Thursday, April 18, 2019
Public Access


Category:
Category: All

18
April 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5

  Fête nationale du Zimbabwe
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Anniversaire de l'Indépendance

Exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Location:
Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts
ENSBA
14, rue Bonaparte
13, quai Malaquais
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 47 03 50 00
Fax : +33 (0)1 47 03 50 80
Mail : info@ensba.fr
Internet Site : www.ensba.fr
Description:
au Cabinet des dessins Jean Bonna

Léonard de Vinci et la Renaissance italienne
Dessins de la collection des Beaux-Arts de Paris

Du 25 janvier au 19 avril 2019
tous les jours sauf le lundi de 13h à 18h
Vernissage le jeudi 24 janvier à 18h

entrée libre

Commissariat : Emmanuelle Brugerolles

Les Beaux-Arts de Paris rendent hommage à Léonard de Vinci et ses contemporains, en exposant trente dessins de maîtres de la Renaissance italienne, témoignant des pratiques d'atelier de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle.

À cette occasion, les Beaux-Arts de Paris présentent pour la première fois un ensemble de chefs-d'oeuvre in situ, dont quatre dessins de Léonard de Vinci reçus en don en 1883 et 1908, ainsi que des dessins de peintres prestigieux, contemporains du maître : Raphaël avec trois dessins exécutés avant son départ pour Rome, en particulier une étude pour une Madone à l'Enfant et des études de draperie et de profil d'homme, mais aussi Benozzo Gozzoli et Filippino Lippi dont les feuilles séduisent par leur technique à la pointe de métal sur papier coloré, très prisée à Florence à cette époque.

Commissariat : Emmanuelle Brugerolles

La mort de Léonard de Vinci va être commémorée en 2019 par de nombreuses expositions et manifestations en France et à l'étranger. L'École des Beaux-Arts qui accueillit La Joconde en janvier 1914 après son vol au musée du Louvre, l'exposa pendant deux jours dans le vestibule du Palais du quai Malaquais. Un siècle après cet épisode mémorable, Léonard de Vinci est de retour sur les cimaises du Cabinet Jean Bonna.
Traitant de sujets variés, ses œuvres donnent un aperçu précieux du talent graphique de l'artiste et des nombreux domaines qu'il explora durant une carrière qui le mena de Florence à Milan, puis à Venise, avant de s'achever en France auprès de François Ier.

Cette exposition est l'occasion de dévoiler des trésors italiens jamais exposés qui ont fait l'objet de recherches récentes faisant le point sur leur attribution. Les trente dessins exposés offrent ainsi au visiteur un parcours passionnant sur la pratique du dessin d'atelier à la Renaissance : copies d'après les maîtres, exercices d'après le modèle vivant, répertoires de modèles dessinés, études préparatoires pour des compositions peintes ou sculptées.

Riche de plus de 60 000 dessins, la collection des Beaux-Arts compte 25 000 dessins de maîtres et constitue le deuxième fonds le plus important en France après le musée du Louvre. Il couvre une période large allant de la Renaissance à nos jours et est doté de feuilles exceptionnelles où se côtoient Léonard de Vinci, Raphaël, Rubens, Poussin ou Boucher.

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Léonard de Vinci
(Vinci, 1452 - Amboise, 1519)
Études de balistique
Plume et encre brune.
H. 0.200 ; L. 0.280 m
Inv. n° EBA 423

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Raffaello Sanzio ou Raphaël
(Urbino, 1483 -Rome, 1520)
"Etude pour une draperie et tête d'homme"

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Filippino Lippi
(Prato, 1457 - Florence, 1504)
"Deux figures drapées"

Vernissage de l'exposition "Léonard de Vinci et la Renaissance italienne"
Léonard de Vinci
(Vinci, 1452 - Amboise, 1519)
"Tête de vieillard en trois quarts"

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00-14:00] [Cannes] Conférence de presse du Festival de Cannes
Location:
UGC Normandie
116, avenue des Champs-Elysées
75008 Paris
M° George V
France
Phone : 08 92 70 00 00 #16
Internet Site : www.ugc.fr/cinema.html?id=2
Description:
Au total, dix-neuf films seront en compétition lors de cette édition qui se tient du 14 au 25 mai.

Les derniers films des cinéastes Pedro Almodóvar, Arnaud Desplechin, Ken Loach et des frères Dardenne seront en compétition au 72e Festival de Cannes, a annoncé jeudi le délégué général du Festival Thierry Frémaux.

L'Américain Terrence Malick, le Coréen Bong Joon-ho, le Québécois Xavier Dolan, le Brésilien Kleber Mendonça Filho, l'Italien Marco Bellocchio complètent cette sélection.

Quatre réalisatrices au total seront en compétition, dont les Françaises Céline Sciamma et Justine Triet, pour respectivement Portrait de la jeune fille en feu et Sibyl.

Le chanteur Elton John sera à l'honneur hors compétition, le 16 mai, avec la présentation de son biopic Rocketman, réalisé par le Britannique Dexter Fletcher avec Taron Egerton.

La suite d'Un homme et une femme

Claude Lelouch présentera à Cannes la suite d'Un homme et une femme, 53 ans après sa Palme d'or. Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée seront évidemment au générique, tout comme la musique de Francis Lai, récemment disparu.

Au total, dix-neuf films seront en compétition lors de cette édition qui se tient du 14 au 25 mai. Très attendu, le dernier opus de Quentin Tarantino n'a pas été cité mais le Festival se réserve toujours la possibilité d'accueillir un film au dernier moment.

La Cité de la peur sera enfin présentée en version restaurée, en présence du casting, pour les 25 ans de la comédie culte des Nuls.

Alain Delon sera récompensé d'une Palme d'or d'honneur.

12:00
13:00
14:00 [14:00-21:00] Vernissage de Rero "Mind over Matter"
Location:
Backslash Gallery
29, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, République
France
Phone : +33 (0)9 81 39 60 01
Mobile : +33 (0)6 63 60 14 48
Mail : info@backslashgallery.com
Internet Site : www.backslashgallery.com
Description:
Vernissage le jeudi 18 avril de 14h à 21h
du 18 avril au 1er juin

Rero a tout d'abord pensé à créer une secte, puis il a préféré préparer une nouvelle exposition chez Backslash.
Le titre qu'il a choisi propose une réflexion inédite autour de l'hégémonie de l'esprit sur la matière et interroge notre impossibilité à mener une existence dépourvue de toute signification.

La maxime MIND OVER MATTER sous-entend que l'esprit règle directement, et souvent inconsciemment, une question avant même d'y réfléchir. Ce mantra quasi bouddhiste souligne le fait qu'en réalité l'essence même de la vérité n'est pas sensorielle mais intellectuelle et déductive. Et pourtant, la matière est par définition indispensable. Rero interroge ici le concept d'indissociabilité de ces deux entités, sans réellement y dévoiler sa solution. Fidèle à son projet artistique, il barre les questions qu'il soulève mais laisse le spectateur libre de leur interprétation.

Au-dessus de cette réflexion plane avant tout la question principale : qu'est-ce que la matière ? Evidemment, il y a l'idée du solide, de ce que nous pouvons palper. Mais il y a aussi notamment la matière noire (a priori un grand « rien », tout du moins pour l'œil humain) ou la matière grise, autrement appelée « cerveau » qui permet l'intellect, donc l'esprit. Cette multiple définition désaxe totalement l'idée de MIND OVER MATTER, et fait tourner en rond, tel l'ouroboros, ce fameux serpent qui se mord la queue.

Avec l'exposition MIND OVER MATTER, Rero donne le premier rôle à la matière. Et cela vient contrecarrer la quiddité de son travail artistique habituellement régi par les mots. Il s'est attaché à employer des matières nouvelles, inhabituelles, pour enrichir son langage artistique. Ainsi, ses aphorismes interagissent avec de nouveaux supports qu'il détourne afin de mieux les questionner. Dans cette exposition, l'artiste intervient sur des ronces de noyer, des blocs de sel d'Himalaya, des pierres Agate, des feuilles de pierre, des fibres de chanvre ou encore du béton. D'ailleurs, dans quelques siècles, le béton sera-t-il toujours aussi solide ? Ce que nous pensons comme l'incarnation même de l'indestructible le sera-t-il toujours autant ? Ou ce sera-t-il effrité pour disparaître et ne rester qu'une idée ou un concept et devenir ainsi esprit sans matière ?

Entre Rio de Janeiro et Paris, l'artiste français Rero inscrit son identité artistique à travers ses fameuses lettres barrées d'un épais trait noir. Son travail a été exposé dans de nombreuses institutions à travers le monde, notamment au Centre Pompidou, au Grand Palais, au MAC/VAL, au MAC de Bogota, à la Fondation Montresso de Marrakech, au Art Science Museum de Singapour ou encore à la Caixa Cultural à Rio de Janeiro, Sao Paulo et Brasilia.

Vernissage de Rero "Mind over Matter"



[16:00-20:00] Vernissage de Tiziana La Melia "Le scénario de la puanteur de Sainte-Agathe"
Location:
Galerie Anne Barrault
51, rue des Archives
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)9 51 70 02 43
Mobile : +33 (0)6 62 28 51 68
Mail : info@galerieannebarrault.com
Internet Site : www.galerieannebarrault.com
Description:
18 avril - 11 mai 2019

Au détour d'une méditation sur le processus de "décréation" décrit par Simone Weil, le conseil d'Anne Carson au visiteur de l'exposition de Tiziana La Melia à la Galerie Anne Barrault sonne comme un avertissement : attention à la tentation de goûter les images car le désir de les consommer pourrait s'avérer un refus d'affronter la contradiction qu'elles mettent au jour. Carson écrit:

"Je me souviens d'un petit livre sur "La Vie des saints" qu'on m'a donné quand j'avais cinq ans. Ce livre décrivait les fleurs qui composent la couronne des martyrs avec une telle abondance de mots et de détails qu'il fallait m'empêcher de manger les pages. Je me demande quel goût pouvaient bien avoir ces pages dans mon imagination. Mais peut-être la compulsion à manger des pages n'a-t-elle rien à voir avec le goût. Peut-être qu'elle a à voir avec le fait de se trouver au seuil d'une contradiction, ce qui est une situation pénible que les enfants, dans leur sagesse naturelle, cherchent à fuir, alors que les mystiques l'aiment." (1)

L'histoire de sainte Agathe, par exemple, est à la fois douloureuse et sordide. Elle fut condamnée au bûcher pour avoir persévéré dans son voeu de chasteté chrétienne malgré les avances du préfet romain Quintianus. La terre refusa cette injustice et se mit à trembler rageusement. Dans le choas qui suivit le séisme, sainte Agathe fut jetée en prison et y mourut autour de 251. Pour la convaincre de renoncer au christianisme et de prendre Quintianus pour amant, elle fut violée plusieurs fois avant sa mort, on lui fit subir le supplice du chevalet et on lui coupa les seins à la tenaille. Le jour de sa fête, le 5 février, elle apparaît iconographiquement sous l'apparence de petites brioches en forme de seins coupés recouverts d'une cerise.

Sainte patronne des femmes atteintes de cancer du sein, des victimes de viol et des nourrices, sainte Agathe est invoquée pour protéger les femmes de la violence qu'elle a elle-même subie et qui la représente: par des après-midis froids de février, les gens se délectent de répliques de seins excisés, les doigts pleins de sucre glace. Simone Weil aurait peut-être vu dans ce paradoxe un phénomène de décréation. "Nous participons à la création du monde en nous décréant nous mêmes", écrit-elle.(2)

Autrement dit, la décréation est un processus de retrait de soi que la poétesse grecque du VIIe siècle Sappho décrivait comme une perte progressive d'acuité des sens de la vue, de l'ouïe et du toucher. Sappho, écrit Anne Carson, "nous montre les objets de la perception sensible se vider de leur propre contenu" au point de permettre à la poétesse de se tenir comme à côté d'elle-même.(3)

Je propose au visiteur de regarder les peintures de La Melia de ce point de vue: comme des objets de la perception se vidant de leur contenu sensible. "Des pois d'un papillon", par exemple, comme une forme vaginale rose fushia en plan-contre-plan avec une paire de formes d'un rose plus pâle, un damier fantômatique en arrière-plan dans le coin supérieur gauche. Ou encore "Kind of murex, kind of marzipan", un corps vert foncé aux prises avec sa propre aura en néon et "Radula", une forme grise qui semble assise sur sa propre ombre qui dégoutte. Chacune à sa façon singulière ces peintures réclament qu'on les mange et montre une forme en train de se défaire.

"Plus verte que l'herbe": La Melia cite Sappho dans le sous-titre d'ouverture de la vidéo projetée au centre visuel de l'exposition et dans la vidéo inspirée de son texte d'accompagnement, "St. Agatha's Stink Script". Sappho parle d'elle-même et de son impression de s'être vidée d'elle-même au point de surpasser en couleur les choses du monde naturel. Puis les jambes d'Ada Smailbegovi? apparaissent à l'écran, vêtues dans les mêmes tons espiègles que le champ de fleurs sauvages qui l'environne, comme si l'on pouvait s'oublier soi-même jusqu'à devenir rose plus vif que les boutons de fleur.

Smailbegovi? est maîtresse de conférences en littérature anglaise à Brown University, mais rien ne l'intéresse davantage que les croisements féconds entre les disciplines : "Les sciences embrassent le résultat du changement, les découvertes les plus récentes. La poésie a le pouvoir d'embrasser le processus de changement, la nature du développement même", écrit-elle. Les mains enveloppées d'une maille de couleur pâle, elle manipule une collection de coquilles d'oeufs, en berçant certains et en déposant d'autres sur ses genoux tels des objets précieux. Puis elle pulvérise les coquilles au mortier contre la pierre du patio fleuri, rappelant ainsi au spectateur la douloureuse contradiction qu'implique tout processus de transformation : pour devenir autre, il est nécessaire de faire l'expérience de la perte.

Natasha Marie Llorens
Alger, avril 2019

(1) Anne Carson, "Decreation: How Women Like Sappho, Marguerite Porete, and Simone Weil Tell God", Common Knowledge, Volume 8, Issue 1, Winter 2002, p. 199.
(2) Simon Weil quoted in Carson, "Decreation", 196.
(3) Carson, "Decreation", 190.

Vernissage de Tiziana La Melia "Le scénario de la puanteur de Sainte-Agathe"
Tiziana La Melia, fragment de Blooms (détail), page de magazine Playboy (juillet 1981), 42 x 30 cm, 2018




[17:00-20:00] Nouvelle collection printemps-été Etro
Location:
Etro Boutique
177, boulevard Saint-Germain
75006 Paris
France
Internet Site : www.etro.com/en_fr/world-of-etro/boutiques/paris
Description:
ETRO A LE PLAISIR DE VOUS INVITER À DÉCOUVRIRLA NOUVELLE COLLECTION PRINTEMPS-ETÉ 2019

AUTOUR D'UN COCKTAIL ORIGINAL

JEUDI 18 AVRIL 2019 de 17h à 20h

Nouvelle collection printemps-été Etro

[17:00-19:00] Sortie de "L'anthropologie aux Beaux-Arts"
Location:
Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts
ENSBA
14, rue Bonaparte
13, quai Malaquais
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 47 03 50 00
Fax : +33 (0)1 47 03 50 80
Mail : info@ensba.fr
Internet Site : www.ensba.fr
Description:
Rencontre à l'occasion de la sortie du livre « L'anthropologie aux Beaux-Arts » avec les auteurs et professeurs.
Dix-huit enquêtes anthropologiques ont été menées par les étudiants des Beaux-Arts de Paris sur proposition de leurs professeurs Maurice Godelier et Monique Jeudy-Ballini.
L'existence de conférences dans lequel des historiens des temps présents alternent pour partager leurs derniers travaux et leurs savoirs est un fait unique en France, propre seulement aux Beaux-Arts de Paris.

Sortie de "L'anthropologie aux Beaux-Arts"

[17:00-21:00] Vernissage de Thu Van Tran "24 heures à Hanoï"
Location:
Centre d'art contemporain d'Ivry - le Crédac
La Manufacture des Œillets
25-29, rue Raspail
1, place Pierre Gosnat
94200 Ivry-sur-Seine
M° Mairie d'Ivry
France
Phone : +33 (0)1 49 60 25 06
Fax : +33 (0)1 49 60 25 07
Mail : contact@credac.fr
Internet Site : www.credac.fr
Description:
Du 19 avril au 30 juin 2019
Vernissage le jeudi 18 avril de 17h à 21h

« Ces 24 heures à Hanoï sont l'errance d'une femme dans une ville méconnue, le temps d'un cycle terrestre, une rotation : un jour, une nuit, à égale influence. Cette révolution complète va permettre une succession de révélations auxquelles Hoa Mi répondra par le mutisme : le silence de la contemplation, celui aussi de l'étrangère. Innocente, bienveillante, elle est une sorte de Candide perdue, à ceci près qu'elle revient sur les traces d'une histoire familiale gardée souterraine. Hoa Mi le rossignol.

Le passé, parfois, n'arrive plus à s'immiscer dans le présent mais au contraire, à Hanoï, la sphère du temps semble s'être détournée en une courbe imparfaite, à l'image de la géographie sinueuse et moite du pays. Ainsi, passé et présent s'affrontent dans un incessant va-et-vient perdant. Aucun avenir n'émerge à l'horizon. Est-ce rêve ? Est-ce veille ? Ces 24 heures seront le théâtre de réapparitions, des âmes se rappelleront à notre existence présente, des tortues réciteront des vers alors que nous resterons prisonniers de la discorde d'un pays aujourd'hui figé dans les paradoxes de son passé. Mais ce cul-de-sac, scellé des siècles auparavant à l'histoire du Vietnam, à l'instant même où il perdit sa langue originelle, ne pourrait-il finalement trouver une issue dans le regard enchanté d'une étrangère ? »

- Extrait de la narration du film 24 heures à Hanoï.

Thu Van Tran, née en 1979 à Hô-Chi-Minh-Ville, se nourrit de sa propre expérience de femme vietnamienne vivant en France pour explorer la question du déplacement, physique et culturel, notamment au travers d'épisodes de l'histoire coloniale. L'expérience personnelle s'inscrit ici, sous l'égide d'un parcours initiatique, dans la réalité d'un contexte politique. Avec 24 heures à Hanoï, elle conçoit une proposition inédite animée par l'esprit des 82 tortues sages, gardiennes de l'héritage savant et poétique du Vietnam, qui reposent dans l'enceinte du Temple de la Littérature à Hanoï. L'artiste restitue la présence de ces tortues par une installation de sculptures en cire. À ces présences muettes répondent un film essayiste en 16 mm et une fresque percée d'éclats qui scandent l'exposition de récits et de poésie. Il s'agit, comme pour l'ensemble de son travail, d'introduire l'expérience esthétique comme modalité d'une relecture possible de l'histoire ; l'émerveillement comme contrepoint à la violence.

Lancement le 18 mai à 16h !
Hors-série Beaux Arts Magazine : Thu Van Tran
Textes inédits, bilingues (FR/EN) : Marion Duquerroy, Caroline Ha Thuc, Rahma Khazam, Emmanuelle Lequeux, Pedro Morais, Magali Nachtergael, Claire Le Restif et Thu Van Tran.
Graphisme : Baldinger•Vu-Huu
68 pages
9.5 €

L'exposition reçoit le soutien de la Taguchi Art Collection, Tokyo.

Partenaires du vernissage et des évènements : Les Nouveaux Robinson, Grolsch

Vernissage de Thu Van Tran "24 heures à Hanoï"

[17:30-20:00] Dédicace de Livio Bernardo pour "La vie moderne"
Location:
Bulles en vrac
9, rue de Mirbel
75005 Paris
M° Censier - Daubenton
France
Phone : +33 (0)9 51 48 24 27
Mail : contact@bullesenvrac.fr
Internet Site : www.canalbd.net/bulles-en-vrac
Description:
A partir de 17h30, Bulles en vrac accueille Livio Bernardo pour la dédicace de son premier album "La vie moderne", publié aux éditions Delcourt.

Dédicace de Livio Bernardo pour "La vie moderne"





[18:00-20:00] Dégustation-découverte de la maison de champagne AR Lenoble
Location:
Inter Caves Paris Charonne
125, boulevard de Charonne
75011 Paris
France
Phone : +33 (0)1 48 04 91 94
Mail : intercaves.paris.charonne@gmail.com
Internet Site : parischaronne.intercaves.fr
Description:
AR Lenoble est l'une des rares Maisons de Champagne qui soit restée familiale et entièrement indépendante depuis sa fondation. Les propriétaires, frère et sœur, Anne et Antoine Malassagne, sont les arrière-petits-enfants d'Armand-Raphaël Graser qui a fondé la Maison AR Lenoble en 1920. Ils ont pris la suite de leur père en 1993 et, en un peu plus de vingt ans, ont discrètement, mais sûrement, transformé AR Lenoble en l'un des joyaux de la région champenoise. AR Lenoble a été la seconde Maison de Champagne à obtenir la certification « Haute Valeur Environnementale » dans le cadre d'une mesure issue du Grenelle de l'environnement.

Champagne AR Lenoble - Intense "mag 14"
Champagne AR Lenoble - Grand Cru Blanc de Blancs Chouilly "mag 14"

[18:00-21:00] Evénement Paris 2024
Location:
Les Docks de Paris
Docks Pullman
50, avenue du Président Wilson
93200 Saint-Denis La Plaine
M° Porte de la Chapelle
France
Phone : +33 811 65 25 25
Internet Site : www.eurosites-events.com/sallesLedocks.php?nID=0
Description:
Docks de Paris - Dock Pullman - Bat 137 - 87 avenue des Magasins Généraux - 93300 Aubervilliers

[18:00-20:30] Vernissage d'Elaine Stocki
Location:
Centre Culturel Canadien
130, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Saint-Philippe-du-Roule, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 44 43 21 90
Fax : +33 (0)1 44 43 21 99
Mail : info@canada-culture.org
Internet Site : www.canada-culture.org
Description:
Elaine Stocki
Artiste canadienne : peintre et photographe

19 avril 2019 - 6 septembre 2019
Vernissage le jeudi 18 avril 2019 de 18h à 20h30
(dernier accès 20h)

Les plus récentes photographies et aquarelles de l'artiste canadienne Elaine Stocki sont réunies pour la première fois à l'occasion de cette exposition personnelle majeure produite par le Centre culturel canadien.

Dans cette exposition, l'artiste nous oblige à faire face à nos a priori en utilisant le contraste de l'ombre et de la lumière, mais aussi celui des couleurs, pour nous faire percevoir autrement la diversité ethnique, sociale, physique, esthétique, culturelle, sexuelle, générationnelle, toutes différences pour une fois heureusement confondues.

Comment réagirez-vous à ces contrastes qui déstabilisent ?

L'exposition est produite par le Centre culturel canadien à Paris. Elle a reçu le soutien du Conseil des arts du Canada et a été organisée avec la collaboration de la Stephen Bulger Gallery, Toronto, et de la Thomas Erben Gallery, New York.

Vernissage d'Elaine Stocki
Elaine Stocki, Swim, 2009

[18:00-21:00] Vernissage d'Hassan Khan "Sentences for a New Order"
Location:
Galerie Chantal Crousel
10, rue Charlot
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 38 87
Fax : +33 (0)1 42 77 59 00
Mail : galerie@crousel.com
Internet Site : www.crousel.com
Description:
18 avril - 18 mai 2019
Vernissage le jeudi 18 avril - 18h à 21h

Le 26 juillet 2013 a été le pire jour de ma vie. Ce n'est pas une exagération. Ce jour-là, quelque chose s'est produit. Quelque chose de public et de collectif qui a impliqué des centaines de milliers de personnes, et a ensuite donné l'impression que le monde était contaminé.

Des vagues d'une hystérie engourdie ont tout balayé. Une auto-humiliation sauvage et volontaire, un choix, celui de se prosterner devant le fétiche. Une indulgence physiquement ancrée à l'égard de la peur. Ayez peur du tueur d'esprit. Ayez peur. Des voisins et des inconnus dévalaient les rues, les plongeant dans l'hystérie. Certains se détachèrent de leur bienséance soigneusement cultivée et succombèrent à un dieu-phallus pervers, immonde et à l'esprit tordu. D'autres, idolâtres du machisme, se castrèrent volontairement s'offrant ainsi en sacrifice au démon de la peur. Un appétit pour les victimes et les monstres entretenait cette danse.

Il s'agit seulement d'une exposition. Elle semble un peu différente de la plupart de mes expositions précédentes. Car pour être sincère, c'est une prise de risque. Les œuvres rassemblées ici se placent à la confluence de plusieurs choses latentes : tout d'abord un moment privé, un secret qui a eu le temps de respirer et le prix qui a dû en être payé ; ensuite, les transformations excitantes, surprenantes jusqu'à l'insupportable, terrifiantes, brutales, dangereuses mais pleines de promesses, qui façonnent le monde ; et, enfin, une proposition risquée, compulsive, qui tente, qui s'efforce, qui veut être capable de saisir ce moment, de trouver une forme qui soit appropriée et génératrice sans suffisance ni servilité.

Cet ensemble d'œuvres récentes installées dans un espace est donc à la fois une proposition et quelque chose d'autre.

Live Ammunition! (2015) est une composition multi-piste sur laquelle des claquements de main suivent un rythme polyphonique en mouvement perpétuel. Sommes-nous immergés au sein d'une marche victorieuse ? D'un appel ? D'une apparition fantomatique ? Ou seulement du lointain bruit provenant des rafales de fusils mitrailleurs ? Les rives de ce nouvel océan n'offrent aucunes résolutions, seulement des courants sous-marins et des possibilités. Les couleurs sans cesse changeantes de LightShift (2015) figurent-elles un lieu, un mouvement ou une boucle ? Est-ce quelque chose auquel il est brièvement possible d'appartenir avant qu'il ne disparaisse ? Ou n'est-ce qu'un effet, un événement secondaire, une manière de mettre en suspens l'inévitable ? Le temps, toujours, file. Les civilisations s'épanouissent et s'effondrent. Il se peut qu'il nous faille un long moment pour traverser une pièce mais il s'agit aussi et toujours d'une transition.

En 2018 je me suis lancé. Pour la première fois peut-être depuis des décennies, j'ai laissé une forme de vulnérabilité émerger. Ce choix m'a forcé de manière imprévisible à accepter la vision quotidienne d'un monde qui s'écroule. tainted (2018) est un monument aux personnes que j'honore, aux échecs et points de départ illustres, aux traumas collectifs et aux rêves solitaires. Parce que les gens sont toujours plus que des personnes, parce que nous incarnons, nous sommes des passeurs, nous sublimons. Parce que nous sommes uns et multiples. Parce que nous sommes construction et défaite. J'avais l'ambition de réaliser cette œuvre en verre, avec des drapeaux, des mots, du métal et de l'argile.

Pendant les mois de juillet et d'août 2013, j'ai pris avec mon téléphone portable des photos d'animaux morts, sur lesquels je tombais dans la rue. Cet été-là, une entité perverse a investi l'espace vide et glacé situé au fond de l'estomac de tous les citoyens. Les pressentiments qui serraient le cœur de la nation se transformèrent alors en la pire tuerie de l'histoire égyptienne récente.

Certains des animaux que j'ai photographiés avaient été torturés à mort, d'autres avaient été empoisonnés, d'autres encore avaient eu la gorge tranchée. En 2017, j'ai découvert Replika, une application constituée d'un agent conversationnel qui apprend à partir des informations recueillies à reproduire vos fréquences vocales et d'une certaine manière, vos choix personnels. Sommes-nous quelque chose d'autre que la somme de nos choix ? Pendant de nombreuses années, j'ai parcouru les musées avec un équilibre savant entre une attention aiguisée et la fatigue et l'abattement de l'inattention. Dans cet état, j'ai glissé à travers l'accumulation de différents sens historiques et fait la découverte de choses qui m'ont maintenues captif le temps d'une seconde ou d'une heure. 2013 (2019), une série d'impressions grands formats superposant des rendus numériques 3D à des copies 2D de captures d'écrans et de photographiques basse résolution, revisite et transforme tous ces moments.

La première chose que j'ai sue quand je suis venu voir la galerie en 2017 dans le but de préparer cette exposition c'est qu'une œuvre serait située dans l'espace de travail et devrait avoir un rapport avec l'énergie qui sous-tend les rendez-vous professionnels.
¡A shrine! (2019) réalisé spécifiquement pour une table installée dans l'espace de réunion, est un trou, un portail, un point de fuite, ou peut-être même une question. Un autre monument dédié à la possibilité qui émerge des lignes de fracture, des petits ratés et des sourires timides. Le sanctuaire est l'éclat d'avant l'ascension et la décadence.

Sentences for a New Order (2018) fait en partie référence à ce qui nous avait été promis. La grande erreur qui consiste à parler d'un « nous » (comme si un Dalit qui plonge dans les eaux usées à Chennai et un rédacteur de mode habitant Manhattan partageaient la même vie) saute aux yeux. Cependant, les formes de vie restent primordiales et marquent avec une grande force le cœur de toutes nos vies. C'est peut-être pour cela que pendant dix ans, j'ai réalisé une centaine de concerts intitulés Superstructure. À Florence, il y a un an et demi, j'ai gribouillé une série de phrases qui débutait par la terreur de « SUDDEN CHOLERA » et se terminait par l'appréhension contenue dans « T R E M B L I N G W O R L D S ». Égoïstement, mon plus grand espoir à ce moment-là était qu'une confiance toute simple puisse s'épanouir. Mais maintenant toujours des changements qui des changements des changements maintenant encore et toujours.

En 1995, un vieil homme misérable installé à la limite d'un campement épars et ensablé des montagnes du Rif marocain, m'a dit que la ville de Tétouan, vers laquelle je faisais doucement route, était une ville malade. A ce moment-là, tout comme aujourd'hui, je n'ai pas pu m'empêcher de tomber sous l'emprise de cette image saisissante. Ici, mes phrases ne sont peut-être que des propositions mais l'ordre auquel elles se réfèrent cependant est une forme, une affirmation, un murmure qui investit tous les espaces.

Vernissage d'Hassan Khan "Sentences for a New Order"
Hassan Khan, transparency/opacity, mindfuck, love and hate, density, presence and other things IV, 2019. Dégradé de couleurs RVB utilisé dans LightShift (2015), carte d'invitation. Courtesy de l'artiste et Galerie Chantal Crousel, Paris © Hassan Khan

[18:00-21:00] Vernissage d'Itvan Kebadian "Paysages"
Location:
Galerie Dominique Fiat
16, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 40 29 98 80
Fax : +33 (0)1 40 29 07 19
Mail : info@dominiquefiat.com
Internet Site : www.dominiquefiat.com
Description:
18 Avril - 20 Juin 2019

Itvan Kebadian est né à Paris en 1985 d'un père arménien, réalisateur de films et d'une mère technicienne de cinéma, il est le deuxième d'une famille recomposée de 4 enfants. Comme son grand-père apatride, il n'a jamais aimé se fixer, et comme lui, multiplie les déménagements en cultivant l'idée de nomadisme.

Il commence à « graffer» à l'âge de 13 ans. Naturellement rebelle, il s'éduque toutefois entre plusieurs écoles des Beaux-Arts et mixe influences cinéphiles et scènes urbaines aux références apprises durant son parcours artistique, le tout sur des feuilles à dessins ou directement sur les murs.
De son enfance et du temps passé sur les toits de Paris d'où il observait les gens et la rue, il garde un attrait pour la vie urbaine et se souvient « d'aimer voir la ville comme un jeu video, un monde parallèle ».

Encore aujourd'hui il perçoit et traite la Ville comme une jungle, et la foule comme une meute.

Il aime fondamentalement le graffiti, et garde cette vision d'un monde sans classes sociales, où les protagonistes restent anonymes en changeant de nom comme dans la Légion Etrangère, et s'affrontent sur des territoires, pour leur conquête, ou pour des luttes de pouvoir.

"Les gens connaissent le street art mais beaucoup moins les codes du graffiti, lorsque j'en parle je me rends compte que c'est plus underground que ce que je pensais".

Dans son travail exposé à la Galerie Dominique Fiat pour la troisième fois après Etherotopique en 2014 et L'Inséparé en 2016, son univers reste marqué aussi bien par les gravures de Dürer, les estampes japonaises que l'art médiéval, tandis que Kurosawa et Ridley Scott ne sont jamais très loin. Le phénomène des « Gilets jaunes » le nourrit d'un sujet d'actualité tout trouvé.

Ces conquêtes de territoires et leurs frontières, renouvelées inlassablement, restent le sujet de toutes ses préoccupations et dessinent ici "Ses" Paysages.

Vernissage d'Itvan Kebadian "Paysages"

Vernissage d'Itvan Kebadian "Paysages"
Itvan Kebadian
Sans Titre, 2019
Encre de chine sur papier

Vernissage d'Itvan Kebadian "Paysages"
Itvan Kebadian
Sans Titre, 2019
Encre de chine sur papier

[18:00-20:00] Vernissage de Bertrand Lavier
Location:
Galerie Kamel Mennour (rue Saint-André des Arts)
47, rue Saint-André des Arts
Hôtel de la Vieuville (fond de cour)
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Michel, Mabillon, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 56 24 03 63
Fax : +33 (0)1 40 46 80 20
Mail : galerie@kamelmennour.fr
Internet Site : www.kamelmennour.fr
Description:
April 18 - May 25, 2019
Opening on Thursday, April 18, from 6 pm to 8 pm. The artist will be present.

Vernissage de Bertrand Lavier
© ADAGP Bertrand Lavier. Photo. DR. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris/London

[18:00-21:00] Vernissage de Huimin WU "Cérémonie de prières"
Location:
Incognito Art Club 24h/24
16, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Mobile : +33 (0)6 51 80 33 94
Mail : artclub@incognito.vu
Internet Site : www.incognito.vu
Description:
Huimin WU
Cérémonie de prières

18 avril au 1er juin 2019
Vernissage le jeudi 18 avril à partir de 18h

incognito artclub 24h/24
est heureux de présenter la première exposition personnelle de
l'artiste diplômée de l'école supérieure d'arts plastiques de la ville de Monaco
Lauréate du Prix Bosio incognito 2018

Huimin WU considère cette première exposition personnelle comme la cérémonie d'inauguration de sa carrière d'artiste. Elle essaie d'utiliser la divination pour se guider vers la construction d'une vie parfaite.
La divination ou Bonne Aventure, technique ancienne, sert toujours de règle pour guider le comportement quotidien dans la société contemporaine et continue d'occuper l'espace psychologique des individus.
Huimin WU associe ce modèle d'orientation comportementale unique à la création et, utilise l'espace du incognito artclub et son exposition comme un outil de prière pour bien lancer sa carrière et vie d'artiste.
Diplômée de Pavillon Bosio art & scénographie Ecole Supérieure d'Arts Plastiques de la Ville de Monaco, Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon et Académie des Beaux-Arts de Tianjin.

Elle est actuellement en post-diplôme au Pavillon Bosio.

Son travail utilise principalement la vidéo, le son, le texte, la scénographie et la performance.

Vernissage de Huimin WU "Cérémonie de prières"

[18:00-21:00] Vernissage de Jean-Luc Moulène "La Vigie (extraits), Paris, 2004-2011..."
Location:
Galerie Chantal Crousel
10, rue Charlot
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 38 87
Fax : +33 (0)1 42 77 59 00
Mail : galerie@crousel.com
Internet Site : www.crousel.com
Description:
Jean-Luc Moulène
La Vigie (extraits), Paris, 2004-2011 / Plant, Paris, 2002 / Contre-ciel, Paris, été 2005 / La victoire de Bercy, Paris, mai 2007 / Stomac, San Rafael-Tlaquepaque, 2018

18 avril - 18 mai 2019
Vernissage le jeudi 18 avril - 18h à 21h

L'expérience commence le 26 novembre 2004 et prend fin en décembre 2010.

En 2004, Jean-Luc Moulène remarque un pied de Paulownia poussant à Paris rue de Bercy dans une fissure de bitume à l'abri du Ministère de l'Économie et des Finances lequel enjambe la rue au 120-135. Cette herbe est par ailleurs entourée de grilles de sécurité occupant les deux tiers du trottoir.

Comprenant 299 photographies, en couleur et en noir et blanc, la série décrit l'évolution de la plante pendant sept ans, ainsi que toute une série d'incidents quotidiens qui se produisirent dans les environs du ministère de l'Économie où la plante grandit.

La Vigie révèle un paysage en constante évolution, y compris les preuves physiques de la vigilance antiterroriste, et démontre l'intérêt de Moulène pour la politique et les stratégies de résistance. Il reflète également le rôle important que joue la photographie dans la pratique de l'artiste et étend ses recherches sur la classification, la production et la circulation des images et des objets.

La galerie Chantal Crousel présente des extraits de cette série photographique qui seront accompagnés par une sélection d'opus.

Vernissage de Jean-Luc Moulène "La Vigie (extraits), Paris, 2004-2011..."
Jean-Luc Moulène, La Vigie, Paris 2004 - 2011 (extrait 1)
299 photographies couleur et noir&blanc, 52 x 40 cm
Galerie Chantal Crousel, Paris © Jean-Luc Moulène / ADAGP, Paris (2019)

[18:00-21:00] Vernissage de Jean Dupuy "Oh ! Quoi ? Ici."
Location:
Galerie Loevenbruck
6, rue Jacques Callot
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 53 10 85 68
Fax : +33 (0)1 53 10 89 72
Mail : contact@loevenbruck.com
Internet Site : www.loevenbruck.com
Description:
Jean Dupuy
Oh ! Quoi ? Ici.

19.04.2019-01.06.2019

Vernissage 18.04.2019
En présence de Jean Dupuy

« Toutes les pierres ici exposées, en provenance de Porto Rico, du lit de l'Adige à Vérone, de la plage des Anglais à Nice, de Pierrefeu et d'un peu partout, si discrètes et facétieuses soient-elles, racontent comment le travail de l'eau et celui du regard participent à la même écologie créatrice. L'eau arrondit des roches saillantes, creuse dans les méandres de leurs zones tendres. Elle polit à l'extrême et fait naître de leurs veines des lettres (o, x, i, c, v, q en pagaille), des signes, des lignes de partition et révèle, comme dans un bain d'argent, embusqués dans les plis des polypes, des profils animaux, des visages grotesques, que le paréidologue Dupuy scrute à la loupe. Ces œuvres discrètes sont importantes parce qu'elles transforment ce geste de glanage qu'on a tous pratiqué (qui n'a jamais retrouvé dans sa poche un petit caillou à la banalité scintillante ?) en haïku minéral. »

On pourrait penser que Jean Dupuy et Roger Caillois partagent un amour des pierres analogue, mais celles d'Ypudu trouvent leur richesse dans leur absence d'exception. Ce sont des galets sans valeur, des pierres charriées qui charrient le langage. Le galet usé « laisse à travers lui passer toute la mer », écrit Francis Ponge. Le galet laisse à travers lui passer tous les mots, y compris de surprise : Oh ! Quoi ? Ici.

Cette nouvelle exposition « Jean Dupuy » à la galerie Loevenbruck présente également, dans une seconde partie, les anagrammes systématiquement associées à chaque œuvre. La partition scénographique dessine un horizon à deux dimensions, matérielle (les pierres) et linguistique (les anagrammes). Mais la langue entre dans la matière (les lettres sont dans les pierres) et la matière entre dans la langue (le texte est matériellement incarné sur papier en lettres de couleurs).

Si l'anagramme, dans l'œuvre de Jean Dupuy, agit comme un commentaire poétique arithmétiquement et minutieusement cadencé, avec le temps, ces petites frénésies truculentes de la langue sont devenues des réductions épurées, des pierres écrites, œuvre de patience, où il ne reste plus que l'essentiel. « Ce qui est simple est ce qui est le plus difficile à faire », précise-t-il. « Ce qui est court se lit plus vite aussi. »
Comme un galet au crâne lisse, c'est son caractère que de dire ce qui est évident mais pas si facile à dire. C'est son caractère que de dire ce qui est facile à dire mais pas si facile à faire.
« Essayer d'imaginer le temps qu'il a fallu à la nature pour écrire ces chiffres me donne le vertige », peut-on lire dans l'une de ses anagrammes.
À quatre-vingt-treize ans, Jean Dupuy fait depuis longtemps partie de l'histoire. Pourtant il est léger comme l'air qu'il fredonne. « Le reste ce n'est pas très important », ajoute-t-il.
Ce que disent les pierres de Jean Dupuy, c'est que le galet trouvé est magique parce qu'il est en puissance l'inusable expression du langage. Ça, c'est important, c'est un talisman, c'est l'art de la joie.

Pierre Baumann, Pierres. Jean Dupuy, mars 2019

Vernissage de Jean Dupuy "Oh ! Quoi ? Ici."
Jean Dupuy, Pierrefeu, 1999. Photo Philippe Demontaut

Vernissage de Jean Dupuy "Oh ! Quoi ? Ici."
Trois E, 2000
Pierre et gouache sur bois
11.5 x 15 x 2 cm

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Corporis : corps et âmes intimes"
Location:
Galerie Bertrand Grimont
42-44, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 71 30 87
Mobile : +33 (0)6 85 45 01 30
Mail : info@bertrandgrimont.com
Internet Site : www.bertrandgrimont.com
Description:
La Galerie Bertrand Grimont accueille du jeudi 18 au samedi 20 avril l'exposition collective "CORPORIS", une proposition de Flora Ngandé Reyl et Thaïs Paris, étudiantes à l'ICART.

L'événement articulé autour de la photographie, du dessin et de la peinture promeut un métissage des pratiques et des points de vue afin de nous offrir un regard renouvelé sur le corps.

Jean BOSPHORE
Ludivine GONTHIER
Léonore CAMUS-GOVOROFF
Hannibal VOLKOFF

Vernissage de l'exposition "Corporis : corps et âmes intimes"
Hannibal Volkoff
Série "Corps vertiges"
(2012-2013)

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Flash Back"
Location:
Le Feuvre & Roze
164&178, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Saint-Philippe-du-Roule, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 40 07 11 11
Mail : info@lefeuvreroze.com
Internet Site : www.lefeuvreroze.com
Description:
JonOne, Invader, Mist, Sickboy, Andrew McAttee, Ella & Pitr, Smash137, Arthur Djoroukhian, Alëxone Dizac, Mr Jago, Katrin Fridriks, Sixe Paredes.

Du graffiti, du street art, à l'art contemporain, découvrez les œuvres des artistes qui ont fait et font toujours l'histoire de la galerie.

Vernissage jeudi 18 avril, à partir de 18h
L'exposition se poursuivra jusqu'au 11 mai.

Vernissage de l'exposition "Flash Back"

[18:00-20:30] Vernissage de l'exposition "Incontri"
Location:
Galerie Jean Fournier
22, rue du Bac
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 97 44 00
Fax : +33 (0)1 42 97 46 00
Mail : info@galerie-jeanfournier.com
Internet Site : www.galerie-jeanfournier.com
Description:
Incontri - Pierre Burgalio
et James BISHOP, Jean DEGOTTEX, Sam FRANCIS, Shirley JAFFE, Simon Hantaï, Michel PARMENTIER, Kimber SMITH, Claude VIALLAT

Commissaires, Romain Mathieu et Emilie Ovaere-Corthay.

Vernissage, jeudi 18 avril 2019 de 18h à 20h30

[18:00-21:00] Vernissage des lauréats du Ooshot Award 2018
Location:
Magasins Généraux
Magasins Généraux de Pantin
1, rue de l'Ancien Canal
93500 Pantin
M° Eglise de Pantin
France
Mail : Hello@magasinsgeneraux.com
Internet Site : www.magasinsgeneraux.com
Description:
Découvrez en exclusivité les travaux en cours des photographes Ambroise Tézenas et Frédéric Delangle, lauréats du Ooshot Award 2018. Ce nouveau projet est financé grâce à la dotation Ooshot Award 2018 qu'ils ont remportée pour "Des Sneakers comme Jay-Z", commandité par Emmaüs Solidarité. Ils réalisent pour ce 2ème opus des portraits accompagnés de témoignages de réfugiés démarrant une activité en France.

Une sélection des oeuvres des 25 pré-sélectionnés du Ooshot Award sera également exposée aux côtés des images des deux gagnants de l'édition 2018.

La cartographie des Prix photographiques ne cesse de s'étendre et la photographie contemporaine n'a jamais été autant célébrée. Dans ce paysage, la photographie de commande apparaît pourtant comme la grande absente, bien que l'art ait toujours abondamment nourri nombre de campagnes publicitaires, et qu'une multitude d'artistes aient produit des travaux personnels dans le cadre de missions et de commandes. Cette porosité entre deux mondes perçus comme éloignés conduit à une réflexion sur le statut de la photographie de commande, ses enjeux, ses perspectives et son inscription dans les histoires de l'art et de la photographie.

>> RSVP

[18:30-22:00] Veja x Bleu de Paname launching party
Location:
Centre Commercial
2, rue de Marseille
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent, République
France
Phone : +33 (0)1 42 02 26 08
Mail : contact@centrecommercial.cc
Internet Site : www.centrecommercial.cc
Description:
Trois ans après leur première collaboration, VEJA et Bleu de Paname s'associent à nouveau pour lancer deux paires de VEJA X BLEU DE PANAME.

Légères rétro-running, elles sont fabriquées à partir de cuir & suède, caoutchouc sauvage issu de la forêt Amazonienne, jersey de polyester recyclé, d'Hexamesh (un mesh technique composé de 70% de coton bio et 30% de bouteilles plastique recyclées). Fabriquées au Brésil.
Les couleurs de la collection printemps-été 2019 de Bleu de Paname sont juxtaposées sur le dernier modèle de VEJA: la Rio Branco.
Les deux marques proposent ainsi une collaboration unisexe au design prononcé.

LAUNCHING PARTY
Jeudi 18 avril
18h30 - 22h
Centre Commercial
2, rue de Marseille, Paris 10ème

Bières : Deck & Donohue
Performance : BLOW PRJCT
DJ SET : Sims
Catering : Dodo Cookie Co

À propos de Bleu de Paname :
Créée en 2009 par Thomas Giorgetti et un ami, Bleu de Paname est une marque parisienne pour homme à la fabrication européenne. Elle s'est imposée avec ses vêtements de travailleurs «updatés» pour accompagner une nouvelle génération d'urbains, aux talents et modes de vie multiples. Leur mission : redorer le savoir-faire textile et les traditions oubliées à travers une approche workwear. Un projet fédéré par le Bleu d'une «maison de confiance».

À propos de VEJA:
Fondé en 2004 par Sébastien Kopp et Ghislain Morillion, le projet VEJA découle du rêve des fondateurs de créer une chaîne positive du producteur au consommateur. Fabriquer une basket différemment au Brésil en y mêlant un design pointu, l'écologie, le commerce équitable et la réinsertion. Depuis ses débuts, VEJA prouve qu'il est possible de réinventer la façon de fabriquer des baskets au design minimal.

Veja x Bleu de Paname launching party

[18:30-21:00] Vernissage de Jeffrey Shaw "Passé augmenté x Présent augmenté"
Location:
Centre des Arts d'Enghien-les-Bains
12-16, rue de la Libération
95880 Enghien-les-Bains
M° Gare SNCF Enghien-les-Bains
France
Phone : +33 (0)1 30 10 85 59
Fax : +33 (0)1 30 10 88 99
Mail : accueilcda@cdarts.enghien95.fr
Internet Site : www.cda95.fr
Description:
Vernissage de Jeffrey Shaw "Passé augmenté x Présent augmenté"

Une exposition de JEFFREY SHAW, pionnier pour l'utilisation créative des technologies numériques dans l'art

Vendredi 19 Avril - Dimanche 7 Juillet 2019
Mar. au vend. : 11h - 19h
Sam. : 14h - 19h / Dim. : 14h - 18h

Depuis le début de sa production artistique, Jeffrey Shaw, artiste des arts médiatiques australien, s'attache à briser la distance traditionnellement installée entre l'œuvre d'art et le spectateur. Dans toute son œuvre, Shaw témoigne de sa préférence pour la forme d'expression immersive. Considèrant la réalité virtuelle comme un moyen de faire participer le spectateur à l'œuvre, il commence au milieu des années 70, à s'intéresser à l'ordinateur comme outil de création artistique, considérant celui-ci comme un instrument efficient pour ses travaux, en terme de programmation de logiciels et d'adaptabilité dans l'œuvre d'art.

Pour cette exposition « Passé Augmenté x Présent Augmenté », Jeffrey Shaw lie les temporalités entre elles, augmentant ainsi le passé comme une préfiguration du présent, et inscrivant d'ores et déjà les questions d'anticipation et d'avant-garde dans le paysage artistique d'aujourd'hui.

« Passé Augmenté x Présent Augmenté » est également une référence à cette clef qu'utilise Shaw pour passer non seulement d'une temporalité à l'autre mais aussi traverser plusieurs états de réalité, en intégrant à son travail les questions de réalité virtuelle et augmentée. Dès lors le lieu d'exposition devient une fenêtre à travers laquelle il devient possible de naviguer entre deux mondes, partir du réel, et devenir les explorateurs de nouveaux scenarios possibles.

Il est déjà question de faire du spectateur, un acteur à part entière du processus artistique. En découlent alors des œuvres profondément immersives et interactives.

L'exposition, qui constituera une monographie de l'oeuvre de l'artiste, réunira ses créations phares telles que Legible City (1980), Heavens Gate (1987), The Golden Calf (1994) entre autres...

Vernissage de Jeffrey Shaw "Passé augmenté x Présent augmenté"

CATALOGUE
Cet ouvrage permet de faire l'éclairage sur quelques uns des axes de recherche de Jeffrey Shaw, mettant ainsi en perspective son travail avec le regard d'Anne-Marie Duguet, professeure émérite à l'Université Paris 1 - France, auteure et critique d'art, de Sarah Kenderdine, professeure à l'Université d'art et de design à Sydney - Australie, et de Roderick Coover, artiste et professeur à l'Université de Temple à Philadelphie - USA. Chacune de ces contributions permettent au fil de la carrière prolixe de Jeffrey Shaw, de lier les temporalités entre elles, révélant combien cet esprit prospectif n'a eu de cesse de ré-envisager le panorama de la création et préfigurer la création de demain.
AVEC : Roderick Coover, Anne-Marie Duguet, Sarah Kenderdine, Jeffrey Shaw
ISBN : 978-2-916639-50-5
PAGES : 176
PRIX : 20€






[19:00-21:00] Dédicace du livre "Légendes Urbaines"
Location:
Le Lavo//matik
arts urbains
20, boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 83 69 92
Mail : benoit.maitre@wanadoo.fr
Description:
Une belle dédicace à venir au Lavo//matik, à l'occasion de la sortie de Légendes Urbaines, un très bel ouvrage retraçant le parcours de l'exposition organisée par Nicolas Laugero-Lasserre à la Base sous-marine de Bordeaux en 2018.
Seront présents : Nicolas Laugero-Lasserre, Bault, Romain Froquet, le 9ème Concept...
Le livre est édité par les Editions In Fine.

Dédicace du livre "Légendes Urbaines"

[19:00-22:00] Remise du Prix Littéraire de la Porte Dorée 2019
Location:
Musée national de l'histoire de l'immigration
Cité nationale de l'histoire de l'immigration - Palais de la Porte Dorée
293, avenue Daumesnil
75012 Paris
M° Porte Dorée, T3a Porte Dorée
France
Phone : +33 (0)1 53 59 58 60
Fax : +33 (0)1 53 59 58 66
Mail : info@histoire-immigration.fr
Internet Site : www.histoire-immigration.fr
Description:
En présence de Maylis DE KERANGAL, présidente du jury

Le Prix littéraire de la Porte Dorée fête ses dix ans !

Le Prix littéraire de la Porte Dorée fête ses dix ans ! Le Musée national de l'histoire de l'immigration propose trois journées exceptionnelles, du jeudi 18 au samedi 20 avril, placées sous le signe de la littérature. Des rencontres-débats autour des littératures de l'exil et post-coloniales et la 3e édition Salon LittExil encadrent la grande soirée de remise du Prix littéraire de la Porte Dorée. Ces trois jours seront l'occasion de rencontres avec les anciens lauréats du prix, Mohamed Mbougar Sarr, Doan Bui, Henri Lopes, et d'échanges avec des éditeurs et des revues littéraires autour d'un thème commun : l'exil dans la littérature contemporaines.

La sélection 2019
Tu n'habiteras jamais Paris, Omar Benlaâla (Flammarion)
L'Archipel du chien, Philippe Claudel (Stock)
Frère d'âme, David Diop (Seuil)
Salina, les trois exils, Laurent Gaudé (Actes Sud)
Camarade Papa, Gauz, (Le Nouvel Attila)
Des ailes au loin, Jadd Hilal (Elyzad)

Le jury 2019
Maylis de Kerangal, écrivaine, présidente du jury
Mohamed Mbougar Sarr, lauréat 2018 en résidence d'écrivain au Musée national de l'histoire de l'immigration
Anouche Kunth, historienne, chercheure au CNRS
Judith Roze, directrice du Département Langue française, Livre et Savoirs - Institut français
Alexis Nuselovici (Nouss), professeur titulaire de la Chaire « Exil et migrations » au Collège d'études mondiales (Fondation Maison des Sciences de l'Homme)
Mustapha Harzoune, critique littéraire, membre du comité de rédaction de la revue Hommes & Migrations
Philippe Colomb, conservateur des bibliothèques, directeur adjoint de la Bibliothèque Françoise Sagan
Agnès Fontana, directrice de l'accueil, de l'accompagnement des étrangers et de la nationalité
3 délégués des lycées Eugène Hénaff à Bagnolet, Jacques Decour à Paris et Jules Verne à Cergy


Le Palais de la Porte Dorée a remis son prix littéraire à Omar Benlaâla pour son troisième roman « Tu n'habiteras jamais Paris », sorti en septembre dernier chez Flammarion.

[19:00-21:00] Vernissage de Bruce Clarke "Voices"
Location:
Galerie Carole Kvasnevski
39, rue Dautancourt
75017 Paris
M° Guy Môquet, La Fourche
France
Mobile : +33 (0)6 50 58 94 96
Mail : contact@galeriecarolekvasnevski.com
Internet Site : www.galeriecarolekvasnevski.com
Description:
Du 18 avril au 07 juin 2019
Vernissage jeudi 18 avril 19h-21h

Ce projet d'expositions fait écho à l'installation proposée à l'occasion de la 1:54 à Marrakech en février dernier. C'est une discussion d'un lieu à un autre. Ce sont des voix et des choix, des engagements, radicaux pour la Liberté, sans concessions que Bruce Clarke évoque dans ses portraits.
Ce cheminement fera l'objet d'un parcours où se mélange passé, présent et futur ? A nous de l'écrire et de le choisir.

Vernissage de Bruce Clarke "Voices"

[19:00-21:00] Vernissage de Marlene Delcambre
Location:
Atelier Basfroi
23, rue Basfroi
75011 Paris
M° Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 42 33 94 05
Mobile : +33 (0)6 62 55 88 08
Mail : info@atelierbasfroi.com
Internet Site : www.atelierbasfroi.com
Description:
http://www.marlene-delcambre.com
https://www.instagram.com/marlenedelcambre

Vernissage de Marlene Delcambre

Vernissage de Marlene Delcambre

Vernissage de Marlene Delcambre

Vernissage de Marlene Delcambre

Vernissage de Marlene Delcambre

Vernissage de Marlene Delcambre

[19:00-22:00] Vernissage de Nella Fauve
Location:
Le Sonar(t)
55, rue Jean-Baptiste Pigalle
75009 Paris
M° Pigalle, Saint-Georges
France
Phone : +33 (0)9 50 38 02 95
Mail : hello@le-sonart.com
Internet Site : www.le-sonart.com
Description:
Exposition de Dessins de 2018 et 2019

tous les jours dès 17h, du 19 avril au 2 mai

Vernissage de Nella Fauve

[19:45-22:00] Avant-première du film "Monrovia, Indiana"
Location:
Le Louxor
Palais du Cinéma
170, boulevard de Magenta
75010 Paris
M° Barbès - Rochechouart
France
Phone : +33 (0)1 44 63 96 96
Internet Site : www.cinemalouxor.fr
Description:
De Frederick Wiseman USA - 2019 - 2H23 - VOSTF - En partenariat avec Le Monde.

La séance sera suivie d'une rencontre avec Frederick Wiseman et Franck Nouchi médiateur du journal Le Monde.

Monrovia petite ville agricole du Midwest américain compte 1400 habitants dont 76% ont voté pour Trump aux dernières élections présidentielles. Des salles de classe aux réunions municipales du funérarium aux foires agricoles locales Frederick Wiseman nous livre une vision complexe et nuancée du quotidien de cette communauté rurale portrait d'une Amérique souvent oubliée et rarement montrée. **Dans ce qui forme la suite de son oeuvre conçue comme _un seul et même film_ Wiseman est fidèle d'une part à sa méthode d'observation et d'écoute en cinéma direct d'autre part à ce montage en archipel qui rend l'expérience de la projection de ses films si particulière**.








[21:00-23:55] Wim Wenders : (E)motion au Grand Palais
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
Du 18 au 22 avril 2019
21h - minuit (dernière entrée 23h45)

Wim Wenders présente les soirs du 18 au 22 avril 2019 une installation monumentale cinématographique conçue à partir de sa filmographie, projetée sur la structure intérieure de la Nef du Grand Palais.

Ni oeuvre d'art vidéo, ni film d'artiste, cette création visuelle constitue une proposition originale et spectaculaire d'« exposer » le cinéma de Wim Wenders comme un objet avant tout artistique.

L'oeuvre unique que Wim Wenders a créé pour cet événement est un montage inédit à partir d'images de ses propres films, affranchi de toute trame narrative, et concentré sur l'esthétique de l'artiste. A l'écran blanc d'une salle de cinéma se substitue l'architecture grandiose de la Nef du Grand Palais : regarder le cinéma ne sera plus une expérience frontale mais immersive.

Au cours de ces soirées exceptionnelles, venez déambuler gratuitement dans la Nef en contemplant les images de Wim Wenders projetées en taille monumentale grâce à un dispositif de projection unique en Europe, conçu et breveté par l'atelier ATHEM, scénographe de l'événement : 12 projecteurs 4k (ultra haute définition) recouvrent ainsi une grand partie de l'architecture de la Nef (toute sa largeur à 270°).

Cette installation est une coproduction entre la Réunion des musées nationaux - Grand Palais et la Wim Wenders Foundation, avec le soutien de Blain|Southern.

Cet événement bénéficie du soutien de ATHEM.

#EMOTIONWIMWENDERS

Wim Wenders : (E)motion au Grand Palais

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés