Vernissage de Guillaume Cabantous "un état sauvage"

Friday, February 1, 2008 18:00-21:00 CET




Description:
Du 31 janvier au 8 mars 2008
Vernissage le vendredi 1er février 2008

Guillaume Cabantous sculpte le verre, mais c'est en le brisant qu'il lui donne forme. Invariablement, son œuvre récente a pour module de base le pare-brise de voiture, cette surface de verre trapézoïdale de 80 x 140 cm, qu'il plie et accumule sur des squelettes de poteaux d'échafaudages. Métal mal dépoli, poutres de bois vieilli et verre brisé, la pauvreté des matériaux qu'il utilise n'est pas sans rappeler la beauté austère des œuvres de l'Arte Povera dont il assume la filiation et embrasse la spiritualité. Mais l'originalité de son oeuvre tient surtout à sa manière unique de traiter le verre comme un drapé classique, car si le geste semble spontané, le pli est en fait rigoureusement étudié pour qu'il tombe bien. Suspendu comme une veste à un portemanteau, ou posé en équilibre sur une barre de danse, Guillaume Cabantous détourne le matériau et nous confond dans l'illusion de légèreté et de souplesse.
« Je travaille à partir de patrons en papiers avec lesquels j'étudie la notion de pliage. Comment vais-je casser les pares-brises pour obtenir le résultat souhaité. Je ne cherche pas à représenter l'accident, mais ce qui m'intéresse est de travailler avec.» Deleuze parle de l'inflexion comme l'élément génétique idéal du pli, un point « non dimensionnel », « entre les dimensions(1) ». « Un événement qui serait attente d'événement ? ». Pourtant il y a un avant. Un instant où le bruit du verre qui éclate parvient jusqu'à nous. Une tension, le verre et l'acier, un textile ou une peau, une carcasse jetée où résonne la fragilité. Vibration d'un réseau de lignes qui s'étalent et crée « l'étoilement ». « C'est cela un étoilement : quelque chose comme un symptôme. Je veux dire ce paradoxe de temps et d'espace qui veut que les lignes de force soient en même temps des lignes de faille(2). »
Ici la force est présence et non pas action. De là naît un certain fragilisme(3) qui décline la vulnérabilité comme une force. Mais il est aussi question de lumière et de réflexion, de résonance encore.
Lumière du matériau qui diffracte les lignes, dédouble l'illusion, caresse et dévoile la transparence d'un être dénudé. La part du hasard et de l'improvisation reste fugace dans cette démarche volontaire. S'inscrire dans le lieu devient alors le moment où après un entraînement assidu la création se « déplie ». Les gestes ont été répétés, le dessin s'est déployé sur de nombreux « plans » et lorsque l'artiste s'approprie l'espace d'exposition, son acte créateur est direct : unique essai, droit au but : la brisure devient éclat, la trace fait forme : « C'est un véritable combat de boxe, lorsque je monte sur le ring, je n'ai pas droit à l'erreur. »

1-Gilles Deleuze, Le Pli, les éditions de minuit, 1988, p.21.
2-Georges Didi-Huberman, L'étoilement, Les éditions de minuit, 1998, p.92.
3-En référence au néologisme créer pour l'exposition Fragilisme, à la Fondation Cartier en 2002, et qui désigne un projet esthétique fondé sur la nature fragile et transitoire de toutes choses.
Location:
Galerie Odile Ouizeman (Click here to get informations about Galerie Odile Ouizeman)
10-12, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 71 91 89
Fax : +33 (0)1 42 71 94 13
Mail : contact@galerieouizeman.com
Twitter account : GOuizeman
Instagram account : galerieodileouizeman
Internet Site : www.galerieouizeman.com

Open the map in a new tab
Date: Friday, February 1, 2008
Time: 18:00-21:00 CET
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Guillaume Cabantous
Number of times displayed: 1595

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics