Vernissage d'Elise Florenty "Tch, Tch, Tchara (le charme qui pétrifie)"

Saturday, September 13, 2008 16:00-21:00 CEST




Description:
du 13 septembre au 8 novembre

"Tant qu'il y aura un verbe "être" qui semblera fonctionner comme fonctionnent "manger" et "boire" tant qu'il y aura les adjectifs "identique" "vrai" faux" "possible" tant que l'on parlera d'un flux du temps et de l'extension de l'espace, etc, etc, les hommes viendront toujours heurter à nouveau les mêmes difficultés énigmatiques et contempler d'un air fixe ce dont aucune explication ne semble venir à bout". (Wittgenstein)

La pièce Tch, Tch, Tchara (le charme qui pétrifie) tire son origine d'une anecdote que raconte le poète futuriste russe Khlebnikov dans Nouvelles du Je et du Monde : une femme était redevable de ces dons extraordinaires en mathématique au fait que les murs de sa chambre d'enfant étaient tapissés de pages arrachées de livres d'algèbre avancée. Bien qu'elle ne pût saisir le sens des signes abstraits, ces derniers avaient influencé inconsciemment son destin.

Renvoyant à l'énigme que pose le mur de Planck - donnée scientifique au-delà de laquelle se heurte la connaissance humaine car le temps et l'espace n'y seraient plus quantifiables puisque complètement discontinus - Elise Florenty propose une tapisserie déclinant "l'alphabet sidéral" de Khlebnikov, censé être universel, et qui, avec la langue poétique du Zaum, tend à une appréhension du monde "en deçà l'entendement".

À partir de ce procédé de transcription graphique, Elise Florenty accumule objets et images autour de la lettre 'Tch' inconnue en dehors des langues slaves. Selon Khlebnikov tous les mots russes commençant par 'Tch' comme 'crâne [Tcherep], bas de femme [Tchoulok], soulier [Tchereviki], tasse [Tchatcha]' ont majoritairement le sens de 'l'enveloppe' ou 'le corps de l'un dans l'enveloppe de l'autre'. Sa représentation graphique est une forme évidée dans laquelle vient se loger une forme fluide parfaitement adéquate. Curieuse métaphore du langage selon laquelle on pourrait considérer le signifiant comme enveloppe du signifié. De même, la lettre 'Tch' résume le mot 'charme' [Tchara], qui 'telle une enveloppe magique, paralyse la volonté de la personne charmée'. L'idée même de cet alphabet semble condensée dans cette lettre.

Prenant à rebours le système de Khlebnikov, Elise Florenty revient aux objets d'où s'enracine l'élaboration de cet alphabet et s'intéresse aux paradoxes et inconnues de cette fabrique de signes qui convoque à la fois la métaphore et la métonymie. Aller-retour entre mots et choses, mises en tension entre vide et plein, explosion et enfermement, fluidité et paralysie, le sens même "saisi" n'en finit pas de se dérober.
Location:
La Planck (Click here to get informations about La Planck)
mur d'exposition dans la galerie Air de Paris
32, rue Louise Weiss
75013 Paris
M° Chevaleret, Bibliothèque François Mitterrand
France
Mail : keren.detton@free.fr
Internet Site : www.laplanck.com

Open the map in a new tab
Date: Saturday, September 13, 2008
Time: 16:00-21:00 CEST
Duration: 5 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Elise Florenty
Number of times displayed: 1254

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics