Thursday, June 11, 2020
Public Access


Category:
Category: All

11
June 2020
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5

  Exposition "Bêtes de scène"
Location:
Espace Monte-Cristo
Fondation Villa Datris Paris
9, rue Monte-Cristo
75020 Paris
M° Alexandre Dumas
France
Phone : +33 (0)1 48 17 60 60
Mail : montecristo@fondationvilladatris.com
Internet Site : www.fondationvilladatris.com
Description:
Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"

Du 14 mars au 12 juillet 2020
Prolongation de l'exposition du 2 septembre au 20 décembre 2020
Du mercredi au dimanche de 11:00 à 18:30

Entrée libre : gratuit

Commissariat d'exposition et scénographie :
Pauline Ruiz et Jules Fourtine

« L'art ne cesse pas d'être hanté par l'animal. »
Gilles Deleuze et Félix Guattari


Pour la troisième année consécutive, l'Espace Monte-Cristo présente à Paris les nouvelles acquisitions de la Collection Fondation Villa Datris (située à L'Isle-sur-la-Sorgue dans le Luberon).
Bêtes de scène à Paris ! Les animaux dans la sculpture contemporaine revisite dans une nouvelle scénographie l'exposition qui a réuni plus de 51 000 visiteurs à l'Isle-sur-la-Sorgue en 2019.
À travers la sélection de 57 sculptures de 29 artistes français et internationaux, elle pose un regard artistique contemporain sur l'animal : de la beauté sauvage à la bête qui sommeille en nous.


Ils nous surprennent, nous font rire, nous agacent et nous émeuvent. Véritables bêtes de scène toujours prêtes à faire le show, les animaux sont une source inépuisable d'inspiration pour les artistes. Pour s'en convaincre, il suffit de faire un tour à la Fondation Villa Datris, qui présente en ce moment 57 sculptures réalisées par 29 artistes contemporains français et internationaux en hommage à ces drôles de bestioles.

Lapin aux aguets de Françoise Pétrovitch, albatros en néons lumineux du collectif Art Orienté Objet, renard blessé de Pascal Bernier, louve folklorique de Katia Bourdarel ... Les animaux sont représentés ici sous toutes leurs coutures. Certains s'inspirent de la mythologie et des récits fondateurs - Kate MccGwire et son serpent à plume rappelant le Quetzalcoatl mésoaméricain, Evert Lindfors revisitant l'Arche de Noé -, d'autres s'intéressent à la frontière entre animalité et domesticité, comme Sébastien Gouju qui imagine une pieuvre vivant dans une salle de bain !

Laurent Perbos joue la carte de l'originalité et de l'humour en affublant un petit oiseau d'une cagoule de catcheur mexicain tandis que Samuel Rousseau revisite les peintures rupestres préhistoriques. Autant d'initiatives surprenantes qui nous invitent à reconsidérer notre rapport avec les animaux.

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Art orienté objet, Albatros, 2017, Collection Fondation Villa Datris
©Franck Couvreur

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Kate MccGWIRE, Paradox, 2019, Collection Fondation Villa Datris
©JP Bland-détail

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Katia Bourdarel, Je suis une louve, 2012, Collection Fondation Villa Datris
© Bourdarel, Paris 2019 Photo Aeroplastics, Bruxelles

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent Perbos - Inséparables, rouge gorge et canaris 2014
© Galerie Baudoin / Photographie Jacques Penon et Michel Erlich

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent PERBOS, De Marbre et d'or, 2005
© Galerie Baudoin Lebon / Raphaël Chipault

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent Perbos, Sans titre (Lucha Libre), 2017
© Baudoin Lebon / Photographie Laurent Perbos

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent Perbos, The Birds, 2012
© Galerie Baudoin Lebon / Laurent Perbos, détail

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Pascal BERNIER, Accident de chasse (renard), Collection Fondation Villa Datris
©Eric de Ville ©Pascal Bernier_ADAGP, Paris 2019

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00] Un géant au Château de Cheverny - sculpture monumentale de Michel Audiard
Location:
Domaine National de Chambord
Château
41250 Chambord
France
Phone : +33 (0)2 54 50 40 00
Fax : +33 (0)2 54 33 34 81
Mail : info@chambord.org
Internet Site : www.chambord.org
Description:
Château de Cheverny

« L'amitié du chien est sans conteste plus vive et plus constante que celle de l'homme. »
Michel de Montaigne

Ayant rouvert leur domaine au public, les propriétaires du Château de Cheverny réservent une nouvelle surprise aux visiteurs, à partir du jeudi 11 juin.

Une sculpture monumentale de Michel Audiard, artiste tourangeau apprécié dans le monde entier, sera installée dans les jardins jeudi en fin de matinée. Cette sculpture de 3.50 mètres de hauteur représente un chien de chasse.

En 2019, Charles-Antoine et Constance de Vibraye ont contacté Michel Audiard avec un projet : celui d'une sculpture géante représentant un chien français tricolore de la meute de Cheverny. Cette sculpture est une œuvre unique, réalisée entièrement par Michel Audiard et ses collaborateurs, dans sa fonderie de Rochecorbon. Les méthodes ancestrales, ainsi que les techniques actuelles les plus novatrices ont été employées pour la réaliser. Les premières sculptures en terre ont été moulées afin de réaliser les maquettes. Après acceptation de l'une d'entre elles par Charles-Antoine et Constance de Vibraye, la pièce a été scannée pour être virtualisée et mise à sa taille définitive de 3.50 mètres de hauteur. Un maillage fils d'acier de 10cm par 10cm a été réalisé sur toute la surface, ce qui a permis la pose d'un grillage. Cinq couches successives de toiles enduites de résine, ont ensuite été posées en croisés. Après les retouches de forme réalisées, les couches finales de gelcoat blanc ont pu être posées, ce qui garantit à la sculpture sa pérennité dans le temps.

« C'est une façon originale et grandiose de célébrer ce retour à la vie publique du château qui est dans notre famille depuis six siècles ! » souligne Charles-Antoine de Vibraye. « Une nouveauté qui, nous l'espérons, séduira bon nombre de visiteurs. »

La sculpture du chien en quelques chiffres :
- 1200 mètres de fil d'acier
- 400 kilogrammes de résine
- 3.50 mètres de hauteur
- 300 mètres carré de toile de verre
- 100 mètres carré de grillage
- 50 kilogrammes de gelcoat
- 11 mois de travail
- 11 métiers (sculpteur, modeleur, mouleur, rotomouleur, ingénieur informaticien, scanneur, découpeur laser, informaticien, serrurier, résineur)
- 8 personnes ont travaillé seules, ensemble ou successivement en fonction de leurs savoir-faire

Rendez-vous presse jeudi 11 juin à 11h à la billetterie du château.
Inscription-presse par retour de mail (Karin Tourmente-Leroux - ccommk@orange.fr) obligatoire avant le mardi 9 juin au soir.

Un géant au Château de Cheverny - sculpture monumentale de Michel Audiard

[11:00-19:00] Vernissage d'Ella & Pitr "Le plan sur la gommette"
Location:
Le Feuvre & Roze
164&178, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Saint-Philippe-du-Roule, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 40 07 11 11
Mail : info@lefeuvreroze.com
Internet Site : www.lefeuvreroze.com
Description:
Ella & Pitr
Le plan sur la gommette

Vernissage du 9 au 13 juin 2020 en présence des artistes

L'exposition se prolongera jusqu'au 4 juillet

Heures d'ouverture :
du mardi 9 juin au vendredi 12 juin, de 11h à 19h
samedi 13 juin de 13h30 à 19h

Un catalogue est édité, 128 pages.

Vernissage d'Ella & Pitr "Le plan sur la gommette"

[11:00-19:00] Vernissage de Jorge González - Extraits de carnets
Location:
Galerie Huberty & Breyne
36, avenue Matignon
75008 Paris
M° Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 40 28 04 71
Mail : contact@petitspapiers.be
Internet Site : www.hubertybreyne.com
Description:
Gouache, pastel, encre de chine, mine de plomb, etc., Jorge González maîtrise toutes les techniques, et n'hésite pas à les associer. Explorateur, artiste expérimental dans sa démarche créative, il privilégie un trait spontané et immédiat, en redonnant du sens à « l'erreur ». Formes, couleurs, compositions, Jorge González est définitivement un artiste contemporain tant par sa technique que sa pratique. Pour construire ses bandes dessinées, il réalise des recherches dans ses carnets avant de les mettre en valeur dans les pages de ses albums. C'est cette étape primordiale qu'Huberty & Breyne vous propose de découvrir à son adresse parisienne cet été. Chacune des illustrations de González est une œuvre à part entière.

Vernissage de Jorge González - Extraits de carnets





[15:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Fluxus"
Location:
Galeries Satellite
7, rue François de Neufchâteau
75011 Paris
M° Charonne, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 43 79 80 20
Mail : mm@galeriesatellite.com
Internet Site : galeriesatellite.jimdo.com
Description:
De 28 au 8 juillet 2020
Vernissage masqué 28, 29 mai, 11 juin 2020

Le 11 juin, Events Fluxus (dans la rue) à 19h
- FLUXUS : ÇA C'EST COOL de Charles DREYFUS
- GUITAR PIECE de Robin PAGE
- APPLAUSE d'Al HANSEN
- MUSIC FOR TAPE #1 de Michel ASSO
Projection du film inédit d'Etienne O'LEARY « Concert Fluxus de rue », 1967

Vernissage de l'exposition "Fluxus"








[18:00-21:00] Nocturne de l'exposition de Fanny Vanoye
Location:
Galerie de l'Europe
55, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 55 42 94 23
Fax : +33 (0)1 43 25 02 93
Mail : europe@noos.fr
Internet Site : www.galerie-europe.com
Description:
DU 9 AU 21 JUIN 2020
Tous les jours en présence de l'artiste : 11h30 - 13h30 et 14h30 - 19h30 + sur rdv
dans le respect des règles sanitaires

3 NOCTURNES / JEUDI 11- SAMEDI 13 - JEUDI 18 JUIN jusqu'à 21h

dans le cadre de l'opération "Visitons Nos Galeries" du 11 au 14 juin

Nocturne de l'exposition de Fanny Vanoye

[18:00-21:00] Vernissage d'Isabelle Boccon-Gibod "Détachements"
Location:
Le Salon H
6/8, rue de Savoie
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Michel, Pont Neuf
France
Mobile : +33 (0)6 80 17 65 47
Mail : contact@salonh.fr
Internet Site : www.salonh.fr
Description:
Rejoignez-nous chaque semaine au salon H
Pour la semaine du 8 juin, nous vous proposons de découvrir les photographies d'Isabelle Boccon-Gibod, en présence de l'artiste,
Jeudi 11 juin de 18h à 21h,
Vendredi 12 juin de 18h à 21h,
Et à tout moment sur rendez-vous par mail à contact@salonh.fr
ou téléphone au 06 80 17 65 47.

Vernissage d'Isabelle Boccon-Gibod "Détachements"

[18:00-21:00] Vernissage de Jérôme Lagarrigue "The fire this time"
Location:
Galerie Olivier Waltman
74, rue Mazarine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 76 14
Mail : info@galeriewaltman.com
Internet Site : www.galeriewaltman.com
Description:
La galerie est heureuse de vous convier au vernissage de la 8ème exposition personnelle de Jérôme Lagarrigue jeudi 11 juin de 18h à 21h. Exposition jusqu'au samedi 11 juillet 2020.
L'artiste franco-américain Jérôme Lagarrigue présente "The fire this time", un ensemble de tableaux qui explore le thème des violences urbaines. Il s'agit pour l'artiste d'un travail initié dans les années 2010-2011 à l'occasion d'émeutes à Los Angeles.
La place des médias, de la vidéo et l'importance de l'image télévisuelle ont fortement influencé la pratique artistique de Jérôme Lagarrigue. Sujets décentrés, effets floutés suggérant l'arrêt sur image, certaines de ses compositions évoquent des plans tournage de cinéma.
Le titre de l'exposition, The Fire This Time, se réfère au livre de James Baldwin, "The Fire Next Time", publié aux Etats-Unis en 1963 puis en Europe en 1964. Le livre comprend deux essais, dont une lettre adressée par l'auteur à son neveu de 14 ans à l'occasion du centenaire de la Proclamation de l'émancipation, qui abolissait l'esclavage sur le territoire américain.
Avec ce nouveau corpus, l'artiste poursuit son travail d'observation et d'analyse de la place et des enjeux de la communauté afro-américaine dans la société.
Cette exposition s'inscrit dans le cadre de l'opération #VisitonsNosGaleries au sein de laquelle plus de 80 galeries de Saint-Germain-des-Prés ouvrent leurs portes du jeudi 11 jusqu'à 21h au dimanche 14 juin de 14h à 19h.
La galerie est ouverte du lundi au samedi de 10h30 à 19h30 et le dimanche de 13h à 19h30

Vernissage de Jérôme Lagarrigue "The fire this time"

[18:00-21:00] Vernissage de Marine Courillon "Across The Horizons"
Location:
Galerie Oblique Nuage
19, rue de la Mare
75020 Paris
M° Pyrénées, Couronnes
France
Mobile : +33 (0)6 29 92 80 39
Mail : oblique.nuage@gmail.com
Description:
A l'issue de cette période particulière qu'à été le confinement pour nous tous, la Galerie Oblique Nuage est heureuse de renouer avec ses activités de partage et d'échanges avec le public.
Oblique Nuage vous invite à voyager au cœur des photomontages poétiques et fantasmagoriques de Marine Courillon, artiste graphique et photographe.
Le paysage, l'humain, s'y rencontrent et s'y entrelacent parfois, images mentales autant qu'images de notre univers contemporain, avec toujours en contrepoint l'idée d'un ailleurs, d'un plus loin.
Réservez votre soirée du jeudi 11 juin à partir de 18h pour le vernissage en présence de l'artiste, à la Galerie Oblique Nuage, 19 rue de la Mare, Paris 20ème.
L'exposition sera visible une semaine.

Vernissage de Marine Courillon "Across The Horizons"

[18:00-21:00] Vernissage de Mylène Vignon "Haut les Masques"
Location:
Area
Galerie - Edition
39, rue Volta
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, République, Strasbourg - Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 45 23 31 52
Fax : +33 (0)1 45 23 37 80
Mail : area.volta@laposte.net, areavolta@gmail.com
Internet Site : www.areaparis.com
Description:
Mylène Vignon
Collages

du 11 juin au 11 juillet

Vernissage de Mylène Vignon "Haut les Masques"

20h, tous à la fenêtre

Mylène Vignon écrit et décrypte le monde. Auteure de nombreux recueils de poèmes, romans, essais sur l'art, c'est, armée d'une paire de ciseaux et d'un bâton de colle, qu'elle a tenu son journal du confinement, réalisant chaque jour un collage. Comme une fenêtre ouverte sur le monde, chacun d'eux raconte d'une inimitable manière cette période si particulière. Sur un fond de carton recyclé, ses matériaux sont des fragments de cartes postales, de catalogues, d'invitations...comme pour rendre hommage à tant d'artistes qui ici, à leur insu, sont les invités.

Laissez parler les p'tits papiers...

« Et chez Mylène, ces p'tits papiers ont beaucoup parlé mais pas que... Tout ce qui pouvait traîner dans l'appartement sous les piles de livres... Chouette, un autre magazine de déco ! Des vieux journaux utilisés normalement pour nettoyer les vitres, toutes ces reliques de notre ancienne vie avant le C., des cartons d'invitation, des photos de sculptures, de tableaux... Les oubliés des tiroirs, des placards, des boîtes entassées derrière le paravent, les bouts de rubans, plumes, ailes d'anges, ficelles, cartes postales... La récolte de tous ces trésors au service de l'histoire du jour. Le tube du rouleau film fraîcheur, qui enrubannait le midi les restes d'un repas, se métamorphosait en Totem dans la journée. Alors que nous vivions tous, presque tous, un arrêt sur image, la créativité sans limite de Mylène, elle, s'est déconfinée et nous a raconté, chaque jour, un moment de vie. Son journal de bord entre réalité brutale et rêves d'évasion, rend aussi hommage aux artistes, à chacun d'entre nous. Applaudir à 20h, en battant le rythme avec la louche de la soupe sur les échafaudages de l'immeuble, de concert avec la voisine du dessus et Isabelle du 1er étage, les courses à l'Intermarché pour acheter poivrons grillés et bâtons de colle, cette file d'attente interminable... mais qu'est-ce le temps quand il n'existe plus ? La gourmandise retrouvée grâce aux gâteaux maison, nos pensées accompagnant tous les anges devenus et combien aujourd'hui, nous aimons encore plus nos proches ! L'économie qui se casse la gueule, le surréalisme qui éclate de nouveau au grand jour, les théâtres, les cinémas, les tournages, les festivals qui ferment leurs portes en attendant leur réouverture...Tout cela sur des supports improvisés, cartons d'emballage, de dossiers, de boîtes de chocolat. Merci Mylène de nepas nous oublier ». Sabine Hogrel, la « coloc' » qui a partagé le confinement avec Mylène Vignon

20h, tous à la fenêtre, journal du confinement

[18:00-21:00] Vernissage de Vincenzo Balzano et Gianenrico Bonacorsi
Location:
Rue de Lappe
Rue de Lappe
75011 Paris
M° Bastille, Bréguet - Sabin, Ledru-Rollin
France
Description:
24 rue de Lappe

Par Achetez de l'Art

Venez admirer - et acquérir - les planches et illustrations originales de deux futures stars de la BD italienne, Vincenzo Balzano et Gianenrico Bonacorsi :

Dionysos de Gianenrico Bonacorsi paru en mars chez Glénat dans la collection « La sagesse des mythes » dirigée par Luc Ferry
Clinton Road de Vincenzo Balzano, paru en janvier aux éditions Ankama et déjà encensé par la critique
Vernissage le 11 juin à partir de 18h00 au 24 rue de Lappe 75011 PARIS ; exposition du 11 au 23 juin. En partenariat avec BDNet Bastille

Vernissage de Vincenzo Balzano et Gianenrico Bonacorsi

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "What are you doing ?"
Location:
Immanence
21, avenue du Maine
75015 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe, Falguière
France
Phone : +33 (0)1 42 22 05 68
Fax : +33 (0)1 42 22 05 68
Mail : immanence.art@club-internet.fr
Internet Site : www.art-immanence.org
Description:
Du 11 au 13 juin
uniquement en extérieur

Étudiants Beaux-Arts de Versailles, 1ères années, promotion 2020

Roméo Ballu, Laura Besnard, Audrey Colard, Valeria Faillace, Aimie Gallo, Béatrice Henon-Socher, Alexandre Hueber, Gamin Kim, Ryuhyun Kim, Tomohiko Kumagai, Hyun-Duk Kwon, Ilaria La Torre, Jungmin Lee, Sanghyeok Lee, Chih-Chuan Liu, Léo Mulalic, Hsin-Ping Tseng, Yan Zhang Yang, Donghao Yu, Na Zhang, Wei-Zhou Zhang, Yina Zhen

Suite aux circonstances exceptionnelles, l'exposition sera uniquement présentée sur les vitres.
Elle ne sera visible que de l'extérieur du lieu d'exposition.

L'École des Beaux-arts de Versailles et son directeur, Mickaël Faure, invitent Cannelle Tanc et Frédéric Vincent à développer un workshop avec 22 étudiants de première année du cursus supérieur, de tout âge et nationalité. Cannelle Tanc et Frédéric Vincent sont artistes, commissaires d'expositions, co-directeur et co-directrice du centre d'art Immanence. Le postulat de départ est de travailler sur cette question : What are you doing ?

L'exposition conçue ici n'est pas seulement un ensemble d'artefacts (peintures, sculpture, vidéo, photographie) mais une suite d'images des œuvres des étudiants. Une manière de placer toutes les propositions sur le même plan, par-delà les médiums utilisés. D'origines très diverses, les étudiants de 1ère année de l'École des Beaux-arts de Versailles répondent aux questions : que faire ? Ou que fais-je ici ? Comment ? Qu'est-ce qu'une exposition collective ? Comment performer une exposition ?

L'exposition What are you doing ? propose différentes voies d'interprétation de cette thématique, par le biais de plusieurs modes d'expression : installation, photographie, sculpture, performance et vidéo.

Les étudiants décident de jouer avec leurs propres pièces, présentées ici sous forme de reproductions photographiques. Lors du vernissage, ils réalisent une performance au milieu d'une structure pensée comme un jardin. Déclamation de poèmes, de textes, réalisation de bandes-son et de vidéos leur permettent d'activer et de repenser l'expérience de l'organisation d'une exposition collective, conçue comme une espace d'échange, de rencontre et d'interrogation. La création d'un environnement permet une approche sémantique des œuvres.

Remerciements à l'entreprise Creanova, Boulogne-Billancourt.

Vernissage de l'exposition "What are you doing ?"
Vernissage de l'exposition "What are you doing ?"

[18:00-22:30] Vernissage de la 5ème édition de la foire Urban Art Fair - annulé
Location:
Carreau du Temple
3, rue Dupetit-Thouars
4, rue Eugène Spuller
75003 Paris
M° Temple, Filles du Calvaire, République
France
Mail : accueil@carreaudutemple.org
Internet Site : www.carreaudutemple.eu
Description:
Initialement prévu fin avril 2020, Urban Art Fair -suite aux mesures gouvernementales- est annulé et ne sera pas reporté.


DU 11 AU 14 JUIN 2020

L'immanquable rendez-vous du marché de l'art urbain fête déjà son cinquième anniversaire au Carreau du Temple !
Panorama des différents courants, la manifestation s'adresse aux néophytes autant qu'aux passionnés. Toujours ponctué d'installations, de rencontres et de performances, le salon étoffera encore cette année sa programmation live.

Plus de 200 artistes sélectionnés par 35 exposants, dont un tiers vient de l'étranger, voici de quoi arborer un large panel des expressions artistiques dans l'espace public. Le street art, entre graffitis, pochoirs, mosaïques, tricots urbains, stickers, affichage éphémère ou installations, est l'une des rares formes de création à se laisser appréhender par un large public, en s'intégrant dans les espaces collectifs.

Urban Art Fair est une foire établie qui doit son succès à l'exigence de sa programmation artistique en s'attachant à montrer l'art urbain sous toutes ses formes ; aussi, chaque année, de nouvelles galeries sont invitées à donner des teintes insoupçonnées à l'événement culturel du printemps à Paris.

Depuis 2016, les quatre éditions parisiennes et l'édition new-yorkaise ont respectivement accueilli entre 16 000 et 20 000 visiteurs, réunissant un public de passionnés, de professionnels, de collectionneurs et d'amateurs venus découvrir le travail de centaines d'artistes. Lors de sa dernière édition, Urban Art Fair a impulsé plusieurs nouveautés en mettant l'accent sur la création contemporaine in situ : en marge de la manifestation, Urban Art Fair a présenté hors les murs des installations sur le thème « Nature & Destruction, l'homme en tant qu'animal social », afin de laisser une trace pérenne dans la ville.

DATES & HORAIRES :

> Sur invitation uniquement
Preview / Journée professionnelle : jeudi 11 juin de 15h à 18h
Vernissage : jeudi 11 juin de 18h à 22h

> OUVERTURE AU PUBLIC :
Vendredi 12 juin : 11h à 20h
Samedi 13 juin : 11h à 20h
Dimanche 14 juin : 11h à 19h

Vernissage de la 5ème édition de la foire Urban Art Fair - annulé

[18:00-21:00] Vernissages des expositions "Ruskaïa" et "Des Silences Assourdissants"
Location:
La Galerie Rouge
anciennement Galerie Agathe Gaillard
3, rue du Pont Louis-Philippe
75004 Paris
M° Pont Marie, Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 38 24
Mail : contact@galerieagathegaillard.fr
Internet Site : lagalerierouge.paris
Description:
Exposition du 12 juin au 6 septembre 2020
hors fermeture estivale

A partir du 12 juin 2020, La Galerie Rouge présente Ruskaïa et Des Silences Assourdissants, deux expositions autour de quatre photographes dans les deux espaces de la galerie. Ruskaïa, dans l'espace principal, met à l'honneur les photographes Luc Choquer et Sergey Neamoscou. Des Silences Assourdissants, dans la Petite Nef de la galerie, présente le regard de deux photographes émergentes sur l'Iran.


Espace principal, Luc Choquer et Sergey Neamoscou

L'exposition Ruskaïa, propose un dialogue entre le regard d'un photographe français sur la Russie des années 1980-90 et le regard d'un artiste russe, né à Moscou à l'époque où Luc Choquer photographiait la Russie, sur la France d'aujourd'hui.

Ruskaïa, extrait de la série éponyme de Luc Choquer, qui a exploré la Russie entre 1988 et 1991 au moment de la Perestoïka, raconte un pays en mouvement en particulier à travers des femmes, emblèmes d'une jeunesse en renaissance. Pour ce travail constitué de tirages vintage, Luc Choquer a reçu le prix de la Villa Médicis hors les murs, ainsi que le prix Niépce (1992). Cette série a également fait l'objet d'un ouvrage publié aux Éditions Marval sous le même titre et a donné lieu à des expositions en France, à Moscou et à San Francisco.

Sergey Neamoscou, né à Moscou en 1981, au moment où Luc Choquer s'est intéressé à son pays, est arrivé en France à 18 ans. Depuis ce jour, il parcourt les rues avec son appareil photographique pour y capturer des moments de grâce et de poésie.

Ses photographies de la France, réunies dans sa série Le temps suspendu, proposées ici en dialogue avec celles de Luc Choquer, sont empreintes d'un regard pictural, inspiré par la peinture et l'aquarelle. L'utilisation d'anciennes pellicules renforcent ce rendu entre impressionnisme et réalisme où l'onirisme triomphe.

Extrait du livre Ruskaïa, Jeunes femmes russes

« Aucun pays n'a su, peut-être, autant que la Russie de la Perestroïka, briser les miroirs qui lui renvoyaient une image complaisante et fausse pour se regarder, enfin, dans la limpidité nue et sauvage de ses propres larmes.
Larmes tranchantes de la douleur et larmes d'une joie provocante.

La Russie est une conquérante. Les femmes russes aussi. Russie et russes sont rivales. Elles s'affrontent dans un déchaînement d'éléments. Cela s'appelle, parfois, la jalousie, parfois la Révolution, et toujours la passion.

Comme un poète, le photographe, mi-voyou mi-voyeur, appartient au monde des visionnaires. Il faut y savoir manier le surin.
« Nous écrivons du couteau », s'exclamait Velimir Khlebnikov, au milieu d'une autre tourmente, dans les années vingt. Luc Choquer a joué de la lame, incisé les entrailles d'un quoti- dien pathétique d'où, soudain, jaillit un bouillon de tendresse. »

Extrait du texte de Bernard Frédérik, auteur, paru dans le livre Ruskaïa, Jeunes femmes russes, Éditions Marval.

Sergey Neamoscou, Le temps suspendu

L'exposition présente un extrait des photographies de l'artiste autodidacte réalisées en France ces dix dernières années.
Adepte des pellicules de film argentique usagées, Sergey Neamoscou appréhende la photographie comme une thérapie pour assouvir peurs et désirs et ébaucher des réponses aux grandes questions du comment et du pourquoi. Liée intrinsèquement à ces pulsions de vie, l'artiste nous livre une photographie organique mais lyrique et d'une grande douceur. Son regard se pose sur tout et sur tous, de façon compulsive, convaincu que la beauté peut se trouver partout et la poésie émerger de n'importe quelle situation. Arrivé en France en 2001 à l'âge de 19 ans, il nous confie découvrir à ce moment là une liberté qu'il n'avait jamais connue et assumer une sensibilité qu'il ne parvenait pas à exprimer dans son pays d'origine. La photographie lui ouvre les portes d'un nouveau langage qu'il peut partager sans honte ni angoisse. Il trouve rapidement son écriture photographique, caractérisée par un grain fort, une surexposition et un flou récurrent, malmenant ainsi la technique pour sublimer son sujet. Figures de style comme il en existe en littérature, ces spécificités visuelles procurent à son travail une force et une singularité bâties sur l'intuition.
La notion de surprise est au cœur de sa recherche plastique car il envisage la création comme une prise de risque où le hasard, à tout moment, entre en jeu. Il rejoint peut-être là les grands maîtres de la photographie comme Cartier-Bresson, qu'il aime à citer, pour sa vision de "l'instant décisif". La couleur, intimement liée au travail de Sergey, remplace le noir et blanc mais le sujet, la composition priment tou-jours tout comme l'absence de retouches et d'altérations de la prise de vue. Pour lui, la photographie est une histoire de pensées, l'objectif, un moyen pour les atteindre.


DES SILENCES ASSOURDISSANTS

La Petite Nef de La Galerie Rouge

Dans la Petite Nef, La Galerie Rouge présente Des Silences Assourdissants, le regard de deux artistes émergentes sur la jeunesse iranienne et le féminin. Aïda Ganjipour y présente sa série Aïda dans le miroir et Jeanne Grouet sa série Les murs battent des ailes.

Aïda dans le miroir

Jeune artiste iranienne installée en France depuis 2017, Aïda Ganjipour immortalise des moments de vie, des saynètes et des moments d'intimité dans les méandres des rues et des campagnes iraniennes. Ici, elle dévoile sa série Aïda dans le miroir, photographies réalisées au téléphone portable où l'artiste se met en scène, chez elle, dehors, dans la rue ou dans des magasins. Décors intérieurs et extérieurs sont soumis à son regard bienveillant questionnant le rapport du corps à l'espace et plus particulièrement la place de la femme dans l'espace public et privé de la société iranienne. Des clichés où la fragilité, l'amour et la beauté tentent malgré tous les obstacles de se frayer un chemin pour s'épanouir.

Les murs battent des ailes

Cette série est issue de la résidence effectuée par la photographe en août 2019 en Iran, grâce à la Jee Art Gallery, où elle découvre le pays et explore une nouvelle féminité faite d'intimité et de silence.

Jeanne Grouet | Citations

"J'ai été accueillie à Téhéran où je suis restée une semaine - puis j'y retournais tous les 4/5 jours après des excursions seule dans le pays. Dans cette ville vibrante que j'ai pu participer à des fêtes et réunions entre amis. Et c'est dans ces espaces privés qu'est venue l'envie de faire des photographies pendant ces moments intimes, de calme, de détente, mais aussi de chants et de danses. C'est là que j'ai compris vouloir rendre visuel et visible ces moments de partage et d'une autre vie, à l'abri des regards.
Ces instants captés dans une sorte d'endroit souterrain, renvoient aussi à la signification même du nom de la ville en persan."

Vernissages des expositions "Ruskaïa" et "Des Silences Assourdissants"
Luc Choquer

Vernissages des expositions "Ruskaïa" et "Des Silences Assourdissants"
Luc Choquer

Vernissages des expositions "Ruskaïa" et "Des Silences Assourdissants"
Luc Choquer

Vernissages des expositions "Ruskaïa" et "Des Silences Assourdissants"
Luc Choquer

Vernissages des expositions "Ruskaïa" et "Des Silences Assourdissants"
Luc Choquer

Vernissages des expositions "Ruskaïa" et "Des Silences Assourdissants"
Luc Choquer

Vernissages des expositions "Ruskaïa" et "Des Silences Assourdissants"
Luc Choquer

Vernissages des expositions "Ruskaïa" et "Des Silences Assourdissants"
Sergey Neamoscou

Vernissages des expositions "Ruskaïa" et "Des Silences Assourdissants"
Sergey Neamoscou

Vernissages des expositions "Ruskaïa" et "Des Silences Assourdissants"
Sergey Neamoscou, Le temps suspendu




Le 3 rue du Pont Louis-Philippe tourne une page de son histoire et devient La Galerie Rouge, après avoir abrité, pendant près de cinquante ans, la Galerie Agathe Gaillard.
Prenant acte du départ de sa fondatrice, la galerie se renomme en faisant un clin d'œil à la façade vermillon qui a marqué ce lieu historique de la photographie parisienne.
Ne reniant pas pour autant le passé du lieu, La Galerie Rouge élargit la palette des photographes représentés en accueillant, aux côtés de ceux qui ont marqué le lieu, des artistes plus contemporains, déjà consacrés ou encore émergents.
Au travers de ses grands noms historiques, tels que Manuel Álvarez Bravo, Edouard Boubat, Jean-Philippe Charbonnier ou encore Marc Riboud, La Galerie Rouge rend hommage à l'histoire de la photographie tout en parcourant la création contemporaine avec des artistes tels que Gilles Delmas, Giorgia Fiorio ou Martine Barrat.

Elle présente également des d'artistes qui allient la photographie à des pratiques diverses, comme en témoigne l'œuvre de Jean-Michel Fauquet et son rapport au dessin et à la sculpture ou Annabel Aoun Blanco et Tristan Hollingsworth avec leur pratique de la vidéo.
La Galerie Rouge se compose de deux lieux d'expositions, un espace principal de 77 m2 au rez-de-chaussée et la Petite Nef, un espace d'exposition de 20 m2 situé au sous-sol de la galerie et dédié aux artistes émergents ou à des propositions artistiques comprenant installations, vidéos, sculptures... Une répartition de l'espace qui permet de montrer simultanément des propositions photographiques diverses alliant classicisme et modernité.

Exposition inaugurale de La Galerie Rouge

La Galerie Rouge inaugure sa programmation avec l'exposition Ruskaïa qui met à l'honneur, dans l'espace principal, deux photographes : Luc Choquer, artiste français qui a travaillé sur la Russie des années 1980-1990 et Sergey Neamoscou, artiste russe né en 1981 et arrivé à Paris à 18 ans. La Petite Nef présente le regard de deux jeunes artistes, l'iranienne Aida Ganjipour et la française Jeanne Grouet sur l'Iran d'aujourd'hui.

Á partir du mois de septembre, La Galerie Rouge présentera une exposition collective intitulée Correspondances, qui montrera, aux cotés d'artistes confirmés et historiques, des propositions contemporaines de jeunes artistes : Maria Elena Bonet, artiste biélorusse, avec des procédés alternatifs et du dessin, Tristan Hollingsworth, américain, et son lien avec la vidéo ou encore Ariko Inaoka du Japon, construisant des récits oniriques autour de l'adolescence. Correspondances mettra en regard des travaux photographiques d'artistes avec des oeuvres aux caractères littéraires, cinématographiques ou musicales, amenant ainsi une réflexion autour d'une programmation associée et pluridisciplinaire.
Le mois de novembre sera consacré à Jean-Philippe Charbonnier, en écho à sa rétrospective au Musée de Montpellier, puis Manuel Álvarez Bravo sera à l'honneur avec des photographie couleurs inédites.

On peut être poète dans tous les domaines : il suffit que l'on soit aventureux et que l'on aille à la découverte.
Guillaume Apollinaire

Historique de la galerie

La Galerie Agathe Gaillard a ouvert ses portes au 3 rue du Pont Louis-Philippe en juin 1975. Elle fut l'une des premières galeries entièrement dédiées à la photographie en France.
En 40 ans d'activité, la Galerie Agathe Gaillard installée dans le Marais à Paris, a présenté plus de 250 expositions d'artistes tels que : Henri Cartier-Bresson, Edouard Boubat, Ralph Gibson, André Kertész, Marc Riboud, Hervé Guibert, Manuel Álvarez Bravo et beaucoup d'autres grands noms de l'histoire de la photographie, souvent au début de leur parcours.
La galerie possède une collection d'archives considérable constituée depuis les années 1970.
Depuis septembre 2017, après le rachat de la galerie par David Azéma, collectionneur amoureux du lieu, et des travaux de rénovation, la galerie est dirigée par une nouvelle équipe. Fiona Sanjabi, sa directrice rejointe par Jeanne Grouet, dessinent une nouvelle ligne s'affranchissant peu à peu des orientations de la fondatrice.

[18:00-21:00] Visitons Nos Galeries
Location:
Saint-Germain-des-Prés
Saint-Germain-des-Prés
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés
France
Internet Site : www.saint-germain-des-pres.com
Description:
Les galeries de Saint-Germain-des-Prés se fédèrent autour de l'opération #VisitonsNosGaleries du 11 au 14 juin.

Une quarantaine de galeries de Saint-Germain-des-Prés, toutes spécialités et sensibilités confondues, se fédèrent à partir du jeudi 11 juin autour d'une opération intitulée #VisitonsNosGaleries, pour promouvoir leur importance dans le paysage culturel français, en rappelant qu'elles sont ouvertes à tous, que leur accès est gratuit, et que les publics peuvent y découvrir des œuvres d'art et d'art appliqué exceptionnelles. Convaincus que l'émotion que procure le contact réel avec les œuvres est irremplaçable, les passeurs que sont les personnels des galeries attendent les visiteurs pour engager le dialogue et partager leurs connaissances avec eux.

A cette occasion, les galeries seront ouvertes le jeudi 11 juin jusqu'à 21 heures et le dimanche 14 juin de 14 heures à 19 heures


Plus de 60 galeries de Saint-Germain-des-Prés, toutes spécialités et sensibilités confondues, se fédèrent à partir du jeudi 11 juin autour de l'opération #VisitonsNosGaleries pour promouvoir leur importance dans le paysage culturel français, en rappelant qu'elles sont ouvertes à tous, que leur accès est gratuit, et que les publics peuvent y découvrir des oeuvres d'art et d'art appliqué exceptionnelles.

Convaincus que l'émotion que procure le contact réel avec les œuvres est irremplaçable, les passeurs que sont les personnels des galeries attendent les visiteurs pour engager le dialogue et partager leurs connaissances avec eux.

Alors que les grands musées et les expositions temporaires sont fermés et ne vont rouvrir que très progressivement, les galeries d'art sont ouvertes et prêtes à accueillir les amateurs aguerris au même titre que tous les publics désireux de découvrir et d'apprendre.

Alors que les foires commerciales et les biennales sont annulées et/ou repoussées, les galeries offrent aux collectionneurs la possibilité de voir, de toucher et d'acquérir les objets de leur convoitise, et aux chercheurs, critiques, enseignants et étudiants, des espaces audacieux d'invention, de création voire même de subversion.

L'attrait que suscitent les grandes manifestations, commerciales et culturelles laissent aujourd'hui moins de temps aux amateurs pour visiter nos galeries. Le poids d'évènements mondains comme les grandes foires, et de lieux prestigieux comme le Grand Palais font de ces manifestations des rendez-vous incontournables dont la médiatisation peut faire oublier que c'est dans les galeries que tous ces événements trouvent leurs ressources. Que seraient les foires si les galeries n'existaient pas ? Que resterait-il de la plupart des grandes expositions populaires et des biennales si des galeries n'avaient pas soutenu en amont le travail des artistes qu'elles présentent ?

La vigueur du marché de l'art parisien « de proximité » n'est plus à démontrer. De nombreuses galeries nouvelles sont créées chaque année, ce qui témoigne naturellement de l'évolution du goût (par exemple avec le cas du street-art) mais aussi surtout de l'impérieuse nécessité que ressentent les entrepreneurs qui les créent.

Avec la parenthèse temporelle dans laquelle nous nous trouvons, les galeries ont donc aujourd'hui une carte capitale à jouer en invitant tous les publics à venir les découvrir ou redécouvrir.

C'est ce message d'optimisme, de confraternité et d'excellence que les galeries de Saint-Germain-des-Prés veulent promouvoir en se fédérant spontanément à l'occasion du lancement de l'opération #VisitonsNosGaleries qui se déroulera du jeudi 11 (avec une nocturne jusqu'à 21h) au dimanche 14 juin (ouverture de 14 à 19h).

Cette première étape pour faire mieux connaître les galeries du quartier de Saint-Germain-des Prés sera suivie à périodicité régulière de nombreuses autres initiatives originales et créatives qui redonneront aux galeries le caractère convivial et vernaculaire, qui fait de notre quartier une des spécificités parisiennes.

Toutes les galeries qui souscrivent à ce collectif seront signalées par un sticker rond jaune #VisitonsNosGaleries - Saint-Germain-des-Prés.

Plus de 60 galeries :
Aborigène Galerie - Galerie d'Art Aborigène d'Australie
Galerie l'Amour de l'Art
Applicat-Prazan
Galerie ARCTURUS
Galerie Arnoux
Espace AT Bauer
Galerie Jean-Baptiste Bacquart
Galerie Ange Basso
Galerie Claude Bernard
Galerie Ségolène Brossette
Galerie Olivier Castellano Art Tribal
Galerie Pascal Cuisinier
Galerie Nicolas Deman
Galerie Bernard Dulon
Galerie Eberwein
Galerie Xavier Eeckhout
Eternity Gallery
Galerie de l'Europe
Galerie GNG
Galerie Grillon
Galerie Cyril Guernieri
Galerie Eric Hertault
Galerie Catherine et André Hug
Charles-Wesley Hourdé
Indian Heritage
Galerie Jousse Entreprise
La Galerie Parisienne
La petite galerie
Le Toit du Monde
Galerie Lee
Galerie Claudine Legrand
Galerie Les Yeux Fertiles
Galerie Loevenbruck
Galerie Mandalian
Librairie Métamorphoses
Meubles et Lumières
Galerie Mingei
Galerie Lélia Mordoch
Galerie Eric Mouchet
Galerie Lucas Ratton
Galerie Rauchfeld
Galerie Matthieu Richard
Galerie Nicolas Rolland
Galerie Samagra
Galerie Sebban
Galerie Seine 55
Galerie Natalie Seroussi
Galerie Roy Sfeir
Galerie Thomé
Triode Design
Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois
Galerie Renaud Vanuxem / Arts Primitifs
Galerie Mazarine Variations
Galerie Lara Vincy
Voyageurs et Curieux
Galerie Olivier Waltman
Charles-Wesley Hourdé - Art d'Afrique, d'Océanie et d'Amérique
Galerie Maria Wettergren
Galerie Zlotowski
3 cerises sur une étagère

https://www.instagram.com/visitonsnosgaleries

Visitons Nos Galeries

[18:30-21:00] Vernissage d'Olivia De Bona & Jeykill "Summer Time"
Location:
Galerie Art&Craft
Galerie Vincent Tiercin
32, boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 58 89 05 56
Mail : galerie.artcraft@gmail.com
Internet Site : galerie-artandcraft.com
Description:
11 juin - 19 juillet

En attendant l'été, la galerie Vincent Tiercin vous invite à la rencontre de deux artistes qui vont mettre du soleil dans votre intérieur.
Olivia De Bona et l'artiste tatoueur Jeykill développent tous deux une esthétique singulière qui aspire à la contemplation et à la réflexion.
Dans cette nouvelle exposition, Olivia De Bona retrouve sa ligne chère au long des heures infinies nécessaires à l'artisanat d'art. Marqueterie de paille, gravure et terre sont un écrin pour les silhouettes de ses femmes lascives, engourdies par le soleil, attendant sans but, que nous les contemplions.
Jeykill, membre fondateur du salon de tatouage Bleu Noir, mélange les richesses ethniques pour en faire ressortir une certaine harmonie. Les cultures Polynésienne, Aztèque, Navajo, Berbère et Bouddhiste notamment, nourrissent l'essence même de son travail. Par la répétition de la ligne et des motifs, un univers visuel vibratoire et chargé d'espoir se crée, tel un mandala.
Summertime, un duo show qui va vous transporter dans un été coloré et riche de sens.

Vernissage : Jeudi 11 Juin 2020 à 18h30

Vernissage d'Olivia De Bona & Jeykill "Summer Time"

[18:30-21:30] Vernissage de Violeta Adomaityte & Philip Sajet
Location:
Galerie Elsa Vanier
Galerie de Joaillerie
7, rue de l'Odéon
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 47 03 05 00
Mail : galerie@elsa-vanier.fr
Internet Site : www.elsa-vanier.fr
Description:
Introducing Philip Sajet in a country like France is quite a challenge. France, which considers jewellery as a Decorative Art, when this jewellery designer claims that jewellery, like art, is the need for something which is not a necessity!
Thinking and making a piece of jewellery is as vital as breathing for Philip Sajet.
An adept of co-exhibiting, whether out of humility or for the pleasure of dialogue, Sajet invites us to discover, alongside his works, the jewellery of Violeta Adomaityte, a young Lithuanian artist.
Immersed in Art since childhood, Violeta graduated from the Vilnius Academy of Arts in Lithuania. There, the study of engraving techniques, involving work on stone and metal ultimately led her to jewellery. For her, jewellery is the ideal medium to bear witness to important moments in history or in the lives of people.
Her precise, meticulous work reveals her attraction for matter.
She handles a silver plate like drawing paper, appreciates enamel, tries out everything with curiosity ...
Born and raised in Amsterdam, Sajet attended the Gerrit Rietveld Academy and then was selected to do an internship in Padua with master goldsmith Francesco Pavan.
Most of his jewellery are a reflection on the history of ornamentation, reinterpreted in a contemporary, personal way. Sajet often uses irony, exaggerating the size of the stones, amplifying the rings, offering finally an aesthetic wonder sustained by technical perfection.

Vernissage de Violeta Adomaityte & Philip Sajet









[19:00-21:00] Vernissage virtuel de Bololo "Pull Jaune"
Location:
Maison de la Photographie de Lille
28, rue Pierre Legrand
59800 Lille
M° Gare SNCF de Lille-Flandres
France
Phone : +33 (0)3 20 05 29 29
Mail : bureau@maisonphoto.com
Internet Site : www.maisonphoto.com
Description:
La Maison Photo présente le troisième vernissage virtuel, des photographies de Loïc Pénet dit BOLOLO

Vernissage virtuel le mardi 9 juin à 19h
Participer au vernissage sur Zoom
mot de passe : bololo

Genèse de « Pull Jaune »
"L'idée première est de réaliser des images avec un personnage central par exemple avec un pull rayé jaune et un bonnet rouge, des paysages de la Région du Nord et surtout une référence à des œuvres connues, tableaux et images rencontrés dans les Musées ou sur le Web.
Travail pastiche certes, mais avec un cahier des charges précis....

J'ai donc déterminé plus de cent projets d'images à partir de ces tableaux de maîtres et de photo d'anonymes ou non qui me touchaient particulièrement..."
Bololo

Vernissage virtuel de Bololo "Pull Jaune"

12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics