Les tombes mérovingiennes de la basilique de Saint-Denis

Tuesday, April 7, 2009 18:30 CEST




Description:
Cinquantième anniversaire de la découverte de la tombe de la reine Arégonde,
épouse de Clotaire Ier et mère de Chilpéric Ier (1959-2009).

Commissariat général : Patrick PERIN, Directeur du musée d'Archéologie nationale ; Commissaires : Christian LANDES, conservateur en chef, Daniel PERRIER, conservateur, et Françoise VALLET, conservateur en chef honoraire.
Exposition-dossier présentant pour la première fois l'ensemble des objets découverts dans les sarcophages mérovingiens de la basilique de Saint-Denis (dont le mobilier de la reine Arégonde) ainsi que les résultats des recherches pluridisciplinaires et internationales menées depuis 2000 sur le contenu des tombes (restes organiques humains, animaux et végétaux, objets métalliques précieux, gemmes).
La nécropole mérovingienne fouillée sous la basilique de Saint-Denis par Edouard Salin († 1970), puis Michel Fleury († 2002) et Albert France-Lanord († 1993) dans les années 1950/1970 est un site archéologique unique à deux titres. D'une part il a révélé les tombes de personnages de haut rang (surtout des femmes) ayant appartenu à la cour royale mérovingienne de Paris, dont celle de la reine Arégonde, épouse de Clotaire Ie († vers 580) et mère de Chilpéric Ier (né vers 534, roi de 561 à 584). D'autre part, du fait de leur situation privilégiée dès l'origine dans une église (la basilique édifiée par sainte Geneviève à la fin du Ve siècle), ces tombes en sarcophage ont été préservées des eaux pluviales, ce qui a permis la conservation exceptionnelle de nombreux restes organiques correspondant souvent aux vêtements luxueux (soie rehaussée de galons en fils d'or) auxquels répondaient des bijoux et des accessoires vestimentaires en métal précieux (or et argent) dont beaucoup étaient ornés de gemmes (grenats en particulier).
Ces découvertes marquantes ont été publiées par Michel Fleury et Albert France-Lanord en 1998 dans un monumental ouvrage, Les trésors mérovingiens de la basilique de Saint-Denis (Ed. Gérard Klopp).
En 1994 puis en 1996 (mobilier d'Arégonde), les trouvailles de la basilique de Saint-Denis, propriété de l'État et jusqu'alors dispersées, ont été regroupées et affectées au musée d'Archéologie nationale (MAN). Ce fut l'occasion du lancement, dès 2000, d'un ambitieux programme de recherche sur les objets d'or et d'argent et les gemmes qui pouvaient les orner, réalisé au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) au moyen notamment de l'accélérateur de particules AGLAE. On a pu ainsi déterminer que tandis que les grenats utilisés au VIe siècle provenaient d'Inde et de Ceylan, ils étaient remplacés au VIIe siècle par des exemplaires notamment originaires de Bohême, sans qu'une explication historique et économique satisfaisante ait pu être encore trouvée.
En 2003, les restes organiques des fouilles de Saint-Denis, non localisés depuis les années 1970 (ossements, tissus, cuirs, etc.) ont été retrouvés et aussitôt affectés au MAN. Ils font l'objet depuis 2005 d'un programme de recherches pluridisciplinaires qui a permis de mieux connaître les inhumés (études des restes osseux) et leurs vêtements, avec des résultats parfois spectaculaires. C'est ainsi qu'on a pu établir que la reine Arégonde n'était pas morte vers 45 ans mais vers 60 ans, qu'elle était handicapée de la jambe droite, à la suite d'une poliomyélite contractée dans la petite enfance, et qu'elle était affectée par la « maladie de Forestier » (épaississement anormal de certains os). La reconstitution consacrée de son costume a d'autre part été largement modifiée.
Sans attendre la publication exhaustive de ces travaux de laboratoire, qui interviendra en 2010 sous la forme d'un nouveau catalogue des tombes*, il est apparu souhaitable de présenter le bilan de ces recherches au public en 2009, à l'occasion du 50e anniversaire de la découverte de la tombe d'Arégonde par Michel Fleury.
Ce sera tout d'abord l'occasion d'honorer la mémoire d'Edouard Salin, de Michel Fleury
et d'Albert France-Lanord et de souligner leurs travaux pionniers de laboratoire au service de l'archéologie.
Ce sera également l'occasion de présenter au public, pour la première fois, non seulement tous les objets (bijoux, accessoires vestimentaires, objets personnels) découverts dans les sarcophages mérovingiens de la basilique de Saint-Denis, mais aussi les restes organiques qui viennent d'être réétudiés au moyen des techniques de laboratoire les plus performantes. De façon thématique, les restes organiques les plus significatifs seront exposés, accompagnés de posters expliquant les recherches effectuées et les résultats obtenus : anthropologie et paléopathologie des restes osseux ; textiles, broderies de fils d'or, galons tissés aux planchettes ; cuirs (ceintures, chaussures, jarretières) ; colorants (le manteau en satin de soie d'Arégonde était le seul vêtement teint à la pourpre, couleur traditionnellement réservée aux cours impériales dans l'Antiquité) ; composition des métaux précieux des objets de parure et accessoires vestimentaires ; identification des gemmes utilisées pour les orner, dont une majorité de grenats.
Une place de choix sera naturellement réservée à la tombe de la reine Arégonde, qui était la mieux conservée. De ce fait, elle a pu bénéficier d'analyses scientifiques particulièrement poussées et innovantes qui ont complété et parfois modifié les études de laboratoire pionnières menées par Albert France-Lanord dans les années 1960.
A l'issue de cette exposition, l'ensemble de la documentation archéologique provenant des tombes mérovingiennes de la basilique de Saint-Denis exceptionnelle bénéficiera d'une présentation permanente, y compris le mobilier funéraire d'Arégonde, auparavant exposé au musée du Louvre.
* Afin de pallier l'absence de catalogue, les visiteurs auront à leur disposition un Petit Journal, ainsi que les dossiers aimablement publiés par les revues Histoire et Images médiévales et L'archéologue.
Location:
Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye (Click here to get informations about Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye)
Château de Saint-Germain-en-Laye
Place Charles de Gaulle
78105 Saint-Germain-en-Laye Cedex
M° RER A Saint-Germain-en-Laye
France
Phone : +33 (0)1 39 10 13 00
Mail : culturel.man@culture.gouv.fr
Twitter account : Archeonationale
Instagram account : archeonationale
Internet Site : www.musee-archeologienationale.fr

Open the map in a new tab
Date: Tuesday, April 7, 2009
Time: 18:30 CEST
Category: Art & exhibition opening*
Number of times displayed: 1603

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés