Vernissage d'Ivan Messac "Le Grand écart - Hommage à V. Maïakovski"

Tuesday, December 4, 2007 18:00-21:00 CET




Description:
du 4 décembre au 24 janvier
Ouverture au public: Mar-Sam: 11h/13h-14h/19h
Bureaux: Lun-Sam: 11h/13h-14h/19h

En 1989 Ivan Messac prépare un thé futuriste en hommage à Vladimir Maïakovski. Il dessine une affiche, il esquisse un service à thé et tourne une vidéo La voix du poète brise les théières mettant en scène la voix de Maïakovski.

L'histoire de sa famille a rendu Ivan Messac extrêmement sensible à l'enthousiasme et la créativité que génèrent les bouleversements politiques ainsi qu'aux désillusions qui inéluctablement les accompagnent. En 2007, Messac reprend son projet ; au cœur du tohu-bohu, il fait entendre la voix du poète, amplifiée et symbolisée par un Porte-voix. C'est cette voix qui semble surgir (comme si la peinture pouvait émettre des sons) de son tableau Le nuage en pantalon montrant Maïakovski lisant « Ça va bien ! ».*

C'est une voix tragi-comique qu'il nous fait entendre. Avec des faucilles et des marteaux stylisés, il dessine un projet de signalétique pour WC constructiviste. Pour faire quelque chose d'utile, nous dit-il !

Avec le Grand Écart (titre d'un grand triptyque), Messac reprend-il un accent dramatique ? Non, car le Grand Écart, s'il représente pour lui le fossé qui sépare art et politique, n'en reste pas moins la figure chorégraphique qui exprime simultanément souffrance et jouissance. C'est la vie même quand elle est vécue avec passion (L'irrésistible tentation du serpent constructiviste).

Outre les œuvres de 1989, l'exposition réunira dans une première salle les objets indispensables à toute activité poétique (service à thé, porte-voix, vodka VMV...) ainsi que des dessins parmi lesquels le catalogue de la marque ÇAVA fournisseur des poètes depuis 1893.** La grande salle accueillera le triptyque Le Grand Écart et des tableaux/sculptures dont le portrait de Maïakovski intitulé Chapeau bas devant le monument constructiviste. Ce monument est-il la faucille et le marteau fleuris sur lesquels s'appuient les pieds du poète ou le chapeau jaune en bas-relief, qui domine la composition ? À l'étage inférieur sera projetée la vidéo de 1989 dans laquelle on entend la voix de Maïakovski.

*Titre d'un poème de V. Maïakovski
**Date de naissance de Maïakovski

Édition d'un catalogue, textes de Richard Leydier et Jean-François Bory

NOTE SUR LA VIE ET L'ŒUVRE DE VLADIMIR MAÏAKOVSKI

V. Maïakovski est né le 7 juillet 1893.

Poète de la Révolution, il ne fut pas celui de l'appareil d'État. En effet, en 1921 alors qu'il jouit d'une immense renommée, Lénine lui-même désapprouve l'édition de 150 000 000* à 5 000 exemplaires.
En 1910, Maïakovski entre aux Beaux-arts de Moscou où il fait la connaissance de David Bourliouk figure emblématique du Futurisme russe avec qui il signe le manifeste « Gifle au goût public ». Il adhère au parti ouvrier social-démocrate de Russie, écrit des poésies dont les mots n'empruntent rien aux salons littéraires.
Vous qui passez d'une orgie à l'autre
avec vos salles de bain, vos chauds water-closets,
n'avez-vous pas honte d'éplucher dans les gazettes
la liste de médaillés de Saint-Georges ?
En 1915 il rencontre Lili Brik qu'il aimera passionnément. Par la même occasion, il fait la connaissance d'Ossip Brik, poète et mari de Lili, qui lui aussi tombe sous le charme du personnage et de la poésie de Maïakovski.

Son engagement révolutionnaire sera total, comme son œuvre. Il produit des milliers de vers, mais aussi des pièces de théâtre, des scénarii de cinéma, des textes publicitaires pour les affiches dessinées par A. Rodtchenko, des centaines de dessins de propagande pour l'agence Rosta, il anime des revues, parcourt la Russie, voyage en France, en Amérique, au Mexique (Du monde, j'ai fait le tour) et partout il lit ses poèmes, donne des conférences, et tombe amoureux à la première occasion. Il lit à pleine voix, devant des foules entières auxquelles il adresse un message universel et cosmique. Constructiviste et Futuriste à la fois il appelle de ses vœux un avenir radieux. Il fait parler les routes :
« ...
Nous voulons nous répandre en flot d'asphalte,
tassés sous le poids des express.
... »
Son énergie est indéniable, son charisme ne l'est pas moins, et sa légende s'écrit de son vivant. Son génie ? Il invente un langage poétique qu'il débarrasse de son emphase, il y introduit la violence du parler familier et la beauté électrique du télégraphe :
Honorés
camarades qui viendrez après nous !
En fouillant
la merde pétrifiée
d'aujourd'hui,
pour étudier les ténèbres de nos jours,
peut-être
demanderez-vous aussi
qui j'étais.

Tracasseries administratives, fossé qui se creuse entre les avant-gardes coupées des masses et l'académisme du réalisme socialiste, déceptions amoureuses. Avenir illusoire qui tarde à se réaliser. Le 14 avril 1930, Vladimir Maïakovski se tire une balle dans la poitrine. « Comme on dit Le canot de l'amour s'est brisé sur la vie quotidienne ».
L'homme vacille, l'œuvre scintille, puis brille et finalement perce comme un phare (Maïak en russe) la nuit et les brouillards du temps et de l'espace.

*poème de V. Maïakovski.

Vernissage d'Ivan Messac "Le Grand écart - Hommage à V. Maïakovski"
Location:
Galerie Orel Art (Click here to get informations about Galerie Orel Art)
40, rue Quincampoix
75004 Paris
M° de Ville, Châtelet
France
Mail : orelart@hotmail.com
Internet Site : www.orelart.com

Open the map in a new tab
Date: Tuesday, December 4, 2007
Time: 18:00-21:00 CET
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Ivan Messac
Number of times displayed: 1746

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés