Décrochage de Gabriela Goldstein

Thursday, October 29, 2009 18:30-22:00 CET




Description:
15/10/2009 - 29/10/2009

Exposition « Escrituras preliminares » de Gabriela Goldstein avec le soutien de l'Ambassade d'Argent

Avec le soutien de l'Ambassade d'Argentine

Gabriela Goldstein est née en 1959 à Buenos Aires. Elle suit des études d'architecture et obtient son diplôme en 1982. En 1984 et 1985 elle enseigne le design à la faculté d'architecture de l'Université de Buenos Aires et la théorie de la Communication visuelle à l'Université de Belgrano. Elle s'initie à la peinture à partir de 1985 et participe à l'atelier de Gabriel Messil. Parallèlement, elle obtient son diplôme en psychologie et devient membre de l'Association Psychanalytique Argentine (APA). En 2005 elle publie «L'expérience esthétique : écrits sur l'art et la psychanalyse ». Parmi les expositions importantes auxquelles elle a participé, on peut citer celle de la Galerie Pueblo Blanco à Punta del este en Uruguay en 1987, celle du centre culturel Recoleta de Buenos Aires ou encore celle de la galerie Do Carmo à Porto Alegre au Brésil en 1998. Elle a également participé à de nombreuses expositions collectives. Ses œuvres font partie de diverses collections privées et institutions internationales.

Exposition « Escrituras preliminares » de Gabriela Goldstein

« Les fleurs de Gabriela Goldstein ont d'abord été des taches ; maintenant les taches sont des signes intégrés dans des systèmes dont le déchiffrage est seulement possible depuis le point de vue de l'artiste. Quand Goldstein retourne sur ses pas et interroge ses conglomérats de peinture épars sur la superficie, elle se rend compte qu'il n'y a pas d'énoncés à formuler : le «langage » de ses œuvres se suffit à lui-même sans avoir recours à des références ou des identifications. »

Eva Grinstein, Buenos Aires, 2000

L'expérience de l'art nous fait vivre une forme paradoxale d'apparition de la beauté. Il s'agit là d'un vécu difficile à comprendre, car il recèle quelque chose de profondément étrange.
Certains textes de psychanalyse traitent de cette émergence, comme celui qui reprend l'expérience d'un “phénomène inusuel”, ressenti par Freud devant l'Acropole d'Athènes. Une relecture personnelle de ce texte permettrait de comprendre ce “phénomène inusuel” comme une nouvelle “catégorie” que Freud n'explicite pas malgré l'évidence de sa présence. Ce texte décrit précisément cet instant particulier que nous appelons l'expérience esthétique.
La thématique du transitoire est au cœur de ce que Freud évite de rencontrer, et qui devient ainsi une sorte de clé permettant de dés-occulter, d'ouvrir l'accès à une autre dimension du temps, de la finitude et de l'altérité mais aussi du trauma, de l'interdit et de l'univers sensoriel. Un seuil est ainsi franchi, au-delà duquel une pensée différente sera possible. L'expérience esthétique est à la fois un pont et le lieu où s'inscrivent l'art et la psychanalyse.

Quatrième de couverture de “L'expérience esthétique, écrits sur la psychanalyse et l'art”


“L'expérience esthétique est une expérience du bord qui met au seuil d'une nouvelle perception, un seuil au-delà duquel les différences entre raison et sensation s'effacent. Cette expérience est possible à condition que le sujet de l'expérience puisse symboliquement se tenir à distance d'un bord qui serait trop inquiétant … comme s'il s'agissait d'un gouffre qui ne serait pas dans l'objet lui-même, mais au centre du sujet, un dédoublement de son propre vide d'expérience.

C'est ce bord virtuel que nous traversons dans l'expérience esthétique, l'abolition de la frontière entre le sujet et l'objet. Nous accueillons ainsi une commotion sensorielle qui traverse par effraction la cuirasse éduquée grâce à laquelle nous filtrons la réalité et nous nous laissons toucher dans notre émotion profonde.

Reprenant la description du lieu de cette expérience esthétique que fait Agamben (1995), je dirais que c'est dans ce territoire situé entre l'amour narcissique et l'élection d'objets externes que pourront venir prendre place les créations de la culture humaine”.

Extrait de “L'esthétique du souvenir : Freud à l'Acropole. Une étude psychanalytique de l'expérience esthétique.
Location:
Galerie Geoffroy de La Taille - Art Emoi (Click here to get informations about Galerie Geoffroy de La Taille - Art Emoi)
64, rue des Tournelles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Mail : gdltt@art-emoi.fr
Internet Site : www.art-emoi.fr

Open the map in a new tab
Date: Thursday, October 29, 2009
Time: 18:30-22:00 CET
Duration: 3 hours 30 minutes
Category: Art & exhibition opening*
Number of times displayed: 1257

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés