Vernissage de Lionel Bayol-Thémines "Keep Border"

Thursday, September 9, 2010 18:00-22:00 CEST




Description:
Vernissage le 9 septembre 2010 de 18h à 22h
Exposition du 9 septembre au 16 octobre 2010

A Galerie expose 11 photographies de la série Keep Border
- 2 photographies couleurs 160 x 120 cm sous diasec édition 5 ex + 2 EA prix 8500 €
- 2 photographies couleurs 150 x 120 cm sous diasec édition 5 ex + 2 EA prix 8000 €
- 7 photographies couleurs 120 x 90 cm sous diasec édition 5 ex + 2 EA prix 5800 €

Photographe plasticien, Lionel Bayol-Thémines vit et travaille à Paris (France).
Il poursuit depuis une vingtaine d'année, une recherche plastique centrée autour de l'humain, sur les rapports de l'homme à son histoire, à son espace, à son évolution et l'identité qui en découle. Il utilise principalement comme médium la photographie. Depuis 2004, il est résident permanent de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques à Paris.

Titanes Land est un « work in progress » qui se déploie par le biais de plusieurs séries : Identity, Intimity, Titan's eyes, Titan's memory, Press, Landscape invasion, Keep Border et Watchmen.

Ici se croisent le banal et la légende en train de s'écrire. Ces lutteurs considérés comme des super héros mettent leur aura à l'épreuve de la réalité.

Si à l'évidence, ce mythe du surhomme y perd de sa superbe, il en jaillit une puissante construction identitaire.
Le héros devient alors individu avec tout ce qui le constitue. Un vécu, un quotidien, une mémoire, une position au sein du monde...
Plus les instantanés se multiplient, plus il est clair que ces personnes sont en symbiose avec leur masque, que ces masques sont indivisibles de leur personnalité, comme s'ils formaient une espèce à part. Nous comprenons donc que ce monde n'est pas une parade costumée mais un reflet de notre réalité. Ces différentes séries explorent l'espace privé, l'espace public et les pratiques qui nous constituent.
Titanes Land est construit comme un jeu, un espace de réflexion sur les possibles de changer la règle du je.
Une magnifique occasion de nous émanciper et de reconsidérer, cette réalité que nous fréquentons quotidiennement. Une démarche de science fiction, qui, comme certains écrivains fréquentant ce style, en faisant mine de nous éloigner de notre environnement direct nous en ont rapprochés et ouvert la critique.

A galerie Présente la série Keep Border / 2009

Dans la série Keep Border, l'espace du contrôle, de la frontière est mis en jeu. C'est dans l'eau, sans repères géographiques, avant les côtes, les territoires, que les Titans se manifestent, surveillent, contrôlent, dans une gestuelle qui n'est pas sans nous rappeler celle employée par les polices. Tel des cerbères jaillissant des fonds marins ils présupposent par leur présence et leurs gestes le passage frontalier des territoires.

Ce photographe plasticien français, au parcours atypique, élabore dans un "work in progress" à la fois symbolique et abstrait, une réflexion sur la question d'identité.

Passionné d'anthropologie, il crée, dans Titanesland, une entité unique à partir de masques de lutteurs colorés. Si, dès le premier coup d'oeil, les modèles masqués nous font penser à des super-héros, ils ne sont, en réalité, ni personnages, ni individus, mais de simples métaphores de notre condition d'Homme libre.

Dans Titanesland, les masques nous éloignent de notre environnement direct, à la manière des livres de science-fiction, pour nous en rapprocher davantage. Ce travail est une invitation à nous émanciper et à nous reconsidérer.

La perte de repères spatio-temporels est totale dans la série « Keep Border ». Le Titan apparaît à la surface de l'eau, tel un envahisseur, une présence à la fois réconfortante et effrayante. Une bouée de surveillance, une bouée de sécurité, une bienveillance sonnant comme une fausse excuse dans cet espace du contrôle et de la frontière. La position du modèle n'est pas sans rappeler la gestuelle des agents de police.

Dans le mot "frontière", il n'y a pas de parti pris, et brusquement, ces "gardes côtes" deviennent troublants. La question de vérité, de jugement, de libre arbitre apparaît alors à la place du Titan. L'interaction est totale, puisque nous devenons acteurs de la photographie, en nous plaçant d'un côté ou de l'autre de la frontière virtuelle. "Le titan est comme une ligne rouge, vous êtes d'un côté, de l'autre, vous êtes dessus".

Watchmen
Gardiens des territoires, des espaces vierges, les Watchmen préservent, nous donnent à voir l'immaculé de la bordure.
Ils sont là, ambigus entre surveillance, préservation et monstration des espaces uchroniques dont l'homme est absent.

Keep Border
Dans la série Keep Border, l'espace du contrôle, de la frontière est mis en jeu. C'est dans l'eau, sans repères géographiques, avant les côtes, les territoires, que les Titans se manifestent, surveillent, contrôlent, dans une gestuelle qui n'est pas sans nous rappeler celle employée par les polices. Tel des cerbères jaillissant des fonds marins, ils présupposent par leur présence et leurs gestes le passage frontalier des territoires.

Landscape Invasion
Avec la mise en situation du travail Intimity dans la série Landscape Invasion, il est question de confrontation, de glissement entre l'espace privé et l'espace public, mais aussi d'une infiltration de notre réalité par celle des Titanes. Les supports initialement dédiés à la publicité ouvrent une réflexion sur notre quotidien visuel, une fenêtre. Ce travail est le fruit d'une réflexion sur l'image, sa nature, son utilisation. D'un coté une image parasitaire, contaminant les ceintures des villes, les routes, les abris bus, etc....de l'autre, une image privée, personnelle et singulière qui, à l'heure de la connectivité, se répand par des canaux immatériels. Tout à coup l'encart publicitaire se transforme en écran. L'intime privé est alors donné au plus grand nombre. Nous sommes assurément face à un piratage, une prise de contrôle. C'est le tableau d'une réalité saturée de stimuli visuels, un brouhaha où plus rien ne fait sens. Un terrain fécond s'offre aux Titanes pour signaler leur présence. Ils se montrent au grand jour et nous regarde regarder l'image qu'ils nous renvoient de notre réalité.

Intimity
Dans cette série de titanes-land, chaque titan nous invite dans son univers de vie, il réitère les gestes, les situations de son intimité quotidienne. De la chambre à coucher, à la salle de bain, jusqu'au départ au travail, il interroge la banalité de ces gestes. Ici le masque n'est pas occultant d'identité mais au contraire constituant, il catalyse « le donné à voir du banal ».

Press
Press, s'approprie des couvertures de la presse écrite mondiale, tronquant les images et jouant des titres pour mettre en lumière des faits d'actualités. Les couvertures des magazines sont réservées à des hommes hors du commun ayant des actions exceptionnelles, à des responsables ou victimes de fait-divers, à des icônes de la mode ou autres incarnations du mythe de la star. Ici le détournement s'opère, les Titans se mêlent à l'aventure de l'information humaine qui est la nôtre. Leur actualité se s'affirme, ils témoignent et nous ouvrent au regard de la nôtre qui constitue à sa manière une partie de l' histoire contemporaine
Installation photographique composée de 85 photographies contrecollées sur magazines présenté sous blister

Titan's eyes
C'est à travers le masque, par son intérieur que nous regardons l'éblouissement, l'accumulation de ce que les yeux ont vu. La superposition des informations nous amène au blanc, à la non information, à une interrogation sur notre mémoire.

Titan's Memory
C'est par un choix d'une dizaine d'événements survenus au 20 e siècle, qui ont orienté le destin de l'humanité que les titans posent leur regard. Sur ces images, réside une trace, une empreinte portée par les titans sur ces évènements, comme un souvenir, un mémorial.

Lionel Bayol-Thémines
http://www.bayol-themines.com

BOURSES ET RESIDENCES
Résident permanent de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (Fondation Rothschild) à Paris
Sept 2005:
bourse de recherche du nouveau Musée Mac/val Vitry sur seine
2004-2005:
Résidence pour la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques Paris
1995 et 2000:
Lauréat de l'aide individuelle à la création (Ministère de la culture)

Location:
A. galerie (Click here to get informations about A. galerie)
4, rue Léonce Reynaud
75116 Paris
M° Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 20 79 88
Mobile : +33 (0)6 20 85 85 85
Mail : arnaud.adida@orange.fr
Twitter account : AGalerieParis
Instagram account : agalerieparis
Internet Site : www.a-galerie.fr

Open the map in a new tab
Date: Thursday, September 9, 2010
Time: 18:00-22:00 CEST
Duration: 4 hours
Category: Art & exhibition opening*
Keywords / Tags: Lionel Bayol-Thémines
Number of times displayed: 1444

 



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés