Vernissage de Caroline Lejeune "Brûler ou durer, a vanishing world"

Saturday, June 14, 2008 18:00-21:00 CEST




Description:
14 Juin - 31 Juillet
du mardi au samedi de 11h à 19h
Vernissage le 14 juin 2008 (18h - 21h)
Signature de GRRIS
(éditions Virginie Boissière, distribution Paris Musée)

Interruption du 22 juin au 2 juillet 2008

Il y avait une forêt originelle : Miracle Forest. Cette forêt était peuplée de banians, ces arbres dont les branches deviennent des racines qui deviennent à leur tour des branches, et ainsi de suite. Certains de ces arbres peuvent s'étendrent sur plusieurs kilomètres.
Lorsque je suis entrée dans cette forêt, je n'ai vu que méandres inextricables, une complexité décourageante. Cet arbre était impossible à peindre et représentait pourtant la quintessence de mon ambition picturale. Face à la complexité du monde, comment trouver une harmonie ou tout au moins un chemin ? Comme à chaque fois j'ai pris des photos - que j'utilise comme matière première. Ce n'est que longtemps après que j'ai pu les affronter.

Car peindre d'après photographie est pour moi insuffler mon énergie et ma pensée à l'image brute. Ma main et mon cœur, dans une sorte de sentiment océanique, déposent sur la toile des touches de peintures, sans vraiment savoir comment. Je guide ma main, mais sans savoir ce qui guide. Je me déprends de mon ego. J'oppose l'objectivité du motif à la subjectivité du geste et de la matière. Vu de près on ne voit rien, et il faut se reculer, prendre de la distance pour que l'image apparaisse.

Mes paysages sont de l'ordre de la métaphore, cela ne m'intéresse pas du tout de situer les lieux que je représente. Les tableaux de paysages invitent à la contemplation, ils ouvrent une brèche. Pour les regarder nous n'avons pas besoin de nos certitudes et de notre idéalisme, ils sont une évidence du mouvement de la nature et de la vie. Et ils permettent peut-être d'accéder à notre propre désir. Pour se déprendre de tous les désirs illusoires de la société de consommation.
Récemment je suis retournée près de Miracle Forest et j'ai été frappée par le changement palpable du paysage. Il n'est presque plus le refuge que j'y avais trouvé. D'une part, les déchets s'y entassent, et d'autre part il devient « paysagé » - des plages de cocotier fleurissent pour les touristes. Ceux-ci sont les paysages auxquels il faut rêver, comme un impératif catégorique ! Étrangères à priori aux préoccupations esthétiques de l'art, les dimensions écologique et politique, malgré moi, ont rattrapées mon travail.
Et la couleur a fait irruption comme une évidence ; comme si la couleur atténuait l'effet décoratif créé par le gris.
Une dialectique s'opère à présent entre moi - comme individu -, qui ne cesse de se poser la question de brûler ou de durer, et le sort de la planète, dont on sait qu'il est compromis et menacé.
Le paysage type que je traque dans mon travail est un refuge, car il échappe à l'organisation, à tout ordre social. Il est le lieu des commencements, du désir et de l'inconscient. C'est lui, indubitablement, qui est menacé.

Caroline Lejeune, Mai 2008
Location:
Galerie Odile Ouizeman (Click here to get informations about Galerie Odile Ouizeman)
10-12, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 71 91 89
Fax : +33 (0)1 42 71 94 13
Mail : contact@galerieouizeman.com
Twitter account : GOuizeman
Instagram account : galerieodileouizeman
Internet Site : www.galerieouizeman.com

Open the map in a new tab
Date: Saturday, June 14, 2008
Time: 18:00-21:00 CEST
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Caroline Lejeune
Number of times displayed: 1756

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics