Wednesday, October 27, 2021
Public Access


Category:
Category: All

27
October 2021
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
1 2 3 4 5 6 7

  65ème Salon de Montrouge 2021
Location:
Le Beffroi
Le Beffroi Montrouge
2, place Emile Cresp
92120 Montrouge
M° Porte d'Orléans
France
Phone : +33 (0)1 40 92 62 30
Internet Site : www.beffroidemontrouge.com
Description:
DU 22 AU 31 OCTOBRE 2021

Rendez-vous incontournable de l'art contemporain et véritable tremplin pour les créateurs de demain, le Salon de Montrouge présentera sa 65e édition du vendredi 22 au samedi 31 octobre 2021 au Beffroi de Montrouge.

Sous la direction artistique d'Ami Barak et Marie Gautier, le Comité a resserré sa sélection à 50 jeunes artistes internationaux dont 3 collectifs, 29 femmes et 18 hommes.
Le grand public pourra découvrir en accès libre une multiplicité de propositions artistiques : photographies, peintures, sculptures, dessins, vidéos, performances et installations...

www.salondemontrouge.com

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00  
18:00 [18:00-21:00] Preview de Nicolas Floc'h "'Invisible"
Location:
Galerie Maubert
20, rue Saint-Gilles
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 44 78 01 79
Mail : galeriemaubert@galeriemaubert.com
Internet Site : www.galeriemaubert.com
Description:
Exposition personnelle du 28 octobre 2021 au 8 janvier 2022
Vernissage jeudi 28 octobre de 18h à 21h

Véritable manifeste photographique révélant l'importance d'explorer le milieu sous-marin d'un point de vue artistique, cette exposition de Nicolas Floc'h, fait suite à son exposition personnelle au FRAC Provence-Alpes-Côte d'Azur, Paysage Productifs, 2020, commissaire Pascal Neveux. Cette exposition présente les séries Invisible, première commande publique nationale du ministère de la Culture, sur le milieu sous-marin et La Couleur de l'eau, projet engagé et novateur sur la représentation et l'évolution des paysages sous-marin, mené en partenariat avec artconnexion/Lille et qui se poursuit sur les fleuves et bassins versants avec la Fondation Camargo à Cassis et la Villa Albertine, Institut Français, aux Etats-Unis.

Vous trouverez ci-après un extrait du texte Marcher sous les mers de Muriel Enjalran, Directrice FRAC Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Vernissage de Nicolas Floc'h "'Invisible"

Vernissage de Nicolas Floc'h "'Invisible"
Vues de l'exposition Paysages productifs, Frac Provence-Alpes-Côte d'Azur, 2020

Extrait du texte Marcher sous les mers de Muriel Enjalran, 2020

Longtemps inaccessible et fantasmé, l'espace sous-marin a tardé à s'imposer dans la représentation paysagère focalisée sur la surface des mers et des océans. Les récits mythologiques et littéraires ont construit l'image d'un monde hanté par des figures monstrueuses (kraken, Léviathan). Les illustrations de Vingt Mille Lieues sous les mers par Alphonse de Neuville diffusent l'image d'une faune et d'une flore fantasmagoriques découvertes par des aventuriers en scaphandre. Le chapitre XVI « Promenade en plaine » décrit dans un registre encyclopédique, un monde coloré et kaléidoscopique de fleurs, rochers, plantules, coquillages, polypes. Les explorations multiples parfaitement outillées (submersibles habités, plongeurs autonomes) et méthodiques (prélèvements d'échantillons, études de suivi), bien qu'elles ne concernent encore que 10 % des océans, ont permis une meilleure connaissance du milieu (biodiversité, habitats, reliefs, masses d'eau). Mais de la connaissance à la nécessaire reconnaissance d'un « paysage sous-marin » digne d'être protégé et contemplé, il y a encore un long travail à mener dans nos sociétés. C'est à ce travail de reconnaissance que Nicolas Floc'h en sa qualité d'artiste, contribue activement aux côtés des chercheurs depuis une dizaine d'années au travers de son formidable inventaire photographique des différents environnements marins avec les projets « Structures productives » puis « Paysages productifs » formés par les séries « Initium Maris » (2018-2021), « La couleur de l'eau » (2016-2021), « Ouessant » (2016), « Kuroshio » (2017), « Bulles » (2019) et « Invisible » (2018-2020). Le projet « Invisible » initié et conçu par l'artiste en lien avec sa recherche autour de la productivité des écosystèmes, propose un état des lieux du parc national des Calanques ; il révèle les pressions anthropiques pesant sur la biodiversité marine au travers d'une démarche artistique et esthétique affirmée, de construction et de représentation du paysage sous- marin. La commande du parc vient ici prolonger et valider un travail de création personnel qui va constituer lui- même une ressource pour les scientifiques et enrichir par l'image la perception qu'ils ont des écosystèmes sous-marins. En cela, Nicolas Floc'h contribue à revivifier le dialogue de l'art avec les sciences. Le cadre de la commande lui permet ainsi de dynamiser son travail de création, à l'instar des photographes qui se sont affirmés lors des grandes commandes publiques du passé où il s'agissait de documenter des territoires connus (Mission héliographique, Datar1 pour la France) ou vierges (missions américaines d'exploration de l'Ouest sauvage dans les dernières années du 19e siècle). Des photographes comme William Henry Jackson (mission Hayden) ou John K. Hillers (mission Powell) ont contribué à forger l'imaginaire des Rocheuses dans l'esprit des Américains. Ces missions ont fortement contribué à préserver les milieux naturels ; les photos de W.H. Jackson, Timothy O'Sullivan avec l'aide de géologues ont mobilisé les consciences et pesé sur la décision du Congrès américain de créer le premier parc national, celui de Yellowstone en 1872. Revendiquant leur héritage, Robert Adams, au sein du mouvement américain des « nouveaux topographes », documente dans les années 1970 la détérioration de l'environnement naturel par les activités humaines comme ont pu le faire en France les photographes Raymond Depardon, Josef Koudelka et d'autres missionnés en 1984 par la Datar pour enregistrer les transformations du territoire. Leurs photos d'usines désaffectées, de campagnes envahies par les pylônes, de barres d'immeubles encerclées par les échangeurs et les viaducs, imposent l'idée que la photographie d'auteur révèle de manière irremplaçable la vérité d'un territoire. Nicolas Floc'h prolonge et complète de façon inédite l'inventaire territorial initié par la Datar en photographiant les fonds sous-marins côtiers. Les paysages de Nicolas Floc'h sont en noir et blanc comme les premiers clichés pris en immersion par le biologiste Louis Boutan2. En 1893, il photographie son collègue dans son scaphandre inaugurant ainsi un poncif de l'iconographie sous-marine, fondé sur l'élaboration d'un récit qui met en scène et valorise le personnage du plongeur dans le mystère des abysses. Si avec le célèbre cliché pris à la baie des Elmes en 1898 d'un « bosquet » sous-marin désigné par une petite pancarte, le biologiste ouvre la voie à une représentation du paysage sous-marin, il n'est ici encore considéré que de manière anecdotique et non pour lui-même. Avec un protocole de prise de vue très précis - itinéraire de la plongée préalablement déterminé, géolocalisation et inventaire par des prises de vue à intervalles réguliers, au grand angle et en lumière naturelle, sans chercher à insérer une présence humaine ou animale - l'artiste rompt avec cette tradition narrative pour produire des images chargées de l'expérience singulière qu'il a vécue et restituer ces milieux au plus près de leur vérité. En cela, Nicolas Floc'h s'inscrit dans la lignée de grands artistes conceptuels qui ont pris les milieux naturels comme sujet et objet de leur recherche artistique. Les images permettent ainsi de transmettre le rapport essentiel au milieu induit par la pratique de l'apnée de la même façon que la marche est un vecteur essentiel de création pour des artistes comme Hamish Fulton : la plongée comme la marche devient alors une forme d'art de plein droit. Il s'agit pour l'artiste britannique comme pour Nicolas Floc'h au travers de leurs objets artistiques, « artefacts » prenant différentes formes (sculptures, installations et photographies), de faire ressentir au public le vécu d'une expérience menée en solitaire dans un milieu naturel. Cette tension entre l'incommunicabilité d'une expérience et le désir profond de la communiquer constitue le moteur d'Hamish Fulton pour qui l'art n'est valide que s'il peut être vécu et activé par les publics. L'aphorisme « sans concrétisation externe, une expérience demeure incomplète » pourrait s'appliquer aussi à Nicolas Floc'h pour qui cet engagement de transmission auprès des publics au travers d'expositions, de livres ou de rencontres est fondamental, ce n'est pas un hasard si le projet « Invisible » a pris la forme d'une commande publique. Si le silence caractérise ces expériences réalisées dans des milieux naturels, le texte, les mots revêtent là encore pour tous deux une importance particulière. On les retrouve surimposées sur les photos du « walking artist » et sous forme de légendes accompagnant les photos chez le « diving artist3 ». Ces textes consistent en des données factuelles qui renseignent chez le premier le site, la longueur de la marche, sa durée, sa direction et ses dates, chez le second la température de l'eau, la turbidité, le pH, la profondeur, la zone, le site, l'année. Enfin la marche comme la plongée constituent pour eux une expérience artistique engagée, génératrice de changements : « Marcher transforme, marcher c'est résister », nous dit Hamish Fulton. Elles peuvent devenir aussi une expérience méditative quand le corps subit la pression et le manque d'oxygène en altitude ou dans les profondeurs, repoussant ses limites physiques et mentales, il ouvre alors d'autres perceptions sur les espaces traversés. [...] Si la forme que prend son inventaire de la flore et des habitats sous-marins en plans panoramiques diffère de l'approche macroscopique des herbiers de Blossfeldt, il y a chez Nicolas Floc'h ce même désir de produire de la connaissance et d'enrichir les perceptions de ces milieux par un mécanisme d'empathie : l'expressivité de ces univers sous-marins déclenche un sentiment du paysage chez l'individu qui regarde, le subjectif devient alors collectif. L'histoire du paysage en art se nourrit de toutes sortes d'approches culturelles et subjectives qui participent à une « artialisation » de la Nature. Le paysage n'est plus un cadre mais une œuvre à part entière qui change des éléments matériels en symboles vivants. Par cette représentation de l'essentialité du paysage, de sa singularité, sans récit parasite, l'œuvre incite à éprouver des impressions, à accueillir une réflexion mêlant émerveillement devant l'émergence de nouveaux paysages et prise de conscience de l'urgence environnementale.

1. Fondée en 1963, la Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale (Datar) lance, entre 1984 et 1989, une vaste commande artistique de photographies ayant pour objet de « représenter le paysage français des années 1980 ». Cette initiative est baptisée « La mission photographique de la Datar ». 2. Louis Boutan (1859-1934) est un biologiste et photographe français, auteur en 1893 de la première photo sous-marine connue, prise à Banyuls-sur-Mer avec un appareil logé dans une boîte étanche. 3. « Diving » du verbe « to dive » en anglais plonger ; en écho au « walking artist » (l'artiste marcheur), l'artiste qui plonge et évolue sous l'eau en palmant.

Vernissage de Nicolas Floc'h "'Invisible"
Paysages productifs, Invisible, Ile Verte, - 7m, 2018

Vernissage de Nicolas Floc'h "'Invisible"
Paysages productifs, Invisible, Cap Canaille, - 12 m, 2018

Vernissage de Nicolas Floc'h "'Invisible"

[18:00-21:00] Vernissage d'Ingrid Wenzel, Jihene Kha, François Lestrille, Grego, Lore
Location:
Espace Sorbonne 4
4, rue de la Sorbonnne
75005 Paris
M° Cluny - La Sorbonne, Odéon, RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 46 34 27 00
Mobile : +33 (0)6 76 75 12 37
Mail : espacesorbonne4@gmail.com
Description:
du 27 octobre au 4 novembre 2021
de 13h30 à 18h30 sauf dimanche et 1er novembre

peintures et sculptures

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Gracia Khouw - Gerda Kruimer"
Location:
Abstract Project
Espace des Arts Abstraits
5, rue des Immeubles Industriels
75011 Paris
M° Nation
France
Mobile : +33 (0)6 82 89 14 16
Mail : contact@abstract-project.com
Internet Site : www.abstract-project.com
Description:
#130

Gracia Khouw
Gerda Kruimer
La distance entre deux lignes de croisement

Exposition du 28 octobre au 6 novembre 2021

accueil du mercredi au samedi de 14h à 19h
vernissage mercredi 27 octobre 2021 de 18h à 21h

[18:00-22:00] Vernissage du Salon d'Automne 2021
Location:
Avenue des Champs-Elysées
Avenue des Champs-Elysées
75008 Paris
M° Charles de Gaulle - Etoile, George V, Franklin D. Roosevelt, Champs-Elysées
France
Description:
Sur les Champs-Elysées côté du petit Palais

Du jeudi 28 au dimanche 31 octobre

Plus d'informations sur www.salon-automne.com


[19:00-22:30] Soirée d'inauguration du Salon du Chocolat 2021
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.viparis.com/viparisFront/do/centre/paris-expo-porte-de-versailles/Accueil
Description:
du 28 octobre au 1er novembre

19H

OUVERTURE

Immersion privilégiée dans l'univers du Salon, à la rencontre des talentueux acteurs de la profession.

20H

DÉFILÉ DE ROBES EN CHOCOLAT

Sur le thème de la renaissance, assistez à un show exceptionnel qui célébrera la joie de se retrouver autour d'un événement plein de couleurs et de saveurs.

Nos célébrités VIP défilerons sur le podium du Cacao Show avec les plus belles robes en chocolat de cette édition 2021.

En première partie, Maialen Urdanpilleta offrira une chorégraphie exceptionnelle intitulée « Dolor y paz », inspirée par l'oeuvre de
Pablo Picasso « Guernica ».

Les créateurs & chocolatiers du défilé :
Le chocolatier Jean-Luc Decluzeau & la créatrice Angel Sewing
Hasnaâ et Vincent Ferreira pour Hasnaâ Chocolats Grands Crus & le créateur Jérémie Pujo
Le chef pâtissier François Daubinet, la créatrice Elsa Muse & l'artisan brodeuse Chimène D
Federico Jiménez Rivas pour Judibana, Cacaos fins du Vénézuela & le créateur Pavel Mieses
L'artisan chocolatier et Président de Relais Desserts Vincent Guerlais & la créatrice Angélique Godey
Le chocolatier Florent Thevenon & la créatrice Ludivine Guillot
Les chocolatiers Euskal gozogileak et la Maison Pariès & la créatrice Edurne Kaperotxipi Urain
Maëlig Georgelin - chef pâtissier et créateur d'Au Petit Prince, Marie Ferrero-Favoriti - créatrice pour MLF attitude couture & Hello Kitty, l'iconique griffe de Sanrio
Hugues Pouget, chef pâtissier fondateur de la Maison Hugo & Victor et champion de France des desserts & le créateur Ricardo Dávila pour PROMPERÚ France

20H

DÉCOUVERTE DES SCULPTURES MONUMENTALES

Prolongez cette soirée unique avec la découverte en avant première des sculptures en chocolat.

« Napoléon Bonaparte franchissant le col du Grand St Bernard » par Jean-Luc Decluzeau d'après l'œuvre de Jacques-Louis David et le chef d'œuvre

« Gernika » réalisé par un groupement de 40 chocolatiers basques espagnols et français.

[19:30-22:00] Ouverture du festival "Le Saint-André des Arts a 50 ans"
Location:
Le Saint-André des Arts
30, rue Saint-André des Arts
75006 Paris
M° Saint-Michel, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 48 18
Mail : contact@cinesaintandre.fr
Internet Site : cinesaintandre.fr
Description:
PROGRAMME de la semaine anniversaire des 50 ans du st André des Arts par la famille Diamantis


Mercredi 27 octobre

19h30 - OUVERTURE par le Maire du 6e, avec Micheline DAGUINOT collaboratrice de Roger Diamantis, durant 30 ans, Micheline GARDEZ ex déléguée à l'AFCAE durant 35 ans, Axel HUYGHE et Arnaud CHAPUY, auteusr du livre « Le saint André », Pierre-Henri DELEAU, ex délégué général durant 19 ans à la Quinzaine des Réalisateurs

20h00 La Salamandre (2h01) de Alain Tanner, (1971
"Film qui a fait l'ouverture il y a 50 ans du cinéma, cette fiction sociale avait réalisé 300 000 entrées et projeté cette nouvelle salle au premier plan des exploitants Art et Essai de Paris."

suivi d'un cocktail


Jeudi 28 octobre

14h00 - L'Empire des sens ( 1h45) de Nagisa Oshima, (1976)
"Premier long-métrage érotique à être hissé au rang d'Art et Essai et être reconnu par le public comme tel"

16h00 - Wanda (1h45) de Barbara Loden, (1970)
"Créé par une réalisatrice indépendante, ce film porte pour la première fois à l'écran la question de la reconnaissance des femmes"

18h00 - Le Voyage des comédiens (3h41) de Théo Angelopoulos, (1975)
"Ce film à la mise en scène authentique et particulière, a révèle Angelopoulos au public français" Dobrila Diamantis


Vendredi 29 octobre

14h00 - Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère ma sœur et mon frère(2h05) de René Allio, (1978)
"Pour la première fois, un fait divers est porté en tant que fiction sur le grand écran"

16h15 - Depuis qu'Otar est parti (1h42) de Julie Bertuccelli (2002)
"Dans sa tradition à soutenir les jeunes talents, le Saint André a fait connaitre cette jeune réalisatrice à travers son film"

18h15 - Une femme sous influence (2h09) de John CASSAVETES, (1974)
"Admirateur des films de Cassavetes le st André des Arts se devait programmer ce film"

20h30 - General Idi Amin Dada (1h32) de Barbet Schroeder, (1974)
"Ce documentaire fut un événement national car ce type de film à l'époque n'avait pas le rang des films d'auteur."


Samedi 30 octobre

14h00 - Cléo de 5 à 7 (1h30) d'Agnès Varda, (1962)
"Témoignage d'une admiration pour le film et d'une amitié pour la figure féminine de la nouvelle vague, le fondateur du cinéma avait souhaité donner un nouveau souffle à cette comédie dramatique en la reprogrammant une quinzaine d'années après sa sortie"

16h00 - Être et Avoir (1h44) de Nicolas Philibert, (2002) rencontre avec le réalisateur
"Regard novateur sur la scolarité"

18h00 - Si je te cherche je me trouve (1h18) de R. Diamantis, (1974), présenté par Joël VAN EFFENTERRE, monteuse du film
"Seul film réalisé par Roger Diamantis et quatre de ses amis, cette œuvre traduit sa quête existentielle face au désir de l'autre."

20h00 - Le passe montagne (1h53) de JF Stevenin, (1978) présenté par Gautier ROOS, critique de cinéma (Chaos Reign, Trois Couleurs, So Film)
"Premier chef-d'œuvre du cinéaste du cru » - Libération. JF Stevenin a été un proche ami de Roger Diamantis"


Dimanche 31 octobre

14h00 - Stranger then Paradise (1h29) de Jim Jarmush, (1984)
"Boudé par les cinémas traditionnels, ce film restera pourtant plus d'un an à l'affiche du Saint André"

16h00 - LA RENCONTRE (1h15) d'A Cavalier, (1996) - débat avec le réalisateur, ami de R. Diamantis
"Noté comme « Comédie dramatique », ce film ignoré à l'époque, s'est révélé en tant que film indépendant de référence, grâce à sa programmation audacieuse"

18h00 - Je suis Annemarie Schwarzenbach (1h35) de Véronique AUBOY (2016), débat avec la réalisatrice
"Biopic à la construction hors du commun, il trouva sa place dans les découvertes"

20h20 - FAMILY LIFE (1h50) de Ken Loach, (1971)
"Ken Loach, réalisateur de télévision, a été révélé comme cinéaste à part entière par R Diamantis"


Lundi 1er Novembre

14h00 - GORKI TCHEKHOV, 1900 (1h20) de Fabrice Caseneuve, (2017) suivi d'un débat avec le réalisateur
"Correspondance entre deux grands auteurs russes portée uniquement par des femmes"

16h00 - Aland (1h16) de Thomas Germaine - (2020) suivi d'un débat avec le réalisateur
"Premier film d'un auteur venant du théâtre mettant en scène un fait divers sans dialogue"

18h00 - A nos amours de M Pialat (1h35), (nov 83)
"Ce long-métrage Art et Essai symbolise le tournant. Désormais, les grands circuits ont mis la main sur les films art-et-essai. Roger Diamantis a dû militer pour l'avoir dans ses salles."

20h30 - Fille ou garçon mon sexe n'est pas mon genre (1h01) de Valerie Mittaux (2016) suivi d'un débat avec la réalisatrice
"Ce documentaire LGBT, boudé par les distributeurs, a trouvé son public au Saint André des Arts."


Mardi 2 Novembre

14h00 - Joyce (1h14) de M Ziegler, (2019) suivi d'un débat avec le réalisateur

"L'Œuvre de M. Ziegler, auteur authentiquement atypique, a été régulièrement montré au st André."

15h50 - CARTE BLANCHE : des films promotionnels en présence des réalisateurs. Modérateur- Pierre Monastier (rédacteur en chef du journal en ligne Profession audiovisuel)
A l'occasion de ce cinquantième anniversaire, des auteurs ont réalisé des court-métrages dédiés au Saint André. Cadeau de reconnaissance de cinéastes au cinéma.

17h30 - FORUM : cinémas indépendants parisiens, difficulté d'accès aux salles - aux films Modérateur- Pierre Monastie, (rédacteur en chef du journal en ligne Profession audiovisuel), avec des exploitants parisiens (Espace st Michel, Samuel Merles) et des distributeurs (JHR, Solaris, Swashbuckler) , Michel Gomez (mission cinéma) , Jacques Mandelbaum (critique cinéma au Monde)

19h30 - film Roger Diamantis ou la vraie vie (0h50) d'Elise Girard (2005)suivi d'un haïku (0h04) de Georges ZSIGA. En présence de la réalisatrice et du chef opérateur Renato Berta.
"Au cœur des passions du fondateur du Saint André."

Clôture avec Michel Gomez, Mission cinéma + E. Diamantis

+ cocktail

19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2021 - Tous droits réservés

WebAnalytics