Vernissage de l'exposition collective "L'Iran sans frontière"

Wednesday, June 17, 2009 18:00-21:00 CEST




Description:
L'Iran sans frontière
curated by Negui and Kamran Diba

18 juin - 25 juillet 2009

« Pour bien comprendre la jeune scène artistique iranienne contemporaine, nationale comme expatriée, il faut revenir de quelques années en arrière. C'est en effet après les élections législatives de 1997, qui ont créé les conditions de la réforme politique et d'une plus grande ouverture sociale, que les arts visuels, en sommeil depuis près de vingt ans, ont soudain repris vigueur. De jeunes artistes - souvent des femmes -ont émergé ; musées et établissements artistiques sont devenus plus actifs. Des galeries se sont ouvertes pour représenter ces artistes et encourager les amateurs à devenir collectionneurs. On a ainsi assisté à une renaissance graduelle de l'art contemporain iranien. Si l'on pouvait admirer quelques œuvres ici ou là, dans des collections privées ou de petites expositions, il restait à redécouvrir les artistes. C'est à la fin du vingtième siècle que ceux-ci ont enfin connu en Occident la consécration qu'ils méritent.
En avril 2001, le Barbican Center a chargé Rose Issa d'organiser une exposition collective, en collaboration avec le musée d'art contemporain de Téhéran (TMOCA), sous la supervision d'Alireza Sami-Azar, alors conservateur du musée. [...] C'est avec joie et fierté que nous avons pu constater l'immense vitalité de la culture iranienne contemporaine.
Depuis l'exposition au Barbican, les artistes persans n'ont plus quitté la scène artistique internationale. Au contraire, ils jouissent d'une notoriété croissante à Londres, Paris, etc., dans les galeries et les établissements artistiques, et lors de manifestations telles que la biennale de Venise 2005, qui a vu la présentation dans le pavillon iranien d'installations de deux artistes de premier plan, Mandana Moghadam et Bita Fayyazi.
Pendant la décennie écoulée, nous avons pu constater que des galeries iraniennes hors Iran commençaient à s'intéresser à l'art iranien et à promouvoir les artistes de notre pays. Citons par exemple Leila Taghinia qui, immédiatement après la révolution, et alors que l'art iranien contemporain n'intéressait personne, s'efforçait déjà de convaincre des artistes de créer suffisamment pour lui permettre d'organiser des expositions intéressantes dans sa petite galerie de l'Uptown new-yorkais. Bien entendu, cette démarche lui a valu de devenir l'un des marchands d'art les plus en vue, sur le plan local et international. En parallèle, des œuvres d'artistes de tous âges ont fait surface dans les grandes salles de vente, principalement à Dubai et à Londres. Simultanément, certaines galeries européennes et new-yorkaises ont ouvert leurs portes à des artistes plus établis tels que Shirin Neshat et Y.Z. Kami (galeries Barbara Gladstone et Gagosian à New York) ou Shirazeh Houshiary (galerie Lisson de Londres).
En janvier 2009, la deuxième exposition organisée par la Saatchi Gallery depuis son ouverture un an auparavant s'intitulait « L'art contemporain du Moyen-Orient ». Elle présentait entre autres 11 jeunes artistes persans des deux sexes, aux idées et styles d'une réjouissante originalité. Cette exposition très médiatisée préludait à une série d'expositions conjointes dans diverses galeries commerciales ; par exemple, à Paris, l'exposition « Raad o Bargh » chez Thaddaeus Ropac, et la présentation de 5 artistes iraniens chez Ghislaine Hussenot deux mois plus tard. L'exposition « L'Iran sans frontière » de la galerie Almine Rech est la troisième du genre à Paris, et il y en aura bien d'autres.
Alors que nous considérions la sélection finale des artistes et de leurs œuvres, nous nous sommes rendu compte de l'immensité de la tâche, compte tenu de l'extrême activité et diversité de la scène artistique iranienne actuelle. Nous avons donc choisi, pour plus d'efficacité, de créer des groupes parallèles entre lesquels nous nous efforcerions ensuite de faire le lien.

Nous avons étudié les œuvres de centaines d'artistes, et les groupes en question ont commencé à prendre forme d'eux-mêmes. Nous avons ainsi noté que bien que la majorité vive et travaille en Iran, nombre d'entre eux étaient des expatriés. Il était donc logique d'établir une distinction entre les artistes vivant en Iran et ceux qui se sont installés en Occident, tout en cherchant à éliminer de telles lignes de démarcation. Nous nous sommes ensuite attaqués à la question de l'âge, notre deuxième groupe rassemblant des artistes jeunes et d'autres plus âgés, et donc plus ou moins établis. Enfin, nous avons mêlé divers médias et visions artistiques de manière à produire une exposition réduite mais équilibrée : peinture, sculpture, vidéo et photographie... »
Negui Diba


Artistes :
Morteza Ahmadvand (vit et travaille à Téhéran)
Mojé Assefjah (vit et travaille à Munich)
Shoja Azari & Shahram Karimi (vivent et travaillent à New York)
Mostafa Dashti (vit et travaille à Téhéran)
Reza Derakshani (vit et travaille à Téhéran)
Mehdi Farhadian (vit et travaille à Téhéran)
Amir Mobed (vit et travaille à Téhéran)
Mandana Moghadam (vit et travaille à Göteborg)
Mitra Tabrizian (vit et travaille à Londres)
Location:
Galerie Almine Rech (Click here to get informations about Galerie Almine Rech)
64, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 45 83 71 90
Fax : +33 (0)1 45 70 91 30
Mail : contact.paris@alminerech.com
Twitter account : AlmineRech
Instagram account : alminerechgallery
Internet Site : www.alminerech.com

Open the map in a new tab
Date: Wednesday, June 17, 2009
Time: 18:00-21:00 CEST
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Number of times displayed: 1679

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics