Saturday, August 31, 2019
Public Access


Category:
Category: All

31
August 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

  Journée Mondiale du Blog
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Journée Mondiale du Blog

Fête nationale du Kirghizstan
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale du Kirghizstan

Fête nationale de Trinité-et-Tobago
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale de Trinité-et-Tobago

Fête nationale de Malaisie
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale de Malaisie

Fête nationale de Biélorussie
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale de Biélorussie

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-22:00] Passage Pas Sage 2019
Location:
Passage Pas Sage
Passage des Gravilliers
Passage des Gravilliers
entrée par le 10, rue Chapon ou le 19, rue des Gravilliers
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Internet Site : www.passage-pas-sage.com
Description:
Passage Pas Sage #8

Un événement artistique et festif à l'initiative des galeries Christian Berst Art Brut, Sator, Papillon et Isabelle Gounod

Encouragées par le succès des précédentes éditions les galeries Christian Berst Art Brut, Sator, Papillon et Isabelle Gounod renouvellent cette année encore leur proposition d'expérience immersive et sensorielle unique.

Les quatre galeries participantes s'associent pour proposer un événement festif dans un esprit «chill-out» ouvert à toutes et à tous.

L'exploration artistique de cette édition se concentrera autour de trois vernissages et un finissage d'exposition. La journée sera rythmée par des performances et des sets musicaux tandis que les visiteurs seront invités à se détendre sur les modules imaginés par des étudiants de l'école nationale supérieure de création industrielle (ENSCI).

Spécialités exotiques végétariennes et rafraîchissements seront
proposés tout au long de la journée tandis que dès 18h, des apéritifs variés seront offerts aux visiteurs.

VERNISSAGES
- Christian Berst - art brut japonais, exposition collective
- Galerie Papillon - Luka Fineisen, solo show / Carl d'Alvia, guest Upstairs
- Galerie Isabelle Gounod - Pierre Agahikian, solo show

FINISSAGE
- GALERIE SATOR - GS-GP-001, exposition collective

Passage Pas Sage 2019

[15:00-22:00] Vernissage de Pierre Aghaikian "Burn The Witch"
Location:
Galerie Isabelle Gounod
13, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 48 04 04 80
Fax : +33 (0)1 48 04 04 80
Mail : info@galerie-gounod.fr
Internet Site : www.galerie-gounod.com
Description:
31.08 - 24.09.2019
Vernissage le samedi 31 août 2019, de 15h à 22h

Tout comme dans la chanson du groupe de rock anglais Radiohead Burn The Witch, à laquelle la troisième exposition personnelle de Pierre Aghaikian chez Isabelle Gounod et l'une des peintures présentées empruntent leurs titres, le style résolument expressionniste du jeune artiste français est aussi planant que tendu. Récemment diplômé des Beaux-Arts de Paris, Aghaikian a développé depuis deux ans un ensemble de peintures qui revisite d'un souffle vertigineux ce qu'Erró a introduit avec radicalité dans le surréalisme au début des années 1960 : un ouragan de culture pop ! Mais l'analogie s'arrête là. Le maître de la figuration narrative a voyagé aux quatre coins du monde pour constituer des archives sans fond d'images de consommation de masse - notamment de bandes dessinées - et continuer ainsi d'alimenter le portrait kaléidoscopique, bien que lisse comme un collage, qu'il dresse de notre temps. Les motifs de la dernière série d'Aghaikian ont quant à eux été excavés des abysses imaginaires du cinéma et des jeux vidéo, avant qu'il ne les détourne et ne les plonge plus encore dans ses empâtements caractéristiques, épais et rocailleux.

À l'aide d'une recette qui lui est propre, un mélange de peinture à l'huile et de poudre de marbre, Aghaikian a donné un semblant d'écorce terrestre, si ce n'est une matière noire, aux larges peintures all-over et compositions de plus petit format qui ponctuent l'exposition. La nature minérale de ces nouvelles oeuvres est d'autant plus manifeste qu'elles mettent en scène un véritable séisme culturel, comme si l'Asie de l'Est avait percuté l'Ouest américain, balayant Hollywood au passage. Rappelant l'univers de la franchise de jeux vidéos Kingdom Hearts, qui a donné son nom à une autre peinture, les visions hallucinatoires de l'artiste embarquent des personnages de dessin animé et de manga chéris dans un paysage de western crépusculaire, dont les aspérités graphiques sont renforcées par les découpes de polystyrène qui encadrent et cisèlent la majorité des grandes toiles, à l'image de cônes volcaniques, ou encore de stalagmites et stalactites. Si les attractions de Disneyland ont directement inspiré la dégringolade fantastique, dans laquelle le peintre a précipité tous les protagonistes de ses tableaux, l'atmosphère apocalyptique étrange, presque souterraine, qui traverse l'ensemble est aussi un clin d'oeil aux films des Frères Cohen et Red Dead Redemption, encore une franchise de jeux vidéos dont le titre d'une autre oeuvre est également tiré.

Dans les champs picturaux surchargés d'Aghaikian, un personnage apparaît plus présent que les autres. Il s'agit d'un cowboy à l'apparence naïve, presqu'enfantine, dont le sourire narquois de smiley semble ironiquement dire tout et son contraire de notre monde contemporain, qui loue et craint à la fois l'abîme technologique, l'extinction de notre espèce, et la force minérale de la nature reprenant ses droits. Il y a une dimension épique dans les oeuvres de l'artiste, particulièrement à ce tournant de l'histoire, alors que les grands héros, loin de manquer, évoluent principalement à travers un excès de plateformes et d'écrans, nous laissant pour seule responsabilité le plaisir addictif de se projeter vainement dans leurs exploits digitaux. Comme un écho au logo de la société de production cinématographique Paramount, et filant à travers la série toute entière, des pluies d'étoiles étincelantes tendent finalement ce grand œuvre vers de plus hautes sphères. Après tout, quel autre symbole pourrait mieux signifier ici un paradis dantesque au-delà du sombre purgatoire, dans lequel nous engouffre Aghaikain ? Les royaumes virtuels ne sont peut-être pas gravés dans le marbre, mais la peinture est certainement plus à même de défier le temps.

Violaine BOUTET de MONVEL, Juillet 2019
Critique d'art, traductrice et rédactrice. Membre de l'AICA-France

Vernissage de Pierre Aghaikian "Burn The Witch"

[15:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Japon brut - la lune, le soleil, yamanami"
Location:
Galerie Christian Berst
3-5, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 33 01 70
Fax : +33 (0)1 53 33 01 70
Mail : contact@christianberst.com
Internet Site : www.christianberst.com
Description:
du 31 août au 5 octobre 2019

Monolithes en argile, broderies ombilicales, écritures obsessionnelles, cartographies psychédéliques et uchronies bestiales : pour cette rentrée, nous avons l'immense plaisir de présenter pour la première fois en France une exposition collective consacrée à neuf créateurs d'art brut japonais, pensionnaires de l'atelier Yamanami (Konan). Au travers d'une quarantaine d'oeuvres - dessins et sculptures - l'art brut japonais se lève au dessus des chaînes de montagnes (yamanami) de l'est pour irradier un paysage jusqu'ici étranger.
L'examen d'un paradoxe est une exquise nourriture pour l'esprit. Et l'art brut n'en est pas avare. Ou du moins est-ce le régime auquel les arpenteurs de ce champ sont accoutumés. Jean Dubuffet avait commencé, en 1949, par inscrire l'exemption de culture artistique au fronton de son temple brut. Tandis qu'il admettra, plus de trois décennies plus tard, « qu'il subsiste toujours des références au conditionnement culturel ». Précisant même que « les manières de s'écarter de l'art culturel sont en nombre infini ».
L'art brut japonais en est un exemple frappant. D'abord parce nous pouvons, nous autres occidentaux, l'observer avec la distance culturelle qui est la nôtre. Et y déceler, donc - au-delà de la mince couche d'exotisme des caractéristiques propres, en même temps que nous sommes touchés par la part d'universalité que recèlent ces œuvres.
En 2017, l'exposition Komorebi, au Lieu Unique, à Nantes, nous avait fourni l'exemple le plus brillant de cette hétérogénéité harmonique. La dizaine d'artistes que nous avons sélectionnée à l'atelier Yamanami, à Konan - et dont certains ont été présentés à l'Asia Center de l'Université de Harvard au début de l'année - nous permet de goûter, à nouveau, à ce paradoxe saisissant.
Il y a là Kamae et Yoshigawa, qui accouchent dans l'argile de peuplades et de monolithes hiératiques ; Kawai, dont les ombilics brodés nous aspirent dans leur course concentrique ; Miyashita, propageant des mots qui lui sont étrangers comme des insectes sur la feuille ; Morita, aux figures dansantes tels des Giacometti dégingandés ; Ohji, dressant des cartographies péninsulaires tout à fait psychédéliques ; Mori et ses processions sérielles et grouillements moléculaires ; Nakagawa, passant de l'ondoiement de fréquences colorées au tamponnage de chiffres dans des halos de café ; et puis il y a Ukai, sorte de Bosch nippon du XXIe siècle qui serait passé maître dans l'uchronie foisonnante.
Leurs œuvres s'affranchissent des standards, des leurs comme des nôtres. Si nous ne savions rien de leurs auteurs, ni des processus agissants, il se pourrait même que nous les prenions pour l'art le plus contemporain qui soit. Ce ne serait d'ailleurs pas leur faire injure, ce serait simplement réducteur. Comme si, observant l'éclat de la lune, nous n'y voyions que la lune, oubliant le soleil tapi derrière la chaîne de montagnes (Yamanami en japonais).

artistes exposés :
Kazumi Kamae, Yumiko Kawaï, Yukio Miyashita, Masaki Mori, Satoshi Morita, Momoko Nakagawa, Hiroya Oji, Yuichiro Ukaï, Hideaki Yoshikawa

Depuis sa fondation en 1968 sous le nom de Yamanami Welfare Workshop, l'Atelier Yamanami offre à ses participants le cadre respectueux et convivial nécessaire à leur épanouissement personnel et créatif tout en s'engageant pour la juste reconnaissance de leurs productions artistiques dans le monde.
Situé à Konan dans la préfecture de Shiga au Japon, l'atelier est subdivisé en six groupes, chacun dédié à un domaine différent, allant des pratiques artistiques comme le dessin, le modelage en argile, la broderie, le tissage, jusqu'aux travaux des champs, de maintenance ou encore la gestion d'un café.
Outre le respect et la prise en charge de chacun selon ses besoins individuels et sa sensibilité propre, la philosophie de Yamanami est notamment basée sur le droit universel de prendre un rôle actif dans la vie, de faire des erreurs et d'en tirer des leçons. Et surtout sur la profonde conviction que personne, quelle que soit sa constitution physique ou psychologique, ne doit vivre dans l'isolement. Ce sont ces conditions et ce cadre exceptionnels qui ont favorisé l'émergence des artistes talentueux que nous avons sélectionnés.

Vernissage de l'exposition "Japon brut - la lune, le soleil, yamanami"


[16:00-20:00] Vernissage de Kyle Staver
Location:
Galerie RX
Rodrigue & Dereumaux
16, rue des Quatre-Fils
75003 Paris
M° Rambuteau, Saint-Paul, Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 71 19 47 58
Mobile : +33 (0)6 37 88 04 98
Mail : info@galerierx.com
Internet Site : www.galerierx.com
Description:
du 31 août au 20 septembre

Kyle Staver est peintre et s'affiche comme telle. Elle est née en 1953 à Virginia dans le Minnesota. Elle vit et travaille à New York. Après avoir fait ses études et travaillé comme boulangère et pâtissière à Minneapolis, elle finit ses études d'art à Yale University, New Haven d'où elle sort avec un diplôme MFA peinture. Son travail se situe dans la lignée des grands peintres figuratifs américains tels que David Park, Alice Neel, Bob Thompson, ou des peintres plus jeunes comme Dana Schutz, Nicole Eisenman. Elle tient un journal sur Instagram, en effet elle poste chaque matin 3 visuels d'oeuvres d'art qu'elle se plait à mettre en relation. Son attachement à l'histoire de l'art, aux mythologies, sa connaissance notamment de la peinture française - sa pratique et son sens de la composition placent d'emblée son travail dans une famille d'artistes à laquelle appartient Marc Desgrandchamps, un artiste longtemps défendu par la galerie Zürcher à Paris. C'est la raison pour laquelle il m'est venu naturellement à l'idée de demander à Marc Desgrandchamps d'écrire sur la peinture de Kyle Staver pour sa première présentation au public français.
Gwenolee Zürcher
New York, 1 Juillet 2019

Voici un extrait de la préface de Marc Desgrandchamps publiée dans le catalogue Kyle Staver à New York en mai 2019 :
« Tout en se rattachant à ce territoire pictural, son art est très singulier, fait de sujets universels qu'elle interprète à sa manière. Les compositions sont monumentales et franches, à la fois violemment expressives et subtiles. La matière joue d'un clair obscur voluptueux, les corps de femmes et d'hommes s'y entremêlent entre conflit, séduction, rage et plaisir. Des animaux apparaissent, à l'allure d'anges gardiens ou de monstres infernaux, leur monstruosité tempérée par leur aspect grotesque ou comique. C'est un monde du paradis perdu bouleversé par les peurs d'aujourd'hui, mais des peurs tenues à distance par une mise en scène picturale qui provoque la joie plutôt que l'effroi. Joie également provoquée par une attention à la forme qui ne réduit pas cette peinture à une simple narration.
Au contraire une véritable jubilation visuelle se dégage de ces rouges, de ces bleus, de ces jaunes qui animent la toile comme de puissants signaux lumineux. Cette joie provient aussi de l'humour qui parcourt ces représentations. Les tableaux et sculptures de Kyle Staver sont le produit d'un art très sérieux qui ne se prend pas au sérieux. Sérieux par les qualités formelles qui structurent chaque oeuvre en lui donnant l'évidence d'un fait pictural, pas sérieuses par la légèreté qui vient subvertir ces scènes de jugement ou de martyre en les amenant vers un état burlesque irrésistible.
Irrésistible et bouleversé, les figures s'entrechoquant en des poses diverses, en une apparence de spontanéité certainement mûrement anticipée et réfléchie par l'artiste. Pour définir son art j'évoquerai une beauté burlesque, une beauté burlesque et convulsive à la manière dont André Breton déclarait cette convulsion comme condition même de la beauté. »

Vernissage de Kyle Staver

Vernissage de Kyle Staver

Vernissage de Kyle Staver

Vernissage de Kyle Staver

Vernissage de Kyle Staver



[17:00-18:00] Visite de l'exposition de Hella Jongerius "Entrelacs, une recherche tissée"
Location:
Lafayette Anticipations
Fondation d'entreprise Galeries Lafayette
9, rue du Plâtre
75004 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 45 96 68 68
Mail : lafayetteanticipation@galerieslafayette.com
Internet Site : www.lafayetteanticipation.com
Description:
Parcourez l'exposition "Entrelacs, une recherche tissée" d'Hella Jongerius aux côtés du Directeur de la Fondation, François Quintin. "Entrelacs, une recherche tissée" célèbre pour la première fois en France le travail de la designeuse néerlandaise Hella Jongerius.
Gratuit sur réservation : mediation@lafayetteanticipations.com


Dans le cadre de l'exposition de Hella Jongerius "Entrelacs, une recherche tissée"

du 7 juin au 8 septembre

Pendant tout l'été 2019, Lafayette Anticipations invite la designeuse Hella Jongerius et transforme ses espaces en une grande fabrique de tissu ouverte au public. Les qualités performatives du bâtiment sont mises à contribution et les plateformes mobiles utilisées comme la structure d'un gigantesque métier à tisser en mutation constante.

La néerlandaise Hella Jongerius compte aujourd'hui parmi les figures les plus importantes du design international. Au sein du Jongeriuslab, basé à Berlin, ses recherches théoriques et expérimentales portent principalement sur la signification des couleurs et des matériaux. Pour Lafayette Anticipations, elle a imaginé un projet autour du textile et du tissage.

A l'ère de la mode éphémère où les vêtements sont devenus des denrées jetables, cette exposition interroge notre relation au textile et met en lumière les enjeux de sa production et de sa consommation aujourd'hui. Le textile est en effet bien plus qu'un simple matériau, il renvoie à beaucoup d'autres sujets comme la culture, la société, l'économie...

Depuis quelques décennies, nous observons une méconnaissance croissante de la manière dont sont confectionnés les tissus qui nous environnent ainsi que la perte rapide de certains savoir-faire. L'industrialisation, la mécanisation et la mondialisation ont largement brouillé notre conception du textile.

Avec Entrelacs, c'est tout le processus de création textile qui est donné à voir aux visiteurs afin de provoquer une prise de
conscience, une revalorisation et une appréciation de ses qualités propres.

L'exposition montre ce qu'un consommateur ne voit habituellement jamais : la recherche et l'expérimentation, les outils et les matériaux, les pistes et les erreurs - des étapes aussi importantes que le résultat lui-même. Au fil des trois mois d'exposition, le public assiste au tissage de nouvelles pièces, présentées au fur et à mesure de leur confection dans les espaces de la Fondation.

Les techniques de tissage, les possibilités de développement technologiques, mais aussi les enjeux sociaux de la production textile aujourd'hui seront également abordés lors d'un symposium le 6 septembre autour de 3 thématiques : "Du vernaculaire au technologique", "La culture matérielle et le lieu" et "Le design sensuel".

Un livret (issu de la collection "Carnets") imprimé en risographie à la Fondation et un catalogue accompagneront l'exposition. Le catalogue est conçu par Irma Boom, avec les contributions de Hans Den Hartog Jager, Alice Rawsthorn, Anne Röhl et Christel Vesters. Il est composé de plusieurs cahiers publiés en partie sur place lors de l'exposition. Ils peuvent être acquis séparément ou assemblés dans un livre unique en septembre 2019. Il comprend également un glossaire de termes en lien avec le textile et les recherches du Jongeriuslab.

En partenariat avec Ideat, Trois Couleurs et le Bonbon

Avec le soutien de Tronrud Engineering, Dept. Digital Weaving Norway, fabricants du métier à tisser TC2

Merci aux filateurs de lin européens, certifiés Masters of Linen: Decoster Caulliez, Fir, Lambrecht, Linificio E Canapificio, Safilin, J. Toulemonde ; adhérents de la Confédération Européenne du Lin et du Chanvre l CELC

Vernissage de Hella Jongerius "Entrelacs, une recherche tissée"

Vernissage de Hella Jongerius "Entrelacs, une recherche tissée"




[18:00-21:00] Vernissage de Phillip Zach
Location:
Freedman Fitzpatrick
8, rue Saint-Bon
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)9 77 21 99 91
Mail : ff@freedmanfitzpatrick.com
Internet Site : www.freedmanfitzpatrick.com
Description:
Opening: Saturday, August 31, 6-9pm
August 31 - October 5, 2019

[18:00-22:00] Vernissage de l'exposition "L'art animalier"
Location:
Galerie Libre Est L'Art
52, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République
France
Mobile : +33 (0)6 50 53 34 40
Mail : galerie.libre_est_lart@yahoo.com
Internet Site : www.galerie-libre-est-lart.com
Description:
Vernissage de l'exposition "L'art animalier"

[18:30-23:55] 18ème édition du Festival Silhouette 2019
Location:
Parc de la Butte du Chapeau Rouge
5, avenue Debidour
75019 Paris
M° Pré-Saint-Gervais, Danube, T3 Robert Debré
France
Internet Site : equipement.paris.fr/parc-de-la-butte-du-chapeau-rouge-1811
Description:
Courts métrages et concerts
Parc de la Butte du Chapeau Rouge

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE


SOIRÉE DE LANCEMENT - MARDI 27 AOÛT

Rendez-vous au Le Hasard Ludique pour lancer la 18ème édition du festival !
Au programme de la soirée : ciné-karaoké et ambiance festive !


PARC DE LA BUTTE DU CHAPEAU ROUGE, PARIS 19ÈME

18h30 - RENDEZ-VOUS CINÉMA
Samedi 31 août - Dimanche 1er septembre - Mercredi 4 septembre
Pour rencontrer et échanger avec des professionnels autour d'enjeux du cinéma et du court métrage.

19h30 - CONCERTS
Tous les soirs du 30 août au 7 septembre

21h - PROJECTIONS
Tous les soirs du 30 août au 7 septembre

Lors de 7 soirées sur le Parc de la Butte du Chapeau Rouge, découvrez notre sélection internationale de courts métrages en tout genre : documentaire, hybride, fiction, clip et animation pour tout âges

Vendredi 6 septembre, découvrez la séance non compétitive « Passages », l'occasion de fêter les 18 ans de Silhouette. Au programme, une sélection de films courts tirés des précédentes éditions qui mettent en lumière le passage d'un âge à l'autre.


EN SALLES

Holiday Inn Express Paris - Canal de la Villette
Trois programmes internationaux pour le jeune public
Graines de spectateurs : dès 3 ans
Ciné-pousses : dès 6 ans
Cinéphiles en herbe : dès 9 ans

DOC
Un programme hybride regroupant des courts métrages à la recherche de structures formelles innovantes.

Grand Parquet
Un programme documentaire et un programme clip pour découvrir le court métrage différemment.


SOIRÉE BILINGUE LSF - DIMANCHE 1er SEPTEMBRE

Pour la deuxième année consécutive, Silhouette s'applique à rendre le festival accessible aux personnes sourdes et malentendantes. La soirée du dimanche est entièrement bilingue en langue des signes française: les interventions sont signées et l'intégralité des films est sous-titrée.


FOCUS PASSAGES - VENDREDI 6 SEPTEMBRE

À l'occasion de nos 18 ans, retrouvez une sélection de films courts tirés des éditions précédentes Silhouette, qui mettent en lumière le passage d'un âge à l'autre.


ÉCO-FESTIVAL

Lauréat du Trophée des événements éco-responsables parisiens en 2018, le Festival Silhouette s'engage année après année à renforcer son aspect durable. Cette année vous pourrez retrouver des ateliers éco-responsables tout au long du festival.

Nous vous recommandons d'apportez vos gourdes car nous ne vendons plus de bouteilles d'eau en plastique.

Éco-cups et pichets seront disponibles et consignés respectivement au prix de 1€ et 2€.


INFOS PRATIQUES

Soirée de lancement - Entrée gratuite
Le Hasard Ludique, 128 avenue de Saint-Ouen, 75018 Paris

Projections en plein air - Entrée gratuite
Parc de la Butte du Chapeau Rouge
5 avenue Debidour, Paris 19e
Métro 11 - Télégraphe
Métro 7bis - Pré St Gervais
Tramway 3bis - Hôpital Robert Debré
Accès aux personnes en situation de handicap

Projections en salles - Entrée gratuite
Holiday Inn Express - Canal de la Villette, 68 quai de la Seine, Paris 19ème
DOC ! - 26 Rue du Dr Potain, Paris 19ème
Le Grand Parquet - 35 Rue d'Aubervilliers, Paris 18ème

Toute la programmation, jour par jour, prochainement en ligne sur association-silhouette.com

18ème édition du Festival Silhouette 2019

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés