Saturday, June 1, 2019
Public Access


Category:
Category: All

01
June 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

  Fête nationale des Samoa
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale des Samoa

56ème édition de la Foire Internationale de la Photo de Bièvres
Location:
Bièvres
Bièvres
91570 Bièvres
France
Internet Site : www.bievres.fr
Description:
La 56e édition de la Foire de la photo à Bièvres se tiendra les 1er et 2 juin 2019. Marché de l'occasion et des antiquités photographiques, marché des artistes, marché du neuf et des services, pôle des procédés anciens, conférences, animations, expositions, concours, ... le programme s'annonce riche et enthousiasmant. Il constitue un rendez-vous incontournable pour les passionnés de photographie, à 20 km seulement de Paris. L'accès visiteur à l'ensemble de la Foire est libre et gratuit.

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00 [14:00-21:00] Présentation du 20ème Rallye des Princesses 2019
Location:
Place Vendôme
Place Vendôme
75001 Paris
M° Tuileries, Madeleine, Opéra, Pyramides
France
Internet Site : www.comite-vendome.com
Description:
La 20ème édition du Rallye des Princesses Richard Mille

1er au 6 juin 2019 de Paris à Saint-Tropez

Audrey Marnay, marraine de l'épreuve

L'évasion féminine par excellence depuis 1999

Le RALLYE DES PRINCESSES RICHARD MILLE est le rendez-vous automobile incontournable pour les femmes éprises de liberté, de sport et de raffinement. Inspiré par le Paris-Saint Raphaël Féminin de 1929 et remis au goût du jour par Viviane Zaniroli depuis 20 ans, ce rendez-vous de l'automobile ancienne dédié à la féminité, connaît un succès sans pareil.

Précurseur en matière de sport automobile au féminin le rallye combat depuis vingt ans les idées reçues quant à la place des femmes au volant. Il a désormais acquis une légitimité auprès des participantes autant que des partenaires comme en témoigne le soutien de la maison horlogère Richard Mille. Au fil des années, il n'a cessé de se transformer, de s'émanciper afin de devenir ce qu'il est aujourd'hui : un évènement à la fois sportif, convivial. Enfin actrices et non plus seulement spectatrices, ces conductrices se retrouvent avec bonheur chaque printemps pour vivre entre femmes « leur semaine » d'aventure.

Depuis l'origine, l'organisation veille à créer l'équilibre entre belles journées sportives et agréables soirées d'étapes. Une attention particulière est apportée au confort car la performance de conduire une voiture ancienne pendant 350 km par jour sur de petites routes doit s'accompagner d'un repos bien mérité. La capacité de toutes ces femmes à conjuguer audace et combativité tout en exprimant leur joie de vivre force le respect autant que l'admiration. Et tel est précisément notre enjeu, avec mon équipe, de mettre en valeur toutes leurs qualités.

Cinq jours de compétition, plus de 1.600 kilomètres déclinés en cinq étapes sur les plus belles routes de France entre Paris et le Sud : plus qu'une destination, le Rallye des Princesses Richard Mille est devenu un 'must' permettant aux femmes de s'évader, une fois par an, entre copines ou en famille. Sans GPS ni carte, avec le road book pour seul guide, le chronomètre et le décompte des kilomètres pour seuls références, les équipages sont jugés sur leur moyenne, (de 40 à 50 km/h, en fonction de l'ancienneté du véhicule) et leur capacité à naviguer avec précision et au bon tempo, sur les plus belles routes de France.

Le sport, c'est donc durant la journée et tout au long des Zones de Régularité qui rythment les étapes, non sans une halte déjeuner toujours très raffinée. Le réconfort, chaque soir à l'étape, dans des hôtels de grand standing, où les Princesses se font dorloter par l'organisation dès leur arrivée au parc fermé... Attention mesdames, ne traînez pas pour vous inscrire car cela fait maintenant plusieurs années que le Rallye des Princesses Richard Mille affiche complet dès l'ouverture des inscriptions !

Au terme de l'épreuve, chacune des participantes ne sera plus ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre, mais princesse pour toujours !

Date : 1er au 6 juin 2019
Programme : 5 jours (+ 1 journée de vérifications le 1er juin)

Depuis plus de 20 ans, le Rallye des Princesses Richard Mille propose une invitation au voyage et au dépassement de soi à travers les plus belles régions de France. C'est dans cet esprit que l'épreuve, reliant en 5 jours Paris au Sud de la France, met les femmes et leur passion pour l'automobile d'exception à l'honneur.

La sportivité et l'élégance de cet évenement automobile féminin séduit 180 participantes chaque année. Au volant de carrosses d'une autre époque, elles affronterent la route, ses monts et ses lacets ainsi qu'une pléiade de zones de régularité.

Le raffinement des étapes et des déjeuners est là pour équilibrer un programme à la mesure des femmes modernes qui participent. Combatives et élégantes, tels sont les deux adjectifs qui résument parfaitement l'esprit des Princesses. Au terme d'une semaine haletante, c'est la tête pleine de souvenirs qu'elles repartent, non sans avoir celebré leur succès lors de la soirée de remise des prix.

« En créant le Rallye des Princesses en 1999, je suis particulièrement fière et heureuse d'avoir contribué à démontrer que les femmes, elles aussi, aiment la belle automobile ».

Viviane Zaniroli
Organisatrice de l'épreuve


[15:00-19:00] Vernissage de l'exposition "(re)végétaliser"
Location:
Espace d'art Chaillioux Fresnes 94‏
7, rue Louise Bourgeois
94260 Fresnes
M° RER C Gare de Chemin D'Antony
France
Mobile : +33 (0)6 89 91 47 00
Mail : contact@art-fresnes94.fr
Internet Site : www.art-fresnes94.fr
Description:
Espace B

du 1er juin au 20 juillet 2019

(re)végétaliser
- Marguerite Artful
- Alexandra Chauchereau
- Marie Denis
- Zoé Dubus

Cette exposition est la seconde d'un diptyque consacré à mettre en lumière la façon dont certains plasticiens traitent du végétal, non pas dans une approche purement représentative et figurative, mais dans une démarche de déconstruction et de reconstruction, dans la continuité de la pensée de Heidegger et de Derrida, transposée du domaine de la littérature à celui des arts plastiques. La distinction opérée par Spinoza, dans son Éthique, entre nature naturée (natura naturata) et nature naturante (natura naturans) est aussi très présente dans les réflexions des plasticiens retenus et dans le choix que nous avons opéré dans leurs travaux.

Ce second volet, (re)végétaliser, est dominé par la reconstruction d'une nature devenant naturante, alors que le premier, (dé)végétaliser, se plaçait plutôt du côté de la déconstruction des végétaux d'une natura naturata, transposée de la métaphysique à la nature environnante.

Pour (re)végétaliser, nous avons ainsi sélectionné quatre artistes plasticiennes qui, chacune à sa façon et dans des approches très diversifiées, révèle et met en scène la capacité génésique du végétal': vision cosmogonique, chez Marguerite Artful, résilience et régénérescence, chez Alexandra Chauchereau, rédemption par l'artisanat, chez Marie Denis, exubérance proliférante, chez Zoé Dubus...

* * *
Marguerite Artful, plasticienne et vidéaste, met en scène des objets au statut incertain, tour à tour œuvres d'art, éléments de décor ou accessoires de mises en scène improbables. À ces objets simples, elle confère une charge symbolique que la prise de vue révèle et magnifie en leur donnant du sens. Un sens qui n'a rien d'unique car chaque spectateur est invité à y projeter ses propres expériences personnelles. Il en résulte un univers où les frontières entre le rêve et la réalité deviennent perméables, incertaines. De sa démarche, elle écrit': « Contempler le monde avec assiduité, se souvenir, inventorier, commémorer sont les pratiques au cœur de ma démarche artistique. Je capte et je restitue de petits états-moments du quotidien. J'explore les frontières poreuses du sujet intime/sujet social et les relations ambiguës du sujet avec son objet désir/objet transitionnel. J'articule des récits autour d'émotions ambivalentes. Je me perds enfin, dans les méandres et surprises de la narration'» Dans sa vidéo Silent scream, le végétal - en l'occurrence une fleur - devient témoin et agent de la recréation de l'univers, dans un big bang donnant naissance à une planète Terre redevenue verte.

Alexandra Chauchereau a découvert, dans sa cave, le carnet de guerre de son grand-père paternel, mobilisé pendant la Grande Guerre, notamment sur le front de Woëvre et la butte de Vauquois. Elle est retournée sur les lieux et les a photographiés afin de les peindre en y incorporant, comme dans un palimpseste, les écrits du carnet. Les textes sont reproduits avec sa propre écriture ou celle de son grand-père projetée sur le support. Avec ses mots, la main de l'artiste trace ce que la propre main de son aïeul a tracé il y a cent ans. L'œuvre achevée, le texte peut avoir été partiellement ou totalement recouvert. C'est l'acte d'avoir mêlé les deux écritures qui importe pour elle. Dans ce travail de mémoire, sont donc confrontées deux images de la nature végétale, celle, sous-jacente, de sa destruction par les pilonnages d'artillerie et celle, régénérée, qui l'a remplacée. Une belle métaphore de la capacité de résistance et de régénération du végétal, même lorsqu'il fait l'objet de destructions massives.

Les travaux de Marie Denis se situent dans la descendance des productions des artistes de l'École de Nancy qui, au début du XXe siècle, ont œuvré à l'intégration du végétal dans les arts plastiques et décoratifs. Son savoir-faire et ses gestes sont ceux d'un artisanat en voie de disparition, mais revivifiés dans une perspective sans complaisance pour la facilité et résolument contemporaine. Il y a aussi, chez elle, du dilettante, dans le sens noble de ce terme, celui de l'amateur et de son cabinet de curiosités. Elle fait également montre d'un tempérament de chercheuse avide d'exhaustivité et de diversité avec son goût pour les herbiers et les collections botaniques. Ses travaux exaltent la fragilité des plantes et des herbes, des fleurs et des arbres, dont elle transcende les caractéristiques naturelles pour viser à une certaine forme d'universalité... Tout en s'inscrivant dans un langage et des préoccupations ouvertement de notre temps...

Les compositions de Zoé Dubus ont l'exubérance de la forêt amazonienne et des carnavals du Brésil, pays où elle réside souvent. Les végétaux y sont foisonnants, envahissants, proliférants mais jamais menaçants. On y retrouve les couleurs vives et chatoyantes des papiers découpés de Matisse, dans des évocations qui perpétuent une vision édénique d'un monde que l'Homme n'a pas encore complètement détruit. Cette vision optimiste d'une végétation revenue à un état primitif - plus rêvé ou fantasmé que réel - ne va pas sans quelques menaces, que ce soient les serpents tentateurs qui s'y glissent ou des animaux affamés dont les gueules agressives béent. Zoé Dubus nous fait alors sortir des enchantements d'une nature régénérée pour nous mettre en face des risques qu'elle encourt. Une leçon à méditer...

Vernissage de l'exposition "(re)végétaliser"



[16:00-20:00] Finissage de l'exposition "Argile"
Location:
KLIN D'oeil
6, rue Deguerry
75011 Paris
France
Phone : +33 (0)1 77 15 22 30
Mail : faismoiun@klindoeil.com
Internet Site : www.klindoeil.com
Description:
Argile : Matière rocheuse naturelle.
Cuite, l'argile devient objet de céramique.

Cet art ancestral est aujourd'hui un médium d'expression avec lequel les artistes «craft» osent, expérimentent, bousculent...
Pour cette exposition, Klin d'oeil a sélectionné une trentaine d'artistes français et internationaux, designer, artisans des métiers d'arts, ou exerçant la céramique de façon plus libre, plus craft...
Argile vous donne un oeil nouveau sur cette pratique de plus en plus présente dans notre quotidien et pourtant si foisonnante de matières et de couleurs.

Vernissage de l'exposition "Argile"

[16:00-20:00] Vernissage de Muzaffer Oruçoglu "Les métaphores"
Location:
Institut kurde de Paris
106, rue La Fayette
75010 Paris
M° Poissonnière, Gare du Nord
France
Phone : +33 (0)1 48 24 64 64
Fax : +33 (0)1 48 24 64 66
Internet Site : www.institutkurde.org
Description:
du 3 au 8 juin 2019 de 14h à 19h

Muzaffer Oruçoglu

Il est né le 20 février 1948 au village Grand Zavot, dépendant du district Gole de la province de Kars.

Après avoir fréquenté les trois classes de l'école primaire du village voisin, Petit Zavot, il a fait une année dans sa commune avant de terminer l'école primaire à Kars.

Il a également eu son brevet des collèges à Kars, avant de réussir à l'examen d'entrée à l'école des professeurs des écoles et s'inscrire au programme du Lycée à Rize. Deux années plus tard, il s'est fait inscrire au programme du Lycée préparatoire d'enseignement supérieur de Capa à Istanbul.

L'année d'après il commença les études universitaires à l'Université d'Istanbul, la Faculté des sciences, le département d'Astronomie Mathématique.

Il prit part au mouvement des étudiants en 1968.

Il fit partie de la Rédaction de la revue La Gauche turque. Il fut placé en détention en raison de ses engagements politiques lors du coup d'état du 12 Mars 1971. Il passa 13 ans dans les prisons turques, en écrivant des poèmes et des romans. Après sa sortie, il quitta le pays et se réfugia en

France. Il recommença à écrire et à peindre. Ses textes politiques et littéraires ont été publiés dans diverses revues.

En 1988, il s'est installé en Australie. Il a fréquenté l'École de peinture et de sculpture à Melbourne, Greensborough (Northern Melbourne Institute of TAFE - NMIT) pendant deux ans. Plus tard, il fréquenta pendant trois ans l'Institut royal technologique de Melbourne (RMIT), département de Public Art, où il étudia la sculpture.

Ses travaux ont été exposés dans 6 pays et soixante expositions individuelles. Il a publié une trentaine de livres dont 13 romans, 7 recueils de poèmes, 3 recueils de nouvelles et 2 contes. Il vit et travaille actuellement en Australie.

Le Monde est ma maison
L'exposition d'Oruçoglu, intitulée « Le Monde entier est ma maison », comprenait plusieurs toiles parmi lesquelles figuraient les portraits de certains écrivains du monde, ou leurs chefs d'oeuvres, ou encore, les portraits des personnages principaux de leurs oeuvres. Oruçoglu qui utilise des techniques aussi diverses que peinture à l'huile, acrylique ou résine d'eucalyptus, mélangeait des styles réaliste et surréaliste pour obtenir de nouvelles formes. L'artiste qui soutient que chaque peinture est une harmonie de couleurs et de lumière, affirme qu'elle est également une conteuse d'histoires et il utilise de manière abondante la technique du collage. Oruçoglu a réalisé jusqu'à présent une soixantaine d'expositions seule en Turquie, en Allemagne, en France, en Autriche, au Pays-Bas, en Suisse, au Royaume-Uni et en Australie et ses oeuvres traitent de la condition de la femme, de l'enfant et du travailleur/ouvrier. Il préfère appliquer une vaste panoplie de matériau sur des supports de grande taille avec toute sorte d'outil, y compris la main et le pied, et cela est devenu sa façon de peinture au fil des années. L'artiste affirme par ailleurs, que le moment où il se sent le plus libre, c'est au moment où il peint. Oruçoglu vit et travaille à Melbourne : il peint dans son atelier et dans le jardin de sa maison, situés sur une petite colline jonchée de ses sculptures.

Vernissage de Muzaffer Oruçoglu "Les métaphores"




[17:00-21:00] Finissage de l'exposition "Chronotopia"
Location:
Galerie Mondapart
80, rue du Château
92100 Boulogne-Billancourt
M° Boulogne - Jean Jaurès
France
Phone : +33 (0)9 52 77 76 41
Mail : contact@mondapart.com
Internet Site : www.mondapart.com
Description:
du 11 mai au 2 juin
du mercredi au dimanche - 14h00 /19h30

Chronotopia réunit les derniers travaux de Loup Lejeune, Thomas Lesigne et Thomas Van Reghem du samedi 11 mai au samedi 2 juin, 80 rue du Château, Boulogne.

Commissariat : Pierre Allizan


Chronotopia

Les trois artistes ont en commun un processus de création qui mêle méthodologie scientifique et poésie. Tout commence par une observation sur le terrain avec des prélèvements de forme du réel : matières organiques, empreintes, fossiles de notre histoire et de nos conflits contemporains. En atelier, une expérimentation est menée entre le réel et l'artiste ; la matière n'est pas transformée mais se superpose à l'intuition de l'artiste. Entre les éléments se noue un rapport de collaboration et non de domination. Ce qui nous est donné à voir est une œuvre créée en symbiose avec le sauvage et s'inscrit dans une dynamique du mouvement perpétuel du temps. De nouvelles temporalités sont exprimées grâce à cette association, propice à de nouvelles révélations ?

Les systèmes philosophiques ne sont pas parvenus à concilier l'approche cosmologique du temps, c'est à dire externe à notre esprit (objectivante) et l'approche phénoménologique, interne (subjectivante). Ni passé ni futur n'existent, écrivait Saint Augustin. Ils ne sont que des vues de notre esprit : un présent du passé (la mémoire), un présent du présent (l'intuition) et un présent du futur (attente).

Le temps ne s'est toujours employé qu'au pluriel. Par « temps » nous mentionnons différents temps : le temps ordinaire, le temps vécu, les temps sociaux, et le temps terrestre. Depuis les grecs, le temps est perçu comme un mouvement perpétuel du cosmos mais au fil de notre évolution nous avons voulu saisir ce mouvement du temps, par une mesure. Seulement, c'est une temporalité, toute artificielle que nous avons créé. Cette mesure figée est une norme imposant des repères communs, essentielle pour vivre en société. Qui est le résultat aussi de l'évolution de nos modes de vies et de pensées : capitalisme mondialisé, progrès scientifiques, modernité rationalisée.

Vernissage de l'exposition "Chronotopia"

[17:00-22:00] Finissage de l'exposition "Flower Power"
Location:
Hôtel La Louisiane
60, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 44 32 17 17
Fax : +33 (0)1 44 32 17 18
Mail : reservation@hotel-lalouisiane.com
Internet Site : www.hotel-lalouisiane.com
Description:
Finissage de l'exposition Power-Flower qui se tient au rez-de-chaussée et dans les couloirs et chambres de l'hôtel La Louisiane. L'évènement a été cet année le clou du Parcours Saint-Germain, venez visiter les espaces dédiés aux artistes et aux étudiants de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris qui ont apporté un supplément d'âme et des performances que vous retrouverez bientôt en vidéo. Un verre sera proposé en fin de journée aux promeneurs sensibles à l'Art contemporain et aux amis de Saint-Germain des Prés.


dans le cadre du Parcours Saint-Germain 2019 "La Fleur de l'art"

une proposition d'Anaïd Demir

Frank Perrin, Hsia-Fei-Chang, Martine Aballéa, Pierre Joseph, Sophie Kitching, Suzanne Husky, Vidya Gastaldon

Vernissage de l'exposition "Flower Power"

[17:00-21:00] Finissage de l'exposition "In Love We Trust"
Location:
Le Marais
Marais
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville, Rambuteau, Arts et Métiers
France
Description:
20 rue Saint-Claude
www.ma-boutique-ephemere.paris
contact@go-showrooms.com
01 84 16 91 00

par Ange Monnoyeur Gallery

avec Yannick Fournié, Aurélie Quentin, Stéphanie Roth, Bérengère Lurand

20 Mai au 02 Juin 2019

Vernissages
Jeudi 23 mai / 17h - 21h
Vendredi 24 mai / 17h - 21h

« J'ai connu Yannick Fournié il y a cinq ans, dans sa période Lucha Libre. Je trouve son travail très poétique, sa maitrise aussi bien technique qu'esthétique me touche d'autant plus qu'il y jette ses idées et ses émotions en peinture dans un élan entre puissance et émotion, parfaitement équilibrées. Sa peinture met en relief les réticences de l'âme humaine au dévoilement, ses craintes. Il parle d'Amour avec un grand A, de ce qui reste à la fin et que l'on emporte avec soi. Son évolution stylistique me touche. Toujours très frontal, il n'en est pas moins plus transparent, s'attachant à transmettre l'essentiel. Il y a quelque chose d'introspectif dans son approche, une interrogation de ce qui fait l'Humain, une métaphysique de l'Amour, un questionnement spirituel. »

Pour Yannick Fournié, il est ici question d'Humain et de symboles, à la fois postulat spirituel et politique.
Un slogan, un mantra, un prêche, qui nous parle de l'amour de l'humanité. Les portraits des personnes sont ici vecteurs d'émotion. Leurs regards, leurs corps, les génèrent. La vibration de la robe blanche d'une femme sur le perron d'une maison que l'on imagine à Harlem, la profondeur du regard d'un jeune homme dans lequel se reflète le monde qu'il regarde, un décolleté qui s'offre à la fois hyperréaliste et flou; la lumière sur le ventre d'un ange qui endosse ses ailes.

Yannick Fournié quête, glane, représente l'émotion qui le traverse lorsque ses sujets l'émeuvent par leur humanité. Les toiles deviennent alors le véhicule de cette humanité, elles nous plongent dans notre condition. Ce sont des rencontres émouvantes qui personnifient la bonté, qui ouvrent le coeur à la spiritualité.

[17:00-19:00] Rencontre avec Lucas Djaou
Location:
Galerie Patricia Dorfmann
61, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 55 41
Fax : +33 (0)1 42 77 72 74
Mail : galerie@patriciadorfmann.com
Internet Site : www.patriciadorfmann.com
Description:
Rencontre avec Lucas Djaou, commissaire de l'exposition "Maryan, les années New York"


Dans le cadre de l'exposition "Maryan, les années New York"

Une proposition de Lucas Djaou, commissaire de l'exposition

La Galerie Patricia Dorfmann est heureuse de vous inviter à l'exposition de Maryan (Pinchas Burstein), un artiste d'exception, tant par la vie (1927-1977) que par l'oeuvre. « MARYAN, les années New York », une proposition de Lucas Djaou, réunit un ensemble d'oeuvres rares, réalisées dans les années 70, durant sa période dite « américaine ». Après-guerre, Maryan est contraint de quitter sa Pologne natale. En 1947, il se rend à Jérusalem puis Paris et enfin New York au début des années 60, où il finira ses jours prématurément.

- je n'oblige personne à aimer ma peinture mais qu'on me colle pas des étiquettes. Par exemple : - peinture dénonciatrice.- agressivité sans bornes ou alors, on dit aussi ça m'étonne pas avec son passé concentrationnaire. La plupart de ce qu'on a écrit sur moi, c'est du bidon - Maryan, 1976 (extrait)

Vernissage : jeudi 2 mai de 17h à 20h
Exposition : 3 mai - 8 juin 2019

Vernissage de l'exposition "Maryan, les années New York"

[17:00-18:00] Visite de l'exposition d'Anu Põder "Une pièce pour mon corps"
Location:
La Galerie de Noisy-le-Sec
Centre d'art contemporain de Noisy-le-Sec
1, rue Jean-Jaurès
93130 Noisy-le-Sec
M° RER E Noisy-le-Sec
France
Phone : +33 (0)1 49 42 67 17
Fax : +33 (0)1 48 46 10 70
Mail : info@lagalerie-cac-noisylesec.fr
Internet Site : lagalerie-cac-noisylesec.fr
Description:
Visite d'exposition avec Barbara Sirieix

Dans le cadre de l'exposition "Ruum minu ihu jaoks Une pièce pour mon corps Space for my body", première exposition monographique en France de l'artiste estonienne Anu Põder (1947- 2013).
Curatrice invitée : Barbara Sirieix
Jusqu'au 13 juillet 2019

Barbara Sirieix est curatrice indépendante et autrice. Elle travaille avec/sur les narrations féministes et ses outils épistémologiques dans/avec (et parfois sans) différents contextes institutionnels. En 2015, elle est en résidence d'écriture à La Galerie, centre d'art contemporain de Noisy-le-Sec qui publie avec Dent-De-Leone son premier livre, "24 ter rue de la pierre feuillère". Ses projets récents sont : "Œil de Lynx et tête de bois", en co-curatoriat avec Émilie Renard, "Occidental Temporary" (Villejuif, 2016), "Scattered Disc", Futura (Prague, 2017) et "Déclassement", Château d'Oiron (2018). Elle est co-éditrice et co-curatrice avec Joachim Hamou et Maija Rudovska de l'exposition "Un Barbare à Paris" à la Fondation Ricard (novembre - décembre 2018) et du livre "Active Art" publié par Paraguay Press en avril 2019.


"Ruum minu ihu jaoks
Une pièce pour mon corps
Space for my body"
Anu Põder

Curatrice : Barbara Sirieix, sur une invitation d'Emilie Renard

18/05/2019 - 13/07/2019

"Ruum minu ihu jaoks Une pièce pour mon corps Space for my body" est la première exposition monographique en France de l'artiste estonienne Anu Põder (1947-2013). "Ruum minu ihu jaoks" est le titre original en estonien d'une œuvre réalisée par l'artiste en 1995 ; les traductions en français et anglais le juxtaposent comme deux interprétations possibles, plus ou moins littérales, à l'image du renouveau du regard porté sur son œuvre aujourd'hui.

Anu Põder travaille la sculpture et l'installation depuis les années 1970 mais a bénéficié d'une reconnaissance tardive, notamment car elle s'est toujours tenue à l'écart, plus ou moins volontairement, du discours majoritaire de l'art en Estonie - que ce soit la sculpture soviétique dans les années 1980 ou les pratiques conceptuelles post-soviétiques dans les années 1990. Or, depuis une dizaine d'années, des historiennes de l'art ont actualisé l'interprétation de son œuvre avec les outils critiques du féminisme et révélé la singularité de sa perspective sur le corps et ses contraintes structurelles.

L'exposition se focalise sur les œuvres produites à partir des années 1990 où les formes sculpturales se morcellent progressivement - notamment à travers le découpage de tissus - vers des dispositifs plus amples, plus proches de l'installation. Son utilisation non conventionnelle de matériaux éphémères comme le textile, la cire, le plastique, le savon, le papier aluminium et les aliments résonne dans les pratiques artistiques contemporaines tournées vers la matérialité, dans ce qu'elle peut traduire des paradoxes sensuels d'un monde dominé par l'économie post-industrielle.

Vernissage d'Anu Põder "Une pièce pour mon corps"
Anu Põder, "Ornement porté", 2008
Mars 2019, Musée d'Art d'Estonie, Tallinn
Photo © Barbara Sirieix

[17:30-19:00] Finissage de la boutique éphémère - Art & Design
Location:
Alfortville
Alfortville
94140 Alfortville
M° RER D Maisons-Alfort - Alfortville, RER D Le Vert de Maisons
France
Internet Site : www.alfortville.fr
Description:
Boutique Éphémère Alfortville
171 rue Paul Vaillant Couturier

Du 27 mai au 2 juin
Du lundi au dimanche de 10h à 19h30
Vernissage le lundi 27 mai à partir de 17h

Du 27 mai au 2 juin, les arts s'exposent à la Boutique Éphémère. Trois artistes et créatrices nous invitent à découvrir, leurs univers réciproques, tout au long de cette dernière semaine de mai.

avec :

Pensart
Mobilier et photographies urbaines

Pensart est née d'une rencontre entre la pensée, l'art et les matériaux bruts. Tels que le bois, l'acier et le métal Une fusion entre l'informatique, la technique et le design en passant par le détournement des objets. Un univers peuplé de clous, de vis, d'abrasifs, de marteaux, de pinceaux, de roues de bicyclettes, de rouages, de morceaux de bois... Des oeuvres cosmopolites, décalées mais réfléchies, donnant vie à ces matériaux. Des supports servant à l'invention, où des brides d'histoires viennent à se reconstituer selon différentes thématiques.
Pensart nous propose ainsi, une sélection d'antiquité insolite et industrielle chinée aux quatre coins de la région Île-de-France, après avoir été restaurée dans l'atelier Alfortvillais de Laureline Dalmau.
Des créations allant vers l'insolite, l'authenticité, mais également pour le plaisir de posséder une pièce unique qu'on ne retrouvera pas ailleurs.

Tout au long de l'année, Pensart est en résidence à la Galerie Kykart située à Maisons-Alfort.


Les Petits mondes
Lorsque l'imaginaire prend vie

« Les Petits Mondes » sont des microcosmes poétiques, grands ouverts sur l'imaginaire. Un monde virtuel prenant forme et se concrétisant sous l'inspiration de Florence Roullet Boyer. Artiste dans l'âme, elle vient à créer des boites et flacons pour en faire de véritables objets d'art réalisés à l'aide de collages d'images, de matières recyclées et de sable. Des objets de décoration sur lesquels viendra se parer une douce atmosphère, dès lors qu'on les allumera afin de créer et donner vie à un univers miniature.
L'art de transformer, d'employer des matériaux recyclés, de rêver... une passion que Florence propose également de partager avec l'organisation d'ateliers (sur Paris) ouverts à tous. Cela, afin que chacun puisse bâtir et donner forme à son Petit Monde, pas à pas, dans une ambiance intimiste, conviviale et créative.


Nympheas Bijoux
L'art de sublimer les perles et la céramique

Découvrons le savoir-faire de Liliane, qui possède ce don et cette sensibilité de transformer et magnifier les objets. Au début de l'an 2000, Liliane découvre la perlerie. Elle créée alors des bijoux uniques, où les perles se suivent, s'enfilent les unes après les autres et se transforment en un tout. Les couleurs et les brillances se juxtaposent, se complètent.
Très vite, aux perles sont venues se mêler la céramique. Puis, les matériaux se sont succédé entre ses mains.

Une fusion des matières, des idées, afin de concevoir un objet d'art... celui du bijou. Ce joyau de mise en valeur de soi, par la rencontre avec la femme qui portera.

Un talent récompensé, par l'exposition depuis plus d'une décennie de NYMPHEAS Bijoux en galerie d'art dans la région d'origine de la créatrice.

Vernissage de la boutique éphémère - Art & Design
Vernissage de la boutique éphémère - Art & Design





[18:00-21:45] Nocturne du Musée du Louvre
Location:
Musée du Louvre
Place du Carrousel
75058 Paris Cedex 01
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Phone : +33 (0)1 40 20 50 50
Fax : +33 (0)1 40 20 54 52
Internet Site : www.louvre.fr
Description:
Tous les 1ers samedis du mois de 18h à 21h45.

Dès janvier 2019, l'entrée est gratuite au Musée du Louvre, non pas le 1er dimanche du mois comme à son habitude mais le 1er samedi du mois de 18h à 21h45. Une occasion de visiter les merveilles de cet exceptionnel musée en nocturne !

Ses collections sont réparties en 8 départements : Antiquités orientales, égyptiennes, grecques, étrusques et romaines, Peintures, Sculptures, Objets d'art, Arts de l'Islam et Arts graphiques du Moyen Age jusqu'à 1848.

Accès libre et gratuit.

[18:00-21:00] Vernissage d'Alexandra Noel "Master Planned"
Location:
Freedman Fitzpatrick
8, rue Saint-Bon
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)9 77 21 99 91
Mail : ff@freedmanfitzpatrick.com
Internet Site : www.freedmanfitzpatrick.com
Description:
June 1 - July 20, 2019
Opening: Saturday, June 1, 6-9pm

Can you afford to plan? Do you have a family dog? Do you have a family? Do you qualify?

There's that stubborn blue sky again. There's that nauseating glitch of pulsating blue against green cream walls and burning terracotta roofs: a stolen foreign style for a permanent vacation. Why would you ever want to leave? You can have fun rearranging these shapes and colors. They can be mirrored, squashed or elongated. They can be put on that man-made hill or in that river-made valley. Both are made for us.

What did you put in that awkward nook in your house that looks just like my house? I'm confused. Your kitchen is in the wrong spot.

How many times have you painted the walls and rearranged the furniture? Is that your pill ? Is your doctor your best friend ?

Do you have a rulebook or an "understanding"?

Is yours natural ? You shouldn't disturb the sky with your lights. Or upset the earth with foreign plants. Or is it more traditional ? Will you let your evergreen lawn yellow if you're thirsty?

Why would you need sidewalks? Keep the adults in their cars, keep the kids off their bikes, off their feet, in their beds, on their phones.

Keep itineraries for your amenities. Do you have enough rooms for each person you know? Do you have enough people you know for each room you have? Do you have all the stores you need ? All the entertainment you want? All the friends you approve?

What if you lose that weird thing in your weird nook, your kids go onto their own blue skies, your manicured greens grow to dust, your rulebooks and "understandings" are torn up, unsanctified outsiders descend upon you, your strict identity sloughs off, your dog eats the skins, your home is gone. What heaven is left? Can you bring everything with you?

Will you tell the flies what to do with the rest?

ALEXANDRA NOEL (b. 1989, lives and works in Los Angeles). Select solo exhibitions include: Just a head, Atlantis, Marseille (2019); Theatre Road, Parker Gallery, Los Angeles (2018); Bodega at Frieze London (2018), From rafters, Bodega, New York (2016) and Bone-in, Neochrome, Turin, Italy (2016). Select group exhibitions include Metamorphõseõn, Galerie Sultana, Paris, France (2018), Kiss in Tears, curated by XYZ Collective, Freedman Fitzpatrick, Los Angeles, CA (2018), Tiger Poems and Songs for Hurricanes, Travesia Cuatro, Guadalajara, Mexico (2018), By the Lakeside, organized by Yui Yaegashi, Shane Campbell Gallery, Chicago, IL (2017), Economy Plus, organized by Camille Blatrix, Balice Hertling, Paris, France (2017), Instrument of the Homecoming, The Sunroom, Richmond, VA (2016), All at Once, with Naoki Sutter-Shudo, Jessica Silverman Gallery, San Francisco, CA (2016) and Aunt Nancy, Night Gallery, Los Angeles, CA (2016).

Vernissage d'Alexandra Noel "Master Planned"
Alexandra Noel, Can you bring everything with you? (2019), Oil and enamel on panel; 10.25 x 8.25 x 0.75 in; 26 x 20 x 2 cm

[18:00-21:00] Vernissage de Dena Yago "Force Majeure"
Location:
High Art
1, rue Fromentin
75009 Paris
M° Pigalle, Blanche
France
Phone : +33 (0)9 84 09 67 83
Mail : info@highart.fr
Internet Site : www.highart.fr
Description:
01.06 - 06.07.2019
OPENING SATURDAY JUNE 1ST 6-9PM

Vernissage de Dena Yago "Force Majeure"

[18:00-21:00] Vernissage de Jae-Kyoo Chong "Lumière Portée"
Location:
Prieuré de Pont Loup
10, rue du peintre Sisley
77250 Moret-Loing-et-Orvanne
M° Gare SNCF de Moret - Veneux-les-Sablons
France
Description:
Exposition in situ de Jae-Kyoo CHONG //Photographies Plastiques
31 mai au 21 juillet 2019
Vendredis, samedis, dimanches et jours fériés de 14h à 19h
Invité le Groupe Novembre
Commissariat Virginie Prokopowicz
Critique d'art: Jean-Louis Poitevin, membre AICA

Jae-Kyoo Chong est un artiste coréen qui vit en France aujourd'hui depuis quarante années. Cela fait plus de la moitié de sa vie qu'il a quitté le pays natal, jamais oublié cependant, et qu'il a inscrit son œuvre dans une méditation profonde sur la grande tradition de l'histoire de l'art occidental non sans oublier les lieux de sa vie quotidienne présente et passée. C'est pourquoi chacune de ses œuvres peut être comprise comme une sorte d'hommage à l'un ou l'autre de ces deux pays et à leur culture millénaire.
C'est en balançant d'un bord l'autre tel un navire serein qu'il tisse son œuvre, à même la peau de l'image, à même le spectre des images, à même la trame d'absence qui ne cesse de surgir ineffaçable stigmate, dans les reflets du visible sur l'œil qui ne parvient pas à oublier. Schizophrène culturel, Jae-Kyoo Chong en sait plus que beaucoup d'autres sur les distinctions qu'il importe de faire entre ici et ailleurs, entre là et là-bas, entre lointain et proche. Et c'est à cette tâche spécifique qu'il consacre cette exposition : mener une réflexion d'ampleur sur ce qu'il en est du site, du lieu, de l'espace et du signe comme médium médiumnique faisant des allées et venues incessantes entre les pâleurs de l'âme et les rugosités de la terre.
L'art n'a pas une histoire, l'art est histoire parce qu'il raconte même quand il prétend le contraire, puisqu'il ne cesse de revenir sur lui-même boucle aimantée, creusant, semant, faisant croître et fauchant pour mieux pouvoir recommencer. L'art est cette pratique incessante qui va de la terre à son éveil comme forme hantée par les forces qui sans cesse la font naître. C'est pourquoi le site est au cœur de toute méditation picturale comme photographique. Les images de Jae-Kyoo sont des images découpées en lamelles et recomposées par entrecroisements et tissage. quel que soit le mode singulier choisi, le mélange, le décalage de positionnement, l'entrelacs de strates, le site toujours est là qui intervient à même l'image. Le site est ce qui a sauté du dehors dans l'image et qui à revers, saute de l'image vers nous qui nous tenons au dehors.
C'est dans ce va-et-vient que se fabrique toute œuvre d'art. Le sachant, Jae-Kyoo Chong fait porter aujourd'hui sa méditation sur le site même en utilisant des œuvres « originaires » du Land Art comme de son anticipation impressionniste. Il les traite à sa manière au moyen d'une interprétation plasticienne. L'image, alors, quelle qu'elle soit, s'impose comme
l'inévitable manière qu'a inventé l'homme de se saisir du lointain et du dehors à jamais insaisissable pour le mettre à la fois à portée d'œil et de main et surtout de cœur.
Pour cette exposition intitulée Lumière portée, il part des traitements que la photo plasticienne peut faire subir à des images du Land Art et il prolonge sa réflexion en l'appliquant au site de Moret-surLoing, à son église, son canal, ses arbres. Il revisite des images déjà existantes comme celles que Sisley y a peintes, lui qui s'installa ici. Cet endroit magique sous le pinceau de Sisley devient un havre de paix où il semble à la fois que tout coule, tout glisse, tout; sauf le temps qui, lui, semble s'être épris de ce site.
L'art alors, on le voit consiste à revisiter ce lieu immobile et à le mettre à nouveau en mouvement afin qu'il vienne, enfin, se jucher à hauteur d'œil jusque à toucher le cœur.
C'est que pour Jae-Kyoo Chong tout a la densité de la terre, c'est-à-dire du rêve qui enveloppe toute notre vie, du rêve qu'est notre présence au monde, du rêve qu'est le souvenir d'avoir été avant même que d'avoir commencé à être. C'est cette coïncidence entre l'image et une image qu'il traque. Et lui, il le fait en découpant et tissant sans fin, tel un magicien obsessionnel cherchant la quadrature du cercle, des lignes droites à partir de la courbure mentale que le soleil dépose au fond de nos mémoires. L'art est cette ambiguïté vécue et ce savoir intime porté par une incertitude absolue que la réalité de toute chose, lorsque s'affirme la sensation profonde de l'existence, est une bénédiction. Site et lieu se retrouvent dans l'image mais pas comme image. Il y surgissent comme puissance de transformation de l'image en un observatoire tactile et visuel des sensations variables mais intenses qui nous habitent lorsque nous ouvrons les yeux au monde. Jae-Kyoo Chong est de ceux-là qui pratiquent l'art comme un viatique.
Avec cette exposition Lumière portée, il s'avance vers son but qui n'est autre que le voyage même. C'est pourquoi grâce à son attention pour les chiffres, les dates et les commémorations, pour fêter des décennies d'amitié et de travail commun, et se souvenir de la remarquable exposition qui eut lieu en 2009 à Séoul, il a aussi invité ses amis du Groupe novembre. Chacun d'entre eux, Martial Verdier, Olivier Perrot, Xavier Lucchesi, Monique Cabasso, viendra habiter le site de l'église avec une installation. Ainsi chacun prolongera la méditation de Jae-Kyoo Chong et rendra un hommage à la pratique plasticienne de l'image photographique. Cela signifie pour eux que l'image est tout sauf une représentation, car c'est la présentation, en toute conscience, à travers des éléments visuels, de ce que le visible ne se réduit pas à ce que l'œil perçoit, mais n'existe que s'il est porté et embrassé par une vision comme Image portée. Et une vision, elle, n'est pas seulement un fait qui a trait au visible. C'est un ensemble de gestes qui font et défont l'image, l'emportant avant même qu'elle ne naisse au-delà de la simple représentation, comme si elle était moins un double de ce qui est que le tapis volant permettant d'atteindre enfin, la hauteur du rêve. Jean-Louis Poitevin. écrivain, critique d'art, rédacteur en chef de tK-21 Larevue, membre de l'AICA

Vernissage de Jae-Kyoo Chong "Lumière Portée"

[18:00-21:00] Vernissage de Maggie Lee "Cracki's Birthday"
Location:
Edouard Montassut
61, rue du Faubourg Poissonnière
75009 Paris
France
Internet Site : www.edouardmontassut.com
Description:
JUNE 1 - JULY 13, 2019
OPENING SATURDAY JUNE 1 6-9 PM

L'artiste américaine Maggie Lee travaille sur des collages muraux qu'elle réalise à partir de papiers récupérés et archivés au cours des ans. Elle présentera aussi une performance intitulée Drop Melody à l'occasion du vernissage.

Vernissage de Maggie Lee "Cracki's Birthday"
Maggie Lee, sweetie bon bons, 2019, mixed media on canvas, 25.5 x 20.5 (10 x 8 in.)

[18:00-20:00] Vernissage de Mladen Stilinović "Primer 1, 2, 3"
Location:
Galerie Frank Elbaz
66, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 50 04
Fax : +33 (0)1 48 87 52 93
Mail : info@galeriefrankelbaz.com
Internet Site : www.galeriefrankelbaz.com
Description:
Mladen Stilinović
Primer 1, 2, 3
Films, photographs and collages
1973 - 1977

Curated by Branka Stipančić

Opening Saturday, June 1, 6-8 pm
June 1 - July 31, 2019

galerie frank elbaz is proud to announce Primer 1, 2, 3, Mladen Stilinović's third solo exhibition at the gallery. Known for his works on the desymbolization of the color red, the exploitation of the dead series, and works around the topics of pain, money, labor, laziness, and death, this new exhibition presents Mladen Stilinović through his earliest works: films, photomontages, photographs and collages.

From 1970 to 1977, Stilinović made around 30 short films and one feature film, which were shown at short and experimental film festivals at the time they were created, and later as part of his exhibitions. Shot on 8mm and 16mm film (and one on 35mm), and mostly on only one original tape, they were eventually damaged. Four films: Primer 1, 2, 3 (1973), Write about Un-loneliness 2 (1973), Walls, Coats, Shadows (1975) and Time 1 (1977) have been digitized, and three of them have been restored and are now being shown for the first time.

The exhibition title, referring to learning the alphabet and the symbolic beginning of Stilinović's practice, has been taken from his 5-minute trilogy Primer 1, 2, 3 (1973), an "interactive" film in which the artist asks the viewers to read aloud the words and images from the film, thereby creating a joint work. Close-ups in the first part show advertising signs located above shops; his poem is dissolved into words and letters in short takes; and the fable at the end carries a message about power. The work is representative because it includes many of the artist's themes and connects the earlier and later works. Poetry is intertwined with everyday life, and the analytical and conceptual approach with a broad interest in context and social issues.

In a similar manner of "collecting facts", he created the photo series Letter + Image (1976) in which he alternates images of signs above mechanic shops and advertising boards depicting spit-roasted lamb, as well as Photographed Photographs (1975) in which he documents shopfronts of photo studios, revealing his affinity for "street design" in the time of communist Yugoslavia.

In contrast to these works, the film Write about Un-loneliness 2 (1973) has a much more complex and free structure resembling the collages he also made around that time. A sort of self-portrait, or better yet, a diary of solitude which exudes vibrant content: his creative dialogue with life, with art of the past and present, driven by Eros and Thanatos.

An interest in language, which pervades the majority of Stilinović's works, is predominantly evident in his collages. They are the foundation of his entire oeuvre. In the interaction of words and images, in the overlapping of the poetic speech and political and everyday expressions, in free associations that emerge from this encounter, Stilinović creates a "transrational language" (zaum) which, although referring to social topics, mediates poetic thought and points to his primary desire to use language non-ideologically.

"But film" - writes film theorist Diana Nenadić - "still has a privileged status in his artistic system. It functions as an autonomous language, at the same time striving towards a bidirectional overstepping of boundaries, providing the author with (montage) techniques applicable in other visual media. For Stilinović, film is, above all else, a space of the creative aggregation of knowledge and the energies accumulated from the exploration of modern age libraries, film archives and galleries and the experiences of historical avant-gardes, as well as the dissociated observation of the ideologically 'occupied' socialist reality in which he had lived and participated through observation in the events which simultaneously documented and defined, transcended and subverted this reality."

-Branka Stipančić

Vernissage de Mladen Stilinović "Primer 1, 2, 3"
Mladen Stilinovic, excerpt from Piši ne samoće / Write about Un-loneliness, 35 mm film,
black and white negative with color interventions, silent, 4'37"

Vernissage de Mladen Stilinović "Primer 1, 2, 3"
Mladen Stilinovic, film still from Početnica 1, 2, 3 / Primer 1, 2, 3, 1973

[18:00-21:00] Vernissage de Pierre Grandclaude "Ligne Motif Ornement"
Location:
Oppidum Galerie
Spirale S.A.R.L.
30, rue de Picardie
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Temple, République
France
Phone : +33 (0)1 40 27 08 03
Fax : +33 (0)1 40 27 08 13
Mail : contact@espaceoppidum.com
Internet Site : www.oppidumgalerie.fr
Description:
du 1 au 9 juin 2019

https://pierregrandclaude.com

[18:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Contrastes"
Location:
Galerie Libre Est L'Art
52, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République
France
Mobile : +33 (0)6 50 53 34 40
Mail : galerie.libre_est_lart@yahoo.com
Internet Site : www.galerie-libre-est-lart.com
Description:
Vernissage de l'exposition "Contrastes"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Ermenonville, domaine des rêveurs et des poètes"
Location:
Montmorency
Montmorency
95160 Montmorency
France
Internet Site : www.ville-montmorency.fr
Description:
Musée Jean-Jacques Rousseau
5, rue Jean-Jacques Rousseau
rousseau-museum@ville-montmorency.fr
museejjrousseau.montmorency.fr

Vernissage de l'exposition "Ermenonville, domaine des rêveurs et des poètes"

Du samedi 1er juin au dimanche 6 octobre

L'exposition "Ermenonville, domaine des rêveurs et des poètes" au musée Jean-Jacques Rousseau à Montmorency présente l'histoire de ce lieu d'exception, du 18e siècle à nos jours. Un parcours thématique, enrichi par le prêt d'œuvres de l'abbaye de Chaalis et de l'artiste contemporaine Agnieszka Kozlowska, dévoile des œuvres uniques de la collection.

Lorsque le marquis René-Louis de Girardin en hérite en 1766, il décide d'aménager le parc et en façonne le paysage. Il est à la fois inspiré par une nouvelle esthétique des jardins qui se développe alors en Europe, et influencé par le modèle de la communauté de Clarens que Jean-Jacques Rousseau décrit dans son roman paru en 1761, Julie ou la Nouvelle Héloïse.

En 1778, le marquis accueille Rousseau durant les dernières semaines de sa vie à Ermenonville, où le philosophe meurt le 2 juillet. Il est enterré au cœur de la propriété, sur l'île des Peupliers, qui devient un lieu de pèlerinage où personnalités illustres comme simples curieux viennent rendre hommage au grand homme.

La partie sud du domaine d'Ermenonville, devenue le "Parc Rousseau" en 1938, est acquise par le département de l'Oise en 1985. En 2012, le parc est labellisé "Centre culturel de rencontre" et participe à la création artistique contemporaine, notamment par l'accueil d'artistes en résidence.

Dans les pas du marquis de Girardin, de Jean-Jacques Rousseau et des nombreux promeneurs et artistes qui ont puisé leur inspiration dans les paysages du domaine d'Ermenonville, cette exposition se veut une invitation à la rêverie.

Vernissage de l'exposition "Ermenonville, domaine des rêveurs et des poètes"

Vernissage de l'exposition "Ermenonville, domaine des rêveurs et des poètes"
Nicolas Antoine Taunay (attribué à), Tombeau de Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville, 18e-19e siècle, huile sur bois - Musée Jean-Jacques Rousseau - Montmorency.

Vernissage de l'exposition "Ermenonville, domaine des rêveurs et des poètes"
Massard, d'après un dessin de Constant Bourgeois, Vue du parc d'Ermenonville, 19e siècle, gravure colorée - Musée Jean-Jacques Rousseau - Montmorency.

Vernissage de l'exposition "Ermenonville, domaine des rêveurs et des poètes"
François Denis Née, Vue de l'isle des peupliers à Ermenonville, fin 18e siècle, gravure - Musée Jean-Jacques Rousseau - Montmorency.

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "La Joconde nue"
Location:
Domaine de Chantilly
Château de Chantilly - musée Condé
Château de Chantilly
60500 Chantilly
M° RER D Chantilly-Gouvieux
France
Phone : +33 (0)3 44 27 31 80
Fax : +33 (0)3 44 24 56 83
Internet Site : www.domainedechantilly.com
Description:
Salle du Jeu de Paume du Domaine de Chantilly

Du 1er juin au 6 octobre 2019

Commissariat
Mathieu Deldicque, Conservateur du Patrimoine au musée Condé
Vincent Delieuvin, Conservateur en chef du Patrimoine au département des peintures, musée du Louvre
Guillaume Kazerouni, Responsable des collections anciennes, musée des Beaux-Arts de Rennes

Le 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci sera l'occasion de célébrer, au Domaine de Chantilly, le génie de cet artiste à travers une de ses œuvres phares et méconnues : La Joconde nue.
Le résultat des récentes analyses scientifiques qui ont été menées sur ce formidable dessin sera enfin révélé. L'exposition ambitieuse qui accompagnera l'événement tentera, en rentrant dans l'atelier de Léonard de Vinci, de percer une partie du mystère de cette icône et d'en comprendre la fortune grâce à des chefs-d'œuvre de la Renaissance ( Sandro Botticelli, Bartolomeo Veneto, François Clouet... ), prêtés spécialement pour l'occasion.

Cette exposition bénéficie du généreux soutien de la Fondation d'Entreprise Caisse d'Epargne Hauts de France et de la société Hugau Gestion.


Le mystère enfin dévoilé

Le 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci est l'occasion de célébrer, au Domaine de Chantilly, le génie de cet artiste en présentant une exposition inédite, dédiée à l'une de ses œuvres phares, quoique méconnue et énigmatique : la Joconde nue. Le musée Condé de Chantilly conserve la plus célèbre représentation de la Monna Vanna, mieux connue sous le nom de Joconde nue, un carton de grande taille (quasiment celle de la Joconde du Louvre) qui n'en finit plus d'interroger. Grâce à des prêts internationaux très ambitieux, l'exposition de l'été 2019 tentera de percer une partie du mystère de cette véritable icône.

La naissance d'un genre : autour de Simonetta Vespucci

La Joconde nue "inventée" par Léonard de Vinci correspond à des recherches en germe dans les milieux néo-platoniciens de la Florence des années 1480 que le maître avait connus. En témoignent les portraits de Simonetta Vespucci, beauté fatale prématurément décédée qui fut l'objet de l'amour platonique de Julien de Médicis. Botticelli et Piero di Cosimo la représentèrent nue et donnèrent naissance à un sujet pictural à part entière, aux sens multiples et à la croisée des genres. Pour ces artistes, et parallèlement ceux de Venise (on admirera notamment le fameux Portrait de femme de Bartolomeo Veneto conservé au Städel Museum de Francfort), le portrait féminin dénudé devint l'archétype de la beauté universelle.

Léonard de Vinci et la Joconde nue

Le cœur de l'exposition sera consacré au prestigieux carton de Chantilly représentant la Joconde nue, acquis par le duc d'Aumale en 1862. Conçu sur le schéma de la Joconde, ce chef-d'œuvre était le support d'un jeu entre les genres picturaux et d'une polysémie digne de l'esprit fécond de Léonard de Vinci. Le maître italien perfectionna longuement son œuvre.

Les analyses de laboratoire ont permis de montrer que le dessin de Chantilly servit de poncif (permettant de reporter la composition) pour des tableaux créés sans doute au sein de son atelier. Pour la première fois, ils seront exceptionnellement réunis.

Nombre des élèves et suiveurs de Léonard reprirent sa composition, s'en inspirèrent ou en transformèrent le sens. Ce sera l'occasion unique de rassembler plusieurs répliques, de les comparer au carton de Chantilly et entre elles.


Qui a créé la Joconde nue de Chantilly ? Des analyses scientifiques pour lever une partie du mystère
L'exposition fera également la part belle aux examens de laboratoire qui ont accompagné l'étude du chef-d'œuvre de Chantilly. À la manière d'une enquête policière, et dans un mode immersif, le visiteur prendra connaissance des résultats des analyses scientifiques et saura enfin qui a pu réaliser ce fameux carton.

La Joconde nue dans la France de la Renaissance

La Joconde nue fut très tôt connue en France, par le biais d'un original ou d'une copie. François Clouet, fils du portraitiste de François Ier, s'en inspira dans sa Dame au bain (Washington, National Gallery of Art), une composition promise à un brillant avenir, placée aux confins du portrait d'accouchée, de l'allégorie de la fécondité ou de l'amour et de la peinture de genre.

Le motif connut de notables évolutions, notamment auprès des peintres de la seconde école de Fontainebleau. Dames au bain, à la toilette, entre les deux âges, portraits des maîtresses d'Henri IV (dont le célèbre tableau du Louvre, Gabrielle d'Estrées et une de ses sœurs) sont en quelques sortes les filles de la Joconde nue, support qui permit de développer à l'envi une esthétique précieuse et polysémique, telle que le prisait la Renaissance.

En se penchant sur une œuvre emblématique et oubliée de Léonard de Vinci, l'exposition du Domaine de Chantilly rendra hommage à l'une des plus énigmatiques inventions du maître, tout en donnant à voir une véritable leçon d'histoire de l'art consacrée au développement d'un genre pictural, entre la France et l'Italie de la Renaissance.

Vernissage de l'exposition "La Joconde nue"
Exposition « La Joconde nue » Crédit: ©RMN-Grand Palais Domaine de Chantilly Gérard Blot

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "ONLY LOVE"
Location:
Galerie du Vert Galant
ancien appartement de Simone Signoret et de Yves Montant
52, quai des Orfèvres
75001 Paris
M° Pont Neuf, Cité
France
Phone : +33 (0)1 44 07 20 74
Description:
Groupe Artistes présenté par Ella Rozenberg

du 1 au 6 Juin 2019
Vernissage le 1er Juin 2019 de 18h à 21h

14 peintres - 1 sculpteur
Liber Gantman
Shaula Shaham
Alexender Rabaev
Alon Filian
Beatriz Rachel Moushes
Dima Mogilevsky
Donatien Cisneros
Yona Kaminsky
Mimi Illouz
Soly Levy
Moti Sagiv
Racheli Marty
Aliza Borchak
Gina Mayer
Gabi Zachary (sculpteur)

Vernissage de l'exposition "ONLY LOVE"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Une Rencontre Naïve"
Location:
Montmartre
Montmartre
75018 Paris
M° Abbesses, Lamarck - Caulaincourt, Pigalle, Anvers, Château Rouge
France
Description:
GALERIE EXPO MONTMARTRE
30 Rue des Trois Frères
75018 PARIS

VERNISSAGE le Samedi 1er Juin à partir de 18h
EXPOSITION du Samedi 1er au 7 Juin

Sculptures « Les Guerrières du Soleil » de Candice Binjacar
Peintures « Aux Yeux Verts » de Nicolas Saracco

Vernissage de l'exposition "Une Rencontre Naïve"

[18:00-23:00] Vernissage de l'exposition La Chambre #19 : Laura Gozlan "Mum please"
Location:
Aubervilliers
Aubervilliers
93300 Aubervilliers
M° RER B La Courneuve - Aubervilliers, Aubervilliers - Pantin - Quatre Chemins
France
Internet Site : www.aubervilliers.fr
Description:
LA CHAMBRE
1 passage Louis Daquin
93300 Aubervilliers
M7 Fort d'Aubervilliers

pour le 19ème épisode Sleep Disorders.

Du 2 juin au 5 juillet
Ouverture tous les jours sur rendez-vous

Laura Gozlan est une artiste française s'étant spécialisée dans l'installation vidéo. Ses films ont été projetés au Grand Palais, au Jeu de Paume, à la Cinémathèque française et lors de nombreux festivals européens. Ses pièces sont exposées à La Panacée, CCC de Montpellier, à Micro-onde - CAC de Vélizy-Villacoublay, à l'Ecole du MAGASIN à Grenoble et dans le cadre de la 47ème édition du Festival d'Arles. Elle est représentée par la galerie Valeria Cetraro à Paris.

Sa pratique s'articule autour de films expérimentaux, de vidéos et d'installations visuelles assemblant documents, sculptures et maquettes. Elle s'approprie des images empruntées au cinéma de genre et au film scientifique qu'elle réarrange au montage. Elle s'intéresse aux utopies scientifiques et aux communautés que celles-ci fédèrent avec une prédilection pour leur représentation dans les sous-genres cinématographiques. Ses pièces explorent les liens entre Contre-culture et posthumanisme, ses mythes fondateurs (New-age, cybernétique) et ses dystopies.

https://lauragozlan.com
http://www.sleepdisorders.fr

Vernissage de l'exposition La Chambre #19 : Laura Gozlan "Mum please"






[19:00-21:00] Intercoiffure Mondial
Location:
Salle Wagram
39, avenue de Wagram
5 bis, rue de Montenotte
75017 Paris
M° Ternes, Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 55 37 86 86
Fax : +33 (0)1 43 80 96 95
Mail : contact@sallewagram.com
Internet Site : www.sallewagram.com
Description:
ChateauForm'City Wagram

[19:00-22:00] Mariage de Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam
Location:
Principauté de Monaco
Monte Carlo
Monaco
98000 Monaco
M° Gare SNCF Gare de Monaco - Monte-Carlo
Monaco
Description:
La Vigie
ancienne résidence de Karl Lagerfeld

Samedi soir, le rappeur et le groupe britannique ont animé la réception qui s'est tenue dans l'ancienne résidence de Karl Lagerfeld à Monaco, après l'union civile de la fille de Caroline de Monaco avec Dimitri Rassam.

Le Rocher était à la fête ce week-end. Samedi, au sein du Palais princier de Monaco, Charlotte Casiraghi s'est mariée avec Dimitri Rassam, producteur de cinéma français et fils de Carole Bouquet et de Jean-Pierre Rassam. Si le détail des festivités est donné au compte-goutte par la Principauté (seulement deux photos communiquées à ce jour), des experts de la couronne n'hésitent pas à partager des informations. C'est le cas de la journaliste blogueuse Eugenia Garavani qui vient de publier plusieurs vidéos de la soirée sur Instagram où l'on voit MC Solaar chanter pour le couple à l'honneur.

«L'As de trèfle qui pique ton coeur, Caroline...» Le rappeur interprète son tube Caroline. En robe bustier blanche signée Chanel, Charlotte Casiraghi danse avec son mari et sa mère Caroline de Monaco à qui la chanson est d'ailleurs dédiée. Cette dernière a ensuite posé avec l'artiste dans les jardins de La Vigie, l'ancienne résidence de Karl Lagerfeld en bord de mer devenu un lieu prestigieux de réception où avait lieu la fête. Selon Nice-Matin, un groupe tribal de danse africaine ainsi que les Kooks se sont également produits au cours de la soirée.

Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam sont en couple depuis avril 2017. Ensemble, ils ont un fils Balthazar. La nièce du prince Albert est déjà maman de Raphaël, né en décembre 2013, fruit de son idylle avec l'humoriste Gad Elmaleh.

Mariage de Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam

[19:00-23:00] Vernissage de David Guez "Telephone 2067"
Location:
Montreuil
93100 Montreuil
M° Robespierre, Croix de Chavaux, Mairie de Montreuil
France
Internet Site : www.montreuil.fr
Description:
Station E
236 rue de paris
93100 Montreuil

La Station-E invite l'artiste David Guez pour une expérience hors du commun du 1er au 29 juin !

David Guez est un artiste réalisant des projets liés aux nouveaux médias principalement axés sur les thématiques de la mémoire et du temps. Il travaille aussi sur la réalisation de plateformes collaboratives qui questionnent les usages et les limites des nouvelles technologies tout en proposant de nouvelles alternatives.


TÉLÉPHONE 2067

Projet crée depuis 2011, le TÉLÉPHONE 2067 est un dispositif inventé par David Guez qui permet de laisser un message dans le futur à soi-même ou à un correspondant. Ces messages sont stockés dans les mailles du réseau internet et deviennent écoutables à partir des dates fixées lors de leur création. TÉLÉPHONE 2067 devient ainsi l'élément d'un réseau spatio-temporel où la voix devient le vecteur inaltérable et sensible de paroles conservées puis révélées. TÉLÉPHONE 2067 fait partie de la série 2067, un ensemble de propositions artistiques - installation, site web, objets connectés - de David Guez qui questionnent le temps, la mémoire et notre rapport intime et collectifs à ces questions via les nouvelles technologies. TÉLÉPHONE 2067 se décline sous plusieurs formes et en séries limitées : cabine publique, poste mural, téléphone vintage classique ou en version GSM.

www.guez.org


TELEPHONE 2067 s'installe avec la frise http://xn--palo-energtique-dnbh.org/, programme de recherche participatif pour ressusciter les techniques disparues, montrer la capacité d'innovation et revaloriser des innovations oubliées. En effet, il s'agit ici de laisser des messages dans le futur tout comme les archives et les brevets que nous retrouvons le font. Quand nous les recevrons, il feront écho à notre passé et donneront vie à la mémoire collective.


MODE D'EMPLOI DU MESSAGE VOCAL DANS LE FUTUR

- TÉLÉPHONEZ AU 0188334489
- LAISSEZ VOUS GUIDER PAR LE SERVEUR VOCAL.
- NOTEZ SUR UNE CARTE POSTALE LES ÉLÉMENTS (DATE ET CODE SECRET PERMETTANT À VOTRE CORRESPONDANT DE RETROUVER VOTRE MESSAGE DANS LE FUTUR.
- DONNEZ OU ENVOYEZ LA CARTE POSTALE À VOTRE CORRESPONDANT.
- VOTRE MESSAGE SERA ÉCOUTABLE À PARTIR DE LA DATE DONNÉE DANS LE FUTUR VIA LE MÊME SERVEUR VOCAL.

Vernissage de David Guez "Telephone 2067"

[19:30-22:00] Soirée de Gala du 76ème congrès de la FNUJA
Location:
Pavillon Gabriel - Potel et Chabot
5, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 42 68 18 18
Fax : +33 (0)1 42 68 04 96
Mail : gabriel@poteletchabot.fr
Internet Site : www.poteletchabot.com/lieux-reception/pavillon-gabriel.htm
Description:
FNUJA | Fédération Nationale des Unions de Jeunes Avocats







[20:00-23:55] Fermeture de la Poissonnerie
Location:
Charly, L'artisan Poissonnier
Poissonnerie Lacroix
44, rue Oberkampf
75011 Paris
M° Parmentier, Oberkampf
France
Description:
Fermeture de la Poissonnerie

[20:30-23:55] Soirée de lancement de "Paris Gueule de Bois"
Location:
L'Eurydice
Tripot littéraire et artistique
79, rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris
France
Mail : eurydicebar@gmail.com
Description:
Pour préparer ta migraine du dimanche et fustiger la sortie du premier numéro de la revue littéraire, Paris Gueule de Bois t'invite samedi 1er juin entre 20h30 et 2h du mat' à l'Eurydice (l'entrée est bien évidemment libre).

Tu y seras libre de boire de la bière, du vin, ou de l'absinthe. Et même de t'abstenir de boire. Libre de nous cracher à la gueule ta haine parisienne, ou de nous couvrir d'éloges métropolitaines. Libre de nous rencontrer pour la première fois, d'être présents par hasard, ou d'être de nos compagnons de nuit de toujours. Libre de déclamer un de tes textes, qui que tu sois. Libre de parler avec les auteurs édités de ce premier numéro, ou bien de les ignorer délibérément. Libre de te laisser faire photographier par Lara, Marie, et autres amoureux de leurs appareils, ou libres de les envoyer aller se faire foutre. Libre d'aduler "Paris est une fête" d'Hemingway et de nous mépriser. Libre d'être discret ou provocant, silencieux ou sur la scène, libre de danser mais aussi de rester assis en attendant désespérément que quelqu'un trouve ce comportement suffisamment charmant pour t'aborder (oui, nous sommes toi). Libre d'être de ceux qui voient le verre à moitié plein, de ceux qui le perçoivent à moitié vide, ou d'être de ceux qui, tout simplement, le boivent. Libre d'être toi, ou de n'être personne, "libre d'être le scandale de n'exister pour rien".

- revues mises en ventes à 5 euros l'unité lors de la soirée -

Soirée de lancement de "Paris Gueule de Bois"










[23:00-23:55] M&M's (Möet & Mercier's) Birthday
Location:
Le Bel'Air
Le Saint-Fiacre
14, rue Saint-Fiacre
75002 Paris
M° Grands Boulevards
France
Description:
le life
14 Rue Saint-Fiacre

Open Bar M&M's Toute la Nuit

Open Bar Möet & Mercier jusqu'à 1h !

M&M's (Möet & Mercier's) Birthday
M&M's (Möet & Mercier's) Birthday

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés