Thursday, September 3, 2020
Public Access


Category:
Category: All

03
September 2020
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4

  Paris Design Week 2020
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
du 3 au 12 septembre 2020

Fête nationale de Saint-Marin
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Selon la légende, l'ermite Marinus, futur Saint Marin, aurait fondé le village qui devait devenir la capitale de l'état de Saint-Marin sur les pentes du mont Titan, le 3 septembre 301. Le 3 septembre est ainsi devenu le jour de la fête nationale de l'état de Saint-Marin.

Exposition "Bêtes de scène"
Location:
Espace Monte-Cristo
Fondation Villa Datris Paris
9, rue Monte-Cristo
75020 Paris
M° Alexandre Dumas
France
Phone : +33 (0)1 48 17 60 60
Mail : montecristo@fondationvilladatris.com
Internet Site : www.fondationvilladatris.com
Description:
Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"

Du 14 mars au 12 juillet 2020
Prolongation de l'exposition du 2 septembre au 20 décembre 2020
Du mercredi au dimanche de 11:00 à 18:30

Entrée libre : gratuit

Commissariat d'exposition et scénographie :
Pauline Ruiz et Jules Fourtine

« L'art ne cesse pas d'être hanté par l'animal. »
Gilles Deleuze et Félix Guattari


Pour la troisième année consécutive, l'Espace Monte-Cristo présente à Paris les nouvelles acquisitions de la Collection Fondation Villa Datris (située à L'Isle-sur-la-Sorgue dans le Luberon).
Bêtes de scène à Paris ! Les animaux dans la sculpture contemporaine revisite dans une nouvelle scénographie l'exposition qui a réuni plus de 51 000 visiteurs à l'Isle-sur-la-Sorgue en 2019.
À travers la sélection de 57 sculptures de 29 artistes français et internationaux, elle pose un regard artistique contemporain sur l'animal : de la beauté sauvage à la bête qui sommeille en nous.


Ils nous surprennent, nous font rire, nous agacent et nous émeuvent. Véritables bêtes de scène toujours prêtes à faire le show, les animaux sont une source inépuisable d'inspiration pour les artistes. Pour s'en convaincre, il suffit de faire un tour à la Fondation Villa Datris, qui présente en ce moment 57 sculptures réalisées par 29 artistes contemporains français et internationaux en hommage à ces drôles de bestioles.

Lapin aux aguets de Françoise Pétrovitch, albatros en néons lumineux du collectif Art Orienté Objet, renard blessé de Pascal Bernier, louve folklorique de Katia Bourdarel ... Les animaux sont représentés ici sous toutes leurs coutures. Certains s'inspirent de la mythologie et des récits fondateurs - Kate MccGwire et son serpent à plume rappelant le Quetzalcoatl mésoaméricain, Evert Lindfors revisitant l'Arche de Noé -, d'autres s'intéressent à la frontière entre animalité et domesticité, comme Sébastien Gouju qui imagine une pieuvre vivant dans une salle de bain !

Laurent Perbos joue la carte de l'originalité et de l'humour en affublant un petit oiseau d'une cagoule de catcheur mexicain tandis que Samuel Rousseau revisite les peintures rupestres préhistoriques. Autant d'initiatives surprenantes qui nous invitent à reconsidérer notre rapport avec les animaux.

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Art orienté objet, Albatros, 2017, Collection Fondation Villa Datris
©Franck Couvreur

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Kate MccGWIRE, Paradox, 2019, Collection Fondation Villa Datris
©JP Bland-détail

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Katia Bourdarel, Je suis une louve, 2012, Collection Fondation Villa Datris
© Bourdarel, Paris 2019 Photo Aeroplastics, Bruxelles

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent Perbos - Inséparables, rouge gorge et canaris 2014
© Galerie Baudoin / Photographie Jacques Penon et Michel Erlich

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent PERBOS, De Marbre et d'or, 2005
© Galerie Baudoin Lebon / Raphaël Chipault

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent Perbos, Sans titre (Lucha Libre), 2017
© Baudoin Lebon / Photographie Laurent Perbos

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent Perbos, The Birds, 2012
© Galerie Baudoin Lebon / Laurent Perbos, détail

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Pascal BERNIER, Accident de chasse (renard), Collection Fondation Villa Datris
©Eric de Ville ©Pascal Bernier_ADAGP, Paris 2019

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-21:00] Vernissage de Thomas Lévy-Lasne "L'asphyxie"
Location:
Galerie Les filles du calvaire
17, rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 74 47 05
Fax : +33 (0)1 42 74 47 06
Mail : paris@fillesducalvaire.com
Internet Site : www.fillesducalvaire.com
Description:
3 septembre -> 24 octobre 2020
du mardi au samedi de 11h à 18h30

Les filles du calvaire ont le plaisir d'annoncer la première exposition personnelle de Thomas Lévy-Lasne à la galerie. Ancien pensionnaire de la Villa Médicis (Rome), il présente un ensemble inédit de peintures et de dessins. Patiemment - à la vitesse qu'impose la peinture - l'artiste opère une mise en visibilité, si ce n'est de la catastrophe, des habitudes culturelles de l'homme dans sa relation avec son milieu. Collectant les preuves visuelles de cette mutation et de l'anthropisation du monde, Lévy-Lasne fait état d'un renoncement à l'idée de nature sauvage au profit du projet moderne d'artificialisation et d'utopie technologique.

« Ma peinture tourne autour d'une esthétisation calme du réel : un spectacle à échelle humaine, un matérialisme confiant, un premier degré souriant, une attention au tragique de l'existence en tension avec un appétit de peindre et une joie à rendre le trésor quotidien qu'est le monde des apparences.

Cependant mon réalisme bute depuis quelques années sur une aporie : j'ai l'impression désagréable de m'inscrire dans un temps long menacé par l'urgence de notre vulnérabilité. La continuité de nos modes de vie dans des conditions satisfaisantes me paraît un défi collectif majeur.

Reste alors à trouver des pistes pour intégrer ce vertige : l'exposition « L'asphyxie » à la galerie Les filles du calvaire est une première tentative.

Notre sensibilité étant déjà émoussée par le flot d'informations que charrie l'ère de l'Anthropocène, nous ne croyons pas à ce que nous savons. C'est peut-être le rôle de l'art de faire vivre la question plutôt que de l'énoncer.

J'ai cherché ce que pouvait être une peinture de paysage contemporain : un paysage tragique.

Un paysage qui interroge l'hébétude du spectateur alors que c'est cette passivité qui sera la cause de sa perte par le paysage même. Un paysage des-anthropocentré que les agitations humaines laissent indifférent, sans hiérarchie de représentation, un paysage aussi banal que le mal qu'il renferme.

Je suis parti d'une mise à plat de lieux de catastrophes comme la centrale de Tchernobyl, sa forêt rousse, sa ville fantôme ou encore l'entrée du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau et la sérénité de son saule pleureur. Je présente également les strates de plastique des dunes normandes, la standardisation des paysages picards par l'industrie agro-alimentaire, la beauté suspecte des couchers de soleil de périphériques pollués, l'explication que des touristes hors-sol requièrent devant un arbre.

Enfin deux tableaux figurent les biotopes reconstitués de jungle ou de golfe marin visibles au Biodôme de Montréal, musée se voulant « vivant » mais qui m'est apparu comme une vision de science fiction d'un monde totalement artificiel.

Mon choix d'utiliser du fusain, soit des bouts de bois brûlés, pour le dessin immersif de 3x4m, « le Bosco » de la Villa Médicis n'est pas anodin. C'est certes la représentation d'un lieu scintillant et immémorial mais il est pourtant voué à une disparition rapide, les arbres sont malades et tombent sous la violence de vents romains nouveaux.

Je présente également une variation de fusains sur papier autour du thème du spectacle : cinéma, concert, théâtre. La réserve du papier blanc, la lumière est mise en scène par des strates de noir plus ou moins dense. On y retrouve l'enjeu archaïque et simple de se regrouper à plusieurs autour d'un foyer lumineux.

En ces temps de barrières sanitaires, ces scènes banales sont déjà voilées d'une nostalgie qui me laisse, comme presque tout le monde, pris de court. » - Thomas Lévy-lasne

Vernissage de Thomas Lévy-Lasne "L'asphyxie"
Au Biodôme, 2019
Huile sur toile
150 x 150 cm
Courtesy Galerie Les filles du calvaire




[18:00-23:55] Liqueurious bar de Marie Brizard
Location:
Petit Bain
7, port de la Gare
75013 Paris
M° Quai de la Gare
France
Phone : +33 (0)1 43 49 69 88
Mail : contact@petitbain.org
Internet Site : www.petitbain.org
Description:
Liqueurious Bar - Dégustation de cocktails dans le noir

Prêts à vivre une expérience inédite dans le noir ? Le Liqueurious Bar de Marie Brizard revient cet été, et s'installe au Petit Bain. Au programme, une dégustation très particulière de cocktails. Plongés dans le noir le plus total du Liqueurious Bar, vous aurez 5 minutes pour déguster, à l'aveugle, des cocktails... et tenter d'en découvrir tous les ingrédients !Privés de votre vue, vous devrez vous fier à vos autres sens pour tenter de découvrir nos recettes de cocktails uniques... À gagner pour les plus fins palais, des kits de mixologie pour préparer nos cocktails chez vous. Attention, l'abus d'alcool est dangereux pour la santé.

Alors, « are you Liqueurious ? »

Gratuit

Le 26 juin au Jardin 21 - 12/A Rue Ella Fitzgerald, 75019 Paris
Le 16 juillet au Petit Bain - 7 Port de la Gare, 75013 Paris
Le 31 juillet au Jardin 21
Le 3 septembre au Petit Bain

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Zdenek Košek : dominus mundi"
Location:
Galerie Christian Berst
3-5, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 33 01 70
Fax : +33 (0)1 53 33 01 70
Mail : contact@christianberst.com
Internet Site : www.christianberst.com
Description:
Vernissage | jeudi 3 septembre, 18h - 21h
Exposition monographique | du 3 septembre au 10 octobre 2020.

Typographe de formation, Košek devient tout d'abord un artiste assez conventionnel. Lorsqu'il sombre dans la psychose, il se met à produire des œuvres aussi radicales que poétiques. Persuadé qu'il joue un rôle déterminant dans l'ordonnancement du monde, il passe son temps à sa fenêtre, à consigner ses observations - météorologie, vols des oiseaux, faits insignifiants - et à les agréger en diagrammes censés conjurer le chaos. Depuis quinze ans, du Palais de Tokyo à la Maison rouge, du MONA (Australie) en passant par le DOX de Prague et les Rencontres d'Arles, ses cartographies sibyllines ne cessent d'interroger à travers le monde.

Zdeněk Košek a d'abord été typographe et caricaturiste pour des magazines et des journaux régionaux. Artiste autodidacte, il a commencé à produire une peinture de facture plutôt conventionnelle. Dans les années 80 il subit un grave traumatisme dont les conséquences psychiques sont irrévocables. Diagnostiqué psychotique il est mis à la retraite en 1989. Dès lors il va produire une œuvre radicalement différente de ses peintures antérieures. Košek était persuadé qu'il jouait un rôle déterminant au sein de la grande ordonnance du monde dont le temps météorologique est le vecteur.

« J'étais le maître du monde et j'avais l'énorme responsabilité de résoudre tous les problèmes de l'humanité. Si je ne les résolvais pas, qui d'autre le ferait ? » Il se voyait comme une sorte de centrale recevant et émettant sans cesse des multitudes d'informations et pensait devoir maîtriser les problèmes météorologiques.

« Je ne maîtrisais pas seulement le temps mais aussi la politique, j'ai nommé Václav Havel président de la République. [...] Je me croyais immortel ».

Il passait ses journées devant la fenêtre de son HLM afin de contrôler le temps - direction des vents, vol d'oiseaux, bruits, changements de température, pensées - et dessinait sur des cahiers d'écolier, sur des cartes d'atlas ou dans de vieux magazines. Ses diagrammes sont un rituel dicté, indispensable, auquel il doit se soumettre au risque d'être responsable d'un chaos irréversible. En collant ses diagrammes contre les vitres de son appartement, il communiquait aussi avec les oiseaux, qui étaient pour lui des êtres supérieurs aux hommes.

Pour sa réouverture en 2012, le Palais de Tokyo (Paris) lui a consacré une exposition. Zdeněk Košek a également a été récemment exposé à deux reprises à la Maison rouge : Le Mur, oeuvres de la collection Antoine de Galbert et art brut, collection abcd/Bruno Decharme, puis dans Le bord des Mondes au Palais de Tokyo en 2015.

Vernissage de l'exposition "Zdenek Košek : dominus mundi"





[19:00-21:30] Vernissage Bernard Cosey "Même poursuivi le papillon jamais ne semble pressé"
Location:
Galerie Barbier
10, rue Choron
75009 Paris
M° Notre-Dame-de-Lorette, Saint-Georges, Cadet
France
Mobile : +33 (0)6 80 06 29 95
Mail : info@galeriebarbier.com
Internet Site : www.galeriebarbier.com
Description:
Des planches et illustrations originales de Le Voyage en Italie, Orchidea et Joyeux Noël, May ! seront exposées.

Vernissage de Bernard Cosey "Même poursuivi le papillon jamais ne semble pressé"

[19:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Chair de graphisme"
Location:
Centre Tignous d'Art Contemporain - Le 116
116, rue de Paris
cactignous@montreuil.fr
93105 Montreuil Cedex
M° Robespierre
France
Phone : +33 (0)1 71 89 28 00
Mail : cactignous@montreuil.fr
Internet Site : www.montreuil.fr/centretignousdartcontemporain
Description:
Exposition proposée par Valérie Voyer (Atelier Le PasQueBeau), commissaire.

Artistes présentés :
- Thomas Brosset
- Helmo
- Le PasQueBeau
- Melody Lu
- Malte Martin

Une insaisissable discipline que celle du graphisme: à la croisée de l'art contemporain et de la production sur commande, c'est aussi une pratique souvent individuelle, s'inscrivant par nature dans l'espace collectif, qu'il soit réel ou virtuel.
Cependant, la forme graphique, une fois achevée, est muette sur les circonstances qui l'ont vu naître. C'est là tout l'objet de cette exposition : au-delà de l'objet visuel fini, en montrer la chair.

Traduire en images les mots des autres, c'est le credo de tout professionnel de l'image. Il pourrait sonner comme un glas à la création vivante. Bien au contraire, il est le point de départ de l'aventure intime et partageuse qui creuse dans la chair du projet, la chair de la société qui lui est contemporaine, son histoire et ses codes, pour, in fine, traduire l'intention du commanditaire... et la trahir.

Belles affiches pour commanditaires prestigieux, élégants logotypes ou dessins de caractère, livres et publications à l'esthétique maîtrisée... n'auraient vu le jour sans des recherches comprenant autant d'hésitations, de pistes écartées, de repentirs, de fabuleux échecs, d'accidents plus ou moins provoqués, «car le hasard, ça se mérite» ! Avant, pendant, en marge ou après le processus de la réponse à une commande, voici exposé tout ce qui grouille et s'agite, et permet, étrangement, de faire œuvre.

>> RSVP

Vernissage de l'exposition "Chair de graphisme"

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés