Vernissage d'Adam Broomberg & Oliver Chanarin

Thursday, November 19, 2009 18:00-21:00 CET




Description:
photographies

Vernissage le jeudi 19 novembre de 18h à 21h, en présence des artistes
Exposition du 19 novembre 2009 au 7 janvier 2010

Dans le cadre de l'actualité photographique parisienne au moment de Paris Photo, qui consacre cette année une thématique aux artistes photographes du Proche-Orient, la galerie Karsten Greve présentera plusieurs séries de photographies réalisées en Irak et en Afghanistan par le duo anglais Adam Broomberg & Oliver Chanarin.

Première exposition personnelle en France consacrée à ces jeunes photographes globe-trotters, la galerie Karsten Greve réitère ainsi sa collaboration avec les artistes qu'elle avait déjà présentés lors de l'exposition collective Echo wanted en 2008. Cette exposition permet de mettre en évidence l'approche photographique singulière de Broomberg & Chanarin qui se caractérise par une forme d'ethnographie conceptuelle.

Conçu en 2005, « Red House » présente des photographies de graffitis réalisés par des prisonniers kurdes sur les murs de leurs cellules cachées dans le quartier général du parti de Saddam Hussein et découvertes seulement en 1991 lorsque le lieu a été abandonné. Ces images intenses saisissent des détails isolés et capturent la créativité des prisonniers vivant dans la solitude, la crainte, l'ennui infini et l'horreur suprême de l'incarcération. Malgré ce sinistre contexte, les murs racontent des histoires différentes à travers des inscriptions et des dessins allant du figuratif à l'abstraction. Comme beaucoup de leurs travaux, Red House rassemble des données visuelles ayant trait à des questions liées au comportement humain, souvent dans des lieux marqués par des tensions politiques. L'appareil photo sert à isoler ces informations, à les extraire pour permettre l'interprétation et la réflexion.

En juin 2008 Adam Broomberg & Olivier Chanarin réalisent lors d'un voyage en Afghanistan la série intitulée « The Day Nobody Died ». Incorporés avec des unités de l'armée britannique sur la ligne de front dans la Province de Helmand, ils emportent, dans une simple boîte cartonnée, un rouleau de papier photographique de 50 mètres de long et de 76 cm de large. Arrivés pendant le mois le plus meurtrier de la guerre ils assistent dès le premier jour de leur visite à plusieurs assassinats, une personne de la B.B.C. est traînée hors de sa voiture et exécutée, neuf soldats Afghans sont tués dans un attentat suicide. Le jour suivant, trois soldats britanniques meurent amenant ainsi à 100 le nombre de morts britanniques au combat. Chaque jour de nouvelles pertes humaines sont à déplorer jusqu'au cinquième jour où personne ne meurt.

En réponse à chacun de ces événements et ainsi qu'à une série de moments plus mondains comme une visite du Duc d'York aux troupes britanniques et une conférence de Presse - tous événements qu'un photographe saisirait sur le vif - Broomberg & Chanarin ont choisi de dérouler une section de six mètres de papier photographique et de l'exposer au soleil pendant 20 secondes. Ils obtiennent d'étranges passages abstraits et des motifs aux nuances noires, blanches ou de couleurs variées, toutes modulées par la chaleur et la lumière. Au lieu du langage photographique conventionnel les photographes invitent le spectateur à mettre en doute sa relation avec les représentations de la violence et questionnent la vraie nature des relations entre culture, politique et moralité.

Le travail de Broomberg et Chanarin est en opposition avec le rôle traditionnel du photographe comme témoin professionnel qui sert en quelque sorte de mandataire moral pour le spectateur restant confortablement chez lui. « The Day Nobody Died » affirme cette position à un point extrême - leur série radicalement non figurative de photographies-action uniques comporte une critique profonde de la photographie de guerre à une époque ou règne le photojournalisme.

Le fait que les artistes travaillent en tandem avec le désir délibéré d'évacuer le contenu, créé des circonstances particulières de production des œuvres, elles ont conduit ici à une performance absurde dans laquelle l'Armée Britannique a joué le premier rôle sans le savoir. Cooptés par les artistes pour transporter la boîte contenant le papier photographique de Londres à Helmand, ces soldats ont aidé à transporter cette boîte d'une base militaire à une autre dans des hélicoptères de type Hercule et Chinook, en bus, en char ou en jeep. Dans cette performance présentée comme un film - inclus dans l'exposition - la boîte devient un objet absurde, subversif.

Dans la série la plus récente intitulé « Afterlife », Broomberg & Chanarin dissèquent la photographie controversée prise en Iran en 1979 par Jahangir Razmi quelques semaines après la révolution. Cette photographie montrant l'exécution d'un groupe de prisonniers kurdes a été largement reproduite dans la presse et a reçu le prestigieux prix Pulitzer. Après de nombreuses heures d'entretien avec Razmi leur permettant de comprendre le déroulement des événements, et sur la base de l'ensemble des images réalisées par ce dernier ce jour là, Broomberg et Chanarin réalisent leur propre version. Utilisant la technique du collage ils créent une relecture de cette image, ils bouleversent les aspects spatiaux et temporels et proposent une version mécanique s'apparentant à une autopsie qui défie notre compréhension de cet événement et notre relation aux images issues du traumatisme.

Le dernier volet de cette exposition présentera une série intitulée « American Landscapes ». Réalisées dans des studios de photographie commerciaux aux Etats-Unis, cette série se constitue d'une combinaison de surfaces tels que des murs, sols, plafonds et cycloramas - fonds neutres utilisés en photographie pour isoler un objet - ils deviennent ici le sujet même de la photographie. De même que dans les séries précédentes, Broomberg & Chanarin font allusion a des événements situés en dehors du champs photographique et capturent les traces de moments révolus, nous mettant face à un espace ouvert et riche de possibilités.

Ces différents projets font allusion à des événements non représentés et explorent la question de l'abstraction en photographie, plaçant la forme avant le contenu et l'arrière plan avant le premier plan.

Cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder à une vidéo diffusée sur Arte :
http://www.youtube.com/watch?v=OX6nypj_3E8

Location:
Galerie Karsten Greve (Click here to get informations about Galerie Karsten Greve)
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Instagram account : galeriekarstengreve
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com

Open the map in a new tab
Date: Thursday, November 19, 2009
Time: 18:00-21:00 CET
Duration: 3 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Adam Broomberg, Oliver Chanarin
Number of times displayed: 1845

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés

WebAnalytics