Finissage de Christine Laquet "soubresaut déplacé"

Monday, March 10, 2008 18:30-21:00 CET




Description:
DU 31 JANVIER AU 10 MARS
VERNISSAGE LE JEUDI 31 JANVIER A PARTIR DE 18H


C.LAQUET 2007 mes petits anges déchus

Soubresaut déplacé est la suite de l'exposition inaugurée en Thaïlande en mai 2007, à la Bangkok University Gallery intitulée Qui veut faire l'ange, fait la bête.

Invitée par le commissaire d'exposition Ark Fongsmut, Christine Laquet s'est inspirée du contexte pour créer une exposition in-situ. Son point de départ était lié à la traduction littérale de Bangkok, qui signifie La cité des anges. La considération de l'ange diffère surtout en un point précis entre l'orient et l'occident, puisque l'ange déchu n'est notoirement pas présent en orient... La chute de l'ange renvoie à celle de l'homme.

Dans ce nouveau contexte parisien, l'installation "Mes petits anges déchus" tend à prendre un nouveau sens avec le titre de l'exposition Soubresaut déplacé. Car il y a un lien exiguë avec le « saut de l'ange », qui en danse s'appelle aussi le « soubresaut déplacé », c'est un saut brusque inopiné, la chute dans son simple mouvement.

"Ma pratique artistique investit avec le même intérêt les champs biographiques, documentaires et potentiellement narratifs.

Je procède au moyen d'une archive personnelle de situations dont je suis le témoin avec pour finalité une retranscription picturale. Les peintures ainsi produites résultentd'un tressage de médiums -cadrage et détails de la photographie, traitement numérique de l'image, texture de l'aquarelle, etc.- pour générer un effet déstabilisant, accru parfois par la présence d'une intrusion nouvelle dans l'image d'une phrase ou d'un détail ajouté à la scène originale produisant une
lecture multiple. Le passage d'un médium à un autre modifie le contenu de l'image, rendant visible ce que la photographie pour ainsi dire «aplatissait» dans son évidente banalité.

Si mon travail se construit aujourd'hui dans des pièces de très grands formats représentant la nature, les grandes étendues, les paysages de neige, de forêt, un habitat isolé, des arbres fantomatiques et une étrange lumière, ... Cela rejoint des scènes vécues qui me poursuivent depuis mon enfance: le rapport de la silhouette, du corps et de l'environnement, des ballades en forêt... Tout se joue en négatif et positif et se fond comme dans un rêve. Ici, les niveaux de lecture sont multiples et tentent de conduire le spectateur dans un certain état où -grâce à au traitement de l'image, l'ajout de détails par exemple- une scène à priori paisible cache en elle une dimension malicieuse, voire incisive.
Si la capture des moments intemporels, de tranquillité parfaite, tel un "réalisme magique" se superposent dans mon travail, il n'est autre qu'un décryptage du rapport à autrui qui souligne l'ambiguïté des rapports humains et l'incongruité de certaines situations. Il s'attache à décrire des moments de flottement, de rêverie ou d'hésitation. À mes yeux le concept de « réalité » n'a pas vraiment de signification. J'estime ici que le « réel » n'existe plus que comme une « apparition », telles les traces d'une réalité morcelée » Christine Laquet.

"Les images que Christine Laquet réalise en aquarelle grand format ont l'insistance des images mentales rémanentes qui résistent. Personnages pénétrant dans la forêt, animaux sylvestres auréolés d'une lueur féerique, dans un bruissement végétal irré, traces têtues et recomposées d'un réel qui apparaît morcelé, esquissant des narrations lacunaires, dont le sens, décidément, échappe. Notre compréhension butte sur un indocile inconnu qui pourtant s'offre à nous, renouvelant constamment ses efforts. (...)
À l'instar des bêtes sauvages, ces images ne se laissent pas apprivoiser d'emblée, mais exigent du temps, d'autant qu'elle déjouent d'emblée la fascination de notre œil pour l'image leurre, celle qui reproduit le réel mieux que le réel. (..)
Les apparences sont en effet trompeuses : un cheval qui vole, Pégase improbable ; un paresseux grimaçant qui nous accueille à l'orée de la salle d'expo de Recife, au fond moins sympathique qu'il n'y paraît. Tout Eden est dangereux, et la nature déceptive de l'image nous invite à déjouer les bonheurs trop surfaits. A Pontmain, où la Vierge serait apparue à un groupe d'enfants, Laquet propose un dispositif, J'ai failli te rater, où une épiphanie de pacotille se découvre en procession, en marche lente.
Il y a beaucoup de plaisir dans le travail de cette artiste, plaisir sensible et ludique, notamment chez ces petites bestioles plumées, à la fois grotesques et agaçantes, les Miquines (prononcer [mikuins]), gigotant inlassablement au sol. La magie de l'inattendu n'a pas déserté l'univers de Christine Laquet ; il y a encore de la place et une ferveur religieuse pour écouter le brame miraculeux du cerf."
Murielle Durand-G. Extrait de « Nous avançons face à la nuit, avec un astre sur l'épaule... », texte paru dans la Revue 303 - N° spécial « Né à Nantes comme tout le monde », juin 2007


Sans titre, 2006, aquarelle, encre de chine 190 x 150 cm


La Dame Blanche, 2006


C. LAQUET
née en 1975 à Nantes
Vit et travaille à Nantes

FORMATION
2000/ 2001 Formation curatoriale Ecole du Magasin Centre National d'Art Contemporain, Grenoble
1999/ 2000 D.N.S.E.P Ecole Nationale des Beaux-Arts de Lyon
1998/ 1999 Diplôme Supérieur d'Arts Visuels, Ecole Cantonale d'Arts Visuels de Lausanne, Suisse

EXPOSITIONS PERSONNELLES
2007
Octobre « Nous sommes fortement influencés », Centre d'art LE LAIT, lycée Bellevue, Albi
Mai University Gallery Bangkok, Thailande
2006
Septembre Festival d'art visuel, invitation du MAMAM (Musée d'art moderne Aloisio Magalhaes) Recife, Brésil
Mars « Parce qu'on apprend des choses que je ne sais pas » IUFM Nantes

EXPOSITIONS COLLECTIVES
2007
Juin « plus si affinité / trans-rituel » FIAC
2006
Juin Haiku Festival, projection de vidéos, Festival Scopitone, Nantes
Février « Les faux diamants nôtent rien à la valeur des diamants fins », Rézé
La Planck, Galerie Air de Paris
2005
Décembre Galerie Ipso Facto, Nantes
Octobre Le château d'Adhémar, Centre d'Art Contemporain, Montélimar
Septembre « Rendez-Vous » Galerie des Terreaux, Parcours Résonance
Biennale d'Art Contemporain de Lyon Expérience de la durée
Festival International Cinéma Nouvelle Génération, projection de vidéos, Les Subsistances, Lyon
juin - Marathon d'un film d'animation, IUFM, Nantes
Mai « Idéale Résidence Mobile », le lieu unique, Nantes
Avril « Draw ! », Galerie du Jour Agnès B., Paris
« Transgressing Systems », Innsbruck, Autriche
« Ecart II », Lyon

BOURSES / RESIDENCES / PROJETS
Résidence d'artiste internationale ART OMI, Ghent, New York, été 2007
Résidence d'artiste, Centre d'Art Cimaise et portique au lycée Bellevue, Albi 2007
Résidence d'artiste, MAMAM (Musée d'Art Moderne Aloisio Magalhaes) Recife, Brésil 2006
Résidence d'artiste de Moly-Sabata, Fondation Albert Gleizes, Sablons en partenariat avec le Musée d'Art Contemporain de Lyon été 2005
Résidence d'artiste, IUFM de Nantes 2004-2005
Bourse du Centre National de la Cinématographie, DICREAM - Aide à la maquette 2004
Groupe de Recherche Multipoint, membre fondateur, Nantes 2002-2003
Post-Diplôme, ERBAN Ecole Régionale des Beaux Arts de Nantes 2001-2002
Bourse de la Région Rhône-Alpes, ECAL Lausanne, Suisse 1998-1999

Membre actif et fondateur de Contrechamp, programmation de films issus des champs du cinéma et des arts-visuels, Le Cinématographe, Nantes
Assistante d'artiste Liam GILLICK Londres, Haim STEINBACH Lyon, John TREMBLAY New York
Location:
Sycomore Art (Click here to get informations about Sycomore Art)
7, rue Geoffroy Marie
75009 Paris
M° Grands Boulevards, Le Peletier, Cadet
France
Mail : galerie@sycomoreart.com
Internet Site : www.sycomoreart.com

Open the map in a new tab
Date: Monday, March 10, 2008
Time: 18:30-21:00 CET
Duration: 2 hours 30 minutes
Category: Art & exhibition opening*
Number of times displayed: 2943

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés