton est né il y a 15 ans sous le signe de la joie de vivre ! La marque se présente enfin aux media

Depuis 2003 l'histoire de Mousqueton rime avec celle de Pascal et Frédérique.

Ils ont une solide expérience, lui cofondateur de la « success story » bretonne PPMC, elle responsable de production dans le prêt-à-porter de créateurs.

Ils sont amoureux de la Bretagne, de ses bords de mer et ses paysages qu'ils parcourent, l'un à vélo sur les rives du Blavet, l'une en kayak dans le Golfe du Morbihan, et ensemble sur « le Forban » le vieux gréement au Bono.
Ils ont envie de créer des vêtements d'esprit marin, bien confortables pour vivre plein d'aventures et très colorés pour renouveler l'image de la mode marine.

https://www.mousqueton.eu

Contact Presse - Agence Ferdinand : Gwen Le Gac - 06 34 25 38 25

Mousqueton est né, sous le signe de la joie de vivre !

Peu à peu les 2 associés ont fédéré autour d'eux une équipe fidèle au siège de Plescop près de Vannes : aujourd'hui une vingtaine de personnes partagent les valeurs de Mousqueton. Tous apportent autant de soin à dessiner les vestes de la prochaine collection, choisir les nouvelles couleurs, essayer les prototypes, préparer les catalogues, photographier les modèles, trouver de nouveaux points de vente, contrôler la qualité chez les façonniers, communiquer sur le web, ouvrir de jolies boutiques, créer des vitrines originales... qu'à préparer les commandes et bien sûr envoyer au plus vite la vareuse Némo 6 ans au petit Lucien de Grenoble pour son anniversaire !

Les clients, de plus en plus nombreux, apprécient le style et la qualité des collections, cette alliance maitrisée entre des matières authentiques et une conception contemporaine, des aspects comme délavés par le sel et des couleurs éclatantes, des vêtements d'usages intemporels et des coupes très actuelles pour toute la famille.

Les points de vente se multiplient en France et à l'étranger, en Grande Bretagne, Allemagne, Suède, Norvège et Pays Bas. Après la première boutique au Bono en 2008, d'autres ont suivi chaque année: Noirmoutier, Arzon et La Trinité-sur-mer jusqu'à la boutique en ligne. En 2014 c'est l'ouverture d'une boutique à l'année à Auray où se déploie toute la gamme et l'inventivité de Mousqueton, dans une ambiance plus colorée que jamais ! Plus récemment en 2017 et 2018, les centres ville de Quimper puis Vannes ont aussi revêtu les couleurs Mousqueton suivi de Dinan en juillet 2018 !

[11:30-12:30] Défilé Cyclas
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
Saut du Loup




[12:30-13:30] Défilé Anaïs Jourden
Location:
Pavillon Ledoyen
1, avenue Dutuit
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 53 05 10 00
Internet Site : www.ledoyen.com
Description:
Défilé Anaïs Jourden





[13:30-14:30] Défilé JAREL ZHANG
Location:
Imprimerie Jacques London
13, rue de la Grange-Batelière
75009 Paris
M° Richelieu - Drouot, Grands Boulevards, Le Peletier
France
Description:
Défilé JAREL ZHANG






[14:30-15:30] Défilé Miu Miu
Location:
Conseil économique, social et environnemental
Palais d'Iéna
9, place d'Iéna
75775 Paris Cedex 16
M° Iéna
France
Phone : +33 (0)1 44 43 60 00
Internet Site : www.conseil-economique-et-social.fr
Description:
Défilé Miu Miu







[15:30-16:30] Défilé Junko Shimada
Location:
Quartier Saint-Honoré, Royale et Madeleine
Rue Saint-Honoré
Rue Royale
Place de la Madeleine
75001 Paris
M° Concorde, Madeleine, Tuileries
France
Description:
Junko Shimada
13 Rue Saint-Florentin








[16:30-17:30] Défilé Lacoste
Location:
Tennis Club de Paris
84, avenue Georges Lafont
15, avenue Félix d'Hérelle
75016 Paris
M° Porte de Saint-Cloud
France
Phone : +33 (0)1 46 47 73 90
Mail : contact@tennisclubdeparis.fr
Internet Site : www.tennisclubdeparis.fr
Description:
Ancienne de Joseph, Calvin Klein et Tommy Hilfiger, la Britannique Louise Trotter, qui a remporté de nombreuses récompenses pour ses créations déconstruites et empreintes de la tendance « athleisure » (sports et loisirs), présentera le 5 mars sa collection pour Lacoste.









[17:00-20:00] Vernissage de Yoonkyung Jang "Incandescence"
Location:
Maison Européenne de la Photographie
MEP
5-7, rue de Fourcy
82, rue François Miron
75004 Paris
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 75 00
Fax : +33 (0)1 44 78 75 15
Mail : olaurent@mep-fr.org
Internet Site : www.mep-fr.org
Description:
Exposition du 6 mars au 14 avril 2019

La MEP inaugure son « Studio », dédié aux jeunes artistes émergents, avec l'artiste coréenne Yoonkyung Jang, gagnante du Prix Dior de la Photographie pour Jeunes Talents 2018.

Présentée dans son exhaustivité, la série « Glimpse of us », récompensée par le jury Dior, est composée de portraits de femmes et offre une vision très personnelle et allégorique de la féminité et de la beauté. L'usage unique de l'argentique ainsi que son travail sur la couleur et la lumière, confèrent à ses photographies une matière profonde.

Au-delà de ce travail poétique, Yoonkyung Jang capture les questionnements et les doutes de sa génération, connectée mais isolée, fragmentée et parfois perdue face à la globalisation : « Nous vivons dans un monde désordonné, l'essentiel est de ne pas s'y perdre » rappelle-t-elle.
C'est ce que l'artiste illustre dans un travail davantage personnel : « Strange Seoul Rave », nouvelle série présentée en exclusivité au sein de la même exposition. Ces portraits d'amis ou d'inconnus croisés dans la rue dépeignent une jeunesse coréenne prête à réinventer ses modèles et ses valeurs.

Yoonkyung Jang dévoile une génération sensible, qui se questionne avant tout sur son identité intime, sa liberté et sa sexualité.

#IncandescenceMEP

Vernissage de Yoonkyung Jang "Incandescence"
"Wanted you to know there will be a piece of you in me. Not all the time but sometimes quite often", Séoul, Corée du Sud, 2018 © Yoonkyung Jang

[17:00-20:00] Vernissage de l'exposition "LOVE, REN HANG"
Location:
Maison Européenne de la Photographie
MEP
5-7, rue de Fourcy
82, rue François Miron
75004 Paris
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 75 00
Fax : +33 (0)1 44 78 75 15
Mail : olaurent@mep-fr.org
Internet Site : www.mep-fr.org
Description:
Exposition du 6 mars au 26 mai 2019

L'exposition « LOVE, REN HANG » présente pour la première fois en France l'œuvre d'un des artistes chinois les plus influents de sa génération.

Avec une sélection de 150 photographies issues de plusieurs collections d'Europe et de Chine, l'exposition « LOVE, REN HANG » occupe tous les espaces du deuxième étage de la MEP.
Composée essentiellement de portraits - d'amis, de sa mère ou de jeunes chinois sollicités sur internet - mais également de paysages et de nus, l'œuvre de Ren Hang est immédiatement reconnaissable. Ses photographies, si elles semblent mettre en scène ses sujets, sont pourtant le fruit d'une démarche instinctive. Leur prise de vue, sur le vif, leur confère légèreté, poésie et humour.

À travers une approche chromatique, l'exposition propose une plongée dans les différentes constellations oniriques de l'artiste : la présence du rouge, les couleurs acidulées, une salle consacrée à sa mère, une autre, plus sombre, dédiée à des prises de vue nocturnes. Enfin, une dernière salle rassemble ses travaux plus « osés », sur le corps, créant un lien, fort et organique, entre l'érotisme et la nature.

Ren Hang questionnait, avec audace, la relation à l'identité et à la sexualité. Artiste homosexuel, particulièrement influent auprès de la jeunesse chinoise, son ton considéré comme subversif ou qualifié de pornographique, représentait vis à vis d'un contexte politique répressif, l'expression d'un désir de liberté de création, de fraîcheur et d'insouciance. Sa vision, unique, faisait référence au « réalisme cynique » (mouvement artistique chinois né des événements de Tian'anmen en 1989).

Présentés en regard de cet important corpus photographique, de nombreux écrits de Ren Hang, qu'il partageait régulièrement sur son site internet, témoignent de son combat contre la dépression. « Si la vie est un abîme sans fond, lorsque je sauterai, la chute sans fin sera aussi une manière de voler ». L'artiste s'est donné la mort en 2017, à l'âge de 29 ans. Il avait été exposé dans de nombreuses galeries à travers le monde, et était régulièrement publié dans des magazines de mode tels que Purple et Numero.

Vernissage de l'exposition "LOVE, REN HANG"

Vernissage de l'exposition "LOVE, REN HANG"

Vernissage de l'exposition "LOVE, REN HANG"

Vernissage de l'exposition "LOVE, REN HANG"

Vernissage de l'exposition "LOVE, REN HANG"

Vernissage de l'exposition "LOVE, REN HANG"

Vernissage de l'exposition "LOVE, REN HANG"










[18:00-21:00] Atelier de Paname + hoxton
Location:
The Hoxton
30-32, rue du Sentier
75002 Paris
M° Bonne Nouvelle, Sentier
France
Phone : +33 (0)1 85 65 75 00
Mail : book.paris@thehox.com
Internet Site : thehoxton.com/fr/paris/paris/hotels
Description:
Les artistes de Atelier de Paname s'installent chez Hoxton.

[18:00-20:00] Défilé Louis Vuitton
Location:
Cour Carrée du Louvre
Place du Carrousel
rue de l'Amiral de Coligny
75058 Paris Cedex 01
M° Louvre - Rivoli, Palais Royal - Musée du Louvre
France
Description:
en présence d'Emma Stone, Catherine Deneuve, Léa Seydoux, Willow Smith & Jaden Smith (enfants très médiatisés du couple Will Smith et Jada Pinkett), Karlie Kloss, Marina Foïs, Emma Roberts, Alicia Vikander, Jennifer Connelly, Noomi Rapace, Justin Theroux, Mark Ronson, Sienna Miller, Thandie Newton, Nicolas Ghesquière, Samara Weaving, Indya Moore, Natalia Vodianova, Chloë Grace Moretz, Nina Dobrev, Antoine Arnault, Xavier Dolan, Mark Ronson, Farida Khelfa, Zhong Chuxi, Samara Weaving, Kelsey Asbille Chow, Urassaya Sperbund, Laura Harrier, Naomi Scott, Liya Kebede, Haider Ackermann, Kristen Stewart, Cara Delevingne et sa compagne Ashley Benson

Le déroutant défilé de la maison Louis Vuitton, qui a clôturé mardi la semaine du prêt-à-porter féminin 2019-2020, s'est tenu au Louvre dans un décor recréant pour l'occasion l'architecture d'un autre musée parisien, celui du Centre Pompidou.

Le but du créateur des collections femmes de la marque de luxe française, Nicolas Ghesquière, était de "créer le choc entre l'ancien et maintenant", selon la note de la présentation.

Pour ce faire, les invités reçus dans la Cour carrée du Louvre, cadre traditionnel des défilés de la maison la plus riche au monde, se sont retrouvés à l'intérieur de l'architecture révolutionnaire du musée d'art contemporain situé à seulement un peu plus d'un kilomètre de là.

Les actrices Emma Stone, Jennifer Connolly et Léa Seydoux et la top Karlie Kloss étaient au premier rang. La collection a audacieusement mélangé carreaux, rayures, motifs floraux et animaliers et les couleurs - le vert, le jaune, le bleu, le rouge avec le noir et l'argenté. Ce que la critique de la mode du New York Times Vanessa Friedman a aussitôt qualifié de "purée de mauvais goût".

Mais pour Nicolas Ghesquière, l'idée était de représenter le style vestimentaire du quartier autour du centre Pompidou où se côtoient le chic parisien et le streetwear éclectique.

"J'aime cette impression de melting pot vestimentaire. Je la transpose aujourd'hui chez Louis Vuitton", a souligne le styliste.

Les mannequins, minces et androgynes, marchent avec détermination, chaussées de bottes ou bottines plates ou de derby.

Les épaules sont larges, les jupes courtes et la taille est soulignée par une ceinture à boucle carrée sur laquelle sont reproduits une bouche ou un oeil maquillés d'inspiration pop. Les coiffes rappelant des bonnets de natation, en cuir noir ou à motif damier apportant une touche urbaine futuriste.

Certains looks bariolés sont accessoirisés avec un mono-boucle extra-longue. D'inspiration allant de Piet Mondrian au cubisme, la collection offre aussi des pièces classiques avec une touche de luxe décontracté, une marque de fabrique du styliste.




Mardi soir, Nicolas Ghesquière, directeur artistique du malletier, clôturait une nouvelle saison de Fashion Weeks dans un Musée du Louvre transformé... en Centre Beaubourg. Déroutant mais intéressant.

« Il n'aurait pas été plus simple de défiler directement à Beaubourg ? » s'interrogent des invités. Face à eux, les célèbres tuyaux colorés de Renzo Piano reconstitués à l'intérieur d'une structure géante dans la Cour carrée du Louvre - rappelons que Louis Vuitton a conclu un accord avec le plus grand musée de la planète pour y organiser ses shows de prêt-à-porter le dernier mardi (soit le jour de fermeture) de la Fashion Week de Paris.

Le malletier le plus riche du monde peut bien s'offrir ces folies, la question de savoir si cette démonstration de puissance est en phase avec l'époque se pose tout de même. Ceci dit, l'impression étrange que procure ce « musée dans le musée » est assez remarquable et l'installation digne d'une œuvre d'art contemporain monumentale à la Damien Hirst. Il est d'autant plus dommage qu'elle n'ait été visible que par les quelques centaines d'invités le temps du défilé.

Étrange collusion de styles

« Le Centre Pompidou, Beaubourg, les Halles, la place des Innocents... Un quartier comme un fascinant incubateur. Un incroyable mélange convergeait vers cet épicentre. Les bandes, le style, la vie... », dit Nicolas Ghesquière dans la note d'intention au sujet de l'inspiration de cette collection. C'est un lieu, mais c'est aussi une époque. Sa jeunesse, les années 1980, la New Wave, le Café Costes à l'ambiance gay BCBG et à la déco signée Starck où l'on regardait passer les looks des yuppies et des branchés en Montana et Jean Paul Gaultier. C'est la décennie d'idolâtrie d'Andy Warhol qui disait : « Un artiste est une personne qui produit des choses dont les gens n'ont pas besoin mais, pour une raison ou une autre, il pense que ce serait une bonne idée qu'ils les aient. » C'est Les Nuits de la pleine lune, c'est 37°2 le matin. C'est l'après-mouvement Memphis (dont on décèle l'influence, ici, dans les motifs) et l'âge d'or de la publicité sous l'effet Goude (voir les petits calots noirs sur la tête des mannequins). C'est Axel Bauer et son Cargo de nuit, Art of Noise et Something Always Happens (choisis par Woodkid pour la bande-son du show).

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton
Emma Stone, Alicia Vikander, Léa Seydoux

Défilé Louis Vuitton
Catherine Deneuve, Nicolas Ghesquière

Défilé Louis Vuitton
Emma Stone

Défilé Louis Vuitton
Jaden Smith et sa soeur Willow Smith

Défilé Louis Vuitton
Alicia Vikander

Défilé Louis Vuitton
Catherine Deneuve

Défilé Louis Vuitton
Léa Seydoux

Défilé Louis Vuitton
Indya Moore, Zhong Chuxi, Samara Weaving, Kelsey Asbille Chow, Nina Dobrev, Urassaya Sperbund

Défilé Louis Vuitton
Willow Smith, Chloë Grace Moretz, Laura Harrier, Naomi Scott, Emma Roberts

Défilé Louis Vuitton
Karlie Kloss

Défilé Louis Vuitton
Thandie Newton

Défilé Louis Vuitton
Sienna Miller

Défilé Louis Vuitton
Chloë Grace Moretz

[18:00-21:00] Lancement de CAPSULE avec une série inédite d'Alain Séchas
Location:
Galerie Laurent Godin - second space
36 bis, rue Eugène Oudiné
75013 Paris
M° Tram T3a Maryse Bastié, Olympiades, Bibliothèque François Mitterrand
France
Mail : info@laurentgodin.com
Internet Site : www.laurentgodin.com
Description:
Une programmation au format différent en parallèle des expositions de la Galerie, offrant un focus sur des séries inédites ou des oeuvres particulières.

Alain Séchas inaugurera ce programme le Mardi 5 Mars 2019, Vernissage à 18h.

Lancement de CAPSULE avec une série inédite d'Alain Séchas
Ville rouge, jaune, bleu, Alain Séchas, (détail)

[18:00-21:00] Paris Fashion Show
Location:
Salon des Miroirs
13, passage Jouffroy
12, boulevard Montmartre
75009 Paris
M° Grands Boulevards, Richelieu - Drouot
France
Phone : +33 (0)1 47 70 15 21
Fax : +33 (0)1 47 70 15 21
Mail : infos@salon-miroirs.com
Internet Site : www.salon-miroirs.com
Description:
Paris Fashion Show

[18:00-21:00] Vernissage "Franz Marc / August Macke. L'aventure du Cavalier bleu"
Location:
Musée national de l'Orangerie
Jardin des Tuileries
75001 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 44 77 80 07
Mail : information-orangerie@culture.gouv.fr
Internet Site : www.musee-orangerie.fr
Description:
Exposition du 6 mars au 17 juin 2019

Cette exposition présente deux figures majeures de l'expressionnisme allemand et du mouvement Der Blaue Reiter [Le Cavalier bleu], Franz Marc (1880-1916) et August Macke (1887-1914). Dès 1910, ces artistes nouent une amitié portée par leur intérêt commun pour l'art français et plus particulièrement, pour Paul Cézanne, Vincent Van Gogh, Paul Gauguin et le fauvisme, qu'ils découvrent lors de leur séjour à Paris. Tous deux expriment dans leurs premiers tableaux, souvent peints en plein-air, une même fascination spirituelle pour le paysage et la nature.
C'est au moment de leur rencontre en 1911 avec Vassily Kandinsky et de la création de l'Almanach du Blaue Reiter, que leur peinture prend un tournant plus radical, plus stylisé. Franz Marc abandonne la peinture de plein-air et commence à peindre ses fameux chevaux bleus qui inspirent le titre de la revue. Si Marc co-édite avec Kandinsky l'Almanach, August Macke en réunit les visuels ethnographiques et rédige une étude sur les masques africains. Très actifs, ils collaborent également à l'organisation d'expositions internationales d'avant-garde comme à Cologne en 1912 et à Berlin en 1913 tout en poursuivant leur propre évolution. Ainsi Franz Marc, marqué par l'exposition des Futuristes italiens et par les tableaux de Robert Delaunay, se tourne vers l'abstraction en 1913. Macke, quant à lui, va se distancier de la spiritualité intellectuelle de Kandinsky pour privilégier un rapport plus évident entre l'homme et la nature notamment au cours de son voyage en Tunisie avec Paul Klee.
Mobilisés dès août 1914, les deux artistes meurent au front laissant des œuvres inachevés mais emblématiques du versant hédoniste, coloré et séduisant de l'expressionnisme allemand.

Commissaire générale
Cécile Debray, conservatrice en chef, directrice du musée de l'Orangerie
Commissaire
Sarah Imatte, conservatrice, musée de l'Orangerie

En partenariat avec la Neue Galerie de New York, Museum for German and Austrian Art où l'exposition est présentée du 4 octobre 2018 au 21 Janvier 2019.

En partenariat média avec ARTE, Le Parisien et Les Inrockuptibles.

Avec le généreux de soutien de Crédit du Nord.

Vernissage de l'exposition "Franz Marc / August Macke. L'aventure du Cavalier bleu"
Franz Marc, Le rêve [Der Traum], 1912, Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid

[18:00-21:00] Vernissage d'Anna Shumanskaia "La nudité au féminin"
Location:
La Place - Art & Parfum
9, rue Française
75002 Paris
M° Etienne Marcel
France
Mobile : +33 (0)6 20 41 54 33
Mail : emmanuelpierre519@gmail.com
Description:
https://www.annashumanskaia.com

Vernissage d'Anna Shumanskaia "La nudité au féminin"

[18:00-21:00] Vernissage de Christine Robion "Toiles Titres"
Location:
Galerie de l'Angle
45, rue des Tournelles
75003 Paris
M° Chemin Vert, Bréguet - Sabin, Bastille
France
Phone : +33 (0)9 52 39 90 20
Mail : galeriedelangle@free.fr
Internet Site : www.galeriedelangle.fr
Description:
du 4 au 14 mars

Les "Titres" sont ceux des quatres romans de l'artiste Christine Robion publiés par Cent Mille Milliards, trames des expositions éponimes présentées de 2014 à 2018.

Vernissage de Christine Robion "Toiles Titres"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Art et Artisanat - La ville"
Location:
Le Beffroi
Le Beffroi Montrouge
2, place Emile Cresp
92120 Montrouge
M° Porte d'Orléans
France
Phone : +33 (0)1 40 92 62 30
Internet Site : www.ville-montrouge.fr/414-le-beffroi.htm
Description:
Salle Nicole Ginoux

Du 06 mars 2019 au 13 mars 2019
Ouvert tous les jours de 12h à 19h

Venez découvrir toute la créativité d'environ 200 artistes montrougiens au cours de l'exposition qui sera consacrée au thème, non obligatoire, de «La ville». Votez pour votre coup de coeur !

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Simenon-Loustal"
Location:
Bibliothèque des littératures policières
BILIPO
48-50, rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris
M° Cardinal Lemoine
France
Phone : +33 (0)1 42 34 93 00
Mail : bilipo@paris.fr
Internet Site : equipement.paris.fr/bibliotheque-des-litteratures-policieres-bilipo-2879
Description:
Du 6 mars 2019 au 29 juin 2019
Du mardi au vendredi de 14h à 18h et le samedi de 10h à 17h

Exposition de dessins originaux de Jacques de Loustal à l'occasion de la commémoration des 30 ans de la mort de Georges Simenon et de la réédition d'une partie de son oeuvre aux éditions Omnibus.

Georges Simenon est mort le 4 septembre 1989. 2019 marque les 30 ans de sa mort et de nombreuses manifestations sont programmées par les éditions Omnibus avec la collaboration de John Simenon, fils de l'auteur. C'est l'occasion pour la BILIPO de présenter une nouvelle exposition-hommage Simenon/Loustal. Parallèlement sont publiés aux éditions Omnibus plusieurs ouvrages « simenoniens » : réédition des Enquêtes de Maigret en 10 volumes, aux couvertures dessinées par Loustal, réédition de Maigret, traversées de Paris, publication d'un nouveau roman illustré par Loustal, Le passager clandestin. Un cycle de rencontres est également proposé à la BILIPO et dans le réseau des bibliothèques parisiennes pour célébrer la mémoire de cet écrivain, inventeur du célèbre commissaire Maigret, connu et traduit dans le monde entier.

L'exposition présente plus d'une cinquantaine de dessins couleur et noir et blanc de Loustal sur l'univers de Simenon : des illustrations de romans durs (Un nouveau dans la ville, Le passager clandestin, Les frères Rico, Touristes de bananes), les originaux des couvertures de la nouvelle édition des enquêtes de Maigret, des dessins parus dans la collection « Carnets ». Sont présentés des dessins petit format noir et blanc, des croquis préparatoires, des peintures en couleur, grand et petit format, des esquisses, tout le travail d'un artiste admiratif de l'oeuvre d'un écrivain dans laquelle il a essayé de se fondre, Loustal ayant une approche « littéraire » de son travail.

La BILIPO présente aussi des documents puisés dans ses fonds : éditions remarquables et rares des écrits de Simenon, fascicules dans lesquels il publia des nouvelles à ses débuts, et des affiches de films adpatés de son œuvre.

Cette exposition donne à découvrir ou redécouvrir tout l'univers d'un écrivain majeur mis en images par un dessinateur hors pair au trait d'une liberté absolue et évocateur des ambiances si particulières des romans de Simenon.

Vernissage de l'exposition "Simenon-Loustal"

[18:30-21:00] Vernissage de Luce "Dans les Silences"
Location:
Galerie Anaphora
13, rue Maître-Albert
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Mobile : +33 (0)6 03 21 31 35
Mail : galerie.anaphora@gmail.com
Description:
La galerie Anaphora vous invite à l'exposition personnelle de LUCE « Dans les Silences... » du 6 mars au 18 avril 2019 - vernissage le mardi 5 mars de 18h30 à 21h.
A noter : la galerie sera exceptionnellement fermée le samedi 9 mars.

Toutes les oeuvres de l'exposition sont reproduites dans un catalogue édité pour l'occasion, agrémenté de quelques textes choisis (20€), dont voici quelques extraits :

« Le fil rouge du travail de Luce s'est progressivement affirmé notoirement dans le rendu de matières subtiles, résultat d'une confrontation avec les matériaux divers des matrices, cuivre, zinc, aluminium, plastique, bois, linoléum... Attaque directe de l'acide sur les plaques de métal (« spit bite »), utilisation de divers outils pour creuser, gratter, superposition du métal et du bois ont ouvert les portes d'un monde qui ne demandait qu'à être exploré : le monde du rêve et de l'inconscient.

La démarche expérimentale de Luce s'est concrétisée dans de grands formats évoquant des espaces éphémères, des atmosphères suggestives, poétiques dans leur imprécision, au bout du compte un univers témoin d'une certaine quête initiatique...

Luce parle de son travail :
« Je n'ai pas de démarche particulière. Je préfère l'aventure à la sécurité, l'inconnu au tout prévu. Mon sujet depuis quelques années est la nature, ce qui me donne une grande liberté mais c'est avant tout un prétexte pour expérimenter. Je ne sais pas où cette nature me promènera. La main fait ce qu'elle veut. »

Cette nature, suggérée, rêvée, immobile, semble figée dans l'éternité...
Dans les Silences... ».

Anne Brasse

Vernissage de Luce "Dans les Silences"

[18:30-21:00] Vernissage des expositions : memymom - Michel Nguie - Guillaume d'Hubert
Location:
Maison de la Photographie de Lille
28, rue Pierre Legrand
59800 Lille
M° Gare SNCF de Lille-Flandres
France
Phone : +33 (0)3 20 05 29 29
Mail : bureau@maisonphoto.com
Internet Site : www.maisonphoto.com
Description:
EXPOSITIONS DU 5 MARS AU 7 AVRIL 2019
VERNISSAGE MARDI 5 MARS À 18H30 - ENTRÉE LIBRE

memymom / Lisa De Boeck & Marilène Coolens

Exposition coproduite par le Musée de la Photographie à Charleroi

Vernissage des expositions : MEMYMOM - Michel Nguie - Guillaume d'Hubert
Nothing is What it Seems, 1993 (The Umbilical Vein) © memymom

Michel Nguie
"In Silentio"

Vernissage des expositions : memymom - Michel Nguie - Guillaume d'Hubert
© Michel Nguie

Guillaume d'Hubert
"Black Soul"

Vernissage des expositions : memymom - Michel Nguie - Guillaume d'Hubert
© Guillaume d'Hubert











[19:00-20:30] Poèmes et Performance par Double change
Location:
Galerie Eric Dupont
138, rue du Temple
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 54 04 14
Fax : +33 (0)1 44 54 04 24
Mail : info@eric-dupont.com
Internet Site : www.eric-dupont.com
Description:
À l'occasion de l'exposition Neon driving d'Olympe Racana-Weiler, Double change et la Galerie Eric Dupont sont heureux de vous convier, mardi 5 mars 2019 à partir de 19 heures, à une soirée de lectures et performances à la galerie. Sont invités les poètes francophones et anglophones : Benoît Toqué, Karen Sandhu, Redell Olsen, ainsi que Bénédicte Vilgrain. Les poèmes anglophones seront traduits en français.

Cette soirée est organisée dans le cadre d'un séminaire de master sur les politiques de la performance poétique et artistique. Une journée d'études sur le doctorat en recherche création aura lieu le 5 mars 2019 à l'Université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Pour tout renseignement sur cette journée d'études, contacter vincent.broqua@univ-paris8.fr)

Entrée libre


Dans le cadre de l'exposition d'Olympe Racana-Weiler "Neon driving"

Du 2 février au 16 mars 2019

Vernissage d'Olympe Racana-Weiler "Neon driving"
Olympe Racana-Weiler, Neon driving, 2019, huile, acrylique, spray émaillé, polyuréthane sur toile de lin préparée, 200 x 310 cm © Galerie Eric Dupont, Paris

Vernissage d'Olympe Racana-Weiler "Neon driving"
Olympe Racana-Weiler, Garibaldi, 2018, huile, acrylique, spray émaillé et polyuréthane sur toiles de lin préparées, diptyque, 210 x 120 cm chaque, © Galerie Eric Dupont, Paris

[19:00-21:00] Soirée privée de l'exposition "J'ai quelque chose à te dire..."
Location:
Espace Christiane Peugeot
Centre Culturel Christiane Peugeot - Atelier Z
62, avenue de la Grande Armée
75017 Paris
M° Porte Maillot, Argentine
France
Phone : +33 (0)1 45 74 32 53
Fax : +33 (0)1 45 72 67 56
Mail : contact@espacechristianepeugeot.org
Internet Site : www.espacechristianepeugeot.org
Description:
Exposition dans le cadre du mois de la femme

Les artistes exposants :
David Abraham - Patricia de Boysson
Annabelle Boyer - Patrick Bretagne
Marie-Jeanne Dautriaux - Milo Dias
Rossella Gilli - Isabelle Manoukian
Natacha Nikouline - Christiane Peugeot
Corine Peyron - Lidia Wojtowicz

Commissaire d'exposition :
Laura Le Corre

exposition :
du mercredi 27 février au vendredi 8 mars 2019
de 14h à 19h (fermé le week-end)

vernissage :
jeudi 28 février à 18h30

[19:00-22:00] Studio Rice exclusive collection launch
Location:
nous
48, rue Cambon
75001 Paris
M° Madeleine, Opéra, Concorde
France
Mobile : +33 (0)6 03 06 03 06
Internet Site : nous.paris
Description:
>> RSVP Studio Rice exclusive collection launch

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "L'Orient des peintres, du rêve à la lumière"
Location:
Musée Marmottan Monet
2, rue Louis Boilly
75016 Paris
M° La Muette, RER C Boulainvilliers
France
Phone : +33 (0)1 44 96 50 33
Fax : +33 (0)1 40 50 65 84
Mail : marmottan@marmottan.com
Internet Site : www.marmottan.com
Description:
du 7 mars au 21 juillet

Le musée Marmottan Monet présente, du 7 mars au 21 juillet 2019, l'exposition « L'Orient des peintres, du rêve à la lumière ». Riche d'une cinquantaine de chefs-d'œuvre provenant des plus importantes collections publiques et privées d'Europe et des États-Unis (musée du Louvre, musée d'Orsay, musée des Augustins de Toulouse, la Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau de Munich, la collection Thyssen-Bornemisza de Madrid, le Rijksmuseum d'Amsterdam, le Sterling and Francine Clark Art Institute de Williamstown), cette manifestation entend révéler à travers ce voyage un nouveau regard sur cette peinture.

C'est dans l'hôtel particulier qui abrite les collections de Paul Marmottan, dédiées à Napoléon et à sa famille, que prend place l'exposition. C'est en effet le souffle des conquêtes napoléoniennes qui porte les peintres à partir et à vérifier leur fantasme d'Orient à travers le voyage. L'aube de l'ère industrielle donne ainsi naissance à l'orientalisme, qui traverse tout le siècle et les pays européens. À l'orée du XXesiècle, les avant-gardes elles-mêmes se nourrissent de ces expériences nouvelles et inventent un art nouveau, aux portes de l'abstraction, portées par l'Orient. Face aux nombreuses études et expositions précédentes, le parcours privilégie l'Orient méditerranéen, propre à l'empire colonial français. Le corpus des œuvres a été organisé à travers deux axes distincts: la figure humaine et le paysage. Deux voies qu'annoncent "La Petite Baigneuse" (1828, Paris, musée du Louvre) d'Ingres et "Innenarchitektur" (Architecture intérieure, 1914, Wuppertal, Von der Heydt Museum) de Paul Klee.

Ces deux lignes s'éclairent mutuellement tout au long du parcours organisé en 7 sections. La première section met en place les figures historiques du mouvement : Ingres et Delacroix y sont entourés de leurs disciples et d'hommages rendus à leur vision. Face aux dessins d'Ingres et notamment à ses études pour la "Grande Odalisque", Delacroix et Chassériau apportent une vision plus réelle mais non moins classique.

La seconde section poursuit cette exploration de la figure humaine, de plus en plus portée par une connaissance réelle de l'Orient mais toujours nourrie de tradition et de fantasme, car, ainsi que le relève Eugène Fromentin dans son livre "Un Été dans le Sahara" : « Il faut regarder ce peuple à la distance où il lui convient de se montrer : les hommes de près, les femmes de loin ; la chambre à coucher et la mosquée, jamais ». De Chassériau ("Femme mauresque sortant du bain", 1854, Strasbourg, musée des Beaux-Arts) à Gérôme ("Jeune Orientale au Narguilé", s.d., collection particulière), la connaissance par le voyage n'oblitère pas un usage de prototypes iconographiques empruntés à la mythologie et à la tradition classique. La figure de harem, nouvelle Vénus, ne peut en effet être portraiturée de manière fidèle, car elle demeure à tous invisible. Gérôme, avec son "charmeur de serpents" (v. 1879, Williamstown, The Sterling and Francine Clark Art Institute) ou Édouard Debat-Ponsan ("Le Massage : scène de Hammam", 1883, Toulouse, musée des Augustins), renouvellent ainsi une iconographie classique et imaginaire en la mettant en scène sur fond de mosaïque islamique.

La troisième section, de Jean-Léon Gérôme ("Le Marchand de couleurs" (Le pileur de couleurs), vers 1890-1891, collection particulière, en prêt au Museum of Fine Arts de Boston) à Eugène Fromentin ("Le Pays de la Soif", vers 1869, Paris, musée d'Orsay) et Hippolyte Lazerges ("Caravane près de Biskra, Algérie", 1892, Nantes, musée d'Arts) permet de réaliser une transition de la figure au paysage, par la présentation de scènes de genre qui révèlent l'intérêt simultané des artistes pour la figure et son contexte. C'est ainsi que s'amorce une mutation qui conduit à une attention de plus en plus grande à la lumière et à la structure de paysages toujours plus épurés. Dans cette perspective la quatrième porte l'accent sur cette géométrisation progressive du paysage qui réduit les données narratives à l'essentiel, se concentre sur la composition et le rythme des couleurs : Jules-Alexis Muenier y côtoie Pascal Dagnan-Bouveret, Albert Marquet et Camoin. La géométrie et la blancheur de la ville d'Alger inspirent ainsi à Muenier ("Le Port d'Alger", 1888, Paris, musée d'Orsay) des formes qui annoncent celles de Camoin dans "Le Golfe de Sidi-bou-Saïd" (1923, collection particulière) et de Marquet dans "La Mosquée de Laghouat" (1939, Albi, musée Toulouse-Lautrec, dépôt du CNAP). Face à cela, la cinquième section établit une parenthèse autour de la lumière et des artistes impressionnistes et néo-impressionnistes : Renoir, avec "Le Ravin de la femme sauvage" (1881, Paris, musée d'Orsay) ouvre la voie à Théo van Rysselberghe dans un travail essentiel sur la tache de couleur resté sans postérité, mais qui participe de l'émancipation de la couleur.

Enfin, les sixième et septième sections, centrées à nouveau sur l'opposition de la figure et du paysage, portent l'accent sur une radicalisation de la géométrie qui coïncide avec l'apparition de nouveaux moyens picturaux. D'un côté, Émile Bernard, Jules Migonney, Albert Marquet et Henri Matisse renouvellent le thème de la figure humaine en le simplifiant. Les arts décoratifs musulmans prennent alors une place de plus en plus importante et permettent de passer dans un espace à deux dimensions. C'est ainsi qu'"Abyssine en robe de soie" (1895, Paris, musée du quai Branly-Jacques Chirac) de Bernard ou "Intérieur à Sidi-Bou-Saïd" (1923, le Havre, MuMa) de Marquet accompagnent les expériences de Matisse ("Odalisque à la culotte rouge", 1923-1924, Paris, musée de l'Orangerie).

De l'autre côté, Vassily Kandinsky ou Paul Klee franchissent le cap de l'abstraction, lié à l'expérience de la couleur pure et de l'éblouissement. Cette section est l'occasion de redécouvrir certaines œuvres moins connues de Kandinsky, telles "Ville arabe" (1905, Paris, MNAM, Centre Georges Pompidou) ou "Oriental" (1909, Munich, Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau) qui basculent peu à peu dans la couleur pure. Ainsi que le note Paul Klee dans son Journal lors du voyage à Kairouan en avril 1914 : « La couleur me possède. Point n'est besoin de chercher à la saisir. Elle me possède, je le sais. Voilà le sens du moment heureux : la couleur et moi sommes un. Je suis peintre. »

Face à cela, Vallotton clôt le parcours par un hommage à Ingres, "Le Bain turc" (1907, Genève, musée d'Art et d'Histoire), étrange par sa composition autant que par l'absence de motifs orientalistes. Par le biais de la figure ou par celui du paysage, l'Orientalisme fait alors place à une expérience radicale, à l'origine de l'art moderne. Dans les deux cas, l'Orient disparaît pour laisser place à la peinture pure.

Commissariat : Emmanuelle Amiot-Saulnier, Docteur en Histoire de l'art

Vernissage de l'exposition "L'Orient des peintres, du rêve à la lumière"
Eugène Fromentin "Le Pays de la Soif" - Entre 1820 et 1876 - Paris, musée d'Orsay, legs Édouard Martell, 1920 Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Vernissage de l'exposition "L'Orient des peintres, du rêve à la lumière"
Félix Édouard Vallotton "Le Bain turc" - 1907 - Ville de Genève, musées d'art et d'histoire © Musées d'art et d'histoire, Ville de Genève, photographe : Bettina Jacot-Descombes

Vernissage de l'exposition "L'Orient des peintres, du rêve à la lumière"
Édouard Debat-Ponsan "Le Massage, scène de hammam" - 1883 - Toulouse, musée des Augustins © Daniel Martin

Vernissage de l'exposition "L'Orient des peintres, du rêve à la lumière"
Jean-Léon Gérôme "Odalisque", Non daté - Ocala, Appleton Museum of Art, College of Central Florida, don d'Arthur I. Appelton - © Ocala, Appleton Museum of Art, College of Central Florida, Gift of Arthur I. Appelton

Vernissage de l'exposition "L'Orient des peintres, du rêve à la lumière"
Eugène Delacroix "Mort de Sardanapale" - Vers 1826-1827 - Paris, musée du Louvre, département des Peintures, legs de la Comtesse Paul de Salvandy, née Eugénie Rivet, 1925 Photo (C) RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Adrien Didierjean

Vernissage de l'exposition "L'Orient des peintres, du rêve à la lumière"
Jean-Auguste-Dominique Ingres "La Petite Baigneuse", dit aussi "Intérieur de harem" - 1828 - Paris, musée du Louvre, département des Peintures, acquis en vente publique sur les arrérages du legs Poirson, 1908 Photo © RMN-Grand Palais (muse du Louvre) / Mi

Vernissage de l'exposition "L'Orient des peintres, du rêve à la lumière"
Paul Klee "Architecture intérieure, Innenarchitektur" - 1914 - Kunst und Museumsverein im Von der Heydt Museum, Wuppertal, don de Madame Charlotte Mittelsten Scheid en mémoire de son père Rudolf Ibach en 1991. © Kunst- und Museumsverein im Von der Heydt

Vernissage de l'exposition "L'Orient des peintres, du rêve à la lumière"
Vassily Kandinsky "Oriental" - 1909 - Munich, Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau © Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau München

Vernissage de l'exposition "L'Orient des peintres, du rêve à la lumière"
Albert Marquet "Mer calme. Sidi bou Saïd" - 1923 - Lille, palais des Beaux-Arts Photo (C) RMN-Grand Palais / Thierry Ollivier

Vernissage de l'exposition "L'Orient des peintres, du rêve à la lumière"
Henri Matisse "Odalisque à la culotte rouge" - Vers 1924-1925 - Paris, Musée de l'Orangerie Photo (C) RMN-Grand Palais (musée de l'Orangerie) / Michel Urtado / Benoit Touchard © Succession H. Matisse

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Les Chats"
Location:
Galerie du Vert Galant
ancien appartement de Simone Signoret et de Yves Montant
52, quai des Orfèvres
75001 Paris
M° Pont Neuf, Cité
France
Phone : +33 (0)1 44 07 20 74
Description:
Vernissage de l'exposition "Les Chats"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Stéphane Mandelbaum"
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
Musée - Niveau 4 - Galerie d'art graphique - Centre Pompidou, Paris

Le dessin de Stéphane Mandelbaum (1961-1986)

6 mars 2019 - 20 mai 2019
de 11h à 21h

Les circonstances troubles qui entourent la mort de Stéphane Mandelbaum, assassiné en 1986 à l'âge de vingt-cinq ans, comme son aptitude à endosser des personnalités multiples font de l'artiste belge un personnage de roman.

À la manière d'un récit, l'exposition retrace au travers d'une centaine de dessins, les vies réelles et fictives de Stéphane Mandelbaum. Né d'un père juif et d'une mère arménienne, Mandelbaum interroge sa judaïté dès ses premières œuvres réalisées à dix-sept ans : il multiplie les figures de dignitaires nazis, détourne les symboles, puis accumule titres et imprécations dans un yiddish qu'il tente de maîtriser. Il se passionne pour les figures des parias magnifiques, Arthur Rimbaud auquel l'adolescent s'identifie, Pierre Goldman qu'il portraiture à plusieurs reprises et qu'il cite inlassablement dans ses œuvres, Pier Paolo Pasolini dont le visage le fascine au point de le décliner dans une vingtaine de dessins.
Malgré sa jeunesse, Mandelbaum s'approprie rapidement les références culturelles de son père, Arié, artiste lui aussi : il se passionne pour le cinéma de Buñuel, de Lanzmann ou d'Oshima. Ses intérêts sont multiples, il étudie de près l'œuvre de Bacon et puise aussi bien son inspiration chez Antonello da Messine, Kubin, Jackson Pollock, Pablo Picasso ou Hokusai que chez Hergé. Très vite, le jeune adulte provocateur copie en les détournant des photographies trouvées dans les magazines pornographiques, redoublant leur caractère transgressif par l'application détachée qu'il leur accorde. Multipliant les portraits de prostituées fatiguées, de proxénètes et de gangsters aux mines patibulaires, il donne à voir, enfin, le monde interlope qu'il affectionne et où il se perdra.
À l'instar de sa vie, l'œuvre dessiné de Mandelbaum paraît marqué par l'urgence. La facture classique de ses grands portraits est corrompue par les traits, les écritures et les collages qui envahissent les marges comme autant de commentaires narquois. Les feuilles format raisin, recouvertes de figures et d'écritures tracées en tous sens au stylo à bille, tiennent à la fois du dessin automatique et de la composition réfléchie. Quant à ses petits croquis quotidiens plus abstraits et succincts, ils forment une sorte de journal de bord, frayant avec l'art brut. Projection sans filtre de son imaginaire, le dessin de Stéphane Mandelbaum apparaît, aujourd'hui, dans sa capacité à échapper à toute catégorie, étrangement contemporain.

Commissaire : Mnam/Cci, A. Montfort

Vernissage de l'exposition "Stéphane Mandelbaum"
Stéphane Mandelbaum, « Francis Bacon », 1980, Collection particulière

[19:00-21:00] Visite de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
Location:
Petit Palais
Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
avenue Winston Churchill
5, avenue Dutuit
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 53 43 40 00
Internet Site : www.petitpalais.paris.fr
Description:
Fernand Khnopff (1858-1921)
Le maître de l'énigme

Du 11 décembre 2018 au 17 mars 2019
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Le vendredi jusqu'à 21h

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"

Artiste rare, le maître du Symbolisme belge n'a pas bénéficié de rétrospective à Paris depuis près de quarante ans.
L'exposition rassemblera une centaine de pièces emblématiques de l'esthétique complexe de Fernand Khnopff, peintre, dessinateur, graveur, sculpteur et metteur en scène de son oeuvre. L'artiste joue avec les thèmes, du portrait aux souvenirs oniriques, du fantasme au nu, et invite à la rêverie et à une réflexion sur l'identité.

Les oeuvres majeures de Khnopff seront mises en regard avec celles d'artistes de son temps, de Gustave Moreau à Gustav Klimt et Von Stuck, permettant de le replacer dans le contexte de l'Europe fin-de-siècle.

Ainsi l'exposition tentera de recréer dans sa scénographie le parcours initiatique de sa fausse demeure qui lui servait d'atelier, comme celle du Palais Stoclet où se marièrent à Bruxelles les esthétiques belge et viennoise. Renonçant à la chronologie, elle abordera les grands thèmes qui parcourent son oeuvre, des paysages aux portraits d'enfants, des rêveries inspirés des Primitifs flamands aux souvenirs de Bruges-la-morte, des usages complexes de la photographie jusqu'aux mythologies personnelles, placées sous le signe d'Hypnos.


COMMISSAIRES :

Michel Draguet, directeur des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique
Christophe Leribault, directeur du Petit Palais
Dominique Morel, conservateur général au Petit Palais

Avec le soutien exceptionnel des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
Un hortensia 1884, huile sur toile, Metropolitain Museum of Art, New York

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
I lock my door upon myself, 1891, huile sur toile, 72 x 140 cm, Munich, Neue Pinakothek

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
L'Art ou Des Caresses, 1896, huile sur toile, 50.5 x 150 cm, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
Fosset, l'entrée du village 885, huile sur toile, Collection privée 29 / Babut du Marès Namu

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
Portrait des enfants de Monsieur Nève 1893, huile sur toile, collection privée

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
Hans Op de Beeck

[19:30-23:30] Ouverture des Rencontres Internationales Paris/Berlin
Location:
Forum des Images
2, rue du Cinéma
Forum des Halles
Porte Saint-Eustache
75001 Paris
M° Les Halles
France
Mail : contact@forumdesimages.fr
Internet Site : www.forumdesimages.fr
Description:
Les prochaines Rencontres Internationales Paris/Berlin se dérouleront à Paris du 5 au 10 mars, et à Berlin du 20 au 25 août 2019. Soirée d'ouverture de l'événement à Paris: le mardi 5 mars à partir de 19h30 au Forum des images.

Grand rendez-vous dédié à la création audiovisuelle contemporaine, les Rencontres Internationales Paris/Berlin vous invitent à découvrir leur nouvelle programmation, à Paris, du 5 au 10 mars 2019. L'événement prendra la forme d'un parcours entre différents lieux : l'Auditorium du Louvre, le Forum des images, le Centre Pompidou, le Carreau du Temple et la Cité internationale des arts. En présence d'artistes et réalisateurs du monde entier, cette édition propose une programmation internationale inédite, réunissant 120 œuvres de 40 pays ; des artistes et réalisateurs reconnus sur la scène internationale aux côtés de jeunes artistes présentés pour la première fois.

[19:30-22:00] Vernissage de l'exposition "Prix du récit dessiné 2018"
Location:
SCAM
Société Civile des Auteurs Multimedia
5, avenue Vélasquez
75008 Paris
M° Villiers, Monceau
France
Phone : +33 (0)1 56 69 58 58
Fax : +33 (0)1 56 69 58 59
Mail : webmaster@scam.fr
Internet Site : www.scam.fr
Description:
Du mardi 5 mars au vendredi 17 mai 2019

Le récit dessiné s'expose pour la première fois à la Scam ! À l'honneur, le travail remarqué de Yannis La Macchia, lauréat du Prix du récit dessiné 2018 et celui de Lamia Ziadé, mention spéciale.

« Faire l'histoire et le dessin » ... Mettre à l'honneur un livre exclusivement écrit et illustré par une même plume, c'est ici la vocation du Prix du Récit dessiné.

Pour la deuxième édition du prix, la Scam expose les ouvrages lauréats de Yannis La Macchia et Lamia Ziadé, dont l'exigence graphique et la recherche d'écriture, assorties d'une fine observation, permettent un éclairage original sur la société et ses tensions. La mémoire, le réel ou l'anticipation construisent là des récits à portée philosophique et universelle.
Exposition du 6 mars au 17 mai 2019 à la Galerie de la Scam
du lundi au vendredi, de 9h30 à 17h30
Entrée libre sur présentation à l'accueil
Vernissage mardi 5 mars à 19h30 (sur invitation) - réservation obligatoire via le formulaire en ligne
http://web.auteurinfos.fr/scamfr-aiw94/pages/w7efti6neembwqbqvpn4ua.html


Des bâtisseurs de Yannis La Macchia

Quelque part, dans un monde qui pourrait être le nôtre, des hommes et des femmes s'affairent autour d'étranges constructions. À travers les visions de ces bâtisseurs, se dessine le portrait d'une société, qui, sans doute, a connu le béton, la pollution, l'électronique, avant un changement que l'on devine radical. Mais entre l'homme d'hier et celui d'aujourd'hui semble survivre une même envie, une même nécessité, celle de construire. C'est cette étrange envie, celle de bâtir, de créer, que questionne le livre de Yannis La Macchia. Des bâtisseurs est un livre profondément singulier, qui bouscule le lectorat et la notion de récit, qui s'attache à questionner l'idée de création, sa place et son importance dans notre monde. C'est aussi un livre dont l'amour du dessin et la passion de conter transparaissent à chaque page.

Vernissage de l'exposition "Prix du récit dessiné 2018"
Des bâtisseurs - dessin Yannis La Macchia

Né en 1985 à Genève, Yannis la Macchia est membre fondateur du collectif Hécatombe, où il a publié la plus grande partie de son œuvre. Il est éditeur de la revue Un fanzine Carré, récompensée par un Fauve au festival d'Angoulême en 2013. Des bâtisseurs est son premier livre chez Atrabile, sélectionné en janvier 2018 au festival d'Angoulême.


Ma très grande mélancolie arabe de Lamia Ziadé

Il y a la plume, le verbe, l'éloquence et la flamme. Il y a l'idéal, le discours, l'étendard et le combat.
Il y a des ruines et des martyrs, des vestiges, des temples, des sanctuaires, des portiques. Il y a des tombes, des cercueils, des mausolées, des cimetières, des épitaphes. Il y a une infirmière kamikaze, une miss univers et un prince rouge, des émirs, des sultans, des pachas, des patriarches et des poètes. Il y a Septembre Noir et la bataille de Karbala, la corniche de Beyrouth et le discours d'Alexandrie, la fiancée de Naplouse et la dactylo d'Alger, les Boeing de la Pan Am et l'automobile du Roi d'Irak, le minaret de Jésus et le rocher de Mahomet. Il y a des keffiehs, des treillis, des turbans, des sahariennes. Il y a des jacarandas, des palmiers et des lauriers en fleurs. Il y a du sang, des soupirs, des processions, des funérailles et des larmes. Il y a des couronnes, des rubans, des youyous. C'est une danse macabre. Il y a un siècle au Proche-Orient.

Vernissage de l'exposition "Prix du récit dessiné 2018"

Lamia Ziadé est artiste et autrice de récits illustrés publiés aux éditions P.O.L et Denoël (Ô nuit ô mes yeux et Bye bye Babylone)
Le jury du Prix du récit dessiné était composé d'Aurélie Blard-Quintard, Nadia Benchallal, Pascal Boille, Alain Frappier, Élise Griffon, Isabelle Jarry, Thierry Murat et Damien Roudeau


Le jury du Prix du récit dessiné était composé d'Aurélie Blard-Quintard, Nadia Benchallal, Pascal Boille, Alain Frappier, Élise Griffon, Isabelle Jarry, Thierry Murat et Damien Roudeau

Créé en 2017 et doté de 5 000 euros par la Scam, ce prix récompense un récit dessiné, édité sous la forme d'un livre, appartenant à l'univers de la fiction ou de la non-fiction, en langue française, écrit et illustré par un même auteur ou une même autrice.












[20:30-23:00] Avant-première du film "Captain Marvel"
Location:
Le Grand Rex
1, boulevard Poissonnière
75002 Paris
M° Bonne Nouvelle
France
Phone : +33 (0)8 92 68 05 96
Internet Site : www.legrandrex.com
Description:
en présence de Carla Ginola, l'ancien chanteur des 2be3 Franck Delay, Artus, Tom Villa, Maxime Dereymez, Jean-Baptiste Marteau, Maxime Chattam, Alex Goude, Emilie Lopez, Kyan Khojandi, Fatou N'diaye (Les Black Beauty Bag), Jeremy Nadeau, Youssoupha Diaby, Jérémie Dethelot, Jérémy Charvet, Darko (Secret Story 10) ou encore Chakeup, Aymeric Pierre, Andreas Kastrinos, Cerise Calixte, Jérôme Cridlig, Alexis Loizon et Alyzée Lalande, Kevin Elarbi, Maxime Machenaud, Teddy Thomas, Pierre Croce, Loup-Denis Elion, Eric Metzger, Simon Says et James Baker, Maxime Tabart, Hugo Chalan-Marchio, Louis Morin, Aziatomik, Johan Papz, Mario Clavijo, Marvin Tillière, les jumelles Rawell Saidi et Rania Saidi...

Avant-première du film "Captain Marvel"
Maxime Machenaud et Teddy Thomas

Avant-première du film "Captain Marvel"
Carla Ginola













[21:00-23:00] Cocktail de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
Location:
Résidence de l'Ambassadeur de Belgique
25, rue de Surène
75008 Paris
M° Madeleine, Saint-Augustin, Miromesnil
France
Description:
par l'Ambassadeur de Belgique en France, M. François de Kerchove d'Exaerde


Fernand Khnopff (1858-1921)
Le maître de l'énigme

Du 11 décembre 2018 au 17 mars 2019
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Le vendredi jusqu'à 21h

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"

Artiste rare, le maître du Symbolisme belge n'a pas bénéficié de rétrospective à Paris depuis près de quarante ans.
L'exposition rassemblera une centaine de pièces emblématiques de l'esthétique complexe de Fernand Khnopff, peintre, dessinateur, graveur, sculpteur et metteur en scène de son oeuvre. L'artiste joue avec les thèmes, du portrait aux souvenirs oniriques, du fantasme au nu, et invite à la rêverie et à une réflexion sur l'identité.

Les oeuvres majeures de Khnopff seront mises en regard avec celles d'artistes de son temps, de Gustave Moreau à Gustav Klimt et Von Stuck, permettant de le replacer dans le contexte de l'Europe fin-de-siècle.

Ainsi l'exposition tentera de recréer dans sa scénographie le parcours initiatique de sa fausse demeure qui lui servait d'atelier, comme celle du Palais Stoclet où se marièrent à Bruxelles les esthétiques belge et viennoise. Renonçant à la chronologie, elle abordera les grands thèmes qui parcourent son oeuvre, des paysages aux portraits d'enfants, des rêveries inspirés des Primitifs flamands aux souvenirs de Bruges-la-morte, des usages complexes de la photographie jusqu'aux mythologies personnelles, placées sous le signe d'Hypnos.


COMMISSAIRES :

Michel Draguet, directeur des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique
Christophe Leribault, directeur du Petit Palais
Dominique Morel, conservateur général au Petit Palais

Avec le soutien exceptionnel des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
Un hortensia 1884, huile sur toile, Metropolitain Museum of Art, New York

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
I lock my door upon myself, 1891, huile sur toile, 72 x 140 cm, Munich, Neue Pinakothek

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
L'Art ou Des Caresses, 1896, huile sur toile, 50.5 x 150 cm, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
Fosset, l'entrée du village 885, huile sur toile, Collection privée 29 / Babut du Marès Namu

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
Portrait des enfants de Monsieur Nève 1893, huile sur toile, collection privée

Vernissage de l'exposition "Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l'énigme"
Hans Op de Beeck














[22:00-23:55] After Party Louis Vuitton
Location:
Hôtel de Crillon
10, place de la Concorde
4, rue Boissy d'Anglas
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 44 71 15 00
Fax : +33 (0)1 44 71 15 02
Mail : crillon@crillon.com
Internet Site : www.crillon.com
Description:
en présence d'Emma Stone, Catherine Deneuve, Léa Seydoux, Willow Smith & Jaden Smith (enfants très médiatisés du couple Will Smith et Jada Pinkett), Karlie Kloss, Marina Foïs, Emma Roberts, Alicia Vikander, Jennifer Connelly, Noomi Rapace, Justin Theroux, Mark Ronson, Sienna Miller, Thandie Newton, Nicolas Ghesquière, Samara Weaving, Indya Moore, Natalia Vodianova, Chloë Grace Moretz, Nina Dobrev, Antoine Arnault, Xavier Dolan, Mark Ronson, Farida Khelfa, Zhong Chuxi, Samara Weaving, Kelsey Asbille Chow, Urassaya Sperbund, Laura Harrier, Naomi Scott, Liya Kebede, Haider Ackermann, Kristen Stewart, Cara Delevingne et sa compagne Ashley Benson

Le déroutant défilé de la maison Louis Vuitton, qui a clôturé mardi la semaine du prêt-à-porter féminin 2019-2020, s'est tenu au Louvre dans un décor recréant pour l'occasion l'architecture d'un autre musée parisien, celui du Centre Pompidou.

Le but du créateur des collections femmes de la marque de luxe française, Nicolas Ghesquière, était de "créer le choc entre l'ancien et maintenant", selon la note de la présentation.

Pour ce faire, les invités reçus dans la Cour carrée du Louvre, cadre traditionnel des défilés de la maison la plus riche au monde, se sont retrouvés à l'intérieur de l'architecture révolutionnaire du musée d'art contemporain situé à seulement un peu plus d'un kilomètre de là.

Les actrices Emma Stone, Jennifer Connolly et Léa Seydoux et la top Karlie Kloss étaient au premier rang. La collection a audacieusement mélangé carreaux, rayures, motifs floraux et animaliers et les couleurs - le vert, le jaune, le bleu, le rouge avec le noir et l'argenté. Ce que la critique de la mode du New York Times Vanessa Friedman a aussitôt qualifié de "purée de mauvais goût".

Mais pour Nicolas Ghesquière, l'idée était de représenter le style vestimentaire du quartier autour du centre Pompidou où se côtoient le chic parisien et le streetwear éclectique.

"J'aime cette impression de melting pot vestimentaire. Je la transpose aujourd'hui chez Louis Vuitton", a souligne le styliste.

Les mannequins, minces et androgynes, marchent avec détermination, chaussées de bottes ou bottines plates ou de derby.

Les épaules sont larges, les jupes courtes et la taille est soulignée par une ceinture à boucle carrée sur laquelle sont reproduits une bouche ou un oeil maquillés d'inspiration pop. Les coiffes rappelant des bonnets de natation, en cuir noir ou à motif damier apportant une touche urbaine futuriste.

Certains looks bariolés sont accessoirisés avec un mono-boucle extra-longue. D'inspiration allant de Piet Mondrian au cubisme, la collection offre aussi des pièces classiques avec une touche de luxe décontracté, une marque de fabrique du styliste.




Mardi soir, Nicolas Ghesquière, directeur artistique du malletier, clôturait une nouvelle saison de Fashion Weeks dans un Musée du Louvre transformé... en Centre Beaubourg. Déroutant mais intéressant.

« Il n'aurait pas été plus simple de défiler directement à Beaubourg ? » s'interrogent des invités. Face à eux, les célèbres tuyaux colorés de Renzo Piano reconstitués à l'intérieur d'une structure géante dans la Cour carrée du Louvre - rappelons que Louis Vuitton a conclu un accord avec le plus grand musée de la planète pour y organiser ses shows de prêt-à-porter le dernier mardi (soit le jour de fermeture) de la Fashion Week de Paris.

Le malletier le plus riche du monde peut bien s'offrir ces folies, la question de savoir si cette démonstration de puissance est en phase avec l'époque se pose tout de même. Ceci dit, l'impression étrange que procure ce « musée dans le musée » est assez remarquable et l'installation digne d'une œuvre d'art contemporain monumentale à la Damien Hirst. Il est d'autant plus dommage qu'elle n'ait été visible que par les quelques centaines d'invités le temps du défilé.

Étrange collusion de styles

« Le Centre Pompidou, Beaubourg, les Halles, la place des Innocents... Un quartier comme un fascinant incubateur. Un incroyable mélange convergeait vers cet épicentre. Les bandes, le style, la vie... », dit Nicolas Ghesquière dans la note d'intention au sujet de l'inspiration de cette collection. C'est un lieu, mais c'est aussi une époque. Sa jeunesse, les années 1980, la New Wave, le Café Costes à l'ambiance gay BCBG et à la déco signée Starck où l'on regardait passer les looks des yuppies et des branchés en Montana et Jean Paul Gaultier. C'est la décennie d'idolâtrie d'Andy Warhol qui disait : « Un artiste est une personne qui produit des choses dont les gens n'ont pas besoin mais, pour une raison ou une autre, il pense que ce serait une bonne idée qu'ils les aient. » C'est Les Nuits de la pleine lune, c'est 37°2 le matin. C'est l'après-mouvement Memphis (dont on décèle l'influence, ici, dans les motifs) et l'âge d'or de la publicité sous l'effet Goude (voir les petits calots noirs sur la tête des mannequins). C'est Axel Bauer et son Cargo de nuit, Art of Noise et Something Always Happens (choisis par Woodkid pour la bande-son du show).

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton

Défilé Louis Vuitton
Emma Stone, Alicia Vikander, Léa Seydoux

Défilé Louis Vuitton
Catherine Deneuve, Nicolas Ghesquière

Défilé Louis Vuitton
Emma Stone

Défilé Louis Vuitton
Jaden Smith et sa soeur Willow Smith

Défilé Louis Vuitton
Alicia Vikander

Défilé Louis Vuitton
Catherine Deneuve

Défilé Louis Vuitton
Léa Seydoux

Défilé Louis Vuitton
Indya Moore, Zhong Chuxi, Samara Weaving, Kelsey Asbille Chow, Nina Dobrev, Urassaya Sperbund

Défilé Louis Vuitton
Willow Smith, Chloë Grace Moretz, Laura Harrier, Naomi Scott, Emma Roberts

Défilé Louis Vuitton
Karlie Kloss

Défilé Louis Vuitton
Thandie Newton

Défilé Louis Vuitton
Sienna Miller

Défilé Louis Vuitton
Chloë Grace Moretz















[23:00-23:55] Miu Miu afterparty
Location:
Chez Raspoutine
58, rue de Bassano
75008 Paris
M° George V
France
Phone : +33 (0)1 47 20 02 90
Mail : pauline@raspoutine-paris.com
Internet Site : www.raspoutine-paris.com
Description:
after du défilé Miu Miu

10:00
11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés