Thursday, October 15, 2020
Public Access


Category:
Category: All

15
October 2020
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

  Exposition "Bêtes de scène"
Location:
Espace Monte-Cristo
Fondation Villa Datris Paris
9, rue Monte-Cristo
75020 Paris
M° Alexandre Dumas
France
Phone : +33 (0)1 48 17 60 60
Mail : montecristo@fondationvilladatris.com
Internet Site : www.fondationvilladatris.com
Description:
Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"

Du 14 mars au 12 juillet 2020
Prolongation de l'exposition du 2 septembre au 20 décembre 2020
Du mercredi au dimanche de 11:00 à 18:30

Entrée libre : gratuit

Commissariat d'exposition et scénographie :
Pauline Ruiz et Jules Fourtine

« L'art ne cesse pas d'être hanté par l'animal. »
Gilles Deleuze et Félix Guattari


Pour la troisième année consécutive, l'Espace Monte-Cristo présente à Paris les nouvelles acquisitions de la Collection Fondation Villa Datris (située à L'Isle-sur-la-Sorgue dans le Luberon).
Bêtes de scène à Paris ! Les animaux dans la sculpture contemporaine revisite dans une nouvelle scénographie l'exposition qui a réuni plus de 51 000 visiteurs à l'Isle-sur-la-Sorgue en 2019.
À travers la sélection de 57 sculptures de 29 artistes français et internationaux, elle pose un regard artistique contemporain sur l'animal : de la beauté sauvage à la bête qui sommeille en nous.


Ils nous surprennent, nous font rire, nous agacent et nous émeuvent. Véritables bêtes de scène toujours prêtes à faire le show, les animaux sont une source inépuisable d'inspiration pour les artistes. Pour s'en convaincre, il suffit de faire un tour à la Fondation Villa Datris, qui présente en ce moment 57 sculptures réalisées par 29 artistes contemporains français et internationaux en hommage à ces drôles de bestioles.

Lapin aux aguets de Françoise Pétrovitch, albatros en néons lumineux du collectif Art Orienté Objet, renard blessé de Pascal Bernier, louve folklorique de Katia Bourdarel ... Les animaux sont représentés ici sous toutes leurs coutures. Certains s'inspirent de la mythologie et des récits fondateurs - Kate MccGwire et son serpent à plume rappelant le Quetzalcoatl mésoaméricain, Evert Lindfors revisitant l'Arche de Noé -, d'autres s'intéressent à la frontière entre animalité et domesticité, comme Sébastien Gouju qui imagine une pieuvre vivant dans une salle de bain !

Laurent Perbos joue la carte de l'originalité et de l'humour en affublant un petit oiseau d'une cagoule de catcheur mexicain tandis que Samuel Rousseau revisite les peintures rupestres préhistoriques. Autant d'initiatives surprenantes qui nous invitent à reconsidérer notre rapport avec les animaux.

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Art orienté objet, Albatros, 2017, Collection Fondation Villa Datris
©Franck Couvreur

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Kate MccGWIRE, Paradox, 2019, Collection Fondation Villa Datris
©JP Bland-détail

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Katia Bourdarel, Je suis une louve, 2012, Collection Fondation Villa Datris
© Bourdarel, Paris 2019 Photo Aeroplastics, Bruxelles

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent Perbos - Inséparables, rouge gorge et canaris 2014
© Galerie Baudoin / Photographie Jacques Penon et Michel Erlich

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent PERBOS, De Marbre et d'or, 2005
© Galerie Baudoin Lebon / Raphaël Chipault

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent Perbos, Sans titre (Lucha Libre), 2017
© Baudoin Lebon / Photographie Laurent Perbos

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Laurent Perbos, The Birds, 2012
© Galerie Baudoin Lebon / Laurent Perbos, détail

Vernissage de l'exposition "Bêtes de scène"
Pascal BERNIER, Accident de chasse (renard), Collection Fondation Villa Datris
©Eric de Ville ©Pascal Bernier_ADAGP, Paris 2019

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-20:00] Vernissage de l'exposition "In case of emergency, drink water bed"
Location:
Galerie Lefebvre et Fils
24, rue du Bac
75007 Paris
M° Rue du Bac, RER C Musée d'Orsay
France
Phone : +33 (0)1 42 61 18 40
Mail : lefebvreetfils@gmail.com
Internet Site : www.lefebvreetfils.fr
Description:
ANDY ADAMSON
LÉNY GAUD
MATTHEW GOLDBERG
KEOK LIM
BRUCE M. SHERMAN
DANIEL MANDELBAUM
LINDSAY MONTGOMERY
REBECCA MORGAN
JOLIE NGO
TUILE FIONNUALA ONORA
LAMARCHE-OVIZE
KAITLIN SMRCINA
JESSIE WEITZEL-LE GRAND

15 octobre - 14 novembre 2020
Vernissage jeudi 15 octobre de 15h à 20h

« J'ai pris énormément plaisir à mettre en place cette exposition : «In case of emergency, drink water bed.»
Ce fut aussi une première en 33 ans de carrière !
En effet, à cause de la crise de la covid 19, il m'a été impossible de voyager, de rencontrer les artistes ou de voir les œuvres.
Le virtuel est devenue réalité, par zoom, instagram et WhatsApp, confinement oblige !
Le thème de cette exposition a pour dénominateur commun : la pandémie, non pas par le sujet mais par ce qu'elle a inspirée ou ce qu'elle a pu faire ressentir aux 14 artistes présents.
Leurs craintes, leurs joies, leurs peurs, leurs envies, leurs rêves ou leurs cauchemars et bien sur et avant tout : leurs espoirs.
«In case of emergency, drink water bed» regroupe 14 artistes de 10 à 78 ans. Comme vous pourrez le découvrir, c'est une exposition synonyme de gaieté, de couleurs, d'Amour et d'espoir. Nous pourrions la résumer et conclure par cette célèbre phrase de Gustave Flaubert : "L'Amour est une plante printanière qui parfume tout avec son espoir, même les ruines sur lesquelles il s'accroche." »
Louis Lefebvre, octobre 2020

Vernissage de l'exposition "In case of emergency, drink water bed"
MATTHEW GOLDBERG
Waterbed, 2020
Colored pencil
22,8 x 30,8 cm
9 x 12 in.



[17:30-21:30] Vernissage de Michael Bensoussan aka David Boring aka Estéban "Pas si boring"
Location:
Espace Sylvia Rielle
10, place des Vosges
75004 Paris
M° Bastille, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Mail : sylviarielle@placedesvosges.paris
Internet Site : espacesylviarielle.com
Description:
Michael Bensoussan, dit David Boring ou Estéban, est un chanteur et acteur français. Il est le chanteur du groupe Naive New Beaters. Il utilise ses différents pseudonymes selon ses activités : David Boring comme chanteur et Estéban comme acteur.

Vernissage de Michael Bensoussan aka David Boring aka Estéban "Pas si boring"




[18:00-22:00] Vernissage de Denis Polge "Les Joyeux"
Location:
School Gallery
322, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Strasbourg - Saint-Denis, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 71 78 20
Mobile : +33 (0)6 13 50 78 87
Mail : olivier.schoolgallery@gmail.com
Internet Site : www.schoolgallery.fr
Description:
Vernissage de Denis Polge "Les Joyeux"

Vernissage
jeudi 15 octobre 2020
18h - 22h

Exposition
15.10 - 15.11.20
14h - 19h du mardi au samedi

Peintures
Sculptures bronze, matériaux mixtes

La couleur, c'est l'enfance. Jaune vif, rose fluo, rose bonbon, vert d'eau, carrément bleu, les animaux de Denis Polge ne nous ressemblent pas : ils sont heureux. Bras ballants, pieds qui rebiquent, penché en avant, un singe regarde le monde. Ses yeux incrédules observent une humanité qui gesticule et se balance, d'une folie à l'autre. Chouettes, lions, crapauds et consorts, voilà une bande qui préfère à l'angoisse de l'existence, la douceur et les marrades.

Et un ours a plongé sa gueule dans un bain fuchsia. Un autre a le corps indigo, sauf les pieds, les mains, et le museau. Un gorille trône, pacha tranquille, sur un bloc de pierre. Un iguane passe flegmatique devant des piafs genre pigeons aux becs pointus et aux cols ébouriffés. Une souris trempée de bleu, pleine de moustache, attend, comme au spectacle, que quelque chose arrive. C'est vrai qu'ils dansent, les autres, sur une patte, une autre à l'horizontale. On s'imagine les yeux dans un conte, au milieu de jouets prenant vie dès qu'on aurait le dos tourné, de peluches à qui il manque un bras faisant la foire ou veillant sur nos sommeils. Dans les hauts territoires de l'enfance, on s'imagine.

Parce que Denis Polge poursuit l'enfance, il la sculpte dans de vieux cartons, matière pauvre qu'il transforme en un bestiaire original, génial, et recyclé. À l'heure où la planète étouffe de nos excès, les animaux de Polge rappelle la fragilité, la beauté et le bruit du monde. La couleur, c'est le bruit. Et la couleur dépasse la couleur, ici, elle prend la place d'un joyeux bordel.

Et puis soudain, le calme. Le blanc. Des esquisses. On devine la grâce d'une oie, le ventre d'une poule, le saut d'une grenouille, tendue en plein vol, comme un trait d'encre jeté dans l'air. L'artiste parle de haïkus, des sculptures comme des haïkus, capables avec le moins de geste de tout dire : la poésie.

Julie Estève

Vernissage de Denis Polge "Les Joyeux"
Tête de brebis en bronze, 23 x 30 x 28 cm

Vernissage de Denis Polge "Les Joyeux"
Ours en bronze, 47 x 20 x 8 cm

[18:00-21:30] Vernissage de Julien Calot "Passengers"
Location:
Galerie Claire Corcia
323, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Réaumur - Sebastopol, Strasbourg - Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)9 52 06 65 88
Mobile : +33 (0)6 62 84 03 74
Mail : contact@galeriecorcia.com
Internet Site : www.galeriecorcia.com
Description:
Exposition du 15 octobre au 21 novembre 2020
Lundi-vendredi 11h30-19h/ Samedi 14h-19h

« Nous sommes un peu les passagers de nos propres existences. Comme si le temps et le flux de la vie décidaient pour nous et nous emportaient dans leur tourbillon.
J'ai longtemps, dans le passé, essayé de "contrôler le chemin" et de changer le sens du courant, jusqu'à me débattre et m'épuiser, pour découvrir enfin, récemment,
la joie immense de juste se laisser porter, et de savourer les sensations de chaque instant. » écrit Julien Calot.

Vernissage de Julien Calot "Passengers"

[18:00-21:00] Vernissage de Katarzyna Wiesiołek "Sublimation"
Location:
Galerie Eric Dupont
138, rue du Temple
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 54 04 14
Fax : +33 (0)1 44 54 04 24
Mail : info@eric-dupont.com
Internet Site : www.eric-dupont.com
Description:
première exposition personnelle de Katarzyna Wiesiołek

Un catalogue de l'exposition sera publié prochainement, accompagné d'un texte de Camille Bardin, bénéficiant de l'aide à la publication du CNAP Centre national des arts plastiques.

L'exposition sera visible jusqu'au 10 novembre 2020.

Vernissage de Katarzyna Wiesiołek "Sublimation"
Katarzyna Wiesiołek, Contact (2), 2020, 70 x 100 cm, pigment sec sur papier. Courtesy galerie Eric Dupont, Paris

Vernissage de Katarzyna Wiesiołek "Sublimation"
Katarzyna Wiesiolek, Sans titre, 2020, 18,5 x 28,5 cm, pigment sec sur papier, © galerie Eric Dupont, Paris

[18:00-20:00] Vernissage de My-Lan Hoang-Thuy "Pale Violet"
Location:
Galerie Derouillon
38, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, République
France
Mobile : +33 (0)6 13 67 33 71
Mail : benjamin@galeriederouillon.com
Internet Site : www.galeriederouillon.com
Description:
La Galerie Derouillon est très heureuse de présenter "Pale Violet" la nouvelle exposition personnelle de l'artiste française My-Lan Hoang-Thuy.

My-Lan Hoang-Thuy reprend dans ses oeuvres des thèmes classiques de l'histoire de l'art tels que le nu ou l'autoportrait, se les appropriant par un traitement mêlant peinture et retouche numérique. Elle cultive dans ses oeuvres des codes et un formatage des images, hérités de ses études de design graphiques, qui gagnent une dimension matérielle et sensuelle au contact de la peinture.

Avec le soutien du Centre national des arts plastiques.

Vernissage le 15 octobre 2020 de 18h à 20h
Exposition du 16 octobre au 14 novembre 2020

Vernissage de My-Lan Hoang-Thuy "Pale Violet"
My-Lan Hoang-Thuy, Bleus, 2020
Impression jet d'encre, liant acrylique, pigments
Courtesy de l'artiste et Galerie Derouillon, Paris

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "D'un moi à l'autre"
Location:
Galerie Etienne de Causans
25, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 54 48
Mail : edecausans@orange.fr
Description:
D'un moi à l'autre
Comment prendre sa place dans le (nouveau) monde ?

Par le biais d'installations, de vidéos, de travaux photographiques, de peintures ou d'œuvres interactives, le visiteur entre dans une réelle conversation immersive entre art et développement personnel. L'opportunité de faire une pause, de prendre du recul, de comprendre, ressentir, respirer, agir, remettre du bon sens dans sa vie.

Fondatrices :
Marie-Axèle Dutour & Aurèle Franses

Exposition jusqu'au 24 octobre de 11h à 19h
Vernissage Jeudi 15 octobre de 18h à 21h

https://www.dunmoialautre.com

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Renaud, « Putain d'expo ! »"
Location:
Philharmonie de Paris
221, avenue Jean Jaurès
Parc de la Villette
75019 Paris
M° Porte de Pantin
France
Phone : +33 (0)1 44 84 44 84
Mail : contact@philharmoniedeparis.fr
Internet Site : www.philharmoniedeparis.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Renaud, « Putain d'expo ! »"
Renaud, Putain d'Expo F.Margerin / Architecte pour la Philharmonie de Paris : Ateliers Jean Nouvel - Architecte pour la Cité de la musique : Christian de Portzamparc


en présence d'Hughes Aufray

Du vendredi 16 octobre 2020 au dimanche 2 mai 2021

Une silhouette aux jambes arquées, un foulard rouge, une blondeur timide que vient contredire la puissance des mots, portés par un timbre reconnaissable entre tous : celui qu'on a surnommé « la chetron sauvage » ou encore « le chanteur énervant », colporteur d'enfance et d'humanité grâce à la tendresse acidulée de son Mistral gagnant, reste aujourd'hui l'un des chanteurs français les plus populaires. Son œuvre, entrée au patrimoine de la chanson, s'ancre dans les remous de son siècle et détient aussi une force intemporelle.

Une exposition conçue par le Musée de la musique - Philharmonie de Paris
en partenariat avec Universal Music France

Le public est invité à venir avec son smartphone et ses écouteurs pour accéder tout au long du parcours aux contenus multimédias de l'exposition, via une web appli.

"C'est pas un Olympia pour moi tout seul, mais une « putain d'expo ! » juste pour mézigue que vous allez zieuter... Et au Musée de la musique, s'il te plaît ! Moi qui connais trois accords de guitare je trouve ça zarbi, mais bon, j'dis rien. Ce s'rait une sorte de rétrospective de ma vie de chanteur, y paraîtrait. Un pote m'a dit que ça « sentait le sapin » mais j'm'en tape un peu, j'aime cette odeur qui me rappelle les doux Noëls de mon enfance. Une expo de son (mon) vivant - ou ce qu'il en reste - c'est franchement pas ordinaire, faut bien dire. C'est beaucoup d'honneur pour un chanteur énervant qu'a pas encore tout à fait calanché et qui compte bien ne jamais arriver à ce manque de savoir-vivre, comme disait ce bon Alphonse... « Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard », déclarait le poète, et c'est un peu cet exercice agité, livré à ses enthousiasmes et à ses désenchantements, que mes gentils apologistes ont voulu mettre en avant dans cette exposition qui porte le nom du plus vieux métier du monde pour honorer le plus beau de tous : le mien !"
Renaud, juin 2020.

L'exposition Renaud, « Putain d'expo ! » explore les différents répertoires de l'artiste : Renaud le révolté, Renaud le poète-portraitiste, Renaud l'engagé et Renaud l'amoureux de l'enfance. Une scénographie de Gérard Lo Monaco, auteur de nombreux décors de scène de Renaud, habille ces différents univers. Des documents rares sont présentés : archives familiales, manuscrits, objets de la collection personnelle du musicien, dessins, planches de bande dessinée et maquettes de décors. De nombreux entretiens et archives audiovisuelles complètent le parcours, qui se poursuit dans le Musée de la musique avec une projection de Renaud en concert.

Vernissage de l'exposition "Renaud, « Putain d'expo ! »"
Prise de vue pour la pochette de l'album Place de ma mob, 1977 © David Séchan

Si l'exposition dévoile la profondeur d'un artiste engagé, elle témoigne aussi de son impertinence et de son humour. Poétique et colorée, elle est accessible à toutes les générations. À l'occasion de l'année de la BD, le Musée s'associe à la Cité internationale de la bande dessinée pour offrir un prolongement en bande dessinée de l'exposition, avec une présentation de planches originales réalisées par l'illustratrice Laureline Mattiussi dialoguant avec les instruments de la collection permanente.

Vernissage de l'exposition "Renaud, « Putain d'expo ! »"
Prise de vue pour l'album À la Belle de mai, 1993 © Thierry Rajic


Les commissaires :

David Séchan
Directeur de la société d'édition musicale Encore Merci et vice-président de la Sacem, David Séchan est le frère jumeau de Renaud. Initié à la photographie par son père dès l'adolescence, il immortalise l'artiste avant même qu'il ne devienne célèbre ! Son œil photographique, conjugué à la complicité qui le lie à son frère, lui a permis de saisir les moments les plus forts de la vie du chanteur.

Johanna Copans
Agrégée de lettres modernes et normalienne, et férue de Renaud depuis son enfance. Cette passion l'a convaincue de consacrer sa thèse au chanteur : Le Paysage des chansons de Renaud : une dynamique identitaire (L'Harmattan, 2014).


Le scénographe :
Gérard Lo Monaco
Gérard Lo Monaco a créé les décors de scène des mythiques concerts de Renaud au Zénith, de nombreuses pochettes de disques et d'autres produits dérivés du chanteur. Il conçoit pour l'exposition une scénographie poétique et immersive tout en couleurs et en volumes.

[18:30-21:00] Vernissage "Voyage sur la route du Kisokaidō - de Hiroshige à Kuniyoshi"
Location:
Musée Cernuschi
Musée des Arts de l'Asie de la Ville de Paris
7, avenue Vélasquez
75008 Paris
M° Villiers, Monceau
France
Phone : +33 (0)1 53 96 21 50
Fax : +33 (0)1 53 96 21 96
Internet Site : www.cernuschi.paris.fr
Description:
>> RSVP

16 octobre 2020 - 17 janvier 2021
Du mardi au dimanche de 10h à 18h, sauf certains jours fériés (fermeture des caisses à 17h30).
Exposition ouverte jusqu'à 21h les vendredis.

Commissaire
Manuela Moscatiello, responsable des collections japonaises du musée Cernuschi

Avec les prêts exceptionnels de la collection Georges Leskowicz

"Voyage sur la route du Kisokaidō. De Hiroshige à Kuniyoshi" sera la première exposition proposée par le musée Cernuschi après sa réouverture à l'issue d'un chantier de rénovation de 9 mois. Elle rassemblera, à partir du 16 octobre, un ensemble inédit de près de cent cinquante estampes japonaises, dont certaines seront dévoilées pour la première fois au public. À travers un parcours rythmé par les différents relais de la route du Kisokaidō, un choix d'objets remarquables fera écho aux gravures exposées : armure, boîtes à calligraphie, katana, selle de bataille ou encore nécessaires à pique-nique seront présentés.

L'exposition permettra de parcourir en images l'une des routes les plus spectaculaires du Japon : le Kisokaidō, qui était une des cinq voies du réseau routier créé au Japon durant l'époque Tokugawa (1603-1868). Elle reliait Edo (actuelle Tōkyō), où le shogun avait sa résidence, à Kyōto, siège de l'empereur. Contrairement à la route du Tōkaidō, qui rejoignait l'ancienne capitale en cinquante-trois relais le long de la côte, le Kisokaidō, jalonné de soixante-neuf étapes, traversait l'intérieur montagneux. Il suivait un itinéraire plus long, parfois plus pittoresque et ardu en raison de la présence de neuf cols escarpés.

Entre 1835 et 1838 le Kisokaidō fit l'objet d'une série d'estampes réalisées par Eisen (1790-1848) et Hiroshige (1797-1858), dont le succès fut considérable. Deux autres séries virent le jour sous le pinceau de Kunisada (1786-1865) et de Kuniyoshi (1797-1861).

Elles constituent les deux grandes parties du parcours de l'exposition.

Vernissage presse de l'exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō - de Hiroshige à Kuniyoshi"
Keisai Eisen (1790-1848) Les Relais de la route du Kisoji, Relais n°41. Nojiri : vue du pont de la rivière Inagawa, 1835-1838 Xylogravure polychrome, format ōban yoko-e © Fundacja Jerzego Leskowicza

[18:30-21:00] Vernissage de Kosta Kulundzic "Hawaii Epiphany"
Location:
Galerie Brugier-Rigail
Art Partner Galerie
40, rue Volta
75003 Paris
M° Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 77 09 00
Mobile : +33 (0)6 99 42 10 50
Fax : +33 (0)1 42 77 09 00
Mail : contact@artpartnergalerie.com
Internet Site : www.artpartnergalerie.com
Description:
15 Octobre - 7 Novembre 2020

Venez découvrir les œuvres pleines de couleurs de cet artiste franco-serbe établi à Hawaii

« Je ne fais pas un portrait, je fais un tableau » Henri Matisse

Notre rencontre avec Kosta remonte maintenant à plus de 10 ans, cela faisait des années que nous souhaitions travailler avec lui sur un projet d'envergure qui s'inscrive dans une série d'expositions qui parcourent le monde (Hawaii - Los Angeles-Paris).

Fils d'architecte, petit-fils de pope (prêtre chrétien orthodoxe), ayant grandi en France avec, pour toile de fond familiale, les tourments du conflit yougoslave, Kosta s'est construit dans un monde où se côtoient beauté, violence, croyance, espoir et mysticisme. Il est, en 2012, l'un des initiateurs du mouvement sous-réaliste, avec l'artiste serbe Vuk Vidor et l'artiste français Stéphane Pencréac'h, monté en réaction à la conceptualisation de la peinture contemporaine : pour ces artistes, l'image doit primer sur l'idée et non l'inverse.

Ses anciens travaux, mélanges de mysticisme, violence et dualisme, donnaient à voir une inversion des valeurs, un monde dans lequel les femmes ont pris le dessus sur les hommes, et s'adonnent aux crimes des plus terribles dans une atmosphère ludique. Avec « HAWAII EPIPHANY », Kosta Kulundzic expose l'aboutissement de ses dernières recherches picturales. Des œuvres puissantes, portraits de la vie quotidienne hawaiienne, interprétées magistralement par l'artiste et où se mêlent réalisme figuratif et expression de son introspection personnelle. Ce dualisme, si présent dans ses expositions précédentes, semble s'être déplacé dans une partie de la composition plus secondaire, tout en restant incroyablement présent.

La gnose dualiste est prépondérante dans l'œuvre de Kosta. Elle nous amène à une réflexion sur la place de la laideur et de la violence dans nos sociétés modernes, en opposition à la beauté de la nature et de la jeunesse (ou encore du couple religion/violence versus la pratique du surf dans les iles paradisiaques).

Cette dualité omniprésente dans l'œuvre de Kosta Kulundzic lui permet de peindre des portraits de famille qui s'inscrivent intégralement dans son parcours de recherche. "Le portrait de famille" est une nouvelle facette de l'expression de son art.

Et c'est un honneur pour nous d'avoir la chance de réaliser une monographie de cette période avec lui.

Vernissage de Kosta Kulundzic "Hawaii Epiphany"

Vernissage de Kosta Kulundzic "Hawaii Epiphany"
Georgia's barrel, 2020
Huile sur toile
122 x 185 cm
Signée en bas à droite

Vernissage de Kosta Kulundzic "Hawaii Epiphany"
Tropics beauty 3, 2020
Stylo à bille sur papier
150 x 110 cm
Signé en bas à droite

Vernissage de Kosta Kulundzic "Hawaii Epiphany"
Tropics beauty 7, 2020
Huile sur bois
21 x 15 cm
Signée en bas à droite

Vernissage de Kosta Kulundzic "Hawaii Epiphany"
Tropics beauty 8, 2020
Huile sur bois
21 x 15 cm
Signée en bas à droite

Vernissage de Kosta Kulundzic "Hawaii Epiphany"
La douce mélancolie de Sunset Beach éditions, 2020
Tirage pigmentaire sur papier Opale pur coton 250 gr.
76 x 56 cm
Edition de 60 exemplaires signés par l'artiste et numérotés





[19:00-21:00] Inauguration de la Piccola Scala
Location:
La Scala Paris
13, boulevard de Strasbourg
75010 Paris
M° Strasbourg - Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 40 03 44 30
Mail : contact@lascala-paris.com
Internet Site : www.lascala-paris.com
Description:
Inauguration de la Piccola Scala

La Piccola Scala, une nouvelle salle de spectacle intimiste à Paris

Un mois après sa réouverture, le théâtre de La Scala présente une nouvelle salle, affectueusement appelée Piccola Scala (la petite Scala). Amphithéâtre à l'ambiance intimiste, il accueillera en son sein concerts, stand-up, et seuls en scène.
Ancienne salle de répétition, il faut descendre huit mètres sous la surface de la terre pour pénétrer dans ce tout nouvel amphithéâtre. Éclairé par des néons bleus rappelant l'ambiance de la grande Scala, on peut lire à la fin des escaliers son affectueux surnom, Piccola Scala, dans l'écriture caractéristique de Rudi Meyer, responsable du graphisme de tout le théâtre. Cet amphithéâtre de 180 places (100 en période de crise sanitaire), est le fruit des rêves et imaginations des artistes.

Sous le regard expert de Richard Peduzzi, à qui l'on doit l'agencement du théâtre principal, ce sont Fary et Panayotis Pascot, deux humoristes, qui ont eu les premiers l'idée de sa construction telle quelle : cela a été, selon les mots de Frédéric Biessy, « comme une évidence » pour eux. Les directeurs du théâtre, Mélanie et Frédéric Biessy, ont décidé d'aller au bout de cette rêverie, afin de créer un espace intimiste, confortable, permettant au public de communier avec les artistes. Et vice-versa. À travers ce lieu quasiment secret, l'idée est de favoriser les entremêlements artistiques, de croiser la musique, la danse, le théâtre, les arts visuels, le stand up... quelques mois de réflexion, encore quelques mois de travaux, et tout est prêt pour y faire vivre un spectacle comme jamais avant.

Un programme jeune, varié, plein d'espoir

Au vu des circonstances et des enjeux de construction de l'amphithéâtre, il y a fort à parier que la programmation sera à son image. La salle a été inaugurée le 13 octobre par le jeune pianiste Josquin Otal, interprétant les œuvres du compositeur britannique Thomas Adès. Le 15 octobre, la salle a également été inaugurée par un stand-upper, Jason Brookerss, marquant ainsi le début d'une saison plus que variée à la Piccola Scala.

Selon Frédéric Biessy, l'idée est de réellement faire de l'amphithéâtre un lieu pour la jeune génération de musiciens, dont un lieu d'émergence, de nouveauté et de jeunesse. Ainsi, tous les 13 du mois (en référence au fait que le théâtre soit situé au 13 boulevard de Strasbourg), un jeune musicien présentera un récital du compositeur de son choix accompagné d'un piano fabriqué sur mesure par Yamaha. Seule obligation : il faut que celui-ci soit vivant. Ce format, sobrement intitulé « les 13 du 13 », représente le coup d'envoi à une nouvelle génération des arts scéniques.

La Piccola Scala sera également mise à profit par des classes de jeunes, mises en place grâce aux divers partenariats du théâtre, avec notamment le conservatoire du Xème arrondissement ou bien de Drancy. On espère notamment y voir performer de jeunes classes de percussions début 2021.

Inauguration de la Piccola Scala

« Abyssal » : Un fauteuil pour Elika

Le jour de l'inauguration de la petite salle, la direction du théâtre en a également profité pour présenter son 6e « fauteuil d'artiste », celui de l'artiste iranienne Elika Hedayat, intitulé « Abyssal ». Installé contre le mur du fond, entouré et éclairé par un néon bleu, il est la première chose que l'on voit lorsque l'on pénètre dans le hall du théâtre de La Scala de Paris. Sur les murs de côté, de courtes vidéos représentent elles-aussi des fauteuils, investis par de curieuses créatures : l'un ressemble à un cœur, l'autre à un œil, une oreille peut-être ?

Le projet « fauteuil d'artiste », mené par Aline Vidal, a ainsi pour objectif de faire s'infiltrer les arts visuels et numériques au sein du théâtre, association assez singulière avec une salle de spectacle. Trois fois dans la saison, un fauteuil du théâtre est confié à un artiste et installé dans le hall, présentant des créations hybrides représentatives de cette même époque. Pour la fin de cette deuxième saison, le choix d'Aline Vidal s'est donc porté sur Elika Hedayat : la jeune femme manie l'art du virtuel et de l'imaginaire en s'appuyant sur des témoignages et documentaires issus du réel. Son récit, sous différentes formes, est un chassé-croisé de réalité, mémoire et imaginaire.

« Depuis des année dans ma démarche artistique et mes dessins, je mets en scène un monde imaginaire tel que le souhaite un système de pouvoir idéologique en quête d'utopie. [...] Dans mes travaux, on voit ce système utopique devenir difforme, mutilé. A force de vouloir réaliser l'utopie, il donne naissance à un monde chaotique, dystopique. [...] La sexualité, le rapport au corps et au sexe, le pouvoir, la soumission, la domination sont les noyaux durs de mon travail. »

ELIKA HEDAYAT

Pour son fauteuil d'artiste, qui trônera au centre de La Scala jusqu'en décembre 2020, Elika Hedayat a décidé de combiner l'obscurité et les sensations présentées dans une salle de théâtre avec le cosmos et les émotions provoquées chez l'Homme. Ainsi, derrière son fauteuil sont représentés des enchevêtrements de ligne rappelant les neurones, les nerfs et autres connexions de notre corps, qui semblent toutes se relier au centre, là où se trouve le siège. Les vidéos sur le côté, sobrement intitulées « Dialogue » et « Monologue », montrent la réaction de nos parties du corps face à une représentation théâtrale.

Inauguration de la Piccola Scala

Pour clore l'inauguration de ce speakeasy théâtral, la directrice de la Scala Mélanie Biessy s'est exprimée sur les situations des théâtres et des lieux de culture vis-à-vis de la pandémie mondiale. Les annonces du président de la République, en particulier celle du couvre-feu à 21h, mettent en péril la situation déjà compliquée des acteurs du spectacle vivant mais ne remettent néanmoins pas en question la programmation du théâtre, l'ensemble des horaires ayant été adaptés. De son discours, cependant, on retient une bonne dose d'espoir, de sourire vers l'avenir, et un message important : Il faut continuer à aller au théâtre.

[19:00-21:30] Vernissage de l'exposition "Sans Contact"
Location:
Centre Tignous d'Art Contemporain - Le 116
116, rue de Paris
cactignous@montreuil.fr
93105 Montreuil Cedex
M° Robespierre
France
Phone : +33 (0)1 71 89 28 00
Mail : cactignous@montreuil.fr
Internet Site : www.montreuil.fr/centretignousdartcontemporain
Description:
Sans Contact - Exposition collective

Du 9 octobre au 12 décembre 2020

Vernissage jeudi 15 octobre à 19h et 20h30, sur réservation gratuite mais obligatoire.
>> RSVP

Vous aurez peut-être la sensation de traverser cette exposition comme l'on s'assoit dans la voiturette d'un train fantôme. Ce n'est qu'un subterfuge malicieux pour vous amener vers d'autres sujets, car si l'esthétique de la maison hantée est abordée dans cette exposition, ce sont d'autres préoccupations qui animent chacune des propositions formulées par les sept artistes présentés.

Volontairement admis dans sa forme architecturale première, celle d'une maison, le centre d'art est ici envisagé comme un sas de communication vers un au-delà, un ailleurs, des inconnus non définis. Dans l'impossibilité de le rétablir, nous tenterons d'établir le contact. Entendu ici comme qualité du sens touché, il sera moins question de tactile que d'intangible : esprits, désirs, archétypes de beautés ou de réussites, phobies, croyances... ils nous entourent de leurs emprises impalpables. mais impalpable n'est pas de facto surnaturel, puisque tout ce qui nous hante est bien réel.

Pour voir ce que l'on veut dire, composez le 01 86 52 77 66
Artistes

Commissariat Mathilda Portoghese en dialogue avec l'artiste Céline Ahond.

Avec les artistes de l'Atelier Flamme :
- Léticia Chanliau,
- Valentine Franc,
- Adrien Fricheteau,
- Brieg Huon,
- Samuel Lecocq,
- Camille Leherpeur.

Vernissage de l'exposition "Sans Contact"

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés