Soirée Lydia Lunch

Thursday, October 26, 2006 20:30 CEST




Description:
ECSTASY AT THE MOUTH OF THE ABYSS
Lydia Lunch

Exposition du 1er novembre au 9 décembre 2006
Vernissage le 31 octobre - 19h

« JE ME DÉFINIS COMME CONFRONTATIONNALISTE : J'UTILISE LES MOTS ET MON ART POUR DÉNONCER LES PROBLÈMES, QU'IL S'AGISSE DE SOCIÉTÉ, DE SEXE, DE POLITIQUE. » L. Lunch

Musicienne, performeuse, actrice, écrivain et photographe, Lydia Lunch fut l'égérie du mouvement punk new-yorkais. Elle a participé à de multiples groupes de rock, notamment avec Nick Cave et Sonic Youth, et a signé plus de trente albums. Scénariste et actrice des films de Richard Kern, elle a récemment collaboré en tant que photographe au film de Asia Argento, Le livre de Jeremy. Elle décrit son univers artistique actuel comme « post-lynchéen, agressif et sexy ».
Agée de 45 ans, Lydia Lunch vit aujourd'hui à Barcelone. Elle a publié en France un ouvrage autobiographique intitulé Paradoxia, journal d'une prédatrice, participé au recueil de poésies Aussi haut que nous le pourrons, était l'invitée de la Cinémathèque Française au début de cette année pour une lecture et une présentation de films, et donne régulièrement des concerts. Elle tourne actuellement en Europe avec son nouveau spectacle, Real Pornography. L'exposition Ecstasy at the Mouth of the Abyss, présentée pour la première fois, regroupera autour de deux installations ses travaux photographiques récents.

La semaine Lydia Lunch vient couronner 30 ans de carrière ; ces quatre événements seront l'occasion unique de rencontrer l'artiste et de découvrir toutes les facettes de son talent, du spoken word à l'installation vidéo.

- jeudi 26 octobre, soirée Lydia Lunch à la Cantada : projection de films et de documents rares, musique, lecture... à partir de 20h30.

- lundi 30 octobre, performance Real Pornography.
Divan du Monde 75 rue des Martyrs 75018 Paris (http://www.divandumonde.com)

- mardi 31 octobre, vernissage de l'exposition Ecstasy at the Mouth of the Abyss à la galerie Kennory Kim à partir de 19h (exposition du 1er novembre au 9 décembre)
Galerie Kennory Kim 22 rue des Vertus 75003 Paris (http://www.kennory-kim.com)
Horaires galerie: du mardi au samedi de 14h à 20h30 et sur rendez-vous les jours d'ouverture

- jeudi 2 novembre, rencontre-signature au vidéoclub-librairie Hors-circuits de 19h à 20h30, autour de deux ouvrages, Paradoxia, journal d'une prédatrice (éd. La Musardine, 1998) et Aussi haut que nous le pourrons (éd. Monsieur Toussaint Louverture, 2005), les CD et DVD produits par Lydia Lunch.
Hors-circuits 4 rue de Nemours 75011 Paris (http://www.horscircuits.com)


B I O G R A P H I E L Y D I A L U N C H

Née dans le Rochester (Etats-Unis) en 1960 au sein d'une famille pauvre, elle quitte le foyer incestueux à 16 ans pour rejoindre les trottoirs de New York. Prostitution, drogue, alcool, arnaques... Lydia Lunch lutte pour sa survie, avec comme seuls bagages la violence et la haine. Elle n'a pas 17 ans quand elle s'implique comme guitariste et « cri primal » dans le groupe mythique de la scène No Wave, Teenage Jesus and the Jerks.
Deux ans plus tard, Brian Eno produit pour Island Records un album anthologique des meilleurs groupes de l'époque : No New York réunit The Contorsions, Mars, DNA et Teenage Jesus. Parallèlement, Lydia Lunch crée un autre groupe, Beirut Slump, et sort en 1980 un premier album solo, Queen of Siam, qui marquera toute une génération d'artistes.
Dans les années 80, elle entame une série de collaborations avec Nick Cave, Einsturzende Neubauten, Die Haut, Marc Almond, Sonic Youth... Elle écrit et tourne avec Richard Kern une série de films dans lesquels elle met en scène sa vision personnelle des désirs et des violences sexuelles. En 1984, elle fonde sa propre maison de production Widowspeak pour contrôler une oeuvre déjà prolifique. Elle sort The uncensored Lydia Lunch, premier chapitre de ce qui allait devenir son medium le plus direct et le plus efficace, le spoken word (textes mis en scène, entre théâtre et harangue). Elle s'associe à Foetus (alias Clint Ruin/ Jim Thirwell) pour plusieurs albums et crée en 1989 un groupe noise-rock avec Kim Gordon de Sonic Youth. Un an plus tard, Our Fathers who aren't in Heaven regroupe Lydia Lunch, l'écrivain Hubert Selby Jr.(Last Exit to Brooklyn), Henry Rollins et Don Bajema.
Parallèlement aux spoken words, à la mise en scène de pièces de théâtre et ses performances d'actrice (notamment dans les films de Beth B), Lydia Lunch multiplie les supports d'expression : elle publie en 1982 un livre de poésie avec Exene Cervanka (chanteuse du groupe X) Adulterous Anonymous ; deux recueils illustrés Blood Sucker et Incriminating Evidence en 1992 ; une bande dessinée avec Nick Cave et Mike Matthews, As-Fix-E-8, en 1993 ; sa biographie au vitriol Paradoxia, journal d'une prédatrice, traduit dans plusieurs langues et préfacé par Hubert Selby Jr., en 1997, et Toxic Gumbo, bande dessinée pour DC Comics avec Ted McKeever, en 1998. Vers la fin des années 90, elle se tourne vers la photographie et l'installation, deux expositions lui étant consacrées à Paris (galerie Tribal Act, Musée de l'érotisme). En 2003, Asia Argento sollicite son regard de photographe sur son film Le livre de Jeremy. Elle a également récemment prêté sa voix pour Wild Tigers I have known, film produit par Gus Van Sant, et American Fame, deux films réalisés par Cam Archer.
Ces dernières années, Lydia Lunch s'est produite en concert chaque année dans les plus grandes villes européennes, renouvelant incessamment son public et sa musique.
Avec Real Pornography, performance multimédia, Lydia Lunch élargit encore son champ d'expression.

Icône sexuelle, artiste radicale, inlassable et inclassable, Lydia Lunch n'a eu de cesse de dénoncer le conformisme, l'exploitation de la misère, la politique américaine et les violences faites aux femmes : « Mon art, dit-elle, a essentiellement une fonction asociale, une fonction de dénonciation ». Son esprit de révolte, son indépendance (elle n'a jamais signé sur une major) et l'influence qu'elle a exercé sur toute une génération en font un modèle unique de l'underground américain.


E C S T A S Y A T T H E M O U T H O F T H E A B Y S S

L'exposition s'articule autour de deux installations: You are not safe at your own home, petit théâtre de cruauté et de pornographie, ode destructrice à la violence et au désir, « lamentation autobiographique sur la nature destructrice de la passion extrême » (voir photos : http://www.lydia-lunch.org/you_are_not_safe.html), et Orwell's Memory Hole, réflexion sur la guerre, les ruines, l'histoire, les monuments érigés à la gloire des bourreaux... Dans la stricte lignée de son oeuvre musicale, son travail d'écrivain ou d'actrice, les photographies et photomontages illustrent les relations entre Eros et Thanatos, le désir de destruction qui vaut toujours mieux que le mortel ennui. Dans un monde qui définit de plus en plus l'existence humaine par la négation même de la vie, le vrai plaisir ne peut être trouvé que dans l'expérience de la vitalité, même si cela conduit, inéluctablement, à l'annihilation. C'est en dansant au bord du gouffre que l'extase survient, rire fou affirmant le plaisir de la transgression. Mais ce voyage n'est pas progressif, ni linéaire, et il refuse la transcendance. La véritable extase ne peut être connue car il reste toujours quelque chose à engloutir, une part de soi à perdre et à redécouvrir à la fois. Et si, pour finir, l'extase est possible alors ce sera dans la sanglante éjaculation finale d'un suicide rituel à la hara-kiri, dans la bonté du sourire du bourreau, dans l'instant de la mort érotisée. L'extase est au bord du précipice...

Lydia Lunch, dont une partie de l'oeuvre repose sur la collaboration, a souhaité inviter Marc Viaplana, qui présentera sa série de photographies The Orsini Variations.
Depuis de nombreuses années, Marc Viaplana touche à tout : photo, vidéo, son... dans le but de créer une esthétique de la contagion qui propagerait un virus, celui de la réflexion et de l'action, affirmant que l'Art doit être contagieux, dangereux, illégal.
Parmi ses collaborations les plus marquantes avec Lydia Lunch, on notera son travail de vidéaste sur le dvd Willing Victim, une rétrospective sortie en 2005, ainsi que sur son dernier spectacle, Real Pornography.


R E A L P O R N O G R A P H Y

Real Pornography est un prêche musical multimédia sur la guerre, la violence, la religion, la Nature et la rébellion. Sur scène, le texte de Lydia Lunch, au centre d'une performance à fleur de peau, est mis en relief par la projection d'une création vidéo et la musique live de David Knight et Ian White (Gallon Drunk).
Ce spectacle a été créé en 2006 ; il s'est produit au printemps à Barcelone puis au Belfast Cathedral Arts Festival, au Moscow International Spoken Word Festival, au Gothic Wave à Leipzig. Après Amsterdam et Berlin, il sera présenté à Paris le 30 octobre au Divan du monde, dans une version sous-titrée en français.

(extrait du spectacle : http://www.lydia-lunch.org/news.html )

Site officiel de Lydia Lunch :
http://www.lydia-lunch.org

UNE MANIFESTATION ORGANISEE PAR HORS-CIRCUITS ET LA GALERIE KENNORY KIM
(sur le site www.horscircuits.com suivez l'actualité de cette manifestation)
Location:
La Cantada II (Click here to get informations about La Cantada II)
13, rue Moret
75011 Paris
M° Couronnes, Ménilmontant, Parmentier, Rue Saint-Maur
France
Mail : contact@cantada.net
Internet Site : www.cantada.net

Open the map in a new tab
Date: Thursday, October 26, 2006
Time: 20:30 CEST
Category: Music*, Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Lydia Lunch
Number of times displayed: 1620

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés