Vernissage de Margaret Dearing "Là"

Friday, January 17, 2020 18:00-21:00 CET




Description:
Du 18 janvier au 8 février 2020

L'ensemble photographique Là est né de rencontres avec des adolescents du pays du Clermontois, lors d'une résidence de 6 mois incluant interventions pédagogiques et création photographique avec diaphane Diaphane, pôle photographique dans les Hauts de France.
Ils ont 14 ou 15 ans, vont au collège ou au lycée. Ils ne sont plus des enfants mais pas encore des adultes. Certains s'orientent déjà vers des métiers, d'autres poursuivront des études plus longues. Ils ont envie d'indépendance. Ils sont souvent tributaires des parents, du car qui les emmène à l'école pour se déplacer. Ils m'ont emmenée dans des lieux choisis dans leur établissement scolaire, ou bien là où ils se détendent, traînent avec leur amis pour que je les photographie. Ils m'ont parlé de leur quotidien, du regard des autres qui est important à cet âge. Autour d'eux, il y a des champs et des bois; des villages et une ville qui se sont étendus avec la construction de quartiers pavillonnaires ou d'immeubles d'habitat collectifs. De l'hiver à l'été, la végétation est omniprésente : elle est en sommeil, elle est coupée, elle pousse.
Là articule une séquence confrontant portraits et espaces extraits de l'environnement construit de ce territoire, de saison en saison. Là pourrait renvoyer à un territoire rural ou périurbain indéfini du Nord de la France, par la représentation d'architectures récurrentes, familières, sans qualité. Les images des lieux révèlent des zones entre-deux, des limites, des passages. Les portraits suggèrent des états émotifs, entre la présence et l'absence, entre la conscience de sa propre image et la possibilité qu'elle échappe.

Margaret Dearing


Parcourant le territoire du Clermontois dans le cadre d'une résidence, Margaret Dearing s'est attachée dans cet ensemble à alterner paysages et portraits d'adolescents vivant dans ces espaces périurbains.
Ils sont là sans vraiment être ici, figés dans un décor relativement neutre et artificiel, dans une recherche d'identité propre à leur jeunesse en attendant d'être indépendants. Margaret Dearing met à distance ces personnages et instaure un dialogue imaginaire dans leur confrontation aux paysages. Les espaces qu'elle décrit, à la frange de l'urbain et du rural, sont construits d'accumulations de pavillons standardisés où règne la haie de tuyas comme signe de la propriété privée. Ce que Margaret Dearing discerne à la marge est aussi ce que l'on ne veut pas voir d'une société en mutation, où le travail s'exerce à distance au rythme des transports en commun. Des parents qui rentrent tard et se lèvent tôt, des enfants qui se retrouvent souvent seuls, là où ils n'ont pas forcement voulu vivre.
La séquence de Margaret Dearing évoque aussi pour cette jeunesse l'emprise que l'image peut avoir dans la construction de l'identité. Ce garçon qui se met en scène avec son téléphone portable fictionne sûrement une vie de substitution sur les réseaux sociaux. A l'heure de l'omniprésence du selfie et de la maîtrise orchestrée de sa propre image, les portraits de Margaret Dearing sont aussi des contre-représentations face aux images stéréotypés qui s'imposent sur les réseaux sociaux, et attestent d'une présence au monde où règne le ici et maintenant.

Fred Boucher


Née en 1979, Margaret Dearing vit et travaille à Paris. Diplômée de l'Ecole nationale supérieure d'arts de Paris-Cergy en 2001, puis de l'École nationale supérieure de la photographie, à Arles, en 2004, elle compose des ensembles de photographies autour de questions liées à l'architecture, l'urbanisme, au paysage - l'organisation des espaces et des circulations, les relations formelles, temporelles entre les espaces construits ou naturels, les traces de l'entropie, la difficulté à habiter un lieu. Son travail de prise de vue et d'accrochage, sous-tendu par l'idée de traduire une étendue, un flux, un continuum, confère un caractère d'immuabilité, de pérennité à ces petits riens, ce quotidien a priori plutôt dérisoire et transitoire.

Ses photographies ont été présentées lors d'expositions personnelles aux Photaumnales (2019), à la galerie Lumière d'Encre, et à la Maison Diaphane (2018), à la Couleuvre (2016), à la Progress Gallery (2015), au Pavillon à Pantin (2011). En 2018 et 2019 elle est en résidence avec Diaphane, pôle photographique en Hauts de France : à Clermont de l'Oise puis à Creil. En 2019 elle travaille sur la commande «Flux, une société en mouvement » du Centre National des Arts Plastiques, qui sera présentée aux prochaines Photaumnales en septembre 2020.

Vernissage de Margaret Dearing "Là"
Location:
Progress Gallery (Click here to get informations about Progress Gallery)
4 bis, passage de la Fonderie
accès au niveau du 72, rue Jean-Pierre Timbaud
code : porte ou B288
75011 Paris
M° Parmentier, Goncourt, Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 70 23 30 20
Mobile : +33 (0)6 98 02 72 80
Internet Site : www.progressgallery.com

Open the map in a new tab
Date: Friday, January 17, 2020
Time: 18:00-21:00 CET
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Margaret Dearing
Number of times displayed: 290

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés