Tuesday, March 17, 2020
Public Access


Category:
Category: All

17
March 2020
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
24 25 26 27 28 29 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

  Fête nationale irlandaise / Fête de la Saint-Patrick
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
La fête de la Saint-Patrick ou fête nationale irlandaise est une fête catholique qui célèbre saint Patrick (395-461), le saint patron de l'Irlande. Le 17 mars est un jour férié en Irlande, en Irlande du Nord et à Terre-Neuve-et-Labrador.

Rivière verte de ChicagoLa fête de Saint-Patrick est célébrée par les Irlandais du monde entier, expatriés ou descendants des nombreux immigrants qu'a connus l'île, et de plus en plus aussi par des non-Irlandais qui participent aux festivités et se réclament « irlandais pour un jour ». Les célébrations font généralement appel à la couleur verte et à tout ce qui appartient à la culture irlandaise' : la fête de Saint-Patrick telle que pratiquée aujourd'hui voit les participants, qu'ils soient chrétiens ou pas, porter au moins un vêtement avec du vert, assister à des « parades », consommer des plats et des boissons irlandaises, en particulier des boissons alcoolisées (bières et stout irlandais, comme la Murphys, Smithwicks, Harp ou Guinness, ou des whiskeys, des cidres irlandais, des Irish coffee). Certains boivent même de la bière colorée verte dans le bon goût irlandais.

La parade à Dublin, qui ponctue une fête de Saint-Patrick qui prend la forme d'un festival de cinq jours, a réuni plus de 500 000 personnes en 2006.

C'est la ville de New York qui abrite la plus grande parade pour la Saint-Patrick, avec plus de deux millions de spectateurs sur la Cinquième Avenue. Il faut dire que là-bas, les premières Saint-Patrick remontent à 1762 quand les soldats irlandais défilèrent dans la ville le 17 mars. D'autres grandes parades ont lieu à Belfast, Manchester, Birmingham, Londres, Montréal, Boston, Chicago, Savannah, Denver, Scranton, Toronto, dans Argentine... et dans d'autres lieux en Europe, en Australie et en Asie.

On raconte que saint Patrick, venu pour christianiser l'Irlande, a, ce jour-là, expliqué la Sainte Trinité aux Irlandais avec un trèfle (devenu depuis un des symboles de l'Irlande !).

Outre une célébration de la culture irlandaise, la Saint-Patrick est aussi, et surtout à l'origine, une fête chrétienne célébrée par l'Église catholique, l'Église d'Irlande et d'autres communautés chrétiennes. La fête a toujours lieu pendant le Carême. Dans les calendriers chrétiens, la Saint-Patrick est déplacée au lundi quand elle tombe un dimanche. Il est de tradition pour certains chrétiens observant un jeûne pour le Carême, de le rompre pendant la journée de Saint-Patrick.

Food Hotel Tech 2020
Location:
Paris Event Center
20, avenue de la Porte de la Villette
75019 Paris
M° Porte de la Villette
France
Phone : 08 11 11 55 55
Mail : contact@parisevent-center.com
Internet Site : www.parisevent-center.com
Description:
Lundi 16 et mardi 17 mars
10h-19h

Paris Event Center - Hall B

L'événement incontournable des hôteliers et des restaurateurs pour découvrir toute la tech et le digital.
La billetterie de l'édition 2020 du Food Hotel Tech Paris qui se tiendra les 16 et 17 Mars est désormais ouverte !
Cette #Saison4 s'annonce encore plus riche en innovations technologiques et digitales.

>> RSVP

https://www.foodhoteltech.com
#FHTParis

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-21:30] Vernissage de la 19ème édition de la Biennale 109
Location:
Bastille Design Center
74, boulevard Richard Lenoir
75011 Paris
M° Richard Lenoir, Saint-Ambroise
France
Phone : +33 (0)1 48 06 67 99
Mobile : +33 (0)6 09 66 33 87
Fax : +33 (0)1 48 06 58 16
Mail : info@bastille-design-center.com
Internet Site : www.bastille-design-center.com
Description:
Biennale 109 Peintres & sculpteurs - 19ème édition

La biennale 109 - Peintres & Sculpteurs revient du 17 au 22 mars 2020 pour sa 19ème édition!

Vernissage le Mardi 17 mars de 15h à 21h30
Ouvert tous les jours de 12h à 19h30

Les 71 artistes : 48 peintres : Hugues Absil I Frédéric Amblard I Berg I Edwige Blanchatte I Jean-François Bottollier I Natacha Bouvier I François Bresson I Béatrice Bröder I Tania Bruzs I Danielle Burgart I Raphaël Caloone I Nicolas Cluzel I Pierrette Cornu I Joël Crespin I Jean Duranel I Claire Espanel I Joanna Flatau I Cécile Gely I Jean Michel Guinebault I Pierre Guitton I Ghasem Hajizadeh I Jörg Hermle I Gérard Jaulin I Annie Kurkdjian I Delphine Lahens I Bernard Leijs I Daniel Livartowski I Ysabel Mavit I Nicolas Monjo I John Myers I Noël Perrier I Jean Rougé I Tatiana Samoilova I Kevin-Ademola Sangosanya I Evgénia Sare I Kokou B Senavon I Débora Stein I Farzaneh Tafghodi I Jean Marc Tavernier I Philippe Tertrais I Nana Tonnellier I Helen Uter I Sergio Valadez Estrada I Jean-François Veillard I Isabelle Vialle I Macha Volodina-Winterstein I Elisabeth Walcker I Julien Wolf

23 sculpteurs : Alvaro Botez I Gérard Breviere I Lisbeth Delisle I Marie Pascale Deluen I Martine Demal I Catherine Duchamp-Jegu I Jean-Yves Gosti I Pierre Hemery I Yukuchi Inoué I Janos Kalmar I Gisèle Lacroix I Catherine Legrand I Catherine Leva I Christophe Loyer I Jean Marcoville I Pierre Martinon I François Mayu I William Noblet I Elisabeth Oules I Bernard Thomas-Roudeix I Nicole Valentin I Olivier Valezy I Claire Valverde

Vernissage de la 19ème édition de la Biennale 109





[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Christo et Jeanne Claude. Paris !"
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
Galerie 2

Du 18 mars au 15 juin 2020

Dès 1975, Christo et Jeanne-Claude développent l'idée d'empaqueter le Pont-Neuf à Paris avec de la toile polyamide de couleur grès doré, qui recouvrirait les côtés et les voûtes des douze arches du pont, les parapets, les bordures et les trottoirs (le public devant pouvoir marcher sur la toile), ses quarante-quatre lampadaires, ainsi que les parois verticales du terre-plein de la pointe occidentale de l'Île de la Cité et l'esplanade du Vert-Galant.

L'exposition majeure consacrée à Christo et Jeanne Claude retrace l'histoire de ce projet, 1975-1985, et revient sur leur période parisienne, entre 1958 et 1964, avant l'empaquetage de l'arc de triomphe cet automne.

Vernissage de l'exposition "Christo et Jeanne Claude. Paris !"
Empaquetage par Christo de la statue « Le Printemps » de Paul Niclausse sur l'Esplanade du Trocadéro, Paris, 14 février 1964.

PRÉSENTATION PAR LA COMMISSAIRE D'EXPOSITION
C'est à 23 ans que Christo (Christo Vladimirov Javacheff) et Jeanne-Claude (Jeanne-Claude Marie Denat), nés tous deux le 13 juin 1935, respectivement à Gabrovo (Bulgarie) et à Casablanca (Maroc), se rencontrent à Paris. Christo a fui la Bulgarie communiste en passant par Prague, Vienne, puis Genève, pour s'établir à Paris en mars 1958. De sa formation à l'Académie des beaux-arts de Sofia, il retient une maîtrise des disciplines classiques, mais ne cesse de vouloir dépasser la peinture de chevalet. Les années parisiennes de Christo sont celles de la mise en place de son langage artistique : le travail en relief des surfaces, l'empilement, l'empaquetage, le début des vitrines occultées, et, en collaboration avec Jeanne-Claude, le développement des projets monumentaux en extérieur - qui caractérisent la démarche créative des deux artistes.

La première partie de l'exposition présente les créations des années 1958 à 1964, date à laquelle les artistes s'installent définitivement à New York ; la deuxième partie retrace toutes les étapes du projet parisien The Pont-Neuf Wrapped (Le Pont-Neuf empaqueté), mené de 1975 à 1985. Au milieu du parcours, le film des frères Maysles Christo in Paris (1990) rend compte de l'élaboration de ce projet urbain tout en évoquant la biographie de ce couple exceptionnel, dont le travail commun a fait naître des œuvres parmi les plus spectaculaires de l'histoire des 20e et 21e siècles.

À son arrivée à Paris, Christo réalise des portraits à l'huile sur toile de familles de la haute société, afin de gagner sa vie. Parallèlement à ces travaux, il empaquette des petites boîtes cylindriques en métal et des bouteilles avec du tissu, rigidifié par de la laque, et les entoure de ficelle. Ces recherches, qui intègrent ensuite des éléments de mobilier, puis des barils, constituent ce que Christo appelle son Inventaire. Il confectionne également des Surfaces d'Empaquetage, en utilisant du papier, parfois du tissu, auquel il donne un aspect accidenté par des froissages, des plis, que la laque vient figer et la peinture assombrir par endroits. À cela l'artiste ajoute du sable ou de la poussière pour leur donner un aspect misérabiliste. Ces œuvres constituent l'une des propositions de Christo en réponse aux recherches picturales parisiennes de l'époque. Mais c'est surtout le travail matiériste de Jean Dubuffet qui impulse une série méconnue et présentée ici pour la première fois, les Cratères. Le vocabulaire de l'artiste s'étend bientôt aux barils, dont il réalise des empilements, sous forme de colonnes ou d'accumulations. À l'automne 1961, en réaction à l'érection récente du Mur de Berlin, il imagine de barrer la rue Visconti à Paris avec des barils, projet qu'il fait aboutir avec la complicité de Jeanne-Claude le soir du 27 juin 1962, avant qu'il ne soit sommé par la police de démanteler son édifice. Dès 1961, Christo avait envisagé d'empaqueter un bâtiment public parisien. Et en 1962, il forme le vœu d'empaqueter l'Arc de Triomphe, projet qui verra le jour à l'automne 2020.

La chronologie exacte des expériences artistiques parisiennes de Christo n'est pas toujours facile à établir. Les Empaquetages, aspect le plus connu des années 1958-1964, se développent surtout à partir de 1960. Christo privilégie le tissu, dans un premier temps froissé et laqué. Puis il expérimente le tissu brut sans abandonner ses recherches précédentes. L'attention de l'artiste se porte sur l'association de textures variées, sur les jeux de matière et de couleurs. Les cordes et ficelles sont également choisies avec précision. Les Empaquetages restent toutefois mystérieux dans leur contenu, l'artiste se refusant à désigner les objets cachés au regard. Par la suite, Christo ne couvre que partiellement certains objets, en particulier du mobilier. Courant 1960, il découvre le polyéthylène, un plastique transparent qui le conduit également vers d'autres recherches : l'empaquetage de statues et de modèles vivants.

Fin 1962, Christo participe à l'exposition « New Realists » à la galerie Sidney Janis de New York. Malgré l'importance de cet événement pour Christo, placé aux côtés d'Américains de renom tel Andy Warhol, il est abusivement classé, dans le texte de présentation du catalogue, parmi les artistes dont la démarche relève du « ready-made ». En effet, le geste de Christo déconcerte : il n'est pas assimilable à cette approche, pas plus qu'à un commentaire sur la question de l'emballage dans la société industrielle. Enfin, l'association de Christo avec le mouvement du « nouveau réalisme », fondé par Pierre Restany en octobre 1960, n'a été que ponctuelle et il ne s'est jamais vraiment senti affilié au groupe même s'il a pu entretenir des relations d'amitié avec certains de ses membres.

Avant de s'établir à New York en 1964 avec Jeanne-Claude, Christo débute une nouvelle recherche autour de vitrines et de devantures de magasins reconstituées, qu'il occulte depuis l'intérieur avec du papier ou du tissu. Ce qui deviendra la série des Store Fronts confirme l'intérêt de l'artiste pour la dimension architecturale, constitutive des projets urbains développés ultérieurement avec son épouse et collaboratrice artistique.
Le projet d'empaquetage du Pont-Neuf en est un exemple magistral, et fait l'objet du second volet de l'exposition. Dès 1975, Christo et Jeanne-Claude développent l'idée d'empaqueter le Pont-Neuf avec de la toile polyamide de couleur grès doré, qui recouvrirait les côtés et les voûtes des douze arches du pont, les parapets, les bordures et les trottoirs (le public devant pouvoir marcher sur la toile), ses quarante-quatre lampadaires, ainsi que les parois verticales du terre-plein de la pointe occidentale de l'Île de la Cité et l'esplanade du Vert-Galant.

En choisissant le Pont-Neuf comme objet du geste d'empaquetage, Christo et Jeanne-Claude souhaitaient non seulement créer une œuvre temporaire en prise directe avec le réel, mais aussi inscrire leur proposition dans l'histoire de ce pont parisien comme source d'inspiration des artistes. Après Turner, Renoir, Brassaï, Pissarro, Marquet..., Christo et Jeanne-Claude dépassent la question de la représentation picturale pour opérer une transformation qui souligne les qualités architecturales du pont, et renouvelle notre rapport à l'appréhension de ses volumes et à la déambulation. The Pont-Neuf Wrapped, Paris, 1975-1985, comme tous les projets en extérieur des deux artistes, a été présenté pendant une durée très brève (du 22 septembre au 6 octobre 1985), et a nécessité un dispositif technique et humain colossal. Sans compter les dix années de négociation auprès des politiques et des riverains. Les artistes financent leurs réalisations monumentales exclusivement grâce à la vente des collages et des dessins préparatoires réalisés par Christo, et ce, dès l'origine du projet. Ils veillent cependant à conserver, pour chaque projet majeur, un ensemble significatif de ces œuvres, la maquette du projet, les documents témoignant des étapes de sa concrétisation, et des éléments d'ingénierie rendant compte de la structure de protection du monument. C'est cet ensemble autour de l'empaquetage du Pont-Neuf qui, telle une immense installation, est présenté au sein de l'exposition. Il témoigne de l'idée que les projets urbains de Christo et Jeanne-Claude ne se limitent pas au moment de l'empaquetage, mais commencent dès les premières approches et négociations, s'inscrivant de fait dans la réalité de la vie.
Par Sophie Duplaix
Conservatrice en chef des collections contemporaines, Musée national d'art moderne, Centre Pompidou
Commissaire de l'exposition
In Code couleur n°36, janvier-avril 2020, p. 16-19

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés