Vernissage de Louis Décamps "Tribalamorphose"

Saturday, November 8, 2008 15:00 CET




Description:
Exposition organisée dans le cadre du mois de la photo à Paris

8 - 29 novembre 2008
Vernissage le samedi 8 novembre à partir de 15h

Photographe de mode, Louis Décamps connaît l'art difficile de la contrainte imposée par toute entreprise commanditaire. C'est un exercice délicat de mise en scène, une équation à multiples inconnues entre un individu, un lieu et un « produit ». Loin de cette de finalité de valorisation et de consommation, ses photographies artistiques, en l'occurrence ses Portraits masqués, apparaissent plutôt comme leur négatif.

Pourtant les mêmes matériaux sont utilisés (mannequins, vêtements et accessoires), les fonds noirs ou nocturnes remplaçant les contextes déterminés. Mais, à y regarder de plus près, Louis Décamps détourne habilement l'utilisation habituelle du mannequin et de ses attributs.

Ses Portraits masqués sont élaborés selon les techniques de production propre au monde de la mode : organisation d'un casting ciblé en fonction des morphologies demandées puis coordination d'une équipe d'intervenants parmi lesquels un coiffeur, un maquilleur et un styliste.

Se détachant d'un fond obscur, les portraits oscillent entre hommage à l'art tribal et univers futuristico-digital. Ces masques rituels peuvent être composés de crânes ou os d'animaux, de poils et de plumages bariolés, de feuillages et de morceaux de bois, de projections numériques. Magnifiés par de somptueuses pièces uniques de haute joaillerie qui apportent une touche finale à ces assemblages hétéroclites... Mais c'est la lumière, en sculptant l'ensemble, qui confère scintillement et irréalité à ces apparitions.

La correspondance de ses portraits avec l'art tribal s'est imposée à lui comme une évidence lors de la dispersion de la collection André Breton en 2003. L'analogie entre la peau et le masque est le fondement même de ses Tribalamorphoses, expérience parfois surréalisante qui mêle incongruités et audaces. Tout se vaut et se confond. Seule importe la puissance évocatrice de ses portraits masqués.

Ces portraits contiennent toute « la haute spiritualité de la toilette » prônée par Baudelaire dans son essai « Le Peintre de la vie moderne ». Décamps combine habilement effets de matière et de couleur, obtient des regards fixes ou révulsés pour atteindre « la majesté superlative des formes artificielles ». Ces Tribalamorphoses doivent être vues comme une tentative de capter comment ce « symptôme du goût de l'idéal surnageant au-dessus du cerveau humain » se traduit dans notre époque contemporaine.

Biographie

Né en 1972, Louis Decamps se passionne tout d'abord pour l'architecture qu'il photographie aux cours de ses voyages, en y intégrant petit à petit des personnages.

De retour à Paris, il a 25 ans quand il débute une carrière de photographe de mode... En recevant en 1998 le prix Picto de la jeune photographie de mode, il se fait remarquer par Colette puis par des galeries d'art qui exposent ses travaux en France et au Japon.

Vernissage de Louis Décamps "Tribalamorphose"
Location:
Galerie Alain Blondel (Click here to get informations about Galerie Alain Blondel)
50, rue du Temple
75004 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Mail : galerie.blondel@orange.fr
Internet Site : www.galerieblondel.com

Open the map in a new tab
Date: Saturday, November 8, 2008
Time: 15:00 CET
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Prix Picto de la Jeune Photographie de Mode, Prix Picto, Louis Décamps
Number of times displayed: 1442

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics