Wednesday, September 11, 2019
Public Access


Category:
Category: All

11
September 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

  Paris Design Week 2019
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
PARIS DESIGN WEEK se place cette année sous le thème fédérateur "Hybride"

La 9ème édition de Paris Design Week se tiendra cette année du 5 au 14 septembre. Elle investira de nouveaux espaces culturels et plongera la ville dans un bouillonnement d'expositions, de soirées et de promenades thématiques à ciels ouvert. Une occasion rêvée de (re)découvrir les charmes de la capitale !

Le terme hybride renvoie au croisement d'éléments d'espèces, issues ou non d'une même famille. Il peut aussi qualifier un produit ou un objet, composé d'éléments disparates. C'est donc tout l'art du mélange qui est ici à l'œuvre. Dans le monde du design ou de l'architecture, ce mot prend tout son sens. Qu'il s'agisse de mêler des techniques de fabrication, d'associer des matériaux hétéroclites, de faire se rencontrer divers savoir-faire autour d'un même projet, l'hybridation est très souvent de mise.

PARIS DESIGN WEEK invite les visiteurs à une plongée au cœur de ce savant mélange, à travers une programmation éclectique, innovante et surprenante...

Paris Design Week 2019

Fête de la Catalogne
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Défaite de 1714 contre les troupes de Charles V, qui marque la fin de l'indépendance de la couronne d'Aragon.

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-18:00] Conférence de présentation de l'ouvrage du CEPII "L'économie mondiale 2020"
Location:
20 avenue de Ségur
Site de Ségur
20, avenue de Ségur
75007 Paris
M° Saint-François-Xavier, Ségur
France
Description:
L'économie mondiale 2020 : ralentissement sous haute tension

Le 12 septembre, l'ouvrage annuel du CEPII, L'économie mondiale 2020, publié par La Découverte dans sa collection Repères, sera dans toutes les bonnes librairies. Son équipe de rédaction vous en dévoile, dès à présent, quelques-uns des principaux enseignements.

Cette édition 2020 de L'économie mondiale confirme-t-elle les doutes de l'an passé ?

Oui, absolument. L'embellie de l'an passé a fait long feu. La croissance mondiale ralentit et ne devrait atteindre que 3.3 % en 2019, après 3.6 % en 2018. Même les États-Unis ne sont pas épargnés : après 2.9 % en 2018, la croissance devrait y fléchir à 2.3 % en 2019. Dans ce contexte, la normalisation des politiques monétaires, surtout celle de la Fed, est interrompue et, avec elle, la remontée des taux d'intérêt. Il faut dire que l'inflation ne décolle pas, les taux longs sont au plus bas et l'endettement au plus haut. De quoi se demander si, dans ces nouveaux régimes de croissance, il ne faudrait pas reconsidérer les atouts des politiques budgétaires. Dans un contexte de taux bas et pour soulager les politiques monétaires dont les marges de manœuvres sont bien étroites, une relance budgétaire pourrait soutenir la demande et répondre aux besoins d'investissement que l'urgence climatique réclame. Une révolution dans l'analyse macroéconomique, pour Sébastien Jean, qui n'est pas encore arrivée à son terme. En matière de coordination internationale, là aussi, force est de constater que les anciens cadres ne fonctionnent plus. En témoignent les tensions géopolitiques et commerciales qui ont ponctué l'année qui vient de s'écouler ou les interrogations que l'on peut avoir sur l'architecture du système monétaire international quand le dollar se transforme en outil de coercition. Mais pour le moment les nouveaux cadres n'ont pas encore été inventés. Pourtant, il y a urgence, car c'est dans cet entre-deux que les menaces sont à leur comble.

S'il est un domaine où les tensions ont cette année rythmé l'actualité, c'est bien le domaine commercial avec Donald Trump en figure de proue. Le système commercial international qui prévalait jusque-là est-il dès lors remis en cause ?

Le protectionnisme de Donald Trump n'est pas une surprise. Il était annoncé. Mais il est vrai qu'il s'est radicalisé cette année. Si l'on y ajoute les désengagements de l'accord de Paris puis de l'Unesco il y a deux ans et de l'accord de Vienne l'an dernier, c'est l'ensemble de l'ordre international qui est déstabilisé. Du pur point de vue commercial, c'est désormais la concurrence stratégique entre les États-Unis et la Chine qui mène la danse, là où auparavant c'était l'OMC le maître de ballet.

Pour saisir pourquoi il en est ainsi, au-delà du goût immodéré de Donald Trump pour le protectionnisme, il faut se retourner sur les métamorphoses du commerce mondial depuis la création de l'OMC.

C'est ce que fait Sébastien Jean. Il nous enseigne alors que les cartes du commerce et, avec elles, celles de la puissance économique mondiale ont été rebattues au profit des pays émergents, au premier rang desquels la Chine. Cette nouvelle donne se traduit par un retournement des avantages comparatifs. Ceux qui façonnaient le commerce des économies avancées, quand les accords commerciaux multilatéraux ont été négociés, sont désormais davantage l'apanage des économies émergentes, tandis que ceux des économies avancées portent pour beaucoup sur des domaines où la libéralisation est bien moins avancée : accès aux marchés des services, protection de l'investissement et des technologies, droits de la propriété intellectuelle. Les accords hérités du passé qui, en leur temps, avaient pu être jugés équilibrés par les pays riches ne le sont plus. En outre, ils agissent sur l'OMC comme un fardeau qui rend sa réforme difficile.

Le multilatéralisme trébuche, la mondialisation est de plus en plus controversée, mais l'on continue de signer des accords de libre-échange. Est-ce bien raisonnable ?

Pour le savoir, il faudra lire L'économie mondiale 2020 où Cécilia Bellora et Jean Fouré se sont attachés, pour favoriser la transparence et la qualité du débat public, à rendre accessible le fonctionnement et les résultats des modèles sur lesquels s'appuient les analyses d'impact réalisées au moment où ces accords sont discutés. Pour ce faire, ils en présentent les effets sur le commerce, la production, la consommation, l'environnement, mais aussi ce que ces modèles permettent d'éclairer et ce qu'ils laissent dans l'ombre. Après, à chacun de se faire son idée. Mais rien de tel qu'une idée éclairée s'il s'agit d'être guidé par la raison.

Cette coopération internationale qui chancelle constitue à n'en pas douter un sérieux obstacle à l'accélération de la transition écologique. Mais alors comment répondre à l'urgence climatique ?

Effectivement, alors que les tensions sont au plus haut et la coordination internationale en lambeaux, il faut sauver un bien commun mondial, le climat. Sans une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre, l'objectif de l'accord de Paris d'un réchauffement « bien en-dessous des 2°C » à l'horizon 2030 sera hors de portée. Dominique Bureau appelle à renforcer l'action précoce d'atténuation des émissions, tout en déplorant que les scénarios les plus probables soient ceux où l'effort est reporté, en comptant naïvement sur le développement de nouvelles techniques de capture et de stockage du CO2. La solution économique face à l'urgence climatique est d'établir dans la durée un prix du carbone à la hauteur des enjeux. La fiscalité et les marchés des droits à polluer sont deux moyens quasi équivalents d'y parvenir que le débat public oppose pourtant souvent. Quoi qu'il en soit, les cadres de coopération, qui devraient constituer une priorité pour mettre partout en place ces instruments, seront extrêmement difficiles à établir. S'impose aussi une meilleure articulation entre régulation commerciale et régulation environnementale. Et là aussi, ce sera compliqué.

Côté finance, faut-il aussi s'inquiéter d'une prochaine crise ?

Ce qui est très inquiétant c'est que, plus de dix ans après la crise de 2007-2008, les fragilités financières perdurent. Michel Aglietta revient sur les ressorts de cette instabilité inhérente au système financier. Celle-ci est le fruit d'une dynamique cyclique auto-renforçante, sous la dictature de la liquidité. Tandis que les cycles financiers sont aujourd'hui dans la plupart des économies avancées en phase d'expansion, les déclencheurs possibles d'un retournement ne manquent pas : un ralentissement de la croissance globale plus sévère qu'attendu, un resserrement non anticipé des politiques monétaires, des rivalités commerciales prolongées, un Brexit chaotique... Plus structurellement, trois types de fragilités financières sont identifiés : l'endettement élevé des entreprises dans les économies avancées, particulièrement aux États-Unis ; le regain du cercle vicieux entre banques et finances publiques en zone euro, particulièrement en Italie ; les vulnérabilités du crédit en Chine et dans les pays émergents face à des investisseurs internationaux devenus plus moutonniers. Pour prévenir cette fragilité systémique et garantir la résilience économique, il faut un cadre macrofinancier englobant, articulant les outils monétaire, budgétaire et macroprudentiel. Il n'existe toujours pas et sans lui nous ne sommes pas à l'abri d'une prochaine crise.

La normalisation des politiques monétaires non conventionnelles ne devrait-elle pas permettre d'apaiser un peu les tensions sur ce plan ?

Cela aurait pu être le cas il y a un an, mais cette normalisation, que la Fed avait commencé à opérer, est clairement mise en stand-by depuis plusieurs mois, avec en toile de fond le ralentissement de l'économie autant que les pressions de Donald Trump. L'heure est, à nouveau aux États-Unis, et encore en Europe, aux politiques monétaires accommodantes. Et à un horizon un peu plus long, comme tout laisse penser que les taux d'intérêt vont rester structurellement bas, le retour aux politiques monétaires d'avant crise n'est guère envisageable pour Jézabel Couppey-Soubeyran et Fabien Tripier. Le non-conventionnel va donc entrer dans la norme, ce qui n'est pas sans poser problème à la stabilité financière. C'est pour cela que la politique monétaire va devoir évoluer, non pas tant en modifiant ses cibles qu'en s'articulant à la politique macroprudentielle, afin de mieux concilier stabilité monétaire et stabilité financière. Sans cela oui la crise financière adviendra, et peut-être encore plus violemment qu'en 2007-2008.

Le dernier chapitre de l'ouvrage est traditionnellement consacré à un pays émergent. Lequel cette année ?

Cap sur la Turquie cette année, car le pays est en pleine tourmente économique et politique. Patrice Rötig et Deniz Ünal jugent la crise actuelle plus profonde que celle de 2001 et l'attribuent à une désinstitutionnalisation généralisée de la gouvernance du pays. Sa gestion se révèle, selon eux, pour le moins hétérodoxe et aggravante, avec des pressions fortes sur les entreprises pour qu'elles n'augmentent pas leurs prix, sur les banques publiques pour qu'elles accordent des crédits à perte, sur la Banque centrale pour qu'elle maintienne les taux d'intérêt à un niveau bien trop bas pour contenir l'inflation, sur l'Agence de régulation et de supervision bancaire pour qu'elle dicte aux banques les taux d'intérêt à appliquer. La discipline budgétaire se relâche, la fragilité financière s'aggrave, avec un endettement privé extérieur croissant, une livre turque qui se déprécie et un risque élevé de fuites brutales de capitaux. Le tout dans un contexte géopolitique marqué par de vives tensions régionales et internationales. Autant dire que la double crise économique et politique turque pourrait prendre un tour véritablement systémique.

Pour le moins anxiogène donc cette édition 2020. Mais notre rôle est d'éclairer le débat public, en alertant quand il le faut !

Le 11 septembre, le CEPII vous invite à la conférence de présentation de cet ouvrage : pour vous inscrire cliquez ici :
>> RSVP


[16:00-19:00] Signature du livre "Éloge du corps"
Location:
Librairie Mazarine
78, rue Mazarine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 46 33 48 37
Mail : librairie@lamazarine.com
Internet Site : www.lamazarine.com
Description:
Dans le cadre du Parcours des Mondes

Éloge du corps, arts d'Afrique,
d'Océanie et d'Amérique
Collection Josette et Jean-Claude Weill

Si l'histoire de la collection de Josette et Jean-Claude Weill commence par la peinture, leur quête passionnée de formes nouvelles les conduit rapidement à embrasser l'infinie diversité des arts premiers. Mûrie, au fil des décennies, sous le regard enthousiaste de leur fils Jean-Pierre, leur collection compte aujourd'hui plus de 120 œuvres de tout premier ordre, issues des arts d'Afrique, d'Océanie et des Amériques. Plusieurs grands ensembles se dessinent, reflétant l'inclination de la famille Weill pour les formes audacieuses et expressionnistes : statues dogon et tellem alliant formes géométriques et surfaces texturées, mais également figures de pouvoir kongo parées de leur charge magique. La collection fait en outre la part belle aux arts expressifs originaires du Nigeria, du Cameroun et de Mélanésie. Parmi les œuvres les plus classiques se trouvent des pièces iconiques - telles que la statue bena lulua ayant appartenu à Jacques Kerchache, la figure de reliquaire fang d'Edward Robinson ou encore le puissant bouchon de flûte biwat de la collection Lemaire -, qui témoignent tant de la sûreté du goût des Weill que du regard affûté qu'ils ont su porter sur ces arts venus d'ailleurs. Microcosme dans la collection, un important groupe d'ivoires d'un très grand raffinement constitue le tiers des œuvres rassemblées. Le présent ouvrage sera l'occasion de dévoiler cette collection parisienne nimbée de mystère, aussi remarquable que confidentielle.

-
Directeurs - Directors
Charles-Wesley Hourdé, Jean-Pierre Weill

Auteurs - Authors
Pierre Amrouche, Viviane Baeke, Harry Beran, Maëva Chanoine, Jean-Paul Colleyn, Eric Coote, Marie Yvonne Curtis, Philippe Dagen, Aurélien Gaborit, Bertrand Goy, David Henrion, Hélène Joubert, Alisa LaGamma, Hélène Leloup, Bettina von Lintig, Constance de Monbrison, Sean Mooney, Michel Orliac, Philippe Peltier, Constantin Petridis

Photographies - Photographs
Vincent Girier Dufournier

Langues - Languages
Français and English

Edition
Five Continents, Milan

Une signature de l'ouvrage est organisée par la Librairie Mazarine le 11 septembre de 16h à 19h.

Signature du livre "Éloge du corps"



[17:00-19:00] Showcase Les petites canailles
Location:
Café de la Danse
5, passage Louis Philippe
75011 Paris
M° Bastille
France
Phone : +33 (0)1 47 00 57 59
Mail : loic@cafedeladanse.com
Internet Site : www.cafedeladanse.com
Description:
informations et réservations : benjamin.guyot@umusic.com

Les petites canailles chantent Salut les Copains

Que reste-t-il de nos années 60 ? L'énergie folle de la jeunesse de l'époque, les idéaux irréductibles de ceux qu'on appelait les baby-boomers et des standards popularisés par des mômes nommés Johnny, Sylvie, Eddy, Sheila, Christophe... Mais pour que ne s'éteignent jamais les braises de cette époque bénie, encore fallait-il que les jeunes générations soufflent dessus !

C'est la mission de cinq jeunes talents bruts (3 filles et 2 garçons, âgés de 12 à 16 ans), tous issus de l'aventure The Voice Kids (un gage d'excellence) qui se lancent dans un revival plus vrai que nature de standards des sixties. Musiciens avertis (les garçons sont guitaristes, les filles pianistes ou violonistes), Ermonia, Carla, Madison, Lilian et Hindy font revivre à 100% l'esprit Salut les Copains en y ajoutant les vibes de leur époque.

Au micro, les cinq jeunes talents font revivre des titres français inusables ainsi que quelques pépites anglophones de l'époque. Réorchestrés, réarrangés, ces standards s'offrent un lifting rafraîchissant tout en conservant leur ligne mélodique originale. Chacune des madeleines de Proust qui constituent cet album revient sous une forme plus moderne, passant de la new beat festive (Laisse tomber les filles), à la pop électro (Da dou ron ron) via la plus classique ballade folk (J'entends siffler le train), le refrain western actualisé (Pour moi la vie va commencer), le tube groovy (The Loco-motion) ou le délire zazou-exotique (Le Telefon)... C'est ainsi que les Johnny, Sylvie, Eddy, Nino, Christophe, Dutronc, Hardy et tant d'autres figures françaises et internationales se voient revitalisés par autant de reprises imparables. De quoi envoyer un maximum de bonnes ondes à la génération Spotify autant qu'à celle des années vinyle, de quoi revitaliser les boums d'aujourd'hui et faire vibrer la fibre nostalgique des plus anciens...

Alors si, pour une fois, on réconciliait l'ancien et le nouveau monde ? Et si en plus on le faisait en musique ?! Avec les Petites Canailles, c'est garanti, les tubes des surprises-parties et des boums d'hier vont devenir les hits d'aujourd'hui.

Showcase Les petites canailles




[18:00-19:30] Rencontre avec Black M
Location:
Fnac Paris - Bercy Village
49/53, cour Saint-Emilion
CC Bercy Village
75012 Paris
M° Cour Saint-Emilion
France
Phone : 0825 020 020
Internet Site : www.fnac.com/Paris-Bercy-Village/Fnac-Bercy-Village/cl277/w-4
Description:
Pour "Il était une fois"

[18:00-21:00] Vernissage de Madame "Cancres"
Location:
Artistik Rezo Gallery
14, rue Alexandre Dumas
75011 Paris
M° Rue des Boulets
France
Phone : +33 (0)1 77 12 54 55
Mail : contact@galerieartistikrezo.com
Internet Site : www.galerieartistikrezo.com
Description:
Pour la première exposition de la rentrée,
la Galerie Artistik Rezo a le plaisir d'accueillir l'artiste Madame.
Stikers-Mada...
CANCRES

Vernissage le mercredi 11 septembre
à partir de 18h

Avec ses œuvres percutantes et ses phrases bien pensées,
Madame est une artiste pleine de talents et d'imagination.
Elle publie cette année sa première monographie avec les éditions h'artpon,
un retour sur ses 10 dernières années de production artistique.
Généreux, foisonnant, ce recueil a été pensé comme un jeu de piste interactif
pour entrer dans son imaginaire et comprendre son processus de création.

Du 12 septembre au 10 octobre 2019,
Madame installe à la Galerie Artistik Rezo son univers
théâtral, nostalgique et poétique, autour des bêtises et de l'amusement.

De quoi retomber en enfance et avoir des étoiles plein les yeux !

Nous vous attendons nombreux pour découvrir son exposition et sa monographie.

Exposition du 12 septembre au 10 octobre 2019
Du lundi au jeudi de 10h à 19h, le vendredi de 10h à 18h,
et le samedi de 13h à 18h.

Vernissage de Madame "Cancres"

[18:00-20:00] Vernissage de Sabine Moritz "Deeply unaware"
Location:
Galerie Marian Goodman
66&79, rue du Temple
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 04 70 52
Fax : +33 (0)1 40 27 81 37
Mail : parisgallery@mariangoodman.com
Internet Site : www.mariangoodman.com
Description:
11 septembre - 23 octobre 2019
vernissage : mercredi 11 septembre, 18h-20h

La Galerie Marian Goodman met à l'honneur pour cette nouvelle exposition de Sabine Moritz un ensemble de grandes peintures abstraites. Ces nouvelles œuvres se caractérisent par leurs couleurs vives et leurs compositions libres, invitant à pénétrer dans un territoire imaginaire à la fois intime et contemplatif.

L'abstraction fait son apparition en 2015 dans le travail de Sabine Moritz, jusqu'alors connue pour sa peinture figurative. Cette nouvelle voie, indépendante de la première, lui permet de s'affranchir de tout concept préalable et de développer une pratique profondément singulière. Sabine Moritz procède ainsi avec une liberté absolue, guidée par le seul principe de « regarder, corriger, jusqu'à ce que cela ait la densité et l'intensité qui vous saisissent. »1

« L'identité des tableaux abstraits de Sabine Moritz est liée à sa manière de travailler, que l'on peut définir comme intégralement empirique ou optique. Elle contribue pour une part essentielle à l'exemplarité de ce pan de son œuvre peint. Les travaux non-figuratifs voient le jour sans esquisses ni dessins préparatoires. Les séries ne résultent pas d'un concept. L'idée du tableau s'élabore, dans l'espace de la toile où sont disposées quelques lignes de couleur, comme un champ de possibilités ouvertes. »2

Les nouvelles toiles abstraites exposées au rez-de-chaussée de la galerie se fondent chacune sur un riche dialogue de couleurs. « Dans chacun des tableaux de la série, toutes les couleurs primaires sont employées, en diverses proportions. Elles s'entrecroisent en traits amorphes plus ou moins longs, barrant de part en part la surface du tableau. Leurs contrastes chromatiques produisent des polyphonies colorées qu'un souffle de liberté intérieure anime. Le rouge, qui se décline, comme les autres couleurs, en différents tons et modulations sur une seule et même toile, prend dans tous ses tableaux de la série le rôle d'une voix dominante. Les multiplicités colorées qui voient ainsi le jour instituent un espace visuel d'une qualité hautement visuelle, haptique. »3

Au niveau inférieur de la galerie, Sabine Moritz présente des œuvres sur papier, et en particulier un grand ensemble de peintures sur lithographie appartenant à la série Sea King, du nom d'un modèle d'hélicoptère de l'armée américaine conçu dans les années 1950 pour défier les sous-marins soviétiques. De son enfance en Allemagne de l'Est et de sa fuite à l'Ouest, l'artiste a conservé le souvenir vivace des tensions générées par la guerre froide et sa crainte des conflits armés se traduit souvent dans son œuvre au travers de sujets militaires. Toute la série Sea King émane d'un unique dessin de l'hélicoptère, reproduit en lithographie. Avec ce procédé, Sabine Moritz propose de multiples versions du dessin original, en le rehaussant à la peinture à l'huile et jouant avec la polychromie pour obtenir des variations d'atmosphère, jusqu'à la quasi-dissolution du motif.

L'exposition continue à la Librairie Marian Goodman
L'exposition continue à la Librairie Marian Goodman avec la présentation d'une sélection de dessins figuratifs réalisés au fusain. Un nouveau catalogue portant sur ses œuvres abstraites, comprenant un essai de Robert Fleck, sera dévoilé à la librairie pendant le vernissage de l'exposition. Robert Fleck est l'ancien directeur de la Bundeskunsthalle de Bonn et de la Deichtorhallen de Hambourg. Il est aujourd'hui recteur de la Kunst Akademie de Düsseldorf.

---

Sabine Moritz prépare sa prochaine exposition (Sterne und Granit ) à la Kunsthalle Rostock en Allemagne qui se tiendra du 3 novembre 2019 au 5 janvier 2020. De nombreuses expositions personnelles lui ont été consacrées ces dernières années en Europe, telles que Eden, à la Galerie Johann König, Berlin (2018); Neuland, Kunsthalle Bremerhaven (2017); Von der Heydt-Kunsthalle, Wuppertal (2014); Concrete and Dust, Foundation de 11 Lijnen, Oudenburg (2013); Lobeda, Kunsthaus sans titre, Potsdam (2011). Plusieurs monographies dédiées à son travail ont été publiés chez Verlag der Buchhandlung Walter König, Cologne et chez HENI Publishing, Londres.

Sabine Moritz est née en 1969 à Quedlinburg en Allemagne (ex-RDA). Elle étudie à la Hochschule für Gestaltung à Offenbach puis à la Kunstakademie de Düsseldorf où elle suit entre autres les enseignements de Markus Lüpertz et de Gerhard Richter. Elle vit et travaille à Cologne.

1 Sabine Moritz, cité par Robert Fleck, «L'abstraction réinventée ?», Sabine Moritz, deeply unaware, Galerie Marian Goodman, Paris, 2019

2 Robert Fleck, «L'abstraction réinventée ? », Sabine Moritz, deeply unaware, Galerie Marian Goodman, Paris, 2019

3 Ibid.

Vernissage de Sabine Moritz "Deeply unaware"
Sabine Moritz, Night I, 2019
Huile sur toile, 200 x 200 cm
Courtesy of the artist & Marian Goodman Gallery

[18:30-23:55] Dîner de Gala de la XXXème Biennale des Antiquaires
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
sur invitation

Vernissage
Jeudi 12 septembre 2018, à partir de 18h

Ouverture au public
Du 13 au 17 septembre 2018

http://www.biennale-paris.com

Dîner de Gala de la XXXème Biennale des Antiquaires





[19:00-22:00] Vernissage d'AMEL "Game Over"
Location:
Beaupassage
53-55, rue de Grenelle
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Description:
chez Champion Spirit

Vernissage d'AMEL "Game Over"

[19:30-22:00] Glou Glou guide tome 2 : du vin nature chez Nordest
Location:
Librairie Nordest
34 bis, rue de Dunkerque
Paris
France
Phone : +33 (0)1 48 74 45 59
Mail : librairienordest@orange.fr
Description:
Mercredi 11 septembre à 19h30, venez découvrir le tout nouveau Glou Glou guide par Antonin Iommi-Amunategui et Jérémie Couston paru aux éditions Cambourakis.

"Halte aux litrons élitistes ! Place aux jajas joyeux, généreux !
Il y a en effet quelque chose qui ne tourne pas rond au royaume du vin naturel... C'est l'argent, le blé, qui élargit le fossé déjà large entre Lambda, le consommateur que nous sommes ou avons tous été un jour, et Bêta, prêt à casquer toujours plus pour boire des vins qui ne font pas mal au casque. Un vin naturel devenu élitiste, parce qu'inabordable pour la plupart, est un vin naturel dévoyé, qui a perdu tout contact avec sa base, avec son esprit - celui d'un vin populaire, démocratique, accessible.
Nous voulons, avec le Glou Guide, défendre et promouvoir l'idée qu'un vin naturel, bon (voire délicieux) et à portée de bourse moyenne (voire modeste) est possible. Ce vin existe, nous l'avons bu... À votre tour !

Le Glou Guide c'est 150 vins naturels exquis à 15 euros maxi, et 300 cavistes indépendants en France (et ailleurs) où dénicher ces pépites à boire, le tout sélectionné par deux spécialistes forcenés."

Antonin Iommi-Amunategui est le créateur du blog No wine is innocent et l'auteur de nombreux ouvrages consacrés au vin naturel (notamment Tronches de vin et Manifeste pour le vin naturel, parus aux éditions de l'Épure) qu'il promeut également à travers les nombreux évènements qu'il organise dans toute la France par le biais de Nuriturfu, la maison d'édition et structure évènementielle qu'il a créée (Sous les pavés la vigne).

Jérémie Couston est journaliste à Télérama.
Spécialiste de cinéma, il l'est aussi du vin naturel auquel il a consacré plusieurs dossiers dans ce magazine.

Glou Glou guide tome 2 : du vin nature chez Nordest

[19:30-22:00] Inauguration du Frigo Solidaire des Grands Voisins
Location:
Les Grands Voisins
Ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul
82, avenue Denfert-Rochereau
75014 Paris
M° Denfert-Rochereau
France
Mail : bonjour@lesgrandsvoisins.org
Internet Site : www.lesgrandsvoisins.org
Description:
Inauguration du Frigo Solidaire des Grands Voisins






[20:00-22:00] Ouverture de la rétrospective Jean-Pierre Kalfon
Location:
La Cinémathèque Française
Musée du Cinéma
51, rue de Bercy
75012 Paris
M° Bercy
France
Phone : +33 (0)1 71 19 33 33
Mail : contact@cinematheque.fr
Internet Site : www.cinemathequefrancaise.com
Description:
SALLE HENRI LANGLOIS
20h00 - 21h45 (105 min)

Ouverture de la rétrospective présentée par Jean-Pierre Kalfon

Projection du film "Les Idoles"
Marc'O
France / 1967 / 105 min / DCP
Avec Bulle Ogier, Pierre Clémenti, Jean-Pierre Kalfon.

Trois vedettes yéyés donnent une conférence de presse devant leurs fans énamourés, et racontent l'envers du décor de leurs carrières et de leurs vies.

« J'ai fait ce film parce qu'il y a beaucoup de choses à dire par l'entremise du cinéma que l'on ne pourrait exprimer par le théâtre. » (Marc'O)

Ouverture de la rétrospective Jean-Pierre Kalfon

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés