Vernissage d'Haim Steinbach

Saturday, November 10, 2007 18:00-21:00 CET




Description:
10 novembre 2007 - 5 janvier 2008
du mardi au samedi, de 11h à 19h

Vernissage, samedi 10 novembre
Performance de 18h30 à 19h30

Haim Steinbach est une figure incontournable de l'art d'aujourd'hui. Apparu sur la scène artistique à la fin des années soixante-dix à New York, très présent en France au milieu des années 80, en témoigne l'exposition personnelle que lui a consacrée le CAPC de Bordeaux sous la direction de Jean-Louis Froment en 1988, l'oeuvre de Haim Steinbach s'inscrit de manière pertinente et précise dans l'histoire de la représentation contemporaine.

L'un des paradigmes critiques que son travail soulève interroge notre relation aux objets. Il questionne leur omniprésence et leur place dans notre relation au monde. Que ce soit des objets manufacturés de la grande distribution et de l'industrie du luxe, ou encore ceux de collection, de brocante et de mémoire. Par les dispositifs de présentation auxquels il les soumet et nous les fait percevoir, par les correspondances qu'il établit, il génère un faisceau d'associations, de souvenirs et de projections mentales, sans fin, ni hiérarchie, où chaque spectateur se retrouve confronté à ses propres interrogations, à ses propres grilles de lecture et d'analyse.

Ainsi, son oeuvre constitue sans aucun doute l'une des positions les plus radicales et les plus justes en regard de la place et du rôle central que notre société assigne aux objets, que ce soit à travers la culture consumériste et mercantile du monde et la séduction du néant que les objets nous imposent, mais aussi à travers les processus d'identité et de projection présents dans le processus de la collection et des souvenirs.

Pour cette nouvelle exposition à Paris, la première à la Galerie Laurent Godin, Haim Steinbach renoue en partie avec l'origine même de son travail et notamment l'installation à l'Artists Space de New York en 1979, où étaient présentés des dispositifs associant des papiers peints collés aux murs et des objets personnels d'amis de l'artiste, posés sur des étagères.
Ici, pour la première fois, il s'empare de produit alimentaire, il supprime l'étagère, à laquelle il substitue une simple peinture murale, et suspend dans l'espace un ensemble de jambons crus d'Auvergne, dont l'étrange et spectaculaire plasticité interrogent notre rapport à la fascinante dualité des choses. D'un côté, objet de gourmandise et de désir, d'un autre objet étrange et répugnant que ces morceaux de corps morts...

Deux oeuvres plus classiques accompagnent cette installation. La première « heather legacy » juxtapose une citrouille d'Halloween à deux flasques décorée d'un visage hurlant, dans le style de l'imagerie Heavy Metal. L'autre oeuvre « painted surface » associe un cône de métal renversé provenant d'un cimetière et généralement utilisé comme vase pour fleurir les tombes et un plat en céramique dans lequel sont disposés douze boules de pierre servant à moudre la couleur.

« Autant que je puisse m'en souvenir, ma première impression de l'Ambassade d'Auvergne relève de l'olfactif. Mais, de manière notable, ce qui m'a saisi là n'était pas tant le sens d'une odeur, mais le sens de la vision, et je me rappelle comment d'une manière ou d'une autre, j'ai aussi été frappé d'un profond sentiment d'horreur et de crainte révérencielle, comme du bon et du mauvais goût à la fois. Je crois que c'est l'odeur qui a capté mon oeil, et pourtant je ne me rappelle pas avoir senti quoi que ce soit ! Toutefois, je prévois que ce qui peut bien l'emporter dans le travail que j'entends créer pour l'exposition serait de l'ordre de l'olfactif. Comment se fait-il que la matière organique qui pourrit, se décompose, puisse transcender la vie et la mort et d'une certaine façon, atteindre au sublime ? Comme se fait-il qu'être en présence d'un morceau de cochon mort puisse devenir une expérience des plus délicieuses ? De toute évidence, la culture en tant que force a la capacité de transmuer en beauté n'importe quelle chose affreuse, étrange et offensante, ou est-ce la beauté qui peut tomber amoureuse de la bête ? D'un autre point de vue, il est possible que l'exposition que je prépare porte sur l'amélioration par la gastronomie de l'horreur de la pourriture associée à la mort.
Début juillet dernier, je suis allé à Paris pour voir l'espace de la galerie Laurent Godin. Ensuite, Laurent m'a emmené déjeuner à l'Ambassade d'Auvergne, de l'autre côté de la rue. C'était un restaurant français traditionnel, avec un mobilier qui, bien que mis à jour côté style, évoquait néanmoins l'atmosphère d'une taverne d'autrefois. Mais ce qui était le plus remarquable dans cette dualité, c'était les pattes de cochons fumées suspendues ça et là au plafond ; conception, extinction, naturel, surnaturel... »

Haim Steinbach - extrait de l'interview avec Nicolas Trembley - A paraître dans Numéro - décembre 2007.
Location:
Galerie Laurent Godin (Click here to get informations about Galerie Laurent Godin)
5, rue du Grenier Saint-Lazare
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 71 10 66
Fax : +33 (0)1 42 71 10 77
Mail : info@laurentgodin.com
Twitter account : GalerieLGodin
Instagram account : laurentgodingalerie
Internet Site : www.laurentgodin.com

Open the map in a new tab
Date: Saturday, November 10, 2007
Time: 18:00-21:00 CET
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Haim Steinbach
Number of times displayed: 1646

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés