Friday, January 24, 2020
Public Access


Category:
Category: All

24
January 2020
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

  Exposition colective "COLLECTIBLE V"
Location:
A. galerie
4, rue Léonce Reynaud
75116 Paris
M° Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 20 79 88
Mobile : +33 (0)6 20 85 85 85
Mail : arnaud.adida@orange.fr
Internet Site : www.a-galerie.fr
Description:
FRED MEYLAN - IRVING PENN - KYRIAKOS KAZIRAS - ANDREA TORRES - BERT STERN
ELLEN VON UNWERTH - LILIAN BASSMAN - COMME LA VILLE - STEVEN LYON -
GAVIN EVANS - ELLIOTT ERWITT - ALBERT WATSON - PAOLO ROVERSI - NICK BRANDT
MARK ARBEIT - ELINA BROTHERUS - PIERRE MOLINIER - MALICK SIDIBE

Exposition du 24 janvier au 21 février 2020

Exposition colective "COLLECTIBLE V"
Water
by Fred Meylan

Exposition colective "COLLECTIBLE V"
Lilium
by Andrea Torres

Exposition colective "COLLECTIBLE V"
Marilyn in Vogue, 1962
by Bert Stern

Exposition colective "COLLECTIBLE V"
Corset, Karl Lagerfeld for Chanel, New York, July 2
by Irving Penn

Exposition colective "COLLECTIBLE V"
Réveil en famille
by Kyriakos Kaziras

Exposition colective "COLLECTIBLE V"
Lioness on Mound, Serengeti 2012
by Nick Brandt

Exposition colective "COLLECTIBLE V"
Alana Thailand Series Fountain # 01
by Steven Lyon

Salon Vivez Nature
Location:
Grande Halle de la Villette
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Phone : +33 (0)1 40 03 75 75
Internet Site : www.villette.com
Description:
Vivez Nature, le salon de l'écologie urbaine vous donne rendez-vous à la Grande Halle de la Villette en janvier 2020 avec ses 130 exposants et 80 animations.
Votre entrée vous donne également accès à Permae, le premier salon de la permaculture, de l'agroécologie et du jardinage au naturel.

>> Téléchargez votre entrée gratuite

Salon Vivez Nature

NBA House
Location:
Espace d'Animation des Blancs-Manteaux - Pierre-Charles Krieg
48, rue Vieille du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 54 75 79
Description:
Du jeudi 23 au dimanche 26 janvier

avec Muggsy Bogues

08:00  
09:00  
10:00 [10:00-11:00] Vernissage presse de David Salle "Self-ironing Pants and Other Paintings"
Location:
Galerie Thaddaeus Ropac
7, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 72 99 00
Fax : +33 (0)1 42 72 61 66
Mail : galerie@ropac.net
Internet Site : www.ropac.net
Description:
25 JANVIER - 29 FEVRIER 2020
VERNISSAGE SAMEDI 25 JANVIER 2020, 18 - 20H

Galerie Thaddaeus Ropac a le plaisir de présenter Self-ironing Pants and Other Paintings une exposition de nouvelles oeuvres de l'artiste Américain David Salle. Dans cette série de tableaux, David Salle aborde l'espace de façon radicalement nouvelle en juxtaposant des caricatures tirées de numéros du New Yorker des années 1950, et des objets du quotidien démesurément agrandis. En jouant sur ces différents régimes d'images, Salle déploie un univers plein d'humour caractérisé par une succession de saynètes en suspens - comme si une histoire interrompue devait recommencer à un autre endroit. Ces images sont à l'origine d'un univers pictural délibérément fragmentaire, un ensemble de différents codes picturaux qui rappellent le vocabulaire du Pop Art, du Surréalisme, et de l'Expressionnisme Abstrait.

Dans les peintures de David Salle des objets aux couleurs vives issus du monde publicitaire flottent les uns devant les autres dans un espace virtuel, tantôt grossièrement agrandis, tantôt présentés à l'envers ou de biais. En combinant des images apparemment sans rapport les unes avec les autres - des voitures, des aliments, des cigarettes ou des tasses de café - Salle joue avec l'attente esthétique du spectateur. Il attire son regard simultanément sur plusieurs éléments aux effets de style contrastés, traduisant parfois une dynamique d'accélération ou de ralentissement, entre réalisme et abstraction. « Depuis que j'ai commencé à peindre, j'ai essayé d'obtenir une forme de fluidité et de surprise dans la manière dont les images se connectent, la simultanéité du montage cinématographique dans la peinture. » (David Salle, 2003)

Le titre de l'exposition Self-ironing Pants and Other Paintings évoque une forme de distanciation ironique vis à vis des images qui nous sont présentées, distanciation renforcée par l'humour parfois grinçant des caricatures du New Yorker. Ces oeuvres remettent en question la notion même de narration, en présentant divers fragments liés aux stéréotypes du mode de vie américain des années 1950 et 1960. Revenant sur cette série, David Salle précise: « Ce n'est pas historiser le moment présent ou un passé récent; c'est la reconnaissance que 'la grande déstabilisation' a déjà eu lieu. »

Pour David Salle, la peinture, comme le langage ou la poésie, réside dans la mise en exergue de différents éléments opposés: « la compression, la juxtaposition, la simultanéité, la résistance à tout élément définitif, la dissonance [...] Elle fait usage libre de surprenants ou brusques moments de transitions et de juxtapositions. Peindre c'est chercher à distiller des blocs entiers d'émotion et des expériences complexes dans un seul détail révélateur, là où le fragment rappelle à un tout. » L'oeuvre de David Salle produit un effet kaléidoscopique qui reflète le flux constant de nos pensées, sentiments et impressions, tout en constituant une représentation à la fois intense, énergétique et humoristique de notre expérience contemporaine.


A propos de l'artiste

David Salle est né en 1952 à Norman, Oklahoma aux Etats-Unis. Il vit et travaille à Brooklyn, New York. Il fait ses études au California Institute of the Arts sous la direction de l'artiste conceptuel John Baldessari où il apprend les techniques cinématographiques qu'il reprendra dans ses toiles, tel que le montage.

Au début des années 1980, il est l'un des protagonistes de la Pictures Generation, un groupe d'artistes américains remettant en question l'idée d'authenticité et d'appropriation en détournant des images issues de la société de consommation en réaction à l'art minimal et conceptuel.

Les peintures de David Salle se font remarquer par une juxtaposition d'éléments extraits de la culture populaire : la bande dessinée, la publicité, le graffiti et d'images issues de l'histoire de l'art. « David Salle se moque de l'histoire de l'art, traitant le canon de l'art mondial comme un gigantesque catalogue écorné poussant à la consommation. Les sélections de Salle de ce catalogue sont d'une brillante perversité. Les connections entre chaque élément individuel ne sont pas évidentes, et tout brille avec ironie et une mélancolie presque glaciale. » écrit Janet Malcolm dans The New Yorker en 2014.

Les oeuvres de David Salle sont présentes dans les collections permanentes de nombreux musées à travers le monde : Museum of Modern Art, New York; Metropolitan Museum of Art, New York; Museum of Contemporary Art, Los Angeles; Los Angeles County Museum of Art (LACMA); Museum of Contemporary Art, Chicago; Walker Art Center, Minneapolis; Whitney Museum of American Art, New York; Tate Modern, Londres; National Gallery of Australia, Canberra.

Depuis sa première exposition personnelle muséale au Musée Boymans-van Beuningen, Rotterdam, en 1983, David Salle a exposé dans de nombreux musées internationaux : Whitney Museum, New York; Museum of Contemporary Art, Los Angeles; le Museum of Contemporary Art, Chicago; Stedelijk Museum, Amsterdam; Menil Collection, Houston ; Dallas Contemporary, Dallas ; Haus der Kunst, Munich; Tel Aviv Museum of Art ; Castello di Rivoli, Turin; Kestner Gesellschaft, Hanovre; Guggenheim de Bilbao ; Centre d'Art Contemporain de Malaga. Il a participé à de nombreuses expositions internationales telles que documenta 7 (1982), à la Biennale de Venise (1982 et 1993), à la Biennale du Whitney (1983, 1985 et 1991) et au Carnegie International (1985).

En 2017, il a fait partie des expositions thématiques Fast Forward Paintings from the 1980s au Whitney Museum of Art, New York et en 2018 Third Space/Shifting Conversations about Contemporary Art au Birmingham Museum of Art, Birmingham, USA.

David Salle est aussi un essayiste prolifique sur l'art. Ses essais et interviews sont publiés par Artforum, Art in America, Modern Painters, Town and Country, The Paris Review et The New York Review of Books ainsi que dans de nombreux catalogues d'expositions et anthologies. Son dernier recueil d'essais critiques, How to See, a été publié chez W.W. Norton en 2016.

Vernissage de David Salle "Self-ironing Pants and Other Paintings"

11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00 [16:00-19:00] Défilé Juliette Espinasse
Location:
Rue Sans Fraise
9, rue Française
75002 Paris
M° Etienne Marcel, Les Hallles
France
Phone : +33 (0)1 42 33 73 96
Mobile : +33 (0)6 29 42 41 14
Mail : Cat.Soubbotnik@ruesansfraise.fr
Internet Site : www.ruesansfraise.fr
Description:
9 rue Française
Paris



[18:00-20:00] Cérémonie des vœux de Didier Martin, Préfet de la Moselle
Location:
Metz
Metz
57000 Metz
M° Gare SNCF de Metz
France
Internet Site : metz.fr
Description:
Préfecture de la Moselle

[18:00-21:00] Finissage de l'exposition "Urban Art"
Location:
Cité de Refuge
Armée du Salut
12, rue Cantagrel
75013 Paris
M° T3a Maryse Bastié, RER C Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 53 61 82 00
Internet Site : www.armeedusalut.fr/etablissements/cdr
Description:
Finissage avec concert jeudi 16 janvier de 18h à 21h

Jusqu'au 16 janvier

Un Collectif de 21 artistes urbaines aux univers très variés s'installe à la Cité de Refuge, au Centre Espoir et à la Cité des Dames de l'Armée du Salut, pour une rencontre avec les résidentes et les résidents. Sur le thème du «Refuge», vous êtes invités à un parcours d'art urbain du Dehors au Dedans

Sur le thème du "Refuge", URBAN ART RESIDENCE vous invite à un parcours d'art urbain du Dehors au Dedans, des murs extérieurs aux murs intérieurs de ce bâtiment incroyable, qui de par sa forme et son rôle est souvent appelé "le bateau" ou "la maison" par les résidents eux-mêmes.

A découvrir en cheminant dans cette immense maison de la solidarité, une cinquantaine d'oeuvres d'art urbain, plusieurs oeuvres sur les murs intérieurs du Centre Espoir et de la Cité des Dames, dont certaines avec la participation des résident-e-s dont des enfants, mais aussi des installations et des oeuvres en extérieur.

Vernissage de l'exposition "Urban Art"

[18:00-21:00] Vernissage de Brigit Ber "Hybrides"
Location:
Galerie Marie-Claude Duchosal
1, rue Ferdinand Duval
75004 Paris
M° Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 57 40 60 20
Mobile : +33 (0)6 12 78 64 57
Mail : galerie.duchosal@orange.fr
Description:
Exposition du vendredi 24 janvier au vendredi 14 février 2020
Vernissage vendredi 24 janvier 2020 de 18h à 21h

[18:00-21:00] Vernissage de Charlotte Khouri "Dauphins, Dauphines"
Location:
La Galerie de Noisy-le-Sec
Centre d'art contemporain de Noisy-le-Sec
1, rue Jean-Jaurès
93130 Noisy-le-Sec
M° RER E Noisy-le-Sec
France
Phone : +33 (0)1 49 42 67 17
Fax : +33 (0)1 48 46 10 70
Mail : info@lagalerie-cac-noisylesec.fr
Internet Site : lagalerie-cac-noisylesec.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Dauphins, Dauphines", première exposition personnelle de l'artiste en résidence Charlotte Khouri

"Dauphins, Dauphines"
Charlotte Khouri

Jeux de langage, détails architecturaux, gestes du quotidien, postiches et autres accessoires s'entremêlent habilement dans la pratique performative, filmique et sculpturale développée par Charlotte Khouri (née en 1985, vit et travaille à Paris). Tour à tour speakerine, thérapeute pour œuvre d'art ou imitatrice hors-pair, Charlotte Khouri aime à déjouer nos présupposés en vrillant les sens et en débusquant des perceptions inattendues pour produire un subtil jeu d'équilibre où les champs sémantique et visuel se complètent et se contredisent à la fois.

Pour sa première exposition personnelle, Charlotte Khouri propose une installation immersive à partir d'un film inédit qui prend corps avec l'espace du centre d'art contemporain. « Dauphins, Dauphines » s'inspire du nom d'un jeu d'enfant pour lequel un objet est lancé en l'air par un joueur qui nomme un autre joueur pour qu'il le rattrape. Ce type de géométrie verticale (ascendante et descendante) dessine le rapport de l'artiste à l'héritage historique et à l'Histoire.

Vernissage de Charlotte Khouri "Dauphins, Dauphines"

[18:00-20:00] Vernissage de James Welling "The Earth, the Temple and the Gods"
Location:
Galerie Marian Goodman
66&79, rue du Temple
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 04 70 52
Fax : +33 (0)1 40 27 81 37
Mail : parisgallery@mariangoodman.com
Internet Site : www.mariangoodman.com
Description:
24 janvier - 18 mars 2020
du mardi au samedi de 11h à 19h
Vernissage : vendredi 24 janvier de 18h à 20h

La Galerie Marian Goodman a le plaisir de présenter une nouvelle exposition de James Welling, réunissant deux nouvelles séries de photographies sur l'architecture et la statuaire gréco-romaine. Le titre de l'exposition fait référence à l'essai sur l'architecture sacrée dans la Grèce antique publié en 1962 par l'universitaire américain Vincent Scully. La fascination récente de Welling pour l'antiquité imprègne son travail actuel, devenant la source principale de son inspiration. Avec The Earth, the Temple and the Gods l'artiste tente de « restituer l'esprit du monde antique à des fragments matériels choisis », proposant un voyage dans le temps historique et photographique.

Après avoir photographié les antiquités grecques et romaines du Metropolitan Museum de New York en 2018, James Welling a voyagé pour la première fois en Grèce lors de l'été 2019. Parmi les milliers d'images prises sur place, les douze grandes photographies présentées à la galerie ont pour la plupart été prises à Athènes et dans ses environs ; sur les sites de l'Acropole, de l'Ancienne Agora, de l'Agora romaine ou encore au Musée de l'Acropole et dans la petite ville d'Eleusis. En couleur ou en noir et blanc, ces tirages U.V. sur dibond mettent en lumière des détails de torses, de décors sculptés ou d'architectures. Deux impressions couleur de plus petite dimension complètent le corpus.

Reconnu pour son approche innovante de la photographie, véritable touche-à-tout ne se cantonnant à aucun genre ni technique déterminés, James Welling n'a de cesse d'expérimenter et d'inventer de nouveaux procédés, s'emparant des nouvelles possibilités offertes par la technologie numérique ou bien puisant dans la variété des techniques anciennes qu'il revisite à sa guise. Si chaque nouvelle série est l'occasion pour lui d'explorer toutes les potentialités du médium, c'est la couleur qui, depuis une vingtaine d'années, est au centre de ses recherches.

Ainsi dans l'exposition, plusieurs torses antiques, un drapé, les tresses d'un couroï, un chapiteau corinthien ou un ornement sculptural, sont rehaussés d'une riche gamme chromatique. Grâce à une technique qu'il a mise au point (consistant à superposer des canaux de couleurs non conventionnels dans le logiciel Photoshop), les nouvelles œuvres rendent hommage à la polychromie originelle de l'art de la Grèce antique : « Des couleurs intenses et de la feuille d'or mettaient en valeur textiles, cheveux et carnation ; les reconstitutions modernes de cette polychromie étonnent les visiteurs encore habitués à la pureté de l'idéal de beauté néo-classique. Mais je ne me suis pas uniquement intéressé à recréer la palette des Grecs anciens. Avec la technologie numérique, j'ai appliqué sur les sculptures des couleurs clairement antinaturelles dans l'idée que celles-ci s'infiltrent dans la pierre ancestrale et prennent vie indépendamment. »

Dans l'exposition, les clichés consacrés à l'Érechthéion et aux Propylées rappellent l'intérêt constant de James Welling pour l'architecture, depuis l'une de ses premières séries Los Angeles Architecture (1976-1978) jusqu'à son projet dédié à la Glass House de Philip Johnson (2006-2014). Moins évident à détecter pour le visiteur, les images en noir et blanc ont aussi été ajustées sur Photoshop. En effet Welling s'est inspiré des teintes et des contrastes des toutes premières photographies de Grèce rapportées par les voyageurs et archéologues : « Quand je suis rentré de voyage, j'ai travaillé mes fichiers numériques afin d'imiter le noir et blanc de la photographie du XIXe siècle. (Les tout premiers films n'étaient pas sensibles à la lumière bleue et le ciel était rendu par un blanc uniforme tandis que les tonalités rouges et jaunes étaient plus sombres). Dans l'exposition, les trois photographies d'architecture en noir et blanc évoquent pour moi les albums photos des premières expéditions archéologiques, le début de l'imaginaire photographique de la Grèce. Il m'a semblé que la photographie devenait une véritable machine à remonter le temps. »

Au niveau inférieur de la galerie, les tirages U.V. sont exposés avec un ensemble de vingt photographies de la série Julia Mamaea, du nom de la mère de l'empereur Sévère Alexandre, dernier empereur de ladite dynastie. James Welling a décliné une unique photographie du buste de Julia Mamaea conservé au Metropolitan Museum en plus d'une centaine de variations colorées. Inspiré d'une technique brevetée en 1855 par Alphonse Poitevin, chimiste et ingénieur civil français, Welling a conçu en chambre noire un procédé inédit reposant sur l'imprévisibilité chromatique : « Je faisais des recherches sur les premiers procédés photographiques depuis de nombreuses années quand j'ai décidé de développer Julia Mamaea en adaptant un procédé d'impression du XIXe, le calotype, pour lequel j'ai substitué la teinture colorée par de l'encre lithographique. Cette technique a produit des teintes aqueuses allant du turquoise au lavande jusqu'au saumon. »

Le visage sculpté en partie détruit de Julia Mamaea participe de manière surprenante à renforcer le caractère insaisissable et l'expressivité de chacune des images. Ainsi l'artiste décrit-il ce qui lui est apparu au cours de la production de cette série : « L'effet cumulatif de ces multiples Julia était troublant. Il me semblait que son vêtement, son regard, son genre même, étaient devenus fluctuant, changeant de façon spectaculaire d'image en image. » Initiée en 2018, et toujours en cours de réalisation, la série Julia Mamaea fera l'objet d'un livre d'artiste publié chez MACK à l'automne 2020.

James Welling est né à Hartford (Connecticut) aux Etats-Unis en 1951. Il a étudié les beaux-arts à l'Université Carnegie-Mellon et la danse moderne à l'Université de Pittsburgh. Il a obtenu sa maîtrise en arts visuels au California Institute of the Arts (CalArts) en 1974. Au cours des quarante dernières années, il a vécu à Los Angeles de 1995 à 2016, où il a été professeur au département d'art de l'Université de Californie, puis à New York où il réside actuellement. Depuis 2012 il enseigne en tant que professeur invité à l'Université de Princeton dans le New Jersey.

Pendant l'année 2017, Metamorphosis, une importante rétrospective de son travail a été présentée en Europe, au Stedelijk Museum voor Aktuele Kunst (S.M.A.K.) à Gand puis au Kunstforum de Vienne. En 2012 et 2013 deux expositions personnelles ont été organisées : Monograph, au Cincinnati Art Museum et au Hammer Museum à Los Angeles, puis Mind on Fire présentée à la MK Gallery, Milton Keynes en Angleterre, au Centro Galego de Arte Contemporanéa, Saint- Jacques-de-Compostelle en Espagne et à la Contemporary Art Gallery, Vancouver au Canada. En 2014, il a reçu le ICP Infinity Award du Centre International de la Photographie à New York et en 2016 le Prix d'excellence de l'Institut Julius Shulman de l'Université de Woodbury en Californie.

Vernissage de James Welling "The Earth, the Temple and the Gods"
James Willing, Sculpture of a Man, 2019
Impression UV sur Dibond, 127 x 84 cm, Edition de 5
Courtesy of the artist & Galerie Marian Goodman

[18:00-21:00] Vernissage de Micheline Gropman
Location:
La Galerie Ménil'8
Les Ateliers de Ménilmontant
8, rue Boyer
75020 Paris
M° Gambetta, Ménilmontant
France
Internet Site : ateliersdemenilmontant.org/adm/annexes/expo_menil8/expo_menil8.htm
Description:
Micheline Gropman
Peintures récentes

Du 22 au 26 janvier de 15h à 19h et sur rdv (0663077452)
Vernissage le vendredi 24 janvier à partir de 18h

Artiste invitée : Dominique Pillet - céramiste

Vernissage de Micheline Gropman

[18:00-21:00] Vernissage de Quentin Spohn "Carambolage au marché d'Anvers"
Location:
Nice
Nice
06000 Nice
M° Gare SNCF Nice
France
Internet Site : www.nice.fr
Description:
Espace A VENDRE
10 rue Assalit
06000 Nice
espace-avendre.com

Espace A VENDRE présente la première exposition personnelle, dans ses murs,
d'un jeune artiste suivi depuis ses études à la Villa Arson de Nice en 2011.

Quentin Spohn
Carambolage au marché d'Anvers

Vernissage vendredi 24 janvier dès 18h en présence de l'artiste

Pour la première exposition de l'année 2020, Espace A VENDRE présente un solo-show enthousiasmant de Quentin Spohn. Cet artiste, qui a fait de la pierre noire son meilleur allié, présentera une série de nouveaux dessins sur papier dans le showroom et déploiera une fresque monumentale et grandiose qui occupera la totalité de la salle la plus vaste d' Espace A VENDRE : Le Château

Exposé par le passé à l'Espace A VENDRE lors d'expositions collectives, cette première exposition personnelle marque le début d'une collaboration à long terme qui se prolongera dès le mois de mars avec la présentation de Quentin Spohn (artiste en focus) au Carreau du Temple, à Paris, pour l'incontournable salon du dessin Drawing Now.

Vernissage de Quentin Spohn "Carambolage au marché d'Anvers"
Quentin Spohn, Sans titre, 2019, graphite sur papier, 70 x 50 cm

[18:00-21:00] Vernissage de Thomas Wattebled "Presque"
Location:
Galerie Dohyang Lee
73/75, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Les Halles, Rambuteau, Etienne-Marcel
France
Phone : +33 (0)1 42 77 05 97
Fax : +33 (0)1 42 76 94 47
Mail : info@galeriedohyanglee.com
Internet Site : www.galeriedohyanglee.com
Description:
Presque

24 janvier - 22 février 2020
Vernissage Vendredi 24 janvier 18:00 - 21:00

- « La réalité est un faux trompe-l'œil » -

Dans un monde où la performance est devenue le mot d'ordre, où l'on se doit d'être ou d'avoir que des numéros 10 dans son équipe, Thomas Wattebled se joue des symboles de représentation du champion, du « winner », du conquérant, et les détourne pour rendre gloire au « loser ». C'est un travail qui ne se prétend pas politique et qui pourtant touche aux problématiques contemporaines de nos sociétés occidentales liées au diktat de la réussite, du rendement, de l'efficacité, du résultat, à travers le prisme du sportif et de la compétition, ou plutôt de la « contre-performance ».

Chaque idée commence par être spontanément et finement dessinée avec humour avant d'être épinglée discrètement dans l'atelier. Une série de dessins qui tendent au dépassement de l'artiste avec le défi de les réaliser et de leur donner forme, par le geste et dans l'action.

Aller jusqu'au bout. Rendre possible une idée simple par un geste fort.
Quitter la candeur et la naïveté dans l'effort. Percer une échappée pour mieux (se) perdre.

Une poésie de l'entre-deux, une poésie du « P R E S Q U E ».
Presque rien, Presque normal, Presque parfait,
Presque drôle, Presque raté, Presque Idéal.

Idéal comme ces corps sculptés en salle dont s'est inspiré Thomas pour créer les « Mégamasses » composées d'altères et de protéines. Glutamine, Créatine, Taurine, sont les stratagèmes utilisés par celui qui façonne son corps de la même manière que le béton allégé permet au sculpteur de « faire grossir » une forme. Ces modules organiques et volumineux voudraient nous faire croire à l'existence d'une masse dense et écrasante, en hommage à ces corps athlétiques et musclés de l'Antiquité. En vain. Mais attention, leur légèreté ne réduit pas leur valeur. Au contraire. Ils deviennent alors la fonte de l'artiste, de celui qui les dessine, de celui qui les porte, de celui qui recherche la forme parfaite.

Un romantisme du ridicule.
Celui du corps parfait. Celui de corps glorieux.
Un romantisme de la détresse.

La tristesse de nos rond-points, devenus un symbole de contestation et un point de ralliement de ceux qui tiennent à crier leur révolte, est apparue à Thomas bien avant que le peuple s'en empare, et abandonnés depuis par ce dernier. C'est en 2015 que l'artiste commence une série de performances dont la seule trace restent ses photographies : Les échoués. Un titre en référence à ces centaines de bateaux abandonnés et déposés seuls au milieu des ronds-points bretons sensés représenter vaillamment l'héritage culturel d'une région attachée à une histoire de la navigation, devenus désuets et inutiles, ne pouvant plus naviguer et dont la destruction couterait bien trop chère. Face au paradoxe de ces navires déchus et déguisés en héros, l'artiste décide alors de les répertorier et d'y faire éclater majestueusement ces feux de détresse utilisés par les marins en cas de tragédie et par les skippers en cas de victoire : « même objet, mêmes gestes, même lumière rouge passionnée qui fait le trait d'union entre la victoire et la détresse. »

Poésie et Non-sens.
Le comique mélancolique.

Chagrin est le nom donné à cette fontaine de zinc réalisée par Thomas dont seul le bruit de l'eau en sort et dont le dessin préparatif y figure le visage serein d'un homme emprisonné dans cette structure, comme apaisé par le son des clapotis. Ce même son qui vous aura fait venir jusqu'à elle tel le chant des sirènes. Une fois le chemin parcouru pour la retrouver, l'oreille tendue, c'est une sculpture étincelante que vous trouverez face à vous. Cette dame de fer trône seule dans le noir, de manière théâtrale, et vous offre un spectacle semblable à celui d'un oiseau en cage. Une sculpture dont la beauté réside dans l'invisible et l'audible, dans l'imaginaire et son insatisfaction.

Tromper.
Donner volontairement une idée erronée de la réalité. Faire illusion. Induire en erreur par la ruse.
Dissimuler pour Échapper. Dissimuler pour Déjouer. Se jouer des apparences.
Révéler.

En 2017, Thomas photographie les traces laissées par cette enseigne de supermarchés qui a su marquer les consciences en devenant le symbole enfin, le sponsor de l'illustre maillot à pois du meilleur grimpeur. Douze ans plus tard, son empreinte est toujours là, en négatif, comme victorieuse d'un temps qui n'aurait pas dégradé son image. L'artiste s'en empare à la volée et lui rend sa superbe en intitulant ce cliché Ex-Voto. Un travail du vide et de l'absence qui avait déjà commencé en 2014 avec une première série d'estampes où l'artiste tamponne l'interjection NO MORE jusqu'à sa disparition. Un rapport aux mots et à la typographie, à l'image et à la mémoire, à la lecture et aux doubles-sens qu'offrent les jeux de l'esprits, que l'artiste va développer au fil des invitations et inscrire dans un corpus d'œuvres allant de l'impression à la photographie, en passant par la sculpture et la performance, avec une grande cohérence.

...LE PLAISIR DE PERDRE LE PLAISIR...
...SENTIMENT DE RIEN POUVOIR AJOUTER AU SENTIMENT...

Frapper jusqu'à effacer NO MORE, préserver l'empreinte de CHAMPION disparu, dépecer son pactole pour LE PLAISIR DE PERDRE, tourner en rond face au SENTIMENT DE RIEN POUVOIR AJOUTER, détaler à toute vitesse une fois son objectif lancé, sont autant de gestes NULS SI DÉCOUVERTS.

L'artiste interroge et met à l'épreuve notre perception. Les illusions sont perméables à la connaissance et proviennent des erreurs d'interprétation de notre cerveau qui cherche à mettre, à donner du sens, en regard à une situation, selon notre expérience, notre culture.
À travers une chorégraphie de cyclistes dans la ville, Thomas témoigne des nouvelles formes de solidarités développées par ces livreurs 2.0 symptomatiques de l'ubérisation de nos sociétés. Une performance qui s'adapte et se réécrit au fil des cités parcourues (Vilnius, Vitry-sur-Seine, Romainville). Ensemble ou esseulés, ils pédalent sans but, portent des sacs noirs vides aux formes et volumes inhabituels, prennent la pause figés sur leur écran de smartphone attendant la prochaine instruction, repartent, se retrouvent, se rassemblent, et composent des totems aux formes variables à des points névralgiques des métropoles, avant de repartir se fondre dans la masse, se perdre, anonyme. Aux feux rouges ou dans les rues, tous s'y méprennent et les confondent avec ceux qu'ils miment jusqu'au moment où le simulacre s'efface pour donner place à l'intervention artistique et à la réflexion, dans espace public. Un bal subtil et silencieux en réponse à cette mise en concurrence pernicieuse des travailleurs indépendants qui tend à s'infiltrer dans tous les secteurs d'activité.

SHIFT
RETOUR À LA CASE DÉPART.

Ceci est un mauvais trompe l'œil clôture une exposition qui pourrait être terminée si nous décidons de restons en surface et propose en vérité de tout recommencer, de repartir à zéro, comme si de rien était.

PRESQUE.

La réalité est un faux trompe-l'œil.
Elle s'en approche de si près, qu'elle en est comme équivalente.

Aurélie Faure

Vernissage de Thomas Wattebled "Presque"
Thomas Wattebled
Courtesy of the artist & Galerie Dohyang Lee, Paris

[18:00-21:00] Vernissage de Vincent Bousserez et Célia Coëtte "Modeler le monde"
Location:
Anthony Roth Art Contemporain
11, rue Chapon
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Mobile : +33 (0)6 44 27 50 25
Mail : info@anthonyroth.com
Internet Site : www.anthonyroth.com
Description:
Cette exposition réunit des photographies et des sculptures pour questionner notre perception de l'espace.

Entre fragilité et immuabilité, les artistes explorent les lignes naturelles et artificielles. Ils brouillent la frontière entre la création de l'homme et l'oeuvre de la nature et font apparaître un monde où pesanteur et légèreté semblent se confondre.

Vincent Bousserez construit des images qui mettent en exergue la tension constante entre force et fragilité de la nature. L'artiste dévoile des formes figuratives et insaisissables finement inspirantes.

Célia Coëtte crée des sculptures minimalistes en travaillant des éléments industriels, dans une démarche d'exploration de formes architecturales, tout en valorisant leur dimension corporelle.

VINCENT BOUSSEREZ

Photographe autodidacte depuis 20 ans, Vincent Bousserez explore les jeux d'échelles, de perspectives, les pertes de dimensions.

Rapidement, l'artiste est sorti de son studio pour aller se perdre et perdre ses spectateurs dans les contrées lointaines du grand Nord. Inspiré par le surréalisme de Gilbert Garcin, et les êtres hyperréalistes de Ron Mueck aux dimensions étranges, Vincent Bousserez casse les échelles et élabore un témoignage étrange des territoires vierges de notre planète, en rendant hommage à la nature et au monde fragile qui nous entoure.

CÉLIA COËTTE

Diplômée des Beaux-Arts de Paris en 2016, Célia Coëtte cherche à travers son art pluridisciplinaire à réexplorer les matériaux naturels et artificiels. Elle joue ainsi de l'ambivalence de la matière et de ce qu'elle représente et s'approprie les éléments qui l'entourent par des jeux d'assemblages et de contradictions.

En 2018, elle est lauréate du prix des amis des Beaux Arts, et est sélectionnée au 63ème salon de Montrouge et par le collectif Empreinte pour l'exposition Objet de tendresse en partenariat avec la collection Moulin. Elle a depuis participé à de nombreuses expositions collectives à Paris et à l'étranger.


Vernissage : vendredi 24 janvier à 18h00

Horaires
Vendredi 24 janvier - 18h00 - 22h00
Samedi 25 janvier - 11h00 - 18h00

Vernissage de Vincent Bousserez et Célia Coëtte "Modeler le monde"

[18:00-20:30] Vernissage de l'exposition "Bonsaï Couture"
Location:
Sway Gallery Paris
18-20, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 40 33 67 13
Mail : parisinfo@sway-gallery.com
Internet Site : paris.sway-gallery.com
Description:
Machiko Koide, artiste céramiste &
Chie Yamazaki, artiste bonsaï

Du 24 janvier au 8 février 2020
**Vernissage : le vendredi 24 janvier de 18h à 20h30**

Le bonsaï est l'art d'associer des pots et des plantes, principalement à des fins d'ornement.

Dans cette exposition, l'art du bonsaï sera examiné sous une nouvel angle, avec un lien étroit entre l'arbre et le style du pot façon haute couture.

De manière traditionnelle, les pots de bonsaï ne servaient qu'à faire grandir les plants et n'étaient donc que de simples accessoires. Ils étaient ainsi conçus pour être le plus discret et muet possible.

Machiko Koide et Chie Yamazaki ont cependant choisi une nouvelle approche. Elles pensent en effet que, de même que le choix des vêtements d'un homme peut mettre en valeur son apparence et refléter sa personnalité, un pot de bonsaï conçu spécifiquement et décoré de motifs et accents sélectionnés avec soins, sublimera les formes et les couleurs du plant. Il facilitera également son intégration dans les différents environnements, intérieurs et saisons dans lesquels il sera situé.

Tout en combinant les traditions bien établies des deux domaines, elles s'efforcent de faire évoluer la discipline et de lui apporter un vent de fraîcheur.

Vernissage de l'exposition "Bonsaï Couture"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Compositions"
Location:
Galerie des Ateliers d'Artistes de Belleville
Le DADA de Belleville
1, rue Francis Picabia
75020 Paris
M° Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 77 12 63 13
Fax : +33 (0)1 46 36 44 09
Mail : contact@ateliers-artistes-belleville.org
Internet Site : www.ateliers-artistes-belleville.org
Description:
Exposition du 23 janvier au 2 février 2020
Ouvert du jeudi au dimanche de 14h à 20h
Vernissage vendredi 24 janvier à partir de 18h

Frédéric Laviéville a été formé aux Ateliers Beaux-Arts de la Ville de Paris et propose de transcender le réel par le miracle de la lumière, la magie des lignes, celle des formes et des couleurs.

Olivier Laviéville propose, lui, des visages et et des corps pensés comme des vues provisoires, fragiles, presque chancelantes. Dans le babil du monde, il propose des intimités volatiles, comme des chuchotements, qui augmenteraient encore le mystère du visible.

Paule Riffault-Laviéville aime mettre en scène, au fil des saisons, des fleurs, fruits, légumes et autres végétaux, en s'inspirant de l'ambiance sereine des natures mortes du 17e siècle.

Trois sensibilités, trois démarches attachées à la picturalité; une même volonté de « composer ».

Vernissage de l'exposition "Compositions"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Elias Crespin, L'Onde du Midi"
Location:
Musée du Louvre
Place du Carrousel
75058 Paris Cedex 01
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Phone : +33 (0)1 40 20 50 50
Fax : +33 (0)1 40 20 54 52
Internet Site : www.louvre.fr
Description:
Aile Sully, 1er étage, escalier du Midi

Elias Crespin, L'Onde du Midi
Un nouveau décor pérenne pour le palais du Louvre

À l'occasion des 30 ans de la Pyramide, le musée du Louvre renoue avec les grandes commandes publiques et invite l'artiste contemporain Elias Crespin à concevoir un nouveau décor pérenne pour le palais. Au sommet de l'escalier du Midi, à l'angle sud-est de la cour Carrée, Elias Crespin crée une oeuvre cinétique, L'Onde du Midi, composée de 128 tubes métalliques, suspendus à des fils animés par des moteurs, qui dessinent une subtile chorégraphie. Il suit ainsi les traces de figures majeures de l'art contemporain qui ont investi le palais, comme Anselm Kiefer (2007), François Morellet (2010) ou encore Cy Twombly (2010).

L'Onde du Midi
La sculpture, qui appartient à la catégorie des « Plano Flexionante », consiste en un alignement parallèle de 128 tubes cylindriques suspendus dans les airs par des fils invisibles. Céleste et aérien, le mobile se présente au repos comme un plan horizontal rectangulaire d'une longueur de près de 10 mètres (1.50 L x 9.50 l mètres). Pris dans un mouvement permanent, il semble échapper aux lois de la gravitation et s'anime dans l'espace sur une amplitude de 3 à 4.50 mètres de haut, au rythme de séquences déterminées par des algorithmes numériques. Cette chorégraphie ondulatoire, qui se déploie sans aucune linéarité mécanique, privilégie la lenteur et favorise la contemplation et l'émerveillement.
En prise directe avec l'oeuvre, comme hypnotisé, le spectateur est embarqué dans la danse lente et gracieuse des formes dont le jeu infini des combinaisons ne peut être anticipé. Les configurations spatiales du mobile ne cessent effectivement de surprendre, selon que les formes se dilatent, s'aplanissent, se diffractent, passant ainsi de l'ordre au chaos, du simple au complexe. L'escalier du Midi offre ainsi au visiteur une halte dans son parcours, en devenant le théâtre d'un ballet silencieux.

L'univers artistique d'Elias Crespin
Entre le monde de la science et celui de l'art, les créations d'Elias Crespin instaurent un dialogue avec le spectateur et interrogent les concepts de forme, d'espace, de mouvement et de temps. Dans L'Onde du Midi, l'intuition créatrice et la rigueur scientifique se rencontrent pour rendre visibles les lois de l'univers, suivant les préoccupations de l'artiste qui fut, à une autre période de sa vie, ingénieur en informatique. « J'ai toujours été intéressé par les formes et la logique. Je suis sensible à la sensualité et à la perception des choses, comme apprécier un beau coucher de soleil. Mais je m'intéresse aussi à des choses plus complexes, comme les fonctions, les propriétés d'un cercle ou d'un triangle, le dessin que peut générer une relation mathématique particulière », explique-t-il.

Les décors pérennes d'art contemporain au Louvre
Ce projet s'inscrit dans la continuité de l'histoire du palais du Louvre qui est, depuis sa création, un cadre architectural idéal pour les commandes de décors peints ou sculpté à des artistes vivants. Lieu d'inspiration, le palais abrite des décors réalisés par Charles Le Brun et Eugène Delacroix dans la galerie d'Apollon, de Georges Braque (Les Oiseaux, peint en 1953 sur le plafond de la salle Henri II) et, plus récemment, d'Anselm Kiefer (Athanor, 2007, escalier nord-est de la cour Carrée), de François Morellet (Esprit d'escalier, 2010, escalier Lefuel) et de Cy Twombly (The Ceiling, 2010, salle des Bronzes).

Biographie d'Elias Crespin
Né au Venezuela en 1965, Elias Crespin a reçu une formation d'ingénieur informatique à Caracas. Fils de mathématiciens et petit-fils d'artistes, il intègre dans sa démarche ces deux univers, la science et l'art. Il commence à développer sa première oeuvre en 2002, Malla Electrocinética I qu'il présente en 2004, après deux ans de recherche. Ses sculptures mobiles ont, depuis, intégré de prestigieuses collections, parmi lesquelles celle du Museum of Fine Arts de Houston, du Museo del Barrio de New York et du MALBA de Buenos Aires. En 2018, Elias Crespin participe à l'exposition « Artistes et robots » au Grand Palais, dans laquelle il présente son oeuvre Grand HexaNet. Il réside et travaille à Paris depuis 2008, où il est représenté par la galerie Denise René.


L'oeuvre a bénéficié du soutien du fonds ARTEXPLORA.


Chiffres clés de L'Onde du Midi :
- 128 tubes en aluminium
- 256 moteurs
- durée de la séquence : environ 30 minutes

#EliasCrespinAuLouvre

Vernissage de l'exposition "Elias Crespin, L'Onde du Midi"

[18:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Ikiru"
Location:
Mirror
10, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
France
Phone : +33 (0)1 44 61 36 30
Mail : contact@mirror-paris.fr
Description:
Du vendredi 24 au jeudi 30 janvier 2020

Organisé par : Ibuki, ex-Atelier Blancs Manteaux

L'exposition Ikiru, qui signifie « vivre » en japonais, révélera la philosophie japonaise sur la vie et la mort.
Itadakimasu, Gochiksousama. Ces mots sont prononcés au début et à la fin d'un repas. Non seulement montrer l'appréciation envers la nourriture et les gens qui en font, mais c'est aussi une expression de respect de la vie.

Tout ce qui est présenté sur la table est / était vivant et les êtres humains en reçoivent la vie. Le cycle de vie passe par l'acte de manger et de boire. Ibuki présente la création pour représenter cet état d'esprit unique du Japon.

Exposants
KOBE LEATHER. La belle peau de vache provient du Bœuf de Kobe de renommée mondiale. Auparavant, la peau du Bœuf de Kobe était jetée. Cette nouvelle marque a lancé pour récupérer le cuir de Bœuf de Kobe et les transformer en produits précieux.

Vaisselle en céramique de Shiga. Ces céramiques délicates, d'un blanc pur et translucides sont le fruit de longues expériences dans la région de Shigaraki, célèbre pour sa production. La délicatesse de ces produits représente l'éphéméralité de la vie et de la mort.

Couteaux de Sakai. La beauté réside dans la simplicité. Ces couteaux de fer japonais bien affûtés font ressortir le goût des aliments crus. Les cuisiniers montrent leur respect non seulement aux producteurs de la nourriture mais aussi à la nature.

Vernissage le vendredi 24 janvier de 18:00 à 22:00.

Vernissage de l'exposition "Ikiru"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Réalités"
Location:
Galerie Mathgoth
34, rue Hélène Brion
75013 Paris
M° Bibliothèque François Mitterrand
France
Mobile : +33 (0)6 63 01 41 50
Mail : galerie@mathgoth.com
Internet Site : www.mathgoth.com
Description:
Du 24 janvier au 29 février 2020
Du mercredi au samedi de 14 à 19 heures

2020 marquera le 10ème anniversaire de la galerie Mathgoth qui a décidé de débuter l'année sous les auspices de 11 peintres à la technique incroyable et dont les œuvres flirtent en permanence avec l'hyperréalisme. D'où le titre évocateur de cette exposition collective : « Réalités », à découvrir du 24 janvier au 29 février.

Le réalisme est de plus en plus présent dans l'art urbain et le nombre de peintres qui s'y adonnent ne cesse de s'accroître. Pour ce group show le choix des artistes s'est volontairement porté sur un panel original, mettant en avant des approches particulières du vivant.

Cette line up internationale réussit à nous offrir une trentaine de pièces aux techniques étonnantes, déployant des styles et univers très différents. Si on retrouve deux habitués des cimaises de la galerie (l'Allemand Akut et le Cubano-Américain Jorge Rodriguez-Gerada), de nouveaux talents viennent compléter le tableau. Des lettrages dits « ballons d'hélium » créés par le Suédois Huge aux effets (sacs) plastiques du Russe Shozy, le spectateur pourra également admirer les portraits déstructurés du Français Kogaone et de l'Espagnol Belin. S'ajouteront à cela les peintures aux accents radiographiques de l'Anglais Shok-1 et les superpositions en rouge et bleu du Grec Insane51 - pour voir pleinement ces dernières, il faudra s'équiper de lunettes 3D !

Les cranes acidulées de l'Anglais SmugOne feront écho aux corps expressifs de la New-Yorkaise BKFoxx, seule femme représentée, dont la touche naturaliste donne littéralement vie aux supports. Enfin, les explosions multicolores du Brésilien L7matrix viendront compléter ce portfolio d'ouvrages à l'aune duquel le public mesurera sans peine les prouesses des artistes en matière de jeux visuels.

Avec Akut, Belin, BKFoxx, Huge, Insane51, Jorge Rodriguez-Gerada, Kogaone, L7matrix, SHOK-1, Shozy et Smug

Vernissage de l'exposition collective "Réalités"

[18:30-22:00] La bataille des imaginaires
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
Auditorium du Grand Palais, accès square Jean Perrin

Raison d'être, bluff ou essentiel pour les entreprises du 21ème siècle ?

Pour la première fois depuis la révolution industrielle, les peurs et les angoisses supplantent la foi dans l'avenir. Les jeunes générations sont convaincues qu'elles vivront moins bien que les précédentes. Dans ce contexte, il y a urgence à créer des récits collectifs qui donnent envie à chacun de s'engager. Les grandes organisations publiques et privées s'interrogent en nombre croissant sur leur Raison d'être, qui est d'abord le récit d'une contribution à un avenir souhaitable. Mais quels sont les récits qui vont favoriser le passage à l'action ? Est-ce ceux de l'urgence ou ceux de l'espoir, ceux de l'utopie ou ceux de la dystopie, ceux qui font trembler ou ceux qui font rêver ? Ou est-ce un subtil mélange des deux ?

La soirée du 24 janvier sera une valse à trois temps, orchestrée au mode collaboratif dans laquelle le public sera invité à participer.

19h - 19h30 : Acte 1 (#Performance) - des artistes donneront le tempo en vous projetant dans des futurs rouges, jaunes ou chamarrés.

19h30 - 20h30 : Acte 2 (#Battle) - Des avocats de l'urgence et des avocats de l'espoir chargés de répondre à la question suivante : Quels récits permettent de mieux se mobiliser, de créer des ruptures et construire ensemble des futurs positifs ?

20h30 - 21h30 : Acte 3 (#TableRonde) - Les orateurs seront rejoints sur scène par des membres des Directions de grandes entreprises :Fabrice Bonnifet, Directeur Développement Durable & QSE, BOUYGUES, Joël Tronchon, Directeur du Développement Durable, SEB.
Ils tenteront de répondre notamment à la question suivante : comment les grandes organisations peuvent s'appuyer sur ce récit pour définir leurs Raison d'être ?

À l'issue de le Bataille des Imaginaires nous vous proposons l'accès en exclusivité à l'exposition Henri de Toulouse-Lautrec qui sera prolongée pour vous jusqu'à 23h au Grand Palais.

>> RSVP

La bataille des imaginaires

[18:30-21:00] Remise du Prix littéraire François Sommer 2020
Location:
Musée de la Chasse et de la Nature
Hôtel de Mongelas
62, rue des Archives
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 53 01 92 40
Fax : +33 (0)1 42 77 45 70
Mail : musee@chassenature.org
Internet Site : www.chassenature.org
Description:
La liste des 10 finalistes du Prix François Sommer 2020

Le jury du prix littéraire François Sommer vient de révéler son ultime sélection pour cette édition 2020. Une liste de dix finalistes, dont 5 romans et 5 essais.

Le prix littéraire François Sommer a été créé en 1980 par Jacqueline Sommer, en mémoire de son mari François Sommer. Il récompense chaque année une oeuvre - roman ou essai - qui explore les relations des humains à la nature et qui a été publiée pour la première fois au cours de l'année précédent la remise du prix. Il est doté d'une somme de 15 000€.

Pour cette édition 2020, la cerémonie se déroulera le vendredi 24 janvier 2020, à 18h30, à l'Hôtel de Guénégaud, dans le 3e arrondissement de Paris.

La liste des 5 romans ou récits en compétition :
Gisèle Bienne, La malchimie (Acte Sud)
Bérengère Cournut, De pierre et d'os (Le Tripode)
Elisabeth Filhol, Doggerland (P.O.L)
Claudie Hunzinger, Les grands cerfs (Grasset)
Sylvain Tesson, La panthère des neiges (Gallimard)

La liste des 5 essais en compétition :
Romain Bertrand, Le Détail du monde (Seuil)
Vinciane Despret, Habiter en oiseau (Acte Sud)
Nastassja Martin, Croire aux fauves (Verticales)
Serge Sanchez, Le homard de Flaubert (Grasset)
Charles Stépanoff, Voyager dans l'invisible (Les Empêcheurs de penser en rond)

Présidé par l'écrivain Xavier Patier, le jury a élu cette année François Sureau comme président d'honneur.

Le reste de ses membres sont : Claude d'Anthenaise, conservateur général et directeur du musée de la Chasse et de la Nature ; Jean-Luc Chapin, photographe ; Nicolas Chaudun, écrivain ; Alain Finkelkraut ; Colette Kerber, libraire, ; Catherine Pégard, présidente de l'Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles ; Philippe Salvadori, historien, maître de conférences à l'Université de Bourgogne ; Anne Simon, spécialiste de littérature (XXe-XXIe siècles) CNRS-EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales) ; Le Master Gouvernance de la transition écologie et sociétés (AgroParisTech/Paris Saclay) représenté par deux étudiants : Anne-Gaëlle Beurier et Léo Lebègue.

L'année dernière, le Prix littéraire François Sommer avait été attribué à l'essai Des animaux et des hommes, dirigé par Alain Finkielkraut, et co-édité par Stock et France Culture.

[18:30-21:00] Vernissage des artistes et artisans du quartier Sainte-Marthe
Location:
Mairie du 10ème arrondissement
72, rue du Faubourg Saint-Martin
75475 Paris Cedex 10
M° Château d'Eau, Jacques Bonsergent, Gare de l'Est
France
Phone : +33 (0)1 53 72 10 10
Fax : +33 (0)1 53 72 11 01
Mail : webmairie10@paris.fr
Internet Site : mairie10.paris.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Nous travaillons ici, artistes et artisans du quartier Sainte-Marthe"

grand hall

Du jeudi 23 janvier au jeudi 20 février 2020
Vernissage le vendredi 24 janvier 2020, à 18h30

À partir de ce jeudi 23 janvier et jusqu'au jeudi 20 février prochain, artistes et artisans des abords de la place Sainte-Marthe investissent le hall de la Mairie du 10e, et présentent leurs œuvres.

L'esprit d'un quartier

Sainte-Marthe, ancienne cité ouvrière du XIXe siècle, abrite depuis son origine des artisans dans ses locaux de rez-de-chaussée. Aujourd'hui encore, de multiples métiers (sculpteur, vitrailliste, peintres, ébéniste, photographes, dessinateurs, plasticiens...) s'exercent dans ces ateliers. Artistes et artisans résistent aux menaces qui pèsent sur leurs activités, donnant son esprit à ce quartier, et garantissant une vraie richesse à tout l'arrondissement.

Pour mieux faire connaître leur travail et leur savoir-faire, la Mairie du 10e arrondissement a choisi de donner aux artistes et artisans des abords de la place Sainte-Marthe l'occasion de présenter à toutes et tous leurs créations. La diversité des œuvres présentées est l'expression de la vitalité de ce quartier.

Les artistes

Sadio Bee - Lætitia de Bazelaire - Nadine Boisseau - Béatrice Desrousseaux - Geneviève de Divonne - Véronique Déro - Jérôme Gorin - Maëlenn Le Clainche - Marianne Marcuse - François Mattei - Laura Merenda - Pascale Piron - Adriana Popovic - David Porchy - Michèle Rizet - Grégoire Romanet - Alex Sanders - Jean-Paul Santini - Aurélie Thomas - Hélène Vitali - Michaël Zumstein

Vernissage de l'exposition "Nous travaillons ici, artistes et artisans du quartier Sainte-Marthe"
Vernissage de l'exposition "Nous travaillons ici, artistes et artisans du quartier Sainte-Marthe"




[19:00-22:00] 40 ans de l'association AMD
Location:
Musée des Arts Forains
Pavillons de Bercy
53, avenue des Terroirs de France
64, rue des Pirogues de Bercy
10, rue Lheureux
75012 Paris
M° Cour Saint-Émilion
France
Phone : +33 (0)1 43 40 16 22
Fax : +33 (0)1 43 40 16 89
Internet Site : www.pavillons-de-bercy.com
Description:
40 ans de l'association AMD

[19:00-21:00] Présentation du projet "Le visage français de la région de Lviv"
Location:
Centre Culturel de l'Ambassade d'Ukraine
Espace culturel ukrainien Wassyl Slipak
22, avenue de Messine
75008 Paris
M° Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 43 59 03 53
Fax : +33 (0)9 61 51 31 54
Mail : amb-ukraine.culture@wanadoo.fr
Internet Site : www.mfa.gov.ua/france
Description:
Présentation du projet "Le visage français de la région de Lviv"

[19:00-21:00] Rencontres de Malaquais "Parfums & Couleurs"
Location:
Rencontres de Malaquais
Live in a Living City - Carlos Moreno
3, quai Malaquais
75006 Paris
M° Pont Neuf, Mabillon, Odéon
France
Mail : contact@liveinalivingcity.com
Internet Site : www.liveinalivingcity.com
Description:
Nous démarrons la nouvelle année 2020 avec un hommage à Patrick Süskind, auteur du best-seller «Le parfum ».

Il faisait dire dans son célèbre texte « qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes ».
Nous aurons une soirée spéciale dédiée à la sensibilité des arômes et des odeurs, avec un des grands « nez » français, Bertrand Duchaufour, qui sera notre lanceur de conversation.

Pour la partie artistique, notre invitée est la peintre et sculptrice Claire Niquet. « La peinture me donne l'occasion de dire la nature ou d'éprouver les éléments qui la traversent ou la parent, le vent, la neige, la chaleur, la lumière, l'eau et le feu parfois. C'est un immense plaisir si l'intention devient réalité. »

Nous fêterons ainsi avec Parfums et Couleurs, cette nouvelle année, que nous vous souhaitons, belle et joyeuse.

Au plaisir de vous revoir pour démarrer ensemble cette troisième année des Rencontres de Malaquais, avec le même esprit qui nous anime depuis le début : échanges, conversations, art, altérité, partage et bien commun.

Pour participer à cette soirée, inscrivez-vous en cliquant sur le lien ci-dessous :
>> RSVP

[19:00-21:00] Vernissage de Natacha Nikouline "DESIDERATIO"
Location:
VOZ'Galerie
41, rue de l'Est
92100 Boulogne
M° Jean Jaurès
France
Phone : +33 (0)1 41 31 40 55
Mobile : +33 (0)1 41 31 40 33
Mail : contact@vozimage.com
Internet Site : www.vozimage.com
Description:
Vernissage de l'exposition de photographies le vendredi 24 janvier 2020 à partir de 19h

Natacha Nikouline présentera dans cette très belle exposition "Desideratio", une grande partie de son travail photographique. Quelques subtiles installations viendront faire écho aux tirages de grands formats. Vous y découvrirez également les magnifiques textes de Cyril Anton, Hélène Fresnel, Sarah Chiche et Natacha Nikouline

Vernissage de Natacha Nikouline "DESIDERATIO"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Révisez vos classiques bretons"
Location:
Mission Bretonne
Ti ar Vretoned
22, rue Delambre
75014 Paris
M° Vavin, Edgar Quinet, Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)1 43 35 26 41
Mail : contact@missionbretonne.bzh
Internet Site : www.missionbretonne.bzh
Description:
Vendredi 24 janvier: un petit moment d'échanges autour du livre de Françoise Le Goaziou, pour découvrir un peu mieux les "Bretons sur Seine" où la Mission tient une belle place. Vernissage de l'exposition "Révisez vos classiques bretons", les grands écrivains bretons au salon Lire la Bretagne.

[19:00-22:00] Voeux du maire de Rungis
Location:
Marché international de Rungis
Marché international de Rungis
94150 Rungis
M° Tram T7
France
Phone : +33 (0)1 41 80 80 00
Internet Site : www.rungisinternational.com
Description:
Vœux du maire de Rungis

Espace du sport

[19:30-21:00] Vernissage de l'exposition "La Havane Renaissances"
Location:
Ville d'Avray
Ville d'Avray
92410 Ville d'Avray
M° Gare de Sèvres - Ville-d'Avray
France
Internet Site : www.mairie-villedavray.fr
Description:
Maison pour Tous

Du Mardi 7 janvier 2020 au mercredi 5 février 2020

Vernissage le 24 janvier 2020 à partir de 19h30, en présence de son Excellence l'Ambassadeur de Cuba.

A l'occasion du 500ème anniversaire de la fondation de La Havane, cette exposition photos rend hommage au projet de restauration du centre historique (La Habana Vieja) comme instrument de rénovation sociale et urbaine. Par son regard sur le lien vivant entre habitants et bâtiments de la cité historique, notamment à travers l'éducation, les arts et métiers et la vie populaire, elle témoigne des réponses apportées pour éviter que le centre historique ne se transforme en musée, pour articuler préservation du patrimoine architectural et du patrimoine humain, pour maintenir l'enracinement d'une vie populaire dans un urbanisme respectueux d'une identité plurielle et tourné vers le développement économique.

Temps Fort : Samedi 1er février - 14H30

Conférence_ débat sur la thématique « Havane, 500 de patrimoine et d'histoire » animée par Sylvie Bouffartigue, professeure à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, responsable du GRIAHAL (Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur les Antilles Hispaniques et l'Amérique latine).

Vernissage de l'exposition "La Havane Renaissances"

[19:30-22:00] Voeux du maire d'Osny
Location:
Osny
Osny
95520 Osny
M° Gare SNCF d'Osny
France
Internet Site : www.osny.fr
Description:
Vœux du maire d'Osny

Hôtel de Ville : Château de Grouchy - 14 rue William Thornley - BP 90014 - 95520 Osny

Jean-Michel Levesque, maire d'Osny, est heureux de vous accueillir à l'hôtel de ville pour la cérémonie des vœux à la population.





[20:00-23:00] NBA Paris Game 2020 : Milwaukee Bucks vs Charlotte Hornets
Location:
AccorHotels Arena POPB
POPB
8, boulevard de Bercy
75012 Paris
M° Bercy, Gare de Lyon
France
Phone : +33 (0)1 40 02 60 60
Internet Site : www.bercyarena.paris
Description:
#NBAParis 2020 #nbaparisgame

match de basket entre les Milwaukee Bucks de Giannis Antetokounmpo, Eric Bledsoe, George Hill, Ersan Ilyasova, Brook Lopez et Khris Middleton et les Charlotte Hornets de Nicolas Batum, Bismack Biyombo, Willy Hernangomez, Malik Monk

en présence de Teddy Riner, Tony Parker, Kareem Abdul-Jabbar, Michael Jordan, propriétaire des Hornets, DJ Cut Killer, Jamel Debbouze, l'ancien premier ministre Lionel Jospin, les joueurs du PSG (Kylian Mbappé, Neymar Jr, Layvin Kurzawa, Marco Verratti, Thiago Silva, Marquinhos, Mauro Icardi), Caroline Receveur, Nikola Karabatic, Luka Karabatic, Dell Curry, Bruce Bowen, Rony Turiaf, Anne Hidalgo



NBA Paris Game 2020 : Milwaukee Bucks vs Charlotte Hornets
Kylian Mbappé, Jamel Debbouze, Tony Parker

NBA Paris Game 2020 : Milwaukee Bucks vs Charlotte Hornets
Tony Parker, Kareem Abdul-Jabbar

NBA Paris Game 2020 : Milwaukee Bucks vs Charlotte Hornets
Kylian Mbappé, Neymar Jr, Layvin Kurzawa, Marco Verratti, Thiago Silva, Marquinhos, Mauro Icardi

NBA Paris Game 2020 : Milwaukee Bucks vs Charlotte Hornets
Charlotte Hornets

NBA Paris Game 2020 : Milwaukee Bucks vs Charlotte Hornets
Giannis Antetokounmpo


Teddy Riner et les Milwaukee Bucks de Giannis Antetokounmpo lors de leur routine d'avant-match : un combat de catch








[23:00-23:55] Vernissage de l'exposition "Master Drawings Week"
Location:
New York
New York
10007 New York
Etats-Unis
Internet Site : www.nyc.gov
Description:
Didier Aaron Inc.
32 East 67th Street
New York, NY 10065
(212) 988 5248

Du 25 Janvier au 1er Février 2020
Vernissage le 24 Janvier de 16h à 20h
Ouverture en semaine de 11h à 18h
Samedi 25 Janvier et Samedi 1er Février, de 11h à 18h
Dimanche 26 Janvier de 14h à 18h

17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics