Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"

Monday, April 15, 2019 19:00-21:00 CEST




Description:
Du 16 avril au 21 juillet 2019

A l'occasion du tricentenaire de sa mort, l'épouse secrète de Louis XIV, madame de Maintenon, retrouvera ses appartements au sein du château de Versailles, le temps d'une exposition dédiée, du 16 avril au 21 juillet 2019.

À l'occasion du tricentenaire de la mort de Madame de Maintenon (1635-1719), le château de Versailles met en lumière la destinée exceptionnelle de cette femme qui naquit dans une prison puis devint l'épouse du roi le plus puissant du monde. Présentée dans l'appartement que Mme de Maintenon occupa au premier étage du palais, à proximité de l'appartement du Roi, cette exposition retrace en une soixantaine d'œuvres et documents la vie de cette figure essentielle de la cour. Grâce à une scénographie évocatrice, les visiteurs pourront également redécouvrir un décor emblématique du XVIIe siècle dont aucun exemple ne subsiste à Versailles.

Après une enfance difficile et pauvre, Françoise d'Aubigné épouse à 16 ans le célèbre poète Scarron qui l'introduit dans les cercles précieux de la capitale. Devenue veuve, elle se voit confier la mission d'élever les enfants illégitimes nés des amours de Louis XIV et de Madame de Montespan. Après la légitimation des premiers enfants en 1673, Françoise d'Aubigné s'établit à la cour, et se fait apprécier du souverain. Devenue Madame de Maintenon, elle épouse Louis XIV à la suite de la disgrâce de la précédente favorite et de la mort de la reine Marie-Thérèse. En 1686, aboutissement de son œuvre d'éducatrice, elle est à l'origine de la maison royale d'éducation de Saint-Louis à Saint-Cyr qui accueille les jeunes filles pauvres de la noblesse de France et leur délivre un programme pédagogique d'une grande modernité. Qu'elle fût décriée ou admirée, Madame de Maintenon continue aujourd'hui à fasciner.

L'exposition

Première exposition entièrement consacrée à la marquise de Maintenon, présentée à l'occasion du tricentenaire de sa mort, le 15 avril 1719, celle-ci retrace la destinée exceptionnelle de cette femme, Françoise d'Aubigné, née dans une prison et devenue l'épouse du Roi-Soleil en 1683.

Tableaux, dessins, gravures, livres, sculptures, médailles... Une soixantaine d'œuvres - issues des collections de Versailles et de musées extérieurs - évoque les différentes étapes de sa vie, à travers un parcours suivant l'enfilade des quatre pièces de l'appartement qu'elle occupe entre 1680 et 1715, au 1er étage du corps central du Château.

Décor retrouvé

La scénographie permet d'ailleurs aux murs d'être parés de leurs couleurs d'époque. Richement tendus de lés de soie alternés : damas rouge, damas cramoisi et taffetas rouge pour la seconde antichambre ; damas vert et or pour la chambre ; damas cramoisi et fleurs d'or pour le Grand cabinet ; comme le précisent les inventaires du Garde Meuble de 1708. Une installation rendue possible grâce à la restitution de ces tentures par la plus ancienne manufacture de soieries fondée à Lyon par Louis XIV, Tassinari et Chatel.

Une scénographie évocatrice pour un appartement à redécouvrir

L'exposition est l'occasion d'ouvrir au public l'appartement de Madame de Maintenon et d'y présenter une évocation de ce qui fut son environnement lorsqu'elle occupa les lieux de 1680 à 1715. Relativement modeste au regard des appartements royaux et princiers, le logement est situé à un emplacement prisé et exceptionnel, au premier étage du corps central du palais, tout proche de l'appartement du Roi. L'espace a subi de nombreuses métamorphoses pour les occupants postérieurs à Madame de Maintenon, et surtout à cause des travaux de transformation du palais en musée dédié à toutes les gloires de la France, par Louis-Philippe au XIXe siècle. Pour cette exposition, tableaux, dessins, gravures, livres, sculptures, médailles et documents inédits sont présentés dans les différentes pièces de l'appartement et retracent la destinée de Madame de Maintenon.
La scénographie, particulièrement évocatrice grâce à la restitution des tentures murales, permet de recréer l'ambiance colorée de cette suite de pièces, discrètes mais raffinées, à l'image de leur occupante.Le tissage a été réalisé par Tassinari et Chatel - la plus ancienne manufacture de soieries fondée à Lyon par Louis XIV - à partir de la description figurant dans l'inventaire de 1708 du Garde-Meuble de la Couronne. à cette date, les murs de l'appartement de Madame de Maintenon étaient richement tendus de soieries, réparties en lés alternés dans la plupart des pièces : rouge et brocatelle de Venise pour la première antichambre, rouge et or pour la chambre et le grand cabinet.
Ce type de décor emblématique du XVIIe siècle ayant aujourd'hui disparu à Versailles, l'exposition est l'occasion unique pour les visiteurs de pouvoir admirer l'intérieur d'un appartement de courtisan au Grand Siècle.

Autour de l'exposition

A l'occasion de l'exposition, s'est tenu du 21 au 23 mars 2019 le colloque international "Madame de Maintenon (1719-2019)". Organisé par le Centre de Recherche du Château de Versailles, en collaboration avec l'université de Nantes (AMO) et la La Société Internationale pour l'Étude des Femmes de l'Ancien Régime (SIEFAR), ce colloque a été l'occasion de faire le point sur ce personnage aux multiples facettes en traitant aussi bien des aspects biographiques de la marquise que de sa correspondance ou encore de sa légende littéraire et iconographique.

Commissariat de l'exposition
Alexandre Maral, conservateur général du patrimoine et directeur du Centre de recherche du château de Versailles
Mathieu da Vinha, directeur scientifique du Centre de recherche du château de Versailles.

Scénographie : Jérôme Dumoux

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Françoise d'Aubigné, marquise de Maintenon (1635-1719) en sainte Françoise romaine
par Pierre Mignard dit le Romain
vers 1694
Le portrait de madame de Maintenon a été peint par Pierre Mignard vers 1694. Elle s'y est mise en scène en sainte Françoise romaine, sa patronne. Le livre qu'elle tient ouvert a été rédigé par la sainte, et le passage inscrit en lettres d'or indique la miraculeuse approbation divine. Le sablier fait référence à la rapidité avec laquelle la sainte a suivi les commandements de dieu. La lumière dorée, dans l'angle supérieur gauche de la composition, évoque avec discrétion l'accomplissement du miracle. Les couleurs (bleu et or) et la richesse de l'habit constituent probablement une allusion à son mariage avec Louis XIV en 1683. La main portée sur la poitrine signifie la sincérité de l'engagement religieux de la sainte. N.M.

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Françoise d'Aubigné, marquise de Maintenon (1635-1719), et sa nièce Françoise d'Aubigné, future duchesse de Noailles
par Louis Elle le Jeune
vers 1689
Françoise d'Aubigné, petite fille du poète Agrippa d'Aubigné, avait été l'épouse de l'écrivain burlesque Paul Scarron avant de prendre soin des enfants illégitimes de Louis XIV : elle sut séduire le roi, devint marquise de Maintenon avant d'épouser morganatiquement le roi en 1683. Elle est peinte assise dans un grand fauteuil donnant la main à sa nièce, Françoise. Les bâtiments de la Maison d'Education de Saint-Cyr, la grande oeuvre de madame de Maintenon, sont représentés à l'arrière-plan à gauche. Le peintre a insité sur le jeu des contrastes : jeunesse et âge mur, satin blanc et satin noir. N.M.

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Le château de Maintenon du côté de l'entrée ; Le château de Maintenon du côté du jardin
Anonyme France XVIIe siècle (graveur)

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Vue générale de l'entrée de la maison des dames de Saint-Cyr proche de Versailles
Pierre Aveline l'Ancien

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Louis XIV tenant le plan de la maison royale de Saint-Cyr
par Nicolas-René Jollain
Le roi, en costume en sacre, est ici portraituré en fondateur de Saint-Cyr, dont il désigne les plans tracés par Hardouin-Mansart. La première pierre de la maison d'éducation avait été posée le 25 avril 1685 et le roi avait signé les lettres patentes instituant la « communauté Saint-Louis de Saint-Cyr » le 2 juin 1686 : les dames faisaient vœu de pauvreté, de chasteté et d'obéissance et celui de se consacrer à l'éducation des demoiselles ; ces dernières, au nombre de 250, devaient séjourner à Saint-Cyr de sept ans jusqu'à vingt ; au sortir de la maison, elles seraient mariées à de jeunes gentilshommes ou entreraient au couvent. L'inauguration de la nouvelle maison eut lieu le 2 août 1686.

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Portrait de Françoise d'Aubigné, d'après Pierre Mignard
Entre 1660 et 1673, Niort, Musée Bernard d'Agesci
© Collections du musée Bernard d'Agesci - Niort Agglo

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Françoise d'Aubigné, veuve Scarron et les deux premiers enfants du roi et de Madame de Montespan
Attribué à Pierre Mignard (1612-1695)
Huile sur toile
Maintenon, château de Maintenon
Françoise Scarron est représentée ici en Vierge Marie. Elle occupe la position de gouvernante des enfants nés des amours du Roi et de Madame de Montespan depuis 1669. On la voit en compagnie des deux premiers enfants connus - une première fille était née en 1669 et morte en 1672 - du couple adultérin, soit Louis Auguste (1670-1736) et Louis-César (1672- 1683), tous deux légitimés en décembre 1673, sous le nom, respectivement de duc du Maine et de comte de Vexin. Le processus a été habile car si le nom de Louis XIV apparait bien sur les lettres de légitimation, celui de la mère fut omis par crainte de Monsieur de Montespan, en droit de réclamer les enfants réputé juridiquement les siens puisque ceux de sa femme...
En l'absence de la représentation de leur première sœur mais aussi de leur deuxième sœur, Louise Françoise (1673-1743), légitimée plus tard sous le nom de Mademoiselle de Nantes, et future princesse de Condé, on peut supposer que ce tableau date des années 1673-1674. Cette toile est d'une grande importance ; elle est peinte au moment où Louis XIV officialise l'existence de ses bâtards et, par conséquent, également celle de leur gouvernante, laquelle apparaît alors dans la pleine lumière de la cour. Radieuse, Françoise Scarron tient dans ses bras le comte de Vexin (en saint Jean-Baptiste), tandis que le duc du Maine, enfant chéri de la gouvernante, est représenté en jeune berger (Jésus) à sa gauche.

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Pierre le Grand rendant visite à Madame de Maintenon
Thérèse de Champ-Renaud (1861-1921)
Vers 1890
Huile sur toile
Maintenon, château de Maintenon
Le 11 juin 1717, lors de son séjour en France, le tsar Pierre le Grand, tenant à rendre hommage à Madame de Maintenon, se rend à Saint-Cyr, qu'il visite en détail.
Selon les mémoires de Saint-Simon, le tsar se contente d'écarter les rideaux du lit de la marquise et, après l'avoir toisée, s'éloigne sans rien dire. Selon Madame de Maintenon qui relate cette visite dans sa correspondance, il s'assied au pied de son lit, lui demande si elle est malade et, à sa réponse affirmative, l'interroge sur la nature de son mal: « Une grande vieillesse » répond elle. « Il ne savait que me dire, et son truchement ne paraissait pas m'entendre. Sa visite a été fort courte [...]. Le tzar a fait un peu ouvrir le pied de mon lit pour me voir. » Selon une autre source, il dit d'elle : « Elle a trop de mérite, trop rendu de services au roi et à la France. »

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Le Ravissement de Saint Paul, Nicolas Poussin
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / S. Maréchall

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Petit livre secret Françoise d'Aubigné 1703-1709 Reliure XVIII e siècle, peau mégissée retournée, dos à cinq nerfs orné de caissons à fleurons et d'une pièce de titre « Aoust », chasses et chants dorés Ex-libris de la Bibliothèque du grand séminaire de Versailles H. 12.5 ; L. 8.5 cm
Versailles, bibliothèque municipale, Manuscrits, Ms P 40, f. 70
© Christophe Fouin

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Agrippa d'Aubigné

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Mme de Maintenon déguisée en moine

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Le Camp de Compiègne
Anonyme (graveur), Jacques Langlois (éditeur)
Almanach pour l'année 1699 : Le camp et le siège de Compiègne, commandé par Monsieur le duc de Bourgogne où le roi donne une magnifique représentation de toutes les parties de l'art militaire
1699, Gravure, H. 83.3 ; L. 59.5 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, Histoire, Sciences de l'homme, RESERVE QB-201(171, 14)-FT 5
© Bibliothèque nationale de France

Vernissage de l'exposition "Madame de Maintenon - Dans les allées du pouvoir"
Acte de baptême de Françoise d'Aubigné
28 novembre 1635
Document manuscrit
Niort, archives municipales, fonds ancien de la Ville de Niort conservé aux Archives départementales des Deux-Sèvres
© Niort Agglo, Bruno Derbord
L'acte de baptême de Françoise d'Aubigné est conservé dans les registres paroissiaux de Notre-Dame de Niort. Il y est précisé qu'elle était la fille de M[essi]re Constant d'Aubigny seigneur d'Aubigny et du Suirimeau [Surimeau] et de dame Jehanne De Cardillac. [...]
Malgré une arrivée au monde dans le dénuement le plus total en raison des mauvaises affaires menées par son père - alors enfermé dans la prison de Niort, dans la conciergerie de laquelle elle est supposée avoir vu le jour-, la future Madame de Maintenon peut compter sur deux prestigieux témoins lors de sa naissance.
En effet, son parrain n'est autre que François de La Rochefoucauld, fils de Benjamin, comte d'Estissac, et cousin de l'auteur des Maximes, tandis que sa marraine est Suzanne de Baudéan, future duchesse de Navailles et dame d'honneur de la reine Marie-Thérèse. Alors que la mère de sa marraine, Madame de Neuillan, obtient la tutelle de Françoise en 1648 pour l'arracher au milieu protestant dans lequel elle baignait chez sa tante Louise-Arthémise de Villette après la mort de Constant d'Aubigné, l'année précédente, la prude duchesse de Navailles se fera renvoyer en 1664 de la cour pour avoir fait murer la porte qu'empruntait Louis XIV lors de ses pérégrinations nocturnes et amoureuses pour se rendre dans l'appartement des filles d'honneur de la reine...
Location:
Château de Versailles (Click here to get informations about Château de Versailles)
Place d'Armes
78000 Versailles
M° Gares SNCF de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 30 83 78 00
Mail : direction.public@chateauversailles.fr
Twitter account : CVersailles
Instagram account : chateauversailles
Internet Site : www.chateauversailles.fr

Open the map in a new tab
Date: Monday, April 15, 2019
Time: 19:00-21:00 CEST
Duration: 2 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Madame de Maintenon
Number of times displayed: 232

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés