Thursday, September 5, 2019
Public Access


Category:
Category: All

05
September 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

  Paris Design Week 2019
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
PARIS DESIGN WEEK se place cette année sous le thème fédérateur "Hybride"

La 9ème édition de Paris Design Week se tiendra cette année du 5 au 14 septembre. Elle investira de nouveaux espaces culturels et plongera la ville dans un bouillonnement d'expositions, de soirées et de promenades thématiques à ciels ouvert. Une occasion rêvée de (re)découvrir les charmes de la capitale !

Le terme hybride renvoie au croisement d'éléments d'espèces, issues ou non d'une même famille. Il peut aussi qualifier un produit ou un objet, composé d'éléments disparates. C'est donc tout l'art du mélange qui est ici à l'œuvre. Dans le monde du design ou de l'architecture, ce mot prend tout son sens. Qu'il s'agisse de mêler des techniques de fabrication, d'associer des matériaux hétéroclites, de faire se rencontrer divers savoir-faire autour d'un même projet, l'hybridation est très souvent de mise.

PARIS DESIGN WEEK invite les visiteurs à une plongée au cœur de ce savant mélange, à travers une programmation éclectique, innovante et surprenante...

Paris Design Week 2019

Coffee Summer Sessions 2019 by Caron
Location:
Boutique Caron
Brûlerie Caron
32, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
France
Phone : +33 (0)1 40 09 23 17
Mail : paris@laboutiquecaron.com
Internet Site : www.cafecaron.com
Description:
Du 20 août 2019 au 7 septembre 2019

// ALERTE EVENEMENT //
Les Coffee Summer Sessions sont de retour ! Un programme totalement gratuit et caféiné à prévoir pour l'été. Devenez barista l'espace d'un jour et testez vos connaissances !
Dégustation, atelier de revalorisation du marc de café ou encore latte art... plein d'animations pour petits et grands, alors n'hésitez plus !

Programme détaillé :

- Mardi : Atelier dégustation de différentes méthodes d'infusions (expresso, piston...)
o Horaire : 14H, 16H, 18H
o Nombre de participants par session : 8 personnes
A chaque infusion, son café !

- Mercredi : Bougie au Marc de café
o Horaire : 14H, 16H, 18H
o Nombre de participants par session : 8 personnes
Saviez-vous que le marc de café est réutilisable ? On vous propose de réaliser une bougie au marc de café !

- Jeudi : Accord Fromage & café
o Horaire : 18h30 à 20h
o Nombre de participant par session : 8 personnes
Découvrez les accords entre le café et le fromage autour d'un afterwork !
>> RSVP

- Vendredi : Latte art
o Horaire : 14H, 16H, 18H
o Nombre de participant par session : 8 personnes
Apprenez l'art du dessin sur cappuccino : Painting, topping. Miam !

- Samedi : Glace au café
o Horaire : 13H, 15h, 17H
o Nombre de participant par session : 8 personnes
Il fait beau, il fait chaud il est temps de déguster une délicieuse glace au café !

Dernier samedi (Samedi 07/09) : TRADITIONNEL BRUNCH BY CARON

#CoffeeSummerSession #bruleriecaron #coffee #caron #coffeetime #happycoffeehour #summer #coffeelovers #coffeeaddict #café #cupofcoffee

Coffee Summer Sessions 2019 by Caron

08:00 [08:30-13:00] 13èmes Rencontres de l'Udecam 2019
Location:
Salle Pleyel
252, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Ternes, Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 42 56 13 13
Mail : rp@sallepleyel.fr
Internet Site : www.sallepleyel.fr
Description:
Chaque année, les Rencontres de l'UDECAM créent le débat entre l'ensemble des acteurs de l'industrie des médias et de la communication.

Les Rencontres 2019 auront pour thème "New Deal Media".

L'occasion de s'interroger et de s'engager fortement pour contribuer à la réinvention de l'environnement média et de s'assurer de l'existence d'un paysage media pluriel et équilibré dans un nouvel ecosystème riche de nouvelles opportunités (techno, plateformes ...).

Les Rencontres aborderont les différents aspects de la nécessaire ré-invention de l'écosystème.

http://rencontres.udecam.fr

Dans un contexte bouleversé, complexe et singulier de décomposition/recomposition (concentration, désintermédiation, destruction de valeur, transformation profonde des modèles, mais aussi RGPD, fake news, protection des données personnelles, etc), l'Udecam interpelle et réunit tous les experts pour partager constats mais surtout solutions, initiatives et prospectives.

Les Rencontres 2019, seront l'occasion de s'interroger et s'engager fortement pour contribuer à la réinvention de l'environnement média et de s'assurer de l'existence d'un paysage media pluriel et équilibré dans un nouvel eco-système riche de nouvelles opportunités (techno, plateformes ...)

>> RSVP

13èmes Rencontres de l'Udecam 2019


[09:00-18:00] Journée presse Maison Sarah Lavoine
Location:
Maison Sarah Lavoine
6, place des Victoires
75002 Paris
France
Description:
Venez découvrir la collection Automne - Hiver 2019 by Maison Sarah Lavoine

Journée Presse Jeudi 05 Septembre 2019 9h à 18h
Cocktail de 18h à 22h

Journée presse Maison Sarah Lavoine

[09:00] Lancement de TurboCereal
Location:
Grande Arche de La Défense
1, parvis de La Défense
92044 Paris la Défense
M° La Défense
France
Phone : +33 (0)1 40 90 52 20
Internet Site : www.lagrandearche.fr
Description:
TurboCereal : lancement du 1er livret d'épargne citoyenne en faveur de l'agriculture - Au Swave - Salle « la Corbeille » - 1 Parvis de la Défense - Grande Arche - 19e étage, paroi Nord

[09:00-18:00] Plug and Play Smart Cities - Batch 2 Selection Day
Location:
Station F
Halle Freyssinet
55, boulevard Vincent Auriol
5, Parvis Alan Turing
75013 Paris
M° Chevaleret
France
Phone : 08 11 11 55 55
Internet Site : www.stationf.co
Description:
9:00am - 9:30am: Welcome Coffee

Real Estate
9:30am - 10:20am: Startup Pitches
10:20am - 10:30am: Break

Sustainability
10:30am - 11:20am: Startup Pitches
11:20am - 11:30am: Break

IoT
11:30am - 12:10pm: Startup Pitch
12:10pm - 1:30pm: Networking Lunch
1:30pm - 2:05pm: Startup Pitches
2:05pm - 2:15pm: Break

Mobility
2:15pm - 3:30pm: Startup Pitches
3:30pm - 6:00pm: Networking cocktail

>> RSVP

[09:30-12:00] Présentation presse Serge Ferrari x Lafuma Mobilier
Location:
Showoom Serge Ferrari
56, rue du Faubourg Saint-Antoine
Cour du Bel Air
75012 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille
France
Phone : +33 (0)9 83 61 79 65
Mail : showroom.sergeferrari@sergeferrari.com
Internet Site : www.sergeferrari.com
Description:
Le jeudi 5 septembre au matin, Serge Ferrari dévoile son retour d'expérience sur la co-création avec les fabricants et designers, avec la complicité de la marque de mobilier outdoor Lafuma Mobilier. L'occasion également de présenter sa dernière innovation, la Batyline Elios, une toile toute en douceur.

Présentation presse Serge Ferrari x Lafuma Mobilier



[10:30] Conférence de rentrée de la Fédération des industries nautiques
Location:
Le Pavillon de l'Eau
77, avenue de Versailles
75016 Paris
M° Mirabeau, Javel - André Citroën, RER C Javel
France
Phone : +33 (0)1 42 24 54 02
Mail : pavillondeleau@eaudeparis.fr
Internet Site : www.pavillondeleau.fr
Description:
Conférence de rentrée de la Fédération des industries nautiques







[14:00-17:30] Vernissage de l'exposition "6 APPARTEMENTS DE DESIGNERS"
Location:
Institut Suédois
11, rue Payenne
Hôtel de Marle
75003 Paris
M° Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 44 78 80 20
Fax : +33 (0)1 44 78 80 27
Mail : info@ccs.si.se
Internet Site : www.ccs.si.se
Description:
Dans le cadre de Paris Design Week et Swedish Design Moves Paris, la saison culturelle de la rentrée à l'Institut suédois, six appartements de résidence ont été réhabilités par autant de duos - marques engagées avec le designer de leur choix. Ils proposent ainsi six déclinaisons possibles de hem dans un hôtel particulier du XVIème siècle. En suédois, le mot hem porte en lui une idée d'appartenance, de lieu de sécurité et de confort avec une charge émotionnelle positive.

Pour relever le défi ont répondu présents :

Carl Malmsten AB - Anna Kraitz
Thomas Eriksson Arkitekter - Ulf Agnér
Beckmans College of Design Stockholm - Paris College of Art
Svenskt Tenn - d'après la philosophie d'Estrid Ericsson et Josef Frank
Gärsnäs - Färg & Blanche
Dux - Septembre Architecture & Urbanisme
Présentation presse le 5 septembre de 14h00 à 17h30.

[14:00] Vernissage de l'exposition "Argentina, terres de contrastes"
Location:
Bordeaux
Bordeaux
33000 Bordeaux
M° Gare SNCF Bordeaux Saint-Jean
France
Internet Site : www.bordeaux.fr
Description:
14H00 - BORDEAUX - Cité du vin : présentation de la nouvelle saison culturelle et vernissage de l'exposition « Argentina, terres de contrastes »

jusqu'au 17 novembre

dispositif immersif articulé autour des 6 principales régions viticoles de l'#Argentine

[14:30-17:00] Lancement de l'émission de télévision Mon beau Zhejiang
Location:
Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris - Bourse
CCIP Bourse
2, place de la Bourse
75002 Paris
M° Bourse
France
Internet Site : www.cci75.fr
Description:
À l'occasion de la diffusion du documentaire « Amoureux de la Chine » début septembre sur la chaîne IDF1 et de la signature d'accord de coopération entre les grands médias chinois et français, le Groupe de radio et de télévision du Zhejiang, la chaîne de télévision française IDF1 et Guang Hua cultures et média vous convient à la cérémonie de lancement qui aura lieu le :

Jeudi 5 septembre 2019, 15h
(Cocktail d'accueil dès 14h30)

Merci de bien vouloir confirmer votre présence avant le lundi 2 septembre 2019 par mail à events@oushinet.com

CCI - Salle de bal

Lancement de l'émission de télévision Mon beau Zhejiang









[16:00-22:30] 5ème édition de l'Université d'été Hexatrust
Location:
Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris
CCIP - Hôtel Potocki
27, avenue de Friedland
Hôtel Potocki
75382 Paris Cedex 08
M° Charles de Gaulle - Etoile, George V
France
Phone : 0 820 012 112
Internet Site : www.ccip.fr
Description:
« VERS UNE AUTONOMIE STRATÉGIQUE EUROPÉENNE »

Le Jeudi 5 septembre 2019, à partir de 16h00, l'Université d'été d'HEXATRUST et le Cloud Independence Day fusionnent pour une cinquième édition à ne pas manquer, placée sous le thème de l'autonomie.

NOUVEAU FORMAT

Afin de marquer la rentrée de la cybersécurité, du cloud computing et de la confiance numérique, l'Université d'été d'HEXATRUST vous propose un lieu d'échanges et de découvertes des pépites et des leaders du secteur.

Convivialité oblige ! Dans les murs du prestigieux Hôtel Potocki, à Paris, ces retrouvailles estivales illustrent notre envie de réunir l'équipe de France pour partager ensemble un moment festif, mais également notre volonté de bâtir un continent numérique résilient et innovant, et d'ouvrir ce cercle de confiance qui constitue l'ADN d'HEXATRUST.

>> programme et RSVP

5ème édition de l'Université d'été Hexatrust

[16:00-21:00] Preview de Vincent Voillat "L'hiver n'aura pas lieu cette année"
Location:
Galerie Eric Mouchet
45, rue Jacob
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon, Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 96 26 11
Mobile : +33 (0)6 22 99 53 89
Mail : info@ericmouchet.com
Internet Site : www.ericmouchet.com
Description:
6 septembre au 5 octobre 2019
Preview le jeudi 5 septembre à partir de 16h
Vernissage le vendredi 6 septembre dès 16h

La galerie Eric Mouchet est heureuse de présenter « L'hiver n'aura pas lieu cette année », une exposition personnelle de Vincent Voillat du 7 septembre au 12 octobre 2019.

Preview de Vincent Voillat "L'hiver n'aura pas lieu cette année"

[16:00-21:00] Vernissage de Gaston Damag "LOVE ME TENDER"
Location:
Galerie Maïa Muller
19, rue Chapon
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)9 83 56 66 60
Mobile : +33 (0)6 68 70 97 19
Mail : contact@galeriemaiamuller.com
Internet Site : www.galeriemaiamuller.com
Description:
06.09.19 - 05.10.19

LOVE ME TENDER, oeuvres 1 à 11
06.09.19 - 17.09.19

LOVE ME SWEET, oeuvres 12 à 22
18.09.19 - 05.10.19

Préface de Constance de Monbrison & Sarah Ligner.


« J'entends ces chants... »

« Quand je peins ici dans mon atelier, dans mon jardin de l'île Saint-Denis, les chants qui accompagnent les rituels de mon pays remontent en moi. Alors je chante, je fredonne à chaque fois que je peins ». Pour Gaston Damag, la vibration du chant est un fil conducteur, celui qui permet de sentir, de relier et de créer. Né en 1964 à Banaue aux Philippines, Gaston Damag est un homme du paysage de la Cordillère de Luçon, là où les rizières épousent chaque courbe de la haute montagne, là où les hommes et la nature sont liés par le travail des uns et le don de l'autre, là où l'animisme est encore présent dans la pensée et les rituels. Le chant, chez les Ifugao, est une mise en mouvement des liens tissés entre les hommes et la terre nourricière. Il permet de sentir, de mettre la main en mouvement, de remercier et de tendre vers l'unité. Au principe de l'unité c'est la musique qui emporte tous et chacun (1).

Arrivé en France en 1984, Gaston Damag restera dix-huit ans sans retourner aux Philippines. De sa double formation, celle de l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris et celle de l'Ecole nationale supérieure d'arts plastiques de Cergy Pontoise, il fait son miel. Le sculpteur français Toni Grand, son professeur aux Beaux-Arts puis ami, lui intime l'ordre de ne peindre ni dessiner tant que lui-même est en vie. Alors Gaston Damag se tourne vers un art plus conceptuel de sculpture et d'installation. Lors d'un séjour à New York, il reconnaît le portrait de ses oncles parmi des photographies des Philippines exposées à l'American Museum of Natural History. Un premier ébranlement dans ce processus de réminiscences qui s'accroît à la suite du retour dans son village d'enfance en 2002. Ses œuvres suivent alors le fil du déracinement. Elles deviennent le réceptacle d'une mémoire singulière tout autant qu'ancestrale. Les bululs, représentations des divinités du riz sculptées dans le bois par les Ifugao, sont soumises par l'artiste à de multiples détournements où se manifeste l'ambiguïté des échanges interculturels.

Depuis la mort de Toni Grand, Gaston Damag renoue avec la peinture. « Pour moi, peindre c'est la couleur », dit-il. La peinture de Gaston Damag enchante par ses accents chromatiques. Peinture gestuelle, elle convoque la chair et la mémoire, la matière et l'esprit. Le blanc de la toile originelle est conspué, vite effacé par des gestes amples qui tracent de vastes champs colorés. Ils naissent de fluctuations où le mouvement de la pensée croise celui du corps. L'œuvre s'extrait de l'amnésie et procède par strates. Le motif final surgit au fil d'une herméneutique complexe, celle d'un tableau palimpseste. Ce langage pictural, acquis au cours d'une formation artistique occidentale, s'est affermi à la faveur d'accointances avec des artistes comme Francisco de Goya, Henri Matisse, Gerhard Richter, Georg Baselitz ou A.R. Penck. Cet enseignement artistique, confie Gaston Damag, congédie en lui la nostalgie. Et pourtant, il est aussi le trait d'union avec ce qui demeurait distant, ce qu'il avait fallu taire. Et de plus en plus, l'artiste nourrit un dialogue intime avec son double, l'autre en lui. Il le questionne, le taraude, lui coupe la tête, le regarde, évite l'effet miroir. Le rapport à l'animisme revient en force avec l'âge confie-t-il. On le croit volontiers.

Constance de Monbrison & Sarah Ligner

(1).Roustang F. (2003), Il suffit d'un geste, Paris, Odile Jacob, p. 116

Vernissage de Gaston Damag "LOVE ME TENDER"
Fugitive - Huile et acrylique sur toile - 136.5 x 93 cm - 2019

Vernissage de Gaston Damag "LOVE ME TENDER"
The abundant woman series - Huile sur toile - 160 x 119.5 cm - 2019

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Le Bois de Septembre"
Location:
Galerie Papiers d'Art
30, rue Pastourelle
75003 Paris
France
Phone : +33 (0)1 43 48 78 28
Mail : contact@papiersdart.com
Internet Site : www.papiersdart.com
Description:
La galerie PAPIERS D'ART est heureuse de vous inviter à l'exposition
"Le Bois de Septembre"
Jérôme Delépine

et Irène BOISAUBERT, Camille BRYEN, Marinette CUECO, Claude CUSSINET, Anne DELFIEU, Marie-Noëlle FONTAN, Ferri Garcès, Ramzi GHOTBALDIN, Catherine MARCHADOUR, Alain PICARD, Anne SLACIK, UBAC

Exposition du 5 au 28 septembre 2019
Vernissage le jeudi 5 septembre 2019 à partir 16 heures

Vernissage de l'exposition "Le Bois de Septembre"










[17:00-19:30] Soirée Batman
Location:
Galeries Lafayette Champs-Elysées
52/60, avenue des Champs-Elysées
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, George V
France
Internet Site : www.galerieslafayettechampselysees.com
Description:
A l'occasion du 80e anniversaire de Batman, Warner Bros. France et DC vous invite à une soirée exceptionnelle aux Galeries Lafayette Champs-Elysées à Paris !

Venez découvrir l'univers de Batman aux Galeries Lafayette Champs-Elysées à l'occasion d'un cocktail presse au Food Court, au -1 du magasin. L'atrium du magasin prendra une allure de Gotham City avec une scénographie surprise et des produits collaboratifs autour du Batman !

Soirée Batman

Les Galeries Lafayette Champs-Elysées célèbrent les 80 ans de Batman

80 ans et toujours aussi populaire. L'homme chauve souris tout droit sorti de l'imaginaire du dessinateur Bob Kane et de l'écrivain Bill Finger est cette année célébré dans le monde entier le temps d'happenings sensationnels et forcément fédérateurs. Le dernier en date ? L'espace éphémère à la scénographie calibrée niché au cœur des Galeries Lafayette Champs-Elysées.

Batman fête ses 80 ans cette année et compte bien le faire savoir. En cette rentrée particulière, la capitale se grime Gotham City. Et deux événements attirent particulièrement notre attention :

Un espace éphémère aux Galeries Lafayette Champs-Elysées
Inaugurées en grande pompe le 28 mars dernier, les Galeries Lafayette Champs-Elysées sont devenues en quelques mois le nouveau repère en vogue des férus de marques pointues et autres sélections que l'on ne voit nulle part ailleurs. Cette rentrée, le numéro 60 de l'avenue la plus célèbre du monde attire encore plus les regards en habillant sa façade du masque géant de Batman et dédie jusqu'au 22 septembre prochain un espace totalement dédié à l'homme chauve souris. Pour l'occasion, on repart avec des produits exclusifs pensés en collaboration avec Pierre Hardy, Atelier Paulin ou encore Le chocolat des français, tout en immortalisant la Bat mobile, exceptionnellement exposée au public.

Un Bat Signal à Paris

Le 21 septembre prochain, jour du Batman day, la capitale projettera dans son ciel le célèbre Bat Signal, suivant l'exemple de Marseille cet été et de nombreuses capitales des quatre coins du monde. Un rendez-vous avec le Chevalier Noir qui ravira évidemment les grands fans du super héros masqué.

Jusqu'au 22 septembre 2019

Soirée Batman

[17:00-20:00] Vernissage de Denis Brihat
Location:
Galerie Camera Obscura
268, boulevard Raspail
75014 Paris
M° Raspail, Denfert-Rochereau
France
Phone : +33 (0)1 45 45 67 08
Mail : cameraobscura@free.fr
Internet Site : www.galeriecameraobscura.fr
Description:
Vernissage
jeudi 5 septembre à 17h

Exposition
du 6 septembre au 19 octobre

Vernissage de Denis Brihat
Coquelicot, 1981
Tirage argentique, sulfuration, virage à l'or. 40 x 50 cm

Vernissage de Denis Brihat
Herbe sèche, 1964
Tirage argentique (épreuve unique) 60 x 30 cm

"Ce que mon parcours a sans doute de singulier, c'est le détour qu'il m'a fait prendre, pour exprimer
ma vision de la couleur, par des procédés de la photographie argentique noir et blanc. Un coup
d'oeil néophyte ou trop rapide sur mon travail, sur mes tableaux de coquelicots par exemple, peut
laisser penser qu'il s'agit simplement de photographie en couleur. Il n'en est rien.
La couleur traditionnelle ne pouvait convenir à mes recherches sur la nature. Je voulais aborder cette dimension de façon plus personnelle, ce qui m'importait étant d'aller plutôt vers l'esprit poétique de la couleur...".

Vernissage de Denis Brihat
Tulipe noire, 2001
Tirage argentique, virage au sélénium. 40 x 50 cm

Vernissage de Denis Brihat
Fleur de carotte sauvage, 1989
Tirage argentique, virage 60 x 50 cm

[17:00-20:00] Vernissage de James Webb "Choose the Universe"
Location:
Galerie Imane Farès
41, rue Mazarine
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 46 33 13 13
Mail : contact@imanefares.com
Internet Site : www.imanefares.com
Description:
05.09 - 26.10.2019

Pour sa deuxième exposition personnelle à la galerie Imane Farès, James Webb présente un ensemble d'œuvres issues de longues recherches et impliquant des références à l'histoire des hommes, des religions et des pensées. « Choisir l'univers » (Choose the Universe) est un appel à accueillir l'inconnu, à accepter l'ambiguïté, à considérer l'obstacle autrement que comme une impossibilité et à questionner la notion de mystère. Une quête de l'invisible, au sens large du terme, paraît être au centre de chacune des œuvres ici exposées. L'histoire de la psychanalyse, mais aussi diverses formes de spiritualités (allant du christianisme à l'animisme, en passant par le bouddhisme) sont autant de références que l'artiste emploie pour représenter ce qui échappe à nos yeux et à notre esprit.

Vernissage de James Webb "Choose the Universe"
James Webb, Invisibilia, 2018 - © Rustin McCann

[17:00-21:00] Vernissage de Miquel Barceló
Location:
Bruxelles
Bruxelles
21000 Bruxelles
M° Gare de Bruxelles
Belgique
Internet Site : www.bruxelles.be
Description:
Almine Rech
Abdijstraat 20 rue de l'Abbaye
Brussel 1050 Bruxelles
t +32 (0)2 648 56 84
contact.brussels@alminerech.com

September 5 - October 18, 2019
Opening on Thursday, September 5, 2019 / 5 - 9 pm

Extended opening hours for the Brussels Gallery Weekend:
Sunday, September 8, 2019 / 11 am - 7 pm
Almine Rech is pleased to announce Miquel Barceló's first exhibition with the gallery. On this occasion, the artist will present a selection of works including ceramics, gouaches and paintings.


The Shape of Things in Time

À la fin des années quatre-vingt, Miquel Barceló sillonne le pays Dogon, au Mali. Au fil de ses errances nomades à travers ce territoire immense, écrasé par un soleil dont les rayons intenses semblent tout envelopper, il est attiré par les poteries fabriquées par les femmes de la région. Il perçoit une qualité miraculeuse dans ces céramiques, façonnées sur une terre qui semble inhospitalière à toute création. Pour Barceló, elles évoquent le temps qui passe et la transformation des éléments, de l'eau à l'argile, et lui rappellent les anciens récipients andalous ravagés par le temps.

Dans sa peinture, ses dessins, céramiques ou sculptures de bronze, Barceló n'a cessé d'expérimenter avec les matériaux de son art, ses surfaces et textures, en puisant largement dans la matérialité terrienne du monde méditerranéen de sa jeunesse. Alors que le long règne franquiste touche à sa fin et qu'il commence à trouver sa voix artistique, il créé une série d'œuvres conceptuelles explorant le comportement de la matière, les éléments et les effets de la décomposition ; ce premier travail est composé de boîtes en bois ou en verre renfermant des aliments en décomposition et d'autres matières organiques peu conventionnelles. Plus tard, il s'intéresse au processus de destruction dans l'acte de peindre, brûlant et grattant la surface de ses toiles. Ses céramiques aussi parlent de transformation, de métamorphose, en transformant l'objet initial en tout autre chose (comme Picasso l'avait fait à Vallauris), à travers un langage de crevasses et de fissures constituant une métaphore puissante des ravages du temps.

C'est une banalité que de dire que le travail de Barceló est traversé par les flots bleus et blancs, le ciel palpable, les falaises et grottes de la mer - textures riches et bigarrées rappelant les stalactites des cavernes, la faune et la flore abondante ou la terre sèche de Felanitx, son village natal sur l'île de Majorque. La mer, peuplée d'innombrables créatures - poulpes, calamars et poissons - évoque un monde marqué par le fluctuant, le transitoire, en affirmant la liquidité des formes solides et vice-versa. Un sentiment de tactilité associé à la fugacité informe et déforme ces œuvres : chaque forme que l'on découvre est en devenir, la couleur modifie la couleur et la forme modifie la forme, même si ce n'est que provisoirement.

Le sentiment de communion avec la nature naît de la « découverte des rapports insoupçonnés d'un élément à un autre », comme a dit un jour le poète français René Crevel. Une stalactite, un vase brisé, une pieuvre, une pierre, la terre brûlée, une fleur du désert, des algues... Barceló explore leur couleur, leur forme et leur structure. Les nervures d'une feuille, les sillons complexes de l'écorce, la coquille spiralée d'un escargot : ce vaste dictionnaire de formes, reproductible à l'infini, est récupéré ou recréé par excroissance, répétition ou extension.

Les céramiques présentées par la galerie Almine Rech Bruxelles portent les traces d'un processus teinté d'offrandes rituelles. Barceló a développé une affinité naturelle avec la terre cuite et la poterie. Les récipients sont façonnés, argile encore humide, par les doigts, la main, la paume, les coudes de l'artiste ; chaque geste laisse des traces visibles sur la céramique. L'artiste nous rappelle ainsi des gestes ancestraux, retravaillés et réinventés. Le rituel est intimement lié à l'idée que Barceló se fait de l'art, mais il offre également un moyen de rompre avec les conventions artistiques. Son œuvre traduit une volonté de déterrer les fragments d'un passé plus ou moins lointain, des tessons de mémoire. Telle une fouille archéologique, elle cherche à retrouver et à réécrire les dépôts de ce passé, à récupérer ses fragments. Ce terrain perdu ne peut être recréé que par un acte d'invention.

À l'instar des actions destructrices évoquées plus haut, un peu comme le Shiva du panthéon hindou, l'artiste détruit par le feu toutes formes terrestres pour réaffirmer la création. Détruire, c'est créer : toutes les formes et empreintes du corps laissées par l'artiste sont, d'une certaine façon, provisoires. Barceló a dit un jour que « l'art s'impose comme métaphore de l'univers en mouvement ». Par extension, aucune des formes créées par l'artiste - ou même perçue par le spectateur - ne devrait se voir attribuer le caractère d'une entité fixe. Ainsi, même si chaque pièce de céramique a bien une forme, il faut accepter son caractère transitoire, car chacune s'intègre au cycle du devenir : sa manifestation est inévitablement suivie par le silence et la renaissance.

Ce travail est le résultat d'un équilibre précaire entre mouvement perpétuel - le cycle d'expansion et de rétraction propre à la poterie - et point de suspension, ce bref moment pendant lequel la configuration de l'objet dans l'espace trouve un instant d'immobilité qui arrête le temps. L'artiste abandonne provisoirement sa quête du mouvement pour devenir objet physique, semblable à une sculpture, dans lequel le temps est temporairement suspendu.

L'artiste explique que ses œuvres - céramiques, peintures ou œuvres lumineuses sur papier - sont loin d'être pleinement formées dans son esprit avant d'être produites : leur genèse reste soumise au hasard et aux accidents. Une transmutation des éléments s'opère dans ces formes biomorphiques, rappelant la transformation de la matière caractéristique de la mer et son interaction avec la terre et le ciel. La fluidité de ces formes affecte aussi notre perception de l'espace. La forme est obtenue par la couleur, et la couleur a le pouvoir de définir à la fois la forme et l'espace, même dans les œuvres en deux dimensions. Les textures sont donc imprégnées d'une matérialité exacerbée, comme un effet de différents dépôts de temps et de mémoire, donnant ainsi un sens à ce que Georges Bataille appelait « l'excès cosmique ».

- Olivier Berggruen

Vernissage de Miquel Barceló
Miquel Barceló, Totem, 2016 / © Miquel Barceló - Courtesy of the Artist and Almine Rech - Photo: François Halard.

[17:00-21:00] Vernissage de l'exposition "1. Aiguille 2. Papillon 3. Traces"
Location:
Galerie Houg
22, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Mobile : +33 (0)6 61 38 11 89
Mail : romain@galeriehoug.com
Internet Site : www.galeriehoug.com
Description:
L'exposition, intitulée 1. Aiguille 2. Papillon 3. Traces, se construit à partir des pratiques de trois artistes - Alex Chevalier, Romain Métivier et Stéphanie Raimondi - dont le travail se trouve pour la première fois réuni autour d'un projet commun. Ici, l'artiste s'entête à faire, défaire et refaire un geste, un même geste que l'on pourrait facilement voir comme un aveu d'échec, un acte proche de l'abnégation qui ferait alors perdre à celui-ci toutes significations, quitte à devenir un non-geste. Une errance intellectuelle et physique dans laquelle le-la regardeur-deuse est invité-e à déambuler.

Un texte d'introduction à l'exposition, écrit par Perrine Lacroix, accompagne l'exposition.

Dates de l'exposition : 5 septembre - 12 octobre 2019
Vernissage : jeudi 5 septembre 2019
Finissage : samedi 12 octobre 2019

À noter que l'exposition sera fermée entre le 23 septembre et le 2 octobre 2019

Évènements et rencontres :
- 5 septembre (vers 17h30) : vernissage de l'exposition en présence des artistes
- 3 octobre (vers 18h) : soirée performance de Madeleine Aktypi
- 12 octobre (à partir de 12h) : finissage de l'exposition, brunch avec les artistes

Vernissage de l'exposition "1. Aiguille 2. Papillon 3. Traces"

[17:00-21:00] Vernissage de l'exposition "La Lose"
Location:
Shakirail
Collectif Curry Vavart
72, rue Riquet
75018 Paris
M° Marx Dormoy
France
Mail : contact@curry-vavart.com
Internet Site : www.curry-vavart.com
Description:
Exposition : Marcos Carrasquer, Dominique Forest, Marine Luszpinski, Ingrid Maillard, Baptiste Roux

Sélection de films courts Brigade des Images 2019 :
Ana Apostolska, Boris du Boullay, Olivier Bribri, Alexei Dmitriev, Fanny Gosse, Pierre Merejkowsky, Fernando Martín Borlán, Emilie Moutsis, Karine Portal, Thierry Théolier & Laurent Carlier, Nancy Wyllie

Comme chaque année la Brigade de Images réalise un appel à candidatures thématique. L'optique est de laisser les salles ouvertes à tous les vidéastes, cinéastes, artistes. Les thèmes abordés se frottent à l'actualité sans s'y noyer. Cette année la question de "La Lose" semblait évidente tant les symboles de la réussite, du pouvoir et de l'argent sont agités comme la queue de Mickey que l'on devait attraper dans nos manèges d'enfants pour gagner un tour gratuit.
Mais l'on est en droit de se poser la question : pourquoi faire ?
En réponse des films plus ou moins courts, souvent drôles, tant : « l'ironie est ce qu'il reste à l'homme lorsqu'il ne lui reste plus rien. » Alexandre Soljenitsyne.
Une exposition sarcastique et tendre accompagne ce projet.
Sur les bords de la Lose, on y pêche le temps qui passe. C'est une rivière aux courants profonds qui vous entraîne vers des rivages incertains, imprévisibles. On y croise Ophélie et tout ceux que l'angoisse a mis de côté, mais aussi ceux qui se sont amusés de leurs ratages, en ont joué parfois, sont allés jusqu'à le provoquer et se sont parés de leurs échecs tant la réussite isole. On nous martèle à chaque instant qu'il faut gagner, travailler sans fin, devenir propriétaire, faire du fric, cotiser. Dans cette course effrénée vers la fin, certains pataugent, deviennent des adeptes de la Lose, quittent leur travail, oublient l'argent et les apparences extérieures de réussite. Au pied du mur et sans objectif de rentabilité, ils se mettent à lire, à créer, à vivre autrement, à vivre tout simplement.

Vernissage le 5 septembre à partir de 17h
Projection des films le 5 septembre à partir de 18h et le 15 septembre à 17h en présence de réalisateurs (débat sur les bords de la Lose).

Exposition du 5 au 15 septembre 2019 au CP5, espace du Shakirail, collectif d'artistes Curry Vavart
Ouverture : Vendredi, Samedi, Dimanche 16h-19h et sur RV : labrigadedesimages@gmail.com

Conception Laurent Quénéhen, Brigade des Images 2019

Marcos Carrasquer travaille une oeuvre exacerbée. Dans les deux peintures exposées au CP5, on voit des couples à bout de course, prisonniers de leur contexte social, de leurs vies. Il semble un peu un Charles Bukowski de la peinture par son réalisme, son goût du détail et une tendresse qui se dégage de ses personnages en perdition.

Dominique Forest est à côté de la plaque. Que cela soit dans ses films où il tente en vain de convaincre des jeunes femmes de tomber amoureuse de lui, elles se sauvent plus ou moins rapidement, ou dans ses dessins de monstres aux couleurs criardes, réalisés sur Photoshop. Il y a quelque chose de Buster Keaton dans son travail, ça aurait pu marcher.

Marine Luszpinski présente : "Achève-le !" Elle a dessiné les moments où son fils meurt dans les jeux vidéos, lorsqu'il met en scène sa fin en héros tragique. Ça gicle, ça explose et ça décadre les formes du dessin classique. C'est une critique violente contre les monuments aux morts et les discours patriotiques qui se terminent si souvent par : « tombé au champ d'honneur ».

Ingrid Maillard se penche sur les soucis des dieux et déesses grecques, sur la mythologie. Il est vrai que celle-ci a inspiré la civilisation contemporaine et la compréhension des désirs via le travail de Freud. Au CP5, Aquarius, « The abduction of Ganymede ». On aperçoit un aigle dans la partie supérieure, traité comme un reflet sur l'eau, ce qui n'est pas sans rappeler la fonction d'échanson des Dieux qu'occupera Ganymède après son enlèvement. Dans la mythologie grecque aucun mythe ne se termine par un happy end.

Baptiste Roux exerce une critique de l'art commercial tant dans ses peintures que ses sculptures. Il caricature les œuvres trop pimpantes et produit un univers d'œuvres acerbes et excessives où le trop, la dégoulinure, la couleur évoque une fin de siècle. Ce sont des pièces que l'on pourrait qualifier de Dandies.


Selection Brigade des Images 2019

Pierre Merejkowsky, Casting, 10'53, 2004 (France)
Le film casting a été réalisé pendant l'expérience de la télévision
nationale associative du tiers secteur Zalea Télévision.
La personne qui a produit ce film, en convoquant dans le couloir et
en filmant les comédiens apprentis du Cours Florent travaillait pour un célèbre média et avant de disparaître elle m'a demandé de ne pas citer son nom. Je crois savoir que cette personne a ouvert un restaurant dans le Lubéron.

Alexei Dmitriev, In Between Takes, 7'20, 2017 (Russie)
Donnez un poisson à un homme et vous le nourrissez pendant une journée. Donnez une caméra à un homme et vous aurez un film dans vingt ans. Inspiré par les incroyables incompétences de mon père en matière de caméra, j'ai appliqué la mécanique des images trouvées aux archives familiales et (enfin!) réalisé un film personnel.

Ana Apostolska, Le loup et la baguette magique, 2'40, 2019 (France)
Des enfants discutent entre eux en fabriquant une baguette magique.

Karine Portal, Encore une fois le texte défait tout, 30", 2015 (France)
Encore une fois le texte défait tout

Emilie Moutsis, J'aimerais bien savoir renoncer, 12'49, 2017 (France)
Un film réalisé lors d'une performance pirate à la fiac, qui est précisément pensé comme un questionnement à propos des artistes qui n'entrent pas dans la lumière...
« Figurant à la fois comme inspiratrice et plein maîtresse de l'action, son apparition revêt un caractère double (présente puis apparaissant) dans une action coup de cœur ; car il s'agit là d'une déclaration. Symboliquement puissante et incarnée, l'artiste est l'épicentre, le cœur ouvert de l'action là où tout se noue, tout se joue ». Klaus Felitz

Nancy Wyllie, Inquest, 3'03, 2019 (USA)
Un rêve hante le premier chapitre de la Genèse où la mémoire et les traumatismes se manifestent dans des lieux sacrés qui ne donnent pas de répit aux agressions du corps et de l'esprit.

Olivier Bribri, Jouer ave la douleur, 4'12, 2018 (France)
« Jouer avec sa douleur » vient d'un morceau hardcore qui parle bien de cette attitude folle qui vire au sadomasochisme...tel un tatouage où l'on souffre mais pour être beau !

Fanny Gosse, Carnaval, 40', 2018 (France)
« Carnaval » est une courte vidéo, d'à peine 1 minute, tirée de la série « [...] d'une vie ordinaire », elle-même composée d'une cinquantaine de vidéos, toutes filmées de la même manière : plan fixe et sous-titres. Elle pourrait s'apparenter à une sorte de journal intime et propose un regard décalé, parfois ironique ou auto dérisoire sur des scènettes de la vie quotidienne. Une façon de rendre un peu signifiant, ou poétique, ou plus drôle ce qui pourrait ne pas l'être au premier abord.

Fernando Martín Borlán, Iceberg Nations, 4'20, 2019 (Espagne)
Les nations ont une nature liquide et éphémère, mais qu'est-ce qu'une nation?

Boris du Boullay, Comment je me suis suicidé au travail, 8'20, 2012 (France)
Comment je me suis suicidé au travail est une nouvelle tentative de comprendre quelque chose à quelque chose en partant d'Alain Cavalier pour arriver à Dave en passant par c'est qui les plus forts c'est les Verts. Si j'avais compris quelque chose à quelque chose, peut-être aurais-je trouvé un vrai métier. Ou au moins, aurais-je pu répondre à cette lancinante question : "mais qu'est-ce que je fous là ?"

Thierry Théolier & Laurent Carlier, Corporate Prayer, 5', 2013
Thierry Théolier produit dans son antre, un projet sonore intitulé 2000 WTF en cinq actes qui contient notamment le titre Corporate Prayer. A noter qu'en été 2008, il a organisé Le Festival de la loose qu'il a déclaré, à sa clôture comme « permanent ». Depuis cinq ans, tous les vendredis midi, il convie des ducs et duchesses à partager un couscous.

Vernissage de l'exposition "La Lose"
Marcos Carrasquer

[17:00-20:30] Vernissage de l'exposition "Le monde réel est en couleurs II"
Location:
Galerie Polaris
Bernard Utudjian
15, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 72 21 27
Mobile : +33 (0)6 12 22 77 15
Fax : +33 (0)1 42 76 06 29
Mail : contact@galeriepolaris.com
Internet Site : www.galeriepolaris.com
Description:
Avec :
Etienne Armandon, Eric Aupol, Matthias Bruggmann, Marcos Carrasquer, John Casey, Vanessa Fanuele, Harald Fernagu, Speedy Graphito, Richard Mudariki, Sara Ouhaddou, Laure Tixier, Clémence van Lunen

Exposition jusqu'au 21 Septembre
Ouverture le dimanche 15 septembre dans le cadre de Un dimanche à la galerie

[17:30-20:00] Dédicace d'Amélie Nothomb pour "Soif"
Location:
Librairie Albin Michel
229, boulevard Saint-Germain
75007 Paris
M° Solférino
France
Phone : +33 (0)1 47 05 10 24
Mail : librairie@librairiealbinmichel.fr
Internet Site : www.librairiealbinmichel.fr
Description:
Dédicace d'Amélie Nothomb pour son nouveau roman "Soif"

« Pour éprouver la soif il faut être vivant. »

Chez Albin Michel
Édition brochée
17.90 €
21 Août 2019
130mm x 200mm
162 pages
EAN13 : 9782226443885

Dédicace d'Amélie Nothomb pour "Soif"

[17:30-21:00] Vernissage de Franz Ackermann "Our Houses"
Location:
Bruxelles
Bruxelles
21000 Bruxelles
M° Gare de Bruxelles
Belgique
Internet Site : www.bruxelles.be
Description:
GALERIE TEMPLON
RUE VEYDT 13 VEYDTSTRAAT
1060 BRUSSELS
+ 32 (0)2 537 13 17
brussels@templon.com | www.templon.com
Tuesday to Saturday | 11am - 6pm

5 septembre - 19 octobre 2019
Vernissage : jeudi 5 septembre de 17h30 à 21h

A l'occasion du Brussels Gallery Weekend, un souffle baroque investit les espaces de la Galerie Templon qui inaugure la première exposition de l'artiste Franz Ackermann à Bruxelles. Dans la continuité de son exposition parisienne de 2016 et sa réflexion sur les métropoles internationales, « Our Houses » se saisit de l'énergie de la capitale européenne et métamorphose l'espace de la galerie associant peintures murales, d'imposantes huiles sur toile, une sculpture et une série de petits formats sur la ville de Bruxelles.

Ces 20 dernières années, Franz Ackermann a construit son œuvre autour de son expérience personnelle du voyage et de sa confrontation intime à l'architecture et à l'espace urbain. Ses cartographies mentales mixent sensations et souvenirs des villes internationales qu'il a explorées. Elles alimentent par la suite ses installations et de vastes tableaux aux couleurs vives et tapageuses où se conjuguent constructions architecturales et pulsations organiques. Avec « Our Houses », nos maisons, Ackermann aborde la sphère intime. La maison, objet à la fois physique et psychique, métaphore de l'individu, de ses aspirations et de son rapport au monde est confrontée à la vision hallucinée des réalités urbaines. Derrière l'exubérance des œuvres, cette rencontre entre l'intime et le global, interroge en creux la frilosité de nos sociétés européennes où se perdent le sens de l'hospitalité et du partage.


Biographie

Franz Ackermann, né en 1963, vit et travaille à Berlin et Kalrsruhe. Depuis plus de 20 ans, il a participé à de très nombreuses et importantes expositions collectives en Europe, aux Etats-Unis et au Japon notamment 2018, Kunstmuseum, Bonn, Allemagne ; 2017, Barnes Foundation, Philadelphie, USA; 2016, Pinacoteca de Sao Paolo, Brésil ; 2009, Tate Triennial, Londres, Royaume-Uni ; 2009, Dallas Museum of Art, Dallas, USA ; 2006, Neue Nationalgalerie, Berlin, Allemagne ; 2005, Whitney Museum of Modern Art, New York, USA ; 2005, MoMA, New York, USA ; 2005, Mori Art Museum (Tokyo) ; 2003, Biennale de Venise, Italie. En France, le travail de Franz Ackermann a été vu en 2005 à la Biennale d'art contemporain de Lyon et au Printemps de Septembre, Toulouse, en 2004 à la maison rouge et en 2003 au Palais de Tokyo, Paris. Récemment la Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe (2014) et la Berlinische Galerie de Berlin (2013) lui ont consacré d'importantes expositions personnelles. En 2018, dans le cadre de la rénovation du Miami Beach Convention Center, Franz Ackermann a réalisé un remarquable mural pour la façade extérieure du bâtiment, About Sand.

Vernissage de Franz Ackermann "Our Houses"

[17:30-21:00] Vernissage de Yoshinori Yano
Location:
Le Marais
Marais
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville, Rambuteau, Arts et Métiers
France
Description:
le sentiment des choses
5 rue Debelleyme - 75003 Paris

5 septembre - 2 octobre 2019
Vernissage le 5 septembre à partir de 17h30 en présence de l'artiste

Yoshinori Yano sera à la galerie du 5 au 7 septembre.

Vernissage de Yoshinori Yano











[18:00-22:00] Cocktail Maison Sarah Lavoine
Location:
Maison Sarah Lavoine
6, place des Victoires
75002 Paris
France
Description:
Venez découvrir la collection Automne - Hiver 2019 by Maison Sarah Lavoine

Journée Presse Jeudi 05 Septembre 2019 9h à 18h
Cocktail de 18h à 22h

Journée presse Maison Sarah Lavoine

[18:00-21:00] Finissage de Franyo Aatoth "Naturellement, ceci est une pelle"
Location:
Galerie 55Bellechasse
55, rue de Bellechasse
75007 Paris
M° Solférino, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 75 57 39 39
Mobile : +33 (0)6 98 22 15 15
Mail : Info@55bellechasse.com
Internet Site : www.55bellechasse.com
Description:
Galerie 55Bellechasse a le plaisir de vous convier au finissage ce jeudi 5 Septembre à partir de 18h00 à la Galerie 55 Bellechasse au 55, rue de Bellechasse Paris VIIe, en présence de l'artiste, de "Naturellement, ceci n'est plus une pelle!", l'exposition "solo show" de franyo aatoth après un succès estival incontesté!

À cette occasion, franyo aatoth présente 19 "Esquisses à l'huile" sur toile du Jardin Rairakh-Dhammatchart qu'il a utilisé comme travail préparatoire à ses abstractions calligraphiques aquarellées grand format sur papier bambou. En parallèle, franyo met en avant la transformation de ce paysage à travers une série de 7 pelles "Spade landscape" pour introduire son travail sur sa série "Hurted papers".

Franyo aatoth est né en 1954 à Nyiregyhàza (Hongrie) Etudes artistiques classiques. Il est arrivé en france en 1978. Il a découvert la Mongolie en 1989, où il fit la connaissance de sa femme.
Il a participé à la réalisation de documentaires sur la Mongolie. Il a conçu et réalisé une série de trente clips d'animation (en trente langues différentes ) pour annoncer la pub sur la cinquième
Il est également auteur de plusieurs visuels pour l'édition musicale, dont ceux des disques "Elettér" du saxophoniste Akosh S., de l'initiative collective "Tibet Libre" et donc du dernier album de Noir Désir.

Vernissage de Franyo Aatoth "Naturellement, ceci est une pelle"

Exposition jusqu'au 8 Septembre

Galerie 55Bellechasse is pleased to announce his latest work "Naturellement, ceci n'est plus une pelle!", a solo show by franyo aatoth from August 8th to September 8th.

On that occasion, franyo aatoth shows 19 "oil sketches" on canvas he used as a preparatory work for his big size watercolor calligraphies on papers.
At the same time, he will be exhibiting 7 "spade landscapes" to introduce his hurted paper series.

Franyo aatoth is a Hungarian born artist living both in Paris, France and Thailand (Hua Hin district). The multi-talented artist is a painter and creator of exceptional graphic works. In the late seventies upon his arrival to Paris, he became friend of Victor Vasarely, Yvaral and collaborated for 5 years with the sculptor Ervin Patkaï. As a conceptual image graphic designer, he created numerous visual graphics for a French renowned rock group "Noir Désir". His creations included album's covers, theatrical scenery etc. Franyo aatoth is greatly interested in languages of the world. He is an author of the famous "Dictionary for traveling Barflies" in 18 languages, 8 editions between 2000 - 2011. Aatoth is an active artist whose works were shown in Europe, America and Asia. His solo exhibitions were held predominantly in Paris, Budapest, Chicago, Munchen, Canton - Republic of China, UB - Mongolia etc. Apart of working and living in Paris, he has installed a workshop in the forest near Hua Hin bordering Thailand and Myanmar a few years ago. Franyo aatoth is an artist who has a strong sensibility for the social problems - treated with humor, enriched by the touch of the nature. He kept his Hungarian identity, and at the same time he worked on his Asian origins.

Vernissage de Franyo Aatoth "Naturellement, ceci est une pelle"

[18:00-20:00] Lancement du catalogue de Mathias Kiss
Location:
Librairie 0fr
20, rue Dupetit-Thouars
75003 Paris
M° Temple
France
Phone : +33 (0)1 42 45 72 88
Mail : info@ofrsystem.com
Internet Site : www.ofrsystem.com
Description:
Mathias Kiss viendra signer son catalogue édité par 0fr le jeudi 5 septembre de 18h à 20h

Lancement du catalogue de Mathias Kiss

[18:00-21:00] Signature de "Graphzine, Graphzone" de Xavier-Gilles Néret
Location:
Librairie Un Regard Moderne
10, rue Gît-le-Coeur
75006 Paris
M° Saint-Michel, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 43 29 13 93
Mail : unregardmoderne@gmail.com
Description:
A paraître le 5 septembre aux Editions du Sandre (avec Le Dernier cri de Paquito Bolino), le nouveau livre de Xabier-Gilles Néret : Graphzine. Graphzone (160 pages / 25 euros). Alléchant !

« Faire un journal comme une œuvre d'art... Utiliser l'impression, le dessin, le texte, la composition typographique, la mise en page, comme matière pour une expression artistique. » (Loulou Picasso) « Nous souhaitions créer quelque chose d'aussi fort que le mouvement Dada... Nous n'aimions pas le graphisme traditionnel, ni les galeries... Nous formions une micro-société... Nous mimions le commando terroriste... La dictature graphique, c'était de réaliser des choses sans en demander l'autorisation. » (Kiki Picasso) « Bien sûr que c'est de l'art, et autrement plus fort que toutes les impostures que l'on peut voir dans les galeries. Ces productions apparemment sans statut remettent tout en cause sans arrêt par la richesse et la quantité des images qu'elles proposent... Peut-être que l'on nous reprochera de manquer de stratégie bourgeoise. Mais un jour notre travail se verra et il aura l'efficacité d'avoir dit l'époque. » (Bruno Richard)

« Objets luxueux ou petites feuilles anthracite, les graphzines sont beaux et peaufinés. Fini les fanzines militants chiants tirés sur une ronéo pourrie. Fini la bonne parole. Place à l'expression, vive les images sales. » (André Igwal) « Des publications radicales produites en dehors de toute structure éditoriale par des passionnés. » (Pierre La Police) « C'est comme une petite exposition d'art sous la forme d'un livret imprimé. » (DeePee) « C'est un objet, un objet dont on ne se lasse pas de tourner les pages. Vous n'avez jamais vu des pages comme celles-ci. » (Delfeil de Ton) « Après, vous n'achèterez jamais plus le paquet de bandes dessinées à la con que vous lisiez d'habitude. » (Willem) « Résolument le contraire de l'apologie du commercial qui sévit partout... Puisqu'on vous dit que ce que font ces gens-là est ce qu'il se fait de mieux en matière d'Art Contemporain ! » (Jean-Christophe Menu) « Faire exprès de ne pas jouer le jeu de l'autocensure... » (Fredox) « Y5 pour les yeux, P5 pour la tête : asocial, anormal, dangereux, drogué, alcoolique, homosexuel... la totale !... » (Y5/P5) « DIY or DIE ! (Jean-Pierre Turmel)

« Fais-le toi-même si t'es pas content. » (Kerozen)

Signature de "Graphzine, Graphzone" de Xavier-Gilles Néret

[18:00-21:00] Vernissage VIP de Romain Bernini "Ailleurs et dans un autre temps"
Location:
Galerie Suzanne Tarasiève
7, rue Pastourelle
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 71 76 54
Mobile : +33 (0)6 11 01 16 79
Mail : info@suzanne-tarasieve.com
Internet Site : www.suzanne-tarasieve.com
Description:
07 septembre - 05 octobre 2019
Vernissage samedi 7 septembre 2019 de 18h à 21h

Lʼhistorien dʼart Daniel Arasse avait coutume de dire quʼil fallait savoir attendre que « la peinture se lève ».
Autrement dit quʼelle se révèle, quʼelle vienne à nous pour lever un pan de son voile. Face aux peintures de Romain Bernini, jʼai souvent lʼimpression de voir ce chemin se faire à même la toile : sans attendre trop de notre patience, quelque chose vient au-devant de nous, une figure ou un événement. Et peut-être chez lui la peinture se fixe, sʼarrête dans le moment de ce surgissement, de ce quelque chose qui vient, qui advient. Jʼai lʼimpression que tout lʼart de Romain Bernini, cʼest de faire venir. Dans sa dernière série peut-être plus encore que dans dʼautres, quatre Vénus préhistoriques se détachent sur un fond abstrait et multicolore. Elles viennent de loin, depuis un monde sans âge, dʼune primitivité lointaine. Et lʼartiste les fait venir au premier plan, renversant lʼordre linéaire du temps, lʼanté-figure passant devant la période abstraite, au point quʼelles en deviennent par moments presque pop.

Tout dans cette exposition consiste à faire venir. Faire venir la sculpture dans la peinture, avec ses ombres, ses reliefs et son volume détourés dʼun fond vibratoire. Faire venir le féminin : obscurs objets du désir, démesurément agrandies quand elles sont à lʼorigine minutieusement taillées, mystères de la Préhistoire tant on ignore tout encore de ces figurines et des usages religieux ou votifs qui en étaient fait, ces Vénus premières marquent lʼarrivée de la figure féminine dans son œuvre. Ou encore, par le biais dʼun rideau blanc qui lui sert de chiffon, sur lequel lʼartiste essuie ses pinceaux ou essaie ses touches de couleur comme sur une palette : faire venir lʼatelier dans le white cube de la galerie.

On sait combien le marché favorise aujourdʼhui un certain « retour en force » de la peinture. Mais on pourrait dépasser cette remarque conjoncturelle en faisant état dʼun état jouissif de la peinture actuelle dont Romain Bernini me semble offrir un exemple éclatant : chez lui, comme par exemple chez Ida Tursic et Wilfried Mille, les figures érotisées ou les exubérances exotiques de ses jungles artificielles sont des détours et des manières de célébrer lʼart de la peinture. Voyez comme ici Romain Bernini dit la sensualité de lʼacte de peindre, et combien par ses Vénus préhistoriques nimbées dʼabstraction il touche à la question de lʼaura, cette aura que la photographie a perdue selon Walter Benjamin et que la peinture contemporaine sʼattache à retrouver. A lʼinverse dʼune génération antérieure de peintres aux couleurs fades, éteintes (Luc Tuymans ou Michael Borremans, véritables maîtres du spectral), tandis que chez dʼautres les coulures tristes disent la nostalgie de la « grande peinture » qui régnait hégémonique sur la fabrique des images, à lʼinverse donc tout un paysage pictural contemporain exprime certes la pleine santé économique de la peinture et de lʼart contemporain dans le monde néo-libéral, mais tend plus profondément à montrer la vitalité, la jouissance retrouvée de cet art au contact des autres régimes dʼimages qui auraient pu faire craindre sa disparition. A lʼimage de cet autre visage féminin quʼon aperçoit un peu plus loin dans lʼexposition, tacheté à la façon dʼun maquillage papou, bouche ouverte entre le trouble et lʼextase. Faire venir, cʼest en somme manifester la peinture elle-même, fêter sa « relève » et sa persistance au milieu du flux des visuels et des écrans, et célébrer le rapport sensible et sensoriel au monde, « étrange et pénétrant », quʼelle est encore capable dʼinstaurer.

Jean-Max Colard

Vernissage de Romain Bernini "Ailleurs et dans un autre temps"

[18:00-21:00] Vernissage d'Andrea Pirani "La métaphore des cônes en rotation"
Location:
Mizen Fine Art International
ex Galerie Yakimono
57, quai des Grands Augustins
75006 Paris
M° Pont Neuf, Saint-Michel, Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 40 46 03 98
Mobile : +33 (0)6 58 63 66 70
Mail : contactparis@mizenfineart.com
Internet Site : www.mizenfineart.com
Description:
Du 5 au 15 septembre 2019
Du lundi au samedi de 10h30 à 19h30

Inauguration
5 septembre 2019 à 18h
18h Opening, Visite exposition
19h Présentation de l'artiste Andrea Pirani
19h30 Cocktail
21h Cloture
RSVP : contactparis@mizenfineart.com

Andrea Pirani, célèbre peintre Italien, exposera dans la Galerie MIZEN FINE ART à partir du 5 septembre.

Dans cette exposition personnelle, l'artiste approfondit ses recherches et ses études principalement inspirées par l'anthroposophie et les travaux philosophiques de Rudolf Steiner et Helena Blavatsky, ainsi que par les suggestions de William Butler Yeats, sans oublier l'influence constante de la couleur chez Kandinsky.

En ce sens, nous pourrions définir le travail de Pirani comme le travail de la réunion. La rencontre entre réflexion philosophique et expression artistique, à mi-chemin entre les mondes figuratif et abstrait, le monde spirituel et le monde physique. La rencontre entre les contrastes chromatiques et les symboles qui créent ensemble un nouveau langage visuel.

Le travail de Pirani nous oblige donc à réfléchir, à dépasser l'aspect purement visuel et esthétique. Les motifs récurrents sont le cercle et la spirale qui représentent l'évolution continue de l'existence, tandis que le triangle évoque la relation entre le divin et l'humain.

Et ici les cônes ne sont rien de plus que la rencontre entre ces deux formes géométriques élevées dans l'espace. Une rencontre qui provient d'un mouvement qui a pour conséquence une action et donc un changement, selon un mouvement cyclique qui est le moteur de l'univers et qui nous ramène au point de départ. Comment fermer un cercle parfait. Une idée qui a trouvé sa forme idéale.

Pirani a été primé dans de nombreuses expositions en Italie et à l'étranger, notamment (prix «2014» de la Critique à la ROA Gallery de Londres; prix Gambino du prix «2015» à Venise; prix du «meilleur artiste 2016» au Spazio Cerere de Rome).

Nombreuses critiques et présence dans les magazines d'art. Ses œuvres "Migrants" et "Il ballo in maschera" ont été extraites du catalogue d'art moderne Mondadori dans les n ° 51 et 52. Certaines de ses œuvres font partie des collections et du patrimoine artistique de musées, galeries d'art et fondations prestigieuses (Accademia des accords de Rovigo, musée du trésor de la cathédrale de Vigevano, galerie d'art moderne d'Allumière).

"La métaphore des cônes en rotation" de Rodigino Andrea Pirani se déroulera du 5 au 15 septembre 2019 à la galerie Mizen Fine Art de Saint-Germain-des-Prés.

Vernissage d'Andrea Pirani "La métaphore des cônes en rotation"

[18:00-21:00] Vernissage d'Anne-Flore Cabanis
Location:
Galerie Esther Woerdehoff
36, rue Falguière
75015 Paris
M° Pasteur, Falguière, Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)1 43 21 44 83
Fax : +33 (0)1 43 21 45 03
Mail : contact@ewgalerie.com
Internet Site : www.ewgalerie.com
Description:
Pour cette exposition de rentrée, la Galerie Esther Woerdehoff s'offre une échappée hors de la photographie, en présentant des peintures et des dessins d'Anne-Flore Cabanis.
La cour de la galerie accueillera également une installation, exceptionnellement conçue pour l'exposition.

Exposition du 05.09 au 19.10.2019

Vernissage d'Anne-Flore Cabanis

[18:00-21:00] Vernissage d'Haude Bernabé "Métamorphoses"
Location:
Galerie Claire Corcia
323, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Réaumur - Sebastopol, Strasbourg - Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)9 52 06 65 88
Mobile : +33 (0)6 62 84 03 74
Mail : contact@galeriecorcia.com
Internet Site : www.galeriecorcia.com
Description:
Sculptures inédites en acier, bois, verre de Murano et dessins

Exposition du 5 au 28 septembre 2019
Lundi-vendredi 11h30-19h/ Samedi 14h-19h
Vernissage jeudi 5 septembre de 18h à 21h

Vernissage d'Haude Bernabé "Métamorphoses"

[18:00-21:00] Vernissage d'exposition collective
Location:
Concept Store Gallery Dauphine
18, rue Dauphine
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Mobile : +33 (0)6 80 91 48 09
Internet Site : www.concept-store-gallery.com
Description:
Exposition de groupe au Concept Store Gallery

Du Jeudi 5 au mercredi 18 septembre 2019
Du mardi au samedi de 14h00 à 19h00 - Le matin sur RDV

Le Club des Ateliers d'Artistes organise une nouvelle exposition de groupe :
Nathisis
Evelyne Portal
Schulamit Kopf
Majo Marchand
Henriette Rosari
Ghyslaine Leonelli
Nathalie Camoin-Chanet

Vernissage le jeudi 5 septembre de 18h00 à 21h00

[18:00-21:00] Vernissage de Benjamin Loyauté, Prayers "The Weight of Things"
Location:
Editions Dilecta
49, rue Notre Dame de Nazareth
54, rue du Vertbois
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, République, Strasbourg - Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 43 40 28 10
Fax : +33 (0)1 43 40 28 62
Mail : info@editions-dilecta.com
Internet Site : www.editions-dilecta.com
Description:
Exposition du 6 au 21 septembre 2019 à l'occasion de la publication du livre "What Have You Found Out So Far ?", avec le soutien de Rubis Mécénat.

Vernissage le jeudi 5 septembre 2019 de 18h à 21h en présence de l'artiste

Vernissage de Benjamin Loyauté, Prayers "The Weight of Things"
© Benjamin Loyauté, installations in situ avec le soutien de la fondation Boghossian et du Polo Museum regionale Art moderna e contemporanes di Palermo. Photo Alexander Murphy courtesy Rubis Mecenat cultural fund & the artist

Des installations in situ aux œuvres éditées que Benjamin Loyauté a conçues pour Dilecta, l'exposition aborde la magie, la mathématique et l'énigme des choses, leur poids dans nos histoires personnelles et collectives. Ces œuvres procèdent d'une mise en relation, par la mémoire et l'imagination, d'objets venus investir un monde en construction dans lequel l'artiste invite chaque visiteur à revoir ses perceptions et à bâtir son propre récit. Depuis quelques années, l'artiste a rédigé une histoire épique et évolutive à partager, dont le premier tome, constitué de dix chapitres, est aujourd'hui publié chez Dilecta avec le soutien de Rubis Mécénat.

Benjamin Loyauté y propose un monde en miroir, silencieux et magique, composé « d'objets de trame » que l'artiste « charge » au sens quasi animiste, selon des procédés qu'il a lui-même inventoriés depuis quelques années et qu'il recompose pour former un langage dans lequel les visiteurs peuvent eux-mêmes intervenir avec leur propre récit, et cela par des principes d'associations qui régissent toute histoire de vie. Benjamin Loyauté invite à déplacer notre attention et nos certitudes. Il s'interroge sur la réception soumise aux conditionnements dans lesquels nous évoluons et qui façonnent notre regard sur les choses. Il crée un jeu d'énigmes autour de « métonymies silencieuses » dans un monde qui touche à la fois le collectif et le particulier.

Le choix des œuvres présentées trouve sa source dans les voyages de l'artiste, des villages de sa Normandie natale au Ghana, en passant par Madagascar, sa dernière résidence artistique en Sicile, le Japon et les montagnes du Liban où l'artiste vit une partie de l'année. L'exposition ouvre un nouveau moment, amorce une nouvelle histoire dans un travail qui fonctionne en récit et en écriture. Elle accompagne la publication de l'ouvrage What Have You Found Out So Far ?, dans lequel la conservatrice Alicia Knock et la philosophe Gemma Daou tiennent compagnie à l'artiste. Benjamin Loyauté, qui a commencé dès 11 ans à collecter des objets d'intrigue qu'il qualifie de « magiques », est allé en chercher de plus invisibles dans ses voyages à travers le temps; malgré les injonctions contemporaines à se défaire de celui-ci, il rédige, sculpte, et réveille par l'usage et le rite un travail qui défie l'oubli.

Vernissage de Benjamin Loyauté, Prayers "The Weight of Things"

Biographie

Benjamin Loyauté (né en 1979 en Normandie) vit et travaille entre Bruxelles et Beyrouth. L'artiste développe une pratique qui mêle films, sculptures, interventions publiques et installations immersives. Il puise ses inspirations dans la littérature, le cinéma, l'archéologie, l'histoire des techniques, la géographie et la géopolitique.

Depuis 2014, il développe une œuvre qui évolue comme un livre composé en chapitres. Un travail qui combine une approche pluridisciplinaire axée sur le poétique, le merveilleux et le documentaire. Ses recherches et son travail évoluent aux frontières de systèmes transdisciplinaires.

En 2015, l'exposition «Hypervital» dont il a été le commissaire a été considérée comme décisive et reconnue comme un tournant dans sa pratique. Depuis, il développe son propre format d'intervention artistique.

L'œuvre de Benjamin Loyauté reconsidère l'héritage immatériel des communautés. En 2016, il présente à Londres son installation Heterotopia et y dévoile son film The Astounding Eyes of Syria - Le Bruit des bonbons.

Il a passé ces dernières années à expérimenter les conditions narratives de l'objet en zones de pertes et de conflits et a été invité à participer à des ateliers, des colloques et des conférences (Université Tsinghua à Pekin, Université de Shanghai, Mudam Luxembourg, UCL, Arts & Sciences Dpt London, Mori Art Museum Tokyo, Sciences Po Paris, Université Paris IV-Sorbonne, École normale supérieure de création industrielle, MoMA, Design Miami/Basel).

Des expositions et installations personnelles ont pris place au MAMC de Saint-Étienne, au Casino Forum d'art contemporain & MUDAM de Luxembourg, au Palazzo Clerici & Del Stellite de Milan, au MAD et à KANAL-Centre Pompidou à Bruxelles, à la Power Station of Art de Shanghai, à Somerset House à Londres et au Palais de la Porte Dorée à Paris.

[18:00-20:00] Vernissage de Benoît Dechaux "Du crépuscule à l'aurore"
Location:
Maison de la Lozère
1bis&4, rue Hautefeuille
7006 Paris
M° Saint-Michel, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 26 64
Fax : +33 (0)1 43 54 55 66
Mail : contact@lozere-a-paris.com
Internet Site : www.lozere-a-paris.com
Description:
Benito Photo vous présentera ses superbes clichés nocturnes réalisés en Lozère. Vous pourrez partager vos impressions autour d'un pot avec des produits bien de chez nous !

https://www.instagram.com/benito_photo

Vernissage de Benoît Dechaux "Du crépuscule à l'aurore"

Vernissage de Benoît Dechaux "Du crépuscule à l'aurore"

Vernissage de Benoît Dechaux "Du crépuscule à l'aurore"
Passage de la Station Spatiale Internationale (ISS) au dessus du lac de Charpal

Vernissage de Benoît Dechaux "Du crépuscule à l'aurore"

Vernissage de Benoît Dechaux "Du crépuscule à l'aurore"
La Voie Lactée et son reflet au lac du Moulinet (48)

[18:00-21:00] Vernissage de Bettina Samson "Hinkum Looby"
Location:
Galerie Sultana
10, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville
France
Phone : +33 (0)1 44 54 08 90
Fax : +33 (0)1 44 54 09 60
Mail : contact@galeriesultana.com
Internet Site : www.galeriesultana.com
Description:
Vernissage jeudi 5 septembre
5 sept - 5 oct 2019

Vernissage de Bettina Samson "Hinkum Looby"
Bettina Samson, Horloge, 2019, céramique et cônes pyrométriques, environ 12x3x3cm

[18:00-21:00] Vernissage de Catherine Dabard Cruanes
Location:
La Capitale Galerie
18, rue du Roule
75001 Paris
M° Châtelet, Pont Neuf, Louvre - Rivoli, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 21 19 31
Fax : +33 (0)1 42 21 19 32
Mail : info@lacapitalegalerie.com
Internet Site : www.lacapitalegalerie.com
Description:
Du 3 au 28 septembre
Vernissage le jeudi 5 septembre à partir de 18h

Vernissage de Catherine Dabard Cruanes

[18:00-21:00] Vernissage de Daniel Jacoby "Pink Dusts"
Location:
Galerie Antoine Levi
44, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)9 53 56 49 56
Mobile : +33 (0)6 95 65 44 67
Mail : info@antoinelevi.fr
Internet Site : www.antoinelevi.fr
Description:
Vernissage de Daniel Jacoby "Pink Dusts"

[18:00-22:00] Vernissage de David Templier "Opalescences"
Location:
Galerie Gratadou-Intuiti
Galerie Intuiti
16, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul
France
Mobile : +33 (0)6 82 83 26 29
Mail : cg@galerie-intuiti.com
Internet Site : www.galerie-intuiti.com
Description:
12 rue de Thorigny

VERNISSAGE : jeudi 5 septembre de 18H à 22H
EXPOSITION : du 6 septembre au 19 octobre 2019

David Templier photographie les plus beaux paysages. Les plus grandioses. De l'Islande à l'Inde en passant par Dubaï ou le Groenland, il célèbre dans chacune de ses images le spectacle absolu de la nature, le théâtre vrai de la Terre. Ce faisant, magie de la perspective, il témoigne dans son œuvre de la splendeur inouïe d'un monde en voie de disparition.

L'exposition que lui consacre la Galerie Christophe Gratadou nous entraîne sur la côte d'Opale, où le photographe, traitant son sujet en rapport à son histoire familiale ainsi qu'à l'histoire de la peinture mais aussi à celle de notre environnement, poursuit l'œuvre entamé par son arrière grand-père, le peintre Charles Roussel (1861-1936) qui réalisa, au pinceau, des instantanés joyeux et naturels de la plage de Berck-sur-mer. Collusion méta-artistique, l'artiste se rend sur ces mêmes lieux, embrasse ses origines et capte, malgré la distance du temps, des scènes similaires. Ces panoramas prodigieux, la mer, le ciel, le temps, les gens, confondus, évanescents. On est aujourd'hui et on est hier aussi, tant sont ici symbolisés les différents stades de l'évolution de l'art de la représentation.

La photographie se fait palette, glacis, patience. Elle se fait tableau, charge le ciel de nuages, se joue de la clarté et des saisons, héritière digne du geste de peindre. On se baigne au milieu de ces petits personnages qui lézardent au soleil, jouent au cerf-volant, s'imprègnent de la nature, qui respirent et se soumettent aux éléments, à la pluie et au vent. Rapprocher les photographies de David Templier des petits bois de Charles Roussel c'est aussi constater le drame qui se tisse, les dunes qui s'affaissent et reculent, le déshonneur de notre époque, l'impact de l'être humain sur la planète. C'est un voyage somptueux et effrayant dans notre sauvagerie contemporaine, un périple en écologie profonde. C'est aborder aussi nos héritages, nos espérances et nos transmissions. Nos trahisons. Une manière esthétique et subtile, poétique et violente, opalescente, de nous mettre véritablement, au monde, à notre juste place.

Pascale Geoffrois

Vernissage de David Templier "Opalescences"

[18:00-21:00] Vernissage de Dominique Mathieu "Panoplies"
Location:
Salle Principale
28, rue de Thionville
75019 Paris
M° Ourcq, Crimée
France
Phone : +33 (0)9 72 30 98 70
Mail : gallery@salleprincipale.com
Internet Site : www.salleprincipale.com
Description:
5 septembre - 9 novembre 2019

[...] Historiquement la panoplie désigne l'armure, accompagnée des armes offensives et défensives, du chevalier au Moyen Âge. Une dimension guerrière qui n'est pas pour me déplaire, non que je sois d'un tempérament belliqueux, mais qui invite à la lutte et forge une attitude à la résistance indispensable par les temps qui courent. Et après tout, chevalier était une activité comme une autre, au même titre que le pompier, le cow-boy, la princesse ou l'infirmière... Endosser sa panoplie c'est devenir quelqu'un d'autre pour réaliser ses rêves et parfois ses devoirs, et imaginer les scénarios les plus fous. [...] S'identifier à une activité ou à un personnage ne suffit pas malgré tout à se métamorphoser, mais permet déjà l'espoir de la libération car nous nous rendons coupables de collaboration avec les tyrans et autocrates capitalistes qui nous laissent croire que nous partageons leurs rêves moyennant l'achat d'objets, si beaux et si technologiques qu'ils en deviennent magiques. Une magie noire, indubitablement. L'esthétique sert à rendre acceptable une réalité inacceptable. C'est personnellement ce qui me semble le plus difficile à accepter, tant mon regard s'est aiguisé avec précision autour de cette question. Parlons plutôt d'harmonie. Là où l'esthétique enferme dans des dogmes, l'harmonie sait relier les différences.

Dominique Mathieu, extrait du texte d'exposition Panoplies, 2019

Vernissage de Dominique Mathieu "Panoplies"
Dominique Mathieu - Panoplies - l'activiste - 2019
Tôle émaillée, contreplaqué de peuplier, crochet en aluminium, vis piton, badge (vivre en travaillant ou mourir en combattant) - 155 x 40.5 cm - edition de 3
Courtesy Salle Principale, Paris

[18:00-21:00] Vernissage de Dorian Gaudin "Futurs Flirts"
Location:
Galerie pact
70, rue des Gravilliers
75003 Paris
M° Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 77 17 23 08
Mobile : +33 (0)6 27 01 08 66
Mail : info@galeriepact.com
Internet Site : www.galeriepact.com
Description:
6 Septembre - 19 Octobre 2019
Vernissage jeudi 5 septembre 2019 de 18h à 21h

PACT est fière de présenter « Futurs Flirts », la seconde exposition personnelle de Dorian Gaudin à la galerie.

Conçue comme une scène théâtrale, « Futurs Flirts » est une exposition dont les travaux s'engagent ensemble dans une représentation performative.

On y regarde d'abord deux sculptures cinétiques, dont le mouvement -qui attire l'oeil- est prévisible, répétitif, presque obsessionnel. Le cerveau humain anticipe la suite des événements, ne doutant pas que la plante, comme le bouquet, finiront par tomber avant de se relever et recommencer à nouveau. Cette prédiction pourrait ôter tout intérêt à la scène et pourtant, le spectateur ne peut s'empêcher d'attendre le moment fatidique de la chute. Plaisir sadique ? Plaisir d'avoir raison ? Ou au contraire la subsistance d'un doute : la machine n'est pas l'homme et son mouvement n'a rien d'évident. On l'observe pour tenter de la comprendre, comme on tente de comprendre la nature en la contemplant dans ce qu'elle a de plus beau comme de plus violent. Les actions mécaniques des sculptures de Gaudin contournent cette ligne entre l'automutilation et le plaisir de se faire plaisir, activant le circuit de la récompense dans notre cerveau, lui qui ne peut s'empêcher d'attribuer un cadre humain sur le monde non-humain qui nous entoure.

Surplombant les œuvres cinétiques, un ciel voûté en fibre de verre, soulevé par une corde et une poulie, domine la scène, comme le décor d'une pièce de théâtre moderniste dépouillée.

Maitre dans l'art de la mise en scène, Gaudin étend le paysage jusqu'aux sculptures en aluminium chromé, testament d'une violence passée entre lui et le métal -le même qui crée les machines. Froissée puis chromées -comme le ciel, ces sculptures murales attestent de la physicalité qui rythme l'oeuvre de l'artiste, à mi chemin entre le laboratoire de physique expérimentale et le théâtre, le drame et la comédie, le jeu et la lutte.

Tout au long de l'exposition, l'humour agit comme un vecteur d'empathie humaine, entraînant le spectateur dans un cul-de-sac : nos projections de sympathie anthropomorphique ne sont en effet que des projections qui se heurtent à l'altérité fondamentale de la nature mécanique de ces objets. Ils représentent, pour reprendre les mots de Gaudin, "un avertissement contre nos instincts coloniaux, notre besoin de diffusion, notre besoin de fabriquer un monde à notre image".

Dorian Gaudin (né en 1986, Paris, France) vit et travaille à Brooklyn, New York, USA. Ses sculptures mécaniques méticuleusement conçues ont été exposées dans des galeries et des musées du monde entier, notamment lors d'expositions individuelles et collectives récentes au Palais de Tokyo, Paris, France (2017), au Guangzhou Triennial, Guangzhou, Chine (2018) et à la Greater Biennal de Taipei au Taipei Fine Arts Museum, Taiwan (2018). Il a récemment bénéficié d'expositions personnelles au sein des galeries Ghebaly à Los Angeles, USA (2019), Nathalie Karg, New York (2019) et Dittrich & Schlechtriem (2018). Ses œuvres font partie d'importantes collections publiques et privées, dont le High Museum of Art d'Atlanta et la Rubell Family Collection de Miami. Sa pratique a été couverte dans les pages d'Artforum, The Brooklyn Rail, Mouvement Magazine et Elephant.

Dorian Gaudin sera à nouveau exposé à la galerie PACT en janvier 2020, en duo avec l'artiste allemand Robert Janitz (né en 1962 à Alsfeld, Allemagne ; représenté par les galeries Meyer Rigger, Anton Kern, König et CANADA).

À propos de « Futurs Flirts », Robert Janitz, ami intime de Dorian Gaudin, a écrit :
Le soleil se réveille sur l'île.
Il n'y a que des idées qui s'en aperçoivent et des insectes.
Sur la plage habitée d'idées et d'insectes se trouve aussi un Automate qui pense mécaniquement. Clic clic clic.
Ce sont des idées aspirateurs temporaires.
Pourquoi cette scène se passe, on l'ignore.
Pendant la nuit ni les insectes ni l'Automate ne s'agitent.

Vernissage de Dorian Gaudin "Futurs Flirts"

[18:00-21:00] Vernissage de Fabien Boitard "Grimaces"
Location:
Galerie Derouillon
38, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République, Arts et Métiers, Strasbourg - Saint-Denis
France
Mobile : +33 (0)6 13 67 33 71
Mail : benjamin@galeriederouillon.com
Internet Site : www.galeriederouillon.com
Description:
La Galerie Derouillon est heureuse de présenter la nouvelle exposition personnelle du peintre français Fabien Boitard (n. 1973).

Vernissage le jeudi 5 septembre 2019

Ouverture exceptionnelle le dimanche 15 septembre dans le cadre de l'événement national "Un Dimanche à la galerie 2019". Exposition jusqu'au 21 septembre.

"Ne pas vouloir être dans la démonstration, mais chercher plutôt une certaine tension..." Les propos de cet artiste ultra doué aimant à faire cohabiter sur ses toiles différents thèmes et associations visuelles nous renseignent sur les rapprochements formels qui dictent son travail. Ils questionnent le sens critique dans une approche cognitive fait de protestation, de convictions et de fougue. Fabien Boitard, ose dans une manière bien à lui un mode de représentation vibrant du monde fait de profondes rêveries et de pensées aussi grinçantes qu'ardentes émanant d'une perspective affective éblouissante. A travers cette exposition personnelle captivante, la Galerie Derouillon nous fait partager ici avec brio ce savant sfumato dont l'artiste fait la démonstration. Faisant surgir l'inattendu, sous formes de touches cadencées et énigmatiques, Fabien s'impose comme un artiste à suivre de près. On aime cette lecture polyphonique de l'image et cette subjectivité exacerbée faisant se chevaucher les images. Une rencontre à la confluence des paradoxes qu'il étaye avec force ainsi : "J'aime que ma peinture fasse réagir !". Mission accomplie !

Texte de Clement Sauvoy

Vernissage de Fabien Boitard "Grimaces"
Fabien Boitard, Grimaces n°1, 2019. huile sur toile, 30 x 24 cm. Courtesy Galerie Derouillon, Paris.

[18:00-21:00] Vernissage de François Mangeol "Empirique"
Location:
Galerie ALB Anouk Le Bourdiec
47, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 49 96 58 09
Mobile : +33 (0)6 42 28 53 88
Mail : galeriealb@gmail.com
Internet Site : www.galeriealb.com
Description:
Vernissage jeudi 5 septembre de 18H à 21H en présence de l'artiste
Exposition du 5 septembre au 19 octobre

« Des oeuvres engagées aux messages politiques et poétiques pour contribuer à donner forme à des concepts. La littérature, les sciences, les mathématiques et l'art sont tout autant des références dans son monde réflexif »
Éric Sébastien Faure Lagorce, curateur.

« Deux choses instruisent l'homme de toute sa nature : l'instinct et l'expérience. »
Pascal, Pensées

« L'expérimentation ne nourrit pas seulement la pratique artistique de François Mangeol mais témoigne d'une véritable philosophie de vie : penser, oser, avancer ; toujours ; pour exister. Fondées sur son parcours personnel, ses compositions jouent d'une stratification plastique, sémantique et cognitive profonde, universelle et singulière. L'artiste use du langage géométrique comme d'une formulation intelligible impliquant son déchiffrage potentiel au détour de jeux de mots et doubles-sens multiples. Dans l'écho des Wallpaintings de Tania Mouraud - qui modèle l'écriture jusqu'à la quasi-illisibilité -, son art « oscille dès lors continuellement entre le refus et la conservation du système linguistique traditionnel » (U. Eco, op, cit.) »
Emilie Robert
Chercheur en Histoire de l'art contemporain, spécialiste en art conceptuel

Vernissage de François Mangeol "EMPIRIQUE"
NVTF, Acrylique sur toile, 150 x 150 cm, 2019

[18:00-21:00] Vernissage de Hans Schabus
Location:
Galerie Jocelyn Wolff
78, rue Julien Lacroix
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)1 42 03 05 65
Fax : +33 (0)1 42 03 05 46
Mail : info@galeriewolff.com
Internet Site : www.galeriewolff.com
Description:
Vernissage de Hans Schabus

[18:00-22:00] Vernissage de Julien Selleron "Grenoble-Paris Années 1980 - 90"
Location:
Galerie Simon Madeleine
7, rue des Gravilliers
75003 Paris
France
Mail : galerie.simonmadeleine@gmail.com
Description:
Premières œuvres - photographies argentiques
commissariat Julia Fabry

EXPOSITION Du 6 au 21 septembre 2019
Vernissage le jeudi 5 septembre de 18h à 22h

Vernissage de Julien Selleron "Grenoble-Paris Années 1980 - 90"

[18:00-21:00] Vernissage de Liz Magor "Xhilaration"
Location:
Galerie Marcelle Alix
4, rue Jouye-Rouve
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)9 50 04 16 80
Mail : demain@marcellealix.com
Internet Site : www.marcellealix.com
Description:
5 septembre - 26 octobre 2019

Vernissage de Liz Magor "Xhilaration"
Vue de l'exposition Liz Magor, Xhilaration à la galerie Marcelle Alix, Paris, 2019
© Galerie Marcelle Alix, 2019 - Photo : Aurélien Mole

"Quelqu'un m'a posé un jour une simple question une question ridiculement simple et je lui ai donné une réponse ridiculement simple : « qu'est-ce qu'un artiste » m'a-t-il demandé et j'ai dit « quelqu'un qui fait de son mieux » depuis j'ai dit ça tant de fois que j'ai commencé à y croire, parce qu'à la réflexion il y a très peu de gens dans ce monde qui font de leur mieux."
David Antin, je n'ai jamais su quelle heure il était, Genève, Héros-Limite, 2006, p. 65

J'aime nager. Je n'ai pas de technique, mais je nage longuement, si possible en plein air. Mon moment préféré est celui où le soleil se cache laissant place au calme « blanc », ce calme qui ne produit aucun scintillement, aucune distraction et me renvoie à l'infinie douceur de l'eau.

Ces jours-là, je suis plus endurante et l'inertie fluidifie non seulement les mouvements du corps mais la pensée elle-même, l'entraînant çà et là. D'abord du côté de l'animal, la pensée guette le réel, se pose sur ses différentes dimensions tel l'oiseau, puis vient le moment où celle-ci s'approvisionne, selon l'esprit humain, en temporalités différentes, pour finir par s'attacher à une organisation d'ensemble qu'elle décrypte cette fois sans grand effort.

Dans ces moments-là, je pense aux œuvres d'art et change ma position de spectatrice déjà très privilégiée puisque je peux les toucher. Je ne suis plus devant elles, mais avec elles, dans leur intériorité profonde où se confond le désir de l'artiste, les contraintes de la matière et une rêverie partagée. Au milieu de l'eau (dans l'eau nous sommes toujours au milieu), je suis souvent avec des œuvres. Dernièrement, c'est avec celles tout à la fois porteuses et portées de Liz Magor que ma séance a connu un petit excès d'éblouissement.

Depuis la découverte de ce travail en 2013, je me suis toujours sentie bien à proximité de ces moulages de boîtes en carton jouant les sculptures du dessous pour des objets « exposés », le plus souvent produits commercialement et propres à matérialiser les incessants aller-retour de l'artiste entre son atelier et le monde.

Vernissage de Liz Magor "Xhilaration"
Liz Magor, Vue de l'exposition Liz Magor, Xhilaration à la galerie Marcelle Alix, Paris, 2019

Ces boîtes artisanales (que quelques minimalistes forcenés voudraient contempler seules) font le lien avec d'improbables reliques (bestiaire synthétique, oiseaux taxidermisés, vêtements, magazines, etc) dont la valeur est avant tout affective. Leur exposition permet un transfert d'affection, une manière de contaminer tous ceux et celles qui n'ont jamais le temps de s'approcher d'une œuvre d'art. Les sculptures de Liz Magor ne font pas image. Si l'on accepte de se confronter à elles, c'est qu'on est prêt à tenter de se souvenir que l'objet raconte toujours un vide qu'il matérialise et cache en même temps.

Ces sculptures nous mènent à des visions drolatiques et funestes générées par de subtils enchaînements (pour ne pas dire assemblages) dont un des plus remarquable me semble être Drinks around the world (2017), une sculpture qui défie la pesanteur avec humour. Cette fois, un chien en peluche épouse avec souplesse la forme un peu cabossée d'une boîte qui lui est presque assortie. Ses membres antérieurs, très allongés, pendent dans le vide non pas mollement mais avec de l'idée puisqu'ils retiennent, grâce à la soudure d'un scratch invisible placé au bout des mains-coussinets, un sac plastique raisonnablement rempli de mignonnettes d'alcool.

Vernissage de Liz Magor "Xhilaration"
Liz Magor, Vue de l'exposition Liz Magor, Xhilaration à la galerie Marcelle Alix, Paris, 2019

Nager me permet de mieux ressentir cette vision puisque j'étire régulièrement mes bras. Je pense au moment où la main vient trouver une possibilité d'arrimage, tandis que le reste du corps flotte, porté par le courant que crée le système de filtration de la piscine et plus sûrement par le sentiment qu'il nous faut une raison suffisante pour en sortir. C'est exactement ça, un équilibre prolongé à l'infini, l'équilibre des masses ou un jeu de mime pour raconter une vision du monde unifiée par la dépendance.

Vernissage de Liz Magor "Xhilaration"
Liz Magor, Vue de l'exposition Liz Magor, Xhilaration à la galerie Marcelle Alix, Paris, 2019

Le musée personnel de Liz a déjà ses boîtes et elles sont nombreuses. Nombreuses sont celles qui jouent sur des effets de transparence contrairement aux moulages en gypse polymérisé que j'aime beaucoup pour leur côté caillou taillé ou stèle polychrome aux effets étonnamment irisés. Il ne fait aucun doute pour moi depuis le début que ce travail partage le même goût pour les banquets funèbres de l'Egypte antique.

Les œuvres de Liz ne luttent pas contre le temps, elles traduisent de paisibles affects et pensent la séparation des choses mais avec une liaison possible. Je crois en cette liaison moi aussi. Et lorsque je regarde l'alignement de boîtes déballées, sortes de « Time Capsules » aux identités multiples, contenant des vêtements (ou des chaussures, comme Xhilaration, 2019) ou plutôt devrait-on dire dans le langage de la mode, des silhouettes, j'y vois des générations que le temps ne sépare pas.

Vernissage de Liz Magor "Xhilaration"
Liz Magor, Xhilaration. Vue de l'exposition Liz Magor, Xhilaration à la galerie Marcelle Alix, Paris, 2019
© galerie Marcelle Alix, 2019 - Photo : Aurélien Mole

J'imagine la tenue que je pourrais porter ou qui m'attend déjà, ainsi que celles de mes amis. Pendant ce temps, je n'oublie pas que je nage dans une boîte sans horloge à proximité.

Cécilia Becanovic

Liz Magor
Née en 1948, elle vit à Vancouver (Canada). Artiste importante de la scène canadienne, elle a participé à plusieurs expositions de groupe à la Vancouver Art Gallery; à la National Art Gallery à Ottawa; au Seattle Art Museum, au Wattis Institute, à Documenta 8 et à la Biennale de Venise. Triangle Marseille a réintroduit son travail en Europe en 2013 (cur. Céline Kopp) et en 2017, sa rétrospective, initiée par le Musée d'Art Contemporain de Montréal, a été l'objet d'une tournée au Migros Museum Zurich, au Kunstverein à Hambourg et au MAMAC à Nice. Elle a été en résidence au DAAD à Berlin en 2017-2018. Cette année, son exposition personnelle Blowout a été présentée à la Renaissance Society de Chicago et au Carpenter Center for the Visual Arts de Cambridge.

La publication BLOWOUT sera présentée le 28 septembre à la galerie dans le cadre du Salon de Marcelle Alix #5.

Vernissage de Liz Magor "Xhilaration"
Portrait of the artist with a gloved hand (after Diana Rigg in The Avengers), by Marcelle Alix

[18:00-21:00] Vernissage de Marianne Le Vexier, Laurent Dauptain, André Beuchat
Location:
Fondation Taylor
1, rue La Bruyère
75009 Paris
M° Saint-Georges
France
Phone : +33 (0)1 48 74 85 24
Fax : +33 (0)1 48 78 13 54
Mail : contact@fondationtaylor.com
Internet Site : www.fondationtaylor.com
Description:
Du 5 au 28 septembre du mardi au samedi de 13h à 19h
Vernissage le jeudi 5 septembre 2019, de 18h à 21h

Marianne Le Vexier
Peinture

"La véritable grandeur des oeuvres de Le Vexier ne tient pas seulement au fait qu'elles savent évoquer, avec une subtilité rare, le « désordre » apparent des rêves, mais qu'elles soient capables, dans le même temps, d'assigner à ce désordre un ordre non contraignant, c'est-à-dire, un ordre qui puisse faire dialoguer ensemble des niveaux de réalité qui d'ordinaire s'opposent."
Frédéric-Charles Baitinger, critique d'art

"Au contact dès son enfance avec la peinture grâce aux oeuvres que sa grand-mère et sa mère collectionnaient, Marianne Le Vexier se forme simultanément aux Beaux-Arts et à l'Académie de Port-Royal.
En 1993, elle est lauréate du Prix Madeleine Couderc de la Fondation Taylor. Elle a également reçu en 2019 le prix Joël Dabin, et a ainsi participé à l'exposition de lauréats 2019 des grands prix de la Fondation Taylor en juin dernier.
Dans les toiles de Marianne Le Vexier, c'est le travail de la couleur qui interpelle en premier, laissant ensuite apparaître une multitude de figures dans la composition. Ainsi, à mesure que le spectateur contemple sa peinture, le mirage de l'abstraction cesse et celui de la narration commence.

Vernissage de Marianne Le Vexier, Laurent Dauptain, André Beuchat
Ensemble c'est tout - acrylique et huile sur toile - 120 x 160 cm

Laurent Dauptain
Peinture

"Paysage du portrait ? Portrait du paysage ? Grande interrogation pour laquelle la réponse est si simple. C'est, en effet, sur cette dichotomie que Dauptain mène et fait évoluer depuis plus de vingt ans son oeuvre picturale."
Jean-Pierre Ghesquière, historien d'art

Après des études aux Beaux-Arts de Paris, auprès des peintres Carron et Guignebert, Laurent Dauptain intègre l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs et étudie la peinture avec le peintre Zao Wou-Ki. Il reçoit un prix Tayloren 2001 et le prix Fernand Cormon de la Fondation Tayloren 2012.
Autoportraits, portraits, paysages, paysages industriels, paysages urbains, marines et natures mortes sont les thèmes abordés par Laurent Dauptain à travers les techniques du dessin, de la peinture et de la photographie.
Mais c'est sans doute la pratique acharnée et prolifique de l'autoportrait depuis plus de trente-cinq ans qui fait la particularité de sa démarche.

Vernissage de Marianne Le Vexier, Laurent Dauptain, André Beuchat
Autoportrait - huile sur toile - 130 x 97 cm

André Beuchat
Gravure

"Les rêves imagés ou imaginés par André Beuchat proviennent tous dans ses gravures d'une même source : la vision personnelle et inaliénable d'un monde autre et à la fois universel !"
Pierre von Allmen, auteur et historien d'art

Originaire de Neuchâtel en Suisse, c'est à Rome qu'André Beuchat est parti étudier les grands maîtres du passé, avant de séjourner à Florence et de fréquenter l'Institut d'art Palazzo Spinelli. En 1986, il apprend, à l'Ecole Internationale de la gravure à Venise, les différentes techniques chalcographiques. En 2005, André Beuchat crée l'Atelier Alma Charta, maison d'édition où collaborent écrivains et poètes.
Les gravures d'André Beuchat font apparaître un univers à la fois mystérieux, onirique, décalé et plein d'humour. Ses estampes, impeccablement réalisées, racontent des histoires souvent tristes mais jamais désespérées. Tous les détails comptent et font appel à l'imaginaire du spectateur.

Vernissage de Marianne Le Vexier, Laurent Dauptain, André Beuchat
Animae mundi - eau-forte et pointe sèche sur cuivre

[18:00-21:00] Vernissage de Max Wechsler
Location:
Galerie ETC
28, rue Saint-Claude
75003 Paris
France
Mobile : +33 (0)6 72 86 41 49
Mail : contact@galerie-etc.com
Internet Site : www.galerie-etc.com
Description:
Exposition du 6 septembre au 6 octobre 2019
Vernissage le 5 septembre de 18h à 21h

Le paradoxe, dans les tableaux de Max Wechsler, est que leur absolu silence émane de la lettre. La lettre qui d'habitude nourrit l'articulation sonore jusque dans la lecture muette (muette et non silencieuse) nourrit ici la respiration du silence... Dissémination de bribes textuelles dans un champ disponible, au-delà de la trame des fragments disposés en mosaïque, ou bien saturation de lettres par contigüité, pliage, froissage, palimpseste, superposition jusqu'à l'obscurcissement presque total du champ... De la surface des choses l'œuvre a beaucoup à dire. Dans ces tableaux moléculaires, pas de « tension directionnelle » mais une tension généralisée, une sidération de la surface tout entière...

Maurice Benhamou


Né en 1925 à Berlin, Max Wechsler arrive en France en1939. À la fin de la guerre, il s'installe à Paris et commence alors à peindre des tableaux fi- guratifs, résolument influencés par le surréalisme. De 1958 à 1972, l'artiste est inspiré par le mouve- ment surréaliste comme en témoignent ses tra- vaux à l'huile sur contreplaqué et toile : «Germina- tions, enroulements, déroulements, croissances, gonflements, fissures. Déploiement organique» (Pierre Gaudibert - Catalogue ARC - Musée d'Art Moderne de la ville de Paris où Max Wechsler a sa première exposition personnelle en 1968). Après une rupture volontaire avec la peinture entre 1974 et 1977, l'artiste se dirige vers l'abstraction avec l'exploration progressive de l'espace par une pa- lette très réduite aux tons sourds ou prédominent les terres, le bleu de sable. Dès 1982, ses grandes toiles se font désormais hors châssis et consistent en une variété de très grands panneaux dont la surface est composée de gestes lacérateurs. En 1984, la rupture est acquise. À partir de cette pé- riode, Max Wechsler abandonne la peinture et le pinceau pour l'acte gestuel de déchirer puis de recoller du texte imprimé qui aura été découpé, décomposé, transformé en une multitude de particules issues de la lettre, formant une texture propre à l'artiste dont intensité, profondeur, lu- mière manifestent de chaque strate de superpo- sition. Désignés d'abord comme « recouvrements papiers », les travaux reçoivent alors la simple qualification de « Papiers marouflés ».

Ces travaux et ce processus de maturation artis- tique seront au coeur de l'exposition qui sera pré- sentée à la galerie ETC du 5 septembre au 6 octobre 2019 pour un premier évènement qui marquera l'ouverture de la nouvelle saison de la galerie.

Vernissage de Max Wechsler
Max Wechsler, Sans titre, papier marouflé sur contre-plaqué, 0.81x1.47m, 1994

« Procédant à sa transformation, je bouscule la lettre pour n'utiliser que ses particules : un contour, un trait, une courbe. Les fragments de la lettre convertis en signes sont disposés sur une surface, puis collés en fonction d'un rythme, d'une lumière interne, créant un univers en expansion qui ne saurait supporter ni bord, ni cadre...

Chaque surface terminée est un tremplin pour ce qui lui succède et cet enchaînement est comme une filiation qui se nourrit de ses origines...

L'illisibilité s'empare de l'espace, mais il émanera toujours quelque chose de son origine écrite... Ma- tériellement absente, la lettre imprime sa trace, té- moin de son origine... La lettre sans cesse transfor- mée, déstructurée, résiste, se révèle indestructible. D'autres représentations apparaissent ; la lettre devient son Autre.

Il me plaît d'associer ainsi la part de ce qui sera ignoré à jamais de celle qui, par ailleurs, demeure- ra indélébile. Cette métamorphose renforce l'om- niprésence de la lettre qui récuse sa disparition ».

Max Wechsler, 2006

Vernissage de Max Wechsler
Max Wechsler, Sans titre, Papier marouflé su toile, 2.38 x 1.98 m, 1990 ©Christine Fleurent

[18:00-21:00] Vernissage de Michèle Fourmentraux
Location:
Galerie Maître Albert
6, rue Maître-Albert
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 55 42 73 77
Mail : jdm@lmet.fr
Internet Site : www.maitrealbertgallery.com
Description:
Exposition du 3 septembre au 14 septembre 2019

Samedi 14 septembre à partir de 19h30 soirée musicale avec Alejandro Alvarez & Ana de la Preugne, autour des oeuvres de Michèle Fourmentraux

Vernissage de Michèle Fourmentraux

[18:00-21:00] Vernissage de Nancy Graves "La lune, Mars et les multitudes du vivant"
Location:
Ceysson & Bénétière - Galerie Bernard Ceysson
anciennement Galerie B.C. Beaubourg
23, rue du Renard
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 77 08 22
Mobile : +33 (0)6 08 07 02 79
Mail : galerie@ceysson.com
Internet Site : www.ceyssonbenetiere.com
Description:
05 SEPTEMBRE - 05 OCTOBRE 2019

La Galerie Ceysson & Bénétière a le plaisir de présenter la première exposition personnelle de Nancy Graves en France.

Nancy Graves (1939-1995), artiste américaine de renommé internationale, débute sa carrière avec une bourse Fullbright pour étudier l'art en France, pays où elle reste méconnue jusqu'à présent.
La réponse critique à ses « chameaux », sculptures impressionnantes qui jouent des problématiques de l'illusion et du mimétisme, lui ont valu la couverture d'Artforum en 1970. L'année suivante, elle a une première rétrospective en Allemagne, à la Neue Galerie im Alten Kurhaus, à Aix-la-Chapelle. En Europe, son travail est visible à la Documenta, à la Biennale de Venise, ainsi que dans des galeries à Londres, Stockholm, Rome, Zurich. Sa dernière rétrospective itinérante de son vivant a été organisée par le Hirshhorn Museum and Sculpture Garden de Washington en 1987.

Cette initiation à l'œuvre de Nancy Graves chez Ceysson & Bénétière rassemble des œuvres de divers genres. On peut voir des pastels des années 70 rarement exposés, dont Aphel (1977), qui ajoute de manière sophistiquée la peinture acrylique et le crayon à l'huile sur un fond de pastel. Un autre pastel, Sund (1976) se trouvait à coté d'œuvres de Jasper Johns dans 4 Artists and the Map (Spencer Museum, Lawrence, Kansas, 1981). La manière dont Graves use des informations cartographiques n'élève pas la carte au statut d'œuvre d'art, mais au contraire la déploie comme un tropisme visuel récurrent qui ouvre la perception aux associations émotives et à la mémoire.

Des huiles sur toile exécutées entre 1979 et 1990 trouvent pareillement leurs sources dans des données scientifiques (puisées dans la paléontologie, l'archéologie, la biologie et l'astronomie) tout en abordant des formes plus abstraites et des couleurs brillantes. Le massif Lixit (1979) ainsi que Xolan (1979) et AZ (1985-87) moins grands, font un usage puissant du format vertical, mariant un usage expressionniste du pinceau avec un dessin précis et appliqué pour reconfigurer les motifs scientifiques.

L'exposition se complète par deux sculptures. Entomon (1985), qui évoque l'étude des insectes, associe bronze, acier, émail et peinture polyuréthane. Canopic Legerdemain (1990) montre comment Graves développe son exploration de la peinture en trois dimensions en collant divers éléments sur la surface picturale ; elle combine l'acier inoxydable brossé, la résille d'aluminium, la résine moulée, le papier à la cuve, le nid d'abeille, la peinture époxy chargée de sable, la poussière de marbre et une lithographie.
L'œuvre de Nancy Graves est conservée dans nombreuses collections publiques, notamment au Whitney Museum, au Museum of Modern Art et au Metropolitan Museum de New York ; au San Francisco Museum of Modern Art ; à l'Art Institute de Chicago ; à la National Gallery de Washington ; au Ludwig Forum d'Aix-la-Chapelle ; au Museum Moderner Kunst de Vienne ; au Musée Sonjie d'art contemporain de Séoul et au Marimura Art Museum de Tokyo.

Rachel Stella, juin 2019

Vernissage de Nancy Graves

[18:00-20:00] Vernissage de Neïl Beloufa "La morale de l'histoire"
Location:
Galerie Kamel Mennour (rue du Pont de Lodi)
6, rue du Pont de Lodi
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 56 24 03 63
Fax : +33 (0)1 40 46 80 20
Mail : galerie@kamelmennour.fr
Internet Site : www.kamelmennour.fr
Description:
September 5 - October 5, 2019
Opening on Thursday, September 5th, from 6 pm to 8 pm. The artist will be present.

Vernissage de Neïl Beloufa "La morale de l'histoire"
© ADAGP Neïl Beloufa. Photo. archives kamel mennour. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris/London

[18:00-20:00] Vernissage de Nick Weddell "Pink Nightmare"
Location:
Galerie Lefebvre et Fils
24, rue du Bac
75007 Paris
M° Rue du Bac, RER C Musée d'Orsay
France
Phone : +33 (0)1 42 61 18 40
Mail : lefebvreetfils@gmail.com
Internet Site : www.lefebvreetfils.fr
Description:
5 septembre - 12 octobre 2019
Vernissage jeudi 5 septembre de 18h à 20h

La galerie Lefebvre & Fils a le plaisir de présenter le travail de Nick Weddell, fruit de sa
résidence à Versailles pendant l'été.

Vernissage de Nick Weddell "Pink Nightmare"
Nick WEDDELL
Head of Gornab the 98th, 2019
Stoneware and glaze
64 x 68 x 60 cm
25.1 x 26.7 x 23.6 in.

«Pink Nightmare parle de peur et de mort. Je vois la peur, la mort, la joie et la célébration comme des opposés symbiotiques qui s'exigent mutuellement. Mon travail se concentre généralement sur la célébration et affiche des notes de mort pour rappeler l'importance de la joie. Avec cette exposition, cependant, je voulais retourner cela et créer un travail qui mettait la mort au premier plan, mais qui avait des veines de joie, d'humour et de gaieté.

Les objets reconnaissables, notamment la poterie, les créatures et les paysages, sont utilisés comme archétypes accessibles, dont les mutations absurdes séduisent et repoussent simultanément. À travers ce processus d'attrait et de repoussement, je lance un défi aux spectateurs et aux utilisateurs de mon travail de remettre en question les conventions de la beauté, de la forme et du matériel tout en contemplant les thèmes de la mort, de la joie, de la peur et de la célébration.»

Nick Weddell, août 2019

Vernissage de Nick Weddell "Pink Nightmare"
Nick WEDDELL
Salamander, 2019
Stoneware and glaze
50 x 29 x 29 cm
19.6 x 11.4 x 11.4 in.

Le travail de Nick Weddell parle du fantasme de la réalité physique, enraciné dans le langage de la poterie, de la vaisselle et du paysage. Il puise dans la familiarité de ces sujets - que ce soit des tasses, des arbres ou des matériaux - afin de catalyser une célébration de ce qui est un défi de rechercher ce qui pourrait être. Le travail de Weddell est un arbitre de progrès, une boule de convention déchirante et, avant tout, un signe de joie.

En 2019, Nick Weddell a été un artiste invité du Center for Contemporary Ceramics de la California State University Long Beach. Lorsqu'il rentrera aux États-Unis à l'automne aux Etats- Unis après sa résidence à Versailles, il rejoindra la fondation Archie Bray en tant que l'un des nouveaux artistes résidents.

Le travail de Weddell fait partie de plusieurs collections privées aux États-Unis, ainsi qu'en Australie, en Chine, au Japon, en Europe et au Canada.

[18:00-21:00] Vernissage de Radcliffe Bailey "The Ocean Between"
Location:
Bruxelles
Bruxelles
21000 Bruxelles
M° Gare de Bruxelles
Belgique
Internet Site : www.bruxelles.be
Description:
MARUANI MERCIER Gallery
Avenue Louise 430

We are delighted to announce the first exhibition of Radcliffe Bailey at our gallery.

Bailey was trained as a sculptor but he does not identify with one specific label as he refers to himself plainly as: an artist, taking on the tasks of the painter, the sculptor, and the political activist. So he works within the convergence of painting and sculpture, utilising found materials, such as vintage photographs of his family, vinyl records, piano keys, Georgia red clay, and bottle-caps.

Thematically, his art explores the intersection of ancestry, race and cultural memory, and is fascinated with the connection between past and present. His work has been described as being three-dimensional and layered, incorporating elements of smell and sound.

Public opening in presence of the artist on Thursday 5 September 2019.
Taking part in Brussels Gallery Weekend, the gallery will exceptionally be open until 9 PM.

Vernissage de Radcliffe Bailey "The Ocean Between"

[18:00-21:00] Vernissage de Russell Boncey "Paysages de l'émotion"
Location:
Mairie du 7ème arrondissement
Hôtel de Villars
116, rue de Grenelle
75340 Paris Cedex 07
M° Solférino, Rue du Bac, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 53 58 75 07
Fax : +33 (0)1 45 56 92 37
Internet Site : www.mairie07.paris.fr
Description:
Salle Béatrice Hodent de Broutelles

Du 6 au 18 septembre
Vernissage le jeudi 5 septembre à 18h

En employant des couleurs vives et des contrastes saisissants, Russell Boncey tente de susciter l'émotion chez les visiteurs ainsi conviés à un voyage imaginaire.

[18:00-21:00] Vernissage de Serge Kantorowicz "La synagogue des Iconoclastes"
Location:
Galerie Schwab Beaubourg
35, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 71 12 16
Mail : edouard.schwab@hotmail.fr
Internet Site : www.galerieschwabbeaubourg.com
Description:
Exposition du 4 au 21 septembre 2019
Prolongation jusqu'au 28 septembre
Vernissage jeudi 5 septembre à partir de 18 heures

Né à Paris en 1942 de parents polonais déportés à Auschwitz-Birkenau, Serge Kantorowicz étudie le dessin et l'estampe à l'école Estienne des Arts Graphiques et à l'école des Beaux-Arts de Bruxelles. Il est de la génération arrivée à la peinture quand beaucoup des aînés la jugeaient épuisée, imaginant qu'elle avait tout dit et ne songeant plus qu'à la déconstruire ou la nier. C'est un peintre d'une rare puissance, proche de la sensibilité de Nolde ou de Music. Il expose depuis 1977 à Paris, Amsterdam, Luxembourg, Strasbourg, Londres, New York, Madrid, Barcelone, Varsovie, Tokyo. Ses oeuvres figurent dans plusieurs collections publiques comme le Fond National d'Art Contemporain de la ville de Paris, le Parlement européen de Strasbourg, le musée d'art contemporain de la ville de Luxembourg. Carlos Semprun Maura, Pierre Daix, Hubert Haddad et d'autres historiens d'art ont écrit sur son oeuvre. Serge Kantorowicz est Chevalier des Arts et Lettres.
La série de toiles aux couleurs somptueuses que nous présentons montre des synagogues mystiques, humaines, sereinement iconoclastes, comme un bouleversant hommage à ces lieux hautement méditatifs toujours menacés par la haine. Et puis, en contrepoint, dans des oeuvres sur papier où Serge Kantorowicz déploie son immense talent de dessinateur et où l'humour côtoie la nostalgie d'un monde disparu, ce personnage de l'imaginaire yiddish qu'est le vieux mendiant.

Vernissage de Serge Kantorowicz "La synagogue des Iconoclastes"
La synagogue des Iconoclastes 6, 2019, Huile sur toile, 120 x 120 cm

Vernissage de Serge Kantorowicz "La synagogue des Iconoclastes"
Le Roi des Schnorrers 1, 2019, Technique mixte sur papier, 102 x 66 cm

Vernissage de Serge Kantorowicz "La synagogue des Iconoclastes"
Le Roi des Schnorrers 10, 2019, Technique mixte sur papier, 102 x 66 cm

[18:00-21:00] Vernissage de Steen Ipsen "Reflections"
Location:
Galerie NeC - Nilsson et Chiglien
20, rue des Coutures Saint-Gervais
117, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)9 54 74 78 51
Fax : +33 (0)1 42 77 88 83
Mail : galerienec@gmail.com, necdesignparis@gmail.com
Internet Site : www.galerienec.com
Description:
"Black Reflections" Sculptures on floor and wall objects can be seen in the gallery: 20, rue des Coutures Saint Gervais.
"Colored Reflections" Sculptural objects can be seen in the gallery: 117 rue Vieille du Temple.

Opening in both galleries on September 5, 2019. 18h-21h

https://www.steen-ipsen.dk

Vernissage de Steen Ipsen "Reflections"

[18:00-21:00] Vernissage de Vincent Moreau "Irrésistibles présences"
Location:
Galerie l'Echiquier
16, rue de l'Echiquier
75010 Paris
M° Bonne Nouvelle, Château d'Eau
France
Mail : information@galerie-echiquier.com
Internet Site : www.galerie-echiquier.com
Description:
Estampes et dessins

Exposition du 5 septembre au 11 octobre 2019

« Faut voir ce que ça donne ! » aime toujours à dire Vincent Moreau au fil de son chemin de recherche dont témoignent ses séries, explorations matérielles et formelles, inséparablement, autour d'esquisses préalables sur le motif, dont il ne reste plus que l'essentiel. Une vraie ascèse en noir et blanc, sans plus rien qui pose ou qui pèse, ni jolie rhétorique, ni confortable ou rassurante représentation décorative. Juste les griffures de la gravure ; la densité nuancée des encres qui informe, structure sous nos yeux le jaillissement du phénomène, comme un cri. L'essentiel ? Précisément, la révélation de ce que ça donne à voir, la violence de la donation du visible, « ce qui manque d'une appellation » selon P. Valéry : le surgissement de l'intense présence qui porte le motif. Le déferlement plus que la vague ; l'irrésistible avancée, plus que le navire ; l'élan de l'étreinte, plus que le détail des traits des amants ; la force concentrée de la lecture, plutôt que le visage du lecteur ; le mouvement de la chevelure, plutôt que la coiffure ...
Il faut effectivement cette ascèse de la représentation, à laquelle nous convie Vincent Moreau, pour en revenir à l'essentiel, l'émotion de la vision, contre la reconnaissance léthargique des formes établies.

Serge Le Diraison, mai 2019

Vernissage de Vincent Moreau "Irrésistibles présences"
Carborundum - 22.5 x 20

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "A Touch of Friends"
Location:
Galerie Luc Berthier
5, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 83 44
Mobile : +33 (0)6 30 70 30 70
Fax : +33 (0)1 42 77 83 44
Mail : contact@galerielucberthier.com
Internet Site : www.galerielucberthier.com
Description:
Sculptures de Solano Cardenas et Sébastien Kito
Peintures de Vicente Guzman

Exposition jusqu'au 22 septembre
pour le Dimanche à la galerie, exceptionnellement ouvert de 11h à 19h

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Alfred Manessier - en couleur & noir et blanc"
Location:
Galerie Antoine Laurentin
23, quai Voltaire
75007 Paris
M° Musée d'Orsay
France
Phone : +33 (0)1 42 97 43 42
Fax : +33 (0)1 42 97 58 85
Internet Site : www.galerie-laurentin.com
Description:
Exposition Alfred Manessier
en couleur et en noir et blanc

06/09 - 19/10/19

Alfred Manessier (1911-1993) figure parmi les peintres importants de la Nouvelle Ecole de Paris qui sont allés vers la non-figuration.

Il fréquente l'académie Ranson dans l'atelier de fresque dirigé par Bissière. Il expose avec le groupe «Témoignages » qui réunit non seulement des peintres et sculpteurs mais des musiciens et des écrivains.

Nourries en particulier de voyages et de paysages, ses toiles révèlent un profond amour pour la nature tout en développant une effusion de couleurs.

Il se révèle également un très bel artiste en noir et blanc à travers des encres conçues fin des années 50 et dans les années 60.

En 2017 la galerie Antoine Laurentin a présenté à Paris un ensemble d'oeuvres de Jean Le Moal et Alfred Manessier allant de 1945 à 1960.

Vernissage de l'exposition "Alfred Manessier - en couleur & noir et blanc"
Vernissage de l'exposition "Alfred Manessier - en couleur & noir et blanc"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Au loin tout devient bleu (Novalis)"
Location:
Galerie Convergences
22, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 77 20
Mobile : +33 (0)6 24 54 03 09
Mail : graisvalerie@yahoo.fr
Internet Site : www.galerieconvergences.com
Description:
Marcelle Loubchansky / Anne Slacik

Vernissage le jeudi 5 septembre à partir de 18 heures
Exposition du 6 au 25 septembre et du 9 au 19 octobre 2019
Ouvert du mardi au samedi de 14 à 19 heures

Vernissage de l'exposition "Au loin tout devient bleu (Novalis)"
Anne Slacik, L'Avril (Violet outremer), diptyque, pigments, huile/toile, 195x195cm, 2010

Vernissage de l'exposition "Au loin tout devient bleu (Novalis)"
Marcelle Loubchansky, Technique mixte/carton marouflé sur toile, 60x80cm, 1973

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Crash Test"
Location:
Galerie Mansart
Galerie François Mansart
5, rue Payenne
75003 Paris
M° Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)9 52 48 86 08
Mail : contact@galerie-mansart.fr
Internet Site : www.galerie-mansart.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Crash Test"

CRASH TEST

thetOOth&therOOt
Nikita Kravtsov et Camille Sagnes Kravtsova

Commissariat :
Natalya Guzenko Boudier

Exposition :
6 - 22 septembre 2019

Vernissage :
jeudi 5 septembre à partir de 18h

« L'univers joyeux et naïf dans lequel est plongé le spectateur, est perturbant car en analysant les œuvres de près, il fait face à un terrible accident. » - Camille et Nikita Kravtsov
Un accident mortel de voiture, de train ou d'avion est une chose qui nous fascine et, en même temps, nous essayons d'ignorer et de repousser de notre champs de conscience. Dans notre société, l'idée de mort est cachée comme si elle ne faisait pas partie de notre existence.

La vie idéale, c'est une vie qui rejette tout ce qu'il y a d'inacceptable. Ce constat est un clin d'oeil à l'idée de "kitsch", chère à Milan Kundera : cette « station de correspondance entre l'être et l'oubli ». Ici, la vision d'un accident de voiture est une occasion dangereuse de ressentir la présence de la mort et, par conséquent, l'intolérable vérité de l'être.

Dans leur série « Crash Test » faite de collages sur toile avec des motifs découpés dans des vieux torchons de cuisine, les Kravtsov désamorcent la morbidité du réel en poussant l'expression du kitsсh à son paroxysme : l'accident devient un univers acidulé, joyeux et puéril. Leur art rejette la réalité et nous invite à rester dans une douce et confortable torpeur. Comme Camille et Nikita, nous nous amusons de ce que nous voyons, et nous nous accommodons bien volontiers de cet univers ludique et coloré qui nous garde à bonne distance de ce qui dérange.

Et parce qu'on ne s'amuse jamais autant qu'en étant soi-même joueur, les Kravtsov ont créé pour l'occasion de fausses voitures accidentées faites de cartons et de boîtes dans lesquelles le visiteur pourra monter pour se faire prendre en photo. Il rejoindra alors toute une galerie de parisiens photographiés à bord des engins dans divers lieux de la capitale quelques jours avant l'exposition.

Sortira-t-on indemne de ce Crash Test ?

#expocrashtest #thetoothandtheroot #galeriemansart

Vernissage de l'exposition "Crash Test"
Série Crash test, 2018, acrylique, collage textile 50x61 cm.

Vernissage de l'exposition "Crash Test"
Série Crash test, 2017, acrylique, collage textile et broderie, 50x50 cm.

Vernissage de l'exposition "Crash Test"
Série Crash test, 2018, acrylique, collage textile et broderie, 50x61 cm.

Vernissage de l'exposition "Crash Test"
Série Crash test, 2018, acrylique, collage textile 50x61 cm.

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Ernst Haas, La couleur visionnaire"
Location:
Les Douches La Galerie
5, rue Legouvé
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)1 46 07 10 84
Fax : +33 (0)1 42 38 93 01
Mail : contact@lesdoucheslagalerie.com
Internet Site : www.lesdoucheslagalerie.com
Description:
Exposition du 6 septembre au 9 novembre 2019
Du mercredi au samedi de 14h à 19h, ou sur rendez-vous
Vernissage le jeudi 5 septembre de 18h à 21h

Les Douches la Galerie a le plaisir de présenter sa deuxième exposition dédiée à l'œuvre singulière d'Ernst Haas. La couleur visionnaire rassemble près de quarante tirages, pour la plupart inédits, témoignant de l'intemporalité de son œuvre. Prises entre 1952 et 1981, les photographies présentées cultivent une ambiguïté proche de l'abstraction et sont traversées de reflets, de superpositions, de cadrages décentrés et d'effets de flou.

Vernissage de l'exposition "Ernst Haas, La couleur visionnaire"
Ernst Haas
Caen, France, 1976
Tirage chromogène, posthume

Vernissage de l'exposition "Ernst Haas, La couleur visionnaire"
Ernst Haas
Third Avenue Reflection, New York City, USA, 1952
Tirage chromogène posthume

Vernissage de l'exposition "Ernst Haas, La couleur visionnaire"
Ernst Haas
New York, 1978
Tirage chromogène posthume

Vernissage de l'exposition "Ernst Haas, La couleur visionnaire"
Ernst Haas
New York City II, USA, 1953
Tirage chromogène posthume

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Hugues Aufray par Tony Frank"
Location:
Galerie Dina Vierny
36, rue Jacob
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 42 60 23 18
Mail : contact@galeriedinavierny.fr
Internet Site : www.galeriedinavierny.fr
Description:
du 6 septembre au 2 novembre 2019

À l'occasion du 90ème anniversaire de Hugues Aufray, Olivier Lorquin présente à la Galerie Dina Vierny une sélection de portraits réalisés par Tony Frank qui retrace la carrière du chanteur, à partir du 6 septembre jusqu'au 2 novembre 2019.

Interview de Hugues Aufray et de Tony Frank

- Parlez-nous de votre rencontre ?
Hugues Aufray : J'avais 32 ans, depuis dix ans je chantais dans des cabarets. J'avais envie de
changer de métier, aller faire l'école des Beaux-Arts, mais j'ai gagné un concours qui m'a permis
de signer un contrat chez Barclay. On m'a dit que j'avais besoin d'un photographe. Après 1961,
Tony Frank sonne à ma porte et je vois un jeune homme avec une chevelure magnifique, une
silhouette élégante, quelque chose de Bob Dylan.
Tony Frank : À ce moment là, je travaillais pour le magazine Nous les Garçons et les Filles, ils
m'ont demandé de faire un sujet sur Hugues.
Hugues Aufray : Et quelques mois plus tard, Jean-Marie Périer de Salut les Copains souhaitait
recruter des photographes et je lui ai parlé de Tony Frank, il a vu ses photos et Tony est entré
dans l'équipe de Salut les Copains.

- Comment est Hugues Aufray face à l'objectif ?
Tony Frank : Il est à la fois détendu et un peu difficile sur les détails, on finit par tomber d'accord, on se complète, on a une vraie réflexion artistique et je connais ses meilleurs angles.
Hugues Aufray : Quand j'étais jeune je pensais que je n'étais pas un beau garçon, devant un photographe je suis un peu pénible parce que je me trouve moche, je fais en sorte de poser avec le bon profil.

- Racontez-nous vos meilleurs souvenirs et anecdotes au cours des prises de vue ?
Hugues Aufray : Il est photographe, moi chanteur, mais je voulais être peintre au départ, donc j'ai toujours eu l'idée du décor. Par exemple pour le magazine Nous les garçons et les filles, nous sommes allés à la Gare de Lyon pour faire une série de photos devant l'écusson d'un wagon de la compagnie des wagons-lits, bleu marine en cuivre avec l'emblème d'un lion. Parce que j'adore les trains, ça me fait penser aux voyages.
Tony Frank : Deux fois, Hugues m'a appelé pour me dire « Viens tout de suite on va faire des photos à Paris sous la neige, on ne saura même pas que c'est à Paris ». La première fois nous avons fait des photos utilisées sur une pochette de disque et la seconde, quelques années plus tard, les images ont servi pour des magazines et sont visibles dans la galerie pendant l'exposition. D'autres anecdotes de tournées trop longues à raconter...

- Des projets dans le futur à venir ?
Hugues Aufray : Un concert à la Salle Pleyel le 18 octobre à venir. Puis je vais sortir un disque
début 2020 et ensuite un livre, courant 2020.
Tony Frank : Des expositions. Toujours des expositions.

Vernissage de l'exposition "Hugues Aufray par Tony Frank"
Hugues Aufray, 1964
© Tony Frank

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Icônes"
Location:
Galerie Argentic
43, rue Daubenton
75005 Paris
M° Censier - Daubenton
France
Mobile : +33 (0)6 08 90 51 33
Mail : argentic@argentic.fr
Internet Site : www.argentic.fr
Description:
Vernissage de l'exposition de photographies "Icônes"

Le jeudi 5 septembre à partir de 18h vous avez rendez-vous avec : Alain, Andy, Anita, Ava, Brigitte, Catherine, Charlie, Clark, Claudia, Elizabeth, Elvis, Frieda, Gerard, Grace, Greta, Jacques, James, Jayne, Jean, Louise, Maria, Marilyn, Mia, Michel, Michèle, Mick, Mohammed, Monica, Pablo, Paul, Robert, Romy, Salvador, Serge, Sophia, Steve, Walt, Yves, Zao et leurs ami(e)s photographiés par Eve Arnold, Gaston Bergeret, Denis Brihat, Walter Carone, André de Dienes, Robert Doisneau, Michel Giniès, Milton Greene, Tony Grylla, Serge Hambourg, Yousuf Karsh, Sam Levin, Linda McCartney, Martine Peccoux, Tazzio Secchiarolli, Sam Shaw, Jeanloup Sieff, Clarence Sinclair Bull, Christine Spengler, Bet Stern, Alfred Wertheimer,...

Plus d'une centaine de tirages, pour la plupart vintages, provenant directement des photographes ou de collections privées, seront présentés, à la vente chez ARGENTIC pour la première fois. Cette exposition a été réalisée avec la participation de la galerie ZK.images.

Exposition du jeudi 5 septembre au samedi 12 octobre
ouvert du mardi au samedi et de 15h à 19h

Vernissage de l'exposition "Icônes"
Cary Grant & Eva Marie Saint
La Mort aux trousses (North by Northwest)

[18:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Improbable Planète"
Location:
Villa Belleville
Résidence de Paris Belleville
23, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville, Couronnes
France
Mail : contact@villabelleville.org
Internet Site : www.villabelleville.org
Description:
Vernissage Improbable Planète - Élèves de l'Option E

"Parce que la profession d'artiste est celle qui se rapproche le plus de celle d'entrepreneur (...) nous devrions regarder comment les artistes sont formés pour repenser la façon dont nous formons des entrepreneurs"
Steve Blank, Paris 21 nov. 2017 (célèbre fondateur de la méthode Lean Startup et professeur à Stanford).

Conçu par Sylvain Bureau (ESCP Europe) et Pierre Tectin (artiste), Improbable est un atelier de 3 jours qui permet d'apprendre à entreprendre par la création artistique. Comme n'importe quel entrepreneur de la Silicon Valley, les participants développent, par passion, une proposition improbable qui pourrait changer notre monde.

Depuis 2011, plus de 1500 personnes ont suivi Improbable à ESCP Europe et le séminaire est aujourd'hui répliqué et enseigné à l'Université de Stanford, HEC Montréal, l'Université d'Oulu en Finlande, Mistletoe au Japon ou encore l'école 42 en France. Ce développement est soutenu par l'Ecole Pro du Centre Pompidou qui est depuis cette année notre principal partenaire du monde de l'art.

Vous voulez vivre une expérience Improbable et rendre votre organisation plus entrepreneuriale, contactez Mallaury Minot (mminot@escpeurope.eu).

[18:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Invisible Infinity"
Location:
Galerie Yoshii
8, avenue Matignon
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, Saint-Philippe-du-Roule, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 43 59 73 46
Fax : +33 (0)1 49 53 04 05
Mail : info@galerieyoshiiparis.com
Internet Site : www.galerieyoshiiparis.com
Description:
Exposition collective de 8 artistes japonaises

Exposition du 5 au 21 septembre 2019
Du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h
Vernissage jeudi 5 septembre 2019 de 18h à 20h

Artistes participantes :
Akiko Hoshina, Adoka Niitsu, Orié Inoué, Sanami Kakutani, Aya Takagi, Koko Noguchi, Mayumi Inoué, Shoko Matsuyama

Cette exposition présentant une sélection des œuvres de huit artistes japonaises qui ont réalisé une résidence à la Cité internationale des Arts avec le« Joshibi Paris Prize » de l'Université Joshibi - Art & Design, Japon. Elle fait suite à l'exposition « Future Mythologie Diaries » à la Galerie Cité internationale des Arts en juin 2019 de laquelle sont choisies les pièces principales.

L'exposition illustre les connexions qui existent entre la vie quotidienne et le futur. Tandis que certains travaux s'intéressent aux échanges qu'ont établis l'être humain et la nature, d'autres projets se concentrent sur les enjeux sociaux et historiques en interrogeant les notions de traces et de souvenirs.

À une époque où, au Japon, seuls les hommes avaient accès à l'enseignement supérieur, l'Université Joshibi a été fondée en 1900 sur le principe de « l'indépendance des femmes grâce à l'art », destiné à favoriser leur ascension sociale en leur permettant aussi de devenir professeurs dans ce domaine. Dotée de plusieurs ateliers propices à une expression foisonnante que ce soit sur le campus Suginami (situé près de Shinjuku au centre de Tokyo) ou sur le vaste campus Sagamihara, cet établissement a révélé moult talents (graphistes, créatrices, enseignantes...).

Chaque année, y est décerné à une étudiante diplômée le « Joshibi Paris Prize » dont la lauréate a le privilège d'effectuer une résidence à la Cité internationale des arts, en France. Le prix est attribué sous le patronage de la « Fondation Fumiko Ōmura ». Afin de soutenir des artistes féminines et des chercheuses internationales, cette structure a été créé en 1999 par le Docteur Satoshi Ōmura, biochimiste lauréat du « prix Nobel de physiologie ou médecine ». En découvrant de nouvelles substances à partir de micro-organismes présents dans le sol, ce savant a guéri d'innombrables malades. Le nom de sa Fondation rend hommage à son épouse.

Grâce à l'aide du fondateur de la GALERIE YOSHII, M. Chozo YOSHII, qui a coopéré lors de l'établissement de l'atelier à la Cité internationale des Arts à Paris 4ème arrondissement, l'Université Joshibi célèbre les 20ans d'une féconde collaboration avec la Cité internationale des Arts.

Huit femmes, aujourd'hui établies dans diverses villes européennes, y présentent une grande variété d'expressions : céramiques contemporaines, tissages, dessin, peintures, installations.


Akiko Hoshina
Née en 1971 à Gunma, Akiko Hoshina a obtenu en 1996 une maîtrise des beaux-arts à l'Université Joshibi d'Art et de Design. En 2008, elle a reçu le 9ème « Joshibi Paris Prize » et en 2012 une bourse du gouvernement japonais (programme d'études pour artistes prometteurs).
Ses dernières expositions : « 19th DOMANI » (Centre National des Arts de Tokyo en 2017), « Peaux » (APONIA Centre d'Art contemporaine à Villiers sur Marne en 2018), « Showcase Galerie » (Galerie d'Art Municipale de Yokohama, à Azamino en 2019). Résidence au musée départemental de la Céramique, Lezoux, Puy-de-Dôme(2010).
Akiko explore les facultés de la céramique à révéler la fragilité, l'invisibilité, le temps, la mémoire et l'émotion.
Elle vit et travaille aujourd'hui dans un village des Pyrénées.

Adoka Niitsu
Née en 1975 à Yamanashi, diplômée (Bachelor of Fine Arts) du Département de Sciences de l'Art de l'université Joshibi en 1998 ainsi que de l'Académie Internationale des Arts, Nouveaux Médias et Sciences (IAMAS) en 2000. Lauréate du « Joshibi Paris Prize » en 2007, elle a été également récompensée par la gouvernement japonais (dans le cadre du programme d'études pour artistes prometteurs) pour sa recherche à Séoul (2008-2009). Ses dernières expositions personnelles ont été présentées à la Galerie Yoshii (2018) et la Galerie Hors-Champs (2017) à Paris. Elle a participé à une exposition collective à la Galleria Daniele Agostini à Lugano (2019) et à la Gallerie delle Prigioni de la Fondation Benetton à Trévise (2018).
Ses recherches ont été consacrées à l'histoire de la transmission des images. En mêlant diverses techniques et en employant des matériaux naturels, elle redéfinit la position des médias analogiques à l'âge de la reproduction digitale.

Orié Inoué
Née en 1983 à Saitama, vit et travaille à Dijon. Diplômée en 2008 d'un Master en Art et Création à l'Université Joshibi d'Art et de Design, elle obtient en 2011 le « Joshibi Paris Prize » et s'installe définitivement en France en 2012.
À travers ses dessins, volumes et installations incluant l'utilisation de matières organiques, elle poursuit ses recherches sur les mystères du vivant.
Pour ses derniers expositios : CENTRE VITRUVE(2019), Galerie Da-End, Paris(2019), Galerie Gratadou-Intuiti, Paris(2018), Galerie Maison d'Art, Tokyo(2018), Illuminum Gallery, Londres(2016), YIA ART FAIR, Basel Art Center, Bâle(2017), YIA ART FAIR, Square Brussels Meeting Centre, Bruxelles(2017), Micheko Galerie, Munich(2017), etc.

Sanami Kakutani
Née à Aomori en 1982, a grandi à Kanagawa, diplôme du MFA, département de peinture à l'huile, Université Joshibi d'Art et de Design en 2007. Distinguée par le « Joshibi Paris Prize » en 2018, elle vit et travaille à Paris.
Elle peint ce qu'elle a personnellement expérimenté dans la vie quotidienne et tente d'en extraire l'universalité sur ses toiles.
Ses dernières expositions personnelles se sont tenues à la Gallery Forgotten Dreams, Tokyo (2016) et à la SEN Art Gallery, Tokyo(2013). Elle a également présenté son travail dans le cadre d'expositions collectives : "MINA-TO Art Wall Sanami Kakutani", MINA-TO, Tokyo (2019), "SICF18 Winners exhibition", Spiral Garden, Tokyo (2018), et "Painting Exhibition by young graduates", Joshibi Art Gallery Shanghai, China (2015).

Aya Takagi
Née à Chiba en 1977. Vit et travaille à Paris. Diplômée en 2002 de l'Université Joshibi d'Art et de Design. Sixième « Joshibi Paris Prize » en 2005. Bourse de trois ans du ministère de la Culture du Japon en 2007.
Lauréate de la fondation Pola en 2011. Lauréate de la fondation Nomura en 2012 et 2015. Les peintures d'Aya Takagi sont souvent inspirées par des préoccupations humanistes, qu'elle exprime grâce à sa maîtrise de l'anatomie artistique et des techniques de peinture à l'huile et a tempera.
Expositions récentes : Galerie Saint-Germain, Université Paris Descartes(2012, 2015), Villa Finaly, Florence(2013), Salon « Comparaisons » au Grand-Palais, Paris(2015), Fondation Taylor, Paris (2015), Musée de Pola, Tokyo (2017), Art Fair Tokyo (2017).

Koko Noguchi
Née à Saitama en 1970. Vit et travaille à Paris depuis 2001.
Elle reçoit en 1993 le diplôme de l'Université Joshibi d'Art et de Design dans la spécialité Peinture Japonaise. Lauréate en 2001 du « Joshibi Paris Prize ».
Koko Noguchi utilise des fraises en papier dans son travail récent pour explorer la frontière et les interactions entre le visible et de l'invisible.
Elle bénéficie d'une bourse (Overseas Study Program for Artists) du Ministère de la Culture japonais (2002) et de la POLA Art Foundation (2003). Lauréate de la Fondation Coffim à Paris (2002) et Prix Spécial Arte Laguna, Arsenale, Venise, Italie (2011). Elle participe au POLA Museum Annex Exhibition, Ginza, Tokyo (2012), Ueno Royal Museum, Tokyo, VOCA Exhibition (2004).

Mayumi Inoué
Née à Fukuoka en 1988. Diplômée du département des arts de la mode de l'université Joshibi en 2012, elle a aussi remporté le prix du musée des arts de Joshibi. Responsable du contenu et réalisatrice d'un journal télévisé de 2012 à 2018. Elle a remporté le « Joshibi Paris Prize » en 2017 et séjourne à la Cité Internationale des Arts, Paris, à partir de 2018.
Elle crée des installations avec des matériaux textiles tels que les cheveux et les fils. Elle cherche ce qui la relie à la société à travers son propre corps et sa mémoire.
Sa principale exposition de groupe, "Vêtements pour livres", a eu lieu à GALLERYGALLERY, Kyoto (2016), et à AXIS GALLERY "Exposition Sanada juku - Volupté" Tokyo (2018). Elle a également travaillé sur le spectacle "Passé - Lumière - Futur" à la Cité Internationale des arts, Paris (2018).

Shoko Matsuyama
Née à Tokyo où elle vit et travaille, ainsi qu'à Cologne en Allemagne. Diplômée en 1995 (Bachelor of Fine Arts) de l'Université Joshibi d'Art et de Design. De 1997 à 1998, elle suit le B-semi Contemporary Art schooling system à Kanagawa au Japon. Entre 2008 et 2010, elle étudie à la Kunstakademie de Düsseldorf en Allemagne, parmi des étudiants invités par le professeur Rosemarie Trockel.
Ses œuvres sont exposées : au Doppelgänger Het Wilde Weten de Rotterdam en Hollande (2013), au Klaipėda Culture Communication Centre en Lithuanie (2011), au "Kosmoplen" LWL Industriemuseum Zeche d'Hannovre en Allemagne (2009), à "When you wake up", Kjubh e.V. à Cologne en Allemagne (2010). Elle a reçu une bourse de la Nomura Cultural Foundation Scholarship de Tokyo au Japon (2011).
« Quel est le déclencheur de la prémonition, de la mémoire ? Harmoniser les contraires, réfléchir à des signes invisibles et imperceptibles : voilà l'impulsion de mon travail. »

Vernissage de l'exposition "Invisible Infinity"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "L'eau qui coule en nous"
Location:
Le Marais
Marais
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville, Rambuteau, Arts et Métiers
France
Description:
32 Rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris

La galerie L'ŒIL BLEU et Oficina Marques vous convie au première vernissage de l'exposition "L'eau qui coule en nous" des artistes Gezo Marques et José Aparício Gonçalves, le Jeudi 5 septembre à 18h.

Vernissage de l'exposition "L'eau qui coule en nous"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "My body ≠ Ta chose"
Location:
Maëlle Galerie
1-3, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville
France
Phone : +33 (0)6 14 80 42 00
Mail : contact@maellegalerie.com
Internet Site : www.maellegalerie.com
Description:
Bárbara Wagner et Benjamin de Burca, Jean-François Boclé, Christto & Andrew, Juan Downey, Paulo Nazareth, Desi Santiago, Sosa
Commissariat Rolando J. Carmona

Vernissage le jeudi 05 septembre 18h00-21h00

« Je n'ai pas la prétention d'être jolie. J'ai les genoux pointus et les seins comme un garçon de dix-sept ans. Mais si mon visage est maigre et laid, si les dents me sortent de la bouche, mes yeux sont beaux et mon corps intelligent (1) ».
Le 2 octobre 1925, une femme noire illumine La Revue nègre au Théâtre des Champs-Élysées ; elle danse le Charleston, avec une jupe faite de bananes. Cette femme brillante, c'est Joséphine Baker.Ayant échappé au racisme américain, elle a très vite compris la dynamique du « bon sauvage ». À son arrivée à Paris, elle utilise son « corps intelligent » et s'auto-instrumentalise pour se libérer, développant une corporalité animale « naturelle », qui fait d'elle la première étoile noire en France.
Si l'esclave Sawtche (2) était placée dans une cage comme un objet de désir, Joséphine Baker devient volontairement un personnage curieux, digne d'une exposition universelle. Mais qui désire une curiosité couverte de bananes ? « [Lorsque l'on] examine la nature de l'accueil que les Européens lui ont réservé, on constate le même rejet raciste, mais exprimé de manière autre, un racisme subtil et biaisé qui a fait d'elle, la représentante d'une sexualité primitiviste débridée et diabolique à la fois, une sexualité noire capable d'assouvir tous les fantasmes érotiques du mâle blanc, chrétien et dompteur du monde sauvage.(3) ») Pour être libre, Baker devait mettre son corps au service du désir exotique. Cette relation se prête à plusieurs lectures, mais celle qui nous intéresse ici, c'est celle de ce « corps intelligent », tour de force toujours aussi pertinent dans le monde contemporain.

My body ≠ Ta chose est un projet où l'autre est intentionnellement réifié pour survivre à l'exotisme. Évoquant l'esprit de Joséphine Baker, l'exposition n'a pas vocation à dénoncer ou victimiser. Au contraire, l'intention est de mettre en lumière des dynamiques où le contrôle de l'autre est exercé à partir de sa propre corporalité. My body ≠ Ta chose montre une sorte de « servitude volontaire » où le freak (4) est un piège au service de l'autre. Des œuvres où l'artiste se moque de l'archétype tropical-sauvage à travers ce symbole ≠ qui représente l'égalité et aussi la non-appartenance.

Ce dispositif ne se limite pas à la manipulation du désir. Dans d'autres contextes, le corps, de manière intuitive, peut se défendre avec une attitude "sauvage", face à l'agressivité du regard de l'autre.Un exemple majeur est l'oeuvre Laughing Alligator créée par Juan Downey durant un voyage en Amazonie en 1978. Dans cette œuvre, l'artiste et sa famille parcourent la jungle de l'Amazonie pour enquêter sur l'architecture funéraire des Yanomami. Au milieu de la forêt, avec une caméra à la main, à un moment du parcours, Downey retourne sa caméra face aux guides Yanomami qui par instinct sortent leurs arcs et leurs flèches dans un geste intuitif de défense.

Cette animalité intuitive, dans certains cas est aussi un objet de dérision. Dans les régions touristiques de l'Amazonie on voit cette réaction se répéter : les indigènes caricaturent leurs corps et leur culture pour exploiter le regard du touriste. Que ce soit de manière intuitive comme les Yanomami dans la vidéo de Downey, ou prémédité comme l'indigène de l'ethnie Pemón qui se déguise en Pocahontas pour toucher 1$ par photo ; ce processus d'intelligence corporelle est fascinant. Il a été source d'inspiration constante pour pluiseurs créateurs et d'artistes contemporains conscients des dynamiques post-coloniales. Jean-François Boclé, évoque ce dispositif proposant la phrase Mon cannibalisme avale ton capitalisme ; une expression ambiguë qui fait référence directe au fantasme de l'homme sauvage qui se montre « non-soumis » face à l'exploitation blanche. Paulo Nazareth, métisse brésilien, se met le crâne d'un cheval sur son visage pour mettre en vente son image d'homme bestial. Cette pièce se superpose à Andrómeda de Desi Santiago, un paysage tropical en silicone translucide qui donne l'impression d'être fait de fluides corporelles. Christto + Andrew où l'archétype tropical devient une image artificielle sucrée en putréfaction. Fannie Sosa, elle, avec un humour de « youtubeuse » nous présente Cosmic ASS, un documentaire dans lequel elle analyse le sentiment symbolique et spirituel des mouvements du Twerk (3). Ce documentaire pose des bases pour mieux comprendre la vidéo du duo brésilien Bárbara Wagner et Benjamin de Burca. Comme une série d'annotations sur les relations entre corps, caméras et mouvements présents dans la documentation d'une danse typique du Nord-Est du Brésil, FAZ QUE VAI (SET TO GO) commente les significations du carnavalesque à l'intérieur des diverses stratégies de préservation du Frevo (5) en tant que symbole des corps marginaux et non comme un produit commercial.

Mon corps n'est pas ta chose est un récit intime dans l'espace public. Chacune de ces oeuvres parle de protections construites à partir de la mémoire génétique. Chacune parle de ce corps « intelligent et animal » qui se met sur la défensive avec un sourire, quant il se sent exploité... une parade qui ne concerne pas seulement le « bon sauvage ». Cette animalité habite aussi l'intérieur de toutes les femmes hyper-féminines dont le regard glacial et la beauté coupe le souffle.

Rolando J. Carmona


(1) _Josephine Baker, entretien pour Marseille-Matin, le 21 novembre 1931.
(2)_ Saartjie Baartman, parfois prénommée Sarah Baartman, de son vrai nom Sawtche, née vers 1788-1789 en Afrique du Sud et morte en 1815 à Paris, était une femme réduite en esclavage et exhibée en Europe pour son large postérieur, où elle était connue sous le surnom de « Vénus hottentote ».
(3)_ WENDL, Tobias. (2006).
(4)_ Populaire. Nom que se donnent certains marginaux.
(5)_ Le frevo est un genre musical carnavalesque et une danse du Brésil, principalement joué et dansé dans le nord-est du pays. L'UNESCO le déclare Patrimoine culturel immatériel de l'humanité en décembre 2012.

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Synchronies invisibles"
Location:
Fondation Taylor
1, rue La Bruyère
75009 Paris
M° Saint-Georges
France
Phone : +33 (0)1 48 74 85 24
Fax : +33 (0)1 48 78 13 54
Mail : contact@fondationtaylor.com
Internet Site : www.fondationtaylor.com
Description:
Du 5 au 28 septembre du mardi au samedi de 13h à 19h
Vernissage le jeudi 5 septembre 2019, de 18h à 21h

Commissaires : Lurdi Blauth, artiste visuel et professeur de l'Université Feevale, Dominique Aliadière, graveur et président de l'association « Graver Maintenant » et Ana Sartori, artiste visuel et membre du conseil d'administration de cette association.

Le projet Synchronies invisibles est un échange artistique entre 16 artistes de l'association « Graver Maintenant » et 16 artiste brésiliens. Il propose la création d'images nouvelles : un fragment d'une œuvre de chaque artiste a été utilisé comme point de deépart pour chaque artiste de l'autre pays. Cette proposition a permis aux participants d'œuvrer dans un cadre inattendu : la dislocation d'un élément a créé une dynamique comparable à celle d'un jeu d'échecs où le mouvement d'une pièce modifie la partie, tout en conservant la visibilité de l'ensemble.

Artistes brésiliens : Nara Amélia Melo da Silva, Lurdi Blauth, Clara Bohrer, Antonio Augusto Bueno, Marinès Busetti, CAVA (Wilson Cavalcanti), Alexandra Eckert, Helena Kanaan, Jander Rama, Marcia Rosa, Maristela Salvatori, Arlete Santarosa, Fernanda Soares, Claudia Sperb, Bruno Tamboreno, Vera Maria Leitão Wild.

Artistes français : Dominique Aliadière, Christophe Annot, Michèle Atman, Isabelle Béraut, Rosa Burdeos, Sophie Domont, Joëlle Dumont, Eric Fourmestraux, Christine Gendre-Bergère, Brigitte Kernalèguen, Ximena Léon de Lucero, Julien Mélique, Dominique Moindraut, Isabel Mouttet, Ana Sartori, Pascale Simonet.

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Visions / Perceptions"
Location:
Triode Showroom
28, rue Jacob
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 29 40 05
Fax : +33 (0)1 44 49 97 66
Mail : contact@triodedesign.com
Internet Site : www.triodedesign.com
Description:
PDW19 | Visions / Perceptions - Cocktail Party

A l'occasion de la Paris Design Week, Triode vous invite à découvrir les nouveautés de Calico Wallpaper, John Hogan et Ladies & Gentlemen Studio. Ces trois designers américains soutenus par la galerie se réunissent pour explorer les phénomènes de perception illusoire à travers l'installation VISIONS / PERCEPTIONS. Trois œuvres distinctes dialoguent entre elles et créent un environnement où se mêlent réalités matérielles et illusions d'optiques.

cocktail party le 5 septembre de 18h à 21h
{ EN PRESENCE DES DESIGNERS }

Vernissage de l'exposition "Visions / Perceptions"

[18:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Été indien"
Location:
Galerie Kamel Mennour (rue Saint-André des Arts)
47, rue Saint-André des Arts
Hôtel de la Vieuville (fond de cour)
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Michel, Mabillon, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 56 24 03 63
Fax : +33 (0)1 40 46 80 20
Mail : galerie@kamelmennour.fr
Internet Site : www.kamelmennour.fr
Description:
Group show with:
Neïl Beloufa
Hicham Berrada
Mohamed Bourouissa
Valentin Carron
Latifa Echakhch
Liam Everett
Petrit Halilaj
Camille Henrot
David Hominal
Alicja Kwade
Matthew Lutz-Kinoy
Christodoulos Panayiotou
Robin Rhode

September 5 - October 5, 2019

Opening on Thursday, September 5th, from 6 pm to 8 pm.

[18:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Été indien"
Location:
Galerie Kamel Mennour (avenue Matignon)
28, avenue Matignon
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 79 74 12 20
Mail : galerie@kamelmennour.fr
Internet Site : www.kamelmennour.fr
Description:
Group show with:
Neïl Beloufa
Hicham Berrada
Mohamed Bourouissa
Valentin Carron
Latifa Echakhch
Liam Everett
Petrit Halilaj
Camille Henrot
David Hominal
Alicja Kwade
Matthew Lutz-Kinoy
Christodoulos Panayiotou
Robin Rhode

September 5 - October 5, 2019

Opening on Thursday, September 5th, from 6 pm to 8 pm.

[18:00-22:00] Vernissage de lithographies de l'Imprimerie Mourlot
Location:
Atelier Véron
31, rue Véron
75018 Paris
M° Blanche, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 23 45 44
Mail : atelierveron@gmail.com
Internet Site : www.atelier-veron.com
Description:
Vernissage en présence d'Eric Mourlot

RSVP avant le 1er septembre à atelierveron@gmail.com ou par téléphone au +33 1 55 79 01 58

Vernissage de lithographies de l'Imprimerie Mourlot

[18:00-21:00] Vernissages de Caroline Le Méhauté et Charlotte Gunsett
Location:
H Gallery
ex. Galerie Sisso
90, rue de la Folie-Méricourt
75011 Paris
M° Oberkampf, Parmentier, République, Goncourt
France
Phone : +33 (0)1 48 06 67 38
Mail : galerie@h-gallery.fr
Internet Site : www.h-gallery.fr
Description:
Expositions du 6 septembre au 5 octobre 2019
du mardi au samedi de 14h à 19h

Caroline Le Méhauté
"Sauvages"

Caroline Le Méhauté, artiste franco-belge reconnue, présente une exposition intitulée Sauvages. Son travail réunit différents médiums tels que l'installation, la photographie (cyanotypes), la sculpture (tourbe d'Irlande, fibre de coco, cire d'abeille, métal) ainsi que des gaufrages sur papier. Selon Alexis Rastel, "l'artiste abolit la domination du percevoir sur le sentir, de l'optique sur l'haptique et empêche la distance entre l'homme et le monde de se creuser."

Vernissages de Caroline Le Méhauté et Charlotte Gunsett
Caroline Le Méhauté - Négociation 43 - Activité des obliques - 2011 - Tourbe de coco, technique mixte - 32 x 65 x 39 cm
Caroline Le Méhauté - Graphein 1 - 2019 - Cyanotype - 80x60cm


Charlotte Gunsett
"Vague à l'âme"

Charlotte Gunsett, diplômée des Arts décoratifs de Paris, présente Vague à l'âme, sa première exposition personnelle en galerie. Explorant des matériaux comme le sable et le verre à travers des techniques aussi recherchées que poétiques, l'artiste interroge nos souvenirs insouciants de vacances.

Vernissages de Caroline Le Méhauté et Charlotte Gunsett
Charlotte Gunsett - One shot - Verre soufflé, techniques mixtes - Dimensions variable
Charlotte Gunsett - Vague de sable - Sable, techniques mixtes - 50 cm x 50 cm

[18:30-23:55] 18ème édition du Festival Silhouette 2019
Location:
Parc de la Butte du Chapeau Rouge
5, avenue Debidour
75019 Paris
M° Pré-Saint-Gervais, Danube, T3 Robert Debré
France
Internet Site : equipement.paris.fr/parc-de-la-butte-du-chapeau-rouge-1811
Description:
Courts métrages et concerts
Parc de la Butte du Chapeau Rouge

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE


SOIRÉE DE LANCEMENT - MARDI 27 AOÛT

Rendez-vous au Le Hasard Ludique pour lancer la 18ème édition du festival !
Au programme de la soirée : ciné-karaoké et ambiance festive !


PARC DE LA BUTTE DU CHAPEAU ROUGE, PARIS 19ÈME

18h30 - RENDEZ-VOUS CINÉMA
Samedi 31 août - Dimanche 1er septembre - Mercredi 4 septembre
Pour rencontrer et échanger avec des professionnels autour d'enjeux du cinéma et du court métrage.

19h30 - CONCERTS
Tous les soirs du 30 août au 7 septembre

21h - PROJECTIONS
Tous les soirs du 30 août au 7 septembre

Lors de 7 soirées sur le Parc de la Butte du Chapeau Rouge, découvrez notre sélection internationale de courts métrages en tout genre : documentaire, hybride, fiction, clip et animation pour tout âges

Vendredi 6 septembre, découvrez la séance non compétitive « Passages », l'occasion de fêter les 18 ans de Silhouette. Au programme, une sélection de films courts tirés des précédentes éditions qui mettent en lumière le passage d'un âge à l'autre.


EN SALLES

Holiday Inn Express Paris - Canal de la Villette
Trois programmes internationaux pour le jeune public
Graines de spectateurs : dès 3 ans
Ciné-pousses : dès 6 ans
Cinéphiles en herbe : dès 9 ans

DOC
Un programme hybride regroupant des courts métrages à la recherche de structures formelles innovantes.

Grand Parquet
Un programme documentaire et un programme clip pour découvrir le court métrage différemment.


SOIRÉE BILINGUE LSF - DIMANCHE 1er SEPTEMBRE

Pour la deuxième année consécutive, Silhouette s'applique à rendre le festival accessible aux personnes sourdes et malentendantes. La soirée du dimanche est entièrement bilingue en langue des signes française: les interventions sont signées et l'intégralité des films est sous-titrée.


FOCUS PASSAGES - VENDREDI 6 SEPTEMBRE

À l'occasion de nos 18 ans, retrouvez une sélection de films courts tirés des éditions précédentes Silhouette, qui mettent en lumière le passage d'un âge à l'autre.


ÉCO-FESTIVAL

Lauréat du Trophée des événements éco-responsables parisiens en 2018, le Festival Silhouette s'engage année après année à renforcer son aspect durable. Cette année vous pourrez retrouver des ateliers éco-responsables tout au long du festival.

Nous vous recommandons d'apportez vos gourdes car nous ne vendons plus de bouteilles d'eau en plastique.

Éco-cups et pichets seront disponibles et consignés respectivement au prix de 1€ et 2€.


INFOS PRATIQUES

Soirée de lancement - Entrée gratuite
Le Hasard Ludique, 128 avenue de Saint-Ouen, 75018 Paris

Projections en plein air - Entrée gratuite
Parc de la Butte du Chapeau Rouge
5 avenue Debidour, Paris 19e
Métro 11 - Télégraphe
Métro 7bis - Pré St Gervais
Tramway 3bis - Hôpital Robert Debré
Accès aux personnes en situation de handicap

Projections en salles - Entrée gratuite
Holiday Inn Express - Canal de la Villette, 68 quai de la Seine, Paris 19ème
DOC ! - 26 Rue du Dr Potain, Paris 19ème
Le Grand Parquet - 35 Rue d'Aubervilliers, Paris 18ème

Toute la programmation, jour par jour, prochainement en ligne sur association-silhouette.com

18ème édition du Festival Silhouette 2019

[18:30-21:00] Cocktail Anniversaire UNIFOR
Location:
Flagship Store Molteni & C Dada
6, rue des Saints-Pères
75007 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 60 29 42
Mail : info@moltenidada.fr
Internet Site : www.molteni.it
Description:
Dans le cadre de Paris Design Week

Cocktail Anniversaire UNIFOR

[18:30-20:30] Lancement de "Chuck" de Marion Chapuis
Location:
Librairie La Régulière
78, rue Myrha
75018 Paris
France
Phone : +33 (0)9 83 43 40 69
Mail : contact@lareguliere.fr
Internet Site : www.lareguliere.fr
Description:
Venez découvrir la première édition de bande-dessinée des Editions 476 : "Chuck", de l'étoile montante Marion Chapuis !

A cette occasion, apéritif et dédicace en présence de l'autrice !

Lancement de "Chuck" de Marion Chapuis

[18:30-22:00] Le Rendez-vous des ESN - 2ème édition
Location:
Pavillon d'Armenonville
Allée de Longchamp
Bois de Boulogne
75116 Paris
M° Porte Maillot
France
Phone : +33 (0)1 44 30 11 11
Fax : +33 (0)1 44 30 11 12
Mail : l.jean@butard-enescot.com
Internet Site : www.pavillon-armenonville.fr
Description:
Un objectif pour cette soirée :
valoriser les acteurs de la transformation numérique !

Au Programme de 18h30 à 20h00, nous allons :
Présenter en exclusivité les résultats de l'étude « Grand Angle » sur la vitalité des ESN
Dévoiler le classement français des Entreprises de service du numérique
Récompenser des acteurs innovants du secteur à travers une remise de 7 prix du Trophée des ESN 2019

De 20h00 à 22h30 : Come-Back Party, un moment convivial pour networker autour d'un cocktail dînatoire.

>> RSVP

[18:30-21:30] The Cocktail Hour Exhibition - Opening Evening
Location:
SORS.
92, rue de Varenne
75007 Paris
M° Varenne
France
Mobile : +33 (0)6 03 22 02 70
Mail : info@galeriesors.com
Internet Site : www.galeriesors.com
Description:
IN CELEBRATION OF OUR EXCLUSIVE COLLABORATIONS WITH VARIOUS CREATORS OF COLLECTIBLE DESIGN, GALLERY SORS. HAS THE PLEASURE TO INVITE YOU TO THE EXPOSITION "THE COCKTAIL HOUR".

IN HONOR OF THE LAUNCH OF PARIS DESIGN WEEK ON SEPTEMBER 5, 2019, YOU WILL HAVE THE OPPORTUNITY TO DISCOVER NEW COLLECTIONS FROM OUR DESIGNERS, PLACED ON EXPOSITION ESPECIALLY FOR THE OCCASION, DURING OUR AFTERWORK COCKTAIL OPENING

COLLECTION A NOSTE///RÉMI CAPDEPUY ///2019

THE THINNESS COLLECTION GOLD LIMITED EDITION///06D ATELIER ///2019

ILLACIONS COLLECTIONS//SANNA VOLKËR///MIGUEL SUBIRÀS ///2019

NEW LIGHTING AND MIRROR EDITIONS///JAN GARNCAREK DESIGN///2019

NEW POLONAISE AND ERASED HERITAGE RUG SELECTIONS///JAN KATH RUG ART///2019

#PDW19 #Parisdesignweek #sorsparis #galeriesors

The Cocktail Hour Exhibition - Opening Evening

[18:30-21:00] The Conran Shop x Paris Design Week 2019
Location:
The Conran Shop
117, rue du Bac
75007 Paris
M° Sèvres - Babylone, Saint-François-Xavier
France
Phone : +33 (0)1 42 84 10 01
Internet Site : www.conranshop.fr
Description:
The Conran Shop célèbre la Paris Design Week 2019 et présente en avant-première et en exclusivité, à travers une installation inédite, Stilnovo, marque italienne de luminaires iconiques. L'occasion également de découvrir éditions exclusives et nouveautés en collaboration avec Knoll, Vitra, Carl Hansen & Søn.

>> RSVP

[18:30-21:00] Vernissage de Baek Ji-Eun "Température"
Location:
L Concept Gallery
L'ime Art Gallery
78, avenue de Suffren
Village Suisse
Stands 17-18
75015 Paris
France
Mail : info@lconceptgallery.com
Internet Site : www.lconceptgallery.com
Description:
3 septembre - 10 septembre 2019
Vernissage le 5 septembre 2019 à partir de 18h30

L'exposition personnelle de Baek Ji-Eun sera programmée du 3 au 10 septembre sous le thème « Température » à la galerie L'IME ART, située près de la Tour Eiffel à Paris,

La température des émotions disparaît en un instant.
Le travail de l'artiste a commencé par la vive nécessité d'enregistrer ces précieuses traces.

Ce terrible et inattendu accident à ses 20 ans, se dressant tel un mur très élevé, est devenu un tournant décisif dans sa vie.

En temps normal, son handicap aurait seulement pu permettre de représenter un monde ligoté par son regard restreint.

Au travers de cette exposition, l'artiste tente de communiquer délicatement auprès du public avec ses œuvres « abstraites » exprimant de façon débordante la liberté sans cadre, s'affranchissant finalement du « concret » enfermé dans un cadre fixé au terme d'une longue agonie.

L'artiste Baek a médité longuement sur le sujet des « yeux » à travers son travail : les yeux constituent le point de départ du regard et l'unique moyen de communication entre l'artiste et le monde.

Comme pour offrir à ce monde éreinté un abri de tranquillité, elle travaille sur des éléments reposants comme les arbres et les fauteuils. Pour ce monde donc accablé de fatigue, elle a dessiné de manière intacte sa soif intérieure où elle a également mis son âme limpide souhaitant échanger avec ce monde.

Le monde de l'artiste et l'espace du monde est séparé comme une dichotomie entre le handicap et l'absence de handicap. En somme comme une frontière hétérogène séparée par une barrière élevée.

Le travail present dans cette exposition exprime parfaitement le langage de la lumière très personnel de l'artiste. Dans cet espace hétérogène où ne pouvait coexister le monde réel, l'artiste Beak.

Le travail de Baek évoque celui des impressionnistes pour qui la lumière était une couleur. Parmi ses représentants, cela m'a rappelé Claude Monet ou celui qui peignait la lumière.

Comme un Monet qui a voulu peindre les couleurs créées par la lumière et qui s'est libéré du concret de la forme, l'artiste Baek partage ce même désir d'expression.

Si les impressionnistes représentaient le mouvement de la lumière par les touches continues de pinceau sur une peinture encore fraîche, l'artiste le fait au couteau originalement en accumulant couche par couche la lumière brute pour exprimer les couleurs de sa lumière à elle.

Comme si elle ne voulait pas perdre les traces de ces moments précieux et délicats, comme si elle voulait les « naturaliser » avec beauté, elle a mis sur sa toile tous ces instants contenant sa volonté et celle d'autrui de s'élancer vers le bonheur.

- Ju Myung Sun, directrice de L'IME ART Gallery, Paris

Vernissage de Baek Ji-Eun "Température"

[18:30-21:00] Vernissage de Johanna Rylle
Location:
Le Pavé d'Orsay
48, rue de Lille
75007 Paris
M° RER C Musée d’Orsay, Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 61 13 24
Mail : lepavedorsay@gmail.com
Internet Site : www.lepavedorsay.org
Description:
Résidence d'été

VERNISSAGE :
jeudi 5 septembre à partir de 18h30

EXPOSITION :
du jeudi 5 au mardi 17 septembre

https://www.instagram.com/johanna.rylle

Vernissage de Johanna Rylle

[18:30-21:00] Vernissage de John Sanborn "Postcards from Post-America"
Location:
Galerie Tokonoma
47, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau, Etienne Marcel
France
Phone : +33 (0)9 82 57 72 25
Mobile : +33 (0)6 28 05 26 85
Mail : tokonoma.galerie@gmail.com
Internet Site : www.galerie-tokonoma.com
Description:
exposition d'œuvres vidéo de John Sanborn

Commissariat : Elisabeth Kepler et Stephen Sarrazin

John SANBORN, aperçu biographique

John Sanborn est un membre clé de la deuxième vague de vidéastes nord-américains comprenant Bill Viola, Gary Hill, Dara Birnbaum et Tony Oursler.
Ses œuvres couvrent les débuts de l'art vidéo expérimental des années 1970 à l'apogée de la musique/vidéos de MTV et de l'art interactif jusqu'à l'art actuel des médias numériques.
En y associant la musique, la danse et les performances, il a donné à l'art vidéo une dimension multimédia unique et en a fait une forme artistique véritablement nouvelle avec laquelle il a exploré les thèmes de la mythologie et de la mémoire.
Depuis 2015 John Sanborn a mis sa virtuosité technique au service d'une réflexion artistique sur la confusion dans laquelle nous plonge l'évolution actuelle de nos sociétés et sur les limites des différents modes d'expression dont nous disposons pour appréhender les mutations en cours.
Les œuvres de John Sanborn ont été présentées dans la plupart des grands musées (Whitney Museum, Museum of Modern Art, le Prado, le Centre Pompidou, la Tate Gallery, le musée Seibu...) et diffusées dans le monde entier, notamment pour PBS, avec Bill T. Jones, Philip Glass, Nam June Paik, Twyla Tharp, The Residents et David Gordon.

[18:30-21:00] Vernissage de Li Xiaoshi "Fluidité"
Location:
Vanities Gallery
16, rue Popincourt
sur cour
Code 4691#
75011 Paris
M° Voltaire
France
Phone : +33 (0)9 87 07 64 08
Mobile : +33 (0)6 75 21 39 11
Mail : vanitiesgallery@gmail.com
Internet Site : www.vanitiesgallery.com
Description:
Li XIAOSHI, professeur à la Luxun academy de Shenyang, présente une série d'aquarelles et de peintures où l'artiste continue de se dévoiler sans excès. Après son exposition itinérante en Europe nommée 'Transparences', elle invite le spectateur à se glisser dans son esprit lequel glisse tel l'éther entre rêve, inconscience et réflexion sur la société. Artiste sensible et discrète, elle nous permet d'observer un travail d'une très grande maîtrise où les aplats de couleurs répondent à une structuration très poussée de l'oeuvre.

Du 5 septembre au 12 octobre 2019

Vernissage de Li Xiaoshi "Fluidité"

[18:30-22:00] Vernissage de Morten Andersen "FAST CITY"
Location:
in )( between gallery
39, rue Chapon
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers, Réaumur - Sébastopol, Etienne Marcel
France
Phone : +33 (0)9 67 45 58 38
Mobile : +33 (0)6 86 42 88 81
Mail : info@inbetweengallery.com
Internet Site : www.inbetweengallery.com
Description:
in)(between record vol 41

Exposition - du jeudi 5 au mercredi 25 septembre 2019
Vernissage - le jeudi 5 septembre de 18h30 à 22h, en présence de Morten Andersen
Signature de livres - deuxième édition de "FAST CITY" le jeudi 5 septembre

Pour commémorer le 20e anniversaire du premier livre de Morten "FAST CITY" (Auto-publié / Hit Me! Oslo, novembre 1999) et le lancement de la deuxième édition à Paris (publié par Forlaget Fotografi May 2019)

L'idée de l'exposition est de commémorer le 20e anniversaire de "FAST CITY", son premier livre, de présenter à Paris les photographies d'époque qui ont donné naissance à ce livre et de lancer la seconde édition à Paris. Cette seconde édition a été lancée en mai 2019 au Nordic Light Festival - Kristiansund, Norvège.

"FAST CITY" est devenu une référence en matière de photographie. Il a été l'un des premiers livres à inclure à la fois des photographies couleur et noir et blanc. Depuis son édition il y a près de 20 ans, "FAST CITY" inspire les photographes qui veulent tenter d'adopter ce mélange. Ce livre est plus que les courants nommés "American City-Noir" et la "photographie de rue de nuit" Japonaise. Le style de photographie de Morten Andersen continue d'influencer particulièrement les européens notamment les scandinaves ainsi que les photographes du monde entier.

Pour nous, à in)(between, son style se situe dans la lignée de notre appétence pour ce courant de photographie japonaise et avec cette exposition (sa troisième à in)(between), nous visons à placer "FAST CITY" au côté des classiques Japonais.

En plus de l'exposition et de la présentation de la seconde édition de "FAST CITY", nous produirons des sérigraphies en éditions limitées de la photographie représentée sur la couverture du livre.

FASTCITY SECOND EDITION
Lancé au Nordic Light Festival 2019, Kristiansund, Norvège
Couverture Rigide Relié - 600 exemplaires 148x205 mm 120 pages - 58 photos
Éditeur : Forlaget Fotografi www.fotografi.no
Texte de Gerry Badger - Mêmes images que dans la 1ère édition, mais avec texte, couverture rigide et quelques modifications de conception.

Vernissage de Morten Andersen "FAST CITY"

[18:30-21:00] Vernissage de Sophie Le Roux "Le Jazz au bout des doigts"
Location:
Galerie HEGOA
16, rue de Beaune
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 61 11 33
Mobile : +33 (0)6 80 15 33 12
Mail : contact@galeriehegoa.com
Internet Site : www.galeriehegoa.com
Description:
Spécial hommage à Didier Lockwood

Vernissage de Sophie Le Roux "Le Jazz au bout des doigts"
© Sophie Le Roux - Didier Lockwood - Festival Jazz à Vienne, Isère, 2008

[18:30-21:00] Vernissage de l'Atelier Stéphane Fernandez
Location:
La Galerie d'Architecture
11, rue des Blancs-Manteaux
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 49 96 64 00
Fax : +33 (0)1 49 96 64 01
Mail : mail@galerie-architecture.fr
Internet Site : www.galerie-architecture.fr
Description:
Atelier Stéphane Fernandez
Imperfection
Pour une architecture silencieuse

exposition du 27 août au 21 septembre 2019

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Dans les yeux de Maiduguri"
Location:
Mairie du 2ème arrondissement
8, rue de la Banque
75002 Paris
M° Bourse
France
Phone : +33 (0)1 53 29 75 02
Fax : +33 (0)1 53 29 75 01
Mail : maire02@paris.fr
Internet Site : www.mairie02.paris.fr
Description:
Symbole des conséquences du conflit frappant le nord-est du Nigeria, Maiduguri est devenue une ville-refuge pour des millions de civils. Découvrez les visages et les histoires de ces populations.

Vernissage de l'exposition "Dans les yeux de Maiduguri"

Issue du travail du photographe nigérian Adah Clarence Ugbede (Gottay Photography), l'exposition "Dans les yeux de Maiduguri" donne à voir les visages et les histoires des populations déplacées et vulnérables de Maiduguri, au nord-est du Nigeria.

Parti à la rencontre des habitants et déplacés du quartier de Bolori II en octobre 2018, le photographe a fait la connaissance des bénéficiaires du programme dʼaide alimentaire mis en place par Première Urgence Internationale, avec le soutien dʼUSAID.

Ce sont leurs histoires et leurs visages quʼil invite à découvrir en salle des expositions de la Mairie du 2e du 2 au 20 septembre en Mairie du 2e.

Vernissage en Mairie le jeudi 5 septembre à 18h30

Vernissage de l'exposition "Dans les yeux de Maiduguri"

[18:30-20:30] Vernissage de l'exposition "Duddjot"
Location:
Institut finlandais
Centre culturel de la Finlande à Paris
60, rue des Ecoles
75005 Paris
M° Cluny - La Sorbonne, Saint-Michel, Odéon, RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 40 51 89 09
Fax : +33 (0)1 40 46 09 33
Mail : info@institut-finlandais.asso.fr
Internet Site : www.institut-finlandais.fr
Description:
6.9.-20.12.2019

Exposition de la galerie, projections cinématographiques, conférences et discussions - le programme d'automne de l'Institut finlandais est une myriade d'événements qui vont vous amener à découvrir les thèmes actuels de la culture sami.

L'exposition Duddjot (faire artisanalement en same du nord) propose le travail de 12 artisans Samis. Foulards, couteaux, bijoux, mitaines et sacs à main - la sélection présente des pièces traditionnelles et des créations moins conventionnelles combinant entre autres l'argent et les racines de bouleau. La grande salle accueille l'installation Ruossalas Bálgát (« la Croisée des chemins » 2014) d'Outi Pieski, artiste d'origine sami née en 1973. L'oeuvre est un dessin tridimensionnel représentant un paysage de collines, cher à l'artiste. Les franges de châles du costume traditionnel sami, gákti, sont nouées sur des pousses de sorbiers pelés en utilisant une technique traditionnelle artisanale. L'oeuvre appartient à la collection de Nordnorsk Kunstmuseum à Tromsø (Norvège). Le travail de Pieski est présenté simultanément à la Biennale de Venise au pavillon finlandais, et dans l'exposition collective A Greater Miracle of Perception du collectif Miracle Workers.

L'exposition Duddjot, placée sous le commissariat de Katja Hagelstam (galerie Lokal, Helsinki, Finlande) est produite en collaboration avec l'Association Sámi Duodji (Inari, Finlande). L'exposition fait partie du programme officiel de la Paris Design Week.

[18:30-21:00] Vitrine#2 avec Baxter
Location:
Silvera Bac
43, rue du Bac
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 53 63 25 10
Mail : bac@silvera.fr
Internet Site : www.silvera.fr
Description:
SILVERA SAINT-GERMAIN présente les nouveautés BAXTER

SILVERA SAINT-GERMAIN
209, Boulevard Saint-Germain
75007 Paris

RSVP
communication@silvera.fr

>> invitation












[19:00-21:00] Adidas Ozweego - Chilla
Location:
Théâtre Marigny - Robert Hossein
Carré Marigny
avenue De Marigny
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau, Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 53 96 70 30
Fax : +33 (0)1 53 96 70 31
Mail : tmarigny@theatre-marigny.fr
Internet Site : www.theatremarigny.fr
Description:
Pour le lancement de sa collection Ozweego, Adidas t'invite à son événement avec show de Chilla.

[19:00-22:00] Inauguration de l'hôtel Sinner Paris
Location:
Hôtel Sinner Paris
116, rue du Temple
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Temple
France
Phone : +33 (0)1 42 72 20 00
Mail : contact@sinnerparis.com
Internet Site : www.sinnerparis.com
Description:
Inauguration de l'hôtel Sinner Paris

[19:00-21:00] Nocturne de l'exposition de Hanne Friis "Phases"
Location:
Galerie Maria Wettergren
18, rue Guénégaud
75006 Paris
France
Phone : +33 (0)1 43 29 19 60
Mobile : +33 (0)6 77 63 28 81
Mail : info@mariawettergren.com
Internet Site : www.mariawettergren.com
Description:
du 24 mai au 27 juillet

La Galerie Maria Wettergren a le plaisir de vous inviter à la première exposition personnelle en France de l'artiste norvégienne, Hanne Friis. L'exposition Phases, du 24 mai au 27 juillet, présentera une sélection de sculptures en textile récentes. Les formes de Friis, à la fois délicatement condensées et tordues, flottent dans l'espace, sur les murs et sur le sol. Soigneusement pliées et cousues à la main, en soie, laine, denim où toile, l'artiste crée par des mouvements répétitifs des variations de forme, texture et couleur. Sa méthode, consistant à alterner des grandes drapés lâches et des plis étroitement cousus, permet à ces sculptures organiques de « respirer ». De loin, les figures apparaissent animées et, au gré de la tension des coutures, elles se courbent naturellement, exsudant une grande sensualité. Avant de se spécialiser dans l'art textile, Friis a étudié la sculpture et la peinture à l'Académie des beaux-arts, Trondheim entre 1992 et 1996. Elle est aujourd'hui considérée comme l'une des artistes norvégiennes contemporaines les plus influentes dans le domaine du l'art textile. Ses œuvres font partie de collections publiques et privées, telles que le Musée National des Arts d'Oslo et le Musée National des Arts Décoratifs, Trondheim, en Norvège. Ses dernières expositions incluent Révélations au Grand Palais, Paris en 2019, Tissage Tressage à la Fondation Villa Datris en France en 2018 et The Forgetfulness is Full of Memory à la Galerie Marso à Mexico, au Mexique en 2018.

L'exposition Phases de Hanne Friis coïncide avec la présentation de sa sculpture monumentale Shades of Black and Blue à 'Révélations : La Biennale Internationale Métiers d'Art & Création' au Grand Palais du 23 - 26 mai.

Vernissage de Hanne Friis "Phases"

[19:00-22:00] Partie de la rentrée Hermès
Location:
Hermès
24, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Madeleine, Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 40 17 47 17
Fax : +33 (0)1 40 17 47 18
Internet Site : www.hermes.com
Description:
Partie de la rentrée Hermès

[19:00-21:00] Rencontre avec Emmanuelle Favier pour son roman "Virginia"
Location:
L'Ecume des Pages
174, boulevard Saint-Germain
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 45 48 54 48
Internet Site : www.ecumedespages.fr
Description:
Rencontre avec Emmanuelle Favier pour son roman "Virginia"

[19:00-21:00] Soirée d'ouverture de Meet My Project et de 1000 VASES
Location:
Espace Commines
17, rue Commines
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 53 56
Fax : +33 (0)1 42 77 81 61
Mail : mc-bouhours@commines.com
Internet Site : www.espace-commines.com
Description:
Rsvp: info@meetmyproject.com

dans le cadre de la Paris Design Week

Soirée d'ouverture de Meet My Project et de 1000 VASES

[19:00-22:00] Vernissage d'Eric Turlot "Palimpsestes"
Location:
Levallois-Perret
Levallois-Perret
92300 Levallois-Perret
M° Louise Michel, Anatole France, Pont de Levallois
France
Internet Site : www.ville-levallois.fr
Description:
Médiathèque Gustave Eiffel
111 rue Jean Jaurès, 92300 Levallois-Perret

Les palimpsestes d'Eric Turlot font leur rentrée

Du 6 septembre au 2 octobre 2019.
Lundi -Mardi - Vendredi de 13h à 19h
Mercredi - 10h - 12h30 et 14h - 18h
Jeudi - 13h - 20h30
Samedi - 10h - 18h
Dimanche - 14h30 - 18h

Vernissage d'Eric Turlot "Palimpsestes"

[19:00-21:00] Vernissage de Hector Castells-Matutano "Para-Sites"
Location:
The Film Gallery
Re:Voir
43, rue du Faubourg Saint-Martin
75010 Paris
M° Château d'Eau, Strasbourg - Saint-Denis, Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)9 54 22 51 11
Fax : +33 (0)1 42 40 04 27
Mail : the@film-gallery.org
Internet Site : www.film-gallery.org
Description:
Vernissage de l'exposition le 5 Septembre 2019 à 19h00
La soirée commencera par une projection et une discussion.

"Mon travail se construit sur une sorte d'écologie visuelle basée sur la collection d'images que je produis ou que je trouve. Je travaille avec ces images pour produire des amorces de récits et des expériences visuelles. Je les transforme à travers le collage, le texte, l'installation, la colorisation. Je cherche ainsi à allier (et corrompre), les enjeux de l'abstraction (lignes, couleurs, formes et lumières) et de l'image type documentaire (archives, images trouvées, journal photographique). Cette recherche est pour moi le moyen de questionner l'altérité, de penser l'articulation de la différence. Elle permet, je crois, de ré-envisager la question du collectif et du rapport à l'autre, au sein d'espaces réels ou perceptifs."
Hector Castells-Matutano

http://www.hectorcastellsmatutano.com

Vernissage de Hector Castells-Matutano "Para-Sites"

[19:00-23:55] Vernissage de Jean-Louis Hupé "Slices Of Life"
Location:
L'Atelier Montmartre
6, rue Burq
75018 Paris
France
Phone : +33 (0)1 42 51 32 27
Mail : atelierburq@gmail.com
Description:
Le jeudi 5/09 l'Atelier célébrera le vernissage de l'exposition photographique "Slices Of Life" par le talentueux Jean Louis Hupé.

Avec sa série "Slices of life", le photographe Jean Louis Hupé interroge la place de l'être humain dans son environnement.
Ses 'tranches de vie' saisissent le bref passage de l'Homme, et donnent à voir son empreinte sur ce qui l'entoure.
S'attardant sur les petits détails, tant dans un style "street" qu'un style plus abstrait, l'artiste offre une ode à l'anonymat et pose la question de la futilité de la vie humaine.

https://www.instagram.com/jlhupephoto

Vernissage de Jean-Louis Hupé "Slices Of Life"

[19:00-21:00] Vernissage de Mazel, Gos & Walt
Location:
Galerie Daniel Maghen
Société Arts Graphiques
36, rue du Louvre
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli, Châtelet - Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 84 37 39
Mobile : +33 (0)6 07 30 31 66
Fax : +33 (0)1 42 22 77 86
Mail : info@danielmaghen.com
Internet Site : www.danielmaghen.com
Description:
La galerie Daniel Maghen a le plaisir de dédier son exposition de la rentrée à Mazel, Gos et Walt, des auteurs hors pair du style franco-belge de la grande époque et dignes héritiers de l'école de Marcinelle, du 27 août au 14 septembre 2019.

Reconnu autant pour la qualité de ses scénarios que pour son dessin au style classique et à l'encrage impeccable, Gos a collaboré avec les plus grands noms du 9e Art : Franquin, Peyo, Tillieux, Walthéry. Après un passage remarqué au Studio Peyo, il connaît rapidement le succès avec les aventures de son personnage phare : Le Scrameustache (éd. Glénat). Depuis 1973, Gos - rejoint par son fils Walt - anime cette série de science-fiction jeunesse dont le 44e tome vient de paraître en avril 2019, à découvrir à travers une centaine de planches, d'illustrations et de couvertures originales présentées lors de l'exposition. À cette occasion, l'auteur exposera aussi une sélection d'originaux de Gil Jourdan, série créée par Tillieux, reprise et achevée par Gos.

L'exposition mettra également à l'honneur le dessinateur belge Mazel à travers ses séries phares Câline et Calebasse (Les Mousquetaires) et sa saga africaine Boulouloum et Guiliguili (Les Jungles perdues), toutes deux scénarisées par Raoul Cauvin. Mazel aura dessiné des grands classiques du genre. Son dessin vif, clair et expressif s'inscrit parfaitement dans la tradition de l'école de Marcinelle, et en fait l'un des principaux dessinateurs des années 70 du journal Spirou. L'exposition présentera des planches et des illustrations originales de ces deux séries ainsi que des originaux de Jessie Jane (sc. Frydman) parus dans le célèbre hebdomadaire, et de Chacal Bill publiés dans Pif Gadget.

Enfin, de rares planches originales de Tillieux issues de sa série Gil Jourdan, dont l'histoire courte La Poursuite, viendront compléter cette sélection.

Daniel Maghen, Mazel, Gos et Walt ont le plaisir de vous inviter au vernissage de leur exposition, le jeudi 5 septembre, à partir de 19h.

Vernissage de Mazel, Gos & Walt

[19:00-21:00] Vernissage de Patricia Meffre "Déesses et serpents en présence"
Location:
Espace des Femmes
Antoinette Fouque
35, rue Jacob
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 42 22 60 74
Mail : contact@desfemmes.fr, espace@desfemmes.fr
Internet Site : www.desfemmes.fr
Description:
Du 6 au 28 septembre 2019
Du mardi au samedi de 14h à 19h

Vernissage de Patricia Meffre "Déesses et serpents en présence"

[19:00-21:00] Vernissage de Silvina Mizrahi "Topographies Internes"
Location:
Maison de l'Argentine
Fondation Argentine
27 A, boulevard Jourdan
Cité Internationale Universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 44 16 29 00
Mail : culture.arg1@gmail.com
Internet Site : www.casaargentinaenparis.com
Description:
« Topographies Internes » propose un regard vers le monde intérieur, un regard introspectif de notre être. Nos expériences sensorielles jouent capricieusement avec leurs propres règles dans notre paysage intérieur.

En tant qu'artistes, nous créons des refuges imaginaires. Un voyage dans le monde intérieur où nous pouvons nous échapper de la réalité et en revenir renouvelés.

Pour en savoir plus sur l'artiste : www.silvinamizrahi.com

Vernissage jeudi 5 septembre à 19h

Exposition visible du 6 au 21 septembre 2019
du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h à 19h (hors jours fériés)

Vernissage de Silvina Mizrahi "Topographies Internes"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Ceci est mon corps"
Location:
Centre Tignous d'Art Contemporain - Le 116
116, rue de Paris
cactignous@montreuil.fr
93105 Montreuil Cedex
M° Robespierre
France
Phone : +33 (0)1 71 89 28 00
Mail : cactignous@montreuil.fr
Internet Site : www.montreuil.fr/centretignousdartcontemporain
Description:
Regards croisés sur le pain, aujourd'hui, en France

Exposition du 6 au 22 septembre 2019

Vernissage de l'exposition "Ceci est mon corps"

[19:00-22:00] Vernissage de l'exposition "L'instant Instinctif"
Location:
Galerie Rastoll
16, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)9 83 23 28 01
Mail : contact@galerierastoll.com
Internet Site : www.galerierastoll.com
Description:
exposition de la photographe Béatrice Landré et la sculpteur Celkha

Vernissage le jeudi 3 octobre de 19h à 22h
Exposition du 3 au 26 octobre du mardi au samedi de 13h à 19h

Les mots du galeriste :
Béatrice Landré nous propose son Instant Instinctif, celui où l'image du réel se fige pour donner vie à une vision irréelle le tout accompagné par les sculptures tout en légèreté en verre, bronze et pierre de l'artiste Celkha
Il s'agit de la première exposition en solo de la photographe Béatrice Landré. Artiste aux multiples facettes, l'artiste nous entraîne dans une vision plus onirique de son travail sur le corps et la matière.
Le résultat s'apparente parfois à de la photographie abstraite tout en conservant une part figurative.
Il suffit pour cela de se rapprocher de ses photographies pour découvrir les corps qui s'y cachent.
Béatrice ne cherche pas pour autant à nous dissimuler ce corps masculin dénudé mais plutôt à le célébrer au travers d'une nouvelle palette de couleurs par lesquelles il devient la toile d'une multitude de projections colorées.
L'invisible vous emmène alors dans une réalité visuelle construite de toute pièce par l'artiste qui utilise le réel pour écrire une photographie qui vous emportera dans l'irréel.
Des Instants Instinctifs à voir et à acquérir.
François Rastoll juillet 2019

Vernissage de l'exposition "L'instant Instinctif"

Vernissage de l'exposition "L'instant Instinctif"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Street Art Miniature"
Location:
Le cabinet d'amateur
12, rue de la Forge Royale
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny, Ledru-Rollin, Charonne
France
Phone : +33 (0)1 43 48 14 06
Mail : contact@lecabinetdamateur.com
Internet Site : www.lecabinetdamateur.com
Description:
Avec la participation de : Agrume / Ardif / Mélanie Busnel / Codex Urbanus / Dark Snoopy / Nadège Dauvergne / Pablo Delgado / Ender / Juan Fantôme / Hazul / Philippe Hérard / Horor / Jaeraymie / JBC / Fred Le Chevalier / Levalet / Matt_tieu / Moyoshi / MurMure Street / Nhobi / Lucas Ninin / Nosbé / Paella? / Parvati / Petitepoissone / Jérôme Rasto / Retro / Jordane Saget / Saint-Oma / Saxartwork / David Selor / Tetar Max / Teuthis / TocToc / Treize Bis / Vermibus...

Vernissage de l'exposition "Street Art Miniature"
Vermibus - « Trust » - Collage - Format : 6 x 4 cm

Vernissage de l'exposition "Street Art Miniature"
Pablo Delgado - « La singularité » - Acrylique et aquarelle sur papier - Format 16 x 16 cm

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Urbanitas 9"
Location:
Galerie Rastoll
16, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)9 83 23 28 01
Mail : contact@galerierastoll.com
Internet Site : www.galerierastoll.com
Description:
avec les photographies de
Françoise Le Dain - Paul Gilbert - Didier Hillion - Anne-Sophie Jeannin et Yann Verrier Sauvaire
L'ensemble de l'exposition est accompagné des céramiques d'Anne Servanton Loeb.

Vernissage le jeudi 5 septembre 2019 de 19h à 21h en présence des artistes.
Exposition du 27 août au 21 septembre 2019.

Les mots du galeriste
Trois femmes, trois hommes cinq photographes et une céramiste se partagent l'affiche de la neuvième édition de l'exposition Urbanitas à la Galerie Rastoll. Couleur du jour et de la nuit, noir et blanc contrastés qui jouent avec la lumière en tonalité et contraste. Matières de grés chamotté parfois lissé et ciré répandant leurs sons comme des maracas, au creux de la main. Ces artistes appréhendent la rue, les volumes de la terre pour nous faire voir autrement.
Anne-Sophie Jeannin est la marraine de cette exposition.
Cette photographe a déjà exposé plusieurs fois avec la galerie et nous apprécions particulièrement l'évolution de son travail. Jurée lors de présélection des finalistes du VIF à Vincennes en 2019 en notre compagnie son regard et sa photographie sont particulièrement intéressants à suivre. Aujourd'hui, elle nous propose deux séries bien différentes, l'une en couleur reprenant les codes de ses précédents travaux, l'autre en noir et blanc flashé avec une ambiance beaucoup plus pesante, voire sombre. Avec ce travail, l'artiste nous propose une nouvelle fois de voir la rue et ce qui la compose, sans humain, une architecture Urbaine et végétale où la texture, les lignes et les courbes nous invitent à prendre notre temps pour voir autrement.
Et si le monde dans lequel nous évoluons n'était pas ce que l'on croit ? Chacun d'entre nous possède une vision qui lui est propre et c'est en nous détachant du réel que nous pouvons mieux le percevoir. C'est ainsi que le jeune photographe de 17 ans Paul Gilbert nous ouvre son univers. L'humain n'existe presque plus seul restent les structures colorées et sur éclairées qui composent ses images. Ses photos nous enivrent d'une vison étrange notamment avec la photo au centre de sa section, seule humaine qui se retrouve alors dans un monde apocalyptique, dépouillé de vie et sans défaut, laissant apparaître des perspectives inconnues et la possibilité d'aborder la ville sous un angle nouveau.
A l'opposé, Françoise le Dain crée avec sa série "Petits bonheurs d'une journée à la plage" la réminiscence d'un souvenir que chacun a en mémoire. Ces instants en famille, car Françoise n'est partie qu'une fois au bord de la mer avec ses parents, frères et sœurs. C'était le début du grand essor des congés payés où l'on pouvait enfin consacrer du temps libre ensemble, elle avait alors 3 ans. Cette série est presque à voir comme un jeu de 7 familles où nous devons retrouver la grand-mère, le père, le doudou de l'enfant... L'artiste ne nous emmène pas seulement au bord d'une plage elle crée avec les gens d'aujourd'hui ce souvenir unique

Après le soleil allons de l'ombre à la lumière tel que l'écrit Yann Verrier Sauvaire dans sa série "Désert urbain". Ici, l'ombre naît dans la lumière, celle qui effleure la rue comme le soleil caressant la peau d'un bâtiment et révèle le revêtement qui le recouvre. Le jour se lève, on continue à entendre le silence urbain. Il hante ce désert, transpercé par des traits de lumière. Quand la nuit s'échappe, on commence à ressentir les trépidations et les vibrations, le décor est là planté, il attend sa foule, ses visiteurs et donc nous.
Partons ensuite pour l'île Maurice avec la série "Le Grand Bazar" de Port-Louis, de Didier Hillion. L'artiste nous emmène dans une ambiance diffèrent de nos marchés occidentaux, un projet humaniste où nous croisons les marchands qui s'installent avant l'arrivée du chaland, local ou touriste, un moment qui ouvre des opportunités d'échanges et de découverte des cultures locales. Ici l'artiste nous propose de découvrir la vie, l'architecture, l'ambiance d'un endroit en sursis depuis des années, mais qui a, jusqu'à présent, résiste au vent de la modernisation.

Il n'y a pas d'Urbanitas sans céramiste et nous sommes heureux d'inviter pour la première fois à la galerie Anne Servanton-Loeb. Ses pièces chamottées en grés gratté avec bandes polies et cirées ou simplement brut répandant leurs sons comme des maracas, sont une invitation à la grâce de l'antique. Figuratifs ou abstraits, pots ou sculptures, personnages ou contenants? terre, pierre ou fer? doux ou rugueux? ou les deux selon que la main caresse dans un sens ou dans l' autre. Anne vous propose différentes pièces d'art de très belle facture. Anne façonne dans la masse et en bandes plates ces contenants habités : creuser, étirer, ajouter, monter, taper puis, caresser encore et encore, inlassablement jusqu'à l'équilibre parfait entre courbes et contre-courbes. Atteindre au travers du geste et du regard la fluidité d'un dessin dans l'espace.
Cette édition est simplement éclectique donc à voir et à acquérir sans hésitation.

François Rastoll juin 2019

Vernissage de l'exposition collective "Urbanitas 9"

[19:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Le Mur est dans les têtes"
Location:
Maison Heinrich Heine
Fondation pour l'Allemagne
27 C, boulevard Jourdan
Cité Internationale Universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 44 16 13 00
Fax : +33 (0)1 44 16 13 01
Mail : info@maison-heinrich-heine.org
Internet Site : www.maison-heinrich-heine.org
Description:
Salle Alfred Grosser

« Le Mur est dans les têtes »
Impressions d'un jeune photographe français à Berlin (1989-1992)

« Je suis allé à Berlin en novembre 1989, comme tant d'autres, par voyeurisme essentiel. De crainte que mon regard s'habitue ou que ma mémoire ne s'absente. J'ai fixé ce que mes sens ont perçu sur le noir et le blanc. »

Ergothérapeute et artiste plasticien, Laurent Varlet (1960-2017) a 29 ans quand le Mur de Berlin tombe. Il se rend sur place pour assister à ce moment historique, et y reviendra plusieurs fois au début des années 90, notamment pour y exposer. D'une grande sensibilité, ses photographies prêtent attention au détail et à l'humain, et nous font revivre l'événement loin des célèbres clichés vus et revus des agences de presse. Lors du vernissage, Hélène Missay et Bruno Couturier, proches de Laurent Varlet, évoqueront son œuvre et liront ses textes rapportant ses impressions de Berlin.

exposition du 6 au 29 septembre 2019
du lundi au dimanche, 10h - 20h

Vernissage de l'exposition "Le Mur est dans les têtes"

[19:30-21:00] Vernissage de l'exposition de photographies "Bauhaus"
Location:
Centre Culturel Tchèque
18, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 53 73 00 22
Fax : +33 (0)1 53 73 00 27
Mail : ccparis@czech.cz
Internet Site : www.czechcentres.cz/paris
Description:
« Bauhaus » - exposition de photographies de Filip Šlapal

Dans le cadre de Paris Design Week 2019

Qu'en est-il du Bauhaus aujourd'hui en République tchèque ?

Il est désormais de tradition pour le Centre tchèque de prendre part aux plus grands événements parisiens liés au design, il n'en sera pas autrement à la rentrée.

Entrée libre et gratuite
















[23:00-23:55] Vernissage de l'exposition "Domestic Horror"
Location:
New York
New York
10007 New York
Etats-Unis
Internet Site : www.nyc.gov
Description:
Opening reception: Thursday, September 5, 6-8pm
September 5-October 19, 2019

Gagosian New York
Park & 75, 821 Park Avenue

Vernissage de l'exposition "Domestic Horror"
Louise Bonnet, Interior with Pink Blanket, 2019
Oil on linen, 72 x 96 inches (182.9 x 243.8 cm)
© Louise Bonnet

[23:00-23:55] Vernissage de l'exposition "Sturtevant : memes"
Location:
Los Angeles
Los Angeles
90755 Los Angeles
Etats-Unis
Internet Site : www.lacity.org
Description:
Freedman Fitzpatrick, Los Angeles
Gower Plaza
6051 Hollywood Blvd, #107
Los Angeles, CA 90028

Opening: Thursday, September 5th, 7-9pm
September 5 - October 26, 2019

Proposed by Alex Freedman

Art today has escalated to: guns and art are fun, violence, sex, hate, hi-tech, low-tech are the stuff art is made of... strategies are a major force, intellect is considered an impediment and 60 seconds is no longer a minute... More importantly, all is embraced without a moment's hesitation regarding the fire and power of thought. A fatal misunderstanding that information is knowledge.

- Sturtevant, 1993


Freedman Fitzpatrick is proud to present, STURTEVANT: MEMES the first exhibition dedicated to Sturtevant's video works in Los Angeles. Featuring works produced from 1999 to 2012, including those rarely seen, this exhibition zeros in on Sturtevant's interrogation of the "cybernetic" and "virtual reality" during an unparalleled period of technological transformation. As with her repetitions, which foresaw the impact of artists like Andy Warhol, Joseph Beuys, and Keith Haring before they were famous, Sturtevant's earliest videos presage a forthcoming digital phenomenon: the video clip. Focusing on what she termed "sameness" and the de-emphasis of thought in art discourse, Sturtevant integrated pop culture and comedic timing into her work to probe the vital questions of our time. Her early transformations of stock footage and of GIF-like clips curiously mirror a now universal visual language: memes.

In exhibiting her work in a never before seen configuration of screens, STURTEVANT: MEMES attempts to ask questions, rather than supply answers. The exhibition seeks to situate her prescient work within our hyper-accelerationist milieu, and to ask a younger generation to consider the under-explored dimensions of her practice and the pertinence of her work today.

Vernissage de l'exposition "Sturtevant : memes"
Sturtevant, Pac Man (2012), single-channel video, 1'15"
Courtesy of Sturtevant Estate and Air de Paris, Paris

09:00
10:00
11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés