Monday, October 7, 2019
Public Access


Category:
Category: All

07
October 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00 [17:30-20:00] Accueil du Prince Héritier Frederik de Danemark
Location:
Grande Arche de La Défense
1, parvis de La Défense
92044 Paris la Défense
M° La Défense
France
Phone : +33 (0)1 40 90 52 20
Internet Site : www.lagrandearche.fr
Description:
Patrick Devedjian, Président du Département des Hauts-de-Seine et de Paris La Défense, accueillera Son Altesse Royale le Prince Héritier Frederik de Danemark, à l'occasion d'une conférence "La Grande Arche, 30 ans déjà ! Et maintenant ?" sur l'architecture à La Grande Arche de La Défense, lundi 7 octobre.

[17:30-21:00] Finale du Women Startup Challenge Europe
Location:
Hôtel de Ville de Paris
5, rue Lobau
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 76 40 40
Internet Site : www.paris.fr
Description:
Le 7 octobre prochain, l'Hôtel de Ville accueillera la finale du Women Startup Challenge Europe. Dix startups européennes fondées ou cofondées par des femmes viendront défendre leur projet devant un jury. La gagnante se verra décerner un prix de 50 000 dollars américains.

Selon le baromètre réalisé par le collectif SISTA avec le Boston Consulting Group sur les conditions d'accès au financement des femmes fondatrices de startups, en France seulement 2% du montant total des fonds levés depuis 2008 l'ont été par des startups fondées par des femmes, quand celles fondées par des hommes monopolisaient 89% de ces fonds.

Conscients de ce problème majeur, de nombreux acteurs se mobilisent pour sensibiliser les jeunes filles, stimuler l'entrepreneuriat féminin, féminiser les fonds d'investissement et faire évoluer l'écosystème de l'innovation vers plus de mixité et d'inclusion. Parmi eux, Women Who Tech, ONG précurseur créée en 2008 qui lutte contre les discriminations faites aux femmes entrepreneures.

Paris est donc particulièrement heureuse d'accueillir pour la deuxième année consécutive le Women Startup Challenge Europe, co-organisé par la Ville de Paris avec Women Who Tech et dédié cette année à l'innovation en santé. Cet événement majeur va donner de la visibilité à 10 startups fondées par des femmes qui présenteront leurs projets devant un jury composé de personnalités des secteurs de l'innovation et de la santé. La gagnante repartira avec un prix de 50 000 dollars américains et les finalistes bénéficieront d'une formation personnalisée à la levée de fonds.

>> RSVP

[17:30-21:30] Soirée de lancement naze Paris
Location:
Maison de Crowdfunding
KissKissBankBank & Co
34, rue de Paradis
75010 Paris
M° Poissonnière, Gare de l'Est, Château d'Eau
France
Phone : +33 (0)1 45 23 94 66
Mail : mdc@kisskissbankbank.com
Internet Site : www.maisondecrowdfunding.com
Description:
naze Paris vous invite à sa soirée de lancement de la nouvelle collection Automne-Hiver 2019. Elle sera disponible en pré-commande à partir du 7 octobre sur Kiss Kiss Bank Bank.

Soirée de lancement naze Paris

[17:30-22:30] Vernissage de l'exposition "Vampires - De Dracula à Buffy"
Location:
La Cinémathèque Française
Musée du Cinéma
51, rue de Bercy
75012 Paris
M° Bercy
France
Phone : +33 (0)1 71 19 33 33
Mail : contact@cinematheque.fr
Internet Site : www.cinemathequefrancaise.com
Description:
Exposition du 9 octobre 2019 au 19 janvier 2020

Surgie des tréfonds du Moyen-Âge, la légende du vampire prend corps à la fin du XIXe siècle avec Dracula, l'illustre roman de Bram Stoker. Le cinéma émerge au même moment, qui ne tarde pas à s'emparer du mythe naissant pour le nourrir et le décliner avec frénésie et irrévérence. L'exposition Vampires raconte ces deux histoires parallèles, la fascination des cinéastes du monde entier pour cette icône ténébreuse et sexy. Elle montre son pouvoir d'attraction qui a depuis longtemps débordé le strict cadre du cinéma, contaminant la peinture, la photographie, la littérature ou plus récemment la série télé. Elle célèbre le gotha cinéma, Coppola, Christopher Lee, Lugosi, Deneuve, Herzog, Bigelow, Browning, Adjani, Bowie, Pattinson ou Tim Burton, qui depuis un siècle s'est frotté à Dracula. Peuplée d'artistes hantés par son ombre noire (Warhol, Goya, Saint Phalle), riche de centaines d'extraits, elle révèle l'empreinte indélébile posée par le vampire sur cent ans de culture populaire, de Murnau à Twilight, de Dreyer à True Blood.

VAMPIRES, DE DRACULA À BUFFY

« Je suis Dracula » est une phrase culte de l'histoire du cinéma, prononcée avec un mystérieux accent slave, par des acteurs comme Béla Lugosi ou Gary Oldman. Le comte Dracula, vénéré par le public d'hier et d'aujourd'hui, avec la même ferveur teintée de crainte, est une icône dark, incarnation de ce que l'humain a de plus pulsionnel dans son rapport au sexe, à la folie, et à la mort. Mais Dracula n'est qu'un vampire cinématographique parmi tant d'autres, au même titre qu'Edward Cullen dans Twilight ou Lestat de Lioncourt dans Entretien avec un vampire. Tous, ils hantent les écrans du monde entier, surgissant des ténèbres de nos civilisations, à chaque fois que celles-ci vacillent, que les idéologies se fissurent.

À L'ORIGINE DU MYTHE

Héritier d'obscures superstitions ancestrales, entre autres grecques (les stryges) et mésopotamiennes (Lilith), le mythe du vampire s'enracine en Europe centrale, dans les ténèbres sanguinaires du Moyen-Âge. La rumeur commence par se répandre dans les charniers de pays déchirés par les guerres et les épidémies : on dit du « vampyri », pour reprendre le vocable slave utilisé à l'époque, qu'il affectionne les cimetières où il déterre les cadavres, et tourmente les humains pour se nourrir de leur sang. Les récits d'un non-mort incarné, aux attributs terrifiants, s'étayent au XVIIIe siècle au travers d'écrits scientifiques, avant de se cristalliser au XIXe siècle dans la littérature gothique anglaise : la légende du vampire trouve alors un point d'orgue avec l'ouvrage de l'Irlandais Bram Stoker, Dracula (1897). Dans son livre, l'auteur, curieux d'occultisme et d'hypnose, invente un personnage complexe, redouté mais fascinant, aux attributs fantastiques : ainsi est-il capable de se transformer en animal (chauve-souris, loup) et d'émettre de la lumière avec les yeux. Insaisissable, Dracula est un Anté-Christ immortel, apeuré par les signes religieux, dont l'extermination ne peut passer que par les brûlures du soleil ou par le pieu qui lui percera le cœur. Autour de lui, Stoker crée également les personnages iconiques de Van Helsing, émérite chasseur de vampires, et de la belle Mina Harker, que le comte tente de posséder.

L'OMBRE SUR L'ÉCRAN

Le cinéma, né à l'aube du XXe siècle, n'a pas tardé à s'intéresser avec engouement à ce récit initiatique, par ailleurs critique détournée de la société victorienne. L'expressionniste Nosferatu de Murnau, sorti en 1922 (adaptation à peine voilée du roman de Stoker) pose les bases d'une métaphysique qui donne à réfléchir le cinéma lui-même comme art vampirique : art de l'illusion et de l'embaumement ; art des corps qui ne vieillissent pas et des caméras qui ne se reflètent pas dans les miroirs. Du coup, à l'approche diégétique du vampire, la mise en scène se retrouve altérée, comme si le cinéma, mordu dans sa chair, subissait des métamorphoses pathologiques, impactant directement sa forme. Ainsi dans Martin de Romero et ...Et mourir de plaisir de Vadim, tournés en couleurs, le noir et blanc surgit au moment de la morsure. Dans Nadja, tourné en 35 mm, le réalisateur Almereyda a utilisé pour les séquences de vampirisation une caméra amateur, dont la mauvaise définition crée une sensation de trouble spatial, voire de pixellisation. Dans tous ces cas, l'expérience vampirique crée une distorsion profonde de la mise en scène : la première victime du vampire est le cinéma lui-même.

Depuis ses origines, le cinéma est donc indissociablement lié aux vampires. Pas étonnant donc que les plus grands cinéastes aient ressenti la nécessité de mettre en scène leurs vampires. Avec eux, ils expriment quelque chose de leur pratique artistique, dans un vertigineux jeu de miroir : Dreyer, Browning, Polanski, Herzog, Coppola, Carpenter, Burton, Bigelow, Jarmusch n'échappent pas à cette tentation de regarder la mort en face, avec parfois une dose d'humour irrévérencieuse (films d'horreur et parodie ne sont pas incompatibles). Il en est de même pour les grands acteurs et actrices (car il existe aussi des femmes vampires, popularisées par l'ouvrage de Sheridan Le Fanu paru en 1872, Carmilla). Parmi les plus emblématiques : Béla Lugosi dans les années 30 (qu'Andy Warhol magnifia avec sa sérigraphie The Kiss, puissante interrogation sur la part de vampirisation à l'œuvre dans le culte des idoles hollywoodiennes) ; Christopher Lee, Isabelle Adjani, Catherine Deneuve, David Bowie, Grace Jones au pic de la libération sexuelle des années 70/80 ; plus récemment, et contemporain du sida que le vampirisme souvent métaphorise, Tom Cruise, Tilda Swinton, Johnny Depp. Ou encore, les jeunes Robert Pattinson et Kristen Stewart dans le très adulé Twilight, qui à l'orée des années 2000 renouvelle considérablement le genre des films de vampires, la coolitude et la tendresse en plus. Et si, dans le fond, tout le monde voulait être un vampire ?

DÉVORATION ET TRANSGRESSION

Le sex appeal irrésistible de ces êtres fantastiques ne se limite jamais à l'autosatisfaction. Incapables de se suffire à eux-mêmes, ils sont dans une quête sans fin de l'Autre, qui les révélera à ce qu'ils sont. Dracula n'est jamais du côté du narcissisme, mais du côté de la libido (de la pénétration, de la dévoration), dont il est l'incarnation absolue. Le vampire est à nu, d'où peut-être le nombre incalculable de films érotiques qui lui sont associés, avec cette nudité particulière qui demeure profondément inquiétante : qu'il s'agisse de films tournés en Europe et aux États-Unis mais aussi au Mexique, au Nigeria, à Taïwan et au Japon. Avec pour point commun une part de transgression (sexuelle donc, mais aussi souvent politique) dont le vampire est le signifiant.

AU CINÉMA ET AU-DELÀ

L'exposition thématique montre, en plus des occurrences cinématographiques du vampire, ses apparitions dans d'autres champs artistiques. Des œuvres maîtresses jalonnent le parcours, choisies dans un souci de mise en rapport directe avec le cinéma : les châteaux hantés du symboliste Redon, les visions cauchemardesques de Kubin, les femmes vampires de Leonor Fini, l'homo-érotisme de Bouguereau, les collages surréalistes d'Ernst, les dénonciations sombres et engagées de Goya et de Niki de Saint Phalle, les fêtes foraines de Fusco et de Mike Kelley, jusqu'aux boîtes-vampires aspirant le reflet de Charles Matton. Sans oublier deux œuvres contemporaines au fort pouvoir de déstabilisation, créées spécialement pour l'exposition : Self-Portrait As a Vampire de Claire Tabouret et Fuck the Facts de Wes Lang. In fine, cette exposition pluridisciplinaire posera la question du statut du vampire en ce début de XXIe siècle, au cinéma, ainsi que dans ses très nombreux avatars télévisuels (Buffy, True Blood, The Strain). Qu'a-t-on encore envie de raconter aujourd'hui avec ces vampires ? Pourquoi l'obsession ne s'est-elle jamais tarie ? Ni mort, ni vivant mais fondamentalement marginal, le vampire se demande qui il est. Et conduit subtilement réalisateurs et spectateurs à se poser exactement la même question. Le vampire est devenu l'image même de celui qui cherche sa place dans le monde, incarnant même, dans la pureté de ses interrogations, une forme d'utopie.

Le cinéma s'écrit avec la lumière mais il se projette dans l'obscurité, qui reste pour toujours le royaume intemporel des vampires.

Matthieu Orléan, commissaire de l'exposition Vampires

Vernissage de l'exposition "Vampires - De Dracula à Buffy"

Vernissage de l'exposition "Vampires - De Dracula à Buffy"


[18:00-21:00] Vernissage de Katinka Bock "Tumulte à Higienópolis"
Location:
Lafayette Anticipations
Fondation d'entreprise Galeries Lafayette
9, rue du Plâtre
75004 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 45 96 68 68
Mail : lafayetteanticipation@galerieslafayette.com
Internet Site : www.lafayetteanticipation.com
Description:
Vernissage de Katinka Bock "Tumulte à Higienópolis"

Du 9 octobre au 5 janvier

Les sculptures, les actions performatives ou les installations de Katinka Bock sont toujours le résultat d'une expérience liée à un lieu spécifique dont elle aurait sondé les conditions physiques et matérielles tout en explorant leur dimension historique, politique et sociale.

Son intérêt pour la mesure et le lieu se traduit dans la formulation d'hypothèses préalables au travail de sculpture, par des questionnements sur l'idée a priori du lieu, sur sa persistance dans le temps ou son changement en fonction du vécu.

Le travail de Katinka Bock a fait l'objet de nombreuses expositions institutionnelles à l'international mais de manière surprenante jamais à Paris, ville qu'elle habite pourtant depuis plusieurs décennies. La restauration d'un bâtiment à Hanovre offre une occasion inattendue de concevoir avec Katinka Bock un projet original et spectaculaire dans tous les espaces de Lafayette Anticipations.

Ce bâtiment, le Anzeiger-Hochhaus de Hanovre, est l'un des édifices marquants de la ville. C'est un grand bloc rectangulaire de briques rouges surmonté d'un dôme de 12 mètres de diamètre d'un cuivre verdi par le temps. Lieu mythique d'activité éditoriale, son sous-sol a vu naître des périodiques aussi importants que Stern ou Der Spiegel.

La restauration de ce bâtiment classé a été l'occasion pour Katinka Bock de récupérer une partie des plaques de cuivre. L'artiste voit dans la configuration du bâtiment de Hanovre des analogies avec celui de Lafayette Anticipations, lieu de pensée et de création dont les sous-sols sont dédiés à la production, pour s'élever vers des espaces publics dont la caractéristique ascensionnelle physique mais aussi symbolique ne lui a pas échappé.

Katinka Bock propose d'occuper l'espace central de la Fondation avec une installation tout en suspension, dans laquelle s'exprimera en majesté sa poétique de la mesure, sa sensibilité rare de la matière et du temps.

Vernissage de Katinka Bock "Tumulte à Higienópolis"

[18:00-21:00] Vernissage de Mathieu Dufois
Location:
Le Patio Opéra
5, rue Meyerbeer
75009 Paris
M° Chaussée d'Antin - La Fayette, Opéra
France
Phone : +33 (0)1 40 98 00 92
Mail : contact@lepatio-opera.com
Internet Site : www.lepatio-opera.com
Description:
Mathieu Dufois - 13ème Lauréat Art [ ] Collector

Mathieu Dufois, lauréat 2018, expose au Patio Art Opéra à Paris du 8 au 26 octobre 2019, sous le commissariat de Caroline Arhuero, chef du service des acquisitions et des commandes du CNAP et chargée d'études documentaires au Ministère de la Culture.

Passionné de cinéma, Mathieu Dufois s'inspire de films noirs et iconiques des années 1950-60 qu'il décrypte et déconstruit, puis recompose pour créer sa propre image. Prises de nuit, influencées par le roman noir, ses photographies peuvent aussi lui servir de point de départ, tout comme ces images extraites de films familiaux tournés en Super 8. Mathieu Dufois réalise également des courts métrages, entre animation et expérimentation, où ses maquettes deviennent des studios de cinéma et les personnages, dessinés puis découpés, des acteurs.
Cette exposition sera accompagnée de l'édition d'un catalogue, ponctué de témoignages de collectionneurs.

Projet original de philanthropie privée lancé en 2011 par Evelyne et Jacques Deret, Art [ ] Collector, des collectionneurs invitent un artiste associe le temps d'une exposition au cœur de Paris, un artiste, ses collectionneurs et sa galerie.


Art [ ] Collector, des collectionneurs invitent un artiste est un projet original de philanthropie privée lancé en 2011 par Evelyne et Jacques Deret, qui associe le temps d'une exposition au cœur de Paris, un artiste, ses collectionneurs et sa galerie. 12 lauréats ont bénéficié depuis lors d'une exposition individuelle au Patio Art Opéra et d'un catalogue ponctué de témoignages de collectionneurs : Marion Charlet, Charles Fréger, Massinissa Selmani, Abdelkader Benchamma, Olivier Masmonteil, Claire Chesnier, Eva Nielsen, Clément Bagot, Karine Rougier, Christine Barbe, Iris Levasseur et Jéméry Liron.
Le projet s'est développé au fil du temps notamment grâce au parrainage du Ministère de la Culture en 2015 et à un partenariat noué en 2016 avec la Patinoire Royale / Galerie Valérie Bach à Bruxelles, qui a accueilli en 2017 une exposition dédiée aux 5 ans du programme.
En 2019, Evelyne et Jacques Deret lancent le Prix Art [ ] Collector - Entreprise, qui contribue à la production et à l'exposition d'une œuvre d'un artiste choisi par un comité de sélection dédié.

Plus d'infos sur www.art-collector.fr

Vernissage de Mathieu Dufois

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Vassily Polenov et sa famille"
Location:
Les Editeurs Réunis
11, rue de la Montagne Sainte-Geneviève
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité
France
Phone : +33 (0)1 43 54 74 46
Mail : ed.reunis@wanadoo.fr
Internet Site : www.editeurs-reunis.fr
Description:
"Vassily Polenov et sa famille. France comme terre de création et d'exil"

pour marquer les 175 ans de l'anniversaire de Vassily Polenov

Le lundi 7 octobre, de 18 à 21h
Vernissage de l'exposition "Vassily Polenov et sa famille. France comme terre de création et d'exil"
19 heures - Un mot d'ouverture par Natalya Polenova, directrice du Musée National Vassili Polenov.
19h30' - Visite guidée de l'exposition par Tatiana Mojenok-Ninin, commissaire de l'exposition, docteur en histoire de l'art, chercheur spécialise en histoire des relations artistiques franco-russes du XIXe siècle.
20 heures - visite guidée de l'exposition par Natalya Solopova scénographe de l'exposition, architecte, docteur en histoire de l'architecture et de l'urbanisme.
Un pot amical sera présenté aux invités.

http://www.vassilypolenov.com

Vernissage de l'exposition "Vassily Polenov et sa famille. France comme terre de création et d'exil"

[18:30-21:00] Vernissage de Gil Lesage
Location:
Renaissance Paris Vendôme
4, rue du Mont Thabor
75001 Paris
M° Tuileries, Pyramides
France
Phone : +33 (0)1 40 20 20 00
Fax : +33 (0)1 40 20 20 01
Mail : rhi.parvd.reception@renhotels.com
Internet Site : www.marriott.fr/hotels/travel/parvd-renaissance-paris-vendome-hotel/
Description:
L'hôtel Renaissance invite Gil Lesage pour une semaine d'exposition et signature de son livre "Désordre" C'est lundi 7 Octobre de 18h30 à 21h hôtel Renaissance/Paris.

Vernissage de Gil Lesage

[18:30-21:00] Vernissage de PHPB "Venice Venise"
Location:
Mairie du 1er arrondissement
4, place du Louvre
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli
France
Phone : +33 (0)1 44 50 75 01
Internet Site : mairie1.paris.fr
Description:
PHPB, photographe Philippine

Vernissage de PHPB "Venice Venise"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Alula, merveille d'Arabie"
Location:
Institut du Monde Arabe
1, rue des Fossés Saint-Bernard
Place Mohammed V
75236 Paris Cedex 05
M° Cardinal Lemoine, Jussieu, Maubert - Mutualité, Sully - Morland
France
Phone : +33 (0)1 40 51 38 38
Fax : +33 (0)1 43 54 76 45
Mail : informations@imarabe.org
Internet Site : www.imarabe.org
Description:
Du 9 octobre au 19 janvier
prolongation jusqu'au 8 mars

Avec son exposition-événement de la rentrée 2019, l'Institut du monde arabe invite ses visiteurs à découvrir la richesse d'AlUla, l'une des plus importantes régions archéologiques au monde.

Lieu magique où se côtoient des paysages extraordinaires, la région d'AlUla offre un spectacle rare, du vert profond de l'oasis à l'ocre du sable, du rouge des canyons de grès aux tons noirs des roches volcaniques. Cet écrin enchanteur, qui s'imprime dans la mémoire de tous ceux qui y sont allés, abrite également les traces multiples et spectaculaires inscrites par des générations d'hommes et de femmes attirées par les richesses de l'une des vallées les plus fertiles de la péninsule Arabique, depuis plus de 7000 ans.

À AlUla, de nombreuses civilisations et sociétés se sont succédé : peuples du Néolithique, royaumes de Dadan et Lihyén, civilisation nabatéenne, empire romain, califats omeyyade et abbasside, Ottomans... Leurs vestiges ont été miraculeusement préservés pour nous parvenir dans un état de conservation exceptionnel.

C'est ce double patrimoine, naturel et humain, que l'exposition « AlUla, merveille d'Arabie » fait découvrir à ses visiteurs, à l'aide de pièces et d'objets archéologiques rares, de dispositifs numériques, sonores et sensoriels, le tout porté par des vidéos inédites et exclusives de Yann Arthus-Bertrand. Elle propose une rencontre avec l'histoire trépidante de ce lieu unique, tout comme avec ses splendeurs naturelles. Elle est aussi un hommage au travail archéologique de première importance, dirigé depuis plus de vingt années par les deux commissaires de l'exposition : l'archéologue et épigraphiste française Laïla Nehmé et l'archéologue saoudien Abdulrahman Alsuhaibani. Leurs recherches ont permis de mettre en lumière des vestiges dont certains seront exposés pour la première fois.

Vernissage de l'exposition "AlUla, merveille d'Arabie"

[18:30-20:30] Vernissage de l'exposition "Denis Brihat"
Location:
Bibliothèque Nationale de France - site François-Mitterrand
Quai François-Mauriac
75706 Paris Cedex 13
M° Bibliothèque François-Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 53 79 59 59
Internet Site : www.bnf.fr
Description:
galerie des donateurs

du 8 octobre au 8 décembre

dans le cadre de Paris Photo

RSVP evenements@bnf.fr

Du 8 octobre au 8 décembre, la BnF mettra à l'honneur l'œuvre du photographe Denis Brihat, figure essentielle de l'histoire de la photographie en France, mais aussi les jeunes photographes de la Bourse du Talent, du 20 décembre 2019 au 29 mars 2020.

[18:30-22:30] Vernissage de l'exposition collective "Solar Punk by Drink'n'Draw"
Location:
Dernier Bar Avant la Fin du Monde
19, avenue Victoria
75001 Paris
M° Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 53 00 98 95
Mail : contact@dernierbar.com
Internet Site : www.dernierbar.com
Description:
Vernissage de l'exposition collective :
Solar Punk by Drink'n'Draw

Salle Singularity 18h30-22h

En lien avec notre thématique de l'année : les Futurs de l'Imaginaire, nous souhaitions vous montrer en images le Solar Punk.

L'esthétique visuelle du Solar Punk oscille entre ville éffrondrée et rénovée. La nature reprends ses droits et via cette exposition les artistes de Drink'n'Draw Paris revisitent chacun à leur manière ce mouvement finalement peu connu du grand public.

Le D'n'D de Paris c'est une association d'artistes qui se rencontrent régulièrement pour dessiner, échanger et partager autour d'un verre ! Les artistes présents auront le soir du vernissage une thématique bien précise : dessiner le Solar Punk dans les jeux vidéos.


Dans le cadre de notre thématique culturelle de l'année : les Futurs de l'Imaginaire, le mois d'octobre se porte sur le Solar Punk !

L'esthétique visuelle du Solar Punk oscille entre ville effondrée et rénovée. Une ville où la nature a repris ses droits sur l'homme mais aussi et surtout sur l'architecture.

Les artistes de Drink'n'Draw revisitent à leur manière le Solar Punk rien que pour vous à travers différentes œuvres.
Drink'n'Draw c'est quoi ? Parti d'un simple rendez-vous hebdomadaire entre amis, le D'n'D à Paris est devenu une rencontre régulière qui réunis des artistes débutants, confirmés et professionnels.
C'est l'occasion de rencontrer des gens, d'échanger des idées et des techniques de dessin autour d'un verre. Tout ça dans une ambiance amicale et décontractée. Chaque session a un thème différent des précédentes, ce qui permet d'explorer différents univers et de sortir les artistes de leurs zones de confort.

Habituellement plus axé sur l'univers super-héros/manga, les artistes du Drink'n'Draw s'essayeront à ce mouvement qui s'oppose aux dystopies chaotiques.

Comme vous le voyez sur le visuel avec un extrait photo du jeu Overwatch, les artistes auront pour défi le soir du vernissage de dessiner le solar punk...dans le jeu vidéo ! Et vous, ça vous inspire ?!

Les artistes présents :
-> Anja Courcet
-> Anna Karen
-> Mélajustmouah
-> Olivier Zambon
-> Plumes & Cros
-> Renaud Sourmail
-> Richard Courcet

Vernissage de l'exposition collective "Solar Punk by Drink'n'Draw"



[19:00-22:00] 5ème édition du Prix Paris Shop & Design 2019
Location:
Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris
CCIP - Hôtel Potocki
27, avenue de Friedland
Hôtel Potocki
75382 Paris Cedex 08
M° Charles de Gaulle - Etoile, George V
France
Phone : 0 820 012 112
Internet Site : www.ccip.fr
Description:
La CCI Paris lance Paris Shop & Design 2019, appel à candidatures pour promouvoir le design des commerces parisiens. Jusqu'au 30 avril 2019.

La Chambre de commerce et d'industrie de Paris lance la 5ème édition du prix Paris Shop & Design qui valorise les initiatives les plus réussies en matière de design et d'architecture dans la conception des espaces de vente. Gratuit et ouvert à tous les commerces, le prix récompense les réalisations de moins de trois ans (création ou rénovation de point de vente).

Jusqu'au 30 avril 2019, commerçants et architectes/designers peuvent déposer leur dossier de candidature pour l'une des sept catégories : Alimentaire | Mode | Maison, décoration | Bien-être, santé, beauté | Hôtels, cafés, restaurants | Culture, loisirs, services aux particuliers | Digital experience.

Avec ce prix Paris Shop & Design, les lauréats peuvent promouvoir et valoriser leurs réalisations auprès des professionnels et bénéficient d'une belle visibilité grâce à la campagne de communication autour de l'événement et le soutien de grands partenaires : Mairie de Paris, Ordre des architectes en Ile-de-France...

Présidé cette année par Philippe Houzé, président du directoire du groupe Galeries Lafayette, un jury d'experts sélectionne les meilleures réalisations. La dimension esthétique est prise en compte, mais aussi la fonctionnalité du design d'espace, son ergonomie, l'expérience proposée, l'accessibilité, les services associés... Le design est considéré comme une démarche procédant d'une réflexion globale sur l'expérience client.

La remise de prix se tiendra le 7 octobre 2019 au siège de la CCI Paris Ile-de-France à l'Hôtel Potocki.

«Pour séduire un consommateur versatile et surinformé, les marques n'ont d'autre choix que d'offrir des expériences d'achat réussies et différenciées... C'est de ce foisonnement d'initiatives et d'innovations commerciales dont Paris Shop & Design veut rendre compte», précise Dominique Restino, président de la CCI Paris. «Nous capitalisons, édition après édition, sur cet extraordinaire bouillonnement créatif qui participe de l'attractivité de Paris, destination shopping par excellence», souligne Nelly Rodi, déléguée du président de la CCI Paris en charge de la filière Création, mode, design.

Inscription sur www.parisshopdesign.com | #ParisShopDesign




Le prix Paris Shop & Design récompense les initiatives les plus innovantes en matière de design des espaces de vente à Paris. Découvrez les lauréats 2019...

Lancé en 2012 par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, le prix Paris Shop & Design valorise les initiatives les plus réussies en matière de design et d'architecture dans la conception des espaces de vente : commerces et services de proximité, cafés, hôtels et restaurants parisiens.

Avec ce prix, la CCI Paris souhaite sensibiliser les 62 000 commerçants parisiens en démontrant par l'exemple que le design apporte une authentique valeur ajoutée à leur activité. Pour concourir, les réalisations doivent être situées à Paris et avoir moins de 3 ans d'existence.

Les lauréats Paris Shop & Design 2019
A l'issue de l'appel à candidature en avril dernier, la CCI Paris s'est appuyée sur un jury d'experts, présidé par Philippe Houzé, Président du directoire du groupe Galeries Lafayette, pour récompenser les meilleures réalisations de moins de trois ans.

Le jury 2019 a sélectionné les lauréats en prenant en compte la dimension esthétique, mais aussi la fonctionnalité du design d'espace, son ergonomie, l'expérience proposée, l'accessibilité, les services associés... Le design est envisagé comme une démarche procédant d'une réflexion globale sur l'expérience client.


Pour cette 5ème édition du Prix Shop & Design, six binômes commerçant / professionnel du design ou de l'architecture ont été primés le 7 octobre 2019 au siège de la CCI Paris Ile-de-France, dans 6 catégories de commerces.

Catégorie Alimentaire
BOUTIQUE PATRICK ROGER (Chocolatier) - 225 rue du Faubourg Saint Honoré - 75008 PARIS
Commerçant : Patrick Roger / Concepteur : Lina Ghotmeh - Architecture
Véritable sculpture, cet espace sublime le travail artistique du chocolatier en lui offrant un écrin tout en contraste, où la poésie glacée du blanc incisée de son ruban de verre met en valeur les compositions gourmandes et malicieuses de Patrick Roger.

Catégorie Mode
BLEU DE COCAGNE (Mode) - 57 rue Charlot - 75003 PARIS
Commerçants : Bruno Duflos - Thierry Le Lann / Concepteur : Apparel Architecture
Avec un parti-pris minimaliste assumé mixant les inspirations de style workwear et japonais, Bleu de Cocagne propose un espace très cohérent dont l'unité est renforcée par l'unique pigment bleu pastel décliné sur ses produits.

Catégorie Maison / Décoration
ATELIER TARKETT (Revêtements de sol) - 43 rue Saintonge - 75003 PARIS
Commerçant : Benjamine Proisy / Concepteur : Studio 5.5
L'idée était de concevoir un lieu qui prolonge le bureau de l'architecte, où il se sente bien. Loin d'un showroom classique, tout est source d'inspiration ; Tarkett a magnifié la matière et a cherché à révéler le potentiel créatif du revêtement de sol.

Catégorie Bien-être - Santé - Beauté
BEL HOMME INSTITUT (Institut de beauté pour homme) - 6 rue de Jarente - 75004 PARIS
Commerçante : Aurélie Richard / Concepteur : Cultive ton mètre cube
L'optimisation de l'espace, conjuguée à la mise en valeur des matériaux d'origine a permis de relever le défi de créer trois espaces distincts dans 20 m², de compartimenter sans fermer, grâce à un jeu de parois vitrées occultables.

Catégorie Hôtels / Cafés /Restaurants
HOTEL LES DEUX GIRAFES (Hôtel) - 23 passage Beslay - 75011 PARIS
Commerçant : Alexandre Rondepierre / Architecte : AR Architecture / Designer : ITAK Architectes
Le passé industriel du lieu est magnifiquement réinvesti avec humour et sobriété grâce à un travail minutieux sur les ambiances et la scénographie de tous les espaces : lobby, réception, salon et bar ainsi que bien sûr les chambres. Une façon de rejouer une époque révolue, sans pastiche et d'une manière décalée.

Catégorie Culture / Loisirs/ Services aux particuliers
ICI LIBRAIRIE (Librairie) - 25 Boulevard Poissonnière - 75002 PARIS
Commerçantes : Anne-Laure Vial - Delphine Bouetard / Concepteur : Studio Briand & Berthereau
Faire de cette librairie un lieu chaleureux et authentique, une bulle dans la ville, un commerce ouvert à tous. L'aménagement permet de s'adapter à tout moment aux évolutions du marché grâce à un mobilier modulable afin de configurer l'espace en fonction des évènements.


Le design : un levier pour les commerces parisiens

Pour renforcer l'attractivité et le rayonnement international de la capitale, la CCI Paris développe des actions spécifiques pour inciter les marques et les enseignes à concevoir des espaces de ventes renouvelés et inspirants.

Paris compte de prestigieuses écoles de design, d'architecture et de stylisme qui forment un grand nombre de talents créatifs ; à l'heure de la convergence du numérique avec les autre canaux de vente, il importe plus que jamais pour le secteur du commerce « physique » de se saisir de cet atout créatif pour se différencier.


Une reconnaissance auprès des professionnels

Avec le prix Paris Shop & Design, les lauréats peuvent promouvoir et valoriser leurs réalisations auprès des professionnels et bénéficient d'une belle visibilité grâce à la campagne de communication autour de l'événement avec le soutien de grands partenaires : Ville de Paris, Ordre des Architectes en Ile-de-France, APSYS, Office du Tourisme et des Congrès de Paris, Le Parisien, Intramuros, Commerce Magazine, D'A Magazine.

#ParisShopDesign

[19:00-22:00] 100 ans de Betjeman & Barton
Location:
Cercle Lebrun
47, rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris
M° Cardinal Lemoine
France
Phone : +33 (0)1 56 02 03 47
Mail : cercle-lebrun@by-kadrance.com
Internet Site : www.by-kadrance.com/lieux/le-cercle-lebrun/
Description:
Betjeman & Barton, marchands de thé à Paris depuis 1919

[19:00-21:00] Vernissage de Patrick Chauvel "50 ans sur le front"
Location:
Maison de Radio France
Maison de la Radio
116, avenue du Président Kennedy
75220 Paris Cedex 16
M° RER C Avenue du Président Kennedy, Passy
France
Phone : +33 (0)1 56 40 22 22
Internet Site : www.radiofrance.fr
Description:
Accès libre par le Hall Seine de la Maison de la radio

Une exposition réalisée par franceinfo et Direction de la Musique et de la création de Radio France.
Scénographie : Samuel Bonnet

En partenariat avec Visa pour l'image, festival international de Photojournalisme.

En marge de la 2ème édition de Médias en Seine, proposé par franceinfo et Les Echos, une exposition consacrée au grand reporter de guerre Patrick Chauvel est présentée dans la Nef de Radio France.
50 ans sur le front présente, en partenariat avec le Festival International du Photojournalisme Visa pour l'image, plus de cinquante photographies emblématiques de l'œuvre du photographe qui témoignent des grands conflits internationaux. Du Vietnam à la guerre des Balkans, du Cambodge aux conflits africains, du Surinam au Liban, le travail de Patrick Chauvel raconte et témoigne : «Je cherche ceux qui croient au milieu du chaos. La guerre m'intéresse parce que c'est en elle que je trouve cette faible lueur. Pour le reste, je fais ce que je peux, je raconte l'Histoire. Pour la mémoire, pour le plaisir de subir et ensuite d'avoir le privilège de raconter aux autres».

Né à Paris en 1949, Patrick Chauvel est journaliste, photographe, documentariste et écrivain. De la guerre du Vietnam en 1968 à la Syrie en 2019, il a couvert la plupart des conflits des cinquante dernières années. Entré à SIPA en 1970, il travaille ensuite pour SYGMA de 1975 à 1996, date à laquelle il devient photographe indépendant. Ses photos ont été publiées par Newsweek, Time Magazine, Life, Stern, Paris-Match, VSD... et ont obtenu de nombreux prix dont le World Press Spot News en 1996 après un reportage en Tchétchénie. En 2014, il crée le Fonds Patrick Chauvel, destiné à rassembler l'ensemble de son travail photographique, à créer une plateforme de réflexion sur le métier de reporter de guerre et à servir de relais entre les générations en mettant en avant le travail de photographes peu connus.
En 2020, le Fonds Patrick Chauvel ouvrira ses portes au public au sein du Mémorial de Caen. A ce jour, Patrick Chauvel continue de faire son métier de journaliste à travers la photographie, les films et les écrits.

Vernissage de Patrick Chauvel "50 ans sur le front"
Liban, 1984. Un tank de l'armée libanaise chrétienne tire sur les milices musulmanes dans le centre-ville de Beyrouth. Un chat de religion indéterminée fuit les combats. - Photo : Patrick Chauvel

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Toulouse-Lautrec. Résolument Moderne"
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
Galeries nationales

9 octobre 2019 - 27 janvier 2020

Depuis 1992, date de la dernière rétrospective française de l'artiste, plusieurs expositions ont exploré les attaches de l'oeuvre de Toulouse-Lautrec avec la « culture de Montmartre ».

Cette approche a réduit la portée d'un artiste dont l'œuvre offre un panorama plus large.

L'exposition du Grand Palais - qui réunit environ 200 oeuvres - veut, à la fois, réinscrire l'artiste et dégager sa singularité.

Si l'artiste a merveilleusement représenté l'électricité de la nuit parisienne et ses plaisirs, il ambitionne de traduire la réalité de la société contemporaine dans tous ses aspects, jusqu'aux moins convenables.

L'exposition montre enfin comment cet aristocrate du Languedoc, soucieux de réussir, a imposé son regard lucide, grave et drôle au Paris des années 1890 et pourquoi Toulouse-Lautrec s'inscrit comme un précurseur de mouvements d'avant-garde du 20e siècle, comme le futurisme.

Exposition coproduite par les musées d'Orsay et de l'Orangerie et la Rmn - Grand Palais avec le soutien exceptionnel de la ville d'Albi et du musée Toulouse-Lautrec. Exposition conçue avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France, détentrice de l'ensemble de l'œuvre lithographié de Henri de Toulouse-Lautrec.

L'exposition bénéficie du soutien d'ING, de la MAIF et de la Fondation Louis Roederer.

Vernissage de l'exposition "Toulouse-Lautrec. Résolument Moderne"

Trois rejets conditionnent la vision courante de Henri de Toulouse-Lautrec : il aurait méprisé les valeurs de sa classe, négligé le marché de l'art, exploité le monde de la nuit parisienne et du sexe tarifié ; en le regardant de haut. La libération des formes et la verve satirique du meilleur de l'œuvre en seraient la garantie visuelle.

A cette vision conflictuelle de sa modernité, typique des années 1970-1980, il faut en substituer une autre, plus positive. Cette exposition - qui réunit environ 200 œuvres - veut, à la fois, réinscrire l'artiste et dégager sa singularité. La contradiction n'est qu'apparente, tant Lautrec lui-même a agi simultanément en héritier, en homme de réseau, en conquérant de l'espace public et en complice du monde qu'il a traduit avec une force unique, rendant plus intense et significative « la vie présente ». Plutôt que de l'affilier à la caricature qui cherche à blesser, voire humilier, il faut le rattacher à une lignée très française du réalisme expressif, brusque, drôle, direct (dirait Yvette Guilbert) dont sa correspondance égrène les noms : Ingres, Manet, Degas. Comme eux, Lautrec fait de la photographie son alliée. Plus qu'aucun autre artiste du XIXe siècle, il s'associa des photographes, amateurs ou professionnels, fut conscient de leur pouvoir, servit leur promotion par l'affiche. L'archive photographique de Lautrec rejoint, du reste, les pratiques du jeu aristocratique sur les apparences et les identités qu'on échange à plaisir, moyen de dire que la vie et la peinture n'ont pas à se plier aux limites ordinaires. Tout l'enchantait.

Depuis 1992, date de la dernière rétrospective française de l'artiste, maintes expositions ont cherché à réinscrire l'œuvre de Toulouse-Lautrec (1864-1901) dans la « culture de Montmartre » dont il serait, à la fois, le chroniqueur et le contempteur. Le Paris des plaisirs interlopes et des aliénations modernes, du cancan au bordel, aurait trouvé en lui son complice et son juge. Cette approche sociologique, heureuse par ce qu'elle nous dit des attentes et inquiétudes de l'époque, a réduit dramatiquement la portée d'un artiste que ses origines, ses opinions et son esthétique ouverte préservèrent de toute tentation inquisitrice. Lautrec ne s'est jamais érigé en accusateur des vices urbains et des nantis impurs. Par sa naissance, sa formation et ses choix de vie, il s'est plutôt voulu l'interprète pugnace et cocasse, terriblement humain au sens de Daumier ou Baudelaire, d'une liberté qu'il s'agit de mieux faire comprendre au public d'aujourd'hui. A force de privilégier le poids du contexte ou le folklore du Moulin-Rouge, on a perdu de vue l'ambition esthétique, poétique, voire politique, dont Lautrec a investi ce qu'il apprit, tour à tour, auprès de Princeteau, Bonnat et Cormon. Comme l'atteste sa merveilleuse correspondance, Manet, Degas et Forain lui ont permis, dès le milieu des années 1880, de transformer son naturalisme puissant en un style plus incisif et caustique. De vraies continuités s'observent de part et d'autre de sa courte carrière. L'une d'entre elles est la composante narrative dont Lautrec se départit beaucoup moins qu'on pourrait le croire. Elle est particulièrement active aux approches de la mort, vers 1900, quand sa vocation de peintre d'histoire prend une tournure désespérée. L'autre dimension de l'œuvre qu'il convient de rattacher à son apprentissage, c'est le désir de représenter le temps, et bientôt d'en déployer la durée plus que d'en figer le mouvement. Encouragé par sa passion photographique et l'adoubement de Degas, électrisé par le monde des danseuses et des inventons modernes, Lautrec n'aura cessé de reformuler l'espace-temps de l'image.

Dès que l'œuvre bascule dans cette synthèse saisissante, dont il faut rapprocher la démarche des anciens condisciples de l'atelier Cormon (Louis Anquetin, Emile Bernard, Vincent Van Gogh), Lautrec développe une stratégie entre Paris, Bruxelles et Londres, que l'exposition souligne en distinguant la face publique de son œuvre du versant plus secret. Lautrec renonce au Salon officiel, non à l'espace public, ni au grand format. Preuve qu'il cherchait bien, comme Courbet et Manet avant lui, une relève de la peinture d'histoire par l'exploration de la société moderne en ces multiples visages, au mépris parfois des bienséances. Qu'il ait joui du spectacle de Montmartre, qu'il ait célébré l'aristocratie du plaisir et des prêtresses du vice à la façon de Baudelaire, est indéniable. La maison close lui offre même un espace où les femmes jouissent d'une indépendance et d'une autorité uniques, si paradoxales soient-elles. Nul autre peintre, en outre, n'a trouvé les moyens de communiquer l'éclat dur des éclairages et des reflets, la fièvre d'une clientèle aguerrie aux excès, l'électricité du cancan. Le mouvement, que rien ne bride, se décompose devant nos yeux, aboutissant aux affiches les plus dynamogènes, comme aux estampes de Loïe Fuller et aux panneaux de la Goulue, également cinématographiques. Il y a là une folie de la vitesse et une capacité pré-futuriste qui réunit le cheval au galop, le chahut des cabarets, la fièvre vélocipédique à l'automobile. Mais la magie des machines ne parvient pas à déshumaniser la peinture, toujours incarnée et même les affiches les plus économes de moyens. De même que ses écrivains d'élection, de Jules Renard aux familiers de la Revue blanche, Lautrec est parvenu à concilier la fragmentation subjective de l'image et la volonté de hisser la vie moderne vers de nouveaux mythes. Entre peinture, littérature et nouveaux médiums, l'exposition trouve son chemin, au plus près de cet accoucheur involontaire du XXe siècle.

Vernissage de l'exposition "Toulouse-Lautrec. Résolument Moderne"
Henri de Toulouse-Lautrec, Au salon : le divan (Détail), c.1893
Huile et pastel sur carton - 60 x 80 cm
São Paulo, museu de arte de Sao Paulo © Museu de arte de Sao Paulo / Photo João Musa

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "de l'amour"
Location:
Palais de la Découverte
avenue Franklin-D.-Roosevelt
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau, Franklin D. Roosevelt, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 56 43 20 20
Internet Site : www.palais-decouverte.fr
Description:
Quel sujet d'attention plus universel que l'amour ? Énigmatique, moteur tout-puissant de tant d'histoires, l'amour semble particulièrement difficile à cerner. "De l'amour", exposition présentée au Palais de la découverte à partir du 8 octobre 2019, questionnera ce mystérieux sentiment en s'appuyant sur des travaux scientifiques et artistiques.

Deux galeries vous sont proposées pour explorer ces territoires amoureux :

La galerie des attachements
Qu'est-ce que l'amour ? L'empathie ? L'attachement ?
Là où le français n'utilise que le terme "amour", le grec utilise quatre mots : érōs, le désir, la passion charnelle ; storgê, l'amour familial ; agapē, l'amour désintéressé et philía, l'amitié, le lien social.
Derrière la simplicité de ces définitions se cache un concept qui ne se résume ni au sexe, ni à la camaraderie, ni à l'amitié, ni à la générosité. Une approche par quatre entrées qui vous permettra de percer un peu plus ce mystère et de découvrir les dernières recherches scientifiques (les sciences affectives) sur l'amour.

La galerie des sciences
Il n'existe pas de théorie scientifique globale sur l'amour. Pourtant, l'affection, l'attachement, la sexualité et l'empathie sont véhiculés par les mêmes molécules, déclenchent la sécrétion des mêmes hormones et empruntent les mêmes circuits neuronaux.
La galerie des sciences vous permettra d'aborder le sujet en sept questions, explorées en détails par des neuroscientifiques, sociologues, sexologues, psychanalystes et philosophes :

C'est quoi l'amour ?
L'attachement, un lien qui protège, un lien qui libère
Amours en ligne
Comment le corps se manifeste ?
L'art d'aimer les autres
Des preuves d'amour
Comment se fabrique la sexualité ?
Une exposition imprévisible, inattendue et poétique à découvrir à partir de 15 ans dès le 8 octobre 2019.

Vernissage de l'exposition "de l'amour"




[20:00-22:00] Soirée Arty - Orange Opéra
Location:
Boutique Orange Opéra
10, rue Halévy
7, rue Meyerbeer
75009 Paris
M° Opéra, Chaussée d'Antin - La Fayette, RER A Auber
France
Phone : 3900
Internet Site : boutique.orange.fr/nouveautes/opera
Description:
La Boutique Orange Opéra réinvente le parcours client grâce à l'art contemporain

Une initiative engagée pour un parcours client inédit

Actuellement, et ce jusqu'en février 2020, le concept store Orange Opéra propose une exposition artistique interactive pour offrir à ses clients une expérience ludique et engagée.

Les œuvres présentées sont des séries photographiques et des sculptures interactives créées par les artistes encoreunestp et Vénissia Kay spécifiquement pour la boutique Orange Opéra.

L'objectif est de modifier l'expérience et le parcours des clients afin de les amener à se questionner à la fois sur leur utilisation des nouvelles technologies, leur rapport à l'environnement et le lien à l'autre.

Avec cette démarche inédite, Orange réunit les œuvres d'un artiste reconnu et celles d'une artiste émergente pour rappeler que tous les publics se rencontrent dans ses boutiques, notamment à Opéra, triangle culturel et central de la capitale. Intégrer des artistes dans le parcours client de ce concept store, c'est aussi faire entrer la culture dans le quotidien de chacun et mettre en avant les enjeux de RSE qui sont au cœur de la nouvelle stratégie de l'opérateur.


Deux artistes - Deux démarches

L'artiste encoreunestp est connu notamment pour son exposition des « Extatiques » à Paris La Défense. Il trouve sa source d'inspiration dans les réseaux sociaux et interroge notamment le rapport à l'image de soi. C'est le cas par exemple de « l'insta'mirror » qui se trouve à l'entrée de la boutique et qui invite le visiteur à faire un selfie dans un miroir qui reproduit le format du post Instagram. C'est le cas également avec les œuvres de la série #Foodporn du 1er étage qui invitent à réinterpréter le mythique plateau tv.

C'est une autre démarche qui est portée par Vénissia Kay puisque cette jeune plasticienne utilise les matériaux technologiques et invite les visiteurs à s'interroger sur l'impact environnemental du digital. C'est le cas dans les œuvres de la série « iEat » dans laquelle elle met en scène du matériel électronique à recycler : ces œuvres donnent faim et trompent les sens grâce à un jeu d'illusion remarquable. Mais l'artiste ne s'arrête pas là. Elle implique les visiteurs pour une prise de conscience plus forte. En effet, ceux-ci pourront déposer leurs objets obsolètes dans une enveloppe mise à disposition et destinées à l'artiste. Celle-ci récupèrera les dons des clients pour réaliser de nouvelles œuvres : ainsi, les anciens propriétaires deviennent des mécènes nouvelle génération.

Soirée Arty - Orange Opéra

[20:30-23:00] Clôture de la 28e Quinzaine du cinéma francophone
Location:
Centre Wallonie-Bruxelles à Paris
46, rue Quincampoix
127-129, rue Saint-Martin
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 53 01 96 96
Fax : +33 (0)1 48 04 90 85
Mail : info@cwb.fr
Internet Site : www.cwb.fr
Description:
#Saison4.0 / L'I.r.r.é.d.u.c.t.i.b.l.e

KONGO, de Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav, en avant-première
(2019 - Congo/France -1h10 - VO stf.)
Scénario : Mati Diop et Olivier Demangel.
Image : Hadrien La Vapeur. Son : Corto Vaclav. Montage: Clément Chauvelle. . Musique: Gaspar Claus.
Production : Kidam, Expédition invisible, Commune Image, Canal+ International.
Distribution France : Pyramide Films (sortie nationale : 11 mars 2020).

À Brazzaville, un monde invisible régit le monde visible. L'apôtre Médard se démène pour guérir les malades victimes de mauvais sorts. Mais sa vie bascule lorsqu'on l'accuse publiquement de pratiquer la magie noire.

Sélectionné à l'ACID Cannes 2019.

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics