Friday, October 11, 2019
Public Access


Category:
Category: All

11
October 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00  
18:00 [18:00-21:00] Vernissage "You - Oeuvres de la collection Lafayette Anticipations"
Location:
Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris
ARC
11, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 53 67 40 00
Internet Site : www.mam.paris.fr
Description:
Du 11 octobre 2019 au 16 février 2020

Le musée présente une sélection d'œuvres d'artistes contemporains français et internationaux, issue des 330 pièces de la Collection Lafayette Anticipations - Fonds de dotation Famille Moulin.

Pensée autour d'oeuvres et d'installations acquises par le fonds depuis 2005 qui intègrent la sculpture, la vidéo, ou la performance, l'exposition présente un aperçu des dernières évolutions de l'art et rend compte de la capacité des artistes à interroger et décrypter notre monde en mutation.

L'exposition propose une réflexion autour des notions de proximité, de partage, et tout particulièrement de dialogue, de la manière dont les oeuvres échangent avec le public, se répondent, mais aussi se transforment en se côtoyant. Des pièces spectaculaires alternent avec d'autres plus sensibles, parfois à la limite du perceptible, convoquant la vision, l'ouïe, l'odorat, mais aussi l'imaginaire de la science et de la fiction. Elle compose ainsi un panorama où les sens et l'intellect sont stimulés.

Aussi singulières et autonomes soient-elles, les oeuvres de l'exposition ont en commun de refléter, chacune à leur manière, les mues de notre monde. Elles traduisent une certaine opacité poétique (Ketuta Alexi-Meskhishvili, Olga Balema, Trisha Donnelly...) reposant souvent sur le ready made. Elles renvoient autant à la préhistoire qu'au digital (Marguerite Humeau, Rachel Maclean...), et utilisent les images de fragmentation, de transmutation, voire de disparition comme des métaphores vivantes ; la fumée, le liquide ou encore le plastique émergent ainsi sous plusieurs formes au fil de l'exposition (Michaela Eichwald, Guillaume Leblon, Liz Magor...).

Chacune des oeuvres évoque ainsi un organisme ouvert, un monde en miniature (Ian Kiaer) ou en évolution, qui résiste à l'idée même de conservation figée. Elles semblent chargées de la mémoire de leur propre passé, mais aussi de la promesse de leur possible réinvention. Elles parlent de fractures autant que de force créatrice (Anne Imhof), la destruction pouvant aussi permettre une renaissance (Michael E. Smith). En faisant dialoguer et interagir différentes oeuvres renvoyant de manière poétique à des éléments pluriels et complexes (Eau, Feu, Air, Terre et Métal), l'exposition crée autant de situations, de microclimats qui, agrégés ensemble, contribuent à la création d'une atmosphère plus globale, bien qu'elle aussi fluctuante : plus ou moins humide, sèche, froide ou chaude (Michel Blazy, Rachel Rose).

L'exposition se propose de repenser les oppositions dépassées entre les notions de nature et de culture, dans un monde de soi-disant progrès, où l'homme, entre l'animal et la machine, détruit autant qu'il produit. Comme alternatives, il peut alors choisir la dématérialisation ou encore la performance d'une identité autre (Wu Tsang, Rosalind Nashashibi et Lucy Skaer). L'exposition refuse ainsi une vision fataliste. En effet, les oeuvres, en reprenant le pouvoir, nous invitent à repenser notre rapport à l'art et à travers lui, au monde.

Avec : Saâdane Afif, Ketuta Alexi-Meskhishvili, Danai Anesiadou, Matthew Angelo Harrison, Olga Balema, Eric Baudelaire, Camille Blatrix, Michel Blazy, Katinka Bock, Peter Coffin, Delphine Coindet, Julien Creuzet, Abraham Cruzvillegas, Pauline Curnier Jardin, Trisha Donnelly, Vava Dudu, Michael E. Smith, Michaela Eichwald, Lydia Gifford, Petrit Halilaj, Yngve Holen, Max Hooper Schneider, Marguerite Humeau, Anne Imhof, KAYA (Kerstin Brätsch et Debo Eilers), Morag Keil, Ian Kiaer, Guillaume Leblon, Maggie Lee, Sam Lewitt, Rachel Maclean, Liz Magor, Helen Marten, Mélanie Matranga, Lucy McKenzie, Rosalind Nashashibi et Lucy Skaer, Shahryar Nashat, Reto Pulfer, Lili Reynaud Dewar, Rachel Rose, Cameron Rowland, Yorgos Sapountzis, Timur Si-Qin, Tatiana Trouvé, Wu Tsang, Raphaela Vogel, Erika Vogt, Anicka Yi.

Un catalogue de l'exposition sera publié aux éditions Paris Musées.

Commissaire : Anne Dressen

Vernissage de l'exposition "You - Oeuvres de la collection Lafayette Anticipations"
Rachel Maclean, Feed me, 2015
Video still, 1/6 +1AP
Collection Lafayette Anticipations
© Rachel Maclean

Vernissage de l'exposition "You - Oeuvres de la collection Lafayette Anticipations"
Maggie Lee, aa xxx, 2016
Collection Lafayette Anticipations
© Maggie Lee Courtesy of th artist and Édouard Montassut, Paris Photo @ Gina Folly

Vernissage de l'exposition "You - Oeuvres de la collection Lafayette Anticipations"
Helen Marten, Ludic Organs, 2011
Collection Lafayette Anticipations
© Helen Marten, courtesy of the artist and König Galerie Photo : © Marc Domage, FIAC 2011

Vernissage de l'exposition "You - Oeuvres de la collection Lafayette Anticipations"
Michael E. Smith, Untitled, 2012
Peau de poisson, chapeau de paille
Collection Lafayette Anticipations
© Courtesy Micheal E.Smith et KOW, Berlin Photo : Aurélien Mole

[18:00-21:00] Vernissage de Simone Fattal
Location:
Galerie Balice Hertling Arts et Métiers
239, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Réaumur - Sébastopol, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 40 33 47 26
Mobile : +33 (0)6 19 60 88 94
Fax : +33 (0)1 40 33 47 36
Mail : gallery@balicehertling.com
Internet Site : www.balicehertling.com
Description:
11 octobre - 9 novembre
avec la participation d'Eugénie Paultre

Vernissage vendredi 11 octobre de 18 à 21 heures
Une discussion entre l'artiste et la Deputy Director de Performance Space New York, Pati Hertling, aura lieu pendant le vernissage, à 19h.

troisième exposition personnelle de Simone Fattal à la galerie Balice Hertling

image : Simone Fattal, Autoportrait, 1983

Le trouble. Le tourment. Le désordre. Le désastre. Le terrible. L'extrême. L'éclatement. Le jaillissement.
Et tout ce qui surgit pur d'un véritable abandon... : les tâches de nos énigmes - qui se cherchent dans n'importe quelle forme ; les pointillés de nos drames, indices de nos inévitables éparpillements - pétales dispersés par un vent tournant à l'envers. La délicatesse ici est au service de la vivacité du geste où s'écrit une histoire faite de bouleversements et d'impacts - nous saisissant au cœur pour brutalement le ranimer. C'est certainement un état de transe qui fabrique ces visions... Et qu'est-ce que la transe sinon l'expression troublante de nos mystères qui forcent un chemin ? Elle mérite d'être dévoilée crûment pour manifester l'arrière-plan de nos existences perchées sur la pointe d'une danse éperdument jetée dans une arène de questions. Au plus profond de nous, des signaux colorés affrontent le Noir - noir magma où se fabriquent les fulgurances. Scindé en deux, notre théâtre intérieur laisse percer un dialogue entre le clair et l'obscure, pour que quelque chose parle, se mette à parler. Une dualité comme pour réorganiser l'émotion dans une forme simple : la nuit, le jour - l'opacité, la transparence - coordonnées minimales de l'esprit. Ainsi se montre à nu l'état d'être artiste : cavalcade insensée, dans un mouvement inné et irréversible, vers le rien, vers un je ne sais quoi ? Cela ne va pas sans crise : ici nous la voyons à l'œil nu, elle qui se tient souvent cachée sous les surfaces chatoyantes des œuvres. Ici nous sommes nez à nez avec la matrice, avec le grondement du moteur de l'enthousiasme artiste. On voit de visu ce que d'autres dissimulent pour mieux s'alimenter en secret au feu sidérant d'une folie de vivre. Quatre cartographies de l'âme - dévoilées dans ses explosions, ses fusions, ses effusions - célèbrent ces immenses expériences, celles qui consentent à des déchirements inouïs. L'art est aussi à ce prix. Alors, oui, pourquoi le cacher ?
- Eugénie Paultre

Eugénie Paultre est née à Paris en 1979. Après avoir étudié et enseigné la philosophie, elle se consacre à la peinture et à l'écriture, et au montage de film.

Vernissage de Simone Fattal

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Hans Hartung - La fabrique du geste"
Location:
Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris
ARC
11, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 53 67 40 00
Internet Site : www.mam.paris.fr
Description:
Du 11 octobre 2019 au 01 mars 2020

À l'occasion de sa réouverture après d'ambitieux travaux de rénovation, le Musée d'Art Moderne présente une rétrospective du peintre Hans Hartung (1904-1989).

La dernière rétrospective dans un musée français datant de 1969, il était important de redonner à Hans Hartung (1904-1989) toute la visibilité qu'il mérite. L'exposition porte un nouveau regard sur l'ensemble de l'oeuvre de cet artiste majeur du XXe siècle et sur son rôle essentiel dans l'histoire de l'art. Hans Hartung fut un précurseur de l'une des inventions artistiques les plus marquantes de son temps : l'abstraction.

Acteur d'un siècle de peinture, qu'il traverse avec une soif de liberté à la mesure des phénomènes qui viennent l'entraver - de la montée du fascisme dans son pays d'origine l'Allemagne à la précarité de l'après-guerre en France et à ses conséquences physiques et morales - jamais, il ne cessera de peindre.

Le parcours de la rétrospective comprend une sélection resserrée d'environ trois cent oeuvres, provenant de collections publiques et particulières françaises et internationales et pour une grande part de la Fondation Hartung-Bergman. Cet hommage fait suite à l'acquisition du musée en 2017 d'un ensemble de quatre oeuvres de l'artiste.

L'exposition donne à voir la grande diversité des supports, la richesse des innovations techniques et la panoplie d'outils utilisés durant six décennies de production. Hans Hartung, qui place l'expérimentation au coeur de son travail, incarne aussi une modernité sans compromis, à la dimension conceptuelle. Les essais sur la couleur et le format érigés en méthode rigoureuse d'atelier, le cadrage, la photographie, l'agrandissement, la répétition, et plus surprenant encore, la reproduction à l'identique de nombre de ses oeuvres, sont autant de recherches menées sur l'original et l'authentique, qui résonnent aujourd'hui dans toute leur contemporanéité. Hans Hartung a ouvert la voie à certains de ses congénères, à l'instar de Pierre Soulages qui a toujours admis cette filiation.

L'exposition est construite comme une succession de séquences chronologiques sous la forme de quatre sections principales. Composée non seulement de peintures, elle comprend également des photographies, témoignant de cette pratique qui a accompagné l'ensemble de sa recherche artistique. Des ensembles d'oeuvres graphiques, des éditions limitées illustrées, des expérimentations sur céramique, ainsi qu'une sélection de galets peints complètent la présentation et retracent son itinéraire singulier.

Afin de mettre en relief le parcours d'Hans Hartung, en même temps que son rapport à l'histoire de son temps, cette exposition propose des documents d'archives, livres, correspondances, carnets, esquisses, journal de jeunesse, catalogues, cartons d'invitations, affiches, photographies, films documentaires, etc.

Figure incontournable de l'abstraction au XXe siècle, Hans Hartung ne se laisse pas pour autant circonscrire dans ce rôle de précurseur historique, car sa vision d'un art tourné vers l'avenir, vers le progrès humain et technologique, vient nous questionner aujourd'hui encore. Le parcours met en tension et en dialogue ces deux aspects complémentaires qui constituent le fil rouge de cette exposition.

Un catalogue comprenant une quinzaine d'essais et une anthologie de textes est publié aux Éditions Paris Musées.

Commissaire : Odile Burluraux
Assistante : Julie Sissia

Vernissage de l'exposition "Hans Hartung - La fabrique du geste"
Hans Hartung, T1973-E12, 1973 (détail)
Acrylique sur toile, 154 x 250 cm
Fondation Gandur pour l'Art, Genève © Fondation Gandur pour l'Art, Genève © ADAGP, Paris, 2019 Photo : Sandra Pointet

Vernissage de l'exposition "Hans Hartung - La fabrique du geste"
Hans Hartung, Sans titre, 1955
Encre sur papier
18.9 x 12.2 cm
Fondation Hartung-Bergman, Antibes

Vernissage de l'exposition "Hans Hartung - La fabrique du geste"
Hans Hartung, T1966-K40, 1966
Peinture vinylique sur toile
38 x 61 cm
Fondation Hartung Bergman, Antibes

Vernissage de l'exposition "Hans Hartung - La fabrique du geste"
Hans Hartung, Sans titre, 1935
Aquarelle sur papier
47 x 61.3 cm
Fondation Hartung-Bergman, Antibes

Vernissage de l'exposition "Hans Hartung - La fabrique du geste"
Hans Hartung, Autoportrait, 1966
Épreuve gélatino-argentique
59 x 49 cm
Fondation Hartung-Bergman, Antibes

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "L'EXPOSITION#1"
Location:
ΠJAMA Galerie
82, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)9 86 18 17 54
Mail : contact@pijamagalerie.paris
Internet Site : pijamagalerie.paris
Description:
78 rue de Turenne

11.12.13 octobre
11h.19h

par AB/AC marchand d'art
https://abac-marchand.art

Découvrez une sélection choisie de peintures, sculptures, photographies et œuvres sur papier du XVIIIe aux années 1970.
Ivan Kafka
Joël Froment
Georges Adilon
Louis Bouquet
Jean Baier
Suzanne Rodillon
Georges Joniaux

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Le Château et le Sorcier"
Location:
Immanence
21, avenue du Maine
75015 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe, Falguière
France
Phone : +33 (0)1 42 22 05 68
Fax : +33 (0)1 42 22 05 68
Mail : immanence.art@club-internet.fr
Internet Site : www.art-immanence.org
Description:
Le Château et le Sorcier
Pierre Bellot et Maximilien Pellet

Commissaires : Cannelle Tanc et Frédéric Vincent

Du 12 octobre au 30 novembre 2019
Vernissage le 11 octobre à partir de 18h

Pour cette exposition, nous vous offrons la possibilité de découvrir le travail des artistes, Pierre Bellot et Maximilien Pellet. Pierre Bellot glane des images sur internet, ces images collectées vont jusqu'à devenir des ros dossiers sur son ordinateur. Il faut alors passer par une phase de choix, de prospection. Ses recherches sont l'occasion de redécouvrir des images prises sur internet. Qu'est-ce qui à motiver 'envie de la prendre et de la stocker ? Internet comme source visuelle n'est pas ou plus très original, mais ce qui en ressort est lui assez incongru. Ainsi, Pierre Bellot conçoit ses recherches comme un passage, un chemin que tout le monde prend pour au final avoir des gestes plastiques très différents. Aujourd'hui pensionnaire à la Casa Velázquez, Pierre Bellot regard avec attention le travail de Matthias Weischer et d'Henri Matisse. Ce sont les grands aplats de couleurs et le traitement des intérieurs qui intéressent ici l'artiste.

Maximilien Pellet peint avec du carrelage et de la colle à carreler. Rien que cela. Il va dès lors s'approprier les gestes d'un maçon. Il va enduire, monter, poser et construire, là où d'autres vont tendre, esquisser, peindre. Pourtant les œuvres de Maximilien Pellet n'évoque pas tant que cela l'univers de la maçonnerie, il est d'ailleurs tout aussi proche de construction plastique que ses collègues peintre. L'utilisation des carreaux de céramique impose à l'artiste une synthétisation des corps. Créant des espaces dans ces pans de peinture enduites, carrelées montées sur roulettes.

Nous retrouvons chez ces deux artistes des points de convergences comme celui de figures emblématiques, des emprunts non dissimulés, des références subtilement incorporées dans les œuvres. L'exposition est conçue comme un dialogue à distance entre ces deux artistes. Travailler le passé comme présent, ou comment penser une œuvre comme création et non comme reproduction. Développer ainsi un sentiment par l'ajout d'une couleur ou d'une matière. L'expérience esthétique semble alors s'identifier à l'histoire de l'art, la ressaisissant dans son cheminement, l'éprouvant de manière vivante et sans âge. Habitué tous les deux à dialoguer avec l'histoire, le passé, ils dialoguent et présentent ensemble à Immanence une exposition inédite à découvrir.

Vernissage de l'exposition "Le Château et le Sorcier"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Peng Wan Ts - Regards"
Location:
Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris
ARC
11, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 53 67 40 00
Internet Site : www.mam.paris.fr
Description:
Du 11 octobre 2019 au 09 février 2020

Dans le parcours des collections, le Musée d'Art Moderne de Paris consacre une exposition à Peng Wan Ts, pour les quatre-vingts ans de l'artiste et à l'occasion du don de ce dernier au musée de l'une de ses plus importantes compositions Le Banquet (1981-2006).

Artiste né dans le Sichuan en 1939 et formé à Taïwan, où il arrive alors qu'il est encore enfant, Peng Wan Ts y observe les formes les plus récentes de l'art occidental avant de s'installer en France en 1965. Quatre ans auparavant, la Biennale de Paris présentait pour la première fois son œuvre au public parisien. C'est là l'origine d'un intense lien d'affection qui s'est renforcé au gré des rencontres. Paris, dans les années 1960, demeure en effet la ville où convergent les artistes, de Zao Wou-Ki avec lequel s'amorce un long compagnonnage indépendant des choix esthétiques de l'un et de l'autre, aux nombreux amis français avec lesquels il n'a cessé de dialoguer.

Peng Wan Ts a choisi d'offrir au Musée d'Art Moderne de Paris une peinture qu'il mit plus de vingt ans à composer, précédée de nombreuses esquisses : Le Banquet (1981-2006), œuvre complexe et savante, pourrait se comparer à une moderne comédie humaine dans laquelle la finesse des détails et l'harmonie chromatique contrebalancent l'acidité perçue. Portant la marque de Georg Grosz ou de Stanley Spencer, ses œuvres n'ont cessé d'emprunter à des sources plus anciennes, tant européennes qu'asiatiques. Son travail témoigne d'un intérêt presque obsessionnel pour la figure humaine. Par la violence contenue de ses peintures et dessins, Peng Wan Ts se tient toujours à la lisière de la critique sociale et politique, ayant été intimement touché par la dureté des temps. Autour de ce don d'une générosité extrême, l'artiste a choisi de présenter un ensemble d'œuvres composant les jalons d'un art profondément singulier, traversant les débats de la scène parisienne que Peng Wan Ts observait en philosophe.

Commissaire: François Michaud

Les Editions Cinq Continents font paraître un ouvrage sur Peng Wan Ts publié à l'occasion de l'exposition (25 €)

Vernissage de l'exposition "Peng Wan Ts - Regards"
Peng Wan Ts, Le Banquet, 1981-2006
huile sur toile
130 x 162 cm
© Musée d'Art Moderne de Paris Don de l'artiste, 2018 Photo Philippe Wang

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Art et Senteur"
Location:
Centre Culturel Algérien
171, rue de la Croix-Nivert
75015 Paris
M° Boucicault
France
Phone : +33 (0)1 45 54 95 31
Fax : +33 (0)1 44 26 30 90
Mail : contact@cca-paris.com
Internet Site : www.cca-paris.com
Description:
Œuvres d'Amira Koraïchi et senteurs de Souad Koraïchi

Vernissage vendredi 11 octobre 2019 à 18h30
Ouverte du 11 octobre au 23 novembre 2019

Amira est née à Aïn Beïda, Souad à Constantine. La première est artiste peintre, diplômée de l'école des Beaux-Arts de Batna ; de l'école de graphisme, calligraphie et publicité de Tunis et d'art thérapie évolutive à Paris. La seconde est pharmacienne, phytothérapeute, aromathérapeute, spécialisée en ethnopharmacologie et médecines chinoises. Elles nous parlent toutes deux avec grande sincérité de leur lien viscéral à leur terre, à leur famille et de leur importance dans la construction du destin singulier de chacune d'elle. Et comme dans les Correspondances Baudelairiennes où « les parfums, les couleurs et les sons se répondent » ; les créations olfactives de Souad et les œuvres peintes de Amira se répondent et résonnent dans leurs mots et leurs souvenirs partagés.

Amira: Issue d'une famille nombreuse, j'ai vécu dans une grande maison, entre parents, grands-parents, frère et sœurs, tantes et oncles, cousins et cousines. Un univers plein d'amour, de douceur, de joie et de beauté qui se manifestait dans chaque coin de la maison, par une mère artiste qui, jeune fille avait fait du dessin, de la gouache, de l'aquarelle, elle a même obtenu un prix de peinture. Encouragé par mon père, elle continuait sa passion qui se manifestait par son activité de couturière, elle dessinait elle-même ses modèles et trames. J'ai toujours été fascinée devant ses dessins et calques de broderies, de tous ces beaux tissus multicolores qu'elle choisissait avec soin, pour décorer la maison ou pour ses modèles de robes. Cette image est restée ancréé dans ma mémoire d'enfant. Mes frères et sœurs ont tous grandit dans cet univers. Plus tard, c'est devenu une passion pour la plupart de nous. Mon grand frère Rachid s'est engagé dans cette voie et en a fait son métier, il est artiste plasticien engagé. Moi-même, marquée par les deux j'ai pris le même chemin. Toutes les sensations que j'ai vécues étant enfant, ont façonné et nourri mon imaginaire d'artiste. Des visions, des scènes me reviennent souvent, entre ma grand-mère paternelle qui nous racontait des histoires, et ma mère qui cousait, brodait et faisait de la peinture. C'était aussi l'espace de jeux entre nous dans le grand jardin de la maison. C'était de belles images qui sont ancrées dans ma mémoire. C'était un univers d'une enfance joyeuse et épanouie, tout cela est d'une grande sensualité pour une sensibilité artistique. C'est tous ces souvenirs d'enfance, plein de joie, d'amour et de liberté qui se reflètent dans ma peinture, par le geste libre et la palette riche en couleurs, c'est l'enfant intérieur qui prend le dessus à chaque fois. À travers le thème de l'exposition, je voudrais que le visiteur oubli pour un moment les soucis de la vie quotidienne, en voyageant pour un laps de temps dans mon univers d'enfance joyeuse.

Souad : Ma passion des médecines douces est très liée à mon enfance, car ma mère qui a avait la connaissance des soins avec les plantes médicinales et nous soignait souvent avec mes frères et sœurs avec ses propres mélanges de plantes médicinales, m'a initiée à ce savoir ancestral. Ce qui m'a motivée par la suite à faire ce parcours dans le domaine des médecines douces. Dans mon enfance, j'ai baigné dans une atmosphère d'arts et de sciences avec mes parents qui nous disaient souvent que votre ami est votre livre. Avec ma sœur qui est artiste plasticienne, on a pensé à faire ensemble cette exposition sur le thème : "Arts et senteurs" avec une toile de fond celle de la joie. La diffusion des senteurs olfactives aromatiques en prenant le temps de découvrir des créations artistiques agit sur le cerveau limbique, le siège des émotions. Au niveau du cerveau, le système limbique est le lieu de naissance des émotions, d'activation de la mémoire, des comportements instinctifs.L'odorat étant directement lié à la mémoire et aux émotions, une odeur qu'elle soit plaisante ou désagréable va donc influencer directement le comportement et les émotions. J 'ai créé donc pour cette exposition d'art dont le thème est la joie des synergies olfactives équilibrées et harmonieuses qui, en les sentant nous font vivre une belle expérience olfactive et un beau voyage dans les souvenirs des émotions. J'ai travaillé sur une pyramide olfactive qui est constituée de notes qui sont représentatives du degré d'évaporation d'une composition olfactive (notes de tête, notes de cœur et notes de fond), en utilisant des huiles essentielles pures et naturelles. Des mélanges de senteurs subtils et parfumés qui sentent la joie et qui donnent la joie. Je vous souhaite donc un très beau voyage olfactif et visuel, en prenant le temps de découvrir les créations artistiques de ma sœur Rabia et en respirant ces effluves olfactifs dans la joie et la légèreté tels des enfants qui sont souvent dans la joie du moment présent, pour un pur plaisir des sens.

Vernissage de l'exposition "Art et Senteur"

[18:30-21:00] Vernissage de la Biennale JCE - Jeune Création Européenne 2019
Location:
Le Beffroi
Le Beffroi Montrouge
2, place Emile Cresp
92120 Montrouge
M° Porte d'Orléans
France
Phone : +33 (0)1 40 92 62 30
Internet Site : www.ville-montrouge.fr/414-le-beffroi.htm
Description:
Du 12 octobre au 3 novembre 2019
Ouvert tous les jours de 12h à 19h
Vernissage le vendredi 11 octobre 2019 à 18h30

48 jeunes artistes émergents de la scène européenne seront exposés au Beffroi de Montrouge du 12 octobre au 3 novembre 2019, pour la 7ème édition de la Biennale de la Jeune Création Européenne.

La Biennale JCE : une synergie européenne depuis 2007
En matière d'arts plastiques, la ville de Montrouge a développé une politique culturelle tournée vers le soutien aux jeunes artistes contemporains français et européens. Le Salon de Montrouge, reconnu depuis de nombreuses années comme un tremplin pour les jeunes talents émergents en France, en est la première manifestation. Il s'est vu prolongé depuis l'année 2007 par la Biennale de la Jeune Création Européenne, qui étend à l'Europe cette mission de découverte des talents de demain.

La Biennale JCE circule en effet pendant deux ans entre 6 villes européennes partenaires, créant entre elles un réseau solide, uni par un objectif principal : permettre à de jeunes artistes qui n'ont pas encore intégré le système institutionnel et marchand de l'art contemporain d'être exposés dans différents pays européens, et de se faire connaître par le public et les professionnels.

La création d'une pépinière d'artistes, axe de la nouvelle édition de la Biennale
Esquisser les nouvelles tendances de la jeune création européenne, détecter les talents, construire un réseau qui aidera à propulser de jeunes artistes sur la scène internationale, tels sont les objectifs de la Biennale JCE. La création d'une collaboration artistique entre 6 villes europénnes vise en effet à créer un lien entre les pays et les jeunes talents qu'ils abritent, autour d'une dynamique d'échange, et de rencontre entre jeunes artistes de nationalités différentes. Débats, tables rondes, speed dating, conférences rythmeront les deux jours de lancement de la Biennale qui accueilleront artistes et professionnels du monde de l'art contemporain.
Si la spécificité de chaque pays est mise en avant, l'événement montre aussi la proximité qui existe entre les sensibilités artistiques européennes.

Une sélection européenne basée sur un objectif de découverte
Six commissaires « dénicheurs » ont été désignés pour sélectionner des jeunes talents de leur pays et présenter chacun 8 artistes, tous issus de la scène artistique locale. L'objectif de la Biennale étant de révéler de nouveaux talents encore méconnus, elle présente des artistes prometteurs avec la volonté de leur servir de tremplin et de les faire connaître au niveau international. Le projet doit jouer le rôle de découvreur des artistes de sa sélection, et avoir une capacité à révéler l'original, l'inédit, le pertinent pour garantir la qualité de leur expression. Pays invité cette année : l'Italie, avec une sélection de jeunes talents prometteurs qui rejoignent la Biennale, proposés par la « Fondazione Bortolaso, Totaro, Sponga » de Côme.

Une Biennale nomade : les 6 villes partenaires de l'édition 2019/2021
La Biennale de la Jeune Création Européenne, c'est une traversée de l'Europe étendue sur deux ans, une découverte transfrontalière d'Est en Ouest et du Nord au Sud entre 6 pays partenaires: la France, le Danemark, la Lettonie, le Roumanie, l'Espagne et le Portugal.

Vernissage de la Biennale JCE - Jeune Création Européenne 2019



[20:00-22:00] Inauguration du 29ème Salon de la Revue 2019
Location:
Espace d'Animation des Blancs-Manteaux - Pierre-Charles Krieg
48, rue Vieille du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 54 75 79
Description:
11, 12 & 13 octobre

[20:20-23:00] Barilla Pasta World Championship - Pasta Party
Location:
Pavillon Cambon Capucines - Potel et Chabot
46, rue Cambon
75001 Paris
M° Madeleine, Opéra
France
Phone : +33 (0)1 47 20 04 05
Fax : +33 (0)1 47 20 10 60
Mail : cambon@poteletchabot.fr
Internet Site : www.poteletchabot.com
Description:
Présenté par Stéphane Rotenberg

Barilla Pasta World Championship* 2019 :
Le compte à rebours est lancé pour cette 1ère édition à Paris

A vos pâtes, prêts, feu, cuisinez !
Les 10 & 11 octobre prochain au Pavillon Cambon, transformé pour l'occasion en une galerie d'art, se tiendra la 8ème édition du Barilla Pasta World Championship, pour la première fois en France.
Le principe : durant 2 jours, 14 chefs issus de 14 pays différents s'affronteront autour de 3 épreuves culinaires devant un jury 5 étoiles, sur un thème inédit « l'art des pâtes » .
L'objectif : devenir le master of Pasta. Il faudra pour cela convaincre le jury, composé des chefs étoilés italiens Davide Oldani et Simone Zanoni, de la cheffe française Amandine Chaignot, de Paola Navone, architecte et designer italienne, et d'Ashley Alexander, photographe culinaire australienne et créatrice de contenus.

Inscrivez-vous vite pour assister à cette compétition gastronomique qui promet d'être haletante et époustouflante !

Entre chaque épreuve, vous pourrez contempler, gouter et discuter avec les compétiteurs, vous promener dans la galerie d'art en libre accès ou assister à des shows artistiques.

Découvrez le communiqué de presse et le guide de l'exposition en pièce-jointe.

Pourquoi la France ?
Car Barilla fête par ailleurs ses 50 ans cette année et la France est le premiers pays dans lequel la marque s'est implantée hors des frontières de son Italie natale. Cette édition rend ainsi hommage aux français, véritables amoureux de la gastronomie italienne. Ainsi, à l'occasion du Barilla Pasta World Championship, la marque présentera sa toute nouvelle gamme de produits : « L'édition gourmet ». Découvrez les détails de cette nouvelle gamme dans le communiqué en pièce-jointe.


Cette année, pour ses 50 ans, c'est en France que Barilla organisera cet événement, les 10 & 11 octobre 2019

Le thème : « L'art des pâtes ».

Cette année, les pâtes ne seront plus seulement vues comme des ingrédients du quotidien mais seront élevées au rang d'œuvre d'art. Chaque pâte sera une pièce de design alliant beauté et goût dont les formes et les mouvements formeront une œuvre d'art.

Le lieu : le pavillon Cambon. Proche de la place Vendôme et de l'Opéra Garnier, le Pavillon Cambon sera entièrement transformé pour l'occasion en une galerie d'art moderne, où la créativité bousculera le classicisme parisien. Olimpia Zagnoli, artiste italienne de renom, participera au design de cette galerie d'art éphémère. Ses œuvres colorées allieront tradition et modernité avec un rappel de sa culture et de ses origines italiennes.

Le principe : 14 chefs en compétition

Originaires de 14 pays différents, ces jeunes chefs incarnent les futurs espoirs de la gastronomie mondiale.Durant deux jours, ils s'affronteront lors de trois épreuves culinaires artistiques « The Masterpiece » (le Chef d'œuvre), « The White Canvas » (la Toile blanche) et « The Grand Finale » (l'ultime finale).

Le jury : 5 personnalités composeront le jury. Durant 2 jours, 5 personnalités du monde de la gastronomie et de l'art viendront apprécier les réalisations des chefs en compétition et décerneront le prix du « Master of Pasta » 2019. Ainsi, les 3 jurés issus du monde de la gastronomie seront Davide Oldani, chef italien étoilé, ambassadeur Barilla et libre penseur de la cuisine italienne, Simone Zanoni, chef du restaurant étoilé parisien Le George, et la cheffe française Amandine Chaignot, qui vient de quitter son poste de chef de l'hôtel Rosewood à Londres, pour ouvrir Pouliche, son propre restaurant à Paris. Par ailleurs, La photographe australienne et créatrice de contenus, Ashley Alexander, ainsi que Paola Navone, architecte et designer italienne de renommée internationale, noteront les réalisations des chefs en compétition avec leur vision plus artistique et lifestyle.


Après 2 jours d'intense compétition, le chef Keita Yuge, représentant du Japon remporte le titre de Maître des Pâtes Barilla 2019 grâce à son plat signature réinventé : Penne Gorgonzola Profumo Giapponese. Une recette, qui, selon le jury, incarne le mieux le thème de cette 8ème édition : L'Art des Pâtes ! C'est le deuxième chef Japonais à gagner le Pasta World Championship après Yoshi Yamada lauréat de la première édition en 2012.

Barilla Pasta World Championship - Pasta Party

[20:30-23:00] Vernissage de Sandrine Wely "La mer n'Existe pas"
Location:
Mission Bretonne
Ti ar Vretoned
22, rue Delambre
75014 Paris
M° Vavin, Edgar Quinet, Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)1 43 35 26 41
Mail : contact@missionbretonne.bzh
Internet Site : www.missionbretonne.bzh
Description:
Vernissage de Sandrine Wely "La mer n'Existe pas"

19:00
20:00
21:00
22:00
23:00 [23:00-23:55] Lancement du livre "Rihanna"
Location:
New York
New York
10007 New York
Etats-Unis
Internet Site : www.nyc.gov
Description:
Musée Guggenheim

Rihanna s'est présentée à la soirée de lancement de son livre éponyme au Musée Guggenheim de New York, en robe panthère décolletée, vendredi 11 octobre 2019.

Après cinq longues années de conception, le livre de photos autobiographiques de Rihanna, intitulé tout simplement «Rihanna», est enfin fini. Cette dernière s'est rendue à la soirée de lancement de son ouvrage éponyme au Musée Guggenheim de New York le vendredi 11 octobre 2019.

Pour marquer le coup, l'interprète de «Don't Stop the Music» est apparue sur le tapis rouge dans une robe à imprimé léopard irisée, signée Saint Laurent. Le décolleté asymétrique de la robe, ouvert sur la poitrine, offrait un léger aperçu de son tatouage de la déesse Isis, connu pour souligner la poitrine de la star avec ailes baissées. La chanteuse de 31 ans portait également une paire de bottes à talons bordeaux montant jusqu'aux genoux assorties à son rouge à lèvres, et des bagues et bracelets de la marque David Webb.

La petite amie de l'homme d'affaires saoudien Hassan Jameel a pris la pose sous les flashs des photographes et a même été interviewée par le site Entertainment Tonight. Elle s'est exprimée à propos de son ouvrage impressionnant de 504 pages, qui rassemble plus de 1000 photos de ses concerts, de ses shootings photos ou de ses grands moments mode. « Mes fans veulent une œuvre d'art, une collection de souvenirs que je peux partager avec eux, certains qu'ils auront eux-mêmes partagés avec moi, et certains qu'ils ne connaissent pas encore... Si vous n'avez jamais été un de mes fans, vous pourrez avoir un bon aperçu de qui je suis avec ce livre», a-t-elle expliqué.

Sa vie rassemblée dans son livre

Si la chanteuse n'a pas souhaité s'exprimer à propos du titre de son neuvième album d'inspiration reggae (attendu avec impatience par les fans), on peut néanmoins admirer le dur labeur dont la jeune femme a fait preuve ces dernières années. Curieuse et touche-à-tout, elle a lancé avec succès en 2017 sa propre marque de cosmétiques Fenty Beauty, puis s'est improvisée actrice l'an dernier dans le film «Ocean's 8», pour enfin créer sa ligne de lingerie Savage x Fenty... Un parcours impressionnant rassemblé pour le plus grand bonheur de ses fans dans son livre autobiographique, qui sera mis en vente fin octobre.

Lancement du livre

Lancement du livre

Lancement du livre

[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés